Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Faunia


Faunia
Avenue Comunidades 28
28032 Madrid
Espagne

Tel : +34 902 53 55 45

www.faunia.es

Logo Faunia








Horaires d'ouverture 2018

Tarifs d'entrée 2018
Présentation du parc
Les rapaces et la mini ferme
La "Guarderia de Dragones"
La "Baia de Steller "
La maison des croccodiles
La serre des papillons et insectes
Le monde de la nuit 1/3
Le monde de la nuit 2/3
Le monde de la nuit 3/3
Le Polarium
Les tortues, suricates et l'Australie
La mine 1/2
Manchot d'Adélie
Manchot d'Adélie - novembre 2017



La mine 2/2 et les dinosaures
L'enclos de contact
La jungle sud américaine 1/4
La jungle sud américaine 2/4
La jungle sud américaine 3/4
La jungle sud américaine 4/4
La volière des lémuriens
Le lac des pélicans et la lagune des flamants
Le monde des vénimeux 1/5
Le monde des vénimeux 2/5
Le monde des vénimeux 3/5
Le monde des vénimeux 4/5
Le monde des vénimeux 5/5
Conclusion



Flèche

Horaires d'ouverture 2018 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif et peuvent changer)



Janvier à mars et Novembre à Décembre

      10h30 à 16h00 en semaine
      10h30 à 18h00 les weekends               

Juin Juillet et Aout :
     10h30 à 20h00 en semaine
     10h30 à 00h00 les vendredis et samedis
     10h30 à 22h00 les dimanches

Septembre Octobre Avril et Mai :
     10h30 à 17h00 en semaine
     10h30 à 19h00 les weekends
Lémur à front blanc
Lémur à front blanc - novembre 2017



Flèche

Tarifs d'entrée 2018 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif et peuvent changer)


Mazama gris
Mazama gris - novembre 2017
Ticket individuel
     Adulte (8 à 64 ans) : 27,95 €
     Enfant (3 à 7 ans) : 21,45 €
     Sénior (+ 65 ans) : 21,45 €

Tickets en ligne
     Adulte (8 à 64 ans) : 15,90 €
     Enfant (3 à 7 ans) : 15,90 €
     Sénior (+ 65 ans) : 15,90 €
     Famille 1 (2 adultes et 1 enfant) : 79,00 €
     Famille 2 (2 adultes et 2 enfants) : 92,00 €
     Famille 3 (2 adultes et 3 enfants) : 105,00 €
 



Flèche

Présentation du parc





Le parc de Faunia est le second zoo de la
capitale espagnol et appartient égale-
ment au grand groupe Parque Reunidos.

Ce parc a été inauguré en 2001, initia-
lement connu sous le nom de Bioparc de
Madrid, il a été rebaptisé Faunia en 2002.

Organisé en plusieurs écosystèmes thé-
matiques, il accueille environ 150 espèces
différentes. Le nombre de visiteur
avoisinne les 400 000.
Bernache de Magellan
Bernache de Magellan - novembre 2017



Flèche

Visite du zoo



Après avoir franchit l’allée, le visiteur se
trouve plongé dans un espace à la végé-
tation luxuriante où les stands photos
côtoient les boutiques du parc.
Des reproductions de squelettes de dino-
saures jalonnent également le parcours.

La visite démarre alors sur la droite, avec
un petit espace, dissimulé dans les sous
bois d’une forêt de pins, consacré aux
rapaces des spectacles. On pourra ainsi
observer des chouettes effraies (Tyto
alba
), des grands ducs de Sibérie (Bubu
bubo sibiricus
) ou encore des harfangs
des neiges (Nyctea scandiaca).


Zone de présentation des rapaces
Zone de présentation des rapaces - novembre 2017
Aire de spectacle
Aire de spectacle - novembre 2017
S’en suit un amphithéatre composé d’une
chaine de faux rochers et de plantes
artificielles, zone où un spectacle est
présenté plusieurs fois par jour.

Le sentier nous conduit alors vers « La
Granja » qui démarre la visite anima-
lière.
Le premier enclos de la mini ferme,
situé sur la gauche d’une petite place,
dispose d’un sol en terre et est agré-
menté de souches et de rochers.
Il héberge un petit troupeau de chèvres
naines (Capra hircus).


Face à nous se dresse un grand enclos
entouré de planches en bois, enclos
formant un monticule de terre parcouru
de faux rochers et de quelques souches.
Des bulles de plexiglas permettent aux
jeunes visiteurs de profiter d’une vue
originale sur la colonie de chiens de
prairie (Cynomys ludovicianus) hébergée
ici.


Sur la droite de la place se trouve un autre
enclos de taille moyenne, recréant une
place de village avec son puit, son poulail-
ler et  ses granges.


Enclos des chiens de prairie
Enclos des chiens de prairie - novembre 2017
Enclos typique de la mini ferme
Enclos typique de la mini ferme - novembre 2017
Cet enclos est le lieu de vie de poneys
Falabella (Equus caballus) et de moutons 
mérinos (Ovis aries).

Dans le prolongement du village on dé-
couvre un autre enclos en terre, en
pente légère au centre duquel poussent
des platanes. Cet espace organisé en
terrasses est occupé par un troupeau de
chèvres naines (Capra hircus), de mou-
tons d’Ouessant (Ovis aries) et d’ânes
gris (Equus asinus).
Un pré parc ainsi que deux abris en bois
complètent cet enclos.




Face à la bergerie, on peut observer le
dernier enclos de la mini ferme, au sol
en sable, ombragé par un olivier et con-
sacré à des cochons vietnamiens (Sus
scofra
).

C’est ainsi que s’achève la découverte
de la mini ferme du zoo.
Enclos des chèvres
Enclos des chèvres - novembre 2017



Flèche

Après un virage à angle droite, nous
découvrons, sur la gauche, une porte
vitrée nous invitant à entrer dans un
local chauffé, la « Guarderia de
Dragones ».
Une fois entré dans cette maison, nous
pouvons observer, sur la droite, deux
vastes loges intérieures au sol recou-
vert d’écorces humidifiées.

Au fond de chaque loge, un décor de
faux rochers est présenté, doublé de
quelques souches.


Loge des dragons de Komodo
Loge des dragons de Komodo - novembre 2017


Espace des poissons
Espace des poissons - novembre 2017

Ces vivariums sont le lieu de vie de
varans de Komodo (Varanus
komodensis
).

Face aux terrariums, s’aligne une série
d’aquariums d’eau douce. Les premiers
sont surmontés de bacs de fougères et
autres plantes tropicales et présentent
des guppys (
Poecilia reticulata) et des
xyphos porte épées (Xiphophorus
hellerii
).


Plus loin, un autre bac est le lieu de vie
de tortues pseudogéographiques
(Graptemys pseudogeographica), les
autres bacs étaient vides lors de ma
visite.

Enfin, le long du mur se dresse une autre
rangée de terrarum agrémentés de sou-
ches en bois et de plantes artificiels. Ces
derniers sont consacrés à des pythons
réticulés (Python reticulatus).

Nous quittons alors la maison des dra-
gons pour revenr à l’aire libre et découvrir
un enclos extérieur délimité par de hautes
baies vitrées, disposant d’un sol en herbe,
de nombreux rochers et planté de palmiers. 



Vivariums des serpents
Vivariums des serpents - novembre 2017
Iles des singes
Iles des singes - novembre 2017


Cet enclos extérieur offre un accès à l’air
libre aux varans.

Nous arrivons alors  sur une grande place
qui devance la terrasse du restaurant du
zoo. Cette place est bordée par un grand
lac duquel ressortent trois îles artificielles
au sol recouvert d’un tapis rappelant le
faux gazon et garnies de piquets en bois.
Toutes ces îles sont reliées entre par des
troncs et des cordes. Ce complexe est le
lieu de vie d’un groupe de capucins bruns
(Cebus apella).
Espace des tortues
Espace des tortues - novembre 2017
Enclos extérieur des varans
Enclos extérieur des varans - novembre 2017



Flèche

Le visiteur continue alors sa découverte
du parc de Faunia, pour arriver au niveau
d’une zone plantée où se dressent des
statues d’éléphants de mer. L’allée est
surmontée d’une arche indiquant « Baia
de Steller » et marquant l’entrée du
complexe aquatique du parc. 

Ce dernier se compose d’un grand bassin
entouré de vitres offrant une vue sous
marine. A l’arrière plan, on trouve une
plage de faux rochers, entourée par un
mur de faux rochers représentant no-
tamment un phare.


Entrée dans la zone des otaries
Entrée dans la zone des otaries - novembre 2017
Bassin des otaries
Bassin des otaries - novembre 2017

Enfin, des gradins entourent cet ensemble
où un spectacle est proposé quotidien-
nement. La baie est occupée par des
otaries de Californie (Zalophus
californianus
) et par des otaries de Steller
(Eumetopias jubatus).

Comme dans de nombreux parcs espa-
gnols, un espace photo permet aux visi-
teurs de réaliser une image aux cotés
des otaries.




Nous quittons alors le complexe aqua-
tique pour avancer sur un sentier en-
touré de plantes tropicales. Sur la
droite de ce sentier,  un ensemble de 
barrières en bois délimitent une piste
où sont proposées des balades à dos
de poneys (Equus caballus).


Zone de promenade à poneys
Zone de promenade à poneys - novembre 2017


Volière des loris
Volière des loris - novembre 2017


Face à cette piste se dresse une volière
au sol en sable, agrémentée de tiges
de bambous et de perchoirs en bois.
Cette volière accueille des touracos
violets (Musophaga violacea), des tou-
racos paulines (Tauraco erythrolophus)
et des loriquets arc en ciel
(Trichoglossus haematodus).



Flèche

Nous revenons alors sur l’allée princi-
pale pour gagner un grand bâtiment
recouvert de lière, dont l’entrée se
situe sur la droite. Une fois entré dans
le « Manglar Cocodrilo », le visiteur
est plongé dans une ambiance chaude. 

L’allée sillone entre plusieurs enclos,
le tout dans une mabiance tropicale
recréée par la présence de faux rochers
et de plantes tropicales. Sur la gauche,
on observe un premier enclos entouré de
vitres.


Serre des crocodiles
Serre des crocodiles - novembre 2017


Espace des petits singes
Espace des petits singes - novembre 2017


Ce dernier se compose d’un grand bassin
entouré de plages en sable, plantées de
cocotiers et de troncs morts. Un groupe
de crocodiles  du Nil (Crocodylus niloticus)
y évolue.

Face aux sauriens se dresse une loge in-
térieure visible derrière une vitre. Cette
loge est densément plantée et traversée
par de nombreuses branches et autres
cordes. Des tamarins lions dorés
(Leontopithecus rosalia) y sont présentés.


Le sentier contourne alors l’enclos des
crocodiles du Nil pour arriver vers un
second enclos intérieur, composé d’un
grand bassin duquel émergent de faux
troncs. Ce bassin relié avec une petite
plage en terre est consacrée  à un
second groupe de crocodiles du Nil.

Une vision sous marine est proposée sur
ce bassin et permet d’admirer également
quelques cichlidés tels : tilapias du Nil
(Oreochromis niloticus) ; tilapias zébrés
(Heterotilapia buttikoferi) ou encore des
cichlidés Mbunas (Pseudotropheus
mbuna
).
Bassin des crocodiles
Bassin des crocodiles - novembre 2017



Flèche



Nous ressortons alors de la maison des
crocodiles pour gagner un second edifice,
»El Jardin del Eden » à l’intérieur duquel
se poursuit la visite.
Un sentier en bois traverse une végétation
luxuriante  où les plantes tropicales cô-
toient les lianes et les bmabous.
Cette serre est consacrée aux papillons.


Ambiance dans le parc
Ambiance dans le parc - novembre 2017


Serre des papillons
Serre des papillons - novembre 2017

Parmi les espèces évoluant en totale
libertée, on peut citer :  Caligo eurilochus ;
Dryas julia ; Parides iphidamus ; Attacus
atlas ; Papilio polytes ; Eryphanis polyxena ;
Siproeta epaphus ; Papilio rumanzovia ;
Kallima inachus ; Papilio demoleus ; Idea
leuconoe ; Greta oto ; Heliconius
charitonius ; Heliconius melpomene ;
Morpho peleides ; Morpho achilles ;
Danaus plexippus.


Un couple de canaris domestiques (Serinus
canaria domesticus) égaie l’ambiance de
leur chant mélodieux.
Le long du couloir de visite se dressent
plusieurs panneaux pédagogiques sur la
vie et l’évolution des papillons, mais
également plusieurs terrariums.

Ces derniers sont tous présentés en paires.
Ils disposent d’un sol en terre et sont amé-
nagés de quelques écorces. Le premier
vivarium est consacré à des phasmes brin-
dilles du Vietnam (Baculum extradentatum).


Vivarium des phasmes
Vivarium des phasmes - novembre 2017




Ambiance dans la serre des papillons
Ambiance dans la serre des papillons - novembre 2017
Le second complexe présente des mygales
de Smith (Brachypelma smithi) dans le bac
de droite, et des phasmes feuilles (Phyllium
philippinium
) dans celui de gauche.

Des phamses de Java (Heteropteryx dilatata)
évoluent dans le cinquième insectarium. Plus
loin, au détour d’un virage, le visiteur dé-
couvre un autre ensemble de deux vivariums
occupés par des phasmes des Philippines
(Pharnacia ponderosa) et des phasmes
feuilles (Phyllium philippinium).

Enfin, une dernière vitrine présente les
chrysalides des différentes espèces
évoluant dans la serre.







Nous quittons alors l’ambiance tropicale pour
gagner une salle entourée d’alvéoles, repré-
sentant une ruche.

Cet espace pédagogique informe le visiteur
sur la production du miel et l’organisation
d’un essain d’abeilles.
Ruche artificielle
Zone de présentation des rapaces - novembre 2017



Flèche


Le visiteur revient alors à l’air libre pour
traverser une zone végétalisée, avant de
découvrir une allée bifurquant sur la
droite surmontée d’une arche. Cet es-
pace nous invite à pénétrer dans
« Pabelón de la Noche – Sombras
silenciosas » qui comme son nom le
laisse à penser est consacré au monde
de la nuit.


Entrée dans le nocturama
Entrée dans le nocturama - novembre 2017



Loge des galagos
Loge des galagos - novembre 2017

C’est ainsi que démarre la visite du vaste
noctarium du zoo. Ce dernier est traversé
par un large couloir de visite bordé de
part et d’autre par des loges intérieures.
La première loge que nous pouvons ob-
server est située sur la gauche et s’or-
ganise autour de troncs artificiels. Le sol
est creusé d’un petit bassin et recouvert
de feuilles mortes. Une famille de mouf-
fettes rayées (Mephitis mephitis) y
évolue.


Plus loin, la seconde loge de gauche est
consacrée à l’Afrique. L’arrière plan est
tapissé de faux rochers percés de cavités,
le sol est recouvert de sable et plusieurs
branches mortes complètent les décors.
Cette installation accueille des lièvres
sauteurs (Pedetes capensis) et des gala-
gos du Sénégal (
Galago senegalensis).

Dans le prolongement de ces animaux du
désert, se dresse une seconde loge iden-
tique à la précédente en termes d’amé-
nagements mais plus spacieuse. Cet es-
pace voit cohabiter des oryctéropes
(Oryctropus afer) et des diks diks de Kirk
(Madoqua kirki).


Exemple de loge dans le nocturama
Exemple de loge dans le nocturama - novembre 2017
Exemple de loge dans le nocturama
Zone de présentation des rapaces - novembre 2017
Face à l’Afrique, un vaste enclos en for-
me de demi-cercle est consacré à
l’Amérique du Sud. Cette loge est tra-
versée par de nombreuses branches
faites de faux rochers et par quelques
plantes artificielles et autres lianes.
Un couple de douroucoulis de Nancy
(Aotus nancymae) – les seuls représen-
tants de leur espèce présentés au
public en Europe – s’y ébattent aux
cotés de tamanduas (Tamandua
tetradactyla
).



Flèche


A la suite des tamaduas, se dresse une
loge de taille moyenne mais aménagée
de nombreux faux rochers, offrant des
possibilités d’évolution à différentes
hauteurs, est consacrée à des chats
marsupiaux (Dasyurus viverrinus).

A la suite des quolls, se dresse une lar-
ge loge comparable à celle des taman-
duas. Cette dernière est le lieu de vie
de binturongs (Arctictis binturongs).


Loge des binturongs
Loge des binturongs - novembre 2017


Enclos des paresseux
Enclos des paresseux - novembre 2017
Sur la gauche de l’allée, dans le coude
d’un virage, on peut observer un viva-
rium de grand formé de faux rochers,
de troncs, de plantes articifielles et
creusé d’un bassin.
Cet espace est dédié à des pythons
réticulés (Python reticulatus).

Notre avancé sous les étoiles se pour-
suit pour emprunter un virage à angle
droite, sur la droite duquel un loge
désertique a été édifiée. Cette der-
nière rappelle le désert par son sable
et ses nombreux faux rochers et ac-
cueille des fennecs (Vulpes zerda).




A la suite des canidés, on peut observer
un espace de largeur moyenne mais
relativement profond. Des nombreuses
branches, plantes artificielles et autre
lianes s’y enlacent et offrent diverses
possibilités d’évolution aux paresseux
de Hoffmann (Choloepus hoffmanni)
évoluant à ce niveau.


Aquarium
Aquarium - novembre 2017


Loge des chauves souris
Loge des chauves souris - novembre 2017


Face aux paresseux, un double enclos
est parsemé de stalagmites, formant
une grotte naturelle. Un tunnel vitré
permet aux visiteurs de traverser cette
grotte au sein de laquelle vivent des
roussettes d’Egypte (Rousettus
aegyptiacus
) et des chauves souris de
Seba (Carollia perspicillata).



Flèche

A la sortie du tunnel, le visiteur fait face
à deux aquariums. Celui situé le plus à
droite, est agrémenté de hautes val-
lisneris et présente des poissons élé-
phants (Gnathonemus petersii), tout en
mettant en avant la particularité que
ces poissons ont d’émettre des déchar-
ges électriques.

Le second bac est consacré à l’eau de
mer et accueille des gobies de feu
(Nemateleotris magnifica) et des hip-
pocampes à long nez (Hippocampus
reidi
).


Exemple de loge du noctarium
Exemple de loge du noctarium - novembre 2017


Exemple de loge du noctarium
Exemple de loge du noctarium - novembre 2017
Suite à ces aquariums, nous bifurquons
une seconde fois à 90°, pour découvrir,
sur la gauche, bordant le couloir, une
loge intérieure agrémentée de troncs,
de bambous et de feuillus. Cet espace
est consacré à des douroucoulis commun
(Aotus trivirgatus) tandis que des tatous
(Tolypeutes matacus) animent le sol re-
couvert de feuilles mortes.

Perpendiculaire à la loge des douroucoulis
s’étend le plus grand enclos du noctarium.
Ce dernier représente un morceau de jun-
gle tropicale avec son bois mort, ses
grands arbres et sa végétation dense. On
pourra y observer des ocelots (Leopardus
pardalis
).


Nous poursuivons alors notra avancée dans
le monde de la nuit pour gagner un grand
enclos situé sur la gauche. Ce dernier,
relativement artificiel, est agrémenté de
multiples faux rochers, de souches, d’une
cascade et d’un bassin et présente un
groupe de ratons laveurs (Procyon lotor).

Sur la gauche de l’allée, dans le prolon-
gement de l’installation des ratons
laveurs se dressent deux autres loges
identiques, traversées toutes deux par
des ruisseaux et décorées de nombreux
faux rochers.


Exemple de loge du noctarium
Exemple de loge du noctarium - novembre 2017
Douroucouli de Nancy
Douroucouli de Nancy - novembre 2017
 Quelques souches apportent un peu de
naturel à l’ensemble. La première loge
est le lieu de vie de rares genettes
communes (Genetta genetta) tandis que
la seconde héberge des loutres naines
(Aonyx cinerea).


Sur la droite du couloir, face aux carni-
vores, on peut observer 3 autres loges.
Ces dernières disposent d’un sol en
terre recouvert de feuilles mortes. Les
faux rochers, côtoient de nombreux
troncs, des lianes ainsi que de la ver-
dure.


Dans l’ordre de visite on pourra
admirer des coendous (Coendou
prehensilis
) qui évoluent aux cotés de
douroucoulis (Aotus trivirgatus) au
sein de la première loge.

Des pottos (Perodicticus potto) occu-
pent la seconde loge tandis que la
découverte du monde s’achève par
l’observation de pythons birmans
(Python molurus bivittatus).

De retour à l’air libre, le sentier de visite
gravit une petite montée entourée de
plantations, avant d’arriver devant le
prochain pavillon thématique du parc
Faunia, « Los Polos ».


Hippocampe
Hippocampe - novembre 2017



Flèche

L’entrée dans ce bâtiment se fait au
travers d’un couloir où le bleu et le
blanc mettent à l’honneur la banquise
et ses habitants.
De nombreux pédagogiques ornent les
murs glacés de cet espace. Au bout du
couloir, le visiteur arrive dans une
grande salle bordée par une large baie
vitrée s’ouvrant sur le polarium du zoo.

Au premier plan, un bassin en aquavision
permet aux manchots de s’adonner à la
plongée. A l’arrière plan, s’étend une
grande plage faite de faux rochers recou-
verte de neige artificielle projetée con-
tinuellement. Au fond, enfin, des falaises
complètent les décors.




Loge des manchots
Loge des manchots - novembre 2017
Enclos des manchots de Humboldt
Enclos des manchots de Humboldt - novembre 2017

Au sein de cet enclos, on pourra voir co-
habiter des manchots royaux
(Aptenodytes patagonicus), des manchots
papous (Pygoscelis papua), des manchots
d’Adélie (Pygoscelis adeliae) – qui ne sont
visibles qu’à Madrid en Europe – des
manchots de Magellan (Spheniscus
magellanicus
), des manchots à jugulaire
(Pygoscelis antarcticus), des gorfous
sauteurs (Eudyptes chrysocome) et des
mouettes à tête grise (Larus cirrocephalus).




Des bancs permettent de profiter de la
quiétude de cet espace polaire. Nous
continuons alors notre progression dans
le pavillon blanc pour découvrir une
autre loge de grande taille, composée
d’un bassin et de plages de galets.
De la verdure et des troncs ont été dis-
séminés dans cet enclos occupé par des 
manchots de Humboldt (Spheniscus
humboldti
).


Bassin des manchots
Bassin des manchots - novembre 2017


Aquarium des poles
Aquarium des poles - novembre 2017
Le couloir amorce alors une descente dans
une grotte qui permet d’admirer les man-
chots royaux évoluer sous l’eau. Au centre
de la salle, on peut également un aquarium
en forme de colone, peuplé de serrans
royaux (Serranus scriba), de saupes (Sarpa
salpa
) et de la bres espagnols (Bodianus
rufus
).

Sur la droite de la colonne, intégré dans le
mur de glace se trouve un bac marin, pré-
sentant des anémones de mer et des
poissons sangliers de mer (Capros aper).


Sur la gauche une grande baie vitrée s’ouvre sur le bassin du polarium au fond duquel se trouve un squelette de baleine. La lumière nous conduit alors vers la sortie du pavillon polaire.



Flèche

De retour à l’air libre, nous arrivons devant
un carrefour. Le sentier le plus à droite
nous conduit vers un cinéma dynamique où
une animation est proposée quotidien-
nement.

Dans l’angle de ce carrefour se dresse un
enclos en herbe, entouré de grillage percé
de baies vitrées. Cet enclos est aménagé
de rochers, d’un bac de sable et de quel-
ques palmiers.

Il est consacré à des tortues à éperons
(Geochelone sulcata), des tortues géantes
(Geochelone gigantea) et des grues royales
(Balearica regulorum).



Enclos des tortues
Enclos des tortues - novembre 2017
Enclos des suricates
Enclos des suricates - novembre 2017
Nous allons alors laisser le cinéma derrière
nous et continuer la découverte du parc
Faunia, en passant devant un e terrasse
bordée par plusieurs snacks. Au bout de
cette terrasse, le sentier s’enlace autour
d’un grand enclos en légère pente, au sol
recouvert de sable et d’écorces, planté par
endroit de grands feuillus et de plantes
grasses tandis que d’autres zones sont
dégagées.

Cet espace très esthétique est occupé par
une colonie de suricates (Suricatta
suricatta
). 


Nous quittons alors «Territorio suricata »
pour entrer dans un autre monde de Faunia
« Territorio Australiano » qui comme son
nom le laisse à penser est consacré au
cinquième continent. 

A ce niveau, sur la gauche de l’allée, une
palissade en bois percée de baies vitrées,
s’ouvre sur un enclos en pente douce, au
sol en herbe,  agrémenté de quelques
pins et de rochers.
Cet enclos voit cohabiter des wallabies
de Bennett (Macropus rufogriseus) et des
émeus (Dromaius
novaehollandiae).


Enclos des wallabies
Enclos des wallabies - novembre 2017
Nursery
Nursery - novembre 2017



L’allée gravit alors une petite pente. Sur
la droite se dresse une cabane devancée
d’un auvent à partir duquel nous pouvons
obervser la « nursery » du parc. Plusieurs
vitres s’ouvrent ainsi sur une collection
présentant la diversité des œufs pondus
par les oiseaux, puis un groupe de cou-
veuse, pour finir par des éleveuses pré-
sentant des poussins à différents stades
de croissance.




Le visiteur bifurque alors sur la gauche,
de sorte à pouvoir entrer dans l’enclos
des wallabies et ainsi entrer au contact
direct de ces marsupiaux.
Dans le prolongement de l’enclos au-
stralien, nous gagons une mine souter-
raine pour découvrir « Misterios Baja
Terra ».
Enclos des suricates
Enclos des suricates - novembre 2017



Flèche

Une fois dans l’antre de la grotte, des
pierres précieuses sont mises à l’hon-
neur. Sur la droite, percé dans la roche
artificielle, se trouve un vivarium fait
de faux rochers et aménagé de lianes
et de plantes artificielles. Cet espace
présente des pythons améthistes
(Morelia amethistina).

Plus loin, des iguanes des Fidjis
(Brachylophus sp.) évoluent au sein d’un
vaste terrarium fait de faux rochers, de
cordes, de lianes et de plantes vertes.


Exemple de vivarium de la mine
Exemple de vivarium de la mine - novembre 2017


Aquarium de la mine
Aquarium de la mine - novembre 2017
La plongée sous terraine se poursuit
alors pour gagner  un troisième vivarium
tapissé de sable, cactus et rochers qui
accueille des  fouettes queues
(Uromastyx sp.).

Mitoyen aux reptiles se trouve un aqua-
rium garnie de racines, consacré à des
gouramis géants (
Osphronemus goramy)
et des poissons chats géants (Pangasius
sanitwongsei
).
Un second bac héberge pour sa part des
piranhas à ventre rouge (Pygocentrus
nattereri
).


Après avoir avancé dans la mine, le
visiteur découvre, sur la droite, un grand
vivarium où les faux rochers sont très
présents et doublé de structures en bois,
d’un sol en terre et d’un bassin. Cet es-
pace est le lieu de vie de varans de
Salvadori (Varanus salvadorii).

Accolé à la loge des varans, se trouve un
second terrarium comparable en termes
d’aménagements et occupé par des lé-
zards à collerette (Chlamydosaurus kingii).


Vivarium de la mine
Vivarium de la mine - novembre 2017


Aquarium de la mine
Aquarium de la mine - novembre 2017

Au fond de la mine, le visiteur pourra ob-
server de rares salamandres géantes de
Chine (Andrias davidianus), dans un aqua-
rium au fond recouvert de gravier.

Le couloir tend alors à remonter tout en
longeant un ensemble de galeries creu-
sées dans le mur et visible à travers des
vitres. Ce réseau est occupé par une
colonie de rats taupes nus
(Heterocephalus glaber). 



Flèche

La remontée se poursuit et permet de
longer trois aquariums distincts. Le pre-
mier d’eau douce, est aménagé de quel-
ques racines et présente des axolotls
(Ambystoma mexicanum). 

Le second  bac  est rempli d’eau de mer,
dispose d’un fond recouvert de gravier
et est aménagé de quelques rochers. Ce
dernier est occupé par des anguilles des
jardins (Heteroconger sp.).


Vivarium des geckos
Vivarium des geckos - novembre 2017


Aquarium des tétras aveugles
Aquarium des tétras aveugles - novembre 2017
Enfin, des tétras aveugles (Astyanax
mexicanus
) complètent cette série con-
sacrée aux animaux aquatiques et évo-
luent dans une grotte reconstituée. Le
visiteur poursuit alors sa découverte
de la caverne, pour découvrir, sur la
gauche du couloir, un vivarium com-
posé d’un grand bassin, entouré de
plages de galets, de quelques plantes
vertes et de  racines. Cette installation
accueille des geckos géants de
Nouvelle Calédonie (
Rhacodactylus
leachianus
).


Nous rejoignons alors la lumière du jour et
l’air libre pour gagner un promontoire, sur
la droite duquel se dresse un enclos de tail-
le moyenne, au sol en herbe, organisé au-
tour de bambous, d’oliviers et de pins.
Des structures d’escalade en cordes et en
branches complètent les décors du territoire
des pandas roux (Ailurus fulgens).

Face à ces carnivores, le visiteur est invité
à entrer dans un grand enclos au sol re-
couvert d’écorces. Un sentier en sable tra-
verse ce dernier ombragé par quelques pins.
Un groupe de kangourous  roux (Macropus
rufus
) s’y ébat.


Enclos des petits pandas
Enclos des petits pandas - novembre 2017
Enclos des kangourous
Zone de présentation des rapaces - novembre 2017




Après avoir traversé l’espace des marsu-
piaux, le visiteur arrive dans une zone vé-
gétalisée  agrémentée de statuts de dino-
saures.  Au cœur du Jurassic se trouve
aussi une esplanade où un spectacle
d’oiseaux en vol libre est proposé plusieurs
fois par jour.

Plusieurs rapaces, becs crochus et frugi-
vores sont ainsi mis à l’honneur.




L’allée parcourt alors le jurassique pour
gagner une place bordée par un restaurant
et une grande porte en bois qui nous invite
à entre dans « Bosque Templado », un
vaste enclos de contact traversé par un
ruisseau et représentant une forêt de coni-
fères.  Ce vaste enclos est divisé en deux
sections, l’une traversée par l’allée de
visite et la seconde séparé des visiteurs
par une cloture en bois. 
Ambiance dans le monde des dinosaures
Ambiance dans le monde des dinosaures - novembre 2017


Ambiance dans le monde des dinosaures
Ambiance dans le monde des dinosaures - novembre 2017


Aire de spectacles
Aire de spectacles - novembre 2017
Ambiance dans le monde des dinosaures
Ambiance dans le monde des dinosaures - novembre 2017
Ambiance dans le monde des dinosaures
Ambiance dans le monde des dinosaures - novembre 2017



Flèche



Au cœur de cette forêt on pourra observer
des nandous (Rhea americana), un couple
de grues cendrées (Grus grus), des dindons
bronzés d’Amérique (Meleagris gallopavo),
des muntjacs de Chine (Muntiacus reevesi),
un très rare mazama gris (Mazama
gouazoubira
) – le seul représentant de son
espèce en Europe -  et des maras
(Dolichotis patagonum).


Forêt des nandous
Forêt des nandous - novembre 2017


Enclos des muntjacs
Enclos des muntjacs - novembre 2017



Au niveau de l’espace de contact qui est
aussi le plus grand, le visiteur aura la joie
d’observer un important troupeau de mun-
tjacs (Muntiacus reevesi), des grues de-
moiselles (Anthropoides virgo) ou encore
des  faisans argentés (Lophura nycthemera).



Flèche

A l’extrémité de l’allée, le visiteur ressort de
l’enclos de contact pour pénétrer dans une
grotte qui marque l’entrée dans la « Jungla ». 

La visite de ce pavillon démarre par une salle
pédaogique faisant référence à la forêt tro-
picale amazonienne.

A la suite de cette salle, le couloir de visite
traverse un tunnel vitré offrant une vision
sous marine sur un large bassin au sein
duquel nagent des lamantins (Trichechus
manatus
), des pacus (Colossoma
macroponum
), des arapaimas (Arapaima
gigas
), des silures à queue rouge
(Phractocephalus hemioliopterus), des
poissons chats tigres (Pseudoplatystomas
fasciatum), ...




Tunnel des lamantins
Tunnel des lamantins - novembre 2017
Aquarium des piranhas
Aquarum des piranhas - novembre 2017


..., de suribis tigres (Pseudoplatystoma
tigrinum
), de cichlidés à monocle (Cichla
monoculus
), de cichlidés oscars
(Astronotus ocellatus), d'arowanas
(Osteoglossum bicirrhosum), de poissons
chats meuniers (
Glyptoperichthys
gibbiceps
) ou encore des raies à ocelles
(Potamotrygon motoro).



Nous ressortons alors du tunnel pour ob-
server une série d’aquariums intégrés
dans les murs de la serre. Le premier
bac de cette rangée est nu de végétation
mais agrémenté de grosses racines. Il
présente des tétras de Colombie
(Hyphessobrycon columbianus). 

Le second bac, représente également un
bras d’Amazone avec ses racines, plan-
tes aquatiques et est peuplé de guppys
(
Poecilia reticulata) de forme sauvage.


Petits aquariums
Petits aquariums - novembre 2017



Exemple d'aquarium pour tétras
Exemple d'aquarium pour tétras - novembre 2017
Dans le prolongement des guppys se
dresse un autre bac légèrement plus
volumineux, au sein duquel nagent
des scalaires (
Pterophyllum scalare).

La rangée compte encore 3 aquariums 
comprabales aux précédents en termes
d’aménagements. Le premier est le lieu
de vie de lépisostés tachetés
(Lepisosteus oculatus) et de plécos
léopards (Pseudacanthicus leopardus) ;
le second présente des tétras cardinalis
(Paracheirodon axelrodi) tandis que le
dernier est consacré à des poissons
dollars rayés (Metynnis fasciatus).



Flèche

Sur la gauche de l’allée de visite, deux
autres vitres offrent une vision sub
aquatique sur le grand bassin des la-
matins. Le couloir de visite remonte
alors légèrement vers la lumière tout
en contournant plusieurs enclos in-
térieurs vitrés en façade.

Le premier de ces enclos est composé
d’un fond garni de faux rochers, dis-
pose d’un sol en terre et est traversé
par de nombreuses branches. Cette in-
stallation est occupée par des hutias
de Cuba (
Capromys piloroides).


Loge des hutias
Loge des hutias - novembre 2017
Volière des coqs de roche
Volière des coqs de roche - novembre 2017
La seconde loge située sur la droite de
l’allée dispose d’un esol en sable et
est traversée par de multiples bran-
ches et autres cordes.  Quelques plan-
tes artificielles apportent un peu de
verdure à cet ensemble qui abrite des
coqs de roche du Pérou (Rupicola
peruviana
).

Face aux oiseaux, une autre loge est
occupée par une famille de ouistitis à
toupet blanc (Callithrix jacchus).


Dans le prolongement de la volière des
ouistitis à toupets blancs se dresse une
seconde structure du même type à sa-
voir un sol en terre duquel ressortent
plusieurs branches et cordes.  Cette se-
conde loge est le lieu de présentation
d’une colonie de ouistitis de Goeldi
(Callimico goeldi).

La collection des petits singes s’enrichit
encore au fur et à mesure de notre
avancée avec, sur la droite du couloir,
une loge au fond tapissé de faux rochers.


Loge typique pour petits singes
Loge typique pour petits singes - novembre 2017


Loge typique pour petits singes
Loge typique pour petits singes - novembre 2017


De nombreuses branches s’y entrelacent
offrant diverses possibilités d’évolution
aux tamarins pinchés (Saguinus oedipus)
qui y cohabitent avec des tatous velus
(Chaetophractus vellosus).

Le visiteur débouche alors sur une gran-
de salle formant une serre circulaire.
Une ouverture nous permet d’admirer le
premier niveau de cet espace au sol en
herbe, planté de hauts arbres et de
buissons. L’ensemble est complété par
une cascade et des cordes.




Au sein de cette forêt secondaire s’ébat-
tent des sakis à face blanche (Pithecia
pithecia
), des aras macaos (Ara macao),
des ibis rouges (Eudocimus ruber), des
amazones à nuque jaune (Amazona
ochrocephala
), des amazones à front
bleu (Amazona aestiva) ou encore des
toucans tocos (Ramphastos toco).
Zone de vol libre
Zone de vol libre - novembre 2017



Flèche

Face au point de vision sur la forêt ama-
zonienne se dresse un terrarium de
grande taille, agrémenté de nombreuses
branches artificiels, vivarium occupé par
des iguanes rhinocéros (Cyclura cornuta).

La visite se poursuit alors au sein du
bâtiment Jungle qui est conçu comme
une colone, le couloir s’enlaçant au-
tour des enclos. Sur la gauche, la loge
que nous découvrons alors est relati-
vement longue, dispose d’un sol en
terre et est agrémenté de plusieurs
branches verticales, le fond étant gar-
ni de faux rochers. Cet espace est con-
sacré à un groupe de coatis (Nasua
nasua
).



Vivarium des iguanes
Vivarium des iguanes - novembre 2017

Vivarium des lézards caimans
Vivarium des lézards caimans - novembre 2017
Sur la droite du couloir s’alignent 3 ter-
rariums de taille moyenne. Le premier
d’entre eux est visible au travers de
deux vitres dont l’une offre une vision
sous marine. La seconde vitre permet
d’observer l’espace en terre, agré-
menté de racines et de quelques plan-
tes artificielles. Ce bac est occupé par
des lézards caïmans (Dracaena
guianensis
).

Le second vivarium dispose d’un sol for-
mé de feuilles mortes, traversée de faux
rochers surmontés de branches. Un
point d’eau et des fougères complètent
les décors du milieu de vie de pythons
améthystes (Simalia amethistina).


Le troisième terrarium est le plus petit
des trois mais dispose des mêmes amé-
nagements que les précédents et ac-
cueille des serpents faux corail
(Lampropeltis triangulum).

Face aux installations des reptiles, une
vitre permet d’observer la surface du
bassin des lamantins. L’ascenssion se
poursuit alors au cœur du bâtiment con-
sacré à la jungle tropicale. Ce dernier
forme une haute colone, le couloir de
visite formant une spirale autour des
différents enclos.


Zone de vol libre
Zone de vol libre - novembre 2017
Loge des petits singes
Loge des petits singes - novembre 2017


Dans le prolongement des vivariums, se
dresse une vaste loge au fond tapissé de
faux rochers, agrémentée de plusieurs
branches verticales et de cordes. Cet es-
pace dont le sol est recouvert de terre,
est dévolu à une famille de ouistitis à
toupets blancs (Callithrix jacchus) qui
cohabitent avec des tatous à six bandes
(Euphractus sexcinctus).



Flèche

Sur la gauche du sentier, dans la conti-
nuité du bassin des lamantins, se dres-
se un autre bassin doublé d’une plage
bétonné. Ce bras d’Amazonie agré-
menté de grandes souches est occupé
par des caimans à lunettes (Caiman
crocodilus
).

Face aux reptiles, dans une loge iden-
tique à celle des ouistitis à toupet blanc
bien que plus éclairée, évolue un groupe
de tamarins empereurs (Saguinus
imperator
) et d’accouchis verts
(Myoprocta acouchy).


Loge des tamarins
Loge des tamarins - novembre 2017
Ambiance dans la serre
Ambiance dans la serre - novembre 2017

Suite à la loge des callithricidés se dresse
un autre enclos intérieur. Ce dernier est
délimité par une vitre s’arrêtant à mi hau-
teur et laissant la possibilité aux oiseaux
d’entrer ou de sortir de cet enclos. Ce
dernier dispose d’un amas de faux rochers,
de quelques branches et présente des aras
araraunas (Ara araraunas), un hybride
d’ara militaire et d’ara chloroptère (Ara
militaris x Ara chloroptera
) et un toucan
toco (Ramphastos toco).



Enfin, à la suite de cet enclos, on peut
observer une dernière loge sur la droite
de l’allée. Celle-ci dispose d’un sol re-
couvert d’un substrat naturel, d’un petit
bassin, d’un amas de faux rochers et
est traversée par de nombreuses lianes.
Cette installation héberge des oustitis
pygmés (Cebuella pygmaea) et des
cochons d’Inde (Cavia porcellus).


Espace de vol libre
Espace de vol libre - novembre 2017


Enclos de contact des saimiris
Enclos de contact des saimiris - novembre 2017
Sur la gauche du couloir, séparé de ce
dernier par une large baie vitrée, se
trouve une volière de contact au sein
de laquelle le visiteur est invité à en-
trer. Celle-ci est densément végéta-
lisée et est agrémentée de structures
d’escalade en bois et en cordes.
Un groupe de saïmiris à casque gris
(Saimiri sciureus) s’y ébat aux cotés
d'aras araraunas (Ara ararauna).

De retour sur l’allée principale, le visiteur
avance vers la sortie du bâtiment. Avant
de quitter la jungle, un espace s’ouvre et
domine la canopée de la zone où vivent
les sakis à face blanche (Pithecia pithecia)
et les autres oiseaux.




Flèche


Le visiteur revient alors à l’air libre pour 
franchir une porte grillagée et entrer
dans une vaste volière pénétrante
« Bosque Africano ».

Là le sentier traverse une zone forestière
avec de grands arbres, des oliviers buis-
sonnants, des cordes et des branches. Cet
espace est consacré à l’Afrique et plus
spécialement à Madagascar.


Volière africaine des lémuriens
Volière africaine des lémuriens - novembre 2017


Volière africaine des lémuriens
Volière africaine des lémuriens - novembre 2017
On pourra y admirer une colonie de makis
cattas (Lemur catta), des varis roux
(Varecia rubra), des lémurs à front blanc
(Eulemur fulvus albifrons), des grues ro-
yales (Balearica regulorum), des ibis sa-
crés (Threskiornis aethiopicus), des
hérons garde bœufs (Bubulcus ibis) ; des
geais à face noire (
Calocitta colliei), des
choucadors pourpres (Lamprotornis
purpureus), des goélands leucophée
(Larus michahellis), des mouettes à
tête grise (Chroicocephalus cirrocephalus)
 et des touracos à joues blanches
(Tauraco leucotis).




Au détour d’un virage, une hutte a été
installée dans les faux rochers et est
visible à travers des vitres. Cette
hutte permet d’arbiter les animaux
durant la période froide.

Le visiteur traverse alors la forêt clair-
semée, pour ensuite quitter la volière
et continuer la découverte du parc de
Faunia.
Loge des lémuriens
Loge des lémuriens - novembre 2017



Flèche

L’allée principale longe alors un grand
lac sur lequel flottent quelques pontons
en bois. Des berges en terre, plantée de
quelques arbustes complètent les décors
de « Lago de Pelicanos », une étendue
d’eau sur laquelle évoluent des pélicans
à dos rosé (Pelecanus rufescens), des
pélicans blancs (Pelecanus onocrotalus),
des cormorans (Phalacocorax carbo), des
ouettes d’Egypte (Alopochen aegyptiacus)
et des cygnes noirs (Cygnus atratus).

Le sentier repasse alors devant l’entrée
du pavillon polaire, puis devant celle du
noctarium avant d’arriver au niveau de
la patte d’oie.


Lac des pélicans
Lac des pélicans - novembre 2017
Enclos des pécaris
Enclos des pécaris - novembre 2017
A cette intersection, nous retrouvons la
volière des loriquets arc en ciel
(Trichoglossus haematodus).

Là, nous allons emprunter le sentier le
plus à droite, pour découvrir un enclos
en sable, traversé par un bras d’eau.
Cet enclos planté d’imposants oliviers,
est délimité par des murets de faux
rochers, percés de vitres. Un groupe de
pécaris à collier (Pecari tajacu) y évolue.


Face à ces mammifères se trouve le grand
lac que nous avions déjà observé au début
de la visite. A ce niveau, nous pouvons
admirer la plage en herbe sur laquelle est
installée une colonie de flamants rouges
(Phoenicopterus ruber) et de flamants roses
(Phoenicopterus roseus).

Outre ces deux espèces, de nombreux ana-
tidés sont également visibles à ce niveau
parmis lesquels on peut citer : canard man-
darin (Aix galerita), ouettes de Magellan
(Chloephaga picta), tadorne radjah
(Tadorna radjah), casarca roux (Tadorna
ferruginea
), nette brune (Netta rufina),
tadorne de Belon (Tadorna tadorna), oie
empereur (Anser canagica).

Lagune des flamants roses
Lagune des flamants roses - novembre 2017



Flèche



Le visiteur continue alors sa visite pour
s’engager dans un couloir le conduisant
dans la gueule d’un crotale, marquant
l’entrée du pavillon « Veneno ».

Une fois entré dans cette bâtisse con-
sacrée aux espèces vénimeuses, nous
somme plongé dans une ambiance à la
lumière tamisé. Un premier aquarium
organisé autour d’une colone de rocaille,
présente des rascasses volantes
(Pteroides volitans).


Entrée du pavillon Veneno
Entrée du pavillon Veneno - novembre 2017



Aquarium
Aquarium  - novembre 2017
Sur la droite de la salle, un second bac
agrémenté de quelques plantes est
pour sa part occupé par des poissons
pierres (
Synanceia verrucosa).

Enfin, un troisième aquarium oval re-
présentant les récifs coraliens est
occupé par des poissons vaches
(
Lactoria cornuta) et des demoiselles
à queue jaune (Chrysiptera parasema).

Après la première salle salle consacrée
plus spécifiquement aux milieux aqua-
tiques, nous gagnons la seconde pièce
de ce bâtiment. Là, plusieurs terrariums
bordent les murs.




Le premier, recréant un milieu déser-
tique avec sa roche fauve et son sable
est occupé par des vipères heurtantes
(
Bitis arietans).

Le second vivarium accolé au précédent
représente quant à lui un espace tropi-
cale avec ses mousses, racines et plan-
tes vertes. Des rainettes singes
(Phyllomedusa bicolor) y vivent.


Ambiance dans le pavillon veneno
Ambiance dans le pavillon veneno - novembre 2017


Exemple des terrariums
Exemple de terrarium - novembre 2017


La présentation animalière est inter-
rompue par une vitrine, avant de re-
prendre par une série de 3 terrariums.
Ces deniers disposent d’un sol en sable
et sont aménagés de branches et de
faux rochers. On pourra y admirer dans
l’ordre de visite, des serpents faux
 corail (Lampropeltis triangulum) ; des
crotales pygmés (
Sistrurus miliarius)
puis des punaises assassines
(
Platymeris biguttata).



Flèche

Plus loin, après plusieurs vitrines pré-
sentant les utilisations faites des
venins des animaux, se dressent deux
colones enfermant chacun une branche.
Ces branches servent de support aux
toiles d’araignées qui y sont tissées
par les veuves noires d'Amérique
(
Latrodectus mactans) qui y sont
hébergées.

Plus loin, le long de ce mur, se dresse
un terrarium au fond recouvert de sable,
doublé d’un réseau de galeries sous
terraines, consacré à des mygales
babouins oranges (
Pterinochilus
m
urinus).


Exemple des terrariums
Exemple de terrarium - novembre 2017
Exposition pédagogique
  Exposition pédagogique - novembre 2017
Jouxtant le complexe des mygales, une
colonie de phasmes du Pérou
(Peruphasma schultei) s’ébat au cœur
d’un vivarium traversé de branches et
de plantes vertes.

La découverte du monde des animaux
vénimeux continue avec une série de
plusieurs terrariums occupés par des
serpents. Le premier, au sol en sable,
agrémentés de quelques branches
mortes et de rochers, abrite des crotales
cornus (
Crotalus cerastes).


Le second, plus végétalisé, traversé par
des lianes, de la mousse et quelques
racines, présente des vipères de
Schlegel (Bothriechis schlegelli).

Nous gagnons alors la troisième salle de
ce complexe plongé dans l’obscurité. Là,
un aquarium circulaire en façade, est le
lieu de vie d’une colonie de méduses
(Aurelia aurita).

Perpendiculaire à ces invertébrés, s’al-
longe un bac récifal, présentant de nom-
breuses anémones mettant en avant la
coopération entre ces anémones et les
poissons clowns.



Aquarium des méduses
Aquarium des méduses - novembre 2017

Vivarium pour serpents
Vivarium pour serpents - novembre 2017
Parmi les poissons clowns visibles au
sein de ce bac, on peut citer : poisson
clown épineux (Premnas biaculeatus),
de poissons clown ocellés (Amphiprion
ocellaris
) et de poissons clown à trois
bandes (Amphiprion tricinctus).

Au centre de cette pièce se dresse une
coupe de tête de serpent, présentant les
différentes glandes à venins, et muscles
permettant la mobilité des corchets. Sur
la gauche de cette pièce on peut admirer
un ensemble de trois vivariums accolés.
Ces derniers sont occupés par des am-
phibiens et conçus selon le même sché-
ma.



Flèche


Ils disposent d’un sol où la mousse côtoie
la terre, les racines servant de support à
la pousse de plantes vertes. Un petit point
d’eau et des noix de coco complètent les
décors.

Dans l’ordre de visite et à raison d’une
espèce par bac, on pourra y voir des den-
drobates terribles (Dendrobates terribilis),
des dendrobates bleues (Dendrobates
azureus
) puis des dendrobates à tapirer
(
Dendrobates tinctorius).


Terrarium des dendrobates
Terrarium des dendrobates - novembre 2017


Exemple de vivarium
Exemple de vivarium - novembre 2017
Perpendiculaure aux anoures se trouve
une autre série de trois aquariums. Ces
derniers sont formés d’une partie en eau,
surmontée d’îots en bois densément
plantés.

Le premier bac est le lieu de vie de trirons
orientaux (Cynops orientalis).

Le second est occupé apr des sonneurs
à ventre de feu (Bombina orientalis)
tandis que le dernier accueille des crotales
du Sri Lanka (Trimeresurus trigonocephalus).


La suite de la visite nous amène alors
dans la quatrième salle de ce complexe.
Au centre de cet espace se dresse plu-
sieurs vitrines consacrées aux outils de
manipulation et contention des animaux
sauvages, ou encore aux produits
médicaux issus de ces derniers.

Au cœur de cette salle plongée dans
l’obscurité, se trouvent 5 vivariums dis-
persés le long des murs. Le premier
d’entre eux, quasi sans lumière, est agré-
menté de quelques racines et de plantes
vertes. Il héberge des mocassins à tête
cuivrée (
Agkistrodon contortrix).



Exemple de vivarium
Exemple de vivarium - novembre 2017



Exemple de vivarium
Exemple de vivarium - novembre 2017
Le second bac dispose d’une partie basse
en eau et d’une partie emergée densé-
ment plantée. On pourra y observer des
tritons de Kaiser (Neurergus kaiseri).

Le vivarium suivant est agrémenté de
nombreux morceaux de bois et est
très peu éclairé. Il accueille des vipères
d'Amérique centrale (Lachesis stenophrys).

Dans le prolongement de ces serpents
vivent des vipères péliades (Vipera
ammodytes
). Ces reptiles évoluent
dans un milieu fait de terre d’écorces
et de quelques rochers.



Flèche

Enfin, pour compléter cette salle, on
pourra admirer un vivarium tapissé de
mousse consacré à des couleuvres de
Baron (Philodryas baroni).

Nous quittons alors la salle des mani-
pulations pour traverser un couloir sur
la droite duquel a été installée une
exposition de maquettes agrandies de
différents reptiles et amphibiens.
Au bout de ce couloir, sur la gauche,
un renfoncement nous amène devant
une large vitre, relativement haute,
agrémentée de quelques branches.
Cet espace est occupé par des loris
lents nains
(Nycticebus pygmaeus).



Exemple de vivarium
Exemple de vivarium - novembre 2017
Aquarium marin
Aquarium marin - novembre 2017
Un panneau d’information sur les
mammifères vénimeux jouxte et
illustre cette présentation. La suite
de la visite nous amène dans un
autre couloir, longeant, sur la droite,
un imposant aquarium d’eau de mer.

Ce dernier dispose d’une zone en
sable, et d’un massif rocailleux. On
pourra y voir nager des
poissons
coffres jaunes (
Ostracion cubicus),
des
demoiselles soufres
(Pomacentrus sulfureus), des
balistes verts (Balistapus undulatus), ...





..., des têtes de renards (Siganus
vulpinus), des poissons perroquets
bicolores (Cetoscarus bicolor), des
poissons lapins à selle dorée
(Siganus guttatus
) ou encore des
tétrodons pintades (Arothron
meleagris).
Allée des insectes
Allée des insectes - novembre 2017



Flèche


Nous gagnons alors une autre salle,
relativement spacieuse. Sur la droite,
une étagère est surmontée de plu-
sieurs domes vitrés formant des
vivariums circulaires qui composent
l’insectarium du zoo.

Tous ces dômes disposent d’un sol en
sable ou en terre et sont agrémentés
de branches, écorces ou pierres.


Terrarium pour insectes
  Terrarium pour insectes - novembre 2017


Exemple de terrarium
Exemple de terrarium - novembre 2017

Dans l’ordre de visite on pourra y ob-
server des scoprions velus du désert
(Hadrurus arizonensis), des scolopendres
(Scolopendra sp.), des scorpions de
roche (Hadogenes troglodytes), des
mygales saumonnées (Lasiodora
parahybana
), des mygales à pattes
rouges (Brachypelma smithi) pour finir
par des mygales ornementales indiennes
(Poecilotheria regalis).


Le sentier débouche alors dans un large
hall. Le sol illuminé représente un plani-
sphère. Les murs de la salle sont pour
leur part ornés de plusieurs vivariums.
Le premier d’entre eux au sol recouvert
d’écorces, est traversé par de nom-
breuses branches.

Le premier d’entre eux héberge des
mambas noirs (Dendroaspis polylepis).
Le second est jonché de feuilles mor-
tes et accueille des vipères du Gabon
(Bitis gabonica).
Enfin, des cobras royaux (Ophiophagus
hannah
) occupent la troisième instal-
lation de cette première rangée.



Exemple de terrarium
Exemple de terrarium - novembre 2017

Exemple de terrarium
Exemple de terrarium - novembre 2017
Face aux serpents, se dressent deux
autres terrariums, en sable, agré-
mentés de rochers formant plusieurs
terrasses. Ces structures sont oc-
cupées respectivement par des
lézards perlés (Heloderma horridum)
et par des monstres de Gila
(Heloderma suspectum).

Enfin, une colonie de fourmis profite
de plusieurs bacs reliés entre eux
par des tubes en PVC translucide.
Avant de quitter le bâtiment des
animaux vénimeux, le visiteur tra-
verse une salle où sont exposés de
nombreux papillons naturalisés.




C’est ainsi que s’achève la décou-
verte de la maison des serpents.
Le visiteur quitte alors ce complexe,
pour repasser devaznt l’enclos des
pécaris, longe le grand lac des
flamants. Un passage au cœur de
la boutique du zoo clos alors la visite.
Présentation des insectes
Présentation des insectes - novembre 2017



Flèche



En conclusion le parc de Faunia est
complémentaire du zoo de madrid.
Plus récent, il s’organise en plusieurs
bâtiments thématiques. La collection
se compose de petites et moyennes
espèces relativement intéressantes
avec notamment certaines d’entre
elle très peu courante en captivité.
Iguane rhinocéros
Iguane rhinocéros - novembre 2017


Copyright ©  -  2007-2019  -  J. Bordonné  - Tous droits réservés