Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe  |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Le Domaine des fauves


Le Domaine des Fauves
Fitilieu 549 RN 75
38490 Les Abrets

Tel : +33 (0)4 76 55 28 88
Fax : +33 (0)4 76 31 03 38

www.domainedesfauves.com


Logo du parc





Corbeau pie
Corbeau pie - aout 2016


Horaires d'ouverture 2016
Tarifs d'entrée 2016
Présentation du parc
Les petits singes, jaguars et carnivores du désert
Les tortues et petits rapaces
Les coatis, aras et margays
Les félins sud américains, les herbivores et les lions
Les suricates, servals et canidés
Les tayras et les tigres
Les loups et les chouettes
Les chats de Geoffroy et les moutons
Les rapaces et les chats asiatiques
Les grands ducs, dingos et singes
Conclusion







Horaires d'ouverture 2016 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Mi février à mars : en semaine : 13h30 à 17h00
                             les weekends : 10h00 à 17h00

Avril, mai; septembre et octobre
                    en semaine : 13h30 à 17h00
                    les weekends : 10h00 à 18h00

Juin : en semaine : 10h00 17h00
         les weekends : 10h00 à 18h00

Juillet et Aout : 10h00 à 19h00

Novembre : 13h30 à 17h00
Coati roux
Coati roux - aout 2016





Tarifs d'entrée 2016 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Petit duc indien
Petit duc indien - aout 2016



Ticket individuel

     Adulte : 12,00 €
     Enfant (4 à 12 ans) : 8,00 €

Pass Annuel
     Adulte : 36,00 €
     Enfant (4 à 12 ans) : 24,00 €

Ticket groupe (à partir de 20 personnes)
     Adulte : 12,00 €
     Enfant (4 à 12 ans) : 8,00 €





Présentation du parc


Le Domaine des Fauves est un parc qui s’étend
sur 3 hectares, à proximité de la ville des Abrets,
proche de Grenoble.

Ce parc doit son nom à sa spécialisation dans le
domaine des carnivores, de grande et de petite
taille. Fondé en 1968, le zoo était à l’origine un
établissement généraliste. Après une première
passe difficile, le parc est repris en 1976 par
Lucien Corporon, qui redonne un élan à ce parc
en accueillant notamment ours et chimpanzés.


Chat du Bengale
Chat du Bengale - aout 2016



Serval
Serval - aout 2016
Après de nouvelles difficultés financières, Marc
Muguet est mis à la gérance du parc en 1996
afin de redonner un coup de jeunesse à cet éta-
blissement en perte de vitesse.
En 1999, M Muguet acquiert l’ensemble du parc
avec son épouse et va consacrer sa vie à la
refonte de cet établissement.

C’est également à cette période que l’axe des
carnivores est privilégié par les nouveaux pro-
priétaires, dans le but de se démarquer des
autres zoos de la région Lyonnaise (Safari de
Peaugres
, zoo de Lyon, Espace zoologique de
Saint Martin la Plaine
ou encore le parc des
oiseaux de Villars les Dombes
).



Au fil des ans, à force de travail et de passion,
aidé par toute son équipe, M Muguet tend à
gommer les anciens enclos en vue d’offrir
davantage d’espace aux pensionnaires et
d’accueillir de nouvelles espèces.
Malgré la faible promotion faite par le zoo, ce
dernier a vu le nombre de visiteurs passer en
quelques années de 30 000 à 70 000.

Cette renaissance témoigne des efforts réalisés
par les propriétaires et l'ensemble des équipes.
Buse chacal
Buse chacal - aout 2016





Visite du parc


Une fois l’entrée franchie, le visiteur peut direc-
tement entrer dans la boutique du parc où divers
ouvrages sur les carnivores sont proposés.
Face à cet édifice, un bâtiment de forme carrée
est devancé par deux volières accolées, dis-
posant d’un sol en herbe et en terre, agrémentées
de rochers, d’arbustes et de diverses cordes.
Ces structures présentent un groupe de saïmiris
(Saimiri sciureus). 

Nous arrivons alors sur une petite aire de pique-
nique sur la droite de laquelle, on peut observer
deux petites volières, intégrées à un mur de
couleur ocre.


Volière des saimiris
Volière des saimiris - aout 2016


Volière des petits ducs indiens
Volière des petits ducs indiens - aout 2016

Ces volières ombragées, sont traversées de
plusieurs branches mortes et accueillent un
couple de petits ducs indiens (Otus
bakkamoena
) pour celle de gauche.
Celle de droite héberge les jeunes de cette
espèce.

La visite se poursuit alors sur la gauche, pour
longer un haut mur percé de baies vitrées,
s’ouvrant sur un vaste en enclos en herbe. Ce
dernier qui composait la fosse des ours a été
totalement refondu en 2015.



Il dispose aujour’hui d’un sol en herbe, d’un
grand bassin et est agrémenté de monticules
rocheux, de grands troncs et de nombreux
arbres. Un couple de jaguars (Panthera onca)
y évolue.

En continuant tout droit, le sentier de visite
traverse un auvent. Sur la gauche de l’allée, se
dresse un bâtiment dont l’intérieur se divise en
deux loges spacieuses, visibles à travers
plusieurs vitres.


Enclos des jaguars
Enclos des jaguars - aout 2016


Enclos des chats des sables
Enclos des chats des sables - aout 2016



Ce complexe forme la zone désertique du parc.
Les deux espaces disposent d’un sol en sable,
de divers rochers et de quelques branches
mortes.
Des chats des sables (Felis margarita) vivent
dans la première salle, tandis que la seconde
présente des fennecs (Vulpes zerda). 

Face à ces petits carnivores, se dresse une
volière de taille moyenne, plantée de massifs
de bambous. Une branche horizontale sert de
perchoirs aux chouettes boobooks (Ninox
novaeseellandiae
) qui y ont présentées. 
Enclos des jaguars
Enclos des jaguars - aout 2016
Enclos des fennecs
Enclos des fennecs - aout 2016





A l’extrémité de la volière des chouettes, nous
allons bifurquer sur la droite, pour longer une
allée au bout de laquelle on peut observer une
petite volière en herbe, ombragée par un grand
buisson. Cet espace est le lieu de vie de tortues
d’Herrmann (Testudo herrmanii) et de tortues
grecques (Testudo graeca).

Au niveau de cette volière, nous bifurquons sur
la droite, pour entrer dans la zone des rapaces. 
Là, sur la gauche, du chemin, on pourra ad-
mirer une volumineuse volière au sol en herbe,
agrémentée d’un bassin, de multiples perchoirs
et de divers arbres.


Volière des tortues
Volière des tortues - aout 2016


Volière des rapaces
Volière des rapaces - aout 2016
Cette structure voit cohabiter de rares vautours
urubus à tête jaune (Cathartes burrovianus)
qui se reproduisent égulièrement au parc, des
vautours urubus à tête rouge (Cathartes aura),
des buses de Harris (Parabuteo unicinctus) et
des tortues à tempes rouges (Trachemys
scripta elegans
).

Le sentier peut alors continuer tout droit ou
tourner une fois de plus sur la droite, de sorte
à découvrir une série de 4 volières mitoyennes,
sur la droite de l’allée. Toutes ces volières sont
agrémentées d’un sol en herbe, d’arbustes, de
massifs de bambous de souches et de branches.



Dans l’ordre de visite, on pourra y observer
des pirolles à bec rouge (Urocissa
erythorhyncha
) dans la première, des petits
ducs des montagnes (Otus kennicottii) –  une
espèce visible dans seulement 13 zoos euro-
péens dont le domaine des fauves -, pour la
seconde.

La troisième volière est le lieu de vie de petits
ducs à face blanche (Otus leucotis), tandis
que la dernière héberge les seuls petits ducs
indiens (Otus bakkamoena) de France.


Allée des petits rapaces
Allée des petits rapaces - aout 2016


Volière des corbeaux
Volière des corbeaux - aout 2016







Face aux rapaces se dresse une longue volière
plantée de nombreux conifères et autres feuillus,
qui est occupée par des corbeaux fluteurs
(Gymnorhina tibicen). 
Détail de volière pour petit rapace
Détail de volière pour petit rapace - aout 2016
Détail de volière pour petit rapace
Détail de volière pour petit rapace - aout 2016





Après un virage à 180°, nous arrivons sur un
sentier qui longe l’enclos des jaguars
(Panthera onca), offrant ainsi d’autres
points de vision sur ce grand espace.
En poursuivant la visite, nous découvrons,
sur la droite de l’allée, une ancienne fosse
qui a été comblée.

Elle dispose désormais d’un sol où l’herbe
alterne avec la terre. Quelues monticules
rocheux et des structures d’escalade en bois
complètent les décors, de ce qui forme l’en-
clos des coatis roux (Nasua nasua).


Enclos des coatis
Enclos des coatis - aout 2016


Volière des panthères noires
Volière des panthères noires - aout 2016

Face à ces petits carnivores sud-américians,
on retrouve la grande volière des vautours. 

La visite se poursuit alors sur un sentier rela-
tivement étroit, de sorte à longer, sur la
droite, un enclos ancien, dont le grillage et le
filet recouvrant l’espace semblent relative-
ment anciens.
Cet enclos dispose d’un sol en herbe, agré-
menté de nombreux arbres. Cet ensemble
est occupé par des panthères noires
(Panthera pardus).



Le visiteur arrive alors au niveau de la frontière
du parc où l’on bifurque sur la gauche de sorte
à longer, sur la droite, deux volières séparées
l’une de l’autre par un bâtiment de nuit non
visible du public.

Chaque volière est enherbée, plantée de bam-
bous et de troncs morts formant des perchoirs.
La première héberge des aras militares (Ara
militaris
), tandis que des aras chloroptères
(Ara chloroptera) évoluent dans la seconde.


Volière des aras
Volière des aras - aout 2016


Volière des margays
Volière des margays - aout 2016




Dans le prolongement des perroquets se
dresse une volière tunnel bien plantée et
agrémentée de structures en bois. Des
margays (Leopardus wiedi) y vivent. Sur
la gauche, un chemin borde cette volière
tunnel pour revenir au niveau des tortues.






Nous allons pour notre part continuer la
découverte du Domaine des fauves tout
droit, pour découvrir un ensemble de 2
volières mitoyennes, de grandes tailles, très
naturelles et entourées de hauts murs percés
de baies vitrées.

La première au sol en herbe est relativement
dégagée et agrémentée de nombreuses stru-
ctures d’escalade en bois et d’un bassin. Elle
accueille des ocelots (Leopardus pardalis).


Enclos des ocelots
Enclos des ocelots - aout 2016


Panneau à destination des "bons" visiteurs
Panneau à destination des "bons" visiteurs - aout 2016





La seconde est pour sa part beaucoup plus
plantée, représentant un sous-bois de forêt
tropicale. On pourra y observer un couple de
jaguarondins (Puma yaguarondin).

L’allée débouche alors sur le snack du parc
rénové récemment. La terrasse complétant
ce point de restauration jouxte une prairie
située au centre du parc, au cœur de laquelle
évoluent des lamas (Lama glama) et des
zébus nains (Bos primigenius domesticus).
Enclos des jaguarondins
Enclos des jaguarondins - aout 2016
Plaine des herbivores
Plaine des herbivores - aout 2016



A ce niveau, nous allons bifurquer sur la droite,
pour découvrir, à proximité du pré des lamas,
une rangée de grandes volières relativement
récentes. Ces dernières, délimitées par un haut
grillage, disposent en façade d’un mur percé de
vitres. La première d’entre elles, agrémentée
de rochers et de buissons, est occupée par des
caracals (Caracal caracal).

La seconde, outre la végétation, est creusée
d’un bassin et garnie de troncs. Elle est consa-
crée à des chats pêcheurs (Prionailurus
viverrinus
).


Enclos des caracals
Enclos des caracals - aout 2016


Enclos des lions
Enclos des lions - aout 2016



Enfin, la dernière volière est légèrement plus
petite et comparable à celle des caracals.

On pourra y observer un groupe de corbeaux
à collier blanc (Corvus collaris), une espèce
qui reste peu courante en captivité.

Le visiteur revient alors sur ses pas, vers l’allée
principale, pour longer, sur la gauche, un enclos
de taille moyenne, en herbe, ombragé par un
arbre. Cet espace, qui devrait prochainement
être agrandi, est le lieu de vie d’un couple de
lions (Panthera leo).
Enclos des caracals
Enclos des caracals - aout 2016
Enclos des chats pêcheurs
Enclos des chats pêcheurs - aout 2016





Le visiteur continue alors son incursion en Afrique,
pour passer devant le bâtiment du roi des animaux
à l’arrière duquel se trouve un petit enclos en sable,
planté de lauriers, agrémenté de rochers et de
troncs.
Cette installation est le lieu de vie d’une colonie de
suricates (Suricatta suricatta).

Face aux mangoustes se dresse une large volière
au sol en herbe, creusée d’un bassin, plantée de
troncs d’arbre morts et de divers arbustes. Cette
volière est aussi consacrée au continent africain
représenté ici par un couple de vautours néo-
phrons moines (Necrosyrtes monachus) et de
très rares buses (Buteo rufofuscus).


Enclos des suricates
Enclos des suricates - aout 2016
Enclos des servals
Enclos des servals - aout 2016


Une porte permet de pénétrer dans cette volière
très naturelle pour approcher au plus près des
oiseaux. Le visiteur quitte alors cette volière
pour tourner sur la gauche et longer un enclos
de taille moyenne, visible au travers de vitres.
Cette dernière, traversée par des branches et
des faux rochers, est ombragée par quelques
arbustes. Un couple de servals (Leptailurus
serval
) y évolue.


Sur la droite de l’allée, s’étend un enclos en
terre, relativement long, planté de noisetiers
et de bambous. Cet enclos installé dans une
des extensions du parc, accueille des loups
de Mackenzie (Canis lupus orientalis).

Face aux loups et dans le prolongement de
la volière des servals, se trouve un autre en-
clos en herbe, planté de grands arbres. Cet
espace, visible à travers plusieurs vitres,
mais aussi depuis un promontoire en hauteur,
est consacré à une meute de lycaons
(Lycaon pictus).


Plaine des lycaons
Plaine des lycaons - aout 2016


Enclos des hyènes
Enclos des hyènes - aout 2016


L’allée de visite bifurque alors sur la gauche,
pour contourner la plaine des lycaons et
découvrir, à l’arrière de celle-ci, un autre en-
clos en herbe, relativement vaste, jouxtant
outre les canidés, l’enclos des lions. Cette
structure est occupée par une hyène tachetée
(Crocuta crocuta).

Sur la droite du sentier de visite, face à ces
carnivores, se dresse une volière de grande
longueur mais de hauteur moyenne.
Cette volière est plantée de massifs ver-
doyants et aménagée de plateformes en
bois et de diverses structures d’escalade.




On pourra y admirer des pumas (Puma
concolor
).

Au bout de cette allée nous débouchons sur
un carrefour. En empruntant le sentier de
gauche, nous retrouvons l’allée des lions et
des chats pêcheurs.

Devançant la volière des corbeaux pies, une
plaine en herbe, légèrement vallonnée, où sont
présentés des wallabies de Bennett
(Macropus rufogriseus).
Plaine des wallabies
Plaine des wallabies - aout 2016


Volière des buses
Volière des buses - aout 2016
Enclos des pumas
Enclos des pumas - aout 2016






Nous allons, pour notre part, poursuivre la
visite sur le sentier de droite et contourner
une petite fosse en terre, plantée de quel-
ques arbres, occupée par des mangoustes
fauves (Cynictis penicillata).

Nous allons alors border la frontière du parc
le long de laquelle se dresse une succession
de différentes volières. La première est plantée
de quelques arbustes et agrémentée de mon-
ticules rocheux. Elle héberge des aigles bleus
du Chili (Geranoaetus melanoleucus).


Enclos des mangoustes
Enclos des mangoustes - aout 2016


Volière des tayras
Volière des tayras - aout 2016



Mitoyen aux rapaces se trouve un complexe
de 2 volières qui peuvent être mises en com-
mun via une trappe. Ces volières recréent un
décor de montagnes sud américaines avec
ses rochers, ses conifères, ses arbustes fleuris
et son réseau de branches en hauteur.
Un couple de tayras (Eira barbara) s'ébat
dans cet enclos.



Enfin, à la suite des volières de tayras, se dresse
une dernière volière en herbe, agrémentée de
plusieurs structures d’escalade en bois. Cette
volière a longtemps été consacrée à des lynx
(Lynx lynx) dont le dernier individu s’est éteint
mi 2016.

Suite à cette mort, la volière va être refondue
pour accueillir une sous espèce de ces félidés.
Sur la gauche, une grande pelouse nous sépare
d’un vaste enclos délimité par de hauts grillages
percés de baies vitrés.


Volière des lynx
Volière des lynx - aout 2016


Enclos des tigres
Enclos des tigres - aout 2016


Ce dernier au sol en herbe est creusé d’un
bassin, agrémenté de nombreux arbres et autres
bambous et dispose de plusieurs amas rocheux
et de structures en bois. Un couple de tigres
blancs (Panthera tigris) y évolue. 

Nous allons revenir vers la volière des lynx, à
l’extrémité de laquelle nous pouvons tourner sur
la droite, en direction de la nouveauté 2016 du
parc.





Le visiteur se retrouve alors devant une grande
porte de bois. Cette dernière délimite un enclos
de contact unique en France puisqu’accompa-
gné d’un soigneur, les visiteurs pourront péné-
trer dans l’enclos des loups arctiques (Canis
lupus arctos
).
Cet enclos dispose d’une grande partie en
herbe, agrémentée de sapins et de rochers,
accessible aux animaux.

Le sentier de visite pavé est pour sa part bor-
dé d’une petite palissade d’un mètre de
hauteur.


Enclos des loups
Enclos des loups - aout 2016


Porte d'entrée de l'enclos des loups
Porte d'entrée de l'enclos des loups - aout 2016



Tout autour du parcours, de nombreux pan-
neaux pédagogiques informent les visiteurs.
La suite de la visite continue alors sur la
gauche de sorte à longer une série de vo-
lières accolées, consacrées aux rapaces no-
cturnes.

Toutes ces volières sont ombragées par de
grands arbres, sont bien plantées et traver-
sées de plusieurs branches. Divers rochers
complètent les décors.
Enclos des loups
Enclos des loups - aout 2016
Complexe des tayras
Complexe des tayras - aout 2016


Dans l’ordre de visite et à raison d’une
espèce, on pourra observer des chouet-
tes leptogrammes (Strix leptogrammica),
des chouettes à lunettes (Pulsatrix
perspicillata
), des chouettes de l’Oural
(Strix uralensis), puis des chouettes
lapones (Strix nebulosa).

Face à cette série se dresse une autre volière
agrémentée de bambous et de pins, consa-
crée à un couple de rares chouettes mas-
quées (Strix rufipes), une espèce qui est
visible dans moins de 5 parcs européens.


Volière typique pour chouettes
Volière typique pour chouettes - aout 2016


Volière des chats des marais
Volière des chats des marais - aout 2016





Perpendiculaire aux chouettes masquées, on
trouve une autre volière, plus volumineuse,
s’étendant sur 2 étages, la partie basse
étant en sable, la partie plus haute en herbe.

Divers rochers et feuillus ont été dispersés
dans cette volière qui présente des chats
des marais (Felis chaus), une espèce peu
courante en captivité.
Volière des chouettes
Volière des chouettes - aout 2016
Volière des chouettes
Volière des chouettes masquées - aout 2016






Le visiteur revient alors sur l’allée centrale,
pour découvrir, sur la droite du sentier, une
volière au sol recouvert d’écorces, garnie
de quelques structures d’escalade en bois.

Cette volière sert de structure de transition
pour l’accueil de nouveaux pensionnaires
ou en vue de préparer à un départ vers un
autre parc. Lors de ma visite, on pouvait
y observer un chat de Geoffroy
(Leopardus geoffroyi).


Volière des chats de Geoffroy
Volière des chats de Geoffroy - aout 2016



Enclos des moutons
Enclos des moutons - aout 2016
Ces volières marquent l’entrée dans la par-
tie du parc consacrée aux petits félidés.
Face à la volière d’isolement et adossée à
la volière des chats des marais, s’étend
une prairie délimitée par une palissade en
bois, pré occupé par un troupeau de
moutons d’Ouessant (Ovis aries
domesticus
).

Sur la droite de l’allée, dans le prolon-
gement de la volière du chat de Geoffroy
se trouve une autre volière de taille
moyenne mais densément plantée rendant
difficile l’observation des oiseaux. Cette
installation est le lieu de vie de chouettes
harfangs des neiges (Nyctea scandiaca).




Jouxtant la volière des chouettes, se dresse
une longue et haute structure vitrée en
façade.
Cette volière relativement récente, légère-
ment vallonnée, agrémentée de cailloux et
de quelques arbres, voit cohabiter des
vautours fauves (Gyps fulvus), des vau-
tours palmistes (Gypohierax angolensis)
et des grands corbeaux (Corvus corax).
Enclos des vautours fauves
Enclos des vautours fauves - aout 2016


Plaine des maras
Plaine des maras - aout 2016



A l’extrémité de cette prairie, un sentier se-
condaire bifurque sur la gauche, de sorte à
longer l’enclos des moutons, avant de re-
trouver une seconde étendue en herbe, au
sein de laquelle évoluent plusieurs maras
(Dolichotis patagonum).






Face aux maras, on pourra encore voir deux
volières en herbe, percées de vitres, agré-
mentées de buissons, rochers  et de per-
choirs en bois.

La première, qui marque l’angle entre l’al-
lée principale et le sentier secondaire hé-
berge des urubus noirs (Coragyps atratus),
tandis que la seconde plus en retrait est oc-
cupée par des martins chasseurs à ailes
bleues (Dacelo novaeguineae).


Volière des martins chasseurs
Volière des martins chasseurs - aout 2016


Allée des volières
Allée des volières - aout 2016




Un angle droit nous amène alors vers le snack
du parc. Sur la gauche de ce sentier, se suc-
cèdent 3 volières relativement anciennes, au
sol en herbe et agrémentées de quelques troncs
et autres rochers. 
Dans l’ordre de visite, on pourra y voir un
caracara huppé (Polyborus plancus), puis un
ocelot (Leopardus pardalis), puis une buse
royale (Buteo regalis).
Volière des urubus
Volière des urubus - aout 2016
Volière des buses
Volière des buses - aout 2016


Nous arrivons alors sur l’aire de restauration,
au centre de laquelle, un massif de bambou
dissimule une petite volière, agrémentée de
plusieurs branches, installation occupée par
des hiboux petits ducs (Otus scops).

Nous revenons alors sur nos pas jusqu’à la
volière des vautours palmistes, pour continuer
la découverte du domaine des fauves. Là, la
visite continue sur la gauche, pour découvrir,
sur la droite de l’allée, dans le prolongement
de la structure des vautours, un complexe de
deux volières de taille moyenne, agrémentées
de branches, de conifères et autres bambous.
Quelques rochers complètent les décors.


Volière des petits ducs
Volière des petits ducs - aout 2016
Complexe des petits chats
Complexe des petits chats - aout 2016



La première installation accueille des chats
rubigineux (Prionailurus rubiginosus), tandis
que la seconde est le lieu de vie de chats du
Bengale (Prionailurus bengalensis), dont un
jeune né en juillet 2016.

Les volières laissent alors place à un grand et
haut mur percé de plusieurs vitres, qui permet-
tent d’admirer un enclos relativement haut,
recouvert d’un filet, au sol en herbe, agré-
menté de nombreux bambous, d’arbres, de
structures d’escalade en bois en hauteur.



Ce complexe héberge un mâle panthère
nébuleuse (Neofelis nebulosa), mais un
couple devrait prochainement rejoindre le
parc.

Les loges intérieures de la panthère sont
également visibles au travers de vitres. Il est
à noter que ces 3 dernières espèces de
félidés sont très peu courantes en France
voire en Europe.
Volière de la panthère longibande
Volière de la panthère longibande - aout 2016


Volière de la panthère longibande
Volière de la panthère longibande - aout 2016
Volière typique pour petits chats
Volière typique pour petits chats - aout 2016







Le sentier débouche sur une petite place bor-
dée sur la gauche par le snack et la volière
de petits ducs, tandis que sur la droite, accolée
à une grange et ombragées par de hauts
arbres, s’allonge une série de 3 volières. Ces
dernières disposent d’un sol en terre et de
quelques troncs plantés.

La première qui est aussi la plus petite, est
occupée par des chevêches des terriers
(Athene noctua).


Complexe des rapaces nocturnes
Complexe des rapaces nocturnes - aout 2016


Volière des grands ducs
Volière des grands ducs - aout 2016


Un groupe de grands ducs africains (Bubo
africanus
) évolue dans la seconde volière
tandis que la dernière est consacrée à des
chouettes du Tengmalm (Aegolius
funereus
).

Face aux hiboux, se dresse une dernière volière,
de petite taille, au sol recouvert d’écorces et
agrémentée de quelques graminées et autres
branches. Cette structure est le lieu de vie
d’amazones à tête jaune (Amazona oratrix).



Nous empruntons alors un sentier bordé de
part et d’autre par deux enclos de taille
moyenne. Celui de gauche est visible au travers
de baie vitrées, dispose d’un sol en herbe et
d’un bassin et est planté de grands arbres. Il
est le lieu de vie d’une meute de dingos
(Canis lupus dingo).

Face aux canidés, on trouve un enclos en
terre et en herbe, consacré à des hyènes
rayées (Hyaena hyaena).


Enclos des dingos
Enclos des dingos - aout 2016


Enclos des otocyons
Enclos des otocyons - aout 2016


Pour découvrir le dernier enclos consacré
aux carnivores. Ce dernier dispose d’un
sol en sable, de plusieurs rochers et de
plantes grasses et présente des otocyons
(Otocyon megalotis).

A l’extrémité de l’enclos des otocyons,
le visiteur bifurque sur la gauche de sorte
à longer une volière relativement ancienne,
au sol recouvert d’écorces, traversée par
des cordes et des branches. Cette stru-
cture est le lieu de vie d’un groupe de
singes capucins (Cebus apella).







Le visiteur retrouve ensuite la volière des
saimiris (Saimiri sciureus) et la boutique
du parc. C’est ainsi que s’achève la
découverte du Domaine des Fauves.
Volière des capucins
Volière des capucins - aout 2016






En conclusion, le Domaine des Fauves est
un parc de taille moyenne, qui offre une
balade agréable à l’ombre de nombreux ar-
bres. Son orientation dans la présentation
des félins, lui a permis d’acquérir une
grande expérience dans la reproduction
de ces carnivores et la collection est im-
pressionnante avec plusieurs espèces très
peu courantes en captivité.


Urubu à tête jaune
Urubu à tête jaune - aout 2016


Panthère nébuleuse
Panthère nébuleuse - aout 2016

En parallèle, le parc possède également
une très belle collection de rapaces no-
cturnes et diurnes. La majorité des en-
clos a fait l’objet d’agrandissement et de
rénovations au cours des dernières années,
offrant ainsi de larges espaces paysagers à
l’ensemble des pensionnaires.

Une visite de l’ordre de 3 heures est à
prévoir pour découvrir les différentes es-
pèces du zoo.


Copyright ©  -  2007-2017  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés