Accueil    |   Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde   |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens



Zoo de Frankfurt


Zoo Frankfurt
Bernhard Grzimek Allee 1
  60316 Frankfurt am Main
Allemagne

Tel : +49 (0) 69 212 337 35
Fax : +49 (0) 69 212 378 55

www.zoo-frankfurt.de
Logo Zoo Frankfurt

Logo Zoo Frankfurt

Ma visite: 05 juillet 2009 - 22 mars 2012 - 24 aout 2015
Mise en ligne: 12 octobre 2009
Mise à jour : 23 septembre 2015



Tarifs d'entrée 2015
Horaires d'ouverture 2015
Les ours, la maison des fauves et les anatidés (Mise à jour 2015)
La partie sombre du noctarium (Mise à jour 2015)
La partie claire du noctarium (Mise à jour 2015)
L'aquarium et le vivarium
Les dendrolagues, lycaons, plaine africaine et les volières extérieures
La maison des oiseaux (Mise à jour 2015)
Les primates
Les rhinocéros, les rapaces, les oiseaux d'eau et la mini ferme (Mise à jour 2015)
Les girafes, les antilopes et la plaine sud américaine
Conclusion
Chat rubigineux
Chat rubigineux - juillet 2009



Plan du zoo
Voir le plan du zoo




Flèche

Tarifs d'entrée 2015 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)

Tickets journaliers :
     Adulte:
     Enfant (6 à 17 ans):
     Elèves, étudiants, séniors:
     Carte famille (2 adultes + enfants):
     Groupe adultes (>20 personnes)
     Groupe enfants (>20 personnes)

Tickets annuels
     Adulte:
     Enfant (6 à 17 ans):
     Elèves, étudiants, séniors:
     Carte famille (2 adultes + enfants):

Tickets annuels compilés Zoo Frankfurt - Opel Zoo
     Adulte:
     Enfant (6 à 14 ans):

10,00 €
  5,00 €
  5,00 €
25,00 €
  8,00 €
  4,00 €


60,00 €
25,00 €
25,00 €
90,00 €


84,00 €
36,00 €



Flèche

Horaires d'ouverture 2015 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)

Eté (Avril à fin octobre)
     Parc zoologique
     Caisses
    

Hiver (fin octobre à fin mars)
     Parc zoologique
     Caisses
 

  9h00 à 19h00
  9h00 à 18h30



  9h00 à 17h00
  9h00 à 16h30
Ours lippu
Ours lippu - juillet 2009



Flèche

Présentation du zoo


Nous débutons la visite du zoo de Frankfurt par l'entrée principale,
pour découvrir une première zone du parc consacrée à la présen-
tation des ursidés. Cette partie du parc se compose de 3 fosses
situées cote à cote. Ces instalations peuvent également être reliées
entre elles. Les fosses sont agrémentées de quelques troncs d'ar-
bre, de branchages et de buissons. La première fosse est occupée
par des ours malais (Helarctos malayanus). Les deux fosses sui-
vantes, reliées entre elles, sont le lieu de vie deux femelles ours lip-
pus (Melursus ursinus ursinus), espèce peu représentée en cap-
tivité.
Le visiteur quitte alors la zone des ours pour se rendre dans la
zone des fauves. La suite de la visite amène le visiteur à longer, sur
la gauche, un grand enclos en herbe au milieu duquel se dresse un
monticule de terre. La séparation du public se fait par un fossé en
eau. Un couple de lions d'Asie (Panthera leo persica) occupe
cet enclos. Le visiteur poursuit sa visite en direction de la maison
des fauves.



Fosse des ours lippus
Fosse des ours lippus - juillet 2009
Loge intérieure des tigres
Loge intérieure des tigres - juillet 2009
Avant d'entrer dans ce grand bâtiment, le visiteur découvre, à travers
des espaces vitrés, un nouvel enclos densément végétalisé, planté
de bambous et d'autres arbres. Cet enclos est le lieu de vie d'un cou-
ple de tigres de Sumatra (Panthera tigris sumatrae).
Le visiteur entre alors dans la maison des fauves à l'architecture ty-
pique des parcs allemands. Ce bâtiment présente sur la gauche, deux
grandes loges au sol en sable et agrémentées de rochers. Ces loges
sont consacrées aux lions. En face de lui, le visiteur peut observer
deux nouvelles loges très hautes et à la végétation luxuriante. Un
petit ruisseau sillone entre ces loges qui peuvent être séparées. Cette
installation est le lieu de vie de chats rubigineux (Prionailurus
rubiginosus phillipsi
). Le zoo de Frankfurt est le coordinateur eu-
ropéen de cette espèce très peu représentée en parc zoologique.
En bifurquant sur la droite, le visiteur découvre 3 grandes loges den-
sément végétalisées, au sol en terre, qui constituent les loges de nuit
des tigres de Sumatra.


Enclos des lions d'Asie
Enclos des lions d'Asie - juillet 2009
Loge des lions
Loge des lions - juillet 2009


Mise à jour suite à ma visite d'aout 2015 :

L’entrée du parc a totalement été refondue et un
nouveau bâtiment a été construit, bien plus mo-
derne.
Ce dernier abrite non seulement les caisses de
 l’établissement mais également une boutique de
souvenirs.

Après avoir traversé ce hall, le visiteur emprunte
une allée pavée, sur la gauche de laquelle, les an-
ciens enclos ont été démolis. En lieu et place de
ces fosses, se dresse un haut mur de faux rochers,
camouflé dans une forêt de charmes.


Enclos des ours à lunettes
Enclos des ours à lunettes - aout 2015


Enclos des ours à lunettes
Enclos des ours à lunettes - aout 2015

Plusieurs baies vitrées percent ces murs qui déli-
mitent un vaste enclos en herbe, au cœur duquel
poussent de grands chênes et plusieurs autres
arbres.

Une cascade se jetant dans un bassin ainsi que
de multiples structures d’escalade en bois, troncs
et cordes complètent les aménagements. Ce
complexe sud américain présente des ours à
lunettes (Tremarctos ornatus) et des singes
hurleurs noirs (Alouatta caraya).

A l’extrémité de cet enclos visible à partir de
divers points d’observation, le visiteur retrouve
l’enclos des lions.


Enclos des ours à lunettes
Enclos des ours à lunettes - aout 2015
Enclos des ours à lunettes
Enclos des ours à lunettes - aout 2015


Le visiteur découvre les deux dernières loges de la maison des
fauves, installations comparables à celles des tigres, bien que
plus végétalisées. Ces deux loges sont occupées par des fossas
(Cryptoprocta ferox). A ce niveau, le visiteur peut soit res-
sortir de la maison des fauves, soit revenir au niveau de la loge
des chats rubigineux pour gagner l'étage supérieur de la maison
d'où il dispose de nouveaux points de vue sur l'enclos des chats
rubigineux et sur celui des fossas. Le visiteur sort alors de la
maison des fauves et découvre sur la gauche, la volière exté-
rieure des chats rubigineux. En bifurquant sur la droite, on redes-
cant au niveau du sol, tout en longeant la loge des fossas.
A ce niveau, le visiteur découvre sur la droite, l'enclos extérieur
des fossas, en face duquel se trouve une nouvelle installation
extérieure composée d'un bassin avec vision sous marine dans
lequel se jette un petit ruisseau qui sillonne entre les rochers et
les zones d'herbe qui compose l'enclos. Un groupe de loutres
naines d'Asie (Aonyx cinerea) est présenté à cet endroit.



Loge intérieure des fossas
Loge intérieure des fossas - juillet 2009
Future maison des gibbons
Future maison des gibbons - juillet 2009
A ce niveau, le visiteur découvre un carrefour, en face duquel se
trouve une nouvelle maison tout en verre, en cours de finition.
Cette maison devrait prochainement accueillir les gibbons à favoris
blancs du Nord (Nomascus leucogenys) du zoo de Frankfurt. A
ce niveau, le visteur emprunte le sentier de droite de sorte à longer
la maison des fauves. La suite de la visite nous conduit sur un pont
surplombant, sur la droite, l'enclos des tigres de Sumatra. Composé
d'un fossé faisant office de bassin pour les animaux et d'une partie
en terre densément végétalisée bordée par le bâtiment en bois de la
maison des fauves. Sur la gauche, on découvre une île de grande
taille, reliée à la maison des gibbons. Au niveau du lac, on peut éga-
lement découvrir de nombreuses espèces d'anatidés comme des
pilets d'Europe (Anas acuta), des nettes rousses (Netta rufina),
des garrots à oeil d'or (Bucephala clangula), des canards souchets
(Anas clypeata), des tadornes de Belon (Tadorna tadorna), des
bernaches à cou roux (Branta ruficollis) et des harles bièvres
(Mergus merganser).




Le visiteur revient alors au niveau de la future maison des gibbons et de l'enclos des loutres, pour se diriger vers le noctarium du zoo de Frankfurt, un des plus importants d'Europe, qui devrait être rénové prochainement et dans lequel il est invité à pénétrer.


Enclos des loutres
Enclos des loutres - juillet 2009



Flèche

Le visiteur entre dans une première zone de pénombre au sein de
laquelle ses yeux peuvent s'habituer à l'obscurité. Dans cette zone,
il découvre sur la gauche, un premier terrarium dans lequel sont
présentées des macroscélides à oreilles courtes (Macroscelides
proboscideus
).
Mitoyen à ce terrarium, une nouvelle installation est le lieu de vie
de petits tenrecs hérissons (Echinops telfairi). Le troisième en-
clos héberge un groupe de tamarins empereurs (Saguinus
imperator subgrisescens
) qui cohabitent avec des agoutis nains
(Myoprocta pratti). Cette installation est agrémentée de quelques
arbres dans lesquels les singes évoluent.
Le visiteur entre dans la zone noire du noctarium. Le premier ter-
rarium de cette zone est occupé par des kowaris (Dasyuroides
byrnei), espèce très peu courante en captivité. A partir de ce ni-
veau le noctarium du zoo Frankfurt présente différents terra-
riums sur la gauche et la droite du couloir de visite.


Volière des tamarins et des accouchis
Volière des tamarins et des accouchis - juillet 2009
Coendu
Coendu - juillet 2009
La seconde installation est le lieu de vie de coendus (Coendou
prehensilis), espèce de porc-épic à queue préhensile. Le troi-
sième terrarium au sol en sable et agrémenté de quelques ro-
chers et branchages, est le lieu de cohabitation de tatous velus
(Chaetophractus villosus) et de paresseux à deux doigts
(Choloepus didactylus). La suite de la visite nous conduit vers
le terrarium des douroucoulis à bras gris (Aotus lemurinus
griseimembra). Leur terrarium est, comme pour les autres,
aménagé de quelques branchages. La terrarium suivant est
occupé par des bassaris rusés (Bassariscus astutus). La
suite de la visite nous conduit à découvrir les galagos moholis
(Galago moholi), espèce peu courante en captivité. Des
lérots d'Asie (Eliomys melanurus), espèce de rongeurs très
peu représentée en captivité et dont le zoo de Frankfurt pré-
sente un groupe de taille très importante occupe le vivarium
suivant.


Le visiteur découvre un dernier terrarium situé sur le coté gauche
de la partie nocturne, installation occupée par des loris grêles
(Loris tardigradus), espèce de petit primate aux membres
longs et fins. En face des loris, le visiteur découvre un nouvel en-
clos de taille importante dans lequel vivent des couscous gym-
notes (Strigocuscus gymnotis). Mitoyen aux cousous, un autre
terrarium est occupé par des fennecs (Fennecus zebra). En face
du couloir, on découvre la plus grande installation du noctarium.
Celle ci se compose d'un grand enclos bétonné dans lequel se
dressent des fourmilières reconstituées ainsi que quelques ro-
chers. Un tunnel situé sur la droite, conduit vers un terrier visible
à travers une baie vitrée. Des oryctéropes (Orycteropus afer)
occupent ce grand enclos.
La suite de la visite nous amène à bifurquer sur la droite, pour
découvrir, dans un virage, deux grandes installations densém-
ment végétalisées et aménagées de nombreux branchages. Ces
deux enclos peuvent être reliés entre eux ou séparés.




Lori grêle
Lori grêle - juillet 2009
Aye aye
Aye aye - juillet 2009
Des ayes-ayes (Daubentonia madagascariensis) y cohabitent avec
des petits microcèbes (Micorcebus murinus). La cohabitation est
relativement originale et se passe sans problèmes, les microcèbes
pouvant se camoufler dans la végétation. En face de ces deux enclos,
on découvre une volière consacrée à la présentation de chiroptères
(famille des chauves souris). Des fer-de-lances à lunettes (Carollia
perspicillata
) représentent cette famille. Leur installation est la recon-
stitution d'une grotte. La suite de la visite conduit le visiteur à remon-
ter légèrement le noctarium en direction de la zone jour de ce bâtiment.
Au niveau de la zone nocturne, il peut encore découvrir quelques es-
pèces. A coté des chauves souris, un premier terrarium au sol sec, est
le lieu de vie de gerboises du désert (Jaculus jaculus). Le coté gau-
che présente également trois terrariums de taille réduite, à la végétation
fortement développée, et occupés respectivement par des galagos mo-
holis (Galago moholi) et par des loris grèles (Loris tardigradus) pour
les suivants.


Sur le coté droit, mitoyen à l'enclos des aye-ayes, deux nouveaux
terrariums sont le lieu de vie de kinkajous (Potos flavus). Leurs
installations peuvent être reliées entre elles ou séparées. Des
branchages font office d'objet d'enrichissement. Le terrarium
suivant est le lieu de vie de pétauristes pygmés (Acrobates
pygmaeus
), espèce peu courante en captivité. A coté des pétau-
ristes, un grand enclos disposant d'un bassin en vision sous ma-
rine et d'une plage en béton est le lieu de vie d'un groupe de rats
d'eau australiens (Hydromys chrysogaster).
Le visiteur se trouve alors à l'opposé de l'enclos des oryctéropes
et fait face à une grande installation en profondeur, au sol en ter-
re et agrémentée de plantes et troncs d'arbre. Des kiwis australs
(Apteryx australis) occupent cette installation. En face de cet
enclos, on trouve un dernier terrarium nocturne dans lequel coha-
bitent des petits tenrecs hérissons (Echinops telfairi) et des
cheirogales à queue grasse (Cheirogaleus medius), espèce peu
courante en captivité.


Terrarium du noctarium
Terrarium du noctarium - juillet 2009
Kinkajou
Kinkajou - juillet 2009
Lérot d'Asie
Lérot d'Asie - juillet 2009



Mise à jour suite à ma visite d'aout 2015 :


De nombreux changements sont à noter au niveau
du vivarium. Lors de cette visite, la loge qui ac-
cueillait les tamarins empereurs (Saguinus
imperator
) et les accouchis (Myoprocta pratti)
était en travaux et donc dissimulée.

Les petits singes ne sont plus présentés au public
tandis que les rongeurs ont été transférés dans une
autre section de l’Exotarium.

Les bassaris
rusés (Bassariscus astutus) ont
également quittés la collection laissant leur enclos
vide et en cours de réaménagement.


Cheirogale à queue grasse
Cheirogale à queue grasse - aout 2015


Lori grêle
Lori grêle - aout 2015
Les galagos moholis (Galago moholi), ont été trans-
férés et cohabitent désormais avec les oryctéropes
(Orycteropus afer), leur loge étant le lieu de vie de
cheirogales à queue grasse (Cheirogaleus medius).

Les couscous gymnotes (Strigocuscus gymnotis) et
les fennecs (Fennecus zebra) ne sont plus présentés.

Enfin, à la fin du noctarium, les kiwis ont laissé place
à des podargues gris (Podargus strigoides) qui co-
habitent avec des echidnés à bec court (Tachyglossus
aculeatus
).


Le visiteur quitte alors la zone nocturne du noctarium pour se diriger dans une zone de plus en plus lumineuse.



Flèche

Le premier enclos de cette zone est de taille relativement grande
et est agrémenté de nombreux branchages. Il est le lieu de vie
d'écureuils de Prévost (Callosciurus prevosti). En face des
écureuils, une grande installation est fortement végétalisée et ag-
rémentée de lianes, branchages et troncs d'arbre. Des sakis à
face blanche (Pithecia pithecia), des tamarins lions dorés
(Leontopithecus rosalia) et des accouchis verts (Myoprocta
pratti) y cohabitent. Les autres terrariums sont pour le moment
tous situés sur la droite du chemin de visite, un lieu de repos
étant situé sur la gauche. Le terrarium suivant se compose d'une
plage plantée de quelques lianes et d'un bassin à vision sous
marine. Un groupe de loutres naines (Aonyx cinerea) y est
présenté. ces animaux ont également accès à l'enclos extérieur
que l'on a pu observer en face de la maison des fauves. Mitoyen
aux loutres, une installation de petite taille de style désertique est
occupée par une colonie de mangoustes naines (Helogale
undulata
).



Ecureuil de Prevost
Ecureuil de Prevost - juillet 2009

Loge des cobayes
Loge des cobayes - juillet 2009
L'enclos suivant, semblable à celui des sakis, est le lieu de vie de
tamanduas (Tamandua tetradactyla), espèce peu courante qui
profite de l'ensemble des possibilités d'escalade qui sont mises à
sa disposition. Le terrarium suivant, de même type que le précé-
dent, est le lieu de vie d'un couple de chevrotains malais (Tragulus
javanicus), espèce peu courante en captivité. La suite de la visite
nous conduit vers un enclos de grande taille aménagé de nombreux
rochers de couleur ocre et de quelques branchages. Des cobayes
sauvages (Procavia magna) sont présentés dans cette installation.
En face, le visiteur découvre un terrarium consacré à la faune aus-
tralienne. Cet enclos est agrémenté de qualques faux rochers, de
quelques arbres et d'un sol en terre. Des podargues gris
(Podargus strigoides), espèce peu courante en captivité, coha-
bitent avec des echidnés à bec court (Tachyglossus aculeatus),
espèce présentée dans 4 parcs européens.
Le visiteur se trouve alors dans le couloir menant à la sortie du
noctarium, chemin bordé par des terrariums à gauche et à droite.


Sur la droite du couloir, un enclos densémment végétalisé et agré-
menté de quelques branchages est occupé par un groupe de oui-
stitis de Goeldi (Callithrix goeldii). A coté de ces petits singes
sud américains, se trouve une petite volière au sein de laquelle
s'ébatent des cordons bleus (Uraeginthus cyanocephalus). En
face de ces deux installations, le visiteur peut observer la cuisine
du noctarium ainsi que les téléviseurs diffusant les images des ter-
riers des animaux nocturnes. A coté de la cuisine, un nouvel en-
clos en sable, agrémenté de nombreux rochers, de branchages
d'un sol en sable, est le lieu de cohabitation entre des mangoustes
naines   (Helogale   undulata)   et    des   damans   des   rochers
(Procavia capensis). Sur le coté droit du sentier, on trouve en-
core deux enclos aménagés de nombreux branchages, plantes et
lianes. Ces deux installations sont reliées à des volières extérieures
devant lesquelles le visiteur est passé entre l'enclos extérieur des
loutres et l'entrée du noctarium.



Tamanduas
Tamanduas - juillet 2009
Chevrotain malais
Chevrotain malais - juillet 2009


Ces deux installations sont occupées respectivement par des
tamarins à lèvres blanches (Saguinus labiatus) et des saïmiris
de Bolivie (Saimiri boliviensis boliviensis). Ces deux espèces
ont accès à des volières extérieures devant lesquelles le visiteur
est passant avant d'entrer dans le noctarium.  Avant de sortir de
ce bâtiment, le visiteur découvre la partie haute de la volière
vue à l'entrée du noctarium. Cette dernière est occupée par des
tamarins empereurs (Saguinus imperator subgrisescens) et
des agoutis nains (Myoprocta pratti). Le visiteur ressort alors
du vivarium et emprunte le chemin se dirigeant sur la gauche
pour continuer sa visite en direction de l'aquarium et vivarium
du zoo de Frankfurt, second bâtiment dans lequel il est invité à
entrer.


Mise à jour suite à ma visite d'aout 2015 :

Le visiteur quitte alors la partie nocturne pour se
retrouver dans la zone éclairée de l’exotarium. 

L’ancienne loge des échidnés a été totalement ré-
aménagée, creusée d’un bassin et agrémentée de
faux rochers, recréant un bord de lac.

Ce vivarium accueille maintenant de jeunes varans
de Komodo (Varanus komodoensis), une nou-
velle espèce pour le zoo.  Un groupe de gundis de
l’Atlas (
Ctenodactylus gundi) a remplacé les
damans des rochers, tandis que des souris  rayées
africaines (Lemniscomys barbarus) cohabitent
avec les cordons bleus (Uraeginthus
cyanocephalus
).

Terrarium des varans de Komodo
Terrarium des varans de Komodo -
aout 2015




Flèche

Dès l'entrée dans l'aquarium, le visiteur est plongé dans une am-
biance sombre. Le premier grand enclos situé sur le mur gauche,
se compose d'une plage bétonnée recréant une banquise et d'un
bassin avec vision sous marine. Des manchots papous
(Pygoscelis papua) sont hébergés dans cette installation. La
partie gauche de cette première salle est consacrée à la présen-
tation d'aquariums d'eau de mer. On peut y découvrir entre autre
des chirurgiens jaunes (Zebrasoma flavescens), des poissons
clown à trois bandes (Amphiprion ocellaris), des poissons an-
ges nains flamboyants (Centropyge loriculus) des chirurgiens
bleus (Paracanthurus hepatus) ou encore des chirurgiens
à gorge blanche (Acanthurus leucosternon).
La partie droite et le fond de la salle sont consacrés aux eaux
douces de la planète. Les premiers aquariums sont le lieu de
présentation de poissons de nos rivières, comme par exemple
les
goujons (Gobio gobio), les rotengles (Scardinius
erythrophtalmus
), les gardons (Rutilus rutilus).



Recif marin
Recif marin - juillet 2009
Bacs amazoniens
Bacs amazoniens - juillet 2009
Un second aquarium est le lieu de vie de tangaras du Brésil
(Ramphocelus bresilius), de jacanas noirs (Jacana jacana)
et d'arawanas (Osteoglossum bicirrhosum). D'autres
aquariums sont le lieu de vie de cichlidés et d'autres poissons
d'eau douce. Le visiteur est alors invité à emprunter un es-
calier le long duquel se trouvent de nombreux aquariums. Le
premier est relié à une centrale permettant de calculer l'élec-
tricité libérée par les orantes bichir (Polypterus ornatipinnis)
et les poissons éléphants (Gnathonemus petersi) présentés
dans le bac.
Un pallier fait office de salle sud américaine, composée de
différents bac au sein desquels on peut observer des poissons
amazoniens comme les carinals (Paracheirodon axelrodi) ou
encore les poissons archers (Toxotes jaculator).
Le visiteur arrive alors au niveau du second étage de l'exo-
tarium consacré aux reptiles et aux batraciens.


Cet étage est composé de divers terrarariums aménagés soit de ro-
chers et de sable, soit de terre, de bois et de végétaux en fonction
des besoins biologiques des espèces présentées. Parmi ces espèces,
on peut citer les vipères à cornes (Vipera ammodytes), une coha-
bitation entre des geckos à queue plate (Uroplates fimbriatus), des
geckos géants (Phelsuma madagascariensis grandis) et des gre-
nouilles tomates (Dyscophus antongili). On retrouve également au
sein du vivarium de Franckfurt, des varans de Glauert (Varanus
glauerti
), des mambas verts (Dendroaspis viridis), des basilics
couronnés (Laemanctus serratus), des anolis de Jamaïque (Anolis
garmani
), des varans de Mindanao (Varanus salvatori cumingi),
ou encore des crocodiles de Johnston (Crocodylus johnsoni), des
agames barbus (Amphibolarus vitticeps), des phrynomantes ta-
chetées (Phrynomantis resinifictrix).


Terrarium pour iguanes
Terrarium pour iguanes - juillet 2009
Terrarium pour vipères
Terrarium pour vipères - juillet 2009
Au sein de ce reptilarium, on peut également découvrir des coha-
bitations originales. Une première cohabitation rassemble des tor-
tues de Tornier (Malacochersus tornieri) et des platysaures em-
pereurs (Platysaurus imperator). Un autre terrarium héberge des
lézards bleus des rochers (Petrosaurus thalassinus), des lézards
du désert (Dipsosaurus dorsalis) et des chuckwallas (Sauromalus
obesus
). La troisième cohabitation se fait entre des anolis de Ja-
maïque (Anolis garmani), des iguanes à casque (Corytophanes
hernandezii
) et des grenouilles arboricoles (Smilisca phaeota).
Mitoyen à ce dernier, on retrouve des iguanes d'Utila (Ctenosaura
bakeri) et des crapauds gutturaux (Bufo gutturalis).
Le visiteur ressort alors de l'exotarium du parc et découvre sur sa
gauche, une maison visible à travers des baies vitrées. Cette instal-
lation est reliée à un enclos extérieur rocheux et pentu que longe
l'escalier du vivarium. Des wallabies d'Eugénie (Macropus eugenii)
occupent cet enclos que le visiteur longe.


Iguane rhinocéros
Iguane rhinocéros - juillet 2009
Iguane bleu
Lézard bleu des rochers - juillet 2009


Enclos des wallabies
Enclos des wallabies - juillet 2009
Wallaby d'Eugénie
Wallaby d'Eugénie - juillet 2009


Mise à jour suite à ma visite d'aout 2015 :

Les wallabies d’Eugénie  (Macropus eugenii) ainsi que
le takins de Mishmi (Budorcas taxicolor taxicolor)
ont quitté le parc. Leurs enclos ont été fusionnés et sont
consacrés à des bouquetins du Caucase (Capra
caucasica
).

Par ailleurs, la maison jouxtant l’enclos des dendrolagues
a été transformée en centre de reproduction du kiwi
(Apteryx australis) . Des baies vitrées et plusieurs pan-
neaux pédagogiques permettent de voir la cuisine de ce
centre, les volières d’élevage étant  en coulisses.

A ce jour le parc héberge 9 individus  que le visiteur
pourra voir lors de séances de nourrissage public se
déroulant 1 à 2 x par mois.

Volière typique pour kiwis
Volière typique pour kiwis - aout 2015



Flèche

L'enclos des wallabies est le premier d'un complexe d'installations
rocheuses en pente. Les deux autres enclos de ce complexe sont
le lieu de vie de takins de Mishmi (Budorcas taxicolor taxicolor).
La suite la visite nous amène à nouveau au niveau de l'entrée de
l'exotarium en face de laquelle on trouve une aire de jeux rénovée
en 2009. Le visiteur est invité à la traverser pour se diriger vers
deux volières au sol naturel, plantées de nombreux buissons et
agrémentées de quelques rochers et branchages. Des kéas
(Nestor notabilis) sont présentés dans la première alors que la
seconde  est occupée par des dendrolagues de Goodfellow
(Dendorlagus goodfellowi). Leur installation extérieure était en
travaux lors de ma visite et les animaux n'étaient visibles qu'à
travers les baies vitrées de leur loge intérieure.
Le visiteur poursuit sa visite en longeant les cuisines du zoo pour
se diriger vers une petite zone africaine. Sur la gauche du sentier,
le visiteur découvre un enclos tout en longueur au sol en terre et
agrémenté de quelques rochers, dans lequel est hébergé un groupe
de lycaons (Lycaon pictus).



Enclos des takins
Enclos des takins - juillet 2009
Plaine africaine
Plaine africaine - juillet 2009



En face des lycaons, le visiteur peut admirer une partie d'une grande
plaine en sable consacrée aux hippotragues noirs (Hippotragus niger)
et aux autruches d'Afrique du Sud (Struthio camelus australis).
Nous arrivons alors au niveau d'une des extrémités du parc. La suite de
la visite nous conduit à entrer dans une rangée de volières en contact
direct. Toutes les volières sont densément végétalisées, agrémentées
d'un plan d'eau ou d'une cascade et aménagées avec des arbres et des
rochers. La première volière est le lieu de vie de sarcelles d'hiver
(Anas crecca), espèce qui s'est reproduite le 26 juin 2009. La se-
conde volière est le lieu de cohabitation de deux espèces peu cou-
rantes en captivité à savoir des outardes du Sénégal (Eupodotis
senegalensis) et des éperonniers de Palawan (Polyplectron
emphanum
). Ces deux espèces se sont déja reproduites à Frankfurt.


La volière suivante est le lieu de vie d'une colonie d'avocettes
élégantes (Recurvirostra avosetta) et de guêpiers d'Europe
(Merops apiaster).
La dernière volière nous fait voyager sur le continent américain
puisqu'on y découvre des ibis rouges (Eudocimus ruber), des
savacous huppés (Cochlearius cochlearius), dont des petits
ont éclos le 28 juin 2009 et des aigrettes pies (Egretta piccata).
La quatrième et dernière volière extérieure est pour sa part
consacrée à l'avifaune eurasienne représentée par des huppes
fasciées (Upupa epops), des tragopans satyres (Tragopan
satyrus
) et des rolliers bleus (Coracias garrulus), qui se sont
reproduits en mai 2009.
Le visiteur ressort alors des volières extérieures en direction de
la plaine des hippotragues pour bifurquer sur la gauche et se
diriger vers la maison des oiseaux du zoo au sein de laquelle se
poursuit la visite.
Volière des limicoles
Volière des limicoles - juillet 2009


Enclos des lycaons
Enclos des lycaons - juillet 2009
Volière des tragopans
Volière des tragopans - juillet 2009


Guêpier d'Europe
Guêpier d'Europe - juillet 2009
Outarde du Sénégal
Outarde du Sénégal - juillet 2009


Savacou
Savacou - juillet 2009
Aigrette pie
Aigrette pie - juillet 2009



Flèche

La maison des oiseaux de Frankfurt se divise en 3 parties. Une
petite salle entourée de volières visibles à travers des baies vitrées,
qui hébergent pour la plupart des petites espèces. Une grande
salle bordée par de grandes installations séparées du visiteur par
des vitres, est consacrée à la présentation de plus grosses espèces.
Enfin, une dernière zone recréer une forêt tropicale dans laquelle
les oiseaux sont présentés en liberté.
Les premiers oiseaux que l'on découvre dans la première salle
sont des cordons bleus (Uraeginthus cyanocephalus). Des
diamants de Gould (Chloebia gouldiae) sont présentés dans la se-
conde installation. Les espèces suivantes que l'on peut observer
dans cette salle sont des zosterops du Kikuyu (Zosterops
senegalensis kikuyuensis), des pririts à collier (Platysteira cyanea)
qui cohabitent avec des cordons bleus (Uraeginthus cyanocephalus),
des bengladis zébrés (Amandava subflava) qui vivent avec des
cailles arlequins (Coturnix delegorguei), des sporophiles petit chan-
teurs (Tiaris canora), ou encore des diamants à gouttelettes
(Steganopleura guttata).



Salle des petits oiseaux
Salle des petits oiseaux - juillet 2009


Enclos intérieur des bec en sabot
Enclos intérieur des bec en sabot - juillet 2009


Le visiteur entre alors dans la seconde salle de la maison des oiseaux. Le
visiteur découvre sur la droite un premier enclos reconstituant un petite
mangrove, dans lequel on peut découvrir un bassin et de nombreuses
structures en bois. Des kookaburas à ailes bleues (Dacelo leachii) y sont
présentés. Mitoyen aux martins chasseurs, une installation carrelée dis-
posant d'un bassin avec vision sous marine, est occupée par des cormo-
rans pies (Phalacrocorax melanoleucos) et des grèbes naines
(Tachybaptus ruficollis). Le visiteur fait alors face à une grande vitre
derrière laquelle poussent de nombreux bambous formant une forêt dense.
Cette loge intérieure est reliée à un enclos extérieur de même type. Un
couple de rares becs en sabot (Balaeniceps rex) y est présenté.
Sur le coté gauche, le visiteur découvre la cuisine de la maison des oiseaux
ainsi que la nursery. La première volière à oiseaux de ce coté, accueille des
évêques de Brischof (Cyanocompsa brissonii). La seconde volière de taille
plus importante, est consacrée à l'Amérique du Sud et présente, des grands
mot-mots (Momotus momota) et des caurales soleil (Eurypyga helias).
Leurs volières, comme toutes les installations de cette salle, sont densémment
végétalisées et recréent le plus fidèlement possible le milieu de vie de leurs
pensionnaires.


Bec en sabot
Bec en sabot - juillet 2009
Pririts à collier
Pririt à collier - juillet 2009


Mitoyen à la volière des caurales, une seconde volières sud américaine
accueille des tourterelles socorro (Zenaida asiatica), dont le parc co-
ordonne le programme d'élevage européen., des tinamous élégants
(Eudroma elegans) et des évêques de Brischof (Cyanocompsa
brissonii
). L'installation suivante est occupée par des calaos tarictics
(Penelopides panini), espèce peu courante originaire d'Asie du Sud
Est. Des gallicolombes de Barlett (Gallicolomba criniger), des barbi-
cans à bec denté (Lybius dubius) et des roulrouls (Rollulus roulroul)
sont présentés dans la volière suivante. Le visiteur découvre alors
des oiseaux originaires d'Afrique, tels les merles amnéthystes
(Cinnyricinclus leucogaster) qui cohabitent avec des pluviers
d'Egypte (Pluvianus aegypticus). Une seconde volière africaine est le
lieu de vie d'oedicnèmes du Cap (Burhinus capensis) et de tisserins
gendarmes (Ploceus cucullatus).
Le coté droite de la maison est également divisé en plusieurs volières.
La première est le lieu de présentation de brèves à queue bleue (Pitta
guajana). La suivante, consacrée à la mangrove nord austra-
lienne et est le lieu de vie d'aigrettes pies (Egretta picata) et de per-
ruches ondulées (Melopsittacus undulatus).




Seconde salle de la maison des oiseaux
Seconde salle de la maison des oiseaux - juillet 2009


Zone de vol libre
Zone de vol libre - juillet 2009

La suite de la visite permet au visiteur d'observer des gallicolombes
de Barlett (Gallicolomba criniger), des ptilopes à cou noir
(Ptilinopus melanospila), des tangaras du Brésil (Ramphocelus
bresilius
) et des troupials de Montserrat (Icterus oberi). Les deux
dernières installations sont occupées respectivement par des sucriers
à face bleue (Entomyzon cyanotis), qui se sont reproduits en février
et avril 2009, et par des paons du Congo (Afropavo congensis).
Le visiteur entre alors dans une grande pièce à la végétation dense,
au sein de laquelle différentes espèces d'oiseaux originaires de tous
les continents sont présentés en vol libre. On peut y observer des
touracos violets (Musophaga violacea), des gallicolombes de Barlett
(Gallicolomba criniger), des gouras victorias (Goura victoria), des
perdrix roulouls (Rollulus roulroul), des pigeons nobles (Otidiphaps
nobilis nobilis), des pigeons de Nicobar (Caloenas nicobarica) et
des bulbuls orphées (Pycnonotus jocosus).
Le visiteur ressort alors de la maison des oiseaux et peut découvrir
l'enclos extérieur des becs en sabot.


Cormoran pie
Cormoran pie - juillet 2009


Caurale soleil
Caurale soleil - juillet 2009



Merle amnéthyste juvénile
Merle amnéthyste juvénile - juillet 2009
Calao tarictic
Calao tarictic - juillet 2009


Mise à jour suite à ma visite d'aout 2015

Au niveau de la maison des oiseaux la seule différence
notable est le transfert des pririts à collier (Platysteira
cyanea
) au sein d’une volière de la grande salle.

L’ancienne structure de ces oiseaux a été refondue,
dispose d’un sol en sable et est agrémentée de quel-
ques graminées. Elle est occupée par un combattant
turnix (Turnix suscitator).

Par ailleurs, suit à la mort de la femelle bec en sabot
en 2012, sa volière a été transformée en une savane
qui présente des marabouts africains (Leptoptilos
crumeniferus
).

La partie extérieure de cet enclos devrait être tran-
sformée en une volière recréant une savane sèche
destinée à ces échassiers.


Volière intérieure des marabouts
Volière intérieure des marabouts - aout 2015



Flèche

En sortant de la maison des oiseaux, le visiteur emprunte le chemin
situé sur sa gauche, en direction de la seconde entrée du zoo et de
la zone consacrée aux primates. Une première fosse, de grande
taille, aménagée de structures bétonnées et de troncs d'arbre, est
le lieu de vie d'une troupe reproductrice de babouins hamadryas
(Papio hamadryas). En coutournant la fosse, le visiteur se dirige
vers une première maison des primates bordée de cages semi -
ouvertes, agrémentées de quelques structures en bois. Ces cages
très anciennes sont typiques des zoos allemands. Des colobes
guérézas (Colobus guereza kikuyuensis) sont présentés dans la
première volière. La seconde installation de cette maison est le
lieu de vie de cercopithèques diane (Cercopithecus diana diana)
alors que la dernière est occupée par des gibbons à favoris blancs
(Hylobates leucogenys).
En face des gibbons, une première fosse en sable dans laquelle
de nombreuses galeries ont été creusées, est le lieu de présenta-
tion d'une colonie de suricates (Suricatta suricatta).



Fosse des babouins
Fosse des babouins - juillet 2009

Volière extérieure des primates
Volière extérieure des primates - juillet 2009
La suite de la visite nous conduit vers une nouvelle maison identique à la
précédente, qui est également composée de trois cages à singes. Ces
volières sont néanmoins plus végétalisées que les premières. Des capucins
à poitrine jaune (Cebus apella xanthostemos) occupent la première cage,
alors que la seconde est le lieu de vie de makis varis roux (Varecia
variegata
variegata) et la troisième présente des makis catta (Lemur
katta
).
Le visiteur fait alors face à la nouvelle maison des anthropoïdes, dont l'ex-
térieur était encore en travaux lors de ma visite. On longe ensuite ce qui
sera la prochaine volière des orang-outans, pour arriver vers une petite
ile plantée de nombreux arbres. Un groupe d'atèles marimondas (Ateles
belzebuth hybridus), dont le zoo de Doué la Fontaine coordonne le pro-
gramme d'élevage européen, occupe cette île et évolue dans les grands
abres qui l'agrémentent. Le visiteur se trouve alors sur une place et
dispose d'un nouveau point de vision sur l'enclos des hippotragues. Sur la
gauche de cette place, on retrouve la maison des oiseaux, alors que sur la
droite, on retrouve une nouvelle maison des primates dans laquelle le vi-
siteur est invité à entrer.




Cette maison est composée de l'ensemble des loges intérieures des
primates énumérés précédemment. Elles sont toutes dotées de stru-
ctures en métal et de quelques aménagements en béton, de cordages
et de structures en bois. Un second couloir est bordé sur la droite
par les loges des atèles, alors que sur la gauche, on découvre divers
terrariums. Le premier est occupé par des scinques carénés
(Tropidophorus grayi), le second l'est par des tupais (Tupaia
belangeri), le troisième par des macroscélides (Macroscelides
proboscideus).
Le visiteur ressort alors de la maison des singes au niveau du futur
enclos des orang-outans et de l'entrée de la nouvelle maison des
anthropoïdes dans laquelle il est invité à entrer. Une première volière
de grande taille aménagée de rochers en béton, de cordages et de
structures en bois, est le lieu de vie d'un groupe reproducteur de
drills (Mandrillus leucophaeus). Mitoyen à l'enclos des drills, une
volière relativement haute et densémment végétalisée est le lieu de
vie de touracos de Fischer (Tauraco fischeri) et de spréos rois
(Cosmopsarus regius).



Loge intérieure pour primates
Loge intérieure pour primates - juillet 2009

Première partie de la loge des gorilles
Première partie de la loge des gorilles - juillet 2009
Le visiteur découvre alors une nouvelle volière plantée d'arbres et
agrémentée de structures d'escalade en bois, qui devrait accueillir
dans quelques temps, les colobes guérézas (Colobus guereza
kikuyuensis
) du zoo. On entre alors dans une seconde salle en
passant sous un porche de faux rochers. Un groupe de gorilles
(Gorilla gorilla) est présenté dans une grande volière visible à
travers des baies vitrées se dressant de part et d'autre du chemin
de visite. Des cordages et des branchages viennent compléter
l'aménagement de cette installation.
La suite de la visite nous conduit au travers de la végétation de la
grande serre, pour se diriger vers une nouvelle volière très haute,
agrémentée de nombreuses structures en bois et de cordages, dans
laquelle est présenté un groupe d'orang-outans de Sumatra (Pongo
pygmaeus abeli
).
Le visiteur contourne un nouveau faux rocher, pour découvrir une
nouvelle installation comparable à celle des gorilles bien que de taille
inférieure. Elle est occupée par un grand groupe reproducteur de
bonobos (Pan paniscus).


Loge des drills
Loge des drills - juillet 2009
Enclos des suricates
Enclos des suricates - juillet 2009


Volière des bonobos en travaux
Volière des bonobos en travaux - juillet 2009
Enclos des gorilles en travaux
Enclos des gorilles en travaux - juillet 2009


Le zoo de Franckfurt comme beaucoup de zoos allemands, présente les 3 espèces de grands singes. Leur ancienne maison a été totalement détruite et la construction de cette nouvelle serre s'est achevée en 2009. Chaque espèce de grand singe disposera également d'un enclos extérieur au cours de l'année 2010. Les orang-outans et les bonobos auront accès à de grandes volières végétalisées, alors que l'enclos des gorilles, en herbe est séparé du visiteur par un fossé en eau. Un projet de cohabitation des gorilles et des colobes est envisagé. Le visiteur ressort alors de la maison des singes et longe sur la droite, le futur enclos extérieur des gorilles et sur la gauche, la volière des bonobos en travaux.


Les grands singes de Frankfurt

Orangs outans

Charly, capturé en 1958, arrivé à Frankfurt en 1978
Djambi,
capturé en 1959, arrivée à Frankfurt en 1965
Sirih, née à Zurich le 07/12/1992, arrivée en 1995
Rosa, née à Hambourg le 05/05/1989, arrivée en 1995
Galdikas, né à Frankfurt le 09/03/2000, fils de Rosa et Charly
Luku, né
à Frankfurt le 02/02/2005, fils de Rosa et Charly
Jahe, née
à Frankfurt le 21/04/2003, fille de Sirih et Charly



Gorilles

Viatu, mâle né à Zurich le 20/12/1998 arrivé en 2008
Rebecca, née à Krefeld le 01/09/1982 arrivée en 1990
Julchen, capturée en 1964, arrivée en 1966
Ruby, née à Arnhem le 19/12/1997 arrivée en 2006
Dian, née à Arnhem le 04/01/1989 arrivée en 1995
Kabuli, né le 13/06/2004 à Frankfurt (père : Matze)
Fritz, né le 01/04/2007 à Frankfurt (père : Matze)

Matze, mâle reproducteur mort le 13/08/2008



Bonobos

Ludwig, mâle reproducteur né à Pkanckandael le 26/08/2004 arrivé en 1999
Kelele, né à Frankfurt le 22/07/2004, fils de Ludwig et Salonga
Ukela, née à Frankfurt le 19/12/1985, fille de Natalie et Bono
Natalie, capturée en 1966, arrivée en 1970
Zomi, née à Planckandael le 29/01/1998, arrivée en 2005
Kamiti, née à Stuttgart le 21/07/1987, arrivée en 2002
Margrit, capturée en 1952, arrivée en 1959
Kutu, née à Stuttgart le 29/05/1998, arrivée en 2005
Henri, né à Frankfurt le 23/01/2001, fils de Ludwig et Natalie
Nyota, né à Frankfurt le 24/02/2007, fils de Ludwig et Natalie
Haiba, née à Frankfurt le 16/11/2001, fille de Ludwig et Ukela
Nakala, née à Frankfurt le 30/12/2007, fille de Ludwig et Ukela

Salonga, femelle reproductrice morte le 23/07/2004


Orang outan
Orang outan (Charly) - juillet 2009
Gorille
Gorille - juillet 2009



Flèche

Le visiteur fait alors face à un petit enclos composé d'un bassin de
taille réduite et d'une plage en béton et en sable. Cette installation
est très petite pour les hippopotames (Hippopotamus amphibius)
qui y sont présentés. Mitoyen aux hippopotames, on découvre un
plateau en sable, séparé du visiteur par un fossé sec et adossé à un
bâtiment de style indien. Cet enclos est occupé par le mâle repro-
ducteur rhinocéros noir du Sud (Diceros bicornis minor), sous
espèce très peu courante en captivité. Le visiteur retrourne alors au
niveau de l'enclos des hippopotames pour entrer dans la maison
des rhinocéros. Cette maison ancienne se compose de différents
boxes carrelés ainsi que d'un bassin. Le visiteur ressort alors de la
maison pour contourner l'enclos des hippopotames et le plateau du
rhinocéros. On découvre alors une caisse de transport dans laquelle
sont expliquées les différentes étapes mises en place par le zoo
pour relacher des rhinocéros en Afrique.
La suite de la visite nous amène vers le second enclos des rhino-
céros occupé par la femelle.



Enclos des hippopotames
Enclos des hippopotames - juillet 2009
Volières des rapaces
Volières des rapaces - juillet 2009
Une nouvelle allée s'ouvre au visiteur. Sur la gauche de cette dernière,
on découvre une rangée de volières consacrées aux rapaces. Les vol-
ières disposent d'un sol en terre ou en galets, de quelques rochers et
d'arbres en fonction des milieux d'origine des espèces présentées. On
peut y observer des caracaras huppés (Polyborus plancus cheriway),
des bateleurs (Terathopius ecaudatus), des percnoptères d'Egypte
(Neophron percnopterus percnopterus), des gypaètes barbus
(Gypaetus barbatus) puis des vautours papes (Sarcorhamphus
papa
).
Sur la droite du sentier, on découvre un enclos en herbe disposant
d'une mare de boue, dans lequel vit un couple de babiroussas 
(Babyrousa babyrussa). Cette installation est accolée à une maison
de chaume nommée "Straussenhaus" (Maison des autruches). Un se-
cond enclos densémment végétalisé est également accolé à cette
maison. Le développement de la végétation rend difficile l'observation
des casoars à casque (Casuarius casuarius) qui y sont présentés.

 
Plateau des rhinocéros
Plateau des rhinocéros - juillet 2009
Enclos des babiroussas
Enclos des babiroussas - juillet 2009


Rhinocéros noir
Rhinocéros noir - juillet 2009
Rhinocéros noir
Rhinocéros noir - juillet 2009


Caracara huppé
Caracara huppé - juillet 2009
Vautour pape
Vautour pape - juillet 2009



Mise à jour suite à ma visite d'aout 2015


Suite à l’arrêt de la présentation des babiroussas
(Babyrousa babyrussa), le parc a accueilli, en
provenance du zoo de Wuppertal, un mâle
céphalophe géant (Cephalophus sylvicultor),
devenant ainsi le troisième établissement européen
à accueillir cette espèce.

Avec cette arrivée, le zoo renoue également avec
ses succès passé dans l’élevage des céphalophes
notamment le céphalophe zébré aujourd’hui in-
visible en captivité.
Enclos du céphalophe
Enclos du céphalophe -
aout 2015


Le visiteur contourne l'enclos des casaors et découvre sur sa
droite, un enclos en herbe bordant un petit plan d'eau. Des
muntjacs de Chine (Muntiacus reevesi), des grues de Man-
dchouri (Grus japonsis), des oies empereurs (Anser
canagicus
) et des canards mandarins (Aix galericulata) y
cohabitent. La suite de la visite nous amène vers l'ile des fla-
mants du Chili (Phoenicopterus chilensis) du zoo, tout en
longeant sur la droite, l'enclos des babiroussas et des casoars.
On retombe alors au niveau d'une place bordée par les fla-
mants, l'entrée de la maison des rhinocéros et la sortie de
l'exotarium. Entre l'enclos des flamants et l'exotarium on
découvre l'installation aquatique du parc. Un enclos de
grande taille, constitué de rochers et d'un grand bassin est
occupé par un groupe d'otaries à fourrure d'Afrique du Sud
(Arctocephalus pusillus).


Enclos des muntjacs
Enclos des muntjacs - juillet 2009
Enclos des phoques
Enclos des phoques - juillet 2009
Une seconde installation du même type, reliée à un enclos plus petit est
le lieu de vie d'une colonie de phoques veaux marins (Phoca vitulina).
Le second enclos permet de séparer des animaux en cas de besoin.
En face des phoques, le visiteur entre dans la mini-ferme du zoo, dont
le premier enclos est consacré aux poneys Shetland (Equus equus),
à coté desquels on trouve un autre enclos en sable séparé du visiteur
par un fossé en eau. Cette nouvelle installation est le lieu de vie d'un
groupe de chameaux (Camelus bactrianus). En bifurquant à droite,
le visiteur emprunte une petit sentier, qui longe sur la gauche le grand
lac des anatidés vu à l'entrée du zoo et sur la gauche l'étang des péli-
cans blancs (Pelecanus onocrotalus). Le visiteur revient au niveau
du sentier des chameaux, pour se diriger vers l'enclos de contact des
chèvres naines (Capra hircus); à coté desquelles une installation de
taille réduite, au sol en herbe est occupée par des cobayes dome-
stiques (Cavia aperea).


Enclos typique de la mini ferme
Enclos typique de la mini ferme - juillet 2009
Bassin des otaries
Bassin des otaries - juillet 2009



Flèche

Le visiteur contourne l'enclos des cobayes pour se diriger vers
un nouveau plateau en sable séparé du visiteur par un fossé en
eau et planté de grands arbres. Un groupe de zèbres de Grévy
(Equus grevyi) occupe cette installation accolée à une petite
maison de couleur jaune au toit en chaume.
En face de lui, le visiteur retrouve l'enclos des muntjacs et des
grues de Mandchourie au niveau duquel il emprunte le chemin
longeant cet enclos pour observer les deux enclos des okapis
(Okapia johnstoni), dont le plus récent a été inauguré en
2007. L'ancien enclos des okapis était occupé par un mâle qui
a été transféré au zoo d'Anvers au cours du mois de juillet 2009.
Cet ancien enclos est relié à la maison des girafes dans laquelle
se poursuit la visite.
Dans la maison, le visiteur découvre sur la droite, différents
boxes en demi lune qui hébergent les girafes réticulées (Giraffa
camelopardalis reticulata).


Enclos des zèbres de Grévy
Enclos des zèbres de Grévy - juillet 2009

Enclos des oréotragues
Enclos des oréotragues - juillet 2009
Sur la gauche de la maison, on trouve deux boxes carrelés con-
sacrés aux okapis. On peut également observer sur la gauche,
un terrarium agrémenté de nombreux branchages, occupé par
des rats rayés d'Afrique (Lemniscomys barbarus), puis un se-
cond qui est le lieu de vie de rats des moissons (Micromys
minutus
). Avant de quitter la maison des girafes, le visiteur peut
observer sur la droite, une dernière loge amménagée de rochers,
occupée par de rares oréotragues (Oreotragus oreotragus).
Il s'agit d'une petite espèce d'antilope aux sabots fins, adaptée
aux milieux escarpés et dont le zoo de Frankfurt est un des seuls
à maitriser la reproduction.
Le visiteur sort alors de la maison des girafes et découvre sur la
droite, l'enclos extérieur des oréotragues. Ce dernier est agré-
menté de rochers mais également de hautes herbes.
En face de l'enclos des oréotragues, on retrouve la zone des an-
tilopes.


Boxe des girafes
Boxe des girafes - juillet 2009
Enclos extérieur des girafes
Enclos extérieur des girafes - juillet 2009


Enclos principal des okapis
Enclos principal des okapis - juillet 2009
Oréotragues
Oréotragues - juillet 2009


Cette zone se compose de deux enclos entourant une maison
identique à celle des zèbres de Grévy ou à la maison des aut-
ruches. Le premier enclos au sol en terre et en écorce est
planté de nombreux arbres et est le lieu de vie d'un petit grou-
pe de bongos (Tragelaphus euryceros). La seconde instal-
lation est pour sa part peu végétalisée et dispose d'un sol en
sable sur lequel sont posés des troncs d'arbre. De rares ga-
zelles de Mohrr (Gazella dama mohrr) sont présentés dans
cet enclos et se reproduisent régulièrement.
La suite de la visite nous conduit à contourner l'installation
des antilopes pour découvrir un enclos construit récemment
à la végétation haute et disposant d'un petit bac à sable. Des
loups à crinière (Chrysocyon brachyurus) sont présentés
à ce niveau. Mitoyen à l'enclos des loups à crinière, on
trouve une dernière plaine en sable, de grande taille, plantée
de quelques arbres et agrémentée de branchages et de ro-
chers.



Enclos des gazelles
Enclos des gazelles - juilmlet 2009
Plaine sud américaine
Plaine sud américaine - juillet 2009





Cette plaine est consacrée à la faune sud américaine et accueille une
cohabitation entre des nandous de Darwin (Pterocnemia pennata),
des maras (Dolichotis patagonum), des capybaras (Hydrochearis
hydrochaeris) et des vigognes (Lama vicugna vicugna). La suite
de la visite nous conduit à longer cette plaine en direction du restau-
rant principal du zoo et du grand lac des anatidés. C'est en passant
devant la maison des fauves et les fosses aux ours que le visiteur ter-
mine sa visite.
Gazelle addra
Gazelle de Mhorr - juillet 2009
Bongos
Bongos - juillet 2009



Flèche


En conclusion, le zoo de Frankfurt est un grand parc allemand qui
possède une collection animale intéressante, notamment par la
rareté de certaines espèces présentées comme les oréotragues, les
bec en sabot ou les gazelles de Mhorr. Le zoo de Frankfurt dispose
également d'un des plus grand noctarium d'Europe qui devrait être
rénové prochainement, ainsi qu'une impressionnate collection
d'oiseaux. Les nouveaux aménagements sont nombreux et promet-
tent de belles nouveautés. Par exemple, la nouvelle maison des
grands singes est une belle installation de grande taille qui offre à
ses pensionnaires des conditions de vie optimales.
Ce parc est donc à recommander aux amateurs de zoo.
Ours malais
Ours malais - juillet 2009


Copyright ©  -  2007-2017  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés