Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Las Águilas Jungle Park


Las Águilas Jungle Park
Urbanización Las Águilas del Teide s/n
38640 Arona - Ténérif Sur
Espagne

Tel. +34 922 72 90 10
Fax : +34 922 72 98 06

www.junglepark.es
Logo du Jungle Park


Plan du parc
Plan du parc


Ma visite : 10 mars 2016
Mise en ligne : 28 aout 2016
Vue aérienne
Vue aérienne du parc






Raton laveur
Raton laveur - mars 2016
Horaires d'ouverture 2016
Tarifs d'entrée 2016
Présentation du parc
Les daims et les toucans
Les manchots et le spectacle d'otaries
Les perroquets et les iles à singes
La volière de contact
Les crocodiles et les cigognes
Les orang outans et le village africain
Section des petits carnivores
Volière des jaguars, des singes et suricates
Volière des siamangs et des lémurs
Les oiseaux sud américain et les chimpanzés
Le spectacle de rapaces
Conclusion



Flèche

Horaires d'ouverture 2016 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)





Ouvert tous les jours de
10h00 à 17h30

Les caisses ferment à 16h30
Lézard tacheté de Ténérife
Lézard tacheté de Ténérife - mars 2016



Flèche

Tarifs d'entrée 2016 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)




Gibbon de Muller
Gibbon de Muller - mars 2016
Ticket individuel Zoo
     Adulte : 26,00 €
     Enfant (5 à 10 ans ou 1.10 m à 1.40 m) : 17,50 €
     Enfant (3 à 4 ans ou 0.90 m à 1.10) : 9,00 €

Ticket individuel Zoo + Aqualand
     Adulte : 36,00 €
     Enfant (5 à 10 ans ou 1.10 m à 1.40 m) : 26,00 €
     Enfant (3 à 4 ans ou 0.90 m à 1.10) : 12,00 €

Carte annuelle Zoo + Aqualand
     Adulte : 85,00 €
     Enfant (5 à 10 ans ou 1.10 m à 1.40 m) : 65,00 €
     Enfant (3 à 4 ans ou 0.90 m à 1.10) : 35,00 €

Les habitants de Ténérife disposent d'un tarif préférentiel.



Flèche

Présentation du zoo


Second grand parc de Ténérife, le Jungle
Park se situe au sud de cette île des
Canaries.

Le Jungle park s’étend sur 8 hectares plongés
dans une végétation dense qui pousse à l’état
naturel.
Egalement appelé Las Águilas-Jungle Park,
cet établissement est géré par le groupe espa-
gnol Aspro Ocio SA qui est également pro-
priétaire de plusieurs parcs aquatiques
(Aqualand) et delphinariums sur Ténérife ou
encore l’ïle de Palma.
Panthère
Panthère  - mars 2016



Flèche

Visite du zoo



Après avoir traversé le grand parking payant
du zoo, le visiteur franchit l’entrée de ce parc,
entourée de statues de style égyptien, pour
arriver au niveau des caisses.

Là, face à ces dernières, on peut observer, en
contre bas, un grand enclos en pente douce.
Ce dernier allie herbe et sable et est parcouru
par une rivière se jetant dans un grand bassin.
Il semble que cette installation ait longtemps
été consacrée à des tigres blancs (Panthera
tigris
) qui ont aujourd’hui quitté le parc.


Ancien enclos des tigres blancs
Ancien enclos des tigres blancs - mars 2016


Zone photo avec le hibou
Zone photo avec le hibou - mars 2016

A leur place, on pourra observer un troupeau
de daims (Dama dama), des canards siffleurs
du Chili (Anas sibilatrix) et des cigognes
blanches (Ciconia ciconia).

Après avoir acquis son droit d’entrée, le visi-
teur bifurque directement sur la droite de sor-
te à longer l’enclos des daims, avant de re-
joindre une zone forestière au milieu de la-
quelle, un stand  permet de se faire photo-
graphier aux cotés d’un hibou grand duc
(Bubo bubo).



En sortant de la forêt, nous tournons une se-
conde fois sur la droite pour arriver au niveau
d’un carrefour dans l’angle duquel se dresse
une volière hexagonale, plantée de grands ar-
bustes touffus et agrémentée de branches et
de faux rochers.

Représentant l’Amériqe du Sud, celle-ci est le
lieu de vie de toucans à bec caréné
(Ramphastos sulfuratus), d’oedicnèmes du
Cap (Burrhinus capaensis) et de tortues léo-
pards (Geochelone pardalis).


Volière des toucans
Volière des toucans - mars 2016


Enclos des daims
Enclos des daims - mars 2016





Nous allons poursuivre la visite face à nous et
laisser le sentier bifurquant sur la gauche, de
sorte à gagner un cul-de-sac, permettant d’ob-
server le bassin de l’enclos des daims.



Flèche


De retour au niveau de la volière des toucans,
nous allons tourner sur l’autre sentier pour re-
monter une colline, au milieu de décors rappe-
lant les ruines antiques installées au milieu d’une
végétation très diversifiée. Au sommet de cette
colline, nous découvrons une installation en plein
soleil faite de faux rochers.

Ce complexe se compose de falaises, de plages
bétonnées et d’un profond bassin et accueille
une colonie de manchots de Humboldt
(Spheniscus humboldti).


Enclos des manchots de Humboldt
Enclos des manchots de Humboldt - mars 2016


Enclos des casoars
Enclos des casoars - mars 2016


En longeant l’installation, le visiteur peut éga-
lement admirer ces oiseaux en aqua vision.
La visite continue alors pour rejoindre une ter-
rasse permettant de dominer le parc.

Aux abords de cette terrasse a été construit
un enclos composé d’un bassin, d’une plage
en terre jonchée de pierres de lave et de
troncs d’arbre. Un jeune casoar à casque
(Casuarius casuarius) évoluait à ce niveau
lors de ma visite.


Le visiteur amorce alors une descente au tra-
vers de la végétation des zones sèches et des
cascades qui agrémentent le parc, pour arriver
au niveau d’un croisement où nous prenons à
droite, vers un grand amphithéatre dominé par
un restaurant.

Au bas des gradins, se trouve un bassin en
aqua-vision doublé d’une plage bétonnée au
centre de laquelle se dresse un mât de navire.
Cette esplanade est consacrée à un spectacle
d’otaries de Californie (Zalophus
californianus
) et à un spectacle d’oiseaux en
vol libre.


Bassin des otaries
Bassin des otaries - mars 2016


Volière du marabout
Volière du marabout - mars 2016



Plusieurs animations sont ainsi proposées quoti-
diennement. Au dessus des gradins, nous pou-
vons courtourner l’amphithéatre pour gagner et
traverser une grotte reconstituée avant de res-
sortir à l’ombre de grands arbres.

Là, une série de volières a été érigée. Les 2
premières disposent d’un sol en terre et sont
agrémentées de quelques rares bambous. Elles
sont consacrées respectivement à un marabout
africain (Leptoptilos crumeniferus) et à un
calao terrestre (Buceros leadbeateri).





Ces deux oiseaux participent au spectacle aux

cotés notamment de calaos trompettes
(Bycanistes bucinator), de conures de
Nanday (
Aratinga nenday) ou encore d’aras
chloroptères (Ara chlorotpera) et araraunas
(Ara ararauna).
Grotte de la montagne
Grotte de la montagne - mars 2016



Flèche



L’allée de visite est alors bordée par un muret
de pierre soutenant de longues volières alignées.
Chaque volière dispose d’un sol en terre, est
plantée de rares palmiers et sont agrémentées
de perchoirs. La première héberge des aras
araraunas (Ara ararauna), la seconde présente
des aras hyacynthes (Anodorhynchus
hyacinthinus
) tandis que la première est le lieu
de vie de faisans dorés (Chrysolophus pictus).


Volière typique pour aras
Volière typique pour aras - mars 2016


Enclos des wallabies de Bennett
Enclos des wallabies de Bennett - mars 2016



Le visiteur emprunte alors un sentier qui fait face
à la volière des faisans dorés, pour descendre
une légère pente jouxtant un enclos enherbé,
planté de quelques « pieds d’élephants ».
Cette prairie est le lieu de vie de wallabys de
Bennett (Macropus rufogriseus).

Le sentier de visite débouche sur un plan d’eau
qui prolonge la zone de spectacle des otaries.
Cet étang relativement long et bordé de berges
fournies en roseaux, a été doté de deux îles.
Volière pour aras
Volière pour aras - mars 2016
Volière des faisans
Volière des faisans - mars 2016



La première consiste en plusieurs rocs de faux
rochers sur lesquels sont plantés des arbres
reliés entre eux par des cordes. Quelques pal-
miers apportent un peu de verdure à cet espace
occupé par des capucins à épaules blanches
(Cebus capucinus).

La seconde ile a une surface plus importante,
un sol recouvert d’herbe et est plantée de
grands palmiers. On peut y admirer un couple
de gibbons à mains blanches (Hylobates lar).
Ile des gibbons
Ile des gibbons - mars 2016


Ile des capucins et bassins des pélicans
Ile des capucins et bassins des pélicans - mars 2016

Des pélicans à dos rosé (Pelecanus
rufescens
) peuplent pour leur part les fos-
sés en eau.

L’allée longe alors l’étang où la végétation
naturelle domine offrant des abis aux gallinules
poules d’eau (Gallinula chloropus).

A l’extrémité de ce plan d’eau, le sentier tourne
sur la gauche et nous conduit devant une falaise
naturelle, à laquelle a été accolée une longue
volière pénétrante dans laquelle se poursuit la
visite.



Flèche

Cette dernière est traversée par un ponton en
bois. De part et d’autre de l’allée, on distingue
un sol en terre, un bassin et de nombreux ar-
bres et arbustes offrant des perchoirs en bois.

Cette volière « Aves del Mundo » semble être
un « fourre tout » d’oiseaux élevés à la main et
de ce fait relativement familiers.

On pourra ainsi y admirer des aras araraunas
(Ara ararauna), des amazones à tête jaune
(Amazona oratrix),  des amazones à front
jaune (Amazona ochrocephala), des conures
de Nanday (
Aratinga nenday), ...


Grande volière de contact
Grande volière de contact - mars 2016


Grande volière de contact
Grande volière de contact - mars 2016




..., des cacatoès à huppe jaune (Cacatua
sulphurea
), des cacatoès des Molluques
(Cacatua moluccensis), des conures mitrées
(Aratinga mitrata), des perroquets maillés
(Deroptyus accipitrinus), des loriquets arc
en ciel (Trichoglossus haematodus), des
loris (Eos bornea), des mainates (Gracula
religiosa
), des calaos à bec noir (Tockus
nasutus
), des colombes waalias (Treron
vernans
), ...





..., des touracos à huppe splendide
(Tauraco porphyreolophus), des touracos
de Buffon (Tauraco persa buffoni), des
faisans argentés (Lophura nycthemera), des
pintades huppées (Guttera pucherani) et
des iguanes verts (Iguana iguana).
Mainate religieux
Mainate religieux - mars 2016



Flèche

Nous ressortons alors de la volière et bifur-
quons à 180° sur notre gauche pour revenir
à l’entrée de cette dernière et continuer à
l’opposé de la volière.

Là, sur la droite, nous longeons un canyon
au fond de falaise. Ce dernier est divisé en
3 sections disposant chacune d’un bassin et
de plages en sable. La première section est
occupée par des crocodiles du Nil
(Crocodylus niloticus), tandis que la
seconde accueille des caimans nains de
Cuvier (Caiman palpebrosus).


Enclos des crocodiles du Nil
Enclos des crocodiles du Nil - mars 2016


Volière des cigognes d'Abdim
Volière des cigognes d'Abdim - mars 2016


Le sens de visite nous amène alors à tourner
à droite, pour emprunter un pont suspendu
au dessus du canyon. Arrivé sur l’autre rive,
nous découvrons alors, adossée à un flanc de
montagne, une volière au sol en sable, agré-
mentée d’un bassin peu profond et de bran-
ches mortes.

Une imposante colonie de cigognes d’Adbim
(Ciconia abdimi) y cohabite avec des ibis
sacrés (Threskiornis aethiopicus).


Le long de la falaise, un sentier descendant au
plus proche des crocodiles, permet de rejoin-
dre les volières des faisans dorés
(Chrysolophus pictus) et aras hyacinthes
(Anodorhynchus hyacinthinus) que nous
avons déjà pu voir. 

En délaissant cette option, nous allons con-
tinuer sur le sentier principal pour nous re-
trouver sur une place ombragée par quel-
ques arbres et entourée de barrières en
bois composant l’enclos des émeus
(Dromaius novaehollandiae).


Enclos des émeus
Enclos des émeus - mars 2016


Point de vue sur l'océan
Point de vue sur l'océan - mars 2016

Leur enclos dispose d’un sol en terre et est
planté de multiples arbres recréant ainsi une
forêt. La visite se poursuit sur la gauche de
cette place pour traverser un écrin de ver-
dure avant de nous retrouver sur une pas-
serelle en bois offrant une vue panoramique
sur l’océan.

Plus loin sur cette passerelle, une tour en bois,
percée de vitre, cette volière, dont nous ne
pouvons voir que la partie supérieur de l’endroit
où nous sommes, est le lieu de présentation
de saimiris écureuils (Saimiri sciureus).



Flèche


La passerelle entoure alors une fosse de gran-
de taille, entourée de hauts murs bétonnés.
Au fond de cette fosse, on pourra voir des
zones enherbées, plantées de palmiers ainsi
qu’un bassin. De nombreux agrès en bois et
en cordes, offrent diverses possibilités
d’évolution en hauteur.

Ce complexe est le lieu de vie de 2 mâles
orang outans (Pongo pygmaeus) et d’un
couple de rares gibbons de Muller (Hylobates
muelleri
) qui n’est visible que dans un nombre
restreint de parcs européens.


Enclos des orang outans
Enclos des orang outans - mars 2016


Enclos des alligatores
Enclos des alligatores - mars 2016



Au bout de la passerelle, le visiteur revient sur
une allée bétonnée. A ce niveau, en continuant
tout droit, nous pouvons traverser une forêt et
revenir au niveau de la volière pénétrante des
perroquets.

La seconde option consisterait à tourner sur la
gauche, pour emprunter un pont dominant l’in-
stallation des orangs outans sur la gauche et la
troisième section du canyon des crocodiliens
sur la droite, espace occupé par des alligatores
du Mississipi (Alligator missippiensis).
Enclos des orang outans
Enclos des orang outans - mars 2016
Bassin des caimans
Bassin des caimans - mars 2016


Ce pont débouche pour sa part sur la volière
des cigognes d’Abdim (Ciconia abdimi).

Enfin, la troisième solution, pour laquelle nous
allons opter, consiste à bifurquer sur la droite,
pour se retrouver devant un mur où l’on tour-
nera une seconde fois sur la droite.

Là, l’allée nous dirige vers une petite place en-
tourée de 3 enclos. Celui situé le plus à droite
est entouré de falaises rocailleuses, dispose
d’un sol en sable ombragé par un grand arbre
et d’un bassin.
Cette installation est le lieu de vie de lions
blancs (Panthera leo krugeri).


Enclos des lions
Enclos des lions - mars 2016
Lagune des flamants
Lagune des flamants - mars 2016



Perpendiculaire aux lions, se trouve une lagune
à l’eau claire et peu profonde, à l’arrière de la-
quelle on peut voir une plage en herbe où se
dressent deux huttes africaines. Cette lagune
est occupée par une colonie de flamants du
Chili (Phoenicopterus chilensis) et d’un
flamant nain (Phoenicopterus minor).

Enfin, la troisième structure de cette place
est une imposante volière au sol en terre,
agrémentée de nmbreuses structures d’es-
calade en bois. Un couple de léopards
africains (Panthera pardus) y est présenté.
Volière des léopards
Volière des léopards - mars 2016
Ambiance du village africain
Ambiance du village africain - mars 2016



Flèche

Nous quittons alors cette espace, pour bifur-
quer une seconde fois sur la gauche et des-
cendre une allée bordée par une haute vo-
lière à l’armature métallique. Cette dernière
dispose d’un sol en herbe et de multiples
plateformes disposées à des hauteurs dif-
férentes. Cet enclos héberge des pumas
(Puma concolor).

Au bas de la descente, nous retrouver la
partie basse de l’installation des saïmiris
(Saimiri sciureus).


Volière des pumas
Volière des pumas - mars 2016


Enclos des ratons laveurs
Enclos des ratons laveurs - mars 2016


L’allée remonte alors le long des murs des
orangs outans pour revenir au niveau du
carrefour où, une fois de plus, nous allons
bifurquer sur la droite, puis tourner sur la
gauche, pour emprunter une allée ombra-
gée par une végétation touffue et remonter
vers une partie du zoo.

Ce sentier débouche sur le restaurant du
parc, dont la terrasse est bordée par un en-
clos situé en contrebas. Ce dernier en sable,
est agrémenté de structures d’escalade en
bois, de palmiers et autres feuillus. Il est oc-
cupé par des ratons laveurs (Procyon lotor).


L’allée de visite nous amène alors vers une
zone dégagée où ont été installés plusieurs
enclos. Sur la droite, le premier d’entre eux
dispose d’un sol en herbe, s’organise autour
d’un bosquet offrant de l’ombre à l’en-
semble de l’installation.

Divers rochers jonchent le sol de cette plaine
qui est aussi traversée par un ruisseau se je-
tant dans une rivière. Une famille de loutres
naines (Aonyx cinerea) s’ébat dans cet enclos.

Face aux mustélidés, un enclos vitré en façade,
totalement enherbé, au sein duquel se dressent
plusieurs pieux en bois, est le lieu de vie de
coatis bruns (Nasua nasua).
Enclos des coatis
Enclos des coatis - mars 2016

Enclos des loutres
Enclos des loutres - mars 2016
Des palmiers " pattes d’éléphants " offrent da-
vantage de verdure à cet ensemble.

Enfin, sur la droite, dans le prolongement des
loutres se dresse une autre prairie délimitée
par un petit muret dans le style inca. Cet en-
clos est planté de nombreux bananiers et oc-
cupé par des tortues à éperons (Geochelone
sulcata
).

Au bout de l’allée, une echelle en bois per-
met de gagner un parcours d’agrès en bois,
de troncs supendus et de cordes. Le der-
nier pont de cordes débouche sur le jardin
des cactées où plusieurs essences de ces
plantes grasses sont présentées.


Allée des petits carnivores
Allée des petits carnivores - mars 2016
Volière des saimiris
Volière des saimiris - mars 2016



Flèche

Au détour d’un virage se dresse un enclos
de grande taille, au sol en terre noire, agré-
menté de quelques rochers et de yucchas.

Cet enclos de style désertique est consacré
à des porcs épics à crête (Hystrix cristata). 

Nous rejoignongs alors l’allée principale. A
ce niveau, la visite continue sur la gauche,
pour longer un enclos de taille moyenne, en
sable, agrémenté de troncs et de multiples
rochers. Cet enclos héberge des suricates
(Suricatta suricata).


Enclos des porcs épics
Enclos des porcs épics - mars 2016



Volière du jaguar
Volière du jaguar - mars 2016
L’allée débouche alors à proximité du grand
restaurant. Là, nous allons emprunter un
chemin situé sur la droite. Un pont suspendu
bifurque alors vers la gauche et permet de
traverser le canyon des crocodiliens et de
revenir vers la volière des cigognes d’Abdim
(Ciconia abdimi).

Nous allons pour notre part poursuivre la
découverte du Jungle Park sur l’allée cen-
trale et longer une grande volière au sol en
herbe et en terre, volière agrémentée de
troncs d’arbre, de palmiers et d’un bassin.
Ce complexe recréant un morceau de jungle
amazonienne présente un jaguar (Panthera
onca
).


Jardin des cactées
Jardin des cactées - mars 2016
Enclos des suricates
Enclos des suricates - mars 2016


A la suite des fauves, adossée à un muret de
pierres, se trouve une double volière qui per-
met de mettre en commun ou de séparer les
deux espaces situés de part et d’autre du sas
de services.
Ces volières sont dépourvues de végétation
et agrémentées de troncs et de rochers. Elles
hébergent un groupe de capucins bruns
(Cebus apella).

L’allée de visite s’insinue alors dans une forêt
que l’on traverse et à la sortie de laquelle on
peut observer, sur la gauche, une volière dont
la façade est pourvue de baies vitrées. Cette
volière tendue de branches et plantée de buis-
sons feuillus, est le lieu de vie de cercopithè-
ques de Brazza (Cercopithecus neglectus).



Volière des capucins
Volière des capucins - mars 2016

Bassin des otaries
Bassin des otaries - mars 2016
Là, nous arrivons au niveau d’une patte d’oie
où 4 possibilités s’offrent à nous. Nous allons
dans un premier temps emprunter le sentier
qui nous fait face, de sorte à longer et dominer,
sur la gauche, une succession de 2 enclos dis-
posant de bassins relativement profonds, s’ou-
vrant sur des plages bétonnées.

Ces enclos sont délimités par des rondins de
bois. Initialement occupés par des hippopota-
mes pygmés (Hexaprotodon liberiensis), ils
accueillent aujourd’hui un groupe d’otaries de
Californie (Zalophus californianus).

Sur la droite de l’allée, un enclos en sable, om-
bragé par de grands arbres, est le lieu de vie de
tortues à éperons (Geochelone sulcata).


Volière des cercopithèques de Brazza
Volière des cercopithèques de Brazza - mars 2016
Enclos des tortues sillonnées
Enclos des tortues sillonnées - mars 2016



Flèche

En continuant sur cette allée, nous remontons
vers l’aire de spectacle des rapaces et des
otaries. De retour au niveau du carrefour, nous
allons laisser l’allée la plus à droite, qui nous
mène vers la volière pénétrante des amazones
et emprunter celle située entre ce premier sen-
tier et celui des cercopithèques de Brazza.

Là, la découverte du parc se fait à l’ombre
d’une forêt clairsemée. Sur la droite, une ca-
verne vitrée, plantée de quelques ficus et tra-
versée par des branches, est occupée par
une famille de ouistitis à toupets blancs
(Callithrix jacchus).


Volière des ouistitis
Volière des ouistitis - mars 2016


Volière des siamangs
Volière des siamangs - mars 2016

Mitoyen aux petits singes sud américains se
dresse une haute volière au sol en herbe, ten-
due de multiples cordes, consacrée à des
singes siamangs (Hylobates syndactylus).

La visite se poursuit alors au milieu des palmiers,
avant de découvrir, sur la gauche, adossé à un
mur de pierres, un petit enclos en herbe, com-
posé d’un bassin et de quelques plantes. Cet en-
clos héberge des tortues d’Hermann (Testudo
hermanni
).


Le sentier débouche alors une fois de plus sur la
place du restaurant du zoo, à proximité des ra-
tons laveurs. Là, nous allons emprunter l’allée
bordée par les suricates et continuer tout droit,
pour repasser à proximité du jaguar puis du
sentier des porcs épics et nous retrouver au ni-
veau d’un arc de cercle. Sur la droite, se dresse
un haut mur de faux rochers, percé de quelques
baies vitrées.

Cette loge au sol en terre est agrémentée de
plusieurs troncs et autres structures d’escalade
en bois. Elle présente une famille de capucins à
épaules blanches (Cebus capucinus).


Enclos des capucins à épaules blanches
Enclos des capucins à épaules blanches - mars 2016


Volière des lémuriens
Volière des lémuriens - mars 2016

Arrivé au niveau du demi cercle, nous pouvons
soit tourner sur la droite, soit emprunter le sen-
tier situé sur la gauche. Nous allons opter pour
cette seconde solution. L’allée de visite longe
alors sur la droite, ce qui semble être un amphi-
théatre circulaire. Sur la gauche, on peut obser-
ver une vaste volière, au sol en terre, garnie de
faux rochers, de troncs morts, de cordes et de
quelques palmiers.

Cet espace accueille une cohabitation entre
des varis noirs et blancs (Varecia variegata)
et des makis cattas (Lemur catta).



Flèche


Nous allons poursuivre notre découverte sur
cette allée pour observer, sur la gauche, une
autre volière rectangulaire, au sol recouvert
de copeaux, agrémentée de branches , d’un
bassin, de bambous et de palmiers.

Cette structure est consacrée à des hoccos à
pierre (Pauxi pauxi), des vautours auras ou
urubus à tête rouge (Cathartes aura), des
vautours papes (Sarcoramphus papa) et des
savacous huppés (Cochlearius cochlearius).


Volière sud américaine
Volière sud américaine - mars 2016


Présentation des rapaces du spectacle
Présentation des rapaces du spectacle - mars 2016

Face à cette volière, accolé à un muret, se dres-
se un espace au sol recouvert de galets, des-
quels ressortent quelques perchoirs, ombragés
par des auvents en bois. Chaque perchoir est
consacré à une espèce de rapaces qui sont éga-
lement présentés lors d’un spectacle de vol
libre qui a fait la réputation de ce zoo.
Parmi les espèces visibles on peut citer la buse
de Harris (Parabuteo unicinctus).

En continuant sur l’allée, nous découvrons sur
la droite l’arène du spectacle des oiseaux, cir-
culaire, recréant une ruine de château.


L’allée que nous venons d’emprunter contour-
ne les murs soutenant les gradins. Plus loin sur
le sentier principal, installés à l’ombre de pal-
miers, se trouve la suite de l’exposition des
rapaces du spectacle, avec : voutour néoprhon
moine (Necrosyrtes monachus), vautour à
tête blanche (Trigonoceps occipitalis), pygar-
gue à tête blanche (Haliaeetus leucocephalus),
aigle bateleur (
Terathopius ecaudatus) ou
encore buse variable (Buteo buteo).

En poursuivant sur cette allée, nous retombons
sur la volière des toucans à bec caréné
(Ramphastos sulfuratus) découverte au début
de la visite.


Aire du spectacle des rapaces
Aire du spectacle des rapaces - mars 2016
Enclos des chimpanzés
Enclos des chimpanzés - mars 2016
Nous allons alors rebrousser chemin jusqu’à
l’enclos des lémuriens et des capucins, pour
continuer la visite le long de la seconde aile
de l’aire de spectacle. Là, sur la droite, se
dresse une grande installation entourée de
faux rochers dont l’opacité est percée de
quelques baies vitrées.

Ce complexe, en cours de rénovation lors de
ma visite, se compose d’un sol en terre,  de
nombreus troncs et autres branches, de faux
rochers et de bananiers et autres palmiers ap-
portant un peu de verdure à l’ensemble. Cet
enclos relativement esthétique est occupé par
des chimpanzés (Pan troglodytes).



Flèche

Sur la gauche, adossé au mur soutenant les
gradins, on peut observer d’autres rapaces.

La première zone est destinée aux rapaces
nocturnes avec notamment la présentation
de hiboux grands ducs (Bubo bubo), de har-
fangs des neiges (Nyctea scandiaca).

Viennent ensuite les buses de Harris
(Parabuteo unicinctus) puis les vautours
papes (Sarcoramphus papa).
Sur la droite, on pourra admirer d’autres
rapaces comme le grand duc africain
(Bubo africanus).


Volière des marabouts du spectacle
Volière des marabouts du spectacle - mars 2016


Zone de présentation des oiseaux
Zone de présentation des oiseaux - mars 2016




S’en suivent 2 volières installées entre 3 murs,
disposant d’un sol en terre. Elles hébergent
respectivement des milans noirs (Milvus
migrans
) et des marabouts africains
(Leptoptilos crumeniferus).
Enfin, deux derniers perchoirs installés sur un
sol en sable à l’ombre des palmiers, présen-
tent des caracaras chimangos (Milvago
chimango
), une espèce qui reste peu courante
en captivité puis des vautours fauves (Gyps
fulvus
). 



L’allée débouche alors dans l’arène du spectacle
des rapaces. En continuant la découverte du parc,
nous allons longer une dernière allée, où la pré-
sentation des rapaces du spectacle se poursuit.

Ainsi nous pourrons y voir un vautour de Ruppel
(Gyps rueppellii) et plusieurs pygargues à tête
blanche (Haliaeetus leucocephalus).

Le visiteur remonte alors l’allée où l’on peut se
faire prendre en photo avec un hibou, puis l’es-
pace photo des becs crochus, avant de traverser
la boutique et de quitter le Jungle Park.
Zone de présentation des oiseaux
Zone de présentation des oiseaux - mars 2016



Flèche



En conclusion, le Jungle Park est le second grand
zoo de l’île de Ténérife. Sa collection reste relati-
vement classique avec notamment une grande col-
lection de fauves et de singes, permettant de com-
bler les visiteurs.

La découverte de ce zoo se fait dans un cadre de
végétation naturelle très agréable. Les installations
font souvent appel aux faux rochers, mais restent
de bonne facture.
Toucan à bec caréné
Toucan à bec caréné - mars 2016


Copyright ©  -  2007-2018  -  J. Bordonné  - Tous droits réservés