Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Oasi di Sant'Alessio


Oasi di Sant'Alessio
Via Cadorna 2
27016 Sant'Alessio con Vialone
Province de Pavie
Italie

Tel : +39 (0)3 82 94 139
Fax : +39 (0)3 82 95 39 40

www.oasisantalessio.org
Logo Oasi



Plan du parc
Plan du parc


Ma visite
: 21 juin 2016
Mise en ligne : 11 décembre 2016
Vue aérienne du parc
Vue aérienne du parc



Je tiens à remercier la famille Salomon pour leur accueil et l'ensemble des informations qu'ils m'ont donné sur le parc.
I would like to thanks the Salomon familly for their welcoming and all the information they give me.





Horaires d'ouverture 2016
Tarifs d'entrée 2016
Historique du parc
Centre d'élevage des psittacidés
Mini ferme et les chouettes
Les volières européennes et les chevaux
Les aquariums et les flamants 1/2
Les aquariums 2/2
Les échassiers et pélicans
Les forêts européennes
Les hérons et les aquariums
Les loutres et la réserve naturelle
Paradisier petit émeraude
Paradisier petit émeraude - juin 2016

Les tortues et le papilirama
Le vivarium 1/3
Le vivarium 2/3
Le vivarium 3/3
La serre tropicale
Les lézards et les paradisiers
La nursery et les rapaces
La jungle sud américaine
Les tortues et les flamants
Les volières de contact des ibis
Conclusion



Flèche

Horaires d'ouverture 2016 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif et peuvent varier)





Février et Novembre : uniquement les weekends de 10h00 à 16h00
Mars et Octobre : uniquement les weekends de 10h00 à 17h00
Avril à Septembre : en semaine de 10h00 à 17h00
                               les weekends de 10h00 à 18h00
Décembre et janvier : Fermeture
Ibis falcinelle
Ibis falcinelle - juin 2016



Flèche

Tarifs d'entrée 2016 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif et peuvent varier)


Ecrevisse de Louisiane
Ecrevisse de Louisiane - juin 2016



Ticket individuel :

     Adulte : 14,00 €
     Enfant (3 à 12 ans) : 11,00 €
     Sénior (+65 ans) : 11 €
     Personne à handicap : 11,00 €





Flèche

Historique du parc



L’Oasi di Sant Alessio est un petit parc
situé à proximité de Pavie, à une tren-
taine de kilomètres au sud de Milan.

Ce parc est né en 1973, de la passion
d’un homme, Harry Salomon et de son
épouse, qui sont tombés amoureux et
ont acquis le château de Sant Alessio
ainsi que les parcelles attenantes.

Sur ces champs de luzerne, le couple
a voulu mettre son énergie au profit de
la préservation de la faune locale et a
donc reconstitué des zones naturelles
boisées et marécageuses.



Bécassine des marais
Bécassine des marais - juin 2016
Martin pêcheur
Martin pêcheur - juin 2016
Au fil des ans, les volières se sont mul-
tipliées et ont permis d’élever de nom-
breuses espèces locales, qui ont ensuite
été relachées dans la nature.
Ces premières réintroductions comme
celle de la cigogne blanche (Ciconia
ciconia
), ont eu lieu dès 1977.

Les années 90 ont été marquées par
des difficultés financières, l’élevage dans
un but de protection n’étant pas viable
sans aides extérieures.




C’est ainsi qu’en 1993, le centre de
reproduction a été ouvert au public. Ce
pas a également permis de partager et
de mettre en avant le travail réalisé jus-
que là par la famille Salomo.

Cette ouverture a été d’autant plus ap-
préciée que les pensionnaires du centre
n’ont nullement été affectés par la pré-
sence humaine.


Tangara à diadème
Tangara à diadème - juin 2016


Kinkajou
Kinkajou - juin 2016


Par la suite, le parc a développé ses in-
frastructures et diversifié sa collection
avec notamment la présentation de la
faune sud américaine ou encore africaine.

Aujourd’hui, l’Oasi di Sant Alessio est
un véritable écrin de verdure, installé au
cœur d’une forêt secondaire, dans un
espace totalement naturel et marécageux.



Flèche

Visite du parc


L’entrée est marquée par un petit portail
qu’il faut franchir, pour se retrouver le long
des fossés entourant les enclos, avant
d’emprunter une allée sillonant au milieu de
forêts de feuillus et de bambous.

Au bout de cette allée, nous pouvons ob-
server les pemières volières de cet éta
blissement, dissimulées derrière des mas-
sifs de bambous et des haies de charmes.
Ces volières sont disposées de part et
d’autre d’un bâtiment central non visible
du public et compose le centre d’élevage
des psittacidés.


Cloitre de l'Oasi
Cloitre de l'Oasi - juin 2016
Centre d'élevage des psittacidés
Centre d'élevage des psittacidés - juin 2016

Sur la gauche, du bâtiment, la volière la plus
proche de l’allée de visite, présente un calao
à casque plat (Buceros hydrocorax). A
l’arrière de cette volière, on pourra distinguer
une colonie de loris arc en ciel (Trichoglossus
haematodus
). Seules ces deux volières sont
visibles du public.

Sur la droite du bâtiment, nous pouvons ad-
mirer une autre volière légèrement plus haute,
agrémentée de quelques branches, consacrée
à des cacatoès de Leadbeater (Cacatua
leadbeateri
).


Sur la droite du sentier, se dresse un point
d’eau, ombragé par de grands arbres, bordé
par une plage enherbée et par une petite ile
plantée de bambous. Cet enclos est le lieu de
vie de castors européens (Castor fiber).

Le sentier de visite tourne alors sur la gauche,
longeant sur la droite, le centre d’élevage des
psittacidés où, dans le prolongement de la
volière des cacatoès de Leadbeater (Cacatua
leadbeateri
), on pourra observer, entre la
charmille, 4 autres volières de forme carrée,
disposant chacun d’un sol en herbe et de quel-
ques branches.


Enclos des castors
Enclos des castors - juin 2016


Perchoir du cacatoès
Perchoir du cacatoès - juin 2016

Dans l’ordre de visite, on pourra y admirer
un groupe d’aras araraunas (Ara ararauna),
un couple d’éclectus (Eclectus roratus), un
espace vide puis un calao à joues argentées
(Buceros bycanistes).

Face à ces volières, un bâtiment a été cons-
truit et abrite le snack – boutique du parc.

C’est également à ce niveau que le visiteur
devra s’acquitter de son droit d’entrée qui
est en fait une cotisation à une association.



Flèche

La terrasse extérieure de ce restaurant est om-
bragée par de grands arbres alentours, dont
l’un est entouré de branches de bois servant
de perchoir à un cacatoès des Molluques
(Cacatua moluccensis).

Face à nous, s’étend une grande place entourée
de quelques enclos en terre, composant la mini
ferme du parc. Ces 3 enclos sont le lieu de vie
de poneys (Equus caballus domesticus).

Un dernier enclos, intégré au plus espace des
chevaux est le lieu de vie de moutons
d’Ouessant (Ovis aries domecticus).


Enclos de la mini ferme
Enclos de la mini ferme - juin 2016


Volière des chouettes effraies
Volière des chouettes effraies - juin 2016
Nous revenons alors vers la terrasse et démar-
rons la visite du parc. Là, sur la droite de l’al-
lée, une petite volière en bois, aux parois re-
couvertes de planches, traversée par des bran-
ches et du lierre.

Cette installation est le lieu de vie de chouettes
effraies (Tyto alba).

Au bout de cette allée, nous arrivons au niveau
d’un carrefour, point de départ des deux cir-
cuits distincts proposés par le parc. On distin-
guera donc le circuit bleu, traversant la zone
européenne, du circuit jaune consacré à la
faune exotique.



Flèche


Nous allons démarrer la visite par le parcours
bleu et ainsi bifurquer sur la gauche, pour longer
un enclos de faible largeur mais de grande lon-
gueur dont la majeure partie est creusée d’un
bassin entouré de plages en terre et en herbe.

Diverses branches ressortent également de ce
bassin, tout comme des nénuphars. Ce com-
plexe constitue le centre de reproduction des
cistudes d’Europe (Emys orbicularis).


Enclos des cistudes
Enclos des cistudes - juin 2016


Enclos des chevaux de Przewalski
Enclos des chevaux de Przewalski - juin 2016

A l’extrémité de leur enclos principal, se dresse
un enclos plus petit, également composé d’un
bassin et recouvert d’un filet. Cet espace est
consacré aux jeunes tortues cistudes d’Europe
(Emys orbicularis), afin de les protéger des
prédateurs.

L’allée tourne alors sur la droite et longe, sur
la gauche, une prairie de grande taille, qui est
également le plus grand enclos du parc. Cette
prairie agrémentée de quelques buissons, est
le lieu de vie de chevaux de Przewalski
(Equus przewalski).


Un petit amphithéâtre borde également cette
prairie où un spectacle de rapaces en vol
libre est proposé aux visiteurs les weekends
et jours fériés. Sur la droite, une petite vitre
perce le grillage d’une vaste volière, enfer-
mant une parcelle de forêt, disposant d’un
sol en terre, d’un petit bassin, d’un espace
dégagé et de zones boisées.

Cette volière européenne est occupée par
des guêpiers d’Europe (Merops apiaster),
des poules sultanes (Porphyrio porphyrio),
des huitriers pies (Haemantopus
ostrolagus
), des rolliers d’Europe
(Coracias garrulus) et quelques tortues
grecques (Testudo graeca).



Volière européenne
Volière européenne - juin 2016
Prairie des outardes
Prairie des outardes - juin 2016

Nous allons alors traverser une petite forêt
de bambous, pour disposer d’un second
point de vue sur la volière des rolliers, avant
de la contourner en tournant sur la droite.

Là, nous longeons cette vaste volière que
l’on distingue au travers de la végétation,
tandis que sur la gauche, se trouve une
prairie où ont été disposées quelques ru-
ches. Auparavant, cette espace hébergeait
des grandes outardes (Otis tarda), espèce
qui a aujourd’hui quitté le parc.



Flèche

L’allée prend encore un virage sur la gauche,
pour nous amener sous un tunnel fait de pail-
lasses de branches. Sur la droite de ce tunnel,
une vitre fumée offre un troisième point de vue
sur la volière des rolliers, tandis que sur la
gauche, on peut admirer une volière de taille
plus modeste, traversée par un cours d’eau
entourée de berges plantées de joncs.

Des martins chasseurs d’Europe (Alcedo
atthis
) y cohabitent avec des mésanges à
longue queue (
Aegithalos caudatus) et des
bécassines des marais (Gallinago gallinago).


Volière des bécassines
Volière des bécassines - juin 2016


Volière des avocettes
Volière des avocettes - juin 2016


Le principe des vitres teintées largement utilisé

dans tous l’Oasi, permet d’admirer les
différents oiseaux sans les déranger.

Nous quittons alors le tunnel et nous trouvons
plongés dans une volière de contact composé
d’une lagune et d’une petite ile en terre. Cet
espace héberge une colonie d’avocettes élé-
gantes (Recurvirostra avosetta), des sarcelles
d’hiver (Anas crecca) et quelques cistudes
d’Europe (Emys orbicularis).


Le visiteur ressort alors de la volière pour se
retrouver au niveau d’un carrefour. En em-
pruntant le sentier de droite, nous revenons
vers la volière des chouettes effraies (Tyto
alba
) et le restaurant du parc.

En bifurquant à gauche, nous plongeons dans
une forêt épaisse pour arriver dans un second
tunnel, fait de planches, intégré dans une forêt
naturelle. Sur la gauche, on pourra observer
une succession de plusieurs aquariums d’eau
douce.

Le premier bac présente des savettas
(Chondrostoma soetta), le second, ombragé
par les arbres alentours, est le lieu de vie de
 truites saumonées (Salmo trutta fario).


Aquarium d'eau douce
Aquarium d'eau douce - juin 2016
Volière des martins chasseurs
Volière des martins chasseurs - juin 2016


Face aux truites, une vitre permet d’admirer
une volière relativement haute, agrémentée de
jeunes arbres et intégrée à la grande forêt qui
couvre la majeure partie du zoo. Des martins
chasseurs d’Europe (Alcedo atthis) y évo-
luent aux cotés de blongios nains (Ixobrychus
minutus
).

Le troisième aquarium, situé sur la droite de
l’allée était vide lors de ma visite. De retour
sur la droite, un renflement dans le mur a été
transformé en affut situé devant un grand point
d’eau peu profond entouré de clairières et de
forêts.


Aucun filet n’enferme les oiseaux présentés ici
en liberté. On pourra, avec de la patience, y
voir des cigognes blanches (Ciconia ciconia),
des hérons bihoreaux (Nyctycorax
nycticorax
), des hérons cendrés (Ardea
cinerea
), des hérons crabiers chevelus
(Ardeola ralloides), des hérons garde bœufs
(Bubulcus ibis), des aigrettes garzettes
(Egretta garzetta) et une colonie de flamants
roses (Phoenicopterus roseus).

Les jumelles ou les longues vues permettront de
voir au mieux ces imposantes colonies semi
sauvages.
Complexe des flamants roses
Complexe des flamants roses - juin 2016



Flèche

Sur la droite, se dresse un autre aquarium, dé-
bouchant sur des berges en terre, plantées de
quelques joncs. Ce complexe a été recouvert
d’un filet et accueille des grèbes castagneux
(Tachybaptus ruficollis).

Le cinquième bac présente un banc d’ablettes
(Alburnus alburnus). Le bassin suivant est le
lieu de vie de grands brochets (Esox lucius) et
de bouvières (Rhodeus sericeus).

Sur la droite du tunnel, une parcelle de forêt
visible au travers d’une vitre a été recouverte
d’un filet et accueille des hiboux grands ducs
(Bubo bubo).


Enclos des grèbes
Enclos des grèbes - juin 2016
Enclos des chevreuils
Enclos des chevreuils - juin 2016




Dans le prolongement de la volière des rapaces,

on peut voir un autre bout de forêts agrémenté
de bassin, vaste clairière occupée par des che-
vreuils (Capreolus capreolus).

La visite continue à l’abri du tunnel et sur la
gauche, la série d’aquariums compte encore
deux bacs. Le premier est consacré à des bar-
beaux communs (Barbus barbus), tandis que
le second était en réfection lors de ma visite.
Exemple d'aquarium
Exemple d'aquarium - juin 2016
Volière des grands ducs
Volière des grands ducs - juin 2016



Nous arrivons alors au bout du tunnel et le
sentier bifurque sur la gauche, pour franchir
une porte et nous conduire dans une vaste
volière de contact, structure si vaste que l’on
ne distingue aucunement le grillage ou le filet.
Cette volière recrée un bras de rivière entouré
de grands arbres et de saules.

Cette structure est le lieu de vie d’un grand
groupe de cigognes blanches (Ciconia
ciconia
) et d’un autre groupe de spatules
d’Europe (Platalea leucorodia).


Volière des cigognes blanches
Volière des cigognes blanches - juin 2016


Enclos des tortues
Enclos des tortues - juin 2016


Nous quittons alors cette grande volière, pour
nous retrouver au niveau de la partie plus ma-
récageuse de ce parc très naturel. Sur la
droite, se dresse deux enclos enherbés, garnis
de quelques graminés. Ils présentent des tor-
tues marginées (Testudo marginata).

A l’arrière des reptiles, on peut observer ce
qui formait la prairie des grandes outardes
(Otis tarda).



Flèche


A ce niveau, le sentier bifurque sur la gauche,
de sorte à traverser une zone boisée, à la
sortie de laquelle une porte nous conduit dans
une volière pénétrante enfermant un large
point d’eau entouré de plages en terre, en
herbe et plantées de buissons.

Un groupe d’échasses blanches (Himantopus
himantopus
) y cohabite avec des œdicnèmes
criards (Burrhinus oedicnemus), des sarcelles
d’été (Anas querquedula) et des vanneaux
huppés (Vanellus vanellus).


Volière des échasses
Volière des échasses - juin 2016


Lac des grues
Lac des grues - juin 2016



Le visiteur ressort alors de la volière pour se
retrouver plongé dans la zone marécageuse
du parc, avec sur la droite de l’allée, un vaste
étang entouré de berges en partie enherbée,
tandis que d’autres bords sont plantés de
saules. Ce plan d’eau accueille des grues
d’Europe (Grus grus) et des pélicans frisés
(Pelecanus crispus).

De nombreuses cigognes sauvages (Ciconia
ciconia
), et des hérons cendrés (Ardea
cinerea
) fréquentent également cette zone.
Volière des vanneaux
Volière des vanneaux - juin 2016
Lac des pélicans
Lac des pélicans - juin 2016


Sur la gauche, dissimulé derrière une haie de
feuillus, on entrevoit le pré des chevaux de
Przewalski (Equus przewalskii).

Le sentier tourne alors sur la droite, de sorte
à contourner la large berge en terre et en herbe
de l’étang des grues, berges qui composent
également l’enclos secondaire des équidés.
Plusieurs points de visions entourent aussi ce
plan d’eau et cet enclos.

La visite continue alors et le sentier nous re-
plonge dans la forêt. Là, un autre tunnel fait
de canisses, nous permet de découvrir, sur
la droite, divers enclos.


Plaine des chevaux
Plaine des chevaux - juin 2016
Enclos des chevreuils
Enclos des chevreuils - juin 2016



Le premier d’entre eux, est celui consacré

aux chevreuils (Capreolus capreolus) sur le-
quel nous avions déjà un aperçu au début de
cette visite.

Plus loin, une vitre s’ouvre sur une volière de
type forestière de taille moyenne, densément
plantée, agrémentée de branches et de sou-
ches, creusée d’un bassin et disposant de
quelques rochers. Cette installation est le lieu
de vie de martins pêcheurs d’Europe (Alcedo
affinis
), de loriots d’Europe (Oriolus oriolus)
et de couleuvres à collier (Natrix natrix).
Volière des martins chasseurs
Volière des martins pêcheurs - juin 2016
Enclos des chevreuils
Enclos des chevreuils - juin 2016



Flèche

Le visiteur continue alors sa visite à l’ombre
du tunnel, pour admirer, derrière une autre
vitre, une seconde volière beaucoup plus
volumineuse.
Celle-ci dispose d’un fond agrémenté de
pins et de feuillus, devancé par une zone en
écorces formant une arène dégagée. Cette
installation est occupée par des grands
tétras (Tetrao urogallus).

Des éperviers d’Europe (Accipiter nisus)
étaient également présentés dans cette
volière mais cette espèce a malheureu-
sement quitté le parc.


Volière des grands tétras
Volière des grands tétras - juin 2016


Enclos des loutres
Enclos des loutres - juin 2016

Une dernière volière complète cette allée,
mais celle-ci était en réfection lors de ma
visite. Le visiteur quitte alors le tunnel pour
se retrouver plongé dans la forêt.

Sur la gauche de l’allée, en contrebas du
sentier, le visiteur découvre un vaste en-
clos naturel, agrémenté de nombreux ar-
bres, d’un petit ruisseau et d’un profond
bassin. Ce dernier est le lieu de vie de
loutres d’Europe (Lutra lutra).


Un réseau de galeries passe sous le sen-
tier de visite pour gagner la grotte des
mustélidés, visible au travers d’une baie
vitrée.

En poursuivant sa découverte, nous arrivons
devant une vaste volière où le lierre est om-
niprésent. Cette installation est occupée par
des chouettes de l’Oural (Strix uralensis).

La visite continue alors dans une zone dé-
pourvue de tout enclos, avant d’arriver
devant une imposante volière bien plantée,
séparée du sentier de visite par un bassin.


Volière des chouettes
Volière des chouettes - juin 2016
Volière des gypaètes
Volière des gypaètes - juin 2016



Cette volière traversée également par plu-
sieurs troncs, est le lieu de vie d’un gypaète
barbu (Gypaetus barbatus).

Dans le prolongement des rapaces, on peut
observer une autre volière du même type
bien que plus basse et elle aussi densément
plantée. Cette structure est le lieu de présen-
tation de chats sauvages d’Europe (Felis
sylvestris
).
Une grande baie vitrée permettra d’obser-
ver ces animaux.
Terrier des loutres
Terrier des loutres - juin 2016
Enclos des chats sauvages
Enclos des chats sauvages - juin 2016



Flèche

La visite continue alors au cœur de la forêt et
le visiteur avancera pour se retrouver devant
un mur en béton percé d’une porte. En fran-
chissant cette dernière, nous entrons dans une
grande volière de contact, organisée autour
d’un point d’eau entouré de saules.

Un promontoir y a été installé et permet d’ob-
server les animaux perchés à la cime des ar-
bres. Cette installation est consacrée aux hé-
rons, représentés par des hérons cendrés
(Ardea cinerea), des aigrettes garzettes
(Egretta garzetta), des hérons crabiers
chevelus (Ardeola ralloides), des hérons
garde bœufs (Bubulcus ibis), des hérons
bihoreaux (Nycticorax nycticorax) et des
hérons pourpres (Ardea purpurea).



Volière des hérons
Volière des hérons - juin 2016
Allée des aquariums
Allée des aquariums - juin 2016
Une seconde porte nous permet de quitter la
volière. Cette dernière nous amène dans un
tunnel sous terrain bétonné. Là, de part et
d’autre du couloir, se trouve plusieurs vitres.

La première de gauche, s’ouvre sur un aqua-
rium au sol tapissé de galets recouverts d’al-
gues et accueille des crevettes grammares
d’eau douce (Gammarus pulex).

Le second bac de gauche dispose d’une
partie en eau et de berges plantées. Un
couple de grèbes castagneux
(Tachybaptus ruficollis) s’y ébat.




Dans le prolongement des grèbes casta-
gneux, se trouve un autre aquarium du
même type, lui aussi disposant d’une plage
végétalisée, bac consacré à des grèbes
huppés (Podiceps cristatus).

Face à ces oiseaux, une vitre s’ouvre sur
la partie basse de la grande volière péné-
trante des hérons, au cœur de laquelle nous
étions plongés un plus tôt.


Enclos des grèbes
Enclos des grèbes - juin 2016


Exemple d'aquarium
Exemple d'aquarium - juin 2016



Toujours sur la droite, une longue vitre

s’ouvre sur un autre bassin de grande taille,
peuplé de carpes (Cyprinus carpio) et de
brochets (Esox lucius) de bouvières
(Rhodeus sericeus) et d’esturgeons
(Acipenser sturio).



Flèche


Sur la gauche, la rangée est encore com-
plétée par un dernier aquarium d’eau douce,
vide lors de ma visite. Mitoyen aux carpes,
une dernière vitre s’ouvre sur un grand bas-
sin entouré de plages en béton.

Plusieurs points de vision vitrés permettent
de découvrir cette installation qui accueille
des loutres d’Europe (Lutra lutra).
Un terrier agrémenté d’écorces a été amé-
nagé dans l’un des coins de l’enclos.


Enclos des loutres
Enclos des loutres - juin 2016


Enclos des ibis
Enclos des ibis - juin 2016

Le visiteur poursuit alors sa visite au sein
d’un tunnel fait de canisses en bois percé
de quelques ouvertures s’ouvrant sur une
zone marécageuse laissée à l’état sauvage
servant de refuge à quelques ibis falcinelles
(Plegadis falcinellus).

Ce tunnel nous conduit alors au niveau du
carrefour situé à proximité des chouettes
effraies (Tyto alba), marquant ainsi la fin
de la découverte de la section européenne
de l’Oasi di Sant Alessio.


Nous allons alors tourner sur la gauche pour découvrir le sentier jaune consacré à la faune exotique et plus spécifiquement à l’Amérique du Sud.



Flèche

Là, sur la droite du sentier, un petit enclos
en sable, ombragé par quelques jeunes
pousses, est le lieu de vie de tortues
géantes (Geochelone gigantea).

Au bout de l’allée, sur la droite, une porte
nous permet de rejoindre une volière de
contact, de grande taille, constituant le
papiliorama du parc.
Le sentier traverse cette volière densé-
ment plantée, où les fuschias côtoient les
rinces, bouteilles, arbres à caoutchouc,
ficus et autres herbes aromatiques.


Enclos des tortues
Enclos des tortues - juin 2016


Volière des papillons
Volière des papillons - juin 2016


Parmi les papillons, présentés ici, on peut

citer : agraulis nacré (Agraulis vanillae) ;
flambeau argenté (Dione juno) ; papillon
longues ailes à bandes (Dryadula
phaetusa
) ; flambeau julia (Dryas julia) ;
papillon isabelle (Eueides isabella) ;
héliconius zèbre (Heliconius charitonia) ;
papillon zèbre doré (Heliconius hecale) ;
papillon oeil de tigre (Heliconius ismenius) ;
morpho bleu (Morpho peleides) ; ...



...; voilier géant (
Papilio thoas) ; grand porte
queue (Papilio cresphontes) ; papillon hiboux
(Caligo atreus) ; papillon chouette (Caligo
eurilochus
) et monarque (Danaus plexippus).
Une amazilie de Lesson (Amazillia amazillia)
évolue également dans cette volière.

A l’extrémité de ce complexe, une petite
 volière vitrée également bien plantée, ac-
cueille une autre amazilie de Lesson, per-
mettant ainsi de séparer le couple de co-
libris hors de la période de reproduction.


Volière des papillons
Volière des papillons - juin 2016


Bassin des poissons à 4 yeux
Bassin des poissons à 4 yeux - juin 2016

Au bout de la volière des papillons, le visiteur

emprunte un sentier parallèle au précédent,
situé entre deux hauts murs. Au milieu de ce
sentier, se trouve un bac d’eau douce, re-
créant une mangrove et occupé par des pois-
sons aux quatre yeux (Anableps anableps).

Ce bac est complété par un ensemble de 3
aquariums en cascade formant le centre de
reproduction des guppys sauvages (Poecilia
wingei
) et de daphnées (Daphnia pulex).



Flèche

Le visiteur entre alors dans un autre bâtiment,
en bois, qui abrite le vivarium du parc. Le
couloir de visite est bordé de part et d’autre
par divers enclos intérieurs.

Le premier d’entre eux, qui nous fait face, est
garni de mousses, de racines et de fougères et
présente des dendrobates bleues
(Dendrobates azureus), des dendrobates
dendrobates à dos orange (Adelphobates
galactonotus
), des dendrobates jaunes
(Dendrobates leucomelas) et des dendro-
bates dorées (Dendrobates auratus).


Vivarium de l'Oasi
Vivarium de l'Oasi - juin 2016


Terrarium des dendrobates
Terrarium des dendrobates - juin 2016
Face aux amphibiens, se trouve un aquarium
sud-américain, au sol en sable, agrémenté
de vallisnéries et de racines. Ce bac présente
un banc de cardinalis (Paracheirodon
axelrodi
), de corydoras pandas (Corydoras
panda
) et des scalaires (Pterophyllium
altum
).

De retour sur la droite, nous allons découvrir
une succession de vivarium avec une partie
basse en eau et une partie émergée plantée
et agrémentée de rochers.
Le premier d’entre eux est le lieu de vie de
périophtahlmes géants (Periophthalmus
schlosseri
).



Des boas constricteurs (
Boa constrictor)
évoluent sur la plage du  second, tandis que
la partie aquarium est consacrée à des
écrevisses de Louisiane (Procambarus
clarkii
).

La suite de la visite nous permet de dé-
couvrir, sur la droite, un terrarium en
sable, représentant un milieu sec avec
ses roches et souches, occupé par des
lézards ocellés (Timon lepidus).


Exemple de vivarium
Exemple de vivarium - juin 2016


Exemple de vivarium
Exemple de vivarium - juin 2016
Dans le prolongement des lézards se trouve
une installation avec une partie en eau et une
plage en écorces agrémentée de plantes ver-
tes. Ce complexe héberge un caïman à lunettes 
(Caiman crocodilus).

Sur la gauche, un premier aquarium était
vide lors de ma visite. A la suite, on pouvait
admirer 3 autres bacs, les deux premiers
représentant les eaux douces, tandis que le
dernier était en eau de mer.
Au cœur du premier aquarium s’ébat une
dipneuste d’Afrique (Protopterus
annectens
) qui nage au milieu de racines.



Flèche

Un banc de poissons hachettes
(Carnegiella strigata) se meut au milieu
des plantes aquatiques dans le second bac.

L’aquarium marin, agrémenté de rochers
est pour sa part consacré à des nautiles
(Nautilus pompilius).

Face à ces aquariums, on peut observer un
vivarium dont la partie en eau présente des
poissons éléphants (Campylomormyrus
numenius
) et des poissons papillons
(Pantodon buccholzi).


Exemple de vivarium
Exemple de vivarium - juin 2016


Exemple de vivarium
Exemple de vivarium - juin 2016


La berge, agrémentée de nombreux ficus

est occupée par des caméléons du Yémen
(Chamaeleo calyptratus).

Un autre bac du même type, bien que la
plage soit recouverte de sable et plantée de
palmiers, est occupé par des poissons pier-
res à deux ocelles (Antennarius
biocellatus
).
C’est avec ces poissons que s’achève la
rangée des aqua-vivariums de droite.


Dans leur prolongement, on pourra encore
voir 2 colonnes de 3 bacs superposés, en
réaménagement lors de ma visite mais qui
semblent être destinés, à la nursery des
poissons et à la présentation d’hippocampes
(Hippocampus abdominalis) ; de limules
(Limulus polyphemus) ou encore de béni-
tiers (Tridacna maxima).

Sur la gauche, on pourra encore observer
quelques terrariums. Le premier d’entre eux
dispose d’un sol en terre et est agrémenté
de racines et de ronces et héberge des
phasmes de Madagascar (Achrioptera
fallax
) et des phasmes feuilles (Phyllium
siccifolium
).



Colonne d'aquariums
Colonne d'aquariums - juin 2016
Exemple d'aquarium
Exemple d'aquarium - juin 2016

Le second insectarium dispose d’un sol

recouvert de feuilles mortes et occupé par
des phasmes robustes de Nouvelle Guinée
(Eurycantha calcarata) et des scarabées
atlas (Chalcosoma caucasus).

Des escargots géants africains (Achatina
fulica
) évoluent dans le troisième terrarium,
au milieu de sable et de racines. Une autre
structure au sol recouvert de mousse est le
lieu de vie de mygales du Costa Rica
(Aphonopelma seemanni).



Flèche

Dans le prolongement des invertébrés, se
dresse un grand terrarium en sable, agré-
menté de graminées séchées et de racines,
occupé par des agames barbus (Pogona
vitticeps
).

Cette rangée compte encore 2 vivariums.
Le premier était vide lors de ma visite, tan-
dis que le second entièrement en sable et
en rochers est le lieu de vie de geckos
aboyeurs d’Australie (Nephrurus milii).
Une dernière loge en partie dissimulée, vide
lors de ma visite, devait être consacrée à
des organistes (Euphonia sp.).


Enclos des mygales
Enclos des mygales - juin 2016
Vivarium des scinques
Vivarium des scinques - juin 2016




C’est ainsi que s’achève la traversée du

vivarium de l’Oasi.

Le visiteur franchi alors une porte située sur
la droite, pour se retrouver dans une anti-
chambre plongée dans l’obscurité.
Sur la gauche de cette salle, se trouve un
terrarium parcouru de racines et de bran-
ches mortes. Cet espace est le lieu de vie
de scinques  langue bleue (Tiliqua
scincoides
).



Sur le pan de mur principal une vitre s’ouvre

sur une table en eau, d’où ressortent 3 îles
reliées entre elles par des branches et quel-
ques feuilles de ronces. Une colonie de
fourmis mangeuses de feuilles (
Atta sexdens).

Enfin, un dernier aquarium situé dans cette
anti chambre, dispose d’un sol en sable et
est agrémenté de quelques galets.
Ce bac est le lieu de présentation de tétras
aveugles (
Astyanax fasciatus mexicanus).
Enclos des fourmis
Enclos des fourmis - juin 2016



Flèche


Le visiteur quitte alors cette anti chambre

pour se retrouver au cœur d’une vaste ser-
re tropicale, densément plantée, traversée
par le sentier de visite. Sur la droite de l’en-
trée, un vaste bac en vision subaquatique,
se divise en 2 enclos composés du bassin
et d’une plage en béton.
Cette installation est le lieu de vie d’un
groupe de caïmans nains de Cuvier
(Paleosuchus palpebrosus) et de piran-
has à ventre rouge (Serrasalmus nattereri).


Bassin des caimans
Bassin des caimans - juin 2016


Ambiance dans la serre
Ambiance dans la serre - juin 2016
De multiples plantes rampantes agrémentent
cet ensemble. Le visiteur poursuit alors sa
traversée au milieu de cette serre au sein de
laquelle on pourra voir évoluer en liberté des
cardinaux vermillons (Cardinalis
phoeniceus
) – une espèce qui n’est présen-
tée au public qu’à l’Oasi di Sant Alessio,
des calaos trompettes (Bycanistes
bucinator
) et des calaos à joues argentées
(Bycanistes brevis).

Au centre de la serre, on peut admirer un
petit bassin percé d’une vitre, au sein duquel
nage une tortue à taches jaunes d'Amazonie
(Podocnemis unifilis).


Nous traversons alors cet édifice où ont en-
core été installés deux aquariums et un vi-
varium. Ce dernier est construit dans un mur
de faux rochers et est agrémenté de branches
et de nombreuses plantes. Des pythons verts
(Morelia viridis) y évoluent.

Le premier aquarium est plus petit et agré-
menté de quelques cryptocorines. Il héber-
ge des scalaires (Ptrophyllium altum).

Enfin, le dernier bac est comparable à celui
des piranhas et accueille une cohabitation
entre des anacondas (Eunectes murinus)
et des poissons spatules (Atractosteus
spatula
).


Aquarium des scalaires
Aquarium des scalaires - juin 2016

Loge du tamandua
Loge du tamandua - juin 2016
Là, un mur percé d’une porte que nous al-
lons franchir nous conduit dans la seconde
section de la serre tropicale. Là, sur la
gauche du passage, encastré dans le mur
se trouve un petit vivarium agrémenté de
branches en hauteur.

Quelques plantes vertes complètent les
décors. Ce terrarium est le lieu de vie
de boas canins (Corallus caninus).
Face aux serpents, on peut observer
une vaste loge intérieure, plantée de
ficus, yucchas et autres palmiers et tra-
versée par un réseau de branches
mortes. Cette installation est occupée
par des tamanduas (Tamandua
tetradactyla
).



Flèche

Une loge complémentaire permet d’isoler
un animal en cas de besoin. La visite con-
tinue au cœur de cette seconde section
pour longer une zone bien plantée et sur la
droite, deux autres vivariums, tous deux
représentant une forêt tropicale avec ses
lianes, grands feuillus et quelques racines. 

Des iguanes à casque  (Laemanctus serratus)
évoluent dans le premier tandis que le second
est le lieu de vie de basilics à crètes (Basiliscus
plumifrons
) et de geckos de Madagascar
(Phelsuma madagascariensis).


Vivarium des iguanes à crète
Vivarium des iguanes à crète - juin 2016


Ambiance dans la serre
Ambiance dans la serre - juin 2016


Sur la gauche, face aux reptiles, une mangrove a

été recréée. Un premier espace met en avant le
développement et la naissance de ce type de
milieu, tandis qu’à coté, un bac en eau est con-
sacré à des poissons archers (Toxotes
jaculatrix
).

Enfin, sur la droite, dans un coin, se dresse un
dernier vivarium rocailleux, consacré à des
pythons royaux (Python regius).


Le visiteur quitte alors la serre tropicale, pour
se retrouver dans un autre sas ombragé, sur la
gauche duquel, une grande vitre s’ouvre sur
une volière intérieure aux murs tapissés de paille
de coco. De nombreuses plantes et des lianes
complètent les aménagements, de cette instal-
lation qui présente un couple de paradisiers
royaux (Cincinnus regius).

Une autre femelle est visible en coulisse. La con-
ception de leur volière dont seule une partie est
visible du public, a été réalisée en vue de favoriser
la reproduction de ces oiseaux du paradis très
peu courant en captivité.


Volière des paradisiers royaux
Volière des paradisiers royaux - juin 2016



Volière des paradisiers petit émeraude
Volière des paradisiers petit émeraude - juin 2016
La visite continue à l’extérieur et le visiteur longe
les murs de la serre, pour arriver devant une baie
vitrée s’ouvrant sur un grand espace intérieur
naturel, au sol en terre, agrémenté de quelques
arbres et de plusieurs arbustes. Cet espace dont
le toit est amovible offrant la possibilité aux
oiseaux de prendre des bains de soleil, présentait
auparavant des paradisiers magnifiques
(Dyphillodes magnificus).

Ces oiseaux sont aujourd’hui maintenus en cou-
lisses et la volière accueille un paradisier petit
émeraude (Paradisaea minor).
Là encore, la conception de la volière a été ré-
fléchie pour favoriser la reproduction de ces
oiseaux, la femelle étant maintenue dans une loge
parallèle non visible du public.



Flèche

Sur la gauche, on pourra observer une volière
de taille moyenne, plantée de bambous, au
cœur de laquelle s’ébattent des caracaras hup-
pés (Polyborus placus).

Mitoyenne aux rapaces se dresse une autre
volière, plus dégagée, agrémentée de rochers,
d’un sol en sable et entourée de bambous.

Cette dernière accueille des tortues rayonnées
(Geochelone radiata), des tortues léopards
(Testudo pardalis) et des tragopans satyres
(Tragopan satyra).


Volière des tragopans et tortues
Volière des tragopans et tortues - juin 2016


Nursery
Nursery - juin 2016
Sur la droite, on pourra découvrir la nursery
des oiseaux du parc, remplie de rejetons,
que ce soit des cigognes, des spatules ou
encore des ibis, traduisant l’engagement du
personnel de l’Oasi en faveur de leurs pen-
sionnaires sauvages ou captifs.

Le visiteur continue alors sa visite au sein
d’un couloir, bordé sur la droite par les
bâtiments techniques du parc (cuisine,
nursery, …), dont une partie est visible
au travers de baies vitrées, tandis que sur
la gauche se succèdent 3 volières relati-
vement hautes et profondes.



La première est la moins large et dispose

d’un sol en terre et d’un bassin. Elle est
utilisée pour les oiseaux sortis de nursery.
Lors de mon passage on pouvait y voir
un groupe de jeunes spatules d’Europe
(Platalae leucorodia).

La seconde volière est aussi la plus grande,
dispose d’un sol à l’herbe haute, creusée
d’un bassin, agrémentée de massifs de
bambous et de buissons. Quelques branches
complètent les décors de la structure des
aigles royaux (Aquila chrysaetos).


Volière des aigles
Volière des aigles - juin 2016


Volière des pygargues
Volière des pygargues - juin 2016





Enfin, la dernière volière est également en-
herbée, dispose d’un grand bassin et de
quelques arbres. Elle présente un pygargue
vocifer (Haliaeetus vocifera).



Flèche

Nous quittons alors ce couloir, pour nous
retrouver sur une place ombragée par les
arbres alentours. Sur la droite de l’allée,
une vitre recouverte d’une planche de
bois, devrait bientôt accueillir un nouvel
espace consacré aux sous-bois sud-
américains.

Elle devrait être visible prochainement et
sera occupée par des motmots houtocs
(Momotus momata), une espèce arrivée
en juin 2016 au zoo, en provenance du
parc des oiseaux de Villars les Dombes.


Coq de roche
Coq de roche - juin 2016


Volière des coqs de roche
Volière des coqs de roche - juin 2016


Une seconde baie vitrée, s’ouvre sur une
vaste volière intérieure, dont le fond est
tapissé de faux rochers agrémentés de
mousses et de fougères.

L’ensemble de cette volière est complété
par une petite cascade, un bassin et de
nombreux arbres. Cette structure, inau-
gurée en 2016 dispose d’un toit qui peut
s’ouvrir ou se fermer en fonction de la tem-
pérature extérieur.


Elle voit cohabiter un couple de coqs de
roche (Rupicola peruviana) arrivés de
Cornelius ROELS et un couple de tangaras
à diadème (Stephanophorus diadematus),
une espèce qui n’est présentée au public
qu’à l’Oasi di Sant Alessio.

Dans le prolongement de cette second
volière, le visiteur est invité à franchir une
porte pour se retrouver dans la serre tro-
picale, à l’arrière de la volière des taman-
duas, dans un espace densément planté,
au cœur duquel vivent des paresseux
didactyles (Choloepus didactylus), des
toucans à bec caréné (Ramphastos
sulfuratus
) et des caurales soleils
(Eurypyga helias).



Volière des toucans
Volière des toucans - juin 2016
Enclos des kinkajous
Enclos des kinkajous - juin 2016






Sur la droite, une vitre s’ouvre sur une pièce
sombre traversée de plusieurs branches et
occupée par des kinkajous (Potos flavus).



Flèche

Le visiteur ressort alors sur la place des
tangaras à diadème, pour continuer sa
découverte de l’Oasi.  Sur la gauche de
l’allée, on peut observer un grand bassin,
une vitre offrant une vision sous-marine sur
ce dernier.

Ce bassin est doublé à l’arrière d’un large
enclos en terre, planté de bambous et om-
bragé de grands arbres. La partie aquatique
présente des tortues aligatores (Chelydra
serpentina
) tandis que des tortues à éperons
(Geochelone sulcata) vivent dans la zone
terrestre.


Enclos des tortues alligatores
Enclos des tortues alligatores - juin 2016


Enclos des flamants de Cuba
Enclos des flamants de Cuba - juin 2016

L’allée contourne alors ce vaste enclos, pour
plonger dans une forêt secondaire. Au détour
d’un virage, sur la droite, un plan d’eau in-
tégré à la forêt, est le lieu de vie d’une colonie
de flamants rouges de Cuba (Phoenicopterus
ruber
).

Sur la gauche, se dresse un haut mur, qui
sépare l’allée de visite des volières des aigles.
A la suite des flamants roses, le visiteur dé-
couvre une haute volière entourant un grand
arbre.


Les différentes branches de ce dernier sont ac-
cessibles aux animaux et sont doublées d’un
réseau de structures d’escalade en bois. Cette
installation est consacrée à des ocelots
(Leopardus pardalis).
La loge de nuit de ces félidés est également
visible au travers d’une vitre et est agrémentée
de branches.

Le visiteur franchit alors une autre porte pour
se retrouver dans un sas bétonné. Sur la
gauche, une vitre s’ouvre sur une loge intérieure
au sol recouvert d’écorces et agrémentée de
quelques troncs et autres branches.


Volière de l'ocelot
Volière de l'ocelot - juin 2016


Volière des toucans
Volière des toucans - juin 2016




Cet espace est relié à une vaste volière ex-
térieure, relativement haute, plantée de nom-
breux arbres, bambous et arbustes et agrémen-
tée de branches faisant office de perchoirs.
Ce complexe est le lieu de vie de toucans tocos
(Ramphastos toco).



Flèche

Nous franchissons alors une seconde porte
grillagée, pour nous retrouver plongé dans
une vaste volière de contact, si volumineuse
que les délimitations ne sont pas visibles.
Cette vaste volière est divisée en une zone
bien plantée, une section plus ouverte et un
plan d’eau.

Consacrée à l’Amérique du Sud, on pourra
y admirer des ibis falcinelles (Plegadis
falcinellus
), des ibis sacrés (Geronticus
eremita
), des ibis rouges (Eudocimus
ruber
) et des kookaburas géants (Dacelo
novaeguineae
).


Ambiance dans la volière des ibis
Ambiance dans la volière des ibis - juin 2016


Volière des ouistitis
Volière des ouistitis - juin 2016

Le visiteur traverse alors cette volière puis en-
tre sous un abri. Sur la gauche de l’allée se
trouve une première vitre, s’ouvrant sur une
loge intérieure parcourue de branche, loge
consacrée aux tragopans satyres (Tragopan
satyra
).

Mitoyen à cette loge, on peut admirer une
volière de taille moyenne, agrémentée de
nombreux bambous et doublée d’une loge
intérieure traversée par des branches.
Ce complexe est le lieu de vie de ouistitis
pygmés (Cebuella pygmaeus).


Nous poursuivons alors la découverte de
la volière des ibis, pour observer la partie
marécageuse, avant de quitter cette volière
pour entrer dans une parcelle forestière et
une clairière, le tout étant recouvert d’un
filet.

Cet autre espace de contact accueille des
cariamas huppés (Cariama cristata), des
pilets d’Europe (Anas acuta), des harles
bièvres (Mergus merganser), des den-
drocygnes veufs (Dendocygna viduata)
ou encore des ibis rouges (Eudocimus
ruber
).


Volière des canards
Volière des canards - juin 2016
Volière des canards
Volière des canards - juin 2016




Le visiteur quitte alors la volière des
canards, pour emprunter une allée
sillonnant la forêt et revenir au niveau
de l’enclos des tortues géantes
(Geochelone gigantea), avant de
repasser devant le restaurant, le plan
d’eau des castors et de quitter le parc.



Flèche


En conclusion, l’Oasi di Sant Alessio est
un parc qui mériterait d’être davantage
reconnu pour son implication dans la con-
servation de la faune locale.

Son histoire et celle de ses propriétaires
témoigne de leur engagement envers la
nature. Les installations pour une grande
partie relativement vaste bien que
vieillissantes, offrant aux pensionnaires
du parc un cadre de vie très naturel.
Paradisier royal
Paradisier royal - juin 2016


Cistude d'Europe
Cistude d'Europe - juin 2016


La collection essentiellement européenne,
s’est également diversifiée avec la pré-
sence d’espèce que l’on ne rencontre
que très peu en captivité en Europe,
comme les tangaras à diadème ou encore
les oiseaux du paradis. 

Une visite de l’ordre de 4 heures est à
prévoir.


Copyright ©  -  2007-2017  -  J. Bordonné  - Tous droits réservés