Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Tierpark Donnersberg


Tierpark Donnersberg
Kaiserslautern Strasse 13
67806 Rockenhausen
Allemagne

Tel : +49 (0)6 361 915 441
Fax : +49 (0)6 361 459 0468

www.tierpark-donnersberg.de

Logo Tierpark Donnersberg

Je tiens à remercier Andrea Spieβ et son épouse pour leur accueil, leur gentillesse et le temps qu’ils m’ont consacré durant la visite.

Ma visite : 05 mai 2016
Mise en ligne : 19 juin 2016




Maki catta
Maki catta - mai 2016



Horaires d'ouverture 2016
Tarifs d'entrée 2016
Présentation du parc
Les magots et la mini ferme
Les oiseaux et les écureuils
Les carnivores et les vervets
Les rongeurs
La serre tropicale 1/4
La serre tropicale 2/4
La serre tropicale 3/4
La serre tropicale 4/4
Conclusion



Flèche

Horaires d'ouverture 2016 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)





Heures d'été :
10h00 à 18h00                                                                   

Heures d'hiver :
10h00 à 17h00
Grand mara
Grand mara - mai 2016



Flèche

Tarifs d'entrée 2016 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Coendous
Coendous - mai 2016
Ticket individuel
     Adulte : 6,00 €
     Enfant (4 à 12 ans) : 4,50 €
     Etudiants : 5,00 €
    
Carte famille (2adultes + 2 enfants) : 16,50 €
Enfant supplémentaire : 3,50 €

Tarif groupe (20 personnes et plus)
     Adulte : 5,00 €
     Enfant (4 à 12 ans) : 3,50 €
     Etudiants : 4,00 €



Flèche

Présentation du parc



Le Tierpark Donnersberg est un petit
parc privé, qui ne bénéficie d’aucune
aide de l’état, du Land ou de la ville.

Il a ouvert ses  portes au public en jan-
vier 2016. Il est le fruit d’une longue
passion de la famille Spieβ, qui élève et
maintient des animaux depuis plus de 25
ans.


Mara nain
Mara nain - mai 2016


Moufette albinos
Moufette albinos - mai 2016
Jeune parc, situé à proximité d’une zone
artisanale, le parc s’étend sur une petite
surface mais les projets d’extension et de
modernisation sont nombreux.

Malgré sa taille, ce parc présente un réel
intérêt au niveau des espèces qu’il héberge
et reproduit. En outre, le propriétaire du
parc est également gérant d’un garage au-
tomobile et d’un magasin spécialisé dans les
équipements destinés au maintien des rep-
tiles.



Flèche

Visite du zoo



Une fois l’entrée franchie, le visiteur fait
face à une volière au sol pavé, agré-
menté de nombreuses branches et de cor-
des, est le lieu de vie de 2 magots ou ma-
caques de Barbarie (Macaca sylvanus).

Dans le prolongement des singes, un en-
clos au sol recouvert de sable et agré-
menté de souches est occupé par un
groupe de porcs épics à crète (Hystrix
cristata
).
De nombreux succès de reproduction ont
été obtenus avec cette espèce.


Volière des macaques
Volière des macaques - mai 2016


Enclos des porc épics
Enclos des porc épics - mai 2016


Sur la droite, de ces enclos s’étend une
place au centre delaquelle, une structure
métallique est en cours de montage et de-
vrait permettre d’accueillir prochainement
plusieurs oiseaux dont des aras.

Aux cotés de cette zone de chantiers, ont
été installés plusieurs jeux pour enfants of-
frant un moment de détente.
A l’extrémité de l’enclos des porcs épics,
un cul de sac bifurque sur la gauche.




Nous allons alors emprunter ce chemin, pour
rejoindre l’enclos de contact de la mini ferme
du parc, parallèle aux installations des porcs-
épics à crète (Hystrix cristata) et des magots
(Macaca sylvanus).

Au sein de cette mini ferme, nous serons en
contact de maras (Dolichotis patagonum),
de chèvres naines (Capra hircus domesticus)
et de cochons nains (Sus scofra domesticus).


Enclos de contact de la mini ferme
Enclos de contact de la mini ferme - mai 2016


Clapier
Clapier - mai 2016

Au fond de la mini ferme, deux enclos au sol
recouvert de paille, sont occupés par des la-
pins (Oryctolagus caniculus domesticus).
Le visiteur revient alors sur la place centrale,
pour continuer sa visite.

Sur la gauche de l’allée se dresse un chalet
en bois, abritant la « Zooschule » ou école
du zoo où plusieurs animations pédagogi-
ques sont proposées. A la suite de ce chalet,
le visiteur longera un ensemble de volières
accolées les unes aux autres.



Flèche


Les deux premières sont les plus grandes.
Elles disposent d’un sol recouvert de galets,
sont agrémentées d’un point d’eau et équi-
pées de nombreuses branches offrant diver-
ses possibilités de perchoirs.
La première accueille un grand corbeau
(Corvus corax), tandis que la seconde au
sein de laquelle ont également été tendues
diverses cordes, présente des gris du Gabon
(Psittacus erithacus erithacus ) et une ama-
zone à front jaune (Amazona ochrocephala).


Rangée des volières
Rangée des volières - mai 2016


Volière des martins chasseurs
Volière des martins chasseurs - mai 2016




Les 4 volières qui suivent sont pour leurs parts
légèrement plus petites. Les deux premières
ont été mises en commun, et sont donc com-
parables à celle du corbeau. Cette volière est
consacrée à des martins chasseurs géants
(Dacelo novaeguineae).

La volière qui suit dispose d'un sol recouvert
de sable, est le lieu de vie d’inséparables à
face rose (Agapornis roseicollis) et d’insé-
parables de Fischer (Agaponris fischeri).




Enfin, les deux dernières volières disposent
d’un sol en sable et en paille, sont agrémen-
tées de nombreuses branches, de quelques
végétaux secs et de nichoirs en hauteur.

Un couple de rares écureuils des rochers de
l’Utah (Spermophilus variegatus utah)
évoluent dans la première structure tandis
que des écureuils de Caroline (Sciurus
caroliniensis
) vivent dans la seconde.

Le parc peut se targuer de reproduire ré-
gulièrement ces deux espèces présentes
dans 1 à 2 zoos européens.
Volière des écureuils
Volière des écureuils - mai 2016


Ecureuil des rochers
Ecureuil des rochers - mai 2016
Amazone à front jaune
Amazone à front jaune - mai 2016



Flèche



La visite se poursuit alors face à nous, de
sorte à emprunter un sentier bordé de part
et d’autres par plusieurs grandes volières.
Sur la droite, se dresse une longue instal-
lation de forme triangulaire, au sol recou-
vert de copeaux, agrémentée de souches
et de branches. Un couple de caracals
(Caracal caracal) et leur jeune évolue à
ce niveau.


Volière des caracals
Volière des caracals - mai 2016


Volière des lémurs cattas
Volière des lémurs cattas - mai 2016



Face aux caracals, se dresse un ensemble
de 3 volières mitoyennes. Les deux pre-
mières disposent d’un sol en herbe et sont
traversées de plusieurs branches suspen-
dues et de cordes.

La première voit cohabiter un groupe repro-
ducteur de makis cattas (Lemur catta) et
des agoutis dorés (Dasyprocta leporina).
La seconde volière est occupée par des ver-
vets (Chlorocebus aethiops sabaeus).
Enclos des caracals
Enclos des caracals - mai 2016
Enclos des vervets
Enclos des vervets - mai 2016




Enfin, la dernière volière de cette allée, dis-

pose d’un sol en terre, planté de conifères et
de quelques souches. Un jeune couple de
chats du Bengale (Prionailurus bengalensis
euptilura
) y a été installé.
La première naissance a eu lieu début mai,
mais l’inexpérience de la femelle (dont c’était
la première portée) n’a pas permis de main-
tenir les petits.


Volière des chats du Bengale
Volière des chats du Bengale - mai 2016


Enclos des servals
Enclos des servals - mai 2016




Face aux chats, on pourra observer la cuisine -

du parc, visible au travers de baies vitrées. Le
visiteur emprunte alors le second sentier du
parc, perpendiculaire au précédent. Là, sur la
gauche, se dresse une longue volière au sol
recouvert de copeaux de bois, agrémentée de
troncs, de branches et de plateformes en
hauteur. Cette installation présente des servals
(Leptailurus serval). 
Chat du Bengale
Chat du Bengale - mai 2016
Serval
Serval - mai 2016



Flèche

Sur la droite, adossée à l’enclos des caracals,
se trouve une autre installation au sol recouvert
de copeaux et agrémentée de quelques bran-
ches.
Cette installation présente un important groupe
reproducteur d’agoutis d’Azara (Dasyprocta
azarea
).

Au centre de l’allée, se dresse alors une petite
fosse en sable, entourée par l’allée de visite.
Cette fosse, ombragée par un toit, permet aux
animaux de creuser différents tunnels. Des
amas de rochers complètent les décors de cet
enclos occupé par des chiens de prairie à
queue noire (Cynomys ludovicianus).


Enclos des chiens de prairie
Enclos des chiens de prairie - mai 2016
Volière des agoutis
Volière des agoutis - mai 2016
Face à nous se dresse alors une haute volière
de forme carrée et d’environ 5 mètres de
hauteur, divisée en 2 parties. La moitiée gau-
che a été séparée sur une hauteur de 2 mètres,
pour former un espace propre.

Au sein de cette loge au sol recouvert d’écor-
ces et agrémentée de quelques souches, évo-
luent des saimiris à casque gris (Saimiri
sciureus
), un couple reproducteur d’agoutis
à dos noir (Dasyprocta prymnolopha) et un
rare agouti du Mexique (
Dasyprocta
mexicana
).







Le reste de la grande volière, tendue de cor-

des, est consacré à une famille de capucins
bruns (Cebus apella apella).
Sur la droite, dans le prolongement des
agoutis, d’Azara (Dasyprocta azarae), se
trouve une vaste volière en bois, au sol re-
couvert de galets, dans laquelle sera transféré
le corbeau (Corvus corax).


Volière des capucins
Volière des capucins - mai 2016


Volière des ratons laveurs
Volière des ratons laveurs - mai 2016



Sur la gauche de la fosse des chiens de prairie,

se dressent encore deux autres volières. Ces
dernières, séparées l’une de l’autre par une
palissade en bois, disposent toutes deux d’un
sol recouvert de galets, d’un bassin, d’une
zone ensablée. Un réseau de branche en hau-
teur a également été installé.

La première volière héberge un coati brun
(Nasua nasua), tandis que des ratons laveurs
(Procyon lotor) cohabitent avec une moufette
albinos (Mephitis mephitis) dans la seconde
volière.
Agouti du Mexique
Agouti du Mexique - mai 2016
Agouti à dos noir
Agouti à dos noir - mai 2016



Flèche


Le visiteur contourne alors la volière des ca-

pucins pour se retrouver devant un grand
bâtiment percé de vitres. Ces dernières s’ou-
vrent sur des enclos intérieurs que nous allons
décrire plus tard.

Le bâtiment en lui-même accueille la serre
tropicale du zoo. Le visiteur entre alors dans
cette bâtisse pour découvrir un ensemble de
loges intérieures et de vivariums installés sur
2 étages.


Entrée du vivarium
Entrée du vivarium - mai 2016


Ambiance dans le vivarium
Ambiance dans le vivarium - mai 2016



Une fois dans cette serre, sur la gauche de

l’entrée, se dresse une première loge inté-
rieure. Celle-ci, au sol en écorces, est agré-
mentée de branches et de cordes dont cer-
taines forment un hamac.

Cette loge est le lieu de vie de tamarins à
mains rousses (Saguinus midas) et d’un
agouti doré (Dasyprocta leporina).






Sur la droite en revanche, une autre loge

du même type mais plus grande, accueille
une famille de tamarins pinchés (Saguinus
oedipus
) en cohabitation avec un couple
d’athérures africains (Atherurus
africanus
).


Volière des tamarins
Volière des tamarins - mai 2016


Loge des tatous
Loge des tatous - mai 2016





Mitoyen à la loge des tamarins, se trouve

une vaste loge au sol en sable, agrémentée
de quelques plateforme en hauteur. Cette
loge est visible au travers d’une baie vitrée
intérieure, mais s’observer également de-
puis l’extérieure. Elle présente des kinka-
jous  (Poto flavus) et des petits tatous
velus (Chaetophractus vellerosus).
Athérure d'Afrique
Athérure d'Afrique - mai 2016
Kinkajou
Kinkajou - mai 2016



Flèche

Nous arrivons alors devant un enclos déli-
mité par une rembarde vitrée surmontée
d’un filet. Cette installation est également
visible depuis l’extérieur. Elle se compose
d’un sol en sable sur lequel évoluent des
tortues à éperons (Geochelone sulcata) et
des tortues marginées (Geochelone
marginata
).

En hauteur, un réseau de branche est con-
sacré à un couple de lémurs à tête blanche
(Eulemur fulvus albifrons).


Loge des lémurs
Loge des lémurs - mai 2016


Loge pour tatous
Loge pour tatous - mai 2016

Le visiteur arrive alors sur la seconde lon-

gueur du bâtiment. Deux terrariums sont
alors superposés. Ces deux structures bé-
néficient d’un sol en sable sur lequel ont
été disposées plusieurs racines et autres
souches.

Le terrarium du haut est le lieu de vie de
tatous à trois bandes (Tolypeutes
matacus
), tandis que celui du dessous hé-
berge des tatous pichy (Zaedyus pichiy),
une espèce qui reste extrèmement peu
courante en captivité.




Une difficulté d’identification se pose ce-

pendant entre cette dernière espèce et le
petit tatou velu. 

Dans le prolongement du terrarium du bas,
on peut observer une seconde installation
du même type, au sol en écorces, agré-
mentée de rochers et de branches et oc-
cupée par des mangoustes fauves (Cynictis
penicillata
).


Loge des mangoustes
Loge des mangoustes - mai 2016


Vivarium des tortues
Vivarium des tortues - mai 2016


Au dessus de ces petits carnivores, on trouve

une zone en sable agrémentée de rochers,
reliée à un vaste bassin avec aqua vision qui
s’élève sur toute la hauteur de ce pan de mur.

Ce complexe tropical est consacré à des
iguanes verts (Iguana iguana), des tortues
émydures à ventre rouge (
Emydura
subglobosa
), des tortues de Reeves
(Chinemys reevesii) et des tortues feuilles
d'Asie (Cyclemys dentata).



Flèche

Enfin, ce pan de murs présente encore deux
terrariums superposés. Le premier, en haut,
dispose d’un sol en sable et recrée un en-
vironnement désertique avec ses rochers et
ses cactus. Il est le lieu de vie de 2 couples
de fennecs (Vulpes zerda).

Le terrarium du bas également ensablé, dispose
pour seuls aménagement d’une souche et d’une
cabane en bois. Il héberge des tatous à six ban-
des (Euphractus sexcinctus).


Loge des fennecs
Loge des fennecs - mai 2016


Vivariums des reptiles
Vivariums des reptiles - mai 2016





Nous arrivons alors au niveau de la seconde lar-

geur du bâtiment. Là, le visiteur découvre 3 viva-
riums. Le premier, le plus bas, s’étend sur toute
la largeur de la structure, dispose d’un sol en sa-
ble et de rochers. Il accueille un imposant téju
rouge (Salvator rufescens).

Les deux terrariums du haut sont moins larges et
agrémentés de branches. Ils sont occupés respe-
ctivement par un boa constricteur (Boa
constrictor
) pour celui de droite et par un python
tapis (Morelia spilota) pour celui de gauche.



Tatou velu
Petit tatou velu - mai 2016
Fennec
Fennec - mai 2016





Mitoyen à ces vivariums, un drap masque

l’entrée dans le noctarium du zoo. Ce dernier
se compose de 2 vastes loges intérieures. La
loge de gauche au sol en écorces, est traver-
sée par un réseau de branches et de souches.
Des coendous (Coendou prehensilis) y co-
habitent avec des échidnés à bec court
(Tachyglossus aculeatus).


Enclos des coendous
Enclos des coendous - mai 2016


Loge des roussettes
Loge des roussettes - mai 2016






La loge de droite s’organise pour sa part sur

deux étages, reliés entre eux par des branches.

Une colonie de roussettes d’Egypte
(Rousettus aegyptiacus) y évolue aux cotés
de tatous velus (Chaetophractus villosus) et
de tamanduas (Tamandua tetradactyla).
Tatou pychi
Tatou pychi - mai 2016
Tégu rouge
Tégu rouge - mai 2016



Flèche


Le visiteur ressort alors du noctarium pour

découvrir, sur sa droite, une autre loge, dont
les cotés sont vitrés et donnent sur l’extérieur.

Cette installation au sol recouvert de paille et
traversée par des branches et des cordes,
présente un couple de rares maras nains
(Dolichotis salinoicola), des paresseux à
deux doigts (Choloepus didactylus), un sai-
miri à casque gris (Saimiri sciureus) et des
ouistitis à toupets blancs (Callithrix jacchus).


Loge des paresseux
Loge des paresseux - mai 2016


Enclos des caimans
Enclos des caimans - mai 2016


Jouxtant cette installation, on retrouve les ta-
marins à mains rousses (Saguinus midas),
avant de quitter la serre du parc et de revenir
face aux volières des écureuils.

Là, sur la gauche de l’allée, on pourra observer
le bâtiment du vivarium et la loge des lémurs à
front blanc (Eulemur fulvus albifrons).

Un peu loin sur ce bâtiment, une vitre s’ouvre
sur un petit enclos intérieur, composé d’une
plage en sable et d’un bassin de profondeur
moyenne. Ce complexe est le lieu de vie de
caimans yacare (Caiman yacare).


Le visiteur arrive alors devant la sortie du zoo
et est invité, lorsque ce dernier est ouvert, à
passer par le magasin spécialisé dans la vente
de reptiles et l’ensemble du matériel nécessaire
à leur entretien. Il est à noter que le parc est
amené à évoluer prochainement, avec notam-
ment l’acquisition d’un terrain forestier jouxtant
le parc.

Le magasin de terrariophilie devrait également
déménager laissant un espace libre de 2 000 m²,
qui sera transformé en serre tropicale.
L’actuelle serre sera quant à elle restructurée
en nocturama pour présenter les animaux dans
des espaces plus grands.
Magasin des reptiles
Magasin des reptiles - mai 2016



Flèche

En conclusion, le zoo de Donnersberg est un
petit parc, né de la passion de ses propriétaires.
Sa petite surface ne permet pas de présenter
de grosses espèces.

Aussi, ce parc se tourne vers la présentation de
petits animaux souvent méconnus et pour la
plupart peu courants dans les collections des
parcs zoologiques.

Longtemps collection privée, l’ouverture au
public permettra d’augmenter les moyens du
parc et les échéanges avec d’autres institutions
permettront de diversifier les espèces.
Mara nain
Mara nain - mai 2016


Copyright ©  -  2007-2018   -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés