Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Parc Merveilleux

Parc Merveilleux
Route de Mondorf
3260 Bettembourg
LUXEMBOURG

Tel: +352 51 10 481
Fax +352 52 45 11

www.parc-merveilleux.lu



Logo Parc Merveilleux


Ma visite : 09 mai 2011
Mise en ligne : 20 juin 2011


Tinamou isabelle
Tinamou isabelle - mai 2011



Horaires d'ouverture 2011
Tarifs d'entrée 2011
Présentation du parc
Les volières à oiseaux
La serre malgache
Les chacals et les volières à rongeurs
La serre amazonienne 1/2
La serre amazonienne 2/2
La zone désertique et le bois des antilopes
La zone sud américaine et mini ferme
Les dingos et la ferme
Conclusion





Flèche

Horaires d'ouverture 2011 (Ces informations sont données à titre indicatif et peuvent être amenées à varier)




Le parc est ouvert de début avril à début octobre
(2 avril au 9 octobre 2011)

                      de 9h30 à 18h00

Les serres sont ouvertes de 11h00 à 17h00
Troupial à tâte rouge
Troupial à tête rouge - mai 2011



Flèche

Tarifs d'entrée 2011 (Ces informations sont données à titre indicatif et peuvent être amenées à varier)

Coati
Coati - mai 2011




Adulte : 8,00 €
Enfant (4 à 13 ans) : 5,00 €
Sénior (+ 60 ans) : 6,00 €
Handicapé :  6,00 €

Le parc offre une réduction de 1 € par
personne pour les groupes > 15 personnes


Carte annuelle : 40,00 €



Flèche

Présentation du parc

Le Parc Merveilleux, ouvert en 1956, est le seul zoo du Grand Ducher
du Luxembourg et se localise dans le sud du pays, juste à côté de la
frontière française.
Né du rêve d'un paysagiste hollandais, Willem Ter Braake, le parc se
destinait à l'origine, à offrir aux luxembourgeois, un lieu de calme et
d'émerveillement.
Après une période de faible dynamisme, le Parc Merveilleux a été ac-
quis par le Ministère en charge des personnes handicapées, sous la
proposition de l'Association des Parents d'Enfant Mentalement Han-
dicapés, en 1997. Aujourd'hui, le Parc Merveilleux connait une secon-
de jeunesse et offre une zone d'activité et de réinsertion pour les per-
sonnes handicapées.
Le Parc Merveilleux, présente diverses espèces animales, mais éga-
lement une zone enchantée où sont comptées diverses fables et quel-
ques attractions.

Crocodile de Morelet
Crocodile de Morelet - mai 2011



Flèche

Après avoir franchi l'entrée, le visiteur est plongé dans un petit jardin
bordé, à gauche, par la première attractiondu parc, le monorail des
chevaux.
La partie animalière débute pour sa part, sur la droite avec une série
de volières.
La première volière, au sol en sable, agrémentée de nombreux bran-
chages, est le lieu de cohabitation de gris du Gabon (Psittacus
erithacus erithacus
), qui cohabitent avec des perruches
à collier (Psittacula krameri). La seconde volière, plantée de quel-
ques arbres, dispose également d'un sol en sable et est le lieu de vie
de grand ducs d'Afrique (Bubo africanus africanus).
Un couple de rares pénélopes à gorge bleue (Pipile cumanensis)
est présenté dans une volière de faible largeur, mais densément végé-
talisée.
Mitoyenne à celle des pénélopes, une autre volière au sol en sable,
agrémentée de souches de bois, est consacrée à une espèce de
cracidé, le grand hocco (Crax rubra), présenté en couple, dont la
femelle est de forme noire.




Rangée de volières
Rangée de volières - mai 2011


Volière des lophophores
Volière des lophophores - mai 2011
Le premier mammifère du Parc Merveilleux, fait son entrée dans la cinquième
volière. Des makis varis noir et blanc (Varecia variegata variegata) y
sont présentés. Les aménagements de leur volière sont fait de branchages
et de cordes.
Des lophophores resplendissant (Lophophorus impejanus) vivent dans la
volière qui suit et peuvent fouiller le sol en écorce.
Le visiteur arrive alors au bout de la rangée de volières pour découvrir les
deux dernières installations, qui peuvent être mises en commun.
De nombreux cordages et autres branchages y ont été installés et offrent
des structures de jeux à la famille de lémurs bruns (Eulemur fulvus fulvus).
Au bout de la volière des makis, un sentier récemment aménagé, bifurque
sur la droite, pour longer la seconde cage des lémurs bruns, pour arriver
vers une seconde rangée de trois volières. La première relativement haute
mais de faible surface au sol est occupée par des perroquets vasas
(Coracopsis vasa). La seconde, au sol en herbe, bordée par une falaise
et disposant d'un bassin est le lieu d'évolution d'une colonie d'ibis chauves
(Threskiornis aethiopicus). La dernière volière, tendue d'agrès en bois et
en cordes, héberge des makis cattas (Lemur katta).


Volière des gris du Gabon
Volière des gris du Gabon - mai 2011
Volière des ibis
Volière des ibis  - mai 2011


Le visiteur revient alors sur ses pas, jusqu'au niveau de la volière des lémurs bruns, en face de laquelle se dresse une grande serre, dans laquelle se poursuit la visite.



Flèche

Cette grande serre, inaugurée le 26 juin 2009 et baptisée "Mahajanga",
est consacrée à l'Ouest de Madagascar, zone qui y a été recréée. La
serre mesure 36 x 16 m pour 7 m de hauteur. A l'intérieur de la serre,
divers végétaux ont été planté et s'organisent autour d'une cascade et
d'un bassin de 80 m².
Dès l'entrée de la serre, une atmosphère chaude conduit le visiteur sur
cette île africaine. Sur la droite, dans le mur, se trouve un premier ter-
rarium de taille moyenne, planté de quelques végétaux et consacré à
des boas de Dumeril (Acrantophis dumerili). En face des boas, un se-
cond terrarium, humide accueille des tortues tomates (Dyscophus
antongilli).
A côté de l'installation des boas, se dresse la volière intérieure des
perroquets vasas.
Le visiteur déambule alors au milieu de la serre et de la zone de vol
libre de plusieurs espèces. On peut ainsi observer dans la serre mal-
gache, des foudis de Madagascar (Foudia madagascarensis), des
sarcelles de Bernier (Anas bernieri), ...



Terrarium des grenouilles tomates
Terrarium des grenouilles tomates - mai 2011
Serre malgache
Serre malgache - mai 2011
..., des canards de Meller (Anas melleri), des sarcelles hottentottes (Anas
hottentota), des francolins à double éperon (Pternistis bicalcaratus), et
de tourterelles de Madagascar (Streptopelia picturata).
Le visiteur traverse la partie forestière et la mare, pour se diriger dans une
grotte où a été bâti le noctarium du zoo. Un premier terrarium, agrémenté
de plantes artificielles et de branches, est consacré à des microcèbes
(Microcebus murinus), qui cohabitent avec des petits tenrecs (Echinops
telfairi).
Une autre installation nocturne est le lieu de vie d'une colonie de roussettes
d'Egypte (Rousettus aegyptiacus). A l'extrême gauche du noctarium se
trouvent deux terrariums superposés. Les deux disposent d'un sol en terre
humide et de quelques écorces. Le premier est occupé par des blattes
géantes de Madagascar (Gromphadorrhina portentosa), tandis que le
second est le lieu de présentation d'escargots géants africains (Achatina
fulica).


Le visiteur ressort du noctarium, pour emprunter un escalier qui
le conduit sur une terrasse donnant une vue sur l'ensemble de
la zone de vol libre.
Au niveau de cette terrasse, un enclos en sable, planté de quel-
ques plantes grasses, est le lieu de présentation de tortues ra-
diées (Geochelone radiata).
Au niveau de cette terrasse, a été construite une petit hutte ent-
rant dans la volière des makis cattas. Cette case, en travaux,
offrira une sortie de la serre malgache.
Le visiteur revient sur ses pas, pour observer les deux terrariums
de la serre. Le premier, densément végétalisé, est le lieu de vie
de geckos diurnes (Phelsuma madagascariensis grandis). Le
second, agrémenté de bambous, est consacré à des caméléons
léopards (Furcifer pardalis ambanja).
Le visiteur ressort alors de la maison de Madagascar.


Enclos des tortues
Enclos des tortues - mai 2011
Serre malgache
Serre malgache - mai 2011
Serre malgache
Serre malgache - mai 2011



Flèche

En sortant de la serre malgache, le visiteur découvre sur la gauche,
un petit chemin de fer, qui fait le tour d'un bassin et d'une plage en
herbe consacrée à un groupe de flamants nains (Phoenicopterus
minor). Sur la droite du sentier, se trouve une petite praire, avec
en son centre, une île bordée par un petit bassin. Cette installation
est le lieu d'une cohabitation entre des grues couronnées
(Balearica pavonina), des tantales ibis (Mycteria ibis), des jabi-
rus du Sénégal (Ephippiorhynchus senegalensis), des pélicans
gris (Pelecanus rufescens) et des dendrocygnes fauves
(Dendrocygna bicolor).

Le visiteur contourne le lac des flamants, pour découvrir, sous le
couvert des arbres, un enclos de grande taille organisé autour
d'un monticule rocheux. Cette installation est occupée par des
chacals à chabraque (Canis mesomelas). Le visiteur poursuit sa
visite, tout en longeant le chemin de fer.



Enclos des pélicans
Enclos des pélicans - mai 2011
Volière des cariamas
Volière des cariamas - mai 2011
Sur la droite du sentier de visite se dresse une grande volière plantée de
quelques arbres. Cette volière est le lieu de vie de cariamas huppés
(Cariama cristata).
Une nouvelle série de volières s'offre alors au visiteur. La première amé-
nagée de nombreux branchages, est consacrée à des tamarins pinchés
(Saguinus oedipus). A côté des petits singes, trois volières ont été
mises en commun. Plantées de conifères et de quelques rochers, elle est
le lieu d'une cohabitation entre des guiras (Guira guira) et des tinamous
élégants (Eudromia elegans).
A côté des oiseaux, dans une troisième volière comparable à la précé-
dente pour son aspect général est le lieu de présentation de chouettes
des terriers (Speotyto cunicularia).
Une autre rangée de 3 volières a été construite à ce niveau. L'ensemble
de ces trois installations dispose d'un sol en sable et sont agrémentées
de souches et de rochers.


La première est le lieu de vie de conures soleil (Aratinga
solstitialis) et d'agoutis dorés (Dasyprocta aguti).
La seconde volière est occupée par des makis macacos
(Eulemur macaco).Enfin, la dernière volière est con-
sacrée à de rares hutias de Cuba (Capromys pilorides).

Une grande structure au sol en herbe, organisée autour
d'un pilier rocailleux, héberge un couple de caracaras
huppés (Polyborus plancus plancus).
Le visiteur contourne la volière des caracaras, pour dé-
couvrir, sur la gauche, une petite fosse au sein de laquelle
ont été placées diverses structures en bois, offrant des
possibilités d'évolution aux oursons coquaux (Erethizon
dorsatum).


Volière des rongeurs et oiseaux
Volière des rongeurs et oiseaux - mai 2011
Volière des vautours urubus
Volière des vautours urubus - mai 2011




A l'arrière de la volière des caracaras, un sentier borde une autre
volière au sol en herbe, agrémentée de quelques souches, rochers
et troncs d'arbre, occupée par des vautours auras (Cathartes
aura) et par des vautours urubus à tête noire (Coragyps atratus).
A l'arrière de cette volière, une seconde volière plantée de quel-
ques saules, disposant d'un bassin est occupée par des ibis rouges
(Eudocimus ruber), des ombrettes d'Afrique (Scopus umbretta)
et des dendrocygnes veufs (Dendrocygna viduata).
Le visiteur revient alors au niveau de la fosse des oursons coquaux
pour découvrir l'entrée de la prochaine installation, "Amazonia".
Enclos des chacals
Enclos des chacals - mai 2011
Enclos des oursons coquaux
Enclos des oursons coquaux - mai 2011



Flèche

Le visiteur entre dans Amazonia, un ensemble de huttes, reliées
entre elles, qui composent la serre tropicale du zoo, consacrée
à l'Amérique du Sud. Sur la gauche du hall d'entrée, un petit en-
clos plantée de quelques végétaux tropicaux et de lianes artifici-
elles, est occupée par des ouistitis pygmés (Callithrix
pygmaea
).
Une exposition de peinture animalière est également présentée
à ce niveau. Le visiteur entre alors dans la serre à proprement
parler. Un sas permet d'observer, sur la droite, un enclos ex-
térieur, tendu de quelques cordages et disposant d'un bassin.
Cette installation est le lieu de vie d'un groupe de saïmiris du
Perou (Saimiri boliviensis peruviensis).
Sur la gauche, plusieurs insectariums ont été incrustés dans le
mur. Le premier, agrémenté de mousse, est occupé par des
iules géantes (Spirostreptus giganteus). Le second est le lieu
de vie de mygales à genoux blancs (Acanthoscurria
geniculata
).



Enclos extérieur des saimiris
Enclos extérieur des saimiris - mai 2011

Aquarium des anguilles
Aquarium des anguilles - mai 2011
A côté des mygales, un terrarium est occupé par des scorpions im-
périaux (Pandinus imperator). Le dernier terrarium de ce mur est
le lieu de vie de punaises assassines (Platymeris biguttata). Enfin,
ce sas présente un dernier terrarium, planté de mousses, de fleurs
tropicales et de racines. Il est le lieu d'ue cohabitation de dendro-
bates à trois bandes (Epidobates tricolor), de dendrobates bleues
(Dendrobates azureus) et de phyllobates rayées (Phyllobates
vittatus
).
Le visiteur entre alors à proprement parler dans la serre tropicale.
Cette serre, densément végétalisée, présente outre des espèces en
vol libre, différents enclos. Sur la droite, on peut observer une se-
conde fois l'enclos extérieur des saïmiris et des carpes koïs.
On peut aussi voir, à travers de larges baies vitrées, l'installation in-
térieure des saïmiris. A côté des loges des saïmiris, un grand bac
visible à travers une vitre, est occupé par des anguilles electriques
(Electrophorus electricus).


A côté des anguilles, un vaste terrarium agrémenté de nombreux
troncs en bois, est consacré à des boas constricteurs (Boa
constrictor).
En face du terrarium des anguilles et des boas, un escalier con-
duit le visiteur dans les profondeurs de l'Amazone. Sur la droite
de cet escalier, un enclos disposant d'une plage en gravier et d'un
bassin avec vision sous marine, est le lieu de vie d'un crocodile
de Morelet (Crocodylus moreletii). En face des crocodiles, un
grand aquarium de 70.000 litres, au sol en gravier, agrémenté
de quelques rochers et de racines héberge des brycons à nage-
oires noires (Brycon melanopterus) qui cohabitent avec des
pacus noirs (Colossoma macropomum), des arowanas
(Osteoglossum ferreira), des plécos à taches blanches
(Acanthicus hystrix), des plécos royaux (Panaque
nigrolineatus
), des plécos titans (Panaque titanicus), des
poissons chats à ventre blanc (Brachyplatystoma filamentosum),
des poissons chats amazoniens (Paulicea sp.), ...



Enclos des crocodiles
Enclos des crocodiles - mai 2011
Aquariums de la serre
Aquariums de la serre - mai 2011
..., des poissons chats à queue rouge (Phractocephalus
hemioliopterus
), des corydoras noirs (Pseudoras niger)
et des suribis tigrés (Pseudoplatystoma fasciatum).
Au fond de cette zone souterraine se dresse un second
aquarium planté de végétaux aquatiques et de racines,
d'une capacité de 10.700 litres, est le lieu de vie de pois-
sons dollars argentés (Myleus rubripinnis luna), de pi-
ranhas à tache scapulaire (Pygocentrus caribe) et de
plécos léopards (Pterygoplichthys gibbiceps).

Le visiteur remonte alors dans la zone végétalisée de la
serre, où évoluent en liberté des iguanes verts (Iguana
iguana), des ouistitis à toupet blanc (Callithrix jacchus),
des tangaras du Brésil (Ramphocelus bresilius), des
troupials à tête rouge (Amblyramphus holosericeus) et
des colombes versicolores (Geotrygon versicolor).


Ambiance de la serre tropicale
Ambiance de la serre tropicale - mai 2011
Terrariums pour insectes
Terrariums pour insectes - mai 2011


Il est à noter que dans cette serre, vivait, jusqu'à sa mort en 2009, le dernier tangara à diadème (Stephanophorus diadematus) présenté en captivité.



Flèche

En poursuivant sa visite, le visiteur découvre sur sa droite, plusieurs
boites occupées par les ouistitis. Sous les arbres, un second enclos
traversé par un ruisseau est occupé par un second crocodile de
Morelet.
La visite se poursuit sur la gauche où ont été construit plusieurs
aquarium. Sur la gauche, un enclos en terre héberge des tortues
denticulées (Chelonoidis denticulata). En face des tortues, un
aquarium de 7.450 litres est consacré à des cichlidés, représentés
par des léporinus à bandes (Leporinus fasciatus), des raies de
Léopold (Potamotrygon leopoldi), des raies à aiguillon commune
(Potamotrygon motoro), des plécos léopards (Pterygoplichthys
gibbiceps
) et des cichlidés de Johann (Crenicichla johanna).

Le second aquarium de petite taille est consacré à des tétras de
Rio (Hyphessobrycon flammeus), à des veuves noires
(Gymnocorymbus ternetzi) et des poissons crayon à trois ban-
des (Nannostomus trifasciatus).



Enclos des tortues
Enclos des tortues - mai 2011


Aquarium typique de la partie supérieure de la serre
Aquarium typique de la partie supérieure de la serre - mai 2011


Un dernier aquarium amazonien de 2.850 litres densément végétalisé,
bordé par une rive également fortement plantée, est le lieu de vie de 
plécos à taches blanches (Acanthicus hystrix), de poissons hachet-
tes (Carnegiella strigata), de corydoras à points noirs (Corydoras
maculifer), des corydoras de Sterbas (Corydoras sterbai), de tétras
nez rouges (Hemigrammus rhodostomus), d'ancistrus à points
jaunes (Hypancistrus inspector), de poissons crayons
(Nannostomus beckfordi), de tétras cardinalis (Paracheirodon
axelrodi
) et de peckoltias tachetés (Peckoltia brevis).

Le visiteur revient alors sur ses pas jusqu'au niveau des tortues pour
continuer sa visite dans une autre salle, au centre de laquelle des ba-
silics à plumes (Basilicus plumifrons) et des anolis chevaliers (Anolis
equestris) cohabitent au sein d'une végétation luxuriante.


Sur la gauche de la salle, une grande volière au sol en terre,
agrémentée de structures en bois, est occupée par une
famille de tamarins empereur (Saguinus imperator), qui
cohabitent avec de rares tinamous tataupas (Crypturellus
tataupa).

Enfin, sur la droite, une baie vitrée ouvre sur un enclos ex-
térieur, composé d'un bassin avec vision sous marine et
d'une plage en terre agrémentée de quelques brins d'herbe.
Cette installation est occupée par une colonie de manchots
de Humboldt (Spheniscus humboldti).

Le visiteur quitte la zone tropicale pour entrer dans une
salle sombre, faisant office de sas.
Enclos extérieur des manchots
Enclos extérieur des manchots - mai 2011



Flèche

Au niveau de ce sas, quatre vivariums ont été aménagés. Tous
sont agrémentés de bois et de plantes. Le premier est le lieu de
vie de phasmes géants d'Australie (Extatosoma tiaratum), le
second est occupé par des rainettes de White (Litoria
caerulea), le troisième présente des phasmes brindille du Viet-
nam (Baculum extradentatum). Enfin, des phasmes cuir de
Nouvelle Guinée (Eurycantha calcarata).

Le visiteur entre alors dans une seconde zone consacrée aux
déserts africains. Un premier enclos rocailleux, traversé par
une petite rivière et planté de quelques cactus. Cette installation
est le lieu de vie de fennecs (Vulpes zerda) qui cohabitent
avec des tortues à éperons (Geochelone sulcata).
Un second enclos du même type, au sol en sable héberge une
colonie de suricates (Suricata suricatta).


Terrariums situés entre les deux mondes
Terrariums situés entre les deux mondes - mai 2011
Volière des makis à face blanche
Volière des makis à face blanche - mai 2011
Au niveau de cette zone, évoluent également plusieurs espèces
d'oiseaux, qui peuvent aller et venir librement. On peut donc y
observer des coulious huppés (Urocolius macrourus), des
spréos royaux (Cosmopsarus regius), des cordons bleus vio-
lacés (Uraeginthus ianthinogaster) et des tourterelles mail-
lées (Streptopelia senegalensis).

Le visiteur ressort alors de la maison "Amazonia", pour trouver
une boutique puis la terrasse du restaurant, à l'arrière duquel
une volière plantée de nombreux bambous est le lieu de présen-
tation de makis à face blanche (Eulemur fulvus albifrons).

En face du restaurant se trouve également deux aires de jeux.
La première favorise les jeux aquatiques alors que la seconde
offre des structures d'escalade.


Enclos de la partie désertique
Enclos de la partie désertique - mai 2011
Enclos de la partie désertique
Enclos de la partie désertique - mai 2011


La visite se poursuit dans la forêt du parc. Sur la droite, un enclos
au sol en terre, agrémenté de maisons originales, fait office de
poulailler occupé par plusieurs poules domestiques (Gallus gallus
domesticus).
En face du poulailler, une volière au sol forestier, agrémentée d'un
bassin est le lieu de vie de ratons laveurs (Procyon lotor).

A l'arrière des ratons, un vaste bout de forêt grillagé présente des
cerfs du Prince Alfred (Cervus alfredi). Deux enclos sont con-
sacrés à l'élevage de cette espèce.

Un peu plus loin sur le sentier, une autre volière tendue de cordes
et de sacs de jutte, présente des coatis à queue annelée (Nasua
nasua
).
Entre la volière des coatis et l'école du zoo, se trouve une plaine
forestière occupée par des daims (Dama dama).



Poulailler
Poulailler - mai 2011
Plaine sud américaine
Plaine sud américaine - mai 2011


La visite se poursuit au sein de la forêt, pour découvrir un vaste
enclos en sable disposant d'un grand bassin et planté de quel-
ques arbres est le lieu de vie de cabiais (Hydrochoerus
hydrochaeris), de maras (Dolichotis patagonum) et de gua-
nacos (Lama guanicae).
Le visiteur longe alors la plaine sud américaine pour découvrir,
abrité par un abris en bois, les loges intérieures des animaux.
Le sentier bifurque alors légèrement sur la droite, pour se diri-
ger vers deux enclos au sol en herbe, planté de quelques arbres.
Le premier est occupé par des nandous (Rhea americana), le
second est le lieu de vie d'émeus (Dromaeus novaehollandiae).
La suite de la visite nous amène à revenir sur nos pas jusqu'au
niveau de l'enclos des cabiais, à côté duquel a été érigé un
complexe de petites volières, toutes reliées à un bâtiment.
Enclos des ratons laveurs
Enclos des ratons laveurs - mai 2011
Enclos typique pour cervidés
Enclos typique pour cervidés - mai 2011



Flèche

La première volière, la plus grande, dispose d'un sol en sable sur
lequel poussent des touffes de graminées. Cette installation, dont
les aménagements sont complété par des branchages, est le lieu
de vie d'un groupe d'aras araraunas (Ara ararauna), qui cohabi-
tent avec de rares tinamous isabelle (Rhynchotus rufescens).
Le visiteur longe cette volière, pour observer les loges intérieures
de ces deux espèces, loges à côté desquelles se trouve une aut-
re maison consacrée à un couple d'aras chloroptères (Ara
chloroptera).

Le sentier bifurque alors sur la gauche, au milieu des différentes
volières. La première située sur la gauche est celle du couple
d'aras chloroptère, plantée d'un massif de bambous.
Le visiteur se dirige alors au fond de cette zone où se trouve un
complexe de deux volières séparées par un bâtiment abritant
les loges de nuit du couple de jaguarondins (Herpailurus
yaguaroundi
). Les deux volières permettent de séparer le cou-
ple.



Volière des aras et des tinamous
Volière des aras et des tinamous - mai 2011
Volières pour psittacidés
Volières pour psittacidés - mai 2011
Cette zone en retrait du sentier de visite principal, est complétée par
trois autres volières. La première au sol en herbe et plantée de bam-
bous est le lieu d'une cohabitation entre des kookaburas géants
(Dacelo novaeguinea) et de vanneaux soldats (Vanellus miles).
Deux dernières volières octogonales, situées en face de la maison
des perroquets disposent d'un sol en terre et d'une façade arrière en
faux rochers.
La première est le lieu de vie de cacatoès des Molluques (Cacatua
moluccensis) et de cacatoès soufrés (Cacatua sulphurea).
La seconde présente pour sa part des perruches ondulées
(Melopsittacus undulatus), des perruches callopsites (Nymphicus
hollandicus), des perruches Princesse de Galle (Polytelis
alexandrae
) et des perruches omnicolores (Platycercus eximius).
Le visiteur revient alors sur le sentier principale, la visite se pour
suivant sur la gauche.


Un enclos de grande taille au sol en terre et situé sous le couvert
de quelques arbres, accueille un groupe reproducteur d'oies semi
palmées (Anseranas semipalmata).
Mitoyen aux oies, une prairie à l'herbe rase agrémentée de roc-
hers, constitue la plaine sud américaine du zoo occupée par des
wallabies de Benett (Macropus rufogriseus).
En face des wallabies, deux petits enclos en herbe et en terre
séparés par un monticules en béton qui fait office de loges de nuit
 pour les animaux, héberge "Butz" et "Lisa", le couple de cochons
nains (Sus scofra domestica) du zoo. Le second sert d'enclos
d'isolement pour les boucs nains (Capra hircus) du parc.
Le visiteur peut alors se diriger soit sur la gauche pour découvrir
d'autres espèces, soit poursuivre sur le sentier sur lequel il est
pour traverser une zone de jeux en bois, recréant de petites ca-
banes.


Enclos des cochons
Enclos des cochons - mai 2011
Enclos des loups
Enclos des loups - mai 2011


Au centre de cette aire de jeux, se trouvent également des laby-
rinthes en bois, ainsi qu'un enclos de contact aliant zone en her-
be, zone boisée et zone en terre. Cette installation est consacrée
à un groupe de chèvres naines (Capra hircus).
En ressortant de l'enclos des chèvres, le visiteur découvre direc-
tement la nouveauté 2011, un enclos de type forestier, disposant
d'une cascade et d'un bois, lieu de vie d'une petite meute de
loups arctiques (Canis lupus arctos). Leur enclos de grande
taille est visible à partir du sol ou d'un point de vision placé en
hauteur.
Le visiteur poursuit sa visite au milieu de la forêt enchantée et
trouve, tout autour de l'enclos des chèvres, de petites maisons
percées de baies vitrées racontant chacune une fable. Au niveau
de la fable "La Belle au Bois Dormant" un pigeonnier accueille
une famille de pigeons Texan (Columba livia).


Forêt enchantée
Forêt enchantée - mai 2011
Maison des comptes
Maison des comptes - mai 2011



Flèche

La suite de la visite nous conduit sur un petit sentier, qui revient
vers l'enclos des wallabies, à côté desquels, camouflé derrière
une haie dense, se trouve une installation en herbe au centre de
laquelle se trouve un monticule rocheux, lieu d'évolution d'une
groupe de dingos (Canis lupus f. dingo).
Longeant l'enclos des dingos, le visiteur pénètre dans une
forêt de feuillus et peut observer, sur sa gauche, de vastes en-
clos de type forestier, identiques à celui des daims. Le premier
enclos est le lieu de vie d'antilopes cervicapres (Antilopa
cervicapra
).
La suite de la visite nous amène vers la mini ferme du zoo, qui,
bien qu'accueillant des espèces domestiques, a préféré s'orienter
vers les espèces rustiques qui ont été délaissées par les éle-
veurs, faute de rentabilité.
La mini ferme se compose d'un bâtiment en bois abritant les
loges de nuit des animaux et de trois enclos entourant cette
ferme.



Enclos des antilopes cervicapres
Enclos des antilopes cervicapres - mai 2011


Boxe des anes
Boxe des ânes - mai 2011
La mini ferme se compose d'un bâtiment en bois abritant les loges
de nuit des animaux et de trois enclos entourant cette ferme. Un
long sentier en écorces conduit le visiteur vers les loges des bau-
dets du Poitou (Equus asinus), des moutons hongrois (Ovis
aries
) et des alpagas (Lama paco).
Le visiteur revient sur le sentier principal, pour trouver une der-
nière maison des fables en face de laquelle, un petit enclos en
terre est occupé par des porc-épics indiens (Hystrix indica).
Un dernier enclos situé derrière les porc-épics, de tail-
le moyenne et de type forestier, était occupé par des muntjacs de
Chine (Muntiacus reevesi), qui ne sont plus présentés, leur in-
stallation étant en réfection. A l'arrière des muntjacs, dans un
second enclos forestier évolue un couple de grues couronnées
(Balearica pavonina).
Une piste de karting termine la zone forestière. La fin de la
visite approche et le visiteur regagne la zone du monorail des
chevaux, pour y découvrir, juste à coté, un petit enclos recréant
un village miniature, accueillant des cobayes domestiques (Cavia
porcellus
).


Enclos des porcs épics
Enclos des porcs épics - mai 2011
Maison du compte "Hansel et Gretel"
Maison du compte "Hansel et Gretel" - mai 2011

Le visiteur quitte alors le Parc Merveilleux, au niveau du bâtiment en forme de chapeau.



Flèche



En conclusion, le Parc Merveilleux, est original de part son
orientation et son but principal qui est la réinsértion et l'ai-
de aux personnes mentalement handicapées.
A côté de cela, les espèces présentées dans ce zoo restent
pour la plupart peu courantes en captivité, comme les trois
espèces de tinamous ou encore les tantales ibis.
Le parc, situé à proximité de la frontière française, enchan-
tera les enfants et offrira à tout âge une agréable promenade
de trois heures.
Jaguarondin
Jaguarondin - mai 2011


Copyright ©  -  2007-2019   -  J. Bordonné  - Tous droits réservés