Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe  |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Ragunan Zoo Jakarta


Ragunan Zoo Jakarta
Pasar Minggu
South Jakarta
Jakarta
Indonésie

Tel : +62 21 7805280
Logo Ragunan Zoo

Ma visite : le 26 mai 2013
Mise en ligne : le 11 décembre 2013






Horaires d'ouverture 2013
Tarifs d'entrée 2013
Présentation du parc
Les pélicans, becs crochus et panthères
Les singes
La maison des oiseaux 1/2
La maison des oiseaux 2/2
Les reptiles
L'aquarium, les crocodiles et les hippopotames
Les casoars et les cervidés

Binturong
Binturong - mai 2013

Les ongulés
Les fauves et les ours
Les éléphants et la quarantaine
Les varans, éléphants et l'Afrique
Les éléphants, les tapirs et les orang-outans
Les petits oiseaux
Les loris et les chauves souris
Les petits mammifères et les lions
Conclusion



Flèche

Horaires d'ouverture 2013 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


thylogales de nouvelle guinée
Thylogale de Nouvelle Guinée - mai 2013









Toute l'année
de 7h00 à 17h00



Flèche

Tarifs d'entrée 2013 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)








Tarifs individuels :

     Adulte :              4000,00 IDR (0,26 €)
     Enfant :               3000,00 IDR (0,20 €)
     Photographe :  10 000,00 IDR (0,65 €)
Semnopithèque du Siam
Langur de Natuna - mai 2013



Flèche


Casoar unicaronculé
Casoar unicaronculé - mai 2013




Le zoo de Ragunan est le plus grand espace animalier
de la ville. Installé au cœur d’un parc de 135 hectares,
il présente une collection relativement importante. Les
installations sont typiques des vieux zoos indonésiens
et traduisent un cruel manque de moyens. L’immensité
du zoo ainsi que l’absence de sens de visite ou de
panneaux directionnels rend la visite « fastidieuse ».
Les stands éphémères dignes des marchés de nos
campagnes bordent l’ensemble des allées proposant
nourritures, boissons et autres jouets aux visiteurs.



Flèche





Après avoir franchi l’entrée, le visiteur fait face à un
bassin en arc de cercle, au fond duquel se dresse un
mur rocheux au bas duquel se trouve une plage en
sable. Cette installation où quelques arbustes appor-
tent de la verdure, est le lieu de vie de pélicans à
lunette (Pelecanus conspicillatus).




Enclos des pélicans
Enclos des pélicans - mai 2013
Volière des paons
Volière des paons - mai 2013






Nous allons débuter la visiter en empruntant le chemin
situé sur la droite, pour longer une zone en travaux lors
de ma visite, qui correspond à la mini ferme du zoo,
en cours de restructuration.

A quelques centaines de mettre, le visiteur arrive au
niveau d’un premier croisement où il peut bifurquer
sur la gauche, de sorte à longer une volière relativement
haute et ronde. Cette volière s’organise autour d’un arbre.
Quelques rochers, des racines et des buissons composent
les aménagements au milieu desquels évoluent des paons
spicifères de Java (Pavo muticus).




A côté des paons, se trouve une série de 3 volières
alignées côte à côte. Le fond des volières est fait de
faux rochers semblant représenter une falaise
rocheuse.

Des arbres et des branches ont été mis en place dans
chaque installation. La première volière est le lieu de
vie de martins de Rotschild (Leucopsar rothschildi),
 la seconde héberge des mainates (Gracula religiosa
intermedia
) et la troisième présente des loris noiras
(Lorius garrulus).
Allée des volières
Allée des volières - mai 2013


Le visiteur emprunte alors un sentier parallèle au pré-
cédent, de sorte à se rediriger vers l’entrée. Ce
sentier borde plusieurs cages, visibles à travers de
gros barreaux. La première cage, entièrement faite
de structures bétonnées et de quelques troncs, est le
lieu de vie de jaguars (Panthera onca). La seconde
installation est  comparable à celle des jaguars bien
que doublée d’une partie extérieure, au sol en terre
et en herbe. Elle est occupée par des panthères de
Ceylon (Panthera pardus kotya). Au bout de
l’allée, en face de l’installation des pélicans, se trouve
une fosse ronde, organisée en terrasses remontant
progressivement vers un plateau de faible surface
situé à hauteur du chemin de visite.


Loge intérieure pour panthères
Loge intérieure pour panthères - mai 2013


Enclos des ratons laveurs
Enclos des ratons laveurs - mai 2013





La fosse est divisée en 2 enclos de taille égale. Chaque
plateau est agrémenté d’un arbuste touffu et de struc-
tures d’escalade en bois. L’enclos faisant face aux
pélicans est occupé par des ratons laveurs (Procyon
lotor
), le second, que l’on découvre ensuite est le lieu
de vie de binturongs (Arctictis binturong).

Volière des loris
Volière des loris - mai 2013
Bâtiment des panthères
Bâtiment des panthères - mai 2013



Flèche


En face de ces petits carnivores, s’étend une place où
ont été installés  4 kiosks de forme ronde, abritant
chacune 5 cages pour singes. Chaque cage est entiè-
rement bétonnée, se composant d’un plateau à hauteur
d’homme et d’une partie arrière surélevée. Quelques
cordes constituent les seules possibilités d’escalade
des animaux. La première coupole présente des sem-
nopithèques de Sumatra (Presbytis melalophos), des
nasiques (Nasilis larvatus), des langurs argentés
(Trachypithecus villosus), des langurs de Java
(Trachypithecus auratus) et des macaques des
Célèbes (Macaca nigra).


Volière typique pour signes
Volière typique pour signes - mai 2013


Cage pour singes
Cage pour singes - mai 2013



La seconde coupole abrite des macaques de Tonkéan
(Macaca tokeana), des macaques de Heck (Macaca
hecki
), des macaques crabiers (Macaca fascicularis)
et des langurs de Java (Trachypithecus auratus).

Deux groupes de siamangs (Hylobates syndactylus),
des langurs de Natuna (Presbytis natunae),
des gibbons de Klos (Hylobates klosii), des gibbons
agiles (Hylobates agilis) et des gibbons de Java
(Hylobates moloch) sont visibles dans la 3ème
coupole...

      


...tandis que la dernière accueille des gibbons de Java
(Hylobates moloch), des langurs de Java
(Trachypithecus auratus) , des macaques à queue
de cochon (Macaca nemestrina), des langurs ar-
gentés (Trachypithecus villosus) et des siamangs
(Hylobates syndactylus).

Sur la droite de la place, à hauteur des volières des
loris, se trouve la première maison des oiseaux du
zoo de Jakarta. Cette dernière consiste en un aligne-
ment de volières, faisant office de « murs ». Un toit
couvre l’ensemble et le couloir de visiteur sépare les
2 rangées de volières.

Cage pour singes
Cage pour singes - mai 2013


Cage pour singes
Cage pour singes - mai 2013
Cage pour singes
Cage pour singes - mai 2013



Flèche



Commençons la visite par la rangée de droite. Cette
première volière au sol en terre, agrémentée de nom-
breuses branches, mais dénuée de toute végétation,
est consacrée à un petit groupe d’aras chloroptères
(Ara chloroptera). Des grues demoiselles
(Anthropoides virgo) évoluent au milieu de quelques
palmiers dans la seconde volière. A côté des grues
évolue un couple de calaos ondulés (Aceros
undulatus
), qui s’ébattent dans une volière bien
plantée et agrémentée de quelques branches.


Allée des volières
Allée des volières - mai 2013


Volière typique pour rapaces
Volière typique pour rapaces - mai 2013


La 4ème volière est identique à celle des calaos on-
dulés et est le lieu de vie d’un couple de calaos
bicornes (Buceros bicornis).  Les deux volières qui
suivent, sont également consacrées aux calaos. Elles
disposent toutes deux d’un sol en sable, et sont plan-
tée de quelques arbustes. La première héberge des
calaos à cimier (Aceros cassidix) tandis que la se-
conde est le lieu de vie de calaos rhinocéros de Java
(Buceros rhinoceros).


Deux autres volières complètent le côté droit de la
maison des oiseaux. La première de taille inférieure
aux précédentes dispose pour seuls aménagements
de quelques souches d’arbres et est consacrée à des
paons spicifères (Pavo muticus), espèce originaire
de l’île et bien représentée dans les parcs indonésiens.
La dernière, en forme de « L », s’organise autour
d’un bassin peu profond et est plantée de 2 arbres
relativement hauts. Elle abrite une cohabitation entre
des flamants nains (Phoenicopterus minor), des
hérons crabiers de Java (Ardeola speciosa), des
sarcelles grises (Anas gibberifrons) et des canards
domestiques (Anas domesticus).


Volière des flamants
Volière des flamants - mai 2013


Volière pour rapaces
Volière pour rapaces - mai 2013



Le visiteur se tourne alors vers les volières situées sur
la gauche de ce complexe. Nous allons décrire les
différentes volières, dans le même ordre que précé-
demment. C’est ainsi qu’en face des aras, se dresse
une installation agrémentée de nombreux arbres et de
quelques perchoirs en bois sur lesquels patientent de
rares pygargues à tête grise (Ichthyophaga
ichthyaetus
). A côté des pygargues, une seconde
volière du mêmetype, bien que plus plantée et agrémentée
d’un bassin, est occupée par des marabouts de Java
(Leptoptilos javanicus).


Les deux volières qui suivent, traversées par un couloir
qui permet aux visiteurs de quitter la première maison
des oiseaux, sont plantées de quelques arbres et dis-
posent aussi de petits bassins. Elles hébergent chacune
des kétupas ou hiboux pêcheurs (Ketupa ketupu).
Des tantales blancs (Mycteria cinerea) évoluent au
milieu de quelques arbres et d’un sol en terre boueux.
Une autre espèce très commune dans les parcs
asiatiques est maintenue en groupe dans l’installation
qui suit. Il s’agit d’un groupe de milans sacrés
(Haliastur indus).
Enfin, le visiteur peut encore observer deux volières
faisant face à celles des flamants. La première est
occupée par des serpentaires bachas (Spilornis
cheela palidus
), tandis que des grues royales
(Balearica regulorum) arpentent la seconde.


Volière pour calaos
Volière pour calaos - mai 2013



Flèche

Le visiteur quitte alors ce toit pour se diriger sur la
gauche et entre dans une seconde structure du même
type à savoir des volières entourant une allée princi-
pale recouverte d’un toit.

Ce complexe se consacre plus spécifiquement aux
espèces de taille moyenne.

Les volières situées sur la droite sont toutes identiques,
s’organisent autour d’un arbre mort planté dans un sol
en cailloux et sont traversées par quelques perchoirs
en bois. Ces dernières sont consacrées à la présentation
de becs crochus. On pourra ainsi observer dans l’ordre
de visite : des cacatoès de Goffin (Cacatua goffini),
des cacatoès blancs (Cactua alba) ; des cacatoès à
huppe jaune (Cacatua galerita galerita) et des caca-
toès des Moluques (Cacatua moluccensis).



Volières pour becs crochus
Volières pour becs crochus - mai 2013
Volières pour becs crochus
Volière pour becs crochus - mai 2013


Comme chez les rapaces et les calaos, un sentier marque
une pause dans l’alignement des volières. La volière qui
suit est la seule structure de la série située sur la droite de
l’allée à être plantée. Elle est occupée par une espèce
appartenant à la famille des Galliformes asiatiques très
peu commune, le maléo (Macrocephalon maleo). Après
cette pause végétale, les volières à becs crochus terminent
la section. On pourra ainsi admirer des cacatoès rosablins
(Eolophus roseicapillus) ; de grands eclectus (Electus
roratus
), dans deux volières distinctes ; des microglosses
(Probosciger atterimus et Probosciger atterimus
stenolophus
) également dans deux volières différentes
pour finir par une volière accueillant des cacatoès à huppe
jaune (Cacatua galerita galerita).



Le visiteur revient alors vers l’entrée de cette seconde
maison, pour longer les volières situées sur la gauche. Les
4 premières volières de gauche, faisant face aux cacatoès
sont agrémentée de bois morts et sont toutes occupées
par des gouras de Scheepmaker (Goura scheepmakeri).
Une allée marque, comme précédemment, une pause dans
la longueur, puis l’alignement de volières reprend avec de
multiples installations au sol en cailloux, mais cette fois
plantée de grands arbres.  La première volière de cette
allée est le lieu de vie de paons bleus (Pavo cristatus).


Volière pour des maléos
Volière pour des maléos - mai 2013


Volière pour faisans
Volière pour faisans - mai 2013


La seconde héberge une cohabitation entre des carpo-
phages bicolores (Ducala bicolor) et des paons blancs
(Pavo cristatus albino). Des pintades de Nubie
(Numida peleagris) sont hébergées dans une volière au
sol recouvert de galets et dénudée de toute végétation.
La volière qui suit, plantée de quelques arbres est le lieu
d’une cohabitation entre des faisans argentés (Lophura
nycthemera
) et de rares colombines à front blanc
(Henicophaps albifrons), une espèce absente des col-
lections européennes. Enfin, la dernière volière de cette
allée est agrémentée de troncs d’arbres et accueille des
perroquets de Pesquet (Psittrichas fulgidus) et des
éperonniers malais (Polyplectron malacense).




Flèche

Le visiteur quitte alors la maison des oiseaux, pour se diriger
vers d’autres types d’espèces. Face à la maison des oiseaux
se trouve une fosse de taille moyenne, à la peinture écaillée,
mais bien plantée et agrémentée de nombreuses structures
en bois. Cette installation était occupée par des iguanes verts
(Iguana iguana), et marque l’entrée dans la zone des rep-
tiles. Après avoir contourné une fontaine, le sentier rejoint un
bâtiment métallique recouvert d’un toit, abritant, de part et
d’autre du chemin, plusieurs terrariums ouverts.

La première installation située sur le mur de droite, est bou-
euse et s’organise autour d’un bassin. Quelques aménage-
ments  en bois et de rares plantations y ont été ajoutés. Ce
terrarium est le lieu de vie de varans de Salvatori (Varanus
salvatori
). En face des varans se trouve un vivarium aux
murs recouverts de pierres, est aussi creusé d’un bassin et
est consacré à des pythons réticulés (Python reticulata).



Enclos des iguanes
Enclos des iguanes - mai 2013
Allée du vivarium
Allée du vivarium - mai 2013
Mitoyen aux serpents, le second terrarium est identique en
termes d’aménagements et présente des varans jaunes
coins (Varanus melinus).
De retour sur le mur de droite, on pourra observer un en-
clos en sable, formant une plage entourant un bassin, plage
agrémentée de plantes grasses qui présente des tortues
fluviales de Malaisie (Cuora amboinensis). Mitoyen aux
tortues fluviales se trouve un second vivarium du même type
dans lequel sont présentées des tortues indiennes (Chitra
indica
).
Néanmoins, les plages entourant le bassin de grande taille
sont densément plantées. La rangée de gauche compte
encore deux terrariums.


Le premier, se compose également d’un bassin entouré
de plage en sable et est consacré à des tortues de Floride
(Trachemys scripta elegans), tandis que le dernier
terrarium de cette rangée, comparable à tous les pré-
cédents, est consacré à des tortues à cou de serpent
(Chelydra serpentina).

Sur la droite de la maison, à côté des varans de Salvatori,
se trouve 5 autres vivariums. Ces 5 installations se com-
posent d’un sol en terre, d’amas rocheux, sont creusés
d’un petit bassin, planté de quelques arbustes tropicaux et
agrémenté de troncs. Les espèces que l’on pourra y ob-
server sont, dans l’ordre de visite : des varans noirs de
Beccari (Varanus beccari), des varans du Pacifique
(Varanus indicus), des scinques géants (Tiliqua gigas),
des hydrosaures (Hydrosaurus amboinensis) et des
varans émeraude (Varanus prasinus).



Loge typique pour serpents
Loge typique pour serpents - septembre 2013

Terrarium typique pour varans
Terrarium typique pour varans - mai 2013

Le visiteur quitte alors le bâtiment des serpents pour se
retrouver à proximité des cages des singes et de diriger
sur la droite pour gagner un second ensemble de ter-
rariums recouverts d’un toit.

Sur la droite se trouve un premier terrarium composé d’un
bassin de petite taille s’ouvrant sur une plage en terre où
poussent quelques fougères. Cette installation est le lieu de
vie de crocodiles indopacifique (Crocodilus porosus). A
côté des crocodiles, des pythons molures de Java (Python
molurus bivittatus
) ont été installés dans un terrarium de
type rocailleux, agrémenté de mousse, de grosses bran-
ches et d’un bassin. Le troisième enclos de droite, dispose
à nouveau d’un grand bassin et d’une plage en terre et est
occupé par des cobras royaux (Ophiophagus hannah).
Enfin, le dernier terrarium de droite, est plutôt minéral for-
mé de terre et d’amas rocheux et héberge des pythons
réticulés (Python reticulatus).

   


Sur la gauche de ce bâtiment se dressent 4 autres vivariums,
tous composés d’un sol en terre, d’un bassin, d’un arrière-
plan fait de roche et de quelques troncs et autres branches.
Ils sont respectivement occupés par des pythons molures
albinos (Python molurus albino) pour les 2 premiers, par
des pythons à lèvres blanches (Leiopython albertisii) pour
le troisième et par des (Morelia amethistina) pour le
dernier.

Le visiteur ressort alors du vivarium pour faire face à une
grande rotonde, composant l’aquarium du zoo de Jakarta.

Loge intérieure des tortues
Loge intérieure des tortues - mai 2013



Flèche



Cette rotonde est ainsi percée de multiple aquariums de
petite taille et sans aucun aménagement. Le premier bac
est occupé par un arowana (Scleropages formosus).
Le second aquarium est consacré à des poissons couteaux
(Apteronotus albifrons). Les deux aquariums suivants
accueillent tous deux des arowanas. Un banc de barbus
de Schwanenfield (Barbonymus schwanenfeldii) évolue
dans l’aquarium suivant. Une seconde espèce d’arowana :
l’arowana argenté (Osteoglossum bicirrhosum) est
présenté dans le 6ème aquarium de la rotonde.


Aquarium du Ragunan zoo
Aquarium du Ragunan zoo - mai 2013


Exemple d'aquarium
Exemple d'aquarium - mai 2013


A côté des arowanas, un petit bac héberge des poissons
alligators (Atractosteus spatula). De grands poissons
couteaux (Chitala lopis) vivent dans le bac qui suit tandis
que le 8ème est occupé par des poissons chats à queue
rouge (Phractocephalus hemioliopterus). Enfin, la
rotonde compte encore 2 aquariums, le premier étant le
lieu de vie de piranhas (Serrasalmus piraya) et le der-
nier étant consacré à des poissons chats tigres
(Pseudoplatystoma tigrinum), avant de revenir aux
arowanas du début de visite.

Le visiteur se dirige alors sur la droite, pour repasser
devant la fosse des iguanes et emprunter un sentier
descendant vers un étage inférieur. Au bas de cette
pente, nous allons nous diriger sur la droite de sorte
à longer une grande île relativement longue et repré-
sentant une véritable forêt tropicale à la végétation
dense. Des escaliers en pierre relient l’île au large
fossé en eau. Ce complexe est le lieu de vie d’hippo-
potames amphibie (Hippopotamus amphibius).

Le visiteur longe cette île, pour arriver au niveau de
deux petits enclos au sol en herbe, disposant d’un
bassin profond (dans le prolongeant lui-même le
fossé des hippopotames) et ombragés par les ar-
bres alentours. Ces enclos boueux accueillent des
hippopotames pygmés (Hexaprotodon liberiensis).



Enclos des hippopotames
Enclos des hippopotames - mai 2013

Ile des siamangs
Ile des siamangs - mai 2013
A la suite des hippopotames nains, deux autres en-
clos en terre ayant eux aussi un accès à l’eau, com-
plètent l’installation des hippopotames amphibies.
A l’extrémité du dernier enclos, un chemin bifurque
sur la gauche de sorte à contourner le complexe
des mastodontes qui compte encore 2 enclos
bétonnés et un enclos boueux.

Pour notre part, nous allons poursuivre la visite sur
le sentier principal, pour continuer à longer l’étendue
d’eau et découvrir deux autres îles. La première est
plantée de massifs de bambous tandis que la seconde
a été laissée à l’état naturel et forme une forêt dense.
Ces installations sont consacrées à plusieurs groupes de
siamangs (Hylobates syndactylus). Une troisième île
au sol en herbe mais peu végétalisée est également
consacrée à une famille de ces singes siamangs.


Enfin, après un espace aquatiques où des tours en
pédalos sont proposés aux visiteurs, se dresse un
dernier complexe installé sur l’eau.

Ce dernier se compose d’une île de forme arrondie,
densément plantée et divisée en plusieurs enclos
composés d’une plage reliée aux fossés en eau. De
hautes grilles délimitent chaque enclos dans lesquels
ont été installés des crocodiles marins (Crocodilus
porosus
).

Le visiteur contourne alors l’île des crocodiles pour
atteindre un sentier parallèle au précédent et longer
à nouveau les crocodiles, les siamangs puis les hip-
popotames.



Enclos des crocodiles
Enclos des crocodiles - mai 2013
Enclos pour hippopotame nain
Enclos pour hippopotame nain - mai 2013
Enclos pour hippopotame nain
Enclos pour hippopotame nain - mai 2013



Flèche

A l’extrémité de ce sentier, le visiteur se dirige sur la
droite, pour remonter d’un étage et gagner une zone
forestière bien plantée. Plusieurs enclos naturels y ont
été construits. Ces derniers, aux barrières peu esthé-
tiques, entourent un morceau de forêt équatoriale et
un sol en terre. Cette zone est le centre d’élevage et
de présentation de multiples espèces et sous espèces
de casoars.

Les 2 premiers enclos présentent des casoars
unicaronculés à cou jaune (Casuarius
unappendiculatus aurantiacus
). Les 3 enclos
suivants sont le lieu de vie de casoars à casque
du Sud (Casuarius casuarius bistriatus). Les
enclos suivants, plus grands en taille, sont occupés
par des casoars unicaronculés du Nord (Casuarius
unappendiculatus unappendiculatus
).



Enclos pour casoar
Enclos pour casoar - mai 2013

Enclos des émeus
Enclos des émeus - mai 2013

Sur la droite, deux enclos de grande taille, organisés
autour d’un arbre au diamètre important sont occupés
respectivement des casoars à casque (Casuarius
casuarius lateralis
) et par des casoars unicaron-
culés à cou jaune. Enfin, sur la gauche, un enclos un
peu moins végétalisé présente un ratite moins coloré,
puisqu’il héberge des émeus (Dromaius
novaehollandiae
).

Il est étonnant de voir que le visiteur peut s’approcher
près de ces animaux dangereux et ce sans autre pro-
tection qu’une simple grille placée à hauteur d’homme.

Les deux derniers enclos situés sur la gauche du sentier,
dans le prolongement de celui des émeus sont occupés
par des casoars à casque du Sud.

      

Allée des casoars
Allée des casoars - mai 2013
Enclos pour casoar
Enclos pour casoar - mai 2013




C’est par ces enclos que se termine la visite du secteur
des ratites. Le visiteur se dirige vers une autre famille
d’animaux, puisqu’il gagne la zone des ongulés asiatiques.
Les enclos des herbivores disposent tous d’un sol
en terre et en herbe, sont plantés de quelques arbres
espacés et délimités par un grillage classique. Le premier
enclos est relativement grand et est agrémenté de troncs
couchés au sol. Un groupe reproducteur de nilgauts
(Boselaphus tragocamelus) y est présenté. Un sentier
bifurque alors sur la droite pour longer la prairie des
nilgauts.


Enclos des nilgauts
Enclos des nilgauts - mai 2013


Enclos typique pour cervidés
Enclos typique pour cervidés - mai 2013
Nous allons poursuivre notre route sur le sentier principal
pour découvrir, sur la gauche, une prairie de taille
moyenne agrémentée de quelques amas de branches.
Cette prairie est le lieu de présentation de lamas (Lama
glama
), dans l’attente de la rénovation de la ferme du zoo. 
En face des camélidés se trouve un enclos en terre et en
cailloux, ombragé par quelques grands arbres,  dans lequel
est hébergé un troupeau de cerfs cochons de Kuhl (Cervus
kuhli
).
Accolé à l’installation des cerfs de Kuhl s’étend une petite
prairie consacrée à des sitatungas (Tragelaphus speki),
prairie qui se prolonge sur un deuxième enclos qui accueille
un second groupe de nilgauts (Boselaphus tragocamelus).



Flèche



Le visiteur contourne l’enclos des élands, pour découvrir
l’arrière de celui-ci où pousse une forêt. Sur la gauche,
en contrebas de l’installation des antilopes, s’étendent trois
vastes prairies, plantées de quelques arbres et agrémentée
d’un plan d’eau traversant les 3 enclos. Des buffles d’eau
(Bubalus bubalis) cohabitent avec des cerfs rusas ou cerfs
du Timor (Cervus timorensis). La dernière plaine est
pour sa part, consacrée à un groupe de cerfs sambar
(Cervus unicolor equinus).


Plaine des buffles
Plaine des buffles - mai 2013


Enclos pour anoas
Enclos pour anoas - mai 2013



Le visiteur bifurque alors sur la droite pour découvrir une
batterie de plusieurs enclos de petite taille, accolés les
uns aux autres. Tous ces enclos, au sol en terre, sont om-
bragés par de grands arbres et disposent chacun, d’un
petit abri en bois. Ils hébergent tous un anoa (Bubalus
depressicornis
). En face des anoas, on retrouve le
chemin qui bifurquait au niveau de l’enclos du premier
groupe de nilgauts. Nous allons nous diriger sur la
gauche, pour longer une petite prairie dénuée de tout
aménagement. Située en contrebas du sentier de visite,
elle est le lieu de vie d’une famille de babiroussas
(Babyrousa babyrussa).
Enclos des élands
Enclos des élands - mai 2013
Enclos des babiroussas
Enclos des babiroussas - mai 2013



Le sentier longe alors l’enclos des cerfs Sambar sur
toute sa longueur. Au cœur d’un virage du sentier se
trouve un groupement de plusieurs enclos au sol en-
herbé. Ce complexe en forme de cercle est divisés
en plusieurs enclos tous consacrés à la même espèce,
le banteng de Java (Bos javanicus). En haut de l’en-
clos se trouve un abri permettant d’isoler les animaux.

Cet abri consiste en une dalle de béton recouverte d’un
toit et entourée de barrières. Le sentier tourne sur la
droite pour découvrir ces bâtiments. En amont de l’aire
couverte des bantengs se trouvent encore deux enclos
en herbe consacrés à cette espèce.


Enclos des bantengs
Enclos des bantengs - mai 2013


Plateau des dromadaires
Plateau des dromadaires - mai 2013




Sur la gauche du sentier principal, en face des bantengs,
s’étend un enclos en sable orange planté de nombreux
petits arbres. Cette installation est le lieu de vie d’un
groupe reproducteur de cerfs axis (Axis axis).

Après avoir traversé une petite partie sans enclos, le
visiteur découvre sur sa droite, une piste en sable où
des promenades à dos de dromadaire (Camelus
dromedarius
) sont proposées. Les camélidés non
sellés, disposent pour leur part d’un petit plateau en
herbe sur lequel poussent quelques palmiers.

Enclos des cerfs axis
Enclos des cerfs axis - mai 2013
Plaine des cerfs sambars
Plaine des cerfs sambars - mai 2013



Flèche


En face des dromadaires, une presqu’île en demi-cercle,
marque le début d’une autre catégorie de mammifères,
les fauves. Ce premier enclos délimité par un fossé en
eau, est plantée de bambous et d’un grand feuillu. Quel-
ques rochers complètent les aménagements destinés à la
présentation de lions du Kenya (Panthera leo
massaicus
).
Les cages de nuit des lions, bétonnées, sont également
visibles à l’arrière de l’enclos. Sur la gauche, s’étend
un plateau en herbe, séparé des visiteurs par un pro-
fond fossé sec, et planté de quelques arbres, sur lequel
évoluent des tigres blancs (Panthera tigris).


Enclos des lions
Enclos des lions - mai 2013


Enclos des tigres
Enclos des tigres - mai 2013
A côté, deux autres plateau en herbe, de petite taille,
entourés d’un fossé en eau sont également dédiés aux
tigres blancs (Panthera tigris). Le visiteur découvre
alors un modèle de présentation des fauves typique du
zoo de Jakarta et des anciennes ménageries euro-
péennes. En effet, l’ensemble des carnivores du parc
sont logés de cette façon. Ces structures consistent en
un ensemble de petits enclos organisés en cercle autour
du bâtiment de nuit.

Un sentier permet de faire le tour complet de tous les
enclos avant de revenir sur l’allée centrale. Chaque
rotonde (composée de 2 à 6 enclos), qu’elle soit en
béton ou enherbée, est consacrée à une espèce re-
présentée par de nombreux individus.




A l’arrière des tigres se dresse la rotonde des ours malais
(Helarctos malayanus), cette rotonde entièrement en
béton se divise en de nombreux enclos agrémentés de
faux rochers et de structures d’escalade en béton. Elles
n’offrent cependant que très peu de place aux animaux
qui y vivent.

Sur la gauche, en face des ours, se dressent deux plateaux,
légèrement plus grands que les enclos des ours. Ces enclos
en herbe, sont plantés de feuillus et agrémentés de rochers.
Ces deux enclos sont consacrés à des tigres du Bengale
(Panthera tigris tigris). A côté des tigres du Bengale,
toujours sur la gauche, se trouve un alignement de 4 enclos
en herbe, dont le fossé en eau est accessible aux animaux.


Fosse des ours malais
Fosse des ours malais - mai 2013
Enclos pour tigres de Sumatra
Enclos pour tigres de Sumatra - mai 2013



Chaque enclos est agrémenté d’une buse bétonnée faisant
office d’abri et est planté de rares buissons. Ce groupe
d’enclos accueille plusieurs tigres de Sumatra (Pathera
tigris sumatrae
).

En face des tigres de Sumatra, sur la droite de l’allée prin-
cipale, deux enclos ont été mis en commun, pour former
un plateau en herbe sur lequel des structures en bois
cassent la monotonie. D’autres tigres de Sumatra sont
présentés ici. A côté de ces tigres, toujours sur la droite
de l’allée centrale, se dresse un plateau en herbe au sein
duquel poussent des buissons. Cette installation est le lieu
de vie d’un second groupe de lions (Panthera leo).




Au bout de l’allée, la dernière rotonde se compose de 3
enclos dont le plateau en herbe est de taille moyenne. De
profonds fossés secs entourent ce plateau sur lequel des
structures d’escalade en béton ont été installées, surplom-
bant un petit bassin entouré de buissons. Le premier
plateau est le lieu de vie d’un ours noir (Ursus
americana
), tandis que les deux autres hébergent des
ours malais (Helarctos malayanus).
Plateau pour ours malais
Plateau pour ours malais - mai 2013


Fosse pour ours malais
Fosse pour ours malais - mai 2013
Loge typique pour carnivores
Loge typique pour carnivores - mai 2013



Flèche

Ces ours clôturent la zone des carnivores, située à la
frontière du zoo, à l’opposé de l’entrée. Plus loin sur
le chemin, bordant l’enceinte du parc, se trouve un
plateau en herbe et en sable, creusé d’un bassin et
accolé à un imposant bâtiment en béton. Ce plateau
est le lieu de vie d’éléphants de Sumatra (Elephas
maximus sumatranus
). A ce niveau du zoo, les en-
clos se font plus rares et plus espacés.

De grandes surfaces en eau s’étendent sur la gauche du
chemin. Au milieu de l’une d’entre elles se trouve une île
en herbe, agrémentée de troncs buissons et de cordes,
île sur laquelle évoluent des siamangs (Hylobates
syndactilus
).


Plateau des éléphants
Plateau des éléphants - mai 2013


Cages de l'infirmerie
Cages de l'infirmerie - mai 2013


Le visiteur fait alors face à plusieurs bâtiments grillagés
composant l’infirmerie du zoo. Plusieurs allées permet-
tent d’observer les cages de réveil et de convalescence.
Lors de ma visite on pouvait y observer entre autre des
milans sacrés, de tigres, de cacatoès à huppe jaune ou
encore d’eclectus.

Sur la gauche, se dresse d’autres bâtiments non acces-
sibles au public, regroupant plusieurs cages de taille
réduite accolée les unes aux autres laissant penser à
une batterie d’élevage. Plusieurs gibbons sont maintenus
dans ces cages.



Le visiteur continue sa visite au milieu de l’infirmerie. A
l’extrémité de cette dernière a été construite une grande
installation en herbe. Cette prairie, plantée de gros ar-
bres et de massifs de bambous est également creusée
d’un bassin. Deux enclos de taille moyenne, boueux,
complètent ce complexe consacré à des tapirs indiens
(Tapirus indicus). En face des tapirs, se dresse un
bâtiment aux couleurs vives, en retrait par rapport au
sentier de visite. Ce bâtiment est composé de plusieurs
volières destinées à l’élevage de l’étourneau de Bali
(Leucopsar rotschildi).

Dans le prolongement de la plaine des tapirs, s’étend
un autre enclos enherbé, organisé autour d’une forêt
dense de bambous. Cet enclos est le lieu de vie d’une
famille de rares thylogales de nouvelle guinée
(Thylogale brunii), présentés comme étant des wal-
labies de Benett.



Volière pour étourneaux
Volière pour étourneaux - mai 2013
Cages de quarantaine
Cages de quarantaine - mai 2013




Le sentier de visite contourne alors l’installation des
thylogales pour arriver à l’arrière des tapirs et longer
un enclos en terre, agrémenté de quelques arbres,
dans lequel s’ébattent des sangliers de Java (Sus
scofra vittatus
).

Un peu plus loin sur le sentier, se dressent d’autres
cages de quarantaine dans lesquelles vivent des
aigles variables (
Spizaetus limnaeetus limnaeetus),
des milans sacrés et d’autres poulets.


Le visiteur revient alors au niveau de l’entrée de l’in-
firmerie pour se diriger sur la gauche et emprunter le
sentier central. Plus loin sur ce chemin, une bifurcation
tournant à gauche, nous conduit vers d’anciennes
volières. Ces dernières au sol en gravier et plantées de
quelques bambous, composent le centre d’élevage
des étourneaux de Bali (Leucopsar rotschildi) et
d’étourneaux pies (Sturnus contra). Plusieurs cou-
ples de ces deux espèces sont visibles à ce niveau.
Au centre de cet élevage se dresse une carrière en
sable où sont présentés des poneys (Equus caballus
domesticus
).
Volières du centre d'élevage des étourneaux
Volières du centre d'élevage des étourneaux - mai 2013


Enclos des thyllogales
Enclos des thyllogales - mai 2013


Enclos des tapirs
Enclos des tapirs - mai 2013
Ile des siamangs
Ile des siamangs - mai 2013
Enclos pour tigres
Enclos pour tigres - mai 2013



Flèche

Le visiteur revient alors sur le sentier principal pour
arriver alors au niveau du rond point central du parc.
Sur la droite de ce dernier se dresse l’entrée d’un
centre de sauvegarde des primates le « Schmutzer
Primates Centre », un zoo dans le zoo. Ce centre
est décrit dans un autre compte rendu.

La suite de la visite nous conduit sur l’allée de droite,
pour nous diriger dans une autre partie forestière du
zoo de Jakarta. Sur la gauche du sentier se trouvent
un parc sans animaux, tandis que sur la droite du
sentier s’étendent deux enclos. Le premier, en terre,
est consacré à la présentation d’autruches (Struthio
camelus
), tandis que le second, enherbé, ombragé
par quelques arbres accueille des kangourous euros
(Macropus robustus) y cohabitent avec des muntjacs
indiens (Muntiacus muntjac). Le visiteur contourne
alors ces enclos pour les longer à nouveau mais sur le
chemin opposé.



Enclos des autruches
Enclos des autruches - mai 2013
Enclos des varans de Komodo
Enclos des varans de Komodo - mai 2013

Sur la gauche de cette allée, se trouvent 2 enclos en-
herbés, entourés de fossés secs. Ces enclos sont
dotés d’une caverne en pierre et sont agrémentés de
palmers et fougères. Ces enclos sont consacrés à la
présentation de plusieurs varans de Komodo
(Varanus komodoensis), une espèce très fréquente
dans les parcs asiatiques.


Après avoir contourné les enclos des varans, le
visiteur se trouve sur la troisième allée toujours
parallèle aux précédentes et continue de zigza-
guer entre les installations.



Laissant les varans sur la gauche, le visiteur peut
se concentrer sur les 2 plateaux en sable et en
herbe qui se dressent sur la droite du chemin. Ces
enclos disposant chacun d’un bassin, sont séparés
entre eux par un bâtiment en béton sommaire. Ces
plateaux sont consacrés à la présentation d’élép-
hants de Sumatra
(Elephas maximus sumatranus).

Sur la gauche, dans le prolongement des enclos des
varans de Komodo on découvre un troisième et
dernier enclos en herbe, dans lequel sont présentés
des babiroussas (Babyrousa babyrussa).


Plateau des éléphants
Plateau des éléphants - mai 2013




Enclos des girafes
Enclos des girafes - mai 2013

A l’extrémité de cette allée, on trouve une place
circulaire. Légèrement en retrait par rapport à cette
place se trouve une volière circulaire agrémentée
de quelques lianes. Cette volière est le lieu de vie
de milans sacrés (Haliastur indus).

Le sentier nous amène alors au cœur d’une forêt de
feuillus où 3 enclos ont été installés. Ces enclos or-
ganisés autour d’un haut bâtiment central, sont con-
sacrés à la faune africaine. Le premier enclos pavé,
présente une cohabitation entre des zèbres de Boehm
(Equus quagga boehmi) et des girafes (Giraffa
camelopardalis
). A l’arrière de la plaine des girafes
se trouve un enclos au sol recouvert de feuilles mortes
et faisant le tour du bâtiment. Cet enclos est le lieu de
vie de sitatungas (Tragelaphus spekii). Enfin le der-
nier enclos africain, en herbe, était vide lors de ma
visite.

      

Plaine des ongulés africains
Plaine des ongulés africains - mai 2013
Enclos des babyroussas
Enclos des babyroussas - mai 2013



Flèche

Après avoir contourné le complexe africain, le visiteur
poursuit sa visite en direction d’un bâtiment éloigné du
sentier, en béton, doté de solides portes métalliques.
Ce bâtiment abrite un autre groupe d’éléphants de
Sumatra (Elephas maximus sumatranus). A côté du
bâtiment se trouve une piste pavée où des balades à
dos de pachydermes sont proposées. Mitoyen à la
piste se trouve les 2 enclos extérieurs de ce groupe.

Ces enclos disposent d’un bassin et forment des pla-
teaux en sable et en béton, et sont de petite taille. En face
des pachydermes se trouvent un ensemble d’enclos en
herbe et en terre, plantés de lauriers et de feuillus
originaires des forêts humides.


Plateau des éléphants
Plateau des éléphants - mai 2013



Enclos des cerfs axis
Enclos des cerfs axis - mai 2013

Le premier enclos est le lieu de vie d’un important
troupeau de cerfs axis (Axis axis) tandis que le
second présente un groupe de sitatungas (Tragelaphus
spekii
). Le troisième accueille pour sa part une harde
de cerfs de Kuhl (Cervus kuhli) qui cohabitent avec
des tapirs malais (Tapirus indicus). Enfin, le dernier
enclos de cette série est le lieu de vie d’oryx d’Arabie
(Oryx leucoryx).

Le visiteur longe alors ces enclos, pourra rejoindre sur
sa gauche, une fois les travaux finis, la mini ferme du
parc.

Le visiteur remonte alors l’allée pour revenir au niveau
du rond-point central et emprunter le sentier situé sur
la droite du Schmutzer Primates Centre que nous avons
découvert plus haut.



Cette allée se dirige vers une série de 4 enclos en herbe,
entouré de fossés en eau. Chaque île est agrémentée de
structures d’escalade métalliques et de structures en
béton. Quelques cordes et des rochers complètent les
aménagements. Ces enclos sont consacrés à la présen-
tation d’orang-outans (Pongo pygmaeus). Deux iles
sont situées sur la droite du sentier, tandis que les 2
autres sont situées derrière un bâtiment bétonné.

A l’arrière de ce bâtiment, ont été installés 4 enclos for-
mant un ¾ de cercle. Les deux premiers enclos sont
très anciens, entièrement bétonnés et se compose
d’un plateau et d’une forte pente en vue de créer un
fossé sec. Ces enclos présentent des ours malais
(Helarctos malayanus).


Enclos des orang-outans
Enclos des orang-outans - mai 2013

Enclos des ours lippus
Enclos des ours lippus - mai 2013

L’enclos suivant dispose pour sa part d’un sol naturel
légèrement escarpé et ombragé par de grands arbres.
Il est le lieu de vie d’ours lippus (Melursus ursinus).
Enfin, le dernier du cercle est consacré à des orang-
outans (Pongo pygmaeus).

Le visiteur bifurque alors sur la droite, pour découvrir
un ensemble de volières de faible hauteur. Le sentier
de visite sillonne entre ces différentes petites instal-
lations au sol en grit, plantées pour la plupart de quel-
ques arbustes feuillus et agrémentés de perchoirs en
bois. La première volière que l’on découvre sur notre
droite est occupée par des faisans de Lady Amherst
(Chrysolophus amherstiae) et des ptilopes à dia-
dèmes (Ptilinopus regina).


Enclos pour orang-outans
Enclos pour orang-outans - mai 2013
Fosse des ours malais
Fosse des ours malais - mai 2013



Flèche


Accolée aux faisans, une seconde volière est le lieu
de vie de drongos royaux (Dicrurus macrocercus).
Un paradisier rouge (Paradisaea rubra) vit dans
la troisième volière. Cette série se compose encore
de 3 installations bien plantées, consacrées respec-
tivement à des minots de Dumon (Myna dumonti),
puis à des tourterelles à collier (Streptopelia
decaoto
) qui évoluent aux côtés de capucins
damiers (Lonchura punctulata nisoria) tandis que
la dernière présente des géopélies à nuque rousse
(Geopelia humeralis) en cohabitation avec des
faisans de Lady Amherst (Chrysolophus
amherstiae
).


Allée des volières
Allée des volières - mai 2013


Volière des oiseaux
Volière des oiseaux - mai 2013

Le visiteur fait alors un demi tour sur lui-même pour se
diriger vers la série de volières située en face des
faisans.
Des ptilopes magnifiques (Ptilinopus magnificus)
sont hébergées dans la première de cette série. A côté
des ptilopes, une autre cage accueille des perdrix roul-
rouls (Rollulus roulroul). Cette série compte encore
4 structures dans lesquelles évoluent : des mainates
religieux (Gracula religiosa intermedia) pour la
première, des inséparables de Fischer (Agapornis
fischeri
) pour la seconde, des paddas (Padda
oryzivora
) pour la troisième et des perruches on-
dulées (Melopsittacus undulatus) pour la dernière.



La troisième série de volières débute par une instal-
lation de faible largeur, mais dont la longueur déborde
sur le sentier de visite. Cette structure est consacrée à
des coqs domestiques (Gallus gallus domesticus)
et marque le début de la troisième rangée. A côté des
coqs, sont présentées des colombines turvert
(Chalcophaps indica) et des échenilleurs térats
(Lalage nigra). Des faisans argentés (Lophura
nychtemera
) occupent la troisième volière. La quat-
rième installation, toujours en sable et agrémentée de
quelques bambous est consacrée à des faisans nobles
(Lophura ignita nobilis), à des étourneaux pies
(Sturnus contra)
et à des martins forestiers de Java
(Acridotheres fuscus javanicus).


Volière des oiseaux
Volière des oiseaux - mai 2013
Volière des loris
Volière des loris - mai 2013


Mitoyen aux faisans, une volière dénuée de végétation
accueille de rares polichions casqués (Philemon
buceroides
). Les 4 dernières volières accueillent
chacune une espèce. Dans le sens de visite on pourra
ainsi y admirer des colombes rousses (Columbina
talpacoti
), des faisans de Lady Amherst
(Chrysolophus amherstiae) ; des faisans nobles
(Lophura ignita nobilis) avec des martins forestiers
de Java (Acridotheres fuscus javanicus), puis des
martins chasseurs géants (Dacelo gigas).



Flèche

A l’arrière de cet empilement de volière, se dresse une
cage imposante composée d’une vaste volière centrale,
entourée de petites volières (4 de part et d’autre de la
volière centrale). Ce complexe est consacré plus spé-
cifiquement aux becs crochus. La première petite
volière est le lieu de vie de perruches grand Alexandre
(Psittacula alexandri). La seconde volière accueille
pour sa part mainates religieux (Gracula religiosa
intermedia
). Des loris à collier jaune (Lorius
chlorocercus
) évoluent dans la troisième petite volière
tandis que la dernière installation, située sur la gauche
de la volière centrale, est consacrée  à des loris noiras
(Lorius garrulus).


Volière des loris
Volière des loris - mai 2013




Volière des chauves souris
Volière des chauves souris - mai 2013

La volière centrale, garnie de branches et autres troncs,
ainsi que de plantes, est le lieu de vie d’une colonie de
loris à collier jaune (Lorius chlorocercus).

A l’extrémité de la grande volière, accolée à cette der-
nière se trouve une petite volière au cœur laquelle
s’ébattent des loris de Duivenbodi (Chalcopsitta
duivenbodei
). Sur la face droite de la volière centrale
se dressent 4 autres petites structures. On pourra y
observer dans le sens de visite,  des loris à collier jaune
(Lorius chlorocercus) dans 2 volières, des loris som-
bres (Pseudeos fuscata) puis de grands eclectus 
(Eclectus roratus). C’est ainsi que ce termine la visite
de cette seconde zone consacrée aux oiseaux. En face
du complexe des loris, une volière relativement longue
a été construite. Cette installation en forme de tunnel
est entièrement bétonnée et occupée par des chauves
souris de Malaisie (Pteropus vampyrus).




Flèche

Après avoir traversé une prairie et plusieurs sentiers,
le visiteur rejoint le complexe des petits mammifères.
Ce dernier, de forme ronde, est composé d’une multitude
de petits enclos vitrés en façade et construits autour
d’un bâtiment central. Le premier enclos, totalement
bétonné et creusé d’un bassin est le lieu de vie de
loutres naines (Aonyx cinerea). A côté des loutres,
l’enclos en sable est agrémenté de quelques plantes
vertes et est le lieu de vie de chevrotains de Java
(Tragulus javanicus). Les autres enclos tous situés
côte à côte, sont bétonnés, agrémentés de quelques
plantes en pots et de troncs. Le fond de leur cage
est fait de faux rochers.


Enclos des loutres
Enclos des loutres - mai 2013




Enclos pour petits mammifères
Enclos pour petits mammifères - mai 2013

On pourra y observer des mangoustes de Java
(Herpestes javanicus), des chats pêcheurs
(Prionailurus viverrinus), des binturongs
(Arctictis binturong), des civettes de Malaisie
(Viverra tangalunga tangalunga), des civettes
masquées (Paguma larvata larvata), des petites
civettes indiennes (Viverricula malaccensis) ou
encore des civettes hermaphrodites (Paradoxurus
hermaphroditus
). Une même  espèce est souvent
hébergée dans 2 à 4 enclos différents.

La suite de la visite nous amène alors sur la gauche
des petits mammifères pour découvrir 4 fosses en-
herbées, agrémentée de quelques souches et de
buses en béton. Toutes ces fosses hébergent des
porc-épics de java (Hystrix javanicus). Ces en-
clos bordent les fosses bétonnées des ours malais,
que l’on retrouve sur notre droite.



Nous allons alors nous diriger à l’opposé de ces
structures, pour découvrir un enclos en herbe,
légèrement vallonné, entouré de fossés en eau et
plantés de palmiers. Cette installation est occupée
par un troisième groupe de lions du Kenya
(Panthera leo massaicus). En face des fauves,
une île en herbe, plantée de nombreux pieux et de
hautes cabanes en bois est consacrée aux orang-
outangs. Enfin, plus loin sur ce sentier, se dresse une
dernière presqu’île en herbe, densément végétalisée,
en pente douce vers un fossé en eau accessible aux
animaux. Cette installation est le lieu de vie de tigres
de Sumatra (Panthera tigris sumatrena).


Enclos des tigres
Enclos des tigres - mai 2013


Enclos des porc-épics
Enclos des porc-épics - mai 2013




Le visiteur rejoint alors la première maison des
oiseaux et le secteur des rotondes des singes,
avant de retrouver l’enclos des pélicans et de
quitter le parc.



Flèche



En conclusion, le Ragunan Zoo Jakarta est un parc
qui s’étend sur une très grande surface. L’absence
de sens de visite et le dédalle des allées qui se
croisent et s’entrecroisent, rend la visite fastidieuse
et difficile à réaliser en une seule journée.

De nombreuses zones sont laissées à l’état sauvage
et permettent aux habitant de la ville de venir pique
niquer. Les différentes allées du parc sont bordées
de marchands ambulant proposant boisson, nourriture
et autres jouets. Les restaurants également au bord
des sentier de visites forment de petits « bidonvilles »
en fait de bois.


Etourneau pie
Etourneau pie - mai 2013
Elephant de Sumatra
Elephant de Sumatra - mai 2013



Le zoo en lui-même présente une importante col-
lection en nombre d’animaux, néanmoins, le nombre
d’espèce bien qu’impressionnant est moindre puis-
que chaque espèce compte à chaque fois une dizaine
d’individus. Les espèces asiatiques dont certaines
sont peu courantes dans les zoos européens, tiennent
une part non négligeable de la collection.

Les enclos sont tous de taille moyenne et très anciens,
rappelant aux visiteurs européens, les ménageries
catalogues du début du siècle.

Le potentiel du parc est énorme, mais les moyens
semblent manquer cruellement.



Copyright ©  -  2007-2019   -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés