Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe  |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Khao Kheow Open Zoo


Logo du parc
Khao Kheow Open Zoo
Bang Phra 235 Moo.7
Amphoe Sri Racha
Chon Buri 20110
Thaïlande

Tel : + 66 38 318 444

www.khaokheow.zoothailand.org



Vue aérienne du parc
Vue aérienne du parc

Mes visites : 27 et 28 novembre 2016
Mise en ligne : 06 aout 2017
Plan du parc
Plan du parc



Je tiens à remercier tout particulièrement à remercier Napaphut Samranthin pour son accueil et sa sympathie.

I would like to thanks Napaphut Samranthin for her welcoming and her friendship.







Tarifs d'entrée 2017
Horaires d'ouverture 2017
Présentation du zoo
La lagune des flamants et les gibbons
Les petits pandas et les doucs
Le vivarium
Le Kid'Zoo - mini ferme, manchots et porcs épics
Les muntjacs et les hippopotames
Le complexe des singes
Les cerfs et la zone africaine 1/2
La zone africaine 2/2
Les lémuriens, ours et hyènes
La zone des oiseaux 1/3

Marabout argali
Marabout argali - novembre 2016


La zone des oiseaux 2/3
La Grande volière de contact
La zone des oiseaux 3/3 et les sérows
Les grands mammifères asiatiques
Wonderful Land 1/2
Wonderful Land 2/2
Les tapirs, cerfs et grands singes
Les coulisses du parc
La zone des carnivores 1/2
La zone des carnivores 2/2
L'Australie
Conclusion



Flèche

Tarifs d'entrée 2017 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Chat à tête plate
Chat à tête plate - novembre 2016
Ticket individuel
     Adulte : 250 Baht (6,35 €)
     Enfant : 100 Baht (2,54 €)



Flèche

Horaires d'ouverture 2017 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)











Tous les jours de 8h00 à 18h00
Calao brun
Calao brun - novembre 2016



Flèche

Présentation du parc


Le Khao Kheow Open Zoo est le plus grand
établissement zoologique de Thaïlande.
Situé à 100 kilomètres au sud de Bangkok,
dans la région de Chomburi, il est soutenu par
la Princesse de Thaïlande.

Créé en 1978, le parc s’étend sur 800 hec-
tares
de forêts tropicales. La majorité de
cette vaste étendue se compose de forêts
naturelles, sanctuaire pour la faune locale.


Paon vert de Thailande
Paon vert de Thailande - novembre 2016


Chouette cuculoide
Chouette cuculoide - novembre 2016



Au côté de cette réserve, on trouvera le vil-
lage des quelques 300 employés, mais éga-
lement le zoo. La partie zoologique s’étend
sur une centaine d’hectare.

La collection compte près de 6 000 ani-
maux appartenant à 300 espèces différentes.
Du fait de la surface étendue du parc, la
visite se fait de plusieurs façons. Elle peut se
faire à pied sur un parcours de près de 8
kilomètres
, en voiture personnelle, en petit
train ou encore en louant des voiturettes
électriques.



Flèche

Visite du parc



En arrivant au parc, le visiteur franchit la
barrière à péage où les billets sont en
vente. L’allée goudronnée traverse alors
une zone bordée de restaurants tradi-
tionnels, avant d’arriver devant la zone
des véhicules de location.

Là, nous allons démarrer la visite sur la
gauche, avec le premier enclos, fondu
dans la végétation. Cet enclos se com-
pose au premier plan d’un petit bassin
peu profond, entouré de plantations et
d’une plage en sable.


Entrée du parc
Entrée du parc - novembre 2016



Lagune des flamants
Lagune des flamants - novembre 2016
Cette lagune est le lieu de vie d’une co-
lonie de flamants roses (Phoenicopterus
roseus
).

Nous allons alors poursuivre la visite sur
la grande route, pour gagner un premier
ensemble de plusieurs îles, ressortant
d’une zone immergée. Chaque île dis-
pose d’un sol en herbe, est plantée de
hauts et grands arbres et traversée par
des cordes et autres structures d’escalade
en bois. Ce complexe est consacré à
différentes Hylobatidés.





C’est ainsi que sur la première s’ébattent
des siamangs (Hylobates syndactylus).
La seconde installation est le lieu de vie
de gibbons à bonnet (Hylobates pileatus).

La dernière île enfin, est occupée par des
gibbons à joues blancs (Nomascus
leucogenys
).
Ile des gibbons
Ile des gibbons - novembre 2016



Flèche

Face à ces îles, un parking permettra au
visiteur de garer son véhicule pour se ren-
dre à pied, vers le restaurant du parc.
Sur la droite de ce dernier, un enclos
composé d’une volière extérieure om-
bragée par de grands arbres, traversée
par des sentiers de planches, est doublé
d’une maison vitrée en façade et clima-
tisée, également tendue de structures
d’escalade en bois.

Cet espace présente des petits pandas
(Ailurus fulgens), une espèce habituée
aux régions plus froides.


Volière des petits pandas
Volière des petits pandas - novembre 2016


Volière des athérures
Volière des athérures - novembre 2016

Sur la gauche de la terrasse, on trouvera
une petite volière érigée à flanc de faux
rochers. Cette dernière, relativement
basse, est tendue d’agrès et héberge des
doucs (Pygathrix nemaeus) et des athé-
rures malais (Atherurus macrourus).

A l’arrière de cet enclos se dresse une se-
conde volière, bien plus volumineuse, plan-
tée de massifs de bambous et du sommet
de laquelle pendent plusieurs cordes. .






Cette volière accueille un autre groupe de doucs
(Pygathrix nemaeus), des muntjacs d’Inde
blancs (Muntiacus muntjac), des poules
domestiques (Gallus gallus) et des faisans
argentés (Lophura leucomelana crawfurdi).


Volière des muntjacs
Volière des muntjacs - novembre 2016


Loge climatisée des petits pandas
Loge climatisée des petits pandas - novembre 2016



En continuant notre découverte dans ce se-
cteur, le visiteur découvre un amphithéâtre où
sont proposés des spectacles animaliers. Face
à cette bâtisse, l’allée nous conduit dans un
grand bâtiment à l’intérieur décoré de faux
rochers. Ce bâtiment constitue le vivarium du
zoo.



Flèche

Il se compose de différents bacs de taille
moyenne, présentant de multiples espèces de
reptiles. Ainsi, les deux premiers terrariums
situés sur la droite dispose d’un sol recouvert
d’écorces, et sont agrémentés de quelques
souches. Le premier est consacré à des aga-
mes barbus (Pogona vitticeps) tandis que le
second est occupé par des scinques à langue
bleue du Nord (Tiliqua intermedia).


Ambiance dans le vivarium
Ambiance dans le vivarium - novembre 2016


Exemple de vivarium
Exemple de vivarium - novembre 2016

Le troisième vivarium, dispose comme amé-
nagement complémentaire, de quelques plan-
tes artificielles et est le lieu de vie de hérissons
communs (Erinaceus europaeus). Face à
ces enclos, se trouve deux autres terrariums
au sol recouvert d’écorce, dans lesquels sont
hébergés des cobras à monocle (Naja
kaouthia
) dont un individu blanc.

Nous allons alors poursuivre notre avancée
dans le vivarium du zoo, pour découvrir un
mur en lambris, où les vivariums se super-
posent 2 à 2. Là encore, tous les bacs dis-
posent d’un sol en sable ou en écorces, de
morceaux de bois et de quelques plantes
artificielles.



Parmi les espèces que l’on pourra découvrir
ici et sans être exhaustif, on peut citer :
serpent des blés (Pantherophis guttata) ;
crotale des bambou (Trimeresurus albolabris) ;
serpent ratier à tête cuivrée (Elaphe radiata) ;
serpent ratier à queue rouge (Gonyosoma
oxycephalum
) ; serpent roi de Brooks
(Lampropeltis getula brooks) ; cordyle géant
(
Cordylus giganteus) ; basilic à crète
(Basiliscus plumifrons) ; mocassin à lèvres
roses (Calloselasma rhodostoma) ; ...


Ambiance dans le vivarium
Ambiance dans le vivarium - novembre 2016


Exemple de vivarium
Exemple de vivarium - novembre 2016

...; serpent ratier des cavernes (Elaphe
taeniura riedly
) ; python royal (Python regius) ;
gecko léopard (Eublepharis macularius) ;
serpent pourpre (Oligodon purpurascens) ;
serpent à yeux de chat bleus (Boiga cyanea) ;
crotale des bambous à gros yeux (Trimeresurus
macropus
) ; serpent kukri à petite bande
(Oligodon fasciolatus) ; serpent volant
(Chrysopelea ornata) ; serpent arc en ciel
(Xenopeltis unicolor).

Pour conclure la découverte de cette at-
traction, le visiteur traverse une salle plus
sombre où des vitres s’ouvrent sur dif-
férents biômes recréés, mettant en scène
des espèces naturalisées.



Flèche

Nous quittons alors le vivarium pour bi-
furquer sur la gauche en direction du
« Zoo’Kid’Zone » ou le zoo des enfants.
Cette zone, située à proximité du spec-
tacle des animaux, débute par une fosse
en eau, entourée de berges en terre, es-
pace au sein duquel s’ébattent des tor-
tues à tempes rouges (Trachemys
scripta elegans
).

Un autre enclos en terre, agrémenté de pal-
miers à pattes d’éléphants est consacré à
des tortues à éperons (Geochelone sulcata).


Enclos des tortues
Enclos des tortues - novembre 2016


Enclos des chèvres
Enclos des chèvres - novembre 2016



Nous allons nous diriger vers un petit enclos
en sable, au milieu duquel trônent deux petites
maisonnettes en bois. Ce complexe présente
des lapins nains (Oryctolagus caniculus) et
des cochons d’Inde (Cavia aperea).

Nous arrivons alors sur une petite place, sur
la droite de laquelle un vaste enclos pavé,
entouré de grilles aux couleurs chatoyantes,
est consacré à des chèvres naines (Capra
hircus
) et des chèvres de Nubie (Capra
hircus
).
Enclos des tortues
Enclos des tortues - novembre 2016
Enclos des lapins
Enclos des lapins - novembre 2016


Face aux caprins, un arbre entouré d’un muret
en béton présente un binturong (Arctictis
binturong
) qui semble être apprivoisé. Des
animations y sont proposées plusieurs fois par
jour. Enfin, sur la gauche de cette grande place,
se dresse un phare, devancé par une zone
aquatique de petite taille ombragée par une toile.

La partie extérieure n’est occupée que lors de
séance de nourrissage en public. Le reste de
l’installation, situé à l’intérieur du phare, se
compose d’un grand bassin s’ouvrant sur des
plages en faux rochers. Ce complexe est le
lieu de vie d’une colonie de manchots de
Humboldt (Spheniscus humboldti).


Bassin extérieur des manchots
Bassin extérieur des manchots - novembre 2016


Fosse des porcs épics
Fosse des porcs épics - novembre 2016
A ce niveau, nous allons bifurquer sur la droite
de la place, toujours à pieds, pour emprunter
le trottoir bordant la voie de circulation. Un es-
calier nous conduit sur un ponton en béton, qui
permet de découvrir une succession de 3 fosses
en béton.

Chaque fosse dispose d’un sol lisse, est agré-
mentée de quelques plateformes et plantées de
hauts arbres apportant de l’ombrage à cet
ensemble. Le premier enclos est le lieu de vie
de porcs épics de Malaisie (Hystrix
brachyura
), le second héberge des porcs
épics du Cap (Hystrix africaeaustralis), tan-
dis que le dernier accueille des paresseux di-
dactyles (Choloepus didactylus) qui profitent
d’un enchevêtrement de branches en hauteur.


Maison des manchots
Maison des manchots - novembre 2016
Fosse typique pour porc épics
Fosse typique pour porc épics - novembre 2016



Flèche

Face aux rongeurs, de l’autre côté de la route,
un morceau de forêt rocailleuse en pente, est
le lieu de vie d’une harde de muntjacs d’Inde
(Muntiacus muntjac).

A l’extrémité de leur plaine, une allée ré-
servée aux visiteurs à pieds, tourne sur la
gauche. Nous allons emprunter cette der-
nière. Cette passerelle sillonne alors au
milieu d’un ensemble de 3 enclos relati-
vement spacieux, tous creusés d’un grand
bassin et doublés d’une plage en terre.
Un abri complète cette installation consacrée
à plusieurs groupes d’hippopotames am-
phibies (Hippopotamus amphibius).


Enclos des muntjacs
Enclos des muntjacs - novembre 2016
Enclos des hippopotames nains
Enclos des hippopotames nains - novembre 2016

Nous arrivons alors à un croisement, où deux
options s’offrent à nous. Nous allons dans un
premier temps, bifurquer sur la droite, de sorte
à gagner un double enclos composé d’un bas-
sin avec vision sous-marine et d’une zone
forestière. Cet espace est le lieu de vie d’un
hippopotame pygmée (Hexaprotodon
liberiensis
).

La clôture centrale permet de diviser l’enclos
en 2 ou au contraire de ne former qu’un seul
et vaste enclos.



Après avoir observé cet animal, le visiteur re-
vient sur ses pas, jusqu’au carrefour, pour op-
ter sur la seconde solution. Là, l’allée métallique
descend en plusieurs paliers, tout en contour-
nant un enclos en herbe, agrémenté de nombreux
grands arbres, reliés entre eux par des planches.
Cet enclos délimité par un grillage électrifié, est
consacré à des binturongs (Arctictis binturong).

La descente continue en direction d’un grand
lac, formant le dernier enclos des hippopotames
amphibies (Hippopotamus amphibius).
Lac des hippopotames
Lac des hippopotames - novembre 2016


Enclos des hippopotames
Enclos des hippopotames - novembre 2016
Enclos des hippopotames nains
Enclos des hippopotames nains - novembre 2016



Flèche

La visite se poursuit et un escalier nous permet
de gravir la pente, pour quitter la vallée en eau.
Au sommet de cet escalier, le visiteur pourra
observer une série de hautes cages, offrant un
volume conséquent à plusieurs espèces de pri-
mates.

Chaque enclos est entouré, sur 3 cotés, de
hauts murs de faux rochers, dont les aspé-
rités offrent des prises et des surfaces de
repos en hauteur. La dernière face est pour
sa part grillagée, permettant d’observer les
animaux.


Complexe des singes
Complexe des singes - novembre 2016


Fosse des doucs
Fosse des doucs - novembre 2016
Ces derniers bénéficient enfin d’un avant
plan tendu de hauts troncs et de cordes,
offrant diverses possibilités d’évolution, tan-
dis que quelques palmiers apportent un peu
de verdure à l’ensemble.

Dans l’ordre de visite, on pourra admirer un
important groupe de capucins bruns (Cebus
apella
) dans la première volière, un autre
groupe reproducteur de doucs (Pygatrix
nemaeus
) dans la seconde volière, la troisième
et dernier volière de cette première série est
pour sa part occupée par des patas
(Erythrocebus patas).



Le visiteur se dirige vers la seconde série des

primates, pour y admirer, au sein de grands
espace, des macaques ours (Macaca
arctoides
) ; des macaques à queue de cochons
(Macaca nemastreus) et un couple de gibbons
à mains blanches (Hylobates lar).

Ce sentier longe également un enclos es-
carpé en terre, au sein duquel est isolé un
troupeau de mâles cerfs de Thamin (Cervus
eldi thamin
).


Volière pour singes
Volière pour singes - novembre 2016


Fosse des iguanes
Fosse des iguanes - novembre 2016




L’allée de visite débouche alors sur la

grande route et revient vers le parking. Avant
de reprendre son véhicule, nous allons con-
tourner une petite fosse circulaire en herbe,
agrémentée d’un enchevêtrement de branches
au milieu desquelles évoluent des iguanes vers
(Iguana iguana).



Flèche

Une fois assis dans notre voiture, nous re-
prenons la découverte du Khao Kheow
Open Zoo, et traversons un passage cana-
dien pour faire une boucle dans une plaine
en herbe et en sable, espace relativement
grand, consacré aux femelles cerfs de
Thamin (Cervus eldi thamin).

Là encore, le visiteur peut quitter son véhicule
pour nourrir et toucher ces différents herbi-
vores. Le trajet en voiture se poursuit pour
repasser devant les volières des primates, l’en-
clos des cervidés mâles, le complexe des porcs
épics et celui des hippopotames.


Enclos de contact des cerfs
Enclos de contact des cerfs - novembre 2016


Enclos de contact des cerfs
Enclos de contact des cerfs - novembre 2016


Après quelques centaines de mètres parcourus,

le second parking s’offre à nous. Sur la gauche
de la route, un petit sentier, longe un enclos bien
planté, mais désaffecté. Au bout de ce sentier,
nous retrouvons le complexe des hippopotames
que nous avons sillonné préalablement.
Laissant ce chemin de côté, nous allons nous ren-
dre sur la droite de la route pour rejoindre le
« Khao Kheo Safari Park », zone consacrée à
l’Afrique.



Une grande plaine en herbe, s’étend alors

devant nos yeux. Quelques palmiers et des
huttes en hauteur permettent de nourrir les
animaux. Le long des fossés secs entourant
cette étendue, une aire de nourrissage per-
met aux visiteurs, moyennant une partici-
pation, de nourrir les différentes espèces
cohabitant sur la plaine à savoir : gnou bleu
(Connochaetes taurinus), girafes (Giraffa
 camelopardalis
) - parmi lesquels un individu
ressemblant à la sous espèce Masaï et un
autre ressemblant à une girafe réticulée – ...


Plaine des girafes
Plaine des girafes - novembre 2016



Enclos des zèbres
Enclos des zèbres - novembre 2016
...; cobe à ellipse (Kobus ellipsiprymnus),
éland du Cap (Taurotragus oryx), nyala
(Tragelaphus angasii), antilope cervicapre
(Antilopa cervicapra) – qui déteint dans
ce panorama africain – autruche (Struthio
camelus
), grue couronnée (Balearica
pavonina
), grue demoiselle (Anthropoides
virgo
) ou encore pintade commune
(Numida meleagris).

Une allée que nous allons emprunter borde
cette plaine qui s’étend sur la droite, tandis
que sur la gauche, se trouve un enclos en
sable, agrémenté de quelques buissons.
Cette installation est le lieu de vie de zèbres
de Grant (Equus burchelli burchelli).



Flèche


Des travaux en cours lors de ma visite de-
vraient permettre d’agrandir l’espace des
équidés, qui peuvent également se rendre
sur la plaine des girafes.

Au bout de ce sentier secondaire, une vitre
s’ouvre sur un enclos en herbe, agrémenté
de palmiers, de plateformes en hauteur et de
quelques souches. Cet enclos, situé à l’ar-
rière de celui des zèbres et séparé de ces
dernier par un discret mais large fossé sec,
est consacré à des lions (Panthera leo).


Enclos des lions
Enclos des lions - novembre 2016


Enclos des otocyons
Enclos des otocyons - novembre 2016


Le visiteur revient alors au niveau de la route,
pour continuer sa découverte du parc tou-
jours à pieds. A  l’extrémité de l’enclos des
zèbres, une petite allée s’éloigne sur la droite,
et nous conduit à découvrir deux enclos de
forme ovale, au sol en terre et en herbe, agré-
mentés de rochers, de branches et creusés de
terriers.
 
Quelques vitres percent le muret qui délimite
ces structures. Le premier enclos héberge des
otocyons (Octocyon megalotis), tandis
qu’une colonie de suricates (Suricatta
suricatta
) s’ébat dans le second.
Ambiance dans le safari africain
Ambiance dans le safari africain - novembre 2016
Plaine des girafes
Plaine des girafes - novembre 2016




Au bout de cette allée, le sentier nous conduit
vers une hutte où plusieurs marchands propo-
sent des fruits et des graminées permettant de
nourrir les animaux africains. Cette hutte se
trouve au sein d’une vaste plaine en terre,
agrémentée d’un bosquet et d’une marre de
boue.

Jouxtant l’enclos des zèbres, cet espace est le
lieu de vie d’un troupeau de trois rhinocéros
blancs (Ceratotherium simum).


Plaine des rhinocéros
Plaine des rhinocéros - novembre 2016


Volière des flamants roses
Volière des flamants roses - novembre 2016



Les visiteurs peuvent nourrir ces mastodontes,
en étant séparé de ces derniers par une simple
barrière métallique. Mitoyen au chalet de nour-
rissage, une carrière ronde, en sable, présente
un autre groupe d’autruches (Struthio
camelus
).

Enfin, l’espace africain est complété par une
volière pénétrante, en sable, agrémentée
d’un petit bassin et par quelques arbres tro-
picaux. Cette lagune voit évoluer une colonie
de flamants roses (Phoenicopterus roseus).
Aire de nourrissage des rhinocéros
Aire de nourrissage des rhinocéros - novembre 2016
Enclos des autruches
Enclos des autruches - novembre 2016



Flèche

En revenant vers sa voiture, le visiteur pour-
ra encore emprunter un petit sentier débou-
chant sur un radeau qui permet, à l’aide
d’une corde, de traverser une partie du
grand lac du zoo, pour accoster sur une île
et entre au contact d’un groupe de lémurs
cattas (Lemur catta).

La suite de la visite se fait en voiture. C’est
ainsi que la route nous amènera vers un en-
semble de deux fosses séparées par un mur
en béton et un grand arbre. La fosse de
droite se compose d’un petit bassin dans
lequel se jette une cascade, de deux plateaux
en terre et d’un réseau de branches en hau-
teur. Elle présente des binturongs (Arctictis
binturong
).



Ile des lémuriens
Ile des lémuriens - novembre 2016
Enclos des loutres
Enclos des loutres - novembre 2016


La seconde fosse dispose pour sa part d’un
bassin plus volumineux et d’une petite rivière
et accueille des loutres naines (Aonyx
cinerea
).

Face aux loutres, s’étendent deux enclos en
herbe, relativement vastes, agrémentés de
nombreux arbres, troncs couchés, structures
d’escalade en bois et de rochers. Ces enclos
sont consacrés à des ursidés. Celui de droite
héberge ainsi un groupe de 3 ours du Tibet
(Ursus thibetanus), tandis que celui de
gauche est consacré à des ours malais
(Helarctos malayanus).
Radeau menant à l'île des lémuriens
Radeau menant à l'île des lémuriens - novembre 2016
Enclos des ours malais
Enclos des ours malais - novembre 2016




A l’arrière de ces enclos se dresse les loges
de nuit des animaux non visibles du public,
ainsi que d’anciennes volières aujourd’hui
abandonnées.

Nous redémarrons en direction d’autres en-
clos. En gravissant la colline, nous retrouvons,
sur la droite de la route, la plaine des girafes.


Enclos des ours du Tibet
Enclos des ours du Tibet - novembre 2016


Enclos des fourmiliers
Enclos des fourmiliers - novembre 2016
Sur la gauche, en contrebas de l’allée, on peut
observer une petite fosse ovale, entièrement
bétonnée, agrémentée d’un bassin et de quel-
ques branches. Cette fosse voit évoluer des
pythons birmans (Python molurus bivittatus)
et des pythons royaux (Python regius).

L’ascension continue alors, en direction d’un
plateau, entouré de végétation dense, ombragé
par quelques arbres, et agrémenté de plate-
formes en bois. Au cœur de cet enclos, on
pourra observer la cohabitation la plus originale
du parc à savoir une lionne blanche (Panthera
leo
) et un ours du Tibet (Ursus thibetanus).



Ces deux individus ont été élevés à la main et
ont toujours vécu ensemble, ceci explique leur
bonne entente. Un second plateau, compa-
rable en termes d’aménagements et tout aussi
ombragé, accueille des hyènes tachetées
(Crocuta crocuta).

Enfin, un autre enclos plus dégagé, au sol en
herbe, agrémenté de quelques cavernes, est
le lieu de vie de fourmiliers géants
(Myrmecophaga tridactyla).
Enclos des hyènes
Enclos des hyènes - novembre 2016


Face aux édentés, le visiteur pourra sortir de sa voiture, pour gagner un troisième point de vue sur la savane des girafes, avant de regagner son véhicule et d’arriver dans une autre section du parc, celle consacrée aux oiseaux.



Flèche


Nous allons avancer jusqu’à un grand parking
pour quitter le véhicule et partir à la découverte
de cette zone à pied.

Nous démarrons la visite du secteur oiseaux
par une première série de volières relativement
récentes. Toutes ces volières sont accolées et
le sentier du bas borde la partie extérieure de
ces dernières. Ces volières disposent d’un sol
en pente, enherbé et sont agrémentées de quel-
ques troncs d’arbres et de plantes.
 


Complexe des oiseaux et petits singes
Complexe des oiseaux et petits singes - novembre 2016


Exemple de volière pour becs crochus
Exemple de volière pour becs crochus - novembre 2016

En partie supérieure, on pourra observer les
loges intérieures des animaux. Dans l’ordre de
visite, on pourra observer : des aras araraunas
(Ara ararauna) ; des conures soleils (Aratinga
solstitialis
) puis des eclectus (Eclectus roratus).

Un second bloc de 3 volières est pour sa part
consacré à des petits primates. C'est ainsi que
plusieurs groupes de ouistitis à toupets blancs
(Callithrix jacchus) vivent dans un environ-
nement végétal traversé de branches.


La série des volières construites récemment se
poursuit
avec un troisième bloc, d’installations
vitrées
en façade, aux murs arrière peints, re-
présentant
les forêts tropicales, tandis que des
branches
les traversent.
Ces volières accueillent une colonie de loris
noiras (Lorius garrulus).

La seconde volière est consacrée à des gris
du Gabon (Psittacus erithacus), la troi-
sième héberge des cacatoès à huppe jaune
(Cacatua sulphurea), tandis que des caca-
toès des Moluques (Cactua moluccensis)
puis des microglosses (Probosciger
aterrimus
) occupent respective la quatrième
et la cinquième volière.



Loge des loris
Loge des loris - novembre 2016
Loge typique pour petits singes
Loge typique pour petits singes - novembre 2016
A ce niveau, nous pouvons continuer la visite
face à nous, ou revenir sur nos pas jusqu’à
la volière des aras araraunas. Nous allons
opter pour cette seconde possibilité, de sorte
à remonter vers les loges de nuit des oiseaux
et emprunter un second sentier pédestre,
parallèle au précédent.

Ce sentier, légèrement chaotique, les racines
des arbres alentours ayant ondulé le béton,
longe d’anciennes volières au grillage rouillé.
Ces dernières qui offrent des volumes respe-
ctables aux oiseaux, disposent d’un sol
naturel en terre et de quelques branches et
balançoires faisant office de perchoirs.



Flèche

Certaines d’entre elles, trop anciennes, étaient
inoccupées lors de ma visite. Au fil de la dé-
couverte de cette anicienne zone, on pourra
observer l’ensemble des becs crochus cités
précédemment, auxquels s’ajoutent des
cacatoès des Philippines (Cacatua
haematuropygia
) et des cacatoès à huppe
citron (Cacatua sulphurea citrinocristata).

Nous arrivons alors au niveau du dernier bloc
des volières récentes, occupé par les micro-
glosses, avant de continuer la visite sur la
gauche, pour emprunter une passerelle en
bois, longeant de hautes et profondes volières
composant le complexe des calaos.


Complexe des cacatoès
Complexe des cacatoès - novembre 2016
Complexe des grands calaos
Complexe des grands calaos - novembre 2016


Ces dernières, légèrement pentues, disposent
d’un sol recouvert de plantes.
Quelques hauts arbres, ainsi que des nichoirs
en hauteur complètent les décors.

Les deux plus vastes volières accueillent
respectivement un couple de calaos
bicornes (Buceros bicornis) puis un
couple de calaos ondulés (Aceros
undulatus
). La troisième installation de
ce complexe est légèrement moins large
mais tout aussi haute et présente un
couple de calaos rhinocéros (Buceros
rhinoceros
).
Volière pour cacatoès
Volière pour cacatoès - novembre 2016
Volière des calaos rhinocéros
Volière des calaos rhinocéros - novembre 2016


La zone des calaos compte encore trois
autres volières. Celles-ci sont beaucoup
plus petites que les précédentes, en ter-
mes de longueur, mais tout aussi haute.
Elles sont traversées par de nombreuses
branches et garnies de quelques végétaux.

Dans l’ordre de visite, on pourra y observer
des calaos largup (Anorrhinus galeritus),
des calaos bruns (Ptilolaemus tickelli) –
une espèce très peu courante en captivité et
inconnue dans les collections européennes –
pour conclure par des calaos pies
(Anthracoceros albirostris).


Volière des petits calaos
Volière des petits calaos - novembre 2016
Volière des calaos bruns
Volière des calaos bruns - novembre 2016
C’est ainsi que s’achève le complexe des
calaos et le visiteur arrive au niveau d’une
petite place au milieu de laquelle se dresse
une pergola sous laquelle a été installée une
exposition pédagogique sur les mœurs et la
physiologie des oiseaux.

Au bout de cette place on peut observer
une vaste volière pénétrante. Cette der-
nière d'une bonne dizaine de mètres de
hauteur pour une centaine de large, en-
toure un morceau de forêt tropicale. Au
bas de la volière a été creusé un bassin
dans lequel se jette une rivière naissant
d’une cascade.



Flèche

Le sentier de visite conduira le visiteur au
travers de la forêt puis de la canopée, à la
découverte d’oiseaux originaires du sud-
est asiatique.

Ainsi, au détour d’un arbre, le visiteur
patient pourra admirer : faisan argenté
(Lophura nycthemera), faisan doré
(Chrysolophus pictus), faisan prélat
(Lophura diardi), paon bleu (Pavo
cristatus
), pigeon de Nicobar (Caloenas
nicobarica
), colombes turverts
(Chalcophaps indica), goura de Victoria
(Goura victoria), colombar giouannes
(Treron vernans), tourterelle de Chine
(Streptopelia chinensis), carpophage
bicolore (Ducula bicolor), perruche grand
alexandre (Psittacula eupatria), ...




Intérieur de la grande volière
Intérieur de la grande volière - novembre 2016
Lac de la grande volière
Lac de la grande volière - novembre 2016



...; perruche à moustaches (
Psittacula
alexandri
), mainates religieux (Gracula
religiosa
), martin couronné (Ampeliceps
coronatus
), grand martin (Acridotheres
grandis
), drongo à rames (Dicrurus
remifer
), bulbul de Finlayson
(Pycnonotus finlaysoni), bulbul à tête
noire (Pycnonotus atriceps), bulbul de
Blanford (Pycnonotus blanfordi), bulbul
orphée (Pycnonotus jocosus), bulbul cul-
d'or (Pycnonotus aurigaster) – les sous
espèces à croupion rouge et jaune -, ...


...; bulbul huppé (Pycnonotus melanicterus),
verdin à tête jaune (Chloropsis
cochinchinensis
), garrulax à huppe blanche
(Garrulax leucocephalus), cossyphe à crou-
pion blanc (Copsychus malabaricus), oriole
de Chine (Oriolus chinenesis), oiseau des fée
(Irena puella), dendrocygne de Java
(Dendrocygna javanica) ou encore canard
mandarin (Aix galerita).

Avant de ressortir de cette jungle, le visiteur
découvre, sur la gauche du sas, une petite volière
au sol recouvert de sable, traversée de quelques
perchoirs en cordes. Cette volière est le lieu de
vie d’inséparables à face rose (Agapornis
roseicollis
).

Ambiance dans la grande volière
Ambiance dans la grande volière - novembre 2016


Volière des inséparables
Volière des inséparables - novembre 2016
Entrée de la grande volière
Entrée de la grande volière - novembre 2016



Flèche


De retour sur la place, nous allons poursuivre la

visite pédestre sur la gauche, pour longer une
série de volières relativement anciennes, dont
l’armature bétonnée représente des troncs. La
première de ces volières est le lieu de vie de
perruches à croupion bleu (Psittinus cyanurus).

La seconde volière, dont l’arrière est tapissé de
faux rochers, est consacrée à un mâle paradisier
petit émeraude (Paradisaea minor).


Volière des perruches
Volière des perruches - novembre 2016


Volière des perruches
Volière des perruches - novembre 2016
Il est à noter que le Khao Kheow Open Zoo a,
par le passé, présenté plusieurs espèces dif-
férentes d’oiseaux du Paradis, dont certaines
très peu courantes en captivité. Cette allée
compte encore deux volières de taille moyennes,
occupées respectivement par des perruches
ondulées (Melopsittacus undulatus) pour la
première et par des roussettes de Lyle (Pteropus
lylei
).

Nous allons alors revenir vers le véhicule et con-
tinuer la visite de cet immense parc. La route
passe alors sous de hauts arbres, à la cime des-
quels niche une impressionnante colonie de tan-
tales indiens (Mycteria leucocephala).


Plus loin sur la gauche de la route se trouve un
enclos légèrement escarpé, fait de faux rochers,
de quelques souches et de quelques végétaux.
Un couple de serows de Sumatra (Capricornis
sumatraensis
) y évolue.

Face à ces caprinidés, ombragé par quelques
arbres alentours, se trouve un double enclos
qui peut être divisé ou mis en commun. Au
bout de cet enclos, se dresse un bassin, s’ou-
vrant sur des plages en sable. Cette installation
accueille des crocodiles d’Indochine
(Crocodylus porosus) aux cotés de tortues
boites asiatiques (Cuora amboinensis).


Enclos des serows
Enclos des serows - novembre 2016


Enclos des tapirs
Enclos des tapirs - novembre 2016
Nous continuons alors la découverte du Khao
Kheow Open Zoo, pour bifurquer sur la
gauche et longer un enclos légèrement escarpé,
au sol recouvert de grosses pierres et de quel-
ques points herbeux. Un troupeau de mouflons
à manchette (Ammotragus lervia) évolue à
ce niveau.

Jouxtant l’enclos des mouflons, on trouve un
second espace du même type, bien que lé-
gèrement plus petit, creusé d’un bassin au
sein duquel cohabite un tapir malais (Tapirus
indicus
) et des muntjacs de Reeves
(Muntiacus reevesi).



Flèche

Face à ces herbivores, s’étend un grand par-
king, sur lequel le visiteur peut laisser son
véhicule et se diriger vers un imposant com-
plexe, perpendiculaires aux enclos précé-
dents.
Ce complexe se compose d’un grand bassin
à l’eau limpide, offrant une aqua vision. Ce
bassin est complété d’un second plan d’eau
plus naturel et d’une vaste étendue terrestre
agrémentée de quelques buissons. Cet en-
semble est le lieu de vie d’un troupeau
d’éléphants d’Asie (Elephas maxima) qui
cohabite avec des buffles d’eau (Bubalus
arnee
).


Piscine des éléphants
Piscine des éléphants - novembre 2016


Enclos des gaurs
Enclos des gaurs - novembre 2016
A l’extrémité du complexe des pachydermes,
la route tourne sur la gauche, et borde, sur la
droite, un petit enclos en herbe, au fond du-
quel a été installée une cabane. Cet enclos se
compose de deux grands arbres, reliés à la
cabane par des lianes, offrant différentes pos-
sibilité d’évolution aux loris lents (Nycticebus
bengalensis), qui y sont présentés.

Sur la gauche de la route, s’étendent 2 vastes
enclos en pente douce, au sol fait de sable et
de rochers, plantés de quelques arbres of-
frant un peu d’ombre aux occupants. Le
premier de ces enclos voit cohabiter des san-
gliers (Sus scofra) et des gaurs (Bos gaurus).


Enclos des nycticèbes
Enclos des nycticèbes - novembre 2016
Enclos des éléphants
Enclos des éléphants - novembre 2016


Le second est pour sa part le lieu de vie de
bantengs (Bos javanicus) appartenant à la
sous espèce "
lowi" légèrement plus claire.

Face aux bovidés, une cabane en bois mar-
que l’entrée d’une attraction « Fly of the
gibbon », qui propose aux visiteurs d’ef-
fectuer la traversée d’un grand lac en tyro-
lienne.

Plus loin, toujours sur la droite de la route, le
visiteur peut bifurquer sur une grande plaine
en herbe, bordant le lac, en direction d’un
complexe inauguré récemment « Wild
Wonderland ».
Entrée du Wonderland
Entrée du Wonderland - novembre 2016



Flèche



Cette zone démarre par un premier enclos en
herbe, légèrement pentu, où les moutons
vivants (Ovis aries) cohabitent avec leurs
congénères factices. 
Plus loin, un enclos en herbe, ombragé par
quelques grands arbres et autres buissons,
entouré d’un muret en béton et recouvert
d’un filet présente un groupe de lézards
papillons de Reeves (Leiolepis reevesii).


Volière des lézards
Volière des lézards - novembre 2016


Enclos des fourmiliers
Enclos des fourmiliers - novembre 2016


Nous allons alors entrer plus spécialement dans

le complexe du Wild Wonderland. Le premier
enclos que nous découvrons alors, est délimité
par un muret de couleur ocre. Le sol en herbe
est creusé d’un petit bassin, des massifs de
bambous, des fourmilières et autres petits ar-
bres complètent les décors de ce qui forme la
maison des fourmiliers (Myrmecophaga
tridactyla
).



La passerelle en bois sillonne alors entre deux
installations vitrées en façade, situées de part
et d’autre de l’allée. La structure de droite se
compose d’un sol en terre sur lequel poussent
plusieurs eucalyptus reliés entre eux par des
rondins de bois. Comme la végétation le lais-
se à penser, cette installation est le lieu de vie
de koalas (
Phascolarctos cinereus).

Sur la gauche en revanche, l’enclos est agré-
menté de nombreuses structures d’escalade
en bois et en cordes et héberge un groupe re-
producteur de doucs (Pygathrix nemaeus).


Loge des koalas
Loge des koalas - novembre 2016


Loge des ratons laveurs
Loge des ratons laveurs - novembre 2016
Dans le prolongement de l’installation des
koalas, se dresse un autre enclos vitré en
façade, densément planté et creusé d’un
bassin. Quelques plateformes en bois com-
plètent les décors de l’enclos des ratons
laveurs (Procyon lotor).

Le sentier de visite tourne alors à angle droit
sur la gauche de sorte à contourner l’instal-
lation des doucs et surplomber, sur la droite,
un enclos comparable à celui des ratons
laveurs, au cœur duquel vivent des varis noirs
et blancs (Varecia variegata).



Flèche


La suite de la visite nous conduit alors sur ter-
rasse dominant une série de 4 enclos com-
posés d’un bassin au premier plan s’ouvrant
sur une plage bétonnée agrémentée de quel-
ques arbres. Le premier enclos est le lieu de
vie de loutres naines (Aonyx cinerea), le se-
cond accueille des faux gavials (Tomistoma
schlegelii
), le troisième présente d’hippopo-
tames nains (Hexaprotodon liberiensis)
tandis que le dernier héberge des otaries de
Californie (Zalophus californianus).


Enclos des loutres
Enclos des loutres - novembre 2016



Plage des otaries
Plage des otaries - novembre 2016
Un escalier nous amène dans les sous-sols de
 cette maison, de sorte à découvrir la partie
immergée des 4 enclos précités et ainsi ob-
server les animaux évoluant sous l’eau. Le
bassin des otaries est traversé par un tunnel.

Le visiteur ressort à l’air libre, pour découvrir,
sur la droite, un enclos en sable, agrémenté de
quelques souches et de rochers, enclos oc-
cupé par des porcs épics de Malaisie (Hystrix
 brachyura).

A l’arrière de l’enclos des rongeurs, se dresse
une volière de taille moyenne, dans laquelle
poussent plusieurs buissons, doublés de stru-
ctures d’escalade en bois. Cette volière est le
lieu de vie de saimiris (Saimiri sciureus).


Enclos des porcs épics
Enclos des porcs épics - novembre 2016
Tunnel des otaries
Tunnel des otaries - novembre 2016


La visite se poursuit pour découvrir le dernier
ajout à ce complexe, une volière de grande
taille, au sol naturel, plantée de plusieurs mas-
sifs de bambous et agrémentée de plateformes
en bois. Cette volière met en avant le travail
de protection et de reproduction que mène le
parc pour la sauvegarde de la panthère né-
buleuse (Neofelis nebulosa), dont un jeune
sujet est visible à ce niveau.

En effet, le parc s’est doté d’un centre d’éle-
vage de cette espèce, non visible du public,
qui compte près de 30 individus. Le visiteur
revient alors sur la grande prairie où l’on
pourra encore observer quelques oiseaux
sauvages.


Volière des panthères
Volière des panthères - novembre 2016
Enclos des tapirs
Enclos des tapirs - novembre 2016
Avant de quitter cette place, nous pouvons
encore découvrir un enclos en herbe, creusé
d’un bassin, consacré à des tapirs malais
(Tapirus indicus), un enclos en terre occupé
par des buffles d’eau (Bubalus arnee) et un
jardin botanique.

De retour vers son véhicule, le visiteur con-
tinue sa route le long des enclos des bovidés,
pour longer ensuite une succession de vo-
lières, à l’armature métallique. Ce complexe
semble relativement ancien, et toutes les
volières disposent d’un fond fait de faux
rochers.



Flèche

Des branches horizontales, des cordes et des
lianes complètent les décors. Au cœur de ce
complexe on pourra admirer plusieurs in-
dividus appartenant à deux espèces phares, à
savoir des binturongs (Arctictis binturong)
et des coatis bruns (Nasua nasua).

Plus loin sur la route, un passage canadien
marque l’entrée dans la réserve naturelle du
parc et dans un enclos de contact que l’on
pourra parcourir soit à pied soit en voiture,
de sorte à observer des macaques crabiers
(Macaca fasciolata), des cerfs de Duvaucel
(Rucervus duvaucelli) et des cerfs sambars
(Rusa unicolor), évoluant en semi-liberté.


Volière des binturongs
Volière des binturongs - novembre 2016

Enclos des cerfs
Enclos des cerfs - novembre 2016
Au cœur de cet espace, on trouve également un
enclos en herbe, doté d’un bassin et d’abris en
bois, consacré à un autre groupe de tapirs
malais (Tapirus indicus).

La visite se poursuit alors pendant plusieurs
centaines de mètres. Pour rejoindre le com-
plexe des grands singes. Le visiteur rejoint
cet espace qui compte deux enclos, par un
grand escalier, sillonnant au milieu de la forêt
tropicale et de cascades. Le premier enclos,
en pente douce est planté de nombreux
buissons, de quelques hauts arbres et de
troncs sciés reliés entre eux par des cordes et
des branches horizontales.


Des faux rochers complètent les décors et un
large fossé en eau complété d’un haut mur
séparent les animaux des visiteurs. Cet enclos
est le lieu de vie de chimpanzés (Pan
troglodytes
).

Le second enclos situé à quelques dizaines de
mètres est beaucoup plus artificiel, organisé en
terrasses enherbée laissant apparaitre de mul-
tiples faux rochers. Là encore des cordes et
des troncs permettent aux animaux d’évoluer
en hauteur. Cette installation est le lieu de vie
d’une famille d’orang-outangs de Bornéo
(Pongo pygmaeus pygmaeus).


Enclos des chimpanzés
Enclos des chimpanzés - novembre 2016


Enclos des chimpanzés
Enclos des chimpanzés - novembre 2016





La plateforme d’observation est doublée d’une
pagode en bois où, comme cela est souvent le
cas dans les parcs asiatiques, le visiteur entre
au contact d’un jeune orang outang.
Nous revenons vers la route de visite.



Flèche

Sur la droite de celle-ci se trouvent les coulis-
ses du parc, installés dans d’anciens enclos en
herbe, visible au travers de vitres. Tous ces
enclos aujourd’hui fermés, disposent d’un sol
en herbe et se situent en contre-bas de l’an-
cienne allée. Parmi les espèces qui sont aujour-
d’hui maintenues en coulisses, on peut citer les
chacals dorés (Canis aureus), les civettes de
Malaisie (Viverra tangalunga), les otocyons
(Otocyon megalotis), les cigognes épiscopales
(Ciconia episcopus), les marabouts chevelus
(Leptoptilos javanicus), les aigles variables
(Spizaetus limnaeetus), les calaos pies
(Anthracoceros albirostris) ou encore les
calaos bicornes (Buceros bicornis).


Enclos des otocyons
Enclos des otocyons en coulisses - novembre 2016


Volière des échassiers
Volière des échassiers - novembre 2016
Plus loin dans les coulisses, on compte encore
deux groupes de plusieurs vastes volières, dis-
posant toute d’un sol en herbe et d’un bassin.
Ce groupe de volières est le lieu de vie de
marabouts chevelus (Leptoptilos javanicus),
de marabouts argali (Leptoptilos argal) – une
espèce inconnue hors d’Asie – de jabirus
d’Asie (
Ephippiorhynchus asiaticus), de
cigognes épiscopales (Ciconia episcopus), de
grues antigones (Grus antigone).

Enfin, plus loin, une rotonde accueille le centre
d’élevage des grues antigones (Grus antigone)
ainsi que des couples reproducteurs de faisan
de Prélat (Lophura diardi), de faisans de
Vieillot (
Lophura ignita rufa), de faisans dorés
(Chrysolophus pictus), de faisans du Vietnam
(
Lophura hatinhensis) ou encore d’argus
géants (Argusianus argus).



Flèche


De retour dans sa voiture, la visite continue sur
deux kilomètres, traversant la forêt, pour dé-
boucher sur un parking où nous allons laisser
notre voiture en direction d’un amphithéâtre à
la musique étourdissante.

Au bas de cette zone se trouve un bassin avec
vision sous-marine s’ouvrant sur une plage en
terre plantée de quelques palmiers. Une ani-
mation de nourrissage de tigres (Panthera tigris)
y est proposée plusieurs fois par jour.


Aire de spectacle des tigres
Aire de spectacle des tigres - novembre 2016


Entrée dans la zone des félins
Entrée dans la zone des félins - novembre 2016


Après avoir assisté au spectacle, le visiteur peut
se diriger à pied ou en voiture, à sa convenance
vers le « Cat complex », section consacrée aux
félins. Ce complexe se compose de plusieurs
blocs.

Le bloc le plus à droite, est formé de quatre in-
stallations grillagées en hauteur. Le sentier de
visite est ombragé par des décors de faux ro-
chers et faux troncs qui recouvrent également
l’ensemble des enclos des félins.


Ce premier ensemble est consacré aux chats
de taille moyenne. Dans l’ordre de visite on
pourra ainsi y observer : chats pêcheurs
(Prionailurus viverrinus) ; chat doré d’Asie
(Catopuma temmincki) ; caracal (Caracal
caracal
) et chat à tête plate (Prionailurus
planiceps
), une espèce qui se raréfie en cap-
tivité et qui semble inconnue hors d’Asie.

Chaque félin dispose d’une installation rela-
tivement haute au sol en sable, alternant avec
le béton. Des palmiers et des structures
d’escalade en bois apportent un peu de na-
turel à l’ensemble.


Enclos typique pour petit chat
Enclos typique pour petit chat - novembre 2016


Ambiance dans la zone des fauves
Ambiance dans la zone des fauves - novembre 2016
Nous nous dirigeons ensuite vers le second
bloc, composé d’une vaste loge intérieure, en
terre, agrémentée de quelques arbustes sur
lesquels retombent des lianes, un bassin y a
également été  creusé.

Cet enclos est doublé d’un espace extérieur
comprenant un grand bassin et des plages en
herbe. Enfin, un dernier enclos identique au
premier mais planté de massifs de bambous
termine cet ensemble. Cet espace est le lieu
de présentation de tigres de Sibérie
(Panthera tigris altaica) pour les 2 pre-
mières structures et de tigres blancs
(Panthera tigris) pour la suivante.



Flèche


Un second ensemble de 4 enclos est dévolu à
ces imposants félins. Le visiteur gagne ensuite
le troisième bloc, parallèle au complexe des
tigres. Là encore, les faux rochers tapissent les
murs des enclos et ombragent l’allée de visite.
Ce complexe est le plus imposant et le plus
long. Là encore, chaque loge est à l’air libre
mais recouverte d’un grillage. Le sol en terre
permet aux bambous et autres palmiers de se
développer, divers agrès en bois ainsi qu’un
bassin complètent les enrichissements.


Enclos des tigres
Enclos des tigres - novembre 2016


Enclos des jaguars
Enclos des jaguars - novembre 2016
Dans l’ordre de visite, on pourra admirer :
léopard (Panthera pardus) ; puma (Puma
concolor
), jaguars (Panthera onca), tigres
de Sumatra (Panthera tigris sumatranus)
puis lion (Panthera leo).

A noté que pour cette dernière espèce, une
porte permet aux visiteurs de nourrir les
animaux en présence d’un gardien. Nous al-
lons redescendre d’un étage pour découvrir
un autre ensemble de loges, dont l’aména-
gement est comparable à celles décrites pré-
cédemment bien que leur volume soit infé-
rieur.


Au sein de ce complexe, on pourra observer
des chats pêcheurs (Prionailurus viverrinus),
des ocelots (Leopardus pardalis), des lynx du
Canada (Lynx canadensis), des chats du
Bengal (Prionailurus bengalensis) puis des
jaguars (Panthera onca).

Avant de revenir vers son véhicule, le visiteur
peut encore rejoindre le complexe des chats
à tête plate à l’arrière duquel se dresse un en-
semble d’anciens enclos laissés à l’abandon
et aujourd’hui fermés au public.
Seuls les deux premiers sont encore visibles
au travers de vitres.


Enclos des grands fauves
Enclos des grands fauves - novembre 2016


Enclos des tigres blancs
Enclos des tigres blancs - novembre 2016


Ces enclos sont délimités par de hauts murs
en béton représentant des falaises rocheuses.
A l’intérieur, l’espace dévolu aux animaux
est relativement grand. Ces deux enclos
sont agrémentés d’un sol en herbe où la
végétation se développe fortement autour
des structures d’escalade en bois rendant
parfois l’observation difficile.
Ces deux enclos présentent respectivement
des chats de jungle (Felis chaus) puis des
jaguars noirs (Panthera onca).


Le visiteur reprend alors sa voiture pour parcourir plusieurs kilomètres autour d’un lac et d’une végétation tropicale luxuriante, avant d’arriver à proximité de la dernière section du parc, le complexe consacré plus spécifiquement à l’Australie.



Flèche



Un portail marque l’entrée dans « Australasia ».
Une fois ce portail franchi, le visiteur se trouve
dans un enclos de contact relativement long, au
sol en herbe, traversé par le chemin de visite.
Cette prairie est plantée de quelques arbres
clairsemés et agrémentée de divers troncs en
bois. Des kangourous roux (Macropus rufus)
y cohabitent avec des wallabies de Bennet
(Macropus rufogriseus).


Enclos de contact des kangourous
Enclos de contact des kangourous - novembre 2016


Enclos du casoar
Enclos du casoar - novembre 2016
Sur la droite de l’enclos de contact, un enclos
en herbe densément planté constitue l’espace
de vie d’un casoar unicaronculé (Casuarius
unappendicularis
), une espèce peu courante
en Europe mais que l’on rencontre fréquem-
ment dans les parcs asiatiques.

Le visiteur ressort alors de cet enclos de con-
tact et longe un grand enclos où l’herbe al-
terne avec les zones ensablées. Au sein de cet
enclos, on pourra observer une cohabitation
originale entre des émeus (Dromaeus
novaehollandiae
) et des dromadaires
(Camelus dromedarius), une espèce intro-
duite en Australie.



A l’arrière de cet enclos se dresse une grande
volière en cours de rénovation lors de ma visite,
ainsi que d’autres structures plus petites mais
laissées à l’abandon. Le visiteur revient alors
sur ses pas, traverse le territoire des marsu-
piaux avant de revenir vers sa voiture et de
continuer sa route et revenir devant l’enclos
des flamants roses et un centre d’information.

Ce centre d’information est également le point
de départ du safari nocturne proposé par le
parc. Ce safari offre la possibilité de découvrir
le parc à bord d’un petit train.


Enclos des dromadaires
Enclos des dromadaires - novembre 2016


Zone de départ du safari nocturne
Zone de départ du safari nocturne - novembre 2016



En soirée, pour faire patienter les visiteurs, le
parc présente diverses espèces comme des
binturongs (Arctictis binturong), des loris
lent (Nycticebus coucang), des porcs épics
de Malaisie (Hystrix indica) ou encore des
chevêchettes cuculoides (Glaucidium
cuculoides bruegeli
).

C’est ainsi que s’achève la découverte de ce
vaste parc thaïlandais, le Khao Kheow Open
Zoo.
Enclos des émeus
Enclos des émeus - novembre 2016
Volière en réfection
Volière en réfection - novembre 2016



Flèche


En conclusion, le Khao Kheow Open Zoo est
un grand parc situé à une heure au sud de
Bangkok. La collection est relativement com-
plète avec notamment une impressionnante
collection de calaos, mais aussi de félins, dont
le très peu courant chat à tête plate. La visite
s’étendant sur 8 kilomètres d’allée, il est con-
seillé de prendre son propre véhicule car la
location de véhicule électrique est relativement
onéreuse si l’on souhaite prendre son temps
pour la découverte du parc.
Gibbon à bonnet
Gibbon à bonnet - novembre 2016


Copyright ©  -  2007-2017   -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés