Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe  |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens

GaiaPark Kerkrade Zoo


GaiaPark Kerkrade Zoo
Dentgenbachweg 105
6468 PG Kerkrade
Pays Bas

Tel : +31 45 567 6070

www.gaiazoo.nl
Logo du zoo


Vue aérienne
Vue aérienne



Ma visite
: 16 septembre 2014

Mise en ligne : 08 mars 2015
Plan du zoo
Plan du zoo






Horaires d'ouverture 2014
Tarifs d'entrée 2014
Présentation du zoo
Les vaches et les lynx
Les carnivores nord américains
La grande volière de contact
La zone Europe 1/2
La zone Europe 2/2
La mini ferme 1/2
La mini ferme 2/2
Dino-Dome
La maison des girafes et rhinocéros
Colombe lophote
Colombe lophote - septembre 2014
Les plaines et les petits mammifères africains
Les carnivores africains
Les forêts tropicales africaines 1/2
Les forêts tropicales africaines 2/2
La maison des gorilles
La forêt des singes amazoniens
Les capybaras, callithricidés et les singes laineux
La grande volière sud américaine
Les tapirs et les chiens des buissons
La steppe et l'aquarium
Les boeufs musqués et les rennes
Conclusion




Flèche

Horaires d'ouverture 2014 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)





Novembre à février : 10h00 à 16h00
Mars à juin : 10h00 à 17h00
Juillet et aout : 10h00 à 18h00
Septembre et octobre : 10h00 à 17h00
Lynx d'Europe
Lynx d'Europe - septembre 2014



Flèche

Tarifs d'entrée 2014 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)




Boeuf musqué
Boeuf musqué - septembre 2014
Ticket individuel Basse saison
de novembre à février
     Adulte : 17,50 €
     Enfant (3 à 9 ans) : 15,50 €

Ticket individuel Haute saison
de mars à octobre
     Adulte : 20,50 €
     Enfant (3 à 9 ans) : 16,50 €

Ticket annuel
     Adulte : 52,50 €
     Enfant (3 à 9 ans) : 45,50 €

A noter la carte annuel permet d'obtenir
des réductions sur les entrées d'autres
zoos hollandais



Flèche

Présentation du zoo


Le GAIA PARK est un zoo situé dans le sud
de la Hollande, sur la frontière allemande
ouvert en 2005.
Ce parc se divise en plusieurs thèmes et
régions géographiques.

C’est ainsi que le visiteur pourra découvrir les
savanes africaines, les forêts tropicales afri-
caines puis sud américaines, la taïga ou encore
la ferme.

Plusieurs parcours offrent au visiteur des
durées de visite différentes.



Rhinocéros blanc
Rhinocéros blanc - septembre 2014



Flèche


Après avoir stationné sa voiture sur le parking,

le visiteur se dirige vers les caisses du parc.
Cette allée encercle une prairie en pente, où
vivent des vaches (Bos primigenius
domesticus
) de race Lakenvelder, qui se
caractérisent par un ventre de couleur blanche
faisant penser à un lac.

Une fois son titre d’entrée en poche, le visiteur
longe un sentier en pente douce qui sillonne au
milieu d’un jardin végétalisé et traversé par un
ruisseau.


Prairie des vaches
Prairie des vaches - septembre 2014


Allée menant au zoo
Allée menant au zoo - septembre 2014


Plusieurs types de jardins plus ou moins

minéraux ont été créés le long de cette
descente qui débouche dans une grotte
où ont été installées des statues de dino-
saures.

A la sortie de la grotte, le visiteur tombe
sur le premier enclos du zoo, entouré de
hauts grillages recouverts de planches.
Le tout est percé de quelques baies vitrées.



Cet enclos relativement vaste, dispose

d’un sol à l’herbe haute, avec une par-
tie plantée de quelques arbres et de
sapins.
Des rochers, des souches et un bassin
complètent les décors au milieu desquels
évolue une famille de lynx (Lynx lynx).
Ce ne sont pas moins de 6 individus qui
vivent au parc.

Un poste d’observation en hauteur permet
de dominer l’installation des félins.


Enclos des lynx
Enclos des lynx - septembre 2014


Enclos des lynx
Enclos des lynx - septembre 2014
Face aux différentes vitres, se dresse la
boutique du zoo.
A l’arrière de la boutique se trouve une aire
de pique nique que nous allons traverser
pour débuter la découverte de la zone
« Taïga ».

Après avoir remonté une légère pente, le visiteur
arrive devant la nouveauté 2014 du Gaia Park.
Sur la gauche du sentier se trouve l’enclos prin-
cipal de cette nouveauté.



Flèche


Cet enclos tout en longeur est entouré de palis-

sades en bois. Cet enclos en herbe est planté de
nombreux conifères, et est légèrement valloné.

Des tas de bois complètent les aménagements.
Cet enclos est le lieu de vie d’une meute de loups
gris (Canis lupus).

Un chemin bifurque sur la droite en direction
de l’école du zoo où l’on pourra découvrir
différentes espèces d’oiseaux naturalisées,
des nichoirs et d’autres ouvrages sur la zoo-
logie.


Enclos des loups
Enclos des loups - septembre 2014


Volière des cigognes et hiboux
Volière des cigognes et hiboux - septembre 2014

Le visiteur revient alors sur le sentier principal

et continue de longer la plaine des loups face
à laquelle se dresse une première volière qui
s’organise autour d’un bassin.

Cette volière au sol en herbe, est bien plantée
et accueille des cigognes noires (Ciconia
nigra
) et des grands ducs (Bubo bubo).

A l’extrémité de la volière, une bifurcation vers
la droite nous amène vers un pic de bois for-
mant un clocher qui abrite un point d’obser-
vation sur la volière des cigognes.


Egalement visible à partir de ce clocher, se
trouve une seconde volière en herbe, om-
bragée de grands arbres, dans laquelle évo-
luent des corbeaux (Corvus corax).

Le visiteur revient alors sur le sentier principal
et longe à nouveau l’enclos des loups pour dis-
poser d’un second point de vue sur la volière
des corvidés.
L’allée de visite entre alors dans un tunnel de
bois. De part et d’autre de ce tunnel, des
vitres permettent d’admirer la grandeur du
territoire des loups.


Volière des corbeaux
Volière des corbeaux - septembre 2014


Enclos des ratons laveurs
Enclos des ratons laveurs - septembre 2014
Un passage relie les 2 parties de l’enclos au
dessus du tunnel. La visite se poursuit pour
ressortir de ce tunnel où divers panneaux
pédagogiques ont été installés.
A la sortie du tunnel qui nous a amené à con-
tourner l’enclos des loups, on retrouve ce
complexe sur la gauche.

Sur la droite, une loge intérieure vitrée en
façade, dispose d’un sol en écorces et est
agrémentée de quelques boites en bois.

Cette loge accueille des moufettes rayées
(Mephitis mephitis) qui cohabitent avec
des ratons laveurs (Procyon lotor).



Le sentier borde alors l’enclos extérieur de

cette cohabitation originale. Ce dernier,
légèrement vallonné, est entièrement en-
herbé, creusé d’un bassin, planté de grands
arbres et agrémenté de structures d’escalade
en bois.

Une terrasse entourée de paroies vitrées
permet d’observer une dernière fois
l’enclos des ratons laveurs et celui des
loups.
Enclos des loups
Enclos des loups - septembre 2014



Flèche

Le sentier est alors barré d’un mur de
pierre et d’une porte grillagée que nous
poussons pour entrer dans une vaste
volière de contact.
Sur la droite, se trouve le bâtiment de
nuit de la volière, percé de quelques
vitres étroites.

La volière en elle-même est traversée par un
cours d’eau reliant 2 bassins. Elle dispose de
sols en herbe et en sable. Des arbustes et des
troncs morts ont été plantés dans l’ensemble
de la structure.


Volière de contact
Volière de contact - septembre 2014


Volière de contact
Volière de contact - septembre 2014

A l’intérieur de cette haute et vaste volière,

on pourra découvrir des perruches à collier
(Psittacula krameri), des perruches
moines (Myiopsitta monachus), des per-
ruches Grand Alexandre (Psittacula
eupatria
), des faisans de Colchide
(Phasianus colchicus), des canards man-
darins (Aix galericulata), des canards
carolins (Aix sponsa), des erismatures
rousses (Oxyura jamaicensis) et des tor-
tues de Floride (Trachemys scripta
elegans
).



Le visiteur ressort alors de la volière et se

trouve au sein d’un bâtiment destinné aux
oiseaux.
Ce dernier se divise en 4 boxes intérieurs
vitrés en façade, carrelés, dont un est agré-
menté d’un bassin.

Une salle de soins complète ces boxes. Lors
de ma visite on pouvait y voir de jeunes faisans
de Colchide. Après avoir franchit une autre
porte en bois, le visiteur se trouve plongé dans
une autre volière de contact, consacrée à
 l’Australie.


Volière de contact
Volière de contact - septembre 2014


Volière australienne
Volière australienne - septembre 2014



Sur la droite, dans le prolongement du bâtiment

se trouve la loge de nuit des oiseaux. La volière
extérieure dispose pour sa part d’un sol en terre,
d’un bassin central entouré par le sentier de visite
et n’est que légèrement végétalisée.

Elle présente des bernaches à crinière (Chenonetta
jubata
), des vanneaux soldats (Vanellus miles), des
perruches ondulées (Melopsittacus undulatus), des
diamants mandarins (Taeniopygia guttata), des
colombes lophotes (Ocyphaps lophotes) et des
colombes diamants (Geopelia cuneata).





Le visiteur ressort alors de la volière australienne

pour revenir devant la nursery des oiseaux face à
laquelle se trouve la porte de sortie du complexe.

L’allée débouche sur l’aire de restauration joux-
tant l’enclos des lynx. Au bas de cette place
plusieurs sentiers nous conduisent vers des mon-
des différents.
Nursery
Nursery  - septembre 2014



Flèche

Nous allons emprunter le chemin le plus à droite.
Au niveau du carrefour se dresse une volière de taille
 moyenne, bien plantée, traversée par des bran-
ches. Cette volière est le lieu de vie d’ibis sacrés
(Threskiornis aethiopicus).

Sur la droite du sentier, se trouve une aire de
spectacle où a lieu une présentation de rapaces
en vol libre.

Nous allons laisser cette arène de côté pour
longer une prairie en pente douce, au bas de
laquelle se trouve un plan d’eau à la surface
recouverte de lentilles d’eau.


Volière des ibis
Volière des ibis - septembre 2014


Enclos des grues
Enclos des grues - septembre 2014
Cette plaine est le lieu de vie d’aurochs (Bos
taurus primigenius
).
Un pré parc en sable situé en haut de l’enclos
permet d’isoler les animaux en cas de besoin.

Accolé à la plaine des bovins se trouve un en-
clos de taile moyenne, recréant une zone
humide, organisée autour d’un bassin peu
profond.

Des joncs, roseaux et saules pleureurs consti-
tuent les plantations de la structure dans laquelle
évoluent des cigognes blanches (Ciconia
ciconia
) et des grues cendrées (Grus grus).




Face à l’étang des échassiers s’étend un petit

enclos entouré de rondins, au sol en herbe,
l’ensemble étant recouvert d’un filet. Cette
volière est consacrée à des tortues de Hermann
(Testudo hermanni).

Le sentier de visite forme alors une courbe avec
sur l’extérieur, une grande prairie occupée par
des chevaux de Przewalski (Equus przewalskii).


Enclos des tortues
Enclos des tortues - septembre 2014


Enclos des loutres
Enclos des loutres - septembre 2014

Le sentier redescend alors le long d’une zone

laissée à l’état naturel. Sur la gauche, une petite
place ombragée par de grands arbres est en-
tourée de parois vitrées délimitant un double
enclos. 
Ces deux enclos peuvent être séparés ou au
contraire mis en commun.

Ils disposent chacun d’un grand bassin s’ouvrant
sur des plages en herbe agrémentées de buissons,
rochers et souches d’arbres.
Ces enclos de grande taille sont le lieu de vie de
loutres d’Europe (Lutra lutra).



Flèche

La visite se poursuit au sein de la zone sauvage
où les orties prédominent.

Après avoir silloné au milieu de la clairière, le
visiteur découvre, sur la gauche du sentier, une
petite volière relativement sombre, accolée à
un bâtiment en bois.

Cette volière au sol en sable est plantée de quel-
ques ronces et agrémentée de quelques cailloux.
Elle présente une espèce peu courante en capti-
vité bien que menacée, le vison d’Europe
(Mustela lutreola).


Volière des visons
Volière des visons - septembre 2014


Aire de jeux
Aire de jeux - septembre 2014



Le visiteur poursuit alors sa découverte de la zone

sauvage au cœur de laquelle a été installée une
petite aire de jeux en bois.

Au bout de cette allée, le sentier est traversée par
une arche en bois marquant la fin de la Taïga
eurasienne et l’entrée dans le monde « Limburg »,
la mini ferme du Gaia Park de Kerkrade.



Flèche


Cette ferme ancienne, se compose de plusieurs

bâtiments typiques entourés de petits enclos et
d’un vaste pré central.

Sur la droite, la première écurie que nous
pouvons observer se compose d’un seul
box paillé et d’un petit enclos au sol en terre.

Des ânes gris (Equus asinus domesticus) y
évoluent. Sur la gauche, face aux ânes, se
trouve un second enclos en sable au fond
duquel se dresse une étable en briques
rouges.


Enclos des ânes
Enclos des ânes - septembre 2014



Enclos des vaches
Enclos des vaches - septembre 2014
Des vaches de race Lakenvelder (Bos
primigenius domesticus
) y vivent. Leur
salle de nuit borde un préau qui sépare
les bovins du second box paillé de la
grange.

A l’opposé de l’enclos des vaches se trouve
un enclos boueux entouré de palissades en
bois, consacré à des cochons (Sus scofra
domesticus
).

Au centre de la mini ferme se trouve l’enclos
principal entouré de palissades en bois. Cet
enclos se compose d’un pourtour en sable
et d’un cercle central en herbe creusé d’un
bassin.


Une porte offre la possibilité aux visiteurs
d’entrer dans cet enclos et de venir au con-
tact des chèvres naines (Capra hircus
domesticus
), poules (Gallus gallus
domesticus
) et oies (Anser anser
domesticus
) qui y évoluent.

Autour de cet enclos, plusieurs maisonnettes
ont été érigées. La première est une grange
en bois où sont enfermées les chèvres durant
la nuit.

La seconde bâtisse, à colombages, est ados-
sée à une volière et constitue les loges de nuit
des poules et des oies.


Enclos de contact
Enclos de contact - septembre 2014
Installation des souris
Installation des souris - septembre 2014
La dernière, en pierre, recrée la maison d’ha-
bitation du fermier. A l’intérieur de cette maison
décorée à l’ancienne, vit une colonie de souris
(Mus musculus domesticus).

Ces animaux évoluent dans l’ensemble de la
maison au sein d’un terrarium délimité par des
vitres.
Face aux souris se trouve un terrarium com-
posé d’une partie haute en sable, plantée de
blé et d’une partie basse recréant un réseau
de galeries.
Cette installation est le lieu de vie de hamsters
dorés (Cricetus cricetus).



Flèche


A l’extrémité de l’enclos des chèvres se trouve

une grange en bois, de taille moyenne, doublée
d’un enclos en herbe. Cet espace est le lieu
d’une cohabitation entre des cochons d’Inde
domestiques (Cavia porcellus) et des lapins
nains (Oryctolagus cuniculus domesticus).

Le visiteur arrive alors sur une petite place où
plusieurs sentiers bifurquent. Au centre de la
place se trouve un puit recouvert d’une char-
pente en bois.


Loge des cochons d'inde
Loge des cochons d'inde - septembre 2014


Enclos des géants des Flandres
Enclos des géants des Flandres - septembre 2014

Dans la patte d’oie, se trouve un petit enclos en

herbe, légèrement valloné, avec quelques petits
tunnels. Cet enclos est le lieu de vie de lapins
géants des Flandres (Oryctolagus cuniculus
domesticus
).

En empruntant le sentier le plus gauche de la
place, le visiteur repasse devant l’enclos des
cochons et reviens vers la volière des ibis
sacrés et les lynx. Le second et le troisième
chemin, qui encadrent l’enclos des lapins
géants des Flandres, nous conduisent tous 2
vers d’autres mondes du Gaia Park.




Pour notre part nous allons emprunter le dernier

sentier qui borde, sur la droite, l’enclos de con-
tact des chères et des canards et sur la gauche,
une grange en bois, à l’intérieur de laquelle a été
construite une volière occupée par des pigeons
cravatés (Columbia livia domesticus), ainsi
que les stalles de la bergerie.

Ces stalles communiquent avec un grand verger
tout en longueur où les moutons domestiques
(Ovis aries domesticus) peuvent paîtrent.


Verger des moutons
Verger des moutons - septembre 2014


Bergerie
Bergerie - septembre 2014



C’est ce verger qui fait face aux chèvres que

nous allons longer pour déboucher sur une
vaste aire de jeux, une terrasse de restauration
et le restaurant du zoo.

A l’extrémité droite de cette place, jouxtant l’en-

clos des ânes et la chêvrerie, se dresse un grand
dôme « Dino Dome » à l’intérieur duquel se
poursuit la visite.



Flèche

Comme son nom le laisse à penser ce dôme
présente une jungle faite de végétaux artificiels
aux milieux desquels ont été disposés des ma-
quettes de dinosaures.

Sous la coupole centrale du dôme se dresse
une impressionnate aire de jeux, formée de
bois et de nombreux filets composant une toile
d’escalade.

Une cascade jaillit d’un mur de faux rochers et
se jette dans un bassin où les enfants peuvent
embarquer dans des pyrogues.


Entrée du dino dome
Entrée du dino dome - septembre 2014


Ambiance dans le dino dome
Ambiance dans le dino dome - septembre 2014




Plusieurs autres attractions comme une tour de

chute libre et des restaurants complètent cet
espace de jeux.
Le visiteur ressort alors du Dinodome, puis
revient au niveau du site de restauration principal dé-
coré dans le style africain et traverse la terrasse
de restauration.

Cette terrasse est aussi un point stratégique du
parc, d’où dévient plusieurs sentiers.
Squelette de varan dans le dino dome
Squelette de varan dans le dino dome - septembre 2014
Ambiance dans le dino dome
Ambiance dans le dino dome - septembre 2014



Flèche



Nous allons nous diriger tout à droite de la terrasse

pour découvrir la zone savane africaine. Bordant les
tables de pique nique, se trouve la plaine principale
de cette zone.

Cette dernière au sol en herbe et en terre, est
délimitée par de hauts murs en faux rochers,
de couleur rouge ocre.
Elle forme un « U » et seule une partie de cette
plaine est visible à ce niveau.


Plaine des girafes
Plaine des girafes - septembre 2014


Plaine des girafes
Plaine des girafes - septembre 2014


La plaine accueille un groupe de Rotschild

(Giraffa camelopardalis rotschildii), des
springboks (Antidorcas marsupialis), des
grands koudous (Tragelaphus strepsiceros)
et des autruches (Struthio camelus).

Le visiteur pousse alors une porte située à
l’extrémité du sentier de visite et entre dans
le bâtiment de nuit des girafes et des antil-
opes.


Ce dernier se compose d’une grande loge com-
mune pour les girafes, et de 2 boxs d’isolement
qui peuvent être utilisés pour les antilopes ou
pour séparer les girafes.
Face aux boxs on pourra observer le squelette
du cou et de la tête d’une girafe.

Le visiteur ressort alors de cette maison et em-
prunte un sentier en hauteur qui domine, sur la
gauche, le pré-parc de la plaine des girafes et
sur la droite, un bâtiment situé en contrebas
du sentier, visible à travers quelques fenêtres.


Maison des girafes
Maison des girafes - septembre 2014


Maison des rhinocéros
Maison des rhinocéros - septembre 2014
Ces dernières laissent entrevoir une maison
divisée en 4 boxs bétonnés et disposant de
portes à gros barreaux.
Cette maison abrite les rhinocéros blancs
(Ceratotherium simum simum) du Gaia
Park.
Le parc compte 3 individus qui semblent
former un trio (1 mâle et 2 femelles).

Sur la droite, accolée au bâtiment des rhino-
céros se dresse la seconde plaine du zoo.
Cette dernière dispose d’un sol en sable
agrémenté de quelques plaques d’herbe,
d’un grand bassin recréant une mare de
boue.



Flèche


Une zone boisée légèrement en retrait, com-

plète cet enclos où des rochers et des souches
jonchent le sol.
Le sentier borde alors la plaine des rhinocéros
que ces mastodontes partagent avec des pin-
tades (Numida meleagris) et des zèbres de
Damara (Equus burchelli antiquorum).

Sur la gauche, on trouve toujours l’espace des
girafes. Au bout du sentier qui surplombe les
plaines africaines, on peut observer un mon-
ticule de faux rochers vers lequel nous allons
nous diriger.


Plaine des rhinocéros
Plaine des rhinocéros  - septembre 2014


Enclos des suricates
Enclos des suricates - septembre 2014

Un point d’observatin a été installé au niveau

du monticule et borde 2 enclos de petite taille.

Le premier, entouré de vitres, est entièrement
en sable, agrémenté de quelques morceaux de
bois et de faux rochers. Il présente une coha-
bitation originale entre des suricates (Suricata
suricatta
) et des mangoustes fauves (Cynictis
penicillata
).

Le second enclos a été recouvert d’un filet, dis-
pose d’un sol en herbe planté de quelques buis-
sons et est entouré de falaises de faux rochers.


Des damans des rochers (Procavia capensis)
y évoluent aux côtés de mangoustes naines
(Helogale parvula) et de calaos à bec rouges
(Tockus erythrorhynchus).

Le visteur continue alors sa découverte africaine
et longe une partie de la plaine des girafes qui
n’était pas visible auparavant.

Le visiteur continue alors sa visite en redescen-
dant vers le sol, pour découvrir, au bas de
l’allée, sur la droite, une hutte africaine offrant
une vue globale sur la plaine des rhinocéros.


Enclos des calaos et damans
Enclos des calaos et damans - septembre 2014


Enclos des otocyons
Enclos des otocyons - septembre 2014



Sur la gauche de la hutte, en contrebas, se trouve

un petit enclos en herbe, planté de massifs de
bambous et dans lequel quelques souches ont été
disposées. Cette installation est le lieu de vie
d’otocyons (Otocyon megalotis).



Flèche


De retour sur le sentier de visite, nous traversons

un bosquet. Sur la gauche, on retrouve la plaine
des girafes tandis que sur la droite s’étend un en-
clos de type forestier, entouré de hautes palis-
sades en bois percées de quelques vitres.

Cette installation en herbe présente une meute
de lycaons (Lycaon pictus). Il est à noter
qu’afin de conserver un comportement naturel
chez sa meute de lycaons et plus généralement
chez ses fauves, le parc les nourrit d’animaux
non dépecés.


Enclos des lycaons
Enclos des lycaons - septembre 2014


Enclos des guépards
Enclos des guépards - septembre 2014
A l’extrémité de la forêt se dresse un autre en-
clos de grande taille, au sol enherbé. Plusieurs
arbres isolés y ont été plantés tout en conser-
vant des espaces dégagés.
Ce complexe agrémenté de quelques rochers
et de cavernes, accueille des guépards
(Acynonyx jubatus).

Plusieurs points d’observation vitrés entourent
la plaine des félins. Face au second point d’ob-
servation des guépards, se dresse 2 autres hut-
tes africaines qui dominent la plaine des girafes,
point central de la zone savanes africaines.


Le visiteur continue alors sa visite tout en con-
tournant la plaine des girafes, pour passer entre
deux bâtiments.

Celui de gauche se compose d’une loge vitrée,
au sol recouvert d’écorces et de rondins. Cette
maison est le lieu de vie de porc-épics (Hystrix
cristata
) qui cohabitent avec des suricates
(Suricata suricatta).

Sur la droite, le visiteur retrouve une autre loge,
bien plus grande, au sol recouvert de sable.
Cette dernière est consacrée à la troupe de
lions (Panthera leo).


Enclos des porcs-épics
Enclos des porcs-épics - septembre 2014



Enclos des lions
Enclos des lions - septembre 2014
Dans le prolongement de leur maison, ces fauves
disposent d’un enclos extérieur en herbe, creusé
d’une mare entourée de joncs.

A l’arrière de cet espace se trouve aussi une
petite forêt. Lors de ma visite on pouvait y
observer un trio.
Face aux lions, dans le prolongement de la
loge des porcs épics, se trouve l’enclos ex-
térieur des rongeurs et des mangoustes.

Ce dernier en sable, est jonché de branches et
de rochers. Le visiteur continue alors sa visite
entre les enclos des lions et des porcs épics,
pour revenir au niveau de la terrasse du res-
taurant africain et du premier point d’obser-
vation sur l’enclos des girafes. 



Flèche


Sur la droite, se trouve le sentier qui va nous

mener vers un autre monde du Gaia Zoo,
l’espace consacré aux forêts tropicales.

La première partie de cette zone est consacrée
aux forêts africaines. Avant d’entrer dans ce
secteur, nous pouvons observer une grande
baie vitrée offrant une vision sous marine sur
un bassin à l’eau trouble.
Nous redécouvrirons cet enclos ultérieurement.


Bassin des hippopotames
Bassin des hippopotames - septembre 2014


Volière des vautours
Volière des vautours - septembre 2014
Le visteur débute alors sa visite dans les forêts
congolaises. Au bout de cette entrée, le visiteur
fait face à une grande volière bien plantée,
agrémentée d’arbres et de nombreux feuillus.

Cette installation à l’intérieur de laquelle pénètre
également un bras d’eau, est le lieu de vie de
vautours palmistes (Gypohierax angolensis) et
des pintades vilturines (Acryllium vulturinum).

Nous allons alors tourner sur la droite de la volière,
pour longer le bras d’eau qui est en fait un fossé en
eau entourant une grande île vallonée, au sol en her-
be, agrémentée de structures d’escalade en bois,
en cordes et de massifs de buissons.



D’autres végétaux entourent les fossés en eau.


Ce complexe est le lieu de vie d’une famille de
gorilles (Gorilla gorilla gorilla) qui cohabitent
avec des mangabeys noirs (Lophocebus
aterrimus
).

Des gradins ont été disposés devant cette île.
Le visiteur rebrousse alors chemin pour revenir
devant la volière des vautours et continuer sur
le sentier traversant les forêts congolaises.
Sur la droite, on peut entrevoir, entre les haies
végétales, l’île des gorilles.


Ile des gorilles
Ile des gorilles - septembre 2014


Enclos des hippopotames nains
Enclos des hippopotames nains - septembre 2014
Sur la gauche en revanche, se trouve deux
enclos agrémentés tous deux de profonds
bassins dont l’un correspond au bassin vu
en vision sous marine à partir de la terrasse.

Ces deux bassins s’ouvrent sur des plages en
herbe et en terre, ombragées par de grands
arbres.
Ces enclos constituent le complexe des hippo-
potames nains (Hexaprotodon liberiensis).

Ces enclos peuvent être mis en commun ou
séparés l’un de l’autre. Il est à noter que la
femelle hippopotame a mis au monde un
petit le 1 mai 2014.



Flèche



Face au second enclos des hippopotames, un

abri en bois offre une vision à 180 ° sur l’île
des singes.

Le visiteur s’enfonce alors dans les bosquets avant
de bifurquer sur la droite et de longer un grand en-
clos enherbé. Plusieurs massifs boisés offrent de
l’ombre aux animaux et recréent un bout de forêt.
Cette installation en pente douce est le lieu de vie
de bongos (Tragelaphus eurycercus).


Enclos des bongos
Enclos des bongos - septembre 2014


Volière des mangoustes
Volière des mangoustes - septembre 2014


Des portes étroites percées dans les grillages

laissent à penser que ces ongulés pourraient
cohabiter avec une petite antilope de type dik
dik de Kirk (Madoqua kirkii), espèce main-
tenue actuellement en coulisses.

Face à cette prairie se dresse une petite volière
construite en longueur. Cette dernière au sol en
sable, est agrémentée de morceaux de bois et
de pieux.



Elle présente une espèce de mangoustes peu

courante en captivité, la mangouste brune
(Crossarchus obscurus).

Le sentier traverse alors un autre bosquet, qui
laisse ensuite place à un point d’observation sur
l’île des gorilles, qui restent sur le côté droit et
à un enclos en terre, planté de quelques arbres
dont les troncs et les souches sont protégés par
des grillages.


Ile des gorilles
Ile des gorilles - septembre 2014


Enclos des potamochères
Enclos des potamochères - septembre 2014


Cet enclos bordé par un  bras d’eau stagnante

est le lieu de vie d’un groupe de potamochères
(Potamochoerus porcus).

Face au sentier, se dresse un imposant bâtiment
recouvert d’un toit végétal. Le sentier abrité longe
alors sur la droite, une grande baie vitrée sépa-
rant les visiteurs de l’île des gorilles, sur la gauche
en revanche, il peut observer de grandes fenêtres
s’ouvrant sur les loges intérieures des singes.



Flèche


Ce bâtiment se divise en 4 loges. Les 2 premières

sont les plus grandes et sont aménagées de multi-
ples structures d’escalade en bois et en cordes.

Elles sont consacrées à la famille de gorilles. Les
deux autres loges, plus petites, sont pour leur
part plus hautes et aussi agrémentées d’agrès en
bois.

Elles permettent d’isoler les mangabeys en cas de
conflit. Sous le toit de nombreux panneaux péda-
gogiques sur les grands singes et les forêts ont été
apposés.


Loge des gorilles
Loge des gorilles - septembre 2014


Loge des gorilles
Loge des gorilles - septembre 2014




Le sentier s’enroule autour de la maison des singes.

Le visiteur laisse alors la maison des gorilles pour
retrouver l’enclos des potamochères et franchir une
porte en bois qui marque la fin de la visite des forêts
congolaises. Cette arche fait également office
d’entrée dans la forêt amazonienne, 4ème monde
que nous allons découvrir.
 
 


Les Gorilles du Gaia Park


Makula, dos argenté né le 10 février 1999 à Apenheul
Shanga, femelle née le 08 mars 2000 au zoo de Berlin,
arrivée au parc en 2006

Mosi, mâlé né au zoo le 10 février 2010, fils de Shanga
Tamidol, femelle née le 21 décembre 1998 à Howletts,
arrivée au parc fin 2013

Ayo, mâle né au Gaia Park le 31 décembre 2012, fils
de Dalila

Dalila, femelle née en Afrique en 1972, arrivée au zoo
en 2009 après 37 ans passés à Apenheul

Loango, mâle castré né le 23 décembre 2004 à Apenheul,
frère de Makula

 
Gorille femelle et son jeune
Gorille femelle et son jeune - septembre 2014



Flèche

Après avoir traversé la porte, le visiteur découvre
sur sa gauche, une grande volière, au sol à l’herbe
haute, agrémentée de nombreuses branches et au-
tres buissons.
Cette volière est le lieu de vie de cariamas huppés
(Cariama cristata).

A la suite de cette volière, le visiteur bifurque sur
la droite et pousse une porte pour entrer au cœur
d’une forêt de charme.

L’allée traverse cet enclos de contact en forme de
cuvette, où de nombreuses cordes relient les arbres
entre eux.


Volière des cariamas
Volière des cariamas - septembre 2014



Territoire des saïmiris
Territoire des saïmiris - septembre 2014
Une rivière parcourt également cet enclos. Au bas
de la cuvette se trouve un abri en bois où de nom-
breux pédagogiques expliquent les significations
des mimiques des singes.

Cet enclos de contact est le territoire des saïmiris
(Saimiri boliviensis), qu’ils partagent avec des
dindons communs (Meleagris gallopavo).

Les loges de nuit des primates sont visibles à
travers des baies vitrées sur la gauche de l’en-
trée. Enfin, au fond de l’enclos, à proximité de
la cabane pédagogique se trouve une pagode
faite de bambous, qui offre une vue sur une île
en herbe de grande taille, plantée de nombreux
buissons et de troncs morts reliés entre eux par
des cordes.


Territoire des saïmiris
Territoire des saïmiris - septembre 2014
Territoire des saïmiris
Territoire des saïmiris - septembre 2014



Ces parcours en hauteur sont consacrés à un

groupe d’atèles à face rouge (Ateles paniscus).

Le visiteur remonte alors la colline des saimiris
et ressort de cet enclos de contact pour pour-
suivre la visite sur la gauche.

Au centre du chemin se dresse un grand bâtiment
traversé par le sentier de visite. De part et d’autre
de cette bâtisse, on pourra observer 3 loges tra-
versées par des cordes, des pneux et agrémentées
de branches et de plateformes.


Ile des atèles
Ile des atèles - septembre 2014


Loge des capucins
Loge des capucins - septembre 2014


La loge située sur la gauche du couloir de visite est

consacrée aux atèles à face rouge, tandis que les 2
situées sur la droite du couloir sont consacrées à
des capucins à poitrine jaune (Cebus
xanthosternos
).

Le visiteur ressort alors de la maison et découvre
sur la gauche, à partir d’un ponton en bois, un au-
tre morceau de l’île des atèles (Ateles paniscus)
qui cohabitent avec des tamarins labiés (Saguinus
labiatus
).



Flèche

Sur la droite en revanche, dans le prolongement
de la maison des petits singes, se trouve une
pre
squ’île en herbe, au milieu de laquelle se dresse
un monticule de pierres.

Cette presqu’île en herbe, descent en pente
douce vers le fossé en eau. Des troncs y ont été
dressés et sont reliés entre eux par des cordes.

Cette île est le lieu de vie des capucins à poitrine
jaune (Cebus xanthosternos). Le sentier em-
prunte alors un pont en bois qui permet de dé-
couvrir, sur la gauche, une troisième île à singes.


Ile des capucins et cabiais
Ile des capucins et cabiais - septembre 2014


Ile des singes laineux
Ile des singes laineux - septembre 2014
Cette dernière se compose d’une partie basse
avec des berges à l’herbe rase et d’une partie
surélevée plantée de pieux, tendue de cordes
et agrémentée de buissons.

La partie basse présente des cabiais
(Hydrochaeris hydrochaeris), tandis que
l’ensemble de l’installation est accessible aux
singes laineux (Lagothrix lagotricha).

Il est à noter que les fossés en eau entourant
l'île des capucins et celle des singes laineux
communiquent au niveau du pont de visite.
Les cabiais ont donc accès à ces deux îles.


La visite se poursuit en contournant l’île des
capucins. A l’extrémité de celle-ci, une
avancée couverte d’un toit en chaume nous
permet non seulement d’admirer les primates,
mais aussi de découvrir un petit enclos en
sable.

Ce dernier ombragé par de grands arbres et
recouvert d’un filet, présente des pécaris à
lèvres blanches (Tayasu peccari).

Le visiteur revient alors sur le sentier principal
et continu sa découverte sud américaine, le
long de l’île des singes laineux.


Enclos des pécaris
Enclos des pécaris - septembre 2014


Loge des ouistitis
Loge des ouistitis - septembre 2014
Le long de cette allée, une cabane vitrée, agré-
mentée de branches et de cordes, compose les
loges de nuit des singes laineux (Lagothrix
lagotricha
).

Accolé à cette loge, se trouve une autre cabane,
identique en termes d’aménagements, bien que
plus végétalisée, doublée d’une volière extérieure
de petite taille.
Ce complexe est occupé par des ouistitis à tou-
pets de Geoffroy (Callithrix geoffroyi).

Il est à noter qu’initialement, ces primates avaient
accès à la cime des arbres alentours.



Flèche

Nous arrivons alors au niveau d’un croisement où
4 sentiers s’entremêlent.Nous allons emprunter le
sentier le plus à droite, pour entrer dans une vaste
volière de contact.

Cette imposante structure est relativement haute
et bien plantée, recréant une véritable forêt den-
se. Un sentier en bois remonte du sol de la volière
vers la canopée.

Au sommet de ce sentier, se trouve une zone en
herbe, agrémentée de 2 bassins. On peut éga-
lement noter qu’au niveau d’un virage, le visiteur
surplombe l’enclos des péccaris, intégré à la
volière.


Ambiance dans la volière de contact
Ambiance dans la volière de contact - septembre 2014
Ambiance dans la volière de contact
Ambiance dans la volière de contact - septembre 2014
Parmi les espèces présentées dans cette structure,
on peut citer : pilet des bahamas (Anas
bahamensis
), dendrocygne bicolore
(Dendrocygna bicolor), sarcelle à collier
(Callonetta leucophrys), ortalide de Chaco
(Ortalis canicollis), pénélope à gorge bleue
(Pipile cumanensis), tinamou élégant
(Eudromia elegans), caurales soleil
(Eurypiga crepitans), ibis de la Puna
(Plegadis ridgwayi), ibis rouge (Eudocimus
ruber
), spatules roses (Platalea ajaja), hérons
garde bœufs (Bubulcus ibis) ou encore pigeons
picazuros (Columba picazuro).



Le visiteur quitte alors la volière au niveau de

la canopée des arbres et se trouve sur une
terrasse surélevée. Sur la gauche, en contre-
bas, on domine le secteur des forêts sud
américaines et plus particulièrement les îles à
singes.

Sur la droite, accolée à la volière, se trouve
un petit enclos en herbe, planté de nombreux
buissons et autres arbres.
Quelques cordes relient les végétaux entre
eux.


Ambiance dans la volière de contact
Ambiance dans la volière de contact - septembre 2014


Enclos des sakis
Enclos des sakis - septembre 2014





Cette fosse présente une cohabitation entre

des agamis trompettes (Psophia crepitans)
et des sakis à face blanche (Pithecia
pithecia
).

La descente vers la terre ferme s’amorce alors
avec un sentier sinueux. Dans une des épingles
de cette allée, un autre chemin bifurque sur la
gauche et nous amène vers la zone Taïga.




Nous allons pour notre part tourner à droite,

poursuivre la descente tout en longeant, sur la
gauche une volière de taille moyenne, agré-
mentée de quelques pieux et où le grillage sert
de support à une vigne vierge.
Cette volière est le lieu de vie de conures soleil
(Aratinga solstitialis), de guiras (Guira
cantara
) et de tinamous élégants (Eudromia
elegans
).
Volière des tinamous et conures
Volière des tinamous et conures - septembre 2014



Flèche

La descente débouche alors sur la place bordée
par l’entrée de la grande volière, la volière des
ouistitis et l’île des singes laineux (Lagothrix
lagotricha
) que nous allons laisser sur la gauche.

Sur la droite de l’allée, on peut observer, légè-
rement en retrait, un enclos en herbe, ombragé
par plusieurs peupliers, doublé d’un vaste bas-
sin accessible aux animaux.

Cette plaine est consacrée à des tapirs terrestres
(Tapirus terrestris). Le bassin des tapirs, débor-
dant dans un autre bassin intégré à une fosse.
Au milieu du plan d’eau se trouve un réseau de 3
îles bétonnées reliées entre elle par des troncs.


Enclos des tapirs
Enclos des tapirs - septembre 2014
Enclos des myocastors
Enclos des myocastors - septembre 2014

Cette fosse est occupée par des ragondins

(Myocastor coypus). Sur la gauche, on peut
encore observer l’île des singes laineux puis
celle des atèles à face rouge.

Le visiteur entre alors dans une forêt dénudée
de tout enclos. Sur la gauche, on peut deviner
le territoire des saïmiris que nous avons déja
découvert plutôt dans notre visite.

A la lisière de la forêt se trouve une zone humide
que nous allons traverser sur une passerelle en
bois.


A la jonction entre la forêt et la zone humide, un
enclos a été érigé et intègre ces 2 milieux.
Cet enclos de grande taille est le lieu de vie de
chiens des buissons (Speothos venaticus).

Le bâtiment de nuit de ces petits carnivores est
lui aussi visible à travers des baies vitrées et se
divise en 2 loges au sol recouvert d’écorces.

Au cœur de la zone humide, divers panneaux
pédagogiques ont été installés et décrivent les
espèces indigènes. Le ponton en bois redevient
un chemin en asphalte qui nous conduit tout
droit dans une mine reconstituée.


Enclos des chiens des buissons
Enclos des chiens des buissons - septembre 2014


Entrée de la mine
Entrée de la mine - septembre 2014





Là encore, ce couloir est bordé de multiples

panneaux pédagogiques. De retour à la lumière
du jour, le visiteur se retrouve au cœur de la
mini ferme du zoo et plus spécifiquement au
niveau de l’installation des lapins géants des
Flandres.



Flèche

C’est ainsi que se termine la découverte de la zone
consacrée aux forêts tropicales. La visite continue
alors et nous amène sur la droite, vers la zone
Taïga et la partie toundra et steppes. Sur la gauche
du sentier s’étend un vaste enclos en herbejonché
de troncs et entouré d’un grand plan d’eau.
Cet enclos que nous allons contourner est occupé
par des castors (Castor canadensis).

Un passage immergé relie l’enclos extérieur des
rongeurs à leur taverne intérieure visible à travers
une vitre. Au détour d’un virage, sur la droite du
sentier, se trouve une une grande volière en pente
douce, agrémentée de rochers et de souches et
plantée de conifères.


Enclos des castors
Enclos des castors - septembre 2014
Volière des harfangs
Volière des harfangs - septembre 2014



Cette volière est le lieu de présentation de harfangs

des neiges (Nyctea scandiaca).

Le sentier traverse alors une véritable steppe des
milieux froids, où l’herbe est entremêlée de gra-
minées et de zones caillouteuses.

De part et d’autres de l’allée en cailloux, des statues
doublées de panneaux d’information ont été installées
et représentent des animaux disparus comme le mam-
mouth, le rhinocéros laineux ou encore le cerf.
Au sommet de la steppe, le visiteur fait face à un
bâtiment de forme pentgonale, l’aquarium du zoo. 
Ambiance dans la steppe
Ambiance dans la steppe - septembre 2014
Ambiance dans la steppe
Ambiance dans la steppe - septembre 2014


Avant d’entrer dans cet aquarium, nous pouvons
observer sur la gauche, derrière une petite palis-
sade vitrée, un enclos de taille moyenne, en pente
douce, au sol en herbe, traversé par un ruisseau
qui se jette dans un petit bassin.

Des buissons ainsi que de grands arbres com-
plètent les aménagements. Cette structure est
le lieu de vie de gloutons (Gulo gulo).

Le visiteur entre alors dans l’aquarium composé
de 2 bacs distincts. Le premier, situé sur la droite,
est agrémenté de nombreux tuyaux et autres
rochers.


Enclos des gloutons
Enclos des gloutons - septembre 2014


Aquarium d'eau douce
Aquarium d'eau douce - septembre 2014
Il est occupé par des épinoches (Gasterosteus
aculeatus aculeatus
), des gremilles
(Gymnocephalus cernuus) et des écrevisses
à pieds rouges (Actarus astacus).

Le second bac est beaucoup plus grand mais
dénudé de tout aménagement. Des carpes
communes (Cyprinus carpio carpio) y nagent
aux côtés de tanches (Tinca tinca), d’estur-
geons (Acipenser gueldenstaedtii) et de roten-
gles (Scardinius erythrophthalmus).

Une dernière fenêtre discrète, nous permet de
découvrir un ensemble de 2 cages permettant
d’isoler les gloutons en cas de besoin.



Flèche



Le visiteur ressort de l’aquarium et continue

sa visite pour remonter vers un plateau. Sur
la droite, en contrebas de l’allée, se trouve
une vaste plaine où l’herbe alterne avec des
zones caillouteuses.

Un fossé en eau entoure également l’installation.
Cet enclos est le lieu de présentation de bœufs
musqués (Ovibos moschatus).
La visite se poursuit le long de la toundra des
bœufs musqués.


Enclos des boeufs musqués
Enclos des boeufs musqués - septembre 2014


Enclos des rennes
Enclos des rennes - septembre 2014


Un sentier bifurque alors sur la droite et nous
conduit vers la zone des forêts tropicales, au
niveau de la volière des conures soleils.
Nous allons pour notre part rester sur le sentier
principal et continuer la découverte de la Taiga.

Sur la droite, face à la plaine des bœufs musqués,
on peut observer une autre étendue en terre,
creusée d’un bassin. De nombreuses souches
jonchent le sol de cet enclos au sein duquel
cohabitent des rennes (Rangifer tarandus
borealis
) et des bernaches à cou roux (Branta
ruficollis
).






L’allée entoure alors l’enclos des bœufs musqués,

repasse à l’arrière de l’enclos des gloutons, pour
border la partie haute de ce dernier et débouche
sur la place qui fait face à l’école du zoo.
Nous allons alors revenir au niveau de l’enclos des
loups, puis de celui des lynx, avant de quitter le zoo.
Salle pédagogique
Salle pédagogique - septembre 2014



Flèche


En conclusion, le Gaia Park de Kerkrade est un

parc relativement jeune, qui se divise en plusieurs
zones réprésentant des biotopes différents à savoir
les forêts tropicales, les savanes ou la taïga.

Au travers de ces milieux, le visiteur voyagera sur
plusieurs continents, l’Afrique, l’Europe ou
l’Amérique du Nord et du Sud. La collection reste
pour sa part relativement classique et les installations
sont toutes de bonnes factures. Une visite de 5 à 6
heures est conseillée.
Lapins géants des Flandres
Lapins géants des Flandres - septembre 2014


Copyright ©  -  2007-2018  -  J. Bordonné  - Tous droits réservés