Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe  |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Zoo de La Teste - Zoo du Bassin d'Arcachon


Zoo du Bassin d'Arcachon
Route de Cazaux
Lieu dit La Bécassière
33260 La Teste de Buch
France

Tel : +33 (0)5 56 54 71 44
Fax : +33 (0)5 56 54 14 02

www.zoodubassindarcachon.com



Logo du zoo



Ma visite : 24 mai 2015
Mise en ligne : 15 novembre 2015






Horaires d'ouvertre 2015
Tarifs d'entrée 2015
Historique du zoo
Les anatidés et les saimiris
Les singes sud américains
La plaine sud américaine
La vallée indienne et les hippopotames
Les zèbres , chimpanzés et ours
Les plaines africaines 1/2
Les plaines africaines 2/2
Les fauves 1/2
Les fauves 2/2
Les maras, et autres herbivores
L'ancienne section des fauves
La zone indonésienne
Les hyènes et les makis
Les îles asiatiques
Conclusion

Bernache de Magellan
Bernache de Magellan - mai 2015



Flèche

Horaires d'ouverture (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Hyène tachetée
Hyène tachetée - mai 215

28 mars au 10 avril : 14h00 à 18h30

Mi avril à fin septembre : 10h00 à 19h00

Fin septembre : 14h00 à 18h00

Octobre à mi novembre et mi mars à mi avril : 14h00 à 18h30
uniquement les mercredi et weekend

Les caisses ferment 1h30 avant le zoo



Flèche
 
Tarifs d'entrée 2015
(Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Tarifs individuels
     Adulte : 16,90 €
     Enfant (2 à 12 ans) : 12,90 €

Tarifs groupes (à partir de 15 personnes)
     Adulte : 12,90 €
     Enfant (2 à 12 ans) : 8,90 €

Carte annuelle :
     Adulte : 36,00 €
     Enfant (2 à 12 ans) : 28,00 €

Ours brun
Ours brun - mai 2015



Flèche

Historique du zoo


Chien viverrin
Chien viverrin - mai 2015

Le zoo du Bassin d’Arcachon est considéré

comme le plus grand parc d’Aquitaine.

Longtemps décrié, il a, ces dernières années,
su développer ses installations ainsi que sa
collection notamment grâce à des échanges
avec le zoo de Dvur Kralove en République
Tchèque ou encore suite à son entrée dans
l’EAZA.
Aujourd’hui, ce parc s’étend sur près de 22
hectares et accueille environ 600 animaux
des 5 continents.



Flèche

Présentation du parc


Après avoir franchi l’entrée du zoo faite de hautes
colonnes, et de statues dorées, le visiteur démarre
sa visite sur la droite, pour emprunter un petit pon-
ton dominant le lac des anatidés. Cet étang dispose
en son centre d’une île en terre ombragée par des
conifères.

Cet étang accueille des canards mandarins (Aix
galericula
), des canards carolins (Aix sponsa), des
canards colverts (Anas platyrhynchos), des den-
drocygnes fauves (Dendrocygna bicolor), des den-
drocygnes veufs (Dendrocygna viduata), des den-
drocygnes à ventre noir (Dendrocygna autumnalis),
des sarcelles d’été (Anas querquedula), des berna-
ches de Magellan (Chloephaga picta) et des cygnes
coscorobas (Coscoroba coscoroba).


Bassin des anatidés
Bassin des anatidés - mai 2015
Ile des aras araraunas
Ile des aras araraunas - mai 2015

Sur la droite du ponton qui traverse ce bassin, on
peut également observer une île récente, relati-
vement allongée, ombragée par de grands arbres,
plantée de nombreux troncs morts reliés entre eux
par des branches horizontales.
De la verdure sous forme de gazon, bambous, pal-
miers et joncs complètent les aménagements de
cette île consacrée à des aras araraunas (Ara
ararauna
).


Ces perroquets marquent l’entrée dans la section
sud-américaine du zoo du Bassin d’Arcachon.


Le ponton débouche alors sur un sentier bétonné,
sur la droite duquel se dresse une volière vitrée en
façade. Cette dernière, cubique, dispose d’un sol
recouvert d’écorces, est traversée par de nom-
breuses branches et plantée de quelques palmiers
et autres bambous. Une famille de saimiris à casque
noir (Saimiri boliviensis) y évolue.

La volière de ces petits singes est accolée à un
grand bâtiment que nous allons alors longer. Deux
autres volières ont été érigées en façade de ce der-
nier. Elles sont comparables à celle des singes
écureuils en ce qui concerne les aménagements.


Volière des saimiris
Volière des saimiris - mai 2015


Volière des tamarins
Volière des tamarins - mai 2015



Entre ces deux volières, une porte permet d’entrer
dans la maison des singes. La volière située sur la
droite de l’entrée est occupée par des tamarins
pinchés (Saguinus oedipus).

Celle construite sur la gauche de la porte est le lieu
de vie de capucins à épaules blanches (Cebus
capucinus
).



Flèche


Le visiteur entre alors dans la maison des singes,
une structure relativement basique traversée par le
couloir de visite formant un « T » et sillonnant au
milieu des différentes loges intérieures des primates.
Ces dernières sont visibles à travers de nombreuses
vitres, ne laissant que peu d’endroit de retraits aux
singes.

Elles disposent d’un sol en écorces et sont toutes
agrémentées de structures d’escalade en bois et
en cordes. Sur la gauche, s’étendant sur toute la
largeur du bâtiment se trouve la loge des capucins.


Loge intérieure des petits singes
Loge intérieure des petits singes - mai 2015


Ile des singes hurleurs
Ile des singes hurleurs - mai 2015



Sur la droite, on pourra tout d’abord admirer la
loge intérieure des tamarins. Au fond du bâtiment,
2 loges sont consacrées aux saïmiris. Enfin, face
aux tamarins, on peut encore observer deux der-
nières sections consacrées à une quatrième espèce
de primates sud-américains, le singe hurleur
(Alouatta caraya).

Entre la loge des singes hurleurs et celle des capu-
cins, faisant face à l’entrée de la maison des singes,
se trouve une porte qui nous ramène à l’air libre,
au niveau d’un ponton offrant une vue d’ensemble
sur une île construite début 2015.




Cette dernière est agrémentée de hautes structures
en bois composées de troncs. Au sol poussent des
palmiers et autres yuccas. Cette île constitue l’es-
pace extérieur des singes hurleurs.


Le visiteur traverse alors une seconde fois la maison
des singes pour revenir sur l’allée principale et longer,
sur la gauche, un vaste espace en terre, sur lequel
poussent de sporadiques palmiers. Cet ensemble est
entouré d’un fossé en eau doublé d’un grillage.

Maison des capucins
Maison des capucins - mai 2015



Flèche

L’enclos ainsi formé compose la plaine sud améri-
caine du zoo au cœur de laquelle cohabitent des ta-
pirs terrestres (Tapirus terrestris), des capybaras
(Hydrochaeris hydrochaeris) et des nandous
(Rhea americana).

Plus loin, sur la droite de l’allée, face à la plaine des
tapirs , se dresse une volière dont la façade a été
recouverte de bois. Une baie vitrée perce cette palis-
sade et permet d’observer l’intérieur de cette struc-
ture, densément plantée.

Cette volière au sol en herbe, est agrémentée de
nombreux massifs de bambous, de palmiers et de
quelques plateformes en bois. Un ocelot (Leopardus
pardalis
) y vit.



Enclos des tapirs
Enclos des tapirs - mai 2015
Volière de l'ocelot
Volière de l'ocelot - mai 2015
Le sentier de visite s’enroule alors autour de la plaine
des tapirs. Sur la droite, à angle droit avec la volière
des félins, se trouve le bâtiment de la plaine. Ce der-
nier visible à travers plusieurs vitres se divise en 3
loges bétonnées.

Le visiteur continue sur le sentier parallèle au pré-
cédent avec toujours la plaine des tapirs sur la
gauche et une extension de cette dernière sur la
droite. Un ponton en bois nous amène alors vers
un bâtiment métallique à l’intérieur duquel se pour-
suit la visite. Ce ponton permet également de tra-
verser le couloir faisant la jonction entre les 2 par-
ties de la plaine américaine.


L’entrée dans ce bâtiment nous permet de laisser le
nouveau continent derrière nous pour découvrir la
zone asiatique du parc. Le visiteur se retrouve alors
dans ce bâtiment sur un plancher en bois.

Des bacs à fleurs ont été installés le long des allées,
face à nous et sur la gauche du couloir de visite se
dresse une grande volière au sol recouvert d’écorces,
agrémentée de nombreux pieux et autres structures
d’escalade en bois, composées de rondins. Cette
loge accueille un orang outan de Bornéo (Pongo
pygmaeus pygmaeus
).


Loge des orang outans
Loge des orang outans - mai 2015



Volière des toucans
Volière des toucans - mai 2015
Face aux anthropoïdes, on peut observer une autre
volière intérieure, boisée en façade, agrémentée de
bambous et de troncs qui s’enchevêtrent. Cette vo-
lière est le lieu de vie de toucans toco (Ramphastos
toco
), de paresseux (Choloepus didactylus) et de
tamarins labiés (Saguinus labiatus). Cette volière
consacrée aux espèces amazoniennes, se situe sur
le mur bordant la plaine des tapirs.

Au bout de ce couloir, le visiteur peut encore ob-
server 2 vastes boxes intérieurs, conçus derrière
un muret en béton. Ces boxes disposent tous deux
d’un bassin et d’une zone en écorces. Ils accueil-
lent un rhinocéros indien (Rhinoceros unicornis)
qui devrait être rejoint par une femelle courant
2015.


Loges des rhinocéros
Loges des rhinocéros - mai 2015
Seconde partie de la plaine des tapirs
Seconde partie de la plaine des tapirs - mai 2015



Flèche

Le visiteur ressort alors de la maison des rhino-
céros pour redescendre une passerelle en bois
et revenir au niveau de la terre ferme. Là, la visite
continue tout droit, de sorte à longer la vaste
plaine asiatique du zoo de la Teste.
Cette dernière se compose de 2 parties qui peu-
vent être mises en commun ou au contraire sé-
parées. Chaque section dispose d’un bassin et
est plantée de jeunes arbres.

Ces plaines sont consacrées au rhinocéros indien
(Rhinoceros unicornis) qui y cohabite avec un
troupeau d’antilopes cervicapres (Antilope
cervicapra
), des grues antigone (Grus antigone)
et des oies à tête barrée (Anser indicus).


Plaine asiatique
Plaine asiatique - mai 2015
Future volière des panthères des neiges
Future volière des panthères des neiges - mai 2015




Sur la gauche, derrière une rangée de bambous,
on peut observer d’autres îles que nous retrouve-
rons plus tard lors de notre visite. L’allée de visite
longe puis contourne la plaine asiatique. Au niveau
du virage, sur la gauche, une volière de grande taille
était en construction lors de ma visite.

Cette dernière au sol en herbe, agrémentée de ro-
chers, a été plantée de palmiers, bambous et autres
yuccas et est aujourd’hui occupée par des panthères
des neiges (Uncia uncia).
Plaine asiatique
Plaine asiatique - mai 2015
Plaine asiatique
Plaine asiatique - mai 2015


Une autre passerelle métallique nous conduit sur une
allée suspendue. Nous laissons ainsi la plaine des rhi-
nocéros pour emprunter cette passerelle qui surplombe
deux enclos. Sur la gauche, l’enclos est relativement
vaste, s’organise autour d’une colline où les cailloux
alternent avec l’herbe. Un bassin et de hauts arbres
complètent les décors de cette installation occupée
par des lions africains (Panthera leo).

Sur la droite en revanche, on peut observer les an-
ciens du zoo. Celui situé directement en contrebas
de la passerelle dispose d’un bosquet d’arbre, d’un
sol en terre et d’un bassin de grande taille. Il est
consacré à des hippopotames amphibies
(Hippopotamus amphibius).


Enclos des lions
Enclos des lions - mai 2015


Enclos du buffle
Enclos du buffle - mai 2015
La passerelle longe alors toute la longueur des deux
enclos de ces grandes espèces africaines, pour tour-
ner ensuite sur la droite et redescendre au niveau du
sol. Là on retrouve, sur la droite du sentier, l’enclos
des hippopotames tandis que sur la gauche, on
trouve un enclos en herbe, agrémenté de rochers, et
d’un bassin débordant.
Cette plaine dénudée de toute végétation accueille
un buffle nain (Syncerus caffer nanus).


Le visiteur continue alors sa visite pour découvrir, mi-
toyen à l’enclos des hippopotames, une installation en
herbe, plantée de nombreux pins et creusée d’un bas-
sin. Des rochers complètent les décors. Cet enclos
relativement grand constitue le second enclos des hip-
popotames (Hippopotamus amphibius), que ces
mastodontes partagent avec des potamochères
(Potamochoerus porcus).


Enclos des hippopotames
Enclos des hippopotames - mai 2015
Enclos des potamochères
Enclos des potamochères - mai 2015



Flèche



La visite se poursuit et le visiteur peut observer, sur
la gauche, une prairie ombragé par quelques pins
maritimes, occupée par un troupeau de chèvres
naines (Capra hircus domesticus).

Là, un ponton nous conduit vers une terrasse domi-
nant une plaine en sable, agrémentée d’un bassin
central entouré de verdure. Cette plaine africaine
accueille des autruches (Struthio camelus) et des
zèbres de plaine (Equus burchelli).


Plaine des zèbres
Plaine des zèbres - mai 2015


Ile des chimpanzés
Ile des chimpanzés - mai 2015




Il est à noter que tous ces anciens enclos sont en-
tourés de murs en béton et ont par le passé, héber-
gé des éléphants. Au niveau du point d’observation
de la plaine des zèbres, le sentier bifurque sur la
gauche, pour longer, sur une île en herbe, installé au
cœur d’une clairière de pins. Des structures d’es-
calade en bois relativement hautes ont été éparpillées
dans l’ensemble de cette île entourée de larges fossés
en eau. Cette dernière est le lieu de vie de chim-
panzés (Pan troglodytes).




Plus loin, on pourra encore observer un vaste
enclos qui date des débuts du zoo. Ce dernier
est entouré de hauts grillages, est traversé par
une cascade se jetant dans un large bassin.

Des pins, des troncs et des souches complè-
tent les décors de cette installation au cœur de
laquelle cohabitent des ours noirs (Ursus
americanus
) et des ours bruns (Ursus arctos).
Enclos des ours
Enclos des ours - mai 2015



Flèche

Le visiteur entre alors dans une zone du parc réno-
vée récemment. Sur la droite du sentier, on pourra
observer une succession de petits enclos délimités
par des vitres fixées par des poteaux recouverts de
bois.

Le premier enclos s’organise autour d’un palmier
central et dispose d’un sol en écorces. Il héberge
des mangoustes jaunes (Cynnictis penicillata).

Dans le prolongement des mangoustes, on trouve
la maison de ces petits carnivores, dont l’intérieur
est également visible à travers des vitres. Cette
dernière se divise en 2 loges au sol recouvert de
sciure mais dépourvues d’aménagements.


Enclos des mangoustes fauves
Enclos des mangoustes fauves - mai 2015
Loge des fennecs
Loge des fennecs - mai 2015

La première loge est donc consacrée aux man-
goustes fauves tandis que la seconde est occupée
par des fennecs (Vulpes zerda). Ces canidés aux
grandes oreilles, ont également accès à un enclos
extérieur que l’on découvre par la suite.

Celui-ci est identique à celui des mangoustes en
termes d’aménagement bien que plus grand.

Face aux petits mammifères africains, sur la gauche
de l’allée, s’étend une vaste plaine à l’herbe haute,
parsemée de rochers et creusée d’un bassin.



Cette plaine, consacrée à l’Afrique, accueille un
springbok (Antidorcas marsupialis) et un hippo-
trague noir (Hippotragus niger).

De retour sur la droite, on pourra observer 2 autres
enclos au sol en écorces, plantés de palmiers, sé-
parés l’un de l’autre par la maison abritant les loges
de nuit des animaux. L’enclos situé sur la droite de
la maison est le lieu de vie de suricates (Suricatta
suricatta
) tandis que celui de gauche héberge des
otocyons (Otocyon megalotis).


Plaine des hippotragues
Plaine des hippotragues - mai 2015


Plaine des rhinocéros
Plaine des rhinocéros - mai 2015



Ce dernier enclos est beaucoup plus profond et
plus planté que les précédents. Le sentier con-
tinue de longer la plaine des antilopes qui jouxte
une seconde plaine en terre, plantée de pins,
que nous découvrons ensuite.
Ces deux espaces africains peuvent être mis en
commun. La plaine en terre est le lieu de vie
d’un rhinocéros noir (Diceros bicornis).

L’allée de visite contourne alors l’enclos de ce
mastodonte, que l’on peut observer sur 3 de
ses côtés.
Enclos des suricates
Enclos des fennecs - mai 2015
Enclos des otocyons
Enclos des suricates - mai 2015



Flèche

Sur la droite, dans la largeur de l’en-
clos du rhinocéros noir, on peut observer une
autre plaine en herbe à l’extrémité de laquelle
a été construite début 2015, une île en terre,
agrémentée de pieux et de structures d’esca-
lade.
Cette île devrait accueillir un groupe de co-
lobes guérézas (Colobus guereza).

Le reste de la plaine est pour sa part consacré
à des girafes (Giraffa camelopardalis), des
sitatungas (Tragelaphus spekii) et un oryx al-
gazelle (Oryx dammah).


Ile des colobes
Ile des colobes - mai 2015


Plaine des girafes
Plaine des girafes - mai 2015
Le sentier de visite bifurque alors encore une
fois à 90° pour contourner la plaine des rhi-
nocéros, et longer, sur la droite, le bâtiment
de la plaine.

Ce dernier dont une partie est visible à travers
des vitres, se divise en plusieurs sections et
boxes. Les premiers boxes sont consacrés aux
girafes, la pièce suivante aux rhinocéros, puis
on pourra observer une autre partie consacrée
aux girafes et antilopes.

Ce bâtiment est entouré de plusieurs pré-parcs.
Ceux des rhinocéros sont visibles en contrebas
de la passerelle sur laquelle nous nous trouvons.


Loges intérieures des rhinocéros
Loges intérieures des rhinocéros - mai 2015
Loge des girafes
Loge des girafes - mai 2015


Le visiteur laisse alors la plaine des rhinocéros
noir derrière lui, retrouve la prairie de l’hippo-
trague sur la gauche et découvre, sur la droite,
une vaste plaine en herbe, plantée de quelques
pins recréant une savane clairsemée. Des pier-
res délimitent cet enclos qui constitue la plaine
africaine principale du zoo de La Teste.

Le continent noir est représenté ici par des
girafes (Giraffa camelopardalis), des gnous
bleus (Connochaetes taurinus), des élands
du Cap (Taurotragus oryx) et des damalis-
ques à front blanc (Damaliscus pygargus).


Plaine des girafes
Plaine des girafes - mai 2015


Enclos des tigres
Enclos des tigres - mai 2015





Le visiteur, de retour au niveau de la terre fer-
me, va alors longer cette vaste plaine sur plu-
sieurs dizaines de mètres. Cette plaine, en-
tourée de pierres et de murets en béton, sem-
ble relativement ancienne.

Le visiteur sillonne alors aux côtés de cette
plaine et peut observer, sur la gauche, un en-
clos de forme carré entouré de grilles métal-
liques.





Au centre de cet enclos se dresse une colline
en béton sur laquelle ont été plantées des
colonnes décorées de dragons. Cette mon-
tagne de béton est entourée de bandes en-
herbées et plantées de quelques pins.
Une imposante statue de Bouddha dorée tro-
nant au milieu d’un bassin complète les décors.
Cette installation héberge plusieurs tigres
(Panthera tigris).
Enclos des tigres
Enclos des tigres - mai 2015



Flèche


La visite se poursuit et le visiteur revient dans
l’ancienne zone du parc où les enclos bien que
de taille correcte restent de fabrication
« artisanale ».

Sur la droite, dans le prolongement de la plaine
des girafes, on peut observer un vaste enclos
plat au sol à l’herbe rase. Les décors sont com-
plétés par des rochers, cailloux et des pins.
Cette plaine est le lieu de présentation de gué-
pards (Acinonyx jubatus).


Enclos des guépards
Enclos des guépards - mai 2015


Enclos des lions
Enclos des lions - mai 2015


Le visiteur remonte alors à nouveau sur une
passerelle métallique grillagée, dominant sur la
gauche, l’enclos des lions (Panthera leo) que
nous avions déjà observé plus tôt dans la visite,
tandis que sur la droite, on peut observer un
autre enclos en terre, au centre duquel se
dresse un monticule planté de quelques arbres,
monticule au sommet duquel a été recréé un
temple romain entouré de statues de marbre.
Cette installation est le lieu de vie de lions blancs
(Panthera leo krugeri).


Plus loin, sur la droite de l’allée, se dresse un en-
clos relativement long, qui semble avoir été réno-
vé récemment. Ce dernier dispose d’un sol en
herbe, est agrémenté de 2 bassins reliés entre eux
par un petit canal. Des arbres et des structures
d’escalade en hauteur complètent les aménage-
ments de l’enclos des ratons laveurs (Procyon
lotor
).

La passerelle entoure cette installation pour re-
venir au niveau de la terre ferme. Là, parallèle
à la descente de la passerelle, se trouve un petit
sentier qui nous amène à rebrousser chemin en
direction d’un point d’observation vitré qui
s’ouvre sur un enclos discret, de taille moyenne,
planté de bambous et de bouleaux, recréant une
véritable forêt de feuillus.
Cet enclos est consacré à des lynx (Lynx lynx).



Enclos des ratons laveurs
Enclos des ratons laveurs - mai 2015
Enclos des ours à collier
Enclos des ours à collier - mai 2015





Le visiteur revient alors sur ses pas pour conti-
nuer sa visite le long de l’installation des ratons
laveur, face à laquelle s’étend une grande fosse
enherbée, disposant de quelques arbres en ar-
rière-plan et traversée par de nombreuses stru-
ctures d’escalade en bois situées en hauteur.
Cette fosse naturelle est occupée par des ours
à collier (Ursus thibetanus).
Enclos des lynx
Enclos des lynx - mai 2015
Enclos des ours à collier
Enclos des ours à collier - mai 2015



Flèche

Dans le prolongement de la fosse des ours, on
peut observer une maison construite récemment,
percée de baies vitrées. Cette dernière se divise
en 2 loges intérieures dans lesquelles ont été in-
stallés des agrès en bois.

Une volière extérieure perpendiculaire à la mai-
son également agrémentée de structures en ron-
dins, complète ce complexe au sein duquel coha-
bitent des makis varis roux (Varecia rubra) et
des varis noirs et blancs (Varecia variegata).

Le sentier de visite forme alors un virage à 90°
pour épouser la forme de l’installation des lé-
muriens.


Volière des lémuriens
Volière des lémuriens - mai 2015
Enclos des lions
Enclos des lions - mai 2015


Sur la droite en revanche, on peut voir un enclos
de petite taille, au sol en sable et en herbe, dé-
pourvu de tout aménagement, entouré de grilles
métalliques. Au fond de l’enclos se dresse un
bâtiment en béton recouvert d’une fresque re-
présentant un combat de gladiateur.

Cet enclos ancien, témoin des premières infra-
structures du zoo, est occupé par un autre
groupe de lions (Panthera leo).


La visite se poursuit alors et nous laissons, sur
notre gauche, une île verte que nous retrouverons
plus tard. Après un léger tournant sur la droite,
on découvre, sur la droite, derrière une baie vitrée,
un enclos en sable planté de quelques pins. Des
amas rocheux complètent les aménagements au
milieu desquels évolue une troupe de lions blancs
(Panthera leo krugeri).

Face aux lions, on peut observer un autre en-
clos du même type bien que disposant d’un
sol en herbe. Ce dernier est planté, outre les
pins, de bambous et agrémenté d’un bassin.
Il est occupé par un tigre blanc (Panthera
tigris
).


Enclos du tigre blanc
Enclos du tigre blanc - mai 2015


Enclos des servals
Enclos des servals - mai 2015

Plusieurs espaces vitrés permettent d’admirer
cette infrastructure.

Le sentier de visite fait alors le tour de l’enclos
des lions blancs, masqué par des haies de bam-
bous. Accolé au tigre, se trouve une autre stru-
cture à l’herbe haute, plantée de nombreux pal-
miers et bambous.

Plusieurs monticules forment du relief au cœur de
cet enclos consacré à des servals (Leptailurus
serval
).



Flèche

La visite se poursuit dans l’ancienne partie du zoo
avec, sur la gauche, un enclos entouré d’un muret
en béton surmonté de grilles. Un groupe de maras
(Dolichotis patagonum) y évolue au sein d’un
environnement en sable, disposant pour seuls
aménagements de quelques rochers.

Plus loin, sur la gauche se trouve une île bétonnée
que l’on entrevoit entre deux pins. Le sentier longe
alors un enclos entouré d’un autre muret. Cette
installation en terre, ombragée par plusieurs pins,
est creusée d’un bassin.
Des fils électriques séparent cet enclos en 2 afin
d’offrir un espace propre à chaque hippopotame
nain (Hexaprotodon liberiensis) qui y vit.


Enclos des maras
Enclos des maras - mai 2015
Ile des hamadryas
Ile des hamadryas - mai 2015
L’allée de visite entoure alors l’enclos des hippo-
potames pour retomber devant le fossé en eau
entourant une île faite de béton et de rochers.
Des créneaux semblent représenter un château
fort et ses ruines de pierres. Un groupe de ba-
bouins hamadryas (Papio hamadryas) est hé-
bergé à ce niveau.

La visite continue alors le long de cette île. Sur la
droite de l’allée, débute alors un enclos qui sem-
ble avoir été rénové récemment.
Ce dernier délimité par un muret, dispose d’un
sol en herbe, est traversé par un cours d’eau et
par des structures en hauteur et planté de quel-
ques arbres. Il héberge des porc-épics arbori-
coles (Erethizon dorsatum).


Enclos des hippopotames pygmés
Enclos des hippopotames pygmés - mai 2015
Enclos des porc épics arboricoles
Enclos des porc épics arboricoles - mai 2015


L’allée laisse alors l’île des babouins pour bifur-
quer sur la droite en bordant l’enclos des porc-
épics, ainsi que sur la gauche, un enclos aban-
donné au coeur duquel trônent plusieurs statues
de marbres.

A l’arrière de ce dernier, on retrouve une ins-
tallation typique des anciens du zoo à savoir un
muret entourant une zone enherbée agrémentée
de quelques arbres. Ce dernier est le lieu de
vie de cigognes d’Abdim (Ciconia abdimii),
d’ibis sacrés (Threskiornis aethiopicus) et de
grues demoiselles (Anthropoides virgo).


Enclos des cigognes
Enclos des cigognes - mai 2015


Espace des lycaons
Espace des lycaons - mai 2015

Le visiteur continue alors sa découverte du zoo
de la Teste pour entrer dans la fauverie du parc.

Sur la gauche, se trouve un enclos entouré de
grilles métalliques. Cet enclos en herbe, est agré-
menté de palmiers plantés dans des buses en
béton, de quelques rochers et de troncs cou-
chés. Un bassin dans lequel poussent des ro-
seaux complète les décors de cet enclos typique
des installations des carnivores du zoo de la
Teste.
Ce premier enclos est le lieu de vie de lycaons
(Lycaon pictus).



Flèche

Perpendiculaire aux lycaons se trouve un autre
enclos en herbe, à la surface importante, creusé
d’un bassin et planté de conifères. Les bâtiments
de nuit des animaux situés au fond de l’enclos
sont décorés de couleurs vives.
Cette plaine est consacrée à des hyènes tache-
tées (Crocuta crocuta). Sur la gauche de l’allée,
face aux hyènes se dresse un ensemble de 3 vo-
lières accolées.

Ces dernières totalement faites de grilles métal-
liques sont relativement imposantes. Elles dis-
posent chacune d’un sol en terre, de rochers et
de quelques rares arbustes.


Enclos des hyènes
Enclos des hyènes - mai 2015


Volière des pumas et panthères
Volière des pumas et panthères - mai 2015
Des structures en bois offre des plateformes en
hauteur aux pumas (Puma concolor) et aux pan-
thères des neiges (Panthera uncia) du parc.
Il est à noter que depuis ma visite, les panthères
des neiges ont été transférées dans leur nouvelle
volière à proximité de la plaine asiatique.

Le visiteur contourne alors l’enclos des hyènes
tachetées (Crocuta crocuta) situé sur la droite
de l’allée. Face aux hyènes, perçant une haie
de bambous, se trouve une vitre derrière la-
quelle on reconnait l’enclos des servals
(Leptailurus serval) que l’on découvre ici
sous un autre angle.


La visite continue alors en direction d’un en-
clos construit récemment. Ce dernier, au sol
en sable est délimité par des balustrades en
bois percées de vitres. De nombreux arbres
et des structures d’escalade en bois y ont
été érigés et offrent des possibilités d’es-
calade en hauteur au groupe de coatis
(Nasua nasua) qui s’ébat à ce niveau.

Face aux coatis, un autre enclos fait de grille,
s’organise autour d’un monticule où l’herbe
alterne avec les rochers. Une cascade jaillit
de cette colline pour se jeter dans un bassin
planté de roseaux. Des bambous complètent
les décors de cette installation occupée par
des jaguars (Panthera onca).


Enclos des coatis
Enclos des coatis - mai 2015
Enclos des anes de Somalie
Enclos des anes de Somalie - mai 2015



Le sentier de visite forme alors un coude au-
tour de l’enclos des coatis. Sur la droite, un
enclos en sable de taille moyenne, ombragé
par un pin.

Des allées de rocailles complètent les aména-
gements de cette plaine consacrée à des ânes
sauvages de Somalie (Equus africanus
somalicus
).



Flèche

A l’extrémité de l’enclos des coatis, on découvre
une maison de briques percée de baies vitrées
qui s’ouvrent sur 3 loges intérieures bétonnées et
agrémentées de plateformes. Cette maison de
taille moyenne est doublée d’un enclos extérieur
en herbe, entouré de grilles et de bambous, et
planté de quelques yuccas. Ce complexe est le
lieu de vie de panthères du Sri Lanka (Panthera
pardus kotiya
).

Face aux panthères, un enclos de forme carrée de
taille inférieure aux précédents, est agrémenté de
nombreux rochers et plantés de multiples feuillus.
Ce dernier légèrement en retrait du sentier de
visite accueille des hyènes rayées (Hyaena
hyaena
).


Enclos des panthères
Enclos des panthères - mai 2015
Plaine des nilgauts
Plaine des nilgauts - mai 2015


C’est ainsi que se termine la fauverie du zoo de

la Teste. Le visiteur arrive alors sur une allée
beaucoup plus large, bordée sur la droite, par
une large plaine en sable, ombragée par des pins,
et agrémentée de quelques rochers.

Au centre de l’enclos se trouve une fontaine
décorative en pierre. Une passerelle sur-
élevée entoure cette plaine au sein de laquelle
évoluent des nilgauts (
Boselaphus tragocamelus).


Face à ces herbivores, se dresse un enclos
relativement récent. Ce complexe consacré
au continent asiatique se compose d’une
plaine principale en herbe et en sable, en-
tourée de fossés en eau accessibles aux ani-
maux.
De nombreux arbres y ont été plantés, ainsi
que des pieux reliés entre eux par des cor-
des. Des pré-parcs en herbe complètent ce
complexe.
Enfin, une île a été créée au niveau d’un des
fossés en eau.


Plaine asiatique
Plaine asiatique - mai 2015


Ile des siamangs
Ile des siamangs - mai 2015


Cette ile en herbe est plantée de nombreux
bambous, palmiers et agrémentée de cabanes
en hauteur. Elle est reliée au reste du complexe
par des cordes qui rejoignent les différents
pieux. Cette structure est le lieu de vie d’un
tapir malais (Tapirus indicus), de muntjacs
de Chine (Muntiacus reevesi), de grues
demoiselles (Anthropoides virgo) et de
siamangs (Hylobates syndactylus) qui dis-
posent de l’île isolée et du réseau de cordes
en hauteur.



Flèche



Avant de contourner l’espace asiatique, le vi-
siteur peut encore admirer, sur la droite, ac-
colé à l’installation des nilgauts, un enclos en
sable relativement grand, ombragé par plu-
sieurs pins. Cette plaine est occupée par des
émeus (Dromaius novaehollandiae) et des
wallabies de Bennett (Macropus rufogriseus).

L’allée de visite contourne alors la plaine des
tapirs, pour longer l’île réservée aux siamangs.


Enclos des wallabies
Enclos des wallabies - mai 2015



Enclos des hyènes
Enclos des hyènes - mai 2015
Après plusieurs virages et des espaces fleuris,
le visiteur longe, sur sa gauche, un enclos de
grande taille, au sol en herbe, creusé d’un
grand bassin dans lequel se jette une cascade.
Quelques arbres ombragent cet enclos occupé
par des hyènes tachetées (Crocuta crocuta).

Le visiteur arrive alors sur une place arborée,
sur la droite de laquelle ont été construites
plusieurs îles. La première que nous pouvons
observer, est entièrement en herbe, agrémen-
tée de nombreux massifs de bambous, de
yuccas et de grands troncs morts s’y dressent
et sont reliés entre eux par des cordes.
Cette île est le lieu de vie de siamangs
(Hylobates syndactylus).


Sur la gauche de la place, une porte grillagée
marque l’entrée dans un enclos de contact au
sein duquel se poursuit la visite. Cet espace
de contact est en fait une vaste île en herbe,
légèrement vallonnée, traversée par l’allée des
visiteurs. Des pins, palmiers, yuccas agré-
mentent l’ensemble tandis que des troncs of-
frent diverses possibilités d’escalade au grou-
pe de makis cattas (Lemur catta) présentés
à ce niveau.

Les loges intérieures des animaux sont visibles
à travers des baies vitrées.


Ile des makis cattas
Ile des makis cattas - mai 2015


Enclos des loutres
Enclos des loutres - mai 2015



Nous ressortons alors de l’enclos des makis
cattas, pour découvrir un enclos de petite tail-
le, composé d’une zone en herbe, d’une mon-
tagne de cailloux qui dissimule un bassin avec
vision sous marine. Cet enclos où poussent
quelques érables, est le lieu de vie de loutres
naines (Aonyx cinerea).

Le visiteur revient alors sur l’allée principale et
retrouve l’île des siamangs que l’on longe sur un
sentier parallèle à celui qui bordait la plaine des
rhinocéros asiatiques.
Loge des makis
Loge des makis - mai 2015
Ile des makis
Ile des makis - mai 2015



Flèche


Sur la droite de ce sentier, on peut observer une
autre île en herbe, tendue d’agrès en bois et en
cordes. Cette dernière est également plantée de
quelques massifs de bambous et est occupée par
des gibbons lar (Hylobates lar).

Le sentier débouche alors sur une passerelle
en bois grimpant vers le premier étage d’un
bâtiment. Sur la droite, en contrebas de cette
passerelle a été installé un enclos de taille
moyenne, planté de palmiers et agrémenté de
rondins et d’une cabane en bois. Des petits
pandas (Ailurus fulgens) y évoluent.


Ile des gibbons
Ile des gibbons - mai 2015



Enclos des ara et tatous
Enclos des aras et tatous - mai 2015
Le visiteur entre alors dans le bâtiment accolé à
l’enclos des pandas. Là, sur la gauche, s’étend
un enclos de faible largeur, au sol recouvert
d’écorces. Les seuls aménagements de cette
structure consistent en des troncs plantés. Cette
installation est le lieu de vie de tatous à six ban-
des (Euphractus sexcinctus), une espèce qui
tend à se démocratiser dans les parcs euro-
péens et d'un ara macao (Ara macao).

Face aux animaux sud-américains, on dé-
couvre une large baie vitrée qui s’ouvre
sur un enclos intérieur relativement haut et
vaste. Ce dernier dispose d’un sol en terre
et est tendue de multiples structures d’es-
calade en bois et en cordes.


Enclos des petits pandas
Enclos des petits pandas - mai 2015
Plaine asiatique
Plaine asiatique - mai 2015


Cette loge est consacrée à une femelle
orang outan (Pongo pygmaeus).

Le visiteur quitte alors la maison des orang
outans pour retrouver, sur la gauche, la
plaine des tapirs terrestres, tandis que sur la
droite, en contrebas de la passerelle qui
nous conduit vers la terre ferme, on peut en-
core observer un enclos en herbe, de petite
taille, agrémenté de quelques buissons et
autres plantes grasses.
Cet enclos est occupé par une famille de

chiens viverrins
(Nyctereutes procyonoides).
Loge des orangs outans
Loge des orangs outans - mai 2015


Ile des macaques et orang outans
Ile des macaques et orang outans - mai 2015





De retour sur la terre ferme, l’allée longe un
grand lac au centre duquel ressortent 2 îles
qui peuvent être mises en commun ou sé-
parées. Ces îles sont tendues d’agrès en
bois mais dépourvues de végétation. Elles
accueillent les orangs outans (Pongo
pygmaeus
) du parc qui y cohabitent avec
des macaques ouandérous (Macaca silenus).


Le sentier contourne alors ces îles pour se
retrouver au niveau d’une aire de restau-
ration à l’extrémité de laquelle se trouve
une dernière fosse en béton, agrémentée
de quelques rochers. Cette fosse est con-
sacrée à des porc épics à crète (Hystrix
cristata
).

Le sentier de visite passe alors par la bou-
tique du zoo avant de contourner un pic fait
de faux béton, inspiré de la cascade des
flamants du zoo de La Palmyre, pour en-
suite quitter le parc du bassin d’Arcachon.
Fosse des porcs épics
Fosse des porcs épics - mai 2015



Flèche


En conclusion, le zoo de La Teste est un
parc de grande taille qui est actuellement
en phase de refonte.

Les nouveautés se multiplient ces dernières
années et permettent d’offrir de nouveaux
espaces relativement vaste à des espèces
nouvelles pour le zoo dont certaines sont
peu courantes en France.


Ours à collier
Ours à collier - mai 2015


Rhinocéros noir
Rhinocéros noir - mai 2015


A noter que cette expansion rapide se res-
sent au niveau des populations présentées
et de nombreuses espèces ne sont repré-
sentées que par un seul individu. La partie
ancienne du zoo contraste pour sa part
fortement avec les nouvelles structures
du parc.



Copyright ©  -  2007-2017  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés