Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Gyor Zoo

Zoo Gyor
Xantus János Állatkert Közhasznú Nonprofit Kft.
9027 Győr, Kiskútliget
Hongrie


Tel / Fax: +36 (0)6 96 618 367

zoogyor@zoogyor.com

Logo Gyor zoo


Ma visite : 28 septembre 2014
Mise en ligne : 30 mai 2015





Horaires d'ouverture 2014
Tarifs d'entrée 2015
Présentation du zoo
Les aigles et les fauves
Les varis et marabouts
Les psittacidés australien
La maison des chimpanzés et les gibbons
Les volières des perroquets
Les hippopotames et la volière de contact
Les oryctéropes et les grues
Le vivarium 1/2
Boeuf Hongrois
Boeuf Hongrois - septembre 2014

Le vivarium 2/2
La plaine africaine
Les lions et les hamadryas
Les capucins et saimiris
La maison sud américaine
Aire de jeux et mini ferme
Les chameaux, daims et chevaux
Les anoas et les chevreuils
La zone sud américaine
Conclusion



Flèche

Horaires d'ouverture 2014 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)






Décembre à février : 9h00 à 16h00
Mars et novembre : 9h00 à 17h00
Mi-mars à fin mars et octobre : 9h00 à 18h00
Avril à septembre : 9h00 à 19h00
Hippopotame nain
Hippopotame nain - septembre 2014



Flèche

Tarifs d'entrée 2014 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Perruche à collier jaune
Perruche à collier jaune - septembre 2014






Ticket individuel

     Adulte :                    1700,00 HUF (7,70 €)
     Enfant (2 à 14 ans) : 1250,00 HUF (4,12 €)
     Etudiant :                  1300,00 HUF (4,28 €)
     Retraité :                   1250,00 HUF (4,12 €)
     Famille (2 adultes et 2 enfants) : 5000,00 HUF (16,47 €)



Flèche

Présentation du zoo






Le zoo de Gyor est un petit parc situé à
l’est de la Hongrie, à quelques enca-
blures de la frontière autrichienne.

Situé en périphérie de la ville, ce parc
s’insert dans un cadre relativement na-
turel.

Au cours de la visite, le visiteur aura
l’impression de traverser le temps entre
les installations très anciennes et les der-
nières réalisations du zoo.
Marabout africain
Marabout africain - septembre 2014



Flèche

Visite du zoo


Après avoir franchi l’entrée en bois, le visiteur
peut débuter sa découverte sur la droite ou sur
la gauche. Nous allons opter pour cette se-
conde solution.

Là, sur la gauche de l’allée, longeant le mur
d’enceinte se dresse une longue et haute volière.

Cette dernière offrant un important volume, dis-
pose d’un sol en herbe de quelques arbres et
de troncs morts faisant office de perchoirs.
Des aigles des steppes (Aquila rapax
nipalensis
) y évoluent.


Volière des aigles des steppes
Volière des aigles des steppes - septembre 2014


Enclos des tigres
Enclos des tigres - septembre 2014
Face aux oiseaux, se trouve un petit enclos de
forme ovale, entouré de palissades vitrées,
composé d’un bassin central entouré de plages
en herbe. Cet enclos ombragé par quelques
arbres, est le lieu de vie de loutres naines
(Aonyx cinerea).

Au bout de cette allée, de hautres grilles en-
cerclent un enclos naturel au sol en herbe et
en terre, creusé d’un bassin, planté de quel-
ques vieux érables et agrémenté de struc-
tures d’escalade en bois.
Cet enclos est occupé par des tigres blancs
(Panthera tigris).




L’allée tourne alors à angle droit, pour lon-
ger l’enclos des félins sur toute sa longueur. 

Dans le prolongement des tigres, se trouve
un second enclos du même type bien que
dépourvu de végétation.

Cet enclos où quelques troncs morts cô-
toient les structures en béton, est consacré
à des ours noirs du Tibet (Ursus
thibetanus
).


Enclos des ours
Enclos des ours - septembre 2014


Volière des jaguars
Volière des jaguars - septembre 2014
Les loges intérieures de ces animaux, tout
comme celles des tigres, se situent à l’ar-
rière de ces enclos et ne sont pas visible
du public.

Face aux ours, sur la droite de l’allée de
visite, un mur sculpté est garni de gravures
Maya. Des baies vitrées permettent d’ob-
server une vaste volière en herbe, située à
l’arrière de ce mur.

Cette volière est agrémentée de multiples
structures d’escalade et autres platefor-
mes en bois. Des jaguars (Panthera onca)
y évoluent.




Au fond de cette volière, quelques arbustes
ainsi qu’un bassin complètent les aména-
gements. Un tunnel grillagé franchit le sentier
de visite et relie la volière des jaguars à la
maison intérieure des fauves.

Cette dernière, située sur la gauche du sentier
s’élève sur 2 étages, accessibles aux jaguars
et est divisée en 3 loges. 
Maison des jaguars
Maison des jaguars - septembre 2014



Flèche


A l’extrémité de la maison des jaguars, un
escalier nous conduit vers une terrasse pa-
noramique dominant l’enclos des ours, un
petit enclos recouvert d’un grillage, ainsi
que le second étage de la maison des ja-
guars, visible à travers une vitre.

De retour sur le sentier principal, le visiteur
peut observer, sur la droite, au premier
plan, un enclos en herbe planté de hauts
arbres.


Façade de la volière des jaguars
Façade de la volière des jaguars - septembre 2014


Ile des lémuriens
Ile des lémuriens - septembre 2014


Des cordes et des structures d’escalade

ont été dispersées dans cet espace où
cohabitent des lémurs à front roux (Eulemur
rufus
) et des makis varis noirs et blancs
(Varecia variegata variegata).

A l’arrière plan, séparé de l’enclos des
lémuriens par un fossé en eau, se trouve
une petite île en herbe, sur laquelle vivent
des gibbons à favoris blancs (Nomascus
leucogenys
).


Là encore, un tunnel grillagé qui traverse
le sentier de visite, relie l’île des gibbons
et l’enclos des lémuriens à la maison des
primates, située sur la gauche de l’allée.

Ces loges intérieures sont visibles à travers
de larges baies vitrées.
La hauteur intérieure est importante et des
cordes offrent divers agrès aux animaux.

Le visiteur arrive alors à la jonction de 4
sentiers. Nous allons franchir ce carrefour,
pour continuer sur l’enclos face à nous.


Maison des gibbons
Maison des gibbons - septembre 2014


Enclos des marabouts
Enclos des marabouts - septembre 2014



Là, l’allée longe, sur la droite, un enclos en
herbe, de forme carrée. Des souches d’ar-
bres ont été utilisées comme support pour
un nid de grand diamètre.

Ce dernier a été bâti par les marabouts
africains (Leptoptilos crumeniferus)
présentés à ce niveau.



Flèche


Sur la gauche de l’allée, se trouve un en-
semble de deux volières accolées. La
première relativement longue, dispose
d’un sol recouvert d’écorces.

Le mur du fond a été tapissé de rondins
de bois percés de trous servant de ni-
choirs. Des branches mortes ont aussi
été disposées dans l’ensemble de cette
volière australienne.


Allée des volières
Allée des volières - septembre 2014


Volière des perruches
Volière des perruches - septembre 2014

Des perruches omnicolores

(Platycercus eximius) s’y ébattent aux
côtés de perruches à croupion rouge
(Psephotus haematonotus), de per-
ruches ondulées (Melopsittacus
undulatus
), de perruches callopsites
(Nymphicus hollandicus), de per-
ruches à collier (Psittacula krameri),
de perruches à collier jaune
(Barnardius zonarius macgillivrayi)
et de perruches de Barraband (Polytelis
swainsonii
).


La seconde volière dispose du même type
de sol mais est plantée de quelques charmes.
Elle accueille des calaos trompettes
(Bycanistes bucinator).

Au bout de cette allée se dresse un impo-
sant bâtiment à l’intérieur duquel se pour-
suit la visite.

Le visiteur entre alors dans ce bâtiment. Sur
la gauche de l’entrée se trouve une volière in-
térieure vitrée en façade.


Volière des calaos
Volière des calaos - septembre 2014


Loge des calaos
Loge des calaos - septembre 2014



Cet espace est dénué de tout aménagement
si ce n’est la présence de quelques branches
servant de perchoirs.

Cette loge est consacrée aux calaos. Au bout
de cette maison se trouve un vaste enclos in-
térieur relativement haut. Des troncs y ont été
installés et forment des structures d’escalade
en bois.



Flèche

Cet enclos est le lieu de vie d’un groupe de
chimpanzés (Pan troglodytes).
Leur loge, perpendiculaire à la volière des
calaos occupe toute la largeur du bâtiment.

Face aux chimpanzés se trouve encore un vi-
varium de grande taille composé d’un bassin
en aquavision et de plages au sol recouvert
d’écorces.

Ces plages sont également garnies de plantes
vertes. Ce terrarium présente des tortues
serpentines (Chelydra serpentina).


Enclos des chimpanzés
Loge des chimpanzés - septembre 2014


Enclos des capucins
Enclos des capucins - septembre 2014


Le visiteur ressort alors de la maison des
chimpanzés par la seconde porte située entre
l’espace des singes et le vivarium.

De retour à l’air libre, le sentier borde sur la
droite, l’enclos des marabouts (Leptoptilos
crumeniferus
), tandis que sur la gauche se
trouve un autre enclos en herbe, relativement
grand, en forme de « L ».

Ce dernier est planté de grands arbres et tra-
versé par des structures en bois et en cordes.
Un groupe de capucins apelles (Cebus apella)
y est hébergé.



Le sentier tourne alors à angle droit et le
visiteur arrive devant l’île des gibbons à
favoris blanc, que l’on peut observer dans
son ensemble.
Des tortues de Floride (Trachemys
scripta
) fréquentent les fossés en eau de
l’île.

La visite se poursuit alors sur la droite, de
sorte à contourner l’enclos des marabouts
et revenir au niveau du croisement situé
près de la volière australienne.
Ile des gibbons
Ile des gibbons - septembre 2014


Vivarium des tortues
Vivarium des tortues - septembre 2014
Loge des chimpanzés
Loge des chimpanzés - septembre 2014



Flèche

Là, nous allons continuer tout droit, en dire-
ction d’une partie du zoo non parcourue.

Le sentier de visite borde alors une rangée
de volières dont l’armature métallique laisse
paraitre l’âge avancé de ces installations.

Toutes ces volières bénéficient d’un sol en
herbe, sont inondées de soleil et agrémen-
tées de quelques branches. La première
d’entre elle est le lieu de vie de cacatoès à
huppe jaune (Cacatua sulphurea).


Allée des becs crochus
Allée des becs crochus - septembre 2014


Volière typique pour perroquets
Volière typique pour perroquets - septembre 2014


Le grillage séparant les 3 autres volières de
cette série a été enlevé de sorte à former
un seul espace de vol où cohabitent des
perruches à collier (Psittacula krameri),
des conures vertes (Pyrrhura molinae),
des amazones aourous (Amazona amazona),
des amazones à tête jaune (Amazona
ochrocephala
), des perroquets gris du
Gabon (Psittacus erithacus), des aras ara-
raunas (Ara ararauna) et des aras chloro-
ptères (Ara chloroptera).



A l’extrémité de la grande volière, le visiteur
bifurque sur la gauche dans un cul de sac et
peut observer, sur sa gauche, les loges inté-
rieures des aras, de petites loges agrémen-
tées de perchoirs en bois.

Face à l’entrée dans ce recoin, une vitre
s’ouvre sur un petit enclos en herbe, agré-
menté de quelques plateformes en bois et
surmonté d’un grand grillage.


Loge des perroquets
Loge des perroquets - septembre 2014


Enclos des tortues
Enclos des tortues - septembre 2014



Cet espace que nous avions aperçu depuis
le promontoir dominant l’enclos des ours,
constitue l’enclos secondaire des jaguars
(Panthera onca).

Enfin, sur la droite se dresse un enclos en
herbe, sans aménagements particuliers, en-
clos occupé par des tortues à éperons
(Geochelone sulcata).



Flèche



Le visiteur revient alors sur l’allée principale,
pour longer une grande île enherbée.
Un large fossé en eau sépare cette instal-
lation des visiteurs.

Sur l’île ont été érigées des structures en
hauteur aliant bois, cordes et tuyaux. Des ter-
mitières artificielles et des rochers ont aussi
été disposés dans cet enclos consacré au
groupe de chimpanzés (Pan troglodytes).


Ile des chimpanzés
Ile des chimpanzés - septembre 2014


Enclos des hippopotames
Enclos des hippopotames - septembre 2014

Le sentier retrouve, sur la gauche l’enclos
des tortues accolé à une autre structure en-
tourée de clôtures en rondins. Cet enclos
ombragé par de grands arbres de type
érable, est ensablé et creusé d’un large
bassin.

Des hippopotames nains (Hexaprotodon
liberiensis
) y sont présentés. Face aux hip-
popotames se trouve une place enherbée
au centre de laquelle se dresse une volière
relativement ancienne mais très spacieuse.



Cette volière en herbe, est agrémentée de
quelques cannes de bambous et de cordes.
Un sas permet aux visiteurs d’y pénétrer et
d’entrer en contact rapproché avec les tor-
tues d’Hermann (Testudo hermanni), les
tortues grecques (Testudo graeca) et les
makis cattas (Lemur catta) qui y vivent.

Le contact avec ses animaux se fait sous la sur-
veillance d’un bénévole qui veille au bon respect
des consignes.


Volière de contact des lémuriens
Volière de contact des lémuriens - septembre 2014


Enclos abandonné
Enclos abandonné - septembre 2014

La visite continue alors le long de cette volière
et de l’enclos des hippopotames à l’extrémité
duquel se trouve la maison des lémuriens, visi-
ble à travers des vitres.

Ces prosomiens disposent de vastes loges in-
térieures agrémentées de branches.

Le sentier tourne alors à angle droit de sorte
à contourner la volière des lémuriens et à
longer un enclos en herbe garni de souches
d’arbres. Ce dernier vide lors de ma visite
semble avoir été rénové récemment.



Flèche


Au bout de cet enclos, le visiteur fait face à un
grand chalet en bois à l’intérieur duquel se
poursuit la visite.

Ce chalet se compose d’une vaste salle inté-
rieure en lumière inversée. Cette pièce, au sol
recouvert de sable et agrémenté de quelques
branchages, est consacrée à l’une des espèces
phare du zoo de Gyor, l’oryctérope
(Orycteropus afer).

De multiples panneaux pédagogiques ont été
installés dans l’espace réservé aux visiteurs.


Loge des oryctéropes
Loge des oryctéropes - septembre 2014


Volière des tamarins
Volière des tamarins - septembre 2014


Nous quittons alors le noctarium africain, pour
bifurquer sur la gauche, en direction d’une
petite volière à mailles fines.

Cette volière est bien plantée, et diverses bran-
ches mortes et cordes offrent des possibilités
d’évolution en hauteur. Une famille de tamarins
pinchés (Saguinus oedipus) est présentée à ce
niveau.

Le visiteur contourne alors cette volière et peut
observer, sur la gauche, face aux singes, une
vitre percée dans un haut mur, s’ouvrant sur un
espace enherbé, de taille réduite.



Quelques troncs horizontaux et des massifs de
bambous composent les décors de cet enclos
occupé par des grues couronnées (Balearica
pavonina
).

A l’arrière de l’enclos des grues, un grillage
laisse entrevoir l’espace africain du zoo.

Le sentier de visite nous amène pour sa part
dans un bâtiment accolé à la volière des ta-
marins. Ce bâtiment se compose d’un toit
translucide laissant pénétrer la lumière.
Enclos des grues
Enclos des grues - septembre 2014



Flèche

Sur la droite de l’entrée, une vitre délimité un
vivarium de grande taille. Ce dernier se com-
pose d’un bassin avec vision sous marine et
s’ouvre sur une plage en terre.

De nombreuses plantes vertes et des lianes
rappellent la jungle tropicale. Ce vivarium
est le lieu de vie de caïmans nains
(Osteolaemus tetraspis).

Perpendiculaires aux reptiles, se dresse une
autre loge intérieure densément végétalisée
et traversée par des souches et des branches.


Vivarium des caimans
Vivarium des caimans - septembre 2014


Volière australienne
Volière australienne - septembre 2014
Cet autre morceau de forêt recréée compose
la loge de nuit des tamarins pinchés (Saguinus
oedipus
). Sur la gauche de l’entrée, face aux
reptiles et aux primates se trouve une volière
intérieure aux murs recouverts de faux rochers.

Un sol en écorce et des branches mortes for-
ment les décors de cette volière minérale au
sein de laquelle évoluent des tourterelles mas-
quées (Oena capensis) ; des colombes dia-
mants (Geopelia cuneata) ; des canaris
communs (Serinus canaria) ; des astrilds à
croupion rouge (Estrilda rhodopyga) et des
bengalis zébrés (Amandava subflava).



Le visiteur continue alros sa découverte du
vivarium, et peut observer, dans le prolon-
gement de la volière des canaris, un vaste
terrarium en sable, agrémenté de faux ro-
chers et de quelques cailloux.

Cette installation est le lieu de vie d’agames
barbus (Pogona vitticeps).

Enfin, un autre terrarium situé sur la gauche
du couloir, est agrémenté de branches et
consacré à des rats épineuses du Caire
(Acomys cahirinus).


Loge des tamarins
Loge des tamarins - septembre 2014


Terrarium des tortues
Terrarium des tortues - septembre 2014


Face aux rongeurs, accolé à la loge des
tamarins, se trouve un enclos au sol recou-
vert d’écorces, agrémenté de nombreuses
racines, consacré à des tortues d’Hermann
(Testudo hermanni) et à des iguanes verts
(Iguana iguana).

Le visiteur arrive alors dans la seconde
partie du vivarium, un espace au toit
opaque. Sur la gauche se trouve un
premier aquarium d’eau douce, planté
d’échinodorus.



Flèche


Ce dernier voit cohabiter des scalaires

(Pterolphilum scalare), des corydoras
poivrés (Corydoras paleatus) et des
tétras fantomes rouges (Hyphessobrycon
sweglesi
).

Perpendiculaires aux poissons, un long mur
percé de 2 vitres. La première s’ouvre sur
un terrarium à la lumière tamisée, agrémenté
d’écorces au sol et de branches. Des héris-
sons à ventre blanc (Atelerix albiventris) y
évoluent.


Aquarium des scalaires
Aquarium des scalaires - septembre 2014


Aquarium des cichlidés
Aquarium des cichlidés - septembre 2014



La seconde vitre est celle d’un aquarium

consacré aux eaux du lac Malawi. On
pourra ainsi y observer des plécos de
Temminck (Ancistrus temminckii), des
pseudotrophes zébrés (Pseudotropheus
zebra), des lamprologus oranges
(Neolamprologus leleupi), des frontosas
(Cyphotilapia frontosa) et des bossus
du Malawi (Cyrtocara moorii).




Face à ces animaux, se dresse un autre
vivarium, composé d’écorces, de branches
et de plantes artificielles. Ce dernier est
occupé par des pythons royaux (Python
regius
).

Le visiteur arrive alors au niveau de la
sortie de la serre et de l’aquarium du zoo.
Avant de quitter cette maison, on peut
encore admirer 3 enclos intérieurs.


Ambiance dans le vivarium
Ambiance dans le vivarium - septembre 2014


Loge des kinkajous
Loge des kinkajous - septembre 2014



Celui situé sur notre droite est un autre

terrarium où les faux rochers, le sable et
le bois recrééent un environnement dé-
sertique dans lequel évoluent des cro-
tales cascabelles (Crotalus durissus).

Enfin, sur la gauche, dissimulé derrière un
épais rideau se trouve une loge intérieure
en lumière inversée, traversée par plusieurs
branches, occupée par des kinkajous
(Potos flavus).





Puis un dernier petit terrarium est consacré
à une colonie de blattes de Madagascar
(Gromphadorhina portentosa).

Le visiteur quitte alors l’aquarium, franchit
un pont traversant un bassin artificiel et
revient sur la place au centre de laquelle
trône la volière de contact des lémuriens.
Terrarium des crotales
Terrarium des crotales - septembre 2014



Flèche

La découverte du zoo de Gyor continue
alors sur la gauche. A l’arrière du vivarium,
se trouve une étendue herbeuse, entourée
de massif de bambous et creusée en son
centre, d’un bassin peu profond.

Cet enclos est le lieu de vie de flamants
roses (Phoenicopterus roseus) et de
flamants du Chili (Phoenicopterus
chilensis
).

Une maison visible à travers des vitres, com-
plète le complexe des échassiers. Cette der-
nière agrémentée de plusieurs miroirs, béné-
ficie également d’une lagune peu profonde.



Lagune des flamants roses
Lagune des flamants roses - septembre 2014


Loge intérieure des girafes
Loge intérieure des girafes - septembre 2014


Après avoir observé l’installation des
flamants, le visiteur est invité à entrer dans
un autre bâtiment. Ce bâtiment se compose
d’une succession de boxes intérieurs.

Les 3 premiers sont relativement hauts et
peuvent être observés à partir du sol, mais
également depuis une mezzanine. Ils héber-
gent des girafes (Giraffa camelopardalis).





Les boxes qui suivent aliant grillage et planches
en bois, sont plus petits et occupés par des
élands du Cap (Taurotragus oryx), des hip-
potragues noirs (Hippotragus niger), des
hippotragues roannes (Hippotragus equinus)
et des zèbres de Grant (Equus burchelli
boehmi
).


Loge des hippotragues
Loge des hippotragues - septembre 2014


Zone en sable de la plaine africaine
Zone en sable de la plaine africaine - septembre 2014



Le visiteur quitte alors le pavillon africain
et retrouve la volière des grues, puis longe
la lagune des flamants avant de revenir sur
le sentier principal et longer la maison des
girafes jusqu’à faire face à une haute clo-
ture délimitant un enclos en sable.
Cet enclos en sable constitue une partie
de la plaine africaine  du zoo.



Flèche

A l’extrémité de cette plaine, un chemin
secondaire bifurque sur la gauche, pour
passer sous un pont.

Au dessus de ce pont, se dresse un couloir
permettant aux espèces africaines, de la
seconde partie de cette plaine que nous
découvrirons plus tard.

Le sentier secondaire permet pour sa part
de faire le tour de la zone en sable.
De retour sur le sentier principal, le visiteur
découvre, sur sa droite, face à la bifurcation
un enclos rectangulaire, en herbe, agrémenté
de structures en faux rochers et de plate-
formes en bois.


Sentier franchissant la plaine
Sentier franchissant la plaine - septembre 2014
Enclos des lions
Enclos des lions - septembre 2014


Quelques arbres complètent les décors de
cet espace dans lequel vit une famille de
lions (Panthera leo).

Cette allée débouche alors devant un enclos
de grande taille. Ce dernier, entouré de fos-
sés sec et de fils electriques, représente une
montagne rocailleuse. Ainsi, le sol en terre
est jonché de multiples rochers donnant un
peu de relief à l’ensemble.



Des structures d’escalade en bois complè-
tent les aménagements. Cet espace est le
lieu d’une cohabitation originale entre des
babouins hamadryas (Papio hamadryas),
des mouflons à manchette (Ammotragus
lervia
) et des phacochères (Phacochoerus
africanus
).

Le visiteur continue alors sa visite sur la
droite, pour emprunter une double allée bor-
dant, sur la gauche, l’enclos des babouins et
sur la droite, celui des lions.


Enclos des hamadryas
Enclos des hamadryas - septembre 2014


Enclos des pattas
Enclos des pattas - septembre 2014




Dans le prolongement de la plaine des pha-

cochères se trouve un autre enclos en herbe
celui-ci, agrémenté de plateformes en bois
et de troncs plantés.
Cet enclos est occupé par un groupe de
pattas (Erythrocebus pata).



Flèche

A l’extrémité de l’enclos des singes, le visi-
teur bifurque sur la gauche pour emprunter
un sentier couvert d’un toit. Sur la droite de
cette allée, une palissade en bois percée de
points de vision vitrés s’ouvre sur l’enclos
des capucins apelles (Cebus apella) que
nous avions pu observer à proximité de la
maison des chimpanzés.

Face aux capucins, une autre baie vitrée
s’ouvre sur une loge intérieure au volume
convenable, disposant d’un sol en écorces
et tendue de cannes de bambous reliées
entre elles. Un groupe de saïmiris (Saimiri
sciureus
) y évolue.


Enclos des capucins
Enclos des capucins - septembre 2014
Enclos des saimiris
Enclos des saimiris - septembre 2014
Le visiteur quitte alors la partie couverte
pour revenir à l’air libre et longe, sur la
gauche, accolée à la loge intérieure, la
volière extérieure des singes écureuils.

Cette dernière, enherbée, est agrémentée
de branches et de cordes offrant divers
niveaux d’évolution. Quelques buissons
apportent également un peu de verdure à
cet ensemble.
Face aux saïmiris, on peut toujours ob-
server l’enclos des capucins.



Flèche



Le sentier débouche alors au niveau d’un
croisement. Celui le plus à droite nous con-
duit vers l’ile des gibbons et les volières
des psittacidés, celui nous faisant face nous
conduit vers l’entrée du zoo.

Nous allons opter pour la dernière solution
et nous diriger sur la gauche, de sorte à lon-
ger une haute volière à l’armature métallique,
accolée à un bâtiment.


Volière des iguanes
Volière des iguanes - septembre 2014


Volière des iguanes
Volière des iguanes - septembre 2014

Cette volière est plantée de saules et agré-
mentée de structures d’escalade en bois.
Elle héberge des paresseux didactyles
(Choloepus didactylus) et des iguanes
verts (Iguana iguana).

La visite continue à l’intérieur du bâtiment
jouxtant la volière extérieure des paresseux.
Un simple couloir, nous permet de longer
2 grandes loges intérieures. La loge prin-
cipale au sol bétonné est creusée d’un
bassin.




Cet ensemble abrite les loges de nuit des
tapirs terrestres (Tapirus terrestris), des
cabiais (Hydrochaeris hydrochaeris) et
des maras (Dolichotis patagonum) du
zoo.

Au dessus du couloir de visite, protégé par
un filet, se trouve un parcours fait de bran-
ches, descendant vers une loge intérieure
vitrée, traversée elle aussi de nombreux ron-
dins.


Loge des tapirs terrestres
Loge des tapirs terrestres - septembre 2014


Loge des paresseux
Loge des paresseux - septembre 2014



Cette loge située sur la droite de la maison
offre un lieu tempéré aux iguanes verts
(Iguana iguana) et aux paresseux didactyles
(Choloepus didactylus).

Le visiteur ressort alors de cette maison sud
américaine pour continuer sa découverte du
zoo de Gyor.



Flèche


Là, le visiteur débouche sur une grande aire
de jeux, entourée de bâtiments de restaura-
tion.

Cet espace érigé récemment constitue la
dernière réalisation du zoo. Les bâtiments
sont tous décorés sur le thème africain
utilisant des couleurs chaudes et de nom-
breuses statues d’animaux mais aussi re-
présentant des costumes traditionnels ont
été disposés tout autour de l’aile.


Espace de jeux
Espace de jeux - septembre 2014


Statue africaine
Statue africaine - septembre 2014






Sur la gauche du chemin bordant cette aire,
on retrouve la plaine des babouins hamadryas.

A l’extrémité des singes, un sentier bifurque
sur la gauche, de sorte à encercler l’enclos
des phacochères et nous amène vers la plaine
en sable des girafes.

Le long de ce sentier, on pourra observer, à
travers des vitres, d’autres loges consacrées
aux antilopes africaines.
Aire de jeux
Aire de jeux - septembre 2014
Statue africaine
Statue africaine - septembre 2014



Nous allons pour notre part rester sur le sen-
tier principal et poursuivre notre visite tout
droit. Sur notre droite, se dresse une vaste
étendue herbeuse, plantée par endroits de
nombreux arbres, prolongeant la plaine afri-
caine du zoo dans laquelle cohabitent : élands
du Cap (Taurotragus oryx) ; hippotragues
noirs (Hippotragus niger) ; hippotragues
roannes (Hippotragus equinus) ; zèbres de
Grant (Equus burchelli boehmi) et girafes
(Giraffa camelopardalis).


Plaine africaine
Plaine africaine - septembre 2014


Enclos de la mini ferme
Enclos de la mini ferme - septembre 2014
Cette étendue débute par un couloir en sable
faisant la jonction entre la partie enherbée et
la zone en sable de la plaine africaine.

Face à la plaine africaine, se trouve un petit
enclos en sable entouré de palissades en bois.
Une porte dont l’embrasure est sculptée de
hiéroglyphes égyptiens, permet aux visiteurs
d’entrer dans cet enclos constituant la mini
ferme du zoo.

Des chèvres naines (Capra hircus) et des
moutons du Cameroun (Ovis aries) y sont
présentés.



Flèche

Le visiteur continue alors sa visite pour border
la plaine africaine sur plusieurs centaines de
mètres. Face aux girafes, se trouve un enclos
en herbe, de taille moyenne, ombragé par de
grands arbres. Cet enclos est le lieu de vie de
chameaux (Camelus bactrianus) et de
dromadaires (Camelus dromedarius).

Dans le prolongement des camélidés, et relié
à la mini ferme, se trouve un vaste enclos en
sable, planté de feuillus et agrémenté de quel-
ques rochers. Cette plaine est consacrée à des
ânes gris (Equus asinus).


Enclos des chameaux
Enclos des chameaux - septembre 2014


Enclos des lamas
Enclos des lamas - septembre 2014
Sur la gauche de l’allée s’étend toujours la
zone enherbée de la plaine africaine, le long
de laquelle un point d’observation en hauteur
a été construit. Sur la droite de l’allée, se
trouve un morceau de forêt, entouré d’une
cloture.

Ce vaste enclos autour duquel le sentier de
visite forme une boucle, est occupé par une
harde de daims (Dama dama).

Sur la gauche, à l’arrière de la plaine africaine,
se trouve un autre enclos en herbe, occupé par
des lamas (Lama glama).




Après une petite pause animalière, on peut ad-
mirer, sur la gauche, un enclos en terre, planté
de quelques arbres. Cet espace est le lieu de
vie de chevaux (Equus caballus).

Face aux chevaux, installé devant l’enclos des
daims, vit un taureau de race Hongroise (Bos
primigenius
). Une chaine entourant ses cornes,
est attachée à un arbre pour le maintenir.


Parc des chevaux
Parc des chevaux - septembre 2014


Enclos des sitatungas
Enclos des sitatungas - septembre 2014




La visite se poursuit à l’ombre du bosquet. Sur
la gauche, jouxtant la frontière du zoo, se trouve
un vaste enclos en herbe, planté de jeunes pousses
d’arbre, recréant une zone marécageuses, est con-
sacré à un troupeau de sitatungas (Tragelaphus
spekei gratus
).

Une partie de l’enclos de ces antilopes est de
type forestier. Cette zone marque l’entrée dans
une véritable forêt de feuillus.





Sur la droite, le visiteur borde toujours l’instal-
lation des daims, tandis que sur la gauche se
dresse un enclos au sol recouvert de feuilles
mortes et densément planté.

Ce dernier présente un groupe d’émeus
(Dromaius novaehollandiae).
Enclos des émeus
Enclos des émeus - septembre 2014



Flèche


A l’extrémité de cette allée, se dresse un autre
enclos forestier, peu éclairé, la lumière naturelle
ayant du mal à traverser le feuillage dense. Cet
enclos est doublé d’un bâtiment en bois divisé
en 3 boxes intérieurs, visibles à travers une
paroi vitrée.
Ce complexe accueille des anoas (Bubalus
depressicornis
).

Le sentier tourne alors sur la droite, pour encer-
cler l’installation des daims et continuer la bou-
cle.


Enclos des anoas
Enclos des anoas - septembre 2014


Plaine des daims
Plaine des daims - septembre 2014
Dans le quatrième virage de la boucle, un gril-
lage à mailles carrées délimite un enclos fore-
stier qui héberge des émeus (Dromaius
novaehollandiae
) et des chevreuils
(Capreolus capreolus).

Le sentier revient alors au niveau de l’enclos
des ânes et de la terrasse surplombant la
plaine africaine.

Nous allons alors border une seconde fois
l’enclos des chameaux et des hamadryas, pour
revenir au niveau de la volière des paresseux
et du carrefour situé à côté de l’ile des gib-
bons.



Flèche


Là, nous allons poursuivre tout droit, de
sorte à laisser l’île des hylobatidés sur la
droite et border, sur la gauche, un enclos
au sol en terre, planté de quelques grands
arbres, le tout étant complété d’un bassin.

Cet enclos compose la plaine sud américaine
du zoo avec ses tapirs terrestre (Tapirus
terrestris
), ses cabiais (Hydrochaeris
hydrochaeris
) et ses maras (Dolichotis
patagonum
).


Plaine des tapirs
Plaine des tapirs - septembre 2014


Enclos des coatis
Enclos des coatis - septembre 2014
Face à la plaine sud américaine, se trouve un
enclos organisé autour d’un arbre. Cet espace,
traversé par de nombreux troncs morts, et
quelques plantations, est occupé par des coatis
à queue annelée (Nasua nasua).

Mitoyenne à la plaine des tapirs a été érigée
une volière de taille moyenne, au sol en sable,
agrémentée de branches et de quelques rares
buissons.

Cette installation dont l’intérieur est visible au
travers de vitres, est consacrée à des cariamas
huppés (Cariama cristata).



Plus loin, sur la droite de cette allée, se
dresse un enclos de forme carrée, au sol
en terre, ombragé par quelques grands
arbres.
Cet enclos est le lieu de vie de wallabies
de Benett (Macropus rufogriseus).

Sur la gauche en revanche, se dresse un
imposant bâtiment en bois, devancé par
un enclos entouré de palissades, au sol
pavé.


Volière des cariamas
Volière des cariamas - septembre 2014


Mini ferme du zoo
Mini ferme du zoo - septembre 2014


Un escalier franchit cette palissade et of-
frait la possibilité, aux jeunes visiteur, de
pénétrer dans cette installation qui ac-
cueillait la mini ferme du zoo.

Cette structure a été fermée suite aux tran-
sferts des animaux à proximité de la plaine
africaine. Le visiteur revient alors au niveau
de l’entrée du zoo de Gyor et termine ainsi
la découverte de ce parc de taille moyenne.



Flèche


En conclusion, le zoo de Gyor est un petit
parc présentant des installations relativement
anciennes, qui contrastent fortement avec
les nouvelles réalisations.

La collection est relativement classique mais
les cohabitations mises en place par le zoo
sont, pour certaines originales.

Trois à quatre heures de visite sont suffisantes.
Hippotrague roanne
Hippotrague roanne - septembre 2014


Copyright ©  -  2007-2022  -  J. Bordonné  - Tous droits réservés