Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Bioparc Valencia


Bioparc Valencia
Avenue Pío Baroja 3
46015 Valencia
Espagne

Tel : +34 902 25 03 40
Fax : +34 905 875 350

www.bioparcvalencia.es


Logo Bioparc Valencia


Plan du Bioparc
Plan du Bioparc


Ma visite
: 11 avril 2013
Mise en ligne : 13 aout 2013

Vue aérienne du Bioparc
Vue aérienne du Bioparc







Horaires d'ouverture 2013
Tarifs d'entrée 2013
Présentation du parc
La zone Malgache
L'Afrique équatoriale : antilopes et reptiles
L'Afrique équatoriale : antilopes et singes
L'Afrique équatoriale : crocodiles
La caverne Kitum
Les éléphants et l'arène de spectacle
La plaine des girafes et les petits ongulés
Les dromadaires, lions et la volière de contact
La plaine des rhinocéros et les animaux nocturnes
Les mammifères nocturnes et les hyènes
Conclusion

Elephant d'Afrique
Elephant d'Afrique - avril 2013



Flèche

Horaires d'ouverture 2013 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif).


Céphalophe à flancs roux
Céphalophe à flancs roux - avril 2013



Janvier à mars :           10h00 à 18h00
Avril :                         10h00 à 19h00
Mai et juin :                 10h00 à 20h00
Juillet et Août :            10h00 à 21 h00
Septembre :                10h00 à 19h00
Octobre à décembre : 10h00 à 18h00



Flèche

Tarifs d'entrée 2013 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif).


Ticket journalier
     Adulte : 23,80 €
     Enfant (4 à 12 ans) : 18,00 €
     Retraité : 17,50 €

Ticket annuel
     Adulte : 50,00 €
     Enfant (4 à 12 ans) : 28,00 €
     Retraité : 41,00 €

Tarif groupe
     Adulte : 18,50 €
     Enfant (4 à 12 ans) : 12,50 €
     Retraité : 15,20 €
Cercopithèque mone
Cercopithèque mone - avril 2013



Flèche

Historique du parc


Cigogne d'Abdim
Cigogne d'Abdim - avril 2013
Le Bioparc Valencia appartient à un petit groupe qui gère
non seulement le zoo de Valencia, mais également le parc
de Fuengirola, ainsi qu'une fondation collectant des fonds
pour la préservation des espèces.

Le concept du Bioparc est basé sur la "Zoo-Immersion"
qui consiste à placer les animaux au milieu d'un décor
recréant au plus près l'habitat naturel des différentes es-
pèces.

Ce zoo moderne a été inauguré en février 2008 et a fêté
cette année son 5ème anniversaire. Il est spécialisé dans
les animaux d'Afrique et se divise en 3 grandes zones.



Flèche

Présentation du zoo


Après avoir traversé une allée de palmiers, le visiteur se dirige
vers l'entrée du parc, où il pourra acquérir son ticket.

Après avoir passé le portique, le visiteur se trouve face à une
grande passerelle traversant un des nombreux espaces verts
de la ville de Valencia.
A l'extrémité du pont, le visiteur tombe nez à nez avec un
bâtiment circulaire abritant un cinéma dans lequel est diffusé
plusieurs fois par jour, un film sur les programmes de sauve-
garde des espèces mis en place par le Bioparc.

Le visiteur poursuit sa visite sur la droite, en direction de la
première zone du parc, consacrée à Madagascar.


Passerelle d'entrée du Bioparc
Passerelle d'entrée du Bioparc - avril 2013


Lagune des flamants roses
Lagune des flamants roses - avril 2013
Le premier enclos, situé sur la droite du sentier, est délimité
par des murs de faux rochers, typiques de l'ensemble du
parc. Cet enclos se compose d'un vaste fossé en eau et
d'une plage en sable. Cette installation est le lieu de vie d'une
colonie de flamants roses (Phoenicopterus roseus).

Juste à côté de la lagune des flamants se trouve une petite
île surélevée, en herbe, sur laquelle évoluent des tantales
africains (Mycteria ibis). Ces échassiers ont également
accès à la zone des flamants.

A l'extrémité de l'île des tantales, le sentier bifurque sur
la droite, de sorte à franchir un petit pont bordant, sur la
droite, l'enclos des tantales.


Sur la gauche se trouve une île densément végétalisée,
agrémentée de rochers saillant. Cette installation est le
lieu de vie de fossas (Cryptoprocta ferox).

Le visiteur entre alors dans une grotte située au coeur
d'un faux rocher. Cette grotte présente des reconstitutions
d'animaux préhistoriques typiques de Madagascar.

Après être ressorti de cette grotte, le visiteur gagne une
île densément végétalisée. Cette zone de contact est
occupée par des lémurs roux (Varecia rubra), par des
lémurs mongoz (Eulemur mongoz), par des lémurs à
ventre roux (Eulemur rubriventer) et par des hap-
palémurs du lac Alaotra (Hapalemur alaotrensis).


Ile des fossas
Ile des fossas - avril 2013



Zone boisée de Madagascar
Zone boisée de Madagascar - avril 2013
Toutes ces espèces sortent en alternance dans cette zone.
Le visiteur gagne alors le second enclos de conact com-
posée d'une partie enherbée parsemée de palmiers et d'une
partie forestière traversée par un ruisseau.

Cette seconde partie malgache, est consacrée à des makis
cattas (Lemur katta) et à des lémurs à front roux (Eulemur
fulvus).

Là encore ces espèces sortent en alternance. Les tantales
ont également accès à cette partie.

Le visiteur ressort alors de la zone de contact pour longer
l'île des fossas et se diriger vers la seconde partie du
Bioparc, l'Afrique Equatoriale.


Enclos de contact des lémuriens
Enclos de contact des lémuriens - avril 2013
Enclos de contact des lémuriens
Enclos de contact des lémuriens - avril 2013



Flèche

Le premier enclos de cette zone se situe sur la droite du sentier.
Il s'agit d'un complexe de taille moyenne, entouré de falaises de
faux rochers. Un grand bras d'eau sépare le sentier de visite de
deux îles en sable. La première est agrémentée de quelques
faux rochers, la seconde est organisée autour d'un tronc mort.

Ces îles sont reliées entre elles par des rochers et par de faux
troncs d'arbre.
L'île principale est consacrée à un troupeau de guibs d'eau
(Tragelaphus spekii gratus). La seconde île, plus petite, est
occupée par des hippopotames pygmés (Hexaprotodon
liberiensis), qui ont accès à la partie en eau.

Enfin, des drills (Mandrillus leucophaeus), des cercopithèques
mones (Cercopithecus mona mona), des pélicans blancs
(Pelecanus onocrotalus) et des ouettes d'Egypte (Alopochen
aegyptica), ont accès à l'ensemble de l'installation.



Enclos des sitatungas et hippopotames
Enclos des sitatungas et hippopotames - avril 2013
Tronc des terrariums
Tronc des terrariums - avril 2013


A noter que cet enclos présentait également, jusqu'en 2012, le
seul talapoin du Sud d'Europe.

Au bout du point d'observation sur l'enclos des sitatunga, le
visiteur traverse un faux tronc. Au sein de ce couloir, plusieurs
terrariums ont été installés.

Sur la gauche, le premier vivarium, au sol recouvert d'écorces,
agrémenté de quelques plantes et de racines, est le lieu de
présentation de pythons royaux (Python regius).

Sur la droite, se trouve un petit enclos intérieur relié à une
installation extérieure en sable, dans laquelle étaient présentés
des crocodiles nains. Cette espèce a été remplacée par des
tortues panthères (Geochelone pardalis).




En face des tortues se trouvent 3 petits terrariums. Chacun est
agrémenté d'écorces et de quelques branches. Le premier est
le lieu de vie de blattes géantes (Gromphadorhina
portentosa
).

Le second vivarium est le lieu de vie de geckos diurnes
(Phelsuma madagascariensis).

Le troisième vivarium, de petite taille, était vide lors de ma visite.
Avant de quitter le couloir, on découvre, sur la gauche, un der-
nier terrarium de grande taille, comparable au premier et oc-
cupé par des boas de Madagascar (Sanzinia
madagascariensis
).


Terrarium des pythons
Terrarium des pythons - avril 2013


Enclos des loutres
Enclos des loutres - avril 2013
Le visiteur ressort alors de la caverne, pour se diriger sur la droite
et contourner un enclos de petite taille, formant une petite colline.
Le sol en herbe est agrémenté de quelques buissons et trois bassins
d'eau calme complètent les aménagements. Une famille de loutres
à cou tacheté (Hydrictis maculicollis), espèce unique en Europe,
y évolue.
Plusieurs points de vision contournent cet enclos.

Le visiteur poursuit sa visite au milieu des faux rochers et d'une
végétation dense, pour arriver devant de grands "faux" troncs,
et une baie vitrée offrant un point de vue sur l'île des hippopotames
pygmés et des drills.

En face du complexe des babouins, se trouve un autre enclos relati-
vement étendu.



Flèche

Un premier point de vision permet d'observer une série de
terrasses en sable, délimitées par des faux rochers. Dans
la partie arrière de l'enclos, on découvre une zone en herbe.
Cette installation est le lieu d'une cohabitation entre un
bongo (Tragelaphus eurycerus isaaci), un mâle cépha-
lophe du Natal (Cephalophus natalensis), le seul mâle
céphalophe à flancs roux (Cephalophus rufilatus)
d'Europe et un couple de grues couronnées noires
(Balearica pavonina pavonina).

Le sentier longe l'ensemble de l'enclos des antilopes des
forêts tropicales, pour offrir d'autres points de vue aux
visiteurs.


Enclos du bongo
Enclos du bongo - avril 2013


Enclos des buffles et potamochères
Enclos des buffles et potamochères - avril 2013


Sur la gauche du sentier, en face des bongos, se trouve un enclos
de grande taille, au sol en sable, entouré par une rivière, dans
lequel cohabitent des buffles nains (Syncerus caffer nanus) et
des potamochères (Potamochoerus porcus).
Les suidés disposent d'une zone surélevée pour se soustraire à
l'humeur des buffles.

Le visiteur continue de longer l'enclos des buffles ainsi que
celui des antilopes. Au bout de plusieurs virages, deux vitres
offrent un point de vision sur un enclos de taille moyenne, es-
carpé, formant un canyon avec au centre un bassin et sur les
côtés, des zones enherbées et des zones boisées. Cette in-
stallation recouverte d'un filet est consacrée à des panthères
d'Afrique (Panthera pardus).
Ambiance dans la zone Afrique Equatoriale
Ambiance dans la zone Afrique Equatoriale - avril 2013
Canyon des panthères
Canyon des panthères - avril 2013


Le sentier longe alors l'enclos des panthères, tout en surplombant
l'installation des buffles. A l'extrémité de l'enclos des panthères, le
visiteur entre dans un tronc percé de balcons surplombant une
installation entourée de faux rochers et d'un large fossé en eau.

Une petite rivière traverse une zone en herbe et un amas de
troncs morts. Cet enclos est le lieu de vie d'une famille de chim-
panzés (Pan troglodytes).

Au bout du tronc, un autre balcon offre une vue panoramique et
en hauteur sur un enclos relativement long, planté de plusieurs
arbres et de troncs morts. Enfin, une cascade et une rivière
traversent cette installation. Cet enclos est le lieu d'une cohabitation
entre un groupe de gorilles (Gorilla gorilla gorilla) et une famille
de mangabeys couronnés (Cercocebus atys lunulatus).


Ile des chimpanzés
Ile des chimpanzés - avril 2013
Enclos des gorilles et des cercopithèques
Enclos des gorilles et des cercopithèques - avril 2013


Le visiteur quitte alors le tronc situé en hauteur, pour redescendre
au niveau du sol des enclos. Cette descente se fait en longeant
l'installation des chimpanzés, pour déboucher sur un point de
vision sur un enclos pentu, en herbe, agrémenté d'un faux arbre
aux racines prohéminentes. Quelques faux rochers complètent
le décor.

Une seconde famille de gorilles (Gorilla gorilla gorilla) y
évolue aux côtés de cercopithèques de Brazza (Cercopithecus
neglectus) et de talopoins du Gabon (Miopithecus ogouensis).

Ces deux dernières espèces sortent en alternance un jour sur
deux.


Un maison en béton permet d'observer les 2 enclos des gorilles.
La visite se poursuit alors en longeant l'installation des grands
singes traversée par un ruisseau, complexe que l'on a pu observer
à partir du balcon.

Le visiteur traverse alors un autre couloir percé de vitre, per-
mettant de se trouver au coeur de l'enclos des gorilles.

Sur la gauche de ce couloir, se trouve une petite île occupée
par les grands singes, tandis qu'en arrière plan, on peut entre-
voir l'enclos des buffles.

Le visiteur ressort alors du couloir pour entrer dans un autre
monde du Bioparc Valencia.
Enclos des gorilles et des mangabeys
Enclos des gorilles et des mangabeys - avril 2013



Flèche

Le visiteur arrive alors au niveau d'une petite place, couverte
des rayons du soleil. Sur la droite, un ponton permet obser-
ver encore une fois l'enclos du second groupe de gorilles.

Au centre de la place, derrière une barrière épaisse, se
trouve un enclos en sable, entouré de faux rochers et doté
d'un vaste bassin dans lequel se jette une cascade. Cette
installation est le lieu de vie d'hippopotames amphibies
(Hippopotamus amphibius).

Enfin, sur la gauche de la salle, se trouve un vivarium à ciel
ouvert de grande taille. Ce terrarium se compose d'une
plage en sable agrémentée de papyrus et de deux bassins,
un au premier plan, le second à l'arrière plan.


Enclos des hippopotames
Enclos des hippopotames - avril 2013


Enclos des crocodiles du Nil
Enclos des crocodiles du Nil - avril 2013


Des crocodiles du Nil (Crocodylus niloticus) vivent
à ce niveau.

Après avoir quitté cette petite place, on peut observer
la totalité de l'enclos des buffles et des potamochères.

La visite se poursuit alors sur la droite, de sorte à
longer un petit enclos en herbe, planté de buissons.
Cet enclos de petite taille est le lieu de vie de tortues
sillonnées (Geochelone sulcata).

Le visiteur entre alors dans "Kitum", la caverne re-
présentant les zones humides.
Enclos des buffles et ambiance du parc
Enclos des buffles et ambiance du parc - avril 2013


Ambiance Afrique Equatoriale
Ambiance Afrique Equatoriale - avril 2013
Enclos des tortues
Enclos des tortues - avril 2013
Enclos des buffles
Enclos des buffles - avril 2013



Flèche

Une fois entré dans la grotte, le visiteur surplombe plusieurs
aquariums creusés dans la roche. Sur la droite, une ouverture
permet de découvrir l'enclos en sable des hippopotames.
Trois grandes baies vitrées offrent une vision sous marine sur
le bassin des mastodontes.

Le visiteur poursuit sa visite en hauteur pour observer, sur
la gauche, à travers une ouverture, un vaste enclos en sable,
agrémenté de falaises rocheuses et de cailloux. Cette plaine
en sable est consacrée à un groupe de 6 éléphants africains
(Loxodonta africana).

La visite se poursuit au coeur de la caverne et le sentier
descend légèrement en direction de la partie sous le niveau
de la mer.


Grotte Kitum
Grotte Kitum - avril 2013
Mur des terrariums
Mur des terrariums - avril 2013
Dans un virage se trouve un mur représentant les amphi-
biens, mur inauguré en 2012 et composé de 6 terrariums.

Le premier dont la moitié est en eau et l'autre moitié en
sable. Ce terrarium héberge des xénopes lisses (Xenopus
laevis).
Le second vivarium représentant une forêt humide, agré-
menté de mousses et de racines, est le lieu de vie de
crapauds buffles africains (Pyxicephalus adspersus).
Des mantellas dorés (Mantella aurantiaca) vivent dans
le troisième terrarium.

Les 2 vivariums suivants sont, comme celui des mantellas,
densément végétalisés et agrémentés de mousses et de
racines.



Ils sont occupés respectivement par des dendrobates
bleues (Dendrobates azureus) pour le premier et par
une cohabitation entre des épipedobates tricolores
(Epipedobates tricolor) et des dendrobates de
Pasco (Dendrobates lamasi).

Enfin, le dernier terrarium est consacré à des crapauds
de Mallorque (Alytes muletensis).

Le visiteur continue sa descente pour arriver au niveau
des 3 vitres d'aquavision sur l'enclos des hippopo-
tames.


Bassin des hippopotames
Bassin des hippopotames - avril 2013


Aquarium de la grotte Kitum
Aquarium de la grotte Kitum - avril 2013




Le bassin de ces artiodactyles est également occupé
par de nombreux cichlidés comme les protomèles
bleus (Protomelas phenochilus), les kadangos
(Copadichromis borleyi), les frontosas
(Cyphotilapia frontosa) ...

Le visiteur poursuit sa descente dans la grotte pour
bifurquer légèrement sur la gauche et avoir un point
de vision sous marin sur l'enclos des crocodiles du
Nil (Crocodylus niloticus) qui, comme au parc de
Bâle, partagent l'espace aquatique avec plusieurs
cichlidés.





Le visiteur remonte alors vers la sortie de la grotte
pour observer 3 aquariums ouverts sur le haut, oc-
cupés par différentes espèces de cichlidés.

Une fois ressorti de la caverne Kitum, le visiteur aperçoit
l’autre côté de l’enclos, des tortues à éperons. Cette
partie de l’installation est composée d’une zone enherbée
organisée autour d’un buisson central.

Enclos des éléphants
Enclos des éléphants - avril 2013



Flèche

Un peu plus loin sur la droite, en bordure du sentier,
s’étend un vaste bassin accolé à une falaise d’où tombe
une cascade. Cette étendue est reliée à l’enclos des
éléphants qui peuvent s’y baigner. Le point d’observation
bordant le bassin offre également une vue d’ensemble sur
l’enclos en sable des éléphants.

Dans le prolongement du bassin des éléphants, entouré de
papyrus, se dresse une petite île en sable, agrémentée de
branches, sur laquelle évoluent une colonie de spatules
blanches africaines (Platalea alba) et des pélicans gris
(Pelecanus rufescen
s).
En face du plan d’eau a été érigée une hutte en bois, où
sont racontés, plusieurs fois par jour, des contes pour
enfants.


Enclos des spatules
Enclos des spatules - avril 2013

Lac des éléphants
Lac des éléphants - avril 2013

Le visiteur passe alors devant le tronc qui abritait les
boas de Madagascar ainsi que les tortues léopards, pour
revenir au niveau d’une place où se situe le restaurant
principal du zoo ainsi qu’une boutique de souvenirs.

Accolé à la boutique, se dresse un porche dont le toit
est recouvert de paille, portique qui marque l’entrée
d’une arène de spectacle, entourée de gradins. Le
centre de l’aire de spectacle enherbé, est traversé par
un ruisseau, agrémenté de buissons et de quelques
rochers.

Un spectacle en vol libre, basé sur le thème africain, est
proposé aux visiteurs. Ce spectacle pédagogique
présente les différentes techniques de chasses des
oiseaux de la savane ainsi que les particularités de
chaque espèce.




On pourra ainsi y admirer un corbeau pie (
Corvus
albus
) et un calao terrestre (Buceros leadbeater)
casser un œuf artificiel, des marabouts (Leptoptilos
crumeniferus
), des cigognes d’Abdim (Ciconia
abdimi
), des vautours néophron moine
(
Necrosyrtes monachus), des vautours à tête
blanche (Trigonoceps occipitalis), des milans noirs
(Milvus migrans migrans), des vautour africains
(Gyps africanus) ou encore un pygargue vocifère
(Haliaeetus vocifer) voler et chasser. Enfin, deux
potamochères (Potamochoerus po
rcus) participent
également au spectacle.


Aire de spectacle
Aire de spectacle - avril 2013


Enclos des éléphants
Enclos des éléphants - avril 2013





La suite de la visite nous conduit à quitter l’arène au niveau
de la boutique pour contourner cette dernière, longer la
terrasse du restaurant et découvrir la zone du parc con-
sacrée à la savane.



Flèche



Au bord de la terrasse, coule une rivière relativement large.

Au centre du cours d’eau se dresse une île en sable con-
sacrée à plusieurs oiseaux et anatidés ayant accès à la quasi-
totalité de la zone savane. Parmi les espèces qui évoluent à
ce niveau, on peut citer les sarcidiornes d’Afrique
(Sarkidiornis melanotos melanotos), les dendrocygnes
fauves (Dendrocygna bicolor), des dendrocygnes veufs
(Dendrocygna viduata), des nettes rousses (Netta rufina)
ou encore les ibis sacrés (Threskiornis
aethiopica).


Ile des anatidés africains
Ile des anatidés africains - avril 2013


Plaine des girafes
Plaine des girafes - avril 2013



La rivière fait également office de séparation entre le chemin
de visite et la plaine africaine principale du zoo. Cette
dernière relativement longue, se caractérise par des zones
enherbée légèrement vallonnées et des zones en sable. Elle
accueille une cohabitation entre un groupe reproducteur de
girafes de Rotschild (Giraffa camelopardalis rotschildi),
des cobes à ellipse (Kobus ellipsyprimnus ellipsyprimnus),
des gazelles de Thomson (Gazella thomsonii), des dama-
lisques à front blanc (Damaliscus pygargus phillipsi), des
impalas (Aepycerus melampus), des grues royales
(Balearica regulorum) et des jabirus du Sénégal

(Ephippiorhynchus senegalensis).
Plaine des girafes
Plaine des girafes - avril 2013
Plaine des girafes
Plaine des girafes - avril 2013



Le sentier de visite longe alors la plaine des girafes, tandis
que le fossé en eau laisse place à un mur de faux rochers,
percé de petits espacements permettant d’observer les zones
de retrait à disposition des antilopes.

Au bout de l’allée, le visiteur découvre sur la droite, en
face des girafes, une autre partie de l’enclos des éléphants,
zone où les faux rochers ont été disposés, de sorte à former
des plateaux en sable.


Ambiance dans la zone savane
Ambiance dans la zone savane - avril 2013


Enclos des dik diks de Kirk
Enclos des dik diks de Kirk - avril 2013




Au détour d’un virage se trouve un petit enclos au sable
rouge, planté de nombreux arbustes épineux représentant
les savanes sèches, enclos occupé par des dik-diks de
Kirk (Madoqua kirki). En face des dik-diks, accolé à la
plaine des girafes, se trouve un enclos en sable duquel 
ressortent des monticules rocheux et quelques arbustes
et autres branches. Ce petit enclos délimité par une vitre,
semblant être prolongé par la plaine africaine, est le lieu
de présentation d’une colonie de suricates (Suricatta
suricata
).
Enclos des suricates
Enclos des suricates - avril 2013
Enclos des éléphants
Enclos des éléphants - avril 2013



Flèche

Le visiteur entame alors une ascension longeant la plaine
africaine sur la gauche, tandis que sur la droite s’étend
l’enclos secondaire des éléphants, entièrement en sable
et délimité par un ensemble de falaises rocheuses. Cette
installation peut soit être reliée à l’installation principale
des pachydermes que nous avons déjà eu l’occasion de
découvrir, soit être séparée pour isoler un animal ou ac-
cueillir une autre espèce. C’est ainsi que le jour de ma
visite, un groupe de dromadaires (Camelus
dromedarius
) y évoluait.

Mitoyen à l’enclos des chameaux se trouve le pré-parc
de
la plaine africaine, habituellement occupé par les
camélidés.


Enclos des dromadaires
Enclos des dromadaires - avril 2013


Enclos des lions
Enclos des lions - avril 2013

Le sentier sillonne alors au milieu d’une végétation sèche

pour arriver au niveau d’un enclos de taille moyenne, en
herbe, agrémenté d’un bassin et de quelques arbres, qui
héberge une troupe de lions (Panthera leo).

Un profond fossé non visible des visiteurs, permet de
séparer les carnivores de la plaine des girafes.
La suite de la visite nous conduit alors dans une volière
de contact divisée en 2 grandes parties. Sur la droite,
se trouve un espace enherbé et densément planté, tandis
que la partie gauche représente une falaise rocheuse
traversée par un torrent qui se jette dans un point d’eau
bordé  par une plage en sable.


Cette installation est le lieu de vie de pintades du Kenya
(Guttata pucherani pucherani), de spréos superbes
(Spreo superbus), de spréos royaux (Lamprotornis
regius
), des cigognes d'Abdim (Ciconia abdimii), des
pigeons roussards (Columba guinea), des ibis hagedash
(Bostrychia hagedash), des oedicnèmes du Cap
(Burrhinus capensis), des ombrettes africains (Scopus
umbretta
), des sarcelles du Cap (Anas capensis), des
damans des rochers (Procavia capensis capensis) et un
oréotrague (Oreotragus oreotragus saltatrixoide).

Le visiteur ressort alors de la volière de contact pour
découvrir un troisième point de vision sur la plaine des
girafes ainsi que sur l'enclos des lions.


Zone boisée de la volière de contact
Zone boisée de la volière de contact - avril 2013


Enclos des mangoustes zébrées
Enclos des mangoustes zébrées - avril 2013



Sur la droite, une vitre permet de découvrir la partie su-
périeure de la volière de contact, partie la plus rocailleuse.

Le visiteur se retrouve alors sur une petite place pavée,
bordant, sur la gauche, la plaine africaine tandis que sur
la droite, derrière des vitres ou des faux rochers, se trouve
un enclos en sable, planté de quelques palmiers et de
rochers. Cette installation est le lieu de présentation d'une
colonie de mangoustes zébrées (Mungo mungo).

La visite se poursuit au coeur de la savane africaine en
direction d'un pont métallique.



Partie rocheuse de la volière
Partie rocheuse de la volière - avril 2013
Ambiance de la zone sèche
Ambiance de la zone sèche - avril 2013



Flèche

Le sentier conduisant à ce pont longe, sur la gauche, la
seconde plaine africaine du parc. A ce niveau, l'étendue
en sable est interrompue par un monticule en herbe
planté de quelques arbres, sur lequel peuvent se réfugier
les marabouts africains (Leptoptilos cruminiferus) qui
ont été installés dans la plaine.

Sur la droite, se trouve l'enclos secondaire de la plaine.
Cette installation en sable est peu large mais relativement
longue. Un bassin et quelques arbres complètent ces
aménagements. Un rhinocéros mâle (Ceratotherium
simum simum) y vit aux côtés de grues royales
(Balearica regulorum).

Le visiteur poursuit alors sa visite sur le pont pour
dominer l'enclos d'isolement des rhinocéros.


Plateforme de retrait des marabouts
Plateforme de retrait des marabouts - avril 2013
Plaine des rhinocéros
Plaine des rhinocéros - avril 2013
Sur la gauche, se trouve la vaste plaine africaine en sable.
Au niveau du pont, une cascade se jette dans un fossé en
eau contournant l'ensemble de l'installation, jusqu'au niveau
de l'île des ibis sacrés et de la plaine des girafes.

En contrebas du pont, cette plaine est également plantée,
à certains endroits, de grands arbres. La seconde plaine
africaine, en sable, est le lieu de vie d'un trio de
rhinocéros blancs (Ceratotherium simum simum), d'un
groupe reproducteur de zèbres de Grant (Equus
burchellii boehmi), de grues royales (Balearica
regulorum) et d'autruches (Struthio camelus).

Les sarcidiornes, les dendrocygnes et les ibis sacrés ont
également accès à l'ensemble des fossés de l'installation.


Enclos secondaire des rhinocéros
Enclos secondaire des rhinocéros - avril 2013
Plaine des rhinocéros
Plaine des rhinocéros - avril 2013


Le sentier traverse une zone désertique plantée de nom-
breuses graminées, avant d'arriver au niveau d'une grotte
présentant le mode de vie des termites. Des termitères
artificielles se dressent également dans cette zone.

Sur la droite, un termitière entourée de sable est délimitée
par des murs en faux rochers et par des vitres. Cet en-
clos accueille des mangoustes naines (Helogale parvula).

Le visiteur entre alors à proprement parler dans la
caverne. Sur la gauche, un grand terrarium au sol re-
couvert d'écorces et planté de quelques plantes tropicales
est occupé par des pythons de Seba (Python sebae).


Enclos des mangoustes naines
Enclos des mangoustes naines - avril 2013


Tunnel des espces nocturnes
Tunnel des espaces nocturnes - avril 2013

Sur la droite, se trouvent 2 terrariums au dessous desquels
se trouve un réseau de galeries. Le premier terrarium,
agrémenté de branches et de racines, est le lieu de présen-
tation de varans du Nil (Varanus niloticus).

Le plus grand terrarium composé d'un enchevêtrement
de branchages est consacré à de rares rats géants de
Gambie (Cricetomys gambianus).

Enfin, le réseaux de galeries accueillait autrefois des rats
taupes nus (Heterocephalus glaber). Aujourd'hui des
souris épineuses d'Egypte (Acomys cahirinus) y évoluent.



Flèche

Au bout du couloir sillonnant entre les reptiles, se trouve une
zone de la caverne légèrement plus éclairée que précé-
demment.
A ce niveau se trouve une grotte visible derrière une baie
vitrée. Cette loge au sol en sable est agrémentée de quel-
ques branches mortes et de rochers et est le lieu de vie
de porc-épics africains (Hystrix africaeaustralis).

En se dirigeant vers la lumière, le visiteur peut quitter la
caverne pour gagner un point d'observation sur la plaine
des rhinocéros blancs.

La visite continue alors dans la caverne, pour emprunter
un autre chemin sombre.


Terrarium du python
Terrarium du python - avril 2013
Grotte des oryctéropes
Grotte des oryctéropes - avril 2013

Sur la droite du sentier, une seconde caverne en sable,
doublée d'une deuxième salle, sont consacrées à la
présentation d'oryctéropes (Orycteropus afer), dont
un jeune.

Le visiteur ressort alors de la grotte, pour emprunter
un chemin entouré de 2 enclos.

Celui de gauche, en relief, se compose de zones en
sable alternant avec des parties enherbées. Des rochers
et quelques arbres complètent les aménagements. Cette
installation est occupée par des hyènes tachetées
(Crocuta crocuta).


Sur la droite, se trouve un vaste enclos en sable, parsemé
de termitières et au sol recouvert de sable.
Cette installation accueille en alternance, des phacochères
(Phacochoerus africanus), des otocyons (Otocyon
megalotis) ou encore les oryctéropes (Orycteropus
afer).

Le visiteur est alors invité à traverser un pont métallique
pour arriver dans une partie du parc planté de nombreux
végétaux des milieux secs allant des graminées aux ar-
bustes épineux.

Le sentier nous ramène alors au niveau du cinéma sur la
droite duquel s'étend une aire de jeux pour enfants. Le
visiteur emprunte alors le pont traversant l'espace vert
de la ville, pour traverser la seconde boutique du zoo et
quitter le Bioparc.



Enclos des hyènes
Enclos des hyènes - avril 2013
Enclos des phacochères
Enclos des phacochères - avril 2013
Ambiance de la zone savane
Ambiance de la zone savane - avril 2013



Flèche



En conclusion, le Bioparc est un parc récent, spécialisé dans
la faune africaine, répartie en 3 grandes zones représentant
les principaux biotopes du continent noir à savoir la savane,
la forêt équatoriale et Madagascar.

Le climat de Valencia, offre au parc la possibilité d'im-
planter des palmiers et autres arbres des climats chaud,
contribuant à recréer au mieux le milieu de vie des animaux.
Les faux rochers sont cependant omniprésents rendant le
tout relativement artificiel.

La collection est totalement intégrée au concept du parc
et présente aux cotés des animaux les plus communs, des
espèces peu courantes en captivité comme les petites an-
tilopes ou encore les rats de Gambie.
Loutre à cou tacheté
Loutre à cou tacheté - avril 2013


Copyright ©  -  2007-2019  -  J. Bordonné  - Tous droits réservés