Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe  |   Les zoos dans le reste du monde   |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Apenheul


Stichting Apenheul
J.C. Wilslaan 21
7313 HK Apeldoorn
The Netherlands

Tel: +31 (0) 553 57 57 57

www.apenheul.nl

Logo Apenheul


Mes visites : le 02 septembre 2010; le 30 aout 2011
Mise en ligne : le 13 décembre 2010
Mise à jour : le 18 septembre 2011





Tamarin lion doré
Tamarin lion doré - septembre 2010



Horaires d'ouverture 2010
Tarifs d'entrée 2010
Le territoire des saïmiris
La zone africaine
Les bonobos
La mini ferme et les orang-outans
Les singes d'Asie et les magots
Les gorilles et les mangoustes
Les petits singes sud américains et les gibbons
La grande volière et les atèles
Conclusion



Flèche

Horaires d'ouverture 2011 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)









Du 22 mars au 31 juin :                     10h00 à 17h00
Du 01 juillet au 30 aout :                   10h00 à 18h00
Du 01 septembre au 31 octobre : de 10h00 à 17h00

Le parc est fermé de novembre à mars.
Coati à nez blanc
Coati à nez blanc - septembre 2010



Flèche

Tarifs d'entrée 2011 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)

Titi roux
Titi roux - septembre 2010






Tarifs individuels

     Adultes :                  18,50 €
     Enfants (3 à 9 ans) : 15,50 €

Tarifs groupes
     Adultes :                   15,50 €
     Enfants (3 à 9 ans) :  12,50 €
     Scolaires :                  8,00 €



Flèche

Présentation du parc


Le zoo d'Apenheul est un parc hollandais spécialisé dans la présentation et la reproduction des primates. Il est considéré comme le plus grand parc européen spécialisé dans cet ordre. Le zoo se situe au sein d'un vaste espace arboré de plus d'une centaine d'hectares, au sein duquel, le visiteur retrouve le parc des singes, un parc naturel présentant la faune indigène, un parcours arboricol, ...


Une fois l'entrée du zoo franchie, le visiteur est invité à
prendre un sac fermé pour y mettre tous ses bagages. Le zoo
a été construit dans une vaste forêt de feuillus. La visite débu-
te sur la gauche. Un premier pont éléctrifié marque l'entrée du
premier enclos de contact, mode de présentation très répan-
du à Apenheul. Ce premier enclos, qui est aussi le plus imp-
ressionnant est le territoire des deux troupes de saïmiris à cas-
que noir (Saimiri boliviensis) du zoo. Plus de 130 individus
composent les deux groupes, dont un de taille importante qui
regroupe près de 100 singes.
Une famille de 30 animaux a quitté Apenheul en 2010, pour
rejoindre le zoo d'Amnéville.
Le territoire des saïmiris se compose d'une grande forêt où
se cotoient chênes, hètres et bambous. Une grande maison
abrite les loges de nuit des animaux.


Territoire des saïmiris
Territoire des saïmiris - septembre 2010
Ile des capucins
Ile des capucins - septembre 2010
Au détour du sentier, sur la droite, le visiteur découvre un petit
enclos naturel, agrémenté de fougères et de rochers, et qui est
consacré à un groupe de cochons d'Inde sauvages (Cavia aparea).
En poursuivant sa visite, le visiteur peut observer sur sa gauche,
une île de taille moyenne, densément végétalisée et agrémentée
de structures en bois et de cordages.
Cette installation est le lieu de vie d'une famille de capucins à
poitrine jaune (Cebus xantosthernos). Mitoyen aux capucins,
une seconde île de grande taille, plantée de grands arbres reliés
entre eux par des structures d'escalade en corde, et agrémentée
de rochers et de bambous, est consacrée à l'élevage de singes
hurleurs noirs (Alouatta caraya).
Un dernier enclos, quelque peu dissimulé par la végétation est
occupé par un couple de nandous de Darwin (Pterocnemia
pennata
).



Le visiteur quitte alors le territoire des saïmiris, pour arriver
au niveau d'un nouveau restaurant, ouvert en 2010.
Au niveau de la terrasse du restaurant, on trouve divers
panneaux pédagogiques sur les batraciens sud amé-
ricains et sur les menaces qui pèsent sur eux.
En face de la terrasse, un petit enclos, séparé du visiteur
par une palissade métallique, planté de nombreux arbres,
est occupé par le plus important groupe de coatis à nez
blancs (Nasua narica) d'Europe. Cette espèce reste très
peu courante en captivité.
Le visiteur dispose alors d'un nouveau point d'observation
sur l'île des singes hurleurs, avant de quitter la zone sud
américaine.
Enclos des coatis
Enclos des coatis - septembre 2010


Ile des singes hurleurs
Ile des singes hurleurs - septembre 2010


Enclos des cobayes
Enclos des cobayes - septembre 2010
Territoire des saimiris
Territoire des saimiris - septembre 2010
Maison des saimiris
Maison des saimiris - septembre 2010


Mise à jour suite à ma visite du 30 aout 2011:

Les nandous de Darwin qui étaient jusqu'alors présentant dans un enclos
situé à la sortie du territoire des saïmiris, sont désormais présentés en
liberté avec ces petits singes. Leur enclos a été conservé pour les main-
tenir en espace fermé lors de la période de reproduction ou durant la
nuit.

Au niveau du ponton qui permet de contourner la zone de contact des
singes écureuils, un petit enclos de type forestier est occupé par une
famille de dindons (Meleagris gallopavo).

Le groupe de coatis a été pour sa part fortement réduit.
Ile des dindons
Ile des dindons - aout 2011




Flèche

Le visiteur traverse alors un nouveau pont éléctrifié, frontière de la
zone malgache du parc.
Il fait alors face à une grande volière. Cette volière à l'herbe
haute, agrémentée de troncs d'arbre et agrémentée de rochers, est le lieu
d'une cohabitation originale entre des propithèques couronnés
(Propithecus verreauxi coronatus), des happalémurs du lac
Alaotra (Hapalemur griseus alaotrensis) et de pintades vilturines
(Acryllium vulturinum).
Le visiteur se dirige ensuite vers une zone sauvage, organisée autour
d'une marre, bordée de nombreuses plantes des marais tels les
roseaux. Une autre partie est plantée de conifères et de feuillus.
Des statues représentant les ancètres des lémuriens, ainsi que des
maisons typiquement malgaches sont disséminées le long du sen-
tier de visite.


Volière des propithèques
Volière des propithèques - septembre 2010


Territoire des lémuriens
Territoire des lémuriens - septembre 2010





Cinq espèces de lémuriens évoluent en liberté dans cette partie du parc.
On peut donc y observer des makis cattas (Lemur katta), des makis
varis noirs et blancs (Varecia variegata), des makis varis roux
(Varecia rubra), des lémurs bruns (Eulemur rubriventer) et des
lémurs aux yeux turquoises (Eulemur flavifrons).

Une animation a lieu plusieurs fois par jour à cet endroit. De plus, une
école permet d'accueillir les groupes scolaires.

Le visiteur quitte alors le territoire malgache.
Village malgache
Village malgache - septembre 2010
Territoire des lémuriens
Territoire des lémuriens - sepembre 2010


Pintade vilturine
Pintade vilturine - septembre 2010
Propithèque couronné
Propithèque couronné - septembre 2010






Mise à jour suite à ma visite du 30 aout 2011:

Le premier sentier a été fermé, le visiteur doit désormais passer devant
la maison et l'île des bonobos pour découvrir la zone de nourrissage des
lémuriens où se déroule chaque jour une animation.
Territoire des lémuriens
Territoire des lémuriens - aout 2011




Flèche



La suite de la visite le conduit vers une grande île, plantée
de nombreux arbres, agrémentée d'agrès en bois, alternant herbe
rase, herbe haute et zone de buissons. Le visiteur la longe pour avoir
différents points de vision et arriver au bâtiment qui lui
est accolé. Le batiment, visible à travers de larges baies vitrées,
se compose de plusieurs loges au sein desquelles ont été installées
des cordes, des branches et des structures d'escalade, disposent
d'un sol en paille artificielle.
Cette grande installation est consacrée à une espèce d'anthro-
poïdes peu représentée en captivité, les bonobos (Pan
paniscus)


Ile des bonobos
Ile des bonobos - septembre 2010


Maison des bonobos
Maison des bonobos - septembre 2010


Les bonobos à Apenheul

Kumbuka, femelle née en 1999 à Apenheul
Jill, femelle née en 1985
Hortense, femelle née en 1978, arrivée en 2008 de Planckendael
Zamba, mâle né en 1998 (fils de Hortense)
Lingala, femelle née en 2003 (fille de Jill)
Yahimba, femelle née en 2009 (fille de Kumbuka)
Zuani, femelle née en 1990 (fille de Liboso)
Liboso, femelle née en 1998
Makasi, mâle né en 2009, (fils de Zuani)
Nayembi, femelle née en 2006 (fille de Liboso)
Hongo, mâle né en 2006 (fils de Hortense)
Mobikisi, mâle reproducteur né en 1981
Ile des bonobos
Ile des bonobos - septembre 2010
Ile des bonobos
Ile des bonobos - septembre 2010


Le visiteur se dirige alors vers une nouvelle zone, lieu d'une animation. Cette zone fait face à la plus grande île du zoo, est aménagée de gradins et présente le goûter des gorilles.



Flèche


Le visiteur poursuit sa visite en direction du restaurant d'Apenheul.
En face de la terrasse, une grande volière est occupée par une
colonie de loris arc en ciel (Trichoglossus haematodus). Sur
cette place, on retrouve également la ferme du zoo d'Apenheul.
Cette ferme se compose de divers bâtiments en bois, sur pilottis,
représentant un village indonésien. Chaque cabane intègre une
"mini-exposition" sur les cultures de différentes tribus.
Au niveau du sol, les espèces domestiques élevées sont, des
moutons du Cameroun (Ovis aries), des chèvres de Somalie
(Capra hircus), des porcs laineux (Sus scofra). Une volière ac-
cueille des poules naines (Gallus gallus), des canards (Anas
anas
) et des dindes (Meleagris gallopavo).
Le visiteur ressort de la mini ferme pour se diriger vers la partie
asiatique du parc.
Un petit enclos boueux visible à partir d'une des terrassers de la
mini ferme est occupé par un groupe de sangliers des Visayas
(Sus cebifrons)


Volière des loris
Volière des loris - septembre 2010


Iles des orang-outans
Iles des orang-outans - septembre 2010
Derrière une barrière de bambous, le visiteur découvre trois petites
îles, plantée de nombreux troncs d'arbre, reliés par des cordages et
des tuyaux. Ces îles peu végétalisées, sont consacrées à la présen-
tation de l'espèce phare d'Apenheul, les orang-outans de Bornéo
(Pongo pygmaeus pygmaeus).
Le visiteur contourne les îles et l'étendue d'eau qui les entoure, par
un chemin bordé de nombreux panneaux pédagogiques et de jeux
ludiques sur les orang-outans.
La visite le conduit dans la maison des orang-outans, grande bâtisse
de conception ancienne, composée de plusieurs loges au
sol en écorces, tendues de cordages et de troncs d'arbre.
En ressortant de la maison, le visiteur découvre trois autres îles tout
en longueur, tendues de troncs d'arbre et de cordages. Des ponts
levis permettent de les mettre en relation ou au contraire, de les
séparer.


Les orang-outans à Apenheul

Karl, mâle né en 1960 (un des plus vieux d'Europe)
Amos , femelle née en 2000, arrivée à Apenheul en 2008
Sylvia, femelle née en 1966
Josje, femelle née en 1992
Sandy, femelle née en 1982
Samboja, femelle née en 2006 (fille de Sandy)
Dayang, femelle née en 2006, (adoptée par Sandy)
Katja, femelle née en 1997
Wattana, femelle née 1995, arrivée
à Apenheul en 2008
Kawan, mâle né en 2010 (Fils de Wattara)
Binti, femelle née en 2000
Merah, femelle née en 2006 (fille de Radja)
Radja, femelle née en 1963
Willie, femelle née en 2002



Maison des orang-outans
Maison des orang-outans - septembre 2010
Ferme indonésienne
Ferme indonésienne - septembre 2010
Ferme indonésienne
Ferme indonésienne - septembre 2010


Ile des orang-outans
Ile des orang-outans - septembre 2010
Ile des orang-outans
Ile des orang-outans - septembre 2010


Le visiteur contourne le complexe des orang-outans, pour se retrouver sur une nouvelle zone de jeux composée d'agrès en bois.








Mise à jour suite à ma visite du 30 aout 2011:

La volière des loris a été agrandie et la structure métallique recouverte
d'écorces.
Les sangliers des Visayas ont été remplacés par des cochons domes6
tiques.
Nouvelle volière des loris
Nouvelle volière des loris - aout 2011



Flèche

Le visiteur se dirige alors vers un pont traversant un étang. Sur
la droite du pont se trouve une première île à l'herbe haute et
plantée de nombreux arbustes. Des structures et cabanes en
bois complètent les aménagements. Cette île est le lieu d'évolution
d'un groupe de langurs de Java (Trachepithecus auratus auratus).
Sur la gauche, une seconde île agrémentée de troncs d'arbre, mais
à l'herbe rase, est le lieu de vie d'une colonie de macaques
ouandérous (Macaca silenus).
Le visiteur revient quelque peu sur ses pas, pour longer l'île
des macaques, avant d'arriver au niveau d'une porte coulis-
sante montée dans un mur de faux rochers. Il entre dans ce
nouvel enclos de contact, composé de falaises rocheuses,
d'une partie plaine alliant sable et herbe rase, et
au milieu de laquelle se dressent quelques structures d'es-
calade en bois.


Ile des langurs de Java
Ile des langurs de Java - septembre 2010
Enclos des magots
Enclos des magots - septembre 2010


Cet enclos est le lieu d'une cohabitation originale entre des magots
(Macaca sylvanus) et des moutons du Cameroun (Ovis aries).
Sur la gauche, un petit terrarium creusé dans la roche, agrémenté
de rochers, et occupé par des goundis communs (Ctenodactylus
gundi).
Le visiteur traverse le territoire des magots, pour arriver dans une
volière rocailleuse, au sol en herbe, lieu de vie d'une colonie d'ibis
chauves (Geronticus eremita).
Le visiteur ressort alors de la volière et quitte la zone nord améri-
caine, pour faire face à une vaste île. Le long du sentier de visite,
se dresse un volière de grande taille, conçue récemment, au sol en
herbe. Cette installation est occupée par un couple de calaos
d'Abyssinie (Bucorvus abyssinicus).
Enclos des goundis
Enclos des goundis - septembre 2010
Enclos des magots
Enclos des magots - septembre 2010


Volière des ibis
Volière des ibis - septembre 2010
Volière des calaos
Volière des calaos - septembre 2010


Mise à jour suite à ma visite du 30 aout 2011:

L'ile des langurs de Java a été transformée, toujours aussi végétalisée,
une cloture métallique electrisée a été érigée au milieu du fossé en eau
en vue d'accueillir 3 mâles nasiques (Nasalis larvatus).
Cette espèce unique en Europe, dispose de 3 loges intérieures agré-
mentées de troncs d'arbres et d'une volière arrière.

Les langurs disposent pour leur part d'une nouvelle île située en face
des orang-outans. Leur ile légèrement vallonée est plantée de nom-
breux conifères et autres feuillus.

Dans la zone des magots, un second terrarium a été construits à coté
de celui des gundis. Il accueille un groupe de souris épineuses
(Acomys sp.).
Ile des nasiques
Ile des nasiques - aout 2011


Nouvelle ile des langurs
Nouvelle ile des langurs - aout 2011
Volière des nasiques
Volière des nasiques - aout 2011


Nasique
Nasique - aout 2011
Nasique
Nasique - aout 2011




Flèche


Le visiteur longe alors la plus grande île du parc, qui était bordée
par les gradins. Cette île, organisée autour d'une colline, alterne
les zone herbacées, les plantations d'arbres, les zones rocheuses,
les zones en sable et les zones agrémentées de structures d'es-
calade.
Cette vaste île est le lieu de vie de la famille de gorille des plaines
(Gorilla gorilla gorilla), qui cohabitent avec des patas
(Cercopithecus patas).

En face du point d'observation sur l'île des gorilles, un petit en-
clos séparé du visiteur par un fossé en eau, planté de nombreux
conifères et de buissons. Cet enclos est le lieu de vie de man-
goustes fauves (Cynictis penicillata).


Ile des gorilles
Ile des gorilles - septembre 2010


Ile des gorilles
Ile des gorilles - septembre 2010



Les gorilles à Apenheul


Jambo, mâle reproducteur né en 1993, arrivé à Apenhel en 2006
Mandji, femelle née en 1975
Lobo, femelle née en 1973
Wimbé, mâle né en 2008, fils de Lobo
Mintha, femelle née en 1974
M'Fugaji, femelle née en 2009
Nemsi, femelle née en 2001
Mapasa, mâle né en 2007, fils de Kisiwa
Kisiwa, femelle née en 1997
Gyasi, femelle née en 2002
Ile des gorilles
Ile des gorilles - septembre 2010
Enclos des mangoustes fauves
Enclos des mangoustes fauves - septembre 2010



Flèche

Le visiteur se dirige alors dans la forêt du parc. Un nouvel enclos
de contact sud américain s'étend au milieu des conifères. Un im-
portant groupe de sakis à face blanche (Pithecia pithecia) et
de tamarins lions dorés (Leonpithecus rosalia rosalia).
Un îlot central constitue un lieu de nourissage tissé de branchages.
Le visiteur poursuit sa visite dans le territoire des sakis, et longe
une longue île que l'on peut distinguer au milieu d'une végétation
dense. Cette île, plantée de nombreux grands arbres et d'échelles
d'escalade, est consacrée à une famille de gibbons à favoris
blancs (Hylobates concolor leucogenys).
Le visiteur quitte alors la zone des tamarins, délimitée par un
pont électrisé, pour entrer sur la terrasse du troisième restaurant.
Le visiteur traverse alors un autre pont électrisé, marquant l'en-
trée d'un second territoire sud américain, organisé autour d'une
forêt plantée sur une colline.


Zone de nourrissage des sakis
Zone de nourrissage des sakis - septembre 2010
Volière des tamarins empereurs
Volière des tamarins empereurs - septembre 2010
Le visiteur fait directement face à un mur de pierres, rompu par une
volière sombre, visible à travers une vitre. Cette volière est agrémen-
tée de nombreux troncs d'arbre. Elle est le lieu de vie d'un groupe
de singes nocturnes, les douroucoulis (Aotus lemurinus
griseimembris
). Cette espèce reste peu courante dans les parcs eu-
ropéens.
Le visiteur bifurque sur la droite, pour contourner le complexe en
bois qui abrite la volière des douroucoulis. A l'arrière de ce dernier,
deux autres volières plantées de massifs de bambous et d'autres
plantes tropicales, sont consacrée à une famille de tamarins em-
pereurs (Saguinus imperator).
En face des tamarins, un bâtiment en briques, dans lequel le visiteur
est invité à entrer, accueille les loges de nuit des gorilles, loges agré-
mentées de cordages et de structures en bois.
Le visiteur revient alors au niveau du pont et de la volière des dou-
roucoulis, pour se diriger vers la gauche.


Loge des gorilles
Loge des gorilles - septembre 2010
Ile des gibbons
Ile des gibbons - septembre 2010


Le visiteur monte alors le sentier sinueux pour se diriger
vers le sommet de la colline. Sur la droite, une vaste
volière, plantée de nombreux feuillus, est consacrée à
un groupe reproducteur de ouistitis pygmés (Callithrix
pygmaea
). Les derniers jeunes sont nés en avril 2010.
Le visiteur arrive alors au sommet de la colline, où un
parcours en bois sillone entre les arbres et leur cime,
parcours qui permet aux visiteurs d'être au plus près
de la population de saïmiris à casque gris (Saimiri
sciureus sciureus) et de ouistitis de Goeldi
(Callimico goeldi).
Divers statues représentant les mamifères et les insec-
tes de la forêt amazonienne. Le visiteur emprunte un
des sentiers en bois pour gagner la cime des arbres.


Volière des ouistitis pygmés
Volière des ouistitis pygmés - septembre 2010


Enclos des fourmiliers
Enclos des fourmiliers - septembre 2010
Sur la gauche de ce ponton, en contrebas, on peut voir un
enclos en terre, parcouru par une petite rivière et couvert
par les grands arbres. Cet enclos est le lieu de vie de four-
miliers (Myrmecophaga tridactyla).
Le visiteur poursuit son cheminement dans la canopée, pour
arriver au niveau d'une terrasse. Sur la gauche de cette ter-
rasse, une grande volière de type forestière est occupée par
des ouistitis à toupets blancs (Callithrix geoffroyi).
Des cabanes accueillent une exposition sur la forêt amazoni-
enne et quelques terrariums consacrés aux dendrobates. Les
espèces présentées ici sont des petits dendrobates
(Epipedobates tricolor) pour le premier, des phyllobates
rayées (Phyllobates vittatus) qui cohabitent avec des dend-
robates vertes (Dendrobates auratus) dans le second et des
rainettes des arbres (Phrynohyas resinifictrix).



Les terrariums sont tous agrémentés de mousses et de
plantes tropicales.
En contrebas du sentier arboricole, un bassin au sol en
sable, accueille des esturgeons sibériens (Acipenser
baerii).
Le visiteur redescend alors vers le sol, où il découvre
un petit enclos ombragé par les grands arbres, au
sol boueux, agrémenté de rochers et consacré à un
couple de pécaris à lèvres blanches du Sud (Tayassu
pecari pecari). Le visiteur longe l'enclos des pécaris
avant d'être invité à franchir un pont et de quitter le
territoire des saïmiris à casque gris.
Chemin forestier des saïmiris
Chemin forestier des saïmiris - septembre 2010


Volière des ouistitis à toupet blanc
Volière des ouistitis à toupet blanc - septembre 2010
Terrarium des dendrobates
Terrarium des dendrobates - septembre 2010


Mise à jour suite à ma visite du 30 aout 2011:

De nombreux changements ont été opérés dans cette zone sud américaine.
Les douroucoulis ne sont plus visibles du public, leur loge est cachée par
des planches en bois.

Le fourmilier géanté a laissé sa place aux sangliers des Visayas qui sont
maintenant présentés en contrebas de la parcelle.

Les ouistitis à toupets blancs ont été transférés dans une autre partie du
parc et ont été remplacés par des guiras (Guira guira). Une nouvelle de
nourrissage des singes a été érigée à coté des guiras.

Enfin, les coatis à lèvres blanches ne sont présentés au public et ont laissé
leur place au fourmilier géant.
Nouvelle zone de nourissage
Nouvelle zone de nourissage - aout 2011



Flèche

Le visiteur emprunte alors une grande passerelle qui surp-
lombe un petit étang. Sur la droite, deux premières îles de
taille moyenne, agrémentées de structures en bois et de
quelques buissons, reliées entre elles par des cordages et
où l'herbe est haute, sont occupées par une famille de ca-
pucins à poitrine blanche (Cebus capucinus). En face,
sur une grande île au sol en herbe, bordée par l'eau, à
l'herbe rase et agrémentée d'arbres et de cordages est consac-
rée à une famille d'atèles noirs de l'Equateur (Ateles
fusciceps robustus
). Au sol, en cohabitation avec les
atèles, on peut observer le plus gros rongeur du mon-
de, le capybara (Hydrochoerus hydrochaeri).
Sur la droite, mitoyenne à l'île des capucins, le visiteur
dispose de nouveau points de vision sur la vaste instal-
lation des bonobos.


Ile des capucins à poitrine blanche
Ile des capucins à poitrine blanche - septembre 2010

Volière sud américaine
Volière sud américaine - septembre 2010
Au bout de ce ponton en bois, le visiteur est invité à pénétrer dans
une volière de contact. Cette volière, traversée par un sentier en
bois couvert, se divise en une zone humide avec bassin et cascade,
une zone en terre et sable et une zone en herbe. Des saules et
d'autres arbustes viennent agrémenter le tout. Diverses espèces
sont présentées en parfaite harmonie. On peut ainsi y observer des
sarcelles à collier (Callonetta leucophrys), de rares pénélopes à
gorge bleue (Pipile cumanensis), des hérons garde boeufs
(Bubulcus ibis), des hérons bihoreaux (Nycticorax nycticorax),
des cariamas huppés (Cariama cristata), des dendrocygnes
bicolor (Dendrocygna bicolor) et des échasses américaines
(Himantopus himantopus mexicanus).
Le visiteur ressort alors de la volière, repasse devant l'enclos des
pécaris et rejoint une place pavée, où évoluent en liberté, des
tamarins lions à tête dorée (Leontopithecus chrysomelas) et de
très rares titis roux (Callicebus cupreus). Cet enclos constitue
le dernier enclos de contact du parc.


Enclos des pécaris
Enclos des pécaris - septembre 2010
Volière sud américaine
Volière sud américaine - septembre 2010


Pénélope à gorge bleue
Pénélope à gorge bleue - septembre 2010
Pénélope à gorge bleue
Pénélope à gorge bleue - septembre 2010


Avant de quitter la zone des tamarins, le visiteur longe une
grande île plantée de grands conifères et agrémentée de
structures en cordes. Cette île au sol en herbe, est occupée
par des singes laineux (Lagothrix lagotricha) qui coha-
bitent avec des petits poudous (Pudu puda).
Un autre petit enclos situé au bas de la zone de nourris-
sage des titis, est consacré à la présentation de tortues
charbonnières (Geochelone carbonaria)
A ce niveau, au cours de l'année 2010, le visiteur pouvait
se diriger vers un bâtiment en bois accueillant un concours
de photographies animalières. Le visiteur quitte alors la
zone des titis, via un pont électrifié et découvre sur sa
gauche, une volière de taille moyenne, non végétalisée, au
sol en écorces, consacrée à la présentation de aras ma-
caos (Ara macao).


Ile des singes laineux
Ile des singes laineux - septembre 2010
Volière des perroquets aras
Volière des perroquets aras - septembre 2010







Les aras peuvent sortir de la volière et évoluer en liberté au milieu
d'un massif de bambous.
Le visiteur passe devant un carroussel et est invité à quitter
le parc en franchissant la boutique et en rendant le sac de protec-
tion.
Zone de contact des titis roux
Zone de contact des titis roux - septembre 2010
Manège
Manège - septembre 2010



Flèche




En conclusion, le zoo d'Apenheul est un grand parc spécialisé
dans la présentation des primates, où alternent îles végétalisées
et enclos de contact où les singes évoluent en liberté. Le visi-
teur pourra découvrir de nombreuses espèces dont bon nom-
bre sont peu courantes en captivité.
Un tour du monde des espèces est proposé aux visiteurs.
Karl, orang-outans de Bornéo
Karl, orang-outans de Bornéo - septembre 2010


Copyright ©  -  2007-2018 -  J. Bordonné  - Tous droits réservés