Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Diergaarde Blijdorp Rotterdam


 Diergaarde Blijdorp Rotterdam
Blijdorplaan 8
3041 JE Rotterdam

Tel : +31 (0)10 443 14 95

www.rotterdamzoo.nl

Logo zoo rotterdam


Mes visites : le 31 aout 2010; le 28 aout 2011
Mise en ligne : le 06 décembre 2010
Mise à jour : 26 septembre 2011





Langurs de François
Langurs de François - aout 2010





Tarifs d'entrée 2010
Horaires d'ouverture 2010
L'arctique et l'Amérique du Nord
L'Amérique du Sud
La forêt congolaise et la savane d'Afrique
Les grandes volières
La serre des papillons
Les gorilles et la grande serre
Le Vivarium 1/4
Le Vivarium 2/4
La serre des oiseaux
Le Vivarium 3/4



Le Vivarium 4/4
Les antilopes, l'Europe et l'Australie
Les flamants roses et les carnivores
La Malaisie et les Philippines
La Chine et l'ile des grues
La volière asiatique, l'Asie et le temple indien
Les steppes asiatiques et les éléphants
La forêt congolaise et la mini ferme
Les otaries et l'Océanuim (aquarium)
L'Océanium (désert)
Conclusion
Mini plan du zoo de Rotterdam
Plan du zoo de Rotterdam




Flèche

Tarifs d'entrée 2010 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)








Adulte :                  18,50 €
Enfant (3 à 9 ans) : 15,50 €

Tarifs groupe (-1,50 € ) à partir de 20 personnes
Rollier d'Europe
Rollier d'Europe - aout 2010



Flèche

Horaires d'ouverture 2010 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)

Sanglier des Visayas
Sanglier des Visayas - aout 2010





Hiver : 9h00 à 17h00
Eté :    9h00 à 18h00



Flèche

Présentation du parc



A partir du  grand parking du zoo, le visiteur se dirige vers l' entrée
 nord du parc.
Le zoo de Rotterdam est organisé en secteurs géographiques, con-
sacré, chacun, à un continent. Dès l'entrée , le visiteur arrive sur une
grande place et se dirige vers la droite,  dans la zone arctique ou
d' Amérique du nord. Un sentier  contourne une volière plantée de
nombreux arbres. Cette volière est consacrée aux harfangs des neiges
(Nyctea scandiaca). Le visiteur longe alors un autre enclos, planté de
racines, de rochers et de quelques graminées des pays froids. Cet enclos
est occupé par des renards polaires (Alopex lagopus). Une autre volière
de grande taille, comparable à celle des harfangs, présente des pygargues
à tête blanche (Haliaeetus leucocephalus).


Enclos des renards polaires
Enclos des renards polaires  - aout 2010


Enclos des ours polaires
Enclos des ours polaires  - aout 2010




Le visiteur arrive alors au niveau d'une petite plateforme,bordant un
enclos en terre et en herbe, agrémenté de quelques rochers et d'un
grand bassin. Cette installation est le premier enclos du complexe
des ours polaires (Ursus maritimus).
La suite de la visite nous conduit dans un bâtiment en bois où l'on
peut observer le bassin des ours en vision sous marine.
Le visiteur ressort de la maison des ours  pour découvrir, sur la
gauche, un petit enclos surélevé, dont le sol est recouvert de mous-
se, de branchages et de rochers. Cette installation présente une petite
espèce très peu courante en captivité : le lemming (Lagurus lagurus).





Le visiteur peut voir le second enclos des ours, avant de redescendre
vers la zone tempérée de l'Amérique du Nord. Le premier enclos
en terre, agrémenté de quelques troncs d'arbres,  est le lieu de
présentation d'un troupeau de bisons d'Amérique (Bison
bison). Le sentier bifurque alors sur la droite, pour traverser
un enclos en terre où se trouvent des chiens de prairie sociaux
(Cynomys ludovicianus). Les deux parties de cet enclos sont reliées
entre elles par des tunnels.. Des bulles de plexiglas permettent
aux enfants d'observer ces petits animaux d'une façon originale.


Enclos des bisons américains
Enclos des bisons américains - aout 2010


Enclos des chiens de prairie
Enclos des chiens de prairie - aout 2010
Enclos des lemmings
Enclos des lemmings - aout 2010


A l'arrière de cet enclos, on trouve une zone consacrée à la présentation d'un spectacle de rapaces en vol libre. Le visiteur quitte alors le secteur de  l'Amérique du Nord pour se rendre dans celui de l' Amérique du Sud.


Mise à jour suite à ma visite du 28 aout 2011 :

Les enclos des renards polaires, des harfangs des neiges et des
pygargues ont été détruits. A la place de la volière des aigles,
se dresse aujourd'hui un tout nouvel enclos délimité par des
balustrades en bois. Cette installation en herbe, traversée par
un ruisseau se jetant dans un bassin et agrémenté d'un chalet
en bois, héberge un important groupe de ratons laveurs
(Procyon lotor) dont un individu particulièrement foncé.
En face de l'enclos des ratons, se dresse une volière, inaugurée
récemment, cette structure en pente douce, de grande taille,
est agrémentée de rochers et accueille une cohabitation entre
les renards polaires et les harfangs des neiges.

En poursuivant sa visite, une zone de chantier située devant un
vaste étang, devrait voir grandir une vaste volière à destination
des pygargues.



Enclos des ratons laveurs
Enclos des ratons laveurs - aout 2011
Futur emplacement de la volière des pygargues
Futur emplacement de la volière des pygargues - aout 2011
Volière des renards et harfangs
Volière des renards et harfangs - aout 2011



Flèche

Sur la droite du sentier traversant l'enclos des chiens de prairie,
le visiteur peut observer une plaine enherbée, de taille moyenne,
en pente, agrémentée de quelques herbes de la pampas. Cette
première installation accueille des nandous de Darwin (Rhea
pennata
) et des vigognes (Vicunia vicunia). En face de
ces animaux, un autre enclos, à la végétation si dense qu'on pour-
rait croire qu'il est abandonné, est consacré à une espèce timide:
le loup à crinière (Chrysocyon brachyurus). Le visiteur longe
l'enclos des loups, pour arriver au niveau d'une patte d'oie. En
empruntant le sentier de droite, on se dirige vers un petit
îlot composé d'une cabane en bois et de deux enclos en herbe.
Le premier petit enclos est le lieu de vie de cobayes sauvages
(Cavia aperea), tandis que le second abrit des cochons d'Inde
(Cavia porcellus).



Enclos des loups à crinière
Enclos des loups à crinière - aout 2010

Volières sud américaine
Volières sud américaines - aout 2010
En face de la cabane des cochons d'inde, on découvre un enclos en pente,
formant des terrasses. De grosses pierres et des arbres agrémentent cette
installation consacrée à la présentation de petits poudous (Pudu puda).
Le visiteur revient alors au niveau du sentier principal où l'on peut voir 2
grandes volières.
Le première volière recréer une zone marécageuse. Elle se compose d'un
grand bassin entouré de roseaux. Cette première volière abrite des ibis
rouges (Eudocimus ruber), des cassiques couronnés (Psarocollus
decumanus
), espèce peu courante en captivité, des chaunas (Chauna
torquata
) et des sarcelles à collier (Callonetta leucophrys).
Le visiteur passe alors par une porte pour arriver dans la maison intérieure
des oiseaux. Cette dernière est agrémentée d'un bassin et de nombreux
branchages. Le visiteur ressort de la maison pour découvrir une seconde
volière sud américaine. Dans cette volière cohabitent des aras macaos (Ara
macao
), des aras araraunas (Ara ararauna), des cariamas huppés
(Cariama cristata) et de très rares cassiques verts  (Psarocollus viridis).


Volière des aras
Volière des aras - aout 2010
Volière des ibis rouges
Volière des ibis rouges - aout 2010


Enclos des cochons d'Inde
Enclos des cochons d'Inde - aout 2010
Enclos des poudous
Enclos des poudous - aout 2010


C'est par ces volières que se termine la visite de la zone sud américaine. Le visiteur va  se rendre dans la seconde partie du parc,  le zoo étant divisé en deux par une ligne de chemin de fer.



Flèche

Après avoir traversé le chemin de fer, le visiteur se retrouve
sur une place au milieu de laquelle une caisse de transport a été tran-
sformée en distributeur de billets. Le visiteur se dirige alors sur la
droite pour se rendre dans la zone du continent africain. La première
partie nous conduit au travers de la forêt équatoriale. Les deux premiers
enclos présentent un sol en herbe agrémenté de rochers et planté de
nombreux grands arbres. ces enclos sont occupés par un couple d'okapis
(Okapia johnstoni). Le visiteur quitte alors la zone forêt pour se rendre
dans la savane africaine. Le premier enclos est  une grande volière de con-
tact, inaugurée en 2010, et composée d'une zone en sable, d'un bassin et
d'une zone humide est le lieu d'une cohabitation entre des vautours de
Rüppell (Gyps rueppelli), des vautours à capuchons (Necrosyrtes monachus),
des vautours à dos blanc (Gyps africanus), des calaos terrestres (Bucorvus
leadbeater
), des grues royales (Balearica regulorum), et des marabouts
d'Afrique (Leptoptilos crumeniferus).


Entrée de la zone des forêts congolaises
Entrée de la zone des forêts congolaises - aout 2010



Plaine des girafes
Plaine des girafes - aout 2010
En face de la volière des vautours, on trouve une petite volière au
sol en sable et agrémentée de branchages. Cette installation est le lieu de
vie de tisserins gendarmes (Ploceus cucullatus) et de cailles arlequins
(Coturnix delegorguei). A coté des oiseaux, une  volière est
consacrée à une famille de colobes guérézas (Colobus guereza). Cette
installation, au sol en herbe, est agrémentée de nombreux cordages et
structures en bois. En face des colobes, un grand bâtiment dans lequel se
poursuit la visite, permet aux visiteurs d'observer la clinique vétérinaire
du zoo.
A droite, on peut observer un  enclos de petite taille, recréant une savane
à l'herbe haute. Il est le lieu de vie de servals (Leptallurus serval).
Le visiteur arrive alors au niveau de la grande savane africaine du zoo de
Rotterdam. Cette dernière accueille un groupe reproducteur de girafes
(Giraffa camelopardalis) qui cohabitent avec des grands koudous
(Tragelaphus strepsiceros) et des gazelles de Thomson (Eudorcas
thomsoni
), depuis 2010.


Enclos des okapis
Enclos des okapis - aout 2010
Volière des vautours
Volière des vautours - aout 2010




A l'arrière de l'enclos des servals et jouxtant la plaine des girafes,
on peut voir un autre enclos en sable, lieu de vie de zèbres de Chap-
man (Equus quagga chapmani) et d'autruches (Struthio camelus).
Le visiteur poursuit sa visite en longeant la plaine des girafes et
en empruntant une passerelle en bois. Sur la droite, le visiteur peut observer,
en arrière plan, les pré-parcs et les loges de nuit des gazelles.
Un autre enclos en sable et en herbe, pouvant être divisé en plusieurs parties,
est le lieu de vie et de reproduction de hyènes rayées (Crocuta crocuta).
Le visiteur poursuit sa visite en  entrant dans le bâtiment en bois des girafes.
L'architecture ronde du bâtiment est très originale. On peut y voir
une exposition de photos et les loges de nuits des girafes.
.


Enclos des hyènes
Enclos des hyènes - aout 2010


Enclos des gavials
Enclos des faux gavials - aout 2010
Le sentier bifurque alors sur la droite, en direction d'une serre consacrée
aux milieux secs d'Afrique et aux crocodiliens.
Une fois entré dans cette serre à l'air sec, le visiteur découvre, sur sa
droite et légèrement en contrebas du sentier de visite, un premier en-
clos en sable, agrémenté de quelques faux rochers. Cette installation
est le lieu d'une cohabitation entre des suricates (Suricata suricatta)
et des porcs épics du Cap (Hystrix africaeaustralis).
En face des porcs épics, un autre enclos, composé d'une plage en
sable, d'une zone plantée de palmiers et d'un bassin, est le
lieu de vie d'un couple de faux gavials africains (Crocodylus 
cataphractus
).A coté des faux gavials, un autre enclos, disposant
d'un bassin avec vision sous marine, est consacré à des crocodiles du
Nil (Crocodylus niloticus), des tilapias du Mozambique (Oreochromis
mossambicus
) et des poissons tigres (Hydrocynus vittatus).


Enfin, sur la gauche, un dernier enclos sec, de grande taille,
recrée une zone de falaises. Un sol en sable, agrémenté de
rochers, est traversé par une petite rivière qui fait office de
barrière naturelle. Cette installation est le lieu de vie d'un
oréotrague (Oreotragus oreotragus), de damans des ro-
chers (Procavia capensis) et des tortues à éperons
(Geochelone sulcata).
Le visiteur ressort alors de la serre pour entrer dans une
petite salle. En son centre se trouve un terrarium, au fond du-
quel  une bulle permet au visiteur de mettre sa tête et de voir des
criquets migrateurs (Locusta migratoria). Autour de cette salle,
trois installations au sol en sable, et agrémentées de rochers, sont
occupées, respectivement, par des alectos à  tête blanche
(Dinemellia dinemelli), des gerrhosaures (Gerrhosaurus major)
et des tortues galettes (Malacochersus tornieri).



Enclos des oréotragues
Enclos des oréotragues  - aout 2010
Volière des colobes
Volière des colobes  - aout 2010
Enclos intérieur des girafes
Enclos intérieur des girafes - aout 2010





Mise à jour suite à ma visite du 28 aout 2011 :


Les alectos à  tête blanche qui vivaient dans le premier terrarium, ont été
remplacés par une espèce unique en Europe, une femelle macroscélide
de Peter (Rhynchocyon petersi), arrivée d'un élevage privé. Pour l'oc-
casion, le sol du vivarium a été recouvert de copeaux de bois et agré-
menté de quelques plantes.
Les gazelles de Thompson, sont désormais visibles sur la plaine africaine.
Enclos de la macroscélide
Enclos de la macroscélide - aout 2011


Gazelle de Thompson
Gazelle de Thompson - aout 2011
Macroscélide de Peter
Macroscélide de Peter - aout 2011


Le visiteur ressort de la serre et se retrouve dans une grande volière de contact.



Flèche

Cette première volière, de grande taille, est consacrée à la présen-
tation de la faune aviaire afro-européenne. Le sentier de visite
traverse une  zone en sable et en herbe, puis une zone densément
végétalisée. Un bassin complète l'aménagement intérieur. Dans cette
volière, on peut observer des ibis falcinelles (Plegadis falcinellus),
des rolliers d'Europe (Coracias garrulus), des guêpiers carmins
(Merops rubicus), des guêpiers d'Europe (Merops apiaster),
des huitriers pies (Haematopus ostralegus), des perdrix rouges
(Alectoris rufa), des spatules blanches (Platalea leucorodia),
des érismatures à tête blanche (Oxyura leucocephala), des
sarcelles marbrées (Marmaronetta angustirostris), des blon-
gios nains (Xobrychus minutus) et des pies bleues (Cyanopica
cyanus).
Le visiteur quitte alors cette volière  pour entrer dans une autre
volière consacrée aux zones marécageuses d'Europe.



Volière des spatules blanches
Volière des spatules blanches - aout 2010


Volière des limicoles
Volière des limicoles - aout 2010


Cette  volière, au sol en herbe, est agrémentée d'un grand lac et d'une
palissade en bois recréant un paysage agricole typiquement hollandais.
Cette installation est consacrée à des courlis cendrés (Numenius
arquata), des combattants variés (Philomachus pugnax), des cheva-
liers gambettes (Tringa totanus), des barges à queue noire (Limosa
limosa
), des moineaux friquets (Passer montanus), des avocettes
élégantes (Recurvirostra avosetta), des échasses blanches
(Himantopus himantopus), des alouettes des champs (Alauda
arvensis
), des vanneaux huppés (Vanellus vanellus), des canards
siffleurs (Anas penelope), des canards souchets (Anas clypeata), des
sarcelles d'été (Anas querquedula) et des sarcelles d'hiver (Anas
crecca
).




Volières d'hivernage des oiseaux
Volières d'hivernage des oiseaux - aout 2010
Volière des spatules
Volière des spatules - aout 2010



Flèche

En ressortant de la maison des oiseaux, le visiteur bifurque sur sa
gauche, pour se diriger vers une  serre dans laquelle se poursuit la
visite. Au niveau du sas d'entrée, on découvre une petite installation
en sable, agrémentée de cactus et de branchages.
Cet enclos est occupé par des calaos de Van der Decken
(Tockus decken) et des vanneaux couronnés (Vanellus
coronatus
).
Le visiteur entre alors dans la serre des papillons du zoo de
Rotterdam. Cette installation est densément végétalisée. Le
chemin de visite contourne un îlot central planté de nombreuses et
hautes plantes tropicales. Les espèces présentées dans cette serre
sont des nymphes à ailes blanches (Idea leuconoe), des achaons
écarlates (Papilio rumonzovia), des papillons chouette bleu
(Eryphanis polyxena), des machaons à bandes vertes (Papilio
palinurus
), des clippers bleu (Parthenos sylvia), des flambeaux
(Dryas julia), des grandes piérides disporales (Hebomoia
glaucippe
), des hecoles (Heliconius hecola), ...



Serre des papillons
Serre des papillons - aout 2010
Serre des papillons
Serre des papillons - aout 2010
..., des zebrés (Heliconius charitonius), des ailes oeufs bolinas
(Hypolimnas bolina), des siproetas verts (Spiroeta stelenes),
des prépones à une tache (Archaeoprepona demophon), des
voiliers roses (Prachliopta aristolochiae), des ailes de verres
(Greta oto), des voiliers mormons (Papilio polytes), des voiliers
échiquetiers (Papilio demoleus), des morphos bleus (Morpho
peleides
) et des facteurs (Heliconius melpomena).
Le visiteur ressort alors de la serre des papillons pour poursuivre
la visite sur la gauche, en direction d'un point de vuesur la partie
en herbe de la plaine des girafes. Un village africain y a été recréé.

Le visiteur revient alors sur ses pas jusqu'au niveau de la sortie du
bâtiment des oiseaux limicoles .



Flèche

Sur la droite, le visiteur aperçoit  une grande aire de jeux et
une zone de restauration, le tout réalisé en bois. En face, une grande
installation en herbe, séparée du visiteur par de grandes baies vitrées,
agrémentée de troncs d'arbres, de rochers, de hautes herbes et d'arbres
est occupée par un groupe de gorilles (Gorilla gorilla gorilla).
Un point d'observation couvert permet de voir les gorilles et des
cercopithèques hocheurs à nez blanc (Cercopithecus nictitans
nictitans
), espèce très peu courante en captivité qui occupent une
petite loge au sol en écorces, avec des branchages et des
cordages.
Le visiteur contourne alors l'enclos des gorilles, pour arriver au
niveau d'un cage ronde datant du début du siècle. Cette cage à
gros barreaux a été agrémentée d'un sol en herbe, de troncs et
de cordes. Elle est le lieu de vie d'un groupe reproducteur de
cercocèbes à couronne blanche (Cercocebus torquatus
lunulatus
).


Enclos extérieur des gorilles
Enclos extérieur des gorilles  - aout 2010


Enclos intérieur des gorilles
Enclos intérieur des gorilles - aout 2010
Le visiteur longe la cage des cercocèbes, pour arriver au niveau d'un
grand bâtiment, "Rivièrahal", une serre tropicale qui accueille, outre les
loges des singes, un vivarium et une serre aux oiseaux. Avant d'entrer
dans le bâtiment, le visiteur peut voir une petite volière en arc de cer-
cle, plantée de nombreux bambous. Cette installation est consacrée à
de rares happalémurs du lac d'Alaotra (Hapalemur griseus
alaotrensis
).
En entrant dans la maison, le visiteur découvre une vaste salle où l'on
peut observer les loges intérieures des cercocèbes et celles des gorilles.
Les  loges sont bétonnées et d'architecture ancienne, agrémentées de
cordes et de paille artificielle.
Sur la droite de la salle, et le long du couloir de visite, ont été construites
de petites loges intérieures, occupées par des primates. Ces loges sont
aménagées avec des branchages. La première est le lieu de vie des
happalémurs, tandis que la seconde est consacrée à des tamarins pin-
chés (Saguinus oedipus). Une quatrième fenètre permet aux visiteurs
d'observer la nursery des reptiles du zoo.


Aire de jeux et de restauration
Aire de jeux et de restauration - aout 2010
Cage des cercocèbes
Cage des cercocèbes - aout 2010


Le visiteur arrive alors dans une seconde salle, plus sombre, où se
trouvent deux loges. Ces installations disposent chacune d'une zone
sèche en carrelage et d'un bassin. Des barrières en bois permettent
de séparer les enclos, alors que des palmiers complètent le décor.
Ces enclos sont le lieu de vie et de reproduction d'hippopotames
nains (Hexaprotodon liberiensis). Le visiteur poursuit sa visite
dans le couloir principal pour longer des loges séparées par de
grandes grilles. Des chameaux (Camelus bactrianus) occupent
ces installations la nuit.
Le visiteur bifurque alors sur la droite, pour entrer dans une troisi-
ème pièce densément végétalisée. Les nombreuses plantes tropi-
cales offrent des refuges aux oiseaux présentés en vol libre.


Enclos inétrieur des hippopotames
Enclos intérieur des hippopotames - aout 2010


Zone de vol libre des oiseaux
Zone de vol libre des oiseaux - aout 2010



Les espèces visibles ici sont : des irrisors moqueurs (Phoeniculus
purpureus
), des cailles arlequins (Coturnix delegorguei), des
touracos violets (Musophaga violacea), des spréos superbes
(Spreo superbus), des gouras de Scheepmacker (Goura
scheepmackeri), des shamas à croupion blanc (Copsychus
malabaricus
), des touracos gris (Crinifer piscator), des tou-
racos verts (Tauraco persa persa) et des colious rayés (Colius
striatus
).

Le visiteur ressort alors de la salle des oiseaux, pour arriver dans
la pièce centrale de la bâtisse, qui est également la plus grande et
la plus haute.
Elle accueille le vivarium et l'aquarium d'eau douce du zoo.



Flèche

Sur les murs, le visiteur peut observer un premier bac, recréant une
partie du lac Malawie, avec des zones rocailleuses et des plantes à
longues feuilles. Cet aquarium est occupé par des dauphins bleus
(Cyrtocara moorii), des cichlidés de Forelle (Champsochromis
caeruleus
), des kadangos (Copadichromis borleyi), des cichlidés
aurores (Melanochromis auratus), des cichlidé zèbre rouge
(Pseudotropheus estherae), des cichlidé dormeurs
(Nimbochromis livingstonii), des cichlidés mangeurs d'yeux
(Dimidiochromis compressiceps) et des poissons chats coucous

(Synodontis multipunctatus).
Sur un angle de mur  se trouve un terrarium desertique en sable,
agrémenté de nombreux rochers,  lieu de vie d'égernias à queue
plate (Egernia depressa). Le second terrarium est agrémenté de
plantes et de racines. Il est, pour sa part, occupé par des agames
barbus de Ranks (
Amphibolurus rankeni).
En face des agames et de l'aquarium, se trouve un large vivarium
recréant un désert australien en sable rouge. Cette installation est
occupée par des égernias de Stoke (
Egernia stokesi).




Aquarium des dipneustes
Aquarium des dipneustes - aout 2010

Terrarium désertique des agames
Terrarium désertique des agames - aout 2010
A coté des égernias, un terrarium de petite taille,densément végétalisé
est consacré à la présentation de caméléons du Yémen (Chameleo
calyptratus). Mitoyen aux caméléons, un petit terrarium de style
désertique, est le lieu de vie de geckos à oeil de grenouille (Teratoscincus
keyserlingi).
Des agames rocheux à queue rugueuse (Laudakia stellio picea), oc-
cupent le dernier vivarium de ce pan mural.
Sur un second mur, un grand aquarium recrée une rivière australienne.
Ce bassin est le lieu de cohabitation entre des dipneustes d'Australie
(Neoceratodus forsteri) et des tortues à nez de cochon (Carettochelys
insculpta).
Le visiteur se dirige alors vers un couloir consacré à d'autres espèces de
reptiles. Les deux premiers terrariums sont agrémentés de plantes artificielles,
de racines et de rochers. Le premier est occupé par des dragons à colerette
(Chlamydosaurus kingii), tandis que le second est le lieu d'une cohabitation
entre des agames barbus (Pogona vitticeps) et des scinques rugueux
(Trachydosaurus rugosus).


Aquarium de Rotterdam
Aquarium de Rotterdam - aout 2010
Aquarium de Rotterdam
Aquarium de Rotterdam - aout 2010


Un grand vivarium planté de graminés et agrémenté de racines, est le
lieu de vie de varans à queue épineuse (Varanus acanthurus). Des
varans de Gillen (Varanus gilleni) sont présentés dans un second
terrarium alors que des pythons tapis (Morelia spilota variegata)
occupent la troisième installation.
Le visiteur arrive alors au niveau d'une grande pièce transformée en
terrarium visible à travers une baie vitrée. Cette installation, au sol en
sable, décorée de plantes grasses et de rochers, est le lieu de vie de
rares varans de Komodo (Varanus komodoensis) qui cohabitent
avec des diamants mandarins (Taeniopygia guttata guttata). Trois
varans sont présentés à ce niveau. Il s'agit en fait de trois jeunes nés
à Rotterdam en 2009, ce qui est une première dans ce pays.
Sur la gauche du terrarium des varans, une petite installation, densé-
ment végétalisée, est consacrée à des iguanes des Fidji (Brachylophus
fasciatus). Un second terrarium est,  pour sa part, occupé par des
pythons verts des arbres (Morelia viridis).



Terrarium des jeunes varans de Komodo
Terrarium des jeunes varans de Komodo - aout 2010
Terrarium semi ouvert
Terrarium semi ouvert - aout 2010
Un autre couloir est occupé par divers terrariums. Le premier, relati-
vement sombre,agrémenté de structures en bois, est consacré à des
dragons d'eau verts (Physignathus cocincinus) et à des hydrosaures
pustuleux (Hydrosaurus pustulatus).
Le second terrarium est occupé par des scinques à queue préhensile
(Corucia zebrata). Quatre vivariums sont encore imbriqués sur le mur
de gauche. Les espèces, qui sont présentées ici, sont de rares pythons
annelés (Bothrochilus boa), présentés uniquement à Rotterdam.
Dans le second vivarium vivent des iguanes de Madagascar (Oplurus
grandidieri) et des gerrhosaures (Gerrhosaurus major). Des cnémi-
dores bleus (Cnemidophorus murinus) vivent dans la troisième instal-
lation alors que des iguanes de Roatan (Ctenosaura oedorhina) clo-
turent cette rangée.
En face des reptiles, deux aquariums, l'un sud-américain et l'autre
asiatique présentent plusieurs espèces de poissons.



Le premier, aménagé de quelques rochers et de racines, est occupé par
des poissons arc en ciel de Boesmann (Melanotaenia boesemani),
des sclérophages (Scleropages formosus) et des dipneustes d'Australie
(Neoceratodus forsteri).
Le second aquarium, sud-américain, bien végétalisé est occupé par
des syngnathus (Enneacampus ansorgii) et des tétras cardinalis
(Paracheirodon axelrodi). Un dernier bac est le lieu de présentation
de deux espèces de tortues aquatiques, des tortues à tempes rouges
(Tachemys scripta callirostris) et des tortues boite de Mc Cord
(Cuora mccordi).
Le visiteur se dirige alors vers une  salle où sont présentés des insectes
et des reptiles.

Aquarium des cardinalis
Aquarium des cardinalis - aout 2010



Flèche

Sur la gauche, une grande pièce au sol en sable, plantée de nom-
breuses plantes exotiques, est consacrée à la présentation de varans
de Komodo (Varanus komodensis). Il s'agit en fait du terrarium
hébergeant le couple reproducteur de Rotterdam. Sur le mur de
droite, on trouve un terrarium, au sol en sable, qui accueille des oplures
de Cuvier (Oplurus cuvieri) et des tortues rayonnées (Geochelone
radiata
). Un autre terrarium, plus petit, est consacré à une colonie de
grillons cavernicoles (Phaeophilacris bredoides). Enfin, un dernier
vivarium abrite des geckos tokay (Gekko gecko).
Le visiteur se dirige alors vers un couloir consacré aux amphibiens.
Divers aqua-terrariums sont encastrés dans les murs. Chacun d'eux
est aménagé de plantes tropicales, d'un sol en terre et en mousse et
d'un petit bassin. Le premier est le lieu de vie de dendrobates bleues
(Dendrobates azureus).


Terrarium des varans de Komodo
Terrarium des varans de Komodo - aout 2010




Allée des batraciens
Allée des batraciens - aout 2010
Le second terrarium à batraciens est consacré à des phillobates
jaunes (Phillobates terribilis). Des grenouilles tomates
(Dyscophus guineti) sont présentées ensuite, tandis que le
quatrième vivarium est le lieu de vie de grenouilles pipes (Pipa
pipa
), espèce peu courante en captivité.
Sur le coté droit du couloir, d'autres bacs présentent des son-
neurs à ventre jaune (Bombina variegata) , des dendrobates
fraises (Dendrobates pumilio),des crapauds du Maroc (Bufo
brongersmai
).
Les 6 terrariums suivants sont en terre, agrémentés de mousses et
à l'ambiance humide. Ils sont occupés respectivement par des es-
cargots géants (Achatina fulica), par des blattes géantes (Blaberus
giganteus), par des mygales du Chili (Grammostola rosea), par
des mygales du Mexique (Brachypelma smithi), par des mygales
à genoux oranges (Brachypelma boehmei) et par des mantes
feuilles (Gongylus gongylodes).
Le visiteur est alors invité à entrer dans une partie de la serre
réservée aux oiseaux.



Flèche

Une première zone humide accueille diverses volières. Sur la droite, une
pièce, plantée de nombreuses plantes tropicales, présente des oiseaux en
vol libre. Dans cette salle, on peut observer des bulbuls orphées
(Pycnonotus jocosus), des mainates religieux (Gracula religiosa
intermedia
), des étourneaux gros bec (Scissirostrum dubium) et
des carpophages bicolores (Ducula bicolor).
Le visiteur continue sa visite dans une seconde salle où se trouve une
grande volière tropicale. Elle accueille des calaos bicornes (Buceros
bicornis). Enfin, dans cet alignement, une autre zone de vol libre, relati-
vement étendue, est le lieu de vie de shamas à croupion blanc
(Copsychus malabaricus), de touracos violets (Musophaga violacea),
de garrulax à gorge jaune (Garrulax galbanus), des éperonniers de
Germain (Polyplectron germaini), des perdrix roulrouls (Rollulus
roulroul), des mésias à joues argentées (Leiothrix argentauris) et des
irénées fées (Irena puella).
Au fond de cette pièce, adossée au mur, on découvre une grande
volière consacrée à un couple de calaos papous (Rhyticeros plicatus).





Enclos des éperonniers
Enclos des éperonniers - aout 2010
Volière typique pour toucans
Volière typique pour toucans - aout 2010
Les volières de cette maison sont agrémentées de branchages, racines et
autres plantes tropicales. La première volière est le lieu de vie de toucans
tocos (Ramphastos toco). La volière suivante est consacrée à une fa-
mille de tamarins pinchés (Saguinus oedipus), tandis qu'un second couple
de toucans toco vit dans la troisième volière.
En face, deux autres volières, de grande taille, sont occupées par des
toucans vitellins (Ramphastos vitellinus) pour la première et par des aras
hyacynthes (Anodorhynchus hyacinthinus) pour la seconde. Les aras co-
habitent avec des cassiques huppés (Psarocolius decumanus) et  des
tyrans quiquivis (Pitangus sulphuratus). Des touracos verts (Tauraco
persa persa), des shamas à croupion blanc (Copsychus malabaricus),
des mésias à joues argentées (Leiothrix argentauris) et des tangaras
du Brésil (Ramphocelus bresilius) évoluent en liberté dans cette partie
de la serre.
Le visiteur gagne alors une autre pièce recréant une forêt tropicale.


Au centre de la salle, on trouve une volière de taille moyenne,
lieu d'une cohabitation entre des cacatoès des Molluques
(Cactua moluccensis) et des oedicnèmes d'Australie
(Burhinus magnirostris). Une seconde volière à l'armature
en bois, au sol en terre, et agrémentée de troncs faisant office
de perchoirs, est occupée par des pigeons de Nicobar
(Caloenas nicobarica) d'éperonniers de Napoléon
(Polyplectron napoleonis), de mainates religieux (Gracula
religiosa), de  guit guits céruléens (Cyanerpes caeruleus)
et de sporophiles curios (Oryzoborus angolensis).
Des bulbuls orphées (Pycnonotus jocosus), des tangaras
du Brésil (Ramphocelus bresilius) et des garrulax de Cour-
tois (Dryonastes courtoisi) vivent en liberté dans cette partie.
Le visiteur arrive alors au niveau d'une grand halle, située sous
une coupole en verre, et qui constitue la partie principale du
jardin d'hiver du parc.


Zone de vol libre
Zone de vol libre - aout 2010
Grande coupole
Grande coupole - aout 2010
Directement sous la coupole se trouve un bassin sur lequel se sont
développés des nénuphars géants (Victoria amazonica). Autour de
ce bassin circulaire, différentes volières ont été construites
au milieu d'une végétation dense et tropicale. Chaque volière est
agrémentéede quelques branchages. La première est le lieu d'une
cohabitation entre des tangaras du Brésil (Ramphocelus bresilius)
et des ptilopes à ventre orange (Ptilinopus iozonus). La seconde
installation est consacrée à des perdrix roulrouls (Rollulus roulroul)
et des tyrans quiquivis (Pitangus sulphuratus).
Un peu plus loin dans cette serre, une troisième volière accueille
des ptilopes à cou noir (Ptilinopus melanospila) et des guit guits
céruléens (Cyanerpes caeruleus). La volière voisinede celle
des ptilopes est occupée par des bulbuls orphées (Pycnonotus
jocosus
) et des garrulax de Courtois (Dryonastes courtoisi).



Le visiteur continue de contourner le bassin des nénuphars,
pour découvrir deux autres volières, respectivement consacrées
à la présentation de ptilopes à ventre orange (Ptilinopus
iozonus) pour la première et de ptilopes à cou noir (Ptilinopus
melanospila) qui cohabitent avec des guit guits céruléens
(Cyanerpes caeruleus) pour la seconde.
Des podargues gris (Podargus strigoides) vivent en liberté
dans cette partie de la maison des oiseaux.
Le visiteur ressort alors de la coupole pour repasser devant la
volière des pigeons de Nicobar et quitter la maison des
oiseaux .
Volière des ptilopes
Volière des ptilopes - aout 2010





Mise à jour suite à ma visite du 28 aout 2011 :

Toutes les petites volières de la coupole centrale ont été détruites,
l'ensemble des espèces qui y étaient présentées, vivent aujourd'hui
en liberté dans la serre où sont construites les volières des toucans.

De même, les calaos papous ont également quitté la collection du
zoo, leur volière permet d'enfermer les petites espèces.
Aménagement qui remplace les volières
Aménagement qui remplace les volières - aout 2011

 

Flèche

Le visiteur se trouve alors à nouveau plongé dans un couloir som-
bre, avec, sur les murs de gauche, divers aquarium consacrés à des
amphibiens. Le premier bac, aménagé de divers rochers, est le lieu
de présentation d'axolotls (Ambyostoma mexicanum). Le second
aquarium présente des salamandres du Japon (Cynops ensicauda
popei), le troisième est le lieu de vie de salamandres géantes de
Chine (Andrias davidianus) tandis que le suivant est consacré à
des salamandres terrestres (Salamandra salamandra).
Le dernier bac de cette rangée accueille des lézards crocodiles
(Shinisaurus crocodilurus).
Sur le mur de droite, de petits terrariums présentant diverses es-
pèces d'insectes. On peut ainsi observer, dans le premier, des
cétoines marginées (Pachnoda marginata), l'insectarium suivant
est le lieu de vie de blattes de Madagascar (Gomphadorhina
portentosa). Des scarabés africains (Eudicella smithi) sont pré-
sentés dans le terrarium suivant, tandis que la quatrième installa-
tin est le lieu de vie des réduves africains (Platymeris biguttata).



Vivarium des axolotls
Vivarium des axolotls - aout 2010
Zone plantée du vivarium
Zone plantée du vivarium - aout 2010
Le visiteur revient alors dans le grand hall où se trouve également
un restaurant. Le mur de gauche est percé de quelques terrariums.
Le premier, bétonné, agrémenté de racines et de plantes tropicales,
est occupé par des serpents ratiers malais (Elaphe taeniura ridleyi).
L'installation suivante est un aquarium garni de mousse et occupé par
des poissons couteaux indiens (Chitala chitala) et des crevettes feu
rouge (Neocaridia denticulata sinensis). Le dernier vivarium, bétonné
et agrémenté de branchages, est le lieu de présentation d'un python
du Timor (Python timorensis). En face des pythons, dans un
vivarium semi-aquatique et sem-terrestre, vit une colonie de pois-
sons à quatres yeux (Anableps anableps). Dans une seconde in-
stallation du même type, le visiteur peut observer de rares matas
matas (Chelus fimbriatus). Le terrarium suivant, également en
eau, est occupé par des crapauds bicolores (Bufo guttata) et
des crapauds masqués (Bufo melanostictus).


Dans un terrarium suivant, densément végétalisé, on peut observer
des pythons verts (Coralluscaninus). Un aquarium, débouchant
sur une plage en béton, est le lieu de vie de poissons roseaux
(Erpetoichthys calabaricus) et des loricarias (Sturisoma
aureum
).
Un vaste vivarium en sable, au milieu duquel se dressent de faux
rochers, est consacré à la présentation de varans bigarés de Lace
(Varanus varius).
En face du terrarium des varans, une petite mare, que le visiteur
franchit par un pont, s'insère dans la zone végétalisée.
Ce bassin à l'eau claire, agrémentée de quelques racines, est le lieu
de vie de raies à aiguillon (Potamotrygon motoro), de ,
poissons aligators (Lepisosteus oculatus), de lépisostes os-
seux (
Lepisosteus osseus), d'esturgeons sableux
(Scaphirhynchus platorynchus), de barbottes brunes
(Ameiurus nebulosus), des tortues à tempes jaunes (Trachemys
scripta scripta) et de graptémys (Graptemys
pseudogeographica
).




Bassin des poissons
Bassin des esturgeons - aout 2010


Terrarium des iguanes d'Utila
Terrarium des iguanes d'Utila - aout 2010
Le visiteur revient sur le sentier bordant le terrarium des varans bigarés,
pour découvrir un aquarium consacré à quelques cichlidés Managua
(Cichlasoma managuensis). Le terrarium suivant est consacré à des
boas terrestres de Madagascar (Acrantophis dumerili).
Un second vivarium, en béton, agrémenté de plantes tropicales, d'écor-
ces et de racines, est le lieu de vie de boas canins de Madagascar
(Sanzinia madagascariensis). Le visiteur arrive alors au niveau d'un
pan de mur sur lequel se trouvent de nombreux vivariums, tous
aménagés comme celui des boas canins. Le premier est consacré à des
serpents à queue rouge (Gonyosoma oxycephala), le second l'est par
des serpents ratiers malais (Elaphe taeniura ridleyi), tandis que le troi-
sième est le lieu de vie de couleuvres de San Francisco (Thamnophis
sirtalis tetrataenia).
De rares et vénimeux serpents mocassins à tête cuivré (Agkistrodon
contortrix), alors que des lézards caïmans (Dracaena guianensis)
sont présentés dans le dernier petit terrarium.
Le visiteur arrive alors au niveau de la pièce centrale où se trouve le
restaurant de la serre.





Flèche

Au niveau de cette pièce, on peut observer trois grands terrariums
de plusieurs mètres de longueur, au sol en sable, agrémentés de
plantes grasses, de rochers et de racines, consacrés à plusieurs es-
pèces de varans.
Le premier est le lieu de vie de varans de Salvatore des Phillipines
(Varanus salvator cummingi), le second est occupé par des
varans bigarrés (Varanus varius), le dernier est consacré à des
tortues grecques (Testudo graeca graeca).
Le visiteur bifurque alors sur la gauche, dans un couloir sombre,
qui le conduit vers un terrarium semi aquatique, agrémenté de nom-
breuses racines. Ce dernier est le lieu de vie de tortues serpents
de Mc Cordi (Chelodina mccordi) qui cohabitent avec des
tortues pointillées noires (Geoclemys hamiltonii).
Le visiteur emprunte alors le couloir de gauche.


Terrarium des varans bigarrés
Terrarium des varans bigarrés - aout 2010



Aquarium des pacus
Aquarium des pacus - aout 2010
Sur la gauche, on peut observer un terrarium aménagé de la même façon que
ceux des varans observés précédemment. Ce vivarium est le lieu de vie d'ig-
uanes d'Utila (Ctenosaura bakeri), espèce peu courante en captivité. En face
des iguanes, le visiteur découvre un grand bac semi ouvert,
recréant un bras de l'Amazone, dans lequel cohabitent des tortues géantes
des rivières (Podocnemis expansa), des tortues à nez de cochon
(Carretochelys insculpta), des pacus argentés (Mylossoma duriventre),
et des raies à aiguillon (Potamotrygon motoro).
Une vitre permet au visiteur d'observer une autre partie de la nursery
du zoo.
Un dernier bac situé dans cette allée, est le lieu de vie d'un groupe de sala-
mandres terrestres (Salamandra salamandra).
La suite de la visite nous conduit à revenir sur nos pas jusqu'au terrarium
des iguanes d'Utila, de bifurquer sur la gauche, pour passer devant la pre-
mière partie végétalisée consacrée aux oiseaux et arriver à nouveau dans la
galerie des loges des hippopotames nains.


Le visiteur longe alors les loges des hippopotames puis celles des chameaux, pour quitter la serre principale du parc. A la sortie, le visiteur peut se prélasser sur la terrasse du restaurant et découvrir une oeuvre décorative en bois.



Flèche

Le visiteur poursuit alors sa visite à travers la savane africaine.
Le premier enclos alterne les zones en herbe et les zones en sable.
Des rochers et des troncs d'arbre complètent l'installation séparée
du visiteur par des barrières en bois.
Cette installation est occupée par un groupe reproducteur d'ad-
dax (Addax nasomaculatus). Sur sa gauche, en arc de cer-
cle, le visiteur longe une série de grands plateaux en herbe, de
conception ancienne.
Le premier plateau est le lieu de vie du groupe des chameaux
(Camelus bactrianus).
Dans le prolongement de l'enclos des addax, une autre plaine,
comparable en terme de conception, est consacrée à la pré-
sentation d'un groupe reproducteur de gazelles de Mhorr
(Gazella dama mhorr).
Le second plateau en sable, agrémenté d'un bassin et planté
de grands arbres, est le lieu de vie des hippopotames pygmés
(Hexaprotodon liberiensis).



Enclos des addax
Enclos des addax - aout 2010

Enclos des phacochères
Enclos des phacochères - aout 2010
Voisine de l'enclos des hippopotames, une installation entièrement en
sable, est consacré à un couple de phacochères (Phacochoerus
africanus
). Le visiteur emprunte alors un sentier végétalisé, pour
découvrir une des anciennes cages pour gorilles, occupée par les
mangabeys, puis revient au niveau de l'enclos extérieur des gorilles
et de l'aire de jeux.
A ce niveau, le visiteur se dirige sur la gauche et quitte la zone afri-
caine. Un premier enclos de grande taille, recréant une forêt de feuil-
lus est occupé par une meute de loups d'Europe (Canis lupus lupus).
La suite de la visite nous amène vers un second enclos forestier, au
sol naturel, séparé du visiteur par un fossé sec,  lieu de vie d'un
troupeau de rennes d'Europe (Rangifer tarandus fennicus).
La visite se poursuit en traversant une petite forêt, avant de rencontrer
un complexe de volières. Celle de droite, en herbe et en terre,
plantée de quelques arbres, est le lieu d'évolution de wallabies bi-
colores (Wallabia bicolor). La seconde, sur la droite, est consacrée
à des hiboux grands ducs (Bubo bubo).


Plateau des chameaux
Plateau des chameaux - aout 2010
Ancienne cage des gorilles
Ancienne cage des gorilles - aout 2010


Enclos des loups
Enclos des loups - aout 2010
Enclos des rennes
Enclos des rennes - aout 2010


Volière des hiboux et des wallabies
Volière des hiboux et des wallabies - aout 2010
Enclos des wallabies
Enclos des wallabies - aout 2010





Mise à jour suite à ma visite du 28 aout 2011 :


Au niveau de la place située après les volières des hiboux, un enclos
de contact en herbe héberge le grand groupe de wallabies bicolores
du zoo.

Leur volière est aujourd'hui le lieu de vie de wallabies agiles
(Macropus agilis).
Enclos de contact des wallabies
Enclos de contact des wallabies - aout 2011



Flèche

La visite se poursuit alors  au sein de la forêt, avant d'arriver
sur une grande place où se trouve la seconde entrée du zoo.
A coté de celle-ci, un grand bassin est accolé à une plage en terre et
en herbe. Cette installation de grande taille est le lieu de vie d'une
colonie de flamants roses (Phoenicopterus roseus), de hérons
gris (Ardea cinerea), de hérons bihoreaux (Nycticorax nycticorax),
de mouettes rieuses (Larus ridibundus), de goélans argentés
(Larus argentatus), d'eiders à duvet (Somateria mollissima), de
souchets (Anas clypeata), et de canards colverts (Anas
platyrhynchos).
La suite de la visite nous conduit vers la partie ancienne du zoo, où
se trouvent des enclos à fauves et diverses cages entourant une
rotonde.
Les cages, ont aujourd'hui été transformées en volières, au sol en
cailloux et plantées de conifères. Deux d'entre elles sont vides, les
suivantes sont occupées par des chouettes harfangs des neiges
(Nyctea scandiaca).



Enclos des flamants roses
Enclos des flamants roses - aout 2010
Maison des fauves et volière des civettes
Maison des fauves et volière des civettes - aout 2010


Le visiteur arrive alors au niveau de l'entrée de la rotonde, devant
laquelle se dresse une haute volière, au sol en écorce, et agrémentée de
branchages et de troncs d'arbres. Cette volière est le lieu de vie de civet-
tes de Malaisie (Viverra tangalunga), espèce hébergée dans 3 parcs
européens.
En entrant dans la rotonde, le visiteur découvre des loges intérieures
bétonnée et à gros barreaux. Ces loges accueillent les civettes et des
lions d'Asie (Panthera leo persica).
Le visiteur ressort de la maison des lions et se dirige sur la gauche, pour
voir le plateau extérieur de ces grands fauves. Ce plateau en sable, légè-
rement en pente, planté d'arbres, est agrémenté de rochers. La séparation
du visiteur se fait par un grand mur et un fossé en eau.
Le visiteur revient alors au niveau de l'entrée du bâtiment des lions. Face
à ce batiment se trouve un complexe de volières.


Les trois premières volières sont consacrées à des ratons laveurs
(Procyon lotor).
Les deux volières suivants hébergent un grand groupe de renards
polaires (Alopex lagopus). Ces deux volières, au sol en terre, sont
plantées de conifères et de quelques feuillus. Des troncs d'arbres,
des rochers, des bassins complètent ces aménagements.
Les volières des renards se situent sur une grande place où l'on
peut voir la volière extérieure des happalémrus, une seconde
entrée vers le vivarium déja visité. On découvre un nouvel enclos
densément vétégalisé, planté de grands et vieux arbres, séparé
du visiteur par un fossé en eau. Cet enclos est occupé par des
petits pandas (Ailurus fulgens).
Le visiteur revient alors à l'enclos des flamants roses.
Enclos des ratons laveurs
Enclos des ratons laveurs - aout 2010


Loges des lions
Loges des lions - aout 2010
Enclos extérieur des lions
Enclos extérieur des lions - aout 2010


Civette de Malaisie
Civette de Malaisie - aout 2010
Volière typique pour chouettes
Volière typique pour chouettes - aout 2010






Mise à jour suite à ma visite du 28 aout 2011 :


La rotonde qui accueillait les cages des ratons laveur et des renards
polaire a été totalement détruite et a laissé sa place à un jardin
minéral.
Jardin minéral
Jardin minéral - aout 2011



Flèche

A coté de l'enclos des flamants roses, le visiteur est invité à voyager
vers un nouveau continent, représenté à Rotterdam par une multi-
tude de bambous : le visiteur entre en Asie.
Le début de la visite fait bifurquer le visiteur à gauche,
pour découvrir un temple chinois, accolé à une volière et camouflé
derrière une barrière de bambous. Cette installation est le lieu de
vie de langurs de François (Trachypithecus francoisi francoisi).
Cette espèce de primates, très peu représentée en captivité, oc-
cupe à Rotterdam, une volière tendue de cordages et de structures
en bois. Les loges intérieures, localisées dans le temple chinois,
sont plantées de quelques bambous, et aménagées de bois et de
cordes.
Le visiteur revient alors sur le sentier principal. Il est invité à entrer
dans un petit bosquet dans lequel on été construites deux volières,
plantées de quelques arbres et consacrées à des rapaces.



Temple des langurs de Java
Temple des langurs de Java - aout 2010

Volière des chouettes
Volière des chouettes - aout 2010
La première volière est le lieu de vie de chouettes épervières (Surnia
ulula), tandis que la seconde est le lieu de présentation de chouettes
lapones (Strix nebulosa).
En face des chouettes, une vaste volière, naturelle, au sol en herbe et
en terre, densément végétalisée et agrémentée de troncs d'arbres, est
le lieu de vie de panthères de l'Amour (Panthera pardus orientalis).
Deux points de vue permettent aux visiteurs d'observer cette vaste in-
stallation. La visite se poursuit sur un ponton permettant de traverser
un lac de taille moyenne, entouré par de la végétation. Sur la droite,
au centre du lac, se trouve une petite île en terre. Un groupe de
pélicans frisés (Pelecanus crispus) évolue sur le lac en compagnie de
cormorans (Phalacrocorax carbo), de garrots à oeil d'or (Bucephala
clangula), de harles piettes (Mergellus albellus) et de harles bièvres
(Mergus merganser).
En face, sur la coté gauche du ponton, un enclos à l'herbe haute, de
type zone humide, est le lieu d'évolution d'un couple de grues de
Mandchourie (Grus japonensis).


Enclos des panthères de l'Amour
Enclos des panthères de l'Amour - aout 2010
Lac des pélicans
Lac des pélicans - aout 2010


Le visiteur arrive alors dans la zone asiatique consacrée aux espèces
originaires des Philippines. Cette partie s'organise autour d'un bâtiment
central et s'insère dans une végétation dense. Le premier enclos, situé
sur la gauche, est boueux et bien ombragé. Il est consacré à une espèce
de suidés (famille des cochons), peu représentée en captivité: les sangliers
des Visayas (Sus cebifrons). Camouflée dans la végétation,  une
petite volière accueille des chats rubigineux (Prionailurus rubiginosus).
En face des chats, une seconde volière, très végétalisée, est occupée par
des calaos festonnés (Aceros undulatus) et par des garrulax à huppe
blanche (Garrulax leucolophus).
Le visiteur est  invité à entrer dans la maison des Philippines, grande
maison en bois où se trouve une exposition sur les menaces qui pèsent
sur les espèces asiatiques.


Enclos des sangliers
Enclos des sangliers - aout 2010


Loge des antilopes cervicapres
Loge des antilopes cervicapres  - aout 2010
Au sein de cette maison, on peut également observer les loges intérieures
des animaux. Outre les loges en terre des sangliers et des chats rubigineux,
le visiteur peut y observer une vaste étable consacrée aux antilopes
cervicapres (Antilope cervicapra). La loge suivante, tendue de cordages,
est le lieu de vie de macaques ouandérous (Macaca silenus). La dernière
loge de cette maison estsemblable à celle des antilopes, bien que plus petite.
Cette loge est le lieu de présentation de cerfs du Prince Alfred (Cervus
alfredi
).
Le visiteur ressort  de la maison des Philippines, soit au niveau des volières
des calaos et de la volière des chats rubigineux, soit au niveau du second
point de vue sur l'enclos des sangliers.
On se dirige ensuite sur la gauche en direction d'une cabane en bois : la "Longe
House", qui surplombe une grande plaine en herbe, occupée par les antilopes
cervicapres (Antilope cervicapra), qui cohabitent avec des bantengs
(Bos javanicus).
Au bas de cette maison,  recréant un habitation typique de la jungle in-
donésienne, se trouve une petite volière occupée par des coqs de
Bankiva (Gallus gallus).


Le visiteur revient alors sur ses pas pour entrer à nouveau dans
la maison des Philippines et ressortir au niveau de l'enclos des
sangliers.qu'il longe sur la partie boueuse des sangliers des Visaya.
Le visiteur découvre, sur la droite, un enclos engazonné, mi-ouvert,
mi-forestier, qui constitue l'enclos extérieur des cervidés.
Un peu plus loin , une volière de taille moyenne,construite à coté
d'une mare, entourée de végétation haute et des troncs d'arbres.
Cette installation abrite un couple de chats pêcheurs (Prionailurus
viverrinus
).
Le visiteur revient alors sur le sentier principal, pour entrer dans la
partie correspondant au jardin chinois du zoo. Ce grand jardin est
aménagé autour d'un lac, et est agrémenté de bonsaïs.
Accolé à un des murs des bâtiments du jardin chinois, un
petit enclos planté de quelques conifères et agrémenté d'un
bassin est le lieu de vie de loutres européennes (Lutra lutra).
Jardin chinois
Jardin chinois - aout 2010


Volière des langurs
Volière des langurs - aout 2010
Jardin chinois
Jardin chinois - aout 2010


Volière des chats pêcheurs
Volière des chats pêcheurs - aout 2010
Volière des calaos
Volière des calaos - aout 2010


Le visiteur ressort alors du jardin chinois au niveau de la volière des chats pêcheurs.



Flèche

A ce niveau, la visite se poursuit sur la gauche, pour arriver au
niveau d'un petit enclos délimité par un mur rocheux, à l'herbe
dense et haute, et planté de quelques érables du Japon. Cet
enclos est le lieu de vie de l'espèce phare du zoo de Rotterdam:
le cerf élaphode de Chine (Elaphodus cephalophus), espèce
très peu représentée en captivité.
Le visiteur bifurque alors sur la droite, en direction d'un chemin
en bois, caché par des massifs de bambous. Ce sentier, tra-
verse une zone humide, longeant de petits enclos disposant
chacun d'un bassin et d'une plage de terre plantée de saules et
de bambous. Le premier enclos est occupé par des sarcelles
à faucilles (Anas falcata), par des nettes rousses (Netta
rufina
), par des canards mandarins (Aix galericulata) et par
des grues à cou blanc (Grus vipio).
Au détour d'un virage, le visiteur découvre une grande ile au
sol en herbe, tendue d'agrès, de rochers et de troncs d'arbre.



Enclos des élpahodes
Enclos des élaphodes - aout 2010
Volière des pygargues
Volière des pygargues - aout 2010



Cette île est le lieu de vie d'un groupe de macaques à crète (Macaca
nigra). En face de l'ile des macaques, une grande volière dans
laquelle le visiteur peut entrer, est occupée par des pygargues de Steller
(Haliaeetus pelagicus).
La visite se poursuit sur le ponton et longe la grande île des
macaques. Sur la gauche du ponton, un enclos de taille moyenne,
au sol en terre, mais peu planté, et agrémenté d'un grand bassin, est
le lieu de vie d'une colonie de loutres naines (Aonyx cinerea).
L'enclos suivant, identique à celui des sarcelles, est le lieu de vie
d'un petit groupe de grues demoiselles (Anthropoides virgo).
Le visiteur va alors entrer dans une vaste volière de contact.
Ile des macaques nègres
Ile des macaques nègres - aout 2010
Sentier des grues
Sentier des grues - aout 2010



Flèche

Cette grande volière se compose d'une cascade qui tombe dans un
bassin, d'une zone densément végétalisée recréant une forêt et
d'une zone dégagée en herbe.
Un grand pont suspendu permet au visiteur de surplomber la volière.
Cette installation est le lieu de vie de sarcelles baïkals (Anas
formosa), de dendrocygnes fauves (Dendrocygna bicolor), d'éris-
matures à tête blanche (Oxyura leucocephala), de faisans dorés
(Chrysolophus pictus), de lophophores resplendissants
(Lophophorus impeyanus), de grues demoiselles (Anthropoides
virgo
), d'ibis à tête noire (Threskiornis melanocephalus), de
hérons bihoreaux (Nycticorax nycticorax), d'aigrettes garzettes
(Egretta garzetta).
Le visiteur ressort alors de la volière, pour entrer dans une grotte
noctarium, abritant les  loges de nuit des oiseaux ainsi qu'un enclos
consacré à des civettes de Malaisie (Viverra tangalunga). Dans
cette grotte, on trouve également une installation occupée par des
roussettes de Nouvelle Guinée (Aproteles bulmerae).




Grande volière des aigrettes
Grande volière des aigrettes - aout 2010

Loge intérieure des rhinocéros
Loge intérieure des rhinocéros  - aout 2010
Le visiteur quitte alors la grotte et la volière pour se diriger vers "Taman
Indah", installation consacrée à la jungle de Malaisie. Un grand bâtiment
recréant un temple indien, noyé dans la végétation, marque l'entrée de ce
secteur. Le visiteur est  invité à pénétrer dans ce grand bâtiment à l'ambiance
chaude et humide.
La maison, aménagée de faux décors recréant racines d'arbres et rochers,
est également plantée de grands arbres. Sur la droite de l'entrée, deux
petites loges, au sol en sable, agrémentées d'un petit bassin, sont occupées
par un couple de rhinocéros indiens (Rhinoceros unicornis). A coté des
loges des rhinocéros, un aquarium visible à travers une grande vitre, ac-
cueille des poissons chats Sutchi (Pangasius hypophthalmus), des re-
quins argentés (Balantiocheilus melanopterus), des sclérophages d'Asie
(Scleropages formosus) et des gouramis géants (Osphronemus
goramy
).
A coté de l'aquarium, une loge comparable à celle des rhinocéros, est le
lieu de vie de tapirs indiens (Tapirus indicus), qui se reproduisent régu-
lièrement à Rotterdam.


Ponton de la grande volière
Ponton de la grande volière - aout 2010
Temple indien
Temple indien  - aout 2010


En face de la loge des tapirs, une haute volière, entourée d'un escalier,
est le lieu de vie d'étourneaux de Bali (Leucopsar rotschildii), de
mainates religieux (Gracula religiosa) et de rares éperonniers de
Germain (Polyplectron germaini).
Au fond de la maison, derrière une grande baie vitrée, une vaste loge,
est agrémentée de nombreux cordages et troncs en bois. Cette
loge abrite des civettes de Malaisie (Viverra tangalunga) et des
gibbons à mains blanches (Hylobates lar).
Au centre de la bâtisse, sous l'escalier qui  permet d'accéder à une
terrasse panoramique, on trouve un grand terrarium agrémenté de
plantes artificielles et d'un bassin. C'est le lieu de vie de pythons in-
diens (Python molurus bivittatus).
A droite de l'entrée se trouve un grand enclos bétonné, com-
posé d'une partie commune, et de boxes individuels. Un
bassin complète ces loges. Cette installation est le lieu de vie du
troupeau d'éléphants asiatiques (Elephas maximus) de Rotterdam.



Enclos intérieur des éléphants
Enclos intérieur des éléphants - aout 2010
Volière des chats manuls
Volière des chats manuls - aout 2010

Un dernier terrarium est consacré à des phasmes feuilles (Phyllium
pulchrifolium).
Le visiteur ressort  de la maison indienne, au niveau de l'entrée.
La visite se poursuit sur la gauche, en direction d'un grand enclos
naturel, en terre et en herbe, agrémenté d'un bassin et de rochers.
Cette installation pouvant être séparée en deux parties, constitue
l'enclos extérieur des rhinocéros.
En face de l'enclos des rhinocéros, un petit complexe de deux vo-
lières, visibles à travers des baies vitrées, sont consacrées à la pré-
sentation de gerbilles de Mongolie (Meriones unguiculatus) et de
chats manuls (Otocolobus manul).
Leurs installations sont rocheuses et agrémentées de quelques or-
ties et autres végétaux.



Flèche

Le visiteur poursuit sa visite en Asie, pour découvrir, sur sa droite,
une grande plaine en herbe et en sable, garnie de rochers. Cette
plaine asiatique est occupée par une groupe reproducteur d'onag-
res (Equus hermionus onager). Des chameaux (Camelus
bactrianus) devraient  venir cohabiter avec les onagres.
Le visiteur emprunte alors un sentier en bois sillonnant à travers
une végétation dense, typique des zones humides, pour arriver à
un enclos en sable, planté de quelques arbres et séparé
du visiteur par un petit fossé d'eau. Cet enclos est le lieu de vie
d'une harde de cerfs sikas du Vietnam (Cervus nippon
pseudaxis).
Le visiteur revient alors sur le sentier principal, pour arriver à
une aire de restauration. A son coté  se dresse une fosse
d'où s'élève un pan rocheux. Cette installation rocailleuse
est le lieu de cohabitation entre des macaques rhésus (Macaca
mulatta) et de rares takins du Sichuan (Budorcas taxicolor
tibetana).



Plaine des onagres
Plaine des onagres - aout 2010

Ile des macaques de Tonkéan
Ile des macaques de Tonkéan - aout 2010
Cette espèce de capriné, espèce peu courante en captivité, n'est
présenté que dans 5 parcs européens, dont deux français. Tous
les individus captifs sont issus de l'élevage hollandais.
Le visiteur poursuit  sa visite en empruntant le sentier situé
entre l'enclos des onagres et celui des antilopes cervicapres. En
bifurquant légèrement sur la gauche, le visiteur longe la plaine des
bantengs et découvre une volière plantée de conifères. Elle est le
lieu de vie de lophophores resplendissants (Lophophorus
impeyanus), d'étourneaux de Bali (Leucopsar rotschildii), de
mainates religieux (Gracula religiosa) et de paddas (Padda
oryzivora).
La visite se  poursuit par l'ile des macaques ouandérous (Macaca
silenus
). Leur île, densément végétalisée,est plantée de hautes herbes
et tendue de structures en bois.
Le visiteur revient alors à l'enclos des cerfs élaphodes, pour se diriger
vers le grand lac central du zoo.


Plaine des bantengs
Plaine des bantengs - aout 2010
Enclos des takins
Enclos des takins - aout 2010


Le grand lac est le lieu de vie d'une multitude d'espèces d'anatidés,
parmis lesquelles ont peut citer les tadornes de Belon (Tadorna
tadorna), les nettes rousses (Netta rufina), les oies rieuses
(Anser albifrons), des oies cendrées (Anser anser), les canards
colverts (Anas platorhynchus)...
Le visiteur emprunte alors un grand pont en bois. Sur la droite,
en contre-bas, un plateau en sable, agrémenté d'une structure en
bois, peu végétalisé, est le lieu d'évolution d'un groupe de makis
catta (Lemur katta). Le pont marque la frontière l'Afrique et
l'Asie, puisque sur la droite, un grand enclos à l'architecture mo-
derne, planté de nombreux massifs de bambous et d'autres ar-
bres, est le lieu de vie d'un couple de tigres de Sumatra
(Panthera tigris sumatrensis) et de leurs jeunes nés en 2010.
Cette installation se compose de deux enclos qui peuvent
être mis en commun ou séparés.
En descendant le pont, le visiteur fait face à un petit enclos rond,
séparé du visiteur par un fossé d' eau et planté d'un grand arbre
et de nombreux arbustes.




Grand lac
Grand lac - aout 2010

Enclos principal des éléphants
Enclos principal des éléphants - aout 2010
Cet enclos est le lieu de vie d'une colonie de mangoustes fauves
(Cynictis penicillata). A l'arrière de la rotonde des mangoustes,
une passerelle permet au visiteur d'admirer la plaine en sable des
zèbres de Chapmann (Equus quagga chapmani) et des autru-
ches (Struthio camelus).
Le visiteur emprunte alors un chemin en terre sinuant dans  une
forêt de bambous. Le parcours est jonché de panneaux pédago-
giques sur le tigre, les mammifères d'Asie, les menaces qui pesent
sur la biodiversité.
Sur ce sentier, on peut également revoir l'enclos des tigres et
leurs loges intérieures.
La visite se poursuit  dans la forêt de bambous, , pour bifurquer à
gauche, en direction d'une vaste plaine en sable où alternent bacs à
sable, zones plantées de grands arbres et rochers. Cette plaine
constitue l'enclos extérieur des éléphants d'Asie (Elephas maximus).



Enclos des tigres
Enclos des tigres - aout 2010
Plateau des makis cattas
Plateau des makis cattas - aout 2010



Flèche

Le visiteur longe l'enclos des éléphants, enclos relativement vaste,
qui accueille une famille de 5 femelles, d'un mâle et du jeune né
en juillet 2010. Au bas de l'enclos des éléphants, on trouve le
bassin extérieur des animaux. A coté du bassin, le visiteur peut
voir l'enclos de séparation du mâle  Timbo.
En face de l'enclos des éléphants, le visiteur découvre un enclos
planté de nombreux arbres, au sol boueux, consacré aux tapirs
indiens. Deux enclos forment le complexe de ces perrissodac-
tyles.
A l'arrière de l'enclos des tapirs, le visiteur découvre une volière
de grande taille, placée à l'abris de grands arbres, et consacrée
à la présentation de chats dorés d'Asie (Profelis temmincki).
Le visiteur arrive alors au niveau d'un autre restaurant du zoo.
La terrasse du restaurant débouche sur un bâtiment ancien en
verre.


Volière des chats dorés d'Asie
Volière des chats dorés d'Asie - aout 2010
Enclos des potamochères
Enclos des potamochères - aout 2010
Ce bâtiment abrite les boxes des okapis. Trois boxes composent les loges
de nuit de cette espèce fragile. Le visiteur ressort de la maison des okapis,
et regagne le continent africain, dans la zone consacrée aux forêt humides
du continent noir.
Sur la droite, un enclos de taille moyenne, au sol en terre, agrémenté de
quelques troncs d'arbre morts et d'arbustes, est le lieu de vie d'une famille
de potamochères (Potamochoerus porcus). Sur la gauche, on trouve un
autre enclos consacré aux okapis.
Le visiteur poursuit sa visite en longeant l'enclos des potamochères pour
découvrir, sur la gauche, une vaste plaine en herbe, agrémentée de quel-
ques arbres. Cet enclos est occupé par une des plus grandes antilopes
qui occupent les forêts humides: le bongos (Tragelaphus eurycerus).
Dans le prolongement des bongos, un petit enclos, densément végétalisé,
est consacré à une famille de dik diks de Kirk (Madoqua kirkii).





Le visiteur revient alors au niveau du pont séparant les deux
parties du parc.
A ce niveau, un sentier situé sur la droite nous conduit vers la
mini ferme du zoo. Cette mini ferme est un enclos de contact,
dans lequel cohabitent cochons du Vietnamm (Sus scrofa),
chèvres de Numibie (Capra hircus) et chèvres naines
(Capra hircus).
Le visiteur revient alors sur ses pas et passe du coté américain
du zoo jusqu'à l'enclos des loups à crinière et des chiens de
prairie.
Mini ferme
Mini ferme - aout 2010


Enclos des okapis
Enclos des okapis - aout 2010
Enclos des dik-diks de Kirk
Enclos des dik-diks de Kirk - aout 2010


Maison des okapis
Maison des okapis - aout 2010




Mise à jour suite à ma visite du 28 aout 2011 :


L'enclos des chats dorés d'Asie a été démolie et un nouveau com-
plexe devrait être érigé à son emplacement.

En face de la mini ferme et de l'enclos de contact des moutons,
a été construite une volière accolée à une loge intérieure visible à
travers des baies vitrées. L'installation, agrémentée de branchages
est le lieu de vie d'une colonie d'inséparables de Lilian (Agapornis
lilianae
).
Volière des inséparables
Volière des inséparables - aout 2011



Flèche

En face de l'enclos des bisons, un petit sentier bifurque à droite.
Ce chemin conduit le visiteur vers un enclos en herbe, planté de
quelques arbres et occupé par des tortues géantes des Galapagos
(Chelonoidis nigra). En face des tortues, un petit enclos en sable,
planté de cactus et agrémenté de racines, est consacré à la présen-
tation de renards véloces (Vulpes velox velox).
Le visiteur poursuit sa visite jusqu'à  la grande place faisant suite
à l'entrée.
Un dernier chemin nous conduit sur la droite, pour découvrir une
grande installation en faux rochers, constitué d'un bassin avec vi-
sion sous marine et d'une plage bétonnée. Cet enclos est consacré
à la présentation d'un groupe d'otaries de Californie (Zalophus
californianus).
Le visiteur se dirige alors vers un grand bâtiment en bois,
l'Oceanium, qui accueille l'aquarium du parc.


Enclos des tortues géantes
Enclos des tortues géantes - aout 2010
Volière des mouettes et des pinguoins
Volière des mouettes et des pinguoins - aout 2010


Avant d'entrer dans l'aquarium, un enclos visible à travers des baies
vitrées, recrée une falaise des bords de mer. Cette installation dis-
pose également d'un bassin et est occupée par des oiseaux marins,
pour la plupart très rares en captivité. On peut y observer des ma-
careux moines (Fratercula arctica), des petits pingoins (Alca
torda), des mouettes tridactyles (Rissa tridactyla), des Guillemot
de Troïl (Uria aalge), des eiders à duvet (Somateria mollissima),
des bars communs (Dicentrarchus labrax) et des dorades royales
(Sparus auratus).
A droite de l'entrée, un bac en eau est consacré à la présentation de
petits oursins verts (Psammechinus miliaris), des bigorneaux
(Littorina littorea) et des oeillets de mer (Metridium senile).
Le visiteur entre alors dans l'Oceanium, pour découvrir les fonds
marins.
Entrée de l'Océanium
Entrée de l'Océanium - aout 2010
Enclos des otaries
Enclos des otaries - aout 2010


Une première salle, éclairée par une vitre qui offre une vision sur la
volière des macareux, dispose, en son centre, d'un bac en faux ro-
chers, dans lequel vivent des oeillets de mer (Metridium senile),
des anémones cylindriques (Cerianthus membranaceus), des anémo-
nes dahlias (Tealia ferina), des oursins marins (Echinus esculentus),
des poulpes (Octopus vulgaris), des anémones roses (Actima
oquirra
), des anémones de mer (Anemonia viridis) et des soles car-
relets (Pleuronectes platesa).
Un autre bac, situé dans cette salle, imbriqué entre des faux rochers
et la vitre de la volière des mouettes, recrée  un bord de plage et
est le lieu d'une cohabitation entre des homards (Homarus
gammarus), des tourteaux de la mer du Nord (Cancer pagurus)
et des gobis noirs (Gobius niger), des grands athérines (
Atherina
presbyter
) et des petits athérines (Atherina boyeri).
Une cascade recréant des vagues est également présentée dans
cette salle.


Bac des tourteaux
Bac des tourteaux - aout 2010
Bac récifal
Bac récifal - aout 2010


Le visiteur se dirige alors vers une zone de l'aquarium où se trouve
un bac rocailleux relativement sombre et non planté, représentant la
mer du Nord. Il est occupé par des chinchards (Trachurus trachurus),
des raies blondes (Raja brachyura), des raies bouclées (Raja
clavata
), des soles carrelets (Pleuronectes platesa), des anémones
roses (Actima oquirra), des rousettes chats marins (Scyliorhinus
stellaris
)
, des petites roussettes (Scyliorhinus canicula), des
mulets lippus (Chelon labrosus), des tascauds communs
(Trisopterus luscus), des bars communs (Dicentrarchus labrax),
des merlans (Merlangius merlangus), des dorades roses (Pagellus
bogaraveo)
, des maquereaux communs (Scomber scombrus),
des roucaous noirs (Labrus bergylta), des vieilles coquettes (Labrus
mixtus
), des morues de l'Atlantique (Gadus morhua), des oeillets de
mer (
Metridium senile) et des oursins marins (Echinus esculentus).





Le bac suivant est consacré à la faune aquatique de Gibraltar, rep-
résentée à Rotterdam par des sars à tête noire (Diplodus vulgaris),
des serrans chèvres (Serranus cabrilla), des blades (Oblada
melanura), des castagnoles rouges (Anthias anthias), des labres
paons (Symphodus tinca), des castagnoles gris (Chromis chromis),
des girelles (Coris julis), des étoiles de mer rouges (Echinaster
sepositus), des oursins noirs (Arbacia lixula), des oursins émous-
sés (Sphaerechinus granularis), des oeillets de mer (Metridium
senile
) et des gorgones verruqueuses (Eunicella verrucosa).
Bac des sars
Bac des sars - aout 2010


Deux bacs complètent cette salle, et abritent des méduses
communes (Aurelia aurita).
Le visiteur traverse alors un long tunnel, au milieu d'un vaste aquarium
occupé par des tortues vertes (Chelonia mydas), par des requins
bruns de l'Atlantique (Carcharhinus melanopterus),  des raies
à mufle (Rhinoptera bonasus),  des requins à pointes noires des
Caraïbes (Carcharhinus limbatus),  des requins à nez noir
(Carcharhinus acronotus),  des requins léopards (Triakis
semifasciata
),  des émisolles (Mustelus mustelus),  des
requins bossus (Cephaloscyllium ventriosum), des requins dor-
meurs (Ginglymostoma cirratum) et  des grogneurs à raies
jaunes (Ocyurus chrysurus).
Le visiteur gagne alors une salle d'exposition, où il peut observer un
corps de baleine bleu et un corps d'orque. A l'arrière de cette salle
pédagogique, le visiteur peut entrer dans la nursery de l'aquarium.
Elle regroupe plusieurs petits bacs. Le visiteur poursuit sa visite en
direction des mers chaudes.



Tunnel des tortues vertes
Tunnel des tortues vertes - aout 2010

Bacs de la nursery
Bacs de la nursery - aout 2010
Un premier aquarium, bien aménagé et bien coloré, est le lieu d'une
cohabitation entre des poissons porcs (Anisotremus virginicus), des
grogneurs à raies jaunes (Ocyurus chrysurus), des poissons soldats à
raie noire (Myripristis jacobus), des sergents majors (Abudefduf
saxatilis
), des grogneurs écureils (Haemulon sciurus), des chirur-
giens marrons (Acanthurus bahianus), des poissons ange bleus
(Holacanthus bermudensis), des mérous rayés (Epinephalus
striatus
), des porgys à tête de mouton (Calamus penna), des pois-
sons porc-épics à taches noires (Diodon liturosus), des chirurgiens
bleus (Acanthurus caeruleus), des poissons ange jaune et noir
(Holacanthus tricolor), des poissons anges blancs (Pomacanthus
arcuatus
), des poissons anges royaux (Pomacanthus arcuatus), des
labres rouges (Bodianus pulchellus), des chirurgiens docteurs
(Acanthurus chirurgus), des marignons soldats (Holocentrus rufus),
des gorettes jaunes (Haemulon flavolineatum).
Ces espèces sont toutes originaires des récifs coraliens.



Un second bac coloré est consacré aux espèces des récifs de
corail. Les espèces qui vivent dans cet aquarium sont des chirur-
giens noirs (Melichthys niger), des poissons limés (Aluterus
scriptus), des poissons anges royaux (Holacanthus ciliaris),
des poissons anges français (Pomacanthus paru), des labres
géants (Lachnolaimus maximus), des mérous bruns
(Epinephelus marginatus) et des étoiles de mer des
Caraïbes (Culcita schmideliana).
Un autre bac, relativement sombre, recréant une grotte, est
consacré à des murènes vertes (Gymnothorax funebris),
des labres espagnoles (Bodianus rufus) et des carangues
bleues (Caranx ruber).


Aquarium récifal
Aquarium récifal - aout 2010


Bassin des requins marteaux
Bassin des requins marteaux - aout 2010




Un bac mi-ouvert représente  les eaux peu pro
fondes des Caraïbes.
Cet aquarium est le lieu d'une cohabi
tation entre des sergents majors
(
Abudefduf saxatilis), des poissons à crète (Chaetodipterus faber),
des poissons porcs (Orthopristis chrysoptera), des raies à mufle
(Rhinoptera bonasus), des brochets de mer (Centropomus
undecimalis), des poissons femme (Elops saurus),

des permits (Trachinotus falcatus), des mérous striés
(Epinephelus striatus) et des requins marteaux tiburo
(
Sphyrna tiburo).


Un second bac semi ouvert, au sol en sable blanc, est le lieu de vie de
sapaters (Chloroscombrus chrysurus), de palometas (Trachinotus
goodei), de carangues lunes (Selene vomer), de poissons porcs jaunes
(Anisotremus taeniatus), de raies pastenagues (Dasyatis americana),
de rougets de roches (Parupeneus cyclostomus), de requins chabots
(Chiloscyllium arabicum) et étoiles de mer rouges (Echinaster
sepositus).
Le visiteur arrive alors dans la partie lumineuse de l'Océanium, con-
sacrée à la forêt humide, puis aux zones désertiques. Un premier
vivarium rocheux, au sol en sable, et agrémenté de cactus, est le lieu
de vie d'iguanes rhinocéros (Cyclura cornuta). Un second terrarium,
identique au premier, est le lieu de vie de crotales d'Aruba (Crotalus
unicolor
), alors que des iguanes d'Utila (Ctenosaura bakeri) vivent
dans le dernier terrarium.
Enclos des iguanes rhinocéros
Enclos des iguanes rhinocéros - aout 2010


Poisson
Poisson - aout 2010
Baliste
Baliste noir - aout 2010


Salle pédagogique
Salle pédagogique - aout 2010
Méduse
Méduse - aout 2010



Flèche

Le visiteur arrive alors au niveau du restaurant de la serre. Sur sa
droite, trois terrariums au sol en terre, agrémentés de plantes et
de racines, sont le lieu de vie d'espèces originaires des forêts tro-
picales. On peut ainsi observer des boas de Cuba (Epicrates
angulifer) dans le premier bac, des grenouilles siffleuses de mon-
tagne (Leptodactylus fallax) dans le second et des basilics verts
(Basiliscus plumifrons) dans le dernier.
En face du restaurant, un enclos au sol en sable, agrémenté de
structures en bois, est le lieu de vie de rares hutias de Cuba
(Capromys pilorides). A coté des hutias, dans un décor de
forêt tropicale, un aquarium est le lieu d'une cohabitation entre
des piranhas rouges (Pygocentrus nattereri), de poissons hac-
hettes (Gasteropelecus sternicla), des poissons pingouins
(Thayeria boehlkei), des guppys sauvages (Poecilia reticulata),
des léporinus rayés (Leporinus fasciatus), des ancistrus gib-
biceps (Pterygoplichthys gibbiceps), des ancistrus communs
(Ancistrus dolichopterus) et des plécos zébrés (Hypancistrus
zebra).



Enclos des hutias de Cuba
Enclos des hutias de Cuba - aout 2010

Enclos des manchots
Enclos des manchots - aout 2010
Un dernier aquarium, aménagé au milieu de racines, dans une
lagune, est le lieu de vie de pacus (Colossoma macropomum),
de caïmans nains (Paleosuchus palpebrosus), de poissons
chats rouges (Phractocephalus hemioliopterus) et des pois-
sons hachettes (Gasteropelecus sternicla).

Le visiteur quitte alors la zone chaude, pour se rendre en Arc-
tique et découvrir une grande installation, entièrement vitrée, com-
posée d'une plage de rochers et d'un grand bassin. Cette instal-
lation est consacrée à la présentation de manchots royaux
(Aptenodytes patagonicus) et de manchots papous
(Pygoscellis papua).
Le visiteur franchit  une partie du bassin des manchots pour se rendre
dans une autre zone sèche. Sur la gauche, on peut observer, à travers
de petites fenêtres, l'enclos intérieur des tortues géantes des Seychelles,
sur la droite, une bibliothèque en bois recrée un navire d'explorateur.


Aquarium des pacus
Aquarium des pacus - aout 2010
Enclos intérieur des tortues géantes
Enclos intérieur des tortues géantes - aout 2010


Le visiteur arrive alors dans une troisième salle, consacrée aux
différents déserts de sable de la planète. Un premier terrarium,
agrémenté de quelques rochers et d'un sol en sable, planté de
cactus, est le lieu de vie de serpents rois de Californie
(Lampropeltis californiae). A coté des serpents, une petite
meurtrière s'ouvre sur un terrarium occupé par des mygales à
pattes rouges (Brachypelma boehmi).
Un grand enclos intérieur en sable, planté de pattes d'éléphants,
agrémenté de nombreux rochers, présente des spermophiles
des rochers (Spermophilus variegatus).
A coté des rongeurs, un vivarium est occupé par des crapauds
du Colorado (Bufo alvarius) tandis que des iguanes à collier
(Crotaphytus collaris), des chuckwallas (Sauromalus hispidus)
et des monstres de Gila (Heloderma suspectum) cohabitent
dans le vivarium rocheux suivant. La loge mitoyenne à celle
des reptiles est le lieu de vie des renards véloces.



Terrarium des seprents rois
Terrarium des serpents rois - aout 2010



Enclos des spermophiles
Enclos des spermophiles - aout 2010
Sur la droite de la salle, un aquarium de grande taille est le lieu de vie
de chirurgiens bleus (Paracanthurus hepatus), de chirurgiens jaunes
(Zebrasoma flavescens), de poissons faucons à damier (Oxycirrhites
typus), de girelles (Coris julis) et de demoiselles bleues (Chrysiptera
cyanea).
En face des poissons, une loge en sable est occupée par des grands
géocoucous (Geococcyx californianus), des chouettes d'Athéna
(Athene cunicularia) et des geais huppés de Formose (Calocitta
formosa
).
Deux terrariums complètent cette salle. Ils sont occupés respec-
tivement par des serpents taupes noirs (Pituophis melanoleucus) et
par des scarabés de Sonora (Cauricaca eburnea).
Le visiteur quitte la salle desertique, en empruntant un couloir rocheux.
Sur la gauche de ce couloir, le visiteur peut voir deux enclos composés
d'un bassin et d'une petite plage,et qui peuvent être mis en
commun ou séparés. Deux femelles loutres de mer (Enhydra
lutris
), espèce très peu courante en captivité, vivent dans ces en-
clos. Un des mâle européen, vivant à Anvers avait été mis en con-
tact avec les femelles et est mort au zoo de Rotterdam en 2009,
sans s'être reproduit.


Mise à jour suite à ma visite du 28 aout 2011 :

L'enclos des spermophiles n'est plus accessible au public et les animaux sont visibles à partir d'un point relativement éloigné de la vitre délimitant leur enclos. Par ailleurs, les loutres de mer ont été transférées à l'Oceanario de Lisbone qui est désormais le seul parc européen à héberger cette espèce.


Le visiteur ressort alors de l'Oceanium, et peut observer l'enclos des loutres de mer  avant de regagner le bassin des otaries, la place de la boutique du zoo et de quitter le parc zoologique de Rotterdam.



Flèche





En conclusion, le zoo de Rotterdam est un véritable écrin de verdure
au coeur de cette ville hollandaise. Organisé en géo-zones, il invite
le visiteur à un tour du monde des espèces, mises en scènes dans des
décors naturels mais dépaysants.
Le parc, avec ses nombreuses espèces et la qualité de ses enclos,
mérite bien son classement dans le peloton de tête des zoos euro-
péens.
La majorité des espèces présentées à Rotterdam sont peu courantes
en captivité et le parc prévoit quelques nouveaux aménagements pour
les années à venir.
Une journée complète est nécessaire pour la visite de ce zoo.
Oréotrague
Oréotrague - aout 2010


Copyright ©  -  2007-2018  -  J. Bordonné  - Tous droits réservés