Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


ZSL London Zoo


ZSL London Zoo
Regent's Park
NW1 4RY LONDON
Royaume Uni

Tel : +44 (0)20 77 22 33 33
Fax : +44 (0)20 75 86 57 43

www.zsl.org

Logo zoo de Londres


Ma visite : 23 mai 2012
Mise en ligne : 03 septembre 2012








Tarifs d'entrée 2012
Horaires d'ouverture 2012
La Maison tropicale
Le Noctarium
Les chauve souris, les rennes, les makis
L'allée des volières
Into Afrika
Outback Australia et les varans
Le vivarium 1/3
Le vivarium 2/3
Le vivarium 3/3
Gymnogène d'Afrique
Gymnogène d'Afrique - mai 2012




Gorilla Kingdom
Zoo World
La mini ferme
La maison des oiseaux 1/2
La maison des oiseaux 2/2
Le territoire des saimiris et B.U.G.S.
La terrasse des fauves et des singes 1/2
La terrasse 2/2 et les papillons
L'allée des perroquets et Penguin Beach
L'allée des rapaces
Conclusion



Flèche

Tarifs d'entrée 2012 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)

Phacochère
Phacochère - mai 2012

Tarifs d'été:
     Adulte :                    23,00 £ (28,54 €)
     Enfant (+ de 3 ans) : 17,00 £ (21,09 €)
     Tarif réduit :              21,00 £ (26,05 €)

Tarifs d'hiver :
     Adulte :                    21,50 £ (26,69 €)
     Enfant (+ de 3 ans) : 16,00 £ (19,85 €)
     Tarif réduit :              20,00 £ (24,81 €)



Flèche

Horaires d'ouverture 2012 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)








Novembre à mi-février :        10h00 à 16h00
Mi-février à début mars :       10h00 à 16h30
Mars à mi juillet :                   10h00 à 17h30
Mi juillet à début septembre : 10h00 à 18h00
Début septembre à octobre :  10h00 à 17h30
Papillon indien
Papillon indien - mai 2012



Flèche

Présentation du zoo

Après avoir franchi l'entrée du renommé zoo de Londres,
le visiteur découvre la première volière du parc. Cette
dernière, faite de structure en bois, héberge une colonie
de tisserins franciscains (Euplectes franciscanus). Les
oiseaux disposent d'un sol en sable planté de quelques
graminées et de perchoirs en bois.

Il arrive alors au niveau d'une place avant de bifurquer
sur la droite pour traverser un tunnel passant sous la
route principale. A la sortie du tunnel, la visite débute
sur la droite.

Camouflé par la végétation qui y pousse depuis son
abandon, on devine un enclos de petite taille fait de
pierres. Le visiteur découvre alors un bâtiment de pierres
rouges aujourd'hui fermé au public.



Tunnel reliant les deux zones du parc
Tunnel reliant les deux zones du parc - mai 2012

Bâtiment des tamarins fermé au public
Bâtiment des tamarins fermé au public - mai 2012
Ce bâtiment, composé d'une série de loges de petite taille,
agrémentées d'un sol en écorces et de branches est con-
sacré à des petits singes comme les tamarins bicolores
(Saguinus bicolor) qui y vivent toujours.

A côté de cette maison fermée se trouve un second bâti-
ment "Rainforest et Night Life" consacrés à l'Amérique du
Sud.
Dans le sas d'entrée de la serre, on peut observer un viva-
rium planté de végétaux exotiques et au coeur duquel ont
été disposées plusieurs racines ainsi qu'un bassin.
Ce terrarium héberge des pythons réticulés (Python
reticulatus).

Le visiteur bifurque alors sur la gauche pour entrer à pro-
prement parler dans la serre.


Le sentier légèrement en hauteur, permet de contourner un
vaste enclos de contact naturel représentant un bout de
jungle.

Au coeur de cette installation naturelle représentant un mor-
ceau de forêt tropicale densément végétalisée, cohabitent
des caurales soleils (Eurypyga helias), des tamarins lions à
tête dorée (Leontopithecus chrysomelas), des agamis
trompettes (Psophia crepitans crepitans), des paresseux
à deux doigts (Choloepus didactylus), des tamarins em-
pereurs (Saguinus imperator), des titis roux (Callicebus
cupreus), des tamanduas (Tamandua tetradactyla), des
orioles de Montserrat (Icterus oberi), des tatous velus
(Chaetophractus villosus) et des papes dominicains
(Paroaria dominicana).


Zone de contact avec les caurales
Zone de contact avec les caurales - mai 2012
Loges typiques pour les petits singes
Loges typiques pour les petits singes - mai 2012
Sur la longueur de cette zone, se trouvent trois loges inté-
rieures agrémentées de branchages et de cordes, reliées
entre elles et occupées par des ouistitis de Goeldi
(Callimico goeldi).
Au fond du couloir et de la salle se trouvent d'autres loges
vitrées organisées en forme de L et au sein desquelles ont
été disposées branches, cordes et plantes tropicales.
Ces loges sont le lieu de vie de ouistitis de Geoffroy
(Callithrix geoffroyi), de tamarins pinchés (Saguinus
oedipus) et de tamarins lions dorés (Leontopithecus
rosalia).

Sur la droite des loges des petits singes se trouve un
aquarium de grande taille consacré à des piranhas à
ventre rouge (Pygocentrus natteri).


Enfin, un grand vivarium conçu sur le même principe que les
loges des singes, dispose d'un bassin et est occupé par des
iguanes verts (Iguana iguana).

Le long du dernier couloir se trouvent également de petits
terrariums au sol en terre agrémenté d'écorces qui sont le lieu
de présentation d'insectes. Le premier est le lieu de vie de blat-
tes d'Amérique du Sud (Archimandrita tesselata), le
second héberge des mygales géantes mangeuses d'oiseaux
(Lasiodora parahybana).
Des escargots pomme de Floride (Pomacea paludosa)
vivent dans le troisième tandis que le dernier vivarium est
consacré à des phasmes épineux (Eurycantha sp.).

Avant de quitter la serre, on peut observer, à travers une
vitre, un enclos extérieur en sable, planté de nombreuses
graminées et consacré à des mangoustes fauves
(Cynictis penicillata).

Terrarium des pythons
Terrarium des pythons - mai 2012



Flèche

La suite de la visite nous conduit dans les sous sols obscurs
de la serre, en vue de découvrir le nocturama du zoo de
Londres.

Une vitre s'ouvre sur le sol de la forêt tropicale. Sur la
gauche, un premier enclos représentant une rue en travaux
héberge des rats bruns (Rattus norvegicus).

En face des rongeurs se trouve un vivarium consacré à
des scorpions empereurs (Pandinus imperator). Une
lumière bleue met en évidence la carapace de ces insec-
tes. A cté de l'enclos des scorpions, se trouve un terra-
rium fait de galeries, dédale de tuyaux dans lequel évoluent
des rats taupes nus (Heterocephalus glaber).


Terrarium des rats
Terrarium des rats - mai 2012



Vivarium des rats nuages
Vivarium des rats nuages - mai 2012
Sur la gauche, dans le prolongement de l'enclos des rats, se
trouve un second terrarium de grande taille, entremélé de
branches, lieu de vie de rats des nuages à queue touffue
(Crateromys heaneyi), ces rongeurs disposent de plusieurs
enclos.

Le visiteur contourne la tour des rats taupes pour découvrir
un autre enclos agrémenté d'un bassin, dans lequel vivent
des rats d'Australie (Hydromys chrysogaster).

A l'extrémité de l'enclos des rats, une bifurcation conduit le
visiteur dans un cul de sac. Ce couloir longe deux premières
loges densément végétalisées et occupées toutes deux par
des pottos (Perodicticus potto). A côté de cette espèce
peu courante en captivité se trouve un aquarium consacré
des poissons aveugles (Astyanax mexicanus).


Au fond de la salle une grande grotte délimitée par une
baies vitrée, est le lieu de présentation d'une colonie
de chauves souris de Seba (Carollia perspicillata).

Les quatre derniers terrariums qui peuvent être mis
en commum deux par deux, représentent des décors
désertiques faits de sable.
Les deux premiers présentent des loris grêles (Loris
lydekkerianus), tandis que les suivants hébergent
des rats géants de Madagascar (Hypogeomys
antimena
).

Le visiteur ressort alors du noctarium au niveau du
vivarium des pythons.
Vivarium des pottos
Vivarium des pottos - mai 2012



Flèche

Le visiteur contourne le bâtiment "Night Life and Rain
Forest" pour y découvrir, accolées, deux volières ex-
térieures de grande taille et densément végétalisées
chacune étant consacrées aux petits singes à savoir
les tamarins pinchés et les tamarins empereurs déja
observés en intérieur.

A côté des callithricidés, en enclos en sable agrémenté
de termitières, de rochers et de quelques arbustes, est
le lieu de vie de suricates (Suricata suricatta).
Sur la gauche des volières des singes, le visiteur est
invité à entrer dans un bâtiment en demi cercle.
Un couloir sombre longe une baie vitrée de grande
taille délimitant un enclos intérieur garni de quelques
branches.


Enclos des suricates
Enclos des suricates - mai 2012
Volière des makis cattas
Volière des makis cattas - mai 2012
Une colonie de roussettes de l'île Rodrigue (Pteropus
rodricensis) évolue à ce niveau.
Le visiteur ressort de la maison des chauve souris
pour découvrir une volière extérieure en arc de cercle.
Cette volière offrant un imporant volume est agrémen-
tée de nombreux troncs d'arbre et est le lieu de vie de
makis kattas (Lemur catta).

En face des makis kattas se trouve un vaste enclos
entouré d'un muret, au sol en terre, planté d'arbustes
et traversé par un torrent se jettant dans un grand
bassin. Cette installation est le lieu de vie de loutres
naines (Aonyx cinerea). La maison des mustélidés,
composée d'une loge vitrée est également visible.


La suite de la visite nous amène à emprunter un sentier
remontant entre l'enclos des loutres et celui des suricates.
En haut de la butte, se trouve un enclos au sol en écor-
ces planté de nombreux bouleaux et consacré à un trou-
peau de rennes (Rangifer tarandus).

Le visiteur se dirige alors sur la droite pour découvrir le
vaste bâtiment administratif de la ZSL "Zoological
Society of London".

Le sentier que nous avons emprunté jusqu'à maintenant
longe du Regent's Canal aux bords de laquelle se trouve
une zone naturelle. Le visiteur traverse alors ce bras
d'eau.
Enclos des loutres
Enclos des loutres - mai 2012


Volière des chauves souris
Volière des chauves souris - mai 2012
Plaine des rennes
Plaine des rennes - mai 2012



Flèche

De l'autre côté du canal qui divise cette zone du parc en
deux, se trouve une rangée de volières.
La première, au sol en sable, agrémentée de graminées,
pleine de branchages, est le lieu de vie de tisserins fran-
ciscains (Euplectes franciscanus).

Après quelques tableaux pédagogiques, la présentation
des oiseaux reprend avec des petits-ducs à face blanche
(Otus leucotis) qui évoluent dans une installation
minérale agrémentée de branches. Cette espèce dispose
de trois volières. Enfin, des podargues gris (Podargus
strigoides) évoluent dans un autre volière peu éclairée.

Les volières qui suivent sont toutes bien végétalisées et
agrémentées de rochers. La première est le lieu de vie
de chouettes épervières (Surnia ulula).



Volières des rapaces
Volières des rapaces - mai 2012
Volière des chouettes à lunettes
Volière des chouettes à lunettes - mai 2012
Des chouettes à lunettes (Pulsatrix perspicillata) oc-
cupent les 2 volières qui suivent sont moins densément
végétalisées que les précédentes.
La cinquième volière de cette rangée est occupée par
des chevêches des terriers (Speotyto cunicularia)
Enfin, une autre volière extérieure est le lieu de vie de
podargues gris (Podargus strigoides).

Après une petite pause fleurie, la rangée de volière se
poursuit. Les installations visibles à ce niveau sont de
grande taille, légèrement voutées. Ces volières sont
densément végétalisées, plantées d'arbre, de buissons
et agrémentées de troncs et rochers.
La première héberge des calaos charbonniers
(Anthracoceros malayanus).


Des faisans d'Edwards (Lophura edwardsi) cohabitent
avec des touracos de Fischer (Tauraco fischeri) dans
une volière où prédominent les conifères.
La suite de la visite nous permet de découvrir un couple
de calaos bicornes (Buceros bicornis).

A côté des calaos, une autre volière densément plantée
est consacrée à des touracos de Hartlaub (Tauraco
hartlaubi) en compagnie de calaos à bec rouge
(Tockus erythrorhynchus) et du dernier carpophage de
Zoé (Ducula zoeae) vivant en captivité en Europe.

Les deux dernières volières, au sol en terre agrémentées
de conifères, sont consacrées à des phasianidés.


Exemple typique de volières pour faisans
Exemple typique de volières pour faisans - mai 2012


Snowdown Aviary
Snowdown Aviary - mai 2012



Des hokis bleus (Crossoptilon auritum) cohabitent avec
des touracos de Fischer (Tauraco fischeri) dans la pre-
mière volière tandis que la seconde et dernière de cette
rangée est le lieu de vie d'éperonniers de Palawan
(Polyplectron emphanum) et de rolliers à ventre bleu
(Coracias cyanogaster).

Au bout de l'allée se dresse "Snowdown Aviary", une
immense volière érigée en 1968 et représentant un
oiseau en vol. Le visiteur entre dans cette volière que l'on
traverse via une passerelle. Des cascades, de grands ar-
bres, des rochers et des buissons composent les aména-
gements de cette immense installation.


Le visiteur pourra y observer des paons spicifères (Pavo
muticus muticus), des égrettes garzettes (Egretta
garzetta), des dendrocygnes veufs (Dendrocygna viduata),
des canards à ailes blanches (Cairina scutulata), des
canards mandarins (Aix galericulata), des ibis sacrés
(Threskiornis aethiopicus), des ibis chauves (Geronticus
eremita), des mouettes à tête grise (Larus cirrocephalus),
des tadornes radjah (Tadorna radjah), des hérons garde
boeufs (Bubulcus ibis), de rares grues brolgas (Grus
rubicunda), des dendrocygnes d'Eyton (Dendrocygna
eytoni) et des milans noirs (Milvus migrans migrans).

Le visiteur ressort de la grande volière, pour découvrir
l'école du zoo, et descendre le long de la volière et du
canal avant de le franchir à nouveau pour poursuivre la
visite en Afrique.

Intérieur de la Snowdown Aviary
Intérieur de la Snowdown Aviary - mai 2012



Flèche

Après être entré dans "Into Africa", entrée marquée par la
présence de tonneaux, le visiteur se retrouve sur une ter-
rasse surplombant un enclos étendu le long du canal. Cette
installation en sable jaune est ombragé par de grands arb-
res et agrémentée de rochers. Une meute de lycaons
(Lycaon pictus) y évolue.

Au niveau du milieu de l'enclos des lycaons, le visiteur est
invité à entrer dans un bâtiment de briques rouges situé sur
la droite de la terrasse. Ce bâtiment abrite cing loges car-
relées de taille moyenne, consacrées aux girafes (Giraffa
camelopardalis).

Le visiteur ressort de la maison des girafes pour découvrir
la partie vitrée de l'enclos des lycaons.


Enclos des lycaons
Enclos des lycaons - mai 2012
Enclos des phacochères
Enclos des phacochères - mai 2012
On arrive alors à l'extrémité du sentier et du zoo. Sur la
droite, en contre bas de la terrasse se trouve un enclos
de taille moyenne, en terre, agrémenté d'une cabane,
d'une marre de boue et de quelques buissons. Un petit
groupe de phacochères (Phacochoerus africanus).

En face des suidés, légèrement surélevé par rapport au
sentier de visite se trouve un petit enclos que l'on con-
tourne. Ce dernier dispose d'un sol en herbe entre-
coupé de sable. Quelques arbres complètent les amé-
nagements et offrent de l'ombre au couple d'okapis
(Okapia johnstoni) vivant à ce niveau.

Le visiteur entre alors dans la maison des okapis pour
découvrir les loges intérieures carrelées et recouvertes
de sciures.


A côté des okapis, un enclos en sable ombragé par de
nombreux arbres, est le lieu de vie d'un troupeau de
zèbres de Chapmann (Equus burchelli), dont un des
boxes intérieurs est visible dans la maison des okapis.

Dans le prolongement de la forêt des zèbres se trouve
une petite plaine relativement longue mais peu large,
séparée du sentier de visite par des rochers et un fossé
en eau. Cette plaine en sable offre un accès à l'exté-
rieur aux girafes du parc.

En arrière plan de la plaine des girafes se trouve un en-
clos de petite taille en herbe, difficilement visible du
public, et qui est le lieu de vie d'anoas (Bubalus
depressicornis)


Enclos des girafes
Enclos des girafes - mai 2012
Enclos des tapirs malais
Enclos des tapirs malais - mai 2012


A l'extrémité de la plaine des girafes se trouve un point
d'observation en hauteur, sur la droite duquel se trouve
le bâtiment du dernier mammifère de cette zone. Cette
maison était fermée au public lors de ma visite.

Accolé à la maison, se trouve un plateau entouré de
fossés en eau accesibles aux animaux. Le reste de l'in-
stallation en herbe, est densément végétalisé et rappelle
les forêts tropicales. Des tapirs malais (Tapirus indicus)
y évoluent.

Le visiteur revient alors au niveau du tunnel qui nous
conduit vers l'ancien zoo et vers l'aquarium.
Enclos des okapis
Enclos des okapis - mai 2012
Loges intérieures des okapis
Loges intérieures des okapis - mai 2012



Flèche


Le visiteur entre alors dans l'aquarium. Une première
vaste salle présente des bacs amazoniens d'eau
douce, une seconde salle héberge différents bacs
récifaux. Tout au fond de ce grand bâtiment se
trouvent d'autres bacs d'eau douce.

Avant de quitter l'aquarium, le visiteur
découvre un centre d'élevage pour batraciens.

A la sortie, le sentier de visite bifurque sur la droite.
Le mur de l'aquarium est percé d'une vitre qui per-
met d'observer différents bacs à dendrobates.


Aquarium de Londres
Aquarium de Londres - mai 2012


Outback Australia
Outback Australia - mai 2012

Au bout du sentier, le visiteur bifurque sur la droite
pour découvrir le monde australien. Outback se
compose de trois vastes enclos  fait de sable rouge,
légèrement vallonnés pour se terminer au niveau
d'un faux rocher représentant une falaise. Quelques
plantes grasses, des rochers et un bassin complètent
les aménagements déstinés à l'accueil de wallabies
de Bennett (Macropus rufogriseus), d'émeus
(Dromaius novaehollandiae) et de cygnes noirs
(Cygnus atratus).

Le visiteur revient sur le sentier principal pour pour-
suivre sa visite au sein d'un bâtiment en bois.



Une fois entré dans le bâtiment le visiteur peut observer,
sur la gauche, derrière des vitres, une installation inté-
rieure de grande taille, densément plantée, au sol en ter-
re, consacrée à la présentation de varans de Komodo
(Varanus komodoensis).
Chose originale et peu courante en captivité, les varans
du zoo de Londres, ont accès à un enclos extérieur
fortement végétalisé.

Le visiteur ressort alors de la maison des varans de
Komodo pour tomber nez à nez avec un enclos exté-
rieur délimité par du plexiglas, en herbe, agrémenté
de quelques rochers et ombragé.


Installation des varans de Komodo
Installation des varans de Komodo - mai 2012


Enclos des tortues
Enclos des tortues - mai 2012




Cette installation est le lieu de vie de tortues géantes
des Galapagos (Geochelone nigra). La loge inté-
rieure des tortues au sol en sable, agrémentée d'un
bassin est également visible à travers une vitre.

A l'arrière de la maison des tortues, se trouve une
zone de travaux visant à la construction d'un espace
dédié aux tigres. Ces félins, déja hébergés au parc
bénéficieront d'ici 2013, d'un espace extérieur végé-
talisé.
Enclos des varans
Enclos des varans - mai 2012
Enclos des varans
Enclos des varans - mai 2012



Flèche

Le visiteur se dirige vers la maison des reptiles
ouverte en 1927 mais rénovée depuis.
Le couloir fait le tour de la maison. Des terrariums
sont disposés de part et d'autre du sentier de visite.

Le premier terrarium visible représente un campe-
ment africain, au sol en terre sèche et occupé par
des vipères heurtantes (Bitis arietans).
Le second vivarium représente pour sa part un
milieu sec et rocailleux et est le lieu de vie d'orvets
des Balkans (Ophisaurus apodus).
Des varans de Cuming (Varanus cumingi) vivent
dans un bac disposant d'un grand bassin en vision
sous marine surmonté d'une statue asiatique et de
quelques arbres.


Terrarium des orvets
Terrarium des orvets - mai 2012



Maison des reptiles
Maison des reptiles - mai 2012
En face de ces terrariums, une petite terrasse longe
d'autres vivariums de grande taille. Le premier, en-
tièrement en eau est le lieu de vie de tortues à nez
de cochon (Carettochelys insculpta) qui coha-
bitent avec des tortues à long cou de Mc Cordi
(Chelodina mccordi).

A côté des tortues se trouvent deux vastes viva-
riums séparés par une grille, composés d'un bas-
sin et d'une plage en sable entourée de rochers et
de paliers. Cette installation est le lieu de vie de
rares crocodyles des Philippines (Crocodylus
mindorensis
). Le second vivarium de ce com-
plexe est consacré à un autre crocodile des
Philippines cohabitant avec des tortues asiatiques
géantes des marais (Heosemys grandis).


Au niveau de cette terrasse, un autre terrarium a
été doté d'un bassin et de quelques plantes
tropicales, consacré à des anacondas verts
(Eunectes murinus).

Enfin, à l'extrémité de ce pan de mur se trouve une
installation en sable de forme triangulaire, agré-
mentée de rochers ocres  et de quelques plantes
des milieux désertiques est le lieu de vie de tor-
tues rayonnées (Geochelone radiata).

Le visiteur redescend au niveau du terrarium des
vipères heurtantes pour descendre le long du cou-
loir qui s'étend sur la longueur du bâtiment. Seul
le côté gauche accueille les reptiles.


Enclos des tortues rayonnées
Enclos des tortues rayonnées - mai 2012
Terrarium typique pour varans d'eau
Terrarium typique pour varans d'eau - mai 2012

Le vivarium mitoyen à celui des vipères présente
un milieu désertique représenté par de nombreux
rochers, du sable et du bois. Des lézards épineux
bleus (Sceloporus serrifer cyanogenys) y sont
présentés.

Les deux terrariums suivant, représentent pour
leur part, les forêts équatoriales. Ils sont agré-
mentés de branches et sont densément végétalisés.
Le premier héberge des mambas verts
(Dendroapsis angusticeps) tandis que le second
présente des serpents des Mangroves (Boiga
dendrophila).



Flèche

La visite se poursuit au coeur de la maison des reptiles
pour découvrir deux bacs dont le sol est recouvert de
feuilles mortes duquel ressortent quelques branches.
Des vipères cornues (Vipera ammodytes) y vivent et
ont pour voisines de rares vipères de Radde (Vipera
raddei).

A côté des vipères se trouve un terrarium en bois,
représentant un saloon, au sein duquel évolue un
crotale diamantin (Crotalus atrox).

Les 3 terrariums qui suivent sont consacrés aux milieux
désertiques et accueillent respectivement des crotales
cornus (Crotalus cerastes) pour le premier, des cou-
leuvres faux corail (Lampropeltis triangulum
campbelli
) dans le second.



Terrarium des vipères
Terrarium des vipères - mai 2012

Terrarium typique pour serpents
Terrarium typique pour serpents - mai 2012
Le troisième héberge des monstres de Gila (Heloderma
suspectum).
Le vivarium qui suit, composé de faux rochers a été rem-
plit de feuilles mortes. Des vipères rhinocéros (Bitis
nasicornis) y vivent. Des vipères levantines (Vipera
lebetina obtusa) occupent un vivarium planté de nom-
breuses graminées.

Le dernier terrarium de ce premier couloir est densément
végétalisé, et consacré à des varans émeraudes (Varanus
prasinus
).

Sur l'angle que l'on contourne se trouve un grand viva-
rium triangulaire agrémenté de rochers et de nomb-
reuses plantes, consacré à des mambas noirs
(Dendroaspis polylepis).



Le visiteur arrive alors en face de la seconde entrée de
la maison des reptiles là où le premier épisode de Harry
Potter a été tourné. Le vivarium en question heberge des
pythons réticulés.

A l'opposé du terrarium des mambas se trouve un
second terrarium en sable et agrémenté de nombreux
rochers et consacré à des cobras royaux (Ophiophagus
hannah).

Le terrarium des cobras marque le début du second cou-
loir de la maison des reptiles le long duquel se touvent
plusieurs autres vivariums.


Terrarium typique pour serpents
Terrarium typique pour serpents - mai 2012


Terrarium typique pour serpents
Terrarium typique pour serpents - mai 2012
Dans le prolongement de l'enclos des cobras, se trouve
un second terrarium en sable agrémenté de rochers, où
vivent des scinques épineux de Stokes (Egernia
stokesii) qui cohabitent avec des agames barbus
(Pogona vitticeps).

A côté de ces petits lézards se trouve un grand vivarium
au fond duquel a été installé un mur de faux rochers qui
s'avance sur la moitié du terrarium offrant ainsi différen-
tes hauteurs. Cette installation en sable est consacrée à
des iguanes rhinocéros (Cyclura cornuta).

Des basilics verts (Basilicus plumifrons) vivent dans
un vivarium densément végétalisé et agrémenté de quel-
ques troncs d'arbre.



Flèche

Un dernier terrarium densément végétalisé marque la fin de
la rangée de gauche. Ce dernier est occupé par des pythons
réticulés (Python reticulatus), des pythons molures
(Python molurus bivittatus) et des pythons sanguins
(Python brongersmai).

Le visiteur entame alors la dernière rangée de terrarium
située sur la droite du couloir que nous avons emprunter.
Le premier vivarium de cette rangée est le lieu de vie de
rares pythons de Boelens (Morelia boeleni). Leur terra-
rium densément végétalisé est comparable à celui des
pythons bien que plus petit.

Mitoyen aux pythons de Boelens se trouve un second
vivarium du même type consacré à des pythons tapis
(Morelia spilota).



Terrarium typique pour serpents
Terrarium typique pour serpents - mai 2012

Terrarium typique pour serpents
Terrarium typique pour serpents - mai 2012
Des boas de Jamaïque (Epicrates subflavus) occu-
pent un autre terrarium planté de végétaux tropicaux.

Des monstres du Rio Fuerte (Heloderma horridum
exasperatum) occupent pour leur part une installation
où s'enchevêtrent rochers et branchages. A côté de
ces lézards dans un terrarium relativement bien végé-
talisé vivent des camaléons du Yémen (Chameleo
calyptratus) qui cohabitent avec des tortues grec-
ques (Testudo graeca).

Le terrarium qui suit se compose d'une partie en terre
et d'un bassin et est le lieu de vie de tortues des marais
asiatiques (Mauremys annamensis).


Les trois enclos qui suivent représentent chacun un
morceau de forêt tropicale reconstituée. Le premier
héberge des boas de Dumerel (Acrantophis
dumerili), le second accueille des ratiers rhinocéros
du Vietnam (Rhynchophis boulengeri) tandis que
le troisième est le lieu de vie d'iguanes des Fidjis
(Brachylophus bulabula).

Le visiteur revient alors au niveau des milieux secs
avec un terrarium de type minéral agrémenté de
rochers et de quelques cactées. Ce dernier pré-
sente des tortues galettes (Malacochersus tornieri)
et des fouettes queue à bandes (Uromastyx
flavofasciata).


Zone pédagogique de la maison des reptiles
Zone pédagogique de la maison des reptiles - mai 2012


Maison des reptiles
Maison des reptiles - mai 2012


Des pythons royaux (Python regius) vivent dans un
terrarium agrémenté de feuillus. Le vivarium ac-
colé à celui des pythons héberge des iguanes
d'Utila (Ctenosaura bakeri). Ces lézards disposent
de nombreuses branches sur lesquelles ils peuvent
se reposer.

Des lézards à collier bleus (Sceloporus serrifer
cyanogenys) sont présentés dans une installation
en sable garnie de faux rochers.
De rares faux cobras aquatiques (Hydrodynastes
gigas) occupent un terrarium dont une partie rep-
résente une berge en terre et dont l'autre est com-
posée d'un bassin.


La rangée compte encore quatres terrariums. Le pre-
mier agrémenté de branches et de plantes est consa-
cré à des pythons canins (Corallus caninus).
Des serpents ratiers de Taiwan (Elaphe taeniura
frisei) occupent un terrarium relativement sombre.

L'avant dernier bac de la maison des reptiles amé-
nagé de rochers, sable et plantes grasses est le lieu
d'une cohabitation entre des fouettes queue à ban-
des (Uromastyx flavofasciata) et des tortues de
Kleinmann (Testudo kleinmanni). Enfin, le dernier
bac dont le premier plan est en eau et s'ouvre sur
une plage végétalisée, est le lieu de vie de tortues
serpentines de Mc Cord (Chelodina mccordi).

Le visiteur ressort alors de la maison des reptiles.

Terrarium des crocodiles
Terrarium des crocodiles - mai 2012



Flèche

En face de la maison des reptiles se trouve un autre
monde du zoo de Londres, "Gorilla Kingdom" (Le
Royaume des gorilles). Cette installation, inaugurée
en 2007 est consacrée à la présentation des grands
singes.

L'entrée dans le territoire des gorilles est marquée
par une volière au coeur de laquelle débute la vi-
site. Cette installation dispose d'un bassin bordé
par des plages de galets et de terre et est agrémentée
de graminées et de grands arbres.
Des dendrocygnes veufs (Dendrocygna viduata)
y cohabitent avec des ombrettes africaines
(Umbretta scopus), des rolliers à long brin
(Coracias caudata), ...


Volière africaine
Volière africaine - mai 2012

Ile des gorilles
Ile des gorilles - mai 2012
..., des cossyphes à calotte neigeuse (Cossipha albicapilla),
des spréos superbus (Spreo superbus), des sarcelles de
Bernier (Anas bernieri) et des barbicans à poitrine rouge
(Lybius dubius).

Le visiteur ressort alors de la volière et longe sur sa droite,
une grande île à l'herbe haute, agrémentée de nombreux
joncs, rochers, mâts et autres structres en bois. Cet enclos
délimité par un fossé en eau est consacré à la famille de
gorilles (Gorilla gorilla) hébergée au zoo de Londres.

En face de l'île des gorilles se trouve une volière de hauteur
moyenne, au sol recouvert de végétaux et au coeur de la-
quelle ont été disposés plusieurs troncs. Un groupe de
cercopithèques diane (Cercopithecus diana diana). Un
passage pourrait permettre à ces singes de cohabiter avec
les gorilles.


Le visiteur longe alors une grande vitre s'ouvrant tout
d'abord sur les loges intérieures des cercopithèques
composées de quelques plateaux et autres cordes. La
second installation intérieure, au sol en écorces est
agrémentée de plantes et de lianes artificielles. Elle
est le lieu de vie de paons du Congo (Afropavo
congensis) et d'irrisors moqueurs (Phoeniculus
purpureus).

La suite de la visite nous conduit au coeur du bâtiment
des gorilles. Sur la droite se trouve les loges intérieures
des grands singes, dont la principale est visible à travers
des vitres. Cette cage est tendue de cordes et de
nombreux agrès en bois. Le sol est recouvert d'écor-
ces.


Loges intérieures des gorilles
Loges intérieures des gorilles - mai 2012

Enclos des mangabeys
Enclos des mangabeys - mai 2012
En face de la loge des gorilles et perpendiculaire au sen-
tier précédent, se trouve une volière extérieure engazon-
née, dont les aménagements sont comparables à ceux
installés dans la volière des cercopithèques. Cette se-
conde structure est reliée à une loge intérieure également
visible à travers des baies vitrées. Un groupe de colobes
guérézas (Colobus guereza) est présenté à ce niveau.

Enfin, avant de quitter le bâtiment des gorilles, on dé-
couvre une dernière loge intérieure consacrée à des
mangabeys couronnés (Cercocebus atys lunulatus).

Le visiteur ressort alors du bâtiment et dispose, sur sa
droite d'un second point de vision sur l'île des grands
singes, en face de laquelle se trouve la volière extérieure
des mangabeys. Cette dernière est plantée de nombreux
troncs.





Les gorilles de Londres


- Kesho, mâle dominant né en 1999 arrivé en 2010;
- Zaire, femelle matriarche est arrivée en 1984;
- Mjukuu, femelle née à Chessington en 1999;
- Effie, femelle
Volière des cercopithèques
Volière des cercopithèques - mai 2012



Flèche

En ressortant de "Gorilla's Kingdom", le visiteur fait face
à une ancienne volière de contact "African Bird
Safari", aujourd'hui fermée au public. L'ensemble des
espèces qui y vivaient ont été transférées dans la volière
traversée en se rendant à la maison des gorilles.

En poursuivant sa visite, le visiteur passe devant la zone
des travaux du futur complexe des tigres. Avant d'ar-
river au niveau d'un plateau délimité par un profond fos-
sé sec. Ce plateau dispose d'un sol en écorces, d'un
bassin et de quelques buissons. Cette installation, reliée
à un second plateau du même type est le lieu de vie
d'un important groupe reproducteur de sangliers à bar-
be (Sus barbatus barbatus).


Enclos des sangliers à barbe
Enclos des sangliers à barbe - mai 2012




Loge intérieure des suricates
Loge intérieure des suricates - mai 2012
Le visiteur contourne cet ensemble de 3 plateaux  pour
arriver au niveau d'un grand bâtiment bétonné "Zoo
World", au sein duquel se poursuit la visite.

Cette bâtisse accueillait des éléphants et d'autres gros
mammifères. Aujourd'hui, les fossés ont été comblés
et plusieurs volières y ont été bâties.
Sur la gauche de l'entrée se trouvent 4 volières inté-
rieures au sol en écorces, agrémentées de structures
d'escalade en bois et de plusieurs autres objets d'en-
richissement.
L'installation de gauche est occupée par des tatous
velus (Chaetophractus villosus), celle de droite est
consacrée à des furets (Mustela putorius furo). Les
deux volières du fond disposent de nombreuses st-
ructures en bois et sont consacrées respectivement à
des lémurs roux (Varecia variegata rubra) et à des
kinkajous (Potos flavus).


Le visiteur revient alors au centre du bâtiment, pour
découvrir le second "pétale" de la maison. A ce niveau,
le fossé est précédé d'une clôture en fer. Les boxes
paillés hébergent des chameaux (Camelus bactrianus).

Le troisième pétale se compose pour sa part d'un
grand bassin en eau, qui s'ouvre sur une plage béton-
née. L'installation divisée en 2 loges, est entourée de
plantes tropicales et de quelques planches. Des hip-
popotames pygmés (Hexaprotodon liberiensis) oc-
cupent ces loges. Ces artiodactyles disposent éga-
lement d'un enclos extérieur non visible du public car
intégré à la zone de travaux des tigres.


Loges des chameaux
Loge des chameaux - mai 2012




Loges des hippopotames
Loges des hippopotames - mai 2012
Enfin, le quatrième et dernier pétale s'apparente au
premier à savoir des fossés comblés et surplombés
par 4 volières intérieures en bois. Chacune d'entre
elles dispose d'un sol en terre et en sable, les
aménagements étant complétés par des branches,
souches et rochers.
La volière située au premier plan à gauche est le
lieu de vie de chouettes des terriers (Speotyto
cunicularia), celle de droite est consacrée à des
tatous velus (Chaetophractus villosus).

Des moufettes rayées (Mephitis mephitis) sont
présentées dans une des volières du fond tandis
que la dernière accueille des suricates (Suricata
suricatta).

Le visiteur ressort alors du bâtiment pour bifur-
quer sur la droite et découvrir le plateau en sable
des chameaux.



Flèche

En face des camélidés se trouve la mini ferme du zoo
de Londres. Cette dernière héberge non seulement
des espèces domestiques européennes, mais égale-
ment africaines et sud américaines.

Organisées autour d'un bâtiment en bois, on distingue
2 premières volières au sol en gravier et au sein des-
quelles ont été disposées de nombreuses branches.
La première est ocupée par des vautours urubus
noirs (Coragyps atratus). La seconde volière,
légèrement plus sombre, est consacrée à des
chouettes de l'Oural (Strix uralensis).

En face des chouettes se trouve le poulailler de la
mini ferme, présentant plusieurs races domestiques.


Volière des chouettes
Volière des chouettes - mai 2012

Poulailler
Poulailler - mai 2012
Un petit parcours extérieur permet aux volailles de
s'aérer. Mitoyen au parcours des poules se trouve
un petit enclos extérieur au sol recouvert d'écorces,
dans lequel évoluent des cochons d'Inde (Cavia
porcellus).

Les bâtiments de la ferme formant un rectangle, le
visiteur découvre alors sur la seconde largeur, un
enclos bétonné, recouvert de sciure, dans lequel
sont présentés des cochons (Sus domesticus). Ces
animaux bénéficient d'un enclos extérieur recouvert
d'écorces et creusé d'une marre boueuse.

Enfin, sur la seconde longueur, en face du poulailler
se trouve les boxes des ongulés.
Chaque boxe est relié à une grande plaine de sable.


Les ongulés hébergés à ce niveau sont des ânes nains
(Equus asinus domesticus), et des lamas (Llama
glama).

Le visiteur quitte alors le corps de ferme, pour longer
un enclos de contact dans lequel évoluent moutons
(Ovis aries) et chèvres naines (Capra hircus).

Après avoir traversé une aire de jeux pour les plus
petits, le visiteur arrive dans la zone de la mini ferme
occupée par les animaux "exotiques".
Sur la droite d'un sentier de mousse se trouve un en-
clos délimité par des poutres de chemin de fer. Cette
installation en sable est agrémentée de quelques
souches et présente une colonie de chiens de prairie
(Cynomys ludovicianus).


Boxes de la mini ferme
Boxes de la mini ferme - mai 2012
Enclos des oryctéropes
Enclos des oryctéropes - mai 2012


En face des rongeurs se trouve une loge intérieure
visible à travers une baie vitrée. Cette maison est
agrémentée de sable, de rochers et de quelques
troncs. Elle est consacrée à des oryctéropes
(Orycteropus afer) qui cohabitent avec des suri-
cates (Suricata suricatta).

Le visiteur traverse l'arche de la maison des oryc-
téropes pour découvrir, sur la gauche un enclos
vitré en sable, ne disposant pas d'aménagements
particuliers, permettant aux suricates et aux oryc-
téropes de prendre l'air.
Un réseaux de tubes permet aux enfants de se
retrouver au coeur de l'enclos des oryctéropes.


En face de l'enclos des oryctéropes se trouve une troisième
installation au sol naturel recouvert d'écorces et agrémenté
de rochers, occupé par des mangoustes fauves (Cynictis
penicillata) et des porcs épics à crète (Hystrix cristata).

Le visiteur traverse alors une seconde aire de jeux, pro-
posant diverses possibilités d'évolution aux enfants. Cette
aire est bordée par une fosse en terre, densément plantée
et consacrée à des coatis à queue annelée (Nasua nasua).

Au bout du sentier se dresse une volière en écorces ag-
rémentée de branches et consacrée à des calaos charbon-
niers (Anthracoceros malayanus).
Le visiteur ressort de la mini ferme et découvre encore un
second enclos consacré aux coatis.
Enclos des coatis
Enclos des coatis - mai 2012


Enclos des cochons
Enclos des cochons - mai 2012
Enclos des mangoustes fauves
Enclos des mangoustes fauves - mai 2012



Flèche

Après être sorti de la mini ferme, le visiteur fait face à un
autre monde du zoo de Londres, la maison des oiseaux.
Un ensemble de volières a été construit devant un vieux
bâtiment.
La première volière que l'on peut observer est plantée
de quelques buissons, de graminées et possèdent des
perchoirs en bois. Elle est le lieu d'une cohabitation entre
des rolliers à ventre bleu (Coracias cyanogaster), des
étourneaux de Bali (Leucopsar rotschildi), des insépa-
rables masqués (Agapornis nigrigenis), des anserelles
africaines (Nettapus auritus), des choucadors méta-
liques (Lamprotornis purpureus), des échasses
d'Amérique (Himantopus mexicanus) et des sarcelles
hottentottes (Anas hottentota).


Volière des rolliers
Volière des rolliers - mai 2012


Volières longeant la maison des oiseaux
Volières longeant la maison des oiseaux - mai 2012
La seconde volière est pour sa part densément végétalisée
et occupée par des toucans tocos (Ramphastos toco) et
des cossyphes à calotte neigeuse (Cossipha albicapilla).

Enfin, la dernière volière tout aussi densément plantée est
le lieu de vol de touracos de Hartlaub (Tauraco hartlaubi),
de spréos royaux (Cosmopsarus regius) et de gouras de
Victoria (Goura victoria).

La visite se poursuit à l'intérieur du "Blackburn Pavillon"
devant lequel se dresse une horloge ancienne, consacrée
aux oiseaux, qui se mettent en mouvement chaque heure.

Le visiteur entre alors dans la maison des oiseaux.


Une première salle, est entourée de nombreuses volières.
Deux volières relativement longue mais de faible largeur
font face à l'entrée. Ces volières sont densément végé-
talisées.
Celle de droite est le lieu de vie de bulbuls orphés
(Pycnonotus jocosus), de shamas à croupion blanc
(Cossipha albicapilla) et de ptilopes mignons
(Ptilinopus pulchellus).

La seconde  volière est identique en termes d'aména-
gements bien que plus grande. Elle est occupée par des
zostérops (Zosterops sp.) dont l'espèce n'est pas
déterminée, des ptilopes turgris (Ptilinopus melanospila),
des gallicolombes de Barlett (Gallicolumba criniger) et
de rares souimangas à poitrine rouge (Nectarinia
senegalensis), les seuls représentants de leur espèce en
Europe.



Pavillon des oiseaux
Pavillon des oiseaux - mai 2012
Rangée de volières intérieures
Rangée de volières intérieures - mai 2012
Sur la gauche de l'entrée se trouvent des volières de
taille inférieure, plantée de quelques graminées. La
première est le lieu de vie de léiothrix jaunes
(Leiothrix lutea lutea) et de bulbuls orphés
(Pycnonotus jocosus). La seconde accueille des
barbicans à tête rouge (Trachyphonus
erythrocephalus).

Des touracos paulines (Tauraco erythrolophus)
vivent en compagnie de ptilopes turgris (Ptilinopus
melanospila
) et de spréos royaux (Cosmopsarus
regius
).
La dernière volière de cette première salle est con-
sacrée à des cardinals dominicains (Paroaria
dominicana).



Flèche

Le visiteur entre alors dans la seconde salle de la maison
des oiseaux, la zone de vol libre. Un sentier en bois tra-
verse un morceau de forêt tropicale disposant d'un petit
cours d'eau.

Plusieurs espèces cohabitent et nichent en totale har-
monie dans cette installation. On peut ainsi citer les
évêques de Brisson (Cyanocompsa brissonii), les per-
drix roulrouls (Rollulus roulroul), les tisserins à cou
noir (Ploceus nigricollis), les caurales soleil (
Eurypyga
helias), les loris fringillaires (Vini australis) - une espèce
relativement peu courante - les
léiothrix jaunes
(Leiothrix lutea lutea), les brèves à capuchon
(Pitta sordida), les grives à tête orange (Zoothera
citrina), les anserelles africaines (Nettapus auritus),
les sarcelles hottentottes (Anas hottentota), les
orioles de Montserrat (Icterus oberi), ...




Zone de vol libre
Zone de vol libre - mai 2012
Zone de vol libre
Zone de vol libre - mai 2012
..., les loriquets de Johnstone (Trichoglossus johnstoniae),
les spréos améthystes (Cinnyricinclus leucogaster), les
colombines turvert (Chalcophaps indica),
les touracos
paulines (Tauraco erythrolophus), les échasses
d'Amérique (Himantopus mexicanus), les zostérops
(Zosterops sp.), les guit-guits saïs (Cyanerpes cyaneus),
les rares tourterelles Socorro (Zenaida macroura graysoni)
et les tout aussi rares souimangas éclatants (Cinnyris
coccinigastrus).

Le visiteur arrive alors dans la dernière salle de la maison
des oiseaux, consacrée plus spécifiquement aux colibris.
Au fond de la pièce se trouvent plusieurs petites volières
cote à cote, consacrées à l'élevage d'amazilies de Lesson
(Amazilia amazilia).


Le reste de la pièce, bien planté, est consacré à la pré-
sentation d'oiseaux en vol libre. Deux autres volières
sont ouvertes et utilisées en cas de nécessité de séparer
certains oiseaux.

Des grives à tête orange (Zoothera citrina) y évoluent
aux côtés de choucadors iris (Coccycolius iris), de
brèves à capuchon (Pitta sordida) et de souimangas à
poitrine rouge (Nectarinia senegalensis).

Le visiteur revient alors au niveau de la première salle
avant de quitter la maison des oiseaux.


Zone de vol libre
Zone de vol libre - mai 2012


Zone d'élevage des amazilies
Zone d'élevage des amazilies - mai 2012
Le visiteur ressort de la maison des oiseaux, pour
découvrir, sur la gauche, deux volières accolées
au bâtiment. La première plantée de graminée et
dotéede plusieurs perchoirs en bois est le lieu de
vie de calaos de Van der Decken (Tockus
deckeni) et de jacanas africains (Actophilornis
africanus
).
La seconde et dernière volière est densément
végétalisée et doublée d'un bassin elle héberge
des ibis rouges (Eudocimus ruber), des râles
tiklins (Gallirallus philippensis) peu courants en
captivité, des agamis trompette (Psophia
crepitans) et de pigeons de Nicobar (Caloenas
nicobarica).



Flèche

Au bout de l'allée, sur la gauche, se trouve un bâtiment
recouvert de bois et percé d'une vitre. A l'intérieur, on
distingue une grande loge agrémentée de cordes et de
structures d'escalade en bois. Cette maison est reliée à
un enclos extérieur de contact au sein duquel se pour-
suit la visite.

Le sentier sinueux évolue au milieu d'une végétation
relativement dense, des troncs d'arbre ont également
été disséminés au milieu des buissons et des cordes
composent un véritable parcours arboricole utilisé par
un important groupe de saïmiris à casque noir (Saimiri
boliviensis boliviensis).

Le visiteur ressort alors de l'enclos de contact.


Enclos de contact des saimiris
Enclos de contact des saimiris - mai 2012

Enclos des fourmiliers
Enclos des fourmiliers - mai 2012
A hauteur du sol, sur la droite du sentier, une vitre per-
met d'observer plusieurs loges carrelées. En poursuivant
la visite, le sentier bifurque sur la droite, vers une ter-
rasse légèrement surélevée, offrant une vue d'ensemble
sur un enclos accidenté, planté d'herbe haute et d'herbes
de la pampa. Un bassin et des souches complètent ces
aménagements. Au fond de l'enclos un monticule recou-
vre le bâtiment abritant les loges observées juste avant.
Ce complexe est le lieu de vie de fourmiliers géants
(Myrmecophaga tridactyla).

En face des fourmiliers se trouve un grand bâtiment
vitré et écologique, faisant appel aux énergies renouvel-
lables et utilisant des matériaux isolants. B.U.G.S. est
consacré à une exposition permanente sur les paysages,
les différents milieux de la planète et les insectes.


Enclos de contact des saimiris
Enclos de contact des saimiris - mai 2012
Enclos de contact des saimiris
Enclos de contact des saimiris - mai 2012


En face de l'entrée se trouve le premier complexe des
insectes composé de plusieurs vivariums reliés entre
eux par des cordes et consacrés aux fourmis.
Phasmes et criquets sont mis à l'honneur dans la série
de vivariums qui suit.

Au bout de cette première allée se trouve une volière
de faible surface au sol mais relativement haute, con-
sacrée à des tamarins lions à tête dorée
(Leontopithecus chrysomelas).

Le couloir de visite descend alors pour se rendre sous
la terre, avec plusieurs vivariums consacrés à des
scarabés et autres choléoptères. Un réseau de galeries
en plexiglass est consacré à des rats taupes nus
(Heterocephalus glaber).



Complexe des fourmis
Complexe des fourmis - mai 2012

Installation des rats taupes
Installation des rats taupes - mai 2012
Au bas du sentier, le visiteur se retrouve plongé dans les
eaux douces dans un premier temps, avec plusieurs
aquariums consacrés aux crustacés, coquillages, puis
dans les eaux profondes des mers et des océans.
Les poissons, crustacés et batraciens sont bien repré-
sentés ici.

Quelques sangsues et insectes de nos régions vivent
dans les terrariums qui suivent et mis en scène.

Enfin, le visiteur remonte vers la terre ferme, pour dé-
couvrir une seconde volière de grande taille occupée
par des orioles du de Montserrat (Icterus oberi).
Après avoir longé quelques terrrariums toujours con-
sacrés aux insectes, le visiteur se dirige vers un viva-
rium humide planté d'orchidées et de mousses, dans
lequel sont présentés des dendrobates et quelques
papillons.


Terrarium typique de B.U.G.S.
Terrarium typique de B.U.G.S. - mai 2012
Aquarium récifal
Aquarium récifal - mai 2012


De nombreux panneaux pédagogiques, sur le climat, les changements climatiques, les différents milieux et les différents menaces qui pèsent sur eux ornent l'ensemble du parcours découverte de B.U.G.S.



Flèche

Après avoir quitté cette structure originale mais très
enrichissante, le visiteur se rend dans une des zones
les plus anciennes du zoo, la partie consacrée aux
singes et aux grands fauves.

Cette zone se compose de volières à gros grillages,
tendus entre des piliers de bétons. Les volières dis-
posent d'un sol en terre ou en écorces et sont ag-
rémentées de cordes et de branches.

La première volière de ce complexe, relativement
basse, dispose d'un sol en herbe et est agrémentée
de palmiers et de structures en bois. Un couple de
servals (Felis serval) y vit.


Enclos typique de la terrasse
Enclos typique de la terrasse - mai 2012


Volière de la maison des oiseaux
Volière de la maison des oiseaux - mai 2012
La seconde volière de ce complexe n'est pas végé-
talisée et les aménagements sont tous en bois et en
cordes. Cette volière est consacrée à un groupe de
macaques à crète (Macaca nigra).

A côté des macaques se trouve une seconde volière
de taille moyenne au sol enherbé et plantée de
nombreux mâts, est le lieu de vie d'atèles à face
rouge (Ateles paniscus paniscus).

Le visiteur poursuit sa visite pour longer sur la droite,
un des plus grands enclos de l'ancienne zone. Un gril-
lage situé au milieu des piliers en béton permet de
découvrir un enclos quelque peu accidenté, planté de
buissons, de grands arbres et de quelques rochers.


Cette installation est consacrée à des lions d'Asie (Panthera
leo persica). En face des lions, on retrouve sur une des fa-
çades de la maison des oiseaux, une série de volières. La
première volière, agrémentée de buissons est le lieu de pré-
sentation d'avocettes élégantes (Recurvirostra avosetta) et
d'orioles de Montserrat (Icterus oberi).

La seconde volière de cette rangée à la végétation abon-
dante est consacrée à des touracos paulines (Tauraco
erythrolophus
) et des cardinals dominicains (Paroaria
dominicana).

Des toucans à bec rouge (Ramphastos tucanus) occupent
la troisième volière qui est également bien végétalisée.


Enclos des lions
Enclos des lions - mai 2012


Penguin pool
Penguin pool - mai 2012
Les deux dernières volières de cette rangée sont occupées
par des calaos charbonniers (Anthracoceros malayanus)
pour la quatrième et par des toucans toco (Ramphastos
toco
) pour la cinquième.

La visite nous conduit sur la droite de sorte à longer l'en-
clos des lions pour découvrir le fossé en eau qui les sépa-
re du sentier de visite.

En face du bassin des lions se trouve un complexe qui
n'est plus occupé, mais conservé par le zoo comme ves-
tige des zoos du début du siècle. "Penguin pool" est un
chef d'oeurve d'architecture qui a hébergé par le passé,
plusieurs espèces de manchots.



Flèche

La visite se poursuit alors sur la droite de l'ancienne pis-
cine des manchots pour longer une volière de taille
moyenne, au sol en graviers et en sable. Des joncs, des
buissons, quelques arbres et un bassin complètent les
aménagements de cette volière au sein de laquelle
évoluent de rares ibis à face noire (Theristicus
melanopis), des aigrettes garzettes (Egretta garzetta)
et des sarcelles à collier (Callonetta leucophrys).

Le visiteur arrive alors au niveau d'une terrasse entourée
par les installations des primates. Sur la gauche se
trouve un enclos au sol en herbe et en écorces, planté
de massifs de bambous et de grands arbres. Cet enclos
héberge des tigres de Sumatra (Panthera tigris
sumatrae).


Volière des ibis à tête noire
Volière des ibis à tête noire - mai 2012
Volière des langurs de François
Volière des langurs de François - mai 2012
Le visiteur avance alors entre les installations des tigres
et celles des macaques et des atèles, pour arriver vers
une volière agrémentée de cordes, buissons et de bran-
ches. Un petit groupe reproducteur de langurs de
François (Trachypithecus francoisi) est présenté à ce
niveau.

La suite de la visite nous amène à contourner une éten-
due d'herbe bordant un grand bassin. Ce coin de nature
humide est le lieu de vie de chaunas (Chauna torquata),
de flamants roses (Phoenicopterus roseus) et de péli-
cans blancs (Pelecanus onocrotalus).

Mitoyen au lac du pélicans se dresse une chenille gon-
flable au sein de laquelle se poursuit la visite.


Enclos des tigres de Sumatra
Enclos des tigres de Sumatra - mai 2012
Enclos extérieur des pélicans
Enclos extérieur des pélicans - mai 2012


Cette structure gonflable originale constitue la serre aux
papillons du zoo de Londres. A l'intérieur de "Butterfly
Paradise" ont été plantées de nombreuses fleurs tro-
picales. Au milieu de la végétation dense on pourra ob-
server des papillons à ailes barrées oranges (Phoebis
philea), des papillons chouettes (Caligo aurilochus),
des morphos bleus (Morpho peleides), des papillons
tigres (Danaus chrysippus), des nymphes arboricoles
(Idea leuconoe), des papillons feuilles indiens
(Kallima paralekta), des papillons roux des Andes
(Siproeta epaphus), des hélicones dorés (Heliconius
hecale), des hélicones zèbres (Heliconius charitonia),
des voiliers des citronniers (Papilio demodocus), ...


Entrée du papilliorama
Entrée du papilliorama - mai 2012


Intérieur de la maison des papillons
Intérieur de la maison des papillons - mai 2012





..., des nymphes aux ailes de verre (Greta oto), des
papillons roses (Pachliopta kotzebuea), des papil-
lons indiens communs (Pachliopta kotzebuea), des
papillons dardan (Papilio dardanus), des papillons
atlas (Attacus atlas) et des clipper (Parthenos
sylvia).

Avant de quitter la chenille, on peut encore observer
les chrysalides de différentes espèces.
Intérieur de la maison des papillons
Intérieur de la maison des papillons - mai 2012
Intérieur de la maison des papillons
Intérieur de la maison des papillons - mai 2012



Flèche

Le visiteur longe alors une série de volières de grande
taille, plantée d'herbe et agrémentées de quelques
buissons et branchages. La première qui est également
la plus volumineuse est consacrée à des cacatoès de
Banks (Calyptorhynchus banksii) et à des aras chlo-
roptères (Ara chloroptera).

La seconde, plus petite est le lieu de vie d'un couple
d'aras hyacynthes (Anadorhynchus hyacinthus).
Les deux dernières volières de cette rangées sont
pour leur part occupées respectivement par des aras
militaires (Ara militaris) et par d'autres aras hyacynthes
(Anadorhynchus hyacinthus).

Au bout de l'allée des volières, le visiteur découvre une
vaste instalation inaugurée en mai 2011.


Volière des cacatoès
Volière des cacatoès - mai 2012
Nursery de la manchotière
Nursery de la manchotière - mai 2012

"Penguin beach" est consacré à plusieurs espèces de
manchots. L'entrée de cet univers est marquée par la
nursery du complexe, composée de nichoirs, d'un
bassin central et d'une plage de galets.

Un ponton borde alors un bassin très étendu et pro-
posant plusieurs profondeurs. Le bassin dispose de
différents points de vision sous marine et est bordé
par plusieurs plages ombragées en galets et en sable.
Au bord du plan d'eau, sur le ponton, se trouve éga-
lement un camp pédagogique où le visiteur trouvera
toutes les informations concernant les manchots.



En contournant le complexe des manchots, on pourra
découvrir les trois espèces qui cohabitent dans cette
installation à savoir les manchots de Humboldt
(Spheniscus humboldti), les manchots du Cap
(Spheniscus demersus) et les rares gourfous sauteurs
(Eudyptes chrysocome).

En quittant le complexe des manchots, le visiteur se
retrouve alors sur une place au centre de laquelle se
dresse l'infirmerie du parc. Ce bâtiment dominé par
un clocher a été construit en 1828 et accueillait les
lamas et les chameaux du parc.


Enclos des manchots
Enclos des manchots - mai 2012


Volière des gibbons
Volière des gibbons - mai 2012



A l'arrière de l'infirmerie, on retrouve plusieurs cages
extérieures. La plus grande est peu large mais très
longue. Des structures en bois et des cordes com-
posent les aménagements destinés aux gibbons à fa-
voris blancs du Nord (Nomascus leucogenys
leucogenys
).

A l'arrière des gibbons, on retrouve la volière des
colobes.

Enfin, le visiteur longe une allée bordée par de
grandes volières.
Zone pédagogique des manchots
Zone pédagogique des manchots - mai 2012
Bâtiment des premiers soins
Bâtiment des premiers soins - mai 2012



Flèche

Cette série de volières est consacrée à la présentation
de rapaces.

La première structure faite de filins, dispose d'un sol
où alterne sable et here. Quelques troncs y ont été
disposés et des palmiers et d'autres buissons y ont été
plantés. Au fond de la volière se dresse une falaise
faite de faux rochers au sommet de laquelle nichent
des vautours papes (Sarcoramphus papa).

La seconde volière fortement végétalisée elle aussi,
dispose d'une zone dégagée recouverte de graviers.
De rares gymnogènes d'Afrique (Polyboroides
typus), une espèce qui n'est visible que dans une
poignée de parcs européens vit ici..


Volières des rapaces
Volières des rapaces - mai 2012
Volière typique pour vautours
Volière typique pour vautours - mai 2012
La troisième volière qui est aussi la plus grande, est
plantée d'herbe et agrémentée de nombreux rochers.
Elle est le lieu de vie de vautours de Rueppel (Gyps
rueppelli).

Enfin, des caracaras austraux (Phalcoboenus
australis
) occupent la dernière volière de cette
partie du zoo.
Ces oiseaux sud américains bénéficient d'une volière
de grande taille agrémentée de rochers, graviers et
de palmiers.

Le visiteur passe alors encore devant la volière des
cercopithèques dianes avant de revenir au niveau
de la place de l'aquarium et de quitter le parc.



Flèche




Le zoo de Londres est un grand parc empreint d'une
histoire que le visiteur ressentira tout au long de la
visite.

Au fil des ans, il s'est transformé et a su se
séparer des plus grosses espèces, pour offrir aux
pensionnaires toujours présents, des conditions de
vie optimales.

Les travaux se poursuivent toujours et le parc arrive
à concilier les anciens bâtiments et les nouvelles
technologies.
Souimanga éclatant
Souimanga éclatant - mai 2012


Copyright ©  -  2007-2020  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés