Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde   |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Parc Paradisio

Parc Paradisio
Domaine de Cambron
7940 Brugelette

Tel: 0032 (0) 68 250 850
Fax: 0032 (0) 68 455 405

www.paradisio.be


Logo paradisio

Je tiens à remercier Nicole qui m'a accompagné lors de ma visite au parc Paradisio.

Rats kangourous
Rats kangourous - juin 2009





Ma visite: 21 juin 2009
Mise en ligne: 20 janvier 2010


Paradisio est un parc installé au sein de l'ancienne abbaye de Cambron, bâtisse moyennageuse.  Il se montre aux visiteurs au travers des vieilles pierres, des arches et des différents porches . Le zoo de Paradisio accueille aujourd'hui plus de 4000 animaux et plonge le visiteur dans un voyage alternant l'histoire, au travers des bâtisses, la zoologie avec les animaux des 5 continents et la botanique  par ses jardins inspirés de diverses cultures (Chinoises, française, andalouse...).



Horaires d'ouverture 2009
Tarifs d'entrée 2009
La mini ferme et l'Oasis
Les chauves souris, reptiles vénimeux et les otaries
La Nautilus aquarium du parc
La cité des perroquets, la grande volière et les serres aux oiseaux
Le Jardin Chinois, les rapaces africains et les iles des makis
La plaine africaine, le vivarium
Le Royaume de Ganesh et les oiseaux
Les flamants roses, pélicans et l'ile des saimiris
La zone des rapaces
Conclusion



Carte du zoo
Plan du parc






Flèche
Horaires d'ouverture 2009 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)





Le parc est ouvert du 03 avril au 07 novembre

de 10h00 à 19h00 en juillet et aout
de 10h00 à 18h00 les autres mois d'ouverture
Calao à casque plat
Calao à casque plat - juin 2009



Flèche

Tarifs d'entrée 2009 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Conures soleil
Conures soleil - juin 2009
Tarif individuel Age Prix
Tout petit moins de 3 ans gratuit
Enfant de 3 à 11 ans € 17,00
Adulte de 12 à 59 ans € 22,00
Senior à partir de 60 ans € 20,00

Groupes
>20pers.
Age Tarif Groupe Tarif Individuel Votre avantage Nombre de gratuités*
(une entrée adulte gratuite pour)
Adulte de 12 à 59 ans € 18,00 € 22,00 € 4,00 20 participants payants
Senior à partir de 60 ans € 16,00 € 20,00 € 4,00 20 participants payants
Enfant de 3 à 11 ans € 14,00 € 17,00 € 3,00 15 participants payants
Tout petit moins de 3 ans Gratuit Gratuit - -





Flèche

Présentation du parc.

Après avoir laissé sa voiture sur le parking du parc, le visiteur est invité
à franchir un grand porche, qui était, à l'origine, l'entrée des remparts de
l'abbaye. Après avoir acquité  son droit d'entrée, le visiteur entre dans
une première zone. La mini ferme du zoo est installée autour du charril
(hangar à chars) de l'ancienne abbaye. A ce niveau, les enfants peuvent
être en contact direct avec divers animaux domestiques parmi lesquels
on trouve des moutons du Cameroun (Ovis aries), des chèvres naines
(Capra hircus), des cochons vietnamiens (Sus domesticus), des pou-
les naines (Gallus gallus) ou encore des dindons (Meleargis
gallopavo
).
Le visiteur passe, alors, par une nouvelle bâtisse dans laquelle on trouve la
boutique du zoo. Elle  fait également office d'entrée du véritable parc zoo-
logique. A ce niveau, sur la droite du sentier, on trouve un premier enc-
los en sable dans lequel sont présentés des rats kangourous à queue
touffue (Bettongia penicillata), espèce peu courante en captivité. Le
visiteur entre alors véritablement au sein du parc Paradisio.
La suite de la visite nous conduit, vers la droite, en direction de la rose-
raie qui permet aux visiteurs de découvrir différentes variétés de ces
magnifiques fleurs.




Mini ferme du parc
Mini ferme du parc - juin 2009


Ambiance dans l'Oasis
Ambiance dans l'Oasis - juin 2009
En face de la Roseraie, le visiteur peut admirer le jardin andalou qui se
compose de diverses fontaines et de plantes méditerranéennes. Au niveau
du jardin, on trouve également l'entrée de l'Oasis, la première serre du
parc, au sein de laquelle se poursuit la visite. Cette première installation de
7000 m² est consacrée à la végétation luxuriante et aux zones sèches de la
planète. De faux décors et des volières agrémentent la visite de cette
grande oasis. Sur la droite de l'entrée, on trouve une première cavité, de la-
quelle jaillit une cascade au bas de laquelle une île est le point de rassem-
blement de la colonie de guêpiers à front blanc (Merops bullockoides). Au
dessus de la cascade, des volières tampons accueillaient, lors de ma visite,
des toucans tocos (Ramphostos toco). Le visiteur poursuit sa visite et dé-
couvre, entre la végétation, deux volières au sol en terre et agrémentée de
quelques plantes et de branchages. La première volière est le lieu de vie de
mainates religieux (Gracula religiosa) alors que la seconde est occupée
par de rares calaos à casque plat (Buceros hydrocorax hydrocorax).
Une nouvelle volière se dresse sur la gauche du sentier de visite. Elle est
aménagée de perchoirs et de branchages, et accueille une colonie de rares
loris sombres (Pseudeos fuscata) et une autre colonie de loris écarlates
(Eos bornea).


La suite de la visite nous amène vers une zone de la serre plus sèche,
au sol en sable. Sur la gauche du sentier, un petit enclos au sol en
sable agrémenté de quelques rochers et de plantes grasses est con-
sacré aux tortues à éperons (Geochelone suculata), des pintades
huppées (Guttera pucherani), des pintades vulturines (Acryllium
vulturinum
) des coucals à sourcils blancs (Centropus superciliosus)
et des euplectes franciscains (Euplectes orix franciscanus) évoluent
en liberté dans cette partie de la serre.
Sur la droite du sentier, un enclos du même type, mais disposant d'un
grand bassin avec vision sous marine, est le lieu de vie de caïmans à
paupières osseuses (Paleosuchus palpebrosus) et de platémydes
de saint Hilaire (Phrynops hilarii). Après avoir contourné l'enclos
des tortues, le visiteur découvre une volière bien végétalisée, agré-
mentée de quelques branchages et occupée par un groupe de tamarins
(Saguinus oedipus). A coté des tamarins, un autre enclos, comparable
à celui des tortues, est le lieu de présentation d'une colonie de surica-
tes (Suricatta suricatta). Des fourniers variables (Furnarius leucopus),
des rolliers à longs brins (Coracias caudatus), des colombes à bec
jaune (Columbina cruziana), des colins de Californie (Lophortyx
californica) et des touracos Pauline (Tauraco erythrolophus) sont
également présentés en liberté à ce niveau.





Enclos des tortues
Enclos des tortues - juin 2009





Zone désertique de l'Oasis
Zone désertique de l'Oasis - juin 2009
La suite de la visite nous amène vers une zone plus végétalisée où  une première
grande volière se dresse devant le visiteur. Cette dernière est le lieu de vie d'un
couple de calaos festonnés (Aceros undulatus), espèce peu courante en captivité.
Une nouvelle volière, agrémentée de sable et de branchages, est le lieu de présen-
tation de tisserins de Speke (Ploceux spekei) et de pluvians de fluviatiles
(Pluvianus aegyptianus), deux espèces également peu cou-
rantes en captivité. Le visiteur franchit alors un pont sur la droite duquel une
grotte reconstituée abrite divers terrariums. Le premier est le lieu de vie de
microcèbes (Microcebus murinus), les autres abritent diverses espèces de
phasmes (Aretaon asperrimus; Parapachymorpha zomproi; Peruphasma
schultei; Aretaon breuckneri et Drapherodes venustula). Enfin, une der-
nière cavité est occupée par des loutres cendrées (Anoyx cinerea).
Sur la gauche, un grand bassin est occupé par de nombreuses carpes kois et
par des grèbes huppées (Podiceps cristatus). Au centre du lac, une ile densé-
ment végétalisée est occupée par des paresseux à deux doigts (Choleopus
didactylus) et des sarcelles hottentotes (Anas hottentota).
Au niveau de la serre on peut encore observer, en totale  liberté, des spréos à
longue queue (Cosmopsarus reguis), des gouras de Sheepmaker (Goura
scheepmaker).
Le visiteur poursuit sa visite dans la serre pour découvrir un grand lounge bar
au milieu des lianes et de la végétation tropicale. Des avions accidentés décorent
également la serre. Le sentier de visite contourne le grand lac, et conduit le visiteur
vers un nouveau point de vue sur l'enclos des suricates, avant de l'inviter à ressortir
dans le jardin andalou.


Enclos des rats kangourous
Enclos des rats kangourous - juin 2009
Jardin andalou
Jardin andalou - juin 2009


Volière des tamarins
Volière des tamarins - juin 2009
Grand lac de l'Oasis
Grand lac de l'Oasis - juin 2009


Calao festonné
Calao festonné - juin 2009
Tisserin de Speke
Tisserin de Speke - juin 2009



Flèche

Après avoir quitté la serre et le jardin andalou, le visiteur retourne dans
la roseraie du parc. Sur la gauche, au milieu des roses, une anfractuosité
dans un des murs de l'abbaye, conduit le visiteur vers la nurserie du
parc, où il peut voir les nombreuses naissances d'oiseaux que le zoo en-
registre chaque année. A ce niveau, on découvre également une volière
bien cachée, occupée par des vautours pape (Sarcoramphus papa).
Le visiteur revient au niveau du sentier principal pour découvrir une
ancienne crypte, lieu d'un spectacle de rapaces. Le visiteur, en la con-
tournant, découvre une porte par laquelle il passe pour se retrouver
dans une salle noire, occupée par des renards volants de Lyle
(Pteropus lylei) et des roussettes d'Egypte (Pteropus aegyptiacus).
Le visiteur ressort ensuite de la salle des chauves souris pour entrer
dans une salle présentant de nombreux terrariums. Parmi les espèces
présentées ici, on peut citer les mocassins à tête cuivrée (Agkistrodon
contortrix), des crotales diamantins de l'Ouest (Crotalus atrox),
des hélodermes perlés (Heloderma horridum), des crotales du
Vénézuela (Crotalus vegrandis), des crotales des bambous
(Trimeresurus albolabris), des cobras du Cap (Naja niveau), des
vipères heurtantes (Bitis arietans) ou des cobras indiens (Naja naja),
espèces de serpents vénimeux et peu courants en captivité.


Belvédère de la zone des rapaces
Belvédère de la zone des rapaces - juin 2009





Vipère ammodyte
Vipère ammodyte - juin 2009
Le visiteur entre alors dans une salle où un aquarium, ouvert sur le dessus, lui
permet de toucher des étoiles de mer et des oursins, et, ainsi,  noter la sensation
qu'offrent ces invertébrés lorsqu'ils conduisent leurs proies à la bouche. On
découvre aussi, dans cette salle,  un aquarium occupé par un des poissons les
plus redoutables, le poisson pierre (Synanceia verrucosa), extrèmement
venimeux. Le visiteur poursuit sa visite dans un nouveau couloir où il décou-
vre de nouvelles espèces de serpents venimeux, tels des vipères ammo-
dytes (Vipera ammodytes), des vipères à écailles carénées (Echis
sochureki
) et une espèce d'amphibien, des phylobates teeribles (Phylobates
terribilis), des dendrobates tricolores (Epipedobates tricolor), des
dendrobates jaunes (Dendrobates leucomelas) et des dendrobates
à tapirer (Dendrobates tinctorius).
Une dernière salle, installée dans la crypte, est occupée par des chauves
souris à queue courte (Carollia perspicillata). Le visiteur ressort alors de
la crypte et découvre la partie aquatique de Paradisio.
Cette zone se compose de deux enclos en rochers composés d'une plage
rocheuse et de grands bassins avec vision sous marine. La première ins-
tallation est le lieu de vie d'une colonie de manchots du Cap (Spheniscus
demersus), alors que la seconde est le lieu de vie d'ours marins d'Afrique
du Sud (Arctocephalus pusillus pusillus), espèce d'otaries peu courante
en captivité.
En face de la zone marine, on découvre un grand enclos en herbe, consacré
à la faune australienne, représentée par des wallabies de Benett
(Macropus rufogriseus) et des émeus (Dromiceius novaehollandiae).


Vipère heurtante
Vipère heurtante - juin 2009
Crotale diamantin
Crotale diamantin - juin 2009


Enclos des manchots
Enclos des manchots - juin 2009
Bassin des otaries
Bassin des otaries - juin 2009


Volière des vautours papes
Volière des vautours papes - juin 2009


Le visiteur se dirige alors vers le bâtiment  phare de la zone marine:  le Nautilus. L'aquarium de Paradisio  totalise 700 000 litres d'eau de mer et d'eau douce et  conduit le visiteur, principalement dans les eaux de l'océan Indien, de l'océan Pacifique et de l'Amazone.



Flèche

Le visiteur, lorsqu'il est entré dans ce chateau du XIXème siècle, transformé en
aquarium, découvre un premier bac de contact occupé par des bars
de l'Atlantique (Disantrarchus labrax) et des soles (Solea solea).
S'en suit une série d'aquariums d'eau de mer recréant des fonds ma-
rins, des zones de récifs. On peut y observer, entre autres, des girelles
paon bleu vert (Thalassoma lunare), des chirurgiens jaunes
(Zebrasoma flavescens), des poissons pincette jaune (Forcipiger
flavissimus), des demoiselles bleues (Chrysiptera cyanea),
des éléotris magnifiques (Nemateleotris magnifica), des éventails
du Japon (Pomacanthus navarchus), des chirurgiens bleus
(Paracanthurus hepatus), des murènes vertes (Gymnothorax
funebris), des nautiles (Nautilus pompilius), des rascasses volantes
(Pterois volitans).
La suite de la visite nous conduit dans une allée consacrée aux pois-
sons des eaux douces d'Amazonie. Ces individus sont représentés
par des piranhas rouges (Pogocentrus natterei), des cardinalis
(Paracheirodon axelrodi), des rineloricari fallax (Rineloricaria
fallax
), des cichlidés damiers (Julidochromis marlieri), des agas-
sizis (Apistogramma agassizii) ...




Nautilus
Nautilus - juin 2009


Sole
Sole - juin 2009
Le visiteur entre alors dans une des attractions phare de l'aquarium, le tunnel
des requins, au sein duquel on peut observer des requins à pointe noire
(Carcharinus melanopterus) et des mérous bruns (Epinephelus
marginatus
). Le visiteur gagne alors une salle consacrée aux poissons des
eaux douces africaines, avec un premier bac,  lieu de vie de cichlidés comme
les Labidochromis caeruleus, les Sciaenochromis friery. On entre alors
dans une salle consacrée aux méduses (Aurelia aurita), avant de gagner
une autre salle consacrée aux bacs amazoniens. On y  découvre des
nez rouges (Hemigrammus bleheri) et des coeurs saignants
(Hyphessobrycon erythrostigma)...
Le visiteur descend alors le grand escalier central du Nautilus, pour décou-
vrir des périophthalmes (Periophthalmus papilio). Un autre aquarium pré-
sente des poissons ballons réticulés (Arothron reticularis). La suite de la
visite nous amène vers de nouveaux aquariums où l'on peut observer, entre
autre, des gouramis géants (Colisa fasciata), des labéos à queue rouge
(Labeo bicolor).
Le visiteur, avant de ressortir du Nautilus, peut encore observer trois bacs
présentant du phyto- et du zoo-plancton.


Aquarium marin
Aquarium marin - juin 2009
Aquarium
Aquarium - juin 2009


Nautile
Nautile - juin 2009
Rascasse
Rascasse - juin 2009



Flèche

Le visiteur poursuit sa visite en entrant dans une zone consacrée aux
oiseaux et notamment aux perroquets. Cette zone s'ouvre sur une
première volière de type rectangle au sol en sable, aménagée de
quelques rochers et branchages. Cette volière est occupée par un
groupe d'aras araraunas (Ara ararauna) et des cariamas huppés
(Cariama cristata), espèce peu courante en captivité.
La suite de la visite nous conduit vers une autre volière de grande
taille, aux mailles importantes, dans laquelle est présenté un couple
d'aras hyacinthes (Anodorhynchus hyacinthinus). En face des
aras, une rotonde est divisée en 2 volières, que le visiteurs con-
tourne. Des cacatoès à huppe jaune (Cacatua galerita) occupent
la première volière, alors que la seconde est le lieu de présentation
de perruches ondulées (Melopsittacus undulatus), des perruches
calopsites (Nymphicus hollandicus) et des perruches de Pennant
(Platycercus elegans).
Le visiteur revient alors au niveau du sentier principal, pour dé-
couvrir de nouvelles volières comparables à celle des cariamas. La
prochaine volière accueille des faisans argentés (Lophura
nycthemera
) et des perruches de Patagonie (Cyanoliseus
patagonus
).





Volière typique pour perroquets
Volière typique pour perroquets - juin 2009

Volière des kéas
Volière des kéas - juin 2009
La suite de la visite nous amène vers une volière de taille moyenne,
au milieu de laquelle coule une petite cascade, occupée par un
groupe de kéas (Nestor notabilis). La volière suivante est le lieu
de vie de faisans de Lady Amherst (Chrysolophus amherstiae)
qui cohabitent avec des conures soleil (Aratinga solstitialis), puis
vers la volière des aras macaos (Ara macao).
S'en suit une nouvelle rangée de volières, densémment végétalisées,
agrémentée d'un petit bassin et d'un sol en sable. Un couple de
cacatoès corella (Cacatua sanguinea) est hébergé dans la première.
La volière suivante, de très grande taille, est le lieu de cohabitation de
cacatoès de Leadbeater (Cacatua leadbeateri), de cacatoès à hup-
pe rouge (Cacatua moluccensis) et de cacatoès rosalbins (Eolophus
roseicapillus).
Enfin, une dernière volière, comparable aux précédentes,  est le lieu de
cohabitation d'un importante colonie d'inséparables de Fischer
(Agapornis fischeri) et de rares perroquets à ventre rouge
(Poicephalus rufiventris).


Volière des cacatoès
Volière des cacatoès à huppe jaune - juin 2009
Volière des inséparables
Volière des inséparables - juin 2009


Le sentier de visite s'engoufre alors dans une forêt de bambous, au
bout de laquelle se trouve l'entrée de la plus grande volière extérieure
du parc, à l'intérieur de laquelle il est invité à entrer. Cette dernière
se compose d'une zone de prairie dégagée, d'une zone de forêt den-
sémment plantée, d'un ruisseau et d'une marre. De nombreuses es-
pèces, dont certaines peu courantes en captivité sont présentées à ce
niveau, mais il est dommage que les espèces sont d'origines géogra-
phiques différentes. On découvre ainsi des touracos violets
(Musophaga violacea), des ombrettes du Sénégal (Scopus
umbretta
), des talèves sultanes (Porphyrio porphyrio), de rares
cigognes episcopales (Ciconia episcopus), des cigognes d'Abdim
(Ciconia abdimi), des ibis hagedash (Bostrychia hagedash), des
hérons garde-boeufs (Bubulculus ibis), des perroquets vasas
(Coracopsis vasa), des aigrettes garzettes (Egretta garzetta), des
dendrocygnes veufs (Dendrocygna viduata), des sarcelles hotten-
totes (Anas hottentota) pour l'Afrique, des ibis rouges (Eudocimus
ruber
), des spatules roses (Ajaja ajaja), des savacous huppés
(Cochlearius panamensis), des canards des Bahamas (Anas
bahamensis
) pour l'Amérique du Sud, des erismatures roux
(Oxyura jamaicensis) pour l'Amérique du Nord, des tadornes
radjah (Tadorna radjah) pour l'Australie, des paons spicifères
(Pavo muticus) pour l'Asie, des huitriers pies (Naemantopus
ostralegus
) et enfin des courlis cendrés (Numenius arquata) pour
l'Europe.






Grande volière
Grande volière - juin 2009

Partie tropicale de la serre des oiseaux
Partie tropicale de la serre des oiseaux - juin 2009
Le visiteur a alors le choix d'emprunter un parcours en hauteur pour dé-
couvrir la volière sous un nouvel angle, ou de quitter cette dernière en
direction des serres aux oiseaux.
Le visiteur entre alors dans une permière partie de la serre densémment
végétalisée, où il découvre sur la gauche, une première volière occupée
par des euplectes franciscains (Euplectes orix franciscanus), alors que
sur la droite, on découvre une autre volière, lieu de vie de rares anserelles
naines (Nettapus auritus). Le visiteur entre alors dans une zone de vol
libre, où l'on peut observer des mainates religieux (Gracula religious),
des caossyphes à calotte neigeuse (Cossypha niveicapilla), des bulbuls
orphées (Pycnonotus jocosus), des capucins à dos marron (Lonchura
malacca
)
, des pigeons nocibars (Caloenas nicobarica), des agamis
trompettes (Psophila crepitans), des échasses d'Amérique (Himantopus
mexicanus) et des canards à dos blanc (Thalassornis leuconotus).
Avant de quitter cette première serre, le visiteur découvre une grande
volière occupée par des calaos à cimier (Aceros cassidix).
Le visiteur entre alors dans une  volière consacrée aux zones sèches et
désertiques.


Sur la droite, une zone délimitée est occupée par des tortues d'Aldabra
(Geochelon gigantea). Dans cette zone, on peut également découvrir
diverses espèces d'oiseaux en vol libre comme des choucadors super-
bes (Spreo superbus), des perruches à croupion rouge (Psephotus
haematonotus), des diamants mandarins (Taeniopygia guttata), des
colins de Californie (Lophortyx californica), oedicnèmes tachards
(Burhinus capensis), des colombes lophotes (Geophaps lophotes),
des rolliers à long bras (Coracias caudata), des calaos couronnés
(Tockus alboterminatus) et des souïmangas malachites (Nectarinia
famosa).
Le visiteur entre alors dans la dernière serre consacrée aux forêts
tropicales humides. Là encore, le visiteur peut observer différentes
espèces en liberté comme des amazilies de Lesson (Amazilia amazilia),
des cordons bleus (Uraeginthus cyanocephallus), des diamants de
Gould (Chloebia gouldiae) et des zostérops orientaux (Zosterops
palpebrosus).


Zone désertique de la serre
Zone désertique de la serre - juin 2009
Zone des forêts humides dans la serre
Zone des forêts humides dans la serre - juin 2009


Dans cette zone, on découvre encore une grande volière au sol en terre
et densémment végétalisée, au sein de laquelle sont présentés des gre-
nadins à poitrine bleue (Uraeginthus ianthinogaster), des shamas à
croupion blanc (Copsychus malabaricus), des tangaras du Brésil
(Rhamphocelus bresilius), des jacarinis noirs (Volatinia jacarina),
des roulrouls couronnés (Rollulus roulroul), des gallicolombes poi-
gnardées (Gallicolumba luzonica) et des caurales soleil (Eurypyga
helias
).
Le visiteur ressort alors des grandes serres et trouve une dernière vo-
lière plantée de quelques arbustes et de rochers, dans laquelle sont
présentés de rares géocoucous (Geococcyx californianus).

Le visiteur poursuit sa visite pour entrer dans un nouveau monde de
Paradisio.
Volière typique pour un couple de cacatoès
Volière typique pour un couple de cacatoès - juin 2009
Volière du géocoucou
Volière du géocoucou - juin 2009


Calao à cimier
Calao à cimier - juin 2009
Cariama huppé
Cariama huppé - juin 2009


Tantale ibis
Tantale ibis - juin 2009
Cigogne épiscopale
Cigogne épiscopale - juin 2009



Flèche

Le visiteur dispose alors d'une vue en hauteur sur le Jardin Chinois
de Paradisio. Un premier porche nous amène vers une forêt de
bambous, au sein de laquelle on peut observer, derrière un mur tail-
lé, un enclos en herbe planté de quelques buissons, occupé par un
trio de rares muntjacs d'Inde (Muntiacus muntjac). Une peu plus
loin, un autre enclos adossé à la grande volière du parc, est le lieu
de vie d'un couple reproducteur de grues du Japon (Grus
japonensis
). Le visiteur revient alors au niveau du sentier, pour
découvrir un point d'observation sur un enclos densémment planté
disposant de grands arbres auxquels les petits pandas (Ailurus
fulgens
), qui vivent dans cet enclos, ont accès.
La suite de la visite nous amène à descendre vers la cité chinoise
où  le sentier longe une petite rivière et permet de découvrir de
nombreuses d'espèces d'échassiers et des mammifères hébergé
sur des îles ou dans des volières. L'ensemble de ces installations
a un sol en herbe, agrémenté de points d'eau, de  forêts de bam-
bous, de zones nues et de zones aux herbes hautes. Une première île,
située sur la droite du sentier est le lieu de vie de grues du Canada
(Grus canadensis pratensis), espèce très peu représentée en
captivité.




Jardin chinois
Jardin chinois - juin 2009


Volière des cigognes
Volière des cigognes - juin 2009
Sur la gauche du sentier, une première volière est le lieu de vie d'un couple
de cigognes orientales (Ciconia boyciana). En arrière plan, et visible dans
une autre fenêtre percée dans le mur, on peut découvrir une vaste prairie
herbeuse occupée par des kiangs (Equus hemionus kiang). La suite de la
visite nous amène vers une autre volière occupée par les échassiers les
plus rares en captivité, à savoir la grue de Sibérie (Grus leucogeranus),
espèce entièrement blanche avec une tête rouge. Le visiteur poursuit alors
sa visite sous l'abri d'un sentier chinois. Sur la droite, on découvre une île
occupée par des cigognes blanches (Ciconia ciconia) alors qu'en
face, une volière accueille des cigognes noires (Ciconia nigra). Une autre
île,  accolée à la volière des cigognes noire, est le lieu de vie d'un couple de
grues à cou blanc (Grus vipio), et de rares grues du Paradis (Grus
paradisae
). Le visiteur entre alors dans le jardin des bonsaïs, où il est invité
à sonner le "Gong". De retour sur le sentier de visite principal, on découvre
une nouvelle île occupée par des grues demoiselles (Anthropoides virgo)
et des bernaches du Canada (Branta canadensis). En face de cette instal-
lation, deux dernières îles sont occupée respectivement par de rares grues
à cou noir (Grus nigricollis), et par des grues caronculées (Bugeranus
carunculatus
).


Grue du Canada
Grue de Sibérie - juin 2009
Couloir de visite
Couloir de visite - juin 2009


Ile des grues
Ile des grues - juin 2009
Jardin chinois
Jardin chinois - juin 2009


Muntjak d'Inde
Muntjak d'Inde - juin 2009
Muntjak d'Inde
Muntjak d'Inde - juin 2009


Grue caronculée
Grue caronculée - juin 2009
Grue à cou noir
Grue à cou noir - juin 2009


On arrive alors au niveau d'un temple entouré par deux volières densé-
ment végétalisées. La première, agrémentée d'un vaste bassin, est le lieu
de cohabitation de pluviers grand gravelot (Charadrius hiaticula),
des échasses d'Amérique (Himantopus mexicanus), des bergeronettes
grises (Montacilla alba) et des avocettes élégantes (Recurvirostra
avosetta). La seconde volière est occupée par des faucons kobez
(Falco vespertinus), des ibis chauves (Geronticus eremita) et des rol-
liers d'Europe (Coracias garrulus). Entre ces deux volières, une salle
du temple abrite divers aquariums,  hébergeant différentes variétés de
poissons rouges. Le visiteur traverse alors une zone de jeux pour enfants
pour découvrir un enclos en herbe, agrémenté d'un bassin et d'une forêt
de bambous, dans laquelle est présenté un couple de grues antigones
(Grus antigone), qui closent l'importante collection de grues de
Paradisio. Au détour d'un grand arbre, le visiteur découvre le lac prin-
cipal du parc au milieu duquel ressort un grand bateau.
Sur la gauche du sentier, une nouvelle volière est le lieu d'un cohabitation
originale entre des serpentaires (Sagittarius serpentarius), des calaos
terrestres (Bucorvus cafer), de rares outardes koris (Choriotis kori) et
des pintades vulturines (Acryllium vulturinum).




Volière des serpentaires
Volière des serpentaires - juin 2009
Enclos des casoars
Enclos des casoars - juin 2009



Le visiteur entre alors dans une zone consacrée à l'Afrique, et,  plus
particulièrement,  à Madagascar. "Nosy Komba" ou l'archipel des
lémuriens, se compose de trois grandes îles sur lesquels le visiteur
poursuit la visite. Ces îles sont plantées de nombreux végétaux, et
sont, chacune, occupées par une espèce de lémurien. La première
est le lieu de vie d'une troupe de makis catta (Lemur catta), la
seconde de varis noirs et blancs (Varecia variegata variegata)
et la troisième de varis roux (Varecia variegata rubra). Au bord
des îles, où le visiteur est en contact direct avec les lémuriens, on
peut observer une importante colonie de flamants nains (Phoeniconais
minor
). Le visiteur revient alors au niveau du sentier principal pour
découvrir un nouvel enclos de type forestier, lieu de vie d'un casoar
à casque (Casuarius casuarius).


Volière des ibis et des faucons
Volières des ibis et des faucons - juin 2009
Ile des makis varis
Ile des makis varis - juin 2009



Flèche

Sur la droite du sentier, on trouve toujours le lac du parc duquel jaillissent
différentes îles. Le lac est également bordé par un chemin de fer. Sur la
gauche, on découvre deux petits enclos côte à côte, occupés par des ja-
birus du Sénégal (Ephippiorhynchus senegalensis) pour l'un,des mara-
bouts africains (Leptoptilos crumeniferus) pour l'autre. A l'arrière de
ces deux enclos, une vaste étendue herbeuse constitue la plaine africaine
du zoo. Cette dernière accueille diverses espèces d'Afrique mais aussi
d'Asie et d'Amérique du Sud. On peut, ainsi, y observer des autruches
(Struthio camelus), des grues couronnées (Balearica pavonina)des
gnous bleus (Connochaetes taurinus), des zèbres de Burchell (Equus
burchelli
), des sitatungas (Tragelaphus spekei), qui peuvent évoluer en
liberté dans le parc, ces espèces représentant l'Afrique, des antilopes
cervicapres (Antilope cervicapra) pour l'Inde et des maras (Dolichotis
patagonum
) pour l'Amérique. Cette plaine, peu aménagée et séparée du
visiteur par un grillage peu esthétique, devrait,  à terme,  être transformée.
En face de la plaine africaine, une autre étendue herbeuse, rénovée ré-
cemment, accueille un groupe de girafes (Giraffa camelopardalis).
Le visiteur poursuit alors sa visite en direction du grand bateau.




Plaine africaine
Plaine africaine - juin 2009


Volière des becs en sabot
Volière des becs en sabot - juin 2009
Avant de monter sur le pont du "Mersus Emergo", le visiteur découvre la
volière, très végétalisée, de l'espèce phare du parc :  le bec en sabot
(Balaeniceps rex). Ces oiseaux, importés directement d'Afrique, se sont
reproduit pour la première fois au monde au courant de l'année 2007.
Les deux jeunes, aujourd'hui de grande taille, ont été transférés au
zoo de Zurich, dans la maison des rhinocéros.
Le visiteur entre alors  dans les cales du bateau, où il peut découvrir,
à  travers des baies vitrées, les loges intérieures des girafes, avant de
gagner une exposition permanente sur la CITES, sur les espèces menacées
et les causes de disparition de nombreuses espèces, ainsi que sur  la destruction
de leur habitat ou encore le trafic d'animaux. A la sortie de l'exposition,
qui s'étend sur la quasi totalité de la cale, le visiteur entre dans un nou-
veau vivarium. Un premier terrarium en sable, agrémenté de quelques
rochers, est le lieu de présentation d'agames barbus (Pogona vitticeps),
le second,  agrémenté de quelques plantes en  plastique, abrite des pythons
améthystes (Morelia amethistina). En face de ces deux espèces de
reptiles, trois grand vivariums, disposant d'un bassin et d'une plage, dont
les deux de droite peuvent être regroupés ou séparés,  accueillent des
crocodiles du Nil (Crocodylus niloticus).


Vivarium des crocodiles
Vivarium des crocodiles - juin 2009
Couloir de visiteur
Couloir de visiteur - juin 2009




Le troisième grand terrarium est occupé par des émydes géantes de
Bornéo (Orlitia borneensis). Le visiteur sillonne alors entre les ter-
rariums situés côte à côte pour regagner le pont supérieur. Le long
de ce périple, on peut observer trois terrariums occupés par des py-
thons réticulés (Python reticulatus), des cyclémmides dentelées
(Cyclemys dentata)qui cohabitent avec des pythons de Birmanie
(Python molurus bivittatus). La suite de la visite nous amène vers
une zone consacrée en priorité aux tortues. La première installation
accueille des tortues léopards (Geochelone pardalis), puis des
varans à gorge blanche (Varanus albigularis). On découvre alors
les tortues d'Hermann (Testudo hermanni boettgeri). Un autre
terrarium abrite des tortues marginées (Testudo marginata).
Le visiteur suit alors un sentier pour admirer un vaste
terrarium,  lieu de cohabitation de maurémides lépreuses
(Mauremys leprosa) et de tortues géantes d'Aldabra (Dipsochelys
dussumieri). Deux autres installations sont  occupées par des tor-
tues des steppes (Testudo horsfieldii), puis par des cistudes d'Eu-
rope (Emys orbicularis).




Vivarium pour reptiles
Vivarium pour reptiles - juin 2009


Siamangs
Siamangs - juin 2009
De petits terrariums,  côte à côte, abritent diverses espèces de petits lézards,
comme des gerrhosaures africains (Gerrhosaurus major), des pythons de
Children (Antaresia childreni), des agames barbus (Pogona vitticeps),
des varans de Gould (Varanus flavirufus), des varans du Nil (Varanus
niloticus), des cordyles (Cordylus tropidosternum).
Le visiteur ressort alors du vivarium au niveau du restaurant du bateau, avant
de gagner le pont supérieur sur lequel un bassin héberge des tortues à tem-
pes rouges (Trachemys scripta). Tout autour de ce pont, on peut découvrir
les îles qui entourent le bateau. La première, en sable, disposant également
d'un accès vers une zone délimitée du lac, est occupée  par un couple d'hippopo-
tames (Hippopotamus amphibius). La seconde île, densémment végatalisée,
est le lieu de vie d'un groupe reproducteur de siamangs (Hylobates
syndactulus
). La troisième île, mitoyenne à la volière des becs en sabot, est
comparable à celle des hippopotames,  et est le lieu de présentation de tapirs
terrestres (Tapirus terrestris).
Le visiteur quitte le "Mersus Emergo", pour se diriger vers la grande nou-
veauté 2009.


Ile des tapirs
Ile des tapirs - juin 2009
Ile des siamangs
Ile des siamangs - juin 2009


Bec en sabot
Bec en sabot - juin 2009



Jabiru du Sénégal
Jabiru du Sénégal - juin 2009





Flèche

Cette nouveauté est un hommage à l'Indonésie et a été baptisée le
"Royaume de Ganesh. Il s'agit d'un temple, construit dans ce pays,
importé et monté en Belgique. Des animaux originaires de cette zone
géographique ont pris place dans cette imposante nouveauté.
Avant de gravir les escalier qui  mènent au Royaume de Ganesh, le
visiteur peut observer deux enclos et un troisième en construction, qui
sont consacrés à la présentation d'éléphants asiatiques (Elephas
maximus), dont deux femelles de la sous espèce de Sumatra, très peu
représentée en captivité.
Le visiteur gagne alors une zone de prière, en pierre sombre, agrémentée
de nombreuses statues. Avant cette salle, un bassin est le lieu d'un spe-
ctacle quotidien présentant la baignade des éléphants en public.
On franchit alors une longue zone sans animaux, avant de découvrir une
petite volière occupée par des paddas de Java (Padda oryzivora).
Une autre volière est le lieu de vie d'étourneaux de Bali (Leucopsar
rothschildi). Une pièce vitrée, au sol en terre, plantée de nombreux
végétaux est occupée par des tatous velus (Chaetophractus villosus).



Enclos des éléphants et Royaume de Ganesh
Enclos des éléphants et Royaume de Ganesh - juib 2009
Enclos des buffles d'eau
Enclos des buffles d'eau - juin 2009
En face des tatous, un nouvel enclos accueille des porcs épics  indiens
(Histryx cristata), alors qu'à coté de la maison des tatous, vit un cou-
ple de calaos à cimier (Aceros cassidix). Le visiteur poursuit sa vi-
site pour revenir au niveau du bassin des éléphants, où un grand
escalier invite le visiteur à quitter le Royaume de Ganesh, tout en
longeant le nouvel enclos des buffles d'eau (Bubalus bubalis).
Le visiteur revient alors au niveau du sentier principal, pour longer
à nouveau le grand lac et se diriger vers la zone forestière du parc.
En poursuivant dans cette direction, on trouve le dernier enclos du
Royaume de Ganesh, visible à travers de hautes baies vitrées, et
consacré à une espèce de singes très peu représentée en capti-
vité, à savoir les macaques à crète (Macaca nigra nigra).
La zone forestière du parc borde, sur la droite, le grand lac, et sur la
gauche, de nombreuses volières. La première est le lieu de présen-
tation de calaos couronnés (Tockus alboterminatus) qui cohabitent
avec des bambusicoles de Chine (Bambusicola thoracia).


Temple indien
Temple indien - juin 2009
Hutte décorative
Hutte décorative - juin 2009


Volière des paddas
Volière des paddas - juin 2009
Enclos des macaques
Enclos des macaques - juin 2009


Bain des éléphants
Bain des éléphants - juin 2009
Promenade des éléphants
Promenade des éléphants - juin 2009


La volière suivante est le lieu d'une nouvelle cohabitation entre des pies
bleues (Cyanopica cyana) et des lophophores resplendissants
(Lophophorus impejanus). Leur volière, comme toutes les autres de
cette rangée, dispose d'un sol en gravillons, de troncs d'arbres, de
branchages et de quelques conifères. Une autre volière est le lieu de
vie de hoccos à pierre (Pauxi pauxi). Des garrulax à plastron
(Garrulax pectoralis) et des colins de Californie (Lophortyx
californica) sont présentés dans la volière qui suit, alors qu'une nouv-
elle installation est le lieu de vie de garrulax à huppe blanche (Garrulax
leucolophus
) et de tragopans satyres (Tragopan satyra).
Le visiteur poursuit alors sa visite pour admirer, sur sa droite, le vaste
lac central, au bord duquel une petite plaine herbeuse permet aux ca-
nards colverts (Anas platyrhynchos) de s'ébattre.
Uneautre volière, de même type que les précédentes, est occupée
par de rares argus géants (Argusianus argus) et des colombes à bec
jaune (Columbina cruziana).


Volière typique pour faisans
Volière typique pour faisans - juin 2009


Enclos des chiens de prairie
Enclos des chiens de prairie - juin 2009
La suite de la visite nous amène vers les deux dernières volières de la ran-
gée. La première est le lieu de présentation de faisans vénérés (Syrmaticus
reevesi), alors que la suivante est le lieu de cohabitation de bambusicoles
de Chine (Bambusicola thoracia) et d'étourneaux de Bali (Leucopsar
rotschildi
).
Le visiteur entre alors dans la forêt du parc, qui se situe à une des extré-
mités de ce dernier. Un premier enclos, au sol en terre, couvert de nom-
breux conifères et séparé du visiteur par une palissade en bois, est occupé
par une colonie de chiens de prairie sociaux (Cynomis ludovicianus) et
par des oursons coquau (Erethizon dorsatum).
En arrière plan de l'enclos des chiens de prairie, une nouvelle installation
de grande taille représentant une prairie, est le lieu de vie d'un groupe de
bisons américains (Bison bison).
A coté des bisons, une volière, comparable à celle des faisans, est occupée
par des chouettes pêcheuses de Bouvier (Scotopelia bouvieri).
Le visiteur poursuit sa visite en contournant le grand lac, tout en longeant le
chemin de fer du zoo, pour découvrir une vaste plaine herbeuse inoccupée
lors de ma visite.


Tatou velu
Tatou velu - juin 2009
Porc épic indien
Porc épic indien - juin 2009


Buffle d'eau
Buffle d'eau - juin 2009
Macaques
Macaques - juin 2009





Flèche

En poursuivant le sentier, on découvre sur la gauche, un nouveau lac au
milieu duquel se trouve une ile, sur laquelle évolue un groupe de pélicans
(Pelecanus onocrotalus), des canards carolins (Aix sponsa), des ca-
nards mandarins (Aix galericulata) et des foulques macroule (Fulica
atra).
Le visiteur arrive alors à une des extrémités, où il bifurque sur la droite,
en direction de l'île des flamants roses. Une colonie de flamants du
Chili (Phoenicopterus chilensis) est présentée aux cotés d'oies cen-
drées (Anser anser), sur une petite île en herbe. En poursuivant le sen-
tier bordant le lac, on gagne un autre chemin qui gagne le Royaume de
Ganesh. A ce niveau, le visiteur est également invité à entrer sur une
autre  île nommée "Madidi Island". Cette installation, à la végétation
luxuriante, tendue de quelques branchages et cordages, est le lieu d'évo-
lution d'une troupe reproductrice de singes écureuils (Saïmiri
boliviensis
), qui s'agitent au milieu des visiteurs. Les loges intérieures
des animaux sont visibles au travers de baies vitrées.



Ile des pélicans
Ile des pélicans - juin 2009
Volière typique du cimetière des moines
Volière typique du cimetière des moines - juin 2009
En quittant Madidi Island, on découvre une volière en cours de construction,
qui devrait accueillir, dès 2010, une colonie d'oiseaux et de mammifères au-
straliens, comme par exemple de grands eclectus (Eclectus roratus).
Le visiteur arrive alors au niveau de l'enclos des wallabies de Benett
(Macropus rufogriseus), où il bifurque à gauche en direction de l'ile des fla-
mants, pour rejoindre le cimetière des moines, où étaient inhumés les anciens
habitants de l'Abbaye de Cambron. Au sein de ce cimetière, on découvre
deux volières plantées de conifères, et occupées par des chouettes lapones
(Strix nebulosa) pour la première et par des faucons hobereaux (Falco subbuteo)
pour la seconde. Avant de quitter le cimetière des moines, on peut encore découvrir
 le moulin du parc, qui permettait aux moines de fabriquer leur propre farine,
puis une dernière volière densémment végétalisée, consacrée aux passereaux,
représentés par des cardinaux rouges (Cardinalis cardinalis), des chardonnets
élégants (Carduelis carduelis), des râles des genêts (Crex crex) et des étourneaux
 roselins (Sturnus  roseus).





Faucon hobereau
Faucon hobereau - juin 2009
Garrulax à plastron
Garrulax à plastron - juin 2009


Le visiteur revient alors au niveau du sentier principal, pour se rendre dans la zone des rapaces.



Flèche

La zone des rapaces débute par une série de volières hautes, agrémentées
de quelques confières, de branchages et de rochers. Les trois premières
volières font face au ruisseau qui traverse Paradisio. La première volière
est occupée par des pygargues à queue blanche (Haliaeetus albicilla), la
seconde par des pygargues de Steller (Haliaeetus pelagicus) et par un
vautour fauve (Gyps fulvus). La troisième volière est le lieu de cohabi-
tation de condors des Andes (Vultur gryphus), des caracaras de monta-
gne (Phalcoboenus megalopterus) et de rares urubus à tête jaune
(Cathartes burrovianus). Les deux dernières volières de cette rangée
sont le lieu de présentation de gypaètes barbus (Gypaetes barbatus)
puis de pygargues à tête blanche (Haliaeetus leucocephala).
En face des volières, un enclos en herbe est occupé par un troupeau de
moutons d'Ouessant (Ovis aries). Un autre petit enclos est le lieu
de présentation de cygnes à col noir (Cygnus melanocoryphus).
Le visiteur contourne alors l'enclos des cygnes pour découvrir de
nombreuses autres volières qui s'imposent à lui.
Sur la gauche du sentier, une première installation est occupée par des
pygargues vocifères (Haliaeetus vocifer). Le visiteur bifurque alors sur
la gauche en direction d'une série de petite volières consacrées aux
chouettes.




Volière pour grands rapaces
Volière pour grands rapaces - juin 2009



Cité des rapaces
Cité des rapaces - juin 2009
Des chouettes épervières (Surnia ulula) occupent une petite installation au sol
en écorces et plantée de nombreux conifères. Alors que deux volières mitoyen-
nes, du même type, présentent des harfands des neiges (Nyctea scandiaca)
et des hiboux grands ducs (Bubo bubo).
Le visiteur entre alors dans la plus grande volière de la zone des rapaces, au
sein de laquelle cohabitent des vautours palmistes (Gypohierax angolensis),
des calaos terrestres (Bucorvus cafer), des vautours de Rüppel (Gyps
rueppellii), des vautours africains (Gyps africanus), des vautours charognards
(Necrosyrtes monachus), des vautours à tête blanche (Trigonoceps occipitalis),
des faucons laniers (Falco biarmicus) et des aigles huppés (Lophoaetus
occipitalis
).
Le visiteur ressort de cette volière de contact pour découvrir une nouvelle instal-
lation,  lieu de vie de buses aguias (Geranoaetus melanoleucis).
Une autre volière, située un peu plus haut, accueille des vautours percnoptères
(Neophron percnopterus), alors que la dernière volière de la vallée des rapaces
est le lieu de vie de circaètes Jean Le Blanc (Circaetus gallicus) et de milans
royaux (Milvus milvus).
Le visiteur arrive alors au niveau d'anciens bâtiments, rattachés à la mini ferme et
devant lesquels ont été construits différents enclos en sable. Un des enclos est le
lieu de présentation de dindons (Meleagris gallopavo), un autre est occupé par
des potamochères (Potamocherus porcus).


Volière pour chouettes
Volière pour chouettes - juin 2009


Volière de contact des rapaces
Volière de contact des rapaces - juin 2009
Madidi Island, ile des saimiris
Madidi Island, ile des saimiris - juin 2009
Future volière australienne
Future volière australienne - juin 2009


Enclos des wallabies
Enclos des wallabies - juin 2009
Ile des pélicans
Ile des pélicans - juin 2009


Vautour charognard
Vautour charognard - juin 2009
Caracara des montagnes
Caracara des montagnes - juin 2009


Le visiteur se retrouve alors au niveau de la boutique du parc qu'il traverse avant de retrouver  la mini ferme et de quitter le monde de Paradisio.



Flèche


En conclusion, le zoo de Paradisio est un grand parc qui présente de
nombreuses espèces, dont certaines sont peu courantes en captivité. Les
serres permettent de recréer différents biotopes pour les oiseaux. Ceci  est
une des spécialités du parc.
Paradisio a également conçut différentes structures reprenant des ar-
chitectures typiques de certaines zones géographiques, reconstitutions
qui sont parfois un peu trop importantes pour cadrer dans le décor.
Une visite d'une journée complète est nécessaire pour traverser le zoo
tranquillement.
Les plus du parc résident dans la collection ornithologique et dans les
nombreuses espèces de serpents et autres reptiles vénimeux.
Girafe
Girafe - juin 2009


Copyright ©  -  2007-2017  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés