Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe  |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


ZooParc De Beauval

ZooParc Beauval
41110 St Aignan
France 
            
Tel:  (+33) 02 45 75 5000
Fax: (+33) 02 54 75 5001

www.zoobeauval.com
Nouveau logo du ZooParc
Nouveau logo du ZooParc





Vue aérienne du zoo
Vue aérienne du zoo



Mes visites:
31 mars 2006; 28 mai 2006;
26 septembre 2009; 26 et 27 septembre 2013;
18 et 19 mai 2015; 20 et 21 mai 2016

Mise à jour :
21 mars 2010; 20 octobre 2013 ; 10 juillet 2016
Plan du zoo
Plan du zoo 2015


Plan du zoo 2016
Plan du zoo 2016

 

logo du zooparc
Ancien logo du ZooParc de Beauval


Le ZooParc de Beauval se situe à St Aignan, dans la région du Loire et Cher, au coeur des chateaux de la Loire. Il s'étend sur 22 ha. Le ZooParc de Beauval, avec ses 4000 animaux appartenant à plus de 200 espèces, possède la plus grande collection de France et présente de nombreux animaux que vous ne verrez nulle part ailleurs en France.







Historique des nouveautés
Tarifs d'entrée 2016
Horaires d'ouverture 2016
Les flamants; le lac des anatidés, les volières à perroquets (Mise à jour 2013)
La serre des oiseaux, les rapaces, les hyènes et sitatungas
La serre des oiseaux 1/2 (Mise à jour 2013)
La serre des oiseaux 2/2 (Mise à jour 2013)
La serre des oiseaux 2015 (Mise à jour 2016)
La plaine africaine et les fauves (Mise à jour 2013)
Les volières à singes, les petits mammifères et les orangs outans
L'aire de spectacle et les bongos (Mise à jour 2015)
Panda géant
Panda géant - septembre 2013




La réserve des hippopotames 1/2 (Mise à jour 2016)
La réserve des hippopotames 2/2 (Mise à jour 2016)
La serre des gorilles et lamantins
Les éléphants, okapis et la serre australienne (Mise à jour 2013)
La plaine asiatique (Mise à jour 2013)
Les Hauteurs de la Chine 1/2 (Mise à jour 2013)
Les Hauteurs de la Chine 2/2 (Mise à jour 2013)
Les chimpanzés et le vivarium
Les plaines africaines et sud américaines (Mise à jour 2013)
Conclusion



Flèche


Historique des nouveautés


1991: arrivée d'un couple de tigres blancs
1992: construction de la serre tropicale des chimpanzés et orangs outans
1993: agrandissement de la serre, ouverture du vivarium
1994: création de la serre aux oiseaux
1995: construction du bassin des otaries et du spectacle de rapaces
1996: arrivée des ratons laveurs, loutres, petits pandas
1997: création de la serre tropicale des gorilles et des lamantins
1998: arrivée des hyènes tachetées
1999: construction de la plaine africaine sur 3 ha
2000: arrivée d'un trio de rhinocéros blancs
2001: création de volières à rapaces et de la nurserie
2002: création de la serre australienne
2003: arrivée de 5 éléphants d'Afrique sur 5 ha
2004: rénovation du vivarium
2005: arrivée des okapis

Microglosse
Microglosse - septembre 2009



2006: arrivée des ânes de Somalie, panthères longibandes, langurs de Java, Varans de
          Salvatori
          création du lagon aux 100 pirhanas
2007: création de la baie des 70 manchots
          création de la pampa sud américaine avec tapirs, maras, capybaras, chaunas...
2008:  arrivée d'un couple de tigres de Sibérie
           création d'un récif corailien
2009: arrivée des fourmiliers
2010: création d'une plaine asiatique avec rhinocéros indiens et tapirs malais
2011: ouverture des Hauteurs de la Chine
2012: Arrivée des pandas géants
2013: Rénovation de la maison des oiseaux.
2014 : Spectacle des oiseaux en vol libre
2015 : Les bongos
2016 Le complexe des hippopotames



Flèche

Tarifs d'entrée 2016 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)

Ara à gorge bleue
Ara à gorge bleue - septembre 2009
Pass 1 jour
     Adulte (>11 ans) : 29,00 €
     Enfant (3 à 10 ans) : 23,00 €

Pass 2 jours
     Adulte (>11 ans) : 43,50 €
     Enfant (3 à 10 ans) : 34,50 €

Pass 1 an
     Adulte (>11 ans) : 58,00 €
     Enfant (3 à 10 ans) : 46,00 €



Flèche

Horaires d'ouverture 2016 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)



De 9h00 à la tombée de la nuit

Les serres tropicales ont des horaires propres
    avril, mai, juin et septembre: fermeture à 19 h
    juillet et aout: fermeture à 20 h
   novembre à fevrier: fermeture à 17 h 30
    mars et octobre : fermeture à 18 h

Toucan toco
Toucan toco - septembre 2009



Flèche

Présentation du ZooParc

Une fois l''entrée franchie, le visiteur se trouve plongé dans un écrin de
verdure avec, en face de lui, de grandes allées bordées d'arbres et lon-
geant une rivière, à droite, sur laquelle nagent de nombreux anatidés. On
peut citer, par exemple, des canards mandarins (Aix galericulata), des
canards carolins (Aix sponsa), des colverts (Anas platyrhynchos), des
siffleurs d'Europe (Anas penelope), des siffleurs du Chili (Anas sibilatrix),
des eiders à duvet (Somateria mollissima), des erismatures d'Amérique
(Oxyura jmaicensis), des harles couronnées (Lophodytes cucullatus),
des nettes rousses (Netta rufina), des oies empereurs (Anser canajicus),
des pilets des Bahamas (Anas bahamensis), des pilets du Chili (Anas
georgicas
spinicauda), des sarcelles à collier (Callonetta leucophrys),
des sarcelles élégantes (Anas formosa), des tadrones de Belon (Tadorna
tadorna
) ou encore des tadornes radjah (Tadorna radjah). A sa gauche,
le visiteur découvre une île construite en 2006, où est présenté un groupe
de makis cattas (Lemur catta).A l' arrière, on peut admirer une colonie
de flamants roses (Phoenicopterus ruber), qui occupe une seconde île.
Le visiteur peut suivre l'allée et découvrir les nombreux canards présentés
sur la rivière.



Ile des flamants roses
Ile des flamants roses - septembre 2009






Volières pour perruches
Volières pour perruches - septembre 2009
En franchissant un pont sur la droite, on se retrouve de l'autre coté de la rivière
aux canards.Le visiteur peut observer diverses espèces dans des volières placées
côte à côte. Une première volière, au sol en sable et agrémentée de branchages,
était occupée par des perruches ondulées (Melopsittacus undulatus), des pin-
tades huppées (Guttera pucherani), des faisans dorés (Chrysolophus pictus).
Ils ont été remplacés par une colonie de conures soleil (Aratinga solstitialis).
La suite de la visite nous conduit vers une rangée de petites volières. La première
est occupée par des cacatoès à oeil nu (Cacatua sanguinea), puis, on peut ob-
server des perroquets maillés (Deroptyus accipitrinus)  avant d'arriver vers les
amazones à dos rouge (Amazona festiva) et les aras à lunettes jaunes (Ara
manilata). De nouvelles volières sont occupées par des grands vasas
(Coracopsis vasa), espèce de bec crochu peu courante en captivité. On décou-
vre alors un couple de cacatoès de Leadbeater (Cacatua leadbeateri), avant
d'arriver vers les amazones farineuses (Amazona farinosa). Trois dernières
petites volières sont occupées par des cacatoès à huppe orange (Cacatua
sulphurea citrinocristata), par des perruches guaroubas (Aratinga guarouba)
et des grands eclectus (Eclectus roratus).
Toutes ces volières sont composées d'une partie extérieure au sol en sable, et
agrémentées de nombreux branchages et rochers, et d'une petite maison en bri-
ques saumon, typiques du zoo de Beauval,et visible à travers des baies vitrées.


Une grande volière, inaugurée au début de l'année 2009, plantée de nom-
breux bambous, dans laquelle sont disposés de nombreux branchages,
est le lieu de vie d'une colonie de microglosses (Probosciger aterrimus),
espèce peu courante, dont le parc coordonne le programme d'élevage
européen.
A coté de cette grande volière, on découvre une nouvelle rangée de
volières de taille moyennes, composées d'une partie extérieure en terre,
branchages et rochers et d'une maison en brique. La première volière
est le lieu de vie de cacatoès de Banks (Calyptorhynchus magnificus),
espèce peu représentée en captivité. A coté des cacatoès, on peut ad-
mirer un couple reproducteur de microglosses (Probosciger
aterrimus
). Deux autres volières, de même type, sont occupées, res-
pectivemen, par des aras hyacinthes (Anodorhynchus hyancinthinus)
et par des cacatoès de Leadbeater (Cacatua leadbeateri).
On gagne alors une nouvelle et longue rangée de volières, de taille
réduite, identiques à celles où vivent les petits becs crochus.
La première est le lieu de vie de petits calaos de Van den Decken
(Tockus deckeni). On découvre, ensuite, des amazones à joues vertes
(Amazona viridigenalis), puis une volière consacrée aux amazones
vineuses (Amazona vinacea). La dernière est occupée par des car-
pophages d'Albertisi (Gymnophaps albertisi), autrefois présentés
dans la serre, et par des cardinaux rouges (Cardinalis cardinalis).







Volière des microglosses
Volière des microglosses - septembre 2009



Exemple d'aménagement des volières
Exemple d'aménagement des volières - septembre 2009
Des amazones à front blanc (Amazona albifrons) sont présentés dans la
volière suivante, alors que des amazones à front bleu (Amazona aestiva)
vivent dans la troisième installation. Les volières qui suivent, toujours côte
à côte, sont occupées, respectivement, par des amazones à épaulettes jaunes
(Amazona barbadensis), par des amazones vineuses (Amazona vinacea)
puis par des caïques à tête noire (Plonites melanocephala). C'est ainsi que
se termine la longue rangée de volières à becs crochus, qui présente de
nombreuses espèces. Sur la droite de ce sentier, on peut toujours admirer
la rivière des canards.
Le visiteur bifurque alors à  gauche, longeant une volière rénovée au
cours de l'année 2006. Cette volière de grande taille, relativement longue,
est agrémentée de rochers,de  branchages,de quelques arbustes et cordages.
Des aras de Lafresnayes (Ara rubrogenys), des amazones à front bleu
(Amazona aestiva), des amazones à front blanc (Amazona albifrons),
des amazones à épaulettes jaunes (Amazona barbadensis) et de rares
hoccos de Daubenton (Crax daubentoni) cohabitent dans cette installation.
En poursuivant  ce sentier qui monte, on se dirige vers une
volière octogonale consacrée à trois espèces australiennes: des cacatoès
rosalbins (Eolophus roseicapillus), des kookaburas (Dacelo
novaeguineae
) et des kéas (Nestor notabilis).


On arrive alors à contourner un grand parcours fleuri, bordé par deux
nouvelles rangées de volières étroites, consacrées à des espèces de
grands becs crochus. La première rangée, constituée de volières au sol
nu, agrémentées de quelques branchages et cordages, sont occupées,
respectivement, par des aras de Lafresnayes (Ara rubrogenys), par de
rares caïques à ventre blanc (Plonites leucogaster), par des aras à
gorge bleue (Ara glaucogularis), espèce qui n'est présentée que dans
de rares parcs européens, puis par des aras araraunas (Ara ararauna).
La seconde rangée est, en fait, un centre d'elevage de cacatoès. On y
trouve des cacatoès des Philippines (Cacatua haematuropygia) oc-
cupant trois volières, par des cacatoès des Molluques (Cacatua
moluccensis), et par des cacatoès à huppe jaune (Cacatua galerita).
Le visiteur revient alors au niveau de la rivière des canards. Il bifurque
à gauche pour se diriger vers une grande volière , au sol en galets, dans
laquelle vit un couple de pygargues Steller (Haliaeetus pelagicus). La
suite de la visite nous amène, alors, dans la première serre du zoo de
Beauval, consacrée aux oiseaux.



Volières pour perroquets
Volières pour perroquets - septembre 2009
Caïque à ventre blanc
Caïque à ventre blanc - septembre 2009
Amazone à joues vertes
Amazone à joues vertes - septembre 2009


Mise à jour suite à ma visite de septembre 2013 :

Les carpophages d'Albertisi sont retournés dans la serre des
oiseaux et ont laissé place à des rolliers à ventre bleu
(Coracias cyanogaster).

Le visiteur arrive alors devant l'entrée de la serre des oi-
seaux, dont la façade a été tapissée de faux rochers et
l'entrée est bordée par des statuts indonésiennes.

Les pygargues de Steller ont été transférés dans une autre
partie du zoo et ont laissé leur volière aux calaos rhino-
céros (Buceros rhinoceros sylvestris).
Entrée de la volière des oiseaux
Entrée de la volière des oiseaux - septembre 2013


Amazone à joues bleues
Amazone à joues bleues - septembre 2013
Ara macavouanne
Ara macavouanne - septembre 2013



Flèche

La serre des oiseaux, inaugurée en 1994, était, initialement, divisée en deux
partie, l'une étant emplie de volières, l'autre présentant les oiseaux en vol
libre. Depuis 2007, ces deux zones ont été regroupées, mais les volières
restent dans la partie du zoo qui  fait suite à l'entrée. Sur la gauche de l'entrée,
on découvre trois  volières au sol en terre et disposant de quelques rochers et
branchages. La première était occupée, lors de ma visite,
par des loriquets jolis (Charmosyna placentis), la seconde par des
étourneaux de Bali (Leucopsar rotschildii) cohabitant avec des paons
du Congo (Afropavo congensis) et la troisième par des toucans de
Swaison (Ramphastos ambiguus swaisonii). Ces volières ont été
transformées en novembre 2009.
On arrive, alors, vers une grande volière au sol en écorces, plantée de quel-
ques végétaux et agrémentée de troncs d'arbre. Un couple de calaos
rhinocéros de Java (Buceros rhinoceros sylvestris) occupe cette instal-
lation. A coté des calaos, une autre volière accueille des toucans tocos
(Ramphostos toco). Sur la droite de l'entrée de la serre, une
grande volière est le lieu de vie d'un second couple de calaos
rhinocéros de Java (Buceros rhinoceros sylvestris).
Le visiteur remonte alors vers la seconde partie de la serre, pour
découvrir une petite volière occupée par des loriquets mignons
(Charmosyna pulchella), cohabitant avec un jacana noir (Jacana
jacana
) puis une autre installation présentant des barbicans à ventre
rouge (Lybius dubius).






Volières des calaos
Volières des calaos - septembre 2009


Serre des oiseaux
Serre des oiseaux - septembre 2009
Enfin, une autre volière accueille une cohabitation entre desloriquets mignons
(Charmosyna pulchella) et des rossignols du Japon (Leiothrix lutea).
Quant aux  espèces présentées en vol libre, elles ont accès à une partie
densémment végétalisée, au milieu de laquelle coule une rivière. On peut
observer les espèces suivantes: tangaras des Bonariens (Thraupis
bonasiensis
), des tangaras de paradis (Tangara chilensis), des tangaras
écarlates (Pamphocelus bresilus), des irénés bleues (Irena puella), des
verdins de Hardwick (Chloropsis hardwickii), des étourneaux de
Malabar (Sturnus malabaricus), des gouras victoria (Goura victoria),
des touracos gris (Crinifer piscator), des touracos paulines (Tauraco
erythrolophus
), des zostérops à flancs blancs (Zosterops erythropieura),
des souïmangas à ventre jaune (Cinnyris venustus), des bulbuls à ventre
rouge (Pycnonotus cafer), des bulbuls orphées (Pycnonotus focosus), des
garrulax à queue rouge (Garrulax milnei), des coulious rayés (Colius
striatus
), des étourneaux caronculés (Creatophora cinerea), des ibis
rouges (Eudocimus ruber), des pigeons de Nicobar (Caloenas nicobarica),
des loris arc-en-ciel (Trichoglossus haematodus moluccanus), des loris
flammes (Chalcopsitta scintillata) ou encore des loris à dos blanc (Pseudeos
fuscata
).


Garrulax à calotte rouge
Garrulax à calotte rouge - septembre 2009
Touraco gris
Touraco gris - septembre 2009


A l'occasion de la campagne EAZA 2008 sur les amphibiens, le zoo
de Beauval a installé, dans la seconde partie de la salle, divers ter-
rariums occupés par des rainettes de Guyane (Phrynohyas
resinifictrix
), des dendrobates de Lamas (Dendrobates lamasi)
cohabitant avec des dendrobates dorées (Dendrobates aureus),
des dendrobates jaunes et noires (Dendrobates leucomelas) et
des dendrobates bleus (Dendrobates azureus).
Le visiteur ressort alors de la serre des oiseaux, pour découvrir une
nouvelle série de volières de grande taille.
La visite nous conduit à bifurquer sur la droite, dans un cul-de-sac.
Le sentier est bordé, sur la droite, par 5 grandes volières de grande
taille, bien plantées, avec une zone de faux rochers au fond de chaque
volière. La première installation est occupée par des vautours papes
(Sarcoramphus papa) qui cohabitent avec des perruches de Pata-
gonie (Cyanoliseus patagonus). La seconde est occupée par des
gris du Gabon (Psittacus erithacus) et des calaos terrestres
(Buceros leadbeateri). La troisième installation est le lieu de vie
d'un couple d'aras hyacinthes (Anodorhynchus hyacinthinus)
et des perruches mitrées (Aratinga mitrato), alors que la quatrième
volière est le lieu de vie de hoccos à pierre (Crax pauxi) et de aras
de Buffon (Ara ambigua). Enfin, des aras chloroptères (Ara
chloroptera) cohabitent avec des amazones vineuses (Amazona
vinacea
) dans la dernière volière.



Terrarium des dendrobates
Terrarium des dendrobates - septembre 2009

Volière des vautours
Volière des vautours - septembre 2009
On arrive au bout de l'allée. Là, on peut observer le premier enclos de la nur-
serie qui borde le sentier de visite, et fait face aux volières. Des baies vitrées
permettent d'observer les couveuses, les jeunes de l'année, qu'ils soient mam-
mifères ou oiseaux. Le visiteur revient alors au niveau de la sortie de la serre
des oiseaux, pour gagner une nouvelle zone de volières, sous les couverts
d'une petite forêt. Ces installations  sont consacrées aux rapaces. Dans le pro-
longement des volières des aras, et en entrant dans une zone de forêt, on peut
observer de nouvelles volières plantées de conifères et agrémentées de ro-
chers. La première installation forestière, située sur la droite du sentier de visite,
est occupée par des pygargues à queue blanche (Haliaeetus albicilla), la se-
conde, mitoyenne, l'est par des vautours fauves (Gyps fulvus) alors que la troi-
sième est le lieu de présentation de vautours de l'Himalaya (Gyps himalayensis).
Sur la gauche, légèrement en retrait du sentier principal, un chemin conduit le
visiteur vers la volière des kéas, au devant de laquelle  une volière, camouflée
par des végétaux, est occupée par des aigles vocifères (Haliaeetus vocifer).
En revenant au niveau du sentier principal, on découvre une nouvelle volière de
grande taille, occupée par des pygargues à tête blanche (Halieetus
leucocephalus
).


Le visiteur gagne alors une autre série de volières,dont 2 sont situées
sur la droite du sentier, et sont consacrées à des espèces diurnes à savoir
des aigles huppés (Lophoaetus occipitalis) et des aigles bleus du Chili
(Geranoaetus melanoleucus). Sur le coté gauche du sentier de visite,
les volières sont consacrées au rapaces nocturnes, représentés par des
chouettes de l'Oural (Strix uralensis), des harfangs des neiges (Nyctea
scandiaca) et des chouettes lapones (Strix nebulosa). C'est par ces
espèces que se termine la zone des rapaces. Le visiteur entre alors dans
une des anciennes zones du parc. Face à lui, un enclos sableux,  agrandit
en 2009, est le lieu de vie d'un important groupe reproducteur de hyè-
nes tachetés (Crocuta crocuta). Ces animaux se reproduisent très ré-
gulièrement à Beauval.
Le visiteur contourne alors l'enclos des hyènes, pour arriver à la zone
forestière de cet enclos. En face des hyènes, une petite plaine herbeuse
pentue est le lieu de vie de sitatungas (Tragelaphus spekeii), des
marabouts africains (Leptoptilos crumeniferus) et vautours fauves
(Gyps fulvus). A coté des sitatungas, le visiteur découvre la plage en
gallets des manchots de Humboldt (Spheniscus humboldti).



Enclos des hyènes
Enclos des hyènes - septembre 2009
Volières des aras
Volières des aras - septembre 2009
Plage des manchots
Plage des manchots - septembre 2009


Aigle bleu du Chili
Aigle bleu du Chili - septembre 2009
Aigle huppé
Aigle huppé - septembre 2009



Flèche

Mise à jour suite à ma visite de septembre 2013 :

La serre des oiseaux a été entièrement transformée cette
année.
De nombreux faux rochers y ont été construits. Au centre
de la première salle, traversée par un ruisseau, plusieurs
végétaux ont été plantés.

Sur la gauche de l'entrée, on trouve une série de 3 volières
au sol en terre, toutes traversées par une rivière et agré-
mentées de lianes et de plantes.

La première volière est occupée par des dendrocygnes de
Java (Dendrocygna javanica), des étourneaux à tête grise
(Sturnus malabaricus), des ptilopes turgris (Ptilinopus
melanospila), des paddas de Java (Padda oryzivora) et
des verdins de Hardwick (Chloropsis hardwickii) .



Volière des dendrocygnes
Volière des dendrocygnes - septembre 2013
Volière pour calaos
Volière pour calaos - septembre 2013
La seconde volière, du même type héberge des barbicans
à poitrine rouge (Lybius dubrius) et des spréos superbes
(Lamprotornis superbus).

Enfin, des cardinaux rouges (Cardinalis cardinalis) co-
habitent avec des jacanas noirs (Jacana jacana) et des
martins chasseurs à collier blanc (Todiramphus chloris)
dans la dernière volière.

Plus loin sur la gauche de ce sentier se trouve une volière
de forme triangulaire au sol en terre, agrémentée de bran-
ches et de lianes. Quelques faux rochers et des plantes
complètent les aménagements destinés à un couple de
calaos rhinocéros de Java (Buceros rhinoceros
sylvestris
).


Le visiteur revient sur ses pas jusqu'à l'entrée de la serre
pour se diriger sur la droite et emprunter le sentier faisant
face aux dendrocygnes.

Sur la droite de l'entrée se dresse une grande volière
d'angle, au sol en terre, agrémentée d'une cascade, de
faux troncs, de plantes et de branches. Cette volière
est le lieu de vie d'une second couple de calaos rhi-
nocéros de Java (Buceros rhinoceros sylvestris).

A coté des calaos se trouvent 2 volières relativement
hautes, bien plantées et tendues de branches et de
lianes. Cette volière est le lieu de vie de roulrouls
couronnées (Rollulus roulroul), d'étourneaux de
Bali (Leucopsar rotschildi) et de loriquets papous
(Chamosyna papou stellae).


Volières pour petits oiseaux
Volières pour petits oiseaux - septembre 2013
Ambiance dans la serre des oiseaux
Ambiance dans la serre des oiseaux - septembre 2013
La seconde volière accolée à la précédente, est le
lieu de vie de paons du Congo (Afropavo
congensis).

Le visiteur tourne alors sur la droite pour découvrir
un alignement de 3 volières. Les deux premières
sont de taille moyenne, tandis que la dernière offre
un volume conséquent.
Chacune est végétalisée et traversées par de nom-
breux perchoirs en bois et des lianes.

De rares merlebleus de l'Ouest (Sialia mexicana)
occupent la première volière. La seconde volière
de cette série est occupée par des tangaras du
Brésil (Ramphocelus bresilius).


La dernière volière de cette série est bien plantée
et est consacrée à des irénés fées (Irena puella),
des carpophages d'Albertisi (Gymnophaps
albertisi
) et des loriquets jolis (Charmosyna
placentis).

Enfin, perpendiculaire à l'installation des carpo-
phages, se dressent encore 2 volières de grande
taille, bien plantées, et occupées respectivement
par des toucans vitellins (Ramphastos vitellinus)
pour la première et par des toucans tocos
(Ramphastos toco) pour la seconde.

Le visiteur se dirige alors vers la seconde salle.
Ambiance dans la serre des oiseaux
Ambiance dans la serre des oiseaux - septembre 2013


Etourneau à tête grise
Etourneau à tête grise - septembre 2013
Merlebleu
Merlebleu - septembre 2013



Flèche

Cette seconde salle qui était la plus densément végé-
talisée auparavant, a été totalement rénovée. Sur la
droite de l'entrée, on trouve un enclos délimité par
des planches en bois.
Cet enclos en terre, en pente douce, est agrémenté
de plusieurs plantes, de troncs et de cordes suspen-
dues. Cet enclos est le lieu de vie de paresseux
didactyles (Choloepus didactylus).

Le visiteur continue sa visite sur le sentier pour em-
prunter un pont en bois, pour longer la zone de
nourrissage des oiseaux. Au bout du ponton, se
trouve un petit enclos en terre, agrémenté de quel-
ques souches et qui héberge des grands tatous
velus (Chaetophractus villosus).


Enclos des paresseux
Enclos des paresseux - septembre 2013


Volière des chevrotains
Volière des chevrotains - septembre 2013
Accolé à l'enclos des tatous velus se trouve un second
enclos du même type bien que plus grand. Cet enclos
est agrémenté de quelques plantes et est le lieu de vie
de tatous à six bandes (Tolypeutes matacus).

On arrive alors au niveau de la partie supérieure de la
serre où se dresse une grande volière en terre, agré-
mentée de branches et de quelques plantes.
Cette volière est le lieu d'une cohabitation entre des
chevrotains malais (Tragulus javanicus), des ros-
signols du Japon (Leiothrix lutea), des cordons-
bleus (Uraeginthus cyanocephalus), des diamants
à bavette (Poephila cincta), des diamants azuverts
(Erythrura tricolor) et des perdrix roulrouls
(Rollulus roulroul).

Le centre de cette seconde salle est bien planté et
agrémenté d'un bassin.


Cette zone est consacré au vol libre des espèces
présentées en liberté. On pourra ainsi y voir : des
caurales soleils (Eurypyga helias), des  échasses
mexicaines (Himantopus mexicanus), des sava-
cous huppés (Cochlearius cochlearus), des
colious striés (Colius striatus), des paons du
Congo (Afropavo congensis), des colombes
diamants (Geopelia cuneata), des colombines
turverts (Chalcophaps indica), des sarcelles du
Brésil (Amazonetta brasiliensis), des pigeons
de Nicobar (Caloenas nicobarica), des gal-
licolombes poignardées (Gallicolumba
luzonica), des loris écarlates (Eos bornea),
des loris flamméches (Chalcopsitta sintillata), ...


Zone de vol libre dans la serre
Zone de vol libre dans la serre - septembre 2013




Zone de vol libre dans la serre
Zone de vol libre dans la serre - septembre 2013
..., des barbicans à poitrine rouge (Lybius dubius),
des ptilopes turgris (Ptilinopus melanospilla), des
perdrix roulrouls (Rollulus roulroul), des loris arc
en ciel (Trichoglossus haematodus), des gouras
de Victoria (Goura victoria), des touracos de
Lady Ross (Musophaga rossae), des gouras
couronnés (Goura cristata), des garrulax à joues
blanches (Garrulax chinensis), des garrulax à
queue rouge (Garrulax milnei), des stournes
bronzés (Aplonis panayensis), des euplectes
vorabés (Euplectes afer), de rares euplectes
veuve noire (Euplectes ardens), des veuves à
collier d'or (Viduata orientalis), un étourneau
mandarin (Sturnia sinensis), des étourneaux des
pagodes (Sturnia pagodarum), des martins tristes
(Acridotheres tristis) et des merles à poitrine noire
(Turdus dissimilis).

Le visiteur ressort alors de la serre au niveau de la
nursery.


Zone de vol libre dans la serre
Zone de vol libre dans la serre - septembre 2013
Zone de vol libre dans la serre
Zone de vol libre dans la serre - septembre 2013



Flèche


Mise à jour de la serre suite à ma visite de mai 2015 :


Comme à l’habitude dans les grands parcs, beaucoup
de changements d’espèce sont à noter dans les
volières de la serre des oiseaux.
C’est ainsi que les 
martins chasseurs à collier blanc
(Todiramphus chloris) cohabitent avec les étour-
neaux à tête grise (Sturnus malabaricus) dans la
première volière.

Des anserelles africaines (Nettapus auritus) et des
cardinaux rouges (Cardinalis cardinalis) évoluent
dans la seconde, tandis que la troisième accueille
des anserelles africaines (Nettapus auritus), les
jacanas noirs (Jacana jacana) et les barbicans à
poitrine rouge (Lybius dubrius).
 

Martin des berges
Martin des berges - mai 2015



Calliste masqué
Calliste masqué - mai 2015
Les étourneaux de Bali (Leucopsar rotschildii) qui
évoluaient avec les roulrouls ont été remplacés par
des tangaras du Paradis (Tangara chilensis).

Des callistes masqués (Tangara nigrocincta), une
espèce unique en Europe ont rejoint les merlebleus

(Sialia mexicana), tout comme des verdins à front
d’or (Chloropsis aurifrons).

Des loris à collier jaune (Lorius chlorocercus) évo-
luent en compagnie de tangaras du Brésil
(Ramphocelus bresilius) dans la volière qui suit.

Enfin, les toucans toco (Ramphastos toco) ne sont
plus visibles au par cet ont été remplacés par de
rares perroquets de Pesquet (Psittrichas fulgidus).


Mise à jour suite à ma visite de mai 2016

L'enclos des paresseux a été recouvert d'un filet et
ces derniers cohabitent désormais avec des coqs
de roches du Pérou (Rupicola peruviana) et des
ptilopes turgis (Ptilinopus melanospilus).

La volière des chevrotains et des petits diamants
accueille maintenant des perroquets de Pesquet
(Psittrichas fulgidus) et des paroares huppés
(Paroaria coronata).

Enfin, autre arrivée, des touracos géants
(Corythaeola cristata) évoluent en liberté dans
la serre.
Volière des coqs de roche
Volière des coqs de roche - mai 2016



Flèche

A ce niveau, le visiteur emprunte un chemin sur sa droite, pour faire face
à la plaine africaine de 3 hectares, inaugurée en 1999 . Cette plaine,
séparée du visiteur par des fossés secs, regroupe 80 animaux, qui cohabitent
en toute quiétude. On peut y observer un important groupe reproducteur de
springboks, des gnous bleus (Connochaetes taurinus), des hippotragues
noirs (Hippotragus niger), l'une des plus grandes antilopes africaine ( ces
antiloppes font partie d'un programme d'élevage européen (EEP)), un groupe
de damalisques à front blanc ou blesbocks (Damaliscus dorcas phillipsi),
des zèbres de Grévy (Equus grevy). Initialement ,un groupe de mâles était
présenté à Beauval, mais le parc accueille, depuis 2008, un groupe repro-
ducteur. Des girafes (Giraffa camelopardalis) mâles, des oies d'Egypte
(Alopochen aegyptiacus), une colonie d'ibis sacrés (Threskiornis
aethiopica
), des autruches (Struthio camelus), des marabouts
(Leptoptilos crumeniferus) et des rhinocéros blanc (Ceratotherium simum
simum
) complètent cet espace.
Les parc présente des rhinocéros depuis 1999. Un trio est présenté au parc.
En 2006, le parc a procédé à un échange de mâles, pour accueillir un jeune
reproducteur. Cet échange a été couronné de succès par la naissance d'un
petit rhinocéros en novembre 2009, évènement très rare  en captivité.




Plaine africaine
Plaine africaine - septembre 2009

Enclos des otocyons
Enclos des otocyons  - septembre 2009
Sur la droite, le visiteur peut observer depuis 2009, l'extension herbeuse de
l'enclos des hyènes. Au bout de la plaine africaine, le visiteur peut observer
un petit enclos herbeux occupé par des tortues géantes d'Aldabra
(Dipsochelys elephantina) et des tortues à éperons (Geochelone sulcata).
Le visiteur arrive alors à l'arrière du bâtiment de nuit des mammifères afri-
cains, dont les loges sont visibles au  travers de baies vitrées. On se
dirige ensuite vers la partie haute de la plaine, où l'on découvre le point
d'eau du parc, en face duquel deux enclos hébergent des otocyons
(Octocyon megalotis) pour le premier, et un groupe de suricates (Suricata
suricatta
) pour le second. Ces deux installations devraient être rénovées et
agrandies pour le printemps 2010.
Le visiteur continue de longer la plaine africaine, pour bifurquer légèrement
vers la droite et découvrir l'enclos en terre des servals (Felis serval), en face
duquel on peut observer une série de loges intérieures, consacrées à l'espèce
phare du zoo: le tigre blanc.
Le visiteur revient alors au niveau de la plaine africaine, pour revenir, ensuite,
au sentier par lequel il est arrivé.


Boxe intérieur des rhinocéros
Boxe intérieur des rhinocéros - septembre 2009
Boxe intérieur des girafes
Boxe intérieur des girafes - septembre 2009


La suite de la visite nous amène à emprunter le sentier situé sur la droite.
Un premier enclos de taille moyenne, est agrémenté de quelques rochers, de
structures en bois et de quelques arbres. Un couple reproducteur de lions
blancs (Panthera leo krugeri) est présenté dans cette installation. Cette
mutation  fait la fierté de Beauval, mais elle est plus un outil de communication
qu'une espèce à protéger.
Sur la gauche du sentier, on peut observer la nouveauté 2007. Il s'agit
d'une plage de galets, plantée de quelques palmiers, plage accolée à un
grand bassin à vision sous marine. Un important groupe reproducteur de
manchots de Humboldt (Spheniscus humboldti) occupe cette instal-
lation.
Accolé à l'enclos des lions blancs, on trouve une petite fosse en faux ro-
chers, au sol en écorces, qui héberge des porcs épics à crète (Hystrix
cristata). Un sentier remonte vers les loges de nuit des lions et vers
l'école du zoo, ouverte aux groupes scolaires. Sur la gauche de ce sentier,
on découvre un enclos identique à celui des lions blancs, occupé par un
trio de lions africains (Panthera leo).
En face des lions d'Afrique, on découvre la zone des fauves du zoo de
Beauval, zone ancienne qui mériterai une rénovation. L'ensemble des en-
clos dispose d'un sol en terre, d'un fond en faux rochers bétonnés de quelques
structures d'escalade en bois et de quelques rochers.





Enclos typique pour fauves
Enclos typique pour fauves - septembre 2009


Enclos des tigres
Enclos des tigres - septembre 2009
Le premier enclos à fauve est occupé par un couple de pumas (Felis
concolor
). A côté de cet enclos  sont présentées deux femelles ours bruns
(Ursus arctos).
Le visiteur poursuit son chemin en direction de l'enclos extérieur de
l'espèce phare du zoo qui, comme le lion blanc, ne présente aucun in-
térêt du point de vie de la conservation, mais intéresse le visiteur.
Cette espèce est le tigre blanc (Panthera tigris), dont le ZooParc fait
l'élevage depuis de nombreuses années.
Deux vastes enclos en herbe sont consacrés à cette espèce. Sur la
gauche du sentier, un autre enclos en herbe, visible notamment depuis
un promontoir, était occupé par des tigres jaunes (Panthera tigris),
puis par des tigres de Sumatra (Panthera tigris sumatrensis).
L'enclos est aujourd'hui occupé par un male tigre blanc, après que les
 tigres de Sumatra, arrivés en 2008, aient quitté le zoo.
Le visite contourne l'enclos des tigres jaunes, pour arriver sur un
nouveau sentier bordé ,sur la droite, par des maison pour primates vi-
sibles à travers des baies vitrées et sur la gauche par de nouveaux
enclos à fauves.


Les loges des singes sont relativement hautes et agrémentées de diffé-
rents trancs d'arbre, branchages et cordages. Des cercopithèques
dianes (Cercopithecus diana diana) sont présentés dans la première
loge, des moustacs (Cercopithecus cephus), espèce peu représen-
tée en captivité, occupent la seconde maison. La troisième installation
est le lieu de présentation de cercopithèques mones de Campbell
(Cercopithecus campbelli campbelli), alors que la quatrième accueille
un nouveau groupe de cercopithèques de Brazza (Cercopithecus
neglectus
). Les deux dernières maisons abritent des langurs de Java
(Trachypitecus auratus), et des capucins à épaules jaunes (Cebus
apella xanthosternos
).
Sur la gauche du sentier, face aux 4 dernières maisons, on découvre un
premier enclos à fauves occupé par des panthères de Perse (Panthera
pardus saxicolor), alors que le deuxième est occupé par des pan-
thères des neiges (Panthera uncia).
Le visiteur arrive alors au niveau du bassin des manchots qu'il peut ob-
server à travers des baies vitrées.
La suite de la visite nous amène à emprunter un nouveau sentier paral-
lèle à celui longeant les maisons des singes.



Bassin des manchots
Bassin des manchots - septembre 2009
Plaine africaine
Plaine africaine - septembre 2009
Enclos des porcs épics
Enclos des porcs épics - septembre 2009


Jaguar
Jaguar - septembre 2009
Lion blanc
Lion blanc - septembre 2009



Mise à jour suite à ma visite de septembre 2013
:

Les bâtiments des tigres ont été recouverts de faux rochers.
Dans le même état d'esprit l'enclos des tigres de Sumatra
a été refait et agrémenté de faux rochers, de troncs, de
nombreux buissons et est traversé par un ruisseau.

L'enclos des jaguars a également été transformé et un
temple inca a été recréé. Ce temple donne naissance à
une cascade qui traverse l'ensemble de l'enclos.
Enclos des  jaguars
Enclos des jaguars - septembre 2013



Flèche

Ce nouveau chemin de visite longe, sur la droite, les volières des cer-
copithèques décrits ci dessus. Ces volières, relativement anciennes, ont
été rénovées en 2008, des agrès en bois, tuyaux et cordages ont été
ajoutés au sol en herbe. Sur la gauche du sentier, on trouve une prai-
rie en herbe bordant un petit ruisseau. Cette zone en herbe est occu-
pée par des canards colverts (Anas platyrhynchos), des bernaches
nénés (Branta sandvicensis), des bernaches à cou roux (Branta
rufficollis
), des grues demoiselles (Anthropoides virgo) et des cigo-
gnes blanches (Ciconia ciconia). On arrive alors au niveau d'une ro-
seraie où l'on trouve également un des points de restauration du parc.
Le visiteur remonte alors légèrement pour retrouver les loges inté-
rieures des tigres blancs (Panthera tigris), pour bifurquer sur la
gauche et découvrir un nouvel enclos à fauves consacré aux jaguars
(Panthera onca), représentés au ZooParc par un individu tacheté et
deux individus noirs.
En face des jaguars, une autre installation de grande taille, au sol
en herbe agrémenté de quelques cabanes et de structures d'escalade
en bois est le lieu de vie d'une troupe de magots (Macaca sylvanus).




Volières des cercopithèques
Volières des cercopithèques - septembre 2009


Enclos des fourmiliers
Enclos des fourmiliers - septembre 2009
Le visiteur poursuit sa visite en longeant l'enclos des macaques, pour arriver
vers une petite plaine rénovée au printemps 2009, et se composant, aujourd'hui,
d'un sol en terre et en sable, d'un bassin et de quelques plantations. La protection
du visiteur se fait par une palissade en bois percée de baies vitrées.
Jusqu'en 2008, des alpagas (Lamas paco) y cohabitaient avec des nandous
(Rhea americana). En 2009, le parc a accueilli  un couple de tamanoirs
ou fourmiliers géants (Myrmecophaga tridactyla), qui s'est reproduit la
même année.
Ces animaux avaient déja été présentés en 2007, au sein de la plaine sud
américaine mais cette présentation a été stoppée suite au décès d'un male.
Le visiteur arrive alors à  la nouveauté 1995 à savoir le bassin des otaries.
Totalisant plus d'1 800 000 litres d'eau, il accueille des lions de mer de
Californie (Zalophus californianus), ainsi qu'un spectacle de rapaces en
vol et d'otaries. Ce spectacli a lieu plusieurs fois par jour pendant la période
estivale. Lors du spectacle de vol, on peut voir évoluer, entre autre, des buses
de Harris (Parabuteo unicinctus), des caracaras huppés (Polyborus
plancus
), des aigles bleus du Chili (Geranoaetus melanoleucus), des
pygargues à tête blanche (Haliaeetus leucocephalus) ou encore des con-
dors des Andes (Vultur gryphus).


Moustac
Moustac - septembre 2009
Cercopithèque de Campbell
Cercopithèque de Campbell - septembre 2009



Mise à jour suite à ma visite de mai 2016


La passerelle menant à la nouvelle partie du zoo
traversait l'enclos des fourmiliers. Ces derniers
ont été transférés dans une autre partie du parc.

Leur ancien enclos maintenant bien ombragé a
été creusé d'un bassin et agrémenté de nom-
breu rochers. Un couple de grues de Sibérie
(Grus leucogeranus) y évolue.


Enclos des grues de Sibérie
Enclos des grues de Sibérie - mai 2016


Bassin des otaries
Bassin des otaries - mai 2016
Bassin des otaries
Bassin des otaries - septembre 2009


Le visiteur quitte alors l'arène de spectacle, pour se diriger vers une
rangée d'enclos, séparés du visiteur par de petits murs et des baies
vitrées. Le premier enclos, agrémenté de structures en bois et de
massifs de bambous, est le lieu de vie de petits pandas (Ailurus
fulgens
). Le second enclos, au sol en herbe, est parcouru d'un ruis-
seau se jettant dans un bassin avec vision sous marine. Un groupe
de loutres naines (Aonyx cinerea) est présenté dans cette instal-
lation. Le troisième enclos,  identique à celui des loutres,  est le lieu
de vie de ratons laveurs (Procyon lotor). Enfin, on retrouve
l'installation des magots.
Sur la droite du chemin de visite, on peut observer  4 îles tendues
de structures en bois, au sol à l'herbe haute et densémment végé-
talisées. La première est le lieu de présentation d'un groupe de ma-
kis varis noir et blancs (Varecia variegata variegata), la seconde
est occupée par des macaques de Tonkéan (Macaca tonkeana),
la troisième accueille des singes araignées noirs (Ateles spaniscus)
alors que la dernière présente un deuxième groupe de macaques de
Tonkéan (Macaca tonkeana).




Enclos des petits pandas
Enclos des petits pandas - septembre 2009



Loges intérieures des callithricidés
Loges intérieures des callithricidés - septembre 2009
Le visiteur traverse alors un petit ruisseau pour découvrir une vaste île au sol
en herbe, tendue de structures en bois, lieu de vie d'un des plus grand groupe
reproducteur de chimpanzés (Pan troglodytes) de France. Des petits naissent
fréquemment à Beauval.
Cette île est reliée à la seconde serre du ZooParc, qui est également la plus
grande du parc. C'est en son sein que se poursuit la visite. Sur la droite, de
nombreuses volières, relativement hautes, accueillent divers petits primates
sud-américains. Ces volières sont bien végétalisées, et disposent d'un sol en
terre et de quelques cordages. La première installation est le lieu de vie de
sakis à face blanches (Pithecia pithecia) qui cohabitent avec des ouistitis
pygmés (Callithrix pygmaea).
La volière suivante est le lieu de vie d'un groupe reproducteur de tamarins
empereurs (Saguinus imperator subgrisescens), dont le dernier petit est né
le 30 mai 2009. Un groupe de tamarins lions dorés (Leontophitecus rosalia)
occupe la volière qui suit, alors que des tamarins lions noirs à tête dorée
(Leontophitecus chrysomela) évoluent dans la troisième installation.
De rares ouistitis argentés (Mico argentatus) sont présentés dans la volière
suivante. Il est à noter que cette espèce, arrivée récemment au parc, s'est re-
produite en 2009. Enfin, une dernière volière de grande taille est le lieu de pré-
sentation de sakis à face blanche (Pithecia pithecia) et de ouistitis (Callithrix
pygmaea
).


Sur la gauche de la serre, on trouve une grande loge intérieure agré-
mentée de faux rochers, de structures en bois et de cordages. Un
sol en béton est recouvert par de la paille,ce qui constitue également
un jeu pour les orang-outans (Pongo pygmaeus) qui y sont pré-
sentés. Un premier groupe reproducteur de ces animaux est pré-
senté dans la première installation. Une seconde loge, en retrait,
identique à la première, est le lieu de vie d'un trio d'entelles
(Semnopithecus entellus). Ces loges sont reliées à une île exté-
rieure par des tunnels en verre. Seuls les orang-outans ont accès
à cette île, que le visiteur découvre en sortant de la serre au niveau
de la volière des sakis.
En sortant, le visiteur peut donc observer la grande île des orang-
outans. Sur la droite, on peut aussi observer les volières extérieures
des callitricidés. Ces volières sont densément végétalisées, agré-
mentées de branchages.
Le visiteur poursuit sa visite en direction d'une nouvelle serre tro-
picale.



Loge intérieure des orangs outans
Loge intérieure des orangs outans - septembre 2009
Volières extérieures des callithricidés
Volières extérieures des callithricidés - septembre 2009
Ile des orangs outans
Ile des orangs outans - septembre 2009


Volière pour tamarins
Volière pour tamarins - septembre 2009
Ouistiti argenté
Ouistiti argenté - septembre 2009


Enclos des magots
Enclos des magots - septembre 2009
Ile pour primates
Ile pour primates - septembre 2009



Mise à jour suite à ma visite de septembre 2013
:

Les petits pandas (Ailurus fulgens) ont été transférés dans une
autre partie du zoo et leur enclos est désormais occupé par
une espèce peu courante en Europe, le coati à nez blanc
(Nasua narica).

Une passerelle en bois qui devra conduire vers une extension
du zoo a été érigée le long des enclos des ratons laveurs,
loutres et coatis, et traverse la totalité de l'installation des
fourmiliers.
Enclos des coatis
Enclos des coatis - septembre 2013



Flèche

Mise à jour de la serre suite à ma visite de mai 2015 :

Au niveau de l’enclos des ratons laveurs, loutres et
coatis, nait une passerelle en bois qui nous conduit
en hauteur.
Nous allons emprunter cette dernière pour dominer
ces différents enclos avant de traverser une route
pour nous diriger vers l’extension du zoo ouverte
en 2014.

Là, le visiteur dispose d’une vue panoramique sur
une colline, plantée de multiples palmiers, et par-
semée d’aires de jeux.  Cet espace vise à recréer
une ambiance de montagne africaine.
En gravissant cette colline, le visiteur peut observer,
sur la gauche, une volière en forme de « L ».
Cette dernière, en travaux lors de ma visite a
depuis été inaugurée.




Ambiance dans la zone Kilimandjaro
Ambiance dans la zone Kilimandjaro - mai 2015

Future volière des condors
Future volière des condors - mai 2015
Elle dispose d’un sol naturel agrémenté de rochers
et de nombreux arbres et est consacrée aux mon-
tagnes andines, permettant le relogement des con-
dors des Andes (Vultur gryphus) qui devraient
être accompagnés de quelques espèces de rapaces
plus petites.


Au sommet de cette montagne, on distingue diverses
structures bâties relativement imposantes. Arrivé sur
le plateau, de la falaise éthiopienne, nous découvrons
face à nous le grand restaurant du zoo, le
« Kilimandjaro », orné de diverses statues tribales.

Sur la droite de ce restaurant, se dresse la grande
nouveauté de l’année 2014, l’esplanade de spec-
tacle des oiseaux. Une représentation y est donnée
plusieurs fois par jour en fonction de l’affluence.




Au courant de ce ballet aérien, on pourra admirer :
harfang des neiges (Nyctea scandiaca) ; chouette
lapone (Strix nebulosa) ; buse rouilleuses (Buteo
regalis
) ; caracara huppé (Caracara plancus) ;
faucon sacre (Falco cherrug) ; cariama huppé
(Cariama cristata) ; aigle impérial (Aquila
heliaca
) ; aigle bleu (Geranoaetus melanoleucus) ;
bateleur des savanes (Terathopius ecaudatus) ;
pygargue de Steller (Haliaeetus pelagicus) ; ...


Aire du spectacle des rapaces
Aire du spectacle des rapaces - mai 2015


Coulisses des petits rapaces du spectacle
Coulisses des petits rapaces du spectacle - mai 2015

...; pygargue à queue blanche (Haliaeetus albicilla) ;
pygargue à tête blanche (Haliaeetus leucocephalus) ;
pygargue vocifer (Haliaeetus vocifer) ; vautour
palmiste (Gypohierax angolensis) ; vautour aura
(Cathartes aura) ; vautour néophron moine
(Necrosyrtes monachus) ; marabout africain
(Leptoptilos crumeniferus) ; vautour fauve (Gyps
fulvus
) ; vautour de l’Himalaya (Gyps hymalaiensis) ;
condor des Andes (Vultur gryphus) ; milan de Brahm
(Milvus indicus) ; milan royal (Milvus milvus) ; ...







...; cigogne blanche (Ciconia ciconia) ; pélican blanc
(Pelecanus onocrotalus) ; ibis sacré (Threskiornis
aethiopicus
) ; grue couronnée grise (Balearica
pavonina
) ; grue à cou blanc (Grus vipio) ; grue
demoiselle (Anthropoides virgo) ; grue couronnée
noire (Balearica pavonia) et grue du Paradis
(Anthropoides paradisaea). Il est également prévu
d’intégrer dans ce spectacle plusieurs becs crochus.


Restaurant le Kilimandjaro
Restaurant le Kilimandjaro - mai 2015



Enclos des bongos
Enclos des bongos - mai 2015


Une fois le spectacle terminé, le visiteur regagne le
plateau du restaurant sur la gauche duquel se dresse
l’enclos de la nouveauté 2015. Ce dernier est val-
lonné, enherbé et planté de quelques palmiers. Ce
dernier accueille des bongos (Tragelaphus
eurycerus
).

Initialement ces antilopes devaient cohabiter avec des
céphalophes à dos jaunes (Cephalophus sylvicultor).
Cette seconde espèce n’est pas arrivée au parc. Les
bongos cohabitent désormais avec des petits koudous
(Tragelaphus imberbis) et des grues caronculées
(Grus carunculatus).

Dans le prolongement de cet enclos devrait être
inauguré la grosse nouveauté 2016.
Ambiance dans la nouvelle zone
Ambiance dans la nouvelle zone - mai 2015
Enclos des bongos
Enclos des bongos - mai 2015



Flèche

Mise à jour suite à ma visite de mai 2016

La volière en construction en 2015 est terminée et
accueille maintenant plusieurs rapaces sud américains
à savoir des caracaras huppés (Caracara plancus),
des vautours auras (Cathartes aura) et des condors
des Andes (Vultur gryphus).

En continuant l'ascenssion de la montagne, nous
rejoignons l'enclos des bongos (Tragelaphus
eurycerus
), des petits koudous (Tragelaphus
imberbis
) et des grues caronculées (Grus
carunculatus
).
Cependant, suite à des problèmes de cohabitation
l'enclos devrait être divisé en 2 parties distinctes.
Les loges de nuit des antilopes sont également
visibles au travers de vitres.




Volière des vautours
Volière des vautours - mai 2016
Entrée dans la réserve des hippos
Entrée dans la réserve des hippos - mai 2016
Face à la montagne des bongos se dresse l'impression-
nate nouveauté 2016, qui s'étend sur près de 1 hectare,
la rivière des hippopotames.

Nous allons débuter la visite de cet édifice en parcourant
un tunnel recréant une mine africaine, pour déboucher
devant deux vitres qui s'ouvre sur le bassin des hippopo-
tames amphibies (Hippopotamus amphibius), stars des
lieux. 

En avançant sur l'allée de visite, nous découvrons une
longue vitre sur la gauche de l'allée, vitre qui offre une
grande vision sous marine sur le bassin des hippopotames
ainsi que sur les carpes amour (Ctenopharyngodon
idella).


Grotte des hippopotames
Grotte des hippopotames - mai 2016
Grotte des hippopotames
Grotte des hippopotames - mai 2016



Sur la droite, une petite terrasse en hauteur au
bout de laquelle se dresse un aquarium de
grande taille représentant le lac Malawi, avec
ses rochers, ses racines et son fond en sable
fin.

Cet aquarium est ainsi le lieu de vie de labidos
jaunes (Labidochromis caeruleus), de cich-
lidés zébrés (Pseudotropheus zebra), de ci-
chlidés frappeur de pierres (Melanochromis
auratus), de cichlidés mbunas bleus
(Labeotropheus fuelleborni) et de cichlidés
cobalts (Melanochromis johanni).


Aquarium des cichlidés
Aquarium des cichlidés - mai 2016


Vision sous marine sur le bassin des hippos
Vision sous marine sur le bassin des hippos - mai 2016



Le visiteur continue sa visite au sein de la vo-
lière pour remonter une allée et sortir de l'eau
vers les plages. Sur la gauche, on peut entre-
voir les plages bétonnées des hippopotames,
ainsi que quelques bosquets et autres bran-
chages.

A l'éxtrémité de cette allée, dissimulé sous un décor
de faux rochers, se dresse le bâtiment des masto-
dontes, composé de plusieurs boxes intérieurs et
d'un bassin, le tout étant visible au travers de baies
vitrées.
Ambiance dans la volière des hippos
Ambiance dans la volière des hippos - mai 2016
Bâtiment des hippopotames
Bâtiment des hippopotames - mai 2016



Flèche

Au bout de l'allée nous arrivons au niveau de
la surface du bassin des hippopotames
(Hippopotamus amphibius) et de la plage
des oiseaux.

Au niveau de cette terrasse, nous pouvons em-
prunter un escalier pour monter en hauteur, à
la cime des arbres où se dresse une terrasse de
restauration. Ce point de vision domine l'en-
semble de la réserve des hippopotames;

Nous revenons à l'étage inférieur de sorte à
continuer la visite sur la gauche.


Point d'observation de la réserve
Point d'observation de la réserve - mai 2016


Ambiance dans la volière des hippopotames
Ambiance dans la volière des hippopotames - mai 2016

Là, le sentier de visite longe une falaise de faux rochers
de laquelle jaillit une cascade qui se jette dans le bassin
des hippopotames.

Nous empruntons alors une passerelle en bois, qui tra-
verse un enclos intégré à la grande volière. Cet enclos
que l'on peut observer en contrebois dispose d'un sol
recouvert d'une épaisse couche d'écorces. Quelques
souches et des rochers complètent les décors de cette
installation qui présente un groupe de potamochères
(Potamochoerus porcus).


Plus loin sur la droite, on peut observer la plage en
béton des hippopotames qui s'organise autour d'un
bosquet. A l'arrière plan, séparé des plage par une
série de pieux en bois, s'étend une prairie ombragée
par quelques arbres et traversée par un ruisseau qui
termine sa course dans le bassin des mastodontes.
Cette prairie est le lieu de vie de nyalas
(Tragelaphus angasi).

Le visiteur continue alors sur la passerelle en bois
avant de quitter la volière des hippopotames.
Là, sur la droite, un bâtiment de forme ronde,
dont l'intérieur, visible au travers de vitres abrite
une grande partie commune en écorces et des
boxes individuels. Cet ensemble forme les loges
de nuit des suidés.



Ambiance dans la volière des hippopotames
Ambiance dans la volière des hippopotames - mai 2016
Ambiance dans la volière des hippopotames
Ambiance dans la volière des hippopotames - mai 2016



La volière en elle même est peuplée de plusieurs es-
pèces évoluant en liberté. On pourra y admirer des
ibis hagedash (Bostrychia hagedash), des ibis du
Cap (Geronticus calvus), des ibis sacrés
(Threskiornis aethiopicus), des tantales ibis
(Mycteria ibis), des bec ouverts africains
(Anastomus lamelligerus), des ombrettes africaines
(Scopus umbretta), des cigognes d'Abdim (Ciconia
abdimi), des spatules africaines (Platalea leucorodia),
des sarcidiornes africains (Sarkidiornis melanotos),
des dendrocygnes veufs (Dendrocygne viduata), ...


des sarcelles du Cap (Anas capensis), des ouettes
à ailes bleues (Cyanochen cyanoptera), des vau-
tours néophronmoines (Necrosyrtes monachus),
des vautours palmistes (Gypohierax angolensis),
des vautours à tête blanche (Trigonoceps
occipitalis) et des grues royales (Balearica
regulorum).

Le visiteur redescent alors l'allée pour passer le
bâtiment des bongos puis leur enclos avant de
regagner l'ancienne section du parc.
Ambiance dans la volière des hippopotames
Ambiance dans la volière des hippopotames - mai 2016


Ambiance dans la volière des hippopotames
Ambiance dans la volière des hippopotames - mai 2016
Bâtiment des potamochères
Bâtiment des potamochères - mai 2016



Flèche

En face de l'ile des orang-outans, le visiteur découvre une nouvelle
île consacrée à des anthropoïdes. Cette dernière est aménagée de
bosquets, de rochers et de quelques structures d'escalade en bois.
Un groupe de gorilles (Gorilla gorilla) y cohabitent avec des
patas (Erythrocebus patas) et des colobes guérézas (Colobus
guereza kikuyensis). Le visiteur longe l'ile des singes, pour entrer
dans la troisième serre tropicale du ZooParc. Sur la gauche de la
serre, on découvre deux grandes loges intérieures, comparables à
celles des orang-outans, occupées par les gorilles, les patas et les
guérézas. Au milieu de la serre, une zone libre a été plantée, et re-
crée une forêt tropicale. Dans cette zone, on trouve, présentées
en liberté, diverses espèces d'oiseaux comme des calaos trompettes
(Bycanistes bucinator), des étourneaux resplendissants (Aplonis
payanensis
). Une petite mare au milieu de la serre est le
lieu de présentation de raies à aiguillons (Potamotrygon motoro).
En contournant les loges des gorilles, on arrive vers divers terra-
riums occupés, respectivement, par des anacondas verts (Eunectes
murinus) et  par des anacondas jaunes (Eunectes notaeus).
A coté des vivariums, le visiteur peut emprunter un escalier
pour gagner le niveau supérieur de la serre. Sur la droite, deux
enclos, aménagés en 2006, étaient occupés par des petits chevrotains
malais (Tragulus javanicus) qui étaient initialement présentés
en liberté, mais ne le sont plus actuellement.. Des varans de Salavtori
(Varanus salvatori) étaient  visibles  jusqu'en 2008, année à laquelle ils
ont été transférés dans une autre partie du parc et remplacés par des
agoutis d'Azara (Dasyprocta azarae).






Ile des gorilles
Ile des gorilles - septembre 2009



Bassin des lamantins
Bassin des lamantins - septembre 2009
En continuant sur le niveau supérieur, le visiteur se trouve à la surface
d'un immense bassin d'eau douce chauffée, qui accueille une espèce
unique en France, et peu courante en captivité, à savoir un groupe re-
producteur de lamatins (Trichechus manatus). Sur la droite de la pas-
serelle de visite, un premier terrarium est occupé par des rainettes de
White (Litoria caerulea), puis un grand aquarium, inauguré en 2006,
présentant des piranhas (Pygocentrus nattereri) et d'autres poissons
amazoniens comme des cardinalis (Paracheirodon axelrodi).
Le visiteur redescend alors au niveau inférieur de la serre, où il peut
observer le bassin des lamantins à travers des baies vitrées. Ces gros
mammifères aquatiques cohabitent avec des silures tigres
(Pseudoplatystoma fasciatum), des tétras (Semaprochilodus
theraponura
), des plécos (Hypostomus plecostomus), des cichlo-
somes à tête de feu (Cichlosoma synspillum), des pacous noirs
(Colossoma macroponum), des cichlosomes à ceinture noire
(Cichlosoma maculicauda), des diables rouges (Cichlosoma
citrinellum
), des myleus de Schomburg (Myleus schomburgii), des
arapaïmas (Arapaimas gigas), des silures à queue rouge
(Phractocephalus hemiliopterus) et des palmoetta (Metynnis
schreitmulleri
).


Tunnel des gorilles
Tunnel des gorilles - septembre 2009
Vivarium de la serre des gorilles
Vivarium de la serre des gorilles - septembre 2009


Aquarium des piranhas
Aquarium des piranhas - septembre 2009
Ambiance de la serre des gorilles
Ambiance de la serre des gorilles - septembre 2009


Lamantin
Lamantin - septembre 2009
Agouti d'Azara
Agouti d'Azara - septembre 2009


Le visiteur ressort alors de la serre des gorilles, à la seconde extrémité de l'île extérieure de ces animaux, qu'il longe avant d'arriver à un ascenseur qui le conduit vers une autre zone du parc.



Flèche

Le visiteur traverse alors un pont, surplombant une petite route, pour
arriver dans la seconde zone du parc où il découvre, de part et d'autre
du sentier, un enclos en herbe accueillant un groupe de kangourous
roux géants (Macropus rufus) cohabitant avec des oies céréopses
ou oies cochons (Cereopsis novaehollandie). Le visiteur emprunte
alors le sentier de droite, pour se diriger vers une autre plaine en herbe,
occupée par des wallabies de Benett (Macropus rufogriseus) et un
second groupe d'oies céréopses (Cereopsis novaehollandie).
A coté de ces enclos australiens, le visiteur arrive vers la nouveauté
2005, qui fait la fierté du ZooParc, à savoir l'installation des okapis
(Okapia johnstoni). Seul parc français à présenter cette espèce de
girafidés, le zoo de Beauval a construit un centre d'élevage pouvant
accueillir jusqu'à 8 individus.
La suite de la visite nous conduit vers le plus grand enclos du parc,
qui s'étend sur 5 hectares, divisés en une zone de sable, une zone
d'herbe et un plan d'eau, l'ensemble étant relié à un bâtiment dans le-
quel le visiteur est invité à entrer.



Enclos des kangourous
Enclos des kangourous - septembre 2009

Plaine en herbe des éléphants
Plaine en herbe des éléphants - septembre 2009
Le visiteur surplombe alors le bâtiment depuis une terrasse, sur la droite de la-
quelle un petit terrarium en sable, agrémenté de rochers, héberge des mangoustes
naines (Helogale parvula). Sur la gauche, un autre terrarium est le lieu
de présentation de suricates (Suricata suricatta). On peut également observer
l'ensemble des boxes, qui constituent les loges de nuit du groupe d'élephants
africains (Loxodonta africana) , présentés dans cette installation.
Le visiteur ressort, alors, des bâtiment et découvre l'enclos extérieur des suricates,
avant de se diriger vers l'enclos extérieur des éléphants. La suite de la visite con-
duit le visiteur à longer la partie sableuse des éléphants, sur la droite, et les trois
enclos extérieurs en herbe, plantés de nombreux bambous et palmiers des okapis.
Le sentier de visite arrive alors au niveau de la mini ferme du parc, où le visiteur
peut avoir un contact avec les animaux domestiques qui y sont présentés.
On peut ainsi y découvrir des chèvres naines (Capra hircus), des moutons
(Ovis aries), des ânes (Equus asinus), des poules naines (Gallus gallus), des
dindons (Meleargis gallopavo), des alpagas (Lama paco) ou encore des
oies grises (Anser domesticus).


Enclos intérieur des éléphants
Enclos intérieur des éléphants - septembre 2009
Mini ferme
Mini ferme - septembre 2009


Le visiteur se retrouve alors au niveau de l'enclos des kangourous,
où il bifurque, sur la droite, en direction de grandes volières, d'une
nouvelle serre et de la zone d'extension du parc. Les deux volières
sont densément végétalisée, agrémentées de cordages et brancha-
ges pour la première, et de rochers et arbustes pour la seconde. La
première volière est le lieu de vie d'un groupe de langurs de Java
(Trachypitecus auratus), alors que la seconde est le lieu de pré-
sentation d'un couple de panthères longibandes (Neofelis
nebulosa
). En face de la volière des longibandes, une petite volière
est occupée par des kookaburas à ailes bleues (Dacelo leachii).
Avant d'entrer dans la serre australienne, le visiteurpeut voir  l'avan-
cement des travaux de la nouveauté 2010: la plaine asiatique.
La suite de la visite nous conduit à l'intérieur de la serre, où l'on
découvre, dès l'entrée, un vivarium construit en 2009, qui était
vide lors de ma visite. On découvre, à travers des baies vitrées,
les 3 loges des koalas du Queensland (Phascolarctos cinereus),
seuls représentants de leur espèce en France, qui se sont reproduits
en 2009.




Enclos des panthères nébuleuses
Enclos des panthères nébuleuses - septembre 2009


Volières des diamants et dendrolagues
Volières des diamants et dendrolagues - septembre 2009
En face des loges des koalas, deux aquariums récifiens présentent diverses
espèces de poissons des eaux chaudes comme, par exemple, des tétraodons
verts (Tetraodon fluviatilis), des labres oiseaux (Gomphosus coerulus),
des têtes de renard (Siganus vulpinus), des chirurgiens à épaulettes
(Acanthurus olivaceus), des diables bleus et jaunes (Glyphidodontops
cyaneus
), des poissons anges impériaux (Pomacanthus imperator), des
chirurgiens à poitrine blanche (Acanthurus leucosternon) ou encore des
poissons clown à 3 bandes (Amphiprion ocellaris).
Le visiteur poursuit sa visite dans la serre, pour découvrir deux autres
loges intérieures, au sol en copeaux, aménagées de structures d'escalade en
bois,  occupées par de rares dendrolagues de Matschie (Dendrolagus
matschiel)
La suite de la visite nous conduit vers un terrarium occupé par des agames
barbus (Pogona vitticeps), à coté duquel deux  loges, identiques à celles des
dendrolagues de Matschie, sont le lieu de présentation d'un
couple de dendrolague de Goodfellow (Dendrolagus goodfellowi 
burgesi
) et de leur jeune né en 2008. A coté des dendrolagues, une volière
est occupée par des diamants à gouttelettes (Emblema guttata), des
diamants de Bichenow (Stizoptera bichenovii) et des colombes diamants
(Geopelia cuneata).


Enclos extérieur des okapis
Enclos extérieur des okapis - septembre 2009
Loges des koalas
Loges des koalas- septembre 2009


Dendrolague de Matschie
Dendrolague de Matschie - septembre 2009
Koala
Koala - septembre 2009


Okapi
Okapi - septembre 2009
Elephant d'Afrique
Elephant d'Afrique - septembre 2009


Ces oiseaux ont aujourd'hui quitté le parc pour des raisons d'hygiène dans la serre. Le visiteur quitte alors la serre australienne, pour revenir au niveau de l'enclos des kangourous, puis de l'île des orang-outans au niveau de laquelle il bifurque, sur le droite, en direction de la serre des grands singes et du vivarium du parc.



Mise à jour suite à ma visite de septembre 2013
:

Suite au départ des oiseaux australiens, leur volière a été
réaménagée à l'aide de branches et accueille maintenant
des écureuils de Prevost (Callosciurus prevostii
bankanus
).

Un troisième aquarium marin a également été installé dans la
serre et présente des hippocampes.

Le visiteur quitte alors la serre des koalas pour se diriger sur
la gauche en direction des dernières extentions du parc.
Volière des écureuils
Volière des écureuils - septembre 2013



Flèche

Mise à jour suite à ma visite de septembre 2013 :

A l'arrière de la serre australienne, deux possibilités s'offrent
aux visiteurs. La première consiste en un sentier en macadam,
tandis qu'en face de nous se trouve une passerelle en bois sur
laquelle se poursuit la visite.

Cette passerelle surplombe un enclos situé sur la droite.
Cette installation de bonne facture est entourée de faux ro-
chers formant un bassin doté d'une cascade. Une petite
rivière venant de l'amont de l'enclos se jette également dans
ce bassin. Des arbres ont été disséminés au sein de cette
prairie, ainsi que des rochers et des troncs.

Cette installation est le lieu de vie de tapirs malais (Tapirus
indicus), de cerfs cochons (Axis porcinus porcinus), de
muntjacs de Chine (Muntiacus reevesi) et de grues à cou
blanc (Grus vipio).



Enclos des tapirs malais
Enclos des tapirs malais - septembre 2013
Bâtiment des rhinocéros
Bâtiment des rhinocéros - septembre 2013
Sur la gauche de la passerelle, on peut observer le bâtiment
du complexe asiatique de Beauval. Ce bâtiment se compose
de 6 boxes intérieurs de grande taille, dont un est en réalité
un bassin. Sur le coté se dressent des boxes pour "petits"
herbivores comme les cervidés.

Le visiteur poursuit sa visite sur la passerelle qui contourne
l'enclos des tapirs. Dans le prolongement du bâtiment, on
découvre les pré-parcs des rhinocéros indiens (Rhinoceros
unicornis).
Les pré-parcs s'ouvrent sur une vaste plaine enherbée,
légèrement en pente, séparée en 2 enclos distincts. Chaque
enclos dispose d'un bassin et d'une petite cascade.
Les deux parties de la plaine permettent de séparer les
rhinocéros.


Plaine du bas des rhinocéros
Plaine du bas des rhinocéros - septembre 2013
Pré parc des rhinocéros
Pré parc des rhinocéros - septembre 2013



Les mastodontes cohabitent avec des nilgauts
(Boselaphus tragocamelus), des antilopes
cervicapres (Antilope cervicapra), des cerfs
axis (Axis axis), des oies à tête barrée (Anser
indicus) et des grues antigones (Grus
antigone).

A noter que ces ongulés ont accès à la totalité
de la plaine.
Le trop plein du bassin de la plaine supérieure
des rhinocéros se deverse dans la petite rivière
qui alimente le bassin des tapirs.


Plaine asiatique du haut
Plaine asiatique du haut - septembre 2013


Volière des entelles
Volière des entelles - septembre 2013
Le visiteur arrive alors au bout de la passerelle et
pénètre dans une forêt de conifères. Sur la gauche
du sentier se dresse une imposante volière dans
laquelle ont été installées de nombreuses branches
et des cordes.
Cette volière est le lieu de vie d'entelles
(Semnopithecus entellus).

En face des singes, un chalet en bois percé de
vitres et divisé en 2 loges intérieures agrémentées
de plateformes, est accolé à une volière de grande
taille traversée par un ruisseau. Des troncs, rochers,
buissons et autres conifères complètent ces amé-
nagements destinés aux chats pêcheurs
(Prionailurus viverrinus).


Enclos des tapirs
Enclos des tapirs - septembre 2013
Volière des chats pêcheurs
Volière des chats pêcheurs - septembre 2013



Flèche

Mise à jour suite à ma visite de septembre 2013 :

Le visiteur peut alors soit continuer sur ce sentier en
direction de la serre australienne, soit bifurquer sur
la gauche de sorte à contourner la volière des entel-
les et gagner les "Hauteurs de la Chine".

L'entrée dans cette zone est marquée par un portique
rouge aux inscriptions chinoises encadré par des
statuts de lion.
Ce secteur est bien végétalisé, planté de nombreux
bonzais, érables et autres feuillus.
Sur la gauche du sentier, on retrouve la volière des
entelles, que l'on peut observer du dessus.

Face au sentier se dresse un enclos en herbe rela-
tivement long et délimité par de faux rochers.



Entrée dans la zone chinoise
Entrée dans la zone chinoise - septembre 2013
Enclos des petits pandas et des muntjacs
Enclos des petits pandas et des muntjacs - septembre 2013
Cet enclos est planté de troncs morts et de quelques
feuillus. Des rochers complètent les aménagements.
Cet enclos est occupé par des petits pandas (Ailurus
fulgens) et des muntjaces de Chine (Muntiacus
reevesi).

Le visiteur arrive alors devant un des enclos phares
du secteur. Cet enclos, entouré de faux rochers, en
herbe, est traversé par une rivière. Légèrement val-
lonné, il est  agrémenté de buissons, de structures en
rondins et de troncs morts. Des brumisateurs créent
une ambiance particulière à ce niveau.
Cet enclos est le lieu de vie d'un des pandas géants
(Ailuropoda melanoleuca)


Le visiteur contourne alors l'enclos du panda sur la droite,
pour traverser une aire de restauration et redesendre le
long d'un sentier ouvert récemment.
Ce chemin conduit à l'extrémeité supérieure de la plaine
asiatique des rhinocéros.

Plus loin sur ce sentier finissant en cul de sac, on peut
observer sur la droite, une vaste plaine dont la mono-
tonie est rompue par des pierres et quelques arbres.
Cette plaine accueille désormais les dromadaires
(Camelus dormedarius) et les watusis (Bos
primigenius taurus) du parc.

Le visiteur revient alors en Chine pour se diriger sur la
gauche, contourner les toilettes également dans le style
chinois.


Plaine des watussis
Plaine des watussis - septembre 2013
Volière des pygargues
Volière des pygargues - septembre 2013


A l'arrière des toilettes se dresse une grande volière,
au sol en herbe, dans laquelle poussent de nombreux
arbres. La partie avant de la volière reste néanmoins
dégagée pour permettre aux pygargues de Steller
(Haliaeetus pelagicus) de s'entrainer au vol, même
bref.

En face des aigles, se dresse une vaste prairie, légè-
rement vallonée, agrémentée d'amas rocheux. Cette
plaine est le lieu de vie d'un troupeau de takins du
Sichuan (Budorcas taxicolor).
Le visiteur remonte alors le long de l'enclos des ta-
kins à l'extrémité duquel se trouve une cascade et
un grand bassin.
Ambiance dans la zone chinoise
Ambiance dans la zone chinoise - septembre 2013


Ambiance dans la zone chinoise
Ambiance dans la zone chinoise - septembre 2013
Enclos des takins
Enclos des takins - septembre 2013


Premier enclos des pandas géants
Premier enclos des pandas géants - septembre 2013

Mise à jour suite à ma visite de mai 2016


Face aux dromadaires, un nouvel enclos est sorti
de terre. Ce dernier dispose de nombreuses struc-
tures d'escalade en bois et en cordes. Divers
arbres et autres buissons, apportent un peu de
verdure à cet ensemble.

Enfin, un bâtiment jouxte aussi cet enclos destiné
à accueillir les macaques ouandérous (Macaca
silenus).
Enclos des macaques en construction
Enclos des macaques en construction - mai 2016



Flèche

Mise à jour suite à ma visite de septembre 2013 :

Sur la droite de l'allée se trouve le premier enclos des
pandas que l'on observé précédemment. Dans le pro-
longement de ce dernier se trouve le second enclos
du complexe de ces ursidés.
Ce second enclos est aussi doté de brumisateurs, d'un
sol herbeux vallonné, agrémenté d'une cascade, de
multiples structures en bois et de quelques arbres et
buissons.

En face du second enclos se dresse une volière de
grande taille, elle aussi de type montagneux. Cette
structure est agrémentée de troncs, souches, rochers
et d'un grand bassin. Une famille de panthères des
neiges (Uncia uncia) y est présentée.



Volière des panthères des neiges
Volière des panthères des neiges - septembre 2013
Loges de nuit des pandas
Loges de nuit des pandas - septembre 2013



Le visiteur peut ensuite soit emprunter une passerelle
en bois, située entre la prairie des takins et la volière
des panthères, que l'on contourne, pour déboucher
au niveau de la mini ferme et de l'enclos en sable du
complexe des éléphants.

La seconde solution pour laquelle nous allons opter,
nous amène sur le sentier longeant les panthères et
les pandas, en direction d'un grand bâtiment.
Ce bâtiment que l'on découvre à travers de grandes
baies vitrées, se compose de 2 loges intérieures, en-
tourées de faux rochers et aménagées de structures
en bois y ont été installées. Le sol a été recouvert de
terre.




Ce bâtiment qui abrite les loges de nuit des pandas
constitue le "Centre d'élevage et de reproduction"
des pandas géants.

Le visiteur ressort alors du préau permettant de
voir les installations de nuit, pour se retrouver au
niveau des petits pandas et des muntjacs et se
diriger vers le bassin des tapirs avant de revenir
vers la serre australienne puis la partie basse du
zoo.
Bâtiment des pandas
Bâtiment des pandas - septembre 2013


Entrée du bâtiment des pandas
Entrée du bâtiment des pandas - septembre 2013
Enclos des pandas géants
Enclos des pandas géants - septembre 2013



Flèche

Avant d'entrer dans la serre, on découvre sur la droite, une volière
densémment végétalisée, dans laquelle sont présentés des tamarins
aux mains rousses (Saguinus midas). La volière est reliée à une
loge intérieure que l'on voit dès l'entrée de la serre. Sur la gauche de
l'entrée, une autre loge, agrémentée de plantes et branchages, est
le lieu de vie de sakis à face blanches (Pithecia pithecia) qui co-
habitent avec des ouistitis pygmés (Callithrix pygmaea).
Le visiteur poursuit sa visite pour découvrir deux vastes loges, com-
parables à celles des orangs outans,  occupées par la famille
de chimpanzés (Pan troglodytes) du zoo. En face des chimpanzés,
un premier terrarium, composé d'un grand bassin avec vision sous
marine, et d'une plage en sable, est le lieu de présentation d'un grou-
pe de caïmans (Caiman crocodylus).
Le visiteur entre alors dans la zone consacrée au vivarium. Le
chemin de visite est entouré de différents bacs. Un premier, com-
posé d'un bassin, est occupé par des tortues à crète du Mississipi
(Graptemus pseudogeographica kohni) et d'oscars (Astonotus
occelatus). Un autre terrarium, agrémenté de branches et plantes
artificielles, est le  lieu de vie de boas de Madagascar (Acrantophis
madagascariensis).





Vivariums de la serre des chimpanzés
Vivariums de la serre des chimpanzés - septembre 2009



Terrarium pour boas
Terrarium pour boas - septembre 2009
La suite de la visite nous conduit vers le terrariums des pythons royaux (Python
regius), à coté desquels sont présentés des serpents des blé (Elaphe buttata
guttata). Des pythons réticulés (Python reticulatus) sont hébergés dans le ter-
rarium suivant, alors que des varans de Salvatori (Varanus salvatori) ont rejoint
le vivarium qui suit.
Un grand terrarium, aménagé de quelques branchages et de rochers, héberge des
pythons tapis (Morelia spilota variegata et Morelia spilota cheynei).
Un grand bassin, bordé par une plage de sable, et entouré d'une cascade, de
plantes et de branchages, est occupé par des alligators du Mississipi (Alligator
mississipiensis). Le visiteur tombe alors sur un mur percé de divers terrariums
occupés par des lézards. On peut ainsi y observer des scinques à langue bleue
(Tiliqua scincoides), des fouettes queue (Uromastyx acanthinurus), des
geckos léopards (Eublepharius macularius) qui cohabitent avec des basilics
bruns (Basiliscus vittatus), des pythons malais (Python curtus), des hydro-
saures (Hydrosaurus amboinensis) et des pythons verts des arbres (Morelia
viridis
).
On arrive alors vers un vaste terrarium, fait de faux rochers et d'un petit bassin.
Cette installation est le lieu de vie d'anacondas (Eunectes murinus).
On peut encore découvrir un terrarium occupé par des basilics verts (Basiliscus
plumifrons).


Un enclos, au sol en écorces, est le lieu de vie de tortues radiées
(Geochelone radiata) et de tortues léopards (Geochelone
pardalis). S'en suit une dernière rangée de terrariums occupés
par des monstres de Gila (Heloderma horridum), des serpents
rois de Ruthveni (Lampropeltis ruthveni), des serpents ratiers
à queue rouge (Elaphe oxycephala), des boas arc en ciel
(Epicrates cenchria), des iguanes communs (Iguana iguana)
qui cohabitent avec des tortues boites communes (Terrapene
carolina major), puis des boas constricteurs (Boa constrictor).
Le visiteur quitte alors le vivarium pour découvrir une dernière
volière occupée par des tamarins pinchés (Saguinus oedipus).
En ressortant de la serre, le visiteur découvre une autre
volière, densément végétalisée, et présentant des tamarins bi-
colores (Saguinus bicolor). A son côté,  un enclos extérieur
est occupé par des tortues radiées (Geochelone radiata) et
des tortues léopards (Geochelone pardalis).
Terrarium pour petit lézard
Terrarium pour petit lézard - septembre 2009



Flèche

Le visiteur longe alors l'île des chimpanzés pour arriver vers une nouvelle
plaine africaine, de petite taille, occupée par un groupe de dromadaires
(Camelus dromedarius), des watusis (Bos taurus) et d'un zèbre de
plaine (Equus burchelli). La suite de la visite nous amène à contourner
la plaine des dromadaires pour retourner au niveau des iles à singes, de
la roseraie et de la rangée de volières des cercopithèques, que l'on longe
à nouveau jusqu'au niveau du bassin des manchots. A ce niveau, le sen-
tier de visite bifurque sur la droite, pour se diriger vers une autre zone
du parc. La suite de la visite nous conduit sur une passerelle en bois, qui
contourne l'île et la plage en herbe des pélicans blancs (Pelecanus
onocrotalus
) et des ibis sacrés (Threskiornis aethiopica), des tantales
ibis (Mycteria ibis) et des grues couronnées (Balearica pavonina).
A ce niveau, on dispose également d'un point de vue en hauteur sur l'en-
clos des dromadaires. Mitoyen à la plaine des camélidés, une seconde
plaine en herbe est occupée par des ânes sauvages de Somalie (Equus
africanus
somaliscus), un groupe de femelles cobes de Lechwe (Kobus
lechwe)  et des pintades cummunes (Numida meleagris).




Bassin des pélicans
Bassin des pélicans - septembre 2009
Plaine des tapirs
Plaine des tapirs - septembre 2009


Le visiteur redescend alors de la passerelle, pour longer la plage des flamants
roses, déja aperçue au début de la visite, avant de remonter sur une passerelle pour
découvrir une dernière plaine en herbe, agrémentée de quelques arbres et d'un bassin.
Cet enclos, inauguré en 2007, accueille des tapirs terrestres (Tapirus terrestris),
des capybaras (Hydrochaeris hydrochaeris), des maras (Dolichotis patagonum)
et des nandous (Rhea americana).
Le sentier de visite conduit alors le visiteur vers un enclos de hautes herbes,
au sein duquel sont présentées des  grues à cou blanc (Grus vipio) .
En face des grues, deux îles, agrémentées de structures d'escalade en bois,
de cordages et de quelques arbres, sont occupées respectivement par des
varis roux (Varecia rubra) et par des colobes guérézas (Colobus guereza).
C'est ainsi que se termine la visite du zoo de Beauval. Le visiteur est encore
invité à entrer dans la boutique du parc avant de quitter le ZooParc de
Beauval.
Plaine des dromadaires
Plaine des dromadaires - septembre 2009
Plaine des anes de Somalie
Plaine des anes de Somalie - septembre 2009


Mise à jour suite à ma visite de septembre 2013 :

La plaine des dromadaires et des watusis a été totalement
remodelée suite au départ des herbivores dans la zone
haute du parc. Leur enclos a été transformé en une île
herbeuse, formant une petite colline, agrémentée de quel-
ques arbres, de cachettes en rochers et dotée d'un
bâtiment non visible du public.

Cette île présente aujourd'hui un "Bachelor group"
(groupe de mâles) de gorilles (Gorilla gorilla), ce qui
en fait le second  groupe de cette espèce à Beauval.

Par ailleurs, un second enclos a été ajouté à la pampa
sud américaine.
Ile des gorilles
Ile des gorilles - septembre 2013


Enclos des fourmiliers
Enclos des fourmiliers - mai 2016

Mise à jour suite à ma visite de mai 2016


Des oryx beisas (Oryx beisa) ont rejoint la plaine des
cobes (Kobus lechwe) et des anes de Somalie (Equus
asinus).

L'enclos situé à proximité de la boutique, qui hébergeait
avant des grues à cou blanc (Grus vipio) a été totalement
réaménagé, planté de bambous et de nombreux buissons
et est désormais occupé par des fourmiliers
(Myrmecophaga tetradactyla).



 Flèche





En conclusion le ZooParc de Beauval est un grand parc français et
fait partie des plus grands zoos d'Europe. A la base parc ornitholo-
gique, le ZooParc s'est diversifié dans les mammifères, pour présen-
ter, aujourd'hui, de nombreuses espèces  ainsi que des animaux uniques
en France.
Hormis la zone des fauves, les installations du ZooParc offrent aux
animaux des espaces importants ainsi que de nombreux enrichis-
sements.
Une journée complète est nécessaire pour profiter de l'ensemble
du zoo qui, depuis 2009, s'est doté d'un hotel permettant de sé-
journer plusieurs jours sur place.
Tantale ibis
Tantale ibis - septembre 2009


Copyright ©  -  2007-2017  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés