Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe  |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Zoo Zlín


Zoo a zámek Zlín - Lešná
Lukovská 112
763 14 Zlín 12
Czech Republik

Tel:   +420 577 914 180
Fax : +420 577 914 053

www.zoozlin.eu



Logo du zoo de Zlin
Plan du zoo
Plan du zoo de Zlin

Vue aérienne du zoo de Zlin
Vue aérienne du zoo de Zlin



Ma visite : le 13 juin 2011
Mise en ligne : le 01 novembre 2011
Mise à jour : 14 juillet 2019 (Nouveau compte rendu - New description)



Horaires d'ouverture 2011
Tarifs d'entrée 2011
Présentation du zoo
Historique des nouveautés
La zone sud américaine
La serre amazonienne
Amazonienne
L'Australie
L'Asie
Le Jardin japonais
L'Afrique
Ethiopia 1
Les oiseaux et le vivarium
Les singes et les manchots
Les chevaux et petits oiseaux
Conclusion
Tantale blanc
Tantale blanc - juin 2011





Horaires d'ouverture 2011 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)



    



     Novembre à Mars :  8h30 à 16h00
     Avril à Septembre :   8h30 à 18h00
     Octobre :                  8h30 à 17h00

Mangouste de Gambie
Mangouste de Gambie - juin 2011





Tarifs d'entrée 2011 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)

Ours du Tibet
Ours du Tibet - juin 2011

Entrée du zoo :

     Adultes :                   120 CZK (4,85 €)
     Enfants (3 à 15 ans) : 80 CZK (3,23 €)
     Etudiants; Seniors :  100 CZK (4,04 €)

     Carte famille (2 adultes et 3 enfants) : 360 CZK (14,54 €)

Entrée du Château
     Adultes :                     50 CZK (2,02 €)
     Enfants (3 à 15 ans) : 30 CZK (1,21 €)
     Etudiants; Seniors :    40 CZK (1,62 €)





Présentation du zoo

Les origines du zoo de Zlin remontent au 19ème siècle et plus précisément
aux années 1804 - 1805. A ces dates, le Comte Joseph Jan Seilern, prop-
riétaire du domaine de Lukovské, se fit construire une faisanderie en vue
d'élever ces oiseaux.

Dans les années 1887 - 1894, le Comte František dota le parc d'un
château résidentiel, mais également de nouvelles structures animalières per-
mettant l'accueil et l'élevage de faisans mais aussi de chevaux. 
La collection animalière se développa au fil des décennies et les premières
espèces exotiques, dont des oiseaux et des gazelles, furent présentées en
1929 - 1930. C'est également à cette date qu'une serre a été érigée en vue
d'y laisser voler les oiseaux en liberté, sous la houlette du Comte Seilern.

Le développement de cette collection privée s'arrêta en 1939 avec la mort
de Joseph Seilern.

L'après guerre (1945) marquait également la nationalisation du château de
Zlin et du parc l'entourant, ce qui permit d'ouvrir le zoo au public dès 1948.





Tamarin à manteau noir
Tamarin à manteau noir - juin 2011



Girafe
Girafe - juin 2011
Les années 1970 et 1980 marquent l'essor de ce parc situé à l'Est de la
République tchèque, avec notamment l'accueil de grands mammifères
comme les rhinocéros ou les chimpanzés.

Les installations vieillissantes furent rénovées dès 1990, date qui marque
la modernisation du zoo de Zlin, modernisation et extensions qui se pour-
suivent encore aujourd'hui. Le parc se développe par zone géographique
et recrée ainsi les milieux d'origine des animaux.

En 2011, le parc de Zlin s'étend sur 52 hectares dont 48 sont consacrés
à la présentation d'animaux, représentés par 1163 individus appartenants
à 211 espèces.

Le parc, né de la passion des oiseaux, reste spécialisé dans la présen-
tation de ces animaux à plumes et possède une des plus belles collections
d'échassiers.

Tout comme ses principaux partenaires, les zoos de Prague et de Plzen,
le zoo de Zlin ne cesse d'importer et d'accueillir des espèces relativement
peu courantes en captivité.





Historique des principales nouveautés



1996 : Ile des gibbons
1997 : Enclos des gorilles et des lémurs
1998 : Les manchots et le pavillon africain
2000 : Rénovation de l'enclos des otaries
2001 : Construction des enclos asiatiques
2003 : Pavillon des éléphants et enclos des cattas
2004 : Amazonia et les lions
2005 : Enclos des vigognes
2006 : Serre tropicale Yucatan
2008 : Enclos des flamants roses
2009 : Volière des vautours et des mangoustes
2010 : Ethiopa phase 1
2011 : Centre Caudata (Protection des salamandres)
2012 : Ethiopia phase 2
Tantale indien
Tantale indien - juin 2011





Visite du zoo

L'entrée du zoo de Zlin est relativement récente mais construite
selon l'architecture du château situé au centre du parc.
Après avoir franchi l'entrée le visiteur se trouve plongé dans un
grand parc vert agrémenté de nombreux arbres.

La partie située sur la gauche correspond à la première biozone,
l'Amérique du Sud. Le premier enclos de ce continent, a été
rénové en 2000. Des gradins bordent un grand bassin visible à
travers des baies vitrées, bassin qui se termine sur une plage
rocailleuse. Cette installation présente des otaries de Patagonie
(Otaria byronia).
A l'arrière des gradins se dresse une grande serre vitrée que le
sentier de visite longe. Une grande volière est également ac-
colée à cette serre. Des troncs d'arbres dotés de nombreuses
branches et reliés entre eux par des cordes offrent diverses pos-
sibilités d'évolution aux ara macaos (Ara macao) et aux ama-
zones festives (Amazona festiva) qui y cohabitent.



Bassin des otaries
Bassin des otaries - juin 2011

Plaine des alpagas
Plaine des alpagas - juin 2011
En face des oiseaux, un enclos peu visible car camouflé par une
haie dense, est planté de nombreux buissons et de quelques
souches. Cet enclos est le lieu de vie de loups à crinière
(Chrysocyon brachyurus).

A côté des loups et au bout du sentier de visite, se trouve une
vaste plaine herbagée, agrémentée de quelques arbres isolés, de
rochers et de perchoirs en bois. Des alpagas (Lama paco) y
sont présentés en compagnie de maras (Dolichotis patagonum),
de vautours auras (Cathartes aura), de nandous de Darwin
(Pterocnemia pennata) et de canards musqués ou canards de
Barbarie (Cairina moschata domestica).

Le visiteur peut alors soit se diriger sur la gauche pour longer la
plaine sud américaine, soit bifurquer sur la droite en direction de
l'entrée de la serre.


Volière des aras
Volière des aras - juin 2011
Enclos des loups à crinière
Enclos des loups à crinière - juin 2011


En empruntant le sentier de droite, le visiteur découvre plusieurs
volières densément végétalisées, mais également un bâtiment per-
cé de vitres.
La loge à laquelle il fait face en premier est occupée par des
tortues du Chili (Geochelone chilensis).
La première volière est le lieu d'une cohabitation entre de rares
ara macavouanne (Ara manalita), des aras sévères (Ara
severa
), des amazones aourous (Amazona amazonica) et des
cassiques verts (Psarocolius viridis).

A côté des becs crochus, une grande volière en pointe est con-
sacrée à des ibis rouges (Eudocimus ruber), des spatules roses
(Platalea ajaja), des agamis trompettes (Psophia crepitans)
et des agoutis d'Azara (Dasyprocta azarae).
Le dernier enclos extérieur de cette allée est entièrement enher-
bé et agrémenté de structures d'escalade en bois et accueille
des coatis à queue annelée (Nasua nasua) et des pécaris à col-
lier (Pecari tajacu).


Volière des petits perroquets
Volière des petits perroquets - juin 2011





Le visiteur se dirige alors vers la grande serre, au sein de laquelle
se poursuit la visite. La serre est densément végétalisée et le sen-
tier solline au milieu des grands arbres. Quelques enclos mar-
quent une pause dans la végétation et des cascades poussent
des sons reposants.
Sur la droite, une fosse en terre est occupée par des tortues den-
telée (Geochelone denticulata). Une grande maison en bois
montée sur pilotis, permet aux visiteurs de se reposer en hauteur.
Les dessous de la maison sont agrémentés d'un terrarium en
terre dans lequel ont été installées des plantes en pot. Ce viva-
rium présente des boas constricteurs (Boa constrictor).

Un peu plus loin, au milieu de la végétation, un filet métallique,
posé sur plusieurs arbres, constitue une volière au sein de laquelle
a été installé un couple de toucans vitellins (Ramphastos
vitellinus
).


Serre sud américaine
Serre sud américaine - juin 2011


Ambiance de la serre
Ambiance de la serre - juin 2011
Le visiteur poursuit son incursion dans la jungle pour trouver, sur la
droite, deux fosses composées d'un bassin et d'une petite plage en
sableet qui sont consacrées à des crocodiles de Cuba (Crocodylus
rhombifer).

En face des crocodiles, une troisième fosse, où ont été entassés des
branches, est le lieu de vie de paresseux didactyles (Choloepus
didactylus).

Le sentier contourne la fosse des paresseux et un escalier conduit le
visiteur dans une petite grotte dans laquelle il a une vision sous
marine sur les bassins des crocodiles. Dans ces mêmes bassins le
visiteur peut également observer des gouramis géants (Astronotus
ocellatus
), des pacus (Colossuma sp.), des prochilodes argentés
(Semaprochilodus taeniurus), des plécos communs (Hypostomus
plecostomus), des tortues matamatas (Chelus fimbriatus), des
tortues à tempes rouges (Podocnemis cayenensis), des piranhas
ponctués (Metynnis maculatus), des raies à aiguillons
(Potamotrygon motoro) et des raies léopards (Potamotrygon
leopoldi
).


Plusieurs espèces sont également présentées en totale liberté dans
la serre. On peut ainsi y voir des tamarins à manteau noir (Saguinus
nigricollis), présentés dans 7 parcs européens, des sakis à tête
blanche (Pithecia pithecia), des ouistitis pygmés (Callithrix 
pygamae), des caurales soleils (Eurypyga helias), des tyrans qui-
quivis (Pitangus sulphuratus), des cassiques cul jaune (Cacicus
cela
), des jacanas noirs (Jacana jacana), des troupials à tête rouge
(Amblyramphus holosericeus), des grands motmots (Momotus
momota), des iguanes verts (Iguana iguana) et des cassiques
cul rouge (Cacicus haemorrhous).

Le visiteur ressort alors de la serre pour revenir au niveau de l'en-
clos des tortues et de la plaine sud américaine.
Enclos des paresseux
Enclos des paresseux - juin 2011


Enclos des tortues
Enclos des tortues - juin 2011
Enclos des crocodiles
Enclos des crocodiles - juin 2011





Devant la loge des tortues et le carrefour, une passerelle en bois
détourne le visiteur sur la droite, pour observer, à travers des
baies vitrées, un enclos intérieur au sol en écorces et agrémenté
d'un bassin.
Des fourmiliers géants (Myrmecophaga tridactyla) y sont
présentés. Le bâtiment est relié à une vaste plaine en herbe, au
sein de laquelle ont été plantés de nombreux buissons et dont
la partie arrière est de type forestière. Cette plaine accueille une
cohabitation entre les fourmiliers, des tapirs terrestres (Tapirus
terrestris), des capybaras (Hydrochaeris hydrochaerus) et
des dindons (Meleagris gallopavo).
En contournant une volière densément végétalisée, occupée par
de rares caracaras austraux (Phalcoboenus australis), une hutte
boisée offre un point de vue global sur l'ensemble de la plaine
sud américaine.

Le visiteur poursuit sa visite sur le sentier principal situé entre
l'enclos des tapirs et la plaine des alpagas.




Une partie de la plaine des tapirs
Une partie de la plaine des tapirs - juin 2011

Plaine des guanacos
Plaine des guanacos - juin 2011
En descendant le visiteur peut observer au coeur de la plaine des al-
pagas, une volière en herbe dans laquelle évoluent des cariamas
huppés (Cariama cristata).

La fin de la partie brésilienne de la zone Amérique du Sud est marquée
par un jardin de plantes grasses installées sur un sol en sable, marquant
le commencement du voyage vers le Pérou. Deux espèces représen-
tent ce pays. Installées dans un enclos enherbé et parsemé de bacs de
sable, des vigognes (Vicugna vicugna) y vivent en compagnie de
nandous de Darwin (Pterocnemia pennata).
Des panneaux pédagogiques ont été installés à ce niveau et déc-
rivent les différentes activités agricoles faisant appel à ces ca-
mélidés, ainsi que les produits dérivés comme la laine.

Le visiteur poursuit son incursion en Amérique du Sud pour gagner
le secteur "Amazonia".


"Amazonia" est le plus grand complexe de la zone sud américaine,
et s'insert dans une forêt, dont l'abattage de certains arbres a permis
la création des différents enclos. Néanmoins, la densité de la forêt
encore en état permet une véritable incursion dans la jungle.
Une première île entourée d'un discret fossé en eau mais aussi d'un
petit grillage, est densément végétalisée, plantée de quelques buis-
sons et tendue de branches et de cordes. Cette installation est le
lieu de vie d'un groupe de saïmiris à tête grise (Saimiri sciureus).

A l'arrière de la maison des petits singes, dont l'intérieur est vi-
sible à travers des baies vitrées, se trouve une volière qu'une
corde relie à la cime d'un arbre situé de l'autre côté du sentier de
visite. Des aras chloroptères (Ara chloroptera) y évoluent en
toute liberté.

Au bas de ce sentier, le visiteur est invité à entrer dans une grande
volière de contact, au sol en herbe, agrémentée d'arbustes, de
troncs d'arbre, de perchoirs, de cordes et traversée d'un torrent.




Ile des saïmiris
Ile des saïmiris - juin 2011

Volière des perroquets
Volière des perroquets - juin 2011
Ce milieu recréant la jungle amazonienne est le lieu de vie d'aras macaos
(Ara macao), d'aras chloroptères (Ara chloroptera), d'aras araraunas
(Ara ararauna), d'aras militaires (Ara militaris mexicanus), d'ama-
zones poudrées (Amazona farinosa), de chaunas (Chauna torquata),
de sarcelles à collier (Callonetta leucophrys), de dendrocygnes veufs
(Dendrocygna viduata) et de hoccos noirs (Crax alector).

A la sortie de la visiteur, le sentier situé au beau milieu de la forêt natu-
relle, nous conduit à longer un grand lac, bordé sur la droite par une
plage en herbe où ont été installées des herbes de la pampa. Cet en-
clos est occupé par des cigognes maguaris (Ciconia maguari), des
chaunas (Chauna torquata), des cygnes à col noir (Cygnus
melanocorypha) et des nettes peposacas (Netta peposaca).
Sur la gauche du lac, un grillage entoure une partie en eau accolée à
une plage en terre, enclos consacré à des alligators du Mississipi
(Alligator mississipiensis).


Le visiteur contourne alors ce premier lac, pour revenir à l'arrière
de l'installation des cigognes, où se situe un second grand lac où
ont élu domicile des cygnes à col noir (Cygnus melanocorypha),
des nettes peposacas (Netta peposaca), des sarcelles à collier
(Callonetta leucophrys), des canards colverts (Anas
platyrhynchos) et des tortues de Floride (Trachemys scripta
elegans).

Une hutte en bois, comme toutes celles installées dans la zone sud
américaine, permet aux visiteurs de se reposer. La visite se pour-
suit sur la droite en direction de la volière de contact et de sorte
à longer et contourner le lac.
Au ce,tre de ce grand lac, une grande île naturelle reliée à une
cabane en bois, est le lieu d'évolution d'une importante colonie
reproductrice de saimiris à tête grise (Saimiri sciureus sciureus)
et de sarcelles versicolors (Anas versicolor).



Grand lac des anatidés
Grand lac des anatidés - juin 2011

Enclos des alligators
Enclos des alligators - juin 2011



Une fois le grand lac des saimiris contourné, le visiteur est invité à quitter l'Amérique du Sud, en direction d'un nouveau continent : l'Australie.





L'entrée dans la zone Océanique est marquée par un grand point
de restauration implanté au coeur d'un payasage de sable rouge
parsemé de rochers et de plantes grasses.
A l'arrière de ce restaurant, se trouve une prairie en herbe, entourée
de barrières en bois, prairie qui présente une espèce domestique
souvent élevée en Australie pour sa laine et dont la viande est im-
portée en France, le mouton (Ovis aries). Les jeunes visiteurs
peuvent entrer au contact de ces mammifères.

A côté des moutons, un enclos en herbe, au sein duquel ont été
dressés des petits parasols en bois, structure reliée à une cabane
abritant une petite volière au sein de laquelle ont été installés des
cacatoès blanc (Cacatua alba).

Des clapiers ont également été installés aux côtés des cacatoès,
ce qui permet de présenter diverses espèces de lapins
(Oryctolagus cuniculus).



Enclos des cacatoès
Enclos des cacatoès - juin 2011

Volière des kéas
Volière des kéas - juin 2011
La zone australienne, outre les animaux, a été dotée de nombreuses struc-
tures de jeux pour enfants. C'est ainsi qu'un parcours d'acrobranches
adossé à des toboggans a été érigé au coeur d'une parcelle forestière .

Au bas de cette aire, un chapiteau entouré d'une piste propose des tours
à dos de poneys (Equus cabella) ou à dos de chameaux (Camelus
bactricanus).
Après avoir traversé une troisième aire de jeux, le visiteur fait face à une
volière ronde, agrémentée d'un arbre central autour duquel rayonnent
des perchoirs en bois. Cette installation présente des corbeaux flûteurs
(Gymnorhina tibicen) et des kéas (Nestor notabilis).

En face des kéas, une île plantée de saules pleureurs et reliée à une partie
en herbe est occupée par des ibis d'Australie (Threskiornis spinicollis),
des oies semi palmées (Anseranas semipalmata), des tadornes radjah
(Tadorna radjah) et des cygnes noirs (Cygnus atratus).


Zone australienne
Zone australienne - juin 2011
Ile des ibis et des tadornes
Ile des ibis et des tadornes - juin 2011


Le visiteur poursuit sa visite en  direction d'une volière rectangulaire,
aménagée sous de grands arbres, au sein de laquelle quelques sou-
ches offrent des points surélevés aux kookaburas à ailes bleues
(Dacelo leachii) qui y vivent.

Juste avant la volière, un chemin remonte sur la gauche, sentier que
nous allons maintenant emprunter de sorte à longer un grand enclos
valloné, enclos de contact dans lequel se poursuit la visite. La gran-
de taille de cet enclos permet l'alternance de zones en herbe, en
terre et de parties forestière. Un sentier traverse cette plaine au sein
de laquelle évoluent des wallabies de Benett (Macropus rufogriseus)
et des émeus (Dromaius novaehollandiae).

Le visiteur ressort au niveau de la seconde extrémité de l'enclos de
contact, pour se trouver sur un sentier en écorces bordés de plusieurs
enclos.



Enclos des wallabies
Enclos des wallabies - juin 2011


Volière des calaos papous
Volière des calaos papous - juin 2011
C'est ainsi que sur la droite, une volière où les bambous se sont
développés en masse abrite un couple de calaos papous (Aceros
plicatus
), dont les loges intérieures sont visibles à travers des
baies vitrées.

Sur la gauche, un enclos forestier est le lieu de vie d'une meute de
dingos (Canis lupus f. dingo). Malgré la présence de plusieurs
cachettes, les animaux restent relativement craintifs et difficilement
observables.

En continuant son incursion dans la forêt australienne, le visiteur
découvre un double enclos densément végétalisé, où la végétation
naturelle grandit en totale anarchie et recrée parfaitement le milieu
de vie des casoars à casque (Casuarius casuarius) qui y ont été
installés.

C'est avec l'enclos de ce ratite que se termine la partie Océanienne
du zoo de Zlin.


Un des enclos des casoars
Un des enclos des casoars - juin 2011
Volière des kookaburas
Volière des kookaburas - juin 2011





La suite de la visite nous permet d'attérir en Asie, qui constitue le
troisième grand secteur du parc.
L'entrée asiatique se situe dans une forêt de conifères, tandis que
le sol est recouvert de rhododendrons. Un sentier sillone au milieu
de ces buissons, pour déboucher sur une terrasse bordant la pre-
mière plaine asiatique, une vaste étendue d'herbe, au centre de la-
quelle ont été disposés des troncs d'arbre. Cette plaine héberge
une cohabitation entre des chameaux (Camelus bactrianus), des
antilopes cervicapres (Antilopa cervicapra), des nilgaus
(Boselaphus tragocamelus), des vautours fauves (Gyps fulvus),
des grues à cou blanc (Grus vipio), des oies cygnoides (Anser
cygnoides) et des oies à tête barrée (Anser indicus).

A l'extrémité droite de la terrasse, des vitres ouvrent une vue sur
une installation de relativement grande taille, plantée de faux acacias,
et à l'herbe haute, structure qui est occupée par un couple de
tigres de Sibérie (Panthera tigris altaica).




Plaine des chameaux
Plaine des chameaux - juin 2011


Enclos des ours du Tibet
Enclos des ours du Tibet - juin 2011
Le visiteur redescend vers le sentier principal situé dans la forêt, tout
en longeant sur la gauche, un enclos en herbe, parsemé de rochers
et de troncs d'arbre, une cascade et un torrent traversant l'ensemble
de l'enclos. Des ours du Tibet (Ursus thibetanus) sont installés à
ce niveau.

Avant de regagner le sentier principal, une bifurcation sur la gauche
nous invite à entrer dans une volière de contact. La rivière des ours
continue de couler au coeur de cette volière, qui est également plan-
tée de nombreux saules pleureurs, le fond reconstituant une falaise
de faux rochers.
Les espèces présentées dans cet enclos sont : des spatules blanches
(Platalea leucoridia), des hérons garde boeufs (Bubulcus ibis),
des huitriers pies (Haematopus ostralegus), des talèves sultanes
(Porphyrio porphyrio), des hérons de Gray (Ardeola grayii), une
espèce de héron présentée dans 5 parcs européens, des tantales
indiens (Mycteria leucocephala) et des tantales blancs (Mycteria
cinerea
), ces deux dernières espèces sont également hébergées
respectivement dans 4 et 1 autres zoos en Europe.


Volière des oiseaux asiatiques
Volière des oiseaux asiatiques - juin 2011
Enclos des tigres de Sibérie
Enclos des tigres de Sibérie - juin 2011


Le visiteur ressort de la volière et revient sur le sentier principal, que l'on traverse pour se rendre dans une seconde volière de contact.





Cette seconde volière est située à la frontière du secteur Africain, con-
tinent duquel sont originaires ses pensionnaires.
Une paserrelle en bois traverse cette volière enherbée. Sur la gauche
de la passerelle ont été plantés quelques arbres, alors que la partie
droite représente un milieu aride, où alternent herbe, sable, rochers et
racines sèches.

De rares mangoustes de Gambie (Mungos gambianus), les seuls re-
présentant de leur espèce en Europe, évoluent dans la partie de
droite tandis que des vautours de Rueppel (Gyps rueppellii) se par-
tage le reste de la structure avec des vautours de l'Himalaya (Gyps
himalayensis).

Deux possibilités s'offrent alors aux visiteurs, soit la visite peut se
poursuivre dans la zone Africaine, soit un petit sentier s'enfonce
dans la forêt asiatique. En empruntant ce dernier, on peut se rendre
sur la droite, vers un jardin planté de nombreuses fleurs utilisées
pour attirer les papillons, qui sont rois de cette zone.




Une partie de la volière des vautours
Une partie de la volière des vautours - juin 2011
Enclos des makis cattas
Enclos des makis cattas - juin 2011
Laissant le jardin des papillons sur la droite, la visite nous conduit vers
une île plantée de quelques conifères dont les troncs sont reliés entre
eux par des cordages. Cette île héberge des makis varis noirs et blancs
(Varecia variegata variegata), une espèce qui, malgré sa localisation
au sein du zoo, est originaire de Madagascar et non d'Asie.

Au bout de l'île des makis, une maison octogonale fait face à un grand
lac. A l'arrière de cette bâtisse est accolée une volière de petite taille
disposant pour seuls aménagements de quelques branchages, volière
consacrée à la présentation de petits pandas (Ailurus fulgens).

Le visiteur longe alors le grand lac au milieu duquel ont été installés de
petits îlots en pierre sur lesquels se dressent des mâts reliés entre eux
par des cordes. Cette installation reliée à la maison est le lieu de vie
de gibbons lar (Hylobates lar).




Des pélicans blancs (Pelecanus onocrotalus) évoluent sur le lac aux
côtés de pélicans des Philippines (Pelecanus philippensis), des ber-
naches du Canada (Branta canadensis), des nettes rousses (Netta
rufina), des harles bièvres (Mergus merganser), des oies des neiges
(Anser caerulescens), des oies à tête barrée (Anser indicus) et des
cygnes tuberculés (Cygnus olor).

Le visiteur longe le lac des anatidés et traverse également un petit
jardin chinois, jardin dont la fin est marquée par 2 enclos en herbe,
agrémentés de quelques buissons et de hautes herbes. Le premier
enclos, recouvert d'un filet présente des grues de Mandchourie
(Grus japonicus).
Le second enclos à ciel ouvert, est pour sa part occupé par des
grues antigones (Grus antigone).

L'enclos des grues marque non seulement la fin du jardin chinois
mais également celle de la zone asiatique. Le visiteur revient légè-
rement sur ses pas, pour emprunter un sentier situé en face des
grues de Mandchourie et qui longe la volière des vautours.




Bassin des pélicans et iles des gibbons
Bassin des pélicans et iles des gibbons - juin 2011
Enclos des grues de Mandchourie
Enclos des grues de Mandchourie - juin 2011
Partie des mangoustes dans la volière
Partie des mangoustes dans la volière - juin 2011





Une fois revenu au niveau du carrefour qui permet d'entrer dans la
volière des vautours et des mangoustes et de se rendre dans la
zone asiatique, le visiteur se dirige sur la droite, pour débuter son
incursion en Afrique.

Sur la gauche du sentier de visite, une plaine pentue en herbe, dis-
pose d'un bosquet dans la partie supérieure. Cette installation
est le lieu de vie d'oryx d'Arabie (Oryx leucoryx) et de calaos
terrestres (Bucorvus leadbeater).

En face des oryx, une passerelle en bois nous amène à longer un
plan d'eau doublé d'une plage en herbe accolée à un bâtiment en
ocre. Cette lagune est le lieu de présentation de flamants roses
(Phoenicopterus roseus).
Au bout du ponton, un carrefour rejoint, sur la droite, la zone
des grues,  sur la gauche, l'enclos des oryx et tout droit, le sentier
se dirige vers un grand bâtiment au sein duquel se poursuit la visite.



Enclos des oryx d'Arabie
Enclos des oryx d'Arabie - juin 2011


Maison des éléphants
Maison des éléphants - juin 2011
Ce bâtiment, inauguré en 2003, se compose d'un grand enclos
commun et d'une loge de séparation. Un bassin complète le
décor de faux rochers qui camoufle les murs.
Un groupe de trois éléphants africains (Loxodonta africana
africana) occupe cette installation. Les pachydermes béné-
ficient également d'un enclos extérieur aménagé tout en lon-
gueur, dans lequel poussent quelques arbres. Un bassin ex-
térieur, un sol en sable et en terre et des souches offrent des
enrichissements à ces mastodontes.

Avant de ressortir de la maison des éléphants, un aquarium
présente les poissons du lac Malawi, représentés par des
cichlidés africains dorés (Melanochromis auratus), des
mbunas (Cynotilapia afra), des cichlidés saulosis
(Pseudotropheus saulosi), des cichlidés alongés
(Pseudotropheus elongatus), des cichlidés zèbres
(Pseudotropheus zebra), des aulonocora fée (Aulonocara
jacobfreibergi
), des burtonis (Astatotilapia burtoni) et des
bossus de Malawi (Cyrtocara moorii).


Aquarium des cichlidés
Aquarium des cichlidés - juin 2011
Enclos des flamants roses
Enclos des flamants roses - juin 2011


Le visiteur ressort alors de la maison des éléphants pour se diriger
vers la grande plaine africaine de Zlin. Cette installation entièrement
en herbe, est plantée de nombreux arbres dans sa partie supérieure
agrémentée de rochers et de quelques branches. Un cours d'eau
permet de séparer les animaux des visiteurs.

Au sein de la plaine africaine, des addax (Addax nasomaculatus)
évoluent aux côtés de cobes de Kaffue (Kobus leche kafuensis),
d'autruches (Struthio camelus), d'ibis sacrés (Threskiornis
aethiopicus), de marabouts (Leptoptiloscrumeniferus), d'oies
armées de Gambie (Plectropterus gambensis), de bernaches à
ailes bleues (Cyanochen cyanopterus) et de calaos terrestres
(Bucorvus leadbeater).

Le visiteur longe cette plaine situé sur la gauche tandis que sur la
droite se dresse l'enclos extérieur des éléphants.



Plaine africaine
Plaine africaine - juin 2011

Enclos des lions
Enclos des lions - juin 2011
Un ponton en bois bifurque sur la gauche, dans un recoin de la plaine
africaine. Entre ce sentier et le chemin principal, un enclos de type
marécageux est occupé par des grues royales (Pavonina regulorum).

Au bout du chemin en bois, qui marque également la limite de la plaine
africaine, se trouve un autre enclos dont la construction date de 2003,
enclos planté de nombreux buissons, troncs d'arbre et rochers qui
cassent la monotonie de cet enclos en herbe, lieu de présentation d'un
groupe de lions (Panthera leo).

Le sentier de visite est alors barré d'une barrière en bois marquant
l'entrée d'un enclos de contact. Il s'agit d'une île en herbe, plantée de
nombreux arbres et consacrée à une famille de makis cattas (Lemur
katta). Des cordes et branchages complètent les aménagements.

Le visiteur quitte alors l'enclos des lémuriens pour se diriger vers la
zone conçue en 2010, l'Ethiopie (phase 1).


Enclos des grues royales
Enclos des grues royales - juin 2011
Enclos extérieur des éléphants
Enclos extérieur des éléphants - juin 2011


Plaine africaine
Plaine africaine - juin 2011
Enclos de contact des makis cattas
Enclos de contact des makis cattas - juin 2011





L'entrée en Afrique noire est marquée par un mur de brindilles débouc-
hant sur une vaste volière que l'on longe, avant de pénétrer dans cette
installation en herbe au sein de laquelle ont été dressés plusieurs troncs
d'arbres.

Au sein de cette volière, on peut observer des tantales indiens
(Mycteria ibis), des marabouts (Leptoptiloscrumeniferus), des
perroquets à cou brun (Poicephalus fuscicollis fuscicollis), de rares
calaos siffleurs (Bycanistes fistulator fistulator), des ombrettes
africaines (Scopus umbretta) et des grues caronculées (Grus
carunculata)
.

Le visiteur ressort alors de la volière, pour découvrir l'enclos principal
d'Ethiopia. Ce grand enclos en herbe est pentu, organisé au milieu des
arbres et parsemé de rochers, plusieurs rivières coulent en son sein.
Cette installation héberge l'espèce emblématique de ce pays, le gélada
(Theropithecus gelada), singe qui cohabite avec des damans des
rochers (Procavia capensis).



Volière africaine
Volière africaine - juin 2011

Enclos et maison des tortues
Enclos et maison des tortues - juin 2011
Au niveau du milieu de l'enclos, le sentier de visite est bordé par une hutte
reliée à un petit enclos extérieur en herbe, qui non seulement permet aux
damans de s'isoler des géladas, mais qui accueille également des tortues
léopards (Geochelone pardalis). Sur la droite, le chemin surplombe la
plaine des éléphants

Le visiteur contourne alors l'enclos des géladas en repassant à l'arrière de
la maison des éléphants, pour remonter vers la mini ferme africaine. Cette
mini ferme se compose d'un simple enclos organisé en terrasses de sable
et délimité par une barrière de brindilles. De disgracieux moutons de
Somalie (Ovis aries orientalis) y vivent en compagnie de poules (Gallus
gallus domesticus).

La visite se poursuit au coeur d'une forêt de feuillus, pour découvrir les
panneaux présentant la futures zone Ethiopia 2 dont l'inauguration est
prévue en 2012 et qui devrait accueillir des grands koudous, des suricates
ou encore des serpentaires.


Enclos des géladas
Enclos des géladas - juin 2011
Enclos des géladas
Enclos des géladas - juin 2011


Abri de la volière africaine
Abri de la volière africaine - juin 2011
Mini ferme
Mini ferme - juin 2011


Au bout de l'allée, sous le couvert de grands arbres, un enclos forestier
est relié par de petites portes à un enclos en sable dont seule une petite
partie est visible. Cette plaine est accolée à un bâtiment vers lequel
monte un escalier. Une fois dans ce bâtiment, le visiteur évolue sur un
balcon situé en hauteur. Sur la droite de l'entrée, une volière relati-
vement peu éclairée héberge des perroquets à cou brun (Poicephalus
fuscicollis fuscicollis
).

Cette terrasse permet également de surplomber différents boxes bor-
dant les murs du bâtiment, ainsi qu'une vaste loge centrale.


Une seconde volière a été installée dans un des angles du chemin de
visite. Cette volière, agrémentée de graminées sèchées et de branc-
hages est consacrée aux oiseaux bâtisseurs de nids, représentés par
des travailleurs à bec rouge (Quelea quelea), des euplectes vorabés
(Euplectes afer) et des veuves dominicaines (Vidua macroura).
Une troisième volière était vide lors de ma visite.




Volière des tisserins
Volière des tisserins - juin 2011



Plaine africaine
Plaine africaine - juin 2011
Au niveau des loges, entre chaque volière, un ensemble de quatre
boxes typique des boxes pour chevaux ont été installés le long des
murs. La première série est plus spécifiquement occupée par des
damalisques à front blanc (Damaliscus dorcas phillipsi), la
seconde rangée est le lieu de vie de zèbres du Soudan (Equus
burchelli borensis
) tandis que la troisième série héberge des aut-
ruches (Struthio camelus).

La loge centrale doublée de 2 boxes d'isolement a été conçue
pour l'accueil de girafes de Rothschild (Giraffa camelopardalis
rothschildi
).

Enfin, avant de quitter le pavillon africain le visiteur découvre, sur
la droite, deux dernières loges bétonnées occupées par des
rhinocéros blancs (Ceratotherium simum simum).

Le visiteur ressort de la maison africaine, et découvre le pré parc
des rhinocéros, mais également la grande plaine africaine en sable,
doublée d'une partie forestière accessible aux antilopes, zèbres et
autruches. Des pintades de Numibie (Numida meleagris) sont
également présentées à ce niveau.


Enclos des moutons
Enclos des moutons - juin 2011
Loges des girafes
Loges des girafes - juin 2011





La zone africaine marque la fin de l'organisation en biozone du zoo. Cette
partie du parc est en effet le lieu de vie de plusieurs espèces réparties en
fonction de leur classe et non plus par rapport à leur origine géographique.

C'est ainsi que la suite de la visite nous conduit à découvrir plusieurs ran-
gées de volières. Chcune d'entre elles est de type naturelle, où la végé-
tation sauvage pousse en anarchie. Des perchoirs en bois complètent ces
aménagements.

La première structure est occupée par des pintades vulturines (Acryllium
vulturinum) et par des calaos trompettes (Ceratogymna bucinator).
Des corbeaux à nuque blanche (Corvus albicollis) vivent dans la seconde
volière alors que la troisième héberge des touracos violets (Musophaga
violacea).

La quatrième volière, accolée à celle des touracos est consacrée à des
pintades vulturines (Acryllium vulturinum) et des calaos à bec jaune
(Tockus flavirostris).




Volière des calaos
Volière des calaos - juin 2011

Volière typique pour calaos
Volière typique pour calaos - juin 2011
Après une partie vierge de tout grillage, le visiteur se dirige vers la
seconde série de volière, dont la première installation est occupée
par des calaos à huppe blanche (Tockus albocristatus) qui co-
habitent avec des perroquets à cou brun (Poicephalus fuscicollis
fuscicollis
).

Des touracos de Ross (Musophaga rossae) vivent dans la secon-
de installation.

La dernière série de 3 volières accolées est consacrée à la présen-
tation de 3 espèces de calaos. La première est le lieu de vie de
calaos bicornes (Buceros bicornis), la seconde héberge des
calaos à casque noir (Ceratogymna atrata), espèce présentée
dans 13 parcs européens. Enfin, des calaos à joues argentées
(Bycanistes brevis) occupent la dernière volière de cette rangée.

Le visiteur arrive alors au niveau d'une grande place.


Au niveau de cette place se dresse un grand bâtiment qui abrite les
bureaux administratifs et un restaurant. Sur la droite de la bâtisse,
un enclos forestier est occupé par des jabirus du Sénégal
(Ephippiorhynchus senegalensis).

Le restaurant est bordé d'une terrasse couverte au centre de la-
quelle se dresse une volière. Cette structure est occupée par des
faisans dorés (Chrysolophus pictus), des choucadors pourprés
(Lamprotornis purpureus) et des touracos à bec rouge (Tockus
erythrorhynchus).

Au niveau de cette place, après avoir pris une collation, le visiteur
est invité à emprunter un sentier situé sur la gauche, en direction
de la nouveauté 2011, le Centre "Caudata", un bâtiment entière-
ment vitré au sein duquel plusieurs terrariums sont occupés par
des salamandres communes (Salamandra salamandra). Ce cen-
tre a en effet été créé en vue de soutenir la protection des am-
phibiens.




Enclos des jabirus
Enclos des jabirus - juin 2011


Vivarium
Vivarium - juin 2011
Le visiteur revient à proximité du restaurant pour faire face au
château du zoo, dont la visite est possible moyennant un droit
d'entrée. Les sous sols du château ont, pour leur part, été trans-
formés en terrariums.

Plusieurs vivariums sont visibles à travers des vitres qui se dégagent
des murs de pierre. Le premier terrarium agrémenté d'un bassin
bétonné, d'une partie en terre tendue de plantes articifielles et de
branchages, est le lieu de vie de varans de Salvator (Varanus
salvadorii). Des pythons molures (Python molurus bivittatus)
occupent le terrarium suivant entièrement bétonné.

Les deux vivariums qui suivent sont plantés de nombreux végétaux
tropicaux. Le premier abrite une cohabitation entre des basiliques
à plumes (Basiliscus plumifrons) et des platémydes à tête plate
(Platemys platycephala) tandis que le seconde héberge une
colonie de dendrobates bleues (Dendrobates azureus).





Le dernier vivarium dispose, pour seuls aménagements, de mor-
ceaux de bois. Ce vivarium est le lieu de vie de boas arboricoles
de Madagascar (Sanzinia madagascariensis).

Le visiteur ressort alors du vivarium pour bifurquer sur la gauche,
repasser devant le château et longer un bassin rempli de jets
d'eau séparant la bâtisse de la terrasse du restaurant.
Vivarium des dendrobates
Vivarium des dendrobates - juin 2011


Volière des calaos à bec rouge
Volière des calaos à bec rouge - juin 2011
Chateau du zoo de Zlin
Chateau du zoo de Zlin - juin 2011





Le visiteur revient alors au niveau d'une allée de visite, pour se
diriger sur la droite, en direction d'une forêt. Avant d'entrer dans
ce bois, le visiteur découvre un enclos enherbé, agrémenté d'un
bassin avec vision sous marine, bordé par une plage en galets.
Cet enclos est le lieu de vie de manchots de Humboldt
(Spheniscus humboldti) et de brassemers de Patagonie
(Tachyeres patachonicus).

Une fois entré dans la forêt, on découvre un sentier nous permettant
de remonter le temps. En effet, ce chemin est bordé de squelet-
tes de dinosaures et d'oeufs de dinosaures.

La sortie de ce sentier débouche sur l'enclos des jabirus déja vu
précédemment. La suite de la visite nous amène à revenir vers
l'enclos des manchots, pour emprunter le sentier situé sur la
gauche.



Enclos des manchots
Enclos des manchots - juin 2011

Maison des singes
Maison des singes - juin 2011
Avant d'évoluer sur ce chemin, le visiteur est invité à entrer dans un
bâtiment relativement long. Ce bâtiment heberge plusieurs loges
visibles à travers des baies vitrées. Ces loges carrelées sont agré-
mentées de structures métalliques et de troncs de bois et de bran-
ches feuillus.

La maison des singes est occupée par des capucins de Guyane
(Cebus apella) visibles dans la première loge. Le boxe suivant
héberge des cercopihèques à huppe noire (Lophocebus aterrimus).
Aux côtés des cercopithèques, dans la troisième installation, vivent
des coendous (Coendou prehensilis). Les deux dernières loges
sont occupées respectivement par des siamangs (Hylobates
syndactylus) et par des atèles de Geoffroy (Ateles geoffroyi).

Le visiteur ressort alors de la maison des singes, pour découvrir
leurs enclos extérieurs.


Les deux premiers enclos extérieurs sont délimités par de hauts murs
bétonnés percés de baies vitrées. Le premier, densément végétalisé,
bénéficie de quelques aménagements de cordes et est le lieu de vie
des atèles.

Le second, au sol en herbe agrémenté de quelques buissons, est
consacré à la présentation des plus gros singes, les gorilles (Gorilla
gorilla gorilla).
En face des gorilles le visiteur retrouve la partie supérieure de l'ins-
tallation des manchots.

Le sentier contourne l'enclos des gorilles et pénètre dans la maison
de ces grands, singes, maison qui se compose d'une vaste loge au
sol en béton lissé, aux murs carrelés et disposant d'enrichissements
en bois.


Enclos extérieur des gorilles
Enclos extérieur des gorilles - juin 2011
Volière des ibis et des pélicans
Volière des ibis et des pélicans - juin 2011
Suite à la maison des gorilles, le visiteur se retrouve à l'arrière
du bâtiment des singes, le long duquel ont été érigées les vo-
lières extérieures des primates. Ces volières de taille réduite,
disposent d'un sol en écorces et sont dotées d'aménagements
en bois et de cordes.
Chaque espèce présentée à l'intérieur bénéficie ainsi d'un ac-
cès à l'extérieur.

Au bout de l'allée de volières, le sentier bifurque sur la droite,
en direction d'une grande volière agrémentée d'un point d'eau
et de nombreux saules. Cette installation est le lieu d'évolution
de jabirus du Sénégal (Ephippiorhynchus senegalensis), de
spatules blanches (Platalea alba), d'ibis sacrés (Threskiornis
aethiopicus) et de pélicans des Philippines (Pelecanus
philippensis
).


Loge typique des singes
Loge typique des singes - juin 2011
Volières extérieures des singes
Volières extérieures des singes - juin 2011





A l'arrière de la volière des pélicans, un petit enclos composé de
plusieurs troncs d'arbre et branchages situés sous le couvert de
grands arbres, était consacré à des aras militaires (Ara militaris).

Sur la gauche des aras, un sentier rejoignant la grande serre sud
américaine, longe un paddock en sable où évoluent des chevaux
(Equus cabella domesticus).

Le visiteur revient alors au niveau des pélicans et de la maison
des singes, pour longer l'arrière du château en face duquel un
bassin bordé d'une plage en herbe est occupé par plusieurs ana-
tidés, des flamants du Chili (Phoenicopteurs chilensis) et des
flamants nains (Phoenicopterus minor).
Les anatidés sont représentés par des oies semi palmées
(Anseranas semipalmata), des souchets d'Europe (Anas
clypeata), des dendrocygnes veufs (Dendrocygna viduata), des
canards mandarins (Aix galericula), des pilets d'Europe (Anas
acuta
), des fuligules nycoras (Aythya nyroca) et des cygnes à
col noir (Cygnus melanocorypha).




Enclos des chevaux
Enclos des chevaux - juin 2011
Volière typique pour petits oiseaux
Volière typique pour petits oiseaux - juin 2011
(Ici occupée par des cassiques)
Au bout de l'allée, un sentier en terre, longe une série de volières
comparables à celles des calaos. Des cassiques verts (Psarocolius
viridis) occupent la première volière, la suivante est pour sa part
le lieu d'évolution d'un couple de calaos siffleurs (Bycanistes
fistulator fistulator
) qui s'est reproduit en 2010.

La troisième volière héberge des calaos à huppe blanche
(Tockus albocristatus). Enfin, la dernière volière qui, contrai-
rement aux précédentes, est aménagée de branches mortes et non
végétalisée, présente des grand-ducs de Verreaux (Bubo lacteus).

En face des volières, un enclos marécageux accueille des cigognes
noires (Ciconia nigra).

Le visiteur traverse alors le parc arboré du chateau, pour revenir
au niveau de l'entrée principale et quitter le zoo de Zlin.


Enclos des anatidés
Enclos des anatidés - juin 2011
Chateau du zoo de Zlin
Chateau du zoo de Zlin - juin 2011





En conclusion, le zoo de Zlin fait partie du top 3 des zoos de République
Tchèque. Après ses débuts de collection privée, le zoo s'est développé
en zones géographiques présentant aujourd'hui 4 continents.

Avec une collection relativement classique, le parc fait de gros efforts
sur la scénographies et utilise des essences végétales proches des
milieux d'origine de ses pensionnaires.

Outre les espèces rencontrées fréquement dans les parcs zoologiques,
le zoo de Zlin héberge de belles raretés principalement au niveau des
oiseaux et plus particulièrement des échassiers. Le zoo s'est d'ailleurs
spécialisé dans la reproduction de ces oiseaux.

Comme ses grands frères de Prague et Plzen, le zoo de Zlin est en
pour parler avec les zoos asiatiques et les gouvernements étrangers
pour participer à des importations d'espèces peu courantes.

Calao huppé
Calao huppé - juin 2011


Copyright ©  -  2007-2019  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés