Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde   |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Zoo de Heidelberg


Tiergarten Heidelberg
Tiergartenstrasse 3
69120 Heidelberg
Allemagne

Tel: +49 (0)6221 645510
Fax: +49 (0)6221 692341

www.zoo-heidelberg.de



Logo Heidelberg

Mes visites: 23 février 2006; 25 mai 2009; 14 juillet 2011; 25 aout 2015
Mise en ligne: 25 juillet 2009
Mise à jour : 18 juillet 2011; 11 octobre 2015

Je tiens à remercier Simon Bruslund et Barbara Rumer pour leur accueil et l'ensemble des informations qu'ils nous ont transmises.



Horaires d'ouverture 2015
Tarifs d'entrée 2015
Nouvelle entrée et enclos des ours (Mise à jour 2015)
Les ours, la volière des bords de mer, les petits félins et le lac des anatidés
Les pygargues, les calaos et la plaine africaine (Mise à jour 2015)
La faisanderie
La maison des éléphants (Mise à jour juillet 2011)
Les nouvelles volières (Mise à jour 2015)
La plaine d'Asie, les rongeurs, les rapaces nocturnes et les félins d'Asie (Mise à jour 2015)
La maison des fauves, les porcs épics, les otaries, les grandes volières  (Mise à jour 2015)
La maison des grands singes (Mise à jour 2015)
La mini ferme, maison des singes et les ongulés (Mise à jour 2015)
Les animaux de Chine, les volières des oiseaux et lémuriens
Conclusion
Pilet d'Europe
Pilet d'Europe - mai 2009



Flèche

Horaires d'ouverture 2015 (Ces informations ne sont données qu'à titre informatif)

Perdrix ganga à ventre roux
Perdrix ganga à ventre roux - aout 2015



Avril à Septembre : 9h00 à 19h00
Mars et octobre : 9h00 à 18h00
Novembre à février: 9h00 à 17h00

Attention la dernière entrée est acceptée 30 min
avant ces horaires





Flèche

Tarifs d'entrée 2015 (Ces informations ne sont données qu'à titre informatif)


Haute saison (01/03 au 31/10)

     Adulte:                                       10,00 €
     Enfants ( 3 à 18 ans):                    5,00 €
     Tarifs réduits:                                7,50 €
     Famille 1 (1adulte + 4 enfants):   17,60 €
     Famille 2 (2 adultes + 4 enfants): 27,60 €

Basse saison (01/11 au 28/02)

     Adulte:                                         7,80 €
     Enfants ( 3 à 18 ans):                    3,90 €
     Tarifs réduits:                                5,80 €
     Famille 1 (1adulte + 4 enfants):   13,60 €
     Famille 2 (2 adultes + 4 enfants): 21,30 €

Cigogne noire
Cigogne noire - aout 2015



Flèche

Présentation du parc


Mise à jour suite à ma visite d'aout 2015

L’originalité du zoo d’Heidelberg est de présenter
certaines espèces aux visiteurs avant leur entrée
dans le zoo.
S’en est ainsi des ours de Syrie (Ursus arctos
syriacus
) qui cohabitent avec des renards corsacs
(Vulpes corsac) dans une fosse bétonnée, en-
tourée d’un fossé en eau, et agrémenté de troncs
et de rochers.

Au courant de l’année 2014, une ancienne place
située devant le par cet en bordure de l’enclos
des a été transformée en un espace herbeux,
planté de quelques feuillus et entouré de baies
vitrées. Cet espace a permis de triplé la surface
allouée aux ours de Syrie et à leurs colocataires.



Nouvel enclos des ours bruns
Nouvel enclos des ours bruns - aout 2015
Terrarium des souris
Terrarium des souris - aout 2015
Les vitres permettent aux visiteurs d’observer l’an-
cienne entrée historique du parc. En effet, ces
travaux ont été doublés par la construction d’un
parking à étage, d’une nouvelle entrée et d’une
nouvelle boutique. Face aux caisses, on peut éga-
lement admirer un vivarium garni de faux rochers,
de branches et traversé par quelques cordes, pré-
sentant une colonie de souris épineuses dorées
(Acomys russatus russatus).

Le visiteur acquiert alors son droit d’entrée et se
dirige vers l’ancienne entrée du zoo tout en lon-
geant l’enclos des ours de Syrie (Ursus arctos
syriacus
), puis démarre sa visite par la volière
côtière.


Nouvel enclos des ours bruns
Nouvel enclos des ours bruns - aout 2015
Nouvelle entrée du zoo
Nouvelle entrée du zoo - aout 2015



Flèche

En se dirigeant vers l'entrée du parc le visiteur peut observer
le premier enclos du zoo de Heidelberg situé hors de l'ence-
inte de celui-ci. Ce premier enclos en sable, planté de quel-
ques arbustes et agrémenté de troncs d'arbre est le lieu de
vie d'un groupe d'ours de Syrie (Ursus arctos syriacus) qui
cohabitent avec des renards corsacs (Alopex corsac).
Le visiteur se dirige alors vers l'entrée du zoo où il s'acquite
de son droit d'entrée. Il est à noter qu'une entente entre les
zoos de Heidelberg, Landau et Karlsruhe permet d'acheter
un billet commun aux trois établissements.
Une fois l'entrée franchie le visiteur fait face à une grande
place autour de laquelle sont plantés de nombreux parter-
res fleuris.
Le début de la visite nous conduit sur la droite de cette
place en direction d'une première volière.



Fosse des ours
Fosse des ours - mai 2009



Volière des bords de mer
Volière des bords de mer - mai 2009
Cette première volière est consacrée à l'avifaune des bords
de mer. Pour ce faire la volière se divise en différentes zones,
une plage en sable, une zone plantée de nombreux arbustes
au fond de laquelle on trouve une maison typique des bords
de mer et un bassin à vagues. Dans cette volière on peut
observer des huitriers pies (Haematopus ostralegus), des
échasses blanches du Mexique (Himantopus himantopus
mexicanus), des avocettes élégantes (Recurvirostra
avosetta
), des sternes incas (Larosterna inca), des goé-
lands cendrés (Larus canus), des goélands gris (Larus
modestus), des sarcelles d'été (Anas querquedula), des
harles piettes (Mergus albellus), des chevaliers gambettes
(Tringa totanus), des oedicnèmes du Pérou (Burhinus
superciliaris), des souchets d'Europe (Anas clipeata)
et des eiders à duvet (Somateria mollissima).
Le visiteur ressort alors de la volière.

Avocette élégante
Avocette élégante - mai 2009
Goéland gris
Goéland gris - mai 2009



Harle
Harle piette - mai 2009
Volière côtière
Volière côtière - aout 2015


En face de la sortie de la volière se dressent 2 enclos
accolés mais reliés entre eux. Ces nouvelles volières
sont consacrées à la présentation d'un couple de man-
goustes à queue annelée (Galidia elegans). Cette es-
pèce malgache est peu courante en captivité. Mitoyen
à la volière des mangoustes, on trouve une autre ins-
tallation du même type consacrée aux chats dorés
d'Asie (Catopuma temminckii).
Le visiteur découvre alors sur sa droite un grand lac
bordé par un chemin. Il emprunte ce sentier en dire-
ction d'une nouvelle volière consacrée à des chats
du Bengale (Prionailurus bengalis). Le zoo de
Heidelberg s'est au fil des ans, spécialisé dans l'éle-
vage de ces petites espèces de félidés, plus adaptées
à la surface réduite du parc.


Volière des mangoustes à queue annelée
Volière des mangoustes à queue annelée - mai 2009
Enclos des loups à crinière
Enclos des loups à crinière - mai 2009
La suite de la visite nous conduit vers un point de vue sur
le lac. Différentes espèces d'anatidés y sont présentées.
On peut y voir des oies de Ross (Anser rossi), des ei-
ders à duvet (Somateria mollissima), des canards caro-
lins (Aix sponsa), des harles couronnées (Mergus
cucullatus), des garrots albéoles (Bucephala albeola)
et des garrots islandais (Bucephala islandica).
En face du point d'ob
servation on trouve un enclos en
longueur au sol en herbe, de taille moyenne mais peu
végétalisé occupé par des loups à crinière (Chrysocion
brachyurus).
Ces animaux occupent l'ancien enclos des guépards
(Acinonyx jubatus), espèce qui a aujourd'hui quitté le
zoo.




Mise à jour suite à ma visite du 14 juillet 2011:


Les chats du Bengale ont quitté le zoo et leur volière est
aujourd'hui occupée par les galidies élégantes.

De même, l'enclos des loups à crinière a été réaménagé
pour accueillir un petit groupe d'alpagas (Lama pacos).

Mise à jour suite à ma visite d'aout 2015

Les chats du Bengale ne sont plus visibles au zoo
d’Heidelberg et leur enclos vacant devrait être ré-
aménagé prochainement.


Enclos des alpagas
Enclos des alpagas - juillet 2011



Flèche

En poursuivant sur le sentier le visiteur dispose d'un
nouveau point d'observation sur le lac des anatidés. A
coté de ce point de vue on trouve une grande volière
aménagée de rochers et d'arbustes occupée par de
rares pygargues de Steller (Haliaeetus pelagicus).
La suite de la visite nous conduit sur un sentier situé à
droite de la volière des pygargues. Ce sentier longe sur
la droite les bâtiments techniques du zoo (inaccessibles
au public) et sur la gauche un enclos tout en longueur à
l'aspect abandonné mais occupé par un couple de ca-
laos terrestres (Bucorvus leadbeateri).
Le visiteur en poursuivant sa visite se dirige vers la mai-
son africaine.


Volière des pygargues
Volière des pygargues - mai 2009





Damalisque à front blanc
Damalisque à front blanc - mai 2009
Le visiteur est inviter à entrer dans la maison pour y découvrir
les boxes intérieurs des différentes espèces de la plaine. Ces
boxes sont de taille moyenne, séparés du visiteur par une grille,
au sol en foin et aux murs carrelés. Une exposition pédagogi-
que est également présentée dans la maison africaine, ainsi
qu'un terrarium en sable dans lequel cohabitent des macro-
scélides à oreilles courtes (Macroscelides proboscideus) et
des caméléons du Yémen (Chamaeleo calyptratus). Un
second terrarium est le lieu de présentation de pythons
tigres (Python molurus).
Le visiteur ressort alors de la maison africaine et emprunte
le sentier situé sur la droite pour longer la plaine africaine du
zoo de Heidelberg. Cette plaine est entièrement en sable agré-
mentée de quelques rochers et tas de branches. La séparation
entre le visiteur et la plaine se fait par des fossés secs. Des
zèbres de Damara (Zebra quagga antiquorum) y cohabitent
avec des damalisques à front blanc (Damaliscus dorcas
phillipsis) et des grands koudous (Tragelaphus strepsiceros).


Plaine africaine
Plaine africaine - mai 2009
Boxes de la maison africaine
Boxes de la maison africaine - mai 2009


Mise à jour suite à ma visite d'aout 2015

La volière des pygargues de Steller (Haliaeetus pelagicus)
a été agrandie pour laisser place à de nouveaux points
de vision sur cette installation, ainsi qu’une section isolée en
vue de favoriser la reproduction de cette espèce.

Des dindons bronzés d’Amérique (Gallopavo meleagris)
ont rejoint le premier enclos en herbe, bordant celui des
calaos terrestres (
Bucorvus leadbeateri).

Au niveau du terrarium de la maison africaine on peut éga-
lement noter quelques changements. C’est ainsi que les
macroscélides à oreilles courtes (Macroscelides
proboscideus
) ont quitté le parc. Les caméléons du Yémen
(Chamaeleo calyptratus) cohabitent maintenant avec des
scinques d’Algérie (Eunectes algeriensis) et des tortues
pancakes (Malacochersus tornieri).


Terrarium des macroscélides
Terrarium des macroscélides - juillet 2011



Le visiteur bifurque alors sur sa droite en direction de la faisanderie du parc.



Flèche

Les numéros suivant les volières avec un * et en italique
sont un rappel pour le paragraphe mise à jour 2015

Le visteur est invité à entrer dans la première volière
(Volière 1 pénétrante*) créée en 2007-2008. Celle-ci
est densémment végétalisée, dispose d'un sol en terre
et d'un ruisseau qui se jette dans un bassin dont la
partie immergée est visible à travers une baie vitrée.

Ce type de présentation original permet de voir évoluer les
canards plongeurs sous l'eau. Cette première volière est oc-
cupée par des aracaris verts (Pteroglossus viridis), des
guiras (Guira guira), des sarcelles à collier (Calonetta
leucophrys
), des érismatures d'Argentine (Oxyura vittata),
des tinamous à bec rouge (Crypturellus parvirostris), des
amazones  à  nuque   verte  (Amazona  viridigenalis),  des
ouistitis de Geoffroy (Callithrix geoffroyi) et des paresseux
à deux doigts (Coleopus didactylus). Le visiteur ressort
alors de la volière.





Volière sud américaine
Volière sud américaine - mai 2009



Volières de la faisanderie
Volières de la faisanderie - mai 2009
Sur la gauche du sas de sortie, le visiteur peut observer la lo-
ge intérieure des paresseux, également occupée par des tatous
(Tolypeutus matacus). Sur la droite du sas, il découvre une
nouvelle volière (Volière 2*) occupée par des perdrix roul-
rouls (Rollulus roulroul), des oiseaux chats à oreillons blancs
(Ailuroedus buccoides) et des scissirostres des Célèbes
(Scissirostrum dubium). Le visiteur quitte alors le sas de sor-
tie de la volière pour découvrir un ensemble de volières ali-
gnées. La première (Volière 3*) est le lieu de cohabitation de
touracos à huppe blanche (Tauraco leucolophus), de tina-
mous huppés (Eudromia elegans), de sarcelles de Mada-
gascar (Anas bernieri), de gonoleks de Barbarie (Laniarius
barbarus
) et de chevêches d'Athena (Athene noctua).

La seconde volière (Volière 4*) est occupée par des vanneaux
couronnés (Vannelus coronatus), des choucadors pourpres
(Lamprotornis purpureus) et des touracos gris (Crinifer
piscator
).


Chevêche d'Athena
Chevêche d'Athena - mai 2009
Aracari vert
Aracari vert - mai 2009


La troisième (Volière 5*) installation est occupée par des
petits-ducs scops (Otus scops), des cossyphes à calotte
neigeuse (Cossypha niveicapilla), des touracos à bec
noir (Tauraco schuettii) et des francolins à collier
(Frankolinus frankolinus).  La volière (Volière 6*)
suivante est le lieu de vie d'ignicolores (Euplectes orix),
de tisserins gendarmes (Ploceus cucullatus), de touracos
à ventre blanc (Corythaixoides leucogaster), de huppes
fasciées (Upupa epops) et de tinamous huppés (Eudromia
elegans
).

Une cinquième volière (Volière 7*) est le lieu d'une cohabi-
tation entre des irrisors moqueurs (Phoeniculus purpureus),
des touracos violets (Musophaga violacea), des barbicans
à poitrine rouge (Lybius dubius) et des perdrix roulouls
(Rollulus roulroul).
La dernière volière (Volière 8*)est le lieu de vie de huppes
fasciées (Upupa epops), de chardonnets élégants
(Carduelis carduelis frigoris) et de touracos gris (Crinifer
piscator
).







Touraco à ventre blanc
Touraco à ventre blanc - mai 2009
Touraco à huppe blanche
Touraco à huppe blanche - mai 2009
Le visiteur quitte alors la rangée de volières en passant
devant une zone de chantier qui correspond à la future
maison des éléphants d'Asie qui devrait être inaugurée
dans les 2 années à venir. Le coût de cette nouvelle in-
stallation qui regroupera des boxes individuels, une
zone de cohabitation et un bassin intérieur. Dans cette
zone de travaux se trouve également les fondations de
la seconde rangée de volières qui completaient la fai-
sanderie, volières qui ont aujourd'hui été détruites.
Ainsi les éperonniers chinquis, les tragopans de Tem-
minck ont quittés le parc.
Le visiteur retombe alors sur le sentier longeant la plaine
africaine du zoo de Heidelberg.




Flèche

Mise à jour suite à ma visite du 14 juillet 2011:

La grande nouveauté 2010 est l'ouverture d'une nouvelle maison pour
les éléphants. Après avoir accueillit pendant plusieurs années, des
femelles, le zoo d'Heidelberg fait office de crèche pour petits éléphan-
teaux mâles, en attendant qu'ils puissent se reproduire.
Leur maison se compose de 4 boxes et d'une salle commune en sable
accolée à un bassin.
Dans la partie réservée au public ont été érigés plusieurs panneaux
pédagogiques.

Au niveau du sas d'entrée une loge intérieure de grande taille est oc-
cupée par des binturongs (Arctictis binturong), qui ont étgalement
accès à une volière extérieure se trouvant dans la continuité de cel-
les des oiseaux.
La volière des binturongs est reliée à un enchevêtrement de branches
qui ont été vissées au mur de la maison des éléphants.
En contre bas des branches des binturongs se trouve un enclos en
herbe agrémenté d'un bassin avec vision sous marine, enclos où
évolue une famille de loutres naines (Aonyx cinerea).





Enclos des loutres et binturongs
Enclos des loutres et binturongs - juillet 2011


Volières des touracos
Volières des touracos - juillet 2011
Trois nouvelles volières ont également été construites. La première,
((Volière 1bis*) agrémentée de nombreux branchages, est le lieu
de vie d'euplectes ignicolores (Euplectes orix), de tisserins gen-
darmes (Ploceus cucullatus), de tinamous huppés (Eudromia
elegans
), de touracos à bec noir (Tauraco schuettii) et de spréos
superbes (Lamprotornis superbus).

La seconde volière (Volière 2bis*), plus végétalisée, est le lieu de
présentation de vanneaux couronnés (Vannelus coronatus), de
choucadors pourpres (Lamprotornis purpureus), de touracos à
ventre blanc (Corythaixoides leucogaster), d'irrisors moqueurs
(Phoeniculus purpureus), de barbicans à poitrine rouge (Lybius
dubius
) et de touracos à huppe blanche (Tauraco leucolophus).

La dernière volière (Volière 3bis*) est consacrée aux ouistitis de
Geoffroy (Callithrix geoffroyi)

Les anciennes volières des oiseaux sont toujours visibles et oc-
cupées par les espèces qui n'ont pas été tranférées dans la nou-
veauté.
Des calaos papous (Rhyticeros plicatus) ont rejoind une volière
mitoyenne aux binturongs.


Enclos extérieur des éléphants
Enclos extérieur des éléphants - juillet 2011
Enclos des binturongs
Enclos des binturongs - juillet 2011


Maison des éléphants
Maison des éléphants - juillet 2011
Poste d'observation des éléphants
Poste d'observation des éléphants - juillet 2011



Flèche

Mise à jour suite à ma visite d'aout 2015

L’ensemble des volières de la section « oiseaux »
ayant subi des transformations et accueillant une
nouvelle population, nous allons redéfinir la popu-
lation volière par volière.
Les espèces décrites ci-dessus sont celles qui
étaient présentent lors de ma visite de 2009.
Aujourd’hui on pourra observer (les numéros
des volières font référence à celles décrites
auparavant
) :

Volière 1 (pénétrante) : tangara du Brésil
(Ramphocelus bresilianus) ; sarcelle à collier
(Calonetta leucophrys) ; érismature d'Argen-
tine (Oxyura vittata ; amazones  à  nuque  
verte  (Amazona  viridigenalis) ; caurale
soleil (Eurypyga helias) ; oedicnème du Pérou
(Burhinus supercillaris) et  paresseu à deux
doigts (Coleopus didactylus).





Volière des perdrix gangas
Volière des perdrix gangas - aout 2015

Volière des cacatoès
Volière des cacatoès - aout 2015
Volière 2 (Madagascar) : sarcelle de Bernier
(Anas bernieri) ; ibis huppé de Madagascar
(Lophotibis cristata) et guira canta (Guira
guira
).

Volière 3 (Afrique de l’Est et Moyen Orient) :
hypocolius gris
(Hypocolius ampelinus) ; ganga
à ventre brun (Pterocles exustus)  et gravelot à
triple collier (Charadrius tricollaris tricollaris).


Volière 4 (Philippines) : cacatoès des Philippines
(Cacatua haematuropygia) et éperonnier napo-
léon (Polyplectron napoleonis).

Volière 5 (Indonésie) : étourneau de Bali
(Leucopsar rotschildi) et agami trompette
(Psophia crepitans).




Les volières 6-7 et 8 ont été fusionnées dans le
cadre de la construction de la maison des élé-
phants et 2 volières ont été érigées en lieu et
place des anciennes.
La première consacrée à la Papouasie est oc-
cupée par des calaos papous (Rhityceros
plicatus
), tandis que la seconde sert de pré-
enclos aux binturongs (Arctictis binturong).
 
Concernant les 3 volières construites en 2011
(numérotées 1bis à 3 bis) dans le paragraphe
« Mise à jour suite à ma visite de juillet 2011),
la population actuelle est la suivante :


Hypocolious gris
Hypocolious gris - aout 2015



Volière des inséparables
Volière des inséparables - aout 2015
Volière 1bis : tisserin gendarme (Ploceus
cucullatus
) ; inséparable à tête noire (Agapornis
nigrigenis
) et courvite à double collier
(Rhinoptilus africanus gracilis).

Volière 2 bis : étourneau pourpre (Lamprotornis
purpureus
) ; barbican à poitrine rouge (Lybius
dubius
) ; irrosor moqueur (Phoeniculus purpureus) ;
touraco à ventre blanc (Corythaixoides leucogaster) ;
touraco à huppe blanche (Tauraco leucolophus) et
paon du Congo (Afropavo congensis).

Volière 3 bis : araçari vert (Pteroglossus viridis).
 
Le visiteur revient alors au niveau de l’entrée de la
volière pénétrante et de la plaine des zèbres.


Erismature
Erismature - aout 2015
Gravelot à triple collier
Gravelot à triple collier - aout 2015



Flèche

En face de la plaine africaine se trouve l'enclos actuel des élép-
hants d'Asie (Elephas maximus) du zoo de Heidelberg. Leur
enclos en sable dispose d'un plan d'eau et de rochers. Cet en-
clos déja agrandit et modernisé en 2005-2006, devra encore
voir sa taille augmenter avec la construction de la nouvelle mai-
son des éléphants. Les deux éléphantes présentées à Heidel-
berg cohabitent avec un groupe d'antilopes cervicapres
(Antilopa cervicapra) et des cerfs axis (Axis axis). 
Les deux éléphantes Jenny et Ilona sont agées respectivement
de 25 et 42 ans.
Le visiteur en poursuivant le sentier découvre sur sa droite l'ac-
tuelle maison des éléphants constituée de 2 boxes dans laquelle
il est invité à entrer.
En ressortant de la maison, un sentier bifurquant sur la droite
permet de poursuivre la visite en longeant le grand lac du zoo.


Plaine d'Asie
Plaine d'Asie - mai 2009


Enclos des souris
Enclos des souris - mai 2009
Le visiteur découvre à l'extrémité du lac, un terrarium surélevé
dont une partie recréer le milieu sous terrain visible à travers des
baies vitrées. Ce terrarium est le lieu de vie de grands hamsters
(Cricetus cricetus). Sur la gauche du sentier, le visiteur décou-
vre 3 volières consacrées à la présentation de rapaces nocturnes.
Le première est occupée par des chouettes lapones (Strix
nebulosa), la seconde l'est par des harfangs des neiges (Nyctea
scandiaca) et la dernière par des hiboux grands ducs (Bubo
bubo). Les trois volières sont de même type à savoir un sol de
sable, de nombreux conifères et quelques rochers. Des souches
d'arbre et des perchoirs sont également dispersés dans chaque
volière.
Le visiteur poursuit sa visite pour découvrir sur sa gauche, une
cabane de chantier percée de deux grandes vitres correspon-
dant chacune à un enclos. La première loge est le lieu de vie de
souris grises (Mus musculus), la seconde loge est occupée par
des rats noirs (Rattus rattus).

Plus loin, un sentier en cul de sac tourne sur la droite et nous
permet de découvrir un enclos de type forestier agrémenté de
nombreux buissons et consacré à des lynx (Lynx lynx).


Loge intérieure des éléphants
Loge intérieure des éléphants - mai 2009
Volière des rapaces nocturnes
Volière des rapaces nocturnes - mai 2009


La suite de la visite nous conduit toujours à contourner le lac.
Sur la droite du chemin se dresse une nouvelle volière plantée
de quelques arbustes et de tas de bois. Cette installation est
le lieu de vie d'hermines (Mustela erminea), espèce originaire
de nos régions mais peu représentée en parc zoologique.
En poursuivant sa visite, le visiteur peut observer sur sa gau-
che la plage du lac sur laquelle s'ébattent diverses espèces
d'anatidés. On y découvre ainsi des canards à bec jaune
(Anas undulata), des canards mandarins (Aix galericulata),
des morillons huppés (Aythya fuligula), des oies naines
(Anser erythropus), des tadornes de Belon (Tadorna
tadorna
), des nettes rousses (Netta rufina), des nycoras
d'Europe (Aythya nyroca), des garrots d'Europe (Bucephala
clangula), des pilets d'Europe (Anas acuta), des oies em-
pereurs (Anas canagicus), des oies cendrées (Anser anser),
des siffleurs d'Europe (Anas penelope), des flamants rouges
(Phoenicopterus ruber) et des cormorans (Phalacrocorax
carbo
).




Lac et plage des flamants roses
Lac et plage des flamants roses - mai 2009
Volière des chats dorés d'Asie
Volière des chats dorés d'Asie - mai 2009
En face de la plage des anatidés se dresse une nouvelle vol-
ière densémment végétalisée avec des bambous et autres
arbres buissonnants. Cette volière est occupée par des chats
dorés d'Asie (Catopuma temminckii), espèce dans la-
quelle le parc s'est spécialisé. Le visiteur entre alors dans la
zone des fauves. Un premier enclos est visible sur la gauche
à travers des baies vitrées. Cet enclos est en herbe, planté
de nombreux bambous et dispose d'un petit ruisseau. Des
tigres de Sibérie (Panthera tigris altaica) y sont présentés.
En poursuivant sa visite, le visiteur peut voir sur sa gauche,
une volière au fond bétonné, au sol en sable et agrémentée
d'un bassin. Cette volière est reliée à l'enclos des tigres et
peut être utilisée pour séparer les animaux.
Le visiteur entre alors dans la maison des fauves.







Mise à jour suite à ma visite du 14 juillet 2011:


Les chats dorés d'Asie ont été remplacés par un groupe de 3
mâles fossas (Cryptoprocta ferox). Leur volière a été plan-
tée de massifs de bambous
Volière des fossas
Volière des fossas - juillet 2011




Mise à jour suite à ma visite d'aout 2015

L’enclos des hamsters dorés (Cricetus cricetus) a
été démoli pour laisser place à un chalet abritant un
centre d’élevage de cette espèce.

Sur la droite de ce chalet, un nouveau sentier se di-
rige sur la gauche vers une zone d’extension du zoo,
chemin qui longe un grand enclos en herbe et en sa-
ble, entourant un plan d’eau de bonne surface.
Des troncs, des rochers et des branches complètent
les aménagements. Cet enclos est délimité dans toute
sa longueur par une paroi vitrée. Le groupe de raton
laveurs (Procyon lotor) y a été installé.


Chalet des hamsters
Chalet des hamsters - aout 2015


Enclos des ratons laveurs
Enclos des ratons laveurs - aout 2015



Cette espèce fait l’objet d’une petit anecdote, en effet,
dans l’histoire du parc, un raton laveur s’était échappé
du zoo et est revenu au parc quelques mois plus tard,
accompagné d’un second individu. Le sentier dé-
bouche alors sur la volière des lynx (Lynx lynx) avant
de revenir vers le sentier principal.

 
De la même manière, les hermines ne sont plus visibles
à Heidelberg. Leur volières ont été quelques peu remo-
delée pour reconstituer un milieu légèrement humide au
sein duquel sont présentés des pies-grièches écorcheurs
(Lanius collurio) et des râles des genets (Crex crex).
Volière des pies grièches
Volière des pies grièches - aout 2015
Enclos des ratons laveurs
Enclos des ratons laveurs - aout 2015



Flèche

La maison des fauves est typique des zoos allemands et des
constructions des années 1970 - 1980. Différentes loges à
hauteur d'homme sont séparées du public par de grosses
grilles et une rembarde. La partie loge est éclairée alors que
la zone de visite est plus sombre. On y découvre les loges
intérieures des grands félins ainsi que deux enclos extérieurs
visibles à travers des baies vitrées. Le premier enclos est
occupé par de rares chats de jungle (Felis chaus). Le se-
cond est le lieu de vie d'un groupe de suricates (Suricatta
suricatta
).
Le visiteur ressort alors de la maison des fauves par là où
il est entrer et prend le chemin continuant sur la gauche.
Il longe alors l'enclos des lions d'Asie (Panthera leo
persica) du zoo de Heidelberg. Leur enclos en sable sé-
paré du visiteur par un fossé en eau est de taille très ré-
duite par rapport aux quatres animaux qui y sont présentés.


Enclos des chats de jungle
Enclos des chats de jungle - mai 2009


Bassin des otaries
Bassin des otaries - mai 2009
En poursuivant sa visite, le visiteur tombe sur une place où
se dresse le snack restaurant du zoo. Sur la gauche du sen-
tier, il découvre l'ancienne fosse bétonnée des ours, aujour-
d'hui occupée par des porcs épics à crète (Histrix cristata)
et des ratons laveurs (Procyon lotor). Ces animaux dispo-
se de nombreux branchages qui viennent agrémenter cette
ancienne fosse. En poursuivant sur le sentier principal, le vi-
siteur longe sur la gauche un enclos en rénovation. Cet en-
clos était occupé par un tapir à chabraque (Tapirus indicus)
jusqu'à son décès. A la fin des travaux il accueillera des tor-
tues géantes (Geochelon gigantea). En face de ces travaux
se trouve l'installation des otaries de Patagonie (Otaria
byronia
).
Leur installation est de taille moyenne et composée d'un en-
clos principal avec un grand bassin et d'un enclos secondaire
permettant de séparer les animaux en cas de besoin. Cet
enclos peut néanmoins être relié à l'enclos principal pour
offrir aux otaries une installation de plus grande taille.


Enclos des lions
Enclos des lions - mai 2009
Loges intérieures des fauves
Loges intérieures des fauves - mai 2009



Le visiteur contourne l'enclos des otaries pour entrer dans une
grande volière. Cette volière est constituée d'un petit bassin
passant sous la passerelle de visite et d'une plage
en herbe. Des ibis chauves (Geronticus eremita), des hérons
garde boeufs (Andeola ibis), des cigognes noires (Ciconia
nigra) et des sarcidiornes (Sarkidiornis melanotos) y coha-
bitent. Le visiteur ressort alors de cette première et en longe
une seconde dans laquelle cohabitent des ibis rouges
(Eudocimus ruber), des ibis falcinelles (Plegadis falcinellus),
des spatules roses (Platalea ajaja), des dendrocygnes des
Antilles (Dendrocygna arborea) et des sarcelles à collier
(Calonetta leucophrys).


Volière des ibis chauves
Volière des ibis chauves - mai 2009



Enclos de contact des moutons
Enclos de contact des moutons - mai 2009
Le visiteur contourne alors la volière et découvre sur la
droite du chemin, un enclos provisoire dans lequel vivent
des poneys shetlands (Equus equus). Ces animaux sont
en fait utilisés comme tondeuse écologique. En poursui-
vant sa visite, le visiteur tombe nez à nez avec l'enclos des
kangourous roux (Macropus rufus). Ce groupe reprodu-
cteur occupe l'ancienne installation des rhinocéros blancs
(Ceratotherium simum). Leur enclos a aujourd'hui été
réensemencé en gazon. A coté des kangourous, une ins-
tallation en sable est le lieu de vie d'une colonie de chiens
de prairie sociaux (Cynomys ludovicianus).
Le visiteur poursuit sa visite et découvre un nouvel enclos
en sable dans lequel il est invité à entrer. Cet enclos de
contact est occupé par des chèvres (Capra hircus) et
des moutons (Ovis ovis).
Le visiteur se dirige alors sur sa droite vers la maison des
grands singes.


Chat de jungle
Chat de jungle - mai 2009
Dendrocygnes des Antilles
Dendrocygnes des Antilles - mai 2009


Mise à jour suite à ma visite du 14 juillet 2011:

La maison des fauves accueille désormais une maquette pour un projet
futur, la rénovation et l'agandissement de l'enclos des lions.
Trois vivariums ont été placés dans cette maison et accueillent des
cétoines (Cetonia aurata) et des phasmes.

Mise à jour suite à ma visite d'aout 2015

Les chats de jungle (Felis chaus) ne sont plus visible au parc et
ont été remplacé par un trio de moufettes (Mephitis mephitis).

Le projet d’agrandissement de l’enclos des lions avance à grand
pas et les travaux devraient débuter au début de l’année 2016.

La volière des cigognes noires (Ciconia nigra) a été refondue
en une volière à dominante « Européenne ». Des hérons pour-
pres
(Ardea purpurea) ont rejoint cette installation.
Maquette du futur enclos des lions
Maquette du futur enclos des lions - juillet 2011



Flèche

La maison des anthropoïdes est entourée par les enclos ex-
térieurs des grands singes. Les 4 premiers enclos sont tous
de même type. Ils sont bétonnés sur le fond et les cotés,
enherbés et séparés du visiteur  par un  fossé sec.  Les en-
clos  ne  disposent d'aucun enrichissement. Des trapes si-
tuées entre les fosses permettent de les séparer ou au
contraire de les réunir. Les 2 premières fosses sont le lieu
de vie de gorilles (Gorilla gorilla), la seconde est occupée
par un groupe de chimpanzés (Pan troglodytes). En con-
tournant encore la visite on découvre deux volières exté-
rieures agrémentées de quelques cordages. Ces volières
sont occupées par des orangs outans de Sumatra (Pongo
pygmaeus albelii).
Le visiteur entre alors dans la maison des grands singes.


Enclos des gorilles
Enclos des gorilles - mai 2009
Intérieur de la maison des grands singes
Intérieur de la maison des grands singes - mai 2009
Au centre de la maison, une zone en terre est plantée de nom-
breux arbres tropicaux. Dans cette zone vivent en liberté des
noircaps loriots (Hypergerus atriceps), des  colombes turverts
(Chalcophaps indica), des carpophages bicolores (Ducula
bicolor), des bambuscicoles de Chine (Bambusicola
thoricica), des perdrix roulrouls (Rollulus roulroul) et des
tupaïs du Nord (Tupia belangeri).
Sur la gauche du sentier on trouve les loges intérieures des
singes. Elles sont toutes de même type à savoir un sol en bé-
ton lissé recouvert de fausse paille et de nombreux cordages.
Les deux premières loges sont consacrées aux orangs outans,
la loge suivante est occupée par de rares cercopithèques de
Roloway (Cercopithecus roloway). La quatrième et la cin-
quième loge, qui sont de taille plus importante, sont le lieu de
vie des chimpanzés et les 2 dernières loges sont consacrées
aux gorilles.


Volière des orangs outans
Volière des orangs outans - mai 2009
Loge intérieure des cercopithèques
Loge intérieure des cercopithèques


Sur la droite de la sortie, on découvre une nouvelle volière densémment végétalisée dans laquelle cohabitent des tamarins lions dorés (Leontopithecus rosalia), des oustitis de Geoffroy (Callithrix geoffroyi) et des agoutis dorés (Dasyprocta aguti). Le visiteur ressort alors de la maison des singes et fait face à l'enclos de contact des moutons et des chèvres qu'il longe le laissant sur sa gauche.

Les grands singes de Heidelberg

Chimpanzés

Henri né en Afrique en 1983, arrivé à Heidelberg le 10/12/1986
Max 2 né à Biel le 13/05/1974, arrivé à Heidelberg le 26/08/1988
Lulu née à Biel le 19/12/1973, arrivée à Heidelberg le 26/08/1988
Susi née en Afrique en 1972, arrivée à Heidelberg le 31/12/1985
Heidi née en Afrique en 1973, arrivée à Heidelberg le 31/12/1985
Conny, née au Nigéria en 1973, arrivée à Heidelberg le 26/08/1968




Orangs outans

Grisella, femelle née à Heidelberg le 30/01/1977
Puan, femelle née à Heidelberg le 15/05/1989
Ujian, mâle né à Zurich le 25/06/1994



Gorilles

Doba née à Rotterdam le 14/08/1996, arrivée à Heidelberg en 1999
Chuma née à Amsterdam le 08/11/1996, arrivée à Heidelberg en 1999
Bobo né à Berlin le 01/06/1992






Mise à jour suite à ma visite du 14 juillet 2011:


Les enclos extérieurs des chimpanzés sont en travaux pour être
agrandit, le sentier de visite est donc fermer pour le moment.

Avant d'entrer dans la maison des singes, le visiteur découvre
une volière inaugurée récemment, volière consacrée aux tama-
rins lions (Leonpithecus rosalia) et aux tatous à trois bandes
(Tolypeutus matacus).
Volière des tamarins lions
Volière des tamarins lions - juillet 2011


Nouvelle volière des chimpanzés
Nouvelle volière des chimpanzés - aout 2015




Mise à jour suite à ma visite d'aout 2015


Les espaces extérieurs des chimpanzés ont été agrandis,
les fossés comblés pour former une volière recouverte
d’un filet, légèrement vallonné, au sol en herbe et agré-
menté de diverses structures d’escalade.




Flèche

Le visiteur poursuit alors sa visite vers la suite de la mini ferme
du parc. Il découvre sur la droite du sentier un ensemble de
petits enclos au sol en sable, agrémentés de quelques rochers
et branchages. Le premier enclos est occupé par un groupe
reproducteur de baudets du Poitou (Equus asinus asinus).
Un autre enclos permet l'accueil des poneys shetlands et enfin
une dernière installation est consacrée aux tortues géantes
(Geochelon gigantea) en attendant leur transfert vers leur
nouvel enclos.
Sur la gauche du sentier le visiteur découvre une maison tout
en longueur à laquelle est adossé une volière au sol en sable
qui recréer un village à colombages. Elle est occupée par un
groupe de cochons d'Inde (Cavia aperea). Au bout du sen-
tier se trouve la zone de jeux pour enfants en travaux lors de
ma dernière visite.


Enclos des baudets du Poitou
Enclos des baudets du Poitou - mai 2009
Cages de la singerie
Cages de la singerie - mai 2009


En conséquence, le visiteur revient sur ses pas jusqu'à l'ex-
trémité de la maison. Le visiteur entre alors dans la maison
où un sas d'entrée lui permet de voir les loges intérieures
des entelles (Presbytis entellus). En face du sas d'entrée,
on trouve le dernier enclos de la mini ferme consacré à la
basse cour avec la présentation de poules naines (Gallus
gallus
), de dindons (Meleagris gallopavo) et de paons
bleus (Pavo cristatus). Le poulailler est visible à travers
des baies vitrées et le visiteur peut observer les poules
couver.
Le visiteur retourne alors au niveau de la maison des singes
pour y découvrir les cages extérieures des singes. Ces cages
sont très anciennes, de taille réduite et totalement en béton.
Des cordages agrémentent ces installations.
Baudets du Poitou
Baudets du Poitou - mai 2009
Mangouste d'Inde
Mangouste d'Inde - mai 2009



Gayal
Gayal - mai 2009
Enclos des gaurs
Enclos des gaurs - aout 2015


Trois espèces de singes sont présentées dans ces cages .
Les deux premières installations sont occupées par un
groupe reproducteur d'entelles (Presbytis entellus). La
loge suivante est le lieu de vie d'un très rare couple de
macaques ours (Macaca arctoides). Ces singes au
pelage épais et à la tête rouge ne sont représentés que
par une quinzaine d'individus en Europe. Les deux der-
nières cages sont le lieu de vie d'un autre groupe repro-
ducteur de cercopithèques roloway (Cercopithecus
roloway
).
La suite de la visite nous conduit à longer une grande
fosse en béton, ancienne et agrémentée de nombreux
cordages, branchages et autres objets d'enrichissement.


Macaque ours
Macaque ours - mai 2009
Fosse des macaques rhésus
Fosse des macaques rhésus - mai 2009
Cette fosse est le lieu de vie d'un important groupe de ma-
caques rhésus (Macaca mulatta) qui cohabitent avec de
rares mangoustes d'Inde (Herpestes edwardsii) et des chè-
vres naines (Capra hircus).
Le visiteur fait alors à nouveau face à l'aire de spectacle de
rapaces devant laquelle il bifurque à gauche en longeant la
fosse des macaques.
Au bout de ce sentier, il découvre un grand enclos en sable
que l'on peut observer à ce niveau ou au niveau du sentier
passant devant les kangourous. Cet enclos est occupé par
un groupe reproducteur de rares gayals (Bos frontalis
frontalis). Mitoyen aux gayals un second enclos du même
type et dont la maison a été rénovée au cours de l'hiver 2006
est occupé par un groupe de chameaux domestiques
(Camelus bactrianus) dont 2 individus blancs.


Mise à jour suite à ma visite du 14 juillet 2011:

Les macaques ours, tout comme les gayals ont quitté le zoo. Le visiteur
peut entre dans le sas de gauche de la maison des singes, pour découvrir
les loges intérieures des cercopithèques roloway (Cercopithecus
roloway
) qui cohabitent avec des hérissons à ventre blanc (Atelerix
albiventris
). Sur la droite de la loge des cercopithèques, un petit enclos
agrémenté de nombreuses branches est occupé par des oustitis pygmés
(Callithrix pygmaea) et des tamarins empereurs (Saguinus imperator).

Sur la gauche, un couloir présente deux terrariums. Le premier est agré-
menté de ronces et présente des phasmes de Thailand (Phaenopharos
khaoyaiensis). Le second terrarium présente des crapauds géants
(Bufo marinus), dans un décor de plantes tropicales et de sol en terre.

Au niveau extérieur, les ouistitis et les tamarins bénéficient d'une volière
réaménagée. Une autre installation extérieure est occupée par des
tatous à 3 bandes (Tolypeutes matacus).


Loge des cercopithèques
Loge des cercopithèques - juillet 2011

Loge des mangoustes
Loge des mangoustes - juillet 2011

L'autre entrée de la maison, permet d'observer les loges de nuit des
entelles (Presbytis entellus). Sur la gauche, un petit enclos visible
à travers une baie vitrée. Cette loge présente des hérissons à ventre
blanc (Atelerix albiventris) qui vivent en compagnie avec des man-
goustes à queue blanche (Ichneumia albicauda), espèce peu cou-
rante en captivité qui était maintenu, jusqu'à présent, en coulisses.

Sur la droite, trois terrariums ont été aménagés et accueillent respec-
tivement des dègues du Chili (Octodon degus), dans un vivarium
agrémenté de troncs d'arbre, des serpents des blés (Pantherophis
guttatus), dans un terrarium végétalisé et des dragons de Lawson
(Pogona henrylawsoni) occupant un terrarium fait de sable et de
roche rouge.


Mise à jour suite à ma visite d'aout 2015

La mangouste à queue blanche (Ichneumia albicauda),
tout comme les mangoustes indiennes
(Herpestes
edwardsii
) ne sont plus présentées à Heidelberg.

La fosse des macaques rhésus a été comblée et leur
enclos délimité par plusieurs rangées de fils électriques
consiste désormais en une prairie agrémentée de stru-
ctures d’escalade en bois et en cordes mais aussi de
rochers.

Autre espèce à avoir quitté le zoo, les gaurs (Bos
gaurus
) qui ont été remplacés par de jeunes co-
chons domestiques (Sus scofra domesticus) de
race Duroc et d’une race allemande.
Cet espace devrait être transformé courant 2016
en vue d’y présenter un spectacle d’oiseaux en vol.



Enclos des macaques rhésus
Enclos des macaques rhésus - aout 2015



Flèche

Le visiteur se trouve alors à un croisement. A ce niveau, se
trouve sur la droite du sentier une volière rénovée au début
de l'année 2009 qui devrait à terme héberger  les kéas
(Nestor notabilis). Au niveau du carrefour le chemin de
droite conduit le visiteur vers la zone des petits félins celui
de gauche vers le bassin des otaries. Pour poursuivre sa
visite, le visiteur peut emprunter le dernier chemin se situant
en face de lui. Il découvre alors sur sa gauche l'école du zoo
de Heidelberg. En face de l'entrée de l'école le visiteur peut
observer un grand enclos en herbe au milieu duquel pous-
sent de nombreux grands arbres et au sein duquel ont été
déposés des rochers et des tas de bois.


Volière des kéas
Volière des kéas - mai 2009


Enclos des petits pandas
Enclos des petits pandas - mai 2009


Cet enclos est le lieu de vie d'un couple de petits pandas
(Ailurus fulgens fulgens) qui cohabitent avec de très
rares élaphodes de Chine (Elaphodus cephalophus
michianus
), petit cerf aux reflets bleutés très peu repré-
senté en captivité puisque ces animaux ne sont visibles
qu'à Berlin, Heidelberg, Rotterdam et Twycross. Des
tortues d'Hermann (Testudo hermanni) sont également
présentées dans cet enclos. La suite de la visite nous
conduit vers la fosse des porcs épics que l'on peut ob-
server à partir de l'extrémité droite de la fosse. A ce ni-
veau un sentier bifurque sur la gauche, longeant la fosse
sur la droite et menant au restaurant du parc. Sur la gau-
che de ce sentier se dressent 2 grandes volières.


Elaphode de Chine
Elaphode de Chine - mai 2009
Elaphode de Chine
Elaphode de Chine - mai 2009


La première volière est densémment végétalisée et est oc-
cupée par des  hoccos à casque (Crax pauxi pauxi) et
des chouettes à lunettes (Pulsatrix perspicillata).
Mitoyen à cette volière une seconde volière nue est oc-
cupée par un groupe de grands duc des Verreaux (Bubo
lacteus) espèce peu représentée en captivité.
Le visiteur revient alors au niveau du chemin sur lequel il
se trouvait auparavant. La suite de la visite nous conduit
vers une zone ombragée. Sur la droite du sentier se
dresse une grande volière dans laquelle sont présentés
les kéas (Nestor notabilis) qui rejoindront leur nouvelle
installation dès la fin des travaux. Le visiteur se trouve
alors au niveau de la seconde entrée de la maison des
fauves devant laquelle il passe puis continue sa visite en
passant devant le grand lac.


Volière des hoccos
Volière des hoccos - mai 2009
Volière des aras hyacynthes
Volière des aras hyacynthes - mai 2009
Le visiteur poursuit sa visite jusqu'au niveau de la place située
devant la maison des éléphants. A ce niveau le visiteur bifur-
que sur sa droite pour emprunter un nouveau sentier. Sur la
gauche de celui-ci on peut découvrir le plan d'eau de la plaine
africaine  sur  lequel  vivent  des  pélicans roses  (Pelecanus
onocrotalus).
En poursuivant la visite le sentier longe sur la droite deux
grandes volières. La première est occupée par un couple de
aras hyacynthes (Anadorhynchus hyacinthus). La seconde
est le lieu de vie d'un groupe de lémurs varis noir et blanc
(Varecia variegata variegata). Le visiteur termine ainsi la
visite du zoo de Heidelberg. En rejoignant la sortie, il passe
à l'autre extrémité de l'enclos des petits pandas et devant la
volière en rénovation afin de se retrouver au niveau de l'aire
de spectacle. Il emprunte alors un chemin sur sa gauche et
découvre le dernier enclos du zoo de Heidelberg qui accueille
des moutons d'Ouessant (Ovis ovis)



Flèche


En conclusion, le zoo de Heidelberg est un petit zoo qui
reste très ancien dans ces installations. Néanmoins, de
nombreuses zones de travaux laissent penser à une évo-
lution et les rénovations devraient se poursuivre. Le
zoo de Heidelberg, de par sa petite taille s'est au fil des
dernières années spécialisé dans l'élevage de petites es-
pèces, principalement les petits félins. Le zoo de
Heidelberg présente de nombreuses espèces peu cou-
rantes en captivité comme par exemple les chats de la
jungle ou encore les élaphodes, qui méritent toute l'at-
tention du visiteur.
Sterne inca
Sterne inca - mai 2009

Copyright ©  -  2007-2017  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés