Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde   |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens

Tierpark Hagenbeck

Tierpark Hagenbeck GmbH
Lokstedter Grenzstraße 2
22527 Hamburg
Allemagne

Tel : +49 (0)4 05 30 03 30
Fax : +49 (0)4 05 30 03 33 41

www.hagenbeck.de


Logo Tierpark Hagenbeck


Ma visite : 16 septembre 2012
Mise en ligne : 05 mars 2013






Horaires d'ouverture 2012
Tarifs d'entrée 2012
Historique du parc
Les éléphants, chameaux et anatidés
Les orang-outans
La zone asiatique
L'Amérique et la plaine des cerfs
Les aras et la plaine australienne
La mini ferme, les tapirs et les muntjacs
Barbicans à tête rouge
Barbicans à tête rouge - septembre 2012


La maison des oiseaux
Eismeer 1/3
Eismeer 2/3
Eismeer 3/3
Les flamants roses et les zèbres
Les lions et les girafes
Les ongulés des montagnes et les ours
La maison australienne et les cobayes
Conclusion



Flèche

Horaires d'ouverture 2014 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)






Novembre à Février :                      9h00 à 16h30
Mars à juin et septembre, octobre : 9h00 à 18h00
Juillet et Août :                                9h00 à 19h00
Ours du Kamtschtka
Ours du Kamtschtka - septembre 2012



Flèche

Tarifs d'entrée 2014 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)



Ticket journalier

     Adulte :                    20,00 €
     Enfant (4 à 16 ans) : 15,00 €
     Carte famille 1 :        60,00 €
     (2 adultes et 2 enfants)
     Carte famille 2 :        70,00 €
     (2 adultes et 3 enfants)

Tarif groupe (à partir de 10 personnes)
     Adulte :                    18,00 €
     Enfant (4 à 16 ans) : 13,00 €

Ticket annuel
     Adulte :                  100,00 €
     Enfant (4 à 16 ans) : 60,00 €
Thar de l'Himalaya
Thar de l'Himalaya - septembre 2012


Ticket combiné Tierpark et Tropen Aquarium

     Adulte :                    30,00 €
     Enfant (4 à 16 ans) : 21,00 €
     Carte famille 1 :        85,00 €
     (2 adultes et 2 enfants)
     Carte famille 2 :        98,00 €
     (2 adultes et 3 enfants)

Tarif groupe (à partir de 10 personnes)
     Adulte :                    28,00 €
     Enfant (4 à 16 ans) : 19,00 €

Ticket annuel
     Adulte :                  150,00 €
     Enfant (4 à 16 ans) : 95,00 €



Flèche

Historique du parc

L'histoire du Tierpark remonte au début des années
1900, lorsque Carl Hagenbeck acheta une propriété
à Stellingen, banlieue de Hamburg et y construit une
ménagerie.

La passion des animaux, Carl Hagenbeck la tient de
son père, pêcheur à qui furent confiés 4 bébés pho-
ques orphelins.
Le père de Carl Hagenbeck présenta ses protégés
au public de Hamburg puis à Berlin, où il acquis
d'autres animaux et monta une véritable ménagerie
itinérante.

Carl Hagenbeck continua de développer ce petit
commerce puis imagina un espace de présentation
fixe et sans barrière.



Spréo d'Hildebrandt
Spréo d'Hildebrandt - septembre 2012
Lions
Lions - septembre 2012


C'est ainsi que le Tierpark Hagenbeck fut inauguré
le 07 mai 1907.
Carl Hagenbeck developpa son parc avec l'arrivée
de nouveaux pensionnaires, la création d'une école
équestre ou encore une ferme d'autruches.

Dès 1910 le parc présenta de gros animaux dont
des éléphants de mer.
Après 2 pauses lors des guerres mondiales, le
développement du zoo repris de plus belle dès
1946.








Dès lors, la famille Hagenbeck toujours aux rênes
du parc, conçu des enclos sans barrières. Les
installations grandioses et massives ne sont pas
rares et parmi les dernières réalisations, on peut
noter la construction de la serre des orang outans,
du temple des éléphants, du Tropen Aquarium et
d'Eismeer.
Courvite à double collier
Courvite à double collier - septembre 2012



Flèche

Présentation du parc


Après avoir franchi l'arche marquant l'entrée du zoo,
le "Tierpark Hagenbeck", le visiteur est plongé dans
un écrin de verdure. Directement après l'entrée, sur
la droite, mitoyen à la boutique du zoo, se trouve le
temple des éléphants asiatiques (Elephas maxima).

Erigé en 2007, ce bâtiment rappelant le style indien
se compose d'un parc commun en sable, séparé du
visiteur par un fossé en eau faisant également office
de bassin intérieur pour les pachydermes. Au fond
du bâtiment se trouvent plusieurs boxes individuels.

Le visiteur ressort alors du temple des éléphants,
pour découvrir l'école du zoo et le premier enclos
extérieur des pachydermes.


Temple des éléphants
Temple des éléphants - septembre 2012

Enclos d'isoilement des éléphants
Enclos d'isoilement des éléphants - septembre 2012
Ce dernier permet d'isoler les individus, ou les jeunes.
Il se compose d'un espace enherbé, d'une zone de
terre et d'un bassin.

Après avoir contourner l'enclos d'isolement, on dé-
couvre l'enclos principal des femelles. Egalement en
herbe et en sable, ce vaste enclos dispose d'un grand
bassin. A noter que le visiteur peut nourrir les pachy-
dermes qui passent la majorité de leur après midi à
se pencher au dessus du fossé de séparation, en
quête de nourriture et sous la surveillance de leurs
soigneurs.

Enfin, un troisième et dernier enclos complète ce
complexe. Cette installation en herbe est utilisée
pour maintenir le mâle reproducteur du groupe.


Le complexe des éléphants laisse place à une pelouse
où les visiteurs peuvent se reposer.

Sur la gauche se trouve une plaine de taille moyenne
en herbe et en sable, consacrée à la présentation de
chameaux (Camelus bactrianus). Quelques troncs
morts ont été disposés dans l'installation.

Mitoyen aux camélidés se trouve un plateau délimité
par un profond fossé. Le plateau en lui même a été
végétalisé, un sol en herbe, planté de nombreux ar-
bres et autres arbustes dont certains sont reliés entre
eux par des cordes, accueille un groupe de coatis
bruns (Nasua nasua).


Enclos des chameaux
Enclos des chameaux - septembre 2012


Prairie des anatidés
Prairie des anatidés - septembre 2012


Le visiteur arrive alors au niveau d'un grand lac, bordé
par une plage en herbe, sur lequel sont présentées
diverses espèces d'anatidés. On pourra ainsi y obser-
ver des oies rieuse (Anser albifrons), des bernaches
à cou roux (Branta ruficollis), des oies cygnoïdes
(Anser cygnoides), des oies à tête barrée (Anser
indicus
), des oies empereurs (Anser canagica), des
oies à bec court (Anser brachyrhynchus) et des
bernaches cravants (Branta bernicla).

La visite se poursuit sur la droite, de sorte à longer le
lac au bord duquel a été érigée un temple bouddhiste
mis à disposition des photographes.
Bassin principal des éléphants
Bassin principal des éléphants - septembre 2012
Enclos principal des éléphants
Enclos principal des éléphants - septembre 2012



Flèche

En face du temple, un sentier bifurque sur la droite, en
direction d'une installation inaugurée en 2004, structure
originale unique en Europe.
Il s'agit d'une serre tropicale surmontée d'un dôme
translucide. Cette coupole peut soit être totalement
fermée pour former une véritable serre tropicale, soit
être ouverte sur sa moitié, pour permettre à ces habi-
tants de profiter du soleil et de l'air frais.

A l'intérieur de la serre, on découvre une île entourée
d'un fossée en eau. L'île au sol en terre est agrémentée
de troncs, de structures d'escalade en bois, de cordes
et de quelques palmiers. Cette serre est le lieu de pré-
sentation d'un groupe d'orang-outans de Sumatra
(Pongo pygmaeus abelli) qui cohabitent avec des
loutres naines (Amblonyx cinerea).



Dôme des orang outans
Dôme des orang outans - septembre 2012
Enclos des orang-outans
Enclos des orang-outans - septembre 2012

Les grands singes de Hamburg


Orang-outans

Tuan, mâle né à Duisburg le 23/05/1998
Toba, femelle née à Frankfurt le 28/11/1984
Bella, femelle née en 1961 à Sumatra
Mokko, femelle née le 11/11/1983 à Frankfurt
Sly, femelle née au zoo le 16/07/1999
Harapan, femellée née à Hamburg le 03/02/2005
Simia, femelle née au parc le 16/03/2005



Flèche

Une fois revenu sur le sentier principal, le visiteur
emprunte un pont, longeant sur la gauche le grand
lac des anatidés, sur lequel évoluent également
des pélicans gris (Pelecanus rufescens).

Sur la droite, un étang entouré de plage végéta-
lisées agrémenté de joncs, accueille des recons-
titutions de dinosaures. On pourra ainsi y voir
Tyrannosaurus rex, Iguanodon sp.,
Plesiosaurus sp., Ichthyosaurus sp.,
Paracyclotosaurus sp., Triceratops sp.,
Teleosaurus sp. et Deinosuchus sp..

Au milieu de ces reconstitutions nage un couple
de cygnes à col noir (Cygnus melanocoryphus).


Bassin des cygnes et des dinosaures
Bassin des cygnes et des dinosaures - septembre 2012

Enclos extérieur des tortues
Enclos extérieur des tortues - septembre 2012
Après avoir traversé le pont, on découvre sur la
gauche, la plage en herbe des pélicans qui coha-
bitent avec des grues demoiselles (Anthropoides
virgo) et des grues royales (Balearica
regulorum
).

En face des échassiers, se trouve une prairie où
se dressent d'autres reconstitutions de dinosaures
à savoir : des Brontosaurus sp., des Meiolania
sp. et des Pareiasaurus sp..
La prairie de ces derniers dinosaures est éga-
lement le lieu de vie de tortues d'Aldabra
(Geochelone gigantea).

Ces reptiles ont accès à une serre dotée d'un
bassin, faisant office de maison d'hivernage.


Temple indou
Temple indou - septembre 2012
Loge intérieur des tortues
Loge intérieur des tortues - septembre 2012


La visite se poursuit pour découvrir une demi-île. Un
plateau enherbé agrémenté d'une caverne et de nom-
breux grands arbres et autres buissons, est séparé du
public par un grand fossé en eau faisant office d'un
bassin.

Cette installation est le lieu de vie de tigres de Sibérie
(Panthera tigris altaica).  Les grands félins dispo-
sent d'un enclos secondaire non visible du public.

Dans le prolongement de l'enclos des tigres se trouve
une installation de type forestière, plantée de grands
arbres et divisée en 2 parties, reliées entre elles par
une "porte sélective".


Enclos des tigres
Enclos des tigres - septembre 2012


Enclos des panthères
Enclos des panthères - septembre 2012


Cet enclos est consacré à un troupeau de cerfs élaphes
(Cervus elaphurus canadensis) et de dindons
(Meleagris gallopavo). La porte rétrécie permet le
passage des femelles, mais confine les mâles à l'enclos
principal.

Le sentier bifurque alors à droite, de sorte à contour-
ner un enclos recouvert d'un filet. Cette installation na-
turelle est plantée de grands arbres et de massifs de
bambous. Quelques rochers, troncs d'arbre, une cas-
cade et un petit bassin complètent les aménagements
destinés à un couple de panthères de l'Amour
(Panthera pardus japonensis) et à leurs jeunes nés
en 2012.




En face des panthères, le long du premier sentier se
trouve un rucher pédagogique. Sur la gauche de la
troisième portion de chemin contournant l'enclos
des panthères se trouve une volière de taille moyenne
agrémentée de nombreux conifères et consacrée à
la présentation de chouettes harfangs des neiges
(Nyctea scandiaca).

Le visiteur revient alors au niveau de l'enclos prin-
cipal des cerfs.
Volière des harfangs des neiges
Volière des harfangs des neiges - septembre 2012


Enclos des cerfs et des dindons
Enclos des cerfs et des dindons - septembre 2012
Ruchers
Ruchers - septembre 2012



Flèche

Le visiteur quitte la zone asiatique pour poursuivre sa
découverte de l'Amérique du Nord, débutée par l'en-
clos des cerfs. Après avoir observé deux totems de
grande taille, le visiteur peut observer, sur la droite, un
petit enclos en terre et en herbe, agrémenté de bran-
ches et de conifères.
Cette installation accueille une cohabitation entre des
chiens de prairie à queue noire (Cynomys
ludovicianus) et des porcs épics arboricoles
(Erethizon dorsatum).

A l'arrière des rongeurs s'étend un plateau en terre,
planté de conifères et creusé d'un bassin, composant
l'installation des bisons d'Amérique (Bison bison
bison) et des bernaches du Canada (Branta
canadensis
).


Enclos des chiens de prairie
Enclos des chiens de prairie - septembre 2012
Fourmilière
Fourmilière - septembre 2012

A côté du panneau d'information des bisons se trouve
un monticule de terre et d'épines, recouvert d'un gril-
lage métallique. Cette fourmilière présente une colonie
de fourmis forestières (Formica polyctena).

Un petit sentier bifurque sur la gauche pour longer une
marre entourée d'une végétation dense, construite à
l'occasion de la campagne EAZA sur les amphibiens.

Une fois revenu au niveau des bisons, on découvre
sur la gauche, un enclos relativement long, en terre,
ombragé par quelques pins, dans lequel évoluent des
alpagas (Lama pacos), des nandous (Rhea americana)
et des cabiais (Hydrochoerus hydrochaeris), qui ont
également accès au plan d'eau central.


Deux possibilités s'offrent alors aux visiteur. On peut
soit poursuivre la visite sur le sentier principal, soit
bifurquer sur la gauche. Nous allons opter pour la
seconde options et poursuivre la visite en Amérique
du Sud.

Derrière un haut grillage se trouve un enclos en sable
planté de quelques feuillus. Au centre de l'installation
se trouve au premier plan un bassin peu profond. Au
second plan un second bassin avec vision sous ma-
rine. Quelques troncs complètent les décors de cet
enclos qui accueille un groupe reproducteur de lout-
res géantes du Brésil (Pteronura brasiliensis).
La maison des loutres était fermée lors de ma visite.


Enclos des loutres géantes
Enclos des loutres géantes - septembre 2012



Fosse des babouins hamadryas
Fosse des babouins hamadryas - septembre 2012
A l'arrière des loutres se trouve un grand rocher arti-
ficiel. Des troncs rendent l'installation un peu plus
naturelle. Un grand fossé sec permet de séparer la
troupe de babouins hamadryas (Papio hamadryas)
des visiteurs.

Le sentier rejoind l'îlot des enclos sur lequel se
trouvent les installations des chameaux et des coatis.
A l'arrière des coatis et en face des singes se trouve
une plaine en sable, agrémentée de quelques grands
arbres, de rochers, de branches et d'un bassin.

Cette plaine asiatique abrite des cerfs sikas du Viet-
nam (Cervus nippon pseudaxis), des antilopes cer-
vicapres (Antilopa cervicapra) et de grues à cou
blanc (Grus vipio).


Enclos des alpagas
Enclos des alpagas - septembre 2012
Plaine des cerfs asiatiques
Plaine des cerfs asiatiques - septembre 2012



Flèche

Dans le prolongement de la plaine asiatique se trouve
un grand bassin bordé par une île en terre. Cet enclos
est le lieu de vie d'un groupe de pélicans blancs
(Pelecanus onocrotalus) et de grues antigone (Grus
antigone). De grands arbres ombragent cette plage.

Le sentier se dirige alors sur la droite pour longer une
vaste volière naturelle. Légèrement pentue, cette der-
nière au sol enherbée est agrémentée d'un bassin, d'un
ruisseau, de rochers et de quelques branches. Cette
volière inaugurée en 2006 héberge des aras chlorop-
tères (Ara chloroptera) et des dendrocygnes à ventre
noir (Dendrocygna autumnalis).


Volière des aras
Volière des aras - septembre 2012


Enclos extérieur des kangourous
Enclos extérieur des kangourous - septembre 2012
La visite se poursuit vers un autre continent, l'Australie.
Une vaste plaine légèrement vallonnée, en herbe, est
séparée du sentier de visite par un fossé en eau. Des roc-
hers et des branchages complètent les aménagements
de ce bush australien. Des wallabies de Bennett
(Macropus rufogriseus) y cohabitent avec des émeus
(Dromaeus novaehollandiae), des kangourous roux
(Macropus rufus), des oies semi-palmées (Anseranas
semipalmata), des souchets d'Australie (Anas
rhynchotis), des bernaches à crinières (Chenonetta
jubata), des sarcelles rousses (Anas castanea) et
des dendrocygnes à lunulles (Dendrocygna arcuata).

Nous allons alors nous diriger sur la droite, pour tra-
verser une grande pelouse arborée.


A l'extrémité de cette étendue d'herbe se trouve le jardin
chinois que l'on traverse. Le lac entourant le jardin chinois
héberge une colonie de flamants roses (Phoenicopterus
roseus).

En quittant le jardin chinois, on découvre un ancien
bâtiment entièrement vitré. Cette maison abrite un bout
de forêt tropicale reconstitué à l'aide de nombreuses
plantes, des racines et des branches. Cette installation
est occupée par des sakis à face blanche (Pithecia
pithecia) et par des tamarins empereurs (Saguinus
imperator subgrisescens).

A côté des singes sud américains se trouve le manège
équestre de Hagenbeck, école d'équitation renommée.



Loges des sakis
Loges des sakis - septembre 2012



Flèche

La visite se poursuit vers la mini ferme du parc. Un
premier enclos de contact doublé d'une zone de
repli héberge des chèvres naines (Capra haegagrus),
des chèvres de Damara (Capra haegagrus) et des
moutons d'Ouessant (Ovis aries).

A l'arrière de l'installation de repli se trouve le bâti-
ment en bois des caprins. Cette grange accueille aussi
un pigeonnier où vivent des pigeons blancs (Columbia
livia
) et des poules naines du Niederrheiner (Gallus
domesticus
).

En face des chèvres se trouve un grand parc en sable
au fond duquel s'élève une écurie. Ce complexe est le
lieu de vie d'ânes gris (Equus asinus) et de poneys
shetland (Equus caballus).



Enclos des poneys
Enclos des poneys - septembre 2012
Enclos des rats
Enclos des rats - septembre 2012



La mini ferme compte encore 2 enclos mitoyens, séparé
par une cloture. Le premier, en terre, est agrémenté de
structures d'escalade en bois et de rochers. Cet enclos
présente des zébus nains (Bos primigenus) et des chè-
vres Girgentana (Capra hircus).

La seconde partie de l'enclos, boueuse, est consacrée
à des cochons Angler (Sus domesticus).
Le visiteur entre alors dans la porcherie où, outre les
boxes de nuit des cochons et des bovins, on trouve un
terrarium recréant un atelier, dans lequel est présentée
une colonie de rats noirs (Rattus rattus).

Un des murs du bâtiment percé d'une vitre s'ouvre sur
une loge intérieure dotée d'un bassin et consacrée à
plusieurs oiseaux sud américains.
Enclos des chèvres
Enclos des chèvres - septembre 2012
Enclos des cochons nains
Enclos des cochons nains - septembre 2012


Le sentier sillonne alors entre les enclos des chèvres
et des chevaux, pour découvrir, sur la droite, une
petite installation délimitée par une palissade en bois.
Cette installation en sable est occupée par des coc-
hons nains (Sus scrofa domestisus).

Sur la gauche en revanche, adossée au bâtiment des
rats, se dresse une grande volière organisée autour
d'un bassin. Le sol de cette volière est recouvert
d'herbe, de rochers et de saules pleureurs.
Cette volière consacrée à l'Amérique du Sud est le
lieu de vie de sternes incas (Larosterna inca), de
sarcidiornes (Sarkidiornis melanotos), d'ibis rouges
(Eudocimus ruber), de spatules roses (Ajaja ajaja),
d'échasses du Mexique (Himantopus mexicanus)
et de savacous huppés (Cochlearius cochlearius).



Volière sud américaine
Volière sud américaine - septembre 2012
Enclos des tapirs terrestres
Enclos des tapirs terrestres - septembre 2012


En face de la volière sud américaine se trouve un enclos
de taille moyenne, naturel, à l'herbe haute et agrémenté
de buissons, saules, d'un bassin et de quelques troncs.
Cet enclos est le lieu de présentation de tapirs terrestres
(Tapirus terrestris).

Mitoyen aux tapirs se dresse une installation ombragée
par de nombreux arbres. Cet enclos dispose d'un bas-
sin et de quelques massifs de bambous. Des muntjacs
de Chine (Muntiacus reevesi) y évoluent en compagnie
de grues de Mandchourie (Grus japonensis).

Enfin, sur la droite se trouve une grande prairie agré-
mentée de bambous et de troncs d'arbre.




Cette prairie est le lieu d'une cohabitation entre des
cigognes blanches (Ciconia ciconia), des tantales
ibis (Mycteria ibis), des jabirus du Sénégal
(Ephippiorhynchus senegalensis), des grues
royales (Balearica regulorum) et des chaunas
(Chauna torquata).

En face des échassiers se trouve le dernier enclos
de la mini ferme, une petite pelouse creusée d'un
bassin et occupée par des oies blanches (Anser
domesticus).
Plaine des échassiers
Plaine des échassiers - septembre 2012



Flèche

La visite se poursuit vers un des bâtiment historique
du zoo, la maison des oiseaux. C'est à l'intérieur de
cet édifice doté de 2 tourelles que se poursuit la
visite.
A l'intérieur de la maison se trouvent plusieurs vo-
lières intérieures vitrées.

La première agrémentée de sable et de nombreux
branchages est le lieu de vie de pluviers pâtres
(Charadrius pecuarius), de gravelots à 3 colliers
(Charadrius tricollaris), de moinelettes à oreillons
blancs (Eremopterix leucotis), d'astrilds de
Reichenow (Cryptospiza reichenowi), ...


Maison des oiseaux
Maison des oiseaux - septembre 2012


Intérieur de la maison des oiseaux
Intérieur de la maison des oiseaux - septembre 2012
..., d'astrilds à face noire (Estrilda erythronotus),
d'astrilds cordon-bleus (Uraeginthus
cyanocephalus), de zostérops du Kilimandjaro
(Zosterops poliogastrus eurycricotus), de serins
du Cap (Serinus canicollis) et de beaumarquets
melbas (Pytilia melba).

La seconde loge, également vitrée, dispose d'un
sol recouvert de terreau. A l'arrière plan poussent
de nombreuses plantes tropicales tandis qu'au
premier plan se trouve un petit bassin et des
souches d'arbre. Cette volière est consacrée à
des barbicans à tête rouge (Trachyphonus
erythrocephalus) et à des râles à bec jaune
(Amaurornis flavirostris)


La troisième loge qui est en fait le regroupement de
2 volières est le lieu de vie de pique boeufs à bec
rouge (Buphagus erythrorhynchus), de courvites
à double collier (Rhinoptilus africanus), de spréos
d'Hildebrandt (Lamprotornis hildebrandti), de
barbicans à poitrine brune (Lybius melanopterus)
et de jacanas africains (Actophilornis africana).

Enfin, la dernière loge intérieure est densément
plantée et agrémentée de gros perchoirs. Elle
héberge un couple de calaos de Van Decken
(Tockus deckeni).

Le visiteur ressort alors de la maison des oiseaux
pour découvrir leurs volières extérieures.


Loge intérieure des spréos
Loge intérieure des spréos - septembre 2012
Volière des tisserins
Volière des tisserins - septembre 2012




La première volière, au sol en herbe, agrémentée
d'un bassin, de quelques buissons et de mâts est
le lieu de vie d'une colonie de conures soleil
(Aratinga solstitialis).

La seconde volière, au sol en sable, représente
un milieu désertique. Les nombreux branchages
qui ont été intégrés à la volière sont recouverts
des nids des veuves du Paradis (Vidua
paradisaea) et des tisserins de Tavete (Ploceus
castaneiceps) qui y cohabitent.





Les courvites et leurs colocataires ont accès à
la volière extérieure qui suit, densément plantée
au sol recouvert d'herbe et de gravillons et
agrémentée de rochers.

Enfin, une quatrième et dernière volière bien
végétalisée est le lieu de vie du couple de
calaos
Volière extérieure des courvites
Volière extérieure des courvites - septembre 2012



Flèche

En face de la maison des oiseaux se trouve la grande
nouveauté 2012 du Tierpark Hagenbeck "Eismeer"
le panorama arctique.

Le panomara arctique fait partie de l'histoire du parc
Hagenbeck. En effet, dès les débuts de l'existence
du parc, Karl Hagenbeck construit un complexe
d'enclos séparés entre eux par des faux rochers, des
bassins ou des fossés. Le principal rocher de ce type
érigé à Hamburg permettait l'accueil d'ours polaires,
de phoques, de morses et d'élephants de mer.

Une fois devenue vétuste, cette installation a été
détruite en 2009. Deux ans de travaux ont été né-
cessaire à la construction du nouvel Eismeer qui
s'étend sur 8 000 m².



Panorama arctique (enclos des morses)
Panorama arctique (enclos des morses) - septembre 2012

Enclos des manchots
Enclos des manchots - septembre 2012
En face des volières extérieures des oiseaux, on
découvre les 2 premiers enclos d'Eismeer.
Délimité par de faux rochers et entouré de falaise
se trouve un premier bassin s'ouvrant sur une
plage rocheuse. Cette installation est le lieu de vie
d'une colonie de manchots de Humboldt
(Spheniscus humboldti) qui cohabitent avec des
brassemers cendrés (Tachyeres pteneres).

Le second bassin, séparé du premier par de hauts
rochers qui abritent une loge de nuit visible à
travers des baies vitrées, héberge des otaries de
Californie (Zalophus californiensis) et des
otaries à fourrure australe (Arctocephalus
australis
).


Enclos des otaries
Enclos des otaries - septembre 2012
Enclos des otaries
Enclos des otaries - septembre 2012


Les pinnipèdes disposent d'une plage rocheuse. Leur
enclos est relié à un second enclos disposant d'un
grand bassin et entouré lui aussi de nombreux faux
rochers et autres falaises.

Enfin, on trouve un quatrième enclos disposant d'un
grand bassin, dont la profondeur maximum est de
7m. Ce bassin est entouré de plages de faux rochers.
Des phoques gris (Halichoerus griseus) y évoluent
avec une femelle morse (Odobenus rosmarus),
venue tout droit de Russie.
En arrière plan, sur les falaises du complexe Eismeer,
on peut observer les ours polaires (Ursus
maritimus
) du parc.


Enclos des ours polaires
Enclos des ours polaires - septembre 2012


Entrée dans la grotte Eismeer
Entrée dans la grotte Eismeer - septembre 2012


A l'extrémité de l'enclos des phoques, un sentier con-
duit le visiteur au coeur de la falaise. Ce sentier des-
cend dans les profondeur. Une première vitre per-
met d'observer une partie du bassin des ours polaires
ainsi que la partie terrestre rocheuse, formée de plu-
sieurs terrasses.

La visite se poursuit au milieu des faux rochers pour
arriver à proprement parler dans les profondeurs
d'Eismeer. Sur la gauche de l'entrée de la grotte une
vitre offre une seconde vision sous marine sous l'en-
clos des ours polaires.

Au niveau du décor, le parcours de visite est en-
touré de stalactites et d'autres panneaux d'informa-
tion.



Flèche


La descente sous les océans se poursuit, pour arriver
au niveau d'une large vitre offrant une vision sous
marine sur le bassin des morses. Des faux rochers
coupent la monotonie des bassins artificiels.

Les murs guidant le parcours de visite sont tapissés
de photos présentant les cétacés de la planète.
Au détour d'un virage se trouve un second point de
vision sous marine sur le bassin des morses.
En face de ce point de vision, des panneaux péda-
gogiques sur les morses définissent leur mode de
vie.


Allée dans les méandres d'Eismeer
Allée dans les méandres d'Eismeer - septembre 2012


Vision sous marine sur le bassin des morses
Vision sous marine sur le bassin des morses - septembre 2012

Divers autres panneaux présentant les climats de la
planète et les dangers qui pèsent sur eux, sont ac-
croché le long du sentier qui mène au point d'ob-
servation sur le bassin principal des otaries.

En poursuivant la visite sous les rochers, deux
baies vitrées, l'une au sol, l'autre au plafond, offrent
une vision sur le passage reliant les deux bassins
des pinnipèdes.

Le point de vision sur l'enclos secondaire des ota-
ries est entouré de fausse glace et de fausses
méduses.


Le couloir qui suit présente plusieurs panneaux sur
le réchauffement climatique et la montée des eaux.
Une baie vitrée permet de découvrir un bassin en
vision sous marine, bassin dans lequel nagent des
tourteaux dormeurs (Cancer pagurus) et des
truites (Salmo truita).

En face des poissons, une seconde vitre permet
d'observer les manchots de Humboldt nager.
Le visiteur contourne le bassin des manchots,
pour retrouver l'air libre, tout en restant au coeur
de l'enceinte de faux rochers.

Sur la droite, une légère pente en herbe constitue
la zone de nidification des manchots.


Bassin des tourteaux
Bassin des tourteaux - septembre 2012
Ambiance dans Eismeer
Ambiance dans Eismeer - septembre 2012



Quelques hautes graminées et des conifères com-
plètent les aménagements.

Une grotte s'ouvre alors et permet de découvrir
la partie supérieure du bassin des manchots.

A la sortie de la grotte, le visiteur se retrouve au
coeur de la volière érigée entre les hautes falaises
de faux rochers.
Cette volière se compose d'une partie en herbe,
de maisons islandaises abritant les loges de nuit
des oiseaux. Un grand bassin se trouve au milieu
des falaises.
Zone enherbée des manchots de Humboldt
Zone enherbée des manchots de Humboldt - septembre 2012
Grotte et bassin des manchots
Grotte et bassin des manchots - septembre 2012



Flèche

Cette volière, outre les truites et les tourteaux, accueille
des macareux moines (Fratercula arctica), des ster-
nes arctiques (Sterna paradisaea), des harledes bo-
réales (Clangula hyemalis), des eiders à tête grise
(Somateria spectabilis), des avocettes élégantes
(Recurvirostra avosetta) et des combattants variés
(Philomachus pugnax).

A noter que des guillemots de Troïl (Uria aalge)
étaient également présentés dans cette volière mais
un problème de prédateur a conduit à l'arrêt de la
présentation de cette espèce.

Le visiteur ressort de la volière pour découvrir une
frise pédagogique présentant les différentes espèces de
manchots.



Volière des macareux
Volière des macareux - septembre 2012

Bassin des manchots
Bassin des manchots - septembre 2012
Une porte marque l'entrée dans une salle climatisée
où la température est maintenue à quelques degrès.

La visite se poursuit dans cette pièce. la première
partie est relativement sombre. Sur la gauche, des
baies vitrées offrent une vision sous marine sur un
grand bassin. Sur la droite en revanche, on peut ob-
server une cavité rocheuse.

La visite se poursuit au milieu des faux rochers,
pour découvrir le grand bassin, à l'arrière duquel
se trouve une plage de faux rochers.
A l'arrière de la plage de faux rochers se trouve
la zone de nidification où de la vrai glace est pro-
duite.


Des manchots royaux (Aptenodytes patagonicus)
y cohabitent avec des manchots papous
(Pygoscelis papua).

Le visiteur ressort de la salle des manchots pour
longer le dernier mur sur lequel a été peint une
frise rappelant les évènements marquants de
l'histoire du parc de Hagenbeck.

Des escaliers permettent aux visiteurs de grimper
au sommet des rochers d'Eismeer et d'avoir un
point de vision général sur les alentours.
Le visiteur quitte alors Eismeer au niveau du bas-
sin des ours polaires.
Maquette d'Eismeer
Maquette d'Eismeer - septembre 2012


Volière et falaise des macareux
Volière et falaise des macareux - septembre 2012
Zone de nidification des manchots
Zone de nidification des manchots - septembre 2012



Flèche

En face du complexe arctique s'étend une autre
pelouse où l'on peut apercevoir des maras
(Dolichotis patagonum), rongeurs évoluant en
liberté dans tout le parc.

De l'autre côté de la pelouse se trouve un autre
complexe historique du Tierpark Hagenbeck,
le panorama africain.

Le premier enclos de ce panorama est en fait
un grand lac entouré de berges en terre plantées
de quelques buissons.
Ce complexe est le lieu de vie d'une colonie de
flamants rouges (Phoenicopterus ruber) et de
flamants du Chili (Phoenicopterus chilensis).


Prairie et Eismeer en arrière plan
Prairie et Eismeer en arrière plan - septembre 2012

Enclos des flamants roses
Enclos des flamants roses - septembre 2012
Plusieurs espèces d'anatidés évoluent également sur
ce lac. On pourra ainsi y découvrir des eiders à
duvet (Somateria mollissima), des tadornes de
Belon (Tadorna tadorna), des canards mandarins
(Aix galericula), des sarcelles d'été (Anas
querquedula), des siffleurs d'Europe (Anas
penelope), des sarcelles à faucilles (Anas falcata),
des canards chipeaux (Anas strepera), des sou-
chets d'Europe (Anas clypeata), des canards
carolains (Aix sponsa), des canards pilets (Anas
acuta), des sarcelles élégantes (Anas formosa),
des garrots à oeil d'or (Bucephala clangula), des
nettes rousses (Netta rufina), des fuligules milouins
(Aythya ferina), des fuligules morillons (Aythya
ferina), des fuligules à tête noire (Aythya affinis)
et des fuligules nyroca (Aythya nyroca).


La suite de la visite nous conduit sur le sentier situé
sur la gauche de l'enclos des flamants.

Au bout de cette allée, le chemin bifurque sur la
droite pour découvrir un enclos en terre, agrémenté
de nombreux buissons, de souches et d'une marre
de boue. Cette installation est le lieu de vie d'un
petit groupe de potamochères (Potamochoerus
porcus pictus).

Mitoyen aux suidés se trouve la première plaine
africaine du zoo. Cette dernière est le lieu de vie
d'un groupe reproducteur de zèbres de Chapmann
(Equus burchellii chapmanni), d'autruches
(Strutio camelus camelus) et de phacochères
(Phacochoerus africanus).



Enclos des potamochères
Enclos des potamochères - septembre 2012
Volière des mandrills
Volière des mandrills - septembre 2012
Ces herbivores disposent d'une installation légèrement
en pente, en sable, agrémentée de quelques rochers.

En face de la plaine africaine se trouve la serre
d'hivernage des flamants, creusée d'un bassin in-
térieur.

Le visiteur contourne la plaine des zèbres pour dé-
couvrir une volière de taille moyenne, en forme de
"L". Cette volière au sol en herbe, est tendue de
cordes et de structures d'escalade en bois et est le
lieu de présentation d'une famille de mandrills
(Madrillus sphinx).



Flèche

Après avoir laissé l'enclos des mandrills, le chemin se
dirige vers un petit enclos en sable, agrémenté de
quelques arbres.
Cette installation est le lieu de vie de porc épics in-
diens (Hystrix indica).

Le sentier bifurque sur la gauche, pour observer, à
l'intérieur des faux rochers, les loges des zèbres.
Ces ongulés disposent d'une série de boxes en bois.

Le sentier longe la partie supérieur de la plaine des
zèbres.
En face des zèbres, entouré de hauts rochers se
trouve le dernier enclos africain.


Enclos des porc-épics
Enclos des porc-épics - septembre 2012


Enclos des lions
Enclos des lions - septembre 2012



Ce dernier se compose d'un plateau en sable séparé
par un profond fossé sec. Une troupe de lions
(Panthera leo) évolue à ce niveau.

Après avoir quitté le sentier des lions, on découvre
au coeur d'un autre faux rocher percé de vitres, les
loges intérieures des potamochères.

Perpendiculaire au chemin des lions se trouve la
seconde plaine africaine d'Hagenbeck. Cette der-
nière séparée par un fossé en eau, est ombragée
par de nombreux arbres. Elle présente des girafes
de Rotschild (Giraffa camelopardalis rotschildii), ...






..., des grands koudous (Tragelaphus strepsiceros),
des impalas (Aepyceros melampus), des marabouts
(Leptoptilos crumeniferus), des calaos terrestres
(Bucorvus abyssinicus) et des ouettes d'Egypte
(Alopochen aegyptiacus).
Plaine des girafes
Plaine des girafes - septembre 2012



Flèche


Le visiteur longe alors la plaine des girafes, pour arriver
devant un grand faux rocher, rappelant le grand rocher
de Vincennes. Plusieurs options s'offrent à nous. Nous
pouvons soit poursuivre la visite sur le sentier d'en face
de sorte à revenir au niveau de la mini ferme, soit em-
prunter le sentier de droite, pour longer le faux rocher
principal sur lequel ont été construit deux enclos.

Le premier enclos, délimité par un grand fossé sec, le
reste de l'enclos est légérement escarpé et totalement
bétonné. Il est le lieu de vie d'un groupe de mouflons
à manchettes (Ammotragus lervia).


Enclos des mouflons à manchette
Enclos des mouflons à manchette - septembre 2012


Enclos des thars
Enclos des thars - septembre 2012
Le second enclos du même type, est agrémenté en
plus de zone en sable et de quelques grands conifères.
Il accueille une cohabitation originale entre des thars
de l'Himalaya (Hemitragus jemlahicus) et des petits
pandas (Ailurus fulgens).

Un chemin séparant les 2 enclos des herbivores,
mène à un escalier qui nous conduit au som-
met du grand rocher, offrant une vue relativement
large sur le parc et le jardin chinois.

En face des caprinidés, deux bâtiments abritent res-
pectivement les loges intérieures des lions et des
porc-épics.


A l'extrémité de l'enclos des thars, on découvre une
aire de jeux où les enfants peuvent se mesurer à
plusieurs espèces animales pour la longueur de leur
saut.

A côté de cette aire on retrouve l'enclos des kan-
gourous que l'on contourne pour emprunter le sentier
situé en face de la plaine australienne. Ce sentier traverse
une arche dotée d'un grand portail. "Jugenstill-Tor" est
l'ancienne entrée du zoo, conservée en l'état.

Situé juste après la porte se trouve deux enclos
séparés entre eux par un fossé sec.


Jugenstill Tor
Jugenstill Tor - septembre 2012


Enclos des ours du Kamtschtka
Enclos des ours du Kamtschtka - septembre 2012

Ces enclos sont plantés de quelques grands arbres,
de troncs, de buissons, de quelques rochers et d'un
bassin avec cascade. Ce complexe est le lieu de
vie et de reproduction d'ours du Kamtschatka
(Ursus arctos beringianus).

Après avoir contourné l'enclos des ours, on ret-
rouve un petit enclos en herbe, agrémenté de
petites maisons colorées. Cette installation est le
lieu de présentation de cochons d'Inde (Cavia
aperea) et par des lapins nains (Oryctolagus
cuniculus).



Flèche

La visite se poursuit sur un petit chemin longeant
sur la gauche et sur la droite, deux enclos en
herbe, agrémentés de nombreuses petites maisons
rappelant un village Tirolien, abritant des cochons
d'Inde (Cavia aperea).

Sur la droite, la visite se poursuit au coeur d'un
bâtiment. Un premier terrarium fait de faux roc-
hers et de quelques plantes, accueille des anolis
équestre (Anolis equestris), des uranoscodons
(Uranoscodon superciliosus) et des iguanes
verts (Iguana iguana).

Une seconde baie vitrée, de grande taille, s'ouvre
sur une vaste loge intérieure agrémentée de nom-
breux branchages.



Terrarium des lézards
Terrarium des lézards - septembre 2012

Zone de vol libre
Zone de vol libre - septembre 2012
Cette loge intérieure est consacrée aux aras et aux
dendrocygnes qui y cohabitent avec des cochons
d'Inde sauvages (Cavia apareae) et des dègues
(Octodon degu).

Le visiteur passe dans la seconde salle du bâtiment,
dont les murs sont recouverts d'une couleur orange
ocre. A côté du couloir de visite se trouve une zone
en sable agrémentée de plantes grasses. Des dia-
mants de Gould (Chloebia gouldiae), des diamants
à queue rousse (Neochmia ruficauda), des dia-
mants à longue queue (Poephila acuticauda), des
perruches ondulées (Melopsittacus undulatus),
des colombes diamants (Geopelia cuneata) et
des colombes lophotes (Ocyphaps lophotes)
évoluent en liberté dans cette pièce.


Loge des aras
Loge des aras - septembre 2012
Village des cochons d'Inde
Village des cochons d'Inde - septembre 2012


Un des murs est percé d'une ouverture qui permet
aux visiteurs de découvrir les loges intérieures des
kangourous roux (Macropus rufus).
Ces marsupiaux disposent d'un vaste espace in-
térieur agrémenté de sable et de quelques gra-
minées.

Le visiteur ressort alors de la maison des aras et
des kangourous, pour se diriger sur la droite et
repasser devant les 3 enclos des cobayes.

Mitoyen au dernier enclos des cochons d'Inde
se trouve un autre enclos appartenant à l'îlot des
chameaux.


Loge des kangourous
Loge des kangourous - septembre 2012


Enclos des onagres
Enclos des onagres - septembre 2012
Cet enclos en herbe et en sable, dispose en son centre,
d'un bosquet offrant de l'ombre au harem d'onagres
(Equus hemionus onager) qui vit là.

Le zoo de Hamburg coordonne le programme d'élevage
européen (EEP) de cette espèce.

Le sentier bifurque alors sur la droite, pour passer
devant la maisonnette des Amis du Zoo, qui propose
des fruits et légumes à la vente. Ces aliments permettent
aux visiteurs de nourrir les élephants.

Un petit train propose des tours de piste aux plus petits
et marque la fin de la visite du Tierpark Hagenbeck.



Flèche


En conclusion, le zoo de Hamburg fait partie des
plus grands parcs allemands. Il présente une
collection qui reste classique dans son ensemble
bien qu'un effort ait été fait au niveau des oiseaux.

La visite du Tierpark est empreinte d'histoire et
plonge le visiteur dans l'évolution du parc privé
qu'est Hagenbeck.

La dernière nouveauté marque un nouveau pas
dans l'histoire du zoo et représente un véritable
clin d'oeil à la naissance du parc.
Morse
Morse - septembre 2012


Copyright ©  -  2007-2018  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés