Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Zoo de Szeged


Zoo Szeged
Sa pravca Kálávaria avenije
6701 Szeged
Hongrie

Tel : +36 (0)62 54 25 30
Fax : +36 (0)62 445 299

www.zooszeged.hu
Logo zoo Szeged


Ma visite : 27 septembre 2014
Mise en ligne : 03 mai 2015




Tarifs d'entrée 2015
Horaires d'ouverture 2015
Les manchots, guépars et singes
Le vivarium africain
Les girafes et petits mammifères
Les animaux d'Asie 1/2
Les animaux d'Asie 2/2
Les lions, suricates et géladas
Madagascar
Les fennecs et les hippopotames
Les wallabies, ratites et grues
La mini ferme
Les phoques et la zone européenne 1/3
La zone européenne 2/3
La zone européenne 3/3
Les martres et l'aqua-terrarium 1/3
Vampire commun
Vampire commun - septembre 2014
Aqua-terrarium 2/3
Aqua-terrarium 3/3
La maison des callithricidés
L'amazonie et les petits singes
Les volières des callithricidés
La maison sud américaine
Les aras et pumas
Les fourmiliers
Les saimiris et les chiens des buissons
Les jaguars et pécaris
La pampa sud américaine
Les psittacidés
L'Asie du Sud Est
Les binturong et le pavillon des aras
Conclusion



Flèche

Tarifs d'entrée 2015 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Ticket individuel
     Adulte :                    1700,00 HUF (7,70 €)
     Enfant (3 à 14 ans) : 1100,00 HUF (3,62 €)
     Etudiant :                  1250,00 HUF (4,12 €)
     Retraité :                   1250,00 HUF (4,12 €)
     Famille (2 adultes et 1 enfant) : 4050,00 HUF (13,34 €)

Ticket groupe (A partir de 15 personnes)
     Adulte :                    1550,00 HUF (5,11 €)
     Enfant (3 à 14 ans) :  790,00 HUF (2,60 €)
     Etudiant :                   790,00 HUF (2,60 €)
     Retraité :                   790,00 HUF (2,60 €)
Caméléon de Meller
Caméléon de Meller - septembre 2014



Flèche

Horaires d'ouverture 2015 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Vautour oricou
Vautour oricou - septembre 2014




Novembre à mars : 9h00 à 16h00
Avril et octobre : 9h00 à 17h00
Mai et septembre : 9h00 à 18h00
Juin à aout : 9h00 à 19h00



Flèche

Présentation du zoo


Le zoo de Szeged est un petit parc installé
au cœur d’une forêt de feuillus bordant la
ville du même nom.

Une grande tour de pierres rouges marque
l’entrée du zoo et abrite la boutique du zoo.

Une fois l’entrée franchie, le visiteur em-
prunte un petit sentier situé face au porche.

Ce dernier, bordé par des haies de buis,
nous mène vers un enclos composé d’un
bassin de taille conséquente, en aquavision,
entouré d’une plage de galets.


Entrée du zoo de Szeged
Entrée du zoo de Szeged - septembre 2014


Enclos des manchots
Enclos des manchots - septembre 2014

Ce premier enclos est le lieu de vie d’une

colonie de manchots du Cap (Spheniscus
demersus
). Au fond de l’enclos se trouve
le bâtiment de ces oiseaux, dont la façade
a été recouverte d’une fresque de navire
échoué.

Sur la droite de l’enclos des manchots un sen-
tier en terre nous permet de continuer la visite,
en direction d’une volière circulaire, agrémentée
d’un sol en herbe et de nombreuses branches
qui s’enchevêtrent.


Cette volière est occupée par des cercopithè-
ques de l’Hoest (Cercopithecus hoesti). Une
maison borde la volière.

Différentes fenêtres offrent dans un premier temps,
une vue sur 2 loges intérieures séparées par un
grillage et agrémentées d’un tronc. Ces loges sont
destinées aux cercopithèques.

Une seconde vitre s’ouvre sur un vaste vivarium
intérieur creusée d’un grand bassin et d’une
plage en terre et en écorces.


Volière des cercopithèques
Volière des cercopithèques - septembre 2014


Enclos des guépards
Enclos des guépards - septembre 2014
Des branches et des plantes artificielles com-
plètent les aménagements. Ce vivarium présente
des crocodiles nains (Osteolaemus tetrapsis).

Enfin, dans une troisième portion de la maison
se trouvent encore 2 loges plantées de troncs.
Ces dernières sont reliées à un vaste enclos de
type savane clairsemée, où les arbres restent
nombreux.
Ce complexe est le lieu de vie de guépards
(Acinonyx jubatus).

Le visiteur revient alors au niveau de l’enclos
des cercopithèques et se dirige sur la gauche
pour rejoindre l’allée principale du zoo.



Flèche



Ce chemin nous conduit devant l’entrée de la

maison des singes, guépards et crocodiles.
Avant d’entrer dans cet édifice, ont peut ad-
mirer une volière de faible surface au sol,
mais relativement haute.

Cette volière est agrémentée de quelques bam-
bous et de nombreuses branches fines servant
de perchoirs.


Loge intérieure des guépards
Loge intérieure des guépards - septembre 2014


Volière des spréos
Volière des spréos - septembre 2014



Consacrée au continent noir, elle héberge des

spréos royaux (Cosmopsarus regius), de rares
choucadors cendrés ou choucadors unicolores
(Cosmopsarus unicolor) – les seuls représen-
tants de leur espèce en parc zoologique en
Europe -, des alectos tête blanche (Dinemellia
dinemelli
) et des colious à nuque bleue
(Urocolius macrourus).



Le visiteur entre alors dans la maison des cro-

codiles. Une seule pièce est accessible aux
visiteurs. Sur la droite se trouve une large baie
vitrée s’ouvrant sur l’espace des crocodiles
nains (Osteolaemus tetrapsis), tandis que sur
la gauche se dresse un ensemble de 2 terrariums
au sol naturel, recouvert de terreau, recouvert
de morceaux d’écorces et de quelques graminées.

Le premier vivarium héberge de jeunes tortues
léopards (Geochelone pardalis), tandis que le
suivant présente des serpents mangeurs d’œufs
africains (Dasypeltis scabra).


Terrarium des crocodiles nains
Terrarium des crocodiles nains - septembre 2014


Enclos des gloutons
Enclos des gloutons - septembre 2014
Le visiteur ressort alors du vivarium africain
pour continuer sa visite sur la gauche, ob-
server la loge des guépards à partir d’un
autre point de vue, puis longer l’enclos ex-
térieur de ces félins.

Face aux guépards, un morceau de forêt clair-
semée, à l’herbe haute, aux troncs couchés et
planté de nombreux buissons, a été entouré
d’une cloture et accueille des gloutons (Gulo
gulo
).

Des points d’observation vitrés ont été dis-
séminés le long de la cloture.



Flèche

Plus loin, sur la gauche de l’allée se dresse
un imposant bâ
timent de couleur ocre, qui
semble relative
ment récent. Le visiteur est
invité à y entrer.


Sur la gauche de l’entrée se trouve une vaste
et haute loge intérieure dont les murs sont
peints de fresque représentant la savane afri-
caine animée de zèbres, guépards, serpen-
taires et autres buffles.

A l’arrière de cette loge paillée, on peut en-
trevoir plusieurs boxes individuels en bois.
Ce complexe compose la maison des girafes
(Giraffa camelopardalis).


Loge des girafes
Loge des girafes - septembre 2014
Complexe des rats taupes
Complexe des rats taupes - septembre 2014
Face aux girafes, se trouve l’accès aux toilettes.
De part et d’autre de la porte des sanitaires se
trouvent deux enclos intérieurs.
Celui de droite, se compose de plusieurs petites
salles reliées entre elles par des tubes PVC.

Le mur recouvrant ces bacs vitrées représente
des racines sous terraines. Cet espace est le
lieu de vie d’une colonie de rats taupes nus
(Heterocephalus glaber).

Sur la gauche, le vivarium est densément planté
et agrémenté d’un petit bac d’eau et de multiples
branches. Il héberge des caméléons de Meller
(Trioceros melleri).


Un escalier nous amène alors à l’étage de cette
maison où une vitre surplombe la loge des girafes
et où 3 terrariums représentant les milieux secs
sont consacrés à des rongeurs.
Le premier terrarium garni de graminées sèches
et de branches, est le lieu de vie de rats rayés de
Barbarie (
Lemniscomys barbarus).

Celui le plus à droite, agrémenté de rochers et
de sable est consacré à des macroscélides à
oreilles courtes (Macroscelides proboscideus).
Enfin, celui situé sur la droite de cette série,
est bien végétalisé, traversé par de nombreuses
branches et occupé par des caméléons à
casque (Chamaeleo calyptratus).


Terrariums pour rongeurs
Terrariums pour rongeurs - septembre 2014
Enclos des girafes et des zèbres
Enclos des girafes et des zèbres - septembre 2014

Sur la gauche, une porte nous amène à l’air

libre, au niveau d’une terrasse panoramique.

Cette esplanade domine le pré parc pavé des
girafes, ainsi que la plaine de ces mammifères.
Cette dernière est composée d’un vaste en-
clos de type forestier bien arboré.

De ce point de vue surélevé, on pourra éga-
lement un petit troupeau de zèbres de Grant
(Equus burchelli granti) qui partage la
plaine avec les girafes.



Flèche

Le visiteur rentre alors dans le bâtiment des
girafes pour ressortir de ce dernier au niveau
du sol et poursuivre sa visite sur l’allée prin-
cipale.
Ce chemin longe pendant un long moment la
plaine afraine des girafes et des zèbres.

Sur la droite, un ensemble de lauriers buis-
sonants desquels ressortent quelques troncs
horizontaux, est entouré d’une petite cloture.

Cet enclos est le lieu de présentation de petits
pandas (Ailurus fulgens). De petites cabanes
en bois en hauteur décorées à la façon des
yourtes, offrent des abris à ces petits carni-
vores.



Enclos des petits pandas
Enclos des petits pandas - septembre 2014

Enclos des chameaux
Enclos des chameaux - septembre 2014
Au bout de l’allée, sur la droite, se trouve une
prairie dégagée, entourée d’un discret fossé
sec et de barrières métalliques.
Cet espace de taille moyenne, ombragé par
quelques arbres, est le lieu de vie de chameaux
(Camelus bactrianus).

A ce niveau, le visiteur se trouve à un carrefour.
Nous allons emprunter le sentier qui bifurque
sur la droite, pour longer l’enclos des chameaux
et nous diriger dans la zone forestière du zoo.

Face à nous, se dresse un vaste enclos aux ar-
bres nombreux, creusé d’un bassin de surface
conséquente et agrémenté de monticules ro-
cheux.



Cet enclos naturel présente des tigres de Sibérie

(Panthera tigris altaica). Cet enclos très vaste
et naturel contraste fortement avec les loges de
nuit des félins, de taille réduite, au sol bétonné et
« à gros barreaux ».

Ces dernières sont visibles à travers une vitre.
Dans le prolongement de l’enclos des tigres,
séparée de celui-ci par le bâtiment de nuit des
carnivores, se trouve une autre volière de taille
moyenne, au sol en herbe, ombragée de nom-
breux grands arbres, agrémentée de quelques
structures d’escalade en bois et de buissons.


Enclos des tigres de Sibérie
Enclos des tigres de Sibérie - septembre 2014



Enclos des panthères
Enclos des panthères - septembre 2014
Cette volière de faible surface, accueille des
panthères de Chine (Panthera pardus
japonensis
).

A l’extrémité de l’enclos des panthères, un sen-
tier bifurque sur la gauche, pour former un cul
de sac. Deux volières bordent ce chemin.

 La première, au sol en terre, est aménagée de
nombreux bouts de bois mais est dénuée de
toute végétation. Un groupe de chiens viverrins
(Nyctereutes procyonoides) y évolue.

La volière la plus éloignée est pour sa part la
plus petite, et agrémentée de jeunes érables.
Elle présente des chats manuls (Otocolobus
manul
).


Loge intérieure des tigres
Loge intérieure des tigres - septembre 2014
Volière des chiens viverrins
Volière des chiens viverrins - septembre 2014



Flèche

Le visiteur revient alors sur l’allée principale,
pour longer la volière des chiens viverrins que
l’on laisse sur la gauche et observer, sur la
droite, un complexe de deux vastes plaines
enherbées, ombragées par de nombreux ar-
bres.

Cet espace recrée une zone de forêt clair-
semée et consacrée à de rares anoas
(Bubalus depressicornis).

Cette espèce de bovidés tend à se raréfier
en Europe et la reproduction semble mal
maitrisée.


Enclos des anoas
Enclos des anoas - septembre 2014


Volière des tragopans
Volière des tragopans - septembre 2014
Dans le prolongement des plaines des anoas
ont été construites deux volières de petite
taille, accolées l’une à l’autre.
Le bois est largement utilisé dans ces con-
structions dont le sol alterne entre sable et
terre.

Des rochers et des rondins ont été disposés
dans chaque volière et quelques buissons et
autres conifères y ont été implantés.

La première structure est occupée par des
lophophores resplendissants (Lophophorus
impejanus
), tandis que la seconde accueille
des tragopans satyres (Tragopan satyra).


Face aux faisans se dresse une vaste structure
métallique entièrement recouverte de grillage,
formant un enclos fermé. Transformé récem-
ment, il dispose d’un sol en herbe, est om-
bragé par de grands arbres et les aménage-
ments consistent en des amas de rocaille et
quelques troncs.

Un couple de panthères des neiges (Uncia
uncia
) y évolue.


Volière des panthères des neiges
Volière des panthères des neiges - septembre 2014



Enclos des daims
Enclos des daims - septembre 2014
Le sentier arrive alors à la frontière du zoo et
le visiteur est invité à revenir sur ses pas jus-
qu’à l’enclos des chameaux et continuer sa
visite devant lui, de sorte à longer la plaine
des girafes située sur la gauche, tandis que
sur la droite, se trouve un enclos forestier, où
les jeunes pousses ont été dénudées de leurs
feuilles par la harde de daims de
Mésopotamie (Dama mesopotamica)
évoluant dans cet enclos.

Dans ce secteur du zoo les enclos sont
relativement espacés entre eux et de
grande taille.



Flèche

La visite se poursuit ainsi sur une allée bor-
dée de nombreuxpanneaux  pédagogiques
notamment
sur le climat dans le cadre de la
campagne
EAZA Pole to pole.

La visite se poursuit alors au cœur de la
forêt et le visiteur arrive au niveau d’une
clairière.

Sur la gauche de cette clairière se trouve un
enclos de taille moyenne, au sol en terre,
planté de quelques feuillus et agrémenté de
cavernes en pierre.
Cette installation est le lieu de vie de lions
blancs (Panthera leo krugeri).


Enclos des lions
Enclos des lions - septembre 2014

Enclos des suricates
Enclos des suricates - septembre 2014
Face aux lions se trouve une petit fosse en
demi cercle, dont le muret délimité un mon-
ticule de terre planté de quelques buissons
et dans lequel ont été disposés quelques
rondins de bois.

Cette fosse est consacrée à une famille de
suricates (Suricata suricatta). Une buse en
béton permet au jeune public d’entrer dans
une bulle de plexiglas au cœur du territoire
des mangoustes.

Entre l’enclos des lions et celui des man-
goustes, un sentier secondaire s’enfonce
dans la clairière. Sur la droite de ce chemin,
accolé à la loge des suricates s’étend un
bâtiment divisé en plusieurs salles vitrées.



La première loge en sable est consacrée aux

mangoustes. Les deux autres loges, légère-
ment plus grandes, dispose d’un sol bétonné
et de quelques branches.
Ces boxes constituent les loges de nuit de
babouins géladas (Theropithecus gelada).

Enfin, à l’extrémité de cette bâtisse, une vitre
nous permet d’observer une grande volière
au sol légèrement valloné, en terre,
garnie de
rocher et creusée d’un bassin.


Enclos des géladas
Enclos des géladas - septembre 2014


Loge intérieure des suricates
Loge intérieure des suricates - septembre 2014


Cette volière, reliée au bâtiment de nuit des

singes, présente une cohabitation originale
entre les géladas, des vautours à dos blanc
(Gyps africanus), des vautours de Rueppel
(Gyps rueppellii) et de moins courant vau-
tours oricous (Torgos tracheliotus).

Face à cette baie vitrée, on retrouve l’enclos
des lions ainsi que lebâtiment, percé de baies
vitrées, abritant leurs loges de nuit.



Flèche


Sur la droite, un second bâtiment ou la pierre

alterne avec le bois, se divise en différentes
sections.
Une première loge agrémentée de troncs d’ar-
bres formant des structures d’escalade, dispose
d’un sol recouvert de sciure et héberge des
fossas (Cryptoprocta ferox).

Mitoyen aux fossas se trouve un petit vivarium
formé de faux rochers et d’écorces, au sein
duquel évoluent des boas de Dumerel
(Acrantophis dumerili).


Loge des fossas
Loge des fossas - septembre 2014


Loge des happalémurs
Loge des happalémurs - septembre 2014
Enfin, les deux dernières loges de ce bâtiment
qui peut être caractérisé de maison de Mada-
gascar, sont séparées l’une de l’autre par une
paroi grillagée.
Elles sont comparables à celle des fossas, à
savoir traversées par de nombreuses branches
et au sol recouvert de sciure.

Ces loges sont occupées par des happalémurs
du lac Alaotra (Happalemur alaotrensis).

Au sol, le visiteur pourra aussi observer des
tortues léopards (Geochelone pardalis) et
des tortues radiées (Geochelone radiata) qui
partagent le complexe avec les lémuriens.



Accolée à cet espace couvert se trouve une

volière de taille moyenne, aménagée de mul-
tiples branches. Cette dernière permet aux
happalémurs et aux reptiles d’accéder à l’air
libre.

Le sentier contourne cette volière pour se
diriger sur la droite et border, sur la gauche,
une grande plaine en herbe, dans laquelle
évoluent un groupe de mâles cobes de Mrs
Gray (Kobus megaceros).


Volière des happalémurs et tortues
Volière des happalémurs et tortues - septembre 2014


Enclos des autruches
Enclos des autruches - septembre 2014
Le sentier de visite évolue alors au cœur d’une
forêt de hêtres et contourne la volière des hap-
palémurs pour déboucher à l’arrière de la maison
de Madagascar le long de laquelle ont été éri-
gées 3 volières ombragées par de grands hêtres
et agrémentées de structures d’escalade en bois.

La première de ces volières est occupée par
d’autres happalémurs tandis que les 2 volières
suivantes sont consacrées aux fossas.

Face aux espèces malgaches, se trouve un enclos
boueux où les troncs dénudés sont nombreux.
Cet enclos héberge des autruches (Struthio
camelus
).


Volière des fossas
Volière des fossas - septembre 2014
Volière pour happalémurs
Volière pour happalémurs - septembre 2014



Flèche



Le visiteur arrive alors dans un cul de sac et fait

demi-tour pour revenir devant la volière ronde
des happalémurs et des tortues.

Face à cette volière se trouve un petit enclos
forestier, creusé d’un bassin. Cette structure
accueille des fennecs (Vulpes zerda). Au fond
de l’enclos se trouve une petite maison percée
d’une vitre, offrant un point chaud à ces petits
canidés.


Enclos des fennecs
Enclos des fennecs - septembre 2014


Enclos des hippopotames
Enclos des hippopotames - septembre 2014
A l’arrière de la maison des fennecs, se trouve
un vaste enclos mitoyen à l’installation des lions
que nous avons vu précédemment. Cet enclos
en herbe, où quelques arbres dispersés ont été
conservés, est le lieu de vie de hyènes tachetées
(Crocuta crocuta).

Enfin, non loin de l’enclos des hyènes et au
fond de cette bifurcation, se trouve un dernier
enclos en terre, s’organisant autour d’un bas-
sin.
Des rochers et de grands arbres complètent
les décors de cette installation dans laquelle
vivent des hippopotames nains (Hexaprotodon
liberiensis
).



Flèche

Le visiteur rebrousse alors chemin jusqu’à l’en-
clos des suricates où la visite se poursuit sur
l’allée principale.
Sur la gauche de cette voie se dresse la volière
des géladas et des vautours devant laquelle
ont été percées des baies vitrées permettant
d’admirer cette cohabitation originale.

Sur la droite en revanche, se trouve un enclos
en herbe, garni d’un seul buisson et de petites
cabanes en bois. Un groupe de wallabies
d’Eugénie (Macropus eugenii) y est présenté.


Enclos des wallabies
Enclos des wallabies - septembre 2014


Loge intérieure des lions
Loge intérieure des lions - septembre 2014

Face aux wallabies et dans la continuité de la

volière des géladas, se trouve un enclos qui
fait la jointure entre la clairière et la forêt. Ce
parc bien arboré présente des wallabies de
Bennett (Macropus rufogriseus).

Le visiteur entre alors à nouveau dans une zone
forestière du parc. L’ensemble des enclos de
ce secteur sont donc fortement arborés, de
grands feuillus mais aussi de jeunes arbres.
Sur la gauche, un premier enclos héberge des
émeus (Dromaius novaehollandiae).




Face aux ratites se trouve un second enclos

densément planté représentant une véritable
forêt secondaire. Ce second enclos est le
lieu de vie de casoars à casque (Casuarius
casuarius
).

Dans le prolongement de ces oiseaux, on
découvre un enclos bien arboré, au centre
duquel a été creusé un bassin peu profond.


Enclos des casoars
Enclos des casoars - septembre 2014


Enclos des gazelles
Enclos des gazelles - septembre 2014

Les berges en terre entourant ce point d’eau

sont pour leur part peu végétalisées, mais le
reste de l’enclos est bien vert. Cet enclos est
le lieu d’une cohabitation entre des grues de
Mandchourie (Grus japonensis) et des
gazelles à goître (Gazella subgutturosa).

Plus loin, se trouve une autre installation du
même type que celle des gazelles, au sein
de laquelle on pourra observer des hydro-
potes de Chine (Hydropotes inermis
inermis
) et des grues à cou blanc (Grus
vipio
).



Flèche

Après une petite pause, parcours où les en-
clos ont laissé place à de multiples panneaux
pédagogiques, le visiteur arrive au niveau de
la mini ferme du zoo.

Cette dernière, localisée sur la droite de
l’allée principale, se compose de plusieurs
bâtiments entourés d’enclos, représentant
une véritable ferme typique des villages
hongrois.

Un premier enclos au sol recouvert d’écor-
ces, est consacré à des lapins nains
(Cuniculus octolagus).


Enclos des lapins
Enclos des lapins - septembre 2014


Enclos des moutons
Enclos des moutons - septembre 2014
Un petit abri complète leur milieu de vie.

Un parc en bois doublé d’une niche présente
un chien domestique (Canis lupus domesticus).

A l’arrère de la niche se dresse une grange
en bois, qui abrite 5 boxes. Deux enclos
sont accolés à cette étable dans laquelle
vivent des ânes domestiques (Equus asinus)
et des chevaux (Equus caballus domesticus).

Séparé de l’enclos des chevaux par le tas de
fumier, se dresse un autre enclos entouré de
palissades en bois, de taille moyenne, au
centre duquel trone une hutte circulaire.



Cet enclos présente des moutons de race

Alföldi  (Ovis aries domesticus) et des
chèvres (Capra hircus domesticus).

Le visiteur revient alors au niveau du centre
de la cour de la ferme où se dresse un
grenier utilisé pour sécher les céréales et une
porcherie, bâtiment divisé en 4 loges, dis-
posant chacune d’une porte s’ouvrant sur un
petit enclos extérieur.


Grange de la mini ferme
Grange de la mini ferme - septembre 2014


Porcherie
Porcherie - septembre 2014
Dans l’ordre de visite on pourra y observer
des cochons laineux ou Mangalica (Sus
scofra domesticus
), puis des dindons
(Meleagris gallopavo) ; des canards
coureur indien (Anas anas domesticus)
pour finir par des poules naines (Gallus
gallus domesticus
).
C’est ainsi que se termine la découverte
de la mini ferme.

Le visiteur revient alors sur l’allée prin-
cipale et continue sa visite. Sur la droite
de l’allée, se dresse un imposant com-
plexe légèrement surélevé par rapport
au niveau du sol.



Flèche

Ce dernier se compose d’un grand bas-
sin avec vision sous marine bordé par
une plage bétonnée sur laquelle ont été
disposés de gros rochers.
Un petit bassin secondaire rappelant les
pataugeoires des enfants complète cet
ensemble consacré à des phoques veau
marins (Phoca vitulina).

Face à la mini ferme et aux phoques, un
sentier en terre nous conduit au cœur de
la forêt de feuillus, à la découverte du
secteur européen du zoo.


Bassin des phoques
Bassin des phoques - septembre 2014


Enclos des cigognes
Enclos des cigognes - septembre 2014
En empruntant ce sentier, relativement
boueux par temps de pluie, le visiteur
longe un étang de taille moyenne. Ce
dernier est entouré de plages en terre
et planté de hauts arbres.

Des cigognes blanches (Ciconia ciconia)
y cohabitent avec des canards colverts
(Anas platyrhynchos), des bernaches
nonettes (Branta leucopsis) et des ber-
naches du Canada (Branta canadensis).

La visite se poursuit au cœur de la forêt
où une parcelle boisée doublée d’une
clairière enherbée, a été délimitée par
un grillage.


Cet espace où les arbres morts côtoient
les hêtres verts est le lieu de vie de che-
vreuils (Capreolus capreolus).
Plusieurs points de vue vitrés ont été in-
stallés le long du chemin bordant cet
enclos.

Plus loin, sur la gauche, se dresse
volière à l’armature en bois. Les
feuilles mortes s’amoncellent sur
son sol et plusieurs branchages
servent de perchoirs aux circaètes
Jean le Blanc (Circaetus gallicus)
qui y vivent.


Volière des circaèrtes
Volière des circaèrtes - septembre 2014
Volière des écureuils
Volière des écureuils - septembre 2014


Enfin, une dernière petite volière est sor-

tie de terre à l’arrière de l’enclos des
chevreuils.
Cette dernière à l’abandon lors de ma
visite tend à s’affaisser.

Le visiteur traverse alors un chemin 
forestier pour gagner une zone du parc
plus ouverte. Sur la droite une volière
de petite taille, agrémentée de bran-
ches et de jeunes pousses, est le lieu
de vie d’écureuils roux (Sciurus
vulgaris
).



Flèche


Face aux écureuils se dresse une grande

zone de travaux. A ce niveau, on peut
d’ores et déjà admirer un grand bâtiment,
devancé par un enclos dont la superficie
a été agrandie.

Un bassin et de nombreux arbres de-
vraient constituer les décors de cette
installation qui accueillera des ours
bruns (Ursus arctos).


Enclos des ours en travaux
Enclos des ours en travaux - septembre 2014


Volière des hiboux
Volière des hiboux - septembre 2014


A l’extrémité de l’enclos des ours, se

trouve ne volière de taille moyenne,
plantée de jeunes arbres et agrémentée
de troncs. Elle présente des hiboux
grands ducs (Bubo bubo).

Suite à la volière, le sentier de visite
longe une zone dégagée avec sur la
droite, une succession de 3 enclos
accolés.


Ces derniers disposent tous 3 d’un sol
en herbe, sont plantés de diverses es-
sences végétales et agrémentés de
rochers.

Le second enclos a également été creusé
d’un bassin avec vision sous marine.
Le premier enclos est consacré à des
chacals dorés (Canis aureus), le second
enclos présente des loutres d’Europe
(Lutra lutra), enfin, le dernier enclos de
cette série est occupé par des loups
(Canis lupus).


Enclos des loutres
Enclos des loutres - septembre 2014


Volière des corbeaux
Volière des corbeaux - septembre 2014

Face à l’allée des carnivores se dresse une

vaste volière formant un « Z », divisée en 4
sections.

La première partie en herbe, est agrémentée

de quelques branches et autres jeunes pous-
ses. Elle héberge des grands corbeaux
(Corvus corax).

La seconde structure, qui est aussi la plus
volumineuse est densément plantée et
creusée d’un bassin.




La prédominance de la végétation rend

l’espace de vol limité. Des hérons bihoreaux
(Nycticorax nycticorax) y évoluent aux
côtés de spatules d’Europe (Platalea
leucorodia
), des canards carolins (Aix
sponsa
), des siffleurs d’Europe (Anas
acuta
), des faisans de Colchide (Phasianus
colchicus
) et des cigognes noires (Ciconia
nigra
).


Volière des anatidés
Volière des anatidés - septembre 2014


Volière des pygargues
Volière des pygargues - septembre 2014

La troisième volière, agrémentée de mul-

tiples perchoirs en bois accueille des
bondrées apivores (
Pernis apivorus),
des corneilles mantellées (Corvus cornix)
et des choucas des tours (Corvus
monedula
).

Enfin, la dernière volière, relativement
haute est entourée d’arbres mais dispose
d’une vaste aire de vol. Des pygargues
à queue blanche (Haliaeetus albicilla)
y évoluent.



Flèche


Le visiteur quitte alors la clairière pour

se retrouver face à un grand lac naturel
entouré de berges laissées à l’état sau-
vage.

Une petite partie de ces berges composant
une réserve naturelle a été entretenue et des
terrariums à ciel ouvert y ont été disposés.

Ces derniers, de forme rectangulaire se
composent de murets bétonnés et d’une
armature métallique soutenant un grillage.


Zone naturelle
Zone naturelle - septembre 2014


Terrarium extérieur
Terrarium extérieur - septembre 2014

Le premier terrarium en herbe, agrémenté

de rares rochers, présente des lézards
verts occidentaux (Lacerta viridis) et des
lézards des souches (Lacerta agilis).

Le second, dont la taille est doublée, ac-
cueille des vipères d'Orsini (Vipera ursinii
rakosiensis
).

Il est à noter que les murets de chaque en-
clos sont peints et illustrent les habitants
des terrariums ainsi que les proies dont ils
se nourrissent.




Le troisième vivarium dispose d’un bassin

et d’une plage en herbe et accueille des
cistudes d'Europe (Emys orbicularis),
des couleuvres à collier (Natrix natrix)
et des couleuvres tessellées  (Natrix
tessellata
).

C’est ainsi que se termine la découverte
du secteur européen du zoo de Szeged.
Enclos des vipères
Enclos des vipères - septembre 2014



Flèche

Le visiteur rebrousse alors chemin pour
revenir au niveau de la mini ferme, de
l’enclos des phoques et d’un stand de
restauration.

A l’arrière de celui-ci se dresse un
bâtiment en bois en façade duquel
ont été érigées deux volières. La
première au sol en sable est agré-
mentée de branches en bois s’en-
chevêtrant et formant une structure
d’escalade utilisée par les martres
des pins (Martes martes).


Volière des martres
Volière des martres - septembre 2014



Volière des oiseaux européens

Volière des oiseaux européens - septembre 2014
La seconde volière, agrémentée de bran-
ches fines et de rameaux de sapins pré-
sente des grives litornes (Turdus pilaris),
des grives musiciennes (Turdus
philomelos
), des alouettes des champs
(Alauda arvensis) et des grives mauris
(Turdus iliacus).

Le visiteur entre alors dans le bâtiment
en bois qui abrite le vivarium du zoo.

L’ensemble des pans de murs de l’unique
pièce de la maison sont bordés de viva-
riums. Sur la droite, on peut admirer un
véritable noctarium percé de quelques
baies vitrées.


Cette loge relativement haute et longue
accueille une colonie de chauves souris
vampires (Desmodus rotundus).

Mitoyen à la loge des vampires se
trouve un petit aquarium, au fond fait de
gravier immergé sur une hauteur de l’or-
dre de 15 cm.
Des galets ressortent également de l’eau
pour former une petite plage.

Cette installation constitue la nurserie des
crocodiles nains (Osteolaemus tetrapsis).


Loge des chauves souris
Loge des chauves souris - septembre 2014


Ambiance dans le vivarium
Ambiance dans le vivarium - septembre 2014

Là, un ensemble de vivariums sont exposés

sur 3 étages. Ce ne sont pas moins de 9
boxes qui sont présentés ainsi.

Nous allons les décrire de droite à gauche
et de haut en bas. Ainsi, l’aquarium le plus
à droite, en hauteur, dispose d’un sol en
graviers, et est agrémenté de quelques plan-
tes d’eau douce. Il accueille des corydoras
communs (Corydoras aeneus), des anci-
strus (Ancistrus temminckii) et des gre-
nouilles africaines naines (Hymenochirus
boettgeri
).



Flèche

Sous les grenouilles se trouve un bac
d’eau froide agrémenté de galets. Il héber-
ge des poissons rouges (Carassius
auratus
). Une colonie de cétoines afri-
caines (Pachnoda sp.) évolue dans le bac
le plus bas, dans un environnement fait de
terre et d’écorces.

Le visiteur arrive alors vers la rangée cen-
trale. Tout en haut, se trouve un autre
aquarium comparable à celui des ancistrus,
dans lequel évolue un axolotl (Ambystoma
mexicanum
).


Aquarium des poissons rouges
Aquarium des poissons rouges - septembre 2014


Ensemble des terrariums
Ensemble des terrariums - septembre 2014
Sous les axolotls, se trouve un autre te-
rrarium qui a été divisé en 2. La partie la
plus à gauche est agrémentée de terre et
de quelques souches.

La partie de droite est quant à elle plon-
gée dans le noir. L’ensemble accueille des
scorptions empereurs (Pandinus
imperator
).

Enfin, dans le vivarium le plus bas relati-
vement humide, le sol de ce terrarium a
été recouvert de terreau et une colonie
de blattes du Mexique (Blaberus cranifer)
y évolue.



Nous nous dirigeons alors vers la rangée

de gauche, pour y découvrir, de haut en
bas, des vivariums au sol en sable et en
terre, agrémentés de racines et de rochers.
On pourra y observer respectivement des
mygales à poils blancs (Brachypelma
albopilosum
), puis des tortues d’Her-
mann (Testudo hermanni) pour finir,
tout en bas, par des blattes de
Madagascar (Gromphadorhina
portentosa
).


Aquarium
Aquarium - septembre 2014


Bassin des tortues musquées
Bassin des tortues musquées - septembre 2014

Le visiteur arrive sur la seconde longueur

du bâtiment où se succèdent les terrariums.
La découverte de ce pan de mur débute
par un aquarium rempli d’1/3 d’eau et
consacré à des tortues musquées
(Sternotherus odoratus).

Mitoyen aux tortues se trouve un terra-
rium légèrement plus sombre, fait de
terre et de morceaux de bois, au milieu
desquels se meuvent des boas de
Duméril (
Acrantophis dumerili).



Flèche

Mitoyen aux serpents se trouve un ter-
rarium au fond tapissé de faux décors,
complétés par des rochers, du sable et
des branches. Des agames barbus
(Pogona vitticeps) y vivent.

Suite aux agames, se trouvent 3 vivariums
alignés, bien plantés et agrémentés de can-
nes de bambous. Dans l’ordre de visite
on pourra y admirer des tokays (Gecko
gecko
), des rainettes de White (Litoria
caerulea
) puis des geckos géants de
Madagascar de Koch (Phelsuma
madagascariensis kochi
).


Exemple de terrarium
Exemple de terrarium - septembre 2014


Exemple de terrarium
Exemple de terrarium - septembre 2014
Les 2 derniers terrariums de cette allée
sont moins végétalisés et agrémentés de
structures rocheuses et de bouts de bois.
Ils accueillent des pythons royaux
(Python regius) pour le premier et des
lézards bleus épineux (Sceloporus
cyanogenys
).

Enfin, sur la dernière largeur du vivarium se
dresse un aquarium d’eau douce. Ce dernier,
dépourvu de végétation représente un fond
de rivière dans lequel cohabitent des pois-
sons rouges  (Carassius auratus), des bar-
bottes brunes (Ameiurus nebulosus) et des
carpes communes (Cyprinus carpio).






Le visiteur ressort alors du noctarium pour

repasser devant les volières des martres et
revenir au niveau de l’enclos des phoques,
sur l’allée principale du zoo.
Ambiance dans le vivarium
Ambiance dans le vivarium - septembre 2014



Flèche

Là, le chemin se dirige sur la droite vers la
zone sud américaine du parc. Bordant le
virage, se trouve un petit parc en herbe, accolé
à un bâtiment administratif.

Ce petit espace en herbe ombragé par de
grands arbres, est le lieu de vie de tortues
sillonnées (Geochelone sulcata).

Le visiteur arrive alors au niveau d’un se-
cond croisement. Là, face à nous se dres-
se une maison en béton, dans laquelle se
poursuit la visite.


Enclos des tortues
Enclos des tortues - septembre 2014


Loge typique pour callithricidés
Loge typique pour callithricidés - septembre 2014
Cette maison dont la partie ouverte au public
est en terre, borde une succession de 4 loges
intérieures vitrées, situées sur la gauche. Ces
dernières sont carrelées, traversées par de
nombreuses branches qui s’enchevêtrent et
dispose d’un sol recouvert de sciures.

Elles sont consacrées à plusieurs espèces de
callithricidés. La première loge est occupée
par une famille de tamarins bicolores
(Saguinus bicolor).
La seconde loge est consacrée à des tamarins
lions à tête dorée (Leontopithecus
chrysomelas
) tandis que la troisième présente
des ouistitis argentés (Callithrix argentata).



Flèche

Enfin, un groupe de lions dorés
(Leontopithecus rosalia) évolue dans la
dernière loge. Face à ces singes a été mis
en eau un bac amazonien, bien planté,
dans lequel nagent des cardinalis
(
Paracheirodon axelrodi), des nez
rouges (Hemigrammus bleheri), des
poissons hachettes marbrés (Carnegiella
strigata), des poissons pingouins
(Thayeria boehlkei), des coeurs saignants
(Hyphessobrycon erythrostigma), des
épalzéorhynchus (Epalzeorhynchus
kallopterus) ou encore des ancistrus

(Ancistrus temmincki).


Aquarium amazonien
Aquarium amazonien - septemebre 2014


Vivarium des boas
Vivarium des boas - septembre 2014

Enfin, avant de quitter la maison des cal-

lithricidés, le visiteur peut encore observer
un terrarium densément végétalisé.
Plusieurs branches et quelques rochers
complètent les aménagements de cet es-
pace consacré à des boas d'Amazonie
(Corallus hortulanus).

Le visiteur ressort alors de ce bâtiment et
se dirige sur la droite pour contourner un
ensemble de 4 volières extérieures relati-
vement hautes, accollées au bâtiment des
petits singes.


Ces volières au sol naturel sont agré-
mentées de structures d’escalade en bois
et consacrées aux 4 espèces de tamarins
décrites précédemment.

Le visiteur longe alors ces 4 volières ex-
térieures où le sol est recouvert de lierre
rampant, pour arriver au niveau d’une
bifurcation.

Nous allons emprunter une petite allée pavée,
laissant le complexe des tamarins de côté. Ce
chemin longe, sur la gauche, une rangée de
volières, plus petites.


Volières des tamarins
Volières des tamarins - septembre 2014


Volière des douroucoulis
Volière des douroucoulis -  septembre 2014
La partie basse est un muret de pierre, sur-
monté d’une armature métallique avec grillage.
Là encore, ce complexe a été érigé à l’ombre
de grands arbres.

Chaque volière dispose d’un sol en terre, re-
couvert de lierre. Des branches et des troncs
ont été assemblés pour former des parcours
en hauteur.

A l’arrière de cette série de volière se trouve
également le bâtiment de nuit des différentes
espèces. La première volière de cette allée,
située à l’angle du bâtiment, est consacrée à
des douroucoulis d’Azara (Aotus azarai).



Flèche

Le visiteur emprunte alors le sentier secon-
daire pour border une volière occupée par des
tamarins pinchés (Saguinus oedipus). Des
callimicos de Goeldi (Callimico goeldii) vivent
dans la troisième volière de cette allée. Une
quatrième espèce de tamarin, le tamarin à mains
rousses (Saguinus midas) s’ébat dans la quat-
rième volière de cette allée, plus lumineuse que
les précédentes.

La cinquième volière est pour sa part plus
végétalisée que les précédentes et les
pousses de charmes sont relativement
nombreuses. Une famille de ouistitis
pygmés (Cebuella pygmaea) y évolue.


Exemple d'une volière pour ouistitis
Exemple d'une volière pour ouistitis - septembre 2014
Exemple d'une volière pour ouistitis
Exemple d'une volière pour ouistitis - septembre 2014

La dernière volière de cette rangée est oc-

cupée par des tamarins lions à tête dorée
(Leontopithecus chrysomelas).

Le sentier secondaire débouche alors sur
l’allée principale qui partait de l’enclos des
phoques et du noctarium.

Là, sur la gauche, à l’extrémité de la rangée
de volières des petits singes, se trouve une
dernière structure au sol en sable, agrémen-
tée de quelques branches.


Cette volière est le lieu d’une cohabitation
originale entre des amazones à ailes oranges
ou amazones aourous (Amazona
amazonica
) et des cobayes domestiques
(Cavia porcellus).

A l’arrière de cette volière se dresse le bâ-
timent mitoyen aux volières, à l’intérieur
duquel se poursuit la visite. Avant d’y pé-
nétrer, on peut encore observer, sur la
droite, une volière agrémentée de nom-
breuses structures d’escalade en bois et
d’un sol en terre.
Cette dernière héberge des sakis à face
blanche (Pithecia pithecia).



Volière des sakis
Volière des sakis - septembre 2014



Flèche

Le visiteur entre alors dans la maison sud
américaine. A l’intérieur, le couloir de vi-
site dispose d’un sol recouvert d’écorces.

Sur la gauche de l’allée, des vitres permet-
tent de redécouvrir les volières extérieures
des petits singes, tandis que sur la droite
s’alignent plusieurs loges intérieures vitrées.

Au niveau du sas d’entrée de la maison se
trouvent les 2 premières loges. Celle la
plus à droite est carrelée, agrémentée de
plantes artificielles et de quelques troncs.
Elle héberge des boas constricteurs (Boa
constrictor
).


Loge typique des boas
Loge typique des boas - septembre 2014

Maison des ouistitis
Maison des ouistitis - septembre 2014

A côté des reptiles, la loge, au sol recou-

vert de sciure, dispose pour seuls aména-
gements, de quelques branches. Elle con-
stitue l’installation intérieure des sakis à
face blanche (Pithecia pithecia).

Le visiteur arrive dans la partie principale
de cette maison avec, sur la droite, un
premier vivarium disposant d’un bac en
eau, de quelques troncs entremélés et de
plantes vertes. Ce vivarium est le lieu de
vie de lézards caïmans (Dracaena
guianensis
).




Mitoyen aux reptiles, se dresse une autre

loge, agrémentée de troncs et de sciure au
sol. Cette loge est consacrée aux tamarins
pinchés (Saguinus oedipus), loge qu’ils
partagent avec des tatous à 3 bandes
(Tolypeutes matacus).

La famille de ouistitis pygmés (Cebuella
pygmaea
) peut s’abriter dans la loge qui
suit, comparable à celle des tamarins.


Intérieur typique pour callithricidés
Intérieur typique pour callithricidés - septembre 2014


Loge des nycticèbes
Loge des nycticèbes - septembre 2014
La loge qui suit est beaucoup plus sombre
que les précédentes et est traversée par
des parcours de branches. Cette loge est
le lieu de vie de tatous à 3 bandes
(Tolypeutes matacus) et de loris lents
(Nycticebus pygmaeus).

Dans le prolongement des loris, se dresse
le dernier vivarium de ce batiment su amé-
ricain. Cette loge au sol recouvert de ter-
reau, est creusée d’un petit bassin et agré-
mentée de quelques branches.
Elle est le lieu de vie d’iguanes rhinocéros
(Cyclura cornuta).



Flèche



Le visiteur ressort alors de cette maison

à l’arrière de la volière des douroucoulis.

Face à la sortie de la maison se dresse
une volière rectangulaire organisée autour
d’un grand arbre offrant de l’ombre à
l’édifice.
Des perchoirs en bois ont été disséminés
dans cette installation qui accueille des
aras à gorge bleue (Ara glaucogularis).


Volière des aras à gorge bleue
Volière des aras à gorge bleue - septembre 2014


Enclos des pumas
Enclos des pumas - septembre 2014


Le visiteur s’enfonce alors dans une jeune
charmille où les grands arbres se mêlent
aux jeunes pousses, l’ensemble se déve-
loppant de façon naturelle et sans inter-
vention humaine.

Sur la gauche, une parcelle de forêt a
été délimitée par un haut grillage percé
de quelques baies vitrées. De rares
amas de branches forment quelques
structures d’escalade en bois l’ensem-
ble étant consacré à des pumas
(Puma concolor).


Le visiteur contourne alors cet enclos, puis
découvre, sur sa droite, face aux félins,
une autre volière au sol recouvert de gravier,
agrémentée d’un bassin et de quelques ar-
bres.

Cette volière voit cohabiter des ibis rouges
(Eudocimus ruber) avec des sarcelles à
ailes bleues (Anas cyanoptera), des pilets
des Bahamas (Anas bahamensis) et des
siffleurs du Chili (Anas sibilatrix).

A l’extrémité de l’enclos des pumas, se
trouve un bâtiment de forme rectangulaire,
jouxté par un sentier pavé.
Volière sud américaine
Volière sud américaine - septembre 2014



Flèche

Nous allons nous diriger sur ce chemin secon-
daire, pour longer un ensemble de loges in-
térieures vitrées. Les deux premières vitres
nous permettent d’admirer un enclos relati-
vement haut, agrémenté de multiples troncs
et branches.

De la sciure recouvre le sol. Cette loge est le
lieu de vie de tamanduas jaunes (Tamandua
tetradactyla nigra
).

La baie vitrée qui suit s’ouvre sur un bassin
intérieur de taille moyenne, ce dernier est
relié à la dernière loge de ce couloir, relati-
vement vaste, au sol recouvert de foin et
de paille.


Loge des tamanduas
Loge des tamanduas - septembre 2014
Loge des tapirs, fourmiliers et paresseux
Loge des tapirs, fourmiliers et paresseux - septembre 2014

Cette dernière est le lieu d’une cohabitation

entre des tapirs terrestres (Tapirus
terrestris
) et des fourmiliers
(Myrmecophaga tetradactyla).

Au niveau du plafond de la loge des tapirs,
ont été fixées plusieurs branches horizontales
formant un parcours en hauteur. Ce parcours
est consacré à des paresseux didactyles
(Choloepus didactylus).

L’allée couverte tourne alors à angle droit,
pour longer la seconde aile de ce bâtiment.



Là encore, on pourra observer, sur la droite,

une succession de loges intérieures. Toutes
peuvent être reliées par des trappes.

La première loge de cette allée est agré-
mentée de troncs et consacrée à des atèles
noirs de Colombie (Ateles fusciceps
robustus
).
La seconde loge, comparable à celle des
atèles, accueille une petite famille de saïmiris
à casque noir (Saimiri boliviensis).


Loge des saimiris et fourmiliers
Loge des saimiris et fourmiliers - septembre 2014


Volière extérieure des paresseux
Volière extérieure des paresseux - septembre 2014


Enfin, la troisième et dernière loge est légè-

rement plus grande, au sol recouvert de
foin et agrémentée de branches, présente
une cohabitation entre les atèles (Ateles
fusciceps robustus
) et les fourmiliers
(Myrmecophaga tetradactyla).

Sur la gauche de cette allée, face aux loges
intérieures, se trouve le pré parc de l’enclos
des tapirs terrestres (Tapirus terrestris).



Flèche

Ces perissodactyles bénéficient d’un espace
forestier au sol en herbe. Au bout de cette
allée, une dernière vitre s’ouvre sur une vaste
volière.

Cette dernière au sol naturel, est traversée
de part et d’autres par de nombreuses bran-
ches. De jeunes pousses apportent un peu de
verdure à cette volière consacrée aux pares-
seux et aux fourmiliers.

Le visiteur revient alors sur ses pas jusqu’à la
volière des ibis, pour continuer la visite sur la
gauche.


Volière des saimiris
Volière des saimiris - septembre 2014


Pré parc des tapirs
Pré parc des tapirs - septembre 2014

A l’extrémité de la maison des fourmiliers, se

dresse une autre volière, dont l’arrière est
commun à la volière des fourmiliers. Cette
seconde structure est aménagée de la même
façon que sa voisine et offre un accès ex-
térieur aux saïmiris, aux atèles ainsi qu’à des
agoutis dorés (Dasyprocta leporina).

Le chemin nous conduit alors dans les profon-
deurs de la forêt. Sur la gauche se trouve un
enclos naturel, bien végétalisé, creusé d’un
bassin et agrémenté de quelques graminées.


Ce dernier présente une colonie de chiens des
buissons (Speothos venaticus). Face à car-
nivores, ombragée par de grands arbres, se
dresse une vaste volière accolée à un bâtiment
de briques rouges.

Cette volière est divisée en 2 sections. La
première, la plus volumineuse, dispose d’un
sol en terre, dénudé de végétation. Des amas
de cailloux mettent un peu de relief à l’édifice
et quelques branches ont été placées en hau-
teur offrant diverses possibilités de perchoirs
aux aras araraunas (Ara ararauna) et aux
aras chloroptères (Ara chloroptera) évoluant
à ce niveau.


Enclos des chiens des buissons
Enclos des chiens des buissons - septembre 2014
Volière des aras
Volière des aras - septembre 2014





La seconde partie de la volière est plus om-

bragée et les enchevêtrements de branches
sont plus nombreux. Cette partie est consa-
crée à des singes hurleurs noirs (Alouatta
cayana
).



Flèche



Le sentier s’enfonce alors encore plus dans la

forêt, encercle l’installation des chiens des
buissons, pour ensuite faire face à une volière
de grande taille, creusée d’un bassin, agré-
mentée de nombreuses pousses de charme.

Des troncs horizontaux relient les différents
arbres adultes de cette volière occupée par
des jaguars (Panthera onca).


Enclos des jaguars
Enclos des jaguars - septembre 2014


Enclos des coatis
Enclos des coatis - septembre 2014


Plusieurs points de vision vitrés entourent
cette volière. La visite continue alors au
cœur de la forêt. Sur la droite, une jeune
charmille laissant pénétrer la lumière dans
les sous bois, a été entouré d’une cloture
métallique.

Là encore, des branches ont été disposées de
sorte à recréer un parcours d’escalade en bois.

Des cabanes en bois placées en hauteur com-
plètent les aménagements destinés à un impor-
tant groupe de coatis à queue annelée (Nasua
nasua
).



Le sentier de visite est alors traversé par un

sas grillagé laissé à l’abandon mais témoi-
gnant de la présence d’un ancien enclos de
contact installé au cœur de la forêt.

Plus loin, le sentier longe alors un enclos en
terre, situé sur la droite de l’allée. Ce dernier
dispose pour seuls aménagements de quel-
ques grands et hauts arbres.

Le sol est retourné par la famille de pécaris à
collier (Pecari tajacu) présentée à ce niveau.
Enclos des pécaris à collier
Enclos des pécaris à collier  -  septembre 2014



Flèche

Après avoir silloné au milieu de la zone boisée,
le visiteur aperçoit alors une plaine enherbée et
revient vers une vaste prairie organisée autour
d’un grand lac.

Quelques arbres ainsi que des saules agrémen-
tent les berges de cette vaste zone maréca-
geuse constituant l’enclos principal des tapirs
terrestres (Tapirus terrestris).

Ces mammifères cohabitent ici avec des
chèvres naines (Capra hircus), des ci-
gognes blanches (Ciconia ciconia) et
des pélicans blancs (Pelecanus
onocrotalus
).


Plaine des tapirs
Plaine des tapirs - septembre 2014
Plaine des alpagas
Plaine des alpagas - septembre 2014
Le visiteur contourne alors cette vaste
prairie. A l’extrémité de l’enclos des tapirs,
on pourra observer 2 autres étendues her-
beuses entourées de fils électriques discrets.

Celle accolée à la plaine des tapirs est le
lieu de vie d’alpagas (Lama paco), tandis
que celle située sur la droite de l’allée de
visite est consacrée à des lamas (Lama
glama
).

Le chemin fait alors une boucle autour de la
plaine des alpagas, pour revenir sur un sen-
tier parallèle au précédent.


A ce niveau, un petit enclos a été installé sur
la droite. Légèrement vallonnée, cette éten-
due d’herbe est le lieu de vie de nandus
(Rhea americana), de guanacos (Lama
guanicoe
) et de maras (Dolichotis
patagonum
).

En continuant sur cette allée, le visiteur
retrouve, sur la gauche, la plaine des tapirs.

Sur la droite, un petit parcours en herbe
agrémenté de cabanes en bois est occupé
par des cobayes domestiques (Cavia
porcellus
).


Enclos des cobayes
Enclos des cobayes - septembre 2014


Enclos des nandous
Enclos des nandous - septembre 2014


En terminant la grande boucle autour de
l’étang des tapirs, le visiteur découvre, sur
la droite, un enclos en herbe relativement
vaste, ombragé par de nombreux arbres.

Cette plaine voit cohabiter des nandous de
Darwin (Pterocnemia pennata) et des
vigognes (Vicugna vicugna).

Le visiteur laisse alors de côté ces dif-
férentes plaines en herbe, pour contour-
ner un dernier enclos agrémenté d’herbe
de la pampa et de quelques saules.
Cet enclos est le lieu de vie de loups à
crinière (Chrysocyon brachyurus).
Plaine des tapirs et des pélicans
Plaine des tapirs et des pélicans - septembre 2014
Enclos des loups à crinière
Enclos des loups à crinière - septembre 2014



Flèche



Après avoir découvert cette pampa sud

américaine, le visiteur revient vers la zone
boisée du parc.

Là, à l’ombre de grands abres, se dres-
sent 2 volières contigues. Ces structures
sont agrémentées de nombreux perchoirs
en bois et accueillent des aras macaos
(Ara macao).


Volière des aras
Volière des aras - septembre 2014


Lac des tapirs
Lac des tapirs - septembre 2014


Le visiteur retombe alors au niveau du

carrefour bordant les volières des tama-
rins puis du premier bâtiment des callit-
hricidés et de l’allée principale longeant
l’enclos des tortues sillonées
(Geochelone sulcata).

A ce niveau, nous allons bifurquer sur la
gauche pour laisser derrière nous l’en-
clos des tortues, et longer, sur la gauche,
une série de volières de taille moyenne.



La première volière dispose d’un sol en

grit, est traversée par de nombreuses
branches et agrémentée de « jouets » en
plastiques. Des aras hyacinthes
(Anadorhynchus hyacinthinus) y
évoluent.

La seconde volière est légèrement plus
volumineuse, creusée d’un discret bas-
sin et agrémentée de nombreuses
branches et de quelques pousses vertes.


Volière des aras hyacynthes
Volière des aras hyacynthes - septembre 2014


Volière des kéas
Volière des kéas - septembre 2014

Un groupe de kéas (
Nestor notabilis)
y évolue.

Le visiteur retrouve alors la volière des
amazones à ailes oranges (Amazona
amazonica
), puis celle des sakis à face
blanche (Pithecia pithecia), pour
continuer sur l’allée principale.

Nous allons alors quitter le secteur sud
américain pour gagner la zone asiatique
du zoo.



Flèche



Sur la droite du sentier, se trouve l’école

du zoo, un grand centre pédagogique dé-
dié aux jeunes visiteurs. Mitoyen à cette
salle se trouve une première île à l’herbe
haute, plantée de quelques arbres et agré-
mentée de cordes.

Cette île héberge des macaques à queue
de lion (Macaca silenus).


Ile des macaques à queue de lion
Ile des macaques à queue de lion - septembre 2014


Ile des gibbons
Ile des gibbons - septembre 2014


Toujours sur la droite séparée des ma-

caques par le fossé en eau, se trouve une
seconde île rectangulaire, où poussent de
hauts arbres. Ces arbres sont reliés entre
eux par des cordes et d’autres branches.
Elle accueille des gibbons à favoris jaunes
(Nomascus gabriellae), qui peuvent
évoluer en hauteur.

A l’arrière de l’île se dresse un grand
bâtiment dans lequel se poursuit la visite.


De larges baies vitrées permettent d’ob-
server les loges intérieures des gibbons.
Ces dernières sont peu larges mais très
hautes et longues et parcourues de cor-
dages.

Des écorces recouvrent le sol et quelques
structures en bois complètent les aména-
gements. Sur la droite de la loge des gib-
bons, une petite volière intérieure a été
construite et plantée de fougères et de
branchages. Des tupais (Tupaia
belangeri
) y sont présentés.


Volière des tupais
Volière des tupais - septembre 2014


Volière des panthères nébuleuses
Volière des panthères nébuleuses - septembre 2014


Le visiteur longe alors la loge intérieure des
gibbons, pour arriver à l’extrémité du bâti-
ment asiatique où un bureau d’explorateur
a été recréé.

A ce niveau, une vitre s’ouvre sur 2 loges
intérieures agrémentées de structures d’es-
calade en bois.
Ces loges peuvent être mises en commun
par le biais de trappe et sont reliées à une
volière extérieure densément végétalisée,
plantées de massifs de bambous.
Ce complexe est le lieu de vie de panthères
nébuleuses (Neofelis nebulosa).
Bureau de l'explorateur
Bureau de l'explorateur - septembre 2014
Loge intérieure des panthères
Loge intérieure des panthères - septembre 2014



Flèche



Le visiteur ressort alors de la maison asiatique

et découvre, sur la droite, une autre volière de
grande taille, densément plantée et agrémentée
de structures d’escalade en bois.
Cette dernière est le lieu de vie de binturongs
(Arctictis binturong).

Le visiteur poursuit à la sa visite pour retrouver
le bâtiment en brique rouge que nous avions
aperçu à l’arrière de la volière des aras chloro-
ptères.


Volière des binturongs
Volière des binturongs - septembre 2014


Loge intérieure des aras
Loge intérieure des aras - septembre 2014

Une porte nous permet d’entrer dans ce bâti-

ment et de découvrir les loges intérieures de
ces perroquets ainsi que celle des singes hur-
leures. Toutes ces loges disposent d’un sol
en sciures et sont agrémentée de branches et
de troncs.

Le visiteur retrouve alors sur l’allée principale
qui se termine en cul de sac, puis revient sur
ses pas pour repasser devant les callithricidés,
les phoques, les géladas, les lions, les girafes,
les gloutons et quitter le zoo.



Flèche

En conclusion, le zoo de Szeged est un parc
de taille moyenne, disposant d’un cadre na-
turel bien utilisé dans les diverses installations.

Les enclos naturels et de grande taille contra-
ste fortement avec les cages relativement an-
ciennes qui présentent certains oiseaux. La
collection reste relativement classique bien
qu’on puisse y découvrir quelques espèces
rares.
Spréo unicolore
Spréo unicolore -  septembre 2014


Copyright ©  -  2007-2022  -  J. Bordonné  - Tous droits réservés