Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe  |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Zooparc Overloon


Zooparc Overloon
Stevenbeekseweg 19
Overloon
Pays Bas

Tel : +31 478 640 046

www.overloonzoo.nl

Logo zooparc Overloon



Ma visite : 15 septembre 2015
Mise en ligne : 15 février 2015




Hippopotame nain
Hippopotame nain - septembre 2014
Horaires d'ouverture 2014
Tarifs d'entrée 2014
Présentation du zoo
La vallée asiatique
Les gibbons, varis et les cabiais
Les wallabies et le grand lac
Les guépards et les lycaons
Les chameaux et les hippopotames
Les anatidés et les macaques
Les binturongs et les volières
Les petits carnivores et les singes
Les volières et les nandous
La mini ferme
Conclusion



Flèche

Horaires d'ouverture 2014 (Ces données ne sont données qu'à titre indicatif)








Mai à septembre : 9h30 à 18h00
Octobre à avril : 10h00 à 17h00
Gibbon à favoris
Gibbon à favoris - septembre 2014



Flèche

Tarifs d'entrée 2014 (Ces données ne sont données qu'à titre indicatif)

Pélican
Pélican - septembre 2014
Ticket journalier
     Adulte : 17,00 €
     Enfant (3 à 11 ans) : 14,50 €
     Senior (+ 65 ans) : 15,00 €

Carte annuelle
     Adulte : 40,00 €
     Enfant (3 à 11 ans) : 35,00 €
     Senior (+ 65 ans) : 37,00 €

Tarif groupe (+ 20 personnes) : 13,00 €



Flèche

Présentation du zoo


Le Zoopark Overloon se situe en bordure de la
ville d’Overloon, au sud de la Hollande.

Ce parc offre des enclos de grande taille dans
un environnement naturel où les décors factices
de faux rochers et autres artifices sont tota-
lement absents.

Ce parc relativement récent a ouvert en 2000 et
accueille aujourd'hui plus de 240 000 visiteurs
chaque année. Il fait partie des zoos de la
société Kodiak.

Happalémurs
Happalémurs - septembre 2014



Flèche

Visite du zoo


Après avoir passé les caisses, le visiteur se
trouve au cœur d’un jardin naturel où des gra-
minées poussent aux côtés de bambous, de
papyrus s’organisant autour d’un bassin.
Cette mare est le lieu de vie de nombreuses
carpes koïs (Cyprinus carpio).

Face aux carpes, installé dans un écrin de ver-
dure fait de haies de buissons, se trouve un en-
clos de taille moyenne, au sol en herbe, planté
de buissons, creusé d’un bassin et agrémenté
de troncs reliés entre eux par des branches.


Bassin des carpes
Bassin des carpes - septembre 2014


Enclos des pandas roux
Enclos des pandas roux - septembre 2014



Cet enclos relativement profond et où la végé-
tation offre de multiples possibilités de camou-
flage, est occupé par des petits pandas (Ailurus
fulgens
).

Le visiteur traverse alors le jardin pour arriver
devant un portail marquant l’entrée dans une
vaste prairie de contact. Cette dernière s’or-
ganise autour d’un grand étang et est légèrement
vallonée.



Quelques amas de branches et des rochers com-
posent les décors de cette plaine eurasienne. Le
sentier de visite sillone ainsi au milieu des cerfs
sikas (Cervus nippon), des cerfs axis (Axis
axis
), des muntjacs de Chine (Muntiacus
reevesi
), des antilopes cervicapres (Antilopa
cervicapra
), des cigognes noires (Ciconia
nigra
), des grues demoiselles (Anthropoides
virgo
), des grues à cou blanc (Grus vipio), des
pélicans frisés (Pelecanus crispus), des oies à
tête barrée (Anser indicus) et des tadornes
casarcas (Tadorna ferruginea).


Plaine asiatique
Plaine asiatique - septembre 2014


Premier enclos des tapirs malais
Premier enclos des tapirs malais - septembre 2014



Le visteur ressort alors de la plaine asiatique pour
se retrouver sur un sentier en sable. Sur la droite,
entouré de fossés sec se trouve un complexe de
deux enclos reliés par un passage qui peut être
obstrué pour séparer chaque partie.

Ces deux enclos sont légèrement vallonés, entiè-
rement en herbe et sont creusés d’un bassin. Ces
plaines sont également plantées de nombreux
jeunes arbres qui à l’avenir, formeront une forêt.
Un couple de tapirs malais (Tapirus indicus)
évolue à ce niveau.
Second enclos des tapirs malais
Second enclos des tapirs malais - septembre 2014
Plaine asiatique
Plaine asiatique - septembre 2014



Flèche

Le sentier remonte alors une colline au milieu de
charmilles et de bambous, pour arriver à un point
dominant la plaine des cervidés asiatiques, avant
de redescendre au cœur d’une forêt pour obser-
ver une île en herbe au milieu de laquelle poussent
des lauriers buissonnants.

Des troncs morts reliés entre eux par des cordes
complètent les aménagements destinés à une
famille de makis varis bruns (Varecia rubra).
Face aux lémuriens se dresse 2 autres îles com-
municantes, reliées entre elles par des cordes.
Ces îles sont aussi agrémentées de pieux en bois
relativement hauts, tendues de cordes et plantée
de nombreux buissons.


Ile des varis
Ile des varis - septembre 2014
Ile des gibbons
Ile des gibbons - septembre 2014

Des gibbons à favoris blancs (Nomascus
leucogenys
) évoluent sur ces îlots.

La visite se poursuit alors le long de l’île des
gibbons et des makis varis, à l’extrémité de
laquelle se dresse le petit bâtiment de nuit des
prosomiens, dont l’intérieur est visible à
travers une baie vitrée.

Le sentier traverse alors un étang de taille
moyenne, dont la surface est recouverte de
lentilles d’eau.



De part et d’autre du bassin se trouvent des
berges en terre, ombragée de plusieurs arbres.
Des kamichis
à collier (Chauna torquata) y
cohabitent avec des capybaras (Hydrochaerus
hydrochaeris
).

De retour sur la terre ferme, entouré de bam-
bous, se trouve un petit point d’observation
qui s’ouvre sur la seconde prairie des tapirs
malais que nous avons déjà pu observer plus
tôt.


Enclos des cabiais
Enclos des cabiais - septembre 2014


Volière des lophophores
Volière des lophophores - septembre 2014


Après avoir traversé un autre bosquet, le sentier
de visite borde une volière qui a été érigée sur la
gauche. Cette volière au sol en herbe, est agré-
mentée de nombreux arbres morts et de nom-
breuses branches horizontales offrant diverses
possibilités de perchoirs.

Cette volière accueille des lophophores resplen-
dissants (Lophophorus impejanus) et des per-
ruches de Derby (Psittacula derbianus).



Flèche



Le visiteur arrive alors dans une zone moins
forestière, pour découvrir, sur la droite, une
fosse entourée de murets en béton.

Le sol en terre offre un substrat à de nombreux
buissons, lauriers et autres bambous, tandis que
de gros troncs ont été érigés et forment un par-
cours en hauteur.
Cette installation est occupée par un groupe de
coatis bruns (Nasua nasua).


Enclos des coatis
Enclos des coatis - septembre 2014


Enclos des muntjacs
Enclos des muntjacs - septembre 2014


Plus loin, à l’arrière de la fosse des coatis,
s’étend un enclos relativement profond, au
relief présent, en herbe et planté de conifères.
Cet espace est consacré à des muntjacs de
Chine (Muntiacus reevesi) et des grues de
Mandchourie (Grus japonensis).

Mitoyen aux grues se trouve un autre enclos du
même type bien que plus plat et où les orties
sont très présentes. Cette seconde plaine est
consacrée à l’Australie et présente des wallabies
de Bennett (Macropus rufogriseus) et des
wallabies de Parme (Macropus parma).
Complexe des îles
Complexe des îles - septembre 2014
Enclos des wallabies
Enclos des wallabies - septembre 2014


Le visiteur se retrouve alors à une des extrémités
du zoo et fait face à un vaste lac, duquel ressor-
tent 2 îles.

La première île semble recréer un bord de mer
du Nord, avec une plage en sable, une petite
falaise faisant la jonction avec une prairie. Des
moutons d’Ouessant (Ovis aries domesticus)
évoluent sur la partie enherbée tandis que la page
en sable ainsi qu’une partie du lac ont été entourés
de fils électriques et constituent l’enclos de
phoques veaux marins (Phoca vitulina).


Enclos des phoques
Enclos des phoques - septembre 2014


Ile des rennes
Ile des rennes - septembre 2014


Plusieurs points d’observation ont été disposés
tout autour de l’étang naturel des phoques. La
seconde île est un vaste plateau en herbe avec
au premier plan, une petit zone forestière.
Cet espace est le lieu de vie d’un troupeau de
rennes (Rangifer tarandus).

A noter qu’une famille de cygnes blancs (Cygnus
olor
) s’ébat sur la partie du lac non accessible
aux phoques.
Les oiseaux ont aussi accès aux 2 îles enherbées.



Flèche

Le visiteur continue de longer les îles et s’enfonce
à nouveau dans les terres du zooparc, pour ar-
river vers un complexe de 3 vastes enclos.
Tous ces enclos sont enherbés, relativement
dégagés de tout décor hormis quelques souches
et rochers.

Des tunnels grillagés doublés de trappes relient
les 3 enclos et permettent de sectionner ou de
relier le complexe des guépards (Acinonyx
jubatus
).

Le sentier se situe pour sa part légèrement en
hauteur de ces enclos et passe au dessus des
différentes séparations.


Enclos des guépards
Enclos des guépards - septembre 2014
Enclos des grues
Enclos des grues - septembre 2014
Il est à noter que lors de ma visite, le premier
enclos de ce complexe, situé sur la droite, était
occupé par des grues à cou blanc (Grus vipio).
A la fin du complexe des félins, un abri en bois
couvre une baie vitrée s’ouvrant sur l’enclos
principal des guépards. Face à cette baie vitrée,
se trouvent de nombreux panneaux d’infor-
mation sur les mœurs des guépards.

Le visiteur quitte alors le complexe des fauves,
pour découvrir, sur la droite, une autre prairie
de grande taille, agrémentée de rares conifères
et de quelques massifs de bambous.
Cette autre prairie est consacrée à un groupe
de lycaons (Lycaon pictus).


Enclos des lycaons
Enclos des lycaons - septembre 2014
Second enclos des guépards
Second enclos des guépards - septembre 2014



Flèche

Le visiteur contourne alors l’enclos des lycaons,
pour trouver une étendue en herbe et en sable,
de taille moyenne, entourée de fossés secs et de
petites palissades en bois.
Cette plaine est occupée par des chameaux
(Camelus bactrianus). 

Le chemin de visite regagne alors la partie
forestière du zoo. Sur la droite, se trouve un
ensemble de 3 îlots communiquants entre
eux par le biais de cordes.
Ces îles en herbe, plantées de nombreux buis-
sons et de quelques grands arbres, hébergent
des makis varis blancs (Varecia variegata).


Enclos des chameaux
Enclos des chameaux - septembre 2014


Enclos des flamants
Enclos des flamants - septembre 2014

Dans le prolongement du lac entourant les îles
des lémuriens, se trouve une lagune peu pro-
fonde.
Le sentier se transforme en un ponton en bois
traversant la partie en eau. Sur la droite, la
lagune remonte pour former des berges enher-
bées entourées de bambous.
Une colonie de flamants roses (Phoenicopterus
roseus
) évolent à ce niveau.

Sur la gauche en revanche se trouve un premier
enclos de type forestier, où la lumière est at-
ténuée par de grands arbres.



Cet enclos en terre est également relié à une
partie de la lagune en eau. Cette installation
fait partie du complexe des hippopotames
nains (Hexaprotodon liberiensis) que nous
allons découvrir maintenant.

Dans le prolongement du premier enclos des
hippopotames se dresse le bâtiment de ces
derniers.
Cette maison est visible au travers d’une baie
vitrée et se compose d’une vaste loge creusée
d’un pojnt d’eau, doublée de boxes individuels.


Premier enclos des hippopotames
Premier enclos des hippopotames - sepembre 2014


Maison des hippopotames
Maison des hippopotames - septembre 2014


De l’autre côté de la maison des hippopotames,
se trouve un second enclos en terre, ombragé
par de grands arbres et disposant d’un grand
bassin.
 
Cet autre enclos est aussi consacré aux hippo-
potames nains et plus spécialement à la femelle
reproductrice et à son dernier jeune.

Le sentier de visite longe alors sur la droite, l’ar-
rière du groupe d’îles des makis varis et sur la
gauche, les îles des gibbons à favoris blancs,
ainsi que leur maison, dont l’intérieur, de petite
taille, est visible à travers des baies vitrées.
Enclos des varis noirs et blancs
Enclos des varis noirs et blancs - septembre 2014
Second enclos des hippopotames
Second enclos des hippopotames - septembre 2014



Flèche


Le sentier s’enfonce alors encore un peu plus
dans la forêt du zooparc tout en longeant les
fossés en eau entourant les îles des singes,
qui se prolongent en un cours d’eau.

Sur la gauche, un ponton en bois agrémenté
de multiples nichoirs, permet d’observer les
oiseaux indigènes.

Le cours d’eau forme alors un coude entou-
rant des berges en terre plantées de bam-
bous.


Ile des gibbons
Ile des gibbons - septembre 2014


Berge des cigognes
Berge des cigognes - septembre 2014


Des cygnes noirs (Cygnus atratus) y vivent
aux côtés de cigognes blanches (Ciconia
ciconia
).

Au bout de la rivière et de l’enclos des
cygnes, un portail marque l’entrée du
second passage dans la plaine des cervidés.
Ce second passage se fait au sommet de la
butte de sorte à dominer cet ensemble.



Une fois ressorti de la plaine asiatique, le
visiteur découvre une grande île qui peut
êre divisée en différents habitats à savoir
une partie enherbée, une partie plantée
de buissons touffues et une zone où les
arbres poussent de manière plus clair-
semée.

Cette île est occupée par des makis catta
(Lemur catta).


Ile des makis cattas
Ile des makis cattas - septembre 2014


Ile des macaques
Ile des macaques - septembre 2014


Après avoir longé le territoire des lémuriens,
le visiteur découvre, sur la droite, une île en
herbe et une île en sable agrémentées toutes
deux de nombreuses structures d’escalade
en bois.

Ces îles communiquent entre elles par des
troncs couchés et présentent un petit groupe
de macaques à queue de lion (Macaca
silenus
).



Flèche

Le visiteur revient alors sur le sentier principal,
pour longer une petite fosse entourée de tôles
métalliques. Cette fosse au sol en herbe, est
agrémentée de structures d’escalade en bois
et de nombreux amas de branches.

Deux troncs ont été plantés au cœur de l’in-
stallation et sont reliés entre eux par un autre tronc
horizontal. Un point d’observation accessible
aux visiteurs se trouve juste sous cette arche.
Cet ensemble est le lieu de vie de binturongs
(Arctictis binturong).


Enclos des binturongs
Enclos des binturongs - septembre 2014



Enclos des loutres
Enclos des loutres - septembre 2014
La visite se poursuit alors pour arriver devant
un virage à angle droit vers la droite. Bordant
ce tournant, se trouve un enclos composé
d’un bassin de taille moyenne, s’ouvrant sur
des plages en cailloux et une colline en terre
plantée de quelques arbustes.
Cette installation est le lieu de vie de loutres
naines (Aonyx cinereus).

L’enclos des loutres marque aussi l’entrée dans
la partie forestière du zoo, qui se trouve au
milieu de multiples feuillus. Sur la gauche de
l’allée se trouve une volière de taille moyenne,
au sol en terre, plantée de pins et traversée par
des branches.
Des harfangs des neiges (Nyctea scandiaca) y
sont présentées.


A la suite de la volière le sentier se divise en 2.
Nous pouvons soit continuer tout droit, soit
bifurquer sur la gauche. Nous allons opter pour
la première possibilité et longer une volière au
sol en terre, bien végétalisée, qui accueille un
couple de calaos terrestres (Bucorvus
abyssinicus
).

Ce chemin s’enfonce un peu plus dans la forêt,
pour arriver dans un cul de sac et faire face à
une autre grande volière, au sol en herbe, agré-
mentée de nombreux troncs morts verticaux et
d’un bassin.


Volière des bucorves
Volière des bucorves - septembre 2014


Volière des ibis
Volière des ibis - septembre 2014





Quelques bambous complètent les décors aux
milieux desquels volent des ibis rouges
(Eudocimus ruber) et des ibis à cou de paille
(Threskiornis spinicollis).

Le visiteur revient alors jusqu’à la volière des
harfangs pour emprunter le second sentier et
pénétrer au cœur de l’île des makis cattas
(Lemur catta) que l’on traverse.
Ile des makis cattas
 Ile des makis cattas - septembre 2014
Ile des makis cattas
Ile des makis cattas - septembre 2014



Flèche


Après avoir quitté l’île des lémuriens, on peut
observer, sur la droite, un enclos légèrement
en contrebas du sentier.
Ce dernier est planté de conifères et forme un
« L ». Il héberge un petit groupe de ratons
crabiers (Procyon cancrivorus), un proche
cousin du raton laveur, très peu commun en
Europe.

Face aux ratons se trouve un autre enclos où
les bambous poussent de façon anarchique.
Entre la verdure on peut néanmoins aper
-cevoir des parcours de branches.


Enclos des ratons crabiers
Enclos des ratons crabiers - septembre 2014


Enclos des lémuriens
Enclos des lémuriens - septembre 2014

L’ensemble est occupé par des lémurs cou-
ronnés (Eulemur coronatus).
La petite maison de ces prosomiens agré-
mentée de rares branches est visible à travers
une fenêtre.

Dans le prolongement des lémurs se trouve
un petit enclos en sable, agrémentée de quel-
ques rares buissons des milieux secs.
Cet enclos est consacré à une colonie de
suricates (Suricata suricatta).
Face aux mangoustes, on retouve le bassin
des ratons crabiers.


Dans le prolongement de l’enclos des suricates
se dresse une volière au sol en sable, traversée
par quelques branches, des bambous et des
d’autres arbustes. Un couple de calaos de Van
Decken (Tockus deckeni) y évolue.

Sur la droite, ombragée par les feuillus alentours,
se dresse une autre volière de grande taille où plusieurs
branches et des bambous s’enchevêtrent pour
former des structures d’escalade utilisée par une
famille d’happalémurs (Hapalemur griseus).


Volière des calaos
Volière des calaos - septembre 2014


Volière des happalémurs
Volière des happalémurs - septembre 2014


Cette volière est adossée à un bâtiment non
visible du public et marque le début du com-
plexe des singes.
Ce dernier est composé de 4 volières dont
celle des happalémurs, entourant le bâtiment
en bois.

Les 2 volières qui suivent et que nous découvrons
alors sont densément végétalisée et mitoyennes
l’une à l’autre. La première est le lieu de vie d’un
tamarins de Weddell (Saguinus weddelli), lors
que la seconde présente un groupe de callimicos
de Goeldi (Callimico goeldii).







Enfin, la dernière volière dispose d’aménagements
formés uniquement de branches et de lianes, les
végétaux étant très limités. Elle est le lieu de vie de
sakis à face blanche (Pithecia pithecia) et de
tamarins à mains rousses (Saguinus midas).
Volière des sakis
Volière des sakis - septembre 2014


Enclos des tamarins de Wedell
Enclos des tamarins de Wedell - septembre 2014
Volière des ouistitis de Goeldi
Volière des ouistitis de Goeldi - septembre 2014



Flèche

Face au complexe des singes, on peut apercevoir
une volière de grande taille, entourée de hauts ar-
bres.
Elle se divise en une zone touffue où les lauriers et
les sapins sont très présents et une zone en herbe
dégagée en hauteurs où des perchoirs en bois ont
été installés.

Cette structure est le lieu d’une cohabitation entre
des cariamas huppés (Cariama cristata), des
vautours palmistes (Gypohierax angolensis) et
des vautours néophrons moines (Necrosyrtes
monachus
).


Volière des vautours
Volière des vautours - septembre 2014


Volière des vautours
Volière des vautours - septembre 2014


Le sentier contourne alors un bosquet de
conifères, avant de former une épingle à
180° pour revenir vers l’autre extrémité
de la volière des vautours.

Sur la droite, face aux oiseaux, se trouve une
petite fosse, bordée par des palissades métal-
liques. Au centre de la fosse se trouve un
monticule de terre recouvert d’herbe, duquel
ressortent des pieux en bois reliés entre eux
par des troncs.



Cet ensemle est doublé d’une petite maison
vitrée agrémentée de branches. Des porcs-
epics arboricoles ou oursons coquaux
(Erethizon dorsatum) sont présentés à ce
niveau.

Après un petit passage à vide et situé à l’arrière
des rongeurs, se trouve une plaine en sable,
agrémentée de quelques pins et de rochers.
Cet ensemble, légèrement valloné, compose une
plaine des Andes où cohabitent vigognes
(Vicugna vicugna) et nandous (Rhea
americana
).


Enclos des oursons coquaux
Enclos des oursons coquaux - septembre 2014


Enclos des fourmiliers
Enclos des fourmiliers - septembre 2014



L’allée de visite borde la plaine Andines avant
de contourner un bosquet et de longer, sur la
droite, un enclos de taille moyenne. Ce dernier
dispose d’un sol en herbe, est planté de bam-
bous, de quelques arbustes et est agrémenté de
souches.
 
Il est le lieu de vie de fourmiliers (Myrmecophaga
tridactyla
).

Une petite pièce vitrée où un lit de paille a été
installé compose les loges de ces animaux.
Loge du fourmilier
Loge du fourmilier - septembre 2014
Plaine des nandous
Plaine des nandous - septembre 2014



Flèche


Plus loin, sur un chemin parrallèle à celui qui nous
menait au complexe des singes, se dresse une
volière de forme rectangulaire. Cette dernière, au
sol en sable, est agrémentée de nombreuses
branches et de troncs.
Elle est le lieu de vie de kookaburas (Dacelo
novaeguineae
).

Face à cette volière se trouve une prairie qui a
été entourée de palissades en bois. Quelques
troncs couchés jonchent le sol et un abri en
bois a été installé au fond de la plaine.


Volière des martins chasseurs
Volière des martins chasseurs - septembre 2014


Enclos de la mini ferme
Enclos de la mini ferme - septembre 2014



Une porte invite les visiteurs à entrer dans cet
enclos de contact qui forme la mini ferme du
zoo. Des chèvres naines (Capra hircus
domesticus
) y évoluent aux côtés de poules
(Gallus gallus domesticus).

Une fois revenu sur le sentier, on pourra observer,
dans le prolongement de la volière desmartins
chasseurs, un enclos en herbe, de taille moyenne,
agrémenté de multiple structures en bois servant
de perchoirs. 
Cette installation est le lieu de présentation d’aras
araraunas (Ara ararauna).




Plus loin sur la gauche du sentier, on pourra en-
core découvrir une fosse, au sol en terre, plantée
de graminées et agrémentée de quelques arbres
à l’arrière plan. Cette installation est consacrée
à une colonie de mangoustes zébrées (Mungos
mungo). Le visiteur arrive alors au niveau d’une
aire de jeux et d’une terrasse de restauration
avant de revenir vers le bassin des carpes koïs
et de quitter le zoo.
Enclos des mangoustes zébrées
Enclos des mangoustes zébrées - septembre 2014



Flèche

En conclusion, le Zooparc d’Overloon est un
petit parc ouvert dans les animaux 2006.

La collection est relativement commune, bien
que certaines espèces soient très peu repré-
sentées en Europe.
Les enclos sont pour la grande majorité de
bonne facture et restent tous très naturel.

Un imposant complexe a été créé pour ac-
cueillir les guépards. Une visite de 3 heures
environ est conseillée pour profiter de l’en-
semble du zoo.
Raton crabier
Raton crabier - septembre 2014


Copyright ©  -  2007-2018  -  J. Bordonné  - Tous droits réservés