Accueil    |  Présentation    |      Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde   |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Dierenpark Planckendael



Dierenpark Planckendael
Leuvensesteenweg 582
2812 Muizen-Mechelen
BELGIQUE

Tél. : 0032 (0)15 41 49 21
Fax : 0032 (0)15 42 29 35

www.planckendael.be




Logo Planckendael


Je tiens à remercier Roland qui m'a accompagné lors de ma visite à Planckendael.


Ma visite : 13 juillet 2009
Mise en ligne:








Tarifs d'entrée 2009
Horaires d'ouverture 2009
Les rhinocéros indiens et la zone européenne
La volière africaine, les girafes et les bonobos
Les antilopes et la mini ferme
La zone sud américaine et l'élevage d'anatidés
Les watusis et la zone australienne
La zone asiatique
Les bisons, chevaux et petits pandas
Conclusion
Hibou moyen duc
Hibou moyen duc - juillet 2009









Flèche

Tarifs d'entrée 2009 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif, les tarifs mis à jour sont disponibles sur le site du zoo)



Ticket journalier:

     Adulte:                        18,50 €
     Enfants (3 à 11 ans) :   13,50 €
     Seniors :                      14,50 €
     Tarifs réduits :              13,50 €

Ticket Duo Anvers + Planckendael
     Adulte:                        30,00 €
     Enfants (3 à 11 ans) :   20,00 €
     Seniors :                      22,00 €

Parking :   5,00 €

Koala
Koala - juillet 2009



Flèche

Horaires d'ouverture 2009 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif, les horaires mis à jour sont disponibles sur le site du zoo)

Rhinocéros indien
Rhinocéros indien - juillet 2009





Janvier; février; novembre; décembre :   10h00 à 16h45
Mars; avril; octobre :                             10h00 à 17h30
Mai; juin; septembre:                             10h00 à 18h00
Juillet et aout:                                         10h00 à 19h00





Flèche

Présentation du parc

Le parc de Planckendael est un parc qui a été acquis par la Société Zoologique d'Anvers en 1956, pour accueillir certaines espèces en surplus du Zoo d'Anvers,  avant de s'ouvrir au public. Malgré le peu d'intérêt que les visiteurs portaient au parc, le zoo s'est développé, puis, à partir de 1985,  il fut décidé de moderniser et d'agrandir le parc, afin d'en faire un lieu de promenade attirant, et présentant des animaux dans des espaces importants. Aujourd'hui,  le parc de Planckendael est indissociable du zoo d'Anvers, et présente de nombreuses espèces réparties dans le parc, selon  leur continent d'origine. De plus, chaque continent dispose d'un espèce emblématique, comme les koalas pour l'Australie, les rhinocéros pour l'Asie ...


Le visiteur, après avoir  passé la nouvelle entrée du zoo, entre dans
un  parc aux allées en terre battue, bien végétalisé, agrémenté de
parterres fleuris, avec des zones conservées  à l'état sauvage. En
avançant sur l'allée principale, le visiteur découvre le premier enclos
du parc. La séparation du visiteur se fait par une barrière faite de
traverses de chemin de fer. Une vaste plaine herbeuse, disposant
d'un bassin et d'une mare de boue, de quelques arbres et de rochers,
est occupé par les rhinocéros indiens (Rhinoceros unicornis) du parc.
Cette espèce est représentée par un couple d'adltes et par un jeune qui
devrait bientot quitter le zoo. Une douche a également été installée dans
l'enclos et permet aux animaux d'être arrosé par de l'eau chaude à
certains moments de la journée.
Le visiteur continue de longer l'enclos des rhinocéros, en face du-
quel se trouve un grand lac sur lequel sont présentés des pélicans
blancs (Pelecanus onocrotalus). La suite de la visite nous amène
à traverser un parc engazonné, en direction de la zone européenne
du zoo.Celle-ci se localise au sein d'une forêt de chênes, d'hètres et de
conifères.




Enclos des rhinocéros
Enclos des rhinocéros - juillet 2009

Volière des castors
Volière des castors - juillet 2009
En entrant dans cette zone, le visiteur découvre une grotte en faux
rochers, de part et d'autre de laquelle on trouve 2 enclos, séparés du
visiteur par un mur en pierre. Celui de droite, au sol engazonné et
aux nombreux arbustes, est occupée par des ratons laveurs
(Procyon lotor). L'enclos de droite, entièrement enroché, est le lieu
de présentation de blaireaux d'Europe (Meles meles meles),
espèce qui est peu courante en captivité. En face des blaireaux,
dans une forêt, on découvre un nouvel enclos occupé par des re-
nards roux (Vulpes vulpes crucigera). A côté,  une grande
volière invite le visiteur à  entrer. Cette volière se compose d'une
zone couverte de conifères, d'une zone nue et d'un ruisseau. Des
castors (Castor fiber albicus), de chouettes effraies (Tyto alba),
des hiboux moyen duc (Asio otus), des nettes rousses (Netta
rufina) et des hérons bihoreaux (Nycticorax nycticorax) en sont
les locataires.
Le visiteur quitte alors la zone européenne pour découvrir une an-
cienne dépendance renovée pour accueillir une boutique et une
salle pédagogique pour les groupes scolaires. Sur la gauche du sentier,
le visiteur est invité à entrer dans la zone africaine de Planckendael.


Enclos des pélicans
Enclos des pélicans - juillet 2009
Enclos des ratons laveurs
Enclos des ratons laveurs - juillet 2009


Castor
Castor - juillet 2009
Héron bihoreau
Héron bihoreau - juillet 2009



Flèche

En entrant dans la zone africaine, le visiteur découvre, sur sa droite,
un enclos en herbe,occupé par des serpentaires (Sagittarius
serpentarius
) et des cigognes blanches (Ciconia ciconia). En face
des oiseaux de proie, on entre dans une grande volière africaine.
Cette dernière, inaugurée en 2008, accueille des ibis sacrés
(Threskiornis aethiopicus), des ibis falcinelles (Plegadis falcinellus),
des spatules d'Afrique (Platalea alba), des hérons garde boeufs
(Ardeola ibis), des ombrettes (Scopus ombretta), des dendrocygnes
veufs (Dendrocygna viduata), des flamants nains (Phoenicopterus
minor
), des grues royales (Balearica regulorum), des pigeons de
Guinée (Columba guinea), des avocettes élégantes (Recurvirostra
avosetta
), des hérons pourpres (Ardea purpurea) et des pintades
vulturines (Acryllium vulturinum). Le visiteur ressort alors de la
volière composée d'une zone en herbe, d'une zone plantée et d'un
bassin, pour découvrir une plaine de sable et d'herbe inaugurée en
2008. Cette plaine, en continuité de la volière est occupée par des
zèbres de Grévy (Equus grevyi), dont un jeune né en 2009. Elle est
séparée du visiteur par un fossé en eau, dans lequel ont été placés des
crocodiles factices, ainsi qu'un guet dans lequel on peut voir de
faux animaux mort,  rappelant les grandes migrations..





Entrée de la volière africaine
Entrée de la volière africaine - juillet 2009


Plaine africaine
Plaine africaine - juillet 2009
Le visiteur poursuit sa visite, pour découvrir une  vaste plaine enherbée,
du même type que celle des zèbres, et séparée de cette dernière par
un mur de pierres. Une première zone est  occupée par un important
groupe d'impalas (Aepyceros melampus) et des élands du Cap
(Taurotragus oryx). Cette première zone, reliée à une seconde, de plus
grande taille, est le lieu de vie de girafes du Soudan (Giraffa
camelopardalis antiquorum
), sous espèce très peu courante en captivité,
et dont Planckendael présente un groupe reproducteur.
Le visiteur remonte une passerelle en bois en direction de la maison des
girafes visible à travers des baies vitrées. Cette maison entièrement en bois,
a été construite sur le modèle des constructions écologiques.
Le visiteur contourne la maison et découvre un petit enclos, vide lors de
ma visite, mais qui devrait accueillir une nouvelle espèce.
Le visiteur poursuit sa visite pour longer la zone de la plaine commune aux
antilopes et aux girafes. Cette plaine a été construite à l'ancien emplace-
ment des anoas, des chevaux de Przewalski ou encore des boeufs musqués,
espèces qui ont, soit quitté le parc, soit été transféré dans d'autres zones
du zoo.


Plaine africaine et bâtiment des girafes
Plaine africaine et bâtiment des girafes - juillet 2009
Batiment des girafes
Batiment des girafes - juillet 2009


Fossé de la plaine
Fossé de la plaine - juillet 2009
Enclos des zèbres de Grévy
Enclos des zèbres de Grévy - juillet 2009


Caisse de transport
Caisse de transport - juillet 2009
Volière africaine
Volière africaine - juillet 2009


Girafe
Girafe - juillet 2009
Héron pourpre
Héron pourpre - juillet 2009


Le visiteur bifurque sur le sentier de droite pour, encore,  longer la
plaine des girafes,  puis découvrir un des anciens enclos, au
sein duquel sont présentés des élans d'Europe (Alces alces
alces), espèce qui se reproduit régulièrement au parc. Puis le
visiteur arrive au niveau d'une station d'épuration, qui utilise les
plantes pour rendre l'eau plus propre. Des panneaux pédago-
giques expliquent l'ensemble des processus de filtration. Le
visiteur emprunte alors le sentier de droite pour se diriger vers
la zone européenne, pour découvrir, sur la droite, un petit enclos
consacré aux porc épics (Hystrix cristata). En face, on dé-
couvre une volière bien végétalisée, dans laquelle sont présentés
des tisserins gendarmes (Ploceus cucullatus). Un autre enclos,
accolé à une hutte africaine, est le lieu de vie de tortues grec-
ques (Testudo graeca) et de tortues d'Herrmann (Testudo
hermanii). Le visiteur emprunte ensuite le sentier situé entre les
tortues et l'enclos des cigognes, pour se diriger vers une hutte
accueillant des pythons molures (Python molurus).



Enclos des porcs épics
Enclos des porcs épics - juillet 2009
Enclos des bonobos
Enclos des bonobos - juillet 2009


En face des pythons, on trouve un enclos extérieur en sable et ro-
chers, occupé par des mangoustes zébrées (Mungos mungo). Le
visiteur entre dans une grande maison où il découvre, sur la gauche,
la loge intérieure des mangoustes et, sur la droite, une grande loge
très haute, agrémentée de nombreux agrès, dans laquelle est pré-
sentée une famille de bonobos (Pan paniscus). Leur enclos est
de grande taille, tout comme leur île extérieure, que le visiteur dé-
couvre en quittant la maison. L'île se compose de nombreux bos-
quets, de zones en herbe et rochers, et d'une zone de jeux tendue
d'agrès. Autour de l'île, des radeaux offrent aux visiteurs des
divertissements, tout en poursuivant la visite. Le visiteur longe l'île
des bonobos, et revient sur le sentier principal du secteur africain,
au niveau de la station d'épuration, où il bifurque sur la droite.
Jeux près des bonobos
Jeux près des bonobos - juillet 2009
Jeux près des bonobos
Jeux près des bonobos - juillet 2009


Enclos des bonobos
Enclos des bonobos - juillet 2009
Vivarium des pythons
Vivarium des pythons - juillet 2009



Flèche

Le visiteur découvre ,sur la droite du sentier, 3 enclos mitoyens.
Le premier est le lieu de vie d'une harde de cerfs rouges (Cervus
elaphus), le second est occupé par des autruches masaïs (Stuthio
camelus
australis), alors que le dernier est consacré aux cerfs
wapitis (Cervus elaphus). Ces trois enclos disposent d'un sol en
herbe et de quelques rochers. En face des cerfs, un bâtiment est
entouré de nombreux enclos. Le premier, bordant le sentier prin-
cipal de visite, était en travaux lors de ma visite, et devrait accueillir,
au cours de l'année 2010, des guépards (Acynonix jubatus).
Le visiteur contourne alors le bâtiment. On peut découvrir un autre
enclos en herbe, dans lequel est présenté un groupe de gazelles
leptocères (Gazella leptocera), espèce aux cornes fines repré-
sentée dans 2 parc européens, Planckendael et Dvur Kralove.
L'enclos, situé à coté des gazelles, est le lieu de vie du dernier gnou
bleu (Connochaetes taurinus) du parc. Le visiteur arrive alors au
niveau de l'extrémité du complexe, où  un chemin, bifurquant sur
la gauche, le conduit  vers la plaine des girafes. Sur la droite,
on contourne un enclos forestier, planté de grands arbres, dans
lequel sont présentés des bongos (Tragelaphus euryceros).





Enclos des gazelles leptocères
Enclos des gazelles leptocères - juillet 2009


Enclos typique des herbivores
Enclos typique des herbivores - juillet 2009
La suite de la visite amène le visiteur vers les deux derniers enclos du
complexe des antilopes. Le premier enclos est occupé par un groupe rep-
roducteur d'oryx algazelles (Oryx dammah), alors que la deuxième ins-
tallation héberge des oryx d'Arabie (Oryx leucoryx), espèce relative-
ment peu courante en captivité. En face des antilopes, on peut décou-
vrir deux enclos consacrés aux carnivores. Ces deux enclos sont de
type forestier, plantés de nombreux arbres. Le premier accueille des
loups gris (Canis lupus), alors que le second est le lieu de vie d'un
groupe de hyènes tachetées (Crocuta crocuta). Le visiteur revient
alors sur le sentier principal, longeant les enclos des cerfs et des autru-
ches. Il se dirige alors vers la zone de jeux et la mini-ferme du parc
Planckendael. Cette dernière est composée d'un enclos de type afri-
cain, aux barrières en bois. Les enfants peuvent aller directement au
contact des chèvres naines (Capra hircus), des moutons du Cameroun
(Ovis aries), des ânes nains (Equus asinus), des alpagas (Lama
paco
), ou encore des poules (Gallus gallus) ou des dindons
(Meleargis gallopavo).
La suite de la visite conduit le visiteur vers un nouveau continent :
l'Amérique et principalement l'Amérique du Sud.


Enclos de la mini ferme
Enclos de la mini ferme - juillet 2009
Enclos des hyènes
Enclos des hyènes - juillet 2009


Gazelle leptocère
Gazelle leptocère- juillet 2009



Flèche

Le premier enclos de cette zone est de type herbeux, avec un grand
bassin bordant le sentier de visite. Un important groupe de flamants
du Chili (Phoenicopterus chilensis) est présenté à ce niveau. Le
sentier, traversant la zone américaine, est bordé de part et d'autre par
des enclos herbeux, plantés de nombreux grands arbres et, pour la
plupart, séparés du visiteur par un fossé en eau. Mitoyens aux flamants,
on peut observer des baudets du Poitou (Equus asinus), espèce
d'âne menacée d'extinction.
A coté des baudets, un groupe de guanacos (Lama guanicoe),
alors qu'en face, on découvre des vigognes (Lama vicugna), autre
espèce de camélidés présentée à Planckendael.
A coté des vigognes, on trouve un autre enclos un peu marécageux,
qui accueille un groupe de guibs d'eau (Tragelaphus spekii). Cette
espèce d'antilopes, bien qu'originaire d'Afrique, est présentée dans la
zone sud américaine. En face des sitatungas, on trouve une autre
plaine herbeuse, séparée du visiteur par un fossé en eau, qui héberge
un des plus grand groupe de pécaris à lèvres blanches(Tayassu pecari)
d'Europe.



Enclos des flamants roses
Enclos des flamants roses - juillet 2009

Enclos des chiens des buissons
Enclos des chiens des buissons - juillet 2009
A coté des pécaris, un enclos en sable est occupé par des animaux, aujour-
d'hui considérés comme domestiques, à savoir des yacks (Bos mutus). En
face de cet enclos, le visiteur emprunte un petit sentier qui le mène dans une
zone forestière, densément végétalisée. Sur la gauche, un premier enclos aux
herbes hautes est occupé par des chiens des buissons (Speothos venaticus).
Le visiteur entre alors dans une zone forestière dont le sentier est bordé de
panneaux pédagogiques, et au sein de laquelle une famille de tamarins lions
à tête doré (Leontopithecus chrysomelas) et un groupe de ouistitis de
Geoffroy (Callithrix geoffroyi) évoluent en liberté. Au sein du parcours
de la forêt des petits singes, on découvre, au détour d'un virage, un petit
enclos, dans lequel vivent des maras (Dolichotis patagonum). Au niveau
de la sortie de cette forêt, et du sentier de visite principal, on découvre une
dernière île en herbe qui accueille un groupe reproducteur de capybaras
(Hydrochaerus hydrochaeris), des sarcidiornes d'Amérique (Sarkidiornis
melanotos) et des cygnes à cou noir (Cygnus melanocoryphus).
Le visiteur gagne alors une zone où ont été construites de nombreuses
volières.


Entrée dans la zone des tamarins
Entrée dans la zone des tamarins - juillet 2009
Maison des tamarins
Maison des tamarins - juillet 2009


Ile des capybaras
Ile des capybaras - juillet 2009
Enclos des maras
Enclos des maras - juillet 2009


Enclos typique pour herbivores sud américains
Enclos typique pour herbivores sud américains - juillet 2009


Pécaris à lèvres blanches
Pécaris à lèvres blanches - juillet 2009
Savacou huppé
Savacou huppé - juillet 2009
Grue demoiselle
Grue demoiselle - juillet 2009



Une première volière, de très grande taille au sol en herbe, agrémentée de
quelques branchages et rochers, est le lieu de vie de vautours fauves
(Gyps fulvus) et de vautours moines (Aegypius monachus). A côté
des vautours, une grande volière en forme de L, plantée de nombreux
bambous, et disposant d'un bassin, est occupée par des tinamous élé-
gants (Eudromia elegans), des ibis rouges (Eudocimus ruber), des
vanneaux du Chili (Vanellus chilensis), de rares savacous huppés
(Cochlearius cochlearius ridgwayi), et un très rare pigeon jounud
(Patagioenas corensis), invisible lors de ma visite.
En face de ces volières, on trouve un groupement d'autres volières
au sol bien planté, et disposant de rochers et de sapins. Une première
installation est le lieu de vie d'aras militaires (Ara militaris), une seconde
l'est par des buses de Harris (Parabuteo unicintus). La trois-
ième volière est le lieu de présentation de chouettes lapones (Strix
nebulosa), alors que dans la dernière volière de ce complexe, on
peut observer une cohabitation entre des grands hoccos (Crax
rubra) et des aras macaos (Ara macao).


Volière des vautours moines
Volière des vautours moines - juillet 2009




Bassin d'élevage des anatides
Bassin d'élevage des anatides - juillet 2009
Le visiteur, revenu au niveau du sentier principal, bifurque à gauche après
la volière des ibis, en direction d'un centre d'élevage pour anatidés. Le
long de ce chemin, on découvre un enclos, sous les couverts d'une forêt
dans laquelle sont présentées des grues de paradis (Anthropoides
paradisea). Le visiteur arrive alors au niveau du centre d'élevage des
anatidés, qui se compose d'un ensemble d'enclos, côte à côte, organisés
en triangle. La séparation du visiteur se fait par un bassin, qui est acces-
sible aux oiseaux. L'ensemble des enclos se compose de cette partie en
eau, d'une plage enherbée et plantée de nombreux buissons et saules
pleureurs. Le premier bassin, que le visiteur découvre, est occupé par
des cygnes chanteurs (Cygnus cygnus), le second l'est par des oies
empereurs (Anser canagicus), des oies des neiges (Anser caerulescens)
occupent le troisième parc, à côté duquel on trouve des nettes rousses
(Netta rufina) et des tadornes de Belon (Tadrona tadorna). Un
cinquième bassin accueille des nettes rousses (Netta rufina) et des ber-
naches à cou roux (Branta ruficollis). Le sixième enclos, faisant égale-
ment le premier angle, est occupé par des cygnes trompettes (Cygnus
buccinator).


Volière pour petit rapace
Volière pour petit rapace - juillet 2009
Volières des perroquets et hoccos
Volières des perroquets et hoccos - juillet 2009


Sur la gauche du sentier, on trouve la maison des oisillons avec des volières
dans lesquelles les petits oiseaux sont présentés. En face, on poursuit la visite
du carré d'élevage des anatidés, avec les cygnes noirs (Cygnus atratus).
L'enclos suivant est le lieu de cohabitation des souchets d'Europe (Anas
clypeata
), des siffleurs d'Europe (Anas penelope) et des sarcelles
marbrées (Marmaronetta angustirostris). Des cygnes coscorobas
(Cascoroba coscoroba) sont les prochains anatidés présentés.
Des canards mandarins (Aix galericulata), sont présentés sur le
nouvel angle de ce centre d'élevage. Les enclos suivants présentent,
chacun, une seule espèce, et sont le lieu de vie respectifs de canards
à lunettes (Anas specularis), de fuligules milouinan (Aythya marila),
de sarcidiornes d'Amérique (Sarkiornis melanotos), des tadrones
de Belon (Tadorna tadorna) et des bernaches à cou roux (Branta
ruficollis
).
C'est ainsi que le visiteur termine la visite de ce centre d'élevage
pour anatidés et regagne le sentier principal en repassant devant les
grues de paradis. Le visiteur quitte également la zone sud américaine.



Elevage d'anatidés
Elevage d'anatidés - juillet 2009
Cygne chanteur
Cygne chanteur - juillet 2009
Cygne trompette
Cygne trompette - juillet 2009



Flèche

La suite de la visite nous amène au niveau d'une aire de jeux qui
borde l'arrière de l'île des bonobos. Sur la gauche de cette place,
on trouve également un enclos en sable dans lequel sont présen-
tés des watusis (Bos primigenius taurus).
Le visiteur découvre alors un nouveau continent, dans lequel il
est invité à entrer pour voyager vers l'Australie.
Au niveau de l'entrée vers la zone réservée à ce continent, le
visiteur peut découvrir sur la gauche, une volière au sein de la-
quelle cohabitent des perruches ondulées (Mellopsittacus
undulatus) et des perruches calopsittes (Nymphicus hollandicus).
Le visiteur poursuit alors sa visite en  découvrant une volière
occupée par des kookaburas à ailes bleues (Dacelo novaeguineae).
Le visiteur découvre alors, au travers de grandes baies vitrées, l'espèce
phare de la zone australienne: les koalas (Phascolarctos cinereus).
Ces aniamux disposent d'un espace intérieur planté de nombreux
arbres, et pouvant être divisé en plusieurs enclos. Le visiteur pour-
suit alors sa visite en direction du vivarium australien.




Enclos des watusis
Enclos des watusis - juillet 2009
Maison dans les arbres
Maison dans les arbres - juillet 2009



Le vivarium australien se trouve dans une maison colorée, typique de
ce continent. Différents terrariums sont présentés au sein de cette
cabane.
On peut y découvrir des pythons de Children (Liasis childreni), des
écrevisses à pinces rouges (Cherax quadricarinatus), des poissons
arc en ciel (Melanotaenia splendida), des phasmes cuir (Eurycantha
calcarata), des phasmes ailés (Sypiloidea sp.), des phasmes à tiares
(Extatosoma tiaratum) et des scinques à langue bleue (Tiliqua
scincoides).
Le visiteur ressort alors du vivarium pour découvrir une maison per-
chée dans les arbres. Sur la droite du sentier, on trouve le grand lac,
que le visiteur est invité à contourner. La suite de la visite nous con-
duit vers deux enclos au sol en herbe, et en lisière de forêt, dans les-
quels vivent des casoars à casque (Casuaris casuaris). Le fait
d'avoir deux enclos permet de séparer les animaux en dehors de la
période de reproduction.
A coté des casoars, une autre volière accueille des cacatoès rosalbins
(Eolophus roseicapilla).


Maison des koalas
Maison des koalas - juillet 2009
Volière des kookaburas
Volière des kookaburas - juillet 2009


Intérieur du vivarium
Intérieur du vivarium - juillet 2009
Enclos des casoars
Enclos des casoars - juillet 2009


La suite du périple australien nous amène vers une grande plaine
herbeuse, occupée par des kangourous roux (Macropus rufus)
et des émeus (Dromaius novaehollandiae). Accolé à la plaine
des kangourous, on trouve un enclos de terre qui héberge une
espèce très peu courante en captivité, à savoir le wombat
(Vombatus ursinus). Deux enclos identiques sont consa-
crés à cette espèce. Les loges intérieures des wombats sont
visibles à travers des baies vitrées, tout comme les loges des
échnidés (Tachyglossus aculeatus), espèce très peu courante
en captivité. Les individus de Planckendael disposent d'une
grande loge intérieure et d'un petit enclos extérieur planté de
quelques buissons et branchages.
A coté des echnidés, on découvre une volière consacrée aux
petits diamants australiens, représentés par des diamants man-
darins (Poephila guttata) et des diamants à longue queue
(Poephila acuticauda).
En poursuivant sa visite, on découvre un nouveau point de vue
sur l'enclos des kangourous.



Enclos des kangourous
Enclos des kangourous - juillet 2009
Volière australienne
Volière australienne - juillet 2009



Le visiteur rejoint alors la sortie de la zone australienne. Avant de
quitter ce continent, on découvre encore une vaste volière, densém-
ment végétalisée, dans laquelle sont présentés des podargues
gris (Podargus strigoides), des colombes lophotes (Ocyphaps
lophotes), des ibis d'Australie (Threskiornis spinicollis), des
oedicnèmes bridés (Burhinus grallarius), des vanneaux soldats
(Vannelus miles), des ibis falcinelles (Plegadis falcinellus), des
bernaches à crinière (Chenonetta jubata), de très rares hérons
à face blanche (Egretta novaehollandiae), des dendrocygnes
d'Eyton (Dendrocygna eytoni) et des sarcelles rousses (Anas
castanea).
C'est ainsi que se termine la visite de l'Australie à Planckendael,
le visiteur poursuit sa visite en entrant dans la zone asiatique.
Enclos des echidnés
Enclos des echidnés - juillet 2009
Enclos des wombats
Enclos des wombats - juillet 2009


Echidné
Echidné - juillet 2009
Echidné
Echidné - juillet 2009


Héron à face blanche
Héron à face blanche - juillet 2009
Héron à face blanche
Héron à face blanche - juillet 2009


Ibis d'Australie
Ibis d'Australie - juillet 2009
Koala
Koala - juillet 2009



Flèche

A gauche de la sortie de la zone australienne, le visiteur peut observer
un vaste enclos en herbe, occupé par des bisons d'Amérique (Bison
bison). En face des bisons, de l'autre coté d'une plaine de gazon, un
enclos en sable disposant, en son centre, d'un amas de rocher, est oc-
cupé par des bouquetins des Alpes (Capra ibex). Le visiteur retourne
alors au niveau des bisons, puis longe l'enclos en direction de la zone
asiatique. Sur la gauche du sentier de visité, il découvre une première
volière de grande taille, agrémentée de rochers et de petits buissons,
au sein de laquelle évoluent des panthères des neiges (Uncia uncia).
A coté des panthères, un enclos engazonné de grande taille est le lieu
de vie d'un groupe de guépards (Acinonyx jubatus).
En face des guépards, un enclos forestier, légèrement en retrait du
sentier de visite, abrite des grues couronnées grises (Balearica
regulorum gibbericeps) et des marabouts africains (Leptoptilos
crumeniferus
).
Le visiteur poursuit alors son périple dans la zone consacrée à l'Asie
en découvrant l'hotel des insectes et les ruches du parc.



Enclos des bouquetins
Enclos des bouquetins - juillet 2009

Enclos des loutres
Enclos des loutres - juillet 2009
Au détour d'un sentier, le visiteur découvre le prochain enclos de ce conti-
nent. Cet enclos est constitué d'une partie en herbe et d'une cascade qui se
jette dans un grand bassin. Un groupe de loutres à griffes courtes (Aonyx
cinerea
) s'ébat dans cette installation agrémentée de quelques rochers et branchages.
Sur la droite de ce sentier, une maison pédagogique évoque les différentes
utilisations du bois. En reprenant le sentier principal, le visiteur
découvre sur la droite du sentier, deux enclos en herbe, séparés du visi-
teur par un fossé en eau, et constitués d'une zone d'herbe et d'une zone de
forêt. Le premier est le lieu de vie d'un couple reproducteur de grues du
Japon (Grus japonensis), alors que le second, de forme triangulaire, pré-
sente des grues à cou blanc (Grus vipio). En face des grues, un enclos
naturel, accueille un centre d'élevage d'un mammifère européen menacé,
la loutre d'Europe (Lutra lutra). Des moutons de Soay (Ovis aries) sont
utilisés comme tondeuse naturelle. Planckendael souhaite élever des
loutres en vue de la réintroduction dans la nature, en Belgique.
Le visiteur contourne alors l'enclos des grues à cou blanc pour poursuivre
la visite.


Maison de bois
Maison de bois - juillet 2009
Volière des panthères
Volière des panthères - juillet 2009


Sur la droite du sentier, on contourne  l'enclos des grues à cou blanc,
alors que sur la gauche, un enclos boueux est le lieu de vie d'une famille
de sangliers (Sus scofra). A coté des sangliers, un autre enclos de grande
taille, agrémenté de rochers formant des cavernes et au sol en herbe,
est occupé par un groupe de lions d'Asie (Panthera leo persica), espèce
qui se reproduit régulièrement à Planckendael. En face des lions,
on découvre un wagon provenant d'une ligne des chemins de fer indiens,
et une volière qui accueille des paons bleus (Pavo cristatus), des
lophophores resplendissants (Lophophorus impejanus) et des grues
demoiselles (Anthropoides virgo). Le visiteur longe alors l'enclos des
lions et  la volière, avant de bifurquer, sur la gauche, en direction
d'une grande serre tropicale dans laquelle se poursuit la visite.
Cette grande serre est consacrée aux forêts pluviales d'Asie, peu-
plées de nombreux oiseaux et de  petits mammifères. Elle se
compose d'une partie densémment végétalisée, d'une cascade et
d'un bassin, ainsi que d'une partie clairsemée. Différentes volières
agrémentent le chemin de visite.



Enclos des sangliers
Enclos des sangliers - juillet 2009
Intérieur de la serre
Intérieur de la serre - juillet 2009

En entrant dans la serre, le visiteur est directement dans l'ambiance tro-
picale. Une première volière, au sol en sable, agrémentée de quelques
branchages au milieu desquels on peut voir évoluer le trio de coqs ban-
kivas (Gallus gallus) et les scissirostres des Célèbes (Scissirostrum
dubium). En poursuivant la visite, on découvre une seconde volière de
même type, légèrement plus végétalisée, dans laquelle on peut obser-
ver des argus géants (Argusianus argus) et des brèves à capuchon
(Pitta sordida). De part et d'autre du sentier, on peut également voir
des points de nourrissage pour les espèces présentées en liberté dans
la serre. Une troisième volière, de type forêt humide, densémment vé-
gétalisée, est le lieu de vie de bulbuls orphées (Pycnonotus jocosus)
et de colombines turvets (Chalcophaps indica).
La dernière volière de la partie haute de la serre est de très grande
taille, densémment végétalisée et reliée à une volière extérieure tout aussi
végétalisée, et dont le volume important permet aux calaos à casque
rouge (Aceros corrugatus) de voler sur de grandes longueurs.


Le visiteur redescend légèrement vers une zone intermédiaire de la
forêt tropicale, où se dresse une nouvelle volière au sol en sable et
agrémentée de branchages. Des perruches à collier (Psittacula
krameri), des perruches à tête prune (Psittacula cyanocephala),
des perruches Alexandre (Psittacula eupatria) et des éperonniers
Napoléon (Polyplectron emphanum) se partagent cette volière.
La suite de la visite nous conduit à passer devant la cascade pour
se diriger vers une zone sombre formant une grotte. A ce niveau,
un premier terrarium, bien planté et agrémenté de structures en bois,
est occupé par des écureuils de Prevost (Callosciurus prevostii).
Accolé à ce premier terrarium, un second, de même type, mais plus
sombre, est le lieu de vie de tupais de Belanger (Tupai belangeri).
La suite de la visite nous amène dans la partie nocturne de la serre,
au sein de laquelle on trouve deux terrariums. Le premier est le
lieu de présentation de loris pygmés (Nycticebus pygmaeus), le
second de boas constricteurs (Boa constrictor).
Le visiteur ressort de la grotte au niveau de la partie basse de la
serre.



Terrarium des écureuils
Terrarium des écureuils - juillet 2009



Volière des étourneaux
Volière des étourneaux - juillet 2009
Une nouvelle volière, située en retrait du sentier, est le lieu de vie d'étour-
neaux de Bali (Leucopsar rotschildi) et de brèves à capuchon (Pitta
sordida). En remontant  cette volière, le visiteur dispose d'un
point de vue sur l'île intérieure des gibbons à favoris blancs (Hylobates
concolor leucogenys). En regagnant le sentier principal, le visiteur se
dirige vers un nouveau point de vue sur cette île, en face de laquelle on
peut observer une volière légèrement végétalisée, dans laquelle sont
présentés de rares étourneaux des pagodes (Temenuchus pagodarum)
et des mainates religieux (Gracula religiosa intermedia). Une autre vol-
ière de petite taille accueille une cohabitation entre des moineaux du
Japon (Lonchura domestica), des colombes zébrées (Geopelia striata)
et des bulbuls orphées (Pycnonotus jocosus). Enfin, le visiteur gagne la
sortie de la serre à coté de laquelle se trouve encore une vaste volière
dans laquelle cohabitent des capucins bec de plomb (Lonchura
malabarica), des paddas de Java (Padda oryzivora), des irènes vierges
(Irena puella), des hérons striés (Butorides striatus) et des martins
chasseurs à collier blanc (Halcyon chloris).
On trouve également à ce niveau, un centre d'élevage de criquets et quel-
ques aquariums


Au sein de la serre, différentes espèces d'oiseaux sont également
présentées en liberté. Certaines sont facilement observables alors
que d'autres sont quasi introuvables dans la végétation dense.
En liberté, on peut admirer des pigeons nicobars (Caloenas
nicobarica), des colombines turvert (Chalcophaps indica), des
colombes poignardées (Gallicolumba luzonica), des shamas à
croupion blanc (Copsychus malabaricus), des carpophages
bicolors (Ducula bicolor), des étourneaux de Bali (Leucopsar
rotschildi
), des perdrix de Chine (Arborophila gingica), des
perdrix roulroul (Rollulus roulroul), des pigeons nobles
(Otidiphaps nobilis) et des rossignols du Japon (Leiothrix
lutea). C'est ainsi que s'achève la visite de la serre indonésienne.
Le visiteur ressort alors de cette structure et découvre l'île ex-
térieure des gibbons à favoris blancs. Cette dernière, au sol en
herbe, est plantée de nombreux troncs d'arbre reliés par des
cordages.


Ile intérieure des gibbons
Ile intérieure des gibbons - juillet 2009
Ile extérieure des gibbons
Ile extérieure des gibbons - juillet 2009
Serre indonésienne
Serre indonésienne - juillet 2009


Volière des diamants
Volière des diamants - juillet 2009
Volière des coqs sauvages
Volière des coqs sauvages - juillet 2009


Volière extérieure des calaos
Volière extérieure des calaos - juillet 2009
Enclos des lions
Enclos des lions - juillet 2009


Chacma femelle
Chacma femelle - juillet 2009
Argus géant
Argus géant - juillet 2009


Chacma male
Chacma male - juillet 2009
Calao à casque
Calao à casque - juillet 2009


Lori grèle
Lori grèle - juillet 2009
Tupai
Tupai  - juillet 2009



Flèche

Au niveau de l'ile extérieure des gibbons à favoris blancs, le
visiteur peut emprunter un sentier situé sur sa gauche, qui lon-
ge deux enclos en sable, disposant de quelques zones d'herbe
et d'arbres. Le premier enclos accueille un groupe de bisons
d'Europe (Bison bonasus) alors que le second est occupé
par les chevaux de Przevalski (Equus przewalski). Ces ani-
maus étaient présentés au niveau de la nouvelle plaine afri-
caine du parc. Le visiteur revient alors sur ses pas jusqu'à
l'ile des gibbons.
La suite de la visite nous amène à contourner cette île en
direction d'un parcours arboricole qui ravi les enfants et les
parents. Un chemin, bifurquant sur la droite,  permet au visi-
teurs de se diriger vers la maison de bois qui présente le
fonctionnement des écosystèmes forestiers et les menaces
qui pèsent sur eux.


Enclos des chevaux de Przewalski
Enclos des chevaux de Przewalski - juillet 2009

Enclos des chameaux
Enclos des chameaux - juillet 2009
En face de la maison de bois, une nouvelle ile en herbe, tendue
de cordes reliant des troncs d'arbres, est consacrée à la pré-
sentation de gibbons à mains blanches (Hylobates lar).
Le visiteur revient à nouveau sur ses pas au niveau du parcours
dans les arbres pour emprunter un sentier qui borde, sur la droite,
le bâtiment de nuit des bisons d'Europe et, sur la gauche, un nou-
vel enclos densémment végétalisé, occupé par des petits pandas
(Ailurus fulgens). La suite de la visite nous amène vers un autre
enclos identique à celui des bisons, au sein duquel évolue un
groupe de chameaux (Camelus bactrianus). En arrière plan, on
peut observer l'enclos des chevaux de Przéwalski. Le visiteur
arrive alors au niveau d'une village africain reconstitué, au niveau
duquel différents panneaux pédagogiques expliquent les symbo-
les présentés et les rapports entre la population africaine et les
dieux.
Le visiteur regagne l'allée principale du parc au bout de laquelle
se trouve la boutique du zoo et la sortie de Planckendael.


Enclos des petits pandas
Enclos des petits pandas - juillet 2009
Village africain
Village africain - juillet 2009



Flèche

En conclusion, le parc de Planckendael est une annexe du zoo
d'Anvers. Il a mis de nombreuses années à se développer et,
malgré des débuts difficiles, a, aujourd'hu, atteint une reno-
mée internationale. Le parc, de grande taille, est de type naturel
tout comme les enclos , qui sont ,en général, de grande taille.
Leur aménagement a concilié les besoins des animaux et la
préservation des essences et espèces indigènes.
La répartition des animaux selon leur continent d'origine est
également un avantage pour le visiteur qui voyage au sein des
cinq continents.
Le parc accueille également de nombreuses espèces peu cou-
rantes en captivité comme les koalas, les echnidés ou encore
les gazelles leptocères.
Planckendael est un grand zoo, à conseiller à tous les passionnés .
Ceux-ci devront prévoir une journée complète pour l'ensemble de
la visite.

Sarcidiorne
Sarcidiorne - juillet 2009


Copyright ©  -  2007-2017  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés