Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Port Lympne Wild Animal Experience


Port Lympne Wild Animal Experience
Nr Hythe
CT21 4PD Lympne
Royaume Uni

Tel : +44 (0)84 48 42 46 47
Fax : +44 (0)13 03 26 49 44

www.aspinallfoundation.org




Logo Port Lympne

Ma visite : le 25 mai 2012
Mise en ligne : le 01 octobre 2012







Chat pêcheur
Chat pêcheur - mai 2012
Horaires d'ouverture 2012
Tarifs d'entrée 2012
Présentation du parc
Les grands fauves
Le début du safari africain
La plaine africaine du safari
La pause safari et le vivarium
Le safari asiatique
Les rhinocéros, petits pandas et lynx
Les chats
Les petits et grands félins et les tapirs 1/2
Les petits et grands félins et les tapirs 2/2
La forêt des singes 1/2
La forêt des singes 2/2
Les binturongs et les gorilles
Les babouins et les rhinocéros
Conclusion



Flèche

Horaires d'ouverture 2012 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)






Avril à Octobre : 9h30 à 18h30 (dernière entrée à 15h00)
Novembre à mars : 9h30 à 17h00 (dernière entrée à 14h30)
Tapir malais
Tapir malais - mai 2012



Flèche

Tarifs d'entrée 2012 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)

Margay
Margay - mai 2012

Tarifs individuels

     Adulte (à partir de 16 ans) : 19,95 £ (25,16 €)
     Enfant (3 à 15 ans ) :           17,95 £ (22,64 €)
    
Carte Annuelle
     Adulte (à partir de 16 ans) : 23,95 £ (30,20 €)
     Enfant (3 à 15 ans ) :           18,95 £ (23,90 €)

Carte annuelle Port Lympne + Howletts
     Adulte (à partir de 16 ans) : 39,95 £ (50,38 €)
     Enfant (3 à 15 ans ) :           29,95 £ (37,77 €)



Flèche

Présentation du parc

Le parc de Port Lympne a été acquis par John Aspinall
en 1973. Ce passionné de nature et amoureux des
animaux, déja propriétaire du parc de Howletts, a acheté
ce domaine situé sur une colline forestière qui domine la
Mer du Nord. Il y a transféré une partie de sa collection
animalière.

C'est ainsi que, dès les années 1973 - 1974, les éléphants,
rhinocéros, chevaux de Przewalski et quelques espèces
d'antilopes ont été transférés de Howletts vers Port
Lympne.

Le parc a ouvert ses portes au public en 1976 et, depuis,
a développé sa collection. Le but de Port Lympne était
d'offrir aux animaux de vastes espaces proches de leur
environnement naturel.




Babouin de Guinée
Babouin de Guinée - mai 2012
Chat manul
Chat manul - mai 2012

De nombreuses  reproductions ont été obtenues
par le parc, notamment avec les gorilles des plaines .
129 petits sont nés dans le parc.

En 1984, une autre étape est franchie par John
Aspinnal. Il crée la Fondation Aspinnal qui gère
les deux parcs. Son objectif est de collecter des fonds
pour financer des programmes de protection et
de réintroduction, en particulier pour les gorilles
du Gabon.



Flèche

Visite du parc

Après avoir laissé son véhicule sur le parking du zoo, le visiteur
traverse un pont surplombant une route. De l'autre côté de la
route se dresse une volière carrée de grande hauteur, dont la
structure est entièrement en bois. Des planches offrent différents
niveaux aux animaux. De nombreuses branches y ont été
disposées et permettent aux babouins de Guinée (Papio papio)
de les escalader.

Le visiteur arrive alors au niveau de la caisse et de la boutique
du parc.
La visite en empruntant la porte de droite. Le sentier, bordé par
de hautes haies, longe un enclos de grande taille, situé au coeur
d'une forêt de feuillus. Il est le lieu de vie d'une meute de loups
bériques (Canis lupus signatus).

Le visiteur arrive alors au niveau d'une patte d'oie. 3 possibilités
s'offrent à lui.



Enclos des loups
Enclos des loups - mai 2012
Enclos des lions
Enclos des lions - mai 2012
Nous allons tout d'abord emprunter le sentier de droite,
pour longer un vaste enclos situé à l'ombre de grands
feuillus. Cet enclos, en herbe, est agrémenté de rochers,
de troncs, d'un bassin et de grottes. Derrière les hauts
grillages qui le délimitent, on peut observer un trio de lions
de Barbarie (Panthera leo leo).

Le visiteur contourne l'enclos principal des lions pour prendre
le chemin central, et découvrir un second enclos de grande taille.
Cette installation est comparable à celle des lions et accueille
des tigres de Sibérie (Panthera tigris altaica).

Il repasse alors devant l'enclos des lions, traverse la
boutique et se dirige vers le grand parc.

 
Volière des babouins
Volière des babouins - mai 2012
Enclos des tigres de Sibérie
Enclos des tigres de Sibérie - mai 2012



Flèche

Le sentier descend vers le "Basecamp" du parc de Port
Lympne. Arrivé au but, il longe, sur la droite, une route
goudronnée. Une file de camions attelés à des remorques,
est stationnée sur cette route. Ces camions permettent aux
visiteurs de traverser le safari du zoo.

Sur la gauche, deux grandes volières, dans lesquelles
se trouvent de nombreux agrès en bois, sont le lieu de
vie de panthères des neiges (Uncia uncia).

Dans le prolongement du complexe des panthères des
neiges se trouve un bâtiment en bois abritant la buvette
du parc.
Au bout du bâtiment, a été érigée la gare routière, point
de départ de l'aventure africaine.


Volière des panthères
Volière des panthères - mai 2012
Gare du safari
Gare du safari - mai 2012
Après avoir pris place dans un des camions (les réser-
vations sont à prendre à la caisse), le visiteur se dirige
vers la zone du safari.

Sur la gauche, se trouvent 2 volières en bois, de grande
taille, agrémentées de branches et de cordes. Ces deux
enclos sont consacrés à 2 groupes de langurs de Java
(Trachypithecus auratus).

Après l'installation des langurs se trouve un enclos de grande
longueur, à l'herbe haute, planté de quelques bosquets. Des
hyènes brunes (Hyaena brunnea) l'habitent.

Après être passé devant un manoir de briques rouges,
le safari arrive au niveau des grandes plaines.


Les 3 premières plaines en herbe, agrémentées de quelques
rochers, d'arbres et délimitées par des palissades métalliques,
sont dédiées à des rhinocéros noirs  (Diceros bicornis). Le
parc de Port Lympne héberge environ  six animaux de cette
espèce.

A l'extrémité des plaines des rhinocéros se trouvent deux
petits enclos. Celui de droite, boueux, est consacré à des
potamochères (Potamochoerus porcus), tandis que celui
de gauche, divisé en plusieurs parties, agrémenté d'her-
bes de la pampa, est le lieu de vie de guépards (Acinonyx
jubatus).

Après un petit moment de répit, on distingue plusieurs
paddocks en herbe et en sable, de grande taille, consacrés
à la présentation d'éléphants d'Afrique (Loxodonta
africana africana).



Enclos des rhinocéros noirs
Enclos des rhinocéros noirs - mai 2012
Parc en herbe des éléphants
Parc en herbe des éléphants - mai 2012



Le circuit safari sillonne entre un pré parc en herbe, légè-
rement vallonné, et un parc en terre et en boue .
Enfin, au détour d'un virage, on pourra observer, sur sa
gauche, la vaste plaine enherbée des éléphants, délimitée
par de grosses barrières métalliques. Un bassin a été joint
à l'ensemble.
Face à  la plaine des éléphants se trouve une prairie entourée
de grillage,  consacrée à des cobes defassas (Kobus
ellipsiprymnus defassa).

Le dénivelé nous permet d'avoir une vision globale sur
toute la partie safari et, ainsi, d'admirer les quelques 5
plaines en herbe.
Pré parc des éléphants
Pré parc des éléphants - mai 2012
Enclos des guépards
Enclos des guépards - mai 2012



Flèche

Le camion bifurque alors sur la gauche, en direction d'un
bâtiment bardé de toles. Ce bâtiment est entouré de deux
enclos, délimités par des fils électriques, et qui composent les
pré-parcs destinés aux girafes de Rotschild (Giraffa
camelopardalis rotschildi).

Le second pré-parc des girafes marque également l'entrée
dans la plus grande plaine du safari. Cette dernière, de
plusieurs dizaine d'hectares, offre aux animaux différents
milieux à savoir la savane sèche, la savane arborée ou
encore les plaines marécageuses.

L'étendue de cette plaine rend l'observation des animaux
peu aisée.


Plaine secondaire des girafes
Plaine secondaire des girafes - mai 2012


Plaine africaine
Plaine africaine - mai 2012
On pourra néanmoins y observer des rhinocéros noirs
(Diceros bicornis), des girafes de Rotschild (Giraffa
camelopardalis rotschildi), des cobes Defassa
(Kobus ellipsiprymnus defassa), des élands du Cap
(Taurotragus oryx), des zèbres de Grant (Equus
burchelli boehmi), des autruches (Struthio camelus),
des guibs d'eau (Tragelaphus spekii), des cobes de
Lechwe (Kobus lechwe), des nilgaus (Boselaphus
tragocamelus), des antilopes cervicapres (Antilope
cervicapra), des gnous bleus (Connochates taurinus)
et des hippotragues roannes (Hippotragus equinus).

Le camion traverse doucement cette plaine avant de
remonter un fort dénivellé.


A droite de cette remontée se trouve un enclos
en herbe assez  long, occupé par une troupe
de lycaons (Lycaon pictus pictus).

Au sommet de la cote, le camion marque un arrêt
et invite le visiteur à descendre pour découvrir un
ancien corps de ferme transformé en maison des
rhinocéros. Il s'y trouve également un restaurant,
une boutique et un vivarium.

Au coeur de la cour se trouve un enclos en sable,
délimité par un muret, au coeur duquel s'amassent
de nombreux branchages et quelques buissons.
C'est le lieu de présentation de suricates (Suricatta
suricatta).


Enclos des lycaons
Enclos des lycaons - mai 2012


Plaine africaine
Plaine africaine - mai 2012
Enclos des suricates
Enclos des suricates - mai 2012



Flèche

Un grand bâtiment, non visible durant la saison estivale,
abrite les loges des rhinocéros. Enfin, le visiteur se
dirige vers le vivarium où il est invité à entrer.

Le visiteur découvre un premier terrarium, de grande
taille, densément végétalisé, disposant d'un  bassin,
occupé par des tortues charbonnières (Chelonoidis
carbonaria).
En face des tortues se trouvent deux vivariums situés
l'un au dessus de l'autre. Celui du haut, agrémenté de
mousses et de quelques plantes, est le lieu de vie de
dendrobates à tapirer (Dendrobates tinctorius).
Le bac inférieur, entièrement en eau, présente des
axolotls (Ambystoma mexicanum).

Dans un recoin de cette première pièce, on pourra
encore découvrir trois vivariums.



Première salle du vivarium
Première salle du vivarium - mai 2012
Terrarium pour petit reptile
Terrarium pour petit reptile - mai 2012
Les deux premiers, densément végétalisés et agrémentés
d'écorces et de branches, sont consacrés respectivement
à des boas de Dumeril (Acrantophis dumerili) pour le
premier et à des pythons rois (Python regius)pour le second.
Enfin le dernier terrarium est consacré à des ouistitis pygmés
(Callithrix pygmaea).

Avant de franchir la porte de la seconde salle, encastrée
dans le mur, se trouve un terrarium agrémenté de nom-
breuses lianes. Ce dernier accueille des pythons verts
des arbres (Morelia viridis).

Une fois entré dans la seconde salle, un pan de mur, en
bois, est percé de plusieurs fenêtres vitrées. Tous ces
bacs sont consacrés à des arachnides.


On pourra y observer des mygales du Togo (Heteroscodra
maculate), des mygales géantes du Brésil (Lasiodora
parahybana), des mygales ornementales (Poecilotheria
regalis), des mygales roses du Chili (Grammostola rosea)
et des mygales mexicaines (Euathlus smithi).

Chaque espèce d'arachnide dispose d'un petit terrarium
en terre, agrémenté d'écorces.

Des rainettes géantes (Litoria infrafrenata) occupent un
vivarium densément planté, situé en face des mygales.

A côté des rainettes, se trouve un terrarium rempli de ter-
reau et d'écorces.


Terrarium pour serpent
Terrarium pour serpent - mai 2012


Terrarium pour serpent
Terrarium pour serpent - mai 2012


Des blattes du Mexique (Blaberus craniifer) cohabitent
avec des blattes de Madagascar (Gromphadorina
portentosa) dans ce bac en terre.

Le dernier bac est garni de faux rochers, de lianes
torsadées et de plantes à grandes feuilles. Il est consacré
à la présentation de rares faux cobras aquatiques
(Hydrodynastes gigas).

Des serpents chats aux yeux bleus (Boiga cyanea), es-
pèce visible dans 8 parcs européens, occupent un ter-
rarium de grande taille, agrémenté de nombreux mor-
ceaux de bois et autres plantes.


Enfin , le dernier vivarium de la maison des reptiles, est
de taille importante, et représente un milieu volcanique.
Il est le lieu de vie d'iguanes rhinocéros (Cyclura
cornuta).

Le visiteur ressort alors du vivarium et traverse la
boutique du safari.

Sur la gauche du parking se trouve un enclos qui
parait à l'abandon, à l'herbe haute, occupé par un
petit groupe de chiens des buissons (Speothos
venaticus).
Plusieurs autres points de vente entourent la plaine
africaine et l'enclos des lycaons.
Enclos des chiens des buissons
Enclos des chiens des buissons - mai 2012



Flèche

Après être remonté à bord du camion, la visite reprend
au coeur de la vaste savane africaine, que l'on surp-
lombe sur la gauche. Sur la droite se trouvent
les lodges mises à disposition des visiteurs souhaitant
passer une nuit au safari.

La route nous reconduit vers l'enclos secondaire des
girafes et quitte l'Afrique pour débarquer en Asie.
Une première plaine située sur la gauche de la route est
le lieu de présentation de chevaux de Przewalski
(Equus przewalskii).

Sur la gauche se trouvent 2 plaines en herbe, de grande
taille, au sein desquelles cohabitent des cerfs de
Duvaucel (Cervus duvaucelii), des cerfs sambars
(Rusa unicolor niger) et des cerfs axis (Axis axis).



Lodges du safari
Lodges du safari - mai 2012

Plaine des cerfs asiatiques
Plaine des cerfs asiatiques - mai 2012
Enfin, une dernière plaine en herbe, disposant d'un grand
 bassin, est occupée par des buffles d'eau (Bubalus
arnee).

La route du safari, qui se dirigeait auparavant vers les
enclos à fauves, bifurque à droite, pour remonter
vers une gare située dans la partie basse du parc.
Le visiteur a alors  la possibilité de poursuivre sa
visite à pied, ou de rester à bord du véhicule pour
traverser la plaine enherbée occupée par des chevaux
de Przewalski (Equus przewalskii) et des bisons
européens (Bison bonasus).

A la sortie de la plaine des bisons, le safari poursuit sa
route pour revenir au niveau de la gare routière principale.


Plaine des bisons
Plaine des bisons - mai 2012
Plaine des buffles
Plaine des buffles - mai 2012



Flèche

Le visiteur entame alors la partie pédestre du Port Lympne
Wildanimal Park.
La visite débute entre deux plaines en herbe, l'une située
à  gauche, l'autre à  droite. Ces deux plaines d'herbe sont
délimitées par des barrières métalliques. Des rhinocéros noirs
(Diceros bicornis) y sont présentés .

A l'extrémité de la plaine de gauche, le sentier bifurque à gauche,
pour  contourner cette prairie et  longer une troisième consacrée
à des rhinocéros noirs.
Le sentier, relativement long, sillonne entre les plaines des
rhinocéros, le paddock des éléphants et enfin la plaine
des cerfs axis.

A droite du sentier se trouvent deux volières en bois.
agrémentées avec plusieurs branches,
.




Plaine des rhinocéros noirs
Plaine des rhinocéros noirs -mai 2012
Enclos des petits pandas
Enclos des petits pandas - mai 2012
En face de la plaine des cerfs se trouve un enclos de
grande taille.

Cette installation, entourée d'un petit muret, est agrémentée
de grands chênes et d'autres arbres. Des sentiers de
bois complètent les aménagements pour recréer  le milieu
de vie des petits pandas (Ailurus fulgens) qui vivent dans
cet enclos.

Au bout de l'allée, après un virage en épingle, se trouve
une grande volière, au sol en herbe, traversée par un bras
d'eau et agrémentée de roseaux, de joncs et de troncs d'arbres
morts. Elle est consacrée à la présentation de chats pêcheurs
(Prionailurus viverrinus).


Le visiteur poursuit sa visite le long de la prairie des cerfs
pour arriver au niveau d'un complexe de trois grandes
volières de grande taille, construites récemment.
Ces volières artisanales, comme la majorité des installa-
tions de Port Lympne, sont construites sur une base en
bois, recouverte de grillage; Des buissons et de l'herbe
haute permettent aux animaux de se soustraire à la vue des
visiteurs.

La première volière, qui est également la plus volumi-
neuse, est occupée par des lynx de Sibérie (Lynx lynx
wrangeli
). La seconde, identique à la première,  est
consacrée à des lynx des Carpathes (Lynx lynx carpathicus).

Enfin, une dernière volière, de taille moyenne, densé-
ment plantée, est consacrée à des caracals (Profelis
caracal).



Enclos pour lynx
Enclos pour lynx - mai 2012
Volière des caracals
Volière des caracals - mai 2012
Volière des chats sauvages
Volière des chats sauvages - mai 2012



Flèche

Le sentier est alors interrompu par la gare basse du
parc. Après avoir traversé cette gare, le sentier bi-
furque sur la gauche, vers un cul de sac, où se trouve
une volière rectangulaire faite de bois et de grillage
noir. Densément végétalisée, et entourée de nombreux
buissons, elle est le lieu de vie de chats sauvages
d'Ecosse (Felis silvestris grampia).

Des troncs placés en hauteur offrent un parcours aux
chats.
Un jardin d'herbes aromatiques a été installé à côté de
l'enclos des chats sauvages.

Le sentier continue en direction de la zone des car-
nivores et longe, sur la droite, la prairie des bisons
d'Europe et des chevaux de Przewalski.



Jardin des herbes aromatiques
Jardin des herbes aromatiques  - mai 2012

Volière de contact des chats manuls
Volière de contact des chats manuls - mai 2012
Le chemin traverse ensuite un complexe de trois enclos
recouverts d'un filet. Ces enclos représentent  un désert
rocheux, agrémenté de quelques graminées.

Des chats manuls (Felis manul pallas) vivent dans
cette installation. L'installation principale, traversée
par le visiteur, est entourée par deux autres volières
permettant de séparer les animaux en cas de besoin.

Après avoir quitté le complexe des chats manuls,
le visiteur poursuit sa visite le long de la vaste
plaine enherbée où cohabitent bisons américains
et chevaux de Przewalski.




La limite de cette étendue herbeuse est marquée par
une forêt de feuillus, au cœur de laquelle s’enfonce le
chemin. Au sein de cette forêt se trouve la majeure
partie de la collection de petits félins hébergée à Port
Lympne.

A droite du sentier, de hauts poteaux en bois forment
l’armature de deux volières placées côte à côte.


Volière des margays
Volière des margays - mai 2012



Seule la première structure est visible du public. Ces
volières, typiques des installations de Port
Lympne, à savoir des structures en bois artisanales
recouvertes de grillage, sont densément végétalisées. La
végétation, composée de feuillus, de buissons, de
bambous et de palmiers, recrée une véritable impression
de jungle tropicale. Des planches, positionnées
à différentes hauteurs, forment un sentier allant du sol
vers la canopée. Les margays (Leopardus weidii),
présentés à ce niveau, disposent de nombreuses
cachettes et sont parfois difficilement observables.

En poursuivant la visite au sein de la forêt anglaise, le
visiteur découvre, sur la droite, deux autres volières
d’une hauteur moindre, agrémentées de joncs, de
bambous et de roseaux, rappellent les milieux humides.



Flèche

Des bassins, des troncs et des rochers complètent les amé-
nagements de ces installations. Elles sont reliées entre elles
par de petites trappes. Ces enclos sont consacrés à la
présentation de chats viverrins ou chats pêcheurs
(Prionailurus  viverrinus).

En face des chats pêcheurs se trouvent 4 autres volières. Ces
dernières, placées légèrement en retrait du sentier de visite,
disposent d’un sol en herbe et d’agrès en bois. Les deux
premières,  pouvant être reliées entre elles, ont été aména-
gées en une zone dégagée et  une zone où la végétation est
luxuriante. Des ocelots (Leopardus pardalis) sont visibles à
ce niveau.

Le second complexe de deux enclos est consacré à d’autres
chats pêcheurs (Prionailurus viverrinus). Leurs volières
sont comparables aux précédentes installations, destinées à
l’accueil de cette espèce.



Volière des ocelots
Volière des ocelots - mai 2012

Enclos des tigres du Bengale
Enclos des tigres du Bengale - mai 2012

Le sentier de visite s’élargit alors, pour longer sur la gauche,
un vaste enclos en pente (l’ensemble de l’installation n’est
pas visible du public). L' enclos principal est relié à un préparc,
qui semble à l’abandon, et à un petit bâtiment. Cette instal-
lation est le lieu de vie de tigres du Bengale (Panthera
tigris tigris
), une sous espèce très peu courante en cap-
tivité.

Il semble que les animaux présentés à Port Lympne
appartiennent à la sous-espèce Tigris.
Les tigres bénéficient d’une surface d’évolution assez vaste,
agrémentée de grands arbres et de structures en bois de
type plateforme en hauteur.

A côté des tigres se trouve un second enclos en herbe, de
 grande taille, planté de graminées, qui est destiné à
 accueillir un second groupe de lions.



Au bout de l’allée, le sentier de visite est coupé par un
enclos tout en longueur, au sein duquel se trouvent de
petites buttes de sable. Le sol, à l’herbe haute et sèche,
rappelle la savane africaine. Cette installation est le
lieu de vie de guépards (Acinonys jubatus).

A côté de l’enclos des guépards se trouve un chalet en
bois utilisé comme point de restauration rapide.

Revenons légèrement sur nos pas, au niveau de l’allée
ombragée. Sur la partie droite de cette allée, en face des
installations des tigres, se trouvent quatre volières à petits
félins. Comme les précédentes, ces 4 structures forment
deux complexes de 2 volières chacun et sont agrémentés
de troncs d’escalades et de massifs de buissons, bam-
bous ou autres joncs.


Enclos des guépards
Enclos des guépards - mai 2012


Volière des margays
Volière des margays - mai 2012
Les deux premières volières sont occupées par des chats
pêcheurs (Prionailurus viverrinus), tandis que des mar-
gays (Leopardus weidii) vivent dans les suivantes.





Flèche

Le sentier de visite ressort de la forêt pour traverser une
plaine relativement dégagée. Sur la gauche, à l’arrière du
chalet, un second point d’observation s’ouvre sur l’ins-
tallation des guépards, tandis que, sur la gauche, derrière
un fossé sec, une rangée de barrières métalliques délimite
un morceau de forêt humide, où alternent grands arbres
et joncs. Quelques bassins ont été disséminés dans la
parcelle forestière.

Deux vastes enclos non visibles dans leur totalité sont in-
stallés dans cette forêt. Ils sont consacrés à la présen-
tation et à la reproduction de tapirs malais (Tapirus
indicus
). Cette espèce, peu courante en captivité,
est représentée, ici,  par 4 individus.


Enclos des tapirs
Enclos des tapirs - mai 2012


Volière typique pour petits chats
Volière typique pour petits chats - mai 2012

Le complexe destiné à l’élevage de ces gros mammifères,
bien que peu propice aux photos et à la bonne observation
des animaux, leur offre un cadre de vie exceptionnel et
reste une des meilleures installations européennes.

La visite se poursuit sur le sentier de terre tout en longeant ,
sur la droite, la forêt des tapirs, et, sur la gauche, l’enclos
des guépards à l’extrémité duquel ont été érigées plusieurs
volières.

La première volière, qui semble relativement ancienne,
au vu de la distension du grillage et de l’usure du bois,
est plantée d’un buisson, mais reste relativement nue dans
son ensemble. Elle est le lieu de vie de chats de Lybie
(Felis lybica ornata), une sous espèce qui n’est visible
que dans 3 établissements européens.


La visite se poursuit pour découvrir une seconde plaine, située
à l’arrière de la volière des chats de Lybie, et qui offre un es-
pace supplémentaire aux guépards du parc.

Le sentier bifurque alors à 90°, pour contourner la forêt des
tapirs et suivre, sur la gauche, une vaste volière, agrémentée
de nombreux troncs placés à différentes hauteurs. De nom-
breux massifs de végétaux offrent des possibilités de cachet-
tes aux ocelots (Leopardus pardalis) hébergés ici. A côté
des ocelots, deux volières au grillage à mailles fines, situées en
retrait du chemin de visite, sont plantées de nombreux palmiers,
yuccas et bambous. Des troncs et branches s’enchevêtrent à
différentes hauteurs formant un espace d’escalade varié. 

Ces deux volières, séparées l’une de l’autre par un chemin de
service enherbé, sont consacrées à la présentation de chats
rubigineux (Prionailurus rubiginosus).



Volière des chats rubigineux
Volière des chats rubigineux - mai 2012

Enclos forestier des tapirs malais
Enclos forestier des tapirs malais - mai 2012

Les volières de ces petits félins marquent la fin de la
zone des carnivores.
Le sentier de visite remonte alors vers la partie haute
du parc. Sur la droite, on peut toujours observer la
forêt des tapirs et, plus particulièrement,  le second enclos
forestier et le bassin principal. Sur la gauche en re-
vanche, se trouve une prairie humide, où les joncs se
développent de façon anarchique. Cette plaine, dé-
nudée de tout arbre, constitue le 3ème enclos accueillant
les tapirs malais.

Le sentier sillonne alors entre les différentes instal-
lations des tapirs, avant de passer devant leur bâtiment
(non visible du public), à côté duquel se trouve l’entrée
du troisième « Monde » de Port Lympne, la zone
des primates.




Flèche

Le secteur des singes a été installé au cœur d’une
forêt de feuillus. Les volières typiques des instal-
lations du parc s’organisent autour d’arbres, dis-
posent d’une armature en bois, offrent une hauteur
importante et sont agrémentées de différentes
planches situées à différentes hauteurs.

Un petit sentier sillonne entre les installations des
primates. Le premier enclos est consacré à la
présentation de mangabeys à ventre doré
(Cercocebus agilis chrysogaster).
A côté des
mangabeys, se trouve un second enclos, du même
type, au sein duquel sont fréquemment déposées
des branches de bambous. Il  héberge des propi-
thèques couronnés (Propithecus coronatus).


Volière typique de la forêt des singes
Volière typique de la forêt des singes - mai 2012
Volière des colobes
Volière des colobes - mai 2012

Pour découvrir la totalité de la zone des primates, il est
nécessaire de revenir au niveau de la première volière
des cercocèbes, pour continuer sur le petit sentier.

La suite de la visite nous amène à découvrir une volière
de volume important, occupée par un groupe repro-
ducteur de langurs de Java (Trachypithecus auratus
auratus). La visite se poursuit au milieu des volières

des singes, pour y admirer deux autres structures, cote
à cote, la première étant occupée par des langurs
obscurs (
Trachypithecus obscurus) tandis que la
seconde accueille des cercopithèques dianes
(Cercopithecus diana).

Enfin , le dernier enclos de cette zone, est consacré
à
des colobes guérézas (Colobus guereza).


En face de ces volières à singes, une quatrième zone
humide, dotée d’un bassin, plantée d’arbres, de joncs,
au sol où terre et herbe alternent, est consacrée aux
tapirs malais.

Dans  le prolongement du dernier enclos des tapirs se
trouve un enclos à ciel ouvert, délimité par de hauts
murs en béton, percés par des vitres et longés par une
passerelle située en hauteur. Il  est consacré à une
famille de gorilles (Gorilla gorilla gorilla).

Ces grands singes disposent d’un enclos en herbe,
légèrement en pente, agrémenté de quelques troncs
d’arbre, de structures en bois et en cordes et de
tuyaux. Quelques arbres sont également dédiés
aux facéties  des singes.



Enclos des gorilles
Enclos des gorilles - mai 2012

Cage des gorilles
Cage des gorilles - mai 2012
Cet enclos extérieur est relié à un vaste bâtiment, com-
posé d’une cage extérieure, longue et haute, et d’une
partie abritée tout aussi imposante. Ces deux installa-
tions, dont le sol est recouvert de paille, sont relative-
ment anciennes et peu esthétiques. De nombreux jeux,
tuyaux, cordes ou autres tubes métalliques offrent
diverses possibilités d’évolution aux grands singes.

En face de la cage des gorilles, se trouve un point
d’information sur la Fondation Aspinall, propriétaire
des parcs de Port Lympne et de Howletts, qui porte
aujourd’hui encore le nom du fondateur du parc.

Mitoyen à la salle pédagogique se trouvent d’autres
volières à primates bâties sur le même modèle que
les précédentes.


La première accueille un groupe de singes capu-
cins bruns (Cebus apella) en cohabitation avec
des agoutis d'Azara (Dasyprocta azarae).
Une petite volière, qui peut être utilisée comme
pré-parc, est consacée à la présentation de gib-
bons molochs (Hylobates moloch). Enfin, la
troisième héberge,
quant à elle, une famille de
drills (
Mandrillus leucophaeus).

En face de ces deux volières bordant le sentier,
un escalier nous permet de remonter le long de la
cage des gorilles et de découvrir leurs loges cou-
vertes situées plus haut.
Volière des capucins
Volière des capucins - mai 2012


Bâtiment des gorilles
Bâtiment des gorilles - mai 2012
Complexe des gorilles
Complexe des gorilles - mai 2012



Flèche

Sur la droite de cet escalier se trouvent deux petites volières,
reliées à un bâtiment en bois vitré. Ces volières, au sol en
herbe, sont agrémentées de troncs d’arbre simulant un
parcours aérien. Des cercopithèques de Brazza
(Cercopithecus neglectus)  occupent la première tandis
que de rares grands hapalémurs (Hapalemur simus)
vivent dans la seconde.

Une fois revenu au niveau du sentier principal, et à côté
des singes, on retrouve la forêt de feuillus, au sol re-
couvert de fougères. Une parcelle a été grillagée, clô-
ture doublée d’une palissade en bois. Cet enclos de
grande taille, dont seule une petite partie est visible, hé-
berge des bongos (Tragelaphus eurycerus isaaci).

 
 

Volière des hapalémurs
Volière des hapalémurs - mai 2012

Enclos des bongos
Enclos des bongos - mai 2012
En poursuivant la visite, on découvre un bâtiment recouvert
de bois, relié à une volière en bois, plantée de quelques
buissons, et consacrée à un groupe de varis noirs et blancs
(Varecia variegata variegata).

Cette volière marque la fin de la zone des primates. Le
manoir de la famille Aspinall est visible au fond du parc.

En face du portail du manoir, un sentier bifurque sur la
droite, pour découvrir une petite volière octogonale très
haute, au coeur de laquelle ont été installés plusieurs
rondins de bois, placés à différentes hauteurs, et
 quelques bambous. Cette installation est le lieu de
vie de chats rubigineux (Prionailurus rubiginosus
phillipsi).


Sur la gauche, le sentier contourne un bloc de 4 volières
hautes d'environ 5 mètres, à l'armature en bois, au sein
desquelles ont été disposées plusieurs barres en bois,
permettant aux primates d'évoluer à différents niveaux.
La première volière est consacrée à la présentation de
cercopithèques dianes (Cercopithecus diana), la se-
conde héberge des langurs de Java (Trachypithecus
auratus).

Des gibbons moloch (Hylobates moloch) sont main-
tenus dans une volière haute, agrémentée de branches
et de cordes, offrant la possibilité aux singes de se
déplacer par brachiation.

A l'extrémité du sentier, en retrait par rapport au vi-
siteur, se dresse une grande volière agrémentée de nom-
breuses structures d'escalade en bois.



Volière des cercopithèques dianes
Volière des cercopithèques dianes - mai 2012

Volière des panthères longibandes
Volière des panthères longibandes - mai 2012
Cette volière est le lieu de vie de panthères longibandes
(Neofelis nebulosa).

Dans le prolongement de la volière des panthères, à
proximité du sentier de visite, se dresse une volière de
hauteur moyenne, longue, au sol en terre et agrémentée
de branches,  consacrée à la présentation de singes
hurleurs (Alouatta caraya) et d'agoutis d'Azara
(Dasyprocta azarae),

Enfin, un sentier bifurque sur la gauche pour terminer
le contour du rectangle de hautes volières. Le der-
nier enclos, de 5 à 6 m de haut, est planté de quelques
bambous. C'est le lieu de vie de petits hapalémurs
(Hapalemur griseus griseus).
Le visiteur repasse devant les cercopithèques dianes
avant de revenir sur le chemin principal longeant le
manoir.


Manoir
Manoir - mai 2012
Volière des chats rubigineux
Volière des chats rubigineux - mai 2012


Volière des singes hurleurs
Volière des singes hurleurs - mai 2012
Enclos des tapirs jouxtant les gorilles
Enclos des tapirs jouxtant les gorilles - mai 2012



Flèche

Le sentier borde un petit enclos et un pré-parc, chacun
étant délimité par une palissade en bois, doublée d'un
grillage.
Ces enclos, construits à l'ombre de grands arbres, pa-
raissent abandonnés si l'on se fie aux fougères, orties
et autres graminées qui s'y développent de façon anar-
chique. Des tortues léopards (Geochelone pardalis)
profitent de cette installation.

Le sentier de visite se dirige alors vers un complexe
composé de deux volières octogonales séparées par
un bâtiment recouvert de bois. Chaque volière est
plantée de quelques arbustes et agrémentée d'un
sentier fait de troncs en hauteur.


Enclos des tortues
Enclos des tortues - mai 2012


Volière des chats à pieds noirs
Volière des chats à pieds noirs - mai 2012
Un  chat à pieds noirs mâle (Felis nigripes) est hébergé
à ce niveau. Un projet de construction d'un enclos plus
grand est en cours.

A côté des chats à pieds noirs, se trouve un enclos de
grande taille, entourant une forêt de grands arbres. Des
cabanes en bois et des troncs ont été disséminés dans
l'ensemble de cette installation, occupée par des bin-
turongs (Arctictis binturong).

Le sentier se divise alors en 2 chemins , le premier
 se dirige sur la droite, vers un cul de sac. Sur la
droite de cette impasse se trouve une cage ronde très
haute, agrémentée de cordes, barres métalliques et de
cordes.


Cette volière a été érigée entre un bâtiment en pierres,
dont le toit est surmonté d'une autre cage métallique
sur la droite, et une cage relativement longue, au sol
en paille, agrémentée de tubes métalliques formant des
structures d'escalade en bois et de tuyanx.

Ce complexe est consacré à de jeunes gorilles
(Gorilla gorilla gorilla). Ce second groupe est
hébergé dans des installations relativement anciennes
et peu esthétiques.

A  gauche de l'impasse se trouve une vaste étendue
d'herbe agrémentée de nombreux buissons, de
grands arbres, de fougères et de rochers.
Second complexe des gorilles
Second complexe des gorilles - mai 2012


Enclos des binturongs
Enclos des binturongs - mai 2012
Cages des gorilles
Cages des gorilles - mai 2012



Flèche

Cet enclos triangulaire, situé entre l'impasse et le sentier
principal sur lequel on revient, est consacré à la présen-
tation, en semi-liberté, d'un groupe de colobes guérézas
(Colobus guereza) et de cercopithèques de Brazza
(Cercopithecus neglectus).

Un ensemble d'agrès en bois et des cordes ont été
joints à l'ensemble. Le visiteur revient alors sur le sen-
tier principal pour longer ce vaste enclos situé à droite
 du chemin. Sur la gauche se trouve une grande
prairie, agrémentée de quelques arbres, délimitée, non
seulement par une petite barrière métallique, mais
également, par des fils électriques.



Enclos des cercopithèques et colobes
Enclos des cercopithèques et colobes - mai 2012



Enclos des babouins
Enclos des babouins - mai 2012
Cette enclos de grande taille accueille en permanence
un groupe reproducteur de babouins de Guinée
(Papio papio). La double clôture permet de faire
cohabiter les primates avec des rhinocéros noirs, for-
mant une cohabitation originale.

Le visiteur poursuit sa visite pour découvrir les bâ-
timents respectifs des babouins et des colobes, ainsi
que les volières d'isolement de ces deux espèces.

Au bout de l'allée, un chemin bifurque sur la droite,
pour contourner la clinique vétérinaire du zoo, et
longer, sur la droite, un enclos en herbe de grande
taille, entouré de hauts murs en béton et agrémenté
de quelques structures d'escalade et d'une paillotte
métallique.




Cet enclos permet aux gorilles, observés dans les deux
cages précédentes, d'avoir un accès extérieur et un
vaste espace de jeux.

Sur la gauche se trouve deux plaines en herbe consa-
crées à la présentation de rhinocéros noirs (Diceros
bicornis).

Au bas de ce sentier, la progression est stoppée par
la prairie des bisons d'Amérique.


Enclos extérieur des gorilles
Enclos extérieur des gorilles - mai 2012


Plaine des rhinocéros
Plaine des rhinocéros  - mai 2012




Le visiteur revient alors sur ses pas jusqu'au niveau
de l'enclos des babouins, que l'on laisse sur la droite
pour gagner la gare centrale du départ en safari.
On repasse devant l'enclos de la femelle rhinocéros
noir et de son petit, puis devant les panthères des
neiges, avant de traverser la boutique et de quitter
le parc.



Flèche




En conclusion, le parc de Port Lympne est un parc de
grande taille, fondé par M Aspinall dans le but d'as-
souvir sa passion des animaux.

Les enclos sont tous artisanaux, avec une utilisation du
bois et du grillage à outrance. La photographie et l'ob-
servation des animaux sont parfois difficiles.

En terme d'espèce, on note la présence d'une impor-
tante population de rhinocéros noirs. Les petits félins
ne sont pas en reste et, bien que le nombre d'espèce
soit limité, chacune est représentée par plusieurs
individus.
Jeune rhinocéros noir
Jeune rhinocéros noir - mai 2012


Copyright ©  -  2007-2020  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés