Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe  |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Zoo d'Amnéville


                                         Zoo d'Amnéville
                                          1, rue du Tigre
                                     57360 AMNEVILLE

                                      Tel: 03 07 70 25 60

                                   www.zoo-amneville.com
logo zoo d'amnéville


Mise à jour suite à ma visite de mai 2011:

En 2011, le zoo d'Amnéville a changé son logo.
Nouveau logo du Zoo d'Amnéville
Nouveau logo du Zoo d'Amnéville


Ma dernière visite : aout 2005; 25 juin 2007; 09 et 10 avril 2008; 28 septembre 2009; 11 octobre 2010; 23 mai 2011; 14 mai 2012; 01 juillet 2013; 31 mai 2014; 15 décembre 2014; 23 juin 2015
Mise à jour : 17 octobre 2010; 28 mai 2011; 17 mai 2012; 05 juillet 2013; 03 juin 2014; 20 décembre 2014; 04 juillet 2015



Historique des nouveautés
Tarifs d'entrée 2012
Horaires d'ouverture
Présentation du zoo
Les Panthères noires, lions, pumas
Les lions blancs
(mise à jour 2013)
American Forest et les oiseaux de l'espace safari africain
La mini ferme
(mise à jour 2013)
La lodge africaine, le vivarium
Orang outan jungle
La cité des rapaces (mise à jour 2009; 2014)
Tiger World (mise à jour 2015)
Les géladas (mise à jour 2014)

Couleuvre de Montpellier
Couleuvre de Montpellier - juin 2015
Les gorilles (mise à jour 2012)
Les gibbons, macaques et mini ferme
Les petits pandas, Penguinland (mise à jour 2011)
Amazone jungle
Amazone Jungle (mise à jour 2011)
Les ours polaires
Les Hippopotames
La plaine africaine et les varis (mise à jour 2014)
Les Rhinocéros (mise à jour 2014)
La baie des lions de mer
La jungle birmane et les tigres de Sumatra (mise à jour 2014)
Les tigres de Sibérie, magots, ours bruns et flamants roses (mise à jour 2014)
Conclusion

Je tiens à remercier Nicolas Leroux, Hervé Santere,
Michel Louis ainsi que toute l'équipe du parc pour leur accueil et l'ensemble des informations qu'ils m'ont fourni sur le parc, son histoire et ses projets.

   

flèche


        Historique des nouveautés:


1996 : arrivée des hippopotames
1997 : ouverture du vivarium, un des plus beaux d'Europe
1998 : Penguinland avec manchots et loutres cendrées
1999 : les ours polaires
2000 : arrivée des éléphants d'Afrique
2001 : la plaine africaine avec girafes, zèbres et antiloppes
2002 : Amazone jungle avec 18 espèces Sud américaines
2003 : arrivée des rhinocéros blancs
2004 : American forest avec fort cheyenne
2005 : la baie des lions de mer
2006 : la jungle birmane et l'espace africain. Le zoo fête ses 20 ans
2007 : Orang outan jungle avec orang-outans, siamangs, loutres et oiseaux indonésiens
2008 : Les tigres blancs
2009 : La cité des rapaces et spectacle de vol libre à cheval
2010 : Les toucanets, serpentaires, sconces, tigres, grues du Canada
2011 : Péruvia, les fourmiliers et petits singes sud américains
2012 : Gorilla's Camp
2013 : La mini ferme et les lions blancs
2014 : Les géladas, les varis roux et les varis noirs et blancs
2015 : Tiger World


Jeune mâle tigre blanc
Jeune mâle tigre blanc - avril 2008

       

flèche                                                                                               

Tarifs 2014 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif):

Dik-diks de Kirk
Dik-diks de Kirk - mai 2012






Ticket individuel
     Adulte : 35,00 €
     Enfants (de 3 à 11 ans) : 29,00 €

Pass' 2 jours consécitifs
     Adulte : 52,50 €
     Enfants (de 3 à 11 ans) : 43,50 €



flèche

Horaires d'ouverture 2014 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif):






Hiver (octobre à mars) :  de 10 h à la tombée de la nuit
Eté (avril à septembre) :  de 9 h 30 à 19 h (19h 30 les dimanches et jours fériés)
Ours polaires
Ours polaires - mai 2012
     


flèche      

Présentation du parc zoologique

Le zoo d'Amnéville se situe en Lorraine, entre Metz et Thionville. Il a ouvert ses portes en juin 1986, grace à la volonté et la passion de son directeur, M. Michel LOUIS. Au fil des années, le zoo s'est développé pour devenir l'un des plus beaux d'Europe. Aujourd'hui, le zoo d'Amnéville présente 2000 animaux appartenant à plus de 250 espèces différentes. Le parc zoologique d'Amnéville s'étend sur 14 hectares traversés par plus de 4 kilomètres d'allées, sillonant les enclos au coeur d'une forêt de chênes.


Dès l'entrée du zoo, le visiteur est au contact des animaux, en effet,
le premier enclos se situe avant les caisses d'entrée, et présente des
furets domestiques, sur une ile représentant une grange agricole. Le
visiteur entre alors dans le bâtiment d'accueil. En face du bâtiment
d'entrée, se trouve l'enclos des coatis (Nasua nasua) qui a été
rénové  en 2006. Un groupe a été reformé à cette occasion et 5
petits sont nés au cours de l'été 2006.
Le visiteur en suivant le sens de visite, va approcher la volière où
sont présentés des chats sauvages d'Eurasie (Felis silvestris) . Cet
enclos bien planté, offre de nombreuses cachettes et objet de
divertissement aux animaux. En face de la volière on retrouve un
groupe de grues demoiselles (Anthropoïdes virgo) et un couple de
grues couronnées noires (Balearica pavonina). Leur enclos est
engazonné et dispose d'un important point d'eau.


 Entrée du zoo
Entrée zoo d'amnéville - aout 2005


Enclos des coatis
Enclos des coatis  - juin 2007


Grue couronnée
Grue couronnée noire - aout 2005
Enclos des chameaux
Enclos des chameaux - juin 2007

La maison intérieure des grues est visible à travers de larges
baies vitrées, et est accolée à l'enclos des chameaux (Camelus
bactrianus
). Deux femelles sont présentées dans un enclos
disposant d'une zone sableuse et d'une zone herbeuse, dont la
maison recrer une pyramide egyptienne. La séparation du public
se fait grace à un fossé et à une barrière. En continuant son chemin,
le visiteur découvre la volière des caracals (Felis caracal), petits
félins d'Afrique, qui sont présentés en couple, dans un enclos bien
végétalisé et agrémenté de structures en bois. Cette installation a
été détruite et une nouvelle volière a été aménagée. Cette dernière
tout en hauteur offre une importante surface d'évolution aux pan-
thères de Perse (Panthera pardus saxicolor) qui y sont présen-
tées. Les caracals ont été transférés dans l'ancienne volière des
panthères de Perse. La nouvelle installation est plantée de petites
touffes d'herbe et aménagée de nombreux troncs d'arbre.


Ancienne volière des caracals
Ancienne volière des caracals - aout 2005
Nouvelle volière des panthères de Perse
Nouvelle volière des panthères de Perse - septembre 2009



flèche



On approche ensuite de l'enclos des panthères noires (Panthera
pardus)
. Il présente une végétation luxuriante, recréer le milieu de
vie des panthères et leur offre de nombreuses cachettes.
En face de l'enclos des panthères noires, on trouve un parc herbagé,
lieu de vie d'un couple d'émeus (Dromiceius novaehollandiae) et
d'une douzaine de wallabies de Benett (Macropus rufogriseus),
dont un individu albinos.
En continuant son chemin le long de l'enclos des panthères noires, le
visiteur tombe sur l'enclos des pumas (Felis concolor). Un couple
de ces félins est présenté dans une volière recréant un village western,
avec en son centre, une fontaine.


Enclos des panthères noires
Enclos des panthères noires - aout 2005


Caracal
Caracal - juin 2007


Enclos des pumas
Enclos des pumas - juin 2007
Lionne
Lionne - juin 2007




En face des pumas, se trouvent deux enclos mitoyens où vit un groupe
de lions de l'Atlas (Panthera leo), composé d'un mâle et de 3 femelles
dont certaines sont nées à Amnéville. Les enclos peuvent être séparés
et ainsi abriter deux groupes de lions.
Tout en continuant sur ce sentier, le visiteur trouve à sa gauche, des îles
à singes. Elles abritent pour la première, un groupe de capucins (Cebus
apella)
, pour la seconde un couple d'atèles noirs (Ateles spaniscus),
également appelés singe araignée. Ces îles sont entourées d'eau, où sont
présentés de nombreux anatidés dont des bernaches nonettes, des ber-
naches nénés...
Enclos des wallabies
Enclos des wallabies - avril 2008
Ile des capucins
Ile des capucins - avril 2008


Ancien enclos des caracals
Ancien enclos des caracals - aout 2005
Enclos des lions
Enclos des lions - mai 2012



flèche


Mise à jour suite à ma visite de juillet 2013 :


Le premier enclos des lions, qui jouxtait l'installation des wallabies et
qui, ces dernières années, semblait abandonné a été totalement détruit.
A cet emplacement a été érigée la première nouveauté 2013, un autre
enclos de taille moyenne, délimité par une haute cloture.

Cet enclos, au sol en sable est agrémenté de quelques touffes de
graminées, de buissons et de structures en bois.

Une loge vitrée est reliée à cet enclos qui accueille depuis cette année,
les lions blancs (Panthera leo krugeri) arrivés au début de l'année.
Loge intérieure des lions blancs
Loge intérieure des lions blancs - juillet 2013


Enclos des lions blancs
Enclos des lions blancs - juillet 2013
Enclos des lions blancs
Enclos des lions blancs - juillet 2013




flèche


Le visiteur tombe alors nez à nez avec un immense fort cheyenne,
entièrement en bois, cette zone, "American Forest" fut la nouveauté
de l'année 2004, et abrite des espèces Nord Américaines. Le
premier enclos est le lieu de vie d'un groupe de loups blancs de
l'Arctique (Canis lupus).
L'enclos est de grande taille et traversé par un torrent. Au départ,
4 loups ont été accueillis, la meute se compose aujourd'hui d'une
dizaine d'individus. A coté de l'enclos des loups, se trouve le lieu
de vie des Bisons d'Amérique (Bison bison), un ponton surplombe
leur enclos. A l'intérieur du fort, représentant la capitainerie, se
trouve l'enclos des lynx (Felis lynx). Un couple de ces félins est
présenté à cet endroit. Ils se sont reproduits en 2006, donnant
naissance à une petite femelle, puis à 2 jumeaux en 2007.

 
Enclos des loups de l'Arctique
Enclos des loups de l'Arctique - juin 2007


Volières et enclos des porc épics
Volières et maison des porc épic - juin 2007


En quittant le fort cheyenne, le visiteur se trouve face à l'enclos
des alpagas (Lama paco) et des nandous (Rhea americana).
Le visiteur peut toucher les animaux. A coté des lamas, se
trouve l'enclos des chèvres naines. Le visiteur peut également
nourrir et caresser les animaux. Dans cette zone, on peut ég-
alement décourvir des dindons sauvages (Meleargis gallopavo).
Le visiteur tombe alors nez à nez avec d'imposantes volières,
entrée de la nouveauté africaine de 2006, représentant un lodge.
Le premier abri sur la droite, relié à un enclos extérieur est le lieu
de présentation d'un groupe de porc épics (Hystrix cristata).
En face des porc-épics, se trouve une grande volière dans laquelle
on retrouve des perroquets gris du Gabon (Psittacus erithacus),
des Youyous du Sénégal (Poicephalus senegalus), un étourneau
métalique (Spreo superbe), des inséparables personatas
(Agapornis  personata)
et des francolins à gorge jaune
(Francolinus leucoscepus).

Fort cheyenne
Fort cheyenne - avril 2008
Enclos des lynx
Enclos des lynx - avril 2008


Youyou du Sénégal
Youyou du Sénégal - avril 2008
Repas des loups blancs
Repas des loups blancs - avril 2008



flèche

Mise à jour suite à ma visite de juillet 2013 :

Comme pour les lions blancs, la seconde nouveauté 2013 a été
érigée en lieu et place d'anciens enclos. C'est ainsi que la partie
consacrée aux animaux domestiques, composée des installations
des alpagas et des chèvres, a été transformée en une véritable
mini ferme.

Au milieu d'un enclos en herbe, se dresse une petite volière en
sable, dans laquelle sont présentées des poules hollandaises
huppées (Gallus gallus domesticus).
La prairie est quant à elle occupée par des moutons d'Ouessant
(Ovis aries domesticus), des vaches naines (Bos taurus
domesticus) et par des dindons rouges des Ardennes (Meleagris
gallopavo
).


Poulailler
Poulailler - juillet 2013

Maison principale de la mini ferme
Maison principale de la mini ferme - juillet 2013
Parallèle au fort cheyenne, se dresse l'étable des vaches, composée
de 2 boxes.
A l'extrémité de l'étable, le visiteur bifurque sur la droite, pour con-
tourner le bâtiment en bois, situé au centre de la mini ferme et re-
présentant une maison d'habitation. Au niveau des fenêtres de cette
maison ont été installés 2 vivariums. Le premier est occupé par des
rats bruns (Rattus norvegicus) alors que le second présente de
rares hamsters d'Alsace (Cricetus cricetus).

En face des hmasters se trouve une seconde prairie de grande
taille, dans laquelle vit le troupeau de chèvres naines (Capra hircus
domesticus). Au centre de la prairie se trouve un autre bâtiment
en bois qui abrite non seulement les caprins, mais également un
pigeonnier. Les races visibles au zoo sont le pigeon bouvreuil, le
pigeon queue de paon, le pigeon à calotte, le cravaté, le pigon
cauchois ou encore le pigeon lynx.


A l'arrière de la maison centrale, se trouve 2 petits enclos dans
lesquels ont été construits des clapiers. Ces enclos, consacrés
aux lapins (Oryctolagus cuniculus). Plusieurs races sont pré-
sentées à Amnéville.

En face des lapins, un petit enclos au sol en terre, constitue la
porcherie de la mini ferme. Cet enclos est doublé de 2 petites
loges. Des cochons Göttingen (Sus scrofa domesticus) y
évoluent.
Le visiteur revient alors au niveau de la prairie des vaches en
face desquels a été construite une salle pédagogique où les
enfants peuvent s'essayer à la traite d'une fausse vache.
Le visiteur revient alors au niveau du sentier de visite.
Enclos des cochons
Enclos des cochons - juillet 2013


Enclos des chèvres
Enclos des chèvres - juillet 2013


Zone pédagogique
Zone pédagogique - juillet 2013
Etable
Etable - juillet 2013
Vue d'ensemble sur la mini ferme
Vue d'ensemble sur la mini ferme - juillet 2013



flèche


Une hutte africaine permet d'avoir un point de vue sur le nouvel
enclos des lycaons (Lycaon pictus), dans lequel 5 animaux sont
présentés. Cette nouvelle troupe a été recrée en 2006. L'ancienne
meute, qui ne compte plus que 2 individus, est installée dans en-
clos non visible du public et situé entre les lions et les lycaons.
L'espèce emblématique de cet espace africain est le potamochère
(Potamocherus porcus).
Un couple est présenté depuis  2006, puis une nouvelle femelle est
arrivée début 2007. Trois jeunes potamochères sont nés en mai
2007.  En sortant de l'espace africain, le visiteur longe l'enclos des
gibbons à mains blanches, ainsi qu'une nouvelle volière africaine
dans laquelle cohabitent des tisserins gendarmes (Ploceus cucullatus),
des touracos violets (Musophaga violacea) et des cailles arlequins
 (Coturnix delegorguei), pour regagner le vivarium.

Famille de potamochères
Famille de potamochères - juin 2007

 
Crocodile indopacifique
Crocodile indopacifique - juin 2007




Le vivarium d'Amnéville est un des plus beaux d'Europe, il a été
inauguré en 1997, et présente plus de 300 reptiles de différentes
espèces, dont une importante collection de varans.
Les espèces présentées sont multiples, et on peut noter la présence
de boas constricteurs, d'anoncondas, de pythons, de différentes
espèces de varans et de lézards, de scinques à langue bleue, de
caméléons, de crocodiles indopacifiques, de caïmans, de tortues
hargneuses...
Tous les vivariums, inspirés des plus grands zoos américains, sont
visibles à travers de larges baies vitrées.

A la sortie du vivarium, la zone de restauration a été réaménagée, on
trouve également une nouvelle terrasse offrant un point de vue sur la
nouveauté 2007.
Terrarium des crocodiles
Terrarium des crocodiles - avril 2008

Gerrhosaure
Gerrhosaure - avril 2008


Enclos des lycaons
Enclos des lycaons - avril 2008
Lycaons
Lycaons - avril 2008



flèche

Cette nouveauté est appelée "Orang-utan jungle". L'allée
conduisant au batiment longe l'enclos extérieur du trio
d'orang-outans de Sumatra (Pongo pygmaeus), et offre
de nombreux points de vue à travers des baies vitrées.
Le bâtiment, de 875 m² dispose de 2 étages. En entrant, le
visiteur trouve sur sa droite, une volière très plantée, où coha-
bitent des perdrix roulrouls (Rollulus roulroul), des diamants
de Kittlitz (Erythrura trichora) et des martins de Rotschild
(Leucospar rotschildi)
. En face, se trouve l'installation
intérieure des orang-outans, qu'ils partagent avec un groupe de
loutres cendrées (Aonyx cinerea), initialement présentées au
niveau du penguinland. La maison des grands singes est très
bien aménagée, et les nombreuses cordes et passerelles offrent
une multitude de possibilités d'escalade.
Maison des orang outans
Maison des orang outans - juin 2007


Maison des siamangs
Maison des siamangs - juin 2007



Le visiteur peut également avoir accès à un balcon offrant
une vue sans vitres sur l'enclos intérieur principal des
orang-outans et sur leur enclos secondaire.
Le visiteur sort ensuite de la maison des anthropoïdes, la
contourne et trouve la maison intérieure des siamangs (Hylobates
syndactulus)
, qui là encore offre de nombreuses possibilités
d'escalade.

La visite se poursuit par le tour de l'enclos extérieur des siamangs.
A terme, la palissade qui sépare les enclos des orang-outans et
des siamangs devrait être retirée, afin que ces deux grands primates
cohabitent .


Siamang
Siamang - juin 2007
Orang outan
Orang outan - juin 2007

                                                                                                                      
Orang outan mâle
Orang outan mâle - avril 2008
Volière indonésienne
Volière indonésienne - avril 2008


Les orangs outans d'Amnéville

- Ludo, mâle né le 06 octobre 1997 au zoo de Munich arrivé en 2007
- Vendel, mâle né 15 aout 2000 à Budapest arrivé en 2008
- Julitta, femelle née le 29 avril 1975 à Bristol arrivée de Jersey en 2007
- Putri, femelle née le 16 mai 2005 à Jersey arrivée en 2007
- Revital, femelle née le 14 juin 2000 à Tel Aviv, arrivée en 2009




flèche

Face aux loges intérieures des siamangs, le visiteur peut emprunter
un sentier qui le mène dans la première allée de la nouveauté 2009,
la cité des rapaces, allée bordée par 6 volières. La première est le
lieu de vie d'un couple d'urubus à tête rouge (Cathartes aura). La
volière suivante est occupée par des faucons laggars (Falco jugger).
Les deux installations qui suivent sont le lieu de présentation de
buses de Harris (Parabuteo unicinctus), à coté desquelles vivent
des faucons gerfauts (Falco rusticolus). La dernière volière est oc-
cupée par un jeune pygargue à tête blanche (Haliaeetus
leucocephalus
), mais devrait à terme accueillir des faucons sacres
(Falco cherrug).
La suite de la visite nous conduit dans l'arène en bois du spectacle,
recréant une arène médiévale. Dans cette enceinte est présenté,
durant la saison estivale, un spectacle à cheval de rapaces en vol
libre, dans lequel évoluent entre autre des buses de Harris, des
pygargues à tête blanche, des vautours fauves, des vautours moi-
nes, des condors des Andes, des caracaras huppés, des chouettes
effraies, des hiboux grand duc ou encore des harfangs des neiges.
Le visiteur ressort de l'arène au niveau de l'enclos extérieur des
siamangs.





Entrée de l'arène de spectacle
Entrée de l'arène de spectacle - septembre 2009



Volière de vautours moines
Volière de vautours moines - septembre 2009




La suite de la visite nous conduit à longer cet enclos à l'extrémité
duquel on découvre une grande volière, plantée de conifères et
agrémentée de troncs d'arbre, rochers et plan d'eau. Des vautours
de l'Himalaya (Gyps himalayensis) y cohabitent avec des vautours
fauves (Gyps fulvus), des vautours moines (Aegypius monachus)
et des milans noirs (Milvus migrans).
On se dirige alors vers des volières cote à cote consacrées aux
aigles. Ces volières sont situées sur la droite du sentier. En face de
celles-ci, on peut observer l'enclos extérieur des tigres blancs.
La première volière est le lieu de vie d'un couple d'aigles pêcheurs
d'Afrique (Haliaeetus vocifer), la suivante est occupée par un
couple d'aigles des steppes (Aquila nipalensis), espèce relative-
ment peu courante en captivité. Des autours des palombes
(Accipiter gentilis) sont présentés dans la troisième volière de
cette zone. Les trois installations suivantes sont le lieu de vie res-
pectif de chouettes de l'Oural (Strix uralensis), de chouettes
lapones (Strix nebulosa), d'aigles des Verreaux (Aquila verreauxi),
magnifique espèce très peu représentée en parc zoologique. La der-
nière volière est occupée par un couple de vautours à tête blanche
(Trigonoceps occipitalis).
Arène de spectacle
Arène de spectacle - septembre 2009
Volières des chouettes et aigles
Volières des chouettes et aigles - septembre 2009


Aigle bleu du Chili
Aigle bleu du Chili - septembre 2009
Aigle des Verreaux
Aigle des Verreaux - septembre 2009


Aigle des Verreaux
Aigle des Verreaux - septembre 2009
Vautour à tête blanche
Vautour à tête blanche - septembre 2009


Toutes ces volières, hormis celle des aigles vocifères, sont densément végétalisées, disposent d'un sol en herbe et de nombreux perchoirs en bois, ainsi que de rochers.


Un sentier bifurque alors sur la droite pour emprunter un chemin
entouré de volières. Les volières de gauche sont consacrées
aux rapaces nocturnes, représentés par des harfangs des neiges
(Nyctea scandiaca) qui sont présentées dans une volière cail-
louteuse plantée de quelques petits conifères. La volière suivante
est occupée par des chouettes hulottes (Strix aluco) qui dis-
posent de nombreux arbres pour se percher. Une grange recon-
stituée est le lieu de vie de chouettes effraies (Strix varia). Des
grands ducs d'Europe (Bubo bubo) et des grands ducs
d'Amérique (Bubo virginianus) cloturent cette rangée et sont
présentés dans des volières plantées de nombreux arbres.
La rangée de droite compte 4 volières aménagées de la même
façon que les installations des aigles. Les espèces présentées
ici sont des aigles bleus du Chili (Geranoaetus melanoleucus),
des faucons pélerins (Falco peregrinus), des caracaras huppés
(Polyborus plancus) et des milans royaux (Milvus milvus).


Volières des rapaces nocturnes
Volières des rapaces nocturnes - septembre 2009



Rangée de volières pour grands rapaces
Rangée de volières pour grands rapaces - septembre 2009
On gagne alors la rangée des grands rapaces. Une grande volière africaine
est le lieu de cohabitation de vautours à dos blanc (Gyps africanus), de
vautours de Rüppell (Gyps ruppelli), de vautours oricous (Torgos
tracheliotus
), d'aigles bateleurs (Terathopius ecaudatus), de vautours à
capuchons (Necrosyrtes monachus) et de vautours palmistes
(Gypohierax angolensis). Cette cohabitation originale se passe sans pro-
blèmes au sein de la volière au sol en herbe agrémentée de quelques rochers
et de nombreux branchages. A coté de la volière africaine, une volière est le
lieu de vie d'un couple de condors des Andes (Vultur gryphus) et de cara-
caras des montagnes (Phalcoboenus megalopterus).
La rangée de gauche est occupée par 5 grandes volières densémment végé-
talisées, dans lesquelles sont présentés respectivement des pygargues de
Steller (Haliaeetus pelagicus), des pygargues à tête blanche (Haliaeetus
leucocephalus), des pygargues à queue blanche (Haliaeetus albicilla), et
des aigles royaux (Aquila chrysaetos).
Avant de quitter la zone des rapaces, le visiteur découvre deux dernières
volières situées en retraits, qui accueillent des vautours papes
(Sarcoramphus papa) pour la première et des aigles impériaux (Aquila
heliaca) pour la seconde.
C'est ainsi que ce termine la visite de la nouveauté 2009 et le visiteur ga-
gne l'enclos secondaire des tigres blancs.



Mise à jour suite à ma visite de mai 2011:


Des chouettes leptogrammes (Strix leptogramica) et des
circaètes (Circaetus gallicus) ont rejoind les volières
situées à l'arrière de l'arène de spectacle.
Les aigles des Verreaux ont également leur plumage adulte.

Par ailleurs, les travaux de la nouveautée 2012 avancent
à grands pas et le bâtiment est maintenant bien visible.
En conséquence, les vautours papes et les aigles impériaux
sont maintenus en coulisses pour la durée du chantier.

Mise à jour suite à ma visite de mai 2014:

Les chouettes effraies ne sont plus présentées dans
l'espace rapaces et leur volière est maintenant occupée
par des chouettes épervières (Surnia ulula).




Volière des grands ducs d'Amérique
Volière des grands ducs d'Amérique - septembre 2009


Chouette leptogramme
Chouette leptogramme - mai 2011
Aigle des Verreaux en plumage adulte
Aigle des Verreaux en plumage adulte - mai 2011



flèche

Mise à jour suite à ma visite du 23 juin 2015

Située à l'extrémité des volières secondaires des rapaces se
dresse l'imposante nouveauté 2015 : "Tiger World". Cette
zone densément plantée est consacrée au gros félin qu'est
le tigre.

Les plantations de bambous sont omniprésentes. Le visiteur
entre alors dans cette zone et découvre, légérement sur la
gauche, une salle au coeur de laquelle il est invité à entrer
le "Tiger Conservation Centre".

Cette pièce plongée dans la pénombre présente une ma-
quette de forêt équitoriale en cours de déforestation.
Plusieurs panneaux mentionnent également les menaces
pesant sur les tigres. Différents éléments de squellette,
ainsi qu'un film pédagogique sur la création du spectacle
complètent les mises en scènes.



Entrée du centre pédagogique
Entrée du centre pédagogique - juin 2015
Intérieur du centre pédagogique
Intérieur du centre pédagogique - juin 2015
Le visiteur quitte la salle pédagogique pour déboucher sur
une grande place sur la gauche de laquelle se dresse
l'arène des rapaces. Sur la droite en revanche se dresse
une imposante structure circulaire recouverte de faux
rochers de laquelle jaillissent plusieurs cascades.
Des brumisateurs, des lierres et des palmiers contribuent
à recréer l'ambiance de jungle. Un ponton traverse un
grand bassin et nous conduit vers une grotte souterraine
dont les murs sont peints de dessins troglodytes.

Une porte vitrée intégrée à cette grande bâtisse s'ouvre
30 minutes avant les spectacles. Le visiteur pénètre
alors sous la caverne et découvre dans un premier temps
une boutique consacrée à l'univers du tigre.


Au bout du couloir se trouve un espace de restauration
et bar aux décors digne des grands cabarets.

Sur la gauche de cette pièce se trouve l'entrée dans la
salle de spectacle, pouvant accueillir 2000 personnes.
Au milieu se dresse la piste circulaire. Après quelques
minutes le filet de protection descent et se met en place.

C'est également à ce moment précis que débute le
grand son et lumière relativement réussit qui précède
l'entrée des tigres dans la cage.
Ce ne sont pas moins de 9 fauves dont 2 tigres blancs
qui composent la représentation.


Extérieur de la salle de spectacle
Extérieur de la salle de spectacle - juin 2015



Arène de spectacle
Arène de spectacle - juin 2015
Durant cette dernière, tous les éléments de la nature vont
se déchainer pour former un spectacle d'environ 30 à 40
minutes.

A la fin de la représentation, le visiteur peut quitter la zone
de spectacle pour découvrir les paddocks extérieurs des
animaux tous creusés d'un bassin, bien végétalisés et
agrémentés structures d'escalade en bois.

La suite de la visite nous ramène vers la place centrale
pour continuer la traverser de "Tiger World" où se
dresse une vaste aire de jeux pour enfants doublée de
statues de tigres à dents de sabre.

La découverte de Tiger World se termine ainsi et le
visiteur rejoint l'arène de spectacle des rapaces.


Boutique de Tiger World
Boutique de Tiger World - juin 2015
Restaurant de Tiger World
Restaurant de Tiger World - juin 2015


Ambiance dans la zone Tiger World
Ambiance dans la zone Tiger World - juin 2015
Statue de tigre à dent de sable
Statue de tigre à dent de sable - juin 2015


Arène de spectacle
Arène de spectacle - juin 2015
Zone extérieure des tigres
Zone extérieure des tigres - juin 2015


Zone extérieure des tigres
Zone extérieure des tigres - juin 2015
Zone extérieure des tigres
Zone extérieure des tigres - juin 2015



flèche



Cette structure inaugurée le 31 mars 2008, se compose d'un grand
enclos à la végétation importante, avec en son centre un plan d'eau,
autour duquel ont été construites quelques cabanes en bois.  L'en-
clos pricipal, est relié aux loges intérieures des animaux, que l'on
peut voir à travers de larges baies vitrées.
Enfin, un enclos secondaire, au sol herbeux est agrémenté d'une
petite structure en bois. Ce dernier permet de séparer le jeune mâle
tigre blanc (Panthera tigris), des deux femelles. Ces animaux ont
été accueillis en 2008, et arrivent d'un parc français pour les femelles
et du Canada pour le mâle.
Des panneaux d'information indiquent aux visiteurs les différences
qu'il y a entre un tigre blanc, un tigre jaune et un tigre albinos.

Allée allant vers les tigres blancs
Allée allant vers les tigres blancs - avril 2008



Enclos principal des tigres blancs
Enclos principal des tigres blancs - avril 2008
Tigre blanc
Tigre blanc - avril 2008


Mise à jour suite à ma visite de mai 2014:

Suite à des problèmes liés au vol des rapaces au dessus des tigres,
ces derniers ont été transférés dans une autre partie du zoo. Leur
enclos a été transformé en une colline herbeuse et caillouteuse, et
accueille aujourd'hui un groupe de babouins géladas mâles
(Theropithecus gelada).

L'enclos secondaire des tigres blanc a pour sa part été garni de
bambous et héberge désormais des diks diks de Kirk (Madoqua
kirki).

Cet ensemble d'enclos a été entouré d'une passerelle surélevée et
un pont suspendu traverse la colline des géladas.
Enclos des géladas
Enclos des géladas - mai 2014


Passerelle des géladas
Passerelle des géladas - mai 2014
Enclos des dik diks de Kirk
Enclos des dik diks de Kirk - mai 2014



flèche

Mise à jour suite à ma visite de mai 2012:

Après avoir découvert les 2 enclos des tigres blancs, le visiteur
revient au niveau de la volière des condors des Andes, pour
bifurquer sur la gauche afin de  longer la volière occupée par
des aigles des steppes (Aquila nipalensis). Entre ces deux
volières, une arche présente l'entrée dans Gorilla's Camp,
le territoire des gorilles ouvert en 2012 . Celui-ci s'étend sur
1 hectare. Il présente deux groupes de gorilles des plaines
(Gorilla gorilla gorilla).

Après l'arche, le visiteur passe sous un porche en béton, de
couleur rouge . Une grande place s'offre alors au visiteur.
Sur la droite, 2 baies vitrées permettent de découvrir
le premier enclos extérieur des grands singes. Cet enclos, au sol
en herbe, est agrémenté de structures d'escalade en bois et de
quelques arbustes et arbres buissonnants.
Au centre de la place se dresse un totem en bois.



Entrée de Gorilla's camp
Entrée de Gorilla's camp - mai 2012



Futur bâtiment des gorilles
Futur bâtiment des gorilles - mai 2011
Le visiteur longe la frontière du parc sur la droite et découvre,
à gauche, un second enclos consacré aux grands singes
africains. Cet enclos dispose d'une partie dégagée en herbe, et
d'une zone fortement végétalisée, plantée de hauts buissons et
d'arbustes. Des structures d'escalade en bois complètent ces
aménagements.

Fait relativement rare en captivité, les gorilles ont accès aux
zones plantées, et peuvent se cacher dans les buissons.

A l'extrémité de ce second enclos, un sentier permet au visiteur
de birfurquer sur la gauche, en direction de la serre des gorilles.
La seconde possibilité est de poursuivre le long de la frontière
pour observer le troisième et dernier enclos extérieur de ces
singes africains.
Ce dernier enclos est surplombé par 2 grandes tours. Un sol
en herbe est planté de quelques buisson, tandis qu'une imposante
structure en bois offre de nombreuses possibilités d'évolution
aux animaux.


Place de gorilla's camp
Place de gorilla's camp - mai 2012
Premier enclos extérieur des gorilles
Premier enclos extérieur des gorilles - mai 2012


Au bout de l'allée se trouve un bâtiment tout en longueur dont
l'intérieur est visible par une baie vitrée. Le bâtiment dispose
d'un bassin peu profond. Il est relié à une lagune extérieure qui
se compose d'un grand bassin, d'une zone en herbe et d'une
plage de sable. Une colonie d'une vingtaine de flamants nains
(Phoenicopterus minor) y a élu domicile.

En face des flamants, une hutte offre une vision globale sur le
troisième enclos des gorilles dont l'avant est délimité par un
large fossé en eau. Ce fossé est également bordé par un petit
enclos en herbe, relié à une case africaine percée d'une vitre.
Des tortues à éperons (Geochelone sulcata) y sont logées.

Le visiteur traverse une place à droite de laquelle a été
érigée une structure de jeux en bois. A gauche de cette place,
le visiteur dispose  d'une vue globale sur l'installation des gorilles.



Lagune des flamants roses
Lagune des flamants roses - mai 2012

Troisième enclos des gorilles
Troisième enclos des gorilles - mai 2012
Le visiteur entre alors dans la serre des gorilles. Après avoir passé
un sas humide, le visiteur arrive dans un premier couloir. Leurs
murs sont tapissés de statuettes en bois. Deux vitres permettent de
découvrir la première loge des grands singes, construite sur deux
niveaux. Des troncs et de faux rochers, ainsi que des cordes, com-
posent les élements de jeux mis à disposition des singes.

Le visiteur traverse le couloir pour voir  les enclos extérieurs
avant d'arriver dans une salle qui représente un bureau
de scientifque. Tous les éléments de décors font allusion aux
menaces et aux études faites sur les gorilles. Avant de quitter cette
salle, le visiteur découvre une petite loge au sol en sciure, consacrée
à un groupe de suricates (Suricata suricatta). Ces petites man-
goustes ont accès à la seconde loge intérieure des gorilles que l'on
découvre ensuite. Cette dernière, au sol en écorce, est agrémentée
de faux rochers, de cordes et de structures en bois. Elle est reliée à
l'enclos extérieur par des tunnels surélevés et vitrés.


Seconde loge intérieur des singes et suricates
Seconde loge intérieur des singes et suricates - mai 2012
Enclos des tortues
Enclos des tortues - mai 2012


Camp pédagogique
Camp pédagogique - mai 2012
Ambiance dans la serre des gorilles
Ambiance dans la serre des gorilles - mai 2012


Deux autres tunnels relient le premier enclos extérieur et la première
loge intérieure.. Cette dernière est comparable aux 2 loges précédentes.

Des photos et des statues de gorilles expliquent  les différentes menaces
qui pèsent sur ces animaux. Les principales sont: la chasse pour la
viande de brousse ou encore la déforestation. Le visiteur ressort
ensuite de la serre des gorilles au niveau de l'entrée du vivarium.

A noter que les 3 loges communes, tout comme les enclos extérieurs,
peuvent être reliés entre eux. Des loges individuelles ont été installées
en coulisse.

Le parc présente aujourd'hui 8 individus mâles, répartis en 2
groupes. Un troisième groupe reproducteur  devrait être constitué
dans les années à venir. Des cercopithèques mones(Cercopithecus
mona
) pourraient également rejoindre ce complexe.




Mur pédagogique
Mur pédgogique - mai 2012
Enclos extérieur n°2
Enclos extérieur n°2 - mai 2012
Les gorilles d'Amnéville

Groupe 1 (5 individus)

- Ya Kwenza, mâle dominant né le 03 juin 1984 à Melbourne
- Upula, né le 27 mai 2008 au zoo de Heidelberg
- Monza, né le 02 septembre 2007 au zoo de La Palmyre
- Meru, né le 04 février 2004 au zoo de Stuttgart
- Lengai, né le 19 avril 2003 au zoo de Stuttgart

Groupe 2 (3 individus)

- Awali, mâle dominant né le 24 avril 1993 au zoo d'Amsterdam
- N'Goro, né le 25 aout 2006 au zoo de Barcelone
- Akiki, né le 04 avril 2007 au zoo de Ramat - Gan


Salle pédagogique
Salle pédagogique - mai 2012
Enclos extérieur n°2
Enclos extérieur n°2 - mai 2012



flèche



En quittant cette  zone consacrée à Sumatra, le visiteur passe devant l'enclos
des gibbons (Hylobates lar), rénové en 2006.
Deux gibbons sont installés sur cette ïle. Ils disposent de nombreuses
structures d'escalade en bois, ce qui permet d'enrichir leur milieu de vie.
Un groupe de pélicans frisés (Pelecanus crispus) est également présenté
à coté des gibbons, et dispose d'un point d'eau qui entoure  l'ïle.

En face de l'ïle des gibbons se trouve la volière des macaques rhésus
(Macaca mulatta). Cette volière recrée une ruine de temple indonésien,
avec cascade et rochers. Les macaques rhésus du zoo d'Amnéville
se reproduisent tous les ans, et toute la famille est visible au travers de
baies vitrées.




Gibbons lar
Gibbons lar - juin 2007

Makis catta
Makis cattas - aout 2005
En continuant le sentier de visite, le visiteur entre dans un secteur
consacré à la présentation d'animaux de ferme. Un premier enclos
est le lieu de vie d'ânes gris domestiques (Equus asinus), qui
cohabitent avec des lamas (Lama glama), des émeus et des
dindons. En face du sentier était présenté le couple de poneys
shetland (Equus caballus). Il  a été transféré avec les lamas.
Une volière, inaugurée fin 2009, a été batie à l'emplacement de
cet enclos et accueille aujourd'hui des serpentaires
(Sagittarius serpentarius)
, qui feront partis de la nouveauté
2010.
Mitoyen aux poneys, un groupe de mouflons à manchettes
(Ammotragus lervia) 
évolue sur un rocher recréé, qui leur offre
de nombreuses possibilités d'escalade. L'enclos des mouflons a
été agrandit et modifié au courant de l'année 2009.
A coté des mouflons à manchettes est présenté sur une île très
végétalisée, un groupe de makis cattas (Lemur catta). Ces singes
se reproduisent régulièrement.
Autour de l'île de makis vivent une multitude d'anatidés tels des
mandarins, tadornes casarca et autres anatidés.


Enclos des mouflons à manchette
Enclos des mouflons à manchette - avril 2008
Ile des makis catta
Ile des makis catta - avril 2008


Enclos des lamas, anes et émeus
Enclos des lamas, anes et émeus - avril 2008
Pélican frisé
Pélican frisé - avril 2008


Volière des serpentaires
Volière des serpentaires - septembre 2009



flèche


Le visiteur peut ensuite avoir une vue sur l'enclos des petits
pandas (Ailurus fulgens). Cet enclos de grande taille
accueille un couple de petits pandas, espèce très rare.
Il recréer le milieu d'origine de ces animaux, avec des
plantes originaires de la région d'Asie. En face de cet
enclos, le visiteur a un nouveau point de vue sur l'enclos
des bisons d'Amérique.
A côté des petits pandas se trouve un vaste enclos où
sont présentés un groupe de mouflons de Corse et de
daims. Ces deux espèces se reproduisent régulièrement.
Leur enclos pentu s'insert parfaitement dans le cadre
de la forêt environnante.
En face des mouflons se trouve un complexe aquatique
inauguré en 1998. Ce complexe fut à l'origine consacré
à la présentation de loutres cendrées et de manchots de
Humbold.
Enclos des petits pandas
Enclos des petits pandas - aout 2005


Piscine des manchots
Piscine des manchots - aout 2005
Le premier bassin est consacré aux manchots de Humbold
(Spheniscus
humboldti).
Ces animaux ont été accueillis dans le cadre d'un plan
d'élevage européen. Un groupe d'une dizaine de ces manchots
occupe un vaste plan d'eau avec vision sous marine. Ces
animaux se sont reproduits depuis 1998, donnant naissance à 3
petits. Après un temps sans reproduction, l'année 2006, à vue
la naissance de quelques petits manchots.
L'installation est également dotée d'un bassin intérieur visible  à
travers des baies vitrées.

A l'opposé des manchots, un second bassin fut consacré à la
présentation de loutres cendrées. Depuis 2007, les loutres ont
rejoint l'installation des orangs outans. Leur ancien bassin est
actuellement le lieu de présentation de tortues de Floride.





Mise à jour suite à ma visite du 11 octobre 2010:

L'enclos des petits pandas, celui des mouflons de Corse et
celui des manchots ont été détruits et sont aujourd'hui en
travaux. La nouveauté 2011 sera présentée à ce niveau. Les
petits pandas ont été transférés dans une autre partie du
parc, alors que les daims, les mouflons et les manchots ne
sont plus présentés au public.


Mise à jour suite à ma visite de mai 2011:

A coté de la maison des lémuriens, le visiteur découvre deux
nouveaux bâtiments, dont les loges intérieurs sont visibles à
travers des baies vitrées. En retrait du sentier de visite, un
second bâtiment au sol en écorces, est relié à un enclos na-
turel de taille moyenne, au sol en terre, planté de quelques
arbres.
Le visiteur revient sur le sentier principal, pour découvrir, à
l'emplacement de m'ex enclos des petits pandas et des mou-
flons, un grand enclos en terre, agrémenté d'un bassin et au
milieu duquel se dresse deux termitières. Cette plaine, nou-
veauté 2011, est occupée par les tapirs terrestres (Tapirus
terrestris), les maras (Dolichotis patagonum) qui étaient
déja présentés au zoo et une espèce arrivée début 2011, le
fourmilier géant (Myrmecophaga tridactyla).



Enclos des fourmiliers et tapirs
Enclos des fourmiliers et tapirs - mai 2011
Port des manchots
 Port des manchots - mai 2011






A l'emplacement de l'ancien installation "Penguiland", détruite
pour l'occasion, se dresse aujourd'hui un port sud américain
reconstitué.
Des bâtiments en bois, aux couleurs chatoyantes, bordent un
bassin avec vision sous marine.
Les manchots de Humboldt (Spheniscus humboldti) y ont
élu domicile.
Bâtiment typique de Peruvia (ici pour les fourmiliers)
Bâtiment typique de Peruvia (ici pour les fourmiliers) - mai 2011
Enclos secondaire des ouvriers
Enclos secondaire des ouvriers  - mai 2011


Port des machots
Port des machots - mai 2011
Bassin des manchots
Bassin des manchots - mai 2011




flèche




En sortant du complexe aquatique "Penguinland", le visiteur tombe
sur l'enclos des aras hyacinthes (Anadorhynchus hyacinthus).
Cette espèce originaire d'Amérique du Sud est la première
de la nouveauté 2002, consacrée à la faune amazonienne. Les
aras sont présentés en liberté dans une végétation recréant leur
milieu d'origine. Leur enclos est agrémenté de troncs, qui leur
permettent d'escalader, et contribuent à l'enrichissement du milieu.

A coté de l'enclos des aras, se trouve un grand amphitéatre
caché par une forêt de bambous. Cet amphitéatre, représ-
entant un village mayas, est le lieu d'un spectacle de
perroquets aras.




Enclos des aras hyancynthe
Aras hyacynthe - juin 2007




Loup à crinière
Loup à crinière - aout  2005

En quittant l'amphitéatre, le visiteur trouve sur sa droite, la
maison intérieure des loups à crinière (Chrysocyon brachyurus).
Leur maison est accollée à un vaste enclos végétalisé recréant
leur milieu naturel avec des plantes originaires d'Amérique du
Sud. Cette espèce est présentée depuis 2002, avec l'inauguration
de l'Amazone jungle. Avec l'ouverture de cette zone, le zoo
d'Amnéville s'est enrichit de 12 espèces nouvelles.

En face de l'enclos des loups à crinière, est présentée une colonie
de chiens de prairies (Cynomys ludovicianus), un peu plus en
retrait un enclos est le lieu de vie de ratons laveurs (Procyon lotor).
Ces deux espèces s'insert dans le cadre de l'Américan forest citée
initialement.





Mise à jour suite à ma visite du 11 octobre 2010:

Les aras hyacynthes occupaient un enclos à l'air libre et sans barrière. La végé-
tation a été taillée et une grande volière s'élève aujourd'hui sur les fondations de
leur ancien enclos. Le couple de aras hyacinthes (Anadorhynchus hyacinthus)
cohabite maintenant avec de rares toucanets kouliks (Selenidera culik).

Un enclos en bois au sol en écorces a été installé devant les vitres de la maison
des loups à crinière. Cette installation de petite taille est consacrée à la présen-
tation d'un petit carnivore, le sconce rayé ou moufette (Mephitis mephitis).

Les ratons laveurs (Procyon lotor) ont été transféré dans l'enclos occupé pré-
cédemment par les oursons coquaux (Erethizon dorsatum).
Les petits pandas (Ailurus fulgens) ont été installés pour leur part dans l'ancien
enclos des ratons laveurs et un nouveau point d'observation a été installé devant
l'enclos des petits pandas et celui des chiens de prairie.


Volière des aras
Volière des aras - octobre 2010
Nouvel enclos des petits pandas
Nouvel enclos des petits pandas - octobre 2010


Enclos des moufettes
Enclos des moufettes - octobre 2010

Mise à jour suite à ma visite de mai 2011:

Les toucanets kouliks (Selenidera culik) ne sont plus présentés au zoo.

Mise à jour suite à ma visite de décembre 2014:

Les grands hoccos (Crax rubra) vivent désormais en cohabitation
avec les aras hyacinthes (Anadorhynchus hyacinthus).
Les moufettes ne sont plus visibles et leur enclos a été démoli.
A sa place se dresse une grande volière, accolée à l'ancienne
loge des loups à crinière qui accueille désormais les perroquets
du spectacle.
Volière des perroquets de spectacle
Volière des perroquets de spectacle - décembre 2014




La prochaine zone, Amazone jungle a été inaugurée en 2002.
Après les loups à crinière, la seconde espèce présentée dans
cette zone est représentée par de petits primates. Des singes
écureils ou saïmiri (Saïmiri boliviensis) évoluent ainsi dans
une petite volière.
Un groupe de  mâles est présenté dans une loge intérieure
accolée à la petite volière. Le visiteur peut ensuite entrer dans
une grande volière où sont présentés des ibis rouges
(Eudocimus
ruber), des ibis de la Puna, des spatules roses
(Platalea ajaja) et des grandes aigrettes (Egretta alba). A
l'origine, des échassiers pie étaient également présentés, mais
ils ont aujourd'hui quitté le parc. En sortant de la
volière, le visiteur longe la volière des jaguars (Panthera onca).
Un couple de ces animaux est présenté, le mâle est totalement
noir, la femelle est tachetée. En face des jaguars, un plan d'eau
accueille un groupe de flamants du Chili (Phoenicopterus ruber
chilensis).
Au bord du plan d'eau se trouve une tour inca de 9
mètres, au dessus de laquelle jaillit une cascade.



Jaguar
Jaguar - juin 2007



Tapir et maras
Tapir terrestre et maras - aout 2005







En poursuivant son chemin, le visiteur peut faire le tour de l'enclos
des tapirs terrestres (Tapirus terrestris). Le couple composé de
Bernard et Rosa se reproduit régulièrement. Le dernier petit est né
en 2006, il s'agit d'un petit mâle. Les tapirs cohabitent avec deux
maras (Dolichotis patagonum) mâles, également appelés lièvres
de Patagonie. Au départ, des capybaras étaient également présentés,
mais cette présentation a été stoppée en 2004. Les loges intérieures
des tapirs sont visibles grâce à des baies vitrées, au travers desquelles
on peut aussi voir le bassin intérieur de ces animaux.

En face de l'enclos des tapirs, se trouvent deux volières intérieures.
Enclos des tapirs
Enclos des tapirs - avril 2008
Bassin des flamants du Chili
Bassin des flamants du Chili - avril 2008


Enclos des jaguars
Enclos des jaguars - avril 2008
Singe écureuil
Singe écureuil - avril 2008


La première volière consacrée à l'origine à des toucans tocos, est aujourd'hui le lieu de présentation d'un couple de sakis à face blanche (Pithecia pithecia), et de leur petits. Cette famille s'agrandie chaque année. Les sakis du zoo d'Amnéville appartiennent  à un plan d'élevage européen. Depuis 2006, ils cohabitent avec un couple d'agoutis dorés (Dasyprocta aguti), qui se sont reproduits en 2006 et en 2007, donnant à chaque fois naissance à 3 jeunes. A coté de cette volière, un second enclos est le lieu de présentation de reptiles d'Amérique du Sud, tels des iguanes verts, des anolis et des tortues. Leur enclos qui représentait une maison sud américaine a été transformé en 2008, et se compose aujourd'hui d'un sol en terre et de nombreux rochers. Le visiteur quitte alors l'Amazone jungle en passant sous la chutte de la tour Inca.



flèche



Mise à jour suite à ma visite du 11 octobre 2010:


Le groupe de saïmiris mâle vit aujourd'hui dans les coulis-
ses du parc et leur enclos accueille un groupe de tamarins
empereurs (Saguinus imperator) et des ouititis pygmés
(Callithrix pygmaea).
Les agoutis dorés ont pour leur part quitté le zoo.


Ile des ouititis pygmés
Ile des ouititis pygmés - septembre 2009


Volière et loge des agamis et tamarins
Volière et loge des agamis et tamarins - mai 2011



Mise à jour suite à ma visite de mai 2011:

Suite au déménagement des tapirs et des maras vers la nouvelle
zone Péruvia ouverte cette année, leur ancien enclos a été tota-
lement démoli et plusieurs volières et bâtiments y ont été érigés.
Ainsi, après avoir contourné le bassin des flamants du Chili, le
visiteur découvre une première bâtisse, dont l'intérieur au sol en
résine, agrémenté de bambous est visible à travers des baies
vitrées, est relié à une grande volière extérieure, densément
végétalisée et agrémentée de cordages. Cette installation est oc-
cupée par des tamarins à lèvres blanches (Saguinus labiatus)
et des agamis trompettes (Psophia crepitans).


En face des tamarins, se trouve, légèrement en hauteur, une
autre volière de taille réduite, plantée de quelques arbustes,
est le lieu de vie d'un couple de chaunas (Chana torquata).
En contournant la volière des chaunas, le visiteur découvre
l'ex bâtiment des tapirs, dans lequel le bassin a été comblé
et qui a été réaménagé, pour offrir des loges de nuit aux
chaunas et aux sakis à front blanc (Pithecia pithecia) qui y
ont été transférés et cohabitent avec des ouistitis à toupet
blanc (Callithrix jacchus).
En face, l'ancienne volière des sakis a été agrandie et ré-
haussée, densément végétalisée, elle est aujourd'hui le lieu
d'une cohabitation entre des tamanduas (Tamandua
tetradactyla) et des tamarins pinchés (Saguinus oedipus).
Les iguanes verts sont toujours présentés dans la loge qui
suit.


Partie haute de la volière des tamanduas
Partie haute de la volière des tamanduas - mai 2011
Loge intérieure des ouistitis argentés
Loge intérieure des ouistitis argentés - mai 2011





En face des iguanes, un quatrième volière, la plus grande de la
zone a été végétalisée de plusieurs arbustes et tendues de cor-
dages. Elle constitue l'enclos extérieur des sakis et ouistitis à
toupet blanc.

Enfin, la dernière volière, reliée à une loge intérieure, deux struc-
tures comparables à celles des tamarins labiés en terme d'amé-
nagements, compose l'installation des ouistitis argentés (Mico
argentatus
).
Le visiteur quitte alors l'Amazone Jungle totalement transformé.
Volière des sakis
Volière des sakis - mai 2011
Loge intérieure des sakis
Loge intérieure des sakis - mai 2011


Mise à jour suite à ma visite de décembre 2014:

La première loge située avant l'entrée de la grande volière
est aujourd'hui ocupée par des sakis à face blanche
(Pithecia pithecia). Une volière a été adjointe à ce petit
bâtiment.

La grande volière a été totalement remodelée et replantée
elle continue de présenter des ibis et des spatules.

Les ouistitis argentés ne sont plus visibles au zoo cependant,
leur volière accueille désormais des titis roux (Callicebus
cupreus
) et des ouistitis pygmés (Cebuella pygmaea).
Loge intérieure des sakis
Loge intérieure des sakis - décembre 2014


Volière extérieure des sakis
Volière extérieure des sakis - septembre 2014
Grande volière des ibis
Grande volière des ibis - septembre 2014



flèche


En sortant de l'Amazone jungle, la visite se poursuit par deux
enclos en bois, qui font partie de l'American forest. Le premier
enclos de 75 m² est le lieu de vie d'un couple de loutres du
Canada (Loutra canadensis). Leur enclos est de grande taille
et très végétalisé. Il est parcouru par un torrent qui se jette
dans le bassin des loutres. On peut à cet endroi admirer leur
ballet aquatique grace à une vision sous marine. A coté de
l'enclos des loutres sont présentés les porc-épics arboricoles
(Erethizon dorsatum).
Cette espèce unique en France n'est
malheureusement représentée  que par un seul individu.
La zone américaine se termine par une terrasse de restauration
autour de laquelle sont implantés des totems et tipis recréant un
village indien. Le long du chemin, le visiteur pourra trouver
encore un point de vision sur l'enclos des loups de l'Arctique.



Loutres du Canada 
Loutres du Canada - aout 2005


Enclos des ours polaires
Enclos des ours polaire - juin 2007



En face de l'enclos des loups, se trouvent les deux enclos
consacrés à la présentation des ours polaires. Cette installation
a été inaugurée en 1999, et a été conçue grâce aux connais-
sance les plus récentes sur cette espèce. Elle se constitue de
deux bassins totalisant 800 000 litres d'eau. Deux ours polaires
mâles vivent actuellement à Amnéville. Il s'agit de Olaf et Tromso.
Youri un ours mâle géant et solitaire qui mesurait 3, 20 mètres
lorsque qu'il est debout est mort au début de l'année 2008.
Une animation a également lieu à cet endroit plusieurs fois par
jour. A cette occasion, le visiteur peut observer les compor-
tements de chasse des ours polaires et connaitre leurs compor-
tements naturels.


Enclos des porc épic arboricoles
Enclos des porc épic arboricoles - avril 2008
Enclos des ours polaires
Enclos des ours polaires - avril 2008






Mise à jour suite à ma visite du 11 octobre 2010 :


L'enclos secondaire des ours polaires a été transféré en 2010, en volière nord
américaine. Des conifères, une rivière et des rochers composent cette aména-
gement. Des grues du Canada (Grus canadensis) y cohabitent avec des
huitriers pies (Haematopus ostralegus) et des aigrettes blanches (Egretta
garzetta
).
Volière des grues du Canada
Volière des grues du Canada - octobre 2010



flèche

En longeant l'installation des ours polaires, le visiteur
arrive dans une nouvelle zone consacrée à l'Afrique.
La première installation est le lieu de présentation d'un
couple d'hippopotames amphibies (Hippopotamus 
amphibius),
ainsi que leur dernier petit. Le couple
Kinshasa et Mara est arrivé à Amnéville en 1996,
depuis cette date, ils se reproduisent tous les deux ans.
L'installation intérieure se compose de deux boxes
visibles au travers de baies vitrées.
L'enclos extérieur se compose d'une plage autour d'un
étang et d'une cascade.
Le visiteur emprunte ensuite un petit pont pour entrer
réellement dans la zone africaine. Cette zone de plus
de 4 ha a été acquise en 2000.
La première installation accueille un groupe de 3 éléphants
d'Afrique (Loxodonta africana). Ces derniers sont
arrivés à Amnéville en 2000.
Le groupe se compose d'un jeune mâle Nico agé de
10 ans et de deux vieilles femelles.
Leurs installations intérieures sont ouvertes au public,
et accueillent un pléiade de petites espèces.


                                  




Enclos des hippopotames
Enclos des Hippopotames - aout 2005
      
Hippopotame et son petit
                         Mara et son petit Durban - aout 2005
       
Plaine des éléphants
Plaine des éléphants d'Afrique - aout 2005






Enclos des dik dik de Kirk
Enclos des Dik dik de Kirk - aout 2005
Autour de la plaine des éléphants, sont présentées d'autres
petites espèces. Le premier enclos est le lieu de vie de
dik-diks de Kirk (Madoqua kirki), petite antiloppe
africaine. Les deux autres enclos sont le lieu de présentation
de tortues à éperons (Geochelon sulcata) tortues rayonnées
(Geochelone radiata)
. La population d'Amnéville est la plus
importante ex-situ. Le zoo d'Amnéville est également le co-
ordinateur européen de cette espèce. Un dernier enclos est
accolé à la maison des éléphants. Il est occupé par des man-
goustes suricates (Suricata suricatta).
Cet enclos extérieur est relié à l'enclos intérieur des suricates
qui se trouve dans la maison des éléphants.
En tout 4 terrariums sont visibles en face des boxes des
éléphants. Ces terrariums sont occupés par les suricates pour
le premier, par un couple de fennec (Vulpes zerda)  pour le
second, par des varans des savanes pour le troisième et le
dernier, accolé à une volière extérieure, est occupé par des
damans des rochers (Procavia capensis), espèce unique en
France, qui partagent leur enclos avec un couple de calaos à
bec rouge (Tockus erythrorhynchus).
La maison des éléphants se compose de 4 loges intérieures,
séparées du public par une rembarde en verre.


Volière des damans et des calaos
Volière des damans et des calaos - avril 2008
Suricates
Suricates - avril 2008




Mise à jour suite à ma visite du 11 octobre 2010:


Les calaos à bec rouge ont été transférés dans une nouvelle volière. Des
touracos à bec noir (Tauraco schuetti) les remplacent en cohabitation
avec les damans. Les fennecs ont déménagés dans l'enclos des suricates
et ont accès à un nouvel enclos en sable extérieur. L'ancienne loge des
fennecs a été transformée en loge nocturne recréant une falaise et ac-
cueille depuis 2010 une colonie de roussettes d'Egypte (Roussettus
aegyptiacus
).
Maison des éléphants
Maison des éléphants - octobre 2010


Enclos des chauves souris
Enclos des chauves souris - octobre 2010
Nouvel enclos des fennecs
Nouvel enclos des fennecs - octobre 2010




Mise à jour suite à ma visite de décembre 2014:


Les fennecs (Vulpes zerda) ne sont plus visible du public.

Leur loge a été agrémentée de bananiers, de faux rochers
et d'un sol en terre. Cette installation est maintenant oc-
cupée par des calaos trompettes (Bycanistes bucinator).
L'enclos extérieur des canidés a été transformé en une
haute volière pour les calaos.
Loge intérieure des calaos
Loge intérieure des calaos - décembre 2014



flèche

En sortant de la maison des éléphants, le visiteur a un
nouveau point de vision sur leur enclos, mais aussi sur
la plaine africaine du zoo d'Amnéville qui regroupe 5
girafes mâles (Giraffa camelopardalis), 4 zèbres de
Burchell (Equus burchelli), un groupe cobes de
Lechwe (Kobus lechwe) et 4 autruches (Struthio
camelus)
. La présentation de springbock et de
gnous bleus a été stoppée ces dernières années. Il est
prévue d'accueillir un groupe de damalisques à front
blanc.

Les installations intérieures des girafes sont visibles du
public. Dans la maison des girafes, ont peut également
observer quelques petites espèces.
Un premier terrarium avec cycle du jour inversé est le
lieu de présentation d'un groupe de galagos du Sénégal
(Galago moholi), qui cohabite avec un lièvre sauteur
(Pedetes capensis).
Le second terrarium est occupé
par des varans du Nil, le dernier terrarium est occupé
par un groupe de mandrills (Mandrillus sphinx). Leur
loge est relié à une vaste volière extérieure recréant
une steppe et une cabane africaine.


         


Plaine africaine   

Plaine africaine - aout 2005
Calao terrestre
Calao terrestre - aout 2005




En face de la volière des mandrills est présenté un couple de
servals (Felis serval), leur enclos est bien planté et il faut
parfois chercher les animaux sous les buissons.
En continuant la visite, le visiteur trouve l'enclos où est
présentée une hyène rayée (Hyaena hyaena). Le visiteur, en
poursuivant son chemin, peut avoir plusieurs vues différentes
 sur la plaine africaine des girafes.
Au bout de l'allée, se trouve la volière des calaos terrestres
(Bucorvus
leadbeateri), qui cohabitent avec des tortues
léopards (Geochelone pardalis) et des tortues à éperons
(Geochelone sulcata). A coté de la volière des calaos et
tout autour de la plaine, se trouve un point de restauration.


Hyène rayée
Hyène rayée - avril 2008
Enclos des servals
Enclos des servals - avril 2008





Mise à jour suite à ma visite de mai 2011:


La loge nocturne des galagos et des lièvres sauteurs, a été
transformée en nouvelle installation en sble agrémenté d'un
falaise reconstituée et accueille désormais un groupe de
gundis de l'Atlas (Ctenodactylus gundi)
Enclos des gundis
Enclos des gundis - mai 2011




Mise à jour suite à ma visite de mai 2014:


Suite au départ des hyènes tachetés, leur enclos a été remo-
delé, les arbres coupés pour recréer une savane dégagée,
dans laquelle ont été transférés les servals (Felis serval).

Les calaos terrestres ont laissé leur volière libre. Après tras-
formation et agrandissement de celle ci, elle présente main-
tenant une cohabitation entre des varis roux (Varecia rubra)
et des varis noirs et blancs (Varecia variegata).
Volière des makis varis
Volière des makis varis - mai 2014



flèche


En quittant le point restauration, le visiteur trouve un nouvel enclos.
Cette zone, créée en 2003, est le lieu de présentation d'un groupe
de rarissimes rhinocéros blancs (Ceratotherium simum).
L'installation du zoo d'Amnéville se constitue de deux enclos,
en relation par un passage fermé. Le visiteur peut avoir une vue
sur les deux enclos, et le sentier de visite surplombe le passage
entre les deux enclos. Chaque enclos est relié à un bâtiment
composé de 3 boxes chacun. Le premier est ouvert au public, et
quelques vivariums présentent de petites espèces africaines, le
second n'est pas visitable. Cette installation constitue un centre
d'élevage de cette espèce, et permet de garder plusieurs mâles.



Plaine des rhinos
Plaine des rhinocéros blancs - aout 2005


Rhinocéros blanc
Rhinocéros femelle - juin 2007





A la base, le groupe de rhinocéros du zoo d'Amnéville, se composait
de quatre individus, deux mâles Micky et Zulu, et deux femelles arrivées
d'Afrique du Sud, Manzee et Tswanee. Zulu étant devenu très vieux, il
est mort fin 2005. Un nouveau mâle venu de Pologne est arrivé au zoo
d'Amnéville durant l'automne 2007. Après sa mort un autre mâle avait
été accueillit, qui est malheureusement aussi décédé. Aujourd'hui le parc
présente encore Micky accompagné des deux femelles.
Dans le bâtiment des rhinocéros, sont présentées plusieurs petites
espèces. Il s'agit de deux femelles chats des sables (Felis margarita).
Leur enclos intérieur est relié à une volière extérieure. Le second
vivarium est occupé par des boas de Madagascar et des geckos
diurnes (Phelsuma madagascariensis).
Enfin, le troisième vivarium est occupé par des veuves de Paradis
(Vidua paradisaea), des lézards fouette queue (Uromastyx
acanthinurus) et des tortues mauresques (Testudo graeca).


Chat des sables
Chat des sables - avril 2008


Veuve de paradis
Veuve de paradis - avril 2008


Mise à jour suite à ma visite de décembre 2014:


Shango, le premier rhinocéros blanc né à Amnéville
a vu le jour le 01 décembre 2014. Suite à cette
naissance, des chaines ont été ajoutées en partie
basse des enclos.
Rhinoceros blanc
Rhinoceros blanc - décembre 2014



flèche

Avant de visiter le bâtiment des rhinocéros, le sentier bifurque sur la
droite, vers l'évènement de l'année 2005, la baie des lions de mer,
installation unique en Europe. Cette installation se compose de deux
bassins extérieurs, un grand bassin et un second servant à isoler les
individus malades ou les mères et leur petit. La maison des otaries
est visible à travers des vitres, et regroupe trois bassins et différents
boxes de nuit.  Le bassin totalisent plus de 2 500 000 litres d'eau,
reliés à un système de filtration dernier cri, et d'un bâtiment de
600 m².

Deux espèces d'otaries sont présentées dans cet espace aquatique.
Un premier groupe de 3 lions de mer de Patagonie (Otaria byronia),
1 mâle et 2 femelles, et 9 lions de mer de Californie (Zalophus
californianus), qui ont donné naissance à leur premier petit en
juin 2006, puis un second en juin 2007. L'année 2008 a vu la nais-
sance de 2 bébés otaries, une petite otarie de Californie et, première
pour le parc, une petite otarie de Patagonie.


La baie des lions de mer
La baie des lions de mer - aout 2005

  Otarie de Californie
Otarie de Californie - aout 2005
Un spectacle éducatif a lieu plusieurs fois par jour durant la belle
saison. Il permet d'aborder les différences entre les espèces
d'otaries, les problèmes que rencontre ces espèces dans la nature
et la sauvegarde de ces animaux.
En quittant l'installation des otaries, le visiteur peut avoir une vision
sur l'ensemble du système de filtration. Le visiteur passe ensuite
par le bâtiment des rhinocéros.
A la sortie de la maison des rhinocéros, se trouve un plan d'eau,
lieu de vie de pélicans gris (Pelecanus rufescens), d'ibis sacrés
(Threskiornis aethiopica) et d'oies d'Egypte (Alopochen
aegyptiacus).
En face de l'enclos des pélicans, une grande volière est en cours
de construction et devrait accueillir en 2010, des calaos, des
suricates et des tortues.
La suite de la visite nous fait revenir sur nos pas vers l'étang des
hippopotames.


Plan d'eau des oiseaux africains
Plan d'eau des oiseaux africains - avril 2008
Ibis sacrés
Ibis sacrés - avril 2008




Mise à jour suite à ma visite du 11 octobre 2010 :

La volière en construction lors de ma dernière visite accueille
aujourd'hui des tortues à eperons (Geochelon sulcata) to-
tues rayonnées (Geochelone radiata), des mangoustes
suricates (Suricata suricatta), un couple de calaos à bec
rouge (Tockus erythrorhynchus) et des ibis chauves
(Geronticus eremita).

Mise à jour suite à ma visite de mai 2014 :

Les ibis chauves ont été transférés dans la grande volière sud
américaine, laissant leur place aux calaos terrestres (Bucorvus
leadbeateri
).

Mise à jour suite à ma visite de décembre 2014:

La volière n'est plus occupée par les calaos terrestres mais
héberge maintenant le groupe de saïmiris (Saimiri
boliviensis
).


Volière des suricates en construction
Volière des suricates en construction - septembre 2009



flèche



En face du bassin des hippopotames, le visiteur peut voir la
loge intérieure des guépards (Acinonyx jubatus). En continuant,
le chemin nous mène le long de l'enclos des guépards. Cet
enclos est de grande taille et quelques cabanes et plateformes y
sont disposées, permettant aux guépards de se reposer dessus.
Cette partie est une des plus ancienne du parc.

A coté des guépards, se trouve l'enclos des hyènes tachetées
(Crocuta crocuta) . Au fond de l'enclos, on peut voir la
maison des hyènes qui représente une cabane en bois.
Hyène tachetée
Hyène tachetée - juin 2007


Enclos des guépards
Enclos des guépards - avril 2008
Enclos des hyènes
Enclos des hyènes - avril 2008


Enclos des panthères des neiges
Enclos des panthères des neiges - juin 2007
Les deux enclos suivants ont été rénovés en 2006, et s'insèrent
dans un nouvel espace représentant la jungle Birmane. Le premier
enclos accueille un couple de panthères des neiges (Panthera
uncia)
. Leur enclos est agrémenté et planté de sapins de différentes
essences birmanes. Le couple s'est reproduit en juin 2007 donnant
naissance à une femelle.
Le second enclos accolé à celui des panthères des neiges,
également rénové en 2006 accueille un couple de chats pêcheurs
ou chats viverins (Prionailurus viverrinus). Là encore, l'enclos
est très bien planté et il est parfois difficile de pouvoir observer les
animaux.
En face du complexe Birman, on retrouve l'enclos des tigres de
Sumatra (Panthera tigris sumatrensis). Cet enclos est assez
ancien, et il est prévu de le rénover prochainement. Au milieu de
leur installation, les tigres disposent d'un point d'eau.


Panthères des neiges
Panthères des neiges - avril 2008
Enclos des chats pêcheurs
Enclos des chats pêcheurs - avril 2008


Mise à jour suite à ma visite du 11 octobre 2010 :

L'enclos des hyènes a été réaménagé et dispose aujourd'hui d'un sol en sable.
Les enclos des tigres et des magots ont également été rénovés. Le premier,
au sol naturel, planté de quelques conifères et de rochers est consacré aux
tigres de Sibérie (Panthera tigris altaica) du zoo. Une pergola en bois a
été adjointe à cet enclos et est le lieu d'une animation quotidienne. Les
magots ont quitté le zoo et leur ancienne installation constitue aujourd'hui un
enclos secondaire pour les tigres. L'ancien enclos des tigres de Sibérie a été
réaménagé en forêt tropicale plantée de bambous et agrémenté d'un bassin
et est occupé par les tigres de Sumatra (Panthera tigris sumatrae).

Mise à jour suite à ma visite de mai 2014 :

Suite à la mort d'un des tigres de Sumatra, l'individu restant a été installé
dans l'enclos d'isolement des tigres (ancien enclos des magots). Les tigres
de Sibérie ont pour leur part été transféré dans l'ancienne structures des
tigres de Sumatra.
Le premier enclos des félins, agrémenté de nombreux sapins, est maintenant
consacré aux tigres blancs.
Nouvel enclos des hyènes
Nouvel enclos des hyènes - octobre 2010


Enclos secondaire des tigres
Enclos secondaire des tigres - octobre 2010


Enclos des tigres de Sumatra
Enclos des tigres de Sumatra - octobre 2010
Enclos des tigres de Sibérie
Enclos des tigres de Sibérie - octobre 2010
Pergola au dessus des tigres de Sibérie
Pergola au dessus des tigres de Sibérie - octobre 2010



flèche

A coté de l'enclos des tigres de Sumatra, se trouve la loge intérieure
des magots (Macaca sylvanus), reliée à une volière extérieure. La
volière recréer une falaise caillouteuse, rappelant l'origine de ce singe,
qui est le seul représentant européen des primates, on le trouve en
effet à Gibraltar.
A coté des magots, on retrouve un enclos consacré cette fois ci à des
tigres de Sibérie (Panthera tigris altaica). Un nouveau couple a été
formé en 2006. Ce couple a déjà donné naissance à 2 petits en mai
2007. Là aussi, l'enclos est relativement ancien, et devrait être rénové
prochainement. Le visiteur en continuant le chemin de visite, contourne
l'enclos des tigres et peut admirer de nombreux oiseaux, faisans et
anatidés dans la volière située en face des tigres.
Les enclos des tigres sont en cours de réaménagement. La nouveauté
2010 résidera principalement dans cette refonte. Ainsi, un agrandis-
sement non négligeable de chaque enclos est à prévoir. Cet agrandis-
sement se fera au détriment de la volière des perroquets qui devrait
être détruite.


Tigre de Sumatra
Tigre de Sumatra - juin 2007
Ancien enclos des tigres de Sumatra
Ancien enclos des tigres de Sumatra - avril 2008


Travaux de l'enclos des tigres de Sumatra
Travaux de l'enclos des tigres de Sumatra - septembre 2009


Flamants nains
Flamants nains - juin 2007
En remontant au niveau du second point de vision sur l'enclos des
tigres de Sibérie, le visiteur découvre sur sa gauche, une grande
volière dans laquelle sont présentés des aras nobles (Diopsittaca
nobilis), des amazones à front bleu (Amazona aestiva) et des
faisans de Lady Amherst (Chrysolophus amherstiae).
Un plan d'eau, accolé à une plage d'herbe est le lieu de vie d'un groupe
de flamants roses (Phoeniconaias minor). L'enclos suivant est le lieu de
présentation d'un couple d'ours brun (Usus arctos). Un des ours est né
au parc en 1991. Leur enclos est parcouru par un torrent, qui se jette
dans un bassin auquel les ours ont accès, et dans lequel on peut les
voir se baigner.
En face des ours, se trouve la volière des ouistitis à toupets blancs
(Callithrix jacchus)
.
Le visiteur peut voir leur installation intérieure à travers des baies
vitrées. Cette loge est reliée à une volière extérieure densément
plantée, qui offre de nombreuses cachettes aux animaux. De nom-
breux branchages et cordages y ont été ajoutés.
Enfin, la dernière volière est le lieu de vie de macaques
crabiers (Macaca fascicularis).


Volière des macaques
Volière des macaques crabiers - aout 2005


Ouistiti à toupets blancs
Ouistiti à toupets blancs - avril 2008

En face des macaques, le visiteur peut admirer deux petits enclos dans
lesquels sont présentés des aras araraunas (Ara ararauna), des aras
macaos (Ara macao) et des aras militaires (Ara militaris). Le visiteur
contourne cets enclos et longe alors à nouveau l'enclos des coatis, pour
découvrir l'ancienne volière des panthères de Perse (Panthera pardus
saxicolor), qui accueille aujourd'hui, après transformation, les caracals
(Felis caracal) du zoo. En face de cette volière, on pouvait admirer
jusqu'en 2006, des renards roux (Vulpes vulpes), qui, après leur décès,
ont laissé place à des volières provisoires pour rapaces. Suite à l'ouver-
ture de la nouvelle zone des rapaces, le zoo d'Amnéville bâtit à cet en-
droit deux nouvelles vastes volières qui accueilleront des kéas (Nestor
notabilis) et des cacatoès des Molluques (Cacatua moluccensis), qui
feront partis des nouveautés 2010.
Volières des kéas et des cacatoès
Volières des kéas et des cacatoès - septembre 2009


Mise à jour suite à ma visite du 11 octobre 2010 :

La volière des amazones a été détruite et une nouvelle volière de grande
taille accueille aujourd'hui un groupe reproducteur de saïmiris (Saimiri
boliviensis) qui cohabitent depuis octobre 2010, avec un couple de
grands hoccos (Crax rubra). La femelle est arrivée au parc en avril
2010, alors que le mâle a été accueilli du Portugal en octobre 2010.
Une volière non visible du public permet aux hoccos d'être séparés
des singes.

Enfin un couple de kéas et un couple de cacatoès des Molluques ont
été accueillis dans les volières se dressant au niveau de l'ancien enclos
des renards roux (Vulpes vulpes).

Mise à jour suite à ma visite du 11 octobre 2014 :

La volière des ouistitis, vide depuis 2011 et l'inauguration de
"Peruvia", a été recouverte d'un toit et héberge les chouettes
effraies (Tyto alba) du zoo.


Volière des saïmiris
Volière des saïmiris - octobre 2010


Volière des saïmiris
Volière des saïmiris - octobre 2010


Loges intérieures des saïmiris
Loges intérieures des saïmiris - octobre 2010

Mise à jour suite à ma visite de décembre 2014:


Les calaos terrestres sont maitenant présentés dans l'ancienne
volière des saïmiris (visible dans le secteur africains).

L'ancienne maison des ouistitis, située à l'intérieur du faux
rocher sur lequel se dresse la volière des chouettes effraies,
a été totalement transformée.
Cette installation vitrée se compose d'un sol en terre, agré-
menté de branches, souches, rochers et de rares conifères.
Des lemmings des steppes (Lagurus lagurus) y sont
visibles.
Enclos des lemmings des steppes
Enclos des lemmings des steppes - décembre 2014



Le visiteur se dirige ensuite vers la sortie, mais il lui faut d'abord passer devant une île sur laquelle sont présentés des aras araraunas (Ara ararauna), puis il est invité à traverser  la boutique du zoo. En sortant, on trouve un dernier enclos dans lequel vivent des lapins domestiques (Oryctolagus cunicullus).



flèche

En conclusion le zoo d'Amnéville est un très beau zoo, présentant de nombreuses espèces dont certaines sont uniques en France. Il se place dans le peloton de tête des zoos français et européens, tant par sa collection animale que par la qualité des installations.


Copyright ©  -  2007-2017  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés