Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe  |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Parc Animalier des Pyrénées

Parc Animalier des Pyrénées
60 Bis Avenue des Pyrénées
65400 Ayzac - Ost
France

Tel : +33 (0)5 62 97 91 07
Fax : +33 (0)5 62 97 97 58

www.parc-animalier-pyrenees.com


Logo du parc


Ma visite : 22 mai 2015
Mise en ligne :  04 octobre 2015




Crave à bec rouge
Crave à bec rouge - mai 2015
Horaires d'ouverture 2015
Tarifs d'entrée 2015
Historique du parc
La volière des limicoles
Les flamants et les petits oiseaux
Le musée et les petits carnivores
Les marmottes, lynx et ours
Les rongeurs et la mini ferme
La montagne des caprins et les vautours
Les isards, martres, loups et chouettes
Terre de Guyane "Fleuve Kourou"
Terre de Guyane "Marais de Kaw"
Terre de Guyane "Amazonie"
Conclusion



Flèche

Horaires d'ouverture 2015 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)






Avril à juin et septembre octobre : 9h30 à 18h00
Octobre hors vacances scolaires : 13h00 à 18h00
Juillet et aout : 9h30 à 19h00
Isards
Isards - mai 2015



Flèche

Tarifs d'entrée 2015 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Tournepierre
Tournepierre - mai 2015


Ticket individuel:
     Adulte : 16,00 €
     Enfant (3 à 11 ans) : 11,00 €

Pass'saison:
     Adulte : 31,00 €
     Enfant (3 à 11 ans) : 21,00 €
     Famille : 100,00 €



Flèche

Historique du zoo


Le parc animalier des Pyrénées est situé à proximité
de la ville de Lourdes dans la région dont il porte le
nom.
Ce parc a longtemps été consacré à la faune fran-
çaise et plus spécifiquement aux animaux des mon-
tagnes évoluant dans les Pyrénées.

Lors de son ouverture, en 1999, le parc était connu
sous le nom de la « Colline aux marmottes » et com-
ptait 6 espèces pyrénéennes.
Au fil des années d’autres espèces sont venues gros-
sir les rangs de la collection.


Ours brun
Ours brun - mai 2015


Barge à queue rousse
Barge à queue rousse - mai 2015
En 2008, le parc franchit alors un nouveau pas. En
effet, le parc a l’opportunité d’acquérir un super-
marché qui sera transformé en boutique et entrée.

Puis, en 2014, en serre tropicale. C’est ainsi que
pour ses 15 ans, le parc ouvre un espace consacré
à la faune Guyanaise, département d’outre mer situé
en Amérique du Sud.

A ce jour, le parc compte plus de 650 animaux ap-
partenant à 100 espèces différentes et accueille
près de 130 000 visiteurs par an.




Flèche

Présentation du zoo


Après avoir acquis son titre d’entrée, le visiteur
traverse le hall d’entrée pour franchir un sas et
pénétrer dans une vaste volière de contact « Les
ailes du monde » représentant une zone humide
consacrée en partie aux limicoles. Cette dernière
se compose d’un grand plan d’eau de diverses
profondeurs, entouré de berges en herbe et de
zones plus boisées.

On pourra y admirer des sternes pierregrains
(Sterna hirundo), des avocettes élégantes
(Recurvirostra avocetta), des échasses blan-
ches (Himantopus himantopus), des vanneaux
huppés (Vanellus vanellus), des huitriers pie
(Haemantopus ostralegus), ...


Grande volière des limicoles
Grande volière des limicoles - mai 2015
Grande volière des limicoles
Grande volière des limicoles - mai 2015



... des barges à queue noire (
Limosa limosa)
– une espèce qui n’est visible que dans 2 parcs
européens – des combattants variés
(Philomachus pugnax), des chevaliers gam-
bettes (Tringa totanus), de rares grèbes huppés
(Podiceps cristatus), des grèbes à cou noir
(Podiceps nigricollis), des grèbes castagneux
(Tachybaptus ruficollis), des crabiers chevelus
(Ardeola ralloides), des
aigrettes garzettes
(
Egretta garzetta), des spatules d’Europe
(
Platalea leucorodia), des ibis chauves
(Geronticus eremita), des rolliers à ventre bleu
(Coracias cyanogaster), ...



..., des ibis falcinelles (
Plegadis falcinellus), des
tournepierres à collier (Arenaria interpres), des
courlis cendrés (Numenius arcata), des tourte-
relles des bois (Streptopelia turtur), des pies
bleues à calotte noire (Cyanopica cyana), une
mouette rieuse (Larus ridibundus), des
hérons
garde bœufs (
Bubulcus ibis) ou encore des bi-
horeaux gris (
Nycticorax nycticorax).

La volière est si vaste et les cachettes nombreuses,
que plusieurs passages sont nécessaires pour dé-
couvrir l’ensemble de ses habitants.
Grande volière des limicoles
Grande volière des limicoles - mai 2015



Flèche

Le visiteur quitte alors cette volière pour emprunter
un petit chemin brodant sur la droite, une étendue
herbeuse, creusée de 2 bassins et agrémentée de
quelques joncs. Cet enclos est le lieu d’une coha-
bitation entre des cigognes noires (Ciconia nigra),
des cigognes blanches (Ciconia ciconia), des fla-
mants roses (Phoenicopterus roseus), des eiders à
duvet (Somateria mollissima), des garrots à œil
d’or (Bucephala clangula) et des harles piètes
(Mergellus albellus).

Au bout de l’allée, on pourra observer une autre
volière, de taille moyenne, amenant le sentier de
visite à former un angle droit. Cette volière recréer
une falaise rocheuse et une zone relativement dé-
gagée.


Enclos des flamants
Enclos des flamants - mai 2015

Volière des alouettes.
Volière des alouettes - mai 2015

Elle est traversée par une simulation de ligne haute
tension et est plantée de quelques graminées. On
pourra y voir évoluer des huppes fasciées (Upupa
epops
), des bergeronnettes des ruisseaux
(Montacilla cinerea), des alouettes des champs
(Alauda arvensis), des guêpiers d’Europe (Merops
apiaster
), des monticoles de roche (Monticola
saxatilis
) et des loriots d’Europe (Oriolus oriolus).

Perpendiculaire à la volière des guêpiers se dresse
une autre infrastructure plus petite et plantée d’un
imposant conifère. Cette volière est le lieu de vie
de leiothrix jaunes (Leiothrix lutea).



Bien que d’origine asiatique, il est présenté ici car
des individus captifs ont été relâchés et ont colonisé
le piémont pyrénéen. Le parc sensibilise ainsi les
visiteurs aux risques que peuvent présenter les es-
pèces non indigènes.

Au niveau de la volière des léiothrix, le visiteur tour-
ne alors une seconde fois à 90° pour emprunter une
allée parallèle à la précédente et longer, sur la gauche,
accolée à un mur, une double volière.


Volière des léiotrhix
Volière des léiotrhix - mai 2015


Volière des mésanges
Volière des mésanges - mai 2015

Ces deux structures sont plantées de conifères, de
graminées et de quelques autres jeunes arbres. Dans
la première section, on pourra admirer des bergero-
nnettes grises (Montacilla alba), des mésanges à
longue queue (Aegithalos caudatus), des panures
à moustaches (Panurus biarmicus) et des blongios
nains (Ixobrychus minutus).

La seconde section de cette volière était inoccupée
lors de ma visite. Le sentier tourne alors à 180° pour
entrer dans un bâtiment relativement sombre qui ab-
rite le musée zoologique du parc.




Flèche

Ce dernier s’étend sur 2 étages et présente, dans
des décors scénarisés, des animaux naturalisés. La
première partie de ce musée est consacrée aux mi-
lieux polaires et à l’Amérique du Nord. L’Europe
est à l’honneur dans la seconde section du musée,
ainsi que les animaux des montagnes.

Quelques marches nous conduisent vers une porte
et nous ramènent à l’air libre. Là, face à la sortie
du musée se dresse un enclos en pente, enherbé,
ombragé par de grands arbres et planté de rhodo-
dendrons. Cette installation présente une partie des
mascottes du parc, les marmottes (Marmota
marmota
).


Ambiance dans le musée
Ambiance dans le musée - mai 2015


Enclos des loutres
Enclos des loutres - mai 2015




La visite se poursuit sur la droite, pour arriver sous
un abri où une large vitre s’ouvre sur un bassin. Ce
dernier agrémenté de faux rochers, est doublé d’un
enclos en herbe agrémenté de souches et de rochers.
Cette installation est le lieu de présentation de loutres
d’Europe (Lutra lutra).

Le visiteur ressort de l’abri et remonte une légère
pente pour observer un autre enclos plus petit, en
herbe, organisé autour d’un bassin et d’une cascade.
Ce dernier compose l’installation des mustélidés.
Ambiance dans le musée
Ambiance dans le musée - mai 2015
Enclos des marmotes
Enclos des marmotes - mai 2015


Bassin des loutres
Bassin des loutres - mai 2015
Enclos des loutres
Enclos des loutres - mai 2015



L’ascension continue jusqu’à un promontoire domi-
nant la totalité de l’enclos principal des loutres et du
bassin. A ce niveau, une animation nourrissage est
proposée plusieurs fois par jour.

La visite continue et le visiteur gravit la montagne sur
laquelle le zoo est installé. Dans le prolongement de
l’installation des loutres se trouve un autre enclos dis-
posant d’un bassin remontant sur une plage bétonnée
et agrémentée de multiples rochers. Une colonie de
ragondins (Myocastor coypus) s’y ébat.


Enclos des myocastors
Enclos des myocastors - mai 2015


Enclos des grèbes
Enclos des grèbes - mai 2015





Sur la gauche de l’allée, on retrouve l’enclos des mar-
mottes tandis que sur la droite, au bas d’une falaise
aménagée a été creusé un bassin dans lequel s’ébat
un couple de grèbes à cou noir (Podiceps nigricollis).



Flèche

L’allée continue alors de sorte à traverser un carrefour
pour border un espace sur la droite duquel ont été re-
produites plusieurs maquettes de serpents et d’amphi-
biens. Ces leurres sont extrêmement réalistes et met-
tent le doute aux visiteurs.

Des panneaux présentant les espèces reproduites
jouxtent chaque animal. Le sentier redescend alors
légèrement pour épouser les lignes de la montagne
et longer l’enclos des marmottes.

Après un virage en épingle, on retrouve sur la gauche
de l’allée, une autre prairie plantée d’arbre et agré-
mentée de rochers. Cette prairie est le lieu de vie
d’une autre colonie de marmottes (Marmota
marmota
).


Sentier des serpents
Sentier des serpents - mai 2015
Enclos des renards
Enclos des renards - mai 2015


Au bas de cet enclos, un espace pédagogique per-
met aux visiteurs d’entrer en contact avec ces ron-
geurs.

Mitoyen aux marmottes, s’étend un autre enclos
en herbe, en pente légère, ombragé par des coni-
fères et agrémenté de cavernes en faux rochers.
Cette installation accueille des renards roux
(Vulpes vulpes), une espèce relativement timide.

Au bout de cette allée, un autre virage en épingle
nous permet de gravir encore la montagne et de
longer un enclos de taille moyenne, en forte pen-
te, entouré de hauts grillages percé de points
d’observation vitrés.
Sentier des serpents et amphibiens
Sentier des serpents et amphibiens - mai 2015
Enclos des marmotes
Enclos des marmotes - mai 2015


Des cavernes ont été disséminées dans cet envi-
ronnement planté de nombreux arbres. Cet en-
clos est consacré à des lynx (Lynx lynx).

Face à l’enclos des lynx, on peut encore obser-
ver un petit cabanon grillagé en façade, servant
de terrier aux renards.

Le visiteur arrive alors sur un sentier parallèle au
précédent. Sur la droite, se trouve la montagne
verdoyante que nous gravissons, tandis que sur
la gauche du chemin a été construite une grande
volière de largeur moyenne mais longue et haute.


Enclos des lynx
Enclos des lynx - mai 2015


Volière des corbeaux
Volière des corbeaux - mai 2015


Cette volière est traversée par de nombreuses
branches et autres troncs offrant diverses pos-
sibilités de perchoirs aux grands corbeaux
(Corvus corax) qui y volent.

A la suite de ces oiseaux, le visiteur retrouve la
partie haute de la seconde prairie des marmottes
(Marmota marmota).

Enfin, au bout de l’allée, le sentier de visite redes-
cend légèrement de sorte à contourner un vaste
enclos naturel au sol en terre et en herbe, jonché
de rochers, de troncs et planté de conifères.





Au bas de l’enclos, une cascade se jette dans un
bassin servant également de fossé entre les ani-
maux et les visiteurs. Cette installation est le lieu
de vie d’ours bruns (Ursus arctos).

Des animations de nourrissage ont lieu à ce niveau
et sont proposées aux visiteurs plusieurs fois par
jour.
Enclos des ours bruns
Enclos des ours bruns - mai 2015



Flèche

La visite continue alors et le visiteur se retrouve
sur une petite place bordée sur la gauche par une
volière en forme de « L ». Cette dernière en-
gazonnée, est agrémentée d’arbustes, de quel-
ques rochers et de branches. Elle est consacrée
à des écureuils roux (Sciurus vulgaris).

Ces rongeurs disposent également d’une fosse 
enherbée, agrémentée de souches, où s’enche-
vêtrent les branches et jouxtant la volière.

Sur la droite de la place on pourra observer une
seconde fosse, délimitée par un petit muret. Cet
enclos de taille moyenne, est légèrement vallonné
et agrémenté de quelques rochers. Une colonie
de spermophiles d’Europe (Spermophilus citellus)
ou sousliks y évolue.



Volière des écureuils
Volière des écureuils - mai 2015
Enclos des coatis
Enclos des coatis - mai 2015



Un « hotel à insectes » complète encore cette place.
Le sentier se rétrécie alors et longe, sur la drotie, le
premier enclos consacré à la faune guyanaise. Ce
dernier en légère pente dispose d’un sol en herbe,
est agrémenté de nombreuses branches, troncs et
autres souches offrant des possibilités d’escalade
en hauteur.

Plusieurs buissons apportent un coté très naturel à
cet enclos occupé par des coatis bruns (Nasua
nasua
).
Enclos des spermophiles
Enclos des spermophiles - mai 2015
Fosse des écureuils
Fosse des écureuils - mai 2015



Le visiteur débouche alors sur une grande terrasse
où des tables de pic-nic ont été disposées. Sur la
droite de la terrasse, se dresse une volière agré-
mentée de quelques branches, au sol en sable.
Une colonie de conures soleils (Aratinga
solstitialis
) y cohabite avec un
youyou du Sénégal
(
Poicephalus senegalus).

Sur la gauche de la terrasse en revanche se trouve
un auvent abritant des tableaux pédagogiques. Des
animations ludiques de type « traces d’animaux » ;
« squelettes d’animaux » y sont proposées aux
groupes scolaires.


Enclos des conures soleils
Enclos des conures soleils - mai 2015


Aire pédagogique
Aire pédagogique - mai 2015
Enfin, bordant également l’aire de restauration, on
peut encore un dernier enclos de contact, en herbe,
parsemé de rares arbres et d’arbustes. Cette instal-
lation est le lieu de présentation de chèvres naines
(Capra hircus domesticus) et offre aux enfants la
possibilité d’entrer au contact des animaux.

Le visiteur quitte alors la mini ferme et l’aire de re-
stauration du parc animalier des Pyrénées, pour ar-
river au niveau d’une séparation du sentier. Deux
options s’offrant alors à nous. Le visiteur peut soit
bifurquer sur la droite pour emprunter le « petit
parcours » soit tourner sur la gauche en direction
du « grand parcours ».



Flèche

Nous allons opter pour cette seconde option, fran-
chir une porte grillagée et emprunter une allée sil-
lonnant jusqu’au sommet de la montagne. Cette
montagne a été entourée d’un grillage formant une
vaste prairie naturelle avec ses rochers, ses forêts,
bosquets et zones enherbées. Cet espace de semi-
liberté transmet une sensation de liberté.

Au détour d’un virage et avec un peu de chance, le
visiteur pourra admirer les différents habitants de
cet enclos à savoir : daim (Dama dama), mouflon
à manchette (Ammotragus lervia), cerf sika
(Cervus nippon), mouflon d’Europe (Ovis
musimon
),  isard (Rupicapra pyrenaica), chèvre
de Crète (Capra aegagrus), bouquetin des Alpes
(Capra ibex) et bouquetin des Pyrénées (
Capra
pyrenaica
).



Enclos des caprinidés
Enclos des caprinidés - mai 2015
Volière des gypaètes
Volière des gypaètes - mai 2015


Au sommet de la montagne, le visiteur dispose de
plusieurs terrasses permettant de dominer l’en-
semble du parc, mais aussi d’avoir une vue pano-
ramique sur la chaine des Pyrénées.
Le visiteur redescend alors de la montagne en res-
tant dans la vaste prairie des caprinés.

Au bas de ce parc, le sentier de visite rejoint une
vaste volière, dans laquelle il est invité à entrer.
Cette structure « l’univers du casseur d’os », est
en pente et recréer une falaise rocheuse. On pour-
ra y observer une cohabitation entre des gypaètes
barbus (Gypaetus barbatus) et des craves à bec
rouge (Pyrrhocorax pyrrhocorax).
Ambiance dans la montagne des caprins
Ambiance dans la montagne des caprins - mai 2015


Ambiance dans la montagne des caprins
Ambiance dans la montagne des caprins - mai 2015
Ambiance dans la montagne des caprins
Ambiance dans la montagne des caprins - mai 2015
Ambiance dans la montagne des caprins
Ambiance dans la montagne des caprins - mai 2015


Le sentier est protégé par un auvent sur le plafond
duquel ont été reproduites grandeur nature, les sil-
houettes de plusieurs rapaces en vol. Le visiteur
quitte alors la volière des rapaces pour continuer sa
descente et arriver au niveau d’un carrefour où nous
allons bifurquer sur la droite, pour pénétrer au sein
d’un enclos de contact inauguré en 2014.

Ce dernier se compose d’une petite pente rocheuse,
est agrémenté de souches, de conifères et de quel-
ques arbustes. Il héberge des vautours fauves (Gyps
fulvus
) et des vautours moines (Aegypius monachus),
venus d’un centre de sauvegarde.

En effet, ces oiseaux sont incapables de voler suite à
des accidents.


Enclos des vautours
Enclos des vautours - mai 2015
Volière des faucons
Volière des faucons - mai 2015


Le visiteur traverse le territoire des vautours pour dé-
couvrir une autre volière, relativement grande, au sol
recouvert de galets et plantée de rares arbres. Cette
volière est le lieu de vie de percnoptères (Neophron
percnopterus
) et de faucons crécerellette (Falco
naumanni
).

A coté de la volière on retrouve la patte d’oie qui nous
permettait d’opter pour le « grand parcours » ou le
« petit parcours ».



Flèche

Le visiteur revient alors sur ses pas comme s’il avait
emprunté le petit parcours, jusqu’au niveau de la val-
lée des vautours. Là, l’allée continue tout droit et lon-
ge, sur la droite, une série de volières en bois.
La première de cette rangée, est traversée par des
troncs, dispose d’un sol en herbe et est agrémentée de
rochers. Des souches creuses complètent les décors et
offrent des possibilités aux martres à gorge jaune
(Martes martes) évoluant ici.

La visite continue alors pour découvrir deux autres
volières situées sur la droite de l’allée. Ces dernières
sont installées à l’ombre de grands arbres, disposent
d’un sol en herbe, et sont traversées par des bran-
ches. Elles accueillent respectivement des harfangs
des neiges (Nyctea scandiaca) pour la première et
des hiboux grands ducs (Bubo bubo) pour la seconde.




Volière des martres
Volière des martres - mai 2015

Enclos des isards
Enclos des isards - mai 2015
Sur la gauche, se trouve le flanc de la montagne. Dans
le prolongement de la prairie des bouquetins, on trouve
un autre enclos de semi liberté, plus abrupte. Ce der-
nier, que le sentier de visite traverse sur plusieurs mè-
tres, est le lieu de vie d’isards (Rupicapra pyrenaica)
et de chevreuils (Capreolus capreolus).

Le visiteur traverse alors le territoire des cervidés et
peut observer, sur la droite, une vitre qui s’ouvre sur
l’enclos des lynx que nous avons déjà pu observer
plus tôt dans la visite.

Avant de franchir la porte de la prairie des chevreuils,
le visiteur découvre une vitre sur la gauche, qui s’ouvre
sur un vaste enclos forestier au sol en herbe, relati-
vement pentu et traversé par un ruisseau. Cet espace
est le lieu de vie d’une meute de loups (Canis lupus).


Volière des chouettes
Volière des chouettes - mai 2015
Enclos des loups
Enclos des loups - mai 2015


Le sentier de visite ressort alors de la pâture des isards
pour longer l’enclos des loups dominé par plusieurs
points de vision. A l’extrémité de l’enclos des loups,
en retrait par rapport à la zone visitable, se dresse un
chalet en bois fait de rondin doté d’une terrasse avec
vision panoramique sur l’enclos des loups.
Cette maison « La cabane du trappeur » constitue
l’offre d’hébergement proposée par le parc animalier
des Pyrénées.

Le visiteur emprunte alors un sentier de montagne, de
sorte à redescendre vers la partie basse du zoo. Le
long de ce sentier, on pourra observer divers types de
nichoirs, des reproductions fidèles de champignons
rencontrés dans les Pyrénées, ou encore les formes des
feuilles de différentes essences d’arbres.


Cabane du trapeur
Cabane du trapeur - mai 2015
Allée pédagogique sur les essences
Allée pédagogique sur les essences - mai 2015





Au bas de ces sentiers entourés d’éléments péda-
gogiques, le visiteur revient au niveau du premier
étage du musée, pour entrer sous les combles de
ce dernier et y admirer une collection d’animaux
africains naturalisés.

Là encore la part belle est faite aux décors. Le visiteur
ressort alors du musée pour se retrouver à proximité
de la grande volière des limicoles.
Musée consacré à l'Afrique
Musée consacré à l'Afrique - mai 2015
Allée des champignons
Allée des champignons - mai 2015



Flèche

Là, accolée à cette dernière, se dresse une autre volière
de grande taille dans laquelle nous allons pénétrer et qui
marque l’entrée de la nouveauté 2014 « Guyane : Terre
des couleurs ». Cette biozone se divise en 4 grandes
parties. Nous allons découvrir la première d’entre elle est
consacrée au fleuve « Kourou ».

Au cœur de cette grande volière, nous allons découvrir,
sur la droite, un grand bassin vitré en façade. Ce dernier
s’ouvre sur une plage en herber, parsemée de rochers et
de quelques troncs. Des palmiers et une cascade com-
plètent les aménagements qui accueillent un groupe de
loutres géantes (Pretonura brasiliensis) mâles, arrivées
du
Bioparc de Doué la Fontaine.


Enclos des loutres géantes
Enclos des loutres géantes - mai 2015



Volière des tangaras
Volière des tangaras - mai 2015
Le visiteur entre alors dans la serre tropicale, ancien
supermarché aujourd’hui transformé, et se retrouve
dans une pièce dépourvue de lumière naturelle. Sur
la gauche de cette pièce, derrière une vitre, se trouve
un espace de taille moyenne, planté de bambous et
autres palmiers consacré à plusieurs espèces d’oi-
seaux hauts en couleurs, appartenant à la famille des
tangaras.

On pourra y admirer des guit-guit saï (Cyanerpes
cyaneus
), des dacnis bleus (Dacnis cayana), des
callistes à nuque bleue (Chlorophonia cyanea) –
une espèce unique en Europe – des
callistes à tête
noire (
Tangara cyanoptera) – également unique
en Europe – et des tersines hirondelles (Tersina
viridis
).


Guit guit
Guit guit - mai 2015
Tersine hirondelle
Tersine hirondelle - mai 2015


Calliste à tête noire
Calliste à tête noire - mai 2015
Calliste à nuque bleue
Calliste à nuque bleue - mai 2015




Le visiteur traverse alors le sas des tangaras, pour

se retrouver dans la seconde section de la zone
guyanaise « Les Falaises d’Argile ».
Cet espace se compose d’une petite volière com-
parable à celle des tangaras, localisée sur la gauche
de l’allée. Cette dernière est néanmoins bien plantée
et traversée par des lianes et des branches.
Elle est consacrée à une famille de ouistitis pygmés
(
Callithrix pygmaea).


Loge des ouistitis pygmés
Loge des ouistitis pygmés - mai 2015


Zone des toucans
Zone des toucans - mai 2015

Sur la droite, en revanche, séparé du couloir de visite
par une palissade en bois et un fossé en eau, se dres-
se une vaste volière intérieure agrémentée de quel-
ques plantes vertes relativement basses et de nom-
breux troncs et branches.

Des palmiers poussent également à l’arrière plan. Cet
espace était occupé par des aras chloroptères (Ara
chloroptera
) qui ne sont aujourd’hui plus présentés
et ont été remplacés par des ouistitis à pinceaux blancs
(Callithrix jacchus) et des toucans à bec rouge
(Ramphastos tucanus).



Flèche

Le visiteur franchit alors une autre porte pour plonger
dans la troisième section guyanaise « le marais de
Kaw ». Là encore, on pourra observer sur la droite
du couloir une vaste volière ouverte, séparée du
couloir par un bassin.

Cette volière plus volumineuse que la précédente, est
également plus végétalisée et traversée par de nom-
breuses lianes. Des fougères, des palmiers et des cas-
cades recréent un véritable environnement tropical.
Dans cette section, on pourra voir cohabiter des
tamarins à mains rousses (Saguinus midas), des hé-
rons striés (Butorides striata), des troupials à dos
orange (Icterus croconotus), des jacanas noirs
(Jacana jacana), des troupials à tête rouge
(Amblyramphus holosericeus), ...


Zone des tamarins à mains rousses
Zone des tamarins à mains rousses - mai 2015
Volières latérales
Volières latérales - mai 2015



..., des paroares huppés (
Paroaria coronata), des
tangaras évêques (Thraupis episcopus), des piran-
gas vermillons (Piranga rubra) – unique en Europe
– et, bien qu’originaire de notre continent, des

oedicnèmes criards (
Burhinus oedicnemus).

Face à cette vaste serre se dresse une succession
de 3 petites volières situées sur la gauche de l’allée.
Ces volières sont recouvertes de cannes de bam-
bous. De petite taille, elles disposent d’un sol en
sable et sont agrémentée de quelques branches et
autres plantes vertes.






La première est le lieu de vie de tamarins empereurs
(Saguinus imperator), la seconde est occupée par
des araçaris verts (Pteroglossus viridis), tandis que
la dernière est consacrée à des mot-mots houtoucs
(Momotus momota).
Volière des araçaris
Volière des araçaris - mai 2015


Volière des tamarins empereurs
Volière des tamarins empereurs - mai 2015
Ambiance de la section des tamarins
Ambiance de la section des tamarins - mai 2015



Flèche

Le visiteur quitte alors le lac pour entrer dans la
dernière section de la serre, « L’Amazonie ». Là
encore, on peut observer, sur la droite, un vaste
espace en terre densément planté et agrémenté
de nombreuses structures en bois.

Un bassin complètent cette forêt tropicale au cœur
de laquelle on pourra admirer des tamarins lion à
tête dorée (Leontopithecus chrysomelas), des
savacous huppés (Cochlearius cochlearius), des
ibis rouges (Eudocimus ruber) des spatules roses
(Platalea ajaja), des geais verts (Cyanocorax
ynca
), des guiras cantaras (Guira guira) et des
agamis trompettes (Psophia crepitans).


Section des tamarins lions à tête dorée
Section des tamarins lions à tête dorée - mai 2015


Volière des toucans tocos
Volière des toucans tocos - mai 2015



Face aux petits singes, on pourra observer une
dernière volière de grande taille, au sol en terre,
plantée de palmers et traversée par des troncs
verticaux et horizontaux.

Cette dernière est le lieu d’une cohabitation entre
des toucans tocos (Ramphastos toco) et des
geais acahés (Cyanocorax chrysops).

Le visiteur ressort alors de l’écosystème ama-
zonien, pour se retrouver dans une salle péda-
gogique puis déboucher sur la boutique du parc
qui clos la visite du zoo.
Ambiance dans la section amazonie
Ambiance dans la section amazonie - mai 2015
Stand pédagogique
Stand pédagogique - mai 2015



Flèche


En conclusion le parc animalier est un petit parc
qui permet de découvrir la faune des montagnes
européennes.
Les enclos sont tous très naturels et pour la plu-
part de bonne facture. Une mention spécial pour
la découverte du parc des isards, offrant non
seulement une superbe vue sur les animaux mais
également sur les paysages alentours et la chaine
des Pyrénées.

Le parc a connu un nouvel essor avec l’ouverture
de la zone Guyane, présentant essentiellement des
oiseaux dont certaines espèces très peu courantes
voir unique en Europe. Une visite de 3 heures est
recommandée pour parcourir ce parc aux reliefs
importants.
Alouette des champs
Alouette des champs - mai 2015


Copyright ©  -  2007-2018  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés