Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Howletts Wildanimal Park


Howletts Wild Animal Trust
Nr Hythe
CT21 4PD
Royaume Uni

Tel : +44 (0)84 48 42 46 47
Fax : +44 (0)13 03 26 49 44

www.aspinallfoundation.org



Logo Howletts

Ma visite : le 26 mai 2012
Mise en ligne : 08 octobre 2012





Tigre du Bengale
Tigre du Bengale - mai 2012
Horaires d'ouverture 2012
Tarifs d'entée 2012
Historique du parc
Les canidés et les grands herbivores
Les félins et les gibbons
Les lémuriens, potamochères et herbivores
La forêt des singes et des panthères 1/2
La forêt des singes et des panthères 2/2
La place des singes, des lynx et les gorilles
Les singes asiatiques, les tapirs et les koudous
La plaine sud américaine, les dholes et les gorilles
Conclusion



Flèche

Horaires d'ouverture 2012 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)







Avril à Octobre : 9h30 à 18h00 (dernière entrée à 16h30)
Novembre à mars : 9h30 à 17h00 (dernière entrée à 15h00)
Elephant africain
Elephant africain - mai 2012



Flèche

Tarifs d'entrée 2012 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Macaque de Heck
Macaque de Heck - mai 2012

Tarifs individuels

     Adulte (à partir de 16 ans) : 19,95 £ (25,16 €)
     Enfant (3 à 15 ans ) :           17,95 £ (22,64 €)

Carte Annuelle
     Adulte (à partir de 16 ans) : 23,95 £ (30,20 €)
     Enfant (3 à 15 ans ) :           18,95 £ (23,90 €)
  
Carte annuelle Port Lympne + Howletts
     Adulte (à partir de 16 ans) : 39,95 £ (50,38 €)
     Enfant (3 à 15 ans ) :           29,95 £ (37,77 €)



Flèche

Présentation du parc



La propriété de Howletts constitue la première parcelle
acquise par John Aspinall en 1957. Cette acquisition a
été faite dans le but de reloger la famille Aspinal ainsi
que les groupes de capucins, de tigres et les 2 ours de
l'Himalaya que possédait M Aspinall.

Au fil des années, après avoir rénové le manoir de la
propriété et développé la collection animalière, le parc
pu ouvrir au public en 1975.

Suite aux nombreux succès d'élevage et de reproduction,
le parc de Howletts devint rapidement trop petit et dès
1973, le propriétaire décida d'acheter celui de Port Lympne.

Depuis cette date, les espèces sont échangées entre les
deux parcs de la famille.
Semnopithèque de Sumatra
Semnopithèque de Sumatra - mai 2012



Flèche

Visite du parc


Arrivé sur le parking du parc de Howletts, le visiteur se
dirige vers un bâtiment en bois où il pourra acquérir son
droit d’entrée. Outre les caisses du zoo, ce chalet abrite
la boutique du parc mais également, chose peu courante,
un magasin de vente directe de produits fermiers. L’en-
semble des produits proposés ici sont élaborés sur les
terres de la famille Aspinall.

Une fois entré dans le parc à proprement parler, le vi-
siteur bifurque directement  sur la gauche, de sorte à
longer, sur la gauche, un vaste enclos en herbe, agré-
menté de bosquets et de nombreux buissons. Quelques
rochers et structures en bois complètent ces aména-
gements.

 

Entrée et magasin de la ferme
Entrée et magasin de la ferme - mai 2012



Enclos des dholes
Enclos des dholes - mai 2012
Cette installation délimitée par de hauts grillages recouverts
de plantes grimpantes et percées de rares baies vitrées est
le lieu de vie d’une meute de lycaons (Lycaon pictus).

Dans le prolongement de cette installation se trouve une
seconde espèce de canidés, les dholes (Cuon alpinus).
Ces chiens asiatiques disposent de deux enclos, une plaine
principale en herbe disposant d’une partie dégagée et
d’une zone forestière et d’un enclos de repli non visible du
public, construit sous le couvert d’une forêt de feuillus.

En face des carnivores, derrière une palissade de bois
percée de meurtrières, se trouve une plaine en herbe au
cœur de laquelle ont été plantés plusieurs arbres formant
ainsi une petite clairière. Cette installation est consacrée
à une des plus grandes espèces d’antilopes africaines, le
bongo (Tragelaphus euryceros isaaci).



Un petit groupe reproducteur est hébergé à Howletts et
dispose ici d’une installation au calme. Au bout de l’en-
clos des bongos, le visiteur fait face à de grandes éten-
dues en herbe doublée de marres de boue. On distingue
alors trois espaces entourés d’une clôture faite de bar-
res métalliques.  L’ensemble de ces plaines hébergent le
groupe reproducteur de rhinocéros noirs (Diceros
bicornis michaeli
) d’Howletts. Ces animaux disposent
en plus d’un bâtiment de nuit non visible du public.

Formant un L perpendiculaire aux plaines des rhino-
céros, se trouvent deux vastes enclos enherbés, légè-
rement vallonnés et entouré par de grandes et impo-
santes clôtures en fer. Ces enclos sont consacrés à la
famille d’éléphants africains (Loxodonta africana)
vivant à Howletts.


Plaine des rhinocéros
Plaine des rhinocéros - mai 2012
Volière des colobes
Volière des colobes - mai 2012


Un groupe de quatorze individus dont de nombreux jeunes
s’ébat à ce niveau. Le sentier est interrompu par ces plaines
et le visiteur revient sur ses pas jusqu’à l’entrée et au niveau
de l’enclos des lycaons.

La suite de la visite nous conduit à emprunter l’allée faisant
face à l’entrée et ainsi à contourner l’installation des lycaons,
que l’on laisse sur notre droite.

Sur la gauche, bordant le sentier de visite, se trouve une
volière en bois de grande taille au sein de laquelle ont été
placés  troncs d’arbre et poutre à différentes hauteurs, sui
est le lieu de présentation d’un groupe de colobes guérézas
(Colobus guereza).

Enclos des bongos
Enclos des bongos - mai 2012
Plaine des éléphants
Plaine des éléphants - mai 2012



Flèche

Accolé à la volière, un groupe de géladas
(Theropithecus gelada). disposent également d’un
enclos en herbe, de grande taille, agrémenté de
troncs morts et de rochers. Cet enclos est séparé
du sentier de visite par un ensemble de fils élect-
riques et un fossé sec. Une volière en bois com-
parable à celle des colobes permet d'isoler le
groupe.

Sur la droite, dans le prolongement de l’installation
des lycaons, on découvre une seconde plaine en
herbe au milieu de laquelle a été creusé un bassin
et où une structure d’escalade en bois a été érigée.
En arrière-plan pousse une petite forêt. Des tigres
de Sumatra (Panthera tigris sumatrae) sont
présentés à ce niveau. 



Enclos des géladas
Enclos des géladas - mai 2012

Enclos des lions
Enclos des lions - mai 2012
Enfin, à côté des tigres se trouve un dernier enclos du
même type, qui est consacré à une troisième espèce de
carnivores : le lion (Panthera leo).

A l’extrémité de l’enclos des lions, une impasse située
sur la droite, permet de longer latéralement l’instal-
lation des fauves.

Sur la gauche du sentier principal, en face des lions,
et à côté des géladas se trouve une petite volière den-
sément végétalisée, disposant d'un bassin, est le lieu
de vie de chats pêcheurs (Prionailurus viverrinus).

A côté des félins se trouve un pré-parc de petite taille
accolé à un grand enclos que nous découvrirons ul-
térieurement dans la visite.



Ce pré-parc présente quelques espèces sud-américaines.
De ce côté du sentier se dresse aussi une volière octo-
gonale, densément végétalisée, et relativement haute.
Cette installation, de faible surface au sol est consacrée
à la présentation de gibbons moloch (Hylo
bates moloch).

Le visiteur arrive alors au niveau d’un carrefour qu'il
va traverser pour poursuivre sa visite sur le sentier
principal. Au détour d’un bosquet de grands arbres, lé-
gèrement en retrait du sentier de visite, ont été érigées
deux grandes volières à armature bois. Ces constructions
sont comparables à celles observées à Port Lympne, faites
de troncs d’arbres, et sont relativement anciennes à en juger
par le lychen qui recouvre non seulement les poteaux, mais
également le grillage.


Volière des gibbons
Volière des gibbons - mai 2012
Enclos des panthères nébuleuses
Enclos des panthères nébuleuses - mai 2012

Ces structures sont consacrées à la présentation de
panthères nébuleuses (Neofelis nebulosa). Mitoyenne
aux panthères se trouve une troisième volière bien
plus petite en taille, qui héberge des chats manuls
(Felis
manul pallas).

En face des panthères, se trouve un vaste enclos val-
lonné, en herbe, agrémenté d’un bassin, de nomb-
reuses structures d’escalade en bois, de rochers et
de massifs de buissons. Cette installation est consa-
crée à la présentation de tigres du Bengale
(Panthera tigris tigris), la sous espèce nominale
du tigre très peu courante en captivité en Europe.




Flèche

A l’extrémité de l’enclos des tigres se trouve une
petite place, sur la droite de laquelle a été cons-
truit un bâtiment vitré, agrémenté de cordes et de
branches. Cette bâtisse est reliée à un enclos de
contact au cœur duquel se poursuit la visite. Cet
enclos recrée un morceau de forêt Malgache où
alternent zones en herbe, en sable, petites forêts,
grands arbres isolés ou encore massifs de bam-
bous. A divers endroits, des structures en bran-
ches ont été conçues et plusieurs arbres sont
reliés entre eux par un sentier de cordes. Cet en-
clos de contact accueille des makis varis noir et
blanc (Varecia variegata variegata) et des
lémurs bruns (
Eulemur rubriventer).



Enclos des tigres du Bengale
Enclos des tigres du Bengale - mai 2012


Enclos de contact des lémuriens
Enclos de contact des lémuriens - mai 2012

Le visiteur ressort alors de la forêt malgache, pour longer
sur la gauche, une seconde face de l’enclos des tigres du
Bengale, dans le prolongement duquel se trouve un deuxième
enclos identique en termes de conception et d’amé-
nagement, enclos qui présente une troisième sous espèce
de tigre : le tigre de Sibérie (Panthera tigris altaica).

Au niveau de la jonction entre les enclos des félins, une
bifurcation nous conduit sur la droite, en direction d’une
autre partie du parc. Avant de rejoindre cette seconde
partie, on découvre sur la droite, un enclos en herbe, or-
ganisé autour d’un arbre central à partir duquel se ramifient
plusieurs buissons. Cet enclos est consacré à la présen-
tation de servals (Leptailurus serval).

En face des servals, d’anciennes volières ont été détruites
pour laisser place à un parcours d’acrobranches à des-
tination du jeune public.

                              

Loge des lémuriens
Loge des lémuriens - mai 2012
Enclos des servals
Enclos des servals - mai 2012


Une route piste cyclable sépare les deux zones du parc.
Après avoir traversé le pont surmontant cette voie, le
visiteur arrive au cœur d’une forêt de feuillus poussant
sur un sol rocailleux. De part et d’autre du sentier, se
trouvent deux enclos forestiers occupés par une famille
de potamochères (Potamochoerus porcus). Ces
suidés sont difficilement observables compte tenu de
la végétation mais sont à leur aise dans cette installation.

Le sentier débouche dans la seconde partie du parc
qui s’organise autour d’une plaine en herbe de plusieurs
hectares, entourée d’un grillage à grandes mailles.
Cette vallée héberge plusieurs troupeaux d’herbivores
asiatiques à savoir des cerfs axis (Axis axis), des cerfs
cochons (Cervus porcinus), des nilgauts (Boselaphus
tragocamelus) et des antilopes cervicapres (Antilope
cervicapra
).





Enclos des potamochères
Enclos des potamochères - mai 2012


Pré parc et maison des éléphants
Pré parc et maison des éléphants - mai 2012

Commençons la visite de ce secteur par la droite, en
longeant la plaine asiatique. Sur la droite du sentier se
dresse un long et haut bâtiment qui débouche sur un
pré-parc bétonné, entouré de 3 autres bâtiments.
Ces structures, non visibles du public, abritent les loges
de nuit des éléphants d’Afrique. En poursuivant la visite
et en remontant une petite colline, on longe, toujours sur
la droite, un troisième parc en sable consacré aux élép-
hants. Cet enclos ainsi que le pré-parc sont reliés aux
deux prairies déjà observées à proximité de l’entrée
du zoo et forme le complexe de plusieurs hectares
dédié aux pachydermes.

Le sentier poursuit son ascension et longe, sur la droite,
une volière en bois, bâtie selon le même principe que
la majorité des installations de Port Lympne et de
Howletts, c’est-à-dire, disposant de cordes, de troncs
horizontaux et de plateaux en bois placés à différentes
hauteurs.

      

Plaine des cerfs
Plaine des cerfs - mai 2012
Paddock des éléphants
Paddock des éléphants - mai 2012



Flèche

Un groupe de langurs obscurs (Trachypithecus obscurus)
est présenté à ce niveau. Il est à noter que les parcs de
Howletts et de Port Lympne se sont spécialisés dans
l’élevage des singes folivores asiatiques, c’est pourquoi
nous allons découvrir, au fur et à mesure de l’avancement
de la visite, une impressionnante collection de langurs.

Le sentier s’éloigne légèrement de la vallée des cervidés
et pénètre alors au cœur d’une forêt de conifères, feuillus
et rhododendrons. Cette zone, relativement ancienne,
permet aux visiteurs de sillonner entre une multitude de
volières en bois.

La première installation que nous allons découvrir, au sol
en terre, est comparable à celle des langurs en termes
d’enrichissement. Un groupe reproducteur de macaques
nègres (Macaca
nigra) y évolue.



Volière des macaques
Volière des macaques  - mai 2012
Volière des gibbons
Volière des gibbons - mai 2012
Le sentier longe la volière des macaques et dans le pro-
longement se trouve une seconde volière à l’armature
faite de troncs. Cette dernière volières est tout aussi
large que la précédente, mais s’étend sur une lon-
gueur plus importante. Relativement haute, des cordes
et des tuyaux de pompiers pendent du plafond.

Des structures en bois positionnées à différents étages
complètent les aménagements. Un groupe reproduc-
teur de gibbons moloch (Hylobates moloch) évolue à
ce niveau.

En face des singes asiatiques, intégrée à une haie de
conifères, se trouve une autre volière.


Sa localisation la rende relativement sombre et
le lichen omniprésent sur le grillage laisse croire
que cette installation est à l’abandon. Plantée
de quelques bambous et agrémentée de roc-
hers, d’un bassin et de souches, elle est cepen-
dant occupée par des chats du désert de Lybie
(Felis lybica ornata).

Poursuivons la découverte du parc de Howletts
sur le sentier bordant les installations des gib-
bons. Sur la droite, dans le prolongement des
volières des singes se trouve un enclos fait de
bois, recouvert d’un filet. Agrémenté de bran-
ches et de troncs, il dispose d’un petit bassin
entouré de bambous. Ce sont en fait deux en-
clos côte à côte qui ont été construits à ce
niveau et accueillent tout deux des ocelots
(Leopardus pardalis).





Enclos des chats du désert de Lybie
Enclos des chats du désert de Lybie - mai 2012

Volière des semnopithèques de Java
Volière des semnopithèques de Java - mai 2012
En face de la volière des ocelots, un sentier bi-
furque sur la gauche et nous conduit vers une
petite volière sur laquelle s’est développée la
végétation. Cette volière abandonnée est quasi-
ment détruite. En poursuivant sur ce chemin, le
visiteur revient au niveau de l’enclos des cerfs et
de la volière des langurs obscurs.

La visite se poursuit au cœur de la forêt des
singes, pour découvrir, sur la droite, une volière
octogonale. Placée en retrait du sentier, cette
dernière de taille moyenne, agrémentée d’éta-
gères placées à différentes hauteurs est le lieu
de présentation d’un petit groupe reproducteur
de langurs de rares semnopithèques de Java
(Presbytis comata). Lors de ma visite, un petit
né en mars 2012 était visible.



Flèche

Mitoyen à cette installation se trouve une structure à sin-
ges, tout aussi haute, peu large mais qui s’étend sur une
longueur conséquente. Cette volière héberge des gib-
bons moloch (Hylobates moloch) qui ont à leur dispo-
sition perchoirs, cordes et tuyaux.

Un peu plus loin sur le sentier se trouve une volière de
grande taille, au sein de laquelle poussent quelques
conifères et où ont été disposés des rochers et plu-
sieurs structures d’escalade en bois. Cette installation
doublée d’un pré-parc, est consacrée à la présentation
de panthères des neiges (Uncia uncia).

La présentation des carnivores s’interrompt alors,
pour laisser place à deux volières installées au milieu
d’un jardin engazonné ombragé par de grands arbres.



Enclos des panthères des neiges
Enclos des panthères des neiges  - mai 2012

Volière des semnopithèques de Sumatra
Volière des semnopithèques de Sumatra - mai 2012

La première, octogonale, légèrement en retrait du sentier de
visite, à l’armature métallique est de taille moyenne, reliée à
un bâtiment en bois non visible du public. Des branches et
quelques cordes offrent diverses possibilités d’escalade.
Cette volière est le lieu de vie du seul groupe de semnopit-
hèques de Sumatra (Presbitys melalophos melalophos).
La seconde volière est rectangulaire, peu longue mais
relativement haute. Dépourvue de végétation, elle offre
à ses occupants plusieurs niveaux d’évolution, reliés par des
troncs et des cordes. Un second groupe de semnopithèque
de Sumatra y évolue.

A côté des semnopithèques se trouve deux volières aux
mailles fines, agrémentées de souche et d'un parcours en
troncs placé en hauteur, est le lieu de vie de chats manuls
(Felis manuls pallas).


Des panthères de Chine (Panthera pardus orientalis)
évoluent
dans un enclos recouvert de grillage et agré-
menté de troncs
placés à différentes hauteurs.  En face
des panthères, on distin
gue, à travers une haie de pins, 
un manoir privé ainsi que son jardin, résidence des des-
cendants de la famille Aspinal.

Le sentier est alors stoppé par un vaste enclos forestier,
planté de  nombreux arbres et au sol jonché de feuilles
mortes, dans lequel évolue une meute de loups ibériques
(Canis lupus signatus
).

Mitoyen aux loups qui disposent d’une installation rela-
tivement vaste, se trouve une dernière volière au sol en
terre, au sein de laquelle ont été installés des cordes et
divers agrès en bois.



Enclos des loups
Enclos des loups - mai 2012
Volière typique pour petit félin
Volière typique pour petit félin - mai 2012
Un rare macaque de Heck (Macaca hecki) y est
présenté. Le visiteur ressort alors de la forêt et se
retrouve sur une grande prairie où les enfants
trouveront plusieurs aires de jeux.

La visite se poursuit sur la gauche de cette place
où, derrière une haie de lauriers se trouve une série
de volières. De conception récente, ces instal-
lations sont faites de rondins de bois, agrémentées
de bassins, d'enchevêtrements de branches, de
buissons et de graminées.

La première héberge des chats sauvages de Lybie
(Felis sylvestris lybica) tandis que des ocelots
(Felis pardalis) vivent dans la seconde.



Flèche

Perpendiculaire aux installations des petits chats se
trouve une autre série de trois volières. Ces enclos,
relativement hauts, offrent un volume important aux
espèces qu'ils hébergent. Chaque volière est amé-
nagée de plateformes placées à des hauteurs dif-
férentes et de cordes.

La première accueille des langurs de François
(Trachypithecus fracoisi), la seconde est le lieu
de vie de cercopithèques de Brazza
(Cercopithecus neglectus). Enfin, la dernière
présente des langurs de Java (Trachypithecus
auratus auratus
).

A côté des volières se trouve le restaurant prin-
cipal du parc de Twycross.



Volière des singes langurs
Volière des singes langurs - mai 2012

Installation des ratels
Installation des ratels - mai 2012
La visite se poursuit pour découvrir deux enclos en
herbe, de grande taille. Initialement consacrés à la
présentation de tigres, ces enclos ont aujourd'hui été
réaménagés. De nombreuses structures en bois et
autres buissons y ont été installés. Des lynx euro-
péens (Lynx lynx lynx) vivent à ce niveau.

Le sentier longe l'installation des lynx avant de bifur-
quer sur la droite pour découvrir une petite fosse
en herbe, agrémentée de buissons et de quelques
terriers. De rares ratels (Mellivora capensis)
s'ébattent dans cet enclos.

A côté des ratels, légèrement surélevées par rapport
au sentier de visite, se trouvent quatre volières
typiques des installations des singes (seules 3 sont
visibles du public).


Ces volières en bois tendues de branches et de cordes
hébergent respectivement des gibbons moloch
(Hylobates moloch) pour la première, et des sem-
nopithèques de Java (Presbytis comata) pour la se-
conde.
La troisième volière est le lieu de vie de langurs ob-
scurs (Trachypithecus obscurus). La quatrième, non
visible du public, héberge une autre sous espèce de
 semnopithèques de Sumatra (Presbitys melalophos
nobilis
).

Au bout de l'allée, le sentier bifurque sur la gauche,
pour traverser un jardin d'herbes aromatiques. A l'ex-
trémité du jardin se trouvent deux grands bâtiments
doublés de 2 vastes volières, l'une située sur la gauche
du sentier, l'autre sur la droite.



Volières des semnopithèques
Volières des semnopithèques  - mai 2012

Installation des gorilles
Installation des gorilles - mai 2012
Chaque cage dispose d'un sol en paille, les volières sont
agrémentées de nombreux tuyaux, de structures métal-
liques, de tobogans et d'autres agrès en bois. Chacune
accueille un groupe de 10 à 15 gorilles (Gorilla gorilla
gorilla).
Les bâtiments aménagés de la même façon que les
volières sont visibles à travers des baies vitrées.
Le visiteur longe la seconde volière des gorilles de sorte
à retrouver le jardin des aromates pour revenir vers l'in-
stallation des ratels.

En face du sentier se trouve une vaste plaine en herbe
au milieu de laquelle poussent quelques grands arbres.
Cette plaine, délimitée par plusieurs fils barbelés, est le
lieu de vie de bisons d'Europe (Bison bonasus
bonasus
).


Bâtiment des gorilles
Bâtiment des gorilles - mai 2012
Intérieur de la volière des gorilles
Intérieur de la volière des gorilles - mai 2012


Enclos des bisons
Enclos des bisons - mai 2012
Volière des langurs de François
Volière des langurs de François - mai 2012


Manoir de la famille Aspinall
Manoir de la famille Aspinall - mai 2012
Enclos des lynx
Enclos des lynx - mai 2012



Flèche

La visite continue le long de l'enclos des bisons, pour
repasser devant les volières des langurs et des cer-
copithèques. Un virage à droite permet de contourner
la plaine des bovidés et de découvrir, sur la gauche,
le manoir et le jardin privé de la famille Aspinall.

Au bout de l'allée perpendiculaire au sentier, se situe
un enclos en herbe, au centre duquel se trouve un
complexe de jeux en bois. Un second enclos dispose
d'agrès en bois et en cordes et est planté de
quelques grands arbres. Ces enclos entourés de fils
électriques sont le lieu de vie de langurs de Java
(Trachypithecus auratus). Ces singes bénéficient
également de loges intérieures visibles à travers des
baies vitrées.


Enclos principal des langurs de Java
Enclos principal des langurs de Java - mai 2012
Enclos des macaques à queue de lion
Enclos des macaques à queue de lion - mai 2012
La visite se poursuit alors sur la gauche pour découvrir
un petit cabanon en bois, percé d'une vitre permettant
d'observer les loges intérieures des macaques à queue
de lion (Macaca silenus).

Ces singes ont accès à une prairie agrémentée de st-
ructures d'escalade en bois, de rochers et de quelques
yucas. 

Sur la gauche, on retrouve la vallée des cerfs, en face
de laquelle se dessine un enclos en herbe, ombragé
par quelques arbres et creusé d'un profond bassin.
Des Cabiais (Hydrochaeris hydrochaeris) cohabitent
avec des tapirs terrestres (Tapirus terrestris) dans
cette installation.


Un second enclos du même type, planté de nombreux
massifs de buissons et de troncs d'arbre, était consac-
ré à la présentation de tapirs malais (Tapirus indicus),
espèce qui n'est plus présente à Port Lympne. Les
mammifères sud américains ont hérités de cette ins-
tallation.

Au bout de l'allée, le sentier de visite qui longe tou-
jours la vallée des cerfs sur la gauche, contourne, sur
la droite, une petite prairie, dans laquelle ont été dis-
séminés des arbres. Un groupe de grands koudous
(Tragelaphus strepsiceros) évoluent à ce niveau.

Le visiteur revient alors au niveau du bâtiment des
éléphants pour repasser devant les potamochères et
revenir au niveau de l'enclos des tigres de Sibérie.



Enclos des tapirs
Enclos des tapirs - mai 2012
Enclos des koudous
Enclos des koudous - mai 2012
Enclos des macaques à queue de lion
Enclos des macaques à queue de lion - mai 2012



Flèche

Le sentier borde la partie inférieure de l'installation
des tigres de Sibérie. Sur la gauche, un chemin bi-
furque au coeur d'un bosquet de feuillus. Au bout
de cette allée se trouve une grande volière en bois
qui, comme toutes les autres, est agrémentée de
chemin de poutres, de cordes et de quelques
plateforme placées en hauteur.

Cette volière est reliée à un petit bâtiment recou-
vert de bois, percé d'une vitre, qui abrite les loges
de nuit des semnopithèques de Java (Presbytis
comata
).

Le visiteur revient alors au niveau du sentier prin-
cipal et de l'enclos des tigres, pour continuer
sa visite.



Enclos des semnopithèques
Enclos des semnopithèques - mai 2012

Plaine sud américaine
Plaine sud américaine - mai 2012
Un peu plus loin se trouvent les enclos secondaires des
grands félins. Deux enclos mitoyens aux installations
principales, disposent d'un sol en herbe et d'une zone
densément végétalisée. Ces structures sont consacrées
aux deux sous espèces de tigres vues au début de la
visite.

En face des tigres, se trouve une plaine en herbe, de
forme triangulaire. Cette prairie est agrémentée de
plusieurs petits arbres, de buissons, de rochers, de
niches de bois et d'un bassin entouré d'herbe de la
pampas. Elle compose la plaine sud américaine de
Howletts au coeur de laquelle cohabitent des cabiais
(Hydrochaerus hydrochaeris), des fourmiliers géants
(Myrmecophaga tridactyla) et des pudus (Pudu
pudu).


Trois possibilités s'offrent alors au visiteur : il peut soit
emprunter le sentier sillonnant entre les enclos des
tigres et la plaine sud américaine, pour revenir vers les
lions, soit emprunter un chemin longeant la plaine et l'en-
clos des géladas, soit se diriger sur la droite, pour lais-
ser la plaine sud américaine, longer sur la gauche l'enclos
des géladas et découvrir, sur la droite, un enclos légè-
rement valloné, au sol en terre et en herbe, agrémenté
de nombreux arbres.

Une meute de loups (Canis lupus) y vivait jusqu'à ce
que ces canidés quittent le parc pour laisser leur place à
des dholes (Cuon alpinus), toujours visibles aujourd'hui.

Au bout de cette allée se dresse le second complexe
des gorilles (Gorilla gorilla gorilla).



Enclos des dholes
Enclos des dholes - mai 2012

Enclos des gorilles
Enclos des gorilles - mai 2012
Une première grande cage, comparable à celle déja
observée, se compose d'un sol recouvert d'une
épaisse couche de paille et accueille un troisième
groupe de ces anthropoïdes, comptant environ une
quinzaine d'individus. Divers agrès en cordes, tuyaux,
bois ainsi que des tobogans y ont été installés.

Les singes, disposent de bâtiment non visibles du
public.
Enfin, une seconde cage du même type permet l'ac-
cueil d'un quatrième et dernier groupe de gorilles.

Le visiteur quitte alors le complexe des gorilles, pour
longer l'enclos des gélédas sur la gauche et la fron-
tière du zoo sur la droite, jusqu'à arriver à la boutique
et quitter le parc de Howletts.



Flèche

En conclusion, le parc de Howletts, grand frère de Port
Lympne
est conçu de la même manière. Les enclos sont
pour la plupart de bonne facture, bien que peu propices
aux photos, ils offrent des espaces conséquents à leurs
pensionnaires.

La collection s'approche grandement de celle de Port
Lympne
, témoignant des nombreux échanges réalisés
entre les deux institutions de la Fondation Aspinall.

Le parc de Howletts s'est spécialisé plus spécifiquement
dans la présentation et l'élevage de primates, avec une
impressionnante collection de singes follivores comme
les langurs.

Enfin, on peut noter que le parc gestionnaire de l'EEP
des gorilles héberge la plus grande population captive
européenne.
Semnopithèque de Java
Semnopithèque de Java - mai 2012


Copyright ©  -  2007-2020  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés