Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde   |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens

Weltvogelpark Walsrode

Weltvogelpark Walsrode
Am Vogelpark
29664 Walsrode
Allemagne

Tel :  + 49 (0)5 16 16 04 40
Fax : + 49 (0)516 160 4440

www.weltvogelpark.de

Logo Weltvogelpark


Ma visite: 03 et 04 octobre 2010; 20 et 21 mars 2012; 5 et 6 avril 2015
Mise en ligne: 31 octobre 2010
Mise à jour : 29 mars 2012; 27 avril 2015

Je tiens à remercier M. Geer Scheres, M. Andreas Frei, M. Ian DAMS et toute l'équipe du parc pour leur accueil et les informations qu'ils m'ont fournies sur le zoo, ses projets et ses espèces.
Un petit clin d'oeil à Héloïse, Bastien, Jérémy et Yannick qui m'ont accompagné pour ces dernières visites






Hocco mitu
Hocco mitu - octobre 2010
Horaires d'ouverture 2010
Tarifs d'entrée 2010
Les ibis chauves et les volières de montagne (Mise à jour 2015)
Les oiseaux européens (Mise à jour 2015)
Les pélicans et les rapaces nocturnes (Mise à jour 2015)
Le chateau en ruines et la plaine africaine
Les oiseaux de Paradis (Mise à jour 2015)
Les becs en sabot et les grandes volières de contact
Les grues et les anatidés
Les ratites et les rapaces diurnes (Mise à jour 2015)
La maison des colibris (Mise à jour 2015)
La serre tropicale du Paradis (Mise à jour 2015)
L'Atrium des loris et les hoccos (Mise à jour 2015)
La zone des perroquets
La faisanderie 1/2
La faisanderie 2/2 (Mise à jour 2015)
La serre tropicale (Mise à jour 2015)
La zone de vol libre (Mise à jour 2015)
Conclusion



Flèche

Horaires d'ouverture 2012 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)






Le parc est ouvet du 17 mars au 04 novembre de 9h00 à 19h00
(le parc ferme à la tombée de la nuit).
Pénélope à front noir
Pénélope à front noir - octobre 2010



Flèche

Tarifs d'entrée 2012 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)




Hocco nocturne
Hocco nocturne - octobre 2010
Ticket individuel
     Adulte  : 17,00 €
     Enfant (4 à 17 ans) : 12,00 €

Carte famille
     2 adultes et 2 enfants ou plus : 52,00 €
     1 adulte et 2 enfants ou plus : 35,00 €

Carte 2 jours
     Adulte  : 28,00 €
     Enfant (4 à 17 ans) : 21,00 €

Tarifs groupes (20 personnes)
     Adulte  : 14,00 €
     Enfant (4 à 17 ans) : 10,00 €

Carte annuelle
     Adulte  : 42,50 €
     Enfant (4 à 17 ans) : 30,00 €



Flèche

Présentation du zoo

Le Weltvogelpark Walsrode est un parc spécialisé dans la présentation et l'élevage des oiseaux. De renommée internationale, le parc présente sur 24 hectares, plus de 4000 animaux appartenant à 650 espèces. De nombreux programmes de reproduction et de lachés dans la nature sont entrepris à Walsrode. Les hoccos et autres cracidés, sont les espèces les plus représentatives de cette politique. En effet, le parc dispose de plusiseurs couples de chaque espèce de haccos dont les rares hoccos d'Albert. Ces animaux, importés directement d'Amérique du Sud, sont maintenus en coulisses, le temps que le parc crée une population génétiquement saine en Europe.





Mise à jour suite à mes visites de mars 2012 :


Entre mes visites de 2010 et celles de 2012,
beaucoup d'oiseaux ont changé de volière et
sont présentés dans d'autres secteurs du parc.

Aussi, les mises à jour de cettepage ne traite-
ront que des nouveautés réelles et ne mention-
neront que rarement les transfert des oiseaux
au sein du parc.


Grues de Sibérie
Grues de Sibérie - avril 2015


Macreuse noire
Macreuse noire - avril 2015


Mise à jour suite à mes visites d'avril 2015 :


Tout comme lors de mes précédentes visites, la
collection de Walsrode a beaucoup évoluée et
de nombreuses espèces ont changé de volières.
Aussi, pour cette mise à jour, nous allons lister
les espèces phares nouvellement présentées au
parc.


Après avoir franchi l'entrée et la boutique du zoo, le visiteur est plongé
dans un jardin botanique et peut observer, en face d'un massif de
rhododendrons, la première volière du parc. Cette installation de gran-
de taille au sol en terre et planté de quelques arbres est le lieu de vie
d'une colonie d'ibis chauves (Geronticus eremita) qui cohabitent avec
des faisans de Colchide (Phasianus colchicus colchicus). La première
espèce fait l'objet d'un plan de sauvegarde et de laché en milieu naturel
auquel le parc participe activement.
Le visiteur poursuit sa visite et descend une légère pente, sur la gauche
de laquelle se trouve une petite prairie où s'ébattent des grues demoiselles
(Anthropoides virgo) qui cohabitent avec des oies à tête barrée (Anser
indicus
). Le visiteur arrive alors au niveau de deux volières. La première,
densément végétalisée et au sol en écorces, est occupée par des dindons
ocellés (Meleagris ocellata) et des grands géocoucous (Geococcyx
californianus
). La seconde volière, dans laquelle poussent encore quel-
ques conifères est consacrée à la présentation de kéas (Nestor notabilis),
espèce de cacatoès très destructrice.



Volière des ibis chauves
Volière des ibis chauves - octobre 2010
Volières des corneilles et des geais
Volières des corneilles et des geais - octobre 2010
A côté des kéas, une autre plaine en herbe est le lieu de présentation
d'un trio de bernaches de Magellan (Chloephaga picta leucoptera).
En face des bernaches, un alignement de quatre volières accueille dif-
férentes espèces de corbeaux et de rapaces. La première, plantée de
conifères et agrémentée de rochers, est occupée par des corneilles
noires (Corvus corone corone) dont un individu albinos. La seconde
volière, avec un aménagement comparable à celui de la volière précé-
dente et est le lieu de vie de geais des chênes (Garrulus glandarius)
et de faisans de Hume (Syrmaticus humiae). La troisième installation
est le lieu de présentation de geais à face blanche (Calocitta formosa)
et de colins écaillés (Callipepla squamata). La quatrième volière dont
la longueuer atteint celle des trois précédentes, dispose d'un sol rocail-
leux et de quelques branches pour aménagement. Un important groupe
de faucons crécerellettes (Falco naumanni) et de perdrix rouges
(Alectoris rufa).
Le visiteur arrive alors au niveau d'un petit jardin, au milieu duquel une
allée située sur la droite le conduit vers une nouvelle volière en bois.


Paterre le long des allées
Paterre le long des allées - octobre 2010
Enclos des grues demoiselles
Enclos des grues demoiselles - octobre 2010




Mise à jour suite à mes visites d'avril 2015 :

Longtemps maintenus en coulisse, un couple de
marabout de Java (Leptoptilos javanicus) a rejoint
la volière des ibis sacrés (Geronticus eremita)
située à l’entrée du zoo, tout comme un second
groupe d’ibis de Madagascar (Threskiornis
bernieri
).
Volière des ibis
Volière des ibis - avril 2015



Flèche

Cette volière de grande taille, reconstitue une forêt de conifères et de
feuillus et est donc densément végétalisée. Elle est occupée
par un trio de coqs de bruyères ou grands tétras (Tetrao urogallus)
et de pirolles à bec rouge (Urocissa erythrorhyncha).
Le visiteur fait alors face à un enclos en herbe légèrement pentu, au
bas duquel a été creusé un bassin. Cette installation, plantée de quel-
ques arbres et rappelant un jardin, est le lieu de vie de tantales ibis
(Mycteria ibis) et d'oies naines (Anser erythropus). Le visiteur re-
monte le sentier en longeant sur la gauche, l'enclos des tantales et
sur la droite, une autre plaine en herbe dans laquelle vivent des
grues caronculées (Bugeranus carunculatus). En face de l'extré-
mité haute de l'enclos des tantales, on découvre deux volières tout
en longueur, plantées de nombreux arbres et au sols en sable. La
première est le lieu d'une cohabitation entre des huppes fasciées
(Upupa epops), des perdrix grises (Perdix perdix) et des blon-
gios nains (Ixobrychus minutus minutus).



Volière des tétras
Volière des tétras - octobre 2010
Volière des oiseaux d'eau
Volière des oiseaux d'eau - octobre 2010
La seconde volière, comparable à la première, est le lieu de vie de vanneaux
huppés (Vanellus vanellus), de pluviers grands-gravelots (Charadrius
hiaticula), de bruants jaunes (Emberiza citrinella), de chardonnerets élé-
gants (Carduelis carduelis) et de pics épeichettes (Dendrocopos minor).
Ces espèces, souvent de petites tailles, sont originaires d'Europe.
Le visiteur arrive alors au niveau d'une vaste volière escarpée. La partie
basse est traversée par un ruisseau qui se jette dans un bassin. Les berges
en sable se poursuivent par une partie enherbée et une zone en hauteur
plantée de grands arbres. Cette installation est consacrée à des arlequins
plongeurs (Histrionicus histrionicus), à des combattants variés
(Philomachus pugnax), des courlis cendrés (Numenius arquata), des
barges rousses (Limosa lapponica), des vanneaux huppés (Vanellus
vanellus
), des avocettes élégantes (Recurvirostra avosetta), des oedic-
nèmes criards (Burhinus oedicnemus) et des étourneaux roselins (Pastor
roseus).


Enclos des tantales
Enclos des tantales - octobre 2010
Volières des oiseaux européens
Volières des oiseaux européens - octobre 2010







Mise à jour suite à mes visites d'avril 2015 :


Des barges à queue noire (Limosa limosa) ont rejoint la
grande volière des limicoles et autres courlis.
Volière des limicoles
Volière des limicoles - avril 2015


Barge à queue noire
Barge à queue noire - avril 2015
Combattant varié
Combattant varié - avril 2015



Le visiteur arrive alors dans une zone forestière du parc et découvre
une dernière volière à l'abri des arbres. Cette installation relativement
sombre, plantée de nombreux conifères est occupée par des pies
bleues (Cyanopica cyanus), des rolliers d'Europe (Coracias
garrulus), des étourneaux sansonnets (Sturnus vulgaris) et des
telèves sultans (Porphyrio porphyrio).
Le visiteur poursuit alors sa descente, en contournant l'enclos des
tantales, pour découvrir sur la droite, une autre plaine en herbe,
pentue, aménagée de quelques buissons et d'un bassin naturel, en-
clos dans lequel est présentée une colonie de cigognes blanches
(Ciconia ciconia), des tadornes de Belon (Tadorna tadorna) et
des fuligules morillons (Aythya fuligula).
Enclos des cigognes blanches
Enclos des cigognes blanches - octobre 2010


Allées du parc
Allée du parc - octobre 2010


En face des cigognes, une autre plaine identique à celle des échas-
siers est occupée par des jabirus d'Afrique (Ephippiorhynchus
senegalensis), des ibis sacrés (Threskiornis aethiopicus), des
oies de Ross (Anser rossii), des dendrocygnes fauves
(Dendrocygna bicolor), des canards à bec tacheté (Anas sparsa),
des fuligules à dos blanc (Aythya valisneria) et des canards
pilets (Anas acuta).

Le visiteur franchit alors un petit pont pour se rendre dans une
autre zone du parc, plus plate en terme de relief.



Flèche

Le premier enclos de cette zone se compose d'un vaste étang, au
milieu duquel se trouvent des troncs d'arbre. Une plaine en herbe
y est accolée et une maison à colombages et en briques rouges
constitue les loges de nuit du groupe de pélicans du Chili
(Pelecanus thagus), de garrots d'Islande (Bucephala islandica),
de siffleurs du Chili (Anas sibilatrix) et de harles couronnées
(Mergus cucullatus).
En face des pélicans, de l'autre coté du sentier de visite, un en-
clos de taille moyenne, en herbe avec en son centre un petit étang,
ombragé par un grand saule pleureur est occupé par un couple
de cygnes à col noir (Cygnus melanocoryphus).
Au bout de l'enclos des cygnes, le sentier de visite fait une avan-
cée sur la droite pour conduire le visiteur vers un enclos forestier
où s'ébat une des plus grandes colonie captive de grues de Sibérie
(Grus leucogeranus). Ce sentier longe également un petit enclos
comparable à celui des cygnes, dans lequel vit un couple de ber-
naches des Andes (Chloephaga melanoptera).


Enclos des pélicans du Chili
Enclos des pélicans du Chili - octobre 2010
Enclos des manchots
Enclos des manchots - octobre 2010
Le visiteur arrive alors au niveau d'une place au centre de laquelle se
trouve un enclos contourné par le chemin de visite. Cet enclos se
compose d'un bassin et d'une plage rocailleuse plantée de quelques
arbres. Un groupe de manchots de Humboldt (Spheniscus
humboldti
) y est présenté en compagnie de fous de Bassan (Morus
bassanus
).
De l'autre coté du bassin, le visiteur découvre une rangée de volières
consacrées aux rapaces nocturnes.
Toutes les volières sont plantées de conifères et de feuillus, garnies
de perchoirs en bois et agrémentées de cailloux. Les espèces présen-
tées sont, dans l'ordre de visite, des hiboux grands ducs des Verreaux
(Bubo lacteus) dans la première, des petits ducs à face blanche
(Ptilopsis granti) pour la seconde. La troisième est occupée par des
chouettes leptogrammes (Strix leptogrammica), la quatrième ac-
cueille des effraies d'Hispaniola (Tyto glaucops).






Mise à jour suite à mes visites des 20 et 21 mars 2012 :


Les manchots de Humboldt et les fous de Bassan ont été rejoinds par
un couple de brassemers de Magellan (Tachyeres pteneres).

Brassemer de Magellan
Brassemer de Magellan - mars 2012


La cinquième volière est le lieu de vie de chouettes à lunettes (Pulsastrix
perspicillata). Un espace entre la première série de volières, pour ra-
paces, et la seconde marque aussi la fin de l'enclos des manchots.
La première volière de la seconde rangée est consacrée à des kétupas
malais (Ketupa ketupu javanensis).
Des podargues gris (Podargus strigoides) vivent dans la seconde vo-
lière tandis que la suivante et la dernière est occupée par des phodiles
calongs (Phodilus badius), espèce présentée dans 4 parcs européens.
Le visiteur longe alors l'autre extrémité de l'enclos des pélicans du
Chili, pour rejoindre un enclos de grande taille composé d'une plage en
herbe en arrière plan et d'un vaste plan d'eau bordant le sentier de
visite. Cette installation est consacrée à la présentation de pélicans
blancs (Pelecanus onocrotalus), qui cohabitent avec des pélicans
frisés (Pelecanus crispus), des cormorans (Phalacrocorax carbo),
des grues demoiselles (Anthropoides virgo), des nettes rousses
(Netta rufina), des harles (Mergus merganser) et des bernaches
à cou roux (Branta ruficollis).



Volières des rapaces nocturnes
Volières des rapaces nocturnes - octobre 2010


Enclos des flamants rouges
Enclos des flamants rouges  - octobre 2010
Le visiteur contourne alors une haie pour arriver vers un autre étang accolé
à une plage en terre et en herbe. Cette installation est consacrée à une colonie
de flamants du Chili (Phoenicopterus chilensis) qui la partagent avec des
flamants rouges (Phoenicopterus ruber ruber), des nettes peposacas (Netta
peposaca), des sarcelles à collier noir (Callonetta leucophrys) et des eris-
matures rousses (Oxyura jamaicensis).

Le visiteur longe et contourne l'enclos des flamants roses, pour arriver au
niveau d'un troisième étang également bordé d'une plage en herbe et avec, en
son centre, un amas de bois. Cette installation est occupée par la quatrième es-
pèce de pélicans du zoo de Walsrode, les pélicans à lunettes (Pelecanus
conspicillatus), qui cohabitent avec des cygnes coscorobas (Coscoroba
coscoroba), des kamichis à collier (Chauna torquata) et des oies empereurs
(Anser canagicus).

La suite de la visite nous conduit à franchir un pont traversant un petit ruisseau
qui constitue l'enclos des cygnes noirs (Cygnus atratus). Le visiteur arrive
alors sur une grande place où se trouve le premier point de restauration du
parc.


Enclos des grues de Sibérie
Enclos des grues de Sibérie - octobre 2010
Volière des chouettes à lunettes
Volière des chouettes à lunettes - octobre 2010


Enclos des pélicans frisés
Enclos des pélicans frisés - octobre 2010
Enclos des pélicans à lunette
Enclos des pélicans à lunettes - octobre 2010


Pélican du Chili
Pélican du Chili - octobre 2010
Pélican à lunettes
Pélican à lunettes - octobre 2010


Kétupas malais
Kétupas malais - octobre 2010
Phodile
Phodile - octobre 2010





Mise à jour suite à mes visites d'avril 2015 :

Des chouettes boobook (Ninox boobook) ont
remplacées les podargues gris.

A l’arrière de l’enclos des flamants, de vastes
volières d’isolement ont été érigées permettant
d’enfermer les oiseaux lors de la période hiver-
nale ou lors de période de confinement.


Chouette boobook
Chouette boobook - avril 2015


Nouvelle volière des flamants
Nouvelle volière des flamants - avril 2015
Nouvelle volière des flamants
Nouvelle volière des flamants - avril 2015



Flèche

Sur la droite de cette place, une aire de jeux permet aux enfants d'étudier
l'eau et son cheminement au travers de barrages, ecluses, etc... A l'arrière
de cette aire, un enclos en herbe est occupé par un groupe de nandous
de Darwin (Rhea pennata), espèce qui, de par son emplacement, n'at-
tire pas le public. A côté de l'aire de jeux, une maison en bois est reliée
à une volière dans laquelle cohabitent poules naines (Gallus gallus),
pigeons domestiques (Columbia livia domesticus), des perruches on-
dulées (Melopsittacus undulatus) et des euplectes franciscins
(Euplectes franciscanus). Sur la gauche de la place, des ruines recon-
stiuant un monastère fortifié abritent diverses volières.
Sur la droite de l'entrée, on découvre une grande volière qui accueille
des hibous grands ducs (Bubo bubo), alors que sur la gauche, une
autre volière est le lieu de vie d'un couple de pygargues à queue
blanche (Haliaaetus albicilla) qui cohabitent avec des corneilles
noires (Corvus corone corone).


Volière des volailles domestiques
Volière des volailles domestiques - octobre 2010
Volière de contact des faucons
Volière de contact des faucons - octobre 2010
Le visiteur entre alors dans une cour rappelant celle des chateaux forts du
Moyen-Age et peut pénétrer, sur sa droite, dans une volière en contact direct.
Cette volière recréant une forêt, dispose pour aménagement d'une cabane
en bois qui fait office de moulin à eau. Cette installation est occupée par
des chouettes effraies (Tyto alba), des chouettes hulottes (Strix aluco),
des petits ducs (Otus scops) et des faucons crécerelles (Falco tinnunculus).
Le visiteur ressort de la volière de contact et emprunte le sentier en
terre battue situé sur sa droite pour se diriger vers une petite cour dans la-
quelle ont été construites 4 volières. Chacune recréé une zone de forêt
plantée de quelques arbres et agrémentée de rochers. La première, située
sur la droite est consacrée à la présentation de chouettes épervières (Surnia
ulula
). Sur la gauche, une grande volière est le lieu de vie de chouettes
lapones (Strix nebulosa) alors que la volière située à l'extrémité de la cour
est occupée par des harfangs des neiges (Nyctea scandiaca).


Sur le côté droit de la cour se dressent également deux grandes volières
au sol en herbe, plantée de saules et agrémentées d'un bassin. La pre-
mière est le lieu d'une cohabitation entre de rares becs ouverts asiatiques
(Anastomus oscitans), espèce reproduite à Walsrode et visible dans 2
zoos européens, des ibis de Madagascar (Threskiornis bernieri), des
sarcidiornes (Sarkidiornis sylvicola), des crabiers blancs (Ardeola idae),
des dendrocygnes à ventre noir (Dendrocygna autumnalis) et des sarcelles
de Bernier (Anas bernieri).
Le visiteur longe la volière des becs ouverts et découvre sur la gauche, une
petite volière qui est le lieu de vie de chevêttes d'Athéna (Athene noctua).
Il arrive au niveau des écuries du chateau. Sur la droite,séparé de la volière
des becs ouverts par un enclos en herbe au bas duquel coule le ruisseau, un
enclos est occupé par des cigognes noires (Ciconia nigra), on trouve une
autre volière.


Volière des ibis
Volière des ibis - octobre 2010


Enclos des flamants roses
Enclos des flamants roses - octobre 2010
Cette seconde grande volière est identique à celle des ibis de Madagascar en
terme de taille et d'aménagement. Elle est pour sa part le lieu de vie
des spatules blanches (Platalea leucorodia), des ibis falcinelles (Plegadis
falcinellus), des bihoreaux gris (Nycticorax nycticorax) et des dendrocyg-
nes tachetés (Dendrocygna guttata).

Le visiteur traverse à nouveau la partie en ruine, où des escaliers permettent
d'observer la partie haute des volières des hiboux et des pygargues.
Le visiteur regagne alors la place et l'aire de jeux, à partir de laquelle la visite
se poursuit sur la gauche, en direction d'un enclos composé d'un bassin et d'une
petite plage. Cet enclos est consacré à une colonie de 193 flamants roses
(Phoenicopterus ruber roseus), ce qui en fait la plus grande colonie captive
d'Europe, et de petite fuligules.

La visite continue dans un écrin de verdure, jusqu'à arriver à un enclos sab-
leux qui constitue la plaine africaine du parc. Cette plaine de taille moyenne
est le lieu de vie d'un couple d'autruches (Struthio camelus australis), des
calaos terrestres d'Abyssinie (Bucorvus abyssinicus) et des marabouts
africains (Leptoptilos crumeniferus).


Chateau des hiboux
Château des hiboux - octobre 2010
Plaine africaine
Plaine africaine - octobre 2010


Chouette epervière
Chouette epervière - octobre 2010
Bec ouvert d'Asie
Bec ouvert d'Asie - octobre 2010



Flèche

Mise à jour suite à mes visites d'avril 2015 :

Avant d’arriver à l’enclos des flamants roses
(Phoenicopterus roseus), un sentier nous con-
duit vers la grande nouveauté 2015 du Welt-
vogelpark.

Ce complexe, situé à l’arrière de la lagune des
flamants, se compose d’un bâtiment arrière
non visible du public, devancé par une succes-
sion de 5 volières.

Ces dernières de faible largeur sont relativement
profondes. Elles disposent toutes d’un éco-sol
en écorces, sont agrémentées de souches et
d’arbustes de taille moyenne ou de massifs de
bambous.



Zone des paradisiers
Zone des paradisiers - avril 2015
Volières des paradisiers
Volières des paradisiers - avril 2015



Ce complexe est consacré aux oiseaux du

Paradis. Lors de ma visite les oiseaux
n’étaient pas visibles.

A l’extrémité de cette allée, deux écrans
télévisés diffusent pour le premier un film sur
ces oiseaux extraodrinaires, le second offre
une vue sur la loge intérieure des paradisiers
royaux (
Cicinnurus regius).

Les paradisiers multifils (Seleucidis
melanoleuca
) seront également visible dans
ce nouveau complexe.
Volières des paradisiers
Panneaux des paradisiers - avril 2015
Volières des paradisiers
Volières des paradisiers - avril 2015



Flèche

Mitoyen à la plaine africaine, une installation herbacée, plantée d'herbe de
la pampa et séparée du visiteur par un fossé en eau, est le lieu de vie d'un
bec en sabot (Balaeniceps rex). Un enclos secondaire non visible du
public permet de séparer le couple de ces grands oiseaux hébergé à Wal-
srode.
En face des bec en sabot, se trouve une grande volière dans laquelle se
poursuit la visite. Cette volière, la plus grande du parc est densément vé-
gétalisée, les zones plantées et ouvertes alternent avec des bassins et de
petits ruisseaux. Des vers de farine sont proposés à la vente à l'entée de
la volière et permettent d'attirer les oiseaux au plus près des visiteurs. Les
espèces hébergées dans cette installation sont des ibis rouges
(Eudocimus ruber), des spatules roses (Platalea ajaja), des ibis
hagedash (Bostrychia hagedash), des ombrettes d'Afrique (Scopus
umbretta), des outadres koris (Ardeolis kori), des sagittaires
(Sagittarius serpentarius), des cigognes d'Abdim (Ciconia abdimi),
des tantales ibis (Mycteria ibis), des vanneaux armés (Vanellus
armatus
), des  cassiques du Montezuma (Gymnostinops
montezuma
), ...



Enclos des becs en sabot
Enclos des becs en sabot - octobre 2010

Volière des bords de mer
Volière des bords de mer - octobre 2010
..., des faisans de Lady Amherst (Chrysolophus amherstiae), des pigeons rous-
sards (Columba guinea), des dendrocygnes veufs (Dendrocygna viduata),
des perdrix rouges (Alectoris rufa), des pintades huppées (Guttera
pucherani) et des pintades vilturines (Acryllium vulturinum).
Des endroits en retrait, camouflés par la végétation, permettent aux oiseaux
de se soustraire aux visiteurs, ce qui rend leur observation difficile.
Le visiteur quitte alors la grande volière pour entrer dans une seconde
volière de contact également, consacrée aux bords de mer. Cette instal-
lation héberge des pélicans bruns (Pelecanus occidentalis), des ibis
blancs (Eudocimus albus), des sternes incas (Larosterna inca), des cor-
morans pies (Halietor melanoleucus), des cormorans de Bougainville
(Leucocarbo bougainvillii), des huitriers pies (Haematopus ostralegus),
des avocettes élégantes (Recurvirostra avosetta), des échasses blanches
et des dendrocygnes de Java (Dendrocygna javanicus).
Le visiteur ressort des volières de contact et arrive au niveau d'un grand
lac au bord duquel se trouve le restaurant du parc, bâtisse en briques
 rouges, typique de la région.


Grande volière de contact
Grande volière de contact - octobre 2010
Grande volière de contact
Grande volière de contact - octobre 2010


Pélicans bruns
Pélican brun - octobre 2010



Flèche

La visite nous conduit à contourner le lac sur lequel s'ébattent de nom-
breux cygnes à col noir (Cygnus melanocoryphus). Sur la droite du
sentier se trouve différents enclos consacrés aux grues. Chaque enclos
se compose d'une zone en herbe et d'un fossé en eau qui fait office de
séparation du public. Le premier enclos est le lieu d"une cohabitation
de grues de Paradis (Anthropoides paradisea) et d'eiders à lunettes
(Somateria fischeri). Le second enclos est le lieu de vie de grues à
cou noir (Grus nigricollis), de harles piettes (Mergus albellus), de
sarcelles marbrées (Marmaronetta angustirostris) et de bernaches
du Canada (Branta canadensis leucopareia).
Un couple reproducteur de grues de Sibérie (Grus leucogeranus)
partage leur enclos avec des bernaches cravant (Branta bernicla
nigricans) et des fuligules nyrocas (Aythya nyroca). Le dernier en-
clos de cette première rangé accueille des grues antigones (Grus
antigone antigone), des fuligules de Nouvelle Zélande (Aythya
novaeseelandiae), des canards bridés (Anas rhynchotis
variegata
) et des canards musqués (Cairina moschata).



Enclos typique pour grues
Enclos typique pour grues - octobre 2010
Volière des becs ouverts africains
Volière des becs ouverts africains - octobre 2010
Au bout de cette allée, une grande volière au sol en herbe agrémentée de
nombreux arbres, de rochers et d'un bassin est consacrée à la présentation
de becs ouverts africains (Anastomus lamelligerus), des grues caronculées
(Bugeranus carunculatus), des ibis d'Australie (Threskironis spinicollis),
des dendrocygnes à ventre noir (Dendrocygna autumnalis), des faisans
vénérés (Syrmaticus reevesi) et des sarcelles du Cap (Anas capensis).

Le visiteur traverse alors un jardin chinois tout en longeant le lac des cygnes
noirs, avant d'arriver vers une volière comparable à celle des becs ouverts
africains, bien que plus végétalisée. Cette autre volière est le lieu de vie des
grues moines (Grus monacha), des ibis du Cap (Geronticus calvus), des
aigrettes garzettes (Egretta garzetta), des petites spatules (Platalea
minor
), des hokkis bleus (Crossoptilon auritum), des mouettes à tête
grise (Larus cirrocephalus), des mouettes à tête noire (Larus
melanocephalus
) et des dendrocygnes d'Eyton (Dendrocygna eytonii).






Mise à jour suite à mes visites des 20 et 21 mars 2012 :


La volière des grues moines et des mouettes a été démolie, les
oiseaux sont maintenus en coulisses. A la place de cette volière
se dresse aujourd'hui une cabane d'observation en bois offrant
une vue sur l'enclos des grues à cou blanc qui a été agrandi.



Ancien emplacement de la volière des mouettes
Ancien emplacement de la volière des mouettes - mars 2012


Le visiteur arrive alors vers une nouvelle rangée d'enclos pour grues. Le
premier enclos situé sur la droite est occupé par de rares grues brolga
(Grus rubicunda), des sarcelles canelles (Anas cyanoptera), des fuli-
gules milouinan (Aythya marila), des sarcelles à faucilles (Anas
falcata
), des sarcelles d'hiver (Anas crecca) et des canards mandarins
(Aix galericulata).
Le second enclos est consacré aux grues à cou banc (Grus vipio) qui
partagent leur domaine avec des oies cygnoides (Anser cygnoides), des
sarcelles baïkal (Anas formosa) et des garrots à oeil d'or (Bucephala
clangula).
Le dernier enclos de cette rangée est le lieu de vie de grues de Mand-
chourie (Grus japonensis), de bernaches nonnettes (Branta
leucopsis
), de canards siffleurs (Anas penelope), de souchets (Anas
clypeata
), d'eider à duvet (Somateria mollissima mollissima) et de
sarcelles d'hiver (Anas crecca).


Enclos des grues brolgas
Enclos des grues brolgas - octobre 2010

Jardin potager
Jardin potager - octobre 2010
Le visiteur arrive alors au niveau du restaurant en brique rouge, construit
à l'emplacement d'une ancienne ferme, bordée par un enclos où vivent
des canards de Barbarie (Cairina moschata domesticus). En face de
l'enclos des canards, on trouve un jardin potager.
Le visiteur poursuit sa visite et tombe alors sur une grande étendue en-
gazonnée au milieu de laquelle ont été plantés plusieurs massifs de rosiers
et où se trouve une fontaine. Cette aire engazonnée est le lieu du spec-
tacle quotidien de rapaces et de perroquets présentés en vol libre.
Sur la droite, une petite grange est également le lieu d'un spectacle pré-
sentant les aptitudes des animaux oiseaux et mammifères.
Au sein de cette grange, de part et d'autre de l'entrée, se trouve éga-
lement deux terrariums. Celui de droite est occupé par des pythons
tigres (Python molurus), tandis que celui de gauche est consacré à de
rares kiwis du Nord (Apteryx mantelli).
En ressortant de la maison, le visiteur peut voir une cabane en bois
construite dans le haut des arbres, avant d'arriver vers une nouvelle allée
contournant un jardin à l'anglaise.


Enclos des kiwis
Enclos des kiwis - octobre 2010
Lac des cygnes à col noir
Lac des cygnes à col noir - octobre 2010



Flèche

Cette allée est consacrée aux ratites et aux rapaces diurnes. Sur
la droite du sentier, on peut observer deux enclos en terre, sé-
parés du visiteur par un fossé en eau et agrémentés de saules pleu-
reurs. Le premier enclos est le lieu de vie de nandous (Rhea
americana
) qui cohabitent avec des sarcelles versicolores (Anas
versicolor
), alors que le second enclos est occupé par des
émeus (Dromaius novaehollandiae), des bernaches nénés
(Branta sandvichensis), des sarcelles rousses (Anas castanea)
et des stictonette tachetée (Stictonetta naevosa).
Le visiteur arrive alors au niveau d'une rangée de volières en bois,
de grande taille et relativement hautes. Ces volières accueillent
les rapaces. Celle de droite est occupée par des gypaètes barbus
(Gypaetus barbatus) et des corbeaux à collier blanc (Corvus
albicollaris
).
La seconde volière est le lieu de vie de corneilles noires (Corvus
corone corone) et de vautours papes (Sarcoramphus papa).


Enclos typique pour ratites
Enclos typique pour ratites - octobre 2010
Volières des rapaces diurnes
Volières des rapaces diurnes - octobre 2010
La troisième volière abrite une cohabitation entre des condors des
Andes (Vultur gryphus) et des caracaras huppés (Polyborus
plancus). Un groupe de vautours fauves (Gyps fulvus) occupent
la quatrième volière. Les trois suivantes sont consacrées respec-
tivement à un couple de pygargues de Steller (Haliaaetus
pelagicus
), à une femelle harpie féroce (Harpia harpyja) arrivée
du zoo de Nurnberg fin 2009 et d'un mâle harpie féroce.
Enfin, une dernière volière clot cette rangée et accueille des aigles
bateleurs (Terathopius eucaudatus) et des aigles vocifères
(Haliaeetus vocifer).
Le visiteur emprunte alors la dernière allée longeant le jardin an-
glais, parallèle à celle longeant les enclos des nandous.
Cette dernière allée longe encore deux enclos, au sol en herbe,
plantés de saules et séparés du visiteur par un fossé en eau.
Chaque enclos dispose d'une cabane en briques rouges.






Le premier enclos est occupé par un mâle casoar unicaronculé
(Casuarius unappendiculatus), arrivé en 2010 d'un éleveur
privé espagnol. Des sarcelles d'été (Anas querquedula) oc-
cupent les fossés en eau. le second enclos est le lieu de vie de
la femelle casoar qui cohabitent avec des canards à dos blancs
(Thalassornis leuconotus).
Le visiteur arrive alors sur une nouvelle zone engazonnée au
milieu de laquelle a été planté un moulin à aubes. Le visiteur se
dirige alors sur sa droite pour gagner la serre tropicale du zoo.
Moulin du parc
Moulin du parc - octobre 2010


Enclos des casoars
Enclos des casoars - octobre 2010
Volière des condors
Volière des condors - octobre 2010


Harpie féroce
Harpie féroce - octobre 2010
Casaor unicaronculé
Casaor unicaronculé - octobre 2010


Mise à jour suite à mes visites des 20 et 21 mars 2012 :

Les nandous ont été transférés à l'arrière de la mini ferme et de
l'aire des jeux d'eau. Leur enclos a entièrement été transformé
le bassin de séparation a été rénové et le plateau agrémenté de
sable, de troncs et de rochers. Un ruisseau le parcour. Cette
installation devrait très prochainement accueillir les canards
marins du parc à savoir plusieurs espèces d'eiders comme les
eiders à duvet, à tête grise, mais également des harldes.

De même, une grande volière a été érigée en lieu et place de
l'ancien enclos des émeus. Cette volière en herbe, agrémentée
de quelques arbres et de squelettes de buffles, est le lieu de
vie de vautours à tête blanche (Trigonoceps occipitalis).







Enclos des canards marins
Enclos des canards marins - mars 2012




Casoar de Bennett
Casoar de Bennett - avril 2015
Mise à jour suite à mes visites d'avril 2015 :

L’enclos des canards marins a été recouvert d’un filet pour
accueillir de nouvelles espèces non rémigées. On pourra
ainsi y observer une cohabitation entre des échasses du
Mexique (Himantopus mexicanus), des harelde de
Miquelon boréale (Clangula hyemalis), des eiders à
lunettes (Somateria fischeri), des eiders à tête grise
(Somateria spectabilis) et des macreuses brunes
(Melanitta fusca).

Au niveau des enclos des casoars, l’un des enclos est
toujours consacré au casoar unicaronculé (Casuarius
unappendiculatus
), le second hébergeant une espèce
tout aussi rare, le casoar de Bennett (Casuarius
bennetti
).


Volière des oiseaux marins
Volière des oiseaux marins - avril 2015
Volière des vautours
Volière des vautours - avril 2015



Flèche



Mise à jour suite à mes visites des 20 et 21 mars 2012 :


La principale nouveauté de l'année 2012 est l'ouverture au
public d'un espace de présentation des colibris. Cette
dernière dont l'extérieur est fait de briques rouges se com-
pose de 4 loges visibles du public. Trois sont visibles sur la
droite à travers de larges vitres, tandis que la plus grande,
située sur la gauche est délimitée par un grillage.
Les loges disposent d'un sol en terre et sont densément
végétalisées. Des faux rochers complètent ces aménage-
ments.


Maison des colibris
Maison des colibris - mars 2012


Volières des colibris
Volières des colibris - mars 2012


La première loge est occupée par des amazilies de Lesson
(Amazilia amazilia), l'espèce la plus courante en captivité.
Les deux loge qui suivent herbergent respectivement un
mâle porte traine nuna (Lesbia nuna) pour la première et
une femelle de la même espèce pour la dernière.

Des colibris rubis topaze (Chrysolampis mosquitus) sont
également attendus prochainement.

A l'étage a été installé un centre d'élevage composé de
plusieurs volières permettant de séparer mâles et femelles.
Il est à noter que le parc de Walsrode travaille en collabo-
ration avec des scientifiques sud américain pour l'élevage
de ces petits oiseaux.
Porte traine nuna
Porte traine nuna - mars 2012
Porte traine nuna
Porte traine nuna - mars 2012






Mise à jour suite à mes visites d'avril 2015 :


Dans la serre des colibris, 3 espèces sont visibles sur
la droite du bâtiment à savoir : colibri anais (Colibri
coruscans
) ; amazilie de Lesson (Amazilia amazilia)
et 
porte traine nuna (Lesbia nuna).

Sur la gauche, la grande volière a été recouverte de
planches en bois de sorte à créer un noctarium où ont
été installés les kiwis (Apteryx mantelli).


Colibri anais
Colibri anais - avril 2015



Flèche

Cette serre se compose d'une grande partie végétalisée traversée par
le visiteur et dans laquelle s'ébattent de nombreuses espèces en vol
libre. Quelques volières bordent également le chemin. La première
volière, densément végétalisée est occupée par un couple de calaos à
cimier (Aceros cassidix). La seconde volière abritée par de nom-
breux arbres est consacrée aux calaos rhinocéros (Buceros
rhinoceros
).

Au détour d'une allée, on trouve trois volières côte à côte, volières qui
sont relativement dégagées en terme d'aménagements. La première est
le lieu de vie de kookaburas à ailes bleues (Dacelo leachii), la secon-
de héberge une cohabitation entre des torquéoles de Java
(Arborophila javanica) et des étourneaux de Bali (
Leucospar
rotschildi
).

Enfin la dernière volière est occupée par un couple de phodiles calongs
(Phodilus badius). Le visiteur poursuit sa traversée de la forêt tropicale
pour découvrir une nouvelle volière densément végétalisée et occupée
par des calaos bicornes (Buceros bicornis). Le visiteur se dirige alors
vers une volière accolée à une falaise reconstitutée. Cette volière au sol
en sable et agrémentée de quelques branchages est occupée par des
carpophages de Müller (Ducula mullerii mullerii), des minos d'Anaïs
(Mino anais anais) et des coqs de Bankiva (Gallus gallus).





Volières des kookaburas et des phodiles
Volières des kookaburas et des phodiles - octobre 2010


Allée de la grande serre
Allée de la grande serre - octobre 2010
A ce niveau de la serre, on peut observer une grande cascade qui se jette
dans un bassin. Bordant la cascade, une autre volière agrémentée de lianes
 est consacrée à la présentation de faisans nobles de Bornéo (Lophura
ignita macartneyi
) et de sucriers à oreillons bleus (Entomyzon cyanotis
griseogularis
).

A côté des faisans, une autre volière accueille depuis quelques mois, un
vieux couple de paradisiers multifils (Seleucidis melanoleuca). Ce couple
était maintenu en coulisses, mais du fait de leur âge et de leur non repro-
duction ils sont aujourd'hui présentés au public.

Une autre volière située au milieu des arbres est le lieu d'une cohabitation
entre de rares trogons de Sumatra (Apalharpactes mackloti), des ptilo-
pes perlées (Ptilmopus perlatus perlatus), des loriots à ventre noir
(Oriolus xanthonotus), des grives de Doherty (Zoothera dohertyi) et
des éperonniers napoléons (Polyplectron napoleonis).

Le visiteur arrive alors du grand bassin de la serre au milieu duquel se
dresse une île. En face du lac, une volière en sable est le lieu de vie d'un
groupe d'eclectus (Eclectus roratus polychloros) et de psittacules de
Desmarest (Psittaculirostris desmarestii).


Enfin, une dernière volière insérée dans un écrin de végétation dense
est occupée par des ptilopes magnifiques (Ptilinopus magnificus
puella), des scissirostres des Célèbes (Scissirostrum dubium),
des gallicolombes à poitrine d'or (Gallicolumba rufigula) et des
éperonniers Malais (Polyplectron malacense).

Au sein de la serre, on trouve également différentes mangeoires et
autres points d'observation des espèces visibles en liberté dans la
serre. On peut ainsi y observer des bulbuls Cap (Pycnonotus
atriceps atriceps), des irénés vierges (Irena puella), des paddas
de Java (Padda oryzivora), des polochions casqués (Philemon
buceroides neglectus), des jardiniers à joues blanches
(Ailuroedus buccoides), des gallicolombes de Jobi (Gallicolumba
jobiensis jobiensis), des brèves à capuchon (Pitta sordida
mulleri), des brèves géantes (Pitta caerulea), des brèves azurines
(Pitta guajana), des trugons terrestres (Trugon terrestris), des
otidiphaps nobles (Otidiphaps nobilis aruensis), des vanneaux
soldats (Vannelus miles miles), des loris papous (Charmosyna
papou), ...




Volière des paradisiers
Volière des paradisiers - octobre 2010

Bassin de la serre tropicale
Bassin de la serre tropicale - octobre 2010
..., des verdins à front d'or (Chloropsis aurifrons mornata), des loriots
des Célèbes (Oriolus ehinensis celebetus), des roulrouls couronnées
(Rollulus roulroul), des basilornes des Célèbes (Basilornis celebensis),
des gallicolombes à poitrine d'or (Gallicolumba rufigula), des gallico-
lombes tristigmates (Gallicolumba tristigmatta bimaculata), de rares
talégalles de Misol (Aepypodius arfakianus misoliensis), des gouras de
Scheepmaker (Goura scheepmakeri selateri), des gouras Victoria
(Goura victoria), des étourneaux à queue courte (Aplonis minor), des
langrayens à ventre blanc (Artamus leucorynchus), des martins chas-
seurs à collier blanc (Todiramphus chloris chloris), des grèbes casta-
gneux (Tachybaptus ruficollis), des dendrocygnes de Java
(Dendrocygna javanica) et de rares anserelles élégantes (Nettapus
pulchellus
).
Le visiteur ressort alors de la serre tropicale et découvre encore sur la
droite, une petite volière octogonale occupée par des kookaburas géants
(Dacelo novaeguineae).


Entrée de la serre tropicale
Entrée de la serre tropicale - octobre 2010
Allée de la serre tropicale
Allée de la serre tropicale - octobre 2010


Paradisiers multifils
Paradisier multifils - octobre 2010



Talégalles de Misol
Talégalle de Misol - octobre 2010




Mise à jour suite à mes visites des 20 et 21 mars 2012 :


Les calaos qui étaient présentés dans la serre tropicales ont été
transférés dans les volières extérieures de la faisanderie et ont
été remplacés par plusieurs espèces de hoccos et de pénélopes
qui étaient pour leur part présentées dans la faisanderie en 2010.

A noter également la présentation au public de pénélopes
panachées (Penelope purpurascens), une espèce présentée
dans 2 zoos européens.
Pénélope panachée
Pénélope panachée - mars 2012


Phasianelle de Reinwardt
Phasianelle de Reinwardt - avril 2015


Mise à jour suite à mes visites d'avril 2015 :


Le visiteur se dirige alors dans la grande serre tropicale
du zoo. Là, les anserelles ont été remplacées par des
grèbes à cou noir (Podiceps nigricollis).

Les touracos géants (Corythaeola cristata) ainsi que
des phasianelles de Reinwardt (Reinwardtoena
reinwardtii
) sont maintenant présentés en liberté dans
cette vaste serre.

Dans les petites volières, les espèces remarquables qui
ont rejoint la collection sont : coracines casquées
(Cephalopterus penduliger) ; pigeons à gorge blanche
(Columba vitiensis halmahera) ; coracine chauve
(Perissocephalus tricolor) ; coq de roche du Pérou
(Rupicola rupicola) ; coq de roche des Andes (Rupicola
peruvianus) ; cigogne de Storm (Ciconia stormi).
Coq de roche du Pérou
Coq de roche du Pérou - avril 2015
Grèbe à cou noir
Grèbe à cou noir - avril 2015



Flèche

Le visiteur passe alors à nouveau devant le grand parterre en herbe
et l'aire  de  spectacle.  Sur la droite, un bâtiment  en pierres,  dont
l'interieur est visible à travers de grands baies vitrées, bâtiment qui
accueille la nursery du parc.
La suite de la visite l'amène à traverser la terrasse du troisième
restaurant du zoo, également en pierres rouges et à se diriger vers
un autre bâtiment à l'architecture typique, avec une volière const-
ruite en façade. Cette installation est le lieu de vie d'un couple
d'araçaris verts (Pteroglossus viridis). Le visiteur entre alors dans
le bâtiment nommé "la cité des loris". Le bâtiment abrite des rangées
de volières, chacune consacrée à une espèce ou sous espèce de
loris ou loriquets.
Les volières restent de taille moyenne, au sol en cailloux, agrémen-
tées de nombreux branchages. Une zone en retrait permet aux
oiseaux de s'isoler du visiteur.
Dans l'ordre de visite, on peut ainsi observer dans cette maison : des
psittacules de Desmarest (Psittaculirostris desmarestii), des
loris noiras (Lorius garrulus), des psittacules à poitrine orange
(Cyclopsitta gulielmi), des perruches tricolores de Buru
(Alistertus amboinensis buruensis), ...





Volière des aracaris
Volière des aracaris - octobre 2010


Première partie de l'Atrium
Première partie de l'Atrium - octobre 2010
... , des loris à ventre violet (Lorius hypoinochrous), des psittacules à
double oeil (Cyclopsitta diophtalma), des loris des dames (Lorius
domicellus), des loris papous (Charmosyna papou), des loris de Jo-
séphine (Charmosyna josefinae), des loris à collier jaune (Lorius
chlorocercus), des loriquets de Edwards (Trichoglossus haematodus
capistratus), des loriquets à tête bleue (Trichoglossus haematodus
deplanchii), des loriquets à col rouge (Trichoglossus rubritorquis),
des loriquets jaunes et verts (Trichoglossus flavoviridis flavoviridis),
des loriquets de Johnstone (Trichoglossus johnstoniae), des loris fé-
ériques (Charmosyna pulchella), des loris émeraudes (Neopsittacus
pullicauda), des loris nonettes (Vini peruviana), des loris bridés
(Oreopsittacus arfaki), des loris masqués (Eos semilarvata), des loris
coquets (Charmosyna placentis), des loris fringillaires (Vini australis),
des loriquets de Goldie (Psitteuteles goldiei), des loris sombres
(Pseudeos fuscata), des perruches tricolores de Salawati (Alisterus
amboinensis dorsalis), des palettes de Buru (Prioniturus mada), des
perruches à ailes vertes (Alisterus chloropterus moszkowskii), des
loris écarlates (Eos boruea), des loris à bandeau rouge (Glossopsitta
concinna) et des loris de Fidji (Phygis solitarius).


Au centre de l'Atrium des loris, une autre volière est occupée par un
couple de perruches de Luçon (Tanygnathus lucionensis).
Le visiteur sort alors de la maison des loris et découvre sur la droite,
une dernière volière au sol rocailleux, plantée de quelques touffes de
graminées et agrémentée de branchages. Cette installation est consa-
crée à la présentation d'araçaris grigris (Pteroglossus aracari).

Le visiteur se dirige alors vers un alignement de volières bordant la
place centrale du parc en herbe et la zone de spectacle. Une pre-
mière volière de grande taille, aux mailles rigides, au sol en sable et
agrémentée de quelques branchages est occupée par des aras
macaos (Ara macao), des aras hyacynthes (Anodorhynchus
hyacinthinus), des amazones à front bleu (Amazona aestiva
aestiva
) et des cacatoès nasiques (Cacatua tenuirostris).
La rangée de volière suivante se compose d'installation au sol en
écorces, plantées de nombreux buissons et agrémentées de rochers
et de branchages. La première est le lieu d'une cohabitation entre de
rares pénélopes à front noir (Pipile jacutinga), des araçaris grigris
(Pteroglossus aracari) et des tinamous solitaires (Tinamus
solitaris).




Seconde partie de l'Atrium
Seconde partie de l'Atrium - octobre 2010
Volière des hoccos
Volière des hoccos - octobre 2010
La volière suivante est consacrée à un couple de hoccos de Blumenbach
(Crax blumenbachii), à la caroncule orange, espèce qui n'est présentée
que dans 3 parcs européens. Les hoccos cohabitent avec des toucans
ariels (Ramphastos vitellinus).
Des toucans à bec rouge (Ramphastos tucanus) cohabitent avec des
kagous huppés (Rhynochetos jubatus) dans la troisième volière.
La quatrième installation de taille inférieure est pour sa part consacrée à
un groupe de rares perruches cornues (Eunymphicus cornutus
cornutus
).
Enfin, une cinquième volière termine ce premier alignement. Elle est oc-
cupée par des toucans toco (Ramphastos toco) et des pénéléopes à
poitrine rousse (Penelope pileata), espèce très peu courante en captivité.
Le visiteur arrive ensuite dans une zone consacrée plus spécifiquement aux
becs crochus représentée majoritairement par diverses espèces de per-
roquets.


Volière des aras et des amazones
Volière des aras et des amazones - octobre 2010
Volière des hoccos
Volière des hoccos - octobre 2010









Mise à jour suite à mes visites d'avril 2015 :

Le Lori Atrium ou maison des loris, perd de sa splendeur
et accueille désormais plusieurs espèces de becs droits
dont les mot-mots (Momotus momota).
Mot mot houtoc
Mot mot houtoc - avril 2015



Flèche

Les volières pour becs crochus sont également alignées, disposent
d'un sol en sable et sont agrémentées de branchages et autres jeux
plastiques. La première volière de petite taille héberge un couple
de cacatoès aux yeux bleus (Cacatua ophthalmica), un grand
groupe de cacatoès rosalbins (Eolophus roseicapillus) cohabitent
avec des cacatoès de Leadbeater (Cacatua leadbeateri) dans la
volière suivante, qui est de grande taille.
Le troisième volière de cet ensemble, identique à celle des cacatoès
à oeil bleu est le lieu de vie d'un rare cacatoès à casque rouge
(Callocephalon fimbriatum). Le visiteur rejoint alors une autre
rangée de volières.
La première installation est occupée par des gallicolombes de
Barlett (Gallicolomba criniger) et de rares calaos tarictiques de
Mindanao (Penelopides affinis samarensis).
Des dinemellis   à  tête   blanche (Dinemellia dinemelli), des sp-
réos superbes (Lamprotornis superbus), des francolins noirs
(Francolinus francolinus) et des inséparables à joues noires
(Agapornis nigrigensis) vivent dans la seconde volière de ce
complexe.




Volières des perroquets
Volières des perroquets - octobre 2010

Volières des perroquets
Volières des perroquets - octobre 2010
Une troisième volière, toujours accolée aux précédents est le lieu de vie
d'un couple d'amazones à diadème (Amazona autumnalis autumnalis),
d'amazones d'Hispaniola (Amazona ventralis) et d'un important groupe
de gris du Gabon (Psittacus erithacus erithacus).
Un petit groupe de conures soleil (Aratinga solstitialis) occupe la quat-
rième volière en compagnie de perruches d'Alexandre (Psittacula
alexandri), de perruches de Pennant (Platycercus elegans) et de rares
conures à ventre rouge (Pyrrhura perlata perlata).
La cinquième volière est le lieu de vie d'amazones de Cuba (Amazona
leucocephala) et d'un groupe reproducteur de aras de Coulon (Ara
couloni). Les deux dernières installations sont occupées respectivement
par des amazones à tête jaune (Amazona oratrix oratrix) et par des
araçaris verts (Pteroglossus viridis).
Le visiteur arrive alors face à un grand bâtiment octogonal, autour du-
quel ont été construites des volières à grandes mailles, toutes couvertes et
agrémentées de troncs d'arbre. Ces installations sont consacrées aux
grands perroquets.


La première volière est occupée par des aras de Lafresnaye (Ara
rubrogenys). Des aras à ailes vertes (Ara chloroptera) sont pré-
sentés dans la seconde volière tandis que la troisième est con-
sacrée aux aras bleus (Ara ararauna).
Une autre volière, à côté de la porte d'entrée de la maison est
le lieu de vie d'un couple de aras hyacynthes (Anodorhynchus
hyacinthinus).
Le visiteur entre alors dans la maison des perroquets. Cette in-
stallation octogonale est organisée autour d'un pilier central for-
mé de trois grandes volières bien plantées. Le tour de la maison
est également entouréede volières plus petites.
La première volière sur la gauche est le lieu de présentation de
perruches à tête prune (Psittacula cyanocephala). La seconde
est consacrée à des amazones à sourcils rouges (Amazona
rhodocorytha) qui cohabitent avec de rares inséparables de
Madagascar (Agapornis canus).


Volières de la maison des perroquets
Volières de la maison des perroquets - octobre 2010



Volière des cacatoès
Volière des cacatoès - octobre 2010
La troisième volière comparable aux deux premières, c'est à dire au sol
de sable et agrémentée de perchoirs en bois et plastique, est occupée
par des amazones vineuses (Amazona vinacea) et des conures à front
rouge (Aratinga canicularis eburnirostrum). Des aras nobles (Ara
nobilis nobilis), une des plus petites espèces de ara vit en cohabitation
avec des conures tiribas (Pyrrhura cruentata).
En face des amazones, la première grande volière est consacrée à un
couple de perroquets grands vasas (Coracopsis vasa) et de rares ca-
catoès de Banks (Calyptorhynchus magnificus).
La volière mitoyenne à celle des aras nobles est consacrée à des ama-
zones lilacines (Amazona autumnalis lilacina). Des piones noires
(Pionus chalcopterus) vivent dans la volière suivante. Les piones ont
pour voisins des caïques à tête noire (Pionites melanocephala).
La volière suivante est le lieu de présentation de piones à tête blanche
Pionus senelis).
En face des piones, dans la seconde grande volière, on peut observer
de rares perroquets de Pesquet (Psittrichas fulgidus), à coté desquels,
vit un couple de microglosses (Probosciger aterrimus) dans la der-
nière grande volière.


Sur la côté gauche du sentier, les dernières volières sont occupées
respectivement par des conures dorées (Gouaruba gouaruba),
 par des amazones à nuque d'or (Amazona auropalliata), par
des caïques à ventre blanc (Pionites leucogaster), par des per-
ruches de Derby (Psittacula derbiana), par des perroquets mail-
lés (Deroptyus accipitrinus), par des touis de Deville (Brotogeris
cyanoptera cyanoptera) qui cohabitent avec des amazones de
Finsch (Amazona finschi), enfin, la dernière petite volière de la
maison des perroquets est le lieu de vie de touis tiricas
(Brotogeris tirica) et de crick à ventre bleu (Triclaria
malachitacea).

Le visiteur ressort alors de la volière et découvre, sur la droite,
dans un cul de sac, deux dernières volières comaparables à celle
des rara ararauna. La première est le lieu de vie de 4 aras à gor-
ge bleue (Ara glaucogularis). La seconde est consacrée à des
kéas (Nestor notabilis) qui cohabitent avec des cacatoès des
Molluques (Cacatua moluccensis).



Volière typique pour perroquets
Volière typique pour perroquets - octobre 2010
Cacatoès à casque rouge
Cacatoès à casque rouge - octobre 2010


Conure à ventre rouge
Conure à ventre rouge - octobre 2010
Calao tarictique
Calao tarictique - octobre 2010


Le visiteur revient alors au niveau de l'enclos des becs en sabot en passant devant l'aire de spectacle et devant un mini jardin botanique consacré à diverses essences de palmiers. Au niveau de l'enclos des becs en sabot, le visiteur emprunte le sentier situé sur sa droite en direction de la faisanderie.



Flèche

La faisanderie du Weltvogelpark se compose de trois rangées où
s'alignent les volières. Chacune est aménagée en fonction de l'ori-
gine des oiseaux qui y sont présentés. Les premières volières, aux
sols en écorces, plantées de bambous, de conifères et agrémen-
tées de rochers et de racines, sont consacrées à la faune malgache.
La première est le lieu d'une cohabitation entre des couas couron-
nés (Coua cristata), de rares couas géants (Coua gigas), espèce
présentée uniquement à Walsrode, des foudis de Madagascar
(Foudia madagascariensis) et des kagous huppés
(Rhynochetos jubatus).
La seconde volière est occupée par des foudis de Madagascar
(Foudia madagascariensis), des falculies mantellée (Falculea
palliata), par des founingos bleus (Alectroenas
madagascariensis
) et des brachyptérolles à longue queue
(Uratelornis chimaera). La troisième volière présente des ibis
huppés (Lophotibis cristata), des couas bleus (Coua caerulea)
et des irrisors moqueurs (Phoeniculus purpureus).



Volières de la faisanderie
Volières de la faisanderie - octobre 2010

Volière typique de la faisanderie
Volière typique de la faisanderie - octobre 2010
Un couple de calaos à casque plat (Buceros hydrocorax) occupe une
volière au sol en sable relativement dégagée et plantée de quelques ar-
bustes. Des abris en pierre, au fond des volières, abritent les loges de
nuit des espèces présentées.
La cinquième volière, densément végétalisée, recréant une forêt dense,
est le lieu de vie d'araçaris grigris (Pteroglossus aracari), des troupials
à tête rouge (Amblyramphus holosericeus) et des hoccos mitus ou
hoccos à bec de rasoir (Mitu tuberosa). Cette dernière espèce est re-
lativement peu courante en captivité. Le parc de Walsrode possèdent
plusieurs couples reproducteurs, mais seul un mâle est visible du public,
comme pour toutes les autres espèces de hoccos.
La volière suivante agrémentée de perchoirs en bois et de quelques
buissons feuillus est le lieu de vie et de reproduction de calaos de
Vieillot (Aceros leucocephalus).
Une autre volière comparable à celle du hocco mitu, est le lieu de vie
d'une autre espèce peu courante en captivité, à savoir un oréophase
cornu (Oreophasis derbianus) qui cohabite avec des toucans tocos
(Ramphastus toco).


Une grande volière, dont la largeur est le double des précédentes,
se compose d'une zone dégagée, d'une zone en sable et d'une
zone plantée d'arbustes. Cette installation est le lieu d'une cohabi-
tation entre des loriots de Chine (Oriolus chinensis), des merles
à poitrine noire (Turdus dissimilis), de rares garrulax d'Omei
(Liocichla omeiensis), des sibias de Desgodins (Heterophasia
desgodinsi desgodinsi), des pigeons olives (Columba arquatrix),
des ptilopes perlées (Ptilinopus perlatus), des minlas à ailes
bleues (Spermophaga haematina), des minlas à queue rousse
(Minla ignotincta) et des argus géants (Argusianus argus).
La volière suivante est également plantée de nombreux buissons
et dispose d'un sol en écorces. Un couple de grands hoccos
(Crax rubra) y cohabite avec des calaos trompette
(Ceratogymna bucinator). La dernière volière de cette première
rangée est agrémentée de branchages mais n'est pas végétalisée.
Elle accueille des hoccos à pierre (Pauxi pauxi) et des geais
acahés (Cyanocorax chrysops).



Volière typique de la faisanderie
Volière typique de la faisanderie - octobre 2010



Coua couronné
Coua couronné - octobre 2010
Coua géant
Coua géant - octobre 2010


Oréophase cornue
Oréophase cornue - octobre 2010
Hocco de Blumenbach
Hocco de Blumenbach - octobre 2010



Flèche

Le visiteur arrive alors au niveau de la seconde rangée de volière.
La première volière, au sol en sable, plantée de buissons bas et
de petits arbres, et agrémentée de rochers, est occupée par un
couple de faisans nobles de Bornéo (Lophura ignita ignita) et
des toucans ariels (Ramphastos vitellinus). La volière suivante,
du même type, est le lieu de vie de toucans à bec rouge
(Ramphastos tucanus) et d'agamis trompette (Psophia
crepitans).
Des calaos à cimier de Sulawesi (Aceros cassidix), espèce
peu courante en captivité, est présentée dans la volière qui suit.
Mitoyenne aux calaos, une nouvelle installation est consacrée à
la présentation d'étourneaux mandarins (Sturnia sinensis), de
pics dominicains (Melanerpes candidus) et de tinamous
élégants (Eudromia elegans).
Une autre volière densément végétalisée est le lieu de présen-
tation d'un couple de tragopans de Temminck (Tragopan
temmincki).



Volière de la faisanderie
Volière de la faisanderie - octobre 2010

Volière des faisans
Volière des faisans - octobre 2010
Des carpophages d'Albertis (Gymnophaps albertisii), sont présentés
en compagnie de grives à tête orange (Zoothera citrina melli), de
martins couronnés (Ampeliceps coronatus), des léiothrix jaunes
(Leiothrix lutea) et de rares épéronniers malais (Polyplectron
malacense
).
On arrive alors vers la dernière rangée de volières. La première est
densément végétalisée, plantée de conifères. Des faisans d'Elliot
(Syrmaticus ellioti) et des courols vouroudrious (Leptosomus
discolor), espèce qui n'est présentée qu'à Walsrode en Europe.
La volière suivante tout aussi végétalisée est le lieu de présentation
d'étourneaux des pagodes (Temenuchus pagodarum), des toura-
cos à oreilles blanches (Tauraco leucotis) et des faisans de Swin-
hoe (Lophura swinhoii).
Des faisans de Lady Amherst (Chrysolophus amherstiae) coha-
bitent avec des calaos à joues argentées (Bycanistes brevis) sont
présentés dans la volière qui suit, tandis qu'une autre volière bien
végétalisée accueille des paons du Congo (Afropavo congensis)
et des corvinelles noir et blanc (Corvinella melanoleuca).


Courol vouroudriou
Courol vouroudriou - octobre 2010
Eperonnier malais
Eperonnier malais - octobre 2010


Le visiteur arrive alors près d'une volière dont la partie arrière est
dégagée, alors que la partie avant est plantée de nombreux buissons.
Cetteinstallation est le lieu de vie d'un couple de calaos à casque noir
(Ceratogymna atrata).
La volière suivante lui permet de découvrir une nouvelle espèce
de hocco, le hocco de Sclater ou hocco à face nue (Crax
fasciolata), présenté en cohabitation avec des martins de Rots-
child (Leucopsar rothschildi) et des touracos violets (Musophaga
violacea). Il est dommage que, dans la nature, ces trois espèces vivent
sur trois continents différents.
A côté des hoccos, une installation plantée de conifères et recréant un
paysage de montagne, est le lieu de présentation de lophophores
resplendissant (Lophophorus impejanus), de touracos de Hart-
laub (Tauraco hartlaubi) et de mainates religieux (Gracula
religiosa intermedia). La volière suivante recréé une petite forêt et
est occupée par des cassiques du Montezuma (Gymnostinops
montezuma), des martins huppés (Acridotheres cristatellus) et
des hokkis blancs (Crossoptilon crossoptilon).




Volière typique de la faisanderie
Volière typique de la faisanderie - octobre 2010



Volière typique de la faisanderie
Volière typique de la faisanderie - octobre 2010
Un trio de faisans argentés (Lophura nycthemera jonesi) vit en com-
pagnie de choucadors à longue queue (Lamprotornis caudatus) et de
calaos à bec noir (Tackus nasutus) dans une volière moyenement plan-
tée et agrémentée de sable et de rochers.
Le visiteur arrive alors au niveau d'une volière en terre, au milieu de la-
quelle a été érigé un tas de compost et de terre. Cette installation est
dénuée de tout aménagement hormis quelques branchages morts. Elle
est occupée par de rares talégalles d'Australie (Alectura lathamis),
des martins tristes (Acridotheres tristis), des étourneaux à cou noir
(Gracupica nigricollis), des garrulax à huppe blanche (Garrulax
leucolophus diardi) et des garrulax à plastron (Garrulax pectoralis).
A côté des talégalles, une grande volière (regroupant 2 volières simples)
recrée une zone de savane composé d'une partie rocheuse, d'une partie
sableuse, d'une zone dégagée en herbe et de quelques plantations. Cette
installation est consacrée à la présentation de rolliers à ventre bleu
(Coracias cyanogaster), de touracos paulines (Tauraco
erythrolophus
), de barbicans à poitrine rouge (Lybius dubius), de
gouras couronnés (Goura cristata), de choucadors iris (Coccycolius
iris
), de bulbuls des jardins (Pycnonotus barbatus inornatus), de
tragopans satyres (Tragopan satyra) et de colins des montagnes
(Oreortyx pictus).


Une autre volière, plantée de conifères, relativement sombre, est
le lieu de vie d'un quatuor de faisans à huppe blanche (Lophura
leucomelanos hamiltonii), des grives à tête orange (Zoothera
citrina melli), des touracos à huppe blanche (Tauraco
leucolophus) et des cardinals rouges (Cardinalis cardinalis).
Enfin, une dernière volière, parcourue par un petit torrent, est
agrémentée de quelques arbres et de rochers. Des choucadors
pourprés (Lamprotornis purpureus), des alectos à bec blanc
(Bubalornis albirostris), des vanneaux du Sénégal (Vanellus
senegallus
), des échasses blanches (Himantopus himantopus),
des blongios nains (Ixobrychus minutus minutus), des tou-
racos violets (Musophaga violacea), des piapiacs africains
(Ptilostomus afer), des rolliers variés (Coracias naevius) et
des choucadors à oreillons bleus (Lamprotornis chalybaeus)
sont présentés dans cette installation.
Volière typique de la faisanderie
Volière typique de la faisanderie - octobre 2010


Calao à casque noir
Calao à casque noir - octobre 2010
Calao à cimier de Sulawesi
Calao à cimier de Sulawesi - octobre 2010


C'est par cette dernière volière que se termine la visite de la faisanderie du Weltvogelpark de Walsrode. Le visiteur se dirige alors vers la dernière installation du parc, une serre tropicale.


Mise à jour suite à mes visites des 20 et 21 mars 2012 :

Suite à la mort du cacatoès gang gang, cette espèce n'est plus
présentée à Walsrode.

Au niveau de la faisanderie, une nouvelle espèce est présentée
au public à savoir le hocco d'Albert (Crax alberti).

Mise à jour suite à mes visites d'avril 2015 :

Au niveau de la faisanderie, plusieurs espèces et non des moin-
dres ont fait leur apparition tel l’agami à ailes blanches (
Psophia
leucoptera
), le faisan de Salvadori (Lophura inornata) qui
cohabite avec des araçaris à oreilles noisettes (
Pteroglossus
castanotis
) ou encore le tinamou brun (Crypturellus
obsoletus
).

On notera également le retour en présentation du courols
vouroudrious (
Leptosomus discolor) et du calobate
d'Annam (
Carpococcyx renauldi).

Hocco d'Albert
Hocco d'Albert - mars 2012



Flèche

En entrant dans cette nouvelle maison, le visiteur découvre une
première salle, qui est le lieu d'une exposition photo sur les oiseaux
du parc. La seconde salle est disposée tout en longueur. Sur la gauche,
de grandes volières à même le sol présentent de nombreuses espèces
alors que sur la droite, on peut observer de petites volières surélevées.
La première volière de gauche, est agrémentée d'un sol en écorces,
d'un mur de pierre, d'une cascade et de nombreux hibiscus. Elle
est le lieu d'une cohabitation originale entre des hoccos nocturnes
(Nothocrax urumutum) et des quetzals dorés (Pharomachrus
auriceps
). En face des quetzals, la première petite volière recrée
une zone sèche en sable. Sur la droite, une autre volière au milieu de
laquelle coule une petite cascade est occupée par des euplectes
vorabés (Euplectes vorabe), des diamants à longue queue
(Poephila acuticauda) et des poulettes de roche (Ptilopachus
petrosus
).


Volière des tisserins
Volière des tisserins - octobre 2010





Volières de la maison tropicale
Volières de la maison tropicale - octobre 2010
A côté des poulettes de roches, on trouve deux autres petites volières
densément végétalisées. La première est le lieu de vie de ptilopes mig-
nons (Ptilinopus pulchellus), de callistes à cou bleu (Tangara
cyanicollis) et de cailles arlequins (Coturnix delegorguei), tandis
que la suivante est consacrée à des trogons à queue blanche (Trogon
viridis), des tangaras masqués (Ramphocelus nigrogularis), des galli-
colombes à poitrine d'or (Gallicolumba rufigula) et des ptilopes à
ventre orange (Ptilinopus iozonus humeralis).
Dans le prolongement de la volière des hoccos nocturnes, on décou-
vre une seconde grande volière au milieu de laquelle a été creusé un
bassin. Un sol de terre, des rochers et des arbres tropicaux complètent
les aménagements. Cette installation est occupée par des orioles de
Montserrat (Icterus oberi), des rolliers à ventre bleu (Coracias
cyanogaster), des gonoleks de Barbarie (Laniarius barbarus), des
caurales soleil (Eurypyga helias), des tangaras fourchus (Thraupis
bonariensis), des choucadors iris (Coccycolius iris), des tourterelles
à tête grise (Sterpoptelia tranquebarica), des pluvians fluviatiles
(Pluvianus aegyptius) et des échasses d'Amérique (Himantopus
himantopus mexicanus).


En face des échasses, trois petites volières alternent les amé-
nagements des régions sèches et des régions humides. La
première volière, de type désertique est occupée par des tis-
serins gendarmes (Ploceus cucullatus) et des colins huppés
(Colinus cristatus). La seconde est le lieu de vie de ptilopes
mignons (Ptilinopus pulchellus), de spréos améthystes
(Cinnyricinclus leucogaster) et de turnix combattant
(Turnix suscitator), alors que des araçaris verts
(Pteroglossus viridis) vivent dans la dernière petite volière.
Sur la gauche, les grandes volières sont interrompues par un
ensemble de trois petites volières consacrées à des estrilidés.
Ces volières au sol en sable, sont agrémentées de quelques
graminées et de branchages. La première volière est consa-
crée à des diamants à queue rousse (Neochmia ruficaudata
ruficaudata) et à des turnix combattant (Turnix suscitator).


Volières des estrilidés
Volières des estrilidés - octobre 2010
Volière des toucans
Volière des toucans - octobre 2010
La seconde est le lieu de vie d'astrilds à joues oranges (Estrilda
melpoda), d'amarants foncés (Lagnosticta rubricata) et de cail-
les de Chine (Coturnix chinensis). La dernière présente des
diamants azuverts (Erythrura tricolor), des capucins noirs
(Lonchura stygia) et des perdicules à gorge rousse (Perdicula
asiatica).
En face des estrilidés, d'autres petites volières surélevées, den-
sément végétalisées. La première est le lieu de vie d'araçaris grig-
ris (Pteroglossus aracari), la seconde est occupée par des poma-
torhins à dos marron (Pomatorhinus montanus) et des cailles ar-
lequins (Coturnix delegorguei). La troisième volière est consacrée
à des cordon-bleus violacée (Uraeginthus ianthinogaster), des
barbicans funèbres (Tricholaema lacrymosa), des pluviers pâtres
(Charadrius pecuarius) et des colins huppés (Colinus cristatus).



Mitoyenne aux colins huppés, une autre volière peu végétalisée est
le lieu de vie de tisserins à cou noir (Ploceus nigricollis), de cos-
syphes à calotte neigeuse (Cossypha niveicapilla), de spréos
royaux (Lamprotornis regius) et de ptilopes porphyres
(Ptilinopus pophyreus).
Sur le côté gauche, la troisième volière, de grande taille également,
au sol en écorces et plantée de nombreux végétaux est occupée
par des ptilopes superbes (Ptilopinus surperbus), des caurales
soleil (Eurypyga helias), des cotingas de Cayenne (Cotinga
cayana), des tangaras à bec d'argent (Ramphocelus carbo),
des colombes revioulettes (Geotrygon montana).


Volières de la maison tropicale
Volière de la maison tropicale - octobre 2010


Volières de la maison tropicale
Volières de la maison tropicale - octobre 2010



La grande volière suivante est consacrée à des toucans ariels
(Ramphastos vitellinus) et à des agamis trompettes (Psophia
crepitans). La dernière grande volière de gauche est le lieu
de vie de toucans tocos (Ramphastos toco) et de tinamous
solitaires (Tinamus solitarius).
Enfin, sur la droite, se trouve une volière relativement longue, au
fond de laquelle a été recréée une falaise en pierre, et est le lieu
de vie de caurales soleil (Eurypyga helias), de guêpiers carmins
(Merops nubicus) et d'hirondelles rustiques (Hirundo rustica).



Mise à jour suite à mes visites d'avril 2015 :

Comme dans toutes les autres sections du parc, de
grands chamboulements ont eu lieu dans la serre du
Paradis.

Parmi les nouvelles espèces visibles à ce niveau, on
citera les callistes à tête rouge (Tangara parzudakii)
ou encore les colombines marquetées (Geophaps
scripta
).
Calliste à tête rouge
Calliste à tête rouge - avril 2015



Flèche

Le visiteur entre alors dans la seconde partie de la serre, qui s'étend
sur l'ensemble de la longueur du bâtiment. Cette zone est consacrée
à la présentation en vol libre de plusieurs espèces. Cette partie se
compose d'une zone densément végétalisée, d'une zone plus dégagée,
d'un bassin, et d'une allée cheminant au milieu de la forêt vierge. Les
espèces présentées dans cette partie sont : des synallaxes guioutis
(Synallaxis cinnamomea), des caurales soleil (Eurypyga helias),
des rolliers à longs brins (Coracias caudatus), des coulious à cou
bleu (Urocolius macrourus), des cossyphes à calotte neigeuse
(Cossypha niveicapilla), des éperonniers malais (Polyplectron
malacense), des pigeons nobles (Otidiphaps nobilis), des grouas
couronés (Goura cristata), des irénés vierges (Irena puella), des
échasses blanches (Himantopus himantopus), des touracos
pauline (Tauraco erythrolophus), des touracos géants
(Corythaeola cristata), des spréos royaux (Cosmopsarus
regius), ...


Zone de vol libre
Zone de vol libre - octobre 2010
Bassin de la zone de vol libre
Bassin de la zone de vol libre - octobre 2010

..., des tangaras du Brésil (Ramphocelus bresilius), des tinamous à
petit bec (Crypturellus parvirostris), des spréos améthystes
(Cinnyricinclus leucogaster), des huppes fasciées (Upupa epops),
des veuves dominicaines (Vidua macroura), des founingos bleus
(Alectroenas madagascariensis), des vanneaux du Chili (Vanellus
chilensis), des colombes versicolores (Geotrygon versicolor), des
barbicans à diadème (Tricholaema diademata) et des anserelles
naines (Nettapus auritus).

Le visiteur revient alors au niveau de la première salle qu'il retra-
verse pour ressortir de la serre tropicale, emprunte le sentier de
droite pour passer devant la grande aire de jeux, traverse à nou-
veau la boutique et quitte le parc.



Mise à jour suite à mes visites des 20 et 21 mars 2012 :


A la suite de la zone de vol libre, une seconde volière de contact a
été inaugurée en 2011. Cette dernière se compose d'un sol en
sable rouge et d'une cascade. De nombreuses plantes tropicales
complètent les aménagements destinés à la présentation de loris
arc en ciel (Trichoglossus haematodus moluccanus) et de
loris d'Edwards (Trichoglossus haematodus capistratus).

Au niveau des petites volières de la serre tropicale, une nouvelle
espèce a fait son apparition, le martin chasseur de Smyre
(Halcyon smyrnensis).
Lori Loft
Lori Loft - mars 2012




Volière dans la zone de vol libre
Volière dans la zone de vol libre - avril 2015
Mise à jour suite à mes visites d'avril 2015 :


Au niveau de la zone de vol libre, sur la droite, une vaste
volière a été délimitée et présente des tangaras du Paradis
(Tangara chilensis paradisea), des ptilopes turgris
(Ptilinopus melanospila), des carpophages de Muller
(Ducula mullerii), des cotingas de Cayenne (Cotinga
cayana
), des pigeons bleus de Madagascar
(Alectroenas madagascariensis), des éperonniers malais
(Polyplectron malacense), des perdrix roulrouls
(Rollulus roulroul), des jacanas noirs (Jacana jacana),
des trugons terrestres (Trugon terrestris), des galli-
colombes à poitrine jaune (Gallicolumba rufigula) et des
cailles arlequins (Coturnix delegorguei).

Le reste de cette section est consacré au vol libre. Parmi les
nouvelles espèces visibles, on peut citer la présence de lan-
grayens à ventre blanc (Artamus leucorynchus), unique en
Europe.



Flèche


En conclusion, le Weltvogelpark de Walsrode mérite son attribut de
plus grand parc spécialisé européen. De nombreuses espèces et
sous espèces d'oiseaux peu courantes en captivité sont présentées
et reproduites à Walsrode, qui fera la joie des passionnés et des
amateurs.
Le Weltvogelpark possède également de nombreuses epèces en
coulisses, afin de mener à bien des programmes de reproduction, en
vue de créer des populations viables. Ainsi, le parc mène un projet
en collaboration avec l'association Crax Internationale et a accueilli
en 2009-2010, plusieurs espèces de hoccos et de pénélopes.
Des visites régulières permettent de voir les différentes car cer-
taines espèces visibles retournent en coulisses tandis que d'autres,
non visibles, gagnent les volières de la faisanderie.

Depuis 2009, le parc de Walsrode connait un nouvel essor et les
projets futurs sont nombreux comme la création d'une nouvelle
maison pour perroquets et la construction d'une maison consacrée
aux oiseaux du Paradis.
Ara à gorge bleu
Ara à gorge bleu - octobre 2010


Copyright ©  -  2007-2017  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés