Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Chester Zoo


Chester Zoo
Upton by Chester
CH2 1LH Chester
Royaume Uni

Tel : +44 (0)12 44 38 02 80
Fax : +44 (0)12 44 37 12 73

www.chesterzoo.org
Logo du zoo de Chester


Je tiens à remercier Mark Pilgrim et Mari Brookfield pour leur accueil, le temps qu'ils m'ont consacré et l'ensemble des informations qu'ils m'ont donné sur le parc et ses projets.
I would like to thank Mark Pilgrim and Marie Brookfield for their welcoming, the time they dedicate to me and all the information they gave me about the zoo and its projects.

Mes visites : le 28 mai 2012; les 02 et 03 juin 2019
Mise en ligne : le 23 juin 2012
Mise à jour : 09 décembre 2019




Horaires d'ouverture 2019
Tarifs d'entrée 2019
Présentation du parc
Les volières africaines
Le parc national "Tsavo"
Les plaines africaines et zones humides
Islands 1/5
Islands 2/5
Islands 3/5
Islands 4/5
Islands 5/5
Les marécages africains
L'Amérique du Sud et les chauves souris
Les singes
Les plaines asiatiques et les guépards
Les îles en danger 1/2
Les iles en danger 2/2
La zone malgache
Mangoustes naines
Mangoustes naines - mai 2012

Les lions et les pirolles
Les anatidés, les petits pandas et le centre
des perroquets
L'allée des rapaces et les loutres
Les forêts africaines
La serre des orang-outans 1/2
La serre des orang-outans 2/2
Les petites volières
Les jaguars
Les aras et les capucins
La serre tropicale 1/4
La serre tropicale 2/4
La serre tropicale 3/4
La serre tropicale 4/4
Les suidés et les giraffidés
La serre des papillons
Les ibis et les éléphants
Conclusion



Flèche

Horaires d'ouverture 2019 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Du 29 octobre au 16 avril       : de 10h00 à 16h00

Du 30/09 au 03 novembre               : de 10h00 à 16h30

Du 16 avril au 1 juin               : de 10h00 à 17h00
Du 3 juin au 19 juillet             : de 10h00 à 17h00
Du 2 au 29   septembre          : de 10h00 à 17h00

Du 20 juillet au 01 septembre : de 10h00 à 18h00
Les week-ends de septembre : de 10h00 à 18h00
Hocco de Blumenbach
Hocco de Blumenbach - mai 2012



Flèche

Tarifs d'entrée 2019 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)

Tarifs classique

Pleine saison : mars à novembre
     Adulte : 16,30 £ (20,22 €)
     Enfant (3 à 15 ans) : 12,60 £ (15,63 €)
     Tarif réduit : 15,00 £ (18,61 €)
     Famille (2 adultes + 2 enfants) : 53,00 £ (65,75 €)

Moyenne saison : février
     Adulte : 15,40 £ (19,10 €)
     Enfant (3 à 15 ans) : 10,50 £ (13,03 €)
     Tarif réduit : 14,00 £ (17,36 €)
     Famille (2 adultes + 2 enfants) : 49,00 £ (60,79 €)

Saison morte : Janvier, mars et décembre
     Adulte : 13,50 £ (16,75 €)
     Enfant (3 à 15 ans) : 10,00 £ (12,41 €)
     Tarif réduit : 12,00 £ (14,89 €)
     Famille (2 adultes + 2 enfants) : 41,50 £ (51,49 €)
 Barbus à poitrine brune
 Barbus à poitrine brune - mai 2012     
Tarif avec dons au parc

Pleine saison : mars à novembre
     Adulte : 18,00 £ (22,33 €)
     Enfant (3 à 15 ans) : 14,00 £ (17,36 €)
     Tarif réduit : 16,50 £ (20,47 €)
     Famille (2 adultes + 2 enfants) : 59,00 £ (73,19 €)

Moyenne saison : février
     Adulte : 17,00 £ (21,09 €)
     Enfant (3 à 15 ans) : 12,00 £ (14,89 €)
     Tarif réduit : 15,50 £ (19,23 €)
     Famille (2 adultes + 2 enfants) : 54,00 £ (67,00 €)

Saison morte : Janvier, mars et décembre
     Adulte : 15,00 £ (18,61 €)
     Enfant (3 à 15 ans) : 11,00 £ (13,65 €)
     Tarif réduit : 13,50 £ (16,75 €)
     Famille (2 adultes + 2 enfants) : 46,00 £ (57,07 €)



Flèche

Présentation du parc


Le zoo de Chester a vu le jour sous la houlette de Georges
Motherhead. C'est durant les années 1930, qu'il acquiert
la villa Oakfield House et quelques terres.
Après avoir accueilli quelques animaux, le zoo ouvre ses
portes au public en 1931 et le premier aquarium du parc
est inauguré en 1934. Les lions font leur apparition 3
années plus tard.

La Seconde Guerre Mondiale viendra chambouler le fon-
ctionnement du zoo. L'entrée est réduite de moitié et en
1940, l'arrivée des éléphants, marque la mise en place du
système de parrainage des animaux en vue de récolter
des dons pour l'achat des aliments.

Après la guerre, le fondateur développa son zoo qui a
profité de l'arrivée d'espèces d'autres parcs ayant été
détruits durant la guerre.



Ancien logo du zoo de Chester
Ancien logo du zoo de Chester



Ouistitis à queue noire
Ouistitis à queue noire - mai 2012
L'année 1948 correspond à la présentation des premiers lions
de mer. Le fondateur va utiliser les restes des structures des
bunkers et autres infrastructures de guerre, pour réaliser et
concevoir de nouveaux enclos. C'est ainsi qu'il construit la
maison des éléphants pour moins de £ 5 482 (environ 6 800 €),
une somme rondelette à l'époque mais maitrisée !

Le parc poursuit alors son développement avec l'arrivée de
chimpanzés et la construction de Tropical Realm en 1964.

Georges Motherhead décède en 1978 à l'age 84 ans. Un
mémorial a été érigé en son honneur dans l'abbaye de
Chester.

A partir de 1980, des tonnes de terres sont acheminées
pour permettre au parc de se développer et de prendre un
nouvel essor.


Un club pour Junior est créé en 1986. Ce club existe toujours
et compte plus de 10 000 membres.

Autre moment clé de l'histoire du parc, l'inauguration de la
nouvelle maison des chimpanzés par la Princesse Diana en
1989.
Un pas supplémentaire est franchi en 1991 avec la création
d'un monorail qui traverse les 110 acres (44,5 hectares)
sur lesquels s'étend le zoo aujourd'hui.

A partir des années 2000, le parc commence à s'organiser
en zones géographiques et les animaux sont présentés dans
de vastes enclos mis en scène. Le parc choisit également
la végétation en fonction des origines des espèces.


Manoir du zoo de Chester
Manoir du zoo de Chester - mai 2012


Monorail surplombant l'enclos des rhinocéros
Monorail surplombant l'enclos des rhinocéros - mai 2012
Autre grand moment au zoo de Chester, l'année 2007 qui est l'an-
née de l'inauguration de l'espace des orang-outans et de la plaine
asiatique. C'est également une année record en terme de fréquen-
tation.

En 2010, Mark Pilgrim est nommé directeur général du parc. Les
évolutions se poursuivent et les projets futurs se dessinent et se
précisent.

Aujourd'hui, le zoo de Chester s'étend toujours sur 110 acres,
mais il dispose encore de près de 100 hectares qui ne sont pas
exploités à l'heure actuelle.
Le visiteur y découvrira environ 10 000 animaux et le parc accueille
chaque année environ 1,4 millions de visiteurs.



Flèche

Visite du parc

En arrivant au zoo de Chester, le visiteur découvre un premier
bâtiment qui abrite les caisses et la boutique du parc. Après
avoir acquis son droit d'entrée, le visiteur franchi le grand por-
tail, pour entrer dans le patio du zoo de Chester.

Un second bâtiment permet de se restaurer. Sur la droite de
la terrasse du restaurant, on découvre le premier enclos du
zoo de Chester.
Cet enclos est délimité par un fossé en eau et une petite rem-
barde. Un sol en herbe et en terre, agrémenté de quelques
racines est le lieu de vie de phacochères (Phacochoerus
africanus).

Le visiteur passe alors la zone de controle des tickets pour
entrer à proprement parler dans le zoo de Chester.


Enclos des phacochères
Enclos des phacochères - mai 2012


Entrée dans la première zone africaine
Entrée dans la première zone africaine - mai 2012
Un peu plus loin sur le sentier, se trouve la première gare du
monorail toujours en fonctionnement aujourd'hui qui traverse
la totalité du parc en 2 étapes.

La visite débute sur la droite. Le sentier longe dans un premier
temps, sur la gauche, une vaste île densément végétalisée et
plantée de grands mâts. Cette île est le lieu de vie d'un groupe
de macaques à queue de lion (Macaca silenus).

La visite se poursuit en direction de la première zone con-
sacrée à l'Afrique et plus précisément au parc de Tsavo, nom
donné à ce secteur. Sur la droite se trouve le complexe d'éle-
vage des rhinocéros noirs (Diceros bicornis). Ces animaux
disposent de 4 enclos visibles du public et de 4 espaces non
visibles.


Ces enclos disposent d'un sol en terre et en herbe, délimités par des
barrières métalliques cachées par des rochers. Des mares de boue,
des rochers et des arbres complètent ces aménagements.

En face du premier enclos des rhinocéros, se trouve une vaste vo-
lière "Tsavo National Bird Safari", au sein de laquelle le visiteur est
invité à entrer.
Cette volière au sol en terre dispose d'un grand bassin, d'un abri
en bois, est plantée de nombreuses plantes rappelant les buissons
de la savane. Quelques termitières artificielles ont également été
érigées au coeur de l'édifice.

Cette volière de contact présente des tisserins gendarmes (Ploceus
cucullatus), des cossyphes à calotte neigeuse (Cossyphus
niveicapilla
), des rolliers à longs brins (Coracias caudata), des
spréos superbes (Lamprotornis superbus), des touracos à huppe
blanche (Tauraco leucolophus), ...



Volière africaine de contact
Volière africaine de contact - mai 2012
Enclos typique pour grues
Enclos typique pour grues - mai 2012
..., des dendrocygnes à dos blanc (Thalassornis
leuconotus
), des sarcelles hottentotes (Anas
hottentota
), des ombrettes africaines (Scopus
umbretta
), des calaos de Van der Decken
(Tockus deckeni), des spréos pourpres
(Lamprotornis purpureus), des vanneaux armés
(Vanellus armatus), des pintades huppées
(Guttera pucherani), des rufipennes morios
(Onychognathus morio).

Le visiteur ressort alors de la volière de contact
pour longer un vaste enclos en herbe, organisé
autour d'un bassin, rappelant cette fois les
savanes humides. Cette installation naturelle
est agrémentée d'un bassin entouré de joncs, de
quelques buissons, d'arbres morts et de rochers.
Un couple de grues caronculées (Bugeranus
caronculatus
) y est présenté.



Flèche

Dans le prolongement de l'enclos des grues se trouve un
second enclos, plus petit en taille, ombragé par de
grands saules pleureurs.
Cet enclos au sol en herbe, accueille un couple de grues
couronnées royales (Balearica regulorum gibbericeps).

En face de l'enclos des grues caronculées, et à l'extrémité
du premier paddock des rhinocéros, le visiteur tourne sur
la droite pour pénétrer pleinement dans la réserve des
rhinocéros.
Le sentier marque la limite entre 3 enclos consacrés aux
rhinocéros noirs.

Après avoir contourné l'enclos central, le visiteur longe
la frontière du zoo et découvre, sur la gauche, une maison
dont l'intérieur est visible à travers des baies vitrées.



Enclos des rhinocéros noirs
Enclos des rhinocéros noirs - mai 2012

Enclos des suricates
Enclos des suricates - mai 2012
L'intérieur est aménagé de sable et de quelques rochers. Ce
bâtiment est relié à un enclos extérieur en sable, agrémenté
de branches mortes et de termitières artificielles. Cette instal-
lation accueille une cohabitation originale entre des suricates
(Suricata suricata) et des porcs épics du Cap (Hystrix
africaeaustralis
).

Le visiteur poursuit sa visite, toujours en contournant l'enclos
central des rhinocéros et en découvrant le quatrième et der-
nier enclos consacré à cette espèce.
Ces deux derniers animaux disposent d'un vaste parc en
herbe et en sable.

Ce dernier enclos est relié à une grande case au sein de la-
quelle le visiteur est invité à entrer pour découvrir deux loges
intérieures des rhinocéros. De grande taille, chaque loge
est délimitée par des rondins et par des aires paillées.


Enclos et bâtiment des rhinocéros
Enclos et bâtiment des rhinocéros - mai 2012
Loge typique pour rhinocéros
Loge typique pour rhinocéros - mai 2012


A l'avant du bâtiment des rhinocéros, une petite zone a été
aménagée de sorte à recréer un camp de rangers.

Le visiteur poursuit sa visite le long de l'enclos des grues
de Paradis et de celui des rhinocéros avant d'accéder à la
seconde zone africaine du zoo de Chester, "Mkomazi
National Park".

L'entrée dans cette zone est marquée par de gros rochers
et une barrière. En pénétrant dans Mkomazi, le visiteur se
retrouve dans un décor rappelant les montagnes rocail-
leuses.

Sur la droite du sentier, délimité par des faux rochers
entrecoupés de vitres, deux enclos en sable ont été
créés.


Camp des rangers
Camp des rangers  - mai 2012
Entrée de Mkomazi
Entrée de Mkomazi - mai 2012



Ces enclos sont agrémentés de touffes de graminées et
de quelques rochers. Ils sont occupés par une meute de
lycaons (Lycaon pictus).

Un peu plus loin, sur la gauche, un enclos extérieur re-
couvert d'un filet est relié à une loge intérieure. L'en-
semble dispose d'un sol en sable, est escarpé et planté
de quelques buissons.
Des damans des rochers (Procavia capensis) y évoluent.

Le visiteur continu dans Mkomazi tout en contournant
l'installation des lycaons. Le sentier traverse un bara-
quement représentant un campement scientifique qui
permet également de découvrir les loges intérieures des
canidés.


Enclos des lycons
Enclos des lycons - mai 2012
Loge intérieure des damans des rochers
Loge intérieure des damans des rochers - mai 2012



Flèche

Le visiteur découvre sur la gauche, en face des lycaons, une
vaste prairie, légèrement vallonée et surplombée par le mono-
rail, qui est occupée par un groupe d'hippotragues roannes
(Hippotragus equinus).

Après avoir traversé un pont , on peut observer, sur la droite, le
dernier enclos conçu dans le style des installations de la partie
Mkomazi. Cette dernière structure se compose d'un sol en sab-
le , de branches mortes et de rochers. Un couple d'oryctéropes
(Orycteropus afer) y évolue.

Le visiteur quitte alors le "Mkomazi National Park" pour s'en-
voler vers la savane herbacée. Le premier enclos de ce secteur,
déja observé précédemment, est consacré aux hippotragues.



Enclos des oryctéropes
Enclos des oryctéropes - mai 2012


Enclos des guibs d'eau
Plaine des guibs d'eau - juin 2019
Sur la droite de l'allée, se trouve une grande plaine
en herbe, au centre de laquelle ont été entreposées
quelques branches. Cette prairie accueille un groupe
reproducteur de guibs d'eau (Tragelaphus spekii
gratus
).

A l'extrémité de l'enclos des guibs d'eau, s'étend
une seconde prairie au coeur de laquelle de nom-
breux abres ont été plantés pour former à terme une
véritable forêt. Cet espace est consacré à des bon-
gos (Tragelaphus eurycerus).

Séparant les enclos de ces antilopes, se trouve un
ponton que nous allons emprunter pour gagner la
grande nouveauté du zoo de Chester, "Islands"
Cette zone inaugurée en 2015 est consacrée aux
îles en danger du Sud Est Asiatique.





Après avoir franchi la passerelle séparant les plaines
des antilopes, le visiteur se trouve plongé dans la
végétation luxuriante et découvre la première zone de
ce vaste territoire, les plages de corail.

Là, sur la droite, se dressent deux vastes volières,
reliées entre elles par des tunnels grillagés. Ces
volières sont plantées de bambous et agrémentées
de nombreuses branches et autres structures d'es-
calade.  Un grand groupe d'écureuils de Prevost
(Callosciurus prevostii rafflesii) y évolue.

Plus loin, une troisième volière identique en termes
d'aménagements mais légèrement plus petite, est
consacrée à des tupais de Belanger (Tupaia
belangeri).


Volière des écureuils
Volière des écureuils - juin 2019


Ambiance dans la zone Islands
Ambiance dans la zone Islands - juin 2019



La suite de la visite nous conduit à traverser une zone
plantée, jallonée de panneaux pédagogiques présen-
tant les différents projets nature que le parc soutient
ou a mis en place.

Au bout de cette allée, sur la droite, des pirogues typi-
ques de l'île de Sumba, sont présentées sur une plage
de sable blanc, bordée par un fleuve qui traverse l'en-
semble du complexe "Islands". Des balades en bateau
sont également proposées aux visiteurs.

Nous continuons alors notre progression tout en lon-
geant les bras d'eau, pour gagner l'île de Panay aux
Philippines
Ambiance dans Islands
Ambiance dans Islands - juin 2019
Ambiance dans Islands
Ambiance dans Islands - juin 2019



Là, sur la droite de l'allée, se dresse un vaste enclos
au sol recouvert d'écorces. Des murs de faux rochers
délimitent cet espace au sein duquel ont été créés
des bacs de sable et disposés des amas de branches.
Cet espace est occupé par un groupe de sangliers
des Visayas (Sus cebifrons).
Plusieurs points de vision entourent cet enclos et les
animaux peuvent accéder à un second enclos en pas-
sant sous le sentier de visite.

Un autre pont suspendu en bois, nous permet de
traverser la rivière pour gagner la Papouasie et
parcourir un bâtiment en bois qui abrite une loge in-
térieure visible à travers une large vitre.


Enclos des sangliers des Visayas
Enclos des sangliers des Visayas - juin 2019


Loge intérieure des dendrolagues
Loge intérieure des dendrolagues - juin 2019


Cette loge au sol en terre, plantée de quelques bam-
bous et de troncs morts, présente des dendrolagues
de Goodfellow (Dendrolagus goodfellowi) qui co-
habitent avec des padémélons à queue courte
(Thylogale brunii).

Le visiteur ressort alors du bâtiment, pour arriver
sur une place sur la droite de laquelle se dresse
l'enclos extérieur des marsupiaux, densément plan-
té de fougères, bambous et autres feuillus et
parcouru de structures d'escalade en bois.

Dans le prolongement de cet enclos se dresse un
espace séparé du sentier de visite par un large
fossé en eau.




Ce complexe est formé de deux enclos au sol en
écorces, plantés de fougères et autres arbres.

Seul un des enclos est visible du public. Ils
hébergent un couple de casoars à casque
(Casuarius casuarius).

Face aux casoars, plusieurs statuts rappellent
l'Asie du Sud Est.
Le visiteur traverse alors la place pour gagner
l'île de Bali.
Enclos des casoars
Enclos des casoars - juin 2019


Enclos des dendrolagues
Enclos des dendrolagues - juin 2019
Ambiance dans Islands
Ambiance dans Islands - juin 2019





Là, une porte nous permet d'entrer dans une
grande volière de contact, sillonnée par le
sentier de visite. Cette volière est bordée d'un
bâtiment de style balinais, abritant les loges
de nuit des habitants de la volière.

Cette volière est densément plantée, re-
créant un morceau de forêt tropicale et
accueille des étourneaux de Bali (Leucopsar
rotschildii), des paddas de Java (Lonchura
oryzyvora) et des carpophages bicolores
(Ducula bicolor).

Le visiteur ressort alors de la volière
balinaise pour découvrir un kiosque
présentant la campagne Silent Forest.


Volière des étourneaux
Volière des étourneaux - juin 2019


Enclos des bantengs
Enclos des bantengs - juin 2019

La visite d'Islands se poursuit alors sur la gauche,
pour franchir un autre pont dominant le canal de
la promenade en bateau. Ce pont nous mène vers
l'Île de Java avec sur la droite, une terrasse do-
minant un enclos en sable, bordé par la rivière.
Plusieurs bosquets apportent un peu d'ombre au
troupeau de bantengs (Bos javanicus) présenté
à ce niveau.

Notre progression nous conduit ensuite vers
Sumatra, avec des rizières en étage. Cette île
est représentée ici par un enclos de très grande
taille, qui s'étale de part et d'autre du sentier de
visite.



L'allée contourne ce vaste espace à l'herbe
haute, agrémenté de quelques arbres,
souches, rochers et autres troncs. Un couple
de tigres de Sumatra (Panthera tigris
sumatrae) s'ébat sur ce territoire.

Le visiteur franchi alors une grotte au dessus
de laquelle se trouve le passage reliant les
deux parties de l'enclos des félins.

Une fois ressorti de la grotte, le sentier
longe, sur la gauche, un autre enclos en
herbe, de grande taille, planté de nombreux
arbres.


Enclos des tigres
Enclos des tigres - juin 2019


Loge intérieure des tapirs
Loge intérieure des tapirs - juin 2019

Cet espace présente des tapirs malais (Tapirus
indicus).

Face aux tapirs, on retrouve la seconde partie
de l'enclos des tigres, autour de laquelle s'en-
roule le sentier qui débouche devant une gran-
de baie vitrée.

Celle ci s'ouvre sur le bassin des tigres de
Sumatra dans lequel se jette un ruisseau
parcourant l'ensemble de l'enclos.

Face au plan d'eau des tigres, une autre grotte
offre la possibilité aux visiteurs d'admirer les
loges des tapirs et leur bassin intérieur.






Dans le prolongement de la maison des tapirs,
se trouve une porte en bois que le visiteur
peut ouvrir de sorte à entrer dans une volière
de contact densément plantée.

Cette vaste volière est traversée par un torrent.
La végétation luxuriante offre diverses pos-
sibilités d'escalade aux différents oiseaux
présentés ici. On pourra ainsi y admirer des
stournes bronzées (Aplonis panayensis), des
grives de Doherty (Zoothera dohertyi), des
faisans de Salvadori (Lophura inornata), des
éperonniers à queue bronzée (Polyplectron
chalcurum), ...


Volière asiatique
Volière asiatique - juin 2019


Volière des piroles
Volière des piroles - juin 2019


..., des torquéoles de Java (Arborophila javanica),
des colombes turverts (Chalcophaps indica), des
léiothrix à joues argentées (Leiothrix argentauris),
des barbus à collier (Psilopogon pyrolophus), des
merles dayals (Copsychus saularis) ou encore des
irénées des fées (Irena puella).

Au fond de cette volière de contact, sur la droite
de l'allée, se dresse une volière individuelle,
plantée de quelques fougères et protégée du
soleil. Un couple de piroles de Java ou piroles à
queue courte (Cissa thalassina) y est présenté.
Le zoo de Chester a mis en place un programme
de préservation pour cette espèce après avoir
importé 3 couples d'Indonésie. Plusieurs repro-
duction ont été enregistrées au parc.
Volière asiatique
Volière asiatique - juin 2019
Enclos des tigres
Enclos des tigres - juin 2019



Le visiteur quitte alors la volière indonésienne
pour continuer son voyage en Asie du Sud Est.

Là, après avoir traversé une forêt de bambous,
le visiteur entre sous un abri sur la droite du-
quel s'étendent deux enclos extérieurs séparés
l'un de l'autre par une loge intérieure au sol
recouvert d'écorces et agrémentée de nom-
breuses structures d'escalade en bois et en
cordes.

Les deux enclos extérieurs sont pour leur
part également plantés de troncs.


Loge des ours malais
Loge des ours malais - juin 2019


Enclos des ours
Enclos des ours - juin 2019


Ils disposent tous deux d'un sol en herbe, de
rochers et d'un point d'eau. Ce complexe est
consacré à un groupe d'ours malais (Helarctos
malayanus).

Le visiteur quitte alors le complexe des ours,
pour revenir à l'air libre, et découvrir sur la
gauche de l'allée, la partie haute de l'enclos
des tapirs ainsi que le bassin de ces perisso-
dactyles.

Sur la droite se dresse un vaste enclos valloné
relié à une grande serre tropicale.






L'enclos valloné situé sur la droite de l'allée
profite d'un sol en herbe, est planté de
multiples buissons, de rochers, de structures
d'escalade en troncs et en cordes et est relié
à l'imposante serre que nous pouvons ob-
server.
Cet espace est consacré aux orang outans de
Sumatra (Pongo abelli) du zoo.

Cette zone est actuellement fermée au public
suite à l'incendie qui a détruit la "Monsoon
Forest" en décembre 2018.


Enclos des orang outans
Enclos des orang outans - juin 2019


Volière des gibbons
Volière des gibbons - juin 2019

Une palissade en bois interdit l'accès à la grande
serre qui devrait réouvrir courant 2020.

Néanmoins, devant cette serre se dresse une
haute et volumineuse volière, bien végétalisée,
au sein de laquelle s'ébattent des calaos à
casque rouge (Rhabdotorrhinus corrugatus).

Plus loin, après avoir contourné la zone sécurisée,
le visiteur découvre, sur la droite, une autre vaste
volière recouverte d'un filet métallique et en-
tourant un ensemble de pieux reliés par des cor-
des. Cet espace est consacré à des gibbons
de Java (Hylobates moloch).



Face aux gibbons, on retrouve le temple
balinais servant d'abris aux étourneaux
de Rotschild (Leucopsar rotschildi).
Accolée à ce temple, se dresse une vo-
lière de taille moyenne, plantée de bam-
bous et autres figuiers, qui héberge des
loris des dames (Lorius domicella).

L'allée débouche alors sur la place qui
jouxtait l'enclos des casoars. Là, nous
allons emprunter le sentier le plus à
droite de la place, de sorte à longer le
canal des bateaux.


Volière des loris
Volière des loris - juin 2019


Enclos inoccupé
Enclos inoccupé - juin 2019

Sur la droite séparé de l'allée de visite par le
bras d'eau et situé dans le prolongement de
l'installation des gibbons, se trouve un enclos
de grande taille, entouré de hauts murs de
faux rochers. Cet enclos au sol en herbe, est
aménagé de quelques buissons, de pieux
métalliques reliés entre eux par des cordages.
Cet espace pourrait être occupé par un second
groupe d'orangs outans (Pongo sp.).

A proximité de la place se trouve la gare des
bâteaux. Le visiteur pourra profiter d'une ba-
lade pour découvrir les différents enclos de
ce complexe à bord d'une barque.






Nous progressons alors pour gagner l'île de
Sulawesi.
Sur la gauche de l'allée, on distingue l'em-
barcadère, puis, un grand enclos en pente
légère, au sol en herbe, planté de nombreux
arbres et de rochers, au sein duquel vit un
couple d'anoas des plaines (Bubalus
depressicornis) et leur dernier jeune.

Face aux bovidés, se dressent deux îles
séparées par un bras d'eau, mais reliées
entre elles par une corde.
Cet enclos en herbe, dispose des mêmes
aménagements que ceux des orangs outans.


Plaine des anoas
Plaine des anoas - juin 2019


Enclos des macaques
Enclos des macaques - juin 2019

Au sein de ce complexe, vit un groupe reproducteur
de macaques des Célèbes (Macaca nigra).

Plusieurs points de vision, permettent d'admirer
ces primates.

Face au second point d'observation, sur la gauche
du sentier, s'étend une large aire de restauration
de style balinais. Plusieurs plats y sont proposés.

De retour sur l'allée centrale, le visiteur découvre
un enclos en herbe, de grande taille, creusé d'un
bassin.




Plusieurs massifs de bambous et des
rochers complètent les décors de
l'enclos des babiroussas (Babyrousa
celebensis).

Un stand présentant les menaces
pesant sur les oiseaux ainsi qu'une
boutique cloturent la découverte du
complexe Islands.

Le visiteur revient alors dans l'an-
cienne section du zoo.
Enclos des babiroussas
Enclos des babiroussas - juin 2019


Aire de restauration
Aire de restauration - juin 2019
Ambiance dans la zone Islands
Ambiance dans la zone Islands - juin 2019





Le visiteur débouche alors sur un carrefour
au niveau duquel nous allons bifurquer sur
la gauche, de sorte à longer, sur la gauche,
l'enclos des bongos (Tragelaphus eurycerus)
que nous avons déja entrevu.

Sur la droite du chemin, se dresse une
étendue en herbe, agrémentée de quelques
arbres, et consacrée à un troupeau de
zèbres de Grévy (Equus grevyi).

A l'extrémité de l'enclos des bongos, nous
retrouvons un carrefour. En continuant tout
droit, nous retrouvons les sitatungas.


Enclos des bongos
Enclos des bongos - juin 2019


Plaine des hippotragues
Plaine des hippotragues - juin 2019

Sur la gauche, nous revenons vers Islands. Nous
allons alors bifurquer sur la droite, de sorte à
contourner la plaine des zèbres en face de la-
quelle, on retrouve la plaine des antilopes roan-
nes (Hippotragus equinus).

Au bout de l'allée, se dresse un enclos en herbe
que nous avons déja vu plus tôt, occupé par les
grues caronculées (Grus caronculatus).

Dans le prolongement de l'enclos des grues, se
trouve une volière à l'herbe haute recréant une
zone marécageuse, au sein de laquelle évoluent
des grues couronnées noires (Balearica
pavonina pavonina).


Ce sentier longe ensuite, sur la gauche, un petit
enclos en sable et en écorces, représentant les
milieux secs, agrémenté de quelques rochers et
de quelques graminées. Un couple de dik diks de
Kirk (Madoqua kirki) l'occupe.

En face des dik diks se dresse la plus grande
volière de cette partie du parc. Cette vaste vo-
lière représente les milieux humides d'Afrique.
Elle se compose d'un grand bassin central entouré
d'une prairie plantée de joncs, de buissons et de
quelques arbres. Un point d'observation en bois y
a été adjoint.

Cette volière abrite des cigognes noires (Ciconia
nigra
), des touracos de Schallow (Tauraco
schallowi
), des tadornes casarcas (Tadorna
ferruginea
), ...






Enclos des dik-diks
Enclos des dik-diks - juin 2019
Volière des zones humides
Volière des zones humides - mai 2012
 ..., des sarcidiornes (Sarkidiornis melanotos),
des dendrocygnes veufs (Dendrocygna viduata),
des fuligules de Baer (Aythya baeri), des sarcelles
hottentotes (Anas hottentota), des canards à bec
rouge (Anas erythrorhyncha), des sarcelles du Cap
(Anas capensis), des érismatures à tête blanche
(Oxyura leucocephala), et des canards à dos blanc
(Thalassornis leuconotus).

Là, le visiteur débouche sur un carrefour et em-
prunte le sentier de droite, pour revenir au niveau
de la sortie d'Islands et de l'enclos des bongos au
niveau desquels nous allons tourner sur la gauche
de sorte à découvrir un nouveau continent.



Flèche

Ce continent que le visiteur va traverser est con-
sacré à l'Amérique du Sud. L'entrée dans ce
territoire se fait via une porte percée au beau
milieu d'une haie de buissons. La porte est
gardée par 2 statues incas disposées de part et
d'autre de l'entrée.

Un premier enclos situé sur la gauche du sentier
est de grande taille et consiste en une prairie
doublée d'une zone de sable, formant la plaine
sud américaine. Au sein de cet espace cohabitent
des cabiais (Hydrochoerus hydrochaeris) et des
fourmiliers géants (Myrmecophaga tridactyla).

Face à la plaine, se trouve un enclos de grande
taille, divisé en 2, séparé du sentier de visite par
un fossé en eau. De nombreux arbres permettent
de recréer une forêt montagneuse. Les décors
sont complétés par des cascades et des rochers.
Cette installation est le lieu de vie d'un groupe
d'ours à lunettes (Tremarctos ornatus).





Enclos des vigognes
Enclos des cabiais - mai 2012
Plaine des tapirs
Plaine des tapirs - mai 2012
Le visiteur poursuit sa visite en Amérique du Sud
pour découvrir une seconde plaine, traversée par
un petit ruisseau se jetant dans une grande
marre. Cette plaine légèrement vallonnée, est
plantée de nombreux arbres et agrémentée de
rochers et de troncs morts. Des tapirs terrestres
(Tapirus terrestrus) s'ébattent à ce niveau.

En poursuivant sur ce sentier, on peut
observer les loges intérieures des tapirs ainsi
que leur pré-parc en écorces.

Le chemin bifurque alors sur la droite en dire-
ction d'un grand bâtiment, "Fruit Bat Forest"
(La forêt des chauves souris), qui constitue le
noctarium du zoo de Chester.


Une fois entré dans le noctarium, le visiteur se trouve dans un sas.
Sur la gauche, une grotte agrémentée de branchages est occupée
par des tenrecs hérissons (Echinops telfairi).
Sur la droite, un autre petit vivarium comparable en termes
d'aménagements, est le lieu de vie de grands hérissons tenrecs
(Setifer setosus).

Enfin, au coeur de ce sas, on peut encore admirer un aquarium
dans lequel nagent des poissons aveugles (Garra barreimiae).

On entre alors à proprement parler dans la forêt des chauves
souris, une vaste installation plantée de petits arbres et plongée
dans la pénombre.
Deux espèces de chiroptères cohabitent dans cette installation.
On pourra ainsi y découvrir des chauves souris de Seba (Carollia
perspicillata) et des chauves souris de l'île Rodrigues (Pteropus
rodricensis).


Serre des chauves souris
Serre des chauves souris - mai 2012


Enclos des ours à lunette
Enclos des ours à lunette - mai 2012
Enclos des ours à lunette
Enclos des ours à lunette - mai 2012



Flèche

Le visiteur ressort de la forêt des chauves souris pour se diriger
sur le sentier lui faisant face et découvrir une aire de jeux où
les enfants peuvent s'initier à l'accro-branche. Plus loin, le
visiteur pénétre dans le monde des petits singes.

Une première cabane visible à travers 2 baies vitrées, se com-
pose de deux loges. Chacune étant densément végétalisée et la
première étant reliée à une volière extérieure non visible du
public.

Ces deux loges étaient reliées entre elles lors de ma visite et ac-
cueillaient des tamarins empereur (Saguinus imperator) et des
tamarins lions à tête dorée (Leontopithecus chrysomelas).





Loge des tamarins
Loge des tamarins - mai 2012


Enclos extérieur des tamarins
Enclos extérieur des tamarins - mai 2012
Le visiteur contourne les loges des tamarins pour découvrir leur
espace extérieur. Ce dernier consiste en un enclos à ciel ouvert
densément planté offrant à la fois des possibilités d'escalade et
de cachettes.
Le sentier traverse deux enclos de ce type. Celui de gauche
est consacré aux tamarins lions, tandis que celui de droite
présente un groupe de ouistitis pygmés à ventre blanc
(Callithrix pygmaea niveiventris).

En sortant de la forêt des petits singes, le visiteur se trouve
face à un carrefour. Le sentier de gauche nous conduit
vers la zone sud américaine et Islands, celui en face, nous
amène vers les dik diks. Nous allons donc emprunter celui de
droite de sorte à découvrir les loges intérieures densément
végétalisées des oustitis pygmés et à longer, sur la
gauche, la grande volière africaine.


Un long sentier se dessine alors longeant sur toute sa longueur, la
volière mais également un ensemble de 3 îles. Chaque île au sol
en herbe, est densément végétalisée, plantée de buissons et d'ar-
bres.
Des mâts y ont été disséminés et sont reliés par des cordes. La
première île est le lieu de vie de macaques nègres (Macaca
nigra
) - qui retournerons vers Islands une fois les travaux finis -
la seconde île héberge des mandrills (Madrillus sphinx), enfin
la dernière île correspond à celle des macaques à queue de lion
(Macaca silenus) déja observée au début de la visite.

Nous nous retrouvons alors sur la place de l'entrée pour dé-
couvrir, sur la droite l'entrée de la maison des singes.

Sur la gauche se trouve la première grande loge intéieure
de ce bâtiment. Chaque loge bénéficie d'une partie visible
du public et d'une zone en coulisses.



Ile typique pour singes
Ile typique pour singes - juin 2019
Loge intérieure pour singes
Loge intérieure pour singes - mai 2012


Les loges des singes disposent toutes d'un sol recouvert d'écorces,
d'un petit bassin et de nombreuses structures d'escalade en bois et
en cordes. Un groupe d'atèles noirs de Colombie (Ateles
fusciceps robustus) est présenté à ce niveau. Les trois autres
loges de la maison des singes, situées sur la droite, sont consac-
rées aux espèces évoquées précédemment.
La dernière loge est occupée pour sa part par un groupe de
capucins à poitrine jaune (Sapajus xanthosternos).

Le visiteur ressort alors de la maison des singes et découvre sur
la droite, un grand enclos relié à la maison, entouré de fossés en
eau et agrémenté de nombreux buissons et de mâts de corde, qui
permet aux capucins de sortir à l'air libre.
Sur la gauche, se trouve un enclos qui s'étend sur toute la longueur
de l'installation des primates. Cet enclos très naturels est dédié
aux atèles et marque la fin de la maison des singes.


Loge intérieure pour singes
Loge intérieure pour singes - mai 2012
Ile typique pour singes
Ile typique pour singes - mai 2012



Flèche

En face de la maison des singes se trouve la
première plaine asiatique du zoo. Cette grande
installation tout en longueur, peut se diviser
en différentes zones, à savoir une prairie, une
zone en sable dotée d'une marre de boue et
une zone forestière.

Elle accueille une cohabitation entre des
rhinocéros indiens (Rhinoceros bicornis) et des
cerfs de Thamin (Cervus eldii thamin).

Le visiteur longe cette grande plaine ainsi que
l'enclos des atèles puis l'île des macaques,
avant de revenir vers la zone d'accro branches.


Plaine asiatique
Plaine asiatique - mai 2012


Enclos des cerfs
Enclos des cerfs - juin 2019
Face à cette aire, une passerelle nous permet de
poursuivre la visite en traversant les Philippines.
De part et d'autre de la passerelle, se trouve
deux enclos en herbe plantés de nombreux arbres
et consacrés à des cerfs du Prince Alfred (Rusa
alfredi
).

L'enclos secondaire permet de séparer le mâle
du reste de la famille.

La passerelle traverse une route hors du parc,
pour revenir vers un ensemble de trois enclos
qui peuvent être soit reliés entre eux soit séparés.
Ces enclos sont de larges prairies herbacées,
agrémentées de promontoires en sable et rochers.


Un groupe de rares guépards du Soudan (Acinonyx jubatus
soemmeringii) y vit.
La passerelle fait le tour de ce complexe et redescend pour
revenir au niveau du sol vers le troisième enclos des car-
nivores.

A noter qu'à l'arrière de la plaine des guépards se trouve
un enclos en herbe quelque peu végétalisé et occupé par
un babiroussas (Babyrousa celebensis).

Le visiteur longe donc les enclos des guépards pour dé-
couvrir, au bas de la passerelle, sur la droite, une grande
volière, densément végétalisée et tendue d'agrès. Cette
installation est le lieu de vie de varis à ceinture blanche
(Varecia variegata subcincta).
Les loges intérieures des varis sont visibles à travers
des baies vitrées.



Enclos des guépards
Enclos des guépards - mai 2012


Plaine des chameaux
Plaine des chameaux - mai 2012
A l'arrière de la volière des singes coule un des canaux qui
traversent le zoo de Chester.

Une seconde volière, identique en terme d'aménagements,
accueille un groupe de singes hurleurs noirs (Alouatta
caraya).

Sur la gauche, dans le prolongement de l'enclos des gué-
pards a été construite la seconde plaine asiatique. Cette
dernière se compose d'un pré-parc en sable et d'une zone
enherbée, agrémentée de quelques troncs d'arbre et de
rochers.
Cette plaine héberge une cohabitation entre des onagres
(Equus hemionus onager) et des chameaux (Camelus
bactrianus).

Enfin, en arrivant au bout de cette allée, on découvre une
dernière volière tendue d'agrès et fortement végétalisée,
consacrée à des hapalémurs du lac Alaotra (Hapalemur
griseus alaotrensis).


Ile des singes (happalémurs)
Ile des singes (happalémurs) - mai 2012
Volière des singes hurleurs
Volière des singes hurleurs - mai 2012



Flèche


Le visiteur arrive au bout de l'allée et bifurque
sur la droite, pour franchir un pont traversant
le canal qui parcourt le zoo.
Au centre de ce canal se trouvent trois îles
tout en longueur et densément plantées.
Chaque île est accessible aux trois groupes
de singes que le visiteur vient de découvrir.

Au niveau de la place sur laquel on se trouve,
le sens de visite nous amène à longer les îles,
le canal, ainsi que le jardin malgache du zoo
de Chester.


Jardin malgache
Jardin malgache - juin 2019


Terrarium des varans
Terrarium des varans - juin 2019
Sur la gauche du jardin, se dresse un bâtiment
sur lequel a été peint "Dragons in Danger". C'est
au coeur de cet espace que se poursuit la visite.
Une fois entré dans ce dernier, on peut observer
sur la gauche, un vaste vivarium intérieur, plan-
té de palmiers, de rochers, de troncs et autres
bananiers. Cet espace au milieu duquel a été
érigée une cabane en bois présente des varans
de Komodo (Varanus komodensis).

Face aux varans se dresse un autre terrarium,
plus petit que le précédent mais offrant tout de
même un large espace. Ce dernier planté de quel-
ques végétaux héberge des lézards bruns gris
(Oplurus cuvieri) et des tortues à soc (Astrochelys
yniphora).


Le visiteur peut alors observer 2 vitrines, l'une
était en travaux durant ma visite tandis que la
seconde était agrémentée de souches, terres
et mousses et présente des mygales de Mont-
serrat (Cyrtopholis femoralis).

L'incursion dans les îles se poursuit sur la droite,
pour découvrir une vaste salle, traversée par un
sentier en bois, et bordée sur la droite par 3
volières densément végétalisées.

La première volière est occupée par des chevro-
tains de Balabac (Tragulus nigricans), des
orioles de Montserrat (Icterus oberi) et des
gallicolombes de Barlett (Gallicolumba criniger).


Vivarium des mygales
Vivarium des mygales - juin 2019


Ambiance dans la zone des volières
Ambiance dans la zone des volières - juin 2019

La seconde volière, accolée à la précédente
présente des gallicolombes à poitrine d'or
(Gallicolumba rufigula), des ptilopes turgris
(Ptilinopus melanospilus), des ptilopes super-
bes (Ptilinopus superbus), des garrulax
bicolores (Garrulax bicolor) et des éperon-
niers de Napoléon (Polyplectron napolensis).

Enfin, la dernière volière de droite, également
la plus grande et consacrée à des pigeons
nobles (Otidiphaps aurensis), des irénées vier-
ges (Irena puella), des gallicolombes poignar-
dées (Gallicolumba luzonica) et des argus
géants (Argusianus argus).








Le sentier tourne alors pour laisser ap-
paraitre une dernière volière située sur
la gauche, moyennement végétalisée,
elle est occupée par des calaos tarictics
(Penelopides panini panini).

Le visiteur entre alors dans la troisième
et dernière pièce de "Dragons in Danger",
pour y découvrir un vaste vivarium com-
parable à celui des varans de Komodo,
moyennement végétalisé et doté d'une
partie rocheuse.


Exemple de volière
Exemple de volière - juin 2019


Vivarium des grenouilles
Vivarium des grenouilles - juin 2019



Cet espace peut être divisé en 2 et ac-
cueille une cohabitation entre des crabes
des cocotiers (Coenibota clypealus) et
des grenouilles des Antilles
(Leptodactylus fallax).

Le visiteur ressort alors du bâtiment et
revient au niveau de l'île des happa-
lémurs et de l'entrée du monde des
dinosaures située à coté de celle de la
maison des varans.


Ce circuit présente plusieurs automates
très réalistes, installés au milieu d'une
végétation luxuriante faite de massifs de
bambous, de fougères arboricoles et de
rochers.

Au coeur du circuit des dinosaures, on
pourra également observer l'enclos exté-
rieur des varans de Komodo (Varanus
komodoensis
).

En ressortant de l'espace des dinosaures,
le visiteur retrouve le jardin malgache et
bifurque sur la gauche.


Enclos extérieur des varans
Enclos extérieur des varans - juin 2019


Enclos des mangoustes naines
Enclos des mangoustes naines - juin 2019




Là, on peut observer, à l'arrière d'une aire de
restauration, un enclos de forme carré, au sol
en sable, duquel ressortent des bulles de ple-
xiglas que les enfants peuvent rejoindre.

Plusieures plantes, des rochers et des souches
complètent les décors. Une colonie de man-
goustes naines (Helogale parvula) y évolue.

La visite nous amène alors sur la gauche de
cet enclos, vers la nouveauté 2019.
Exemple de dinosaure
Exemple de dinosaure - juin 2019


Exemple de dinosaure
Exemple de dinosaure - juin 2019
Exemple de dinosaure
Exemple de dinosaure - juin 2019
Exemple de dinosaure
Exemple de dinosaure - juin 2019






Ce complexe sur l'ancien espace des tigres et
la volière des vautours, est consacré à l'île de
Madagascar. Une première imposante volière,
au sol en herbe, plantée de palmiers, de hauts
arbres et agrémentée de souches et autres
troncs, est le lieu de vie de fossas
(Cryptoprocta typicus). La hauteur de la volière
est telle que les fossas ont accès aux arbres
implantés en son sein.

Plus loin sur la droite, nous découvrons une
autre volière au volume impressionnant,
doublée d'une loge intérieure visible à travers
des vitres. Plusieurs massifs de bambous y
poussent.


Volière des fossas
Volière des fossas - juin 2019


Volière des lémurs noirs
Volière des lémurs noirs - juin 2019


La partie extérieure représente une forêt sèche
avec ses zones ensablées, ses branches et ses
palmiers. Cette structure est le lieu de vie d'un
couple de lémurs noir (Eulemur macaco) et de
leur dernier jeune.

Face à la volière de ces lémuriens, un second
point d'observation s'ouvre sur l'espace des
fossas. Accolée à cette volière se trouve la
maison des fossas dont l'intérieur est visible à
travers une baie vitrée.

Enfin, au bout de cette allée, une porte nous
invite à entrer dans une vaste volière, la plus
grande de ce complexe pour être en contact
avec les lémuriens.




Dans cette zone très naturelle, dotée de zones
forestières et de zones dégagées, on pourra
voir évoluer des makis cattas (Lemur catta),
des varis roux (Varecia rubra) et des lémurs
couronnés (Eulemur coronatus).

Après avoir parcouru cette volière, le visiteur
ressort de l'espace malgache, repasse devant
la volière des fossas, l'enclos des mangoustes,
et par le jardin de Madagascar pour continuer
sa visite du zoo de Chester.
Intérieur de la volière de contact
Intérieur de la volière de contact - juin 2019


Ambiance dans la zone malgache
Ambiance dans la zone malgache - juin 2019


Intérieur de la volière de contact
Intérieur de la volière de contact - juin 2019
Intérieur de la volière des fossas
Intérieur de la volière des fossas - juin 2019
Loge intérieure typique pour lémur
Loge intérieure typique pour lémur - juin 2019





Enclos des lions
Enclos des lions - juin 2019



Le visiteur peut bifurquer sur la gauche pour
longer les canaux et les îles des hapalémurs.

A ce niveau se dresse un vaste enclos trian-
gulaire alliant une plaine herbeuse et une
forêt relativement dense.
Une famille de lions d'Asie (Panthera leo
persica
) y vit.




A l'arrière de la terrasse se trouve une volière
tunnel, au sol naturel, plantée de quelques
rhododendrons et agrémentée d'une cascade
rocheuse. Cette installation est occupée par
un couple reproducteur de pirolles à bec
rouge (Urocissa erythrorhyncha occipitalis).

A l'arrière de la volière des pirolles se trouve
un enclos en herbe tout en longueur, dont
l'arrière est planté de quelques arbres tandis
qu'une rangée de mâts a été érigée au
premier plan droit de l'enclos.
Un groupe de chien des buissons (Speothos
venaticus
) y est présenté.




Volière des pirolles
Volière des pirolles - mai 2012
Enclos des casoars
Ancien enclos des casoars - mai 2012



En face des chiens des buissons, un second
enclos à l'ombre de grands arbres, dis-ose
d'un sol en terre et en herbe.

Le sens de visite nous conduit à contourner
cet enclos pour nous retrouver à la frontière
du parc, bordée par un double enclos den-
sément végétalisé, rappelant la jungle
tropicale.

Tous ces enclos sont aujourd'hui inoccupés
depuis le transfert de leurs habitants vers la
zone Islands.

Enclos des lions
Enclos des lions - mai 2012
Enclos des servals
Enclos abandonné en 2019 - mai 2012



Flèche

Mitoyen aux anciens enclos des casoars et en
perpendiculaire du sentier se dresse une plaine
plantée de quelques feuillus, de troncs morts,
de fourmilières artificielles et d'une caverne.
Ce complexe très esthétique héberge des pou-
dous (Pudu pudu).

Sur le côté droit de l'enclos des cervidés et acces-
sible à ces derniers, se trouve un vestige des an-
ciennes installations du parc. Une fosse ronde en
herbe, plantée de quelques arbres.

Une seconde entrée a également été ouverte à côté
de l'installation des mangoustes.


Enclos des fourmiliers
Enclos des poudous - mai 2012



Enclos des petits pandas
Enclos des petits pandas - mai 2012
Le visiteur poursuit sa visite en Asie, en se rendant au
coeur du jardin chinois, zone très reposante au fond de
laquelle se trouve une installation délimitée par une cloture
en bambous. De grands arbres, des buissons et un enche-
vêtrement de bois mort composent les aménagements
destinés aux petits pandas (Ailurus fulgens) qui vivent à
ce niveau.

A l'arrière des petits pandas, dans la continuité de la
zone asiatique, se trouve une vaste volière au sol naturel
et creusée d'un bassin, où vivent quelques canards euro-
péens tels : fuligule nyroca (Aythya niroca), nette rousse
(Netta rufina), bernache à cou roux (Branta ruficollis).

Enfin un enclos en forme de "L" planté de nombreux ar-
bres et au sol en herbe est aujourd'hui vide.


Jardin chinois
Jardin chinois - mai 2012
Enclos des anatidés
Enclos des anatidés - juin 2019


Le visiteur bifurque alors sur la droite pour
découvrir le centre d'élevage des perroquets
ouvert par le zoo de Chester en 2005.

Une case percée de deux vitres offre un point
de vision sur une volière plantée de nombreux
bambous et de branchages.
Une seule espèce de perroquets est présen-
tée au public. C'est ainsi qu'un groupe
d'amazones lilacines (Amazona autumnalis
lilacina
) cohabite avec des commandeurs
huppés (Gubernatrix cristata) et des tinamous
huppés (Eudromia elegans).
De nombreux panneaux pédagogiques expli-
quent le travail mené en coulisses et sur le
terrain, pour protéger les perroquets. Les
plans du centre d'élevage sont également
visibles.

Volière des amazones lilacines
Volière des amazones lilacines - mai 2012



Flèche

Le visiteur emprunte alors une allée bordée de
volières toutes accolées les unes aux autres.
Chaque volière dispose d'un sol en herbe, est
plantée de quelques arbres et confières et est
agrémentée de souches d'arbre. Ces volières
sont consacrées à la présentation de rapaces
nocturnes.

La rangée de gauche accueille respectivement
des chouettes à lunettes (Pulsatrix perspicillata)
pour la première, des chouettes leptogrammes
(Strix leptogrammica) pour la seconde, des
chouettes de l'Oural (Strix uralensis) pour la
troisième.


Volière des rapaces
Volière des rapaces - mai 2012


Volière des chouettes leptogrammes
Volière des chouettes leptogrammes - mai 2012

Enfin, la quatrième volière de cette rangée qui
est également la plus grande est consacrée à
des chouettes lapones (Strix nebulosa).

Les volières de droite sont recouvertes d'un filet
et hébergent des chouettes leptogrammes (Strix
leptogrammica
) pour la première alors que des
petits ducs à face blanche (Otus leucotis) occu-
pent la seconde.
L'allée compte deux autres volières, vides lors de
ma visite.

La visite se poursuit alors le long de la frontière
du zoo et des bâtiments administratifs.


Au bout du sentier, nous bifurquons sur la droite,
pour découvrir la nouveauté 2010, qui est également
une grande fierté du zoo de Chester.

Un couple de loutres géantes (Pteronura brasiliensis)
a été accueilli cette année là. Ces animaux disposent
d'un vaste bassin extérieur entouré de plages en
herbe, agrémentées de troncs morts, de joncs et de
saules pleureurs. Quelques lys et des bambous y ont
également été ajoutés.

En face des loutres se trouve un petit jardin reposant,
le jardin des rhododendrons.

En quittant le jardin des rhododendrons, on découvre
la maison des loutres géantes, visible à travers des
baies vitrées.


Loge intérieure des loutres géantes
Loge intérieure des loutres géantes - mai 2012



Enclos des loutres géantes
Enclos des loutres géantes - mai 2012
Cette loge dispose d'un bassin avec vision sous
marine et d'une plage en écorces, agrémentée
de quelques ficus.

Face à la loge de nuit des loutres se dresse l'aqua-
rium du zoo, présentant plusieurs bacs d'eau douce
et d'eau de mer.

Le visiteur ressort de l'aquarium et revient au niveau
de la maison des loutres pour bifurquer sur la droite,
en direction d'un enclos côtier. Cette installation se
compose d'un bassin avec vision sous marine s'ou-
vrant sur une plage de rochers et une petite colline
plantée d'herbes de la pampas. Une colonie de man-
chots de Humboldt (Spheniscus humboldti) s'y ébat.



Flèche


Après avoir contourné l'enclos principal et
l'enclos secondaire des manchots, le
visiteur arrive au niveau d'un virage qui
nous amène sur la droite, afin d'emprunter
un sentier qui longe sur la gauche, un
large enclos organisé autour d'un plan
d'eau ombragé par de grands arbres et
doublé de plages en terre et en herbe. Cet
enclos est consacré à des flamants de
Cuba (Phoenicopterus ruber).

Le plan d'eau possède encore une autre
île bien végétalisée. Les arbres y poussant
sont reliés entre eux par des cordages et
des structures d'escalade en bois.


Enclos des flamants
Enclos des flamants - juin 2019


Ile des lémuriens
Ile des lémuriens - mai 2012


Cette île présente un groupe de lémurs
cattas (Lemur katta).

Le sens de visite nous conduit à longer cette
île en empruntant le sentier situé sur la gauche.
Ce chemin a été tracé au milieu d'une zone den-
sément boisée.
Sur la gauche, en face des lémuriens, on peut ob-
server un enclos en herbe, situé à l'ombre de
grands arbres, relativement nombreux et agré-
menté d'un bassin.
Un troupeau de buffles nains (Syncerus caffer
nanus
) occupe cette installation qui rappelle très
bien leur milieu naturel.


Le sentier bifurque sur la droite, longeant
toujours l'île des lémuriens. Sur la gauche,
on peut observer les pré-parcs des bovidés
accolés à une bâtisse en pierre.
Le visiteur peut entrer dans cette maison
pour y découvrir les boxes intérieurs des
buffles, mais également une grande loge
intérieure au sol en terre, dans laquelle a
été mis un tronc d'arbre.

Un anoa (Bubalus depressicornis) occupe
cette loge. Cet anoa dispose également
d'un vaste enclos extérieur en terre,
agrémenté de troncs d'arbre et de saules.
Quelques rochers agrémentent l'enclos.


Enclos des phacochères
Enclos de l'anoa - mai 2012


Batiment des chimpanzés
Batiment des chimpanzés - juin 2019




A l'extrémité de l'enclos du bovidé, se trouve
un bâtiment de briques rouges au toit en
chaume.

Ce bâtiment circulaire a été baptisé "Chimpanzee
Breeding Center" et, comme son nom l'indique,
abrite les loges intérieures des chimpanzés (Pan
troglodytes
).

Les loges sont visibles à travers des baies vitrées,
relativement anciennes, elles sont agrémentées
de structures d'escalade métalliques et de filets.

Enclos des buffles
Enclos des buffles - mai 2012
Loges intérieures des buffles
Loges intérieures des buffles - mai 2012




En ressortant de la maison des singes, on peut
observer leur île extérieure, de grande taille agré-
mentée de multiples buissons, de mâts et de
cordes.

Le visiteur poursuit sa visite le long d'un sentier
bordé par de nombreuses plantations de bambous
rappelant la jungle.
Loge intérieure des chimpanzés
Loge intérieure des chimpanzés - mai 2012


Les chimpanzés de Chester

- Boris, mâle né en 1966
- Wilson, mâle né au parc en 1968
- Nicky, né en janvier 1969 à Chester
- Friday, mâle né au parc en février 1976
- Dylan mâle dominant né à Chester en 1987
- Eric, mâle né en juin 2003 à Chester
- Carlos, mâle né en mars 2005 au zoo
- Halfpenny, femelle née en mai 1975 au Welsh Montain zoo
- Farthing, née en septembre 1975 au Welsh Montain zoo
- Mandy, femelle née à Chester en septembre 1977
- Kate, née en décembre 1970 au zoo de Chester
- Cleo, femelle née en 1971
- Heidi, née au parc de Chester en juin 1972




- Rosie, née en janvier 1973 à Chester
- Kan Kan, femelle née à Chester en novembre 1983
- Sarah, femelle née à Chester en octobre 1986
- Sally, femelle née à Chester en juin 1988
- Layla, femelle née à Chester en novembre 1990
- Whitney, femelle née à Chester en mai 1993
- Zee Zee, femelle née à Chester en février 1994
- Lizzie, femelle née à Chester en mars 1995
- Chrissie, femelle née à Chester en mars 1996
- Patti, femelle née à Chester en juillet 1997
- Donna, femelle née à Chester en mai 2005
- Tina, femelle née à Chester en février 2009
Ile des chimpanzés
Ile des chimpanzés - mai 2012
Ile des chimpanzés
Ile des chimpanzés - mai 2012



Flèche

Au bout du sentier, sur la droite, se dresse
un bâtiment au toit arrondi, tout en hauteur.
Une passerelle nous permet de gagner l'en-
trée du bâtiment au coeur duquel se pour-
suit la visite.

Après avoir franchi le pas de porte de
"Realm of the red apes", le visiteur se
trouve plongé dans un écrin de verdure rap-
pelant la forêt tropicale.

Un premier couloir nous permet de longer,
sur la droite, une haute volière de faible
largeur mais relativement longue. Plusieurs
ficus ont été plantés au coeur de cet es-
pace dans lequel vivent des petits ducs
de Luçon (Otus megalotis).





Serre des orang outans
Serre des orang outans - mai 2012

Premier enclos extérieur des orang outans - mai 2012


Au bout de cette allée, sur la gauche, percés dans
la paroi rocheuse, se trouvent trois vivariums. Tous
visibles à travers une baie vitrée, ils disposent d'un
sol en terre et sont aménagés de plantes tropicales
et d'écorces. Le premier héberge des varans éme-
raudes (Varanus prasinus), le second accueille des
serpents ratiers à queue rouge (Gonyosoma
oxycephala
) tandis que le dernier est occupé par
des dragons de Bell (Gonocephalus bellii).

Jouxtant les terrariums et installée dans le coin de
la serre, se dresse une seconde volière. Cette
dernière, délimitée par un haut filet, est plantée
de ficus et traversée par de nombreuses lianes.
Une colonie de coryllis à tête bleue (Loriculus
galgulus) s'y ébat.




Le couloir tourne alors à 90°, de sorte à longer,
sur la droite, de larges baies vitrées offrant une
vue plongeante sur les loges intérieures des
orang-outans de Bornéo (Pongo pygmaeus) qui
cohabitent avec des gibbons à mains blanches
(Hylobates lar). Ces loges sont aménagées de
troncs artificielles et de multiples cordes.

Face aux loges des singes, se dressent 3 petits
terrariums garnis de ronces hébergeant respec-
tivement des néphiles dorées (Nephila edulis),
des phasmes géants de Malaisie (Heteropteryx
dilatata) puis des phasmes feuilles géants
(Phyllium giganteum).

A la suite de ces installations, une vitre nous
permet d'admirer le premier enclos extérieur
des grands singes plantés de multiples buis-
sons et tendu de troncs et de branches.






Volière typique de la serre
Volière typique de la serre - mai 2012




Loge intérieure des orang-outans
Loge intérieure des orang-outans - mai 2012
En face des phasmes, un autre vivarium de type
tropical, agrémenté de souches et de plantes,
est consacré à des pythons réticulés (Python
reticulatus
).

On longe ensuite, sur la droite, une série de 3
loges intérieures. Ces dernières, au sol en écor-
ces, sont de grande taille et de hauteur impor-
tante. De faux arbres y ont été construits et de
nombreuses cordes et autres tuyaux tombent
d'un "plafond" grillagé. Ces loges, visibles à
travers des baies vitrées sont consacrées aux
grands singes.

En face des loges des grands singes, une autre
vitre offre une vue plongeante sur le premier
enclos extérieur des orang-outans. Ce dernier
est planté de nombreux mâts et autres buissons
denses.



Flèche

Dans le prolongement de l'installation des
pythons se trouvent 2 autres terrariums com-
parables en termes d'aménagements, oc-
cupés par des serpents des mangroves
(Boiga dendrophila) pour le premier et par
des fers de lance asiatiques (Trimeresurus
albolabris
) pour le second.

Sur la droite, on peut toujours observer les
loges intérieures des grands singes.
Dans le troisième coin de la serre a été con-
struit un autre vivarium agrémenté de nom-
breuses plantes tropicales et au sein duquel
évoluent des dragons d'eau (Physignathus
cocincinus).


Terrariums des insectes
Terrariums des insectes - mai 2012


Terrarium des gonocephales
Terrarium des gonocephales - mai 2012
Le sentier bifurque une dernière fois sur la droite,
pour longer les loges intérieures des orang-outans,
toujours visibles à travers des baies vitrées et sur
la gauche, le second enclos extérieur des grands
singes, comparable au précédent en termes
d'aménagements bien que plus grand.

Au bout de ce couloir, sur la gauche, un petit ter-
rarium est occupé par des néphiles dorées
(Nephila edulis).

Enfin, sur la droite, se trouvent deux derniers
terrariums de grande taille, chacun étant doté
d'un bassin et aménagé de nombreuses racines
et autres souches, ainsi que de quelques plantes.

Le premier est le lieu de vie de varans de Salvador
(Varanus salvadorii), alors que le dernier vivarium
est consacré à des pythons noirs de Bolen (Simalia
boeleni
).


Ambiance dans la serre
Ambiance dans la serre - mai 2012
Enclos extérieur 2 des orang-outans
Enclos extérieur 2 des orang-outans - mai 2012


Enclos extérieur 1 des orang-outans
Enclos extérieur 1 des orang-outans - mai 2012
Enclos extérieur 2 des orang-outans
Enclos extérieur 2 des orang-outans - mai 2012


Avant de quitter la serre des singes roux, le visiteur
dispose d'un dernier point de vue sur un des petits
enclos extérieurs identique à celui décrit à l'entrée
de la serre, occupé par un groupe de gibbons de
Java (Hylobates moloch).

En revenant au niveau du sol, le visiteur retrouve
face à lui, la lagune des flamants rouges
(Phoenicopterus ruber) ainsi que les loges d'hiver
de ces animaux.

Sur la gauche de la passerelle reliée à la serre se
trouve un point de vue sur le second grand enclos
extérieur des orang-outans, a l'extrémité duquel
a été créée une chute d'eau.

La visite se poursuit sur la droite de la passerelle.
Au fond d'un petit jardin, en retrait par rapport au
sentier de visite se trouve un enclos délimité par
des vitres et des bambous.




Lagune des flamants roses
Lagune des flamants roses - mai 2012
Enclos des loutres naines
Enclos des loutres naines - mai 2012
Cette installation est plantée de grands arbres
et bien ombragée. Une cascade y coule et se
jette dans un bassin.
Un espace enherbé complète cet enclos, oc-
cupée par des loutres naines (Amblonyx
cinereus
).

A noter que les babyroussas du parc étaient
présentés en cohabitation avec ces petits
mustélidés.

Le visiteur poursuit sa visite pour revenir au
niveau de l'île des chimpanzés et emprunter
une seconde fois l'allée de bambous longeant
le "Realm of the red apes".



Flèche

En face de la serre se trouve une grande prairie
où les pique-niques sont autorisés. Au milieu
de cette étendue d'herbe ont été construites
plusieurs volières.

Ces 4  volières en structure bois, ont un sol recouvert
d'écorces. De nombreux arbustes et conifères s'y sont
développés depuis ma dernière visite.
A l'arrière de chaque volière se dresse le bâtiment de
nuit des oiseaux.

Des faisans du Vietnam (Lophura hatinhensis)
évoluent aux cotés de garrulax ocellés (Garrulax
ocellatus artemisiae), de merles shamas (Copsychus
malabaricus) et d'irénées des fées (Irena puella)
dans la première volière.



Volière des faisans de Salvatori
Volière des faisans du Vietnam - mai 2012

Volière typique des oiseaux
Volière typique des oiseaux - juin 2019

La seconde volière est consacrée à des lophophores
resplendissants (Lophophorus impeyanus), des gros
becs voisins (Mycerobas affinis) et des léiothrix
jaunes (Leiothrix lutea).

La troisième volière de ce complexe est le lieu
de vie de garrulax à queue rouge (Garrulax
milnei
), de garrulax de l'Omei (Liocichla
omeiensis
) et d'épéronniers de Rotschild
(Polyplectron inopinatum).

Enfin, la quatrième volière accueille des trago-
pans de Cabot (Tragopan caboti), des léiothrix
à joues argentées (Leiothrix argentaurius), des
garrulax du Père Courtois (Garrulax courtoisi)
et des torquéoles de Sonnerat (Arborophila
gingica).





Au bout de la prairie se trouve une des fiertés du
zoo de Chester, une des plus belles installations
pour jaguars au monde "Spirit of the Jaguar".

Avant d'entrer dans la maison des jaguars, le
visiteur découvre sur la gauche, un enclos de
grande taille entièrement en herbe, agrémenté
d'un bassin bordé par quelques grands arbres et
autres souches. Cette installation est la première
structure consacrée au grand fauve à l'hon-
neur, le jaguar (Panthera onca).

Le visiteur entre alors dans la maison des jaguars,
pour plonger dans la jungle sud américaine. Au
centre de la maison, sous le grand dome a été
construit un aquarium rappelant l'Amazone.
Aquarium de la maison des jaguars
Aquarium de la maison des jaguars - juin 2019


Zone des paresseux
Zone des paresseux - juin 2019

Des souches mortes sortent de l'eau pour s'échouer
sur une plage sur laquelle poussent plusieurs es-
sences de ficus.
Des paresseux didactyles (Choloepus didactylus)
occupent la partie aérienne tandis que l'aquarium
est consacré principalement à des cardinalis
(Paracheirodon axelrodi) et à des discus
(Symphysodon aequifasciatus).

Sur la droite de la maison se trouve la première
loge intérieure des fauves. Cette première instal-
lation intérieure est de grande taille, au sol en ter-
re et agrémentée de rochers, de troncs d'arbre, de
plantes grasses et de yukas.



En face de l'aquarium un saloon cow-boy a été
érigé. Le visiteur passe alors dans la seconde
salle de Spirit of the Jaguar, consacrée plus spé-
cifiquement à la jungle dense.
Dans cette partie, l'enclos intérieur des jaguars
est garni d'une grande cascade et une végétation
luxuriante plonge le visiteur dans la forêt équa-
toriale.

Au coeur de cette maison un petit vivarium agré-
menté de souches et de terre est occupé par des
mygales aux genoux roses (Lasiodora
parahybana
).




Première loge des jaguars
Première loge des jaguars - mai 2012


Second enclos extérieur des jaguars
Second enclos extérieur des jaguars - mai 2012




Le visiteur ressort alors de la maison des jaguars
qui, par son organisation présente la diversité
des milieux auxquels ces fauves se sont adaptés.

Sur la gauche de la sortie se trouve le second en-
clos extérieur des félins. Ce dernier en herbe, est
planté de quelques buissons et de grands arbres.
L'installation est légèrement vallonnée et séparée
du sentier de visite par un profond bassin.

Sur la droite de la sortie, s'étend un autre enclos
en herbe, au sein duquel évoluent des agoutis
d'Azara (Dasyprocta azarae).
Décor de la maison des jaguars
Décor de la maison des jaguars - mai 2012
Second enclos intérieur des jaguars
Second enclos intérieur des jaguars - mai 2012



Flèche


Le visiteur longe alors la prairie, pour se diriger vers
la forêt tropicale du parc. Sur la droite, à l'abri dans
une cabane en bois, se trouve une volière dont les
parois représentent une falaise rocheuse. Quelques
bambous et autres branches ont également été mis
en place dans cette volière occupée par un couple
d'aras à gorge bleue (Ara glaucogularis).

En contournant le faux rocs au coeur duquel a été
creusée la volière des aras, le visiteur découvre
une seconde volière du même type, plantée de
nombreux palmiers et autres ficus. Cette seconde
volière héberge des hoccos de Blumenbach (Crax
blumenbachii
).



Volière des aras à gorge bleue
Volière des aras à gorge bleue - mai 2012


Volière en travaux
Volière en travaux - mai 2012


Le visiteur arrive alors sur une place sur la droite de
laquelle se dresse un enclos en réfection qui nous
conduit vers une grande serre devancée par un en-
clos vide lors de ma visite. .

En face de cet espace, une volière de volume impor-
tant est agrémentée de quelques yuccas et présente
un couple de aras hyacinthes (Anodorhynchus
hyacinthus
).

Le visiteur entre alors dans la serre tropicale du zoo
de Chester "Tropical Realm".



Flèche


Une première salle plongée dans l'obscurité est
alors traversée par le sentier de visite. Cette
salle se divise en deux espaces intérieurs agré-
mentés de multiples branches, cordes et autres
troncs. Ces deux espaces peuvent être mis en
communs ou séparés et sont consacrés tous
deux à des ayes-ayes (Daubentonia
madagascariensis) qui cohabitent avec des rats
sauteurs de Madagascar (Hypogeomys
antimena).

Le visiteur entre alors à proprement parler dans
la vaste serre tropicale du zoo de Chester pour
y découvrir plusieurs espèces d'oiseaux et
divers vivariums.
Enclos des ayes ayes
Enclos des ayes ayes - juin 2019


Allée des terrariums
Allée des terrariums - juin 2019

Le premier terrarium fait de faux rochers et de
quelques ficus est consacré à des caméléons
de Parson (Calumma parsonii). A côté des
caméléons, un enclos fortement végétalisé est
occupé par des boas émeraudes (Corallus
caninus
).
Le dernier terrarium situé sur ce mur est con-
sacré à des lézards caïmans (Dracaena
guianensis
).

Le second mur du coin "vivarium" est con-
sacré à trois enclos distincts, tous bien
plantés et agrémentés de mousses et de
lianes.


Le premier d'entre eux voit cohabiter des anoles
bleus (Anolis grahami), des dendrobates du Rio
Maranon (Excidobates mysteriosus) et des
phyllobates terribles (Phyllobates terribilis).

Le second vivarium présente la faune malgache
avec ses grenouilles tomates (Dyscophus
guineti) et ses geckos à queue en feuille
(Uroplatus henkeli).

Un groupe de mantelles dorées (Mantella
aurantiaca) évolue dans le troisième ter-
rarium.


Terrarium typique pour lézards
Terrarium typique pour lézards - mai 2012


Allée des terrariums
Allée des terrariums - juin 2019

Le troisième mur de cette série de vivariums,
compte deux structures comparables aux
précédentes en termes d'aménagements à
savoir disposant toutes deux d'une végé-
tation luxuriante.

Des lézards casqués (Laemanctus serratus)
s'ébattent dans cet espace aux cotés de
rainettes kunawalus (Trachycephalus
resinifictrix).

Tandis que le dernier bac accueille des den-
drobates à tapirer (Dendrobates tinctorius)
et des anoles de Leach (Anolis leachi).





En face de ces petits vivariums se trouve un mur
de bois, au coeur duquel ont été intégrés 3 viva-
riums.

Le premier bac totalement en eau est occupé par
des cécilies du Rio Cauca (Typhlonectes natans).

Les deux autres bacs recrééent une frorêt tropi-
cale densément plantée et aménagée de souches.
Des dendrobates dorées (Dendrobates auratus)
vivent avec des grenouilles arboricoles couron-
nées (Anotheca spinosa) dans le premier bac.

Le dernier terrarium est pour sa part consacré à
des rainettes de Trinidad (Phyllomedusa
trinitatis).







Terrarium pour dendrobates
Terrarium pour dendrobates - juin 2019
Enclos des tortues
Enclos des tortues - juin 2019

Le visiteur continue alors sa progression dans la serre
pour longer, sur la droite, un enclos en terre, ombragé
par de hauts arbres, occupé par des chevrotains de
Balabac (Tragulus nigricans).

Le sentier avance dans la végétation pour retrouver,
sur la droite, un enclos en terre dans lequel poussent
quelques palmiers et des ficus. Cet enclos est occupé
par des tortues rayonnées (Geochelone radiata).

A côté de ces reptiles de Madagascar, se trouve un
second enclos du même type, bien que plus grand en
terme de taille, qui est le lieu de présentation de tor-
tues asiatiques géantes des marais (Heosemys
grandis
) et de tortues forestières d'Asie (Manouria
emys
).


En face des tortues, se trouve un vaste terrarium au sol en
terre, visible à travers des baies vitrées, terrarium planté
de quelques arbres tropicaux et agrémenté de rochers et
de branches. Cette installation est le lieu de vie de
sphénodons ponctués ou tuataras (Sphenodon punctatus),
une espèce qui n'est visible qu'à Chester et Berlin en
Europe.

Au fond de cette allée, un vivarium densément végétalisé
héberge des serpents ratiers de Moellendorf (Orthriophis
moellendorffi
).

Le visiteur se dirige alors vers la partie gauche de la
serre, en passant devant une haute cascade.
Sur la gauche se dressent 2 volières de grande taille. Ces
volières, consacrées à deux espèces de calaos, sont bien
plantées et dotées de troncs d'arbre destinés à la nidifi-
cation.


Terrarium des sphénodons
Terrarium des sphénodons - mai 2012


Volière des calaos bicornes
Volière des calaos bicornes - mai 2012
La première volière est consacrée à un couple de calaos
bicornes (Buceros bicornis), tandis que des calaos
rhinocéros (Buceros rhinoceros) vivent dans la seconde
installation.

Le long du troisième mur de la serre, on peut observer
une longue rangée de plusieurs volières. L'ensemble de
ces enclos dispose d'un fond de faux rochers et sont
plantés de quelques palmiers et cocotiers.

Des pigeons roses de Maurice (Nesoenas mayeri) vivent
dans la première volière. La seconde installation de
cette rangée est occupée par des calaos à casque rouge
(Rhabdotorrhinus corrugatus).
Des calaos tarictics des Visayas (Penelopides panini
panini
) occupent respectivement l'avant dernière et la
dernière volière.





Deux terrariums complètent la collection présentée au
premier niveau et ont été érigés sur le quatrième mur
de la serre. Le premier enclos dispose d'un grand bas-
sin avec vision sous marine et est planté de quelques
arbres. Cette installation est le lieu de vie de canards
à ailes blanches (Cairina scutulata).

Le bassin se prolonge dans le second enclos au sein
duquel évoluent des caïmans à lunettes (Caiman
crocodilus
).

En face des volières à calaos et au centre du bâti-
ment se trouve une zone végétalisée, dépourvue
d'enclos, au coeur de laquelle évolue une multitude
d'espèces.


Terrarium des caimans
Terrarium des caimans - mai 2012


Ambiance dans la serre
Ambiance dans la serre - mai 2012


Parmi ces dernières, on pourra observer des
carpophages bicolores (Ducula bicolor), des
pigeons de Nicobar (Caloenas nicobarica), des
gouras Victoria (Goura victoria), des tangaras
du Brésil (Ramphocelus bresilius), des colom-
bines tuverts (Chalcophaps indica), des perdrix
roulrouls (Rollulus roulroul), des bulbuls or-
phées (Pycnonotus jocosus), des stournes bron-
zés (Aplonis panayensis), des étourneaux
émeraudes (Lamprocolius iris), des caurales
soleils (Eurypyga helias), des spréos royaux
(Cosmopsarus regius), des pigeons nobles
(Otidiphaps aruensis), ...


... , des garrulax du Père Courtois (Dryonastes
courtoisi
), des paddas (Padda oryzivora), des
tisserins à cou noir (Ploceus nigricollis), des
léiothrix jaunes (Leiothrix lutea), des touracos
violets (Musophaga violacea), des grives à
tête orange (Zoothera citrina cyanota), des
foudis de Madagascar (Foudia
madagascariensis
), des zostérops du
Kilimandjaro (Zosterops poliogastrus), des
paroares dominicains (Paroaria dominicana),
des gallicolombes de Barlett (Gallicolumba
criniger
), des éperonniers de Napoléon
(Polyplectron napoleonis), et des irénées
des fées (Irena puella).

A côté des panneaux présentant les espèces
en vol libre, une rampe nous permet d'accéder
au niveau de la canopée de la serre.
Ambiance dans la serre
Ambiance dans la serre - mai 2012



Flèche

L'accès à ce niveau supérieur nous permet de
découvrir la partie haute des volières des calaos
rhinocéros et des calaos bicornes.
Arrivé à l'étage, on trouve une rangée de volières
au sol en terre, agrémentées de branches mortes
et de plantes. La première volière située sur la
droite, est consacrée à des paons du Congo
(Afropavo congensis) qui cohabitent avec des
cossyphes à calottes neigeuses (Cossypha
niveicapilla
), des colious huppés (Urocolius
macrourus
) et des touracos à huppe blanche
(Tauraco leucolophus).
Cette volière est séparée des autres par un
couloir de service

La volière suivante héberge des minos de Dumont
(Mino dumontii).


Volière typique des oiseaux à l'étage
Volière typique des oiseaux à l'étage - mai 2012
Allée de volières
Allée de volières - mai 2012
La seconde volière de ce grand couloir présente
des gallicolombes poignardées (Gallicolumba
luzinoca
), des merles shamas (Copsychus
malabaricus), une femelle tangara à croupion
rouge (Ramphocelus passerinii), des ptilopes
superbes (Ptilinopus superbus), des roulrouls
couronnées (Rollulus roulroul), des gallicolom-
bes à poitrine d'or (Gallicolumba rufigula) et
des grives de Doherty (Geokichla dohertyi).

Un couple d'araçaris verts (Pteroglossus viridis)
s'ébat dans la volière qui suit.

La troisième volière de cette allée voit évoluer
des callistes à cou bleu (Tangara cyanicollis)
des tangaras du Brésil (Ramphocelus bresilius)
et de rares trogons à collier (Trogon collaris).


Tangara
Tangara à croupion rouge - juin 2019
Trogon à collier
Trogon à collier - juin 2019


Enfin, au bout de l'allée se dresse une dernière
volière de petite taille, qui présente des tour-
terelles de Socorro (Zenaida graysoni).

Le visiteur revient sur ses pas pour redescendre
au premier étage et regagner l'enclos des tor-
tues et des sphénodons, pour ensuite quitter la
serre tropicale.

Sur la droite de la sortie de la serre se dresse
une volière extérieure densément végétalisée,
agrémentée de fougères et occupée par des
garrulax bicolores (Garrulax bicolor).

Le sentier bifurque alors sur la droite.
Volière extérieure des garrulax
Volière extérieure des garrulax - mai 2012


Ambiance dans la zone de vol libre
Ambiance dans la zone de vol libre - mai 2012
Ambiance dans la zone de vol libre
Ambiance dans la zone de vol libre - mai 2012



Flèche

Sur la droite de ce chemin se trouve un enclos qui s'étend
sur une bonne longueur. Cette installation dispose d'un
sol en sable et d'une marre de boue et est agrémentée de
quelques arbres et arbustes, tous protégés des assauts
de la famille de potamochères (Potamochoerus porcus) qui
est présentée à ce niveau.

En face de l'enclos des potamochères se trouve un enclos
à l'herbe haute et densément végétalisée rappelant les
forêts tropicales. Cet enclos est occupé par un couple
d'okapis (Okapia johnstoni). Ces girafidés cohabitent avec
des céphalophes du Natal (Cephalophus natalensis).


Enclos des potamochères
Enclos des potamochères - mai 2012



Loges des girafes
Loges des girafes - mai 2012
Le visiteur contourne l'enclos des okapis, pour bifurquer
sur la droite et longer sur la gauche, l'enclos des phaco-
chères que l'on a déja pu voir à partir d'un autre point de
vue.
Sur la droite, on retrouve l'enclos des okapis et on en
découvre un second. Les deux parcs sont séparés par
une palissade de rondins.

Le sentier passe alors devant un bâtiment en pierre ac-
colé à une vaste plaine délimitée sur 3/4 de son péri-
mètre par un des canaux traversant le zoo de Chester.
Cette plaine en sable dispose également d'une prairie
ombragée et de quelques rochers. Cette installation,
située juste en face de l'enclos des buffles nains, est
consacrée à un groupe de girafes de Rotschild
(Giraffa camelopardalis rotschildi).


Enclos des okapis
Enclos des okapis - mai 2012
Plateau des girafes
Plateau des girafes - mai 2012


Le visiteur entre alors dans la bâtisse en pierre
pour y découvrir les loges intérieures des
girafes.

La visite continue dans une seconde pièce. Sur
la droite ont été construites les loges des
okapis (loges sombres au sol en terre). Sur la
gauche, plusieurs terrariums et aquariums ont
été encastrés dans un mur de faux rochers.

Le premier terrarium, est totalement sombre,
agrémenté de branches et de planches.
Des rats de Gambie (Cricetomys gambianus)
y cohabitent avec des graphiures (Graphiurus
murinus
), deux espèces peu courantes en
captivité.


Enclos intérieur des okapis
Enclos intérieur des okapis - mai 2012




Aquarium des dipneustes
Aquarium des dipneustes - mai 2012
Le second terrarium en lumière naturelle est con-
sacré à des souris épineuses du Mont Kulal
(Acomys sp.). Ces petits rongeurs occupent un
terrarium garni de nombreux rochers.

Un aquarium termine cette rangée de petits
animaux. Ce bac représente les lacs africains.
Des characins à longue nageoire (Brycinus
longipinnis
) et des dipneustes africaines
(Protopterus annectens) y sont hébergés.

Enfin, sur la droite, mitoyen aux loges des
okapis se trouve un dernier vivarium au sol en
terre, agrémenté de plantes rampantes aux
feuilles larges. Des scinques à flancs rouges
(Lepidothyris fernandi) vivent à ce niveau.

Le visiteur ressort alors de la maison des
girafes pour se retrouver au niveau de la sor-
tie de la serre et de la volière des faisans de
Salvadori.



Flèche

Le sentier bifurque sur la gauche pour traverser un petit pont
surplombant un canal.

Après avoir franchi le pont, deux options s'offrent à nous.
Soit poursuivre la visite sur notre droite pour retourner au
niveau de la maison des jaguars, soit bifurquer sur la gauche
pour longer le canal et la plaine des girafes.

Au bout de quelques centaines de mettre, le sentier entre
dans un jardin anglais, qui débouche sur une serre à l'inté-
rieur de laquelle se poursuit la visite.
La serre, tout comme le jardin qui la précède, sont agré-
mentés de nombreux panneaux pédagogiques concernant
les papillons.


Allée des papillons
Allée des papillons - mai 2012


Ambiance dans la serre des papillons
Ambiance dans la serre des papillons - mai 2012



La serre est densément végétalisée, traversée par un petit
ruisseau et par un sentier en bois. Les différentes espèces
de papillons qui y vivent sont :

- Morpho bleu (Morpho peleides);
- Papillon à ailes de verres (Greta oto);
- Voilier échiquier (Papilio demoleus);
- Papillon postier (Heliconius melpomene);
- Papillon à ailes rouges (Cethosia biblis);
- Voilier vert (Graphium agamemnon);
- Monarque (Danaus plexippus);
- Papillon oeil du tigre (Heliconius ismenius);
- Grand planeur (Idea leuconoe)


- Papillon feuille (Kallima paralekta);
- Papillon clipper (Parthenos sylvia);
- Machaon émeraude (Papilio palinurus);
- Grande piéride disparate (Hebomoia glaucippe);
- Papillon chouette (Caligo memnon);
- Mormon de Scarlet (Papilio rumanzovia);
- Voilier faux monarque (Papilio dardanus).

Avant de quitter la serre des papillons, le visiteur peut
observer la nurserie de ces insectes volants.
A côté des nymphes se trouve également une salle
utilisée pour multiplier les végétaux de la serre,
ainsi qu'une volière bien plantée occupée par des
caméléons de Parson (Calumma parsonii).

Le visiteur ressort alors de la serre des papillons et se
dirige sur la droite pour longer une seconde fois la
plaine des girafes.

Ambiance dans la serre des papillons
Ambiance dans la serre des papillons - mai 2012



Flèche

Au bout de l'allée, le visiteur longe une volière
où les cailloux et les plantes forment une
falaise rocheuse. Le reste de la volière est en
herbe et planté de quelques arbustes. Des
rochers et un bassin complètent ces aména-
gements.

Des pigeons bisets (Columba livia) évoluent au
sein de cette volière aux côtés d'ibis chauves
(Geronticus eremita), de sarcelles marbrées
(Marmaronetta angustirosrtis), de fuligules
nyrocas (Aythya nyroca), de vautours moines
(Aegypius monachus), de pies à calottes
noires (Cyanopica cyanus) et de cigognes
noires (Ciconia nigra).

A l'extrémité de la volière, le sentier bifurque
sur la droite, pour emprunter un pont sillonnant
entre d'une part la volière des vautours (sur la
droite) et la plaine des chameaux (sur la gauche).




Ambiance de la zone des Andes
Ambiance de la zone des Andes - mai 2012
Enclos extérieur des éléphants
Enclos extérieur des éléphants - mai 2012


Après avoir traversé ce pont, on peut à nouveau obser-
ver, sur la gauche, la plaine des rhinocéros indiens et sur
la droite, un vaste enclos en sable, disposant d'un bassin.
Plusieurs terrasses permettent de réduire les pentes du
terrain.

Au fond de l'enclos, se trouve un pré-parc permettant
d'isoler un individu ou un mâle reproducteur. Cette
vaste installation est le lieu de vie d'un groupe reproduc-
teur d'éléphants d'Asie (Elephas maximus).

Le visiteur va longer cet enclos jusqu'à revenir au niveau
du point de contrôle des billets d'entrée et de quitter le
parc.
Volière des vautours
Volière des vautours - mai 2012
Enclos extérieur des éléphants
Enclos extérieur des éléphants - mai 2012


Avant de franchir le portail et les caisses du zoo, un sentier situé
sur la droite nous permet d'avoir différents points de vue sur l'en-
clos extérieur des éléphants. Au bout du sentier, se trouve une
forêt de bambous que l'on peut traverser.

Sur la droite, au milieu de massifs de bambous, se dresse une
première volière agrémentée de nombreuses branches et de
troncs, au sein de laquelle évolue un groupe d'écureuils de
Swinhoe (Tamiops swinhoe).

Plus loin, se trouve une seconde volière densément
végétalisée en réfection lors de ma visite.

A l'extrémité de la volière, le visiteur entre dans un grand
bâtiment pour découvrir les loges intérieures des éléphants.
Ces dernières disposent d'un sol en sable et sont délimitées par
des barrières rappelant les fausses lianes.
Au fond du bâtiment, une grande volière plantée de nombreux
ficus et agrémentée de troncs morts, est le lieu d'évolution d'un
couple de calaos à casque rouge (Rhabdotorrhinus corrugatus).



Volière des piroles
Volière des piroles - mai 2012



Loge intérieure des éléphants
Loge intérieure des éléphants - mai 2012


Le visiteur se dirige sur la gauche pour longer
une partie des loges des éléphants. Entre
deux loges, encastré dans un faux rocher se
trouve un vivarium au sein duquel poussent de
nombreuses plantes rampantes. Ce terrarium
est occupé par des rats des nuages (Phloeomys
pallidus
) et par des tupais de Belanger (Tupaia
belangeri
).

Le visiteur se dirige vers la sortie sur la gauche
de laquelle se trouve un aquarium de grande
taille, lieu de cohabitation entre des botias
clowns (Botia macracantha), des barbus de
Jullien (Probarbus jullieni) et des barbus crayons
(Puntius denisonii).




Loge intérieure des éléphants
Loge intérieure des éléphants - mai 2012
Ambiance dans la serre des éléphants
Ambiance dans la serre des éléphants - mai 2012


Volière des calaos
Volière des calaos - mai 2012
Aquarium des barbus
Aquarium des barbus - mai 2012


Le visiteur rejoint alors la boutique du parc qui marque également la fin de la visite du zoo de Chester.



Flèche

En conclusion, le zoo de Chester fait partie des plus grands parcs
du Royaume Uni et mérite sa place dans le peloton de tête des
zoos européens.
Les installations sont de grande taille et souvent intégrées à un
décor sobre qui plonge le visiteur dans le pays d'origine des
animaux.

La visite en monorail (payant), offre un point de vue original sur
certains enclos du zoo.
Les espèces présentées à Chester sont très diverses et cer-
taines d'entre elles sont très peu courantes en captivité.
Le parc mène également de nombreux programmes in situ, qui
sont mis à l'honneur et détaillés à côté des divers enclos.


Le zoo de Chester est un parc à conseiller. Une visite d'au
minimum 8 heures est à prévoir.
Amazones lilacines
Amazones lilacines - mai 2012


Copyright ©  -  2007-2019  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés