Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde   |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Heimattiergarten "Bierer Berg"


Heimattiergarten "Bierer Berg"
Bierer Berg 1
39218 Schönebeck (Elbe)
Allemagne

Tel : +49 3928 81129

www.bierer-berg.de

Logo du parc


Ma visite : 14 septembre 2017
Mise en ligne : 26 novembre 2017


Je tiens à remercier toute l'équipe du Heimattiergarten et plus spécialement Matthias pour leur accueil et leur sympathie.
I would like to thank the team of the Heimattiergarten and Matthias for their welcoming and their friendship.





Horaires d'ouverture 2017
Présentation du parc
Les sangliers et les daims
Les petits carnivores et la basse cour
Les moutons, les chèvres et les lérots
Les viscaches, les lièvres et la volière
Les hamsters, rats des moissons et perdrix
Les faisans et les renards
Les sousliks et la maison des rongeurs
Les maras nains, myocastors et porcs épics
Les viscaches des montagnes et musaraignes
Conclusion

Hamster de Thüringen
Hamster de Thüringen - septembre 2017



Flèche

Horaires d'ouverture 2017 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif et peuvent varier)


Viscache des montagnes
Viscache des montagnes - septembre 2017


En été du 01 mai au 30 septembre
de 9h00 à 19h00

En hiver du 01 octobre au 30 avril
de 9h00 à 17h00

L'entrée est libre et gratuite



Flèche

Présentation du parc




Le parc de Schönebeck est un petit établis-
sement situé au cœur d’une colline à l’ex-
térieur de la ville dont il porte le nom.

L’histoire du parc commence en 1888, lors-
qu’une association crée un espace arboré
sur la colline de la Bière. Le but de ce jardin
est de rendre la région plus touristique et
d’attirer davantage de touristes.


Polatouche de Sibérie
Polatouche de Sibérie - septembre 2017


Ecureuil du Yucatan
Ecureuil du Yucatan - septembre 2017






En 1985, à l’occasion des 750 ans de la ville,
le parc est transformé pour accueillir ses
premiers animaux.

Les transformations se poursuivent et en 2003,
ce petit zoo présente environ 140 espèces es-
sentiellement des rongeurs, sur un terrain de
2,4 hectares
.



Flèche

Visite du zoo



Après avoir stationné sa voiture sur le par-
king, le visiteur se dirige vers le portail
d’entrée de ce parc gratuit, pour em-
prunter une allée nous conduisant dans la
forêt de feuillus. Sur la gauche, un premier
point de vision s’ouvre sur un double en-
clos au sol en terre avec des zones re-
couvertes d’écorces. Cet enclos est jonché
d’amas de branches offrant diverses
possibilités de cachettes à la famille de
sangliers des Visayas (
Sus cebifrons
negrinus
) qui évolue à ce niveau.


Enclos des sangliers des Visayas
Enclos des sangliers des Visayas - septembre 2017


Enclos des sangliers des Visayas
Enclos des sangliers des Visayas - septembre 2017


Le second enclos consacré à cette espèce est
plus verdoyant et laissé vide le temps que la
végétation se régénère.

Le sentier tombe alors sur un carrefour. Sur
la droite se dresse une hutte en bois que nous
retrouverons plus tard. Face à nous, on peut
observer quelques volières.
Nous allons néanmoins opter pour la troisième
option et bifurquer sur la gauche, de sorte à
longer le second enclos des sangliers.



Nous allons continuer la visite sur ce sentier,
pour traverser la forêt et tourner sur la droite.
Là, un autre carrefour s’offre à nous. En
poursuivant tout droit, nous longeons un es-
pace pédagogique consacré aux ruches, aux
abeilles et aux différents types de nids pour
les oiseaux.

Au bout de ce sentier se dresse un amphi-
théâtre à ciel ouvert, lieu de manifestations
musicales.


Ambiance dans les allées du parc
Ambiance dans les allées du parc - septembre 2017


Enclos des daims de Mésopotamie
Enclos des daims de Mésopotamie - septembre 2017



Nous n’allons pas emprunter ce sentier mais
bifurquer sur la droite, de sorte à observer
un enclos de bonne taille, au sol en terre et
en herbe, ombragé par de grands arbres et
traversé de quelques branches. Cette plaine
est consacrée à des daims de Mésopotamie
(
Dama mesopotamica).



Flèche

Face aux daims se dresse une imposante
volière, recréant un morceau de forêt de
feuillus et de conifères. Les décors sont
complétés d’un bassin, de gros rochers et
de quelques troncs.
Une vieille femelle chat sauvage (
Felis
sylvestris
) vit dans cette volière.

La découverte du parc continue alors en
direction d’une autre volière de taille cor-
recte, située sur la droite de l’allée. Cette
dernière dénudée de végétation est agré-
mentée de nombreuses branches et autres
rochers.


Volière des chats sauvages
Volière des chats sauvages - septembre 2017


Volière des oies de Guinée
Volière des oies de Guinée - septembre 2017



Des troncs creux offrent des logis aux
martres (
Martes martes) qui évoluent ici.

A la suite de la volière des mustélidés, nous
arrivons au niveau d’un carrefour. En tour-
nant sur la droite, nous rejoignons l’enclos
des sangliers. En continuant tout droit, nous
gagnons le restaurant du parc tout en pas-
sant devant une volière au sol en sable,
traversée par des étendoirs à linge et des
bassines, recréant un décor de lavoir. Cette
volière héberge un couple d’oies de Guinée
(
Anser cygnoides domesticus).


Volière des chats sauvages
Volière des chats sauvages - septembre 2017
Volière des martres
Volière des martres - septembre 2017


Devançant la volière des oies nous sommes
invités à emprunter un sentier situé sur la
gauche, nous conduisant vers une cour de
ferme. Cette allée est bordée de part et
d’autre de deux volières.

La volière de droite dispose d’un sol en
sable agrémenté de rondins en bois, de
brouettes, recréant un atelier. Cette volière
est occupée par des poules naines (
Gallus
gallus domesticus
), des dindons
(
Meleagris gallopavo) de la race Cröllwizer
et des tourterelles turques (
Streptopelia
decaocto
).


Volière des dindons
Volière des dindons - septembre 2017


Volière des sebrights
Volière des sebrights - septembre 2017



Face aux dindons, se dresse une volière « plus
classique » au sol en sable, creusée d’un bassin
et plantée de quelques bambous. Des poules
Sebright dorées (
Gallus gallus domesticus),
des canards coureurs indiens (
Anas anas
domesticus
) et des pigeons queue de paon
(
Columba livia domesticus).



Flèche

Nous arrivons alors au pied d’une grange
agricole face à laquelle se dresse un en-
clos de taille moyenne, au sol naturel,
décoré de souches et d’un campement.
Cet espace est le lieu de vie de moutons
Röhn (
Ovis aries domesticus).
Un auvent permet à ces animaux de
s’abriter des intempéries.

Jouxtant l’abri des moutons, on trouve une
loge intérieure visible au travers de vitre.
Cette maison de nuit au sol recouvert de
paille accueille un important groupe de
cochons d’Inde (
Cavia porcellus
domesticus
).


Enclos des moutons
Enclos des moutons - septembre 2017
Volière des perruches et cobayes
Volière des perruches et cobayes - septembre 2017
Accolé à la maison des cobayes, se dresse
une vaste volière, au sol en sable, agré-
mentée de rondins et de souches. Un bras
d’eau doublé d’un grillage bas sépare la
partie terrestre en deux.
La zone de gauche, offre un espace ex-
térieur aux cochons d’Inde tandis que celle
de droite présente leurs cousins sauvages,
les grands cobayes (
Cavia magna).

Des perruches ondulées (
Melopsittacus
undulatus
), des perruches calopsittes
(
Nymphicus hollandicus) et des canaris
(
Serinus canarius domesticus) s’ébattent
dans la partie aérienne.


Face aux oiseaux, se dresse la grange qui
abrite le stockage de foin de cette mini
ferme. Sur la droite de celle-ci, se trouve
un petit enclos en sable, agrémenté de ron-
dins et consacré aux lapins domestiques
(
Oryctolagus caniculus).

Au centre de la grange, une porte grillagée
s’ouvre sur un espace intérieur décoré de
bassines, moulins, ustensiles de cuisines et
autres balances. Des lérots communs
(
Eliomys quercinus) y évoluent.
Ces animaux nocturnes sont cependant
difficiles à observer.


Enclos des lapins
Enclos des lapins - septembre 2017


Enclos des chèvres
Enclos des chèvres - septembre 2017




A l’extrémité de la grange on trouve un box
relativement grand, doublé d’un enclos ex-
térieur en terre et en herbe, aménagé de
bois et d’outils agricoles, consacré à un
troupeau de chèvres Girgentanas (
Capra
hircus domesticus
).

Face aux chèvres, on peut encore admirer
un enclos en sable, dénudé de végétation et
de décors, occupé par des cochons de
Göttingen (
Sus scrofa domesticus).
Enclos des lérots
Enclos des lérots - septembre 2017
Enclos des cochons
Enclos des cochons - septembre 2017



Flèche

A l’extrémité de l’enclos des chèvres et des
cochons, s’étend une aire de jeux pour en-
fants. A ce niveau, nous allons bifurquer sur
la gauche, de sorte à contourner l’enclos
des cochons, pour découvrir un autre plateau
en sable, consacré à des ânes nains (
Equus
asinus domesticus
).

Sur la droite de cette allée, s’alignent plusieurs
volières. La première, au sol en sable, est agré-
menté de monticoles de faux rochers, d’un
terrier et de quelques branches mortes.
Un groupe reproducteur de viscaches des
plaines (
Lagostomus maximus) également
appelé lièvre des pampas.


Enclos des viscaches
Enclos des viscaches - septembre 2017
Volière des lièvres
Volière des lièvres - septembre 2017
A noter que ces rongeurs cohabitaient avec des
cobayes à dents jaunes (
Galea monasteriensis).
Cette cohabitation n’ayant pas fonctionnée elle
a été arrêtée et cette seconde espèce est désormais
maintenue en coulisses.

Plus loin sur l’allée, on pourra observer une
autre grande volière au sol en sable, au milieu
de laquelle se dressent des murets de pierres
offrant des zones de refuge aux habitants de
la volière. De nombreux troncs verticaux com-
plètent ces décors au milieu desquels évoluent
des lièvres variables (
Lepus timidus) et de
rares polatouches de Sibérie (
Pteromys
volans
) également appelé écureuils volants.


Enclos des ânes
Enclos des ânes - septembre 2017
Volière des lièvres
Volière des lièvres - septembre 2017





La suite de la découverte du parc de
Schönebeck nous amène sous un auvent au
sein duquel a été installé un vivarium de taille
moyenne. Ce dernier est garni d’écorces,
de branches, de saules et de graminées.
Cette installation présente des mulots rayés
(
Apodemus agrarius).


Vivarium des mulots rayés
Vivarium des mulots rayés - septembre 2017


Volière des vanneaux
Volière des vanneaux - septembre 2017


Nous continuons alors notre randonnée sur
l’allée principale, pour arriver devant une
autre volière en sable, au centre de laquelle
a été disposé un amas de branches et de
rochers. Quelques plantes apportent un peu
de verdure à cette volière où cohabitent des
vanneaux huppés (
Vanellus vanellus), des
huppes fasciées (
Upupa epops), des bruants
jaunes (
Emberiza citrinella) et des grives
musiciennes (
Turdus philomelos).



Flèche

Mitoyen aux oiseaux européens, le sentier de
visite nous amène vers une hutte sombre au
sein de laquelle ont été installés plusieurs ter-
rariums.
Face à l’entrée se trouvent deux vivariums
composés de galeries sous-terraines visibles
aux travers de vitres, remontant chacune
vers un espace aérien, en sable, planté de
quelques graminées. Des fausses fleurs des
champs entourent ces vivariums.

L’installation de droite présente des grands
hamsters (
Cricetus cricetus), tandis que
celle de gauche est consacrée à des cam-
pagnols terrestres (
Arvicola amphibius).


Terrarium des hamsters
Terrarium des hamsters - septembre 2017
Terrarium des rats des moissons
Terrarium des rats des moissons - septembre 2017


En partie haute, on pourra également ob-
server de discrets lézards ocellés (
Lepidus
viridis
). A noter que le parc participe à un
programme d’élevage et de réintroduction
du grand hamster et héberge en coulisses,
une phase noire typique de la région de
Thüringen.

Face à ces rongeurs, un autre box doublé
de galeries, héberge d’autres grands
hamsters (
Cricetus cricetus).


Avant de ressortir de la grotte, on peut en-
core admirer une colonie de rats des mois-
sons (
Micromys minutus) qui évolue dans
un environnement de graminées et de bran-
ches fines. Nous sortons alors de la hutte
pour arriver vers une patte d’oie.

En empruntant le sentier le plus à gauche,
on revient vers l’amphithéâtre et le sentier
des ruches. Nous allons opter pour la
seconde option et tourner sur la droite en
direction d’un chalet en bois, percé d’une
vitre derrière laquelle un amas de copeaux
constitue le nid de campagnols du Levant
 (
Microtus socialis).


Vivarium des campagnols du Levant
Vivarium des campagnols du Levant - septembre 2017
Volière des grives
Volière des grives - septembre 2017



Adossée au chalet se dresse une volière de
taille moyenne, au sol en terre, sur lequel
poussent de nombreux conifères et autres
charmes. Des branches placées à différen-
tes hauteurs et des rochers complètent les
décors. Cette volière abrite des grives
musiciennes (
Turdus philomelos), des
perdrix grises (
Perdrix perdrix) et des
tourterelles des bois (
Streptopelia turtur).



Flèche


Face à la volière des bois, sur la droite de
l’allée et adossée au terrier des hamsters,
se dresse une autre volière relativement
grande, disposant d’une zone abritée re-
lativement sombre, d’un espace dégagé
en sable et d’une partie en terre, plantée
de conifères et de charmes.

Cette volière présente une cohabitation
originale entre des chouettes effraies
(
Tyto alba), des faucons crécerelles
(
Falco tinnunculus) et des faisans de
Colchide (
Phasianus colchicus).


Volière des faisans
Volière des faisans - septembre 2017


Volières typique du Tierpark
Volières typique du Tierpark - septembre 2017



A noter que malgré la présence de rapa-
ces et de faisans dans la même volière,
les trois espèces se reproduisent chaque
année.

La visite continue alors au milieu des bois
pour tomber sur une volière en travaux
sur la droite. Face à cette zone totalement
démolie, s’étend un enclos relativement
long, entouré d’un sentier bétonné, tandis
qu’au centre, des amas de feuilles mortes,
de jeunes arbres et de rochers complète
les décors.








Un terrier abrité par une cabane complète
les aménagements du territoire des renards
roux (
Vulpes vulpes).
Enclos des renards
Enclos des renards - septembre 2017



Flèche

Nous continuons alors la découverte de
ce petit zoo, pour gagner le restaurant et
l’aire de jeux pour enfants en contrebas
de laquelle se trouve l’enclos des chèvres.
A ce niveau nous allons continuer vers la
frontière du parc le long de laquelle on
pourra emprunter une autre allée.

Un bloc de 2 volières contiguës se pré-
sente à nous. La première structure dis-
pose d’un sol en terre, sur lequel pous-
sent des charmilles et au sein de laquelle
ont été disposées plusieurs branches
s’enchevêtrant.


Volière des sousliks
Volière des sousliks - septembre 2017


Volière des cobayes des rochers
Volière des cobayes des rochers - septembre 2017
Des sousliks d’Europe (Spermophillus
citellus
) y évoluent aux cotés de rares
écureuils de Smith (
Paraxerus cepapi).

La seconde volière, est organisée en ter-
rasses de sable, et traversée de souches.
Cette installation en relief est le lieu de vie
de cobayes des rochers (Kerodon
rupestris
).

Leur volière est reliée à un bâtiment à
l’intérieur duquel se poursuit la visite.
Nous allons alors entrer dans cette maison
pour observer, sur la gauche, la loge inté-
rieure des cobayes des rochers.






Cette dernière relativement grande est
agrémentée de plateformes en bois pla-
cées à différentes hauteurs. Face à nous,
le mur est percé de 4 terrariums intérieurs.

Sur la gauche, le terrarium du haut est
agrémenté d’amas de pierres offrant
différentes possibilité de cachettes à la
famille de souris épineuses de Palestine
(
Acomys dimidiatus dimidiatus).


Maison des rongeurs
Maison des rongeurs - septembre 2017


Enclos intérieur des cobayes des rochers
Enclos intérieur des cobayes des rochers - septembre 2017




Le terrarium du bas est agrémenté de
copeaux de sciure, de branches de
saules et de foin. Une gerbille à queue
grasse (
Pachyuromys duprasi) y est
hébergée.

Sur la droite, le terrarium du haut est le
plus vaste et agrémenté de pierres, de
souches de saules et de rochers. Il pré-
sente une colonie de rats rayées de
Barbarie (
Lemniscomys barbarus).





Celui du bas, est comparable à l’instal-
lation de la gerbille à queue grasse et
présente des gerbilles de Mongolie
(
Meriones unguiculatus).

Enfin, au sein de cette maison, on pourra
encore admirer deux loges mises en com-
munication. Ces dernières relativement
sombres et garnies de faux rochers, sont
occupées par des pacas (
Caniculus paca).
Vivarium des gerbilles
Vivarium des gerbilles - septembre 2017



Flèche

Nous ressortons alors de la maison des
rongeurs, pour découvrir une autre volière
au sol en sable, au sein de laquelle ont été
suspendues de nombreuses branches.
Cette installation est consacrée à des
maras nains (
Dolichotis salinicola) et à
des écureuils du Yucatan (
Sciurus
yucatanensis
), une espèce peu courante
en captivité.

Face aux maras, une maison faite de bri-
ques rouges, est divisée en 3 loges pail-
lées destinées à des ragondins (
Myocastor
coypus
).


Volière des maras nains
Volière des maras nains - septembre 2017


Enclos des porcs épics
Enclos des porcs épics - septembre 2017
Ces rongeurs disposent également d’un
enclos extérieur de grande taille, que l’on
pourra observer ensuite.
Cet enclos au sol en herbe et en terre est
creusé d’un large bassin et agrémenté de
plusieurs branches.

En longeant l’enclos des ragondins, nous
découvrons également sur la gauche, un
premier dénudé de végétation, au sol en
sable et agrémenté de nombreuses
souches. Cette installation est le lieu de
présentation de porcs épics à queue
blanche (
Hystrix leucura).





Accolé à la fosse des porcs épics, on
trouve un autre enclos en terre, légèrement
pentu et entouré d’un haut grillage. Ce
dernier agrémenté de troncs placés à des
hauteurs différentes, accueille des hutias de
Cuba (
Capromys pilorides) et des agoutis
d’Azara (
Dasyprocta azarae).


Enclos des cobayes
Enclos des cobayes - septembre 2017


Enclos des cobayes
Enclos des cobayes - septembre 2017



A l’arrière-plan, une vitre permet de jeter
un œil dans la loge de nuit de ces deux
espèces sud-américaines. Intégrée dans
un renflement de l’enclos des hutias, se
trouve une autre fosse en terre, légèrement
vallonnée, garnie d’un petit bassin et
d’écorces. Cet enclos présente une colonie
de cobayes sauvages (Cavia magna).



Flèche



Enfin, cette allée se termine par un petit ap-
pentis en pierres percé de 2 vitres. La vitre
du bas s’ouvre sur la loge des cobayes,
agrémentée d’un sol en sciure et de quel-
ques rondins. La vitre supérieure permet
d’admirer un terrarium en pierre, sable et
bois, offrant diverses possibilités d’évolution
en hauteur aux rares viscaches des montagnes
(
Lagidium peruanum) qui y vivent.


Maison des viscaches
Maison des viscaches - septembre 2017


Terrarium des cobayes
Terrarium des cobayes - septembre 2017



La visite de cette partie du parc s’achève par
une cabane en bois à l’intérieur de laquelle
ont été installés plusieurs panneaux pédago-
giques sur les fleuves européens, ainsi qu’une
reconstitution d’un terrier de castor au sein
duquel ont été installés des animaux natura-
lisés.

En ressortant de la hutte des castors, nous
retombons face à l’enclos des sangliers des
Visayas (Sus cebifrons) au niveau duquel
nous allons bifurquer sur la gauche pour
quitter le parc.





Outre les espèces présentées au public, le
parc participe également, en coulisses, à
l’élevage de plusieurs autres espèces com-
me les athérures d’Afrique (Atherurus
africanus
), les musaraignes pies
(Diplomesodon pulchellum) ou encore
les lérotins communs (Dryomys nitedula).
Musaraigne pie
Musaraigne pie - septembre 2017



Flèche

En conclusion, le Heimattiergarten de
Schönebeck est un petit parc municipal très
peu connu, mais dont le travail est à saluer.

La collection se compose essentiellement de
rongeurs, avec notamment de nombreuses
espèces peu courantes en captivité.
L’équipe du parc a enregistré de nombreux
succès de reproduction et rénove de nom-
breux enclos en vue d’améliorer les condi-
tions de vie des pensionnaires.

Une visite de 1h30 à 2 heures permettra de
profiter de l’ensemble du zoo.
Rat rayé
Rat rayé - septembre 2017


Copyright ©  -  2007-2017  -  J. Bordonné  - Tous droits réservés