Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe  |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Planète Sauvage


Planète Sauvage
La Chevalerie
44710 Port Saint Père
France

Tel : +33 (0)2 40 04 82 82
Fax : +33 (0)2 40 04 87 43

www.planetesauvage.com
Logo Planète Sauvage



Ma visite : 23 septembre 2013
Mise en ligne : 03 décembre 2013





Dauphin
Dauphin - septembre 2013

Horaires d'ouverture 2013
Tarifs d'entrée 2013
Historique du parc
Le safari africain
Les fauves et les zèbres
La mini ferme et la plaine asiatique
Les éléphants, loups, l'Amérique et l'Australie
Le village de brousse
L'ile des lémuriens
La Citée Marine
Les flamants, les singes et les aras
Conclusion



Flèche

Horaires d'ouverture 2013 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)






Mars; octobre et novembre : 10h00 à 18h00
Avril à mi juillet : 10h00 à 19h00
Juillet et Aout : 10h00 à 19h30
Septembre : 10h00 à 19h00
Rhinocéros
Rhinocéros - septembre 2013



Flèche

Tarifs d'entrée 2013 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Bison d'Amérique
Bison d'Amérique - septembre 2013

Tarif individuel :

     Adulte :                    24,90 €
     Enfant (3 à 12 ans) : 19,90 €

Raid 4x4 :
     Adulte :                    9,50 €
     Enfant (3 à 12 ans) : 6,50 €

Pass' Annuel :
     Adulte :                    49,80 €
     Enfant (3 à 12 ans) : 39,80 €



Flèche

Historique du zoo








Le parc de Planète Sauvage est un safari dont la majeure
partie de la visite n’est accessible qu’aux voitures.
Initialement créé par M Laurent, le parc a été racheté par
la Compagnie des Alpes dans les années 2008. Le parc
se divise en plusieurs zones à savoir Africaine, Fauves,
Asiatique, Européenne et Australienne.
Girafe du Cap
Girafe du Cap - septembre 2013



Flèche

Présentation du zoo


Après avoir acquis son ticket d’entrée, le visiteur con-
duit son véhicule jusqu’au parking du zoo qu'il traverse
toujours à bord du véhicule pour se diriger vers la pre-
mière plaine du safari.

La première plaine est délimitée par un fossé sec et une
barrière rocheuse, empêchant les voitures d’entrer en
contact direct avec les animaux. Des rhinocéros blancs
(Ceratotherium simum simum) y cohabitent avec des
autruches (Struthio camelus).


Plaine des rhinocéros
Plaine des rhinocéros - septembre 2013


Plaine des oryx et girafes
Plaine des oryx et girafes - septembre 2013


Après avoir contourné la plaine des mastodontes, le
visiteur franchit un passage canadien, pour se retrouver
dans une vaste plaine en herbe, dénudée de tout arbre,
bien qu’une haie de buissons casse la monotonie du lieu.
Cette plaine est consacrée à un important troupeau de
bœufs watusis (Bos taurus), à un grand groupe de
damalisques à front blanc (Damaliscus pygargus), à
quelques oryx algazelles (Oryx dammah), à des élands
du Cap (Taurotragus oryx) et à des girafes du Cap
(Giraffa camelopardalis giraffa), seuls représentants
de leur sous espèce en France.




Après avoir sillonné au cœur de la plaine enherbée des
girafes, le visiteur se dirige vers la savane où l’herbe est
haute et dont une partie représente une forêt.  Cette
savane arborée est consacrée à des addax (Addax
nasomaculatus
), à des impalas (Aepyceros melampus),
à des springboks (Antidorcas marsupialis) dont un in-
dividu noir, à des hippotragues noirs (Hipportagus
niger
), à des cobes à ellipses (Kobus ellipsiprymnus)
et à des cobes de Lechwe (Kobus lechwe).
Plaine des addax
Plaine des addax - septembre 2013


Plaine des addax
Plaine des addax - septembre 2013
Plaine des rhinocéros
Plaine des rhinocéros  - septembre 2013



Flèche



A la sortie de la plaine des cobes, un portail marque
l’entrée dans la seconde grande zone du parc, le
complexe des fauves. Après avoir franchi les 2 por-
tails permettant d’entrer dans ce secteur, le visiteur
se trouve au cœur d’un enclos boisé, légèrement val-
lonné, agrémenté de quelques buissons et de rochers.
Cet enclos relativement long, est le lieu de vie de
guépards (Acinonyx jubatus).


Enclos des guépards
Enclos des guépards - septembre 2013


Parc des tigres
Parc des tigres - septembre 2013



En sortant de l’enclos des guépards, le visiteur se re-
trouve dans un sas formé de deux portails. L’instal-
lation suivante est une vaste prairie dont la monotonie
est rompue par quelques bosquets et par un grand
bassin naturel. Cette installation est le lieu de vie de
tigres (Panthera tigris). La route sillonne l’enclos
des félins, avant de franchir un autre sas et de re-
trouver une autre prairie agrémentée d’un wagon,
d’un camp de chercheurs, clin d'oeil à la légende des
lions mangeurs d'homme de Tsavo. Décors complétés
par des rochers et de hautes herbes. Cet enclos
héberge une troupe de plus d’une dizaine de lions
(Panthera leo).
Plaine des lions
Plaine des lions - septembre 2013
Etang des tigres
Etang des tigres - septembre 2013



Après avoir traversé l’enclos des fauves, le visiteur
entre dans le dernier enclos de la zone des carnivores.
Ce dernier enclos s’organise autour d’un monticule
de faux rochers. Entièrement enherbé, il est agré-
menté d’un petit bassin. Des fils électriques divisent
cet enclos en 2, ce qui permet d’y présenter en
cohabitation des ours noirs (Ursus americanus) et
des cabiais (Hydrochaeris hydrochaeris). Il est à
noter que des mouflons de Californie (Ovis
canadensis
) étaient également hébergés dans cet
enclos mais cette présentation a été stoppée suite
à des problèmes de cohabitation.


Enclos des ours baribals
Enclos des ours baribals - septembre 2013



Plaine des zèbres et des koudous
Plaine des zèbres et des koudous - septembre 2013

Après avoir traversé un dernier sas, le visiteur quitte la
zone des carnivores, pour revenir dans une plaine
africaine en herbe, creusée d’un bassin et au centre de
laquelle pousse une haie de feuillus. Cette plaine est le
lieu d’une cohabitation entre des grands koudous
(Tragelaphus strepsiceros), des cobes de Lechwe
(Kobus lechwe), des gnous bleus (Connochaetes
taurinus
) et des zèbres de Chapmann (Equus quagga
chapmanni
).

Avant de ressortir de la plaine des zèbres, le visiteur
peut observer, installé sur la frontière de cette dernière,
un campement fait de plusieurs tentes. Le « Bivouac »
propose aux visiteurs de passer une nuit au milieu des
zèbres et antilopes, en compagnie d’un guide et ainsi
de découvrir le parc la nuit.

      

Le bivouac
Le bivouac - septembre 2013



Flèche



Une fois sortie de la plaine des zèbres, le safari est in-
terrompu par une étape à pied. Après avoir laissé sa
voiture sur le parking, le visiteur peut observer sur la
gauche, un grand étang dont les berges abruptes et
sèches accueillent des moutons (Ovis aries
domesticus
). A l’extrémité de cet enclos, une volière
a été construite et accueille des dindons bronzés
d’Amérique (Meleagris gallopavo). Sur la droite du
parking se trouve la mini ferme du zoo, une boutique
et un point de restauration rapide.


Entrée dans la mini ferme
Entrée dans la mini ferme - septembre 2013


Enclos de contact des moutons
Enclos de contact des moutons - septembre 2013


La mini-ferme se compose d’un enclos de contact en
terre et en herbe, délimité par des clôtures faites de
palettes et autres matériaux de récupération. Des
moutons du Cameroun (Ovis aries domesticus) et
des chèvres naines (Capra hircus domesticus) y
sont présentés. Au fond de cet enclos de contact se
trouve un petit bassin sur lequel évoluent des cygnes
blancs (Cygnus olor).

Enfin, bordant la mini ferme, une prairie est occupée
par des poneys domestiques (Equus caballus
domesticus
).



Le visiteur récupère son véhicule pour poursuivre la
visite du safari vers un autre continent, l’Asie. Sur la
droite, une prairie en herbe faisant transition entre la
partie à pied et la partie voiture est occupée par un
groupe de chameaux (Camelus bactrianus).

La plaine qui suit, en herbe, est plantée de plusieurs
arbres disséminés et de quelques bosquets. Elle
présente un impressionnant troupeau de yacks (Bos
grunniens
), des nilgauts (Boselaphus
tragocamelus
), des cerfs axis (Axis axis) et des
oies à tête barrée (Anser indicus).


Plaine des yacks
Plaine des yacks - septembre 2013


Enclos des loups gris
Enclos des loups gris - septembre 2013



Avant de quitter la plaine asiatique, le visiteur peut
observer, sur la droite, un autre campement composé
cette fois de plusieurs yourtes. Le principe est le
même que pour le Bivouac, les visiteurs peuvent
passer une nuit au cœur du parc en compagnie d’un
guide.

La sortie de la plaine des yacks est marquée par un
sas de 2 portails. La visite se poursuit dans le ter-
ritoire des loups gris (Canis lupus), qui disposent
d’une installation de type forestière avec une grande
partie végétalisée et une zone dégagée enherbée.

Mini ferme
Mini ferme - septembre 2013
Camp asiatique
Camp asiatique - septembre 2013



Flèche

En ressortant de l’enclos des loups, le visiteur entre
dans une autre plaine. Contrairement aux autres en-
clos des herbivores, ici les habitants de la plaine ne
peuvent entrer en contact direct avec les véhicules,
comme pour les rhinocéros. Sur la gauche de la
route, on peut observer un plateau de grande taille,
en herbe et en terre, parsemé de troncs morts et de
rochers et creusé d’un bassin de grande taille. Cette
installation héberge des éléphants africains
 (Loxodonta africana). Sur la droite en revanche
se trouve une plaine en herbe de taille moyenne,
sans aménagements particuliers, plaine dans laquelle
vivent des dromadaires (Camelus dromedarius).


Plaine des éléphants
Plaine des éléphants - septembre 2013



Plaine nord américaine
Plaine nord américaine - septembre 2013

Après avoir traversé l’enclos des pachydermes, le
visiteur traverse une autre plaine en herbe, agré-
mentée d’un bassin et de quelques bosquets. Cet
espace est consacré à l’Amérique (Nord et Sud
mélangé). Des bisons américains (Bison bison) y
cohabitent avec des chevaux pinto (Equus
caballus domesticus
), des lamas (Lama glama),
des nandous (Rhea americana) et des bernaches
du Canada (Branta canadensis).

Un troisième camp composé de tipis semble être en cours
de construction à ce niveau. Après avoir sillonné le
nouveau continent, le visiteur se dirige vers l’Australie,
représentée à Planète Sauvage par un enclos à l’herbe
haute planté de nombreux arbres offrant de l’ombre aux
wallabies de Benett (Macropus rufogriseus), kangourous
roux (Macropus rufus) et émeus (Dromaius
novaehollandiae
) qui vivent à ce niveau.





Enfin, le visiteur quitte le continent rouge pour revenir en
Afrique et traverser le dernier enclos du safari en voiture.
Ce dernier se compose d’une vaste étendue d’herbe et
d’un grand lac artificiel. Des hippopotames
(Hippopotamus amphibius) y évoluent.

Le visiteur quitte alors la partie voiture du parc pour se
diriger vers le grand parking que l’on a déjà traversé au
début de la visite, et entreprendre la découverte du parc
à pied.

Prairie des hippopotames
Prairie des hippopotames - septembre 2013


Bassin des hippopotames
Bassin des hippopotames - septembre 2013
Plaine australienne
Plaine australienne - septembre 2013



Flèche

Ce parcours à pied débute par une place où se dressent
de nombreux points de restauration et autres boutiques.
Un sentier bifurquant sur la droite nous conduit au village
de brousse, rénové en 2013. Une passerelle en bois
traverse un enclos en herbe, ombragé par de faux acacias,
et creusé d’un bassin. Cette installation héberge des dik-
diks de Kirk (Madoqua kirki), des grues royales
(Balearica regulorum), des grues demoiselles
(Anthropoides virgo) et des ibis sacrés (Threskiornis
aethiopicus
).

Le sentier se divise alors en deux, pour entourer un enclos
central en sable, duquel ressortent des huttes rondes de
couleur orange vif. Quelques amas rocheux et des gra-
minées agrémentent cet enclos dans lequel vivent des
jeunes autruches (Struthio camelus) et des porc-épics à
crête (Hystrix cristata). A noter que des suricates étaient
également visibles à ce niveau mais cette présentation a
été stoppée suite à des évasions.




Enclos des ibis
Enclos des ibis - septembre 2013
Terrarium des crocodiles
Terrarium des crocodiles - septembre 2013


Le visiteur fait alors face à une bâtisse imposante, l’Arche
des Reptiles, qui abrite le vivarium du zoo. Au centre du
vivarium se dresse un grand terrarium composé d’un
bassin entouré de faux rochers et de plantes artificielles.
Cet enclos est le lieu de présentation de crocodiles du Nil
(Crocodylus niloticus). Sur la gauche de l’allée, se
dressent deux terrariums en sable, agrémentés de faux ro-
chers et de racines et occupés par des serpents ratiers
(Elaphe guttata guttata) pour le premier et par des
serpents rois de Californie (Lampropeltis getula) pour
le second.


De petits geckos léopards (Eublepharis macularius)
vivent dans l’installation qui suit, au milieu de rochers
et de bois. Un autre terrarium en sable agrémenté de
rochers est le lieu de vie de fouettes queue (Uromastyx
geyri
), de gérrhosaures géants (Gerrhosaurus major)
et d’agames barbus (Pogones vitticeps). Enfin, un
dernier terrarium situé sur la gauche, est composé d’un
enchevêtrement de faux rochers et est occupé par des
iguanes verts (Iguana iguana). Ces lézards disposent
d’un second terrarium de grande taille, installé au
centre de l’arche des reptiles, dans le prolongement de
la structure des crocodiles. Ce second vivarium est plus
grand et dispose de quelques branches venant s’ajouter
aux faux rochers.


Terrarium pour lézards
Terrarium pour lézards - septembre 2013


Allée du vivarium
Allée du vivarium - septembre 2013


Le visiteur continue alors la découverte du vivarium sur
une allée parallèle à la précédente. Le long du mur a été
érigé un grand vivarium creusé de deux bassins entourés
de plages de faux rochers. L’ensemble étant verdi par
des plantes artificielles et des troncs. Des crocodiles
nains (Osteolaemus tetrapsis) y vivent. Dans le pro-
longement des crocodiles, on peut encore voir 3 ter-
rariums. Les deux premiers sont aménagés de branches,
sable et rochers, tandis que le dernier est entièrement en
eau. Des scinques à langue bleue (Tiliqua scincoides)
occupent le premier enclos, des serpents ratiers (Elaphe
taeniura
) vivent dans le second tandis que le dernier est
consacré à des boas constricteurs (Boa constrictor).




Avant de quitter l’arche des reptiles, un dernier vivarium
a été installé sur la droite. Bien végétalisé, il accueille des
dragons d’eau verts (Physignatus coincinus). Le visiteur
ressort alors sur la place située à l’arrière de l’enclos des
porcs épics. Cette place est entourée de huttes africaines,
où des panneaux pédagogiques ont été accrochés. Une
des huttes, au sol recouvert de cailloux, est agrémentée
de cageots en bois et présente les suricates (Suricatta
suricata
).
Enclos des crocodiles nains
Enclos des crocodiles nains - septembre 2013


Village des autruchons et porc épics
Village des autruchons et porc épics - septembre 2013
Enclos des suricates
Enclos des suricates - septembre 2013



Flèche

A l’arrière de la hutte des suricates s’étend un enclos
dénudé d’herbe mais planté de quelques arbustes,
dans lequel évoluent des moutons de Somalie (Ovis
aries domesticus
), une espèce domestique peu
commune dans les zoos de l’Hexagone.

A l’extrémité de l’enclos des moutons, un bâtiment de
couleur ocre entouré d’une petite cours est le lieu de
vie de poules (Gallus gallus) et de pintades (Numida
meleagris
). Enfin, une dernière hutte au sol recouvert
de paille héberge des cobayes domestiques (Cavia
porcellus
). C’est ainsi que se termine la visite du village
africain. Une passerelle nous conduit alors vers un en-
clos de contact.


Poulailler africain
Poulailler africain - septembre 2013


Ile des lémuriens
Ile des lémuriens - septembre 2013

Cet enclos de contact est une île que traverse le sentier
de visite. Cette île dispose d’un sol en herbe, est agré-
mentée de plusieurs structures d’escalade en bois for-
mant des cabanes, de cordes et est plantée de palmiers,
bambous et autres feuillus. Une famille de makis cattas
(Lemur catta) y a été installée. Avant de quitter l’ile,
le sentier longe sur la gauche un étang de taille moyenne
occupé par des pélicans blancs (Pelecanus
onocrotalus
). Le visiteur ressort alors de l’enclos de
contact pour se retrouver au cœur d’une forêt clairsemée,
dont le sentier borde la plaine des rhinocéros puis celle
des girafes, deux espaces intégrés au safari voiture.



Flèche


Au bout du sentier, le visiteur arrive sur une place dégagée,
où se dresse l’installation phare de Planète Sauvage :
« La Cité Marine ». Des escaliers permettent d’accéder
aux gradins de ce complexe composé de 4 bassins d’eau
salée, consacrés à la présentation de grands dauphins
(Tursiops truncatus). Un spectacle est proposé plusieurs
fois par jour aux visiteurs. Le visiteur redescend alors des
gradins pour entrer dans une galerie sous terraine, où ont
été installées une boutique et une exposition pédagogique
sur les animaux marins. Cette galerie est aussi l’occasion
de découvrir le bassin des dauphins en vision sous-marine.


La Cité Marine
La Cité Marine - septembre 2013


Aquarium récifal
Aquarium récifal - septembre 2013


Enfin, au sein de cette galerie se trouve un aquarium marin
recréant un récif rocailleux, où évoluent des labres net-
toyeurs (Labroides dimidiatus), des demoiselles bleues
(Pomacentrus caerulea), des chirurgiens nasiques (Naso
brevirostris
), des chirurgiens à voile (Zebrasoma
veliferum), des chirurgiens palettes (Paracanthurus
hepatus), des poissons cochers (Heniochus acuminatus),
des barbiers du récif (Pseudanthias squamipinnis), des
poissons anges à demi-cercle (Pomocanthus
semicirculatus), des apogons (
Pterapogon kauderni),
des demoiselles bicolores (Chromis dimidiata), des
poissons clown à 3 bandes (Amphiprion ocellaris), et
des girelles paons (Thalassoma lunare).
Galerie sous marine
Galerie sous marine - septembre 2013
Vue sur le bassin des dauphins
Vue sur le bassin des dauphins - septembre 2013



Flèche

Le visiteur ressort alors de la galerie pour contourner la
Cité Marine et emprunter un sentier bordant sur la gauche,
un vaste plan d’eau, au centre duquel ressort une île en
terre agrémentée de nombreux arbustes. Cet enclos est le
lieu de vie d’une colonie de flamants rouges
(Phoenicopterus roseus ruber) et de canards dome-
stiques (Anas platyrhynchos domesticus).

A l’extrémité de l’étang, le sentier se dirige sur la droite pour
entrer dans une forêt sur la gauche de laquelle un petit enclos
en terre est le lieu de vie d’oies céréopses (Cereopsis
novaehollandiae
). En face des oies, des berges en herbe
descendent vers une petite étendue d’eau, le tout étant le
lieu de vie de cigognes blanches (Ciconia ciconia).


Ile des flamants
Ile des flamants - septembre 2013


Enclos des macaques
Enclos des macaques - septembre 2013
Au bout du sentier, le visiteur entre dans une prairie,
délimitée par un haut grillage. Cette prairie agrémentée
d’arbres et d’orties héberge en semi-liberté, un groupe
de maras (Dolichotis patagonum). Au fond de la
prairie, un mur percé de baies vitrées offre une vision
sur un second enclos en herbe, ombragé par de multi-
ples arbres. Des branches mortes, des souches ornent
le sol tandis que des structures d’escalade en bois et
en cordes ainsi que des bassins complètent les aména-
gements de cet espace. Des ponts suspendus
traversent cet enclos en hauteur permettant d’avoir une
vue originale sur l’installation dans laquelle cohabitent
des macaques rhésus (Macaca mulatta), des cochons
vietnamiens (Sus scofra domesticus) et des hydropotes
de Chine (Hydropotes inermis).


Enclos des cigognes
Enclos des cigognes - septembre 2013
Enclos des macaques
Enclos des macaques - septembre 2013


Après avoir traversé la forêt des macaques, le visiteur
revient dans la prairie des maras puis regagne l’étang
des flamants rouges que l’on longe sur la partie opposée.
Au bout du lac se trouve une seconde île de taille
moyenne, organisée autour d’un saule pleureur et dis-
posant d’une cabane en bois. Cette île est le lieu de vie
d’une famille de saïmiris (Saimiri sciureus).

Face à l’île des petits singes se dresse un ensemble de
3 volières dissimulées derrière des massifs de ronces.
La première volière que l’on entrevoit est agrémentée
de perchoirs en bois et accueille des calaos terrestres
(Bucorvus abyssinicus).


Ile des saimiris
Ile des saimiris - septembre 2013


Volière des aras
Volière des aras -  septembre 2013


La seconde, du même type est le lieu de vie d’aras
araraunas (Ara ararauna) tandis que la dernière à
la hauteur réduite, mais tendue de cordes et de
sentiers de planches est consacrée à des coatis à
queue annelée (Nasua nasua).

Le visiteur repasse alors devant la Cité Marine, pour
revenir au niveau de la place où se trouvent les nom-
breux points de restauration. C’est ainsi que s’achève
la découverte de Planète Sauvage et le visiteur est
invité à reprendre son véhicule pour quitter le zoo.



Flèche

En conclusion Planète Sauvage est un véritable safari
voiture qui permet de découvrir la faune africaine et
asiatique dans de grands espaces. Les enclos sont
tous de bonne taille mais restent dénudés d’aména-
gements.
Les troupeaux d’herbivores sont plus la plupart
relativement important, mais les espèces présentées
sont toutes courantes en captivité, si ce n’est la sous
espèce de girafes hébergée, unique en France.

La partie à pied permet de compléter la visite et de
découvrir les dauphins, attraction phare de Planète
Sauvage.

Dik dik de Kirk
Dik dik de Kirk - septembre2013


Copyright ©  -  2007-2018  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés