Accueil    |   Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde   |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Dusit Zoo


Attention ce parc est définitivement fermé




Dusit Zoo
5 Khwaeng Dusit
Khet Dusit
Krung Thep Maha Nakhon
10300 Bangcok
Thaïlande

Tel : +66 (0)2-281-2000

www.dusit.zoothailand.org
Logo du zoo


Ma visite : 03 décembre 2016
Mise en ligne : 17 février 2019





Horaires d'ouverture 2017
Tarifs d'entrée 2017
Présentation du parc
La volière marécageuse et les éléphants
L'Australie
Les manchots, cerfs et calaos
Les petits carnivores
L'île des oiseaux 1/2
L'île des oiseaux 2/2
Le noctarium
La plaine africaine
La mini ferme
La section des primates
La section des carnivores
Le vivarium, les seraus et les hippopotames
Les cervidés
La faisanderie
Conclusion
Casoar à casque
Casoar à casque - décembre 2016



Flèche

Horaires d'ouverture 2017 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Calao largup
Calao largup - décembre 2016






Tous les jours, toute l'année
de 8h00 à 18h00



Flèche

Tarifs d'entrée 2017 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)






Ticket individuel

     Adulte : 100,00 Bhats (2,83 €)
     Enfant (- de 1.35 m) : 20,00 Bhats (0,57 €)
     Etudiant, policier : 50,00 Bhats (1,42 €)
     Sénior (+ 60 ans) : gratuit
Langur de Barbe
Langurs de Barbe - décembre 2016



Flèche

Présentation du parc


Muntjac de Fae
Muntjac de Fae - décembre 2016
Le zoo de Dusit est le zoo de la capitale
Thailandaise, Bangkok. Situé au cœur
de la ville, ce vaste espace vert permet
aux habitants de cette mégalopole d’as-
pirer à un peu de repos et de s’échapper
ainsi temporairement des bruits de cette
ville.

Il a définitivement fermé ses portes en
septembre 2018 en vue d'être relocalisé.
Le projet de nouveau zoo est en cours
d'élaboration, mais aucune date
d'ouverture n'a été évoquée.



Flèche

Visite du zoo



Plusieurs entrées permettent d’accéder
au parc. Nous allons démarrer la visite
par l’entrée située face au Musée Royal
des Arts. Après avoir traversé le porche
d’entrée relativement sobre, le visiteur
fait directement face à une imposante
volière recréant un milieu marécageux.

Cette dernière s’organise autour d’un
vaste bassin en eau, peu profond,
entouré de berges en herbe et de quel-
ques arbres et autres massifs de bam-
bous.


Volière marécageuse
Volière marécageuse - décembre 2016


Volière marécageuse
Volière marécageuse - décembre 2016




Cette volière de grande taille offre à ses
habitants un volume conséquent et une
hauteur suffisante pour permettre le vol
de grands échassiers. Une grande colonie
de tantales indiens (Mycteria
leucocephala
) y évolue aux cotés de pé-
licans des Philippines (Pelecanus
philippinensis
), de marabouts asiatiques
(Leptoptilos javanicus), de cigognes
épiscopales (Ciconia episcopus) et d’ibis
à cou noir (Threskiornis molucca).





Nous allons alors démarrer la visite de ce
vaste parc sur la gauche, en direction
d’un plateau en herbe, au milieu duquel se
dresse une hutte, abritant les loges de
nuit des animaux. Un bassin relativement
important complète l’environnement des
éléphants asiatiques (Elephas maxima).
Enclos des éléphants
Enclos des éléphants - décembre 2016



Flèche

Face aux pachydermes, un sentier se-
condaire fait le tour d’un ensemble d’en-
clos consacrés au continent australien.
Ce complexe débute par un enclos de
taille moyenne, en sable, agrémenté de
quelques plantes tropicales et de caver-
nes bétonnées.

Quelques branches jonchent le sol de
cet enclos relié à une maison plongée
dans l’obscurité, formée de galerie et
dont l'intérieur est visible au travers de
vitres. Des wombats (Vombatus ursinus)
évoluent dans cet espace.


Enclos des wombats
Enclos des wombats - décembre 2016


Enclos des casoars
Enclos des casoars - décembre 2016



Accolée aux wombats se dresse une in-
stallation au sol rocailleux, ombragée
par de hauts arbres et creusée d’un
petit bassin. Cette installation est for-
mée par deux enclos qui peuvent être
reliés entre eux ou au contraire séparés.
Un couple de casoars à casque
(Casuarius casuarius) y vit.



Nous allons alors continuer notre découverte
du Dusit zoo, de sorte à faire face à un im-
posant ensemble inauguré récemment. Ce
dernier se compose d’une vaste volière ex-
térieure au sol en herbe et plantée de mul-
tiples eucalyptus. A cela s’ajoutent deux
volières d’isolement reliées à une maison
intérieure vitrée, le tout étant traversé par
quelques troncs. Ce complexe est le lieu de
vie de koalas (Phascolarctos cinereus).

Installation principale des koalas
Installation principale des koalas - décembre 2016


Loge intérieure des koalas
Volière marécageuse - décembre 2016


Nous quittons le complexe des marsupiaux
pour arriver devant un grand bâitment à
l’intérieur duquel nous pouvons entrer. Au
cœur de ce musée, le visiteur pourra sil-
loner au milieu de nombreuses vitrines
recréant des habitats mettant en scène
des animaux naturalisés. De retour à l’air
libre nous continuons la visite vers un
bâtiment recouvert de tôle.



Flèche

Plusieurs vitres s’ouvrent sur un bassin
offrant une vision sub aquatique sur un
espace doublé d’une plage faite de faux
rochers. Cet espace aquatique héberge
une colonie de manchots de Humboldt
(Spheniscus humboldti).

Au cœur du même bâtiment mais à l’étage
supérieur, se trouve un second bassin
plus profond que le précédent, doublé
d’une plage bétonnée. Cet espace accueille
un spectacle d’otaries et est le lieu de vie
d’otaries de Californie (Zalophus
californianus
).


Bassin des manchots
Bassin des manchots - décembre 2016



Enclos des cerfs
Enclos des cerfs - décembre 2016
Nous ressortons alors du complexe aqua-
tique pour observer un enclos en terre,
creusé d’un petit bassin et ombragé par
quelques grands arbres et autres massifs
de bambous. Cet enclos est consacré à
un troupeau de cerfs axis (Axis axis).

Jouxtant l’enclos des ongulés se trouve une
grande place où des jeux et plusieurs stands
vendant des jouets feront la joie des enfants.
Plus loin, sur la droite de l’allée se dresse
une volière de taille moyenne, protégeant
une lagune faite de sable et de plusieurs bras
d'eau. Cette volière agrémentée de quelques
arbres exotiques est le lieu de présentation
d’une colonie de flamants roses
(Phoenicopterus roseus).


Bassin des otaries
Bassin des otaries - décembre 2016
Lagune des flamants roses
Lagune des flamants roses - décembre 2016


Ambiance dans le musée
Ambiance dans le musée - décembre 2016
Ambiance dans le musée
Ambiance dans le musée - décembre 2016


Nous continuons encore notre avancée pour
observer, sur la gauche de l’allée, un alig-
nement de 6 hautes volières. Ces dernières
sont bien intégrées dans la végétation
environnante, offrent une hauteur de l’ordre
de 5 à 6 mètres. Ces volières sont agré-
mentées de nombreuses branches, cordes et
balançoires en pneus.

La première est le lieu de vie de gibbons à
favoris blancs (Nomascus leucogenys). La
seconde héberge des gibbons à main blan-
che (Hylobates lar) tandis que des gibbons
à bonnet (Hylobates pileatus) s’ébattent
dans la troisième.


Allée des gibbons et calaos
Allée des gibbons et calaos - décembre 2016


Exemple de volière pour calaos
Exemple de volière pour calaos - décembre 2016




Les volières qui suivent ne sont plus con-
sacrées aux primates mais aux oiseaux.
Tout aussi hautes, elles sont aussi den-
sément plantées. Dans l’ordre de visite
on pourra y admirer des calaos pies
(Anthracoceros albirostris), des calaos
largups (Anorrhinus galeritus) puis des
calaos coiffés (
Berenicornis comatus).

C’est ainsi que s’achève la série des
hautes volières.



Flèche

Le sentier de visite longe alors un autre
ensemble de volières, moins hautes que
les précédentes. La première de ce com-
plexe dispose d’un sol en sable, est
plantée de quelques arbustes et de
rochers. Elle présente des otocyons
(Megalotis otocyon).

La seconde structure est plus haute. Des
pots empilés offrent un peu de relief à
l’ensemble et permettent de fixer plusieurs
agrès en bois dont profitent les paresseux
(Chloephaga didactyla) hébergés ici.


Allée des carnivores et petits singes
Allée des carnivores et petits singes - décembre 2016


Loge des otocyons
Loge des otocyons - décembre 2016




Les deux dernières structures de cette allée
disposent d’un sol en sable et sont agré-
mentées de nombreuses cordes et autres
branchages.

La première héberge des varis noirs et
blancs (Varecia variegata) tandis que la
seconde est le lieu de vie d’un groupe
de saimiris (Saimiri sciureus).

Ambiance dans le zoo
Ambiance dans le zoo - décembre 2016
Loge des saimiris
Loge des saimiris - décembre 2016



Flèche

Le sentier traverse alors un pont franchissant
un bras d’eau reliant les deux grands lacs
situés au centre du parc. Après avoir traversé
ce pont, nous tournons sur la gauche à deux
reprises pour emprunter un autre pont paral-
lèle au précédent. Ce dernier nous conduit
sur une presqu’ile consacrée plus spécifi-
quement aux oiseaux.

Un appenti en bois richement coloré nous
invite à franchir une porte grillagée et à
entrer dans une grande volière de contact.
Cette dernière très vaste, recréer à la per-
fection une forêt tropicale secondaire. Au
sein de cette volière ont également été
érigées plusieurs volières permettant de
présenter d’autres espèces.


Volière de contact
Volière de contact - décembre 2016
Volière des becs crochus
Volière des becs crochus - décembre 2016

C’est ainsi que sur la gauche de l’allée, se
dresse une première volière de grande tail-
le, relativement haute, traversée par de
nombreuses branches et autres cordes.
Des faux rochers complètent les décors de
cet espace consacré à des aras chloroptères
(Ara chloroptera), des aras macaos (Ara
macao
) et des cacatoès à huppe jaune
(Cacatua galerita).

Au détour d’un virage, on peut observer une
autre volière, légèrement en contre bas du
sentier de visite.




Cette dernière dispose d’un sol en sable
creusé d’un bassin et voit cohabiter un
couple de grues antigones (Grus antigone
sharpii
) et des grandes aigrettes (Ardea alba).

La troisième volière isolée est relativement
volumineuse et bien végétalisée. Plusieurs
branches servent de perchoirs aux calaos
bicornes (Buceros bicornis) qui y vivent.
Un second couple de cette espèce est héb-
ergé dans la quatrième volière individuelle.


Grande volière de contact
Grande volière de contact - décembre 2016


Grande volière de contact
Grande volière de contact - décembre 2016


Au cœur de la volière principale, avec un peu
de patience, le visiteur pourra admirer au
milieu des grands arbres, des cascades et
des rivières, des irénées des fées (Irena
puella
), des loriots de Chine (Oriolus
chinensis
), des carpophages de Pauline
(Ducula aenea), des carpophages bicolores
(Ducula bicolor), des dendrocygnes de Java
(Dendrocygna javanica) ou encore des pi-
geons de Nicobar (Caloenas nicobarica).



Flèche

La visite se poursuit alors en quittant cette
volière d’immersion, pour découvrir, en
bordure du grand lac, une petite volière au
sol en sable, de forme octogonale. Cette
dernière présente des faisans argentés
(Lophura nycthemera jonesi).

L’allée longe alors une série de volières
toutes conçues suivant le même schéma.
Elles sont toutes vitrées en façade ren-
dant l’observation délicate. Des faux
rochers tapissent leur fond et des bran-
ches offrent diverses possibilités de per-
choirs.


Volière des faisans
Volière des faisans - décembre 2016


Allée des volières à becs crochus
Allée des volières à becs crochus - décembre 2016

Dans l’ordre de visite on pourra y observer
des cacatoès à huppe jaune (Cacatua
galerita
), des grands eclectus (Eclectus
roratus
), des cacatoès des Molluques
(Cacatua moluccensis), des aras chloro-
ptères (Ara chloroptera), des aras ara-
raunas (Ara ararauna), des aras macaos
(Ara macao), des aras sévères (Ara severa),
des gris du Gabon (Psittacus erithacus),
des perruches grand Alexandre (Psittacula
eupatria
), des garrulax de Chine (Garrulax
chinensis
) puis des pirolles à bec rouge
(Urocissa erythrorhyncha).



La presqu’ile des oiseaux compte encore
deux volières, plus grandes que les pré-
cédentes et légèrement en retrait du
sentier de visite. Ces dernières sont dé-
pourvues de végétation mais traversées
de multiples branches.
Relativement hautes elles sont respec-
tivement consacrées à des calaos pies
(
Anthracoceros albirostris) pour la pre-
mière et à des milans de Brahm
(Haliastur indus) pour la seconde.


Volière typique pour rapaces
  Volière typique pour rapaces - décembre 2016


Allée des volières
Grande volière de contact - décembre 2016




Nous quittons alors l’île des oiseaux, pour
revenir à proximité de l’installation des
otaries et des cerfs axis où nous tournons
sur la droite de sorte à contourner le lac
et découvrir le noctarium du zoo.



Flèche


Ce dernier est installé au cœur d’une
grande maison traversée par un couloir de
visite, sur la gauche duquel se dresse une
succession de loges intérieures décorées
de branches, rochers, faux rochers et
plantes artificielles en fonction des es-
pèces présentées.

La première loge dispose ainsi d’un sol en
sable et est agrémentée de nombreux ro-
chers, recréant un désert. On peut y ad-
mirer des otocyons (Otocyon megalotis).


Loge des otocyons
Loge des otocyons - décembre 2016


Loge typique du noctarium
Loge typique du noctarium - décembre 2016
La seconde loge est pour sa part agrémen-
tée de nombreuses souches, permettant
aux animaux d’entretenir leurs dents. Un
groupe de porc-épics malais (Hystrix
brachyura
) y vit.

La visite continue alors dans la pénombre
pour découvrir, derrière une large vitre, un
enclos au sol en béton, au sein duquel ont
été implantés plusieurs troncs verticaux
reliés entre eux par des branches. Des
plantes apportent un peu de verdure à cet
ensemble qui constitue le milieu de vie de
civettes palmistes à trois bandes
(Arctogalidia trivirgata).


Une autre loge du même type est pour sa
part consacrée à des civettes hermaphrodites
(Paradoxurus hermaphroditus). Une colonie
de roussettes de Lyle (Pteropus lylei) évolue
dans le cinquième enclos de cette maison, au
milieu d’un décor sobre fait de branches et de
cordes.

Les trois enclos qui suivent sont identiques
à celui des civettes en termes d’aména-
gements et hébergent respectivement des
binturongs (Arctictis binturong), des loris du
Bengale (Nycticebus bengalensis) puis des
phalangers volants (Petaurus breviceps).


Loge typique du noctarium
Grande volière de contact - décembre 2016
Loge typique du noctarium
Grande volière de contact - décembre 2016

La loge qui suit bénéficie d’un sol en sable
sur lequel ont été disposés des troncs et
autres morceaux de bois offrant de multi-
ples cachettes aux hérissons à ventre blanc
(Atelerix albiventris) qui y évoluent.

Le noctarium compte encore 5 loges inté-
rieures qui sont agrémentées de plantes
artificielles, de structures d’escalade en
bois et de diverses branches.




Dans l’ordre de visite et à raison d’une
espèce par enclos, on pourra y admirer
des chats léopards du Bengale
(
Prionailurus bengalensis) ; des écureuils
volants indiens (
Petaurista philippensis)
des grandes civettes de l'Inde (
Viverra
zibetha
), des petites civettes indiennes
(Viverricula indica) pour terminer par des
binturongs (Arctictis binturong).
Loge du noctarium
Loge du noctarium - décembre 2016



Flèche


Avant de ressortir de ce pavillon, le visiteur
peut encore admirer une dernière loge
éclairée, au sol en béton, agrémentée de
quelques structures décoratives et occupée
par des pacas (Cuniculus paca).

A l’extérieur, jouxtant le nocturama, on dé-
couvre un enclos creusé d'un bassin
doublé de plages en béton et de quelques
troncs. Des loutres naines (Aonyx cinerea)
y évoluent.


Enclos des loutres
Enclos des loutres - décembre 2016


Enclos des hippopotames nains
Enclos des hippopotames nains - décembre 2016


La suite de la visite nous amène sur une
grande route parallèle à la maison de nuit
et longeant une série d’enclos formant la
zone africaine du parc. Le premier enclos,
délimité par des murs de pierres, est om-
bragé par de hauts arbres et doté d’une
plage en sable descendant vers un grand
bassin.
Cette installation est le lieu de vie d’hip-
popotames nains (Hexaprotodon liberiensis).


Un second enclos du même type permet de
séparer les deux individus vivant au Dusit
zoo. A la suite des hippopotames, s’étend
une grande plaine en sable, plantée de
plusieurs hauts arbres et creusée d’un
bassin.
Cette plaine constitue la plaine africaine du
zoo au cœur de laquelle cohabitent des
autruches (Struthio camelus) et des nyalas
(Tragelaphus angasi).

Les plaines sont alors interrompues par une
grande volière au sol en herbe, plantée de
quelques palmiers et consacrée à des grues
couronnées noires (Balearica pavonina).


Plaine africaine
Plaine africaine - décembre 2016
Enclos des suricates
Enclos des suricates - décembre 2016

         
Mitoyen à la volière se dresse une fosse de
taille moyenne, au sol entièrement recou-
vert de sable et garnie de rochers et autres
souches. Une colonie de suricates (Suricatta
suricatta
) s’y ébat.

Le panorama africain est complété par une
vaste plaine en sable au milieu de laquelle
se dressent quelques poteaux offrant de
l’ombre au groupe de girafes (Giraffa
camelopardalis
) qui y évolue aux cotés de
zèbres (Equus burchelli).
C’est ainsi que s’achève la découverte de la
zone africaine du Dusit zoo.
Volière des grues
Volière des grues - décembre 2016
Plaine des girafes
Plaine des girafes - décembre 2016



Flèche




Face aux girafes, le visiteur découvre un en-
semble d’enclos bétonnés, parsemés de
bâtiments aux couleurs vives. Cet espace
compose la mini ferme du parc. Le premier
enclos de cette mini ferme au sol recouvert
de résine est entouré de barrières métalliques
et ombragé par un auvent. Il présente des
chèvres naines (Capra hircus domesticus).


Enclos des chèvres
Enclos des chèvres - décembre 2016


Ecurie de la mini ferme
Ecurie de la mini ferme - décembre 2016

Face à ce préau, devançant une grange de
couleur jaune s’alignent trois enclos en
sable. Le premier est le lieu de vie de
chèvres de Nubie (Capra hircus) tandis que
les deux autres hébergent des poneys
(Equus caballus domesticus).

La maison abrite les boxes de nuit de ces
animaux que nous pouvons alors observer.
Face aux boxes se dresse une volière de
taille moyenne au sein de laquelle vivent
des perruches ondulées (Melopsittacus
undulatus
).


A la suite de ces oiseaux, se dresse une
grande volière dont la devanture est per-
cée de vitres.
Plusieurs structures d’escalade en bois y
ont été installées offrant des possibiliés
d’évolution aux saimiris (Saimiri sciureus)
qui y évoluent.

Une seconde loge du même type présente
quant à elle une famille de ouistitis à
toupets blancs (Callithrix jacchus).

De retour sur la place centrale de la mini
ferme, le visiteur peut observer une volière
rectangulaire au sol en sable, consacrée à
des lapins nains (Oryctolagus caniculus) et
à des cochons d’Inde (Cavia aperea
domesticus
).



Volière des lapins

Volière des lapins - décembre 2016
Bassin des carpes kois
Bassin des carpes kois - décembre 2016

Sur la droite des rongeurs, une porte nous
conduit dans un réduit où sont exposés
plusieurs aquariums d’eau douce présen-
tant diverses espèces locales. En quittant
cet aquarium, le visiteur se dirige vers un
enclos en béton, bordé d’un bassin et
consacré à des cabiais (Hydrochaeris
hydrochaerus
).

Face aux plus grands rongeurs originaires
d'Amérique du Sud se dresse un petit
étang peuplé de carpes koïs (Cyprinnus
carpio
).







Nous quittons alors la mini ferme pour
revenir sur l’allée principale et découvrir
de hautes volières marquant l’entrée dans
la section consacrée aux primates. Le
premier complexe est recouvert d’un toit
apportant de l’ombre aux trois volières
qui le compose. Ces volières accolées dis-
posent d’une partie basse faite de faux
rochers. De nombreux troncs, branches et
autres cordes y sont installés offrant dif-
férentes possibilités d’évolution aux sin-
ges qui y vivent.


Volière typique pour langurs
Volière typique pour langurs - décembre 2016


Volière typique pour langurs
Volière typique pour langurs - décembre 2016

La première volière accueille un grand groupe
de doucs à pattes rousses (Pygathrix nemaeus).
La seconde héberge des langurs à lunettes
(Trachypithecus obscurus) tandis que la der-
nière est occupée par de rares langurs de Barbe
(Trachypithecus barbei).

De part et d’autre de ce complexe de volières,
se dressent deux volières octogonales, très
hautes, parcourues de branches et de troncs.
Deux autres groupes de doucs à pattes rous-
ses (Pygathrix nemaeus) y évoluent.


Un escalier nous permet alors d’atteindre la
partie supérieure des volières et de sillonner
au cœur de la zone des primates.
Au détour d’un virage et jouxtant l’enceinte
du zoo, se dressent plusieurs volières de
taille moyenne, au sol en herbe, agrémen-
tées de cordes, troncs et autres faux rochers.

La première de ces volières présente un
quatrième groupe de doucs à pattes
rousses (Pygathrix nemaeus).
La seconde est le lieu de vie de maca-
ques crabiers (Macaca fascicularis).


Volière typique pour langurs
Volière typique pour langurs - décembre 2016


Fosse des orangs outans
Fosse des orangs outans - décembre 2016


A la suite de ces volières se dresse une
fosse au sol en herbe, agrémentée de
hauts arbres protégés par des clotures
éléctriques. L’ensemble est doté de stru-
ctures d’escalade en faux rochers et en
cordes et est occupée par des orangs
outans (Pongo pygmaeus).
Nous atteignons alors la fin du complexe
des singes.





Le visiteur continue sa découverte du
Dusit zoo au niveau de la passerelle, pour
traverser un complexe d’enclos entourés
de hauts murs recouverts de faux rochers.
La première fosse dispose d’un sol en her-
be, est traversée de nombreux troncs et
bénéficie d’une végétation de palmiers
relativement dense.
Des caracals (Caracal caracal) y évoluent.

Plus loin, se trouve une presqu’ile en herbe,
densément végétalisée, traversée par un
bassin se jettant dans un fossé en eau.
l'ensemble est ombragée par de grands
arbres.


Enclos des caracals
Enclos des caracals - décembre 2016


Enclos des tigres
Enclos des tigres - décembre 2016
Cette installation est doublée d’un second
enclos au sol en terre, entouré de hautes
grilles et planté de quelques arbres. Ce
complexe forme l’installation des tigres
(Panthera tigris).

La découverte de la zone des carnivores con-
tinue alors avec une haute volière érigée au-
tour d’un arbre central. De nombreux autres
végétaux agrémentent cet espace. Des pan-
thères nébuleuses (Neofelis nebulosa) vi-
vent à ce niveau. Un second enclos du même
type est le lieu de vie de chats pêcheurs
(Prionailurus viverrinus).


La progression au sein de la section des car-
nivores continue par un enclos de taille
moyenne, au sol en terre, dont une partie
est recouverte d’écorces. Cette installation
agrémentée de quelques structures en bois
et de cavernes est consacrée à des lions
(Panthera leo).

A la suite des lions, des panthères noires
(Panthera pardus) profitent d’un enclos de
taille moyenne, entouré de faux rochers,
au sol recouvert de branchages et ombragé
par de grands arbres.


Enclos des lions
Enclos des lions - décembre 2016


Enclos des chimpanzés
Fosse des orangs outans - décembre 2016

      
L’allée de visite débouche alors sur une
grande baie vitrée s’ouvrant sur une
presqu’ile de grande taille, densément
plantée, agrémentée de nombreux
rochers et autres structures d’escalade
en cordes.
Cette installation est occupée par des
chimpanzés (Pan troglodytes).

Suite aux primates, le visiteur est invité à
entrer dans un grand bâtiment le "Reptile s
Terrarium" qui forme l’imposant complexe
dédié aux reptiles.
Enclos des petits carnivores
Enclos des petits carnivores - décembre 2016
Enclos des chats pêcheurs
Enclos des chats pêcheurs - décembre 2016





Cet espace se compose d’une partie
couverte où les terrariums intérieurs
bien plantés se succèdent et héber-
gent diverses espèces de serpents.
Les serpents laissent ensuite place à
de multiples enclos extérieurs consacrés
dans un premier temps à des croco-
diliens.
Suite à ces grands reptiles, ce sont les
lézards qui sont à l’honneur dans d’autres
enclos extérieurs.
La découverte de ce complexe se termine
par la section des tortues.



Ambiance dans le vivarium
Ambiance dans le vivarium - décembre 2016


Enclos des ours
Enclos des ours - décembre 2016

      
De retour sur l’allée centrale, le visiteur con-
tinue sa découverte du vaste Dusit zoo. Sur
la gauche du sentier se dresse un plateau en
herbe, entouré de larges fossés en eau. Cet
enclos, planté de hauts arbres, dispose
aussi d'une végétation basse et est creusé
d’un bassin et agrémenté de structures en
bois. Il est le lieu de vie d’ours malais
(
Helarctos malayanus).

Plus loin, le chemin se divise en deux bran-
ches de sorte à contourner une fosse ovale
composée d’un bassin relié à une plage en
béton. Un couple d’hippopotames amphibies
(Hippopotamus amphibius) est présenté ici.
Exemple de terrariums
Exemple de terrarium - décembre 2016
Exemple de terrariums
Exemple de terrarium - décembre 2016


Exemple de terrariums
Exemple de terrarium - décembre 2016


Exemple de terrariums
Exemple de terrarium - décembre 2016
Exemple de terrariums
Enclos des ours - décembre 2016
Enclos des hippopotames
Enclos des hippopotames - décembre 2016


Le visiteur revient alors sur l’allée centrale,
pour découvrir, sur la gauche de l’allée, dis-
simulé sous les hauts arbres, un bunker
datant de la guerre d'Indo-Chine. Ce
dernier a été ouvert au public et présente
une exposition sur cette époque marquante.

Le chemin borde alors une série de grands
enclos au sol en sable, plantés de nombreux
végétaux, entourés de falaises en faux ro-
chers et séparés du public par un fossé
peuplé de carpes kois (Cyprinus carpio).


Enclos des seraus
Enclos des seraus - décembre 2016


Enclos des tapirs malais
Enclos des tapirs malais - décembre 2016



Le premier enclos héberge des seraus de
Sumatra (Capricornis sumatrensis). A noter
que le parc maintient et reproduit égale-
ment plusieurs individus en coulisses.
Le second enclos est le lieu de vie de
tapirs malais (Tapirus indicus), qui ont ac-
cès au fossé en eau.





A la suite des tapirs se trouve un enclos de
taille moyenne au sol recouvert  de feuilles
mortes et devancé par de nombreux pan-
neaux pédagogiques qui mettent en avant
les muntjacs de Fea (Muntiacus feae), une
espèce très peu courante en parcs zoolo-
giques et originaire de Thaïlande.

Un second enclos non visible du public per-
met de séparer le mâle des femelles. Dans
le prolongement de cette installation on
peut observer un troisième enclos du même
type, consacré pour sa part à des muntjacs
d’Inde (Muntiacus muntjak), beaucoup plus
communs.


Enclos des muntjacs
Enclos des muntjacs - décembre 2016
Enclos des cerfs
Enclos des cerfs - décembre 2016

L’allée des cervidés compte un dernier en-
clos relativement plat et dénudé de végé-
tation. Il est le lieu de vie d’un troupeau
de cerfs d’Eld (
Rucervus eldii).

Le visiteur arrive alors à proximité du lac qui
se dresse sur la droite. Un pont nous permet
de revenir sur l’île des oiseaux ou vers les
volières des petits carnivores. Nous allons
pour notre part continuer la visite face à
nous de sorte à passer devant le bâtiment
administratif du parc qui tranche par son
architecture.





Après un virage à angle droit, le visiteur est
invité à entrer dans une vaste volière rela-
tivement haute, séparée en plusieurs se-
ctions (cette dernière était fermée lors de
ma visite).
Chaque volière est traversée par le ponton
sur lequel évoluent les visiteurs et est
plantée de hauts arbres et bénéficie d’un
sol naturel.

La première volière est consacrée à des
roussettes de Lyle (Roussetus lylei) et à
des éperonniers chinquis (Polyplectron
bicalcaratum
). La seconde volière est le
lieu de vie de faisans argentés (Lophura
nycthemera jonesi
).


Allée des volières des faisans
Allée des volières des faisans - décembre 2016
Exemple de volière à faisans
Exemple de volière à faisans - décembre 2016


Des faisans nobles (
Lophura ignita) évo-
luent dans la troisième section tandis
que la quatrième volière est occupée par
des faisans leucomèles (Lophura
leucomelanos
) et par des calaos pies
(Anthracoceros albirostris).

La structure suivante voit cohabiter des
chevrotains malais (Tragulus kanchil) et
des pigeons de Nicobar (Caloenas
nicobarica
).


Une autre volière se dresse alors tout
aussi haute que les précédentes et ac-
cueillent des paons bleus (Pavo cristatus),
des paons blancs (Pavo cristatus) et des
faisans leucomèles (Lophura leucomelas).

La rangée compte encore trois volières
relativement hautes et bien plantées.
On pourra y admirer dans l’ordre de
visite, des calaos coiffés (Berenicornis
comatus
), des calaos bicornes
(Buceros bicornis) puis des calaos on-
dulés (Aceros undulatus).


Exemple de volière à faisans
Exemple de volière à faisans - décembre 2016


Enclos des chameaux
Enclos des chameaux - décembre 2016


Le visiteur ressort alors de la grande vo-
lière pour découvrir un enclos relati-
vement long, accolé au mur d’enceinte
du zoo. Ce plateau en sable, agrémenté
d’un auvent, est occupé par des cha-
meaux (Camelus bactrianus domesticus).
L’allée nous conduit alors dans une zone
fleurie pour revenir à proximité de la
grande volière des tantales, qui marque
la fin de la boucle et achève la décou-
verte du zoo de Dusit.







En conclusion, le zoo de Dusit est un
écrin de verdure qui permet de
s’éloigner temporairement du bruit de
la ville. La collection est axée plus
spécifiquement sur la faune asiatique.
Les enclos sont pour la grande majorité
de bonne facture. Une visite de 5
heures est à conseiller pour la décou-
verte de ce parc.
Civette indienne
Civette indienne - décembre 2016


Copyright ©  -  2007-2019  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés