Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe  |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Ninoy Aquino Wildlife Park


Entrée du Ninoy Park
Entrée du Ninoy Park - novembre 2016




Ninoy Aquino Wildlife Park

Elliptical Road
Diliman, Quezon City, Metro Manila,
Philippines

Tel :
+63 910 304 0899


Ma visite : 22 novembre 2016
Mise en ligne : 25 juin 2017





Aigle des Philippines
Aigle des Philippines - novembre 2016





Tarifs d'entrée 2017
Horaires d'ouverture 2017
Présentation du parc
Le centre de soins 1/2
Le centre de soins 2/2, l'aquarium et le reptilarium
Les cerfs, et oiseaux
L'aigle des Philippines
Conclusion



Flèche

Tarif d'entrée 2017 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)






Ticket journalier

     Adulte : 8,00 Php (0,16 €)
     Enfant : 5,00 Php (0,10 €)
Serpentaire des Philippines
Serpentaire des Philippines - novembre 2016



Flèche

Horaires d'ouverture 2017 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Spizaète de Pinkser
Spizaète de Pinkser - novembre 2016







Le parc est ouvert tous les jours toute l'année
de 8h00 à 17h00

La partie zoologique est ouverte du mardi
au dimanche de 9h00 à 16h00



Flèche

Présentation du parc




Le Ninoy Aquino Wildlife Park est un des
plus vastes espaces verts de la mégalopole
de Manille.
Situé dans la ville de Quezon city, il s’étend
sur 22,7 hectares organisés autour d’un
étang central.

Au cœur de ce parc, on trouvera un hôpital
qui recueille les animaux sauvages blessés.

Cette structure s’est doublée d’une partie
zoologique, de petite taille, composée de
divers enclos et autres volières, au sein des-
quels sont présentés les spécimens qui
n’ont pu être remis en liberté.
Macaque crabier des Philippines
Macaque crabier des Philippines - novembre 2016



Flèche

Historique du parc


Après avoir franchi l’imposante arche qui
conduit dans le parc, nous allons longer les
bâtiments administratifs, puis un mur orné
d’une fresque reproduisant la faune sauvage
des Philippines.

A l’arrière de ce mur se trouve la première
section animalière de l’établissement, le
centre de soins « Wildlife rescue center ».
Seule une partie de ce dernier est visitable.

Une seule allée bétonnée, bordée de part et
d’autres par plusieurs séries de volières. Sur
la droite, les volières sont relativement basses,
et individuelles.


Mur bordant la station de soins
Mur bordant la station de soins - novembre 2016

Volière du spizaète
Volière du spizaète - novembre 2016
Elles disposent d’un sol en terre, de quelques
branches, et autres végétaux et d’un bac
d’eau.
Sur la gauche de l’allée en revanche, les vo-
lières sont plus hautes, totalement bétonnées
et accolées les unes aux autres.

Seule la première rangée de volière est visible
du public, les autres peuvent être entraperçues.

Compte tenu de l’activité de soins de ce centre,
la liste des espèces qui sera déroulée ici peut
changer. La première volière que l’on découvre
sur la droite, est le lieu de vie d’un spizaète de
Pinsker (Spizaetus pinskeri), une espèce qui a
longtemps été considérée comme une sous
espèce de l’aigle des Philippines.


La seconde volière est pour sa part consacrée
à des aigles variables (Spizaetus limnaeetus).
Enfin, une troisième volière du même type hé-
berge des aigles serpentaires des Philippines
(Spilornis holospilus).

Sur la gauche en revanche, dans les hautes
volières, on pourra admirer des cacatoès des
Philippines (
Cacatua haematuropygia), des
cacatoès à huppe jaune (Cacatua galerita),
des cacatoès à huppe blanche (
Cacatua
alba
), des perruches de Luzon (Tanygnathus
lucionensis
), des microglosses (Probosciger
aterrimus
), des eclectus (Eclectus roratus)
ou encore des calaos à casque rouge
(Buceros hydrocorax mindanensis).



Cage de soins des petits animaux
Cage de soins des petits animaux - novembre 2016

Cage de soins des petits animaux
Cage de soins des petits animaux - novembre 2016
Nous revenons alors sur la droite de l’allée,
pour découvrir une volière occupée par un
grand nombre de milans royaux (Milvus
indicus
).

La présentation des oiseaux s’arrête alors. En
continuant sur l’allée centrale, le visiteur pourra
observer plusieurs cages individuelles occupées
par des civettes de Malaisie (Viverra
tangalunga
).

Au bout de l’allée, le visiteur tourne alors sur la
gauche, pour découvrir plusieurs cages, agré-
mentées d’un bassin et de quelques branches.
Ces dernières recueillent des varans de Gray
(Varanus olivaceus), des pythons birmans
(Python molurus), et des crocodiles des
Philippines (Crocodylus mindorensis).



Flèche

Sur la gauche, face aux reptiles, se dresse une
double cage bétonnée, au sein de laquelle vit un
singe vervet (Chlorocebus aethiops), bien que
s'agissant d'une espèce africaine.


Au fond de cette allée, une cage en forme de
« L » pouvant être séparée en 2 est le lieu de vie
de tigres (Panthera tigris).

Le visiteur parcourt alors à nouveau cette allée
en direction de l’entrée. Avant de quitter la zone
de soin, on pourra encore observer quelques
petites cages, placées en hauteur, où sont soignés
des loris lent (Nycticebus bengalensis) et des
rats des nuages (Phloemys pallidus).



Volière du vervet
Volière du vervet - novembre 2016


Cage pour nycticèbes
Cage pour nycticèbes - novembre 2016




Dans les volières éloignées du sentier de visite

on devine la présence de plusieurs civettes et
spizaètes des Philippines.

Le visiteur quitte alors le centre de soins, pour
continuer sa découverte de la partie zoologique
de ce vaste espace vert.



En poursuivant notre découverte sur la droite,

nous découvrons une impressionnante volière,
devancée par une terrasse en hauteur, sur la-
quelle nous allons monter. Ce promontoire
permet de dominer cette vaste volière creusée
d’un bassin, plantée de divers végétaux et
autres plantes colorées.

L’ensemble forme le « serpentarium » du parc
où vivent d’imposants pythons birmans (Python
molurus bivittatus
).


Complexe des pythons
Complexe des pythons - novembre 2016


Aquarium
Aquarium - novembre 2016

De retour au niveau de la terre ferme, l’allée

bifurque sur la gauche, pour gagner une maison
cubique percée de vitres. Chaque vitre repré-
sente un aquarium. Ces différents bacs, dont
beaucoup étaient vides lors de ma visite, sont
garnis d’un sol en gravier.

Parmi les espèces présentées dans ces bacs
on peut citer les pangas (Pangasianodon
hypophthalmus
), les poissons à tête de ser-

pent (Channa asiatica), les poissons cou-
teaux (Chitala ornata) ou encore les silures
tigres (Pseudoplatystoma tigrinum).



Flèche

Nous quittons alors l’aquarium du Ninoy
Aquino park, pour contourner une fosse, au
fond de laquelle ressort une île en herbe, en-
tourée de bras en eau.
Différentes structures d’escalade en bois ont
été installées sur cette île légèrement vallonnée,
qui héberge un groupe de macaques crabiers
des Philippines (Macaca fascicularis tatuagens).

Plus loin, après être passé devant un petit enclos
laissé à l’abandon, nous rejoignons un enclos en
terre, ombragé par quelques grands arbres. La
surface de ce dernier était en phase d’être
doublée. Cette plaine présente un petit groupe
de cerfs des Philippines (Rusa mariana).


Enclos des cerfs des Philippines
Enclos des cerfs des Philippines - novembre 2016
Volière des pigeons
Volière des pigeons - novembre 2016



Le sentier se poursuit alors le long de l’enclos

des cerfs et à l’arrière de la fosse des ma-
caques, pour plonger dans un bosquet au sein
duquel a été érigée une volière de forme ovale.
Celle-ci est plantée de plusieurs palmiers, de
champignons bétonnés et est agrémentée de
branches et de troncs.

On pourra y découvrir un groupe de phasian-
nelles des Philippines (Macropygia tenuirostris),
des carpophages blancs (Ducula bicolor) et des
carpophages paulines (Ducula aena aena).
Enclos des pythons birmans
Enclos des pythons birmans - novembre 2016
Enclos des macaques
Enclos des macaques - novembre 2016


Nous allons alors traverser une avenue qui rejoint
la seconde entrée du parc, avant de nous diriger
vers une volière relativement volumineuse, au sol
en sable, agrémentée de diverses branches, de
cordes et autres agrès et qui voit évoluer un
groupe de gris du Gabon (Psittacus erithacus).

Nous entrons alors sous un couvert végétal plus
dense, pour admirer deux volières accolées,
relativement hautes, disposant de nichoirs en
bois, de faux rochers et de multiples palmiers.
Ces volières sont consacrées à deux espèces
de calaos locaux à savoir le calao à casque
rouge de Samar (Buceros hydrocorax
semigaleatus
) et le calao tarictic (
Penelopides
panini
).



Volière des gris du Gabon
Volière des gris du Gabon - novembre 2016
Volière des pygargues
Volière des pygargues - novembre 2016
Nous allons alors continuer notre incursion
sous les arbres, pour trouver un imposant
complexe composé de 4 hautes volières de
plus de 6 mètres, rassemblées en un grand
cube au centre duquel passe l’allée de visite.

Toutes ces volières intègrent les arbres, alen-
tours, des monticules rocheux et des bassins.

Au sein de la première structure, vivent des
pygargues blagres (Haliaeetus leucogaster).
Le nombre d’oiseaux maintenus ici impres-
sionne mais chaque oiseau était, lors de ma
visite, contenu dans une cage individuelle, au
sol de la grande volière.



La seconde volière était consacrée à une

colonie de milans sacrés (Haliaeestur indicus),
qui, de par leur nombre, ont détruit la végétation.

Enfin, la troisième structure de ce complexe, est
bien végétalisée et présente quelques aigles ser-
pentaires des Philippines (Spilornis holospilus).

La dernière volière était en cours de réfection
lors de ma visite.
Volière des pygargues
Volière des pygargues - novembre 2016


Volières des calaos
Volières des calaos - novembre 2016
Volières des calaos
Volières des calaos - novembre 2016



Flèche



Le sentier traverse un espace vert ombragé par

les arbustes locaux, sous lesquels les habitants
de la ville peuvent se reposer durant leur temps
libres.
Après quelques centaines de mètres, le visiteur
arrive au clou du spectacle. Là, au milieu de la
végétation, a été érigée une imposante volière,
relativement solide, d’une vingtaine de mètres
de long.


Volière du pithécophage
Volière du pithécophage - novembre 2016


Panneau du pithécophage
Panneau du pithécophage - novembre 2016


Cette volière sur le sol de laquelle se développe

l’herbe et d’autres buissons, est relativement
haute, si bien que de grands arbres s’y sont dé-
veloppés. Quelques rochers et perchoirs placés
à différentes hauteurs comble le volume offert à
un pithécophage des Philippines ou aigle mangeur
de singes (Pithecophaga jefferyi).

L’emblème des Philippines hébergé au parc est
un vieil individu de plus de 35 ans, qui avait été
capturé illégalement en 1982.


Après avoir été maintenu dans le centre de re-
production de cette espèce basé à Davao city,
il a été transféré à des fins d’éducation, au Ninoy
Aquino Wildlife Park en 2009. Il semble être à
ce jour, le seul individu présenté au public hors
du centre de reproduction de Davao.

Après ce grand moment d’émotion, le visiteur
continue sa visite en direction d’une dernière
volière, de taille moyenne, disposant pour seuls
aménagements, de quelques troncs, et autres
branches, et qui héberge des aigles serpentaires
des Philippines (Spilornis holospilus).


Volière des serpentaires
Volière des serpentaires - novembre 2016


Ambiance dans le Ninoy Aquino
Ambiance dans le Ninoy Aquino - novembre 2016




C’est ainsi que s’achève la partie zoologique du

parc. Le visiteur poursuivre sa découverte de
cet espace vert par le jardin botanique, s’arrêter
un instant dans l’amphithéâtre face au lac ou en-
core gagner le jardin chinois avant de se diriger
vers la sortie.



Flèche


En conclusion, le Ninoy Aquino Wildlife Park ne

dispose que d'une petite structure animalière mais
qui mérite le détour de tous les voyageurs tran-
sitant par Manille.

En effet, outre le centre de soins qui héberge , en
fonction des arrivées, des espèces locales et peu
courantes en captivité, le visiteur pourra ainsi y
découvrir le majestueux pithécophage  endémique
des Philippines.
Aigle mangeur de singes
Aigle mangeur de singes - novembre 2016


Copyright ©  -  2007-2017   -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés