Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde   |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Tierpark Hellabrunn




Tierpark Hellabrunn
Tierparkstrasse 30
81543 München
ALLEMAGNE

Tel: 0049 (0)8 96 25 080

www.tierpark-hellabrunn.de


Logo zoo de Munich


Je tiens à remercier Manon, qui m'a accompagné lors de ma visite. Je tiens également à remercier M. Zenau, M. Zehrer Karsten et Mme Bettine Kirchgassler, pour leur accueil et pour toutes les informations  fournies lors de ma visite.

I would like to thank Manon who helped me to take pictures. I Thank Mr Zenau, Mr Zehrer and Mrs
Kirchgassler for their help, their wellcoming and all the informations and details they give me during my visit.


Ma visite : 13 juin 2010; 28 mai 2017
Mise en ligne: 01 aout 2010
Mise à jour : 03 décembre 2017


Flèche

Horaires d'ouverture 2017
Tarifs d'entrée 2017
Présentation du parc
Les flamants et la serre tropicale (mise à jour 2017)
Le vivarium et l'aquarium
Les Orang-outans et les singes (mise à jour 2017)
L'Australie et les éléphants (mise à jour 2017)
La maison des fauves (mise à jour 2017)
La maison des tortues et l'Afrique (mise à jour 2017)
Le Polarium et la mini ferme (mise à jour 2017)
L'Asie, les fauves et les ongulés européens
Les ongulés des montagnes et oiseaux d'eau (mise à jour 2017)
L'enclos des girafes (mise à jour 2017)
La Villa Dracula et la grande volière (mise à jour 2017)
L'Amérique du Sud et l'Amérique du Nord
Conclusion
Sanglier à barbe
Sanglier à barbe - juin 2010



Flèche

Horaires d'ouverture 2017 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)

Rhinocéros indien
Rhinocéros indien - juin 2010





Avril à Septembre : 8h00 à 18h00
Octobre à Mars :    9h00 à 17h00



Flèche

Tarifs d'entrée 2017 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)

Ticket journalier
     Adultes :                                   15,00 €
     Enfants (4 à 14 ans) :                  6,00 €
     Etudiants :                                 11,00 €
     Seniors :                                    11,00 €
     Famille (1 adulte + ses enfants) :   19,00 €
     Famille (2 adultes + leurs enfants):   33,00 €

Ticket annuel
     Adultes :                                          49,00 €
     Enfants (4 à 14 ans) :                       25,00 €
     Etudiants :                                       42,00 €
     Seniors :                                         42,00 €
     Famille (1 adulte + ses enfants) :      49,00 €
     Famille (2 adultes + leurs enfants):   98,00 €

Tarifs groupes (écoles ou plus de 20 personnes)
     Adulte              :                        11,00 €
     Enfangt (4 à 14ans)  :                   6,00 €
     Crèches et maternelles:                6,00 €



Orang outan
Orang outan - juin 2010



Flèche

Présentation du zoo.


Inséparable de Fischer
Inséparable de Fischer - juin 2010
Le zoo de Munich est un grand parc allemand, situé dans un quartier de la
ville de Munich (ou München), dans le sud-est de l'Allemagne. Ouvert en
1860, le parc a connu de nombreuses destructions, notamment durant les
deux guerres mondiales, ainsi que de nombreux réaménagements et autres
rénovations.
Le zoo de Munich a su adapté ses installations aux nouveaux rôles des
zoos et à leur politique de réduction du nombre d'espèces hébergées, au
profit d'installations de taille plus grande. Il a également conservé certains
bâtiments historiques, à l'architecture spécifique, comme la Maison des
Eléphants.
Il est également à noter que le Tierpark Hellabrunn est un des premiers
parc a avoir choisi et développé le concept de "Géo-Zoo", qui conçoit
les zoos et dispose les enclos en fonction de leurs régions d'origine.



Flèche

Le zoo de Munich dispose de deux entrées . Nous débuterons la visite par l'entrée  la plus proche du parking du zoo, l'entrée "des Flamants".

Une fois l'entrée franchie, le visiteur découvre  le premier point de restauration
du zoo, une boutique et un  enclos composé d'un bassin alimenté par
le bras d'une rivière traversant le parc.
Une grande île se trouve au milieu de cet étang. Un groupe de flamants
roses (Phoenicopterus ruber roseus) et un groupe de flamants rouges
(Phoenicopterus ruber ruber) occupent cet espace.
Le visiteur longe cet enclos jusqu'à une petite serre au sol en sable.
Agrémentée de plantes grasses, cette installation est occupée par des
tortues rayonnées (Geochelon radiata) et des tortues à  éperons
(Geochelon sulcata). Le visiteur revient alors au niveau du sentier
principal et découvre une grande serre . Sur la droite du couloir, se trouvent
divers aquariums, plusieurs terrariums, ainsi que de grandes loges au sol enherbé.
Le premier enclos est un aquarium récifal, au sein duquel évoluent des
chirurgiens bleus (Paracanthurus hepatus), des chirurgiens jaunes
(Zebrasoma flavescens), des têtes de renard (Siganus vulpinus), des
cerfs volant argentés (Monodactylus arhenteus) et des poissons
licornes (Naso unicornis).





Enclos des flamants
Enclos des flamants - juin 2010


Loge typique des grands singes
Loge typique des grands singes - juin 2010

Le visiteur se dirige alors vers deux nouveau terrariums secs et agrémentés
de rochers et de branchages. Le premier est le lieu de vie de serpents ratiers
tigres (Spilotes pullatus), alors que des caméléons du Yémen (Chamaeleon
calyptratus
) occupent le second.
En face de ces  installations, on découvre une loge de taille moyenne,
visible à travers de hautes baies vitrées, plantée de plantes tropicales et au
milieu de laquelle se dresse une structure d'escalade en bois. Cette instal-
lation permet d'isoler des grands singes de leur groupe. Lors de ma visite,
un gorille (Gorilla gorilla gorilla) était présenté dans cette loge.
A coté des gorilles, un enclos de grande taille, tout en longueur, légèrement
en pente, agrémenté de rochers et de nombreuses structures d'escalade en
bois et en cordages, est le lieu de vie d'une famille de chimpanzés (Pan troglodytes).
Le visiteur revient alors au niveau du couloir principal pour découvrir un
autre vivarium de grande taille, divisé en une partie bassin avec vision
sous marine, et une partie plage en sable. Des alligators du Mississippi
(Alligator mississippiensis), des cichlidés jaunes (Tilapia mariae), des
silures tachetés (Synodontis decurus), des silures de Brichard (Synodontis
brichardi), des tortues à tempes rouges (Trachemys scripta elegans), des
tortues à tempes jaunes (Trachemys scripta scripta) y sont présentés.


Serre des tortues rayonnées
Serre des tortues rayonnées - juin 2010
Aquarium récifal
Aquarium récifal - juin 2010




Mise à jour suite à ma visite de mai 2017 :


Une loge intérieure a été adjointe à l’enclos des gorilles.
Cette dernière dispose d’un sol en terre et est aménagée
de rochers et de structures d’escalade en cordes et en
bois.

Elle accueille une cohabitation entre des cercopithèques
moustacs (Cercopithecus cephus) et des damans des
rochers (Procavia capensis).

Loge intérieure des moustacs
Loge intérieure des moustacs - mai 2017


Le visiteur poursuit sa visite en longeant, sur la gauche, l'enclos des chim-
panzés et découvre, sur la droite, une porte de sortie et un grand aqua-
rium ouvert sur le dessus, recréant les berges amazoniennes. Ce bac est
le lieu de présentation de poissons quatre yeux (Anableps anableps),
de périophtalmes (Periophtalmus barbarus), des tétraodons verts
(Tetraodon fluviatilis), des tétraodons ocelés (Tetraodon biocellatus),
des poissons archers (Toxotes jaculatrix), des scatophages
(Scatophagus argus), des poissons feuilles de Seba (Monodactylus
sebae
) et des poissons chats à croix (Arius seemani).
Le visiteur se dirige  vers un nouveau vivarium recréant une grotte
en faux rochers, disposant d'un bassin avec vision sous marine. Des
anacondas jaunes (Eunectes notaeus) y cohabitent avec des oscars
(Astronotus ocellatus) et des arawanas (Osteoglossum bicirrhosum).
Le visiteur arrive au niveau d'une zone éclairée, bordée par un terrarium
en sable rouge, agrémenté de nombreux rochers et de quelques plantes
grasses. Des iguanes rhinocéros (Cyclura cornuta) occupent ce lieu.



Installation des crocodiles
Installation des crocodiles - juin 2010

Enclos des cercopithèques dianes
Enclos des cercopithèques dianes - juin 2010
Sur la gauche du couloir, en face des iguanes rhinocéros, on trouve une loge de
taille moyenne, comparable à la première loge des gorilles, agrémentée d'une
structure d'escalade en bois et de plantes tropicales.C'est le lieu de vie d'un
couple de cercopithèques diane de Roloway (Cercopithecus diana roloway).
A coté des cercopithèques, se trouve  une grande installation avec de nombreux
rochers,des cordages et des branchages,comparable à celle des chimpanzés.
Cette installation est le lieu de vie d'une famille de gorilles (Gorilla gorilla gorilla)
et de leur petit né en mai 2010.
Le visiteur ressort de la serre, à hauteur du vivarium des crocodiles. Il découvre,
sur la gauche, une vaste île en herbe, au sein de laquelle ont été disposés de
nombreux rochers, des arbres et des structures en bois reliés par des cordages.
Un fossé d'eau sépare les animaux des visiteurs. L'ile de gauche est consacrée
aux gorilles. Sur la droite du sentier, une seconde ile de même type constitue
l'enclos extérieur des chimpanzés.
Le visiteur entre alors dans une bâtisse inaugurée en 1938.
Elle est aménagée en conservant l'architecture ancienne, et accueille le reptilarium
du parc, alors que le sous sol abrite l'aquarium composé de 25 bacs d'eau de mer
et d'eau douce, avec des poissons miniatures et des requins.
Des arches en pierre agrémentent la visite de cet aquarium.


Terrarium des iguanes
Terrarium des iguanes - juin 2010
Enclos extérieur typique pour grands singes
Enclos extérieur typique pour grands singes - juin 2010


Les grands singes de la Serre de Munich

Chimpanzés

Willi, mâle né à Munich en 1999
Josef Woida, mâle né à Munich en 2003
Zenta, femelle née en 1980, à Hellabrunn depuis 1990
Sophie, femelle née en 1984
, à Hellabrunn depuis 1992
Hanneri, femelle née à Muncih en 1993
Annemarie, femelle née à Munich en 2000


Gorilles de plaine

Roututu, mâle né en 1973, arrivé à Munich en 1974
Sadiki, mâle né à Munich en 2006
Kajolu, mâle né en 2009 à Munich
Ellen, femelle née en 1967, arrivée à Munich en 1989
Bagira, femelle née en 1985, arrivée à Munich en 1985
Neema, femelle née en 1987, arrivée à Munich en 1991
Sonja, femelle née en 1989, arrivée à Munich en 1993
Makena, femelle née à Munich en 2004




Flèche


Liste des bacs et des espèces présentées dans l'aquarium.

Au niveau du reptilarium, on trouve, sur la droite, un terrarium humide, avec
de la mousse, et planté de quelques plantes tropicales, où vivent des
serpents tête cuivrée jaunes (Agkistrodon contortrix) et  des têtes cuivrées
du Mexique (Agkistrodon bilienatus). De part et d'autre de la salle, des
fontaines accueillent des carpes koïs.
Sur le mur du fond, cinq terrariums sont visibles à travers des baies vit-
rées. Le premier terrarium, également agrémenté de nombreuses plantes
tropicales, est occupé par des cobras à lèvres blanches (Naja
melanoleuca).


Fontaine des carpes kois
Fontaine des carpes kois - juin 2010


Terrarium pour serpent vénimeux
Terrarium pour serpent vénimeux - juin 2010
Le second terrarium, recréant un désert caillouteux, est occupé par des crotales
des Tropiques (Crotalus durissus). Une  espèce de serpent, non vénimeuse ,
occupe le troisième vivarium planté de nombreuses branches et végétaux: il
s'agit de pythons des arbres (Morelia viridis).
La suite de la visite nous amène vers deux espèces vénimeuses. La première est
présentée dans un terrarium de type désertique: il s'agit de crotales Uracoan
(Crotalus vegrandis).Le second terrarium, de type forêt humide tropicale,
est occupé par de rares mambas verts (Dendroaspis angusticeps). Cette
espèce, extrèmement vénimeuse, n'est présentée que dans quelques zoos
en Europe. Enfin, sur la gauche, à coté d'une autre fontaine, on trouve un
vivarium, comparable à celui occupé par les têtes cuivrés, heberge des vipères
du Gabon (Bitis gabonica).
Le visiteur ressort du reptilarium  par la gauche, pour découvrir l'ile des
gorilles, ou par la droite, en longeant l'enclos des chimpanzés.


Aquariums
Aquariums - juin 2010
Mamba vert
Mamba vert - juin 2010



Flèche

En face des chimpanzés, un tunnel grillagé était en travaux lors de ma visite.
En poursuivant sur ce sentier, on entre dans la zone consacrée aux singes.
Plusieurs petites îles enherbées, tendues d'agrès et de cordages, sont reliées
pour  former deux installations différentes. La première est consacrée à une
famille de singes araignés noirs (Ateles fusciceps robustus), alors que la
seconde est le lieu de vie d'une famille de rares gibbons gris ou moloch
 (Hylobates moloch).
Le visiteur longe les îles des singes, pour bifurquer sur la droite, dans une
cour intérieure, où il peut observer les loges intérieures des deux espèces
de singes citées plus haut. Les loges sont carrelées et agrémentées de quel-
ques cordages et branchages.
Le visiteur poursuit la visite en direction d'une loge identique aux deux précé-
dentes, occupée par un groupe de cercocèbes couronés (Cercocebus
torquatus). Ces animaux disposent de deux loges pouvant être reliées entre
elles ou, au contraire, séparées. Le visiteur rejoint  la grande cour et découvre
deux volières séparées par le couloir en travaux. La première volière est le lieu
de vie des cercocèbes.



Iles des atèles et gibbons
Iles des atèles et gibbons - juin 2010

Volière extérieure des cercocèbes
Volière extérieure des cercocèbes - juin 2010
La seconde volière est le lieu de présentation d'un groupe reproducteur de
mandrills (Mandrillus sphinx). Les loges intérieures sont visibles à  travers des
baies vitrées dans la salle suivante. Les deux volières sont tendues de branchages
et de cordages.

Au milieu de cette grande salle, on trouve un aquarium rond, consacré à quelques
poissons d'eau douce asiatiques. A coté de la première loge des mandrills, une
autre installation intérieure accueille un second groupe repoducteur de mandrills.
Ceux-ci ont également accès à un enclos extérieur,  visible à la sortie de cette salle.
En face des mandrills, une vaste loge, tendue de cordages, de troncs d'arbre et
de paille artificielle héberge un groupe reproducteur d'orang-outans de Sumatra
(Pongo pygmaeus abeli).

Le visiteur ressort de la zone nommée "Orang outans Paradies", pour découvrir
la volière extérieure du second groupe de mandrills, et entrer dans le
TNA (Tier-, Natur- und Artenshutzzetrum), qui est le  Centre de Préservation des
animaux, de la nature et des espèces. Divers outils pédagogiques permettent aux
visiteurs de découvrir, de façon ludique, l'ensemble des menaces qui pèsent sur
la faune et la flore de la planète.


Le visiteur ressort du centre pour poursuivre sa visite dans la cour
centrale de l'Orang outan Paradies pour observer, encore une  fois
la loge intérieure des orang-outans, et leur volière extérieure tendue
de tuyaux.

Au fond de la cour, un  bâtiment, en travaux lors de ma visite, est
consacré à un autre espèce de  primates. Cette maison accueille diverses
loges intérieures, visibles à travers des baies vitrées, tendues de branchages
et de cordages. La première loge est occupée par des makis cattas (Lemur
katta
), la seconde, par des varis roux (Varecia variegata rubra). Les loges
suivantes sont occupées, respectivement, par des tamarins pinchés (Saguinus
oedipus), par des saïmiris à tête grise (Saimiri sciureus) et par des siamangs
(Symphalangus syndactylus).

Le visiteur ressort du bâtiment des petits singes, pour retourner vers la volière
des orang-outans et les îles des gibbons moloch.
La suite de la visite se poursuit, sur la gauche, en direction du secteur australien
du zoo de Munich.




Maison des singes
Maison des singes - juin 2010
Volière extérieure des orang outans
Volière extérieure des orang outans - juin 2010



Les grands singes de la Serre de Munich


Orang outans

Bruno, mâle né à Munich en 1969
Matra, femelle née en 1975, arrivée à Munih en 1993
Siti, femelle née en 1989, arrivée à Munich en 2007
Lia, femelle née en 2001 à Munich
Jula, femelle née en 2002 à Munich
Isalie, femelle née en 2008 à Munich
Jolie, femelle née en 2009 à Munich
Centre de Sauvegarde de la Nature
Centre de Sauvegarde de la Nature - juin 2010
Loge intérieure des orang outans
Loge intérieure des orang outans - juin 2010


Loge des gibbons cendrés
Loge des gibbons cendrés - juin 2010
Maison des singes
Maison des singes - juin 2010



Mise à jour suite à ma visite de mai 2017


Les mangabeys couronnés (Cercocebus
torquatus
) ont quitté le par cet leur volière
est maitenant le lieu de vie d’un groupe de
drills (Mandrillus
leucophaeus).

La maison des petits singes a été réouverte
au public après quelques légères modifi-
cations. La collection n’a pour sa part pas
été modifiée.


Loge intérieure des drills
Loge intérieure des drills - mai 2017


Intérieur de la maison des petits singes
Intérieur de la maison des petits singes - mai 2017
Loge des lémuriens
Loge des lémuriens - mai 2017



Flèche

Le premier enclos de cette zone est composé d'un plateau en herbe,
séparé du visiteur par un fossé en eau, sur lequel s'ébattent des oies
cendrées (Anser anser). Des wallabies agiles (Macropus agilis) sont
présentés sur ce premier plateau. Celui-ci est relié à une maison
visible à travers des baies vitrées. Cette maison, en demi-cercle, abrite
trois loges: la première est occupée par les wallabies, la seconde,au sol
en sable, et agrémentée de branchages feuillus, est le lieu de présentation
de cacatoès nasiques (Cacatua tenuirostris). La troisième loge permet
d'isoler les macropodes de leur groupe.
Cette loge est accolée à un enclos en sable et en terre, légèrement valloné,
et agrémenté d'un plan d'eau et de quelques buissons.
Le visiteur emprunte alors un sentier situé en face du bâtiment des wallabies,
pour découvrir, sur la droite, un grand plateau en herbe et en sable. Cet
enclos est le prolongement d'un grand bâtiment dont  l'architecture date de la
création du zoo. Les piliers, qui délimitaient les cages, se dressent encore au
sein du plateau.




Enclos des wallabies
Enclos des wallabies - juin 2010




Enclos des girafes
Enclos des girafes - juin 2010
Un groupe de girafes réticulées (Giraffa camelopardalis reticulata) est
présenté sur ce plateau.
En face des girafes, on trouve plusieurs îles naturelles, plantées de nombreux
arbres, et où l'herbe est haute. La première ile est consacrée aux siamangs,
la seconde accueille les saïmiris. La suivante, de petite taille, est consacrée
aux tamarins pinchés, alors que, sur les deux dernières, sont présentés les
makis varis roux et les makis cattas.
A coté des girafes, et en face des makis, on trouve un enclos accolé à la maison
des girafes. Cette installation, au sol en terre, plantée de grands arbres, est le lieu
de vie de potamochères (Potamochoerus porcus pictus).
Le visiteur arrive à la fin de ce sentier de visite. Il bifurque sur la droite, pour
découvrir un enclos en sable, disposant d'un bassin, séparé du visiteur
par des fils. Cet enclos est consacré aux éléphants d'Asie (Elephas
maximus), et permet, soit d'isoler le mâle, soit d'isoler un animal. En pour-
suivant la visite, un second enclos, de grande taille, dispose d'une zone de terre,
d'une zone de sable, d'une zone d'herbe et d'un bassin avec cascade. Cet enclos
est occupé par le groupe des éléphants femelles du parc.

Ile extérieur des siamangs
Ile extérieur des siamangs - juin 2010
Enclos des éléphants d'Asie
Enclos des éléphants d'Asie - juin 2010


Mise à jour suite à ma visite de mai 2017 :

Suite à la rénovation de la maison des éléphants et
à l’agrandissement de leur enclos, les girafes et les
potamochères ont déménagées.

L’ensemble du pourtour de la maison des éléphants
(Elephas maxima) leur est désormais dédié.
On pourra ainsi observer deux enclos en sable, dis-
posant chacun d’un bassin plus ou moins large. Des
rochers et des massifs de bambous complètent les
décors.

L’ancien enclos des girafes a ainsi été transformé en
enclos accueillant un male éléphant, tandis que la
plaine principale, agrandie, héberge les femelles.

Enclos du male éléphant
Enclos du male éléphant - mai 2017



Maison des éléphants
Maison des éléphants - mai 2017
Enclos principal des éléphants
Enclos principal des éléphants - mai 2017



Flèche

En face des éléphants, une vaste prairie avec un bac en sable, est le lieu
de vie d'un groupe de chameaux (Camelus bactrianus) et deux mâles
gazelles dorcas (Gazella dorcas). A coté des chameaux, un circuit per-
met aux enfants de monter à dos des camélidés. Au bout de l'enclos des
éléphants, le visiteur bifurque vers la gauche en direction de deux volières.
La première, plantée d'arbres, agrémentée de buissons, de souches et de
rochers, est consacrée aux lynx (Lynx lynx lynx). La seconde volière,
plantée de fleurs et agrémentée de troncs d'arbres et autres souches, est
le lieu de présentation d'ocelots (Leopardus pardalis). Le visiteur re-
vient au niveau principal, pour se diriger vers une grande maison en for-
me de huit, au toit en toile. Avant d'entrer dans cette maison, le visiteur
peut observer, sur la droite, un enclos à l'herbe haute, séparé du visiteur
par un fossé en eau. Cette installation est consacrée aux lions (Panthera
leo). Le visiteur entre alors dans la maison des fauves ou "Dschungelzelt".
Au sein de ce bâtiment, on trouve, sur la droite, les loges intérieures des
fauves. Sur la gauche, une forêt dense a été recréée. Le sentier de visite
contourne la zone végétalisée où évoluent, en liberté, des loris rouges
(Eos bornea), des loris arc en ciel (Trichoglossus haematodus
moluccanus)...




Enclos des lions
Enclos des lions - juin 2010
Ambiance dans la maison des fauves
Ambiance dans la maison des fauves - juin 2010
... des colious rayés (Colius striatus), des touracos violets (Musophaga
violacea
), des coqs bankivas (Gallus gallus), des tisserins vitellins
(Ploceus vitellinus), des amazones à front blanc (Amazona albifrons),
des pigeons de Nicobar (Caloenas nicobarica) et des iguanes verts
(Iguana iguana). A gauche de l'entrée, on trouve deux loges plantées
de nombreux végétaux artificiels, et au sol de sable. Ces loges sont con-
sacrées aux ocelots. Sur la droite, une autre loge artificielle, entièrement
bétonnée, permet aux lions de passer la nuit. Enfin, en face du bassin et de
la sortie de la maison des fauves, une loge comparable à celle occupée par
les lions, est consacrée aux jaguars (Panthera onca).
Le visiteur ressort alors de "Dschungelzelt", pour découvrir, sur la gauche,
une grande volière densément végétalisée, consacrée aux jaguars.
Sur la droite, on peut contourner l'enclos extérieur des lions, pour entrer
dans la maison des tortues ou Schildkrötenhaus.
Loge intérieure des ocelots
Loge intérieure des ocelots - juin 2010
Volière extérieure des lynx
Volière extérieure des lynx - juin 2010



Mise à jour suite à ma visite de mai 2017


Les chameaux ont déménagéet les gazelles ont quitté
le parc pour permettre la transformation du complexe
des mastodontes.

 
Les ocelots ne sont plus visibles au parc. Leurs
volières ont été réaménagées et légèrement agrandies.
La première accueille maintenant des chats pêcheurs
(Prionailurus viverrinus) tandis que la seconde
héberge des grands ducs de Sibérie (Bubo bubo
sibiricus
).



Loge des chats viverrins
Loge des chats viverrins - mai 2017


Volière des chats manuls
Volière des chats manuls - mai 2017



De même, les jaguars ont quitté la collection et leur
loge est temporairement occupée par des tortues
radiées (Astrochelys radiata).

A l’extérieure, une nouvelle volière a été érigée et
est reliée à l’anvienne loge intérieure des jaguars.
Cette volière à la végétation rase, est agrémentée
de nombreux massifs rocheux et d’amas de troncs.
Elle présente des chats manuls (
Otocolobus manul).



Flèche

Cette maison abrite, sur la gauche, un grand enclos en sable, agrémenté d'un
bassin et planté de nombreux végétaux. Cet enclos rond accueille des tor-
tues géantes (Geochelone gigantea) et de rares grands perroquets vasas
(Coracopsis vasa).
La séparation, entre le public et ces tortues, se compose d'un muret au des-
sus duquel se trouve un tuyau transparent. Cette rampe, reliée à un grand
terrarium, est occupé par des fourmis (Atta sexdens).
Sur la droite, on peut observer de nombreux vivarium. Le premier, den-
sément végétalisé, est le lieu de vie d'un caméléon panthère (Furcifer
pardalis). Le second,  qui  recrée des galeries souterraines, est le lieu de vie
d'une colonie de rares rats taupes nus (Heterocephalus glaber). On
trouve, ensuite, sur la droite, un terrarium végétal consacré aux fourmis.
Les terrariums suivants sont  tous agrémentés d'un sol en terre humide, d'un
bassin et de nombreux branchages.
Installation intérieure des tortues et vasas
Installation intérieure des tortues et vasas - juin 2010



Terrarium des fourmis
Terrarium des fourmis - juin 2010
Ces installations sont occupées, respectivement, par des lialis de Nouvelle guinée
(Lialis jicari), par des phasmes baton du Vietnam (Baculum extradentum),
par des sauterelles feuilles (Stlipnochlora vaudantana), par des phasmes bâ-
tons des Philippines (Trachyaretaon brueckneri), par des mygales saumons
du Brésil (Lasiodora parahybana), des mygales du Pantanal (Brachypelma
smithi) et des escargots géants d'Afrique (Achatina fulica).
Le visiteur ressort de la maison des tortues pour entrer dans la zone Africaine
du zoo. Le premier enclos est une longue plaine en herbe, plantée de quelques
arbres et séparée du visiteur par un fossé en eau.
Des nyalas (Tragelaphus angasi) y cohabitent avec des calaos d'Abyssinie
(Bucorvus abyssinicus) et des grues royales (Balearica regulorum). La suite
de la visite nous amène à remonter le long de la plaine des nyalas, jusqu'à l'en-
clos des éléphants et à la zone australienne. Sur la gauche du sentier, on trouve
un enclos en herbe, au sein duquel poussent des touffes d'herbe haute. Cette
installation est occupée par un groupe de kangourous roux (Macropus rufus)
et par des émeus (Dromaius novaehollandiae).




Le visiteur poursuit sa visite pour trouver, sur la gauche, un  bâtiment en
arc de cercle qui abrite les loges des kangourous. Au bord du bâtiment,
on trouve une volière nue, garnie de rochers et de branchages, dans
laquelle vit une colonie de kéas (Nestor notabilis).
En face de la zone australienne, une allée, passant entre l'enclos des
girafes et de celui des éléphants, permet d'entrer dans la maison des
pachydermes. Cette maison est d'architecture du XIXème siècle.
En entrant dans cette maison, le visiteur trouve, sur la droite, les loges
intérieures des éléphants, celles de l'éléphant mâle, celles des potamochères
et celles des girafes. Chaque espèce dispose d'une crypte ronde dans laquelle
se trouve la loge.
Avant de ressortir de la maison, on voit un  vivarium en béton, agrémenté
d'un petit bassin et de quelques branchages. Des pythons tigres (Python
molurus bivittatus
) sont présentés à ce niveau.
Le visiteur ressort de la maison des éléphants pour revenir sur ses pas jusqu'à
l'enclos des nyalas et  la maison des tortues.


Maison des éléphants
Maison des éléphants - juin 2010


Plaine des gazelles de Mhorr
Plaine des gazelles de Mhorr - juin 2010
Accolé à cette maison , on trouve l'enclos extérieur, en herbe, des tortues
géantes. Sur la droite du sentier, à coté de l'enclos des nyalas, on peut découvrir
une  plaine à l'herbe haute, agrémentée de rochers, et consacrée aux guépards
 (Acinonyx jubatus).
La suite de la visite nous amène vers une grande plaine en herbe, qui dispose
d'une zone de forêt. Un important groupe reproducteur de rares gazelles de
Mhorr (Gazella dama mhorr) cohabite, dans cette plaine, avec des grues de
Paradis (Anthropoides paradisea) et des tortues géantes (Geochelone
gigantae).
En face des gazelles, un enclos composé de deux îles, plantées de vieux arbres,
et reliées entre elles par un tronc en bois, est le lieu de vie de petits pandas
(Ailurus fulgens).
Le visiteur poursuit la visite en longeant, sur la droite, la plaine des gazelles alors
que, sur la gauche, un  enclos aux herbes hautes est le lieu de vie d'une meute
de lycaons (Lycaon pictus).

A côté des lycaons, on découvre une vaste fosse, agrémentée de collines roc-
heuses, recréant ainsi le milieu de vie des babouins hamadryas (Papio
hamadryas) qui l'occupent.
Le visiteur poursuit sa visite en Afrique et découvre une dernière plaine qui
peut être divisée en 3 parties : une zone en sable, une en herbe, une
de forêt et une rivière. Cette plaine est le lieu d'une cohabitation entre
un groupe reproducteurs de rares zèbres de montagne ou zèbres de Hart-
mann (Equus zebra hartmannae), un groupe d'autruches (Struthio
camelus australis), un groupe d'élands (Taurotragus oryx), un groupe de
grands koudous (Tragelaphus sterpsiceros) et des marabouts
(Leptoptilos crumeniferus).
C'est en contournant cette installation que se termine la visite de la zone
africaine du Tiergarten Hellabrunn.
Le visiteur arrive alors au niveau des pôles, en entrant dans le polarium.
Enclos des hamadryas
Enclos des hamadryas - juin 2010


Enclos des petits pandas
Enclos des petits pandas - juin 2010
Plaine africaine des zèbres
Plaine africaine des zèbres - juin 2010


Loges des éléphants
Loges des éléphants - juin 2010
Loges intérieures des girafes
Loges intérieures des girafes - juin 2010


Entrée de la maison des éléphants
Entrée de la maison des éléphants - juin 2010




Mise à jour suite à ma visite de 2017


La maison des éléphants a été réouverte au
public, qui dispose de deux niveaux permettant
d’admirer la vaste loge intérieure en sable, où
le troupeau peut évoluer.

Un profond bassin et des boxes individuels
complètent les aménegaments. Les couloirs de
 visite présente également de multiples pan-
neaux pédagogiques sur cette espèce.



Bassin de la maison des éléphants
Bassin de la maison des éléphants - mai 2017


Illustration du masterplan
Illustration du masterplan - mai 2017




La volière des kéa n’est plus utilisée pour une
présentation animalière mais expose l’ensemble
des projets du parc ainsi que son masterplan
qui présage de grandes transformations.


Le départ des guépards permis de libérer leur
enclos qui présente aujourd’hui un groupe de
potamochères (Potamochoerus pictus).

Maison des éléphants
Maison des éléphants - mai 2017
Exposition pédagogique
Exposition pédagogique - mai 2017



Flèche

Le polarium est en fait un bâtiment intérieur visible à travers de larges baies
vitrées, composé de différentes loges qui peuvent être séparées ou reliées,
et qui disposent chacune d'un grand bassin avec vision sous marine et d'une
plage en béton. Le premier enclos est le lieu d'une cohabitation entre des
manchots royaux (Aptenodytes patagonicus) et des manchots papous
(Pygoscelis papua). Les deux loges suivantes sont occupées par une im-
portante colonie de manchots de Humboldt (Spheniscus humboldti).
En face des manchots, une grande installation aquatique, composée d'un
bâtiment central abritant les loges de nuit et entouré de deux bassins est
le lieu de présentation d'otaries de Californie (Zalophus californianus)
pour le premier et d'otaries de Patagonie (Otaria byronia) pour le second.
Lors de ma visite, seul le premier bassin était accessible au public. En
effet, le reste du "Polarium" est en travaux et par conséquent non visible.
Le reste du Polarium se composait d'un enclos ancien, entièrement béton-
né, consacré aux ours polaires (Ursus maritimus) et de deux enclos en
herbe consacrés respectivement aux castors canadiens (Castor
canadensis
) et de boeufs musqués (Ovibos moschatus).



Installation des manchots royaux
Installation des manchots royaux - juin 2010


Prairie de contact
Prairie de contact - juin 2010
Ces deux dernières espèces ont quitté le parc et leurs enclos ont été détruits
afin d'agrandir l'installation des ours polaires. L'inauguration de ce nouveau
complexe qui alliera bassin avec vision sous marine, plage en sable, zone en
herbe et plage rocheuse, est prévue pour juillet 2010.
Durant les travaux, le visiteur emprunte le sentier situé entre le bassin des
otaries et la plaine des zèbres, en direction d'une grande aire de jeux et de la
mini ferme du zoo. La suite de la visite nous conduit vers un pont suspendu
permettant de franchir une rivière et de gagner la vaste prairie de contact
qui accueille des moutons du Cameroun (Ovis aries), des chèvres naines
(Capra hircus), des oies de guinée (Anser anser), des oies grises (Anser
anser), des canards colverts (Anas anas)...
Le visiteur ressort de la plaine de contact et se dirige en direction d'une
grande volière agrémentée de nombreux branchages. Cette installation
est le lieu de vie d'une colonie d'aras araraunas (Ara ararauna), dont
les loges sont visibles à travers des baies vitrées.
En face du bâtiement des perroquets, une grange accolée à un enclos est
consacrée aux rongeurs, représentés par des lapins nains (Oryctolagus
cunicullus) et de cochons d'Inde sauvages (Cavia apera).


Installation des manchots de Humboldt
Installation des manchots de Humboldt - juin 2010
Bassin des otaries
Bassin des otaries - juin 2010


Le visiteur contourne le bâtiment des lapins, pour découvrir un autre petit
enclos en herbe consacré aux poules naines (Gallus gallus) représentées
par des nègres soies et des hollandaises huppées. En face des poules, on
découvre une plaine en sable agrémentée de quelques rochers, occupée
par des alpagas (Lama guanicoe), des chèvres du Rove (Capra hircus)
et des baudets du Poitou (Equus asinus).
La suite de la visite nous amène vers une autre plaine comparable à celle
des lamas, occupée par des vaches des montagnes (Bos primigenius) et
qui permet aux moutons et chèvres de la prairie de contact, de s'isoler des
visiteurs.
En face de cet enclos, une autre installation en sable est occupée par des
vaches naines (Bos primigenius). A côté des vaches, un petit enclos ac-
cueille des cobayes (Cavia porcellus), sur la droite desquels une prairie
est occupée par des Haflinger (Equus caballus), double poneys originaires
d'Autriche.


Enclos typique de la mini ferme
Enclos typique de la mini ferme - juin 2010
Enclos des cochons
Enclos des cochons - juin 2010



En face des Haflinger et dans la continuité de l'enclos des vaches, on trouve
une nouvelle plaine consacrée aux poneys shetlands (Equus caballus). Les
deux derniers enclos, situés sur la gauche du sentier de visite, ont un sol en
sable, agrémenté d'une bauge. Le premier est occupé par des cochons de
Munich (Sus scrofa) alors que le second est le lieu de vie d'une harde de
sangliers (Sus scrofa).


Le visiteur revient alors au niveau de l'aire de jeux et du "Biergarten", sorte
de Brasserie Allemande, qui termine la zone de la mini ferme.


Le visiteur s'apprète à voyager vers un nouveau continent, l'Asie.



Mise à jour suite à ma visite de mai 2017


Suite aux travaux en cours lors de ma précédente
visite, l’enclos des ours polaires (Ursus maritimus)
a été agrandi. Il se compose maintenant de deux es-
paces distincts.
Le premier bétonné reprend les formes qui existaient.
Quelques faux rochers ont été ajoutés à l’ensemble
offrant des plongeoirs aux ursidés. Un second enclos
de grande taille, entouré de baies vitrées, dispose
d’un sol en herbe, est planté de quelques arbres, garni
de rochers. Au bas de cet enclos pentu se trouve un
bassin accessible aux ours.



Premier enclos des ours blancs
Premier enclos des ours blancs - mai 2017


Second enclos des ours blancs
Second enclos des ours blancs - mai 2017


Sur la droite de l’allée, l’ancienne installation des
otaries a été détruite et un nouveau complexe aqua-
tique devrait voir le jour. La fin de ces travaux per-
mettra également d’offrir de nouveaux enclos aux
gloutons (Gulo gulo), aux harfangs des nieges
(Nyctea scandiaca), mais aussi aux renards polaires
(Vulpes lagopus).


La mini ferme a également été totalement démolie
pour être entièrement revue et rénovée.



Flèche

La zone Asiatique du Tiergarten Hellabrunn se partage en une partie
forestière et une partie plus nue. C'est par la partie forestière que débute
la visite. Un premier plateau, de grande taille, au sol en herbe, agrémenté
de branchages et de rochers, séparé du visiteur par un fossé en eau, est
occupé par un groupe de kiangs (Equus hemionus holdereri).
En face des kiangs, un second plateau en herbe, planté de nombreux ar-
bres et traversé par une rivière est le lieu de vie d'un groupe reproduc-
teur de takins (Budorcas taxicolor). A côté des takins, un autre petite
île densément végétalisée abrite une cohabitation entre des muntjacs de
Chine (Mutiacus revesi) et des grues antigones (Grus antigone).
A la suite des kiangs, sur le côté droit du sentier un plateau qui clot la zone
forestière est le lieu de vie de yacks domestiques (Bos mutus grumniens).
La suite de la visite nous amène vers la zone dégagée de la partie asia-
tique du parc. Sur la gauche du sentier, un vaste plateau en sable et en
herbe, séparé du visiteur par un fossé en eau, abrite une cohabi-
tation entre des antilopes cervicapres (Antilope cervicapra), des nil-
gauts (Boselaphus tragocamelus) et des cerfs axis (Axis axis).




Plaine des takins
Plaine des takins - juin 2010


Enclos du rhinocéros mâle
Enclos du rhinocéros mâle - juin 2010
En face des nilgauts, un grand bâtiment rond est entouré de trois enclos. Le
permier, au sol de gravier, agrémenté d'un bassin et planté de quelques arb-
res, est occupé par un couple de sangliers à barbe (Sus barbatus), espèce
de cochon Malais très peu courant en captivité. Les individus hébergés à
Munich sont arrivés du zoo de Berlin.
Le visiteur se dirige vers le bâtiment en empruntant un sentier qui borde sur
la droite, l'enclos des sangliers à barbe et sur la gauche, un enclos en herbe
agrémenté d'un bassin et de rochers, occupé par le mâle reproducteur rhi-
céros indien (Rhinoceros unicornis) du parc. Ce mâle est arrivé en prove-
nance du parc zoologique de Stuttgart.
Le visiteur entre alors dans le bâtiment. Un grand pilier central, d'où rayon-
nent des cordages et des structures en bois, est le lieu de vie d'une espèce
sud américaine, le paresseu à deux doigts (Choloepus didactylus).
Sur la droite de la maison, on découvre deux loges bétonnées, consacrées
aux sangliers à barbe. Sur la gauche, trois grands boxes et un bassin com-
posent les loges de nuit des rhinocéros. Enfin, au fond de la maison, deux
dernières loges offrent un abri à la dernière espèce présentée dans cette
maison, les tapirs malais (Tapirus indicus), un couple arrivé du zoo de
Prétoria et du zoo de Nurnberg.


Enclos des sangliers à barbe
Enclos des sangliers à barbe - juin 2010
Boxes intérieurs des rhinocéros
Boxes intérieurs des rhinocéros - juin 2010


Le visiteur ressort alors de la maison des rhinocéros, pour la contourner
et découvrir le dernier enclos forestier de ce complexe, un enclos en
sable disposant d'un bassin consacré aux tapirs malais.
Le visiteur longe cet enclos avant de faire à nouveau face à l'installation
des yacks au niveau de laquelle il bifurque sur la gauche. Il se dirige en
direction d'un plateau en sable au sein duquel sont plantés de nombreux
troncs qui permettent aux gaurs (Bos gaurus) de se soustraire à la vue
des visiteurs.
Le visiteur contourne ce plateau, pour découvrir une nouvelle instal-
lation au sol en herbe qui est occupée par un groupe reproducteur de ban-
tengs (Bos javanicus). Sur la gauche, en face de l'enclos des bantengs,
on peut à nouveau observer, à travers les buissons, la plaine des gazel-
les de Mhorr.
Le visiteur poursuit sa visite sur ce sentier et découvre sur la gauche,
un enclos de type forestier, composé d'un bassin et d'une plage en ter-
re, lequel est le lieu de présentation de loutres (Lutra lutra). Ces animaux dis-
posent de deux enclos identiques qui peuvent être mis en commun
ou séparés. Le visiteur arrive alors vers un nouvel espace consacré aux
carnivores.




Plateau des bantengs
Plateau des bantengs - juin 2010




Volière des panthères des neiges
Volière des panthères des neiges - juin 2010
En bifurquant sur la gauche, il longe deux grandes volières. La pre-
mière recréant un paysage européen, est plantée de conifères de nombreux
buissons, de troncs d'arbre et d'un bassin. Cette installation est le lieu de
vie de gloutons (Gulo gulo). La seconde volière, vallonée, rocailleuse et à
l'herbe haute, est le lieu de vie de panthères des neiges (Uncia uncia).
En face de la volière des panthères, le visiteur peut observer les loges semi
ouvertes des fauves.
Il quitte le bâtiment, pour passer entre deux nouvelles volières. La
première, sur la droite du sentier, est densément végétalisée et occupée par
un calao d'Abyssinie (Bucorvus abyssinicus). La seconde sur la droite,
relativement longue et plantée de nombreux arbres est consacrée à la présen-
tation de lynx (Lynx lynx lynx).
En poursuivant sur ce sentier, le visiteur gagne un nouvel enclos dont il est
séparé par un fossé en eau.Ce plateau légèrement valloné est agrémenté d'une
grotte, de rochers et de nombreux arbres. Il est densément végétalisé
et occupé par un couple de tigres de Sibérie (Panthera tigris altaica).
En face des tigres, on retrouve un grand enclos en sable, herbe et rochers
agrémenté d'un bassin. Cet enclos peut être divisé en deux et accueille les
deux femelles rhinocéros indien du parc, arrivées l'une d'un parc national
népalais, l'autre du zoo de Bâle.
L'enclos des femelles peut également être regroupé ou séparé de celui du
mâle observé plus tôt.


Volière du calao
Volière du calao - juin 2010
Plateau des cerfs et nilgauts
Plateau des cerfs et nilgauts - juin 2010


Enclos des tigres
Enclos des tigres - juin 2010



Flèche

En face du second enclos des rhinocéros, une installation recréé une
falaise de rochers est le lieu d'évolution d'un troupeau de markhors
(Capra falconeri). Le visiteur contourne l'enclos des markhors, pour
se diriger vers vers la zone Nord Américaine et la zone Européenne
du parc.
Sur la droite du sentier, à côté de l'enclos des markhors, une instal-
lation du même type, montagneuse, à l'herbe haute et aux touffes
d'orties est occupée par des chèvres des montagnes (Oreamnos
americanus
).
En face des chèvres, on entre directement dans la zone européenne,
avec un enclos de type forestier, au sol en herbe et planté de nom-
breux arbres, installation consacrée aux élans (Alces alces alces).
Le visiteur se dirige vers une installation de grande taille, en herbe,
agrémentée de nombreux bosquets et rochers et parcourue par un
torrent. Cette installation naturelle est le lieu d'évolution d'un groupe
d'ours bruns (Ursus arctos arctos).


Enclos des chèvres des montagnes
Enclos des chèvres des montagnes - juin 2010
Enclos des chamois et marmottes
Enclos des chamois et marmottes - juin 2010



En face des ours on trouve un nouvel enclos où s'amassent des rochers
entre lesquels poussent les hautes herbes. Un groupe de bouquetins des
Alpes (Capra ibex ibex) est présenté à ce niveau.
Le visiteur contourne l'enclos des ours pour découvrir divers points de vision.
En face des ours, un grand lac est occupé par différentes espèces d'anatidés
etpar des pélicans frisés (Pelecanus onocrotalus).

Le visiteur arrive alors vers une vaste prairie vallonée, agrémentée de nomb-
reux rochers et d'arbustes, cette installation est le lieu d'une cohabitation en-
tre des chamois (Rupicapra rupicapra) et des marmottes (Marmota 
marmota
marmota).
Le visiteur longe l'enclos des chamois pour se diriger vers une grande plaine
en herbe, plantée de nombreux arbres recréant une forêt. Cette installation,
séparée du visiteur par un fossé en eau, est le lieu de vie d'une troupe de
daims de Mésopotamie (Dama mesopotamica), grand enclos que le visiteur
contourne.
Sur la gauche du sentier, il découvre  un nouvel enclos de contact au
sol en sable, occupé par des chèvres naines (Capra hircus)et par des
daims domestiques (Dama dama).
Le visiteur longe ces enclos tout en contournant l'enclos des daims de
Mésopotamie et passe devant la seconde entrée du zoo.
IL gagne alors un lac où évoluent de nombreux anatidés, par-
mis lesquels des oies cendrées (Anser anser), des oies rieuses (Anser
albifrons), des bernaches nonettes (Branta leucopsis), des bernaches
du Canada (Branta canadensis), des tadores de Belon (Tadorna
tadorna), des nettes rousses (Netta rufina).
Dans le prolongement du lac, un enclos allongé composé d'une partie
en sable et d'une partie en herbe est occupé par un groupe reproduc-
teur d'Auroch (Bos primigenius) et par un autre groupe de chevaux
Tarpans (Equus caballus gmelini).
Au bout de l'enclos des tarpans, le visiteur emprunte un sentier bifur-
quant sur la droite.


Plateau des aurochs
Plateau des aurochs - juin 2010
Maison des pélicans
Maison des pélicans - juin 2010
Bassin des pélicans
Bassin des pélicans - juin 2010


Enclos des bouquetins
Enclos des bouquetins - juin 2010
Enclos des ours bruns
Enclos des ours bruns - juin 2010



Flèche


Mise à jour suite à ma visite de mai 2017


Dans l’un des virages menant à l’enclos des ours, un
petit édifice a été érigé. Ce dernier dont l’intérieur est
visible à travers une vitre, dispose d’un sol en sciure
et recréer un petit en bois. La « Maushaus » présente
une colonie de souris (Mus musculus).

 
Le grand lac des anatidés a été en partie comblé. La
partie restant en eau accueille maintenant des cormorans
(Phalacocorax carbo).


Loge des souris
Loge des souris - mai 2017


Enclos des suricattes
Enclos des suricattes - mai 2017

Sur la gauche de ce point d’eau, un ponton nous permet
de bifurquer sur la gauche tout en longeant un enclos
entouré de termitière faisant office de support aux vitres.
Cet enclos en sable est agrémenté de fourmilières et de
rochers et héberge une colonie de suricates (Suricata
suricatta
).

Au bout de cette allée se dresse un imposant bâtiment
alliant bois et vitres. Nous allons y entrer pour découvrir
une vaste loge intérieure communautaire au sol en résine,
doublé de boxes individuels. Cette maison abrite les
loges de nuit du troupeau de girafes réticulées (Giraffa
camelopardalis reticulata) du zoo.


De nombreux panneaux d’information sur cette espèce
ornent les murs du couloir de visite.

Nous ressortons alors de la maison des girafes, pour
repasser devant la colonie de mangoustes et revenir sur
l’allée principale pour continuer la découverte du zoo
de Munich. Sur la droite de l’allée, en lieu et place du
lac et d’une forêt s’étend un plateau en herbe, en sable,
planté de hauts arbres qui ont été conservés suite aux
travaux et de quelques rochers. Cet espace délimité
par un fossé en eau, forme l’enclos extérieur des girafes
(Giraffa camelopardalis reticulata).

La visite continue alors sur la droite en direction de l’en-
clos des chevaux de Przewalski (Equus przewalskii).
Plateau des girafes
Plateau des girafes - mai 2017


Maison des girafes
Maison des girafes - mai 2017
Panneaux pédagogiques
Panneaux pédagogiques - mai 2017


Plateau des girafes
Plateau des girafes - mai 2017

Plateau des girafes
Plateau des girafes - mai 2017



Flèche

Sur la droite de ce sentier, un ancien enclos aujourd'hui laissé à l'état
sauvage était consacré aux cigognes blanches (Ciconia ciconia), qui
sont aujourd'hui présentées en liberté.
Sur la gauche du chemin de visite, on trouve un plateau de surface
importante, au sol en sable, consacré à la présentation d'un troupeau
de chevaux de Przewalsky (Equus przewalski).
Le visiteur contourne l'enclos des chevaux pour se diriger vers une
volière renovée récemment, plantée de quelques conifères et agré-
mentée de rochers. Cette installation est le lieu de présentation de
corbeaux (Corvus corax).
La visite nous conduit alors vers un nouveau bâtiment, la "Villa
Dracula", qui abrite le noctarium du zoo.
Une première salle située sur la droite de l'entrée est bordée de nom-
breux terrariums.
Le premier, situé sur le mur de droite, recréé une zone désertique et
accueille une colonie de mangoustes zébrées (Mungos mungos).
Le second terrarium, de grande taille, composé d'un enchevêtrement
de branchage est le lieu d'une cohabitation entre des huitas de Cuba
(Capromys pilorides) et des agoutis d'Azara (Dasyprocta azarae).





Plateau des chevaux de Przewalski
Plateau des chevaux de Przewalski - juin 2010



Installation des tisserins
Installation des tisserins - juin 2010
Au fond de la salle, une partie éclairée, sans vitres, est le lieu de présentation
de diverses espèces d'oiseaux africains. On peut observer dans cette instal-
lation sèche, des tisserins vitellin (Ploceus vitellinus), des euplectes francis-
cains (Euplectes franciscanus), des inséparables roseicolli (Agapornis
rosecolii), des inséparables de Fischer (Agapornis fischeri) et des perdrix
rouges (Alectoris graeca), des tourterelles diamant (Geopelia cuneata).
Sur la droite de la maison, on trouve deux petits vivariums, relativement
longs. Le premier, rappelant le désert, est occupé par des macroscélides à
oreilles courtes (Macroscelides proboscidens). Le second, au sol en terre
agrémenté de racines et branchages est occupé par des rats rayés de Bar-
barie (Lemniscomys barbarus).
Dans le couloir principal, un nouveau terrarium en pierre, recréant un milieu
escarpé, est le lieu de présentation de rats des moissons (Micromys
miniatus).
Une dernière salle entièrement sombre, située sur la gauche est le lieu de
vie d'une colonie de fer de lance à lunette (Carollia perspicillata), qui
évoluent en liberté dans cette grotte recréée. Les murs de cette grotte
sont percés de trois aquariums occupés respectivement par des axolotl
(Ambystoma mexicanum), par des poissons aveugles (Astyanax
mexicanus) et des scorpions fluorescents (Parabuthus transvaalicus).


Volière des corbeaux
Volière des corbeaux - juin 2010
Installation typique pour souris
Installation typique pour souris - juin 2010




Le visiteur ressort de la Villa Dracula et découvre les volières extérieures
des mangoustes, des hutias et des azaras. Une dernière volière, dans le
prolongement des deux précédentes, plantée de conifères, est occupée
par des chouettes lapones (Strix nebulosa).
Il est à noter que le parc présentait en 2008, des écureuils gris du Costa
Rica (Sciurus variegatoides olgiby), espèce qui a quitté le parc depuis
quelques temps.
Le visiteur poursuit sa visite pour revenir au niveau des volières des lynxs
devant lesquelles il passent pour longer à nouveau la volière du calao et
se diriger vers la suite de la zone américaine.
Au bout de ce sentier, de visite, le visiteur arrive au niveau d'une cage
de type forestière, au sol en terre, plantée de nombreux arbres et agré-
mentée de rochers et de cascades. Des pumas (Felis concolor) sont
présentés dans cette installation relativement ancienne.
Au niveau de l'installation des pumas, le visiteur bifurque sur la droite,
passant devant un enclos abadonné, avant d'emprunter le sentier bordant
la rivière qui traverse le zoo.


Volière extérieure des mangoustes
Volière extérieure des mangoustes - juin 2010



Enclos des loups à crinière
Enclos des loups à crinière - juin 2010
Sur la gauche de ce sentier, on trouve un enclos de taille moyenne, à l'herbe
haute, séparé du visiteur par un discret fossé en eau. Cet enclos qui débute la
zone consacrée à l'Amérique du Sud, est le lieu de vie de loups à crinière
(Chrysocyon brachyurus). En face des loups à crinière, le visiteur est invité
à entrer dans une grande volière de contact. Le volume de cette installation
est important, ce qui donne l'impression d'évoluer dans la nature, sans voir les
filets. Cette volière est aménagée de sorte à offrir à ses habitants, des zones
en herbe, des arbustes et des zones plantées de grands arbres. La grande
volière de Munich est consacrée à plusieurs espèces d'oiseaux originaires des
5 continents. On peut ainsi y observer des ibis rouges (Eudocimus ruber),
des ibis falcinelles (Plegadis falcinellus), des ibis cou de paille (Threskiornis
spinicollis
), des ibis  chauves (Geronticus eremita), des cigognes noires
(Ciconia nigra), des bernaches à cou roux (Branta ruficollis), des harles
couronnées (Lophodytes cucullatus), des harles piettes (Mergellus albellus),
des sarcelles à collier (Callonetta leucophrys), des dendrocygnes veufs
(Dendrocygna viduata), des dendrocygnes d'Eyton (Dendrocygna eytoni),
des siffleurs d'Europe (Anas acuta), des fuligules milouins (Aythya marila),
des nettes rousses (Netta rufina), des canards mandarins (Aix galericulata),
des canards carolins (Aix sponsa), des souchets d'Europe (Anas clypeata),
des pilets de Bahamas (Anas bahamensis) et des tragopans satures
(Tragopan satyra).


Intérieur de la grande volière
Intérieur de la grande volière - juin 2010
Intérieur de la grande volière
Intérieur de la grande volière - juin 2010


Volière des pumas
Volière des pumas - juin 2010


Mise à jour suite à ma visite de mai 2017

Les chevaux de Przewalski ont été rejoints par les
chameaux (Camelus bactrianus) du zoo.
De même, les corbeaux ont laissé leur place aux
kéas (Nestor notabilis) du parc.


Dans la continuité des rémanégaments, les
chouettes lapones (Strix nebulosa) ont cédé leur
volière à un couple de pirolles à bec rouge
(Urocissa erythrorhyncha).


Le dernier puma (Puma concolor) a pour sa part
dû être euthanasié.

Volière extérieure des hutias
Volière extérieure des hutias - mai 2017



Flèche

Le visiteur ressort alors de la volière par la seconde porte, pour décou-
vrir à nouveau l'enclos des loups à crinière, à l'extrémité duquel se trouve
une bâtisse visible au travers de baies vitrées. Deux loges intérieures
composent cette maison, chaque loge dispose d'une zone en éco sol et
d'un bassin.
Un couple de fourmiliers géants (Myrmecophaga tridactyla) est hé-
bergé dans ces loges. Chacune d'elle est percée d'une porte qui offre un
accès à la plaine sud américaine, vaste étendue plantée d'herbe, agré-
mentée de nombreux rochers et de bosquets. Outre les fourmiliers, on
peut y observer des cabias (Hydrochaeris hydrochaeris), des maras
(Dolichotis patagonum), des vigognes (Vicugna vicugna), des nan-
dous (Rhea americana) et des cygnes à col noir (Cygna
melanocoryphus
).
En face de la plaine sud américaine, un enclos forestier, planté de nom-
breux arbres, au sol en terre et graviers. Un groupe de loups (Canis
lupus
lupus) est présenté dans cette installation de grande taille.



Plaine sud américaine
Plaine sud américaine - juin 2010
Plaine des bisons d'Amérique
Plaine des bisons d'Amérique - juin 2010
Le visiteur arrive alors au niveau d'un carrefour, où il se dirige sur la
gauche, longeant l'enclos des loups et se dirigeant vers un plateau en
sable, mitoyen à l'enclos des aurochs et des tarpans. Ce nouveau plateau
est occupé par des bisons d'Europe (Bison bonasus) qui cohabitent avec
des bernaches nonettes (Branta leucopsis). Le visiteur revient sur ses
pas jusqu'au niveau du carrefour où il poursuit le sentier, longeant la
plaine sud américaine sur la droite et un nouveau plateau en sable sur
la gauche. Cet enclos qui clot la zone américaine est le lieu d'une coha-
bitation entre des bisons d'Amérique (Bison bison), des chiens de
prairie sociaux (Cynomys ludovicianus) et des bernaches du Canada
(Branta canadensis).
Le visiteur longe l'enclos des bisons d'Amérique pour arriver à l'enclos
des flamants roses et à la boutique du parc, où se situe également la
sortie.



Flèche






En conclusion le Tierpark Hellabrunn est un des grands parcs allemands,
qui présent une collection importante, composée de nombreuses espèces
peu courantes en captivité. Le parc a mis en place une politique d'agran-
dissement des enclos et de réduction du nombre d'espèces présentées.
Malgré ces travaux, ce zoo conserve l'architecture de certains bâtiments
comme celui des éléphants, bâtiments qui datent des débuts du parc.
Premier parc a avoir mis en place le système de Géo zoo, le zoo de
Munich est divisé en plusieurs zones qui permettent aux visiteurs de faire
le tour du monde en quelques heures.
Amazone à front rouge
Amazone à front rouge - juin 2010


Copyright ©  -  2007-2017  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés