Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Le parc des Oiseaux


Parc des oiseaux
RD 1083
01330 Villars les Dombes

Tel: 04 74 98 05 54
Fax: 04 74 98 27 74

www.parcdesoiseaux.com


Logo parc des oiseaux


Mes visites :  28 juillet 2008 et  22 et 23 septembre 2009; 12 aout 2012; 24 aout 2014; 25 septembre 2015; 11 juin 2017
Mise à jour : 15 novembre 2009; 3 septembre 2012; 04 septembre 2014; 08 novembre 2015; 23 juillet 2017

Je tiens à remercier Bastien, Jérémy, Yannick, Franck ainsi que l'ensemble du personnel du parc des oiseaux pour leur accueil et les informations qu'ils m'ont fourni lors de mes visites.

Le parc des oiseaux de Villards les Dombes, s'est spécialisé dans la présentation des oiseaux et leur reproduction. Il permet à ses visiteurs de faire un tour du monde des oiseaux, mais également d'observer les oiseaux sauvages habitant l'Ain, à travers un parcours dans la petite Dombes, région humide du département.
Différentes installations permettent d'observer les oiseaux des 5 continents, dont certains comme le jabiru d'Afrique (Ephippiorhynchus senegalensis) sont les uniques représentant de leur espèce en France.








Canard à bec tacheté
Canard à bec tacheté - septembre 2009
Horaires d'ouverture 2017
Tarifs d'entrée 2017
Historique des nouveautés
Maison des oiseaux et gris du Gabon
Zone de spectacle
Maison des oisillons et volière du Pantanal (Mise à jour 2015)
Pampas des nandous; manchots et condors
Iles des échassiers
Bush australien
Le nouveau Bush australien 1/2 (Mise à jour 2017)
Le nouveau Bush australien 1/2 (Mise à jour 2017)
Vallée des rapaces
Jardin des oiseaux et cigognes (Mise à jour 2015)
Terres de calaos (Mise à jour 2017)
Les pélicans
Volière Krabi; mini ferme et lac des flamants
La Jungle tropicale (ancienne Krabi) - (Mise à jour 2017)
La maison des colibris- (Mise à jour 2015)
Cité des perroquets
Lori Loft (Mise à jour 2012)
Conclusion



flèche

Horaires d'ouvertures 2017 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)



Mars, octobre et novembre
Avril, mai, juin et septembre
Juillet et aout
Amazone de Finch
Amazone de Finch - juillet 2008
Ouverture des guichets
10h00
9h30
9h30
Fermeture des guichets
16h30
17h00
17h30
Fermeture du parc
17h30
18h30
19h00



flèche

Tarifs d'entrée 2017 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)

Huitrier pie
Echasse américaine - juillet 2008
Adulte (au dessus de 15 ans)
19 €
Enfants (2 à 12 ans)
14 €
Juniors (13 à 25 ans) 16 €
Personne en situation de handicap
8 €
Pass famille (2 parents + 2 enfants)

58 €




flèche

Historique des nouveautés



2000: La volière du Pantanal
2001: La cité des perroquets
2002: La maison des oisillons; la volière des rapaces
2003: La pampas des nandous, la volière Krabi et l'île des échassiers
2004: La crique des manchots et la volière des condors
2006: La maison des oiseaux
2007: Le bush australien et le jardin des oiseaux
2008: Spectacle de haut vol avec plus de 25 espèces
2009: La vallée des Toucans avec 5 espèces
2010: Terres de Calaos
2012 : Loris Loft
2014 : La Jungle Tropicale
2015 : La maison des colibris
2016 : L'Australie et la tour panoramique
2017 : La savane africaine
Microglosse
Microglosse - aout 2012



flèche

Présentation du parc

Le parc des oiseaux se divise en différentes zones recréant des biotopes et consacrées à des régions bien différentes. L'ensemble de ces univers est découvert au cours de la visite. Ainsi on peut y découvrir:

- l'étang des flamants qui héberge sur un même plan, une colonie de flamants de Cuba (Phoenicopterus ruber ruber), des erismatures roux (Oxyura vittata), des dendrocygnes fauves (Dendrocygna bicolor), des dendrocygnes veufs (Dendrocygna viduata), des siffleurs du Chili (Anas sibilatrix) et des pilets des Bahamas (Anas bahamensis)


- la maison des oiseaux qui accueille diverses espèces dans des volières
intérieures. Elles recréent toutes des milieux que l'on peut trouver sur la pla-
nète, de la forêt équatoriale aux bords de mer en passant par les savanes
africaines ou les montagnes asiatiques. Sur la droite du couloir central, on
peut découvrir 5 volières. La première, située tout à droite, est le lieu de co-
habitation d'échasses américaines (Himantopus himantopus mexicanus),
de zosterops kikuyus (Zosterops kikuyuensis) et de nonnettes de Fernando
Po (Lonchura bicolor). Cette volière est de type humide sableux. La vo-
lière suivante, consacrée aux zones sèches et sableuses, est le lieu de coha-
bitation de diamants de Gould (Cholebia gouldiae), de touis célestes
(Forpus coelestis) et de colombes diamants (Geopelia cuneata). Ces es-
pèces ne sont pas toutes issues du même milieu puisque les touis se rencon-
trent en Amérique du Sud alors que les deux autres espèces peuvent s'ob-
server en Australie.
La troisième volière de ce coté, est consacrée à l'australie humide, repré-
sentée par des diamants à goutelettes (Stagonopleura guttata), des dia-
mants à longue queue (Poephila acuticaudata), des ptilopes turgris
(Ptilinopus melanospila), des cailles de Chine (Coturnix chinensis), des
papes de Nouméa (Erythrura psittacea) et des rossignols du Japon
(Leiothrix lutea).
La volière suivante était en cours de réaménagement lors de ma visite.
Enfin, la dernière volière de droite est le lieu de vie d'un couple de ca-
laos trompette (Bycanistes bucinator).






Maison des oiseaux
Maison des oiseaux - juillet 2008

Veuve à collier
Veuve à collier - septembre 2009
Sur la gauche de la maison des oiseaux, on découvre une rangée de 3
grandes volières plus hautes que celles de droite et densémment végé-
talisées. La première est le lieu de cohabitation d'ignicolors grenadiers
(Euplectes orix), de travailleurs à bec rouge (Quela quela), de veuves
à collier (Vidua orientalis), de rolliers à longue queue (Coracias
caudata
), de tisserins des buffles (Dinemellia dinimelli), de cous
coupés (Amadina fasciata), de touracos paulines (Tauraco
erythrolophus
), de pigeons olives (Collumba arquatrix) et de van-
neaux armés (Vannelus armatus).
La volière suivante est le lieu de vie de loriquets de Stella (Charmosyna
papou stellae
), de colombes poignardées (Gallicolumba luzonica),
de pigeons de Nicobar (Caloenas nicobarica), de gouras couronnés
(Goura cristata) et d'astrilds à joues oranges (Estrilda melpoda).
Enfin, une dernière grande volière est le lieu de vie de jacanas noirs
(Jacana jacana), de colombes du Pérou (Columba cruziana), de
paroares dominicains (Paroaria dominicana), de tangaras dorés
(Tangara arthus), de tangaras grenat (Tangara mexicana), d'ara-
guiras gris (Coryphospingus cucullatus), de pigeons nobles
(Otidiphaps nobilis) et de tangaras évèques (Thraupis episcopus),
espèce qui était présentée dans la maison du Pantanal.
Le visiteur quitte alors la maison des oiseaux pour se diriger vers le
restaurant et la volière des gris du Gabon.


Tangara gris
Tangara évèque - septembre 2009
Ptilopes turgris
Ptilopes turgris - septembre 2009


Mise à jour suite à ma visite de juin 2017 :

La maison des oiseaux a été vidée de ces occupants et
est maintenant fermée au public. Un projet de recon-
struction totale de ce bâtiment est envisagé pour les
années à venir.




- la volière des gris du gabon (Psittacus erithacus): adossée à la maison des oiseaux, est le lieu de vie d'une colonie de ces perroquets africains très doués pour la parole



Volière des gris du Gabon
Volière des gris du Gabon - juillet 2008


Calao trompette
Calao trompette - juillet 2008
Rollier à longue queue
Rollier à longue queue - juillet 2008



flèche


- la zone de spectacle: inaugurée en 2008, elle fait face au plus grand plan d'eau du parc.
Différentes espèces ont été imprégnées pour participer au spectacle. C'est ainsi qu'un groupe de pélicans frisés (Pelecanus crispus) ouvre le ballet, suivi des ibis rouge (Eudocimus ruber), des hérons garde boeufs (Bubulcus ibis), des spatules blanches (Platalea leucorodia), des aigrettes garzettes (Egretta garzetta), des calaos terrestre (Bucorvus leadbeateri), des bernaches nonettes (Branta leucopsis), des bernaches du Canada (Branta canadensis), des cigognes blanches (Ciconia ciconia), des grues royales (Balearica regulorum).
Une autre partie du spectacle est consacrée au vol des rapaces nocturnes et diurnes avec par exemple des chouettes lapones (Strix nebulosa), des vautours auras (Cathartes aura), des vautours urubus noirs (Coragyps atratus).
Une dernière partie du spectable présente diverses espèces de becs crochus. On peut y observer des aras militaires (Ara militaris), des aras chloroptères (Ara chloroptera), des amazones de Finsch (Amazona finschi), des cacatoès rosalbins (Eolophus roseicapillus) et des cacotoès nasiques (Cacatua tenuirostris).


Zone de spectacle en face du grand lac
Zone de spectacle en face du grand lac - juillet 2008
Zone de spectacle en face du grand lac
Zone de spectacle en face du grand lac - juillet 2008


Vol de aras militaire
Vol de aras militaire - juillet 2008
Vol de vautour urubu
Vol de vautour urubu - juillet 2008



flèche

- la maison des oisillons: permet aux visiteurs d'observer le nourrissage, la couvée et les différentes naissances obtenues au parc des oiseaux. Cette maison permet de découvrir les différentes méthodes d'incubation que l'on retrouve dans la nature ou de façon artificielle.


- la volière du Pantanal: précédée d'un bâtiment qui abritait deux vol-
ières dont l'une était occupée par des guiras cantaras (Guira guira), l'autre
étant consacrée à la présentation de petites espèces comme les jacanas
noirs (Jacana jacana), les tangaras gris bleu (Thraupis episcopus). En
2009, l'ensemble de ces installations ont été détruites pour laisser place à
la forêt des toucans. 5 espèces de ces oiseaux aux longs bec ont pris place
dans de grandes volières au sol naturel et densément végétalisées. On peut
y observer des toucans de Swainson (Ramphastos ambiguus swainsonii),
des toucans vitellins (Ramphostos vitellinus), qui cohabitent avec des ti-
namous élégants (Eudromia elegans). La volière suivante au sein de la-
quelle coule une cascade est le lieu de présentation de toucans tocos
(Ramphostos toco). La volière suivante est le lieu de cohabitation de tou-
cans à bec caréné (Ramphostos sulfuratus) et d'ortalides du chaco
(Ortalis canicollis). Deux autres volières réaménagées à l'ancien emplace-
ment de la volière des tangaras, accueillent des toucans à bec carénés
(Ramphostos sulfuratus) et des toucans à bec rouge (Ramphastos
tucanus tucanus). En face de l'entrée de cette maison, une petite volière
réaménagée en aout 2009, accueille des trogons à queue noire de
Swainson (Trogon melanurus swainsonii), espèce unique en Europe
qui cohabitent avec des tinamous tataupas (Crypturellus tataupa). Le
visiteur ressort alors de la forêt des toucans pour se rendre dans la
volière du Pantanal.






Foret des toucans
Foret des toucans - septembre 2009

Entrée de la volière du Pantanal
Entrée de la volière du Pantanal - juillet 2008
Le visiteur entre alors dans la plus grande volière du parc consacrée à
la faune sud américaine. On y retrouve en cohabitation libre, des aras
hyacynthes (Anodorhynchus hyacinthinus), des amazones de Finch
(Amazona finschi finschi), des amazones à joues vertes (Amazona
viridigenalis
), des vanneaux du Chili (Vanellus chilensis), des écha-
sses américaines (Himantopus himantopus mexicanus),des ibis
rouges (Eudocimus ruber), des ibis de Ridgway (Plegadis ridgwayi), 
une colonie de flamants du Chili (Phoenicopterus chilensis), des eri-
smatures rousses (Oxyura jamaicensis), des sarcelles soucrourous
(Anas discors), des sarcelles à collier (Calonetta leucophrys), des
sarcelles du Brésil (Amazonetta brasiliensis), des dendrocygnes
fauves (Dendrocygna bicolor), des dendrocygnes veufs (Dendrocygna
viduata
), des hoccos de Daubenton (Crax daubentoni) et depuis
l'été 2009, des savacous huppés (Cochlearius cochlearius). Le visiteur
ressort alors de la volière du Pantanal en direction du labyrinthe du zoo.


Volière des toucans tocos
Volière des toucans tocos - septembre 2009
Volière située avant la volière du Pantanal
Ancienne volière des tangaras - juillet 2008


Volière du Pantanal
Volière du Pantanal - juillet 2008
Volière du Pantanal
Volière du Pantanal - juillet 2008


Maison des oisillons
Maison des oisillons - juillet 2008
Jeunes anatidés
Jeunes anatidés - juillet 2008


Jeune amazone
Jeune amazone - juillet 2008
Jeunes aras militaires
Jeunes aras militaires - juillet 2008


Toucan de Swainson
Toucan de Swainson - septembre 2009
Toucan toco
Toucan toco - septembre 2009


Toucan à bec caréné
Toucan à bec caréné - septembre 2009
Toucan à bec rouge
Toucan à bec rouge - juillet 2009


Amazone à joues vertes
Amazone à joues vertes - septembre 2009
Trogon à queue noire
Trogon à queue noire - septembre 2009


Flamant rose nourrit
Flamant rose nourri - septembre 2009



Toucan vitellin
Toucan vitellin - septembre 2009


Mise à jour suite à ma visite de septembre 2015 :

Au niveau de la forêt des toucans on note de nombreux
changements, notamment au niveau des espèces pré-
sentées.
C’est ainsi que la volière des toucans de Swaison
(
Ramphastos ambiguus swainsonii), héberge main-
tenant des toucans montagnards (Andigena
laminirostris
), une espèce unique en Europe.

La seconde volière située sur la gauche du sentier qui
était occupée par des toucans vitellins (Ramphostos
vitellinus
) est consacrée à des araçaris de Beauharnais
(Pteroglossus beauharnaesii).


Volière des toucans montagnards
Volière des toucans montagnards - septembre 2015


Toucan montagnard
Toucan montagnard - septembre 2015


Les toucans tocos (Ramphastos toco) ont conservé
leur place alors que la volière des ortalides (Ortalis
canicollis
) ont été remplacées par des toucanets à
croupion rouge (Aulacorhynchus haematopygus).

Enfin, avant de quitter la forêt des toucans, l’ancienne
volière des toucans à bec rouge (Ramphastos
tucanus tucanus
) est consacrée à de rares coracines
chauves (Perrisocephalus tricolor). Ces arrivées ex-
ceptionnelles marquent notamment les liens que le parc
des oiseaux a tissé ces dernières années, avec le
Dallas World Aquarium.
Coracine chauve
Coracine chauve - septembre 2015
Araçari à croupion rouge
Araçari à croupion rouge - septembre 2015



flèche


- le labyrinthe: en sortant de la volière le visiteur se retrouve plongé dans un labyrinthe végétal humide au milieu duquel ont été dressés différents agrès sur ressort.

- la pampa des nandous: est une zone fortement végétalisée dans laquelle est présenté un groupe de nandous de Darwin (Pterocnemia pennata), espèce peu courante en captivité et beaucoup moins représentée que son cousin le grand nandou.

- la crique des manchots: un vaste enclos divisé en deux grandes parties accueille une colonie de manchots de Humbolt (Spheniscus humboldti). Une première partie est composé d'un grand bassin rappelant les flancs de montagne recourvert de pierres de lave. Le bassin est doté d'un mécanisme permettant de créer des vagues lors des animations. Une seconde partie entièrement en herbe abrite une multitude de nichoirs consacrés à la reproduction naturelle de ces animaux.

- la volière des condors: est une grande volière recréant une montagne des Andes, dans laquelle cohabitent des condors des Andes (Vultur gryphus) et des buses féroces (Buteo rufinus). En face de la volière, un grand parc est le lieu de vie d'un groupe de vautours de l'Himalaya (Gyps himalayensis), de grues de moiselles (Anthropoides virgo) et de siffleurs d'Europe (Anas penelope).


Entrée du labyrinthe
Entrée du labyrinthe- juillet 2008
Volière des condors
Volière des condors - juillet 2008


Allée menant vers la crique des manchots
Allée menant vers la crique des manchots - juillet 2008
Crique des manchots
Crique des manchots - juillet 2008


Pampa des nandous
Pampa des nandous - juillet 2008
Crique des manchots
Crique des manchots - juillet 2008





flèche

- l'île des échassiers: elle se compose de différents enclos séparés du visiteur par des fossés en eau. On y retrouve différentes espèces de grues, cigognes...

Un premier enclos, séparé du visiteur par un fossé en eau est le lieu de
vie de grues antigones (Grus antigone) et de pilets d'Europe (Anas
acuata). A coté des grues antigones, un enclos du même type est oc-
cupé par des grues caronculées (Bugeranus carunculatus), unique
représentant de leur espèce en France.
Le visiteur emprunte le sentier situé entre ces deux enclos pour dé-
couvrir sur la gauche, une vaste plaine herbeuse reliée à un bassin, au
sein de laquelle s'ébattent des jabirus du Sénégal (Ephippiorhynchus
senegalensis
) et des sarcelles du Cap (Anas capensis).
Sur la droite du sentier, on trouve un autre enclos de grande taille
dans lequel cohabitent des grues royales (Balearica regulorum), des
marabouts africains (Leptoptilos crumeniferus), des ibis sacrés
(Threskiornis aethiopicus) et des nettes brunes (Netta
erythrophtalma). C'est ainsi que ce termine l'ile des échassiers.
Ile des jabirus
Ile des jabirus - juillet 2008


Vallée des nandous
Vallée des nandous - septembre 2009






- la Vallée des nandous
: En face des grues caronculées, un groupe
de nandous (Rhea americana) cohabite avec des bernaches magellans
(Chloephaga picta) et des chaunas (Chauna torquatus).
Le visiteur traverse alors à nouveau l'ile des échassiers en direction du
Bush australien.


Ile des échassiers ici des ibis
Ile des échassiers ici des ibis - juillet 2008


Ile des vautours de l'Himalaya
Ile des vautours de l'Himalaya - juillet 2008

Grue royale
Grue royale - septembre 2009
Grue caronculée
Grue caronculée - septembre 2009


Jabiru du Sénégal
Jabiru du Sénégal - septembre 2009
Grue caronculée
Grue caronculée - septembre 2009



flèche

- le bush australien: il s'agit d'une grande zone consacrée à ce continent, dans laquelle sont également présentés les seuls mammifères du parc.

Après avoir franchit le petit pont qui sépare la zone australienne,
le visiteur découvre sur la droite, un enclos consacré aux wallabies
de Benett (Macropus rufogriseus), les seuls mammifères du parc.
Leur enclos en herbe est agrémenté de quelques rochers et arbu-
stes. Sur le coté gauche, on trouve un enclos pentu, au sol en
pierres de lave dans lequel sont présentées des oies céréopses
(Cereopsis novaehollandiae). Le visiteur arrive alors au niveau
d'une volière en forme de chateaux dans laquelle il est invité à
entrer. Cette dernière se divise en une zone nue en sable, une
zone en herbe, une zone marécageuse et une zone végétalisée.
On peut y observer des cormorans pies (Phalacrocorax
melanoleucos
), des oedicnèmes criards (Burhinus oedicnemus),
des perruches à croupion rouge (Psephotus kaematonotus), des
perruches de Barraband (Polytelis swainsonii), des vanneaux
masqués (Vanellus miles miles), des colombes lophotes
(Ocyphaps lophotes), des colombes turverts (Chalcophaps
indica), des colombes lumachelles (Phaps chalcoptera), des
sarcelles d'Australie (Anas castanca), des souchets d'Australie
(Anas rynchotis), des diamants à goutelettes (Stagonopleura
guttata
), des diamants à longue queue (Poephila acuticaudata),
et des diamants masqués (Poephila personata).






Volière australienne
Volière australienne - juillet 2008
Ile des cacatoès
Ile des cacatoès - juillet 2008
Le visiteur ressort de la volière pour entrer dans un grand enclos
composé d'un grand bassin au milieu duquel on trouve 2 îles. La
plus grande est le lieu de vie de kangourous roux (Macropus
rufus), d'émeus (Dromaius novaehollandiae) et de nombreux
anatidés comme des cygnes noirs (Cygnus atratus),des bernaches
à crinière (Chenonetta jubata), des dendrocygnes d'Eyton
(Dendrocygna eytoni), des tadornes radjah (Tadorna radjah), et
des tadornes casarcas (Tadorna tadornoides). La seconde île de
taille plus petite est aménagée de nombreux branchages qui offrent
des perchoirs aux cacatoès à huppe jaune (Cacatua galerita) qui
y sont présentés. Les anatidés ont également accès à cette île.
Le visiteur contourne alors cet enclos ainsi que la grande volière
pour revenir au niveau de la zone des wallabies où il entre dans le
secteur suivant du zoo.


Plaine australienne
Plaine australienne - juillet 2008



flèche

Mise à jour suite à ma visite de juin 2017 :

La plaine des nandous américains (Rhea americana)
a été divisé en deux par le chemin conduisant à la
nouvelle zone australienne inaugurée en 2016. Sur la
droite du sentier marquant cette délimitation le visiteur
découvre une colonie de flamants du Chili
(Phoenicopterus chilensis) qui cohabitent avec des
chaunas (Chauna torquata) et des siffleurs du Chili
(Anas sibilatrix).

Sur la gauche de ce pont, la plaine accueille les nan-
dous (Rhea americana).

Suite à ces plaines, le visiteur débute la visite de
l'Australie.



Enclos des flamants du Chili
Enclos des flamants du Chili - juin 2017
Panneau de la zone australienne
Panneau de la zone australienne - juin 2016



Après avoir traversé une zone buissonneuse, le visiteur
dispose d'un premier point de vue sur un grand plan
d'eau entouré de berges pentues en herbe.
Au coeur de ce plan d'eau on pourra admirer les
pélicans à lunettes (Pelecanus conspicillatus), des
cygnes noirs (Cygnus atratus), des ibis cou de paille
(Threskiornis spinicollis) et des tadornes d'Australie
(Tadorna tadornoides).

L'allée de visite continue sa progression en direction
d'une cabane en bois. Sur la gauche, en contrebas du
sentier s'étend une vaste plaine en herbe, parsemée de
zones sableuses. Quelques eucalyptus et autres rochers
complètent les décors de cet enclos au sein duquel
évolue des émeus (Dromaius novaehollandiae), des
kangourous géants (Macropus giganteus) et des kan-
gourous roux (Macropus rufus).


Ambiance dans la zone australienne
Ambiance dans la zone australienne - juin 2017
Plaine des pélicans à lunettes
Plaine des pélicans à lunettes - juin 2017


En traversant la cabane en bois, le visiteur pourra ad-
mirer une exposition sur les différentes espèces en-
démiques d'Australie et sur les tribus peuplant ce con-
tinent.

De retour à l'air libre, nous entrons dans un enclos de
contact qui prolonge la plaine des émeus. Cette éten-
due en herbe est agrémentée de case aborigènes.
Un groupe de wallabies de Bennett (Macropus
rufogriseus) y cohabite avec des wallabies de Parme
(Macropus parma).
Un avion semblant s'être craché plonge le visiteur au
coeur d'un paysage australien.


Enclos des wallabies
Enclos des wallabies - juin 2017


Bassin de la plaine des émeus
Bassin de la plaine des émeus - juin 2017



Nous allons alors ressortir de l'enclos de contact,
pour découvre une petite prairie occupée par des
oies céréopses (Cereopsis novaehollandiae).

En continuant la visite du Bush, le visiteur longe un
autre fossé en eau relativement large, formant le
plan d'eau de la plaine des émeus.
Sur ce plan d'eau, nous pourrons voir le balet des
tadornes radjah (Tadorna radjah), des sarcelles
rousses (Anas castanea) et des dendrocygnes
d'Eyton (Dendrocygna eytoni).
Une tête de crocodile indo pacifique (Crocodilus
porosus) agrémente également cet espace.
Cabane pédagogique
Cabane pédagogique - juin 2017
Plaine des kangourous
Plaine des kangourous - juin 2017


Enclos des wallabies
Enclos des wallabies - juin 2017
Village aborigène
Village aborigène - juin 2017



flèche

Le sentier de visite trace alors sa route le long de
l'étang des  kangourous avant d'arriver devant une
volière pénétrante. Cette dernière a été conservée
et date de l'année 2007.

L'allée sillonne alors cette volière en passant au
coeur des hautes herbes entourant une zone
marécageuse.
On pourra y observer sarcelle d'été (Anas
querquedula); souchet d'Australie (Anas
rhynchotis); dendrocygnes d'Eyton
(Dendrocygna eytoni); bernache à crinière
(Chenonetta jubata); ...


Volière australienne
Volière australienne - juin 2017


Enclos des céréopses
Enclos des céréopses - juin 2017

...; de très rares aigrettes à face blanche (Egretta
novaehollandiae); ibis cou de paille (Threskiornis
spinicollis); cormoran pie (Microcarbo
melanoleucos); vanneau soldat (Vannelus miles
miles); perruche de Barraband (Polytelis
swainsonii); perruche à croupion rouge (Psephotus
haematonotus); colombe lophote (Ocyphaps
lophotes) ou encore colombine lumachelle (Phaps
chalcoptera).

Le visiteur ressort alors de la volière australienne
pour retrouver l'enclos des oies céréopses au
milieu duquel se dresse une éolienne.



La visite se poursuit alors sur la gauche, pour
gagner une petite place qui surplombe deux
enclos en herbe, planté de nombreux jeunes
arbres. Un fossé en eau doulbe la frontière
entre les oiseaux et les visiteurs. Ce com-
plexe est le lieu de vie de casoars à casque
(Casuarius casuarius).

Après avoir traversé une autre zone végé-
talisée, le visiteur revient au niveau de l'enclos
des grues caronculées et de l'entrée de la
petite Dombes.


Enclos des casoars
Enclos des casoars - juin 2017


Tour d'observation
Tour d'observation - juin 2017






A l'arrière de l'ïle des échassiers, plus précisément
entre le lac central du parc et l'enclos des ibis
sacrés (Threskiornis aethiopicus), le visiteur peut
gravir la seconde nouveauté 2017, à savoir une
haute tour permettant d'avoir une vu lointaine sur
le parc et ses environs.


- la petite Dombes: il s'agit d'une réserve naturelle dans laquelle le visiteur peut observer en total liberté l'ensemble des oiseaux d'Europe. Etant donné qu'il s'agit d'une réserve naturelle, les espèces que l'on peut y observer varient en fonction des saisons et des migrations.




flèche

 - la vallée des rapaces: sa visite commence par des volières consacrées au rapaces nocturnes avec des chouettes lapones (Strix nebulosa), des hiboux grand ducs (Bubo bubo), puis une volière commune aux rapaces nocturnes et diurnes qui accueille des chouettes chevèches (Athene noctua), des petits ducs (Otus scops), des chouettes effraies (Tyto alba) et des faucons crécerelles (Falco tinnunculus).
Le visiteur entre alors dans une vaste volière à flancs de montagne occupée par des vautours moines (Aegypius monachus), des  vautours fauves (Gyps fulvus), des  milans royaux (Milvus milvus), des milans noirs (Milvus migrans), des vautour percnoptères (Neophron percnopterus), des buses variables  (Buteo buteo), des buses féroces (Buteo rufinus) et un rare circaète Jean Le Blanc (Circaetus gallicus).

Volière des vautours
Volière des vautours - juillet 2008
Volière des vautours
Volière des vautours - juillet 2008


Volière pour rapaces nocturnes
Volière pour rapaces nocturnes - juillet 2008
Vautour moine
Vautour moine - juillet 2008


Milan
Milan - septembre 2009
Circaète
Circaète - septembre 2009


Vautours fauves
Vautours fauves - septembre 2009



flèche


- le jardin des oiseaux: a été conçu de manière à présenter les différentes espèces végétales que l'on peut cultiver dans nos jardins ou sous nos contrées, et qui permettent de nourrir les oiseaux mais également les papillons. Cette installation est organisée sous la forme d'un labyrhinte fléché pour le visiteur.

- le champ des cigognes: est le lieu de vie et de nidification à ciel ouvert de plusieurs couples de cigognes blanches (Ciconia ciconia).
En face de ces enclos, se trouve le grand lac du parc le long duquel sont présentés divers anatidés, comme des pilets des Bahamas (Anas bahamensis), des canards carolins (Aix sponsa), des mandarins (Aix galericulata), des siffleurs du Chili (Anas sibilatrix), des canards à bec tacheté de l'Inde (Anas poecilorhyncha), des canards des Philippines (Anas luzonica), des bernaches nonettes (Branta leucopsis), des oies d'Egypte (Alopochen aegyptiacus), des oies de Ross (Anser rossii), des harles couronnées (Mergus cucullatus), des tadornes de Belon (Tadorna tadorna), des fuligules morillon (Aythya fuligula), des fuligiles milouin (Aythya ferina), des nettes rousses (Netta rufina), des pilets d'Europe (Anas acuata), des canards chipeau (Anas strepera), des bernaches du Canada (Branta canadensis), des bernaches nonettes (Branta leucopsis).
A coté des cigognes, diverses enclos accueillent des grues cendrées (Grus grus), des calaos caffres (Bucorvus leadbeateri) et le dernier est le lieu d'une cohabitation originale entre des autruches (Struthio camelus) et des grues de paradis (Anthropoides paradisea), des grues demoiselles (Anthropoides virgo) et des oies d'Egypte (Alopochen aegyptiacus).


Mise à jour suite à ma visite de septembre 2015

Première nouveauté de l’année 2015, dans le
prolongement du champ des cigognes, le parc
a érigé une double volière, installée dans un
environnement rocailleux rappelant la mon-
tagne.

Cet aspect se retrouve dans la conception des
volières faites de gros rondins de bois et de
murs de pierres. A l’intérieur de ces infra-
structures, le parc a recréé une montagne de
cailloux.


Complexe des gypaètes
Complexe des gypaètes - septembre 2015


Enclos des flamants nains
Enclos des flamants nains - septembre 2015




La première volière accueille des aigles royaux
(Aquila chrysaetos) alors que la seconde est
le lieu de vie de gypaètes barbus (Gypaetus
barbatus
).

Au niveau de la plaine des autruches, une se-
ction composée d’une plage en herbe et d’un
bras d’eau a été délimitée pour y installer un
petit groupe de flamants nains (Phoenicopterus
minor
) et des pélicans blancs (Pelecanus
onocrotalus
).

Complexe des gypaètes
Complexe des gypaètes - septembre 2015
Exemple de volière pour grands rapaces
Exemple de volière pour grands rapaces - septembre 2015



flèche

Mise à jour suite à ma visite d'aout 2012 :

- Terres de calaos : inaugurée en 2010, cette zone est con-
sacrée aux calaos, groupe d'oiseaux au gros becs. A cette
occasion, 5 espèces africaines et 5 espèces asiatiques ont
été accueillies au parc.

Le premier enclos que le visiteur découvre dans cette partie
est un enclos en sable, agrémenté de fausses fourmilières
de couleur rouge ocre et de huttes africaines. Des calaos
terrestres de Leadbeater (Bucorvus leadbeateri) y évo-
luent.
En face des calaos terrestres se trouvent deux petites
volières octogonales, garnies de branches. La première
héberge des calaos à bec noir (Tockus nasutus) tandis
que la seconde est occupée par des calaos de Van der
Decken (Tockus deckeni).



Enclos des calaos terrestres
Enclos des calaos terrestres - aout 2012
Volière des calaos à joues argentées
Volière des calaos à joues argentées - aout 2012
Le visiteur traverse alors un petit pont avant de découvrir
les deux dernières volières africaines, représentant les
zones humides. Chaque volière est agrémentée de joncs,
de hautes graminées et de rochers. Des calaos trompettes
(Bycanistes bucinator) vivent dans la première, alors que
des calaos à joues argentées (Bycanistes brevis) évo-
luent dans la seconde.

La suite de la visite nous conduit vers la partie asiatique,
dont l'entrée est marquée par un porche de bambous.
L'ensemble des volières de cette zone, disposent d'un
sol en écorces, sont agrémentées de branches et de
massifs végétaux.
Les calaos papous (Rhyticeros plicatus) occupent la
première volière.




La volière qui suit est le lieu de vie de calaos bicornes
(Buceros bicornis).
Un couple de calaos rhinocéros de Java (Buceros
rhinoceros sylvestris) se partagent la troisième et la
quatrième volière de la partie asiatique.

Enfin, les deux dernières installations sont consacrées
respectivement à des calaos festonnés (Aceros
undulatus) et à des calaos charbonniers (Anthraceros
malayanus).
Volière des calaos papous
Volière des calaos papous - aout 2012


Volière typique pour calao asiatique
Volière typique pour calao asiatique - aout 2012
Volière typique pour petits calaos
Volière typique pour petits calaos - aout 2012



flèche


- l'étang des pélicans: est le lieu de vie du plus grand groupe reproducteur de pélicans frisés (Pelecanus crispus) d'Europe. Une animation gouter est proposée à cet endroit.


Plan du jardin des oiseaux
Plan du jardin des oiseaux - juillet 2008
Champs des cigognes
Champs des cigognes - juillet 2008


Lac des pélicans
Lac des pélicans - juillet 2008
Plaine des autruches
Plaine des autruches - juillet 2008





Mise à jour suite à ma visite de juin 2017 :


Les volières des calaos africains, l'enclos des flamants nains,
le jardin des oiseaux ont été démolis pour laisser place aux
travaux du futur espace africains où les oiseaux évoluenront
aux cotés de quelques mammifères dont les lémuriens.
Zone africaine en travaux
Zone africaine en travaux - juin 2017



flèche

- la volière Krabi: est consacrée à la faune asiatique. Une première volière est occupée par des calaos papous (Rhyticeros plicatus), espèce peu courante en captivité. Une seconde volière de taille réduite est occupée par des garrulaxs ocellés (Garrulax ocellatus), des faisans d'Edwards (Lophura edwardsi) et des carpophages bicolores (Ducula bicolor).
 La grande volière Krabi est, en terme de taille, la seconde après celle du Pantanal. Elle est le lieu de vie d'une multitude d'espèces allant des faisans aux limicoles en passant par les estrilidés. On y rencontre des faisans dorés (Chrysolophus pictus), des tragopans de Temmink (Tragopan temmincki), des lophophores resplendissants (Lophophorus impejanus), des tallèves sultanes (Porphyrio porphyrio), des spatules blanches (Platalea leucorodia), des ibis chauves (Geronticus eremita), des grandes aigrettes (Egretta alba), des aigrettes garzettes (Egretta garzetta), des hérons garde boeufs (Bubulcus ibis), des sarcelles élégantes (Anas formosa), des sarcelles de Bernier (Anas bernieri), des sarcelles à faucilles (Anas falcata), et des canards mandarins (Aix galericulata).

- la mini ferme: est situé à la sortie de la volière Krabi et se compose de plusieurs petites maisons dans lesquelles sont présentées des poules naines (Gallus gallus), des cobayes domestiques (Cavia porcellus) et des lapins nains (Oryctolagus cuniculus).

- le lac des flamants: situé en face de l'entrée et de la sortie, ce bassin est le lieu de vie d'une colonie de flamants rouges (Phoenicopterus ruber ruber), des siffleurs du Chili (Anas sibilatrix), et de quelques gallinules poules d'eau (Gallinula chloropus).

Volière des calaos papous
Volière des calaos papous - juillet 2008
Calao papou
Calao papou - juillet 2008


Volière Krabi
Volière Krabi - juillet 2008
Mini ferme
Mini ferme - juillet 2008


Calao papou
Calao papou - septembre 2009
Garrulax ocellé
Garrulax ocellé - septembre 2009


Héron bihoreau
Héron bihoreau - septembre 2009
Grande aigrette
Grande aigrette - septembre 2009



flèche

Mise à jour suite à ma visite d'aout 2014

La volière de Krabi a été entièrement rénovée et refondue,
seule la structure métallique a été conservée. Le visiteur
emprunte un sentier entouré de forêts de bambous et
bordé de nombreux panneaux pédagogiques traitant des
menaces pesant sur la planète.

Au bout de l’allée, se trouve une loge fermée, visible à
travers une grande vitre doublée d’un grillage. Cette loge
au sol en terre est densément plantée et agrémentée de
multiples lianes et autres racines. Elle héberge les seuls
coqs de roche du Pérou (Rupicola peruvianus) visibles
en France. Ces animaux sont arrivés au début de
l’année 2014 du Dallas World Aquarium.


Loge des coqs de roche
Loge des coqs de roche - aout 2014


Loge des roussettes
Loge des roussettes - aout 2014
Les coqs de roche disposent, en accès libre, d’une
seconde volière non visible du public. Après un virage
à angle droit, le visiteur se découvre une vaste volière
extérieure, creusée d’un bassin, agrémentée de fou-
gères, bambous et troncs d’arbre. Cette dernière
présente une cohabitation entre des gouras de
Sheepmaker (Goura sheepmakeri), des perdrix
roulrouls (Rollulus roulroul), des tinamous élégants
(Eudromia elegans), des touracos de Lady Ross
(Musophaga rossii) et des étourneaux à cou noir
(Sturnus nigricollis).

Au bout de cette allée, nous entrons dans une volière de
contact dénudée de verdure mais traversée par des
branches suspendues. Cette installation accueille des po-
darges (Podargus strigoides). Sur la gauche de la volière
se trouve une loge intérieure décorée d’un sol en écorces
et de branches. Cet enclos accueille une colonie de
roussettes de Malaisie (Pteropus vampyrus) et des
roussettes de Lyle (Pteropus lylei).


Initialement les roussettes devait avoir accès  la volière
extérieure des podargues, mais les projets ont dû être
revus.

Le visiteur entre alors à proprement parler dans l’ancienne
volière de Krabi refondue en une jungle tropicale. Sur la
droite du sas d’entrée se trouve une loge vitrée, bien
végétalisée, plantée de fougères et tissée de branches. Un
couple de souimangas à ventre jaune (Cinnyris venustus)
y a été installé.

Une cascade se jette dans un bassin alimentant un cours
d’eau qui traverse la volière. Les bambous, rochers, fou-
gères et palmiers disséminés dans la volière offrent une
véritable ambiance tropicale. Cette volière de contact
est le lieu de vie de pénélope à gorge bleue (Pipile
cumanensis
), d’ombrettes africaines (Scopus umbretta),
de tantales africains (Mycteria ibis), de spatules blan-
ches européennes (Platalea leucorodia), ...




Loge des souimangas
Loge des souimangas - aout 2014
Ambiance dans la jungle tropicale
Ambiance dans la jungle tropicale - aout 2014



..., d’échasses blanches (Himantopus himantopus),
d’ibis blancs (Eudocimus albus), d’ibis à face noire
(Theristicus melanopis) de gouras de Sheepmaker
(Goura sheepmakeri), de carpophages meuniers
(Ducula pistrinaria), une espèce qui n’est visible en
parcs qu’au parc des oiseaux, de sarcelles hottentotes
(Anas hottentota), de dendrocygnes de Java
(Dendrocygna javanica), de pigeons de Nicobar
(Caloenas nicobarica) et de calaos à casque rouge
(Aceros corrugatus). Le visiteur ressort alors au
niveau de l’ancienne mini ferme qui a fait place à une
aire de jeux.
Ambiance dans la jungle tropicale
Ambiance dans la jungle tropicale - aout 2014
Ambiance dans la jungle tropicale
Ambiance dans la jungle tropicale - aout 2014


Ambiance dans la jungle tropicale
Ambiance dans la jungle tropicale - aout 2014
Volière des perdrix roulrouls
Volière des perdrix roulrouls - aout 2014







Mise à jour suite à ma visite de juin 2017


Les souimangas ne sont plus visibles et leur loge
présente aujourd'hui des paradisiers royaux
(Cicinnurus regius), les seuls représentants de
leur espèce en France.
Paradisier royal
Paradisier royal - juin 2017



flèche

Mise à jour suite à ma visite de septembre 2015

L’autre nouveauté de l’année 2015 a été construite
à l’arrière de la volière de Krabi et du restaurant,
en lieu et place de la mini ferme. Cet espace se
compose d’un seul bâtiment à la toiture végétale,
consacré aux nectarivores et petits frugivores et
s’intitule « la Maison des Colibris ».

Une fois entré dans cette maison, le visiteur se
trouve dans un couloir relativement sombre, lon-
geant une série de 5 terrariums de petite taille,
plantés de nombreuses fleurs tropicales, fougères
et autres orchidées.


Maison des colibris
Maison des colibris - septembre 2015


Vivariums des colibris
Vivariums des colibris - septembte 2015


Chaque vivarium accueille un colibri, oiseaux très
territoriaux et agressifs.  C’est ainsi que les 2
premières loges sont consacrées respectivement à
un mâle et une femelle colibri falle vert (Eulampis
holosericeus
).
La troisième loge héberge une amazilie de Lesson
(Amazilia amazilia), tandis que les deux dernières
vitres sont aussi consacrées aux colibris falle vert.

Le visiteur entre alors dans la seconde salle de cette
maison. Cette pièce se divise en un couloir de visite
plongé dans la pénombre et en un grand espace
au sol en terre, bien végétalisé doté d’une cascade,
installée sous un puit de lumière.


Cette zone est consacrée aux nectarivores repré-
sentés par des espèces très peu courantes en cap-
tivité telle le manakin lancéolé (Chiroxiphia
lanceolata
), le guit guit saï (Cyanerpes cyaneus),
le calliste à calotte noire ou calliste de l’Heinei
(Tangara heinei) et le piranga bifascié (Piranga
leucoptera
).

Le visiteur ressort alors de la salle des nectarivores
pour gagner la dernière pièce de ce complexe où
sont proposés plusieurs ateliers pédagogiques.
C’est ainsi que se termine la découverte de la
grande nouveauté 2015 du parc des oiseaux.
Salle des nectarivores
Salle des nectarivores - septembre 2015


Vivarium typique pour colibri
Vivarium typique pour colibri - septembre 2015
Calliste de l'Heinei
Calliste de l'Heinei - septembre 2015


Colibri falle vert
Colibri falle vert - septembre 2015
Guit guit sai
Guit guit sai - septembre 2015


Piranga bifascié
Piranga bifascié - septembre 2015
Manakin lancéolé
Manakin lancéolé - septembre 2015



flèche

- la cité des perroquets: située en parrallèle de la volière du Pantanal et à l'arrière de la zone de spectacle, cette partie du parc est consacrée à la présentation de psittaciformes et autres becs crochus.

Une première volière de contact est le lieu de présentation de
loris arc en ciel (Trichoglossus haemotodus haemotodus),
de grands eclectus (Euclectus roratus polychlores), d'oedi-
cnèmes bridés (Burhinus grallarius), de paddas (Padda
oryzivora) et de faisans de Salvatori (Lophura inornata).
Le visiteur ressort de la volière pour entrer à proprement
parler dans la cité des perroquets. L'ensemble des volières
dispose d'un sol en sable et est planté d'arbustes conifères
ou feuillus plus ou moins nombreux en fonction des besoins
des espèces présentées. Une première volière est le lieu de
cohabitation de caïques à tête noire (Pionites melanocephala)
et d'amazones de Finsch (Amazona finschi finschi).
Une autre volière héberge une cohabitation entre des gar-
rulax à joues blanches (Garrulax chinensis chinensis), des
perruches à front doré (Aratinga aurea) et des amazones
lilacines (Amazona automnalis lilacina).
La suite de la visite nous amène vers une volière occupée par
une importante colonie de perruches souris (Myiopsitta
monachus).



Volière pour psittaciformes
Volière pour psittaciformes - juillet 2008

Perruches à tête bleue
Perruches à tête bleue - septembre 2009
Le sentier de visite passe alors sous des tunnels grillagés qui font
communiquer la maison intérieure et la volière extérieure des per-
ruches ondulées (Melopsittacus undulatus).
Le visiteur arrive alors dans une nouvelle zone où il découvre sur sa
gauche, la volière des perruches à collier (Psittacula krameri), des
perroquets jardines (Poicephalus guliemli) et des touracos paulines
(Tauraco erythrolophus).
A coté des perruches, on trouve une volière lieu de vie de loris à poitri-
ne rouge (Lorius lory erythrothorax).
A coté, on découvre deux volières cote à cote, lieu de vie respectives
de cacatoès rosalbins (Eolophus roseicapillus) et de cacotoès nasi-
ques (Cacatua tenuirostris).
En face des perruches, deux autres volières accueillent des martins
chasseurs géants (Dacelo novaeguinae) et des corbeaux fluteurs
(Gymnorhina tibicen) qui cohabitent avec des vanneaux couronnés
(Vanellus coronatus).


A l'arrière de ces deux volières, une autre structure dégarnies est
le lieu de vie d'un groupe destructeur de kéas (Nestor notabilis).
Enfin, sur cette place, on trouve également différentes volières.
Une petite installation est le lieu de vie d'aras à collier d'or
(Propyrrhura auricollis). La volière mitoyenne est de grande
taille et abrite une cohabitation entre des aras militaires (Ara
militaris mexicanus) et des grands hoccos (Crax rubra).
A ce niveau on peut également observer une autre cohabitation
entre des aras hyacynthes (Anodorhynchus hyacinthinus) et
des perruches à tête bleue (Aratinga acuticaudata).
Une nouvelle volière de grande taille accueillent des rolliers à
ventre bleus (Coracias cyanogaster) et des perroquets robustes
(Poicephalus robustus). Le touraco gris (Crinifer piscator) qui
était présenté à cet endroit a quitté la volière.
Enfin, une dernière volière accueille des aras macaos (Ara macao),
des agamis trompette (Psophia crepitans), des aras nobles
(Diopsittaca nobilis), des garrulax à plastron (Garrulax pectoralis)
et des étourneaux à cou noir (Sturnus nigricollis).


Ara à collier d'or
Ara à collier d'or


Grand vasa
Grand vasa - septembre 2009





Sur la place précédente, une maison dans les arbres était jusqu'en
2007, le lieu de présentation d'un couple de aras en liberté.
Adossées aux volières des aras, deux dernières volières de contact
sont le lieu de vie d'inséprables de Fischer (Agapornis fischeri), de
colombes zébrées (Geopelia striata) et de sarcelles hottentotes
(Anas hottentota) pour la première et de martins à caroncule
(Creatophora cinerea), de merles métalliques pourpres
(Lamprotornis purpureus), de youyous du Sénégal (Poicephalus
senegalus), de vanneaux armés (Vannelus armatus) et d'un grand
vasa (Coracopsis vasa) arrivé en 2009.
Le visiteur quitte alors la cité des perroquets et regagne la sortie du
parc en passant devant le restaurant, le lac des flamants et la bou-
tique du zoo.


Amazones de Finch
Amazones de Finch - septembre 2009
Garrulax à joues blanches
Garrulax à joues blanches - septembre 2009


Perruches ondulées
Perruches ondulées - juillet 2008
Entrée sortie du parc des oiseaux
Entrée sortie du parc des oiseaux - juillet 2008





Mise à jour suite à ma visite d'aout 2012 :


Les aras militaires qui cohabitaient avec les grands hoccos ne sont
plus présentés à ce niveau et ont été remplacés par un groupe de
6 aras à gorge bleue (Ara glaucogularis).
Un couple de coq de Lafayette (Gallus lafayetti) est également
visible dans la citée des perroquets.
Volière des aras à gorge bleue
Volière des aras à gorge bleue - aout 2012



flèche


Mise à jour suite à ma visite d'aout 2012 :


- le Loris Loft : a l'extrémité de la cité des perroquets,
une volière de grande taille a été érigée. Cette dernière
est le lieu de vie de plusieurs centaines de loris arc en
ciel (Trichoglossus haematodus) et de quelques van-
neaux soldats (Vanellus miles).

Le visiteur est invité à penetrer dans cette volière au con-
tact des oiseaux. Un premier sentier permet d'observer
les animaux, le second, offre aux visiteurs le plaisir de
nourrir les loris après avoir acquis des gobelets de nectar.


Volière des loris
Volière des loris - aout 2012


Volière des loris
Volière des loris - aout 2012
Volière des loris
Volière des loris - aout 2012


Lori loft
Lori loft - aout 2012
Entrée du Lori loft
Entrée du Lori loft - aout 2012se



flèche






En conclusion, le parc des oiseaux est le plus grand parc ornithologique
français. Au fil des années, il a acquis de nombreuses connaissances sur
l'élevage des oiseaux et leur maintien en captivité. Aujourd'hui, le parc
des oiseaux est reconnu au niveau européen pour la qualité de ses inst-
allations, mais aussi pour les nombreux succès d'élevage enregistrés
notamment pour des espèces peu courantes en captivité. De nomb-
reuses rénovations ont eu lieu ces dernières années et se poursuivent
aujourd'hui.
Flamant de Cuba
Flamant de Cuba - septembre 2009


Copyright ©  -  2007-2017  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés