Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe  |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Zoo Surabaya









Kebun Binatang Surabaya
Setail Street 1
60244 Surabaya
Logo de la ville et du zoo
Logo de la ville et du zoo - mai 2013


Ma visite : 07 mai 2013
Mise en ligne : 12 janvier 2014





Horaires d'ouverture 2013
Tarifs d'entrée 2013
Bref historique
Les échassiers et les siamangs
La mini ferme
L'élevage des étourneaux et autres calaos
Les phasianidés et becs crochus
Le vivarium, l'aquarium et le noctarium
Les crocodiliens et les ours
Les carnivores
Les ongulés africains et porcinés
La zone des singes
Les orangs outans, tigres et hippopotames
La zone des cervidés et les éléphants
La nursery, les grands fauves et les gibbons
La grande volière et les casoars
Conclusion
Marabout asiatique
Marabout asiatique - mai 2013



Flèche

Horaires d'ouverture 2013 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Paradisier rouge
Paradisier rouge - mai 2013





Toute l'année de
7h00 à 17h00



Flèche

Tarifs d'entrée 2013 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)




Tarifs individuels

     Adulte :                         5 000,00 IDR (0,33 €)
     Enfant (jusqu'à 12 ans) : 4 000,00 IDR (0,26 €)

Tarifs groupes (à partir de 30 personnes) :
     -20% sur le tarif normal
Sanglier verruqueux
Sanglier verruqueux - mai 2013



Flèche

Bref historique du zoo

Macaques de Maures
Macaques de Maures - mai 2013



Le zoo de Surabaya porte le nom de la ville dans laquelle
il est installé. Le nom de cette ville, située à l’Est de l’île
de Java, signifie Requin-crocodile (Sura = requin ;
buaya = crocodile), 2 animaux qui constituent l’emblème
de la ville.

Après des moments difficiles, une mauvaise gestion et de
nombreuses morts d’animaux (malnutrition …), le zoo a
été repris en main en mai 2013. Suite à cette reprise,
quelques ébauches de travaux et nouvelles arrivées sont
visibles.
Néanmoins, les installations du parc sont vétustes pour
ne pas dire délabrées et les espèces les plus rares ne
sont plus visibles.




Flèche

Visite du zoo


Après avoir franchi l’entrée du zoo, le visiteur fait direc-
tement face à un étang, ombragé par une végétation
luxuriante. Sur la droite de ce bassin se dresse un en-
semble de 4 volières adjacentes formant un carré.
Chaque volière relativement haute, dispose d’un sol en
sable, de perchoirs en bois et est plantée de quelques
plantes tropicales. Ce complexe accueille des paons
bleus (Pavo cristatus) et des paons spicifères de Java
(Pavo muticus), chaque espèce étant visible dans 2
volières contiguës.

La visite débute alors sur la gauche pour contourner
l’étang et longer, sur la gauche, une aire de jeux. Au
milieu de l’étang, une île densément végétalisée a été
installée. Quelques cordes pendent aux arbres, à la
cime desquels on peut observer une famille de
siamangs (Hylobates syndactylus).



Volière des paons
Volière des paons - mai 2013


Volière des pélicans
Volière des pélicans - mai 2013
Au bout de l’étang, le visiteur bifurque sur la droite, pour
emprunter un sentier situé entre plusieurs volières. La
première volière, sur la droite, est la plus imposante. Elle
se compose d’un sol en cailloux et d’un bassin. Des
troncs et branches mortes offrent des perchoirs à la
colonie d’ibis australiens (Threskiornis melanocephalus),
aux bihoreaux cannelles (Nycticorax caledonicus), aux
hérons bihoreaux (Nycticorax nycticorax), aux cigognes
épiscopales (Ciconia episcopus), au héron pourpre
(Ardea purpureus) et aux hérons garde bœufs
(Bubulcus ibis) qui y cohabitent.

Accolée à cette première volière se trouve une seconde
du même type, bien que plantée de quelques bambous.
Cette installation densément peuplée est occupée par
de nombreux pélicans à lunette (Pelecanus
conspicillatus
), par des hérons gris (Ardea cinerea),
par des grandes aigrettes (Egretta alba) et par des
cormorans noirs (Phalacrocorax sulcirostris).


Sur la gauche, face aux grandes volières se trouvent
deux autres volières circulaires de petite taille, dis-
posant pour seul aménagement, d’une branche
faisant office de perchoir. La première volière ac-
cueille des hérons garde bœufs (Bubulcus ibis)
alors que la seconde héberge des marabouts de
Java (Leptoptilos javanicus).
Enfin, mitoyenne à la volière des pélicans se trouve
une dernière installation relativement haute au sol
en herbe, creusé d’un bassin, dans laquelle évolue
un petit groupe de flamants nains (Phoenicopterus
minor
).
Volière des flamants nains
Volière des flamants nains - mai 2013


Volière du marabout
Volière du marabout - mai 2013
Volière des hérons
Volière des hérons - mai 2013



Flèche



Cage de la mini ferme
Cage de la mini ferme - mai 2013

Le visiteur revient alors sur ses pas jusqu’au sentier principal,
pour le longer et rejoindre la mini-ferme du zoo, située dans
le prolongement de l’aire de jeux. Cette mini ferme, rudi-
mentaire, se compose d’un alignement de clapiers interrompu
de temps à autre par un petit enclos boueux. Avant d’entrer
dans cette mini ferme, on peut observer au centre du sentier,
une volière relativement longue, au sol bétonné, agrémentée
de quelques branches, dans laquelle sont présentées des
perruches omnicolores (
Platycercus eximius). Les trois
premiers clapiers de la ferme sont consacrés à des poules
domestiques (Gallus gallus domesticus) et à des pintades
(Numida peleagris). Un petit enclos en terre est le lieu de
vie de dindons domestiques (Meleagris gallopavo).

Au centre de l’allée, un petit bassin en béton a été creusé et
est occupé par des tortues à tempes jaunes (Trachemys
scripta scripta).


Sur la gauche du sentier se dresse une cage de petite taille
dans laquelle vivent des cochons d’Inde (Cavia porcellus).
Dans le prolongement des cochons d’Inde, un complexe de
4 vivariums en verre reliés entre eux par des tubes plastiques,
est le lieu de vie de hamsters nains (Phodopus sungorus).

Au centre de l’allée, on peut observer une cage carrelée de
petite taille dans laquelle évolue un chat domestique (
Felis
domesticus
). Sur la gauche se trouve une dernière installation
composée de 6 terrariums vitrés, chacun doté d’un petit bac
plastique en eau, dans lesquels sont présentés, individuel-
lement des pythons réticulés (Python reticulatus).


Terrariums pour serpents
Terrariums pour serpents - septembre 2013



Cage pour volailles
Cage pour volailles - mai 2013

Le visiteur arrive alors à l’extrémité de la mini ferme où un en-
clos boueux organisé autour d’un bassin héberge des canards
domestiques (Anas domesticus).

Avant de quitter la mini ferme, on peut encore observer 2
volières. La première de forme carrée, aménagée de branches
et de cordes présente des phalangers volants (Petaurus
breviceps
). La seconde de forme octogonale, abrite des
iguanes verts (Iguana iguana).

Le visiteur quitte alors la mini ferme pour se diriger sur la
gauche, en direction d’une série de grandes volières. La
première formant un demi-cercle, au sol en terre est plantée
de quelques arbres. Des dindons d’Amérique (Meleagris
gallopavo
) y cohabitent avec des poules domestiques
(Gallus gallus domesticus).




Flèche

Sur la gauche du sentier de visite, en retrait, se dresse
une rangée de nombreuses volières s’étendant sur
plusieurs dizaines de mètres. Toutes ces volières sont
bien plantées et agrémentées de perchoirs en bois.
Elles composent le centre de reproduction d’un oiseau
originaire de Bali une île indonésienne toute proche de
Java : l’étourneau de Bali (Leucopsar rotschildi).

De nombreux oiseaux de cette espèce sont visibles
dans ce centre. En face du centre d’élevage s’élève une
autre série de volières, jouxtant celle des dindons. La
première installation de cette série au sol en terre,
dispose de quelques amas rocheux et de quelques
branches. Elle accueille des grues royales grises
(Balearica regulorum). Jouxtant les grues, se trouve
une volière tout aussi dénudée, consacrée à des
eclectus (Eclectus roratus).



Centre d'élevage des étourneaux de Bali
Centre d'élevage des étourneaux de Bali - mai 2013


Volières pour calaos
Volières pour calaos - mai 2013

Dans le prolongement des becs crochus se trouve une
autre structure plantée de quelques arbres, au milieu
desquels évoluent des calaos pies (Anthracoceros
convexus
). Cette série compte encore 3 volières au
sol en terre, disposant pour seuls agrès, des amas
rocheux et des branches. On pourra y découvrir, dans
l’ordre de visite, des cacatoès à huppe jaune (Cacatua
sulphurea
), des microglosses (Probosciger aterrimus)
puis des calaos ondulés (Rhyticeros undulatus).

Des statues de manchots marquent une pause dans
l’alignement des volières qui se poursuit ensuite par deux
structures faites de terres, de branches et de rochers. La
première installation est le lieu de vie d’aras macaos (Ara
macao
) et la seconde héberge des cacatoès blancs
(Cacatua alba).

Sur la gauche se dresse toujours le centre d’élevage des
étourneaux.



A l’extrémité de l’allée des volières, deux possibilités
s’offrent à nous. La première consiste à poursuivre la
visite sur le sentier principal, la seconde option, que
allons choisir nous amène sur la droite, pour découvrir
une autre allée de volières. Situées sur la gauche du
parcours, ces volières sont relativement hautes. Elles
se composent d’une partie basse en terre, dont l’arrière
est bétonné formant un abri et d’une partie haute
correspondant au toit du bâtiment. Quelques branches
et des plantes complètent les structures.

La première volière est le lieu de vie de rares maléos
(Macrocephalon maleo), une espèce asiatique qui
reste très peu courante en captivité.


Volière des maléos
Volière des maléos - mai 2013



Volière du paradisier
Volière du paradisier - mai 2013
La seconde volière, dénudée de végétation lui donnant un
aspect minéral, est consacrée à des kétupas (Ketupa
ketupu
). Mitoyenne aux kétupas, la troisième volière
de cette série est quelque peu plantée et accueille des
inséparables (Agapornis fischeri). Cette rangée se
compose encore de 3 volières au sol recouvert de grit
et au sein desquels plusieurs branches ont été
disposées. Ces volières accueillent respectivement et
dans l’ordre de visite, des martins tristes (Acridotheres
tristis
), des loris tricolores (Lorius lory) puis des
paradisiers rouges (Paradisaea rubra).


Les volières sont alors interrompues par un carrefour.
Sur la droite, le chemin de visite nous conduit vers la
volière des flamants nains, sur la gauche, le sentier nous
amène à l’arrière des volières observées précédemment,
où se dresse une autre série consacrée aux oiseaux.



Flèche

Nous allons poursuivre notre découverte du zoo de
Surabaya sur l’allée principale, pour longer une
grande volière densément végétalisée et agrémentée
d’une cascade.
Cette volière est le lieu d’une cohabitation entre des
poules domestiques (Gallus gallus domesticus),
des paons bleus (Pavo cristatus), des pigeons de
Nicobar (Caloenas nicobarica), des pintades
(Numida meleagris), des dindons communs
(Meleagris gallopavo), des orioles de Chine
(Oriolus chinensis) et des mainates religieux
(Gracula religiosa robusta). Dans le prolongement
de la volière des gallinacés s’élèvent encore 3 autres
volières, comparables à celle des paradisiers.


Grande volière
Grande volière - mai 2013



Volière des calaos
Volière des calaos - mai 2013

Ces structures sont le lieu de vie d’étourneaux pies
(Sturnus contra) qui évoluent aux côtés de bulbuls
à tête jaune (Picnonotus zeylanicus) pour la première.

Des shamas royaux (Copsyphus solaris) s’ébattent
dans la seconde volière tandis que la dernière est le
lieu de vie d’étourneaux à ailes noires (Sturnus
melanopterus
). L’allée de volière s’interrompt alors.
Sur la droite on retrouve le complexe des paons alors
que face à nous se dresse une rotonde de faible
diamètre, divisée en deux cages. Chaque cage est
végétalisée et creusée d’un bassin, le sol est en terre.
La partie gauche de la rotonde héberge des calaos
festonés (Aceros undulatus) tandis que la partie
droite est le lieu de présentation de calaos à cimier
rouge (Aceros cassidix).



Le visiteur contourne alors cette rotonde, pour la
seconde rangée de volières adossées aux précé-
dentes.

Les 3 premières structures au sol fait de galets et
agrémentées de troncs morts sont consacrées à des
becs crochus australiens à savoir : des cacatoès de
goffin (Cacatua goffiniana) ; des cacatoès à
huppe orange (Cacatua sulphurea) cohabitant
avec des cacatoès à huppe jaune (Cacatua
galerita
)  puis des grands eclectus (Eclectus
roratus
).


Volière pour becs crochus
Volière pour becs crochus - mai 2013


Rangée de volières
Rangée de volières - mai 2013

Ces volières sont prolongées par la volière des
pigeons de Nicobar. Le visiteur arrive alors au
niveau du sentier que l’on a vu précédemment
et continue de longer la série de volières ados-
sées à la rangée des paradisiers. A l’arrière des
oiseaux du paradis se dresse une volière dans
laquelle ont été plantés des troncs morts et quel-
ques végétaux. Cette structure est le lieu de vie
de loris des gouras couronnés (Goura cristata).


A côté des loris, l’installation se compose de
plusieurs branches et de buissons feuillus qui
offrent des possibilités d’évolution aux calaos
de Van der Decken (Tockus deckeni).


Les 2 volières mitoyennes aux calaos sont relati-
vement sombres et plantée de quelques arbres.
Le sol a été recouvert de terre humide. La pre-
mière installation accueille des coqs verts de
Java (
Gallus varius) tandis que la seconde pré-
sente des aigles serpentaires bachas (Spilornis
cheela bido
) et des aigles noirs (
Ictinaetus
malayensis
).

Enfin, les deux dernières structures de cette rangée
sont relativement grandes et bien végétalisées, of-
frant plusieurs opportunités de cachettes. Des
géopélies zébrées (Geopelia striata) vivent dans
la première tandis que la seconde héberge des cor-
beaux (Corvus corax).

Aménagement typique des volières
Aménagement typique des volières - mai 2013



Flèche

Le visiteur se retrouve alors sur le sentier qui longeait le
centre d’élevage des étourneaux de Bali et tourne sur la
gauche de sorte à découvrir un bassin recouvert d’un
toit métallique. Ce bassin est le lieu de vie de tortues
vertes (Chelonia midas).

A l’extrémité de l’enclos des tortues, le sentier bifurque
sur la gauche pour entrer dans le secteur consacré aux
reptiles. Ce secteur se compose de plusieurs terrariums
ouverts sur le dessus, visibles à travers des vitres. Le
premier terrarium est agrémenté de rochers et est con-
sacré à des cobras malais (Naja sputatrix). Le second,
de grande taille bien planté et agrémenté de faux rochers
était occupé par des boas constricteurs (Boa constrictor).


Bassin des tortues
Bassin des tortues - mai 2013
Bassin des arapaimas
Bassin des arapaimas - mai 2013


Les deux installations suivantes étaient vides lors de ma
visite. Au bout de l’allée se trouve l’enclos des tortues
vertes (Chelonia midas). Le visiteur revient alors sur ses
pas et longe, sur la gauche, une allée de cages plantées
d’arbustes et autres végétaux, dans laquelle ont été in-
stallés des iguanes verts (Iguana iguana). Le visiteur
entre alors dans un bâtiment délabré abritant les aquariums
du zoo. Ces bacs de petites tailles sont agrémentés de
cailloux. L’identification des poissons est absente, mais on
peut citer les poissons anges, les chirurgiens, quelques
poissons rouges et murènes. Le visiteur ressort de
 l’aquarium pour découvrir, sur la gauche, une piscine
carrelée, dans laquelle sont hébergés des arapaimas
(Arapaima gigas).

Vivarium typique pour serpents
Vivarium typique pour serpents - mai 2013
Enclos des faux gavials
Enclos des faux gavials - mai 2013


Aquarium
Aquarium - mai 2013
Détail d'un aquarium
Détail d'un aquarium - mai 2013


Un sentier situé sur la droite longe une série de 3 petites
volières, agrémentée de faux rochers formant un dénivelé.
Quelques plantes et des souches ont été ajoutées au tout.
La première et la dernière volière sont consacrées à des
civettes palmistes (Paradoxurus hermaphroditus
javanicus
) et à des mangoustes de Java (Herpestes
javanicus
).

A l’arrière du complexe des civettes se dressent une grande
volière, située au centre d’une petite place. Cette volière au
sol en terre, planté d’un grand arbre duquel retombent des
lianes, est consacrée à des pythons réticulés (Python
reticulata
). Quelques pigeons communs (Columbia livia
domesticus
) y ont été ajoutés pour servir de repas aux
serpents.


Loge typique du noctarium
Loge typique du noctarium - mai 2013
Volières des civettes
Volières des civettes - mai 2013

Le sentier borde alors un enclos de taille moyenne composé
d’un bassin et d’une plage plantée. Cette installation délimitée
par un muret en béton surmonté d’un grillage est consacrée à
des faux gavials (Tamistoma schlegelli). Le visiteur revient
alors sur le sentier principal, pour se diriger vers un bâtiment
de forme circulaire ressemblant  à une hutte. Ce bâtiment con-
stitue le noctarium du zoo de Surabaya, constitué de 5 loges
intérieures vitrées. Chaque loge au sol en béton, est agré-
mentée de quelques branches. La première loge est occupée
par des roussettes noires (Pteropus niger). La seconde loge
était vide lors de ma visite, tout comme la troisième. Entre
ces installations en réfection, on peut observer un enclos au
sein duquel ont été disposées plusieurs souches. Cet enclos
est le lieu de vie de pangolins de Java (Manis javanicus).
Enfin, la dernière loge du noctarium est consacrée à des
civettes hermophrodites (Paradoxurus hermaphroditus).




Flèche

Le visiteur ressort alors du vivarium pour se retrouver
dans un jardin où les allées sillonnent autour de plu-
sieurs enclos. Ce jardin est consacré aux crocodiliens.
Trois enclos le composent. Ces enclos disposent tous
d’un bassin relativement grand, s’ouvrant sur une
plage en terre où poussent des palmiers. Un muret en
béton surélevé d’un grillage permet de maintenir les
crocodiles. On pourra y observer un second groupe de
faux gravials (Tamistoma schlegelli), des crocodiles
Indo-Pacifiques (Crocodylus porosus) puis des cro-
codiles de Nouvelle Guinée (Crocodylus
novaeguineae
). Enfin, un quatrième enclos en eau,
agrémenté d’une petite plage présente un important
groupe de tortues marines (Chelonia midas).


Enclos des tortues
Enclos des tortues - mai 2013


Enclos des crocodiles
Enclos des crocodiles - mai 2013


Le visiteur quitte alors l’espace des reptiles, pour
revenir au niveau du sentier principal et bifurquer sur
la droite sur un chemin parallèle au complexe des
animaux à sang froid.

Sur la gauche du sentier principal s’étendent 3 enclos
en terre, érigée à l’ombre de grands arbres. La plage
en terre débouche sur un bassin faisant office de
séparation avec les visiteurs. Le premier enclos est le
lieu de vie de crocodiles marins (Crocodylus porosus),
tandis que des crocodiles de Nouvelle Guinée
(Crocodylus novaeguineae) ont été installés dans le
dernier enclos.



En face des crocodiles s’étend la fauverie du parc. Un
plateau en sable, entouré de fossés secs est agrémenté
de nombreuses structures bétonnées formant des faux
rochers. Quelques troncs ont été dispersés afin de
donner un cachet naturel à cet enclos dans lequel
évoluent des ours malais (Helarctos malayanus). Le
visiteur se dirige alors sur la gauche de ce plateau. A
l’arrière des ours, se dressent d’imposantes cages à
l’intérieur totalement bétonné n’ayant aucun aména-
gement spécifique si ce n’est un tronc et un bassin in-
stallé dans une buse bétonnée. Ces deux cages sont
occupées par des tigres du Bengale (Panthera tigris
tigris
).


Enclos des ours malais
Enclos des ours malais - mai 2013


Volière des phalangers
Volière des phalangers - mai 2013




En face des cages des tigres, se dresse une petite
rangée de volières. La première structure de cette
série est bien plantée et de nombreuses branches
y ont été installées de sorte à former un parcours
d’escalade. Des phalangers volants (Petaurus
breviceps
) y sont présentés. La seconde volière
accolée à celle des renards volants, est le lieu de
vie de roussettes de Malaisie (Pteropus
vampyrus
).
Cages des tigres
Cages des tigres - mai 2013
Allée des petits carnivores
Allée des petits carnivores - mai 2013



Flèche

La volière suivante garnie de branches et de plantes
était vide lors de ma visite. A côté des petits mam-
mifères, vit, dans un petit enclos en sable, un dhole
(Cuon alpinus) identifié comme étant un coyote.
Enfin, les 2 dernières volières de cette rangée, com-
posées de quelques branches et autres plantes, ac-
cueillent des loutres naines (Aonyx cinerea) pour la
première et des chats du Bengale (Felis bengalensis)
pour la seconde.

Le visiteur se retrouve alors sur la place qui s’étend entre
les tigres et les petits mammifères. Sur cette place se
trouve une petite structure octogonale au cœur de laquelle
s’enchevêtrent des branches formant un terrain de jeux
pour les saïmiris (Saimiri sciureus) qui y ont été installés.


Enclos des loutres naines
Enclos des loutres naines - mai 2013
Enclos des biturongs
Enclos des biturongs - mai 2013


A côté des petits singes, une rotonde de taille moyenne a
été divisée en 3 enclos dont deux sont enherbés et agré-
mentés de faux rochers tandis que le 3ème est en terre et
agrémentée de troncs. Les enclos végétalisés hébergent des
binturongs (Arctictis binturong) tandis que l’enclos
minéral présente des loutres naines (Aonyx cinerea).

Le visiteur repasse alors devant le plateau des ours malais,
pour se diriger vers la droite de celui-ci et découvrir 4 autres
cages identiques à celles des tigres. Les 3 premières, en-
tièrement bétonnées sont le lieu de vie d’autres ours malais
(Helarctos malayanus) alors que des jaguars (Panthera
onca
) évoluent au milieu de structures escarpées en béton
formant la dernière cage.

Cage des ours malais
Cage des ours malais - mai 2013
Cage des jaguars
Cage des jaguars - mai 2013



Flèche

A l’extrémité des cages des fauves et face à l’entrée de
l’aquarium qu'il a vu précédemment, le visiteur est
invité à bifurquer sur la gauche, de sorte à longer une
série de plusieurs enclos de forme carrée, délimités par
de grosses grilles. Ces enclos sont tous aménagés selon
le même schéma à savoir un carré en terre, au fond
duquel une cabane en bois a été déposée sur une dalle
de béton. Un petit bassin bétonné a été creusé au cœur de
chaque enclos.

Les deux premières installations situées sur la droite du
sentier hébergent des anoas (Bubalus depressicornis).
Les quatre enclos qui suivent sont pour leur part consa-
crés à l’élevage de sangliers verruqueux (Sus verrucosus),
une espèce qui reste peu courante en captivité y compris
en Asie.



Enclos typique pour suidés ou anoas
Enclos typique pour suidés ou anoas - mai 2013

Enclos des porc épics
Enclos des porc épics - mai 2013

En face des sangliers un dernier enclos boueux accueille
une harde de cerfs du Timor. Plus loin, toujours sur la
gauche du sentier, se dresse une installation de taille
moyenne, en terre et en herbe au centre de laquelle
pousse un petit bosquet. Cet enclos est le lieu de vie
d’autruches (Struthio camelus). Un second petit enclos
au sol recouvert de sable au milieu duquel ont été
déposées des branches est occupé par des porc-épics
indiens (Hystrix indica).

Enfin une dernière installation comparable à celle des
porc-épics était vide lors de ma visite. Le sentier
débouche sur une place où ont été installées 3 volières
octogonales. Leur sol est pavé et des troncs et souches
y ont été installés.


Ces volières sont consacrées respectivement à des
capucins bruns (Cebus apella), à des langurs de Java
(Trachypithecus auratus) et à des babouins hamadryas
(Papio hamadryas).

Le visiteur rebrousse alors son chemin sur le sentier
qui longeait les enclos des autruches et des porc-épics
pour revenir au niveau des volières des cacatoès puis
bifurquer sur la gauche en direction d’un bâtiment
entouré de cages à gros barreaux. Ces cages béton-
nées, agrémentées de pneus suspendus et de souches
étaient occupées par des chimpanzés (Pan troglodytes)
qui ont aujourd’hui rejoint une autre partie du zoo.


 Après avoir contourné l’installation des grands singes,
le visiteur longe une plaine en sable de grande taille
agrémentée d’un bâtiment surmonté d’un toit rond.



Ancienne cage des chimpanzés
Ancienne cage des chimpanzés - mai 2013


Plaine des zèbres et dromadaires
Plaine des zèbres et dromadaires - mai 2013

Cette plaine est le lieu de vie de dromadaires (Camelus
dromedarius
), de zèbres (Equus quagga) et depuis
récemment, de gnous bleus (Connochaetes taurinus).
A l’extrémité de la plaine se trouve un enclos en herbe,
en travaux lors de ma visite, qui devrait s'intégré au
panorama africain.

En face de la zone africaine, se dresse un complexe en
forme de triangle, composé d’une dizaine d’enclos,
pour certains en herbe et d’autres sable. Chaque parc
dispose de bosquets de bambous, est planté de feuillus
et/ou agrémenté de rochers et de branches. Un bassin
complète chaque structure. Ce complexe constitue le
centre d’élevage des varans de Komodo (Varanus
komodensis
) du zoo de Surabaya. En contournant
l’ensemble des enclos des lézards, on pourra découvrir
plusieurs individus à des stades de croissance différents,
formant une véritable frise de la vie du varan de Komodo.

      

Enclos pour varans de Komodo
Enclos pour varans de Komodo - mai 2013
Enclos pour varans de Komodo
Enclos pour varans de Komodo - mai 2013



Flèche

Au bout de l’allée, le visiteur tourne sur la droite de sorte
à contourner l’installation en travaux et rejoindre le secteur
des primates. Sur la gauche, on retrouve les volières des
capucins et la zone des autruches. La visite se poursuit sur
la droite, en direction d’une succession d’îles. La première
île est de taille moyenne, au sol recouvert de hautes herbes.

Des troncs plantés ont été reliés entre eux par des cordes,
enfin, une structure en pierre recrée un temple. Au fond de
l’île se dresse le bâtiment de nuit du groupe de macaques
japonais (Macaca fuscata) qui y vit. La seconde île est
dénudée de toute végétation mais est jonchée de nom-
breuses souches et autres pieux. Une troupe de macaques
crabiers (Macaca fascicularis) y a été installés.


Iles des macaques
Iles des macaques - mai 2013



Enclos des chats pêcheurs
Enclos des chats pêcheurs - mai 2013

En face des singes crabiers se trouve un enclos relativement
esthétique, tranchant avec le reste du zoo. Entouré de hauts
murs en faux rochers, cet enclos est traversé par un ruisseau.
La partie terrestre est bien végétalisée, agrémentée de nom-
breux buissons de hauteur différentes. Des souches et des
troncs complètent les aménagements au milieu desquels
vivent des chats pêcheurs (Felis viverrina).

Le visiteur revient au niveau des îles de primates qu’il con-
tinue de longer. Il découvre alors 5 îles enherbes, en-
tourées de fossés en eau. Chaque structure est dotée de
maisons bétonnées et de souches. Les espèces que l’on
pourra admirer ici sont dans l’ordre de visite : de rares
macaques de Maure (Macaca maura), une installation
vide, des  macaques des Célèbes (Macaca nigra), des
semnopithèques de Sumatra (Presbytis melalophos) puis
des langurs de Java (Trachypithecus auratus).

      

Ile typique pour singes
Ile typique pour singes - mai 2013
Ile typique pour singes
Ile typique pour singes - mai 2013


En face du complexe des singes, séparé par un fossé en
eau et une haie se dressent 3 grandes volières au sol en
sable, disposant pour seuls aménagements de quelques
perchoirs en bois. Ces volières sont consacrées à des
rapaces. On pourra y observer des pygargues à ventre
blanc (Haliaetus leucogaster), des milans sacrés
(Haliastur indus), puis des aigles huppés variables
(Spizaetus cirrhatus).

Deux possibilités s’offrent alors à nous. Nous pouvons
soit poursuivre la visite sur le sentier d’en face, soit
bifurquer sur la droite de sorte à contourner l’île des
langurs. Nous allons opter pour cette seconde alternative.
Face aux langurs, s’étend une grande île, entourée de
larges fossés en eau et plantée de quelques arbres et de
bois mort. Un groupe reproducteur de nasiques (Nasalis
larvatus
) y cohabitent avec des cerfs de Kuhl (Axis
kuhlii
).


Ile des nasiques
Ile des nasiques et des cerfs - mai 2013


Ile typique pour singes
Ile typique pour singes - mai 2013

Le visiteur bifurque alors à nouveau sur la droite, pour longer
une autre série d’îles enherbées, agrémentées de structures
métalliques et bétonnées. Ces îles appartiennent au complexe
des primates. Des mandrills (Mandrillus sphinx) vivent sur
la première installation de cette rangée. La seconde île tranche
avec les précédentes puisqu’elle est dénudée de toute verdure
et accueille des babouins hamadryas (Papio hamadryas).

Trois autres îles complètent cette allée. Ces dernières, au sol
en herbe, sont tendues de bois et de cordes. Elles hébergent
respectivement des macaques à queue de cochon (Macaca
nemestrina
), des gibbons moloch (Hylobates moloch) puis
des babouins olives (Papio anubis).

Le sentier débouche alors au niveau du carrefour des dragons
de Komodo et de l’île des macaques japonais. Nous allons
réemprunter le même itinéraire que précédemment jusqu’à l’île
des langurs de Java et poursuivre sur le sentier principal.




Flèche


Ce sentier borde sur la gauche, un ensemble de 3 îles,
entourées d’un fossé en eau et de hauts murs en béton.
Ces installations au sol en herbe, sont agrémentées de
troncs, de cordes et de quelques structures en faux
rochers et faux arbres. Les deux premières sont con-
sacrées à des orang-outans (Pongo pygmaeus), tandis
que la troisième est le lieu de vie de chimpanzés (Pan
troglodytes
).

Les îles des anthropoïdes font alors place à 4 plateaux
en sable et en herbe. Les trois premiers sont consacrés
à un troupeau de dromadaires (Camelus dromedarius).


Ile des orang outans
Ile des orang outans - mai 2013


Enclos des tigres
Enclos des tigres - mai 2013
Le dernier, ombragé par de grands arbres est le lieu de
vie de watusis (Bos primigenius taurus). Cette dernière
espèce est arrivée d’Afrique en vue de développer la
collection animale du zoo de Surabaya. Sur la droite, à
l’arrière des marchands de nourriture, on peut encore
admirer l’île des nasiques.

A l’extrémité de l’allée, sur la gauche du sentier se dresse
un autre plateau en herbe, planté de quelques arbres. Ce
plateau, entouré de rochers et d’un mur de bambous est
le lieu de vie d’élands du Cap (Taurotragus oryx). Ce
même chemin borde, sur la droite, un premier enclos en
herbe, entouré de hautes grilles et recréant une forêt
clairsemée. Des cavernes en pierres et en bois y ont aussi
été installées et offrent des abris aux tigres du Bengale
(Panthera tigris tigris) qui y évoluent.


Au bout de ce sentier, un cul de sac permet d’observer
une cage en herbe, agrémentée de souches et de buissons,
et consacrée à des tigres de Sumatra (Panthera tigris
sumatrae
). Sur la gauche de cette voie sans issue s’éten-
dent deux enclos pavés et en terre, dotés chacun d’un
petit bassin et occupés par des hippopotames amphibies
(Hippopotamus amphibius).

Le visiteur bifurque alors sur sa gauche, pour entourer
l’enclos des élands. Face à ces ongulés se dressent une
succession de 3 enclos composés d’un bassin faisant
office de séparation et d’une plage en terre. Ces enclos
sont occupés par des hippopotames nains (Hexaprotodon
liberiensis
). Sur la gauche en revanche, à l’arrière du
plateau des élands, se trouve un autre enclos boueux, or-
ganisé autour d’un arbre et occupé par un troupeau de
bantengs (Bos javanicus).

            


Plateau des hippopotames amphibies
Plateau des hippopotames amphibies - mai 2013
Enclos des hippopotames nains
Enclos des hippopotames nains - mai 2013
Enclos des bantengs
Enclos des bantengs - mai 2013



Flèche


Complexe des anoas
Complexe des anoas - mai 2013

Dans le prolongement du complexe des hippopotames
nains, se trouve un ensemble d’enclos au sol en herbe
et en terre, dotés de quelques arbres. Ces enclos tous
parallèles les uns aux autres et au chemin, compose
l’installation des anoas (Bubalus depressicornis). Enfin,
à côté des anoas, une petite prairie, accueille une autre
espèce originaire de Sulawesi, le babiroussa (Babyrousa
babyrussa
).

Le sentier bifurque alors sur la gauche, pour former une
allée sillonnant entre les enclos consacrés aux cervidés.
L’ensemble de ces enclos est aménagé selon le même
plan à savoir un sol en terre plus ou moins boueux ou
caillouteux, quelques rares arbres ou massifs de bam-
bous et une auge bétonnée abritée de la pluie par un
auvent de tôles. Le premier enclos situé sur la droite,
est le lieu de vie de cerfs du Timor (Cervus timorensis).


Accolée aux cerfs se trouve l’installation des guibs d’eau
(Tragelaphus spekii), qui sont présentés à ce niveau
bien qu’appartenant à la famille des antilopes. Sur la
gauche du sentier, les deux premières structures sont le
lieu de vie d’une importante population de muntjacs in-
diens (Muntiacus muntiacus). Les deux enclos érigés
dans le prolongement des muntjacs, on pourra observer
une harde de cerfs de Kuhl (Axis kuhlii), puis des cerfs
axis (Axis axis).

En face des cervidés, se trouve une autre erreur de ce
complexe puisque l’enclos est le lieu de présentation de
wallabies agiles (Macropus agilis). A côté des marsu-
piaux, on pourra admirer de nombreux cerfs sambars
(Cervus unicolor), qui disposent de 2 enclos. Enfin, des
cerfs du Timor (Cervus timorensis) sont visibles en face
des cerfs sambars.

      


Enclos typique pour cervidés
Enclos typique pour cervidés - mai 2013

Plateau des éléphants
Plateau des éléphants - mai 2013

Le complexe des cervidés compte encore 2 enclos. Celui
situé sur la droite du chemin est occupé par des kulans
(Equus hemionus kulan) tandis que celui de gauche
héberge des nilgauts (Bocelaphus tragocamelus).

Le visiteur quitte alors la zone des cervidés pour longer un
ensemble de 3 boxes extérieurs bétonnés entourés de
barrières métalliques et abrités par un toit en tôles. Ces
boxes sont occupés par des éléphants de Sumatra (Elephas
maximus sumatrae
). En face des loges des pachydermes
se trouve un plateau en sable entouré de profonds fossés
secs et creusé d’un bassin. Ce plateau est également consa-
cré à des éléphants de Sumatra.

Dans le prolongement de l’abri des mastodontes se trouve
une place pavée où des promenades à dos d’éléphant sont
proposées aux visiteurs.

      

Enclos typique pour cervidés
Enclos typique pour cervidés - mai 2013
Boxes des éléphants
Boxes des éléphants - mai 2013



Flèche

A l’extrémité de l’aire de promenade se dresse une halle,
ouverte sur les côtés, sous laquelle ont été disposés
plusieurs cages surélevées. Deux d’entre elles accueillaient
de jeunes orang-outans (Pongo pygmaeus) dans des con-
ditions déplorables. La dernière était occupée par une
civette hermaphrodite (Paradoxurus hermaphroditus).

Des terrariums vitrés sur roulettes sont visibles à ce niveau
et hébergent de jeunes varans de Komodo (Varanus
komodensis
), mais aussi des pythons réticulés. Sur la
droite de cette halle se dresse un bâtiment percé de vitres
et à l’intérieur duquel s’empilent de nombreuses cages,
semblant être l’infirmerie du zoo. A l’arrière de l’infirmerie
se trouvent 2 volières vides lors de ma visite, mais aussi
deux enclos bétonnés, s’organisant autour d’un arbre cen-
tral, où vivent des casoars à casque (Casuarius casuarius).



Cages de la nursery
Cages de la nursery - mai 2013
Enclos des lions
Enclos des lions - mai 2013

Le visiteur peut alors poursuivre sa visite le long des ratites
et des volières vides pour rejoindre le complexe des croco-
diliens et l’aquarium, ou se diriger sur la gauche de l’infirmerie
et de la halle, pour longer la volière des aigles variables hup-
pés et l’île des nasiques jusqu’à revenir au niveau de l’enclos
des tigres du Bengale pour se diriger sur la droite.

Ce sentier nous permet de longer l’enclos des tigres du
Bengale dans le prolongement duquel nous allons découvrir
d’autres structures. Mitoyen à l’enclos des tigres du Bengale
se trouve un enclos en herbe, bien végétalisé, entouré pour
partie par de hauts murs de pierre et pour partie par un fossé
en eau. Cette installation est le lieu de vie de tigres blanc
(Panthera tigris). Enfin, à côté des tigres se trouve une
troisième structure du même type, occupée par des lions
(Panthera leo).

         

Cage pour orang outan
Cage pour orang-outan - mai 2013
Vivariums de la nursery
Vivariums de la nursery - mai 2013


Enclos du casoar
Enclos du casoar - mai 2013
Plateau des tigres de Sumatra
Plateau des tigres de Sumatra - mai 2013




Sur la droite de ce sentier, en face des fauves se trouve le lac
au milieu duquel a été construite l’île des nasiques.

Plus loin, le sentier est interrompu par une construction im-
posante et massive. Ce grand bâtiment au sommet duquel le
visiteur peut grimper, offre une vue sur les alentours du zoo
et les différentes îles.

Sur la gauche du sentier, un bras d’eau entoure deux îles.


Ile pour gibbons
Ile pour gibbons - mai 2013


Plateau des mouflons
Plateau des mouflons - mai 2013



La première totalement artificielle, se compose d’un sol en
sable et d’une structure escarpée en béton. Elle héberge
un troupeau de mouflons à manchette (Ammotragus
lervia
). La seconde île, beaucoup plus naturelle, rappelle
la forêt dense et est le lieu de vie de siamangs (Hylobates
syndactylus
).

Sur la droite de la bâtisse se trouvent encore deux iles de
taille moyenne, mais bien végétalisées, sur lesquelles
évoluent des gibbons agiles (Hylobates agilis).

Le visiteur poursuit sa visite.

Ile des siamangs
Ile des siamangs - mai 2013
Ile pour gibbins
Ile pour gibbons - mai 2013



Flèche

A l’extrémité du sentier, légèrement en retrait du chemin,
se dresse une immense volière de contact, fermée lors de
ma visite, clôturant un morceau de forêt dense. Cette
volière est le lieu de vie de dindons domestiques (Meleagris
gallopavo
), de pigeons domestiques (Columbia livia
domesticus
), de prinias bifasciées (Prinia familiaris), de
calaos ondulés (Buceros undulatus), d’ibis à tête noire
(Threskiornis melanocephalus), de bihoreaux cannelles
(Nycticorax caledonicus), de paons spicifères (Pavo
muticus
), d’ibis falcinelles (Plegadis falcinellus), de
pigeons de Nicobar (Caloenas nicobarica), de gouras
de Victoria (Goura victoria), de hérons garde bœufs
(Bubulcus ibis), de carpophages gris (Ducula
pickeringii
) et de bulbuls goaviers (Pycnonotus
goiavier
).


Grande volière
Grande volière - mai 2013
Ile des cerfs
Ile des cerfs - mai 2013



Le visiteur contourne alors la seconde et dernière île des
gibbons agiles, pour se diriger sur la droite et découvrir
un enclos bien planté au sol en sable où s’enchevêtrent
quelques racines. Cet enclos est le lieu de vie de casoars
à casque (Casuarius casuarius).

Enfin, faisant face au lac, on peut encore observer d’an-
ciennes cages bétonnées, de petite taille, utilisées pour
maintenir un groupe de pélicans à lunettes (Pelecanus
conspicillatus
). Le visiteur poursuit alors sa visite pour
découvrir un amphithéâtre où l’on pourra poser aux
côtés d’un orang outan et où d’autres spectacles
d’animaux sont proposés.

      




Face à cette arène de spectacle, on retrouve le complexe
des singes et des mandrills, que l’on longe pour revenir
au niveau des zèbres puis au niveau des volières des
paons marquant la fin de la visite.

Cage des pélicans
Cage des pélicans - mai 2013



Flèche


En conclusion, le parc de Surabaya conserve les stigmates
d’un manque cruel d’argent qui a notamment conduit le
parc à perdre de nombreux animaux suite à une malnutrition.

Les installations sont rudimentaires et le béton parfois
délabré est très présent. Sur le plan animal, la collection
se rapproche fortement des autres parcs asiatiques avec
une forte présence des espèces de ce continent. Suite à
un changement de direction, plusieurs espèces africaines
ont fait leur apparition dans ce parc et d’autres, comme
des guépards, devraient encore suivre.

Maléo
Maléo - mai 2013


Copyright ©  -  2007-2020   -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés