Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde   |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens



Erlebnis Zoo Hannover



Zoo Hannover
Adenaueralle 3
30175 Hannover

Tel : +49 (0)511 28074 163
Fax: +49 (0)511 28074 212

www.zoo-hannover.de

Nouveau logo du zoo
Nouveau logo du zoo


Mes visites: 16 et 17 septembre 2009; 21 mars 2012; 20 octobre 2012; 4 avril 2015
Mise en ligne: 25 octobre 2009
Mise à jour : 8 avril 2012; 01 décembre 2012; 19 avril 2015




Plan du Zoo
Voir le dépliant plan du zoo (2009)
(Format pdf)

Logo du Zoo d'Hannovre
Ancien logo du zoo


Plan du Zoo
Voir le plan du zoo (2009)


Je tiens à remercier M Karsten Zehrer pour son accueil et toutes les informations qu'il m'a fournies durant ma visite.
I would like to thanks M Karsten Zehrer for its welcome and all the informations he gives me during my visit.




Eléphant d'Asie
Eléphant d'Asie - septembre 2009
Horaires d'ouverture 2009
Tarifs d'entrée 2009
Introduction
Les antilopes, flamants roses et hippopotames (Mise à jour 2012 - 2015)
Les suricates et la promenade en radeaux
Les plaines africaines et la zone australienne (Mise à jour 2015)
La maison des singes et la Yukon Bay
Yukon Bay (Mise à jour 2012)
La zone asiatique et les rapaces nocturnes
La zone aquatique et sud américaine
Outback Australia (Mise à jour 2012 - 2015)
Le zoo pour enfants et les rapaces diurnes
Meyer's Hof et la montagne des gorilles (Mise à jour 2015)
Conclusion



Flèche

Horaires d'ouverture 2015 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif):






Toute l'année de 9h00 à 18h00


Gazelles de Thomson
Gazelles de Thomson - septembre 2009



Flèche

Tarifs d'entrée 2015 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif):


Zèbre de Hartmann
Zèbre de Hartmann - septembre 2009


Eté (du 28 mars au 25 octobre)
     Adultes  (>24 ans) :     25,00 €
     Adultes (18 à 24 ans) : 19,00 €
     Enfants (6 à 17 ans):    17,00 €
     Enfants (3 à 5 ans) :    13,50 €
     Chien (avec set inclus) : 9,00 €

Hiver (26 octobre au 27 mars)
     Adultes (>24 ans) :       17,50 €
     Adultes (18 à 24 ans) : 14,50 €
     Enfants (6 à 17 ans):    14,00 €
     Enfants (3 à 5 ans) :     10,50 €
     Chien (avec set inclus) : 9,00 €

Ticket annuel:
     Adultes (>24 ans) :        89,00 €
     Adultes (17 à 24 ans) :  74,00 €
     Enfants (3 à 16 ans):      64,00 €
     Chiens (avec set inclus): 55,00 €

Des tarifs réduits sont proposés aux
groupes et aux familles.



Flèche

Présentation du zoo


L'idée d'un parc zoologique à Hannovre remonte de 1860, lorsque le docteur Herrmann Schläger a voulu doter la ville d'un Museum d'Histoires Naturelles. Il voulait ajouter aux collections des animaux vivants, dont le public pourrait observer les moeurs et les modes de vie, de sorte à rendre leur étude plus attrayante. Après avoir trouvé les financements, la construction du zoo débuta le 25 février 1863. Le zoo reçut à cette période, un présent du gouverneur de Hambourg, deux pumas, qu'il offrit au zoo et qui furent les premiers animaux du parc, rapidement rejoints par des ours bruns. Pendant les deux grandes guerres, le zoo de Hannover fut détruit, mais à chaque fois un plan de reconstruction a été mis en place. Le zoo fut alors racheté par une famille d'importateurs d'animaux et utilisé comme zone tampon et zone de quarantaine pour les diverses espèces importées puis vendues à différents parcs zoologiques. En 1971, la ville de Hannovre racheta le parc et le développa en construsant de nouveaux enclos répondant aux normes de l'époque. Cependant les installations vieillirent rapidement et le parc zoologique n'offrait plus aux visiteurs le dépaysement attendu. C'est pourquoi, à l'occasion de l'exposition mondiale de Hannovre en 2000, la ville lança un vaste plan de modernisation, qui amena le zoo à former des complexes à thèmes visant à recréer des biomes pour faire voyager le visiteur sur les différents continents comme l'Afrique, l'Asie ou l'Amérique du Sud. La rénovation du zoo se poursuit encore aujourd'hui et le printemps 2010 devrait voir l'ouverture de la Ykon Valley, consacrée à la faune nord américaine.



Flèche

Avant de franchir l'entrée du parc, le visiteur peut découvrir un
premier enclos qui donne une première impression sur la pol-
itique du zoo de Hannovre ressemblant par moment, à un parc
d'attraction. Dans ce cas, il s'agit d'une petite prairie au centre
de laquelle on trouve un lac dans lequel se jette une petite ri-
vière. Des maisons et des chapiteaux métaliques recréent un
village occupé par des cobayes domestiques (Cavia aperea).
Le visiteur s'acquite alors de son droit d'entrée au niveau des
différentes caisses du parc. Après avoir franchie la zone de
controle des billets, le visiteur découvre une place où une ma-
rionette mascote du parc invite les enfants à se faire photo-
graphier en sa compagnie.
Le début de la visite nous transporte vers le continent africain,
en empruntant le chemin situé en face de l'entrée du zoo. On
est plongé dans de denses forêts de bambous. Sur la gauche
bien caché derrière les bambous, on trouve le premier enclos
du zoo, au sol en terre, parcouru d'un ruisseau et densément
végétalisé, qui est occupé par un couple de grues de Paradis
(Anthropoïdes paradisea) et leurs jeunes nés en 2009.




Enclos des cochons d'inde
Enclos des cochons d'inde - septembre 2009

Plaine des impalas et gazelles
Plaine des impalas et gazelles - septembre 2009
Le visiteur bifurque sur le sentier parallèle à l'entrée, et découvre sur
sa gauche, l'enclos des anatidés. Deux huttes rappelle l'origine afri-
caine des tantales ibis (Mycteria ibis), des grues royales (Balearica
regulorum) et de leurs trois jeunes nés au printemps 2009. A ce ni-
veau on peut également évoluer la colonie d'hérons garde boeufs
(Bubulcus ibis), qui vivent en liberté dans le zoo.
On poursuit alors notre visite en direction de la première plaine afri-
caine du zoo. Cette dernière dispose d'une zone ombragée par de
grands arbres, et d'une vaste zone sableuse non couverte. Des zè-
bres de Grant (Equus burchelli boehmi) cohabitent avec des
élands du Cap (Taurotragus oryx), des impalas (Aepyceros
melampus
) et un groupe reproducteur de rares gazelles de Thomson
(Eudorcas thomsoni). Ce groupe, un des derniers d'Europe, se repro-
duit régulièrement à Hannover. En arrière plan, on peut observer une
autre plaine, à laquelle les impalas et les gazelles ont accès. Le visiteur
revient alors quelque peu sur ses pas pour emprunter le sentier se di-
rigeant sur la droite.


On franchit alors un pont suspendu traversant une rivière avant d'arriver
au niveau du point de vision de la seconde plaine africaine à laquelle les
gazelles de Thomson ont également accès. Les espèces présentées à ce
niveau sont un trio de bubales caama (Alcelaphus caama), dont le mâle
est arrivé du zoo d'Arhnem seul autre parc européen à présenter cette es-
pèce. Des autruches (Struthio camelus) complètent cette installation. La
suite de la visite nous amène vers un enclos de contact composé d'un
bassin et d'une plage en sable. Cette installation est le lieu de vie d'un
groupe de pélicans blancs (Pelecanus onocrotalus). Le visiteur retombe
alors sur le sentier principal, pour apercevoir, entre les bambous, la plage
des flamants du Chili (Phoenicopterus chilensis), des flamants roses
(Phoenicopterus roseus), des flamants de Cuba (Phoenicopterus ruber)
et des grands cormorans (Phalocorax carbo). Ces quatres espèces, n'ap-
partiennent pas au continent africain mais sont tout de même présentées à
ce niveau.
En face des flamants, le visiteur est invité à descendre dans une grotte.



Plage des flamants roses
Plage des flamants roses - septembre 2009

Enclos des hippopotames
 Enclos des hippopotames - septembre 2009
A ce niveau, il peut observer, à travers des vitres, le bassin à vision sous
marine des hippopotames (Hippopotamus amphibius) du parc. Ce type
de présentation est très peu courant pour cette espèces. Les hippopota-
mes cohabitent avec quelques poissons du Nil.
Le zoo de Hannovre possède un groupe de 6 animaux qui sortent en al-
ternance dans l'enclos extéieur que l'on rejoint ensuite. Ce dernier se
compose d'une plage en sable disposant d'un bosquet et d'un bassin. Des
marabouts (Leptoptilos crumeniferus) cohabitent avec les hippopo-
tames.
En poursuivant sur le sentier principal, le visiteur passe au travers d'une
grotte de laquelle jaillissent des jets rafraichissants. En cheminant entre
les bambous, le visiteur se dirige vers un point d'observation sur le bas-
sin des hippopotames, avant d'arriver sur une place où se dresse une
boutique africaine. Le visiteur emprunte alors un sentier situé sur la gau-
che, pour arriver vers l'installation des suricates (Suricatta suricatta).
Ce petit enclos en sable est le lieu de vie d'une grande colonie de ces
sentinelles du désert, qui ont tout loisir de creuser leurs galeries.


Ambiance de la zone africaine
Ambiance de la zone africaine - septembre 2009
Bassin intérieur des hippopotames
Bassin intérieur des hippopotames - septembre 2009




Mise à jour suite à ma visite du 21 mars 2012 :


Les bubales caamas ont été transférés au zoo de Poznan, où il
ne reste plus qu'un mâle. Seuls 3 mâles sont enore visibles en
Europe.

Trois pélicans du Chili (Pelecanus thagus) ont rejoint l'enclos
de contact des pélicans.

Mise à jour suite à ma visite du 20 octobre 2012 :

Les 3 pélicans ont été transférés dans le bateau des manchots.


Pélican du Chili
Pélican du Chili - mars 2012


Autruche d'Afrique du Nord
Autruche d'Afrique du Nord - avril 2015






Mise à jour suite à ma visite du 4 avril 2015 :

Un très beau couple d’autruches d’Afrique du Nord (Struthio
camelus camelus
) a été installé dans l’ancien enclos des bu-
bales et remplace les autruches communes présentées aupa-
ravant.



Flèche

L'enclos des suricates est situé au sein d'un village de huttes afri-
caines que l'on contourne avant de tomber sur une nouvelle ins-
tallation en sable occupée par des suricates (Suricatta suricatta)
et par un couple de porc-épics (Hystrix cristata). Ce sentier,
nous amène vers "l'attraction" du zoo, à savoir les radeaux. Le
visiteur entre dans ces bateaux rappelant les parcs d'attractions, en
vue de suivre un circuit sur l'eau et de découvrir les animaux sau-
vages sous un autre angle. Cette balade, peu courante dans les
espaces zoologiques, offre un moment de calme appréciable pour
le visiteur. La rivière nous conduit devant la plaine des impalas
(Aepyceros melampus) et des gazelles de Thomson (Gazella
thomsoni
), avant de découvrir la plage des flamants
(Phoenicopterus sp.), puis le bassin des hippopotames
(Hippopotamus amphibius), offrant un contact rapproché avec
ses occupants.
Au détour d'un chemin, le visiteur découvre un nouvel enclos
désertique au sol en sable et dont les bâtiments représentent des
ruines sahariennes, qui a été inauguré en 2009.




Enclos des porc-épics
Enclos des porc-épics - septembre 2009

Radeau devant la plaine des girafes
Radeau devant la plaine des girafes - septembre 2009
Cet enclos est occupé par un groupe reproducteur d'ânes de Somalie
(Equus africanus somalicus), par des addax (Addax nasomaculatus)
et par un groupe reproducteur de rares gazelles dorcas (Gazella
dorcas). Cette dernière espèce est représentée à Hannover par six
individus dont trois sont nés au zoo. Ces antilopes sont prêtées au zoo
par le centre d'élevage d'Alméria en Espagne. Le bateau passe alors
au milieu d'un village de pêcheurs africains, avant de longer la grande
plaine des girafes du parc. Cette dernière en sable, est le lieu de co-
habitation de girafes de Rotschild (Giraffa camelopardalis rotschildi),
d'un groupe reproducteur de springbocks (Antidorcas marsupialis),
espèce peu représentée en Allemagne, d'un trio de damalisques à
front blanc (Damaliscus pygargus phillipsi) et d'un trio de très rares
zèbres de Hartmann ou zèbres de montagne (Equus zebra hartmannae).
La suite de la promenade en bateau nous amène vers un des enclos des
rhinocéros noir (Diceros bicornis) du parc, avant de revenir au niveau
de l'enclos des grues couronnées devant lequel s'achève cette balade
sur l'eau.
Le visiteur revient alors au niveau de la boutique africaine.


Enclos des addax
Enclos des addax - septembre 2009
Complexe des rhinocéros
Complexe des rhinocéros - septembre 2009



Flèche

On reprend alors le sens de visite en empruntant le sentier prin-
cipal, pour se diriger vers le restaurant africain du zoo et l'enclos
des addax, que l'on contourne pour arriver au niveau d'une hutte
de rangers reconstituée. Cette pièce est consacrée au partenariat
que le zoo a mis en place avec les gouvernements marocains et
tunisiens, dans le but de relacher des addax dans la nature. Ce
projet a conduit le zoo à transférer de nombreux animaux vers
ces pays. Le visiteur entre alors dans une des anciennes zones du
parc qui n'a pas été rénovée, bien que de nombreux enclos aient
été fusionnés. Sur la gauche du chemin, on découvre une instal-
lation en herbe qui est en fait le fruit de la réunion de 3 enclos,
séparés du visiteur par un fossé sec. Un groupe reproducteur de
petits koudous (Tragelaphus imberbis) cohabite avec un couple
de céphalophes rouges (Cephalophus natalensis), espèces qui
se reproduisent régulièrement au zoo.
En face des antilopes, on découvre un enclos de type "parc
d'attraction", consacré à la présentation de mammifères austra-
liens.



Plateau des petits koudous
Plateau des petits koudous - septembre 2009

Enclos australien
Enclos australien - septembre 2009
Des kangourous roux (Macropus rufus), des wallabies bicolores
(Wallabia bicolor), un wombat (Vombatus ursinus), très agé, et
des émeus (Dromaius novahollandiae) se partagent cet enclos
forestier composé d'une partie en herbe, d'une partie en sable
rouge et d'un chateau d'eau typique du 6ème continent. Le visiteur
poursuit sa visite dans la zone des anitlopes, pour découvrir un
nouveau plateau identique à celui des petits koudous, dans lequel
sont présentés des hippotragues roannes (Hippotragus equinus)
et un important groupe de 8 dik-diks de Kirk (Madoqua kircki).
Le parc de Hannovre coordonne les programmes d'élevage de
ces deux espèces. En contournant cet enclos, on découvre la der-
nière installation des antilopes, dans laquelle évoluent un second
groupe de dik-diks de Kirk (Madoqua kircki) et un groupe rep-
roducteur de nyalas (Tragelaphus angasis).
La suite de la visite nous invite à entrer dans la maison des girafes
relativement ancienne et typique des zoos germaniques, qui se
compose de trois boxes pouvant être reliés entre eux.


A coté de la maison des girafes, on découvre un amphithéatre
dans lequel ont lieu différents spectacles ludiques, qui ont pour
but de faire découvrir aux visiteurs les capacités des ani-
maux, leurs différents sens et leurs adaptations. On peut ainsi
y observer des perroquets aras (Ara sp.), des buses de Harris
(Parabuteo unicinctus), un serpent royal (Lampropeltis sp.)
et un coati à queue annelée (Nasua nasua). Le visiteur revient
alors au niveau de la cabane d'observation de l'enclos des ad-
dax, pour emprunter ensuite un petit pont en direction de la
plaine des girafes. Au sein de cette plaine, depuis le printemps
2009, on peut observer un springbock noir. Un groupe repro-
ducteur de ces animaux avait, dans les années 70, été importé
par le zoo de Dvur Kralove en République Tchèque, qui les
avaient reproduits. Le zoo de Hannovre, dispose donc d'une
femelle et d'un mâle porteurs de ce gêne récessif et espère ob-
tenir de nouvelles naissances de springbock noir.




Springbok noir
Springbok noir - septembre 2009


Enclos des lions
Enclos des lions - septembre 2009
A l'arrière plan de la plaine des girafes, on peut observer au loin, un
autre enclos en herbe agrémenté de rochers et de quelques arbres,
dans lequel est présenté un groupe de lions (Panthera leo). Un pro-
fond fossé non visible du visiteur sépare ces deux espèces. Pour le
visiteur, il semble n'y avoir aucune séparation entre les lions et les gi-
rafes. En face du premier point d'observation sur l'enclos des girafes,
on peut observer le complexe des rhinocéros noirs (Diceros bicurnis)
du parc. Ce complexe se compose de trois enclos qui peuvent être
séparés ou reliés entre eux en fonction des cycles sexuels des deux
femelles. Le zoo d'Hannovre a déja enregistré des succès d'élevage
avec cette espèce. En contournant la plaine des girafes et des zèbres,
le visiteur se dirige vers les points de vision de l'enclos des lions, où
l'on peut apercevoir les bacs à sable chauffés qui constituent un des
enrichissements mis en place pour cette espèce.
C'est ici que se termine la zone africaine du zoo de Hannovre. La
suite de la visite nous conduit à travers une zone qui devrait être
inaugurée au printemps 2010, zone consacrée à l'Amérique du Nord
et nommée "Yukon Bay".


Maison des girafes
Maison des girafes - septembre 2009


Aire de spectacle*
Aire de spectacle - septembre 2009
Zebre de Hartmann
Zebre de Hartmann - septembre 2009
Gazelle dorcas
Gazelle dorcas - septembre 2009


Springboks noir et fauve
Springboks noir et fauve - septembre 2009
Rhinocéros noir
Rhinocéros noir - juillet 2009


Mise à jour suite à ma visite du 20 octobre 2012 :

Les gazelles dorcas ont quitté le zoo. Seuls les ânes de Somalie et
les addax cohabitent encore dans l'enclos sahélien.

Mise à jour suite à ma visite du 4 avril 2015 :

La plaine australienne située à l’arrière de l’enclos des
addax, longtemps laissée vide, a été transformée, agré-
mentée de zones enherbées, de zones en sable et de
massifs de bambous.

Cette plaine accueille maintenant une cohabitation entre
des nyalas (Tragelaphus angasii) et des céphalophes
du Natal (Cephalophus natalensis).


Enclos des nyalas et des céphalophes
Enclos des nyalas et des céphalophes - avril 2015
Enclos des potamochères
Enclos des potamochères  - avril 2015

Face à cette plaine, le plateau qui hébergeait les petits
koudous (Tragelaphus imberbis) a été transformé.

Plusieurs rochers y ont été disposés et l’ensemble de
l’enclos a été recouvert de sable. Un groupe de po-
tamochères (Potamochoerus porcus) y évolue. Il
s’agit d’une nouvelle espèce pour le zoo.

Enfin, les petits koudous ont été installés dans le der-
nier enclos de cette section, qui était auparavant oc-
cupé par les nyalas. Ils y cohabitent avec un groupe
de dik dik de Kirk (Madoqua kirki).



Flèche

L'entrée de cette zone représente un mine de diamants, et
se fait au travers d'un tunnel passant sous différents enclos.
Cette entrée est pour le moment fermée au visiteur. Avant
de poursuivre le long de cette future nouveauté, le visiteur
bifurque sur la gauche pour découvrir les cages extérieures
de la maison des singes. L'ensemble des cages sont béto-
nnées et agrémentées de cordages et de branchages. Des
langurs de Java (Trachypitecus auratus) occupent la pre-
mière installation, la seconde est le lieu de vie de cercopi-
thèques à diadème (Cercopithecus mitis). Un groupe re-
producteur de drills (Mandrillus leucophage) dont le zoo
gère le programme d'élevage européen occupe les trois
dernières loges extérieures de la maison des singes.
Le visiteur contourne la dernière volière pour emprunter
un escalier et gagner une terrasse entourée par d'autres
cages.


Volière extérieure pour primates
Volière extérieure pour primates - septembre 2009



Cages pour primates
Cages pour primates - septembre 2009
Sur la gauche, une volière enrichie d'un éco-sol, de branchages et de
cordages est le lieu de présentation de makis cattas (Lemur katta),
les seuls lémuriens du zoo. Au fond de la place, on retrouve deux ca-
ges cote à cote, carrelées, occupées respctivement par un cercopi-
thèque à diadème (Cercopithecus mitis) et par deux femelles drills
(Mandrillus leucophage). Enfin, à coté des escaliers, un petite voli-
ère densémment végétalisée est le lieu de vie d'un couple de tamarins
empereurs (Saguinus imperator) et de leurs jeunes nés le 17 juillet
2009.
Cette volière est accolée à la maison des oiseaux dans laquelle le visi-
teur est invité à entrer. Sur la gauche du couloir, on découvre une ran-
gée de terrariums aménagés de sable ou de terre, de pierre ou de bois
et plus ou moins végétalisés en fonction des espèces qui y sont accueil-
lies. Le premier est le lieu de vie  de macroscélides  à  oreilles  courtes
(Macroscelides proboscideus) et de fouettes queue ocellés
(Uromastyx ocellata). La suite de la visite nous conduit vers le viva-
rium des pythons royaux (Python regius), puis vers celui des anolis
verts (Anolis carolinensis) et des serpents des mangroves
(Gonyosoma oxycephala). Les terrariums suivants présentent des
serpents ratier couleur maïs (Elaphe guttata), des scinques à langue
bleue (Tiliqua scincoides) et des agames barbus (Pogona barbata).


Langurs de Java
Langurs de Java - septembre 2009
Drill
Drill - septembre 2009


Terrarium de type désert
Terrarium de type désert - septembre 2009


Terrarium de type tropical
Terrarium de type tropical - septembre 2009
Maison des primates
Maison des primates - septembre 2009
Loge intérieure des drills
Loge intérieure des drills - septembre 2009


A ce niveau, on fait face à la zone de nourrissage des loris arc-
en-ciel (Trichoglossus haematodus molaccanus et
Trichoglossus haematodus haematodus) qui évoluent en li-
berté dans la végétation de la serre. Le visiteur redescent un
escalier en direction des loges intérieures des 3 espèces de
singes, dont l'aménagement est comparable à l'organisation
extérieure. En face des loges, on retrouve deux terrariums
agrémentés de branchages, dans lesquels on peut observer
des souris épineuses (Acomys cahirinus) et des dégues
(Octodon degus). Le visiteur ressort alors de la maison des
singes au niveau du futur tunnel de la Yukon Bay, où il bifur-
que sur le sentier de gauche au sein d'une mine reconstitué.
A ce niveau on longe également sans le voir, le futur enclos
des caribous (Rangifer tarandus), situé en hauteur par rap-
port à ce sentier de visite.


Maquette de Yukon Bay
Maquette de Yukon Bay - septembre 2009



Futurs enclos des ours polaires
Futurs enclos des ours polaires - septembre 2009
Le visiteur sillone alors la mine pour se diriger vers la place de la Yukon
Bay recréant un village d'Alaska, place au niveau de laquelle est pré-
sentée une maquette de la future installation qui s'étendra sur 22000 m²
(2,2 hectares). Un point de vision permet de découvrir l'avancée des
travaux. Sur la droite de ce point de vue, on découvre les deux futurs
enclos des ours polaires (Ursus maritimus), qui devront disposer d'un
grand bassin au dessus duquel se dressera une grue utilisée pour des
nourrissages en public. Le reste de l'enclos sera constitué d'un sol na-
turel offrant des enrichissements aux animaux. A coté des ours, un autre
enclos du même type sera occupé par des renards polaires (Alopex
lagopus
) et une zone où on reconstituera des ossements de mammouth.
En face des ours se dessinera un bateau sur lequel évoluera une colonie
de manchots du Cap (Spheniscus demersus). Ce choix de présen-
tation a été motivé par le fait que ces manchots ne sont pas originaires de
la région à laquelle se consacre Yukon Bay. A coté des manchots, un grand
enclos sera le lieu de vie de phoques gris (Halichoerus grypus), devant
lesquels une grange fera office de gradins pour les spectacles. A coté de
la grange, une rangée de maisons en bois abritera de nombreuses stru-
ctures à destination des visiteurs tout en les plongeant dans le cadre nord
américain.


Plan d'organisation de Yukon Bay
Plan d'organisation de Yukon Bay - septembre 2009
Village de la Yukon Bay
Village de la Yukon Bay - septembre 2009


Future entrée de la Yukon Bay
Future entrée de la Yukon Bay - septembre 2009
Allée de la Yukon Bay
Allée de la Yukon Bay - septembre 2009


Derrière la rangée de maisons, une zone de Yukon Bay sera laissée à l'état naturel et se présentera sous forme de terrasses chacune étant consacrée à une espèce spécifique. On pourra observer dans cette zone, des caribous (Rangifer tarandus) de la rare sous espèce nord américaine, des loups de Mackenzie (Canis lupus occidentalis) ou encore des chiens de prairie (Cynomys ludovicianus). Les phoques, manchots, loups et caribous sont déja présentés dans d'autres zones du parc. La Yukon Bay s'étend sur une partie du parc dans laquelle on pouvait observer des buffles d'Afrique (Syncerus caffer) ou encore des bisons (Bison bison), deux espèces qui ont quitté le parc. Le visiteur quitte alors la Yukon Bay pour se diriger vers Dschungel, la zone asiatique du zoo.



Flèche

Mise à jour suite à ma visite du 21 mars 2012 :

Inauguré en 2010, le secteur Yukon Bay est consacré à l'Amérique
du Nord. La visite de cette zone débute par la traversée d'un tun-
nel recréant une mine rocheuse. A la sortie de la mine, le visiteur
franchit un pont surplombant un enclos construit tout en longeur, en
terre, agrémenté de quelques touffes d'herbe, des rochers et des
conifères complètent ces aménagements. Un fossé en eau délimite
cette structure consacrée à une meute de loups de Mackenzie
(Canis lupus occidentalis).

Au dessus des loups, un second enclos en sable est aménagé de la
même façon que celui en contrebas est occupé par un troupeau de
caribous (Rangifer tarandus caribou). Ce panorama caribous
surplombant les loups est relativement intéressant.

Le visiteur longe l'enclos des loups pour arriver sur une esplanade
bordant la zone d'alimentation des cervidés et un enclos en terre
rocailleuse.




Enclos des loups
Enclos des loups - mars 2012

Bassin des otaries en travaux
Bassin des otaries en travaux - mars 2012
Délimité par de grosses barrières, cette installation plantée de
nombreux bosquets, est le lieu de vie d'un groupe de bisons
des forêts (Bison bison athabascae).

Le visiteur se dirige sur la gauche, vers un sentier sinueux con-
tournant un enclos en terre agrémenté de faux rochers, en ré-
fection lors de ma visite et consacré à un groupe de chiens de
prairie (Cynomys ludovicianus).

Au bout de ce sentier sinueux, le visiteur découvre un grand
hangar en bois abritant les gradins situé en face d'un vaste en-
clos composé d'un bassin et d'une plage bétonée bordée par
un village en bois. Cette installation en travaux, suite à des
problèmes d'étanchéité, lors de ma visite est habituellement
occupée par des phoques gris (Halichoerus grypus), des
otaries de Californie (Zalophus californianus) et de rares
otaries à fourrure du Nord (Callorhinus ursinus).


Bassin des manchots
Bassin des manchots - octobre 2012
Bassin des otaries
Bassin des otaries - octobre 2012


Enclos des chiens de prairie
Enclos des chiens de prairie - octobre 2012
Enclos des bisons
Enclos des bisons - octobre 2012


Sur la gauche de l'enclos des otaries, se trouve une péniche
recrée qui héberge les manchots du Cap (Spheniscus
demersus) qui cohabitent avec les pélicans du Chili
(Pelecanus thagus). L'idée initial du parc était de présenter
cette espèce africaine sur un bateau échoué rapellant que
cette espèce n'appartient pas à la région du monde mise à
l'honneur dans Yukon Bay.

La passerelle du bateau contourne l'enclos des manchots
et offre une vision sur deux installation de grande taille
composées chacune d'une plage en terre et en herbe,
agrémentée de quelques rochers et d'un vaste bassin à
vagues. Des ours polaires (Ursus maritimus) sont pré-
sentés dans cet enclos.


Bassin de vision sous marine
Bassin de vision sous marine - mars 2012


Volière des harfangs
Volière des harfangs - mars 2012





En face des ours se trouve une série de bâtiments en bois
qui abritent les restaurants de Yukon Bay. Un sentier con-
duit le visiteur sous le bateau et offre des visions sous
marine sur les 3 bassin pré cités.

En face de la terrasse de restauration se trouve une aire de
jeux à proximité d'un point de vision sur l'enclos des ours
polaires et d'une volière aménagée sous un chateau d'eau,
occupée par des écureuils d'Amérique (Tamiasciurus
hudsonicus).

Un chateau d'eau en bois entouré de filins constitue une
volière au sein de laquelle évoluent des harfangs des
neiges (Nyctea scandiaca).
Décors du Yukon Bay
Décors du Yukon Bay - mars 2012
Terrasse des restaurants
Terrasse des restaurants - mars 2012


Enclos des ours polaires
Enclos des ours polaires - mars 2012
Point d'observation sur l'enclos des rennes
Point d'observation sur l'enclos des rennes - mars 2012




Mise à jour suite à ma visite du 4 avril 2015 :


La section la plus à droite de l’enclos des loups située
à proximité des bisons, a été fermée au canidés.

Plusieurs sapins, des branchages ainsi que des rochers
y ont été disposés. Une cabane en rondins de bois
complète les décors. Cet espace est consacré à un
groupe de ratons laveurs (Procyon lotor), une
nouvelle espèce pour le parc.
Enclos des ratons laveurs
Enclos des ratons laveurs - avril 2015



Flèche

Le visiteur passe encore devant la boutique de Yukon Bay, qui
recréer une maison en rondins typiques des contrées du nord
du Canada. Au détour d'un bosquet de bambous, un grand
temple indien se dresse devant les yeux du visiteur. Sur la gau-
che, entre deux bâtiments du temple, un petit enclos au sol en
sable et planté de quelques arbres, est le lieu de vie du mâle
éléphant d'Asie (Elephas maximus) du zoo. En passant
sous un porche du temple, le visiteur tombe sur une grande
place de fête, sur la gauche de laquelle on trouve l'enclos prin-
cipal des éléphants d'Asie occupé par 4 éléphants adultes et
4 jeunes. Ces animaux se partage un enclos de taille réduite,
au sol en sable et peu aménagé, qui dispose encore d'un
bassin au niveau duquel un spectacle est proposé quotidien-
nement. Un troisième petit enclos permet de séparer des
animaux du groupe.
Au niveau de la place, de petites fontaines ainsi qu'une ter-
rasse de restauration plongent le visiteur dans l'ambiance
indienne.




Enclos principal des éléphants
Enclos principal des éléphants - septembre 2009



Enclos des tigres
Enclos des tigres - septembre 2009
En face des éléphants, on trouve un autre petit enclos, séparé du visiteur
par un fossé en eau. Cette installation adossée au temple, dispose d'un
sol en herbe et de quelques structures d'escalade en bois. Un groupe
reproducteur d'entelles (Semnopithecus entellus) y cohabite avec des
canards mandarins (Aix galericulata). Sur la droite des entelles, un
chemin invite le visiteur à entrer dans le temple indien. Une première salle
lui offre divers points de vision sur l'enclos en herbe et densément végé-
talisé des tigres de Sibérie (Panthera tigris altaica). Un couple de ces
animaux s'ébat dans cet enclos de taille moyenne à grande. Une se-
conde grande salle est en cours d'aménagement pour un retsaurant. On
peut déja y observer de nombreuses peintures dignes d'un grand palais.
Le visiteur ressort du temple et passe à nouveau devant l'enclos des en-
telles pour entrer dans une autre partie du temple, où l'on découvre les
loges de nuits des entelles et la boutique indienne du zoo.
La suite de la visite nous conduit vers une seconde salle dans laquelle
des baies vitrées permettent l'observation d'une femelle panthère de
Perse (Panthera pardus saxicolor) et de ses deux jeunes nés le 31 mai
2009. A coté des panthères, un vaste terrarium est le lieu de vie de
pythons tigres (Python molurus). Le visiteur ressort alors du temple
et découvre encore des véhicules indiens.


Enclos des entelles
Enclos des entelles - septembre 2009
Grande salle du temple
Grande salle du temple - septembre 2009



En contournant une haie de bambous, on entre dans une zone du
temple où sont simulés des travaux. Sous les échaffaudages en bois,
une volière visible au travers de grilles, est occupée par le mâle
panthère de Perse. Cet enclos secondaire peut être mis en relation
avec l'enclos principal afin d'offrir une surface d'évolution supé-
rieure aux panthères.
Le visiteur quitte le temple indien, pour gagner une des anciennes
zone du parc. Cette dernière est située dans une forêt mellant les
feuillus et les conifères. Des enclos naturels sans véritable thème
sont situés de part et d'autre du sentier.
La première installation située sur la droite, est densémment vé-
gétalisée, dispose d'un petit torrent, de nombreux rochers et bran-
chages et d'un sol en herbe. Des petits pandas (Ailurus fulgens
fulgens) et des muntjacs de Chine (Muntiacus reevesi) sont
présentés dans cet enclos. Cette cohabitation est relativement
courante dans les parcs allemands.


Temple indien
Temple indien - septembre 2009


Volière des coatis
Volière des coatis - septembre 2009
La suite de la visite nous amène à plonger dans la forêt, où l'on découvre
sur la gauche, un enclos herbeux agrémenté d'un bassin et d'un monticule
de terre sur lequel on trouve un terrier. Deux guépards (Acynonix
jubatus
) s'ébattent dans cet enclos en face duquel un petite volière plan-
tée de quelques conifères auxquels s'ajoutent des cordages, est occupée
par un groupe reproducteur de coatis à queue annelée (Nasua nasua),
dont deux jeunes nés le 20 avril 2009. On contourne alors l'enclos des
guépards, pour entrer dans la zone des rapaces nocturnes constituées
de quatres volières séparées du visiteur par des filins serrés. Les deux 
premières installations situées à gauche et à droite du sentier, sont plan-
tées de nombreux conifères et agrémentées de souches d'arbres. La
volière de droite est occupée par des hiboux grands ducs (Bubo bubo),
alors que la volière de gauche est le lieu de vie de chouettes lapones
(Strix nebulosa).
La dernière volière dispose d'un sol en galets duquel se dressent trois
souches en bois. Des harfangs des neiges (Nyctea scandiaca) occupent
cette dernière installation.


Volière des chouettes lapones
Volière des chouettes lapones - septembre 2009
Enclos principal des panthères de Perse
Enclos principal des panthères de Perse - septembre 2009



Flèche

Mise à jour suite à ma visite du 21 mars 2012 :

L'ensemble des enclos allant de celui des guépards celui des har-
fangs des neiges inclus ont été démolis. En lieu et place de ces
derniers a été érigé le quartier consacré au dernier continent du
zoo d'Hannovre, l'Australie.

Sur la gauche, un premier enclos de contact en herbe au fond
duquel se trouve une partie forestière est occupée par de nom-
breux wallabies de Benett (Macropus rufogriseus). Le visiteur
est invité à y entrer en contact direct avec les marsupiaux.

En face de la sortie de cette zone de contact, se dresse une
volière accolée à un bâtiment en bois transformé en garde
frontière.


Enclos de contact des wallabies
Enclos de contact des wallabies - mars 2012

Enclos des kangourous géants
Enclos des kangourous roux - mars 2012
Des perruches à croupion rouge (Psephotus haematonotus) y
cohabitent avec des callopsittes élégantes (Psephotus
haematonotus), des perruches ondulées (Melopsittacus
undulatus) et des perruches omnicolores (Platycercus eximius).

Le visiteur entre dans la seconde partie de l'Outback australien,
pour découvrir un vaste enclos au sable rouge, agrémenté de
rochers et au fond duquel ont été érigés des bâtiments en bois.

Des kangourous roux (Macropus rufus) y cohabitent avec
des wallabies bicolores (Wallabia bicolor bicolor) et des
émeus (Dromaeus novaehollandiae).

Enfin une extension de cette grande plaine accueille de rares
wombats (Vombatus ursinus hirsutus).
Le visiteur quitte la zone australienne pour découvrir la mini
ferme du parc.


Ambiance dans l'Outback
Ambiance dans l'Outback - mars 2012
Volière des perruches
Volière des perruches - mars 2012



Flèche


Derrière les harfangs, un grand enclos en sable est le lieu de vie de la
troupe de caribous (Rangifer tarandus), groupe qui devrait rejoindre
la nouveauté 2010. Il est à noter que le zoo d'Hannovre est un des
seuls, sinon le seul zoo européen à présenter l'espèce sauvage
d'Amérique du Nord. La plupart des rennes captifs étant issus d'éle-
vages du nord de l'Europe. En face des rennes, on découvre deux
enclos qui peuvent être reliés entre eux ou au contraire séparés, instal-
lations qui accueillent les loups de Mackenzie (Canis lupus occidentalis)
qui rejoindront également la nouveauté 2010. Suite à ces transferts,
cette zone devrait être rénovée pour accueillir de nouvelles espèces.
Le visiteur arrive alors à un carrefour sur la droite duquel se dresse
une grande tour de moulin, au sein de laquelle on trouve différentes
statues d'animaux de la ferme correspondant à des animaux de des-
sins animés allemands. Le visiteur emprunte le sentier de gauche en
direction de la zone aquatique du zoo de Hannovre.
Sur la gauche de cette allée, on découvre deux plaines au sol en sable
plantées de quelques arbres.


Entrée du moulin
Entrée du moulin - septembre 2009




Enclos sud américain
Enclos sud américain - septembre 2009
Ces deux installations sont consacrées à la faune sud américaine,
représentée par des vigognes (Vicunia vicunia), des nandous
(Rhea americana) et des maras (Dolichotis patagonum) pour
la première plaine et par des lamas (Llama glama), des maras
(Dolichotis patagonum) et des cabiais (Hydrochaerus
hydrochaeris
) pour la seconde. On arrive alors au niveau de
l'installation aquatique relativement ancienne du zoo de Hannovre.
Un premier bassin adossé à une plage tout en béton, est le lieu
de présentation de manchots du Cap (Spheniscus demersus).
A coté des manchots, un second enclos du même type est le lieu
de vie provisoire de deux phoques gris (Halichoerus grypus).
Ces deux dernières espèces devraient également être transférées
dans la Yukon Bay à l'horizon 2010. Le bassin phare de la zone
aquatique reste le bassin de présentation des otaries de Californie
(Zalophus californianus) du zoo. Là encore, le bassin ainsi que
la plage sont de taille réduite et entièrement bétonnés.
Le visiteur passe devant un dernier point de vision sous marine
sur l'enclos des manchots avant de rejoindre l'entrée du moulin
qui ouvre la zone de jeux.


Enclos des caribous
Enclos des caribous - septembre 2009
Enclos des petits pandas
Enclos des petits pandas - septembre 2009



Enclos des manchots du Cap
Enclos des manchots du Cap - septembre 2009
Bassin des otaries
Bassin des otaries - septembre 2009



Flèche

Le visiteur franchit le proche du moulin et bifurque vers l'aile
droite qui abrite quelques terrariums visibles à travers des baies
vitrées. Le premier en sable est le lieu de vie de tortues terre-
stres de Madagascar (Pyxis arachnoides), le second est relié
à de nombreux tuyaux et à d'autres terrariums dans lesquels
évolue une colonie de fourmis (Atta sexendes). Deux autres
vivariums sont le lieu de vie respectifs d'agames barbus
(Pogona barbata) et de pythons tigres (Python molurus).
On franchit alors une zone de jeux en bois pour enfants, ainsi
que trois toboggans à bouées. Au bout de la zone de jeux, on
découvre la mini ferme africaine du parc qui se compose d'un
grand enclos de contact dans lequel cohabitent des chèvres
naines (Capra hircus hircus), des moutons du Cameroun
(Ovis aries aries) et des alpagas (Lama pacos). Au fond de
la zone, deux autres enclos de petite taille sont occupés par des
cochons vietnamiens (Sus scofra scofra) et par des alpagas
(Lama pacos).



Bâtiment du vivarium
Bâtiment du vivarium - septembre 2009



Roulotte des rats et des souris
Roulotte des rats et des souris - septembre 2009
A coté des alpagas, une roulotte colorée a été aménagée en deux
enclos présentant des pièces domestiques dans lesquelles sont
présentées des souris grises (Mus musculus), pour la première et
des rats noirs (Rattus rattus) pour la seconde. Un dernier enclos
identique à celui observé à l'entrée du zoo est le lieu de vie de la-
pins nains (Oryctolagus cuniculus). Une caravane rouge, bleue,
verte et jaune clot la ferme des enfants. La suite de la visite nous
conduit vers une immense volière à flanc de falaise, richement vé-
gétalisée, agrémentée de cours d'eau et de nombreux buissons,
qui héberge des vautours fauves (Gyps fulvus), des percnoptères
d'Egypte (Neophron percnopterus), des cigognes blanches
(Ciconia ciconia), des corbeaux freux (Corvus corax) et des
dindons d'Amérique (Meleagris gallopavo).
En contournant la volière des vautours, on tombe sur une petite
place entourée de trois volières à grands rapaces. Ces espèces
sont présentées en couple dans des installations naturelles plantées
de conifères. Ces rapaces sont représentés ici par des condors
des Andes (Vultur gryphus), des gypaètes barbus (Gypaetus
barbatus) et des pygargues à tête blanche (Haliaeetus
leucocephalus
).


Enclos des souris
Enclos des souris - septembre 2009
Enclos de contact des chèvres naines
Enclos de contact des chèvres naines - septembre 2009


Enclos des lapins
Enclos des lapins - septembre 2009
Terrarium des agames
Terrarium des agames - septembre 2009


Volière des condors
Volière des condors - septembre 2009
Volière des cigognes et vautours
Volière des cigognes et vautours - septembre 2009


On poursuit alors le chemin en direction de la ferme du zoo nommée "Meyer's Hof".



Flèche

Un poulailler où vivent des poules domestiques (Gallus gallus)
et des dindons d'Amérique (Meleagris gallopavo) ouvre cette
nouvelle zone. La suite de la visite nous conduit vers de grands
bâtiments en briques et colombages abritant le restaurant prin-
cipal du zoo. En face des terrasses, de grands enclos au sol en
herbe, au sein desquels on trouve des mares, sont occupés par
des poneys shetland (Equus caballus), des vaches (Bos
taurus
), des moutons (Ovis aries) ou encore des oies blan-
ches (Anser domesticus). On atteind alors les deux étables de
la ferme, transportant le visiteur dans les années 1960-1970.
On peut y découvrir outre les espèces citées ci dessus, des
chèvres domestiques (Capra hircus) ou encore des cochons
(Sus scofra). En quittant la mini ferme, on trouve encore une
salle de traite dans laquelle les enfants sont invités à s'initier
à cette tache. Dans cette zone, on peut également observer
des couveuses.
Le visiteur quitte alors la Meyer's Hof en direction de la der-
nière zone à thème du parc, consacrée aux grands singes.



Maison typique de Meyer's Hof
Maison typique de Meyer's Hof - septembre 2009

Ile des gibbons
Ile des gibbons - septembre 2009
A ce niveau, le visiteur passe à proximité de l'entrée du zoo et bifurque
sur la gauche en direction de la "Gorilla Berg" (la montagne des gorilles).
Cette zone se situe sur une colline que le visiteur peut gravir. Le premier
enclos est en fait une île de taille réduite mais agrémentée de nombreux
arbres, sur laquelle évolue une famille de gibbons à favoris roux
(Nomascus gabriella). La suite du chemin est parsemée de panneaux
informatifs sur l'évolution de l'espèce humaine. Ces panneaux sont
complétés par des décors représentant des fouilles archéologiques, des
grottes préhistoriques et des statuts de ces hommes. Le sentier sinnueux
nous amène vers le sommet de la colline au niveau de l'enclos des goril-
les (Gorilla gorilla). Leur enclos est relativement nu, au sol en herbe
disposant d'un torrent d'eau et de quelques structures d'escalade qui
restent limitées.
Le visiteur redescent alors de la montagne en direction d'un nouvel en-
clos en béton très ancien, mais typiques des maisons des singes alleman-
des comme celle de Heidelberg.


Enclos typique du Meyer's Hof
Enclos typique du Meyer's Hof - septembre 2009
Allée du Meyer's Hof
Allée du Meyer's Hof - septembre 2009


Intérieur d'une grange agricole
Intérieur d'une grange agricole - septembre 2009
Salle de traite recrée
Salle de traite recrée - septembre 2009


Allé de la Gorilla Berg
Allé de la Gorilla Berg - septembre 2009
Enclos des gorilles
Enclos des gorilles - septembre 2009


Cet enclos est agrémenté de quelques rochers, mais aucun
arbre n'y est planté. Un important groupe de chimpanzés
(Pan troglodytes) évolue dans cet enclos composé de
deux parties qui peuvent être séparées ou mises en relation.
La suite de la visite nous conduit vers une volière densé-
ment végétalisée, disposant d'un plan d'eau de grande taille
et d'une plage en sable. Cette volière de contact est le lieu
de présentation d'avocettes élégantes (Recurvirostra
avosetta), de sarcelles d'hiver (Anas crecca), de cheva-
liers gambettes (Tringa totanus) et d'échasses blanches
du Mexique (Himantopus himantopus mexicanus).
Le visiteur ressort alors de la volière, en direction d'une
autre volière de très petite taille, au sol en écorce et
séparée du visiteur par des baies vitrées. Un couple
d'orang-outans de Sumatra (Pongo pygmaeus abelli)
occupe cette installation mitoyenne à la maison des
anthropoides dans laquelle le visiteur est invité à entrer.



Enclos des chimpanzés
Enclos des chimpanzés - septembre 2009


Loge intérieure pour grand singe
Loge intérieure pour grand singe - septembre 2009
Une fois l'entrée franchie, le visiteur découvre un grand enclos
au travers de baies vitrées. Ce dernier est agrémenté de nom-
breuses structres d'escalade en bois et en corde. Des pares-
seux à deux doigts (Choloepus didactylus) y cohabitent avec
des agoutis de Saint Vincent (Dasyprocta leporina aguti) et
des ouistitis à toupet blanc (Callithrix jacchus). Entre la
végétation luxuriante de la serre des anthropoides, on décou-
vre les loges intérieures en béton de ces animaux, agrémentées
d'un ou deux troncs d'arbres en béton. Les orang-outans
pour leur part disposent d'une volière aménagée de cordages
et de hammacs. Au sein de la serre, on peut également obser-
ver des paddas (Padda oryzivora), des diamants mandarins
(Taeniopygia guttata) ou encore des spréos à longue queue
(Cosmopsarus regius). Le visiteur ressort alors de la maison
des oiseaux au niveau de l'ile des gibbons, où il redescent vers
la sortie du parc au niveau de laquelle un dernière boutique
permet au visiteur de faire des emplètes. C'est ainsi que
s'achève la visite du zoo de Hannovre.


Volière des limicoles
Volière des limicoles - septembre 2009
Volière extérieure des orang-outans
Volière extérieure des orang-outans - septembre 2009


Mise à jour suite à ma visite du 4 avril 2015 :

Suite à l’échappée du groupe des chimpanzés fin 2012,
le parc a réaménagé les installations intérieures et ex-
térieures des anthropoides. Cette zone a été nommée
« Kibongo ». 

A l’intérieur de la maison des grands singes, les fossés
qui séparaient les gorilles et les chimpanzés des visi-
teurs ont été comblés, doublant la surface d’évolution
des animaux.
Ces comblements ont également apporté un peu de
naturel à la loge puisque des écorces y ont été dis-
posées.


Loge intérieure des gorilles
Loge intérieure des gorilles - avril 2015



Enclos extérieur des chimpanzés
Enclos extérieur des chimpanzés - avril 2015
La séparation entre les primates et les visiteurs se fait
désormais par des baies vitrées, l’ensemble des loges
étant recouvert d’un filet.

A l’extérieur, les différents murs en béton délimitant
les enclos extérieur des chimpanzés ont été recouverts
de faux rochers. Un mur de faux rochers percé de
baies vitrées, sépare désormais les chimpanzés des
visiteurs.

L’ensemble étant recouvert par un imposant filet. Le
fossé sec a été comblé et les chimpanzés disposent
maintenant d’un enclos extérieur en herbe, traversé
par une cascade et une rivière. Quelques massifs de
bambous, des baobabs artificiels ainsi que des faux
rochers complètent les aménagements.


Loge intérieure des chimpanzés
Loge intérieure des chimpanzés - avril 2015


Complexe Kibongo
Complexe Kibongo - avril 2015
Enclos des chimpanzés
Enclos des chimpanzés - avril 2015
Complexe Kibongo
Complexe Kibongo - avril 2015



Flèche

En conclusion, le parc de Hannovre a subit une forte refonte
suite à l'exposition universelle de 2000. Il offre aujourd'hui au
visiteur un véritable moment de dépaysement, bien que cer-
taines structures rappèlent plus les parcs d'attractions que les
zoos.
Le zoo présente une importante collection d'antilopes, dont
certaines sont très peu courantes en captivité comme les
gazelles dorcas, les gazelles de Thomson ou encore les bu-
bales cammas. Parmis les autres espèces du parc, on peut
également découvrir certaines raretés.
Les nouveautés du parc seront limitées à l'avenir, du fait
d'un manque d'espace. Les anciennes zones du parc dev-
raient également être réaménagées pour accueillir dans les
prochaines années, des hyènes brunes et d'autres espèces
africaines.
Enfin, il est à noter que la collection d'oiseaux est très limitée
à Hannovre et ce du fait de la proximité du parc des oiseaux
de Walsrode, les deux établissements ne voulant pas se
faire de concurrence.
Mascotte du zoo d'Hannovre
Mascotte du zoo d'Hannovre - septembre 2009


Copyright ©  -  2007-2017  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés