Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde   |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |   Mes visites    |     Liens


Zoo de Dortmund


Zoo de Dortmund
Mergelteichstrasse 80
44225 Dortmund
Allemagne

Tel: +49 (0)2 31 50 28 581
Fax: +49 (0)2 31 71 21 75

www.zoo.dortmund.de

Logo zoo de Dortmund


Je tiens à remercier Manon qui m'a accompagné et aidé pour la prise des photo  lors de ma visite, ainsi qu'Ilona Schappert, pour son accueil et l'ensemble des informations qu'elle m'a fourni.

Ma visite : 08 mai 2010; 23 avril 2011
Mise en ligne : 30 mai 2010
Mise à jour : 14 mai 2011


Le zoo de Dortmund est un parc de taille moyenne, situé à la périphérie de la ville du même nom. Il représente un véritable espace vert et permet au visiteur de voyager à travers différents continents. Le parc est connu, au niveau international, pour sa spécialisation dans la présentation et l'élevage des espèces sud américaines qui occupent une place importante dans la collection, tant du point de vue des carnivores que de celui des édentés ou autres ongulés.
Le parc possède d'ailleurs une importante colonie de fourmiliers dont il coordonne l'élevage européen.
Les maisons intérieures des animaux sont toutes conçues sur la base d'un octogone et sont caractéristiques du parc.



Tamandua
Tamandua - mai 2010



Horaires d'ouverture 2010
Tarifs d'entrée 2010
Le lac des anatidés et la serre tropicale
Les petits singes, les ongulés, les fauves et l'Australie
Les girafes, la plaine africaine et les rhinocéros
La zone sud américaine
Les panthères, le complexe aquatique et les volières
La maison Ruhman Hutan
La mini ferme et les rapaces
Conclusion

Plan du zoo



Flèche

Horaires d'ouverture 2010 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)








Du 16 mars au 15 octobre :                           de 9h00 à 18h30
Du 01 au 15 mars et du 16 au 30 octobre :    de 9h00 à 17h30
Du 01 novembre au 28 février :                      de 9h00 à 16h30

Derniers billets vendus  30 minutes avant la fermeture du zoo.
Ocelot
Ocelot - mai 2010



Flèche

Tarifs d'entrée 2010 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Mangoustes fauves
Mangoustes fauves - mai 2010




Ticket journalier:

     Adulte :              7,50 €
     Tarifs réduits :    4,00 €
     Tarifs résidents:  2,00 €

Tarifs groupes (plus de 10 personnes):
     Adulte :              6,00 €
     Tarifs réduits :    3,50 €
  
Ticket annuel:
     Adulte :              45,00 €
     Tarifs réduits :    24,00 €
     Tarifs résidents:  12,00 €



Flèche

Présentation du parc


La visite du zoo de Dortmund commence par une grande entrée, en arc de
cercle, au niveau de laquelle le visiteur acquite son droit d'entrée. Dès
l'entrée franchie, le visiteur plonge dans un grand jardin et se dirige vers un
grand lac central, sur lequel évoluent de nombreuses espèces d'oiseaux
d'eau. Avant d'arriver au lac, sur la droite, une petite volière est le lieu de
vie d'un couple de civettes palmistes masquées (Paguma larvata), seuls
représentants de leur espèce en Europe.
On peut y observer des cygnes à col noir (Cygnus melanocorypha),
des bernaches du Canada (Branta canadensis), des bernaches des Andes
(Chloephaga melanopetra), des oies d'Egypte (Alopochen aegyptiaca),
des canards mandarins (Aix galericulata), des canards carolins (Aix
sponsa
), des nettes rousses (Netta rufina), des fuligules nycoras (Aythya
nyroca), des fuligules milouins (Aythya ferina), des fuligules morillons
(Aythya fuligulla), des canards colverts (Anas platyrhynchos), des sif-
fleurs du Chili (Anas sibilatrix), des nettes peposacas (Netta peposaca),
des garrots à oeil d'or (Bucephala clangula), des hérons cendrés (Ardea
cinerea), des foulques macroules (Fulicula atra), des poules d'eau
(Gallinula chloropus), des cigognes blanches (Ciconia ciconia) et des
mouettes rieuses (Larus ridibundus). Le visiteur longe alors le lac pour
arriver au niveau d'une plage de terre où il peut observer la colonie de
flamants roses du zoo. Celle-ci  se compose de flamants rouges
(Phoenicopterus ruber) et de flamants du Chili (Phoenicopterus
chilensis
). La suite de la visite conduit le visiteur dans le premier
bâtiment du zoo.







Lac des flamants roses
Lac des flamants roses - mai 2010
Aquarium et zone des oiseaux dans la serre
Aquarium et zone des oiseaux dans la serre - mai 2010
Celui-ci constitue la serre tropicale du parc et s'élève sur trois étages. Au
niveau du rez de chaussée, le visiteur peut observer une rangée d'aquariums
et de terrariums. Le premier terrarium, au sol en terre, et planté de quelques
végétaux, est occupé par des tortues charbonnières à pattes jaunes
(Geochelone denticulata), le second aquarium est occupé par des scalaires
(Pterophyllum altum), des ancistrus (Ancistrus dolichopterus) et des
néons noirs (Nematobrycon palmeri), un groupe de veuves noires
(Gymnocorymbus ternetzi) est présenté dans le troisième terrarium. Un
autre bac est le lieu de vie de piranhas (Pygocentrus nattereri), alors
que le dernier aquarium accueille une cohabitation entre des anostomus rayés
(Anostomus anostomus), des silures aiguielles (Farlowella gracilis), des
discus (Symphysodon aequifasciatus), des fantômes rouges
(Magalamphodus sweglesi), des cardinalis (Paracheirodon axelrodi), des
nez rouges (Hemigrammus bleheri) et des poissons crayons (Nannostomus
harrisoni
).
Au bout de la rangée des aquariums, une zone densémment végétalisée, dispo-
sant d'un bassin, est également le lieu de vie de râles ypecahas (Aramides
ypecaha), de troupiales à tête rouge (Amblyramphus holosericeus) et
d'amazonettes du Brésil (Amazonetta brasiliensis). Ces oiseaux peuvent
évoluer librement dans toute la serre.


Aquarium dans la serre
Aquarium dans la serre - mai 2010
Serre tropicale
Serre tropicale - mai 2010





Civette palmiste
Civette palmiste - avril 2011
Civette palmiste
Civette palmiste - avril 2011


Enclos des civettes palmistes
Enclos des civettes palmistes - avril 2011


La rivière parcourant cette zone se jette dans un bassin-aquarium occupé
par des raies (Potamotrygon motoro), des dollars argentés (Metynnis
argenteus
) et des leporinus à bandes (Leporinus fasciatus). Le visiteur
emprunte alors un escalier pour gagner le premier étage consacré au reptiles.
Une premier terrarium est le lieu de présentation de tortues charbonnières
à pattes jaunes (Geochelone denticulata). Des serpents ratiers rayés oc-
cupent le second terrarium. On arrive alors au niveau de deux grands viva-
riums, composés d'une plage bétonnée, et d'un grand bassin avec vision sous
marine. Le premier est le lieu de cohabitation de tortues tatarugas
(Podocnemis expansa), de boas constricteurs (Boa constrictor) et d'ana-
condas (Eunectes murinus). Le second vivarium est le lieu de vie de caï-
mans de Schneider (Paleosuchus trigonatus). Avant d'emprunter un escalier
qui nous mène au troisième étage, on découvre un dernier petit
terrarium; lieu de vie de mygales de Leblond (Teraphosa blondi).
Le visiteur gagne alors le dernier étage où l'on découvre une première volière,
au sol naturel, agrémentée de cordages et de branchages. Des oustitis pygmés
(Callithrix pygmaea) et des accouchis de Pratt (Myoprocta pratti) sont
présentés dans cette installation.



Terrarium des caïmans
Terrarium des caïmans - mai 2010
Tronc de la mygale
Tronc de la mygale - mai 2010


A ce niveau de la serre tropicale, on découvre également d'autres terrariums qui
hébergent, pour le premier, des boas de Cook (Corallus hortulanus), pour le
second des crapauds buffles (Bufo marinus). En face de ces deux bacs, une
installation, composée de deux vivariums superposés, accueillent des blattes
(Blaberus craniifer) et des mygales de Campbridge (Psalmopoeus cambridgei)
pour le second. Un autre terrarium est composé de deux niveaux, reliés par un tuyau.
En face des couleuvres, deux autres vivariums accueillent des petits geckos
asiatiques (Hemidactylus frenatus) et des anolis de Caroline (Anolis
carolinensis
). A coté des lézards, un autre terrarium est le lieu de vie de boas
arc en ciel (Epicartes cenchria maurus), alors que des boas constricteurs
(Boa constrictor imperator) occupent le dernier terrarium de cet étage.
Un tronc, percé d'une vitre, est le lieu de présentation d'une mygale de  Leblond
(Teraphosa blondi). En face de la mygale, une dernière volière, agrémentée de
cordages et de branchages, est le lieu de vie d'un groupe de tamarins empereurs
(Saguinus imperator).
Enfin, à ce niveau, le visiteur peut également observer des iguanes verts (Iguana
iguana), des cailles des blés (Coturnix coturnix coturnix), des troupials guiras
(Pseudoleistes guirahuro), des tirans quivis (Pitangus lictor) et des sicales
boutons d'or (Sicalis flaveola). Le visiteur ressort alors de la serre tropicale.


Intérieur de la serre tropicale
Intérieur de la serre tropicale - mai 2010
Volière des tamarins
Volière des tamarins - mai 2010



Flèche

Accolé à la serre, on peut voir,  à  gauche de la sortie, la volière
extérieuredes tamarins empereurs et , sur la droite, celle des ouistitis
pygmés. En face de la sortie, on peut observer une autre volière,
densément végétalisée, dans laquelle évolue une famille de sakis à
face blanche (Pithecia pithecia pithecia) qui cohabite avec des
agoutis dorés (Dasyprocta aguti). Le visiteur se dirige alors vers
les loges intérieures de ces animaux, visibles à travers une baie
vitrée. A coté des sakis, une nouvelle loge , adossée à une volière,
est occupée par une tribu de saïmiris (Saïmiri sciureus).
Le visiteur arrive alors à  la grande aire de jeux du zoo,
au niveau de laquelle il emprunte le chemin de droite, longeant une
vaste prairie, au milieu de laquelle se trouve un bosquet de conifères.
Des chevreuils (Capreolus capreolus) et des grues cendrées
(Grus grus) cohabitent dans cette installation de grande taille.
En face de la prairie des chevreuils, un chemin longe une rangée de
volières densément végétalisées.


Volière extérieure des sakis
Volière extérieure des sakis - mai 2010
Maison des fauves
Maison des fauves - mai 2010
La première est occupée par un couple de calaos papous (Aceros plicatus), la
seconde est le lieu de vie de grands hoccos (Crax rubra rubra), la troisième
héberge des perruches de Patagonie (Cyanolyseus patagonus) et la dernière
accueille des conures veuves (Myiopsitta monachus).
En poursuivant sur ce sentier, le visiteur longe deux enclos et une loge intérieure sur
la droite, consacrée aux tigres. Deux sous-espèces cohabitent dans le même en-
clos à savoir un tigre de Sumatra (Panthera tigris sumatrensis) et un tigre de
Malaisie (Panthera tigris malayensis), sous-espèces  très peu courantes  en cap-
tivité.
L'enclos, situé sur la gauche, est ,pour sa part,  à ciel ouvert, de type forestier et
occupé par des chiens des buissons (Speothos venaticus). Le visiteur entre
alors dans la maison des fauves, où l'on peut voir, sur la droite, les loges intérieures
des tigres et, sur la gauche, deux loges consacrées aux lions (Panthera leo).
En sortant de la maison, le visiteur peut observer, sur la droite, le plateau extérieur
des lions, séparé par un fossé en eau et, sur la gauche de la maison, le long du
chemin par lequel se poursuit la visite, l'enclos extérieur des tigres.


Volière des calaos
Volière des calaos - mai 2010
Enclos des chiens des buissons
Enclos des chiens des buissons - mai 2010


En face des tigres, on trouve un complexe de trois enclos, au sol en
terre, enclos qui peuvent être divisés ou regroupés. Les deux pre-
miers, reliés entre eux, accueillent une cohabitation d'herbivores
asiatiques. On peut y observer des antilopes cervicapres (Antilope
cervicapra), des nilgauts (Boselaphus tragocamelus) et des cerfs
axis (Axis axis). Le troisième enclos, rénové récemment, héberge
des gaurs (Bos gaurus). Le visiteur arrive alors au niveau d'un car-
refour. Sur la droite, on découvre un enclos rappelant l'architecture
chinoise, au sein duquel est présenté un couple de petits pandas
(Ailurus fulgens),et  en face duquel on retrouve la prairie des che-
vreuils.
Sur la gauche, une autre plaine est consacrée à la faune australienne.
On peut y observer des kangourous roux (Macropus rufus), des
émeus (Dromaius novaehollandiae) et des grues antigones (Grus
antigone). A coté des grues, une nouvelle volière octogonale est
occupée par des cacatoès rosalbins (Eolophus roseicapillus), des
perruches royales (Alisterus chloropterus), des perruches calop-
sites (Nymphicus hollandicus), des perruches ondulées
(Melopsittacus undulatus), des colombines turverts (Chalcophaps
indica), des colombes wongas (Leucosarcia melanoleuca), des
colombes lophotes (Ocyophaps lophotes) et des martins chasseurs
géants (Dacelo novaeguinae).





Enclos des petits pandas
Enclos des petits pandas - mai 2010



Volières des aras
Volières des aras - mai 2010
Une allée, bifurquant sur la droite, permet de longer une nouvelle série de
volières. L'ensemble de ces installations dispose d'un sol en sable. Elles sont
plantées de quelques arbustes, et agrémentées d'un petit bassin. La pre-
mière est le lieu de vie de kéas (Nestor notabilis), la seconde héberge
des grands eclectus (Eclectus roratus polychloros) et des gouras de
Scheepmaker (Goura scheepmakeri), la troisième est le lieu de vie de ti-
namous tatupas (Crypturellus tataupa) et d'amazones à diadème
(Amazona autumnalis lilacina). Des aras hyacynthes (Anadorhynchus
hyacinthus
) occupent la volière suivante, alors que les trois dernières
sont occupées, respectivement, par des aras de Lafresnayes (Ara
rubrogenys), par des cobayes (Cavia aparea) et par des conures soleil
(Aratinga guarouba).
Le visiteur revient alors au niveau du sentier principal, qui longe la plaine
australienne, pour poursuivre le long du bâtiment de nuit des gaurs et des
ongulés asiatiques, bordé par une zone de travaux en vue de rénover l'an-
cien enclos des gaurs. En face de cette zone de travaux, on retrouve deux
enclos naturels, au sol en terre, consacrés à deux espèces de cervidés : des
cerfs d'Europe (Cervus elaphus) pour le premier et des rennes
(Rangifer tarandus) pour le second. Le visiteur entre alors dans la zone
consacrée à l'Asie.


Enclos extérieur des tigres
Enclos extérieur des tigres - mai 2010
Enclos des cerfs axis
Enclos des cerfs axis - mai 2010


Enclos australien
Enclos australien - mai 2010
Volière australienne
Volière australienne - mai 2010



Flèche

Le visiteur arrive alors au niveau d'une enclos au sein duquel se dresse
deux bosquets de faux acacias. Cette plaine en sable est occupée par
le groupe de girafes d'Angola (Giraffa camelopardalis angolensis),
sous-espèce  très peu courante en captivité. Les girafes cohabitent
avec un couple de calaos d'Abyssinie (Bucorvus abyssinicus).
En face des girafes, on peut observer, sur un grand lac, deux îles reliées
entre elles par des cordages et des branchages. Cette installation, bien
qu'intégrée à la zone africaine, est occupée par un groupe familial de
siamangs (Hylobates syndactylus), des singes originaire d'Asie du
Sud Est.
La suite de la visite nous conduit à emprunter le sentier situé entre
l'enclos des girafes et celui des rennes, pour gagner le bâtiment de nuit
de ces grands mammifères. Avant d'entrer dans la maison des girafes,
un enclos en sable, séparé du visiteur par des baies vitrées, est le lieu de
vie de mangoustes fauves (Cynictis penicillata).


Enclos des girafes
Enclos des girafes - mai 2010


Enclos des lycaons
Enclos des lycaons - mai 2010
Le visiteur entre alors dans la maison des girafes où l'on peut observer les
3 boxes consacrés à ces animaux, mais également les loges de nuit des
mangoustes et celles des suricates (Suricatta suricatta). Ceux-ci disposent
également d'un enclos extérieur en sable, visible à la sortie de la maison
des girafes.
Il est à noter qu'à l'arrière du bâtiment des girafes, de l'enclos des rennes
et de celui des cerfs, une grande prairie, non visible du public, est entre-
tenue par un groupe de lamas (Lama paco).
En quittant la maison des girafes, le visiteur longe à nouveau leur enclos,
et  peut voir, sur la gauche, derrière un grillage à grandes mailles, un
enclos, de type forestier, occupé par une meute de lycaons (Lycaon
pictus).
En face des lycaons, on découvre une autre plaine africaine de grande
taille, qui peut être divisée en plusieurs enclos, et qui se compose d'une
zone sableuse, d'une zone en herbe et d'un bassin. Diverses espèces
d'ongulés africains sont présentés dans cette installation. On peut ainsi y
observer des élands du Cap (Taurotragus oryx), des hippotragues
rouannes (Hippotragus equinus) et des zèbres de Grant (Equus burchelli
boehmi).


Ile des siamangs
Ile des siamangs - mai 2010
Enclos des mangoustes fauves
Enclos des mangoustes fauves - mai 2010


Loges des girafes
Loges des girafes - mai 2010
Plaine africaine
Plaine africaine - mai 2010


Le visiteur poursuit sa visite, tout en longeant la plaine africaine. En face
de la zone herbeuse, et à l'extrémité de l'enclos des lycaons, se trouve
deux volières, séparées l'une de l'autre par un bâtiment dont l'intérieur
est visible à travers des baies vitrées, et qui accueille les loges de nuit
des deux espèces présentées à ce niveau. Le premier enclos en sable,
planté de quelques plantes grasses,  héberge des otocyons (Octocyon
megalotis
) alors que le second, plus végétalisé, est occupé par des
servals (Felis serval).
Le visiteur continue de longer la plaine africaine avant d'arriver au niveau
de l'entrée secondaire du zoo, et de faire face à une autre  plaine en
sable, séparée du sentier de visite par de larges barrières. Cet enclos est
consacré à la présentation de rhinocéros blancs du Sud (Ceratotherium
simum simum).
La visite se poursuit alors dans le premier bâtiment octogonal du zoo. Celui-ci
abrite les loges intérieures des rhinocéros. Quatre loges sont consacrées
aux deux couples présentés à Dortmund. En ressortant de la maison, le
visiteur découvre deux nouveau plateaux sableux qui terminent le com-
plexe des rhinocéros.



Loge des otocyons
Loge des otocyons - mai 2010

Plaine des poudous et des fourmiliers
Plaine des poudous et des fourmiliers - mai 2010
En face du dernier enclos des rhinocéros, on peut observer le point d'eau de
la plaine africaine, sur lequel s'ébattent des cormorans (Phalacrocorax carbo),
consacrés comme  Oiseaux de l'Année 2010 par le zoo de Dortmund. C'est
avec cet enclos que se termine la zone africaine du parc, bien que le chemin de
visite continue de longer l'enclos des zèbres et des antilopes. En poursuivant sur
le sentier principal, le visiteur découvre, sur la droite, un enclos enherbé,  planté
de bambous, et agrémenté de racines, troncs et d'un point d'eau. Cet enclos
est le lieu d'une cohabitation originale entre des poudous (Pudu pudu), des
fourmiliers (Myrmecophaga tridactyla), espèce phare du zoo, et des sarcelles
cannelles (Anas cyanoptera).
A coté des fourmiliers, une maison, à laquelle sont adossées deux volières de
petite taille, constitue l'installation des jaguars (Panthera onca). En poursuivant
sur ce sentier, le visiteur revient à  l'enclos des lions. La suite de la visite
nous conduit à revenir sur nos pas, pour bifurquer vers la gauche, après l'enclos
des fourmiliers.
Nous entrons alors dans la zone  consacrée à l'Amérique du Sud.


Maison des rhinocéros
Maison des rhinocéros - mai 2010
Enclos des rhinocéros
Enclos des rhinocéros - mai 2010


Enclos des otocyons
Enclos des otocyons - mai 2010
Bassin de la plaine africaine
Bassin de la plaine africaine - mai 2010


Volière des jaguars
Cage des jaguars - mai 2010
Enclos extérieur des tamanduas
Enclos extérieur des tamanduas - mai 2010






Mise à jour suite à ma visite du 23 mai 2011:


L'enclos secondaire des rhinocéros a été réduit en terme de taille, de
sorte à offrir une installation en sable, plantée d'herbe et agrémentée
de bosquets de bambous, pour accueillir une cohabitation entre des
cigognes blanches (Ciconia ciconia) et des céphalophes rouges
(Cephalophus natalensis).
Enclos des céphalophes
Enclos des céphalophes - avril 2011



Flèche

Mitoyen à la plaine des fourmilier, un petit enclos au sol en sable, agré-
menté de troncs d'arbres, est occupé par une autre espèce peu courante
en captivité et dans laquelle le zoo de Dortmund s'est spécialisée, à
savoir le tamanduas (Tamandua mexicana). La suite de la visite se
poursuit  dans la seconde maison octogonale du zoo de Dortmund.
Un cercle, organisé autour du pilier central, permet au visiteur d'ob-
server les 8 loges intérieures. La première est occupée par des tatous
à 6 bandes (Euphractus sexcinctus), la seconde est le lieu de coha-
bitation de tamanduas (Tamandua mexicana) et de ouistitis de
Goeldi (Callimico goeldi). Ces animaux ont également accès à une
volière extérieure, visible en sortant par une porte unique, située entre
deux loges. Des cranes d'édentés sont également présentés à ce
niveau. Les trois loges suivantes sont occupées par des fourmiliers
(Myrmecophaga tridactyla) et des paresseux (Choleopus
didactylus
). Enfin, la dernière loge est  occupée par des tamanduas
(Tamandua mexicana). Au niveau du toit, un parcours de
branches est le lieu d'évolution de paresseux (Choleopus didactylus).
Le visiteur ressort alors de la maison des fourmiliers, et découvre, sur
la droite du sentier, deux autres plaines en herbe.





Maison sud américaine
Maison sud américaine - mai 2010


Enclos des loups à crinière
Enclos des loups à crinière - mai 2010
La première, de grande taille, est le lieu d'une cohabitaion entre des tapirs
terrestres (Tapirus terrestris), des capybaras (Hydrochaerus
hydrochaeris
), des kamichis à collier (Chauna torquata), des poudous
(Pudu pudu) et des fourmiliers (Myrmecophaga tridactyla).
Jouxtant cette plaine sud américaine, un enclos forestier est occupé par
des loups à crinière (Chrysocyon brachyurus).
Le visiteur revient à  l'aire de jeux centrale, qu'il traverse, tout en suivant
l'enclos des loups à crinière, avant de bifurquer, sur la droite, pour, à nou-
veau, observer l'enclos des loups à crinière et la plaine sud américaine.
En face de la plaine, une  volière est le lieu de cohabitation entre des aras
militaires (Ara militaris) et des agoutis dorés (Dasyprocta aguti).
Le visiteur emprunte alors le sentier de droite, pour longer, sur la droite,
le dernier coté de la pampa sud américaine et, sur la gauche, un enclos en
sable dans lequel cohabitent des guanacos (Lama guanicoe) et des
maras (Dolichotis patagonum). Enfin, en face des guanacos, et mitoyen
à la plaine des tapirs, deux enclos en herbe sont le lieu de vie respectif
de pécaris à collier (Tayassu tajacu) et de fourmiliers  (Myrmecophaga
tridactyla
).


Plaine des tapirs
Plaine des tapirs - mai 2010
Enclos des pécaris
Enclos des pécaris - mai 2010





Mise à jour suite à ma visite du 23 mai 2011:


Les ouistitis de Goeldi ne sont plus présentés en compagnie des tamanduas.
Par ailleurs, j'ai pu observer les deux autres espèces de tatous, qui n'étaient
pas visibles lors de ma première visite, à savoir le tatou à neuf bandes
(Dasypus novemcinctus) et le tatou velu (Chaetophractus villosus).
Tatou à neuf bandes
Tatou à neuf bandes - avril 2011


La visite se poursuit  dans une zone consacrée aux petits félins.
Diverses volières, de conception ancienne, hébergent ces animaux.
La première installation se compose d'une volière extérieure, plantée
de nombreux végétaux, et d'une loge intérieure visible à travers des
baies vitrées, tout aussi végétalisée et agrémentée de troncs d'arbre.
Une famille de jaguarondins (Herpailurus yaguaroundi). En face
des jaguarondins, on peut observer un des enclos des rhinocéros.
Les volières suivantes sont tout autant végétalisées, et accueillen, res-
pectivement, des margays (Leopardus wiedi), des ocelots (Leopardus
 pardalis
) et des oncilles (Leopardus tigrinus), qui se sont reproduits
fin avril 2010. En face de ces volières, un nouveau complexe est en cou
de finition. Il se compose de différentes volières, regroupées autour d'un
bâtiment visible à travers des baies vitrées.



Volière des jaguarondins
Volière des jaguarondins - mai 2010




Vallée des lynx
Vallée des lynx - mai 2010
Le visiteur poursuit alors sa visite en direction d'une vaste vallée, rappelant les
forêts européennes, laissée à l'état sauvage. Ce vaste enclos est le lieu de vie
et de reproduction des lynx d'Europe (Lynx lynx). Le visiteur peut alors em-
prunter un chemin d'écorces, de sorte à longer la vallée des lynx en direction
d'une nouvelle maison octogonale, au sein de laquelle se poursuit la visite.
Sur la gauche de la maison, on trouve un petit enclos, séparé du visiteur par
une vitre, composé d'une zone de terre et d'un bassin. Le visiteur entre alors
dans la maison. Sur la droite, on retrouve un enclos extérieur, comparable à
celui observé à l'extérieur. Des loutres naines (Amblonyx cinereus) sont
présentées à cet endroit. Le reste de la maison se compose d'un grand enclos,
disposant d'un bassin avec vision sous marine, d'une plage en béton et d'une
zone naturelle en écorces. Un aquarium est également intégré au bassin. Ce
dernier est occupé par des piranhas (Pygocentrus nattereri). Le reste de
l'enclos est consacré aux loutres géantes du Brésil (Pteronura brasiliensis),
espèce qui se reproduit régulièrement à Dortmund.
Le visiteur ressort alors de la maison des loutres et emprunte le sentier de
droite, de façon à contourner la maison des loutres. Le long de ce sentier, on
tombe nez à nez avec l'enclos extérieur des loutres géantes, composé d'un
grand bassin et d'une zone naturelle plantée de quelques arbustes.


Nouveau complexe des petits chats
Nouveau complexe des petits chats - mai 2010
Volières typiques pour les félins
Volières typiques pour les félins - mai 2010


Enclos intérieur des loutres géantes
Enclos intérieur des loutres géantes - mai 2010
Enclos intérieur des loutres naines
Enclos intérieur des loutres naines - mai 2010


Enclos extérieur des loutres naines
Enclos extérieur des loutres naines - mai 2010
Enclos extérieur des loutres géantes
Enclos extérieur des loutres géantes - mai 2010






Mise à jour suite à ma visite du 23 mai 2011:


Le complexe de deux volières regroupées par un bâtiment central,
est terminé. Les volières ont été végétalisées et agrémentées de
nombreuses souches. Un couple de panthères longibandes
(Neofelis nebulosa nebulosa).
Volière des panthères longibandes
Volière des panthères longibandes - avril 2011



Flèche

Le visiteur poursuit son chemin, pour regagner le sentier principal et
découvrir une nouvelle volière de grande taille, aménagée de quel-
ques troncs d'arbres. Des panthères de l'Amour (Panthera pardus
orientalis
).sont présentées dans cette installation. Le visiteur se dirige
alors vers le complexe aquatique du parc. Avant d'atteindre cette
nouvelle zone, une ancienne cage, ouverte à ses extrémités, permet
au visiteur de découvrir les anciens enclos des animaux de ménagerie.
Le premier enclos, composé d'un bassin bleu et d'une plage de bois,
d'écorces et de branchages, est le lieu de vie d'une famille reprodu-
ctrice de ragondis (Myocastor coypus).Des jeunes y sont nés en
2010.
Les deux enclos suivants peuvent être reliés entre eux ou, au contraire,
être séparés pour permettre l'isolement d'un animal. Ces deux instal-
lations sont consacrées à la présentation de deux espèces d'otaries,
les otaries de Californie (Zalophus californianus) et les otaries à
fourrure d'Amérique du Sud (Arctocephalus australis) en coha-
bitation.


Volière des panthères de l'Amour
Volière des panthères de l'Amour - mai 2010


Enclos des ours à lunettes
Enclos des ours à lunettes - mai 2010
En face des otaries, un enclos ressemblant à une aire de jeux pour enfants,
est occupé par un groupe de coatis bruns (Nasua nasua)
Le visiteur poursuit sa visite vers un plateau séparé du visiteur par un fossé
sec. Ce plateau dispose d'un sol en écorces, et est parsemé de troncs d'arbres.
Il est le lieu de vie d'un couple d'ours à lunettes (Tremarctos ornatus).
Le visiteur revient alors  sur ses pas, au niveau d'une patte d'oie,
où il emprunte la bifurcation de droite en direction d'une  série de cages et de
volières. Les deux premières installations sont identiques, aménagées de troncs
d'arbres, de branchages et d'autres agrès en bois. Des chats léopards du
Tsushima (Prionailurus bengalensis euptilura) occupent le premier enclos.
Les deux cages suivantes, séparées l'une de l'autre par une maison abritant les
loges de nuit des animaux, disposent d'un sol en terre, et sont aménagées de
quelques racines d'arbres, et plantées de fougères. Des blaireaux (Meles
meles) sont présentés à ce niveau. Cette espèce, originaire d'Europe, reste
peu présentée dans les zoos du continent. La suite de la visite se poursuit au
travers d'une volière cubique, dans laquelle le visiteur est invité à entrer. Cette
volière, plantée de nombreux arbres, accueille des chouettes hulottes (Tyto alba)
et des chouettes chevêches (Athene noctus).



La visite se poursuit par trois volières consacrées à la présentation de
phasianidés. L'ensemble de ces installations est aménagée de la même
manière, à savoir un sol en terre organisé en différentes terrasses,
séparées par des rocailles. Des conifères et des arbustes, ainsi que
des troncs d'arbres, complètent ces aménagements. La première
volière est occupée par des faisans argentés (Lophura nycthemera),
la seconde est le lieu d'une cohabitation entre des petits ducs scops
(Otus scops) et des perdrix bartavelles (Alectoris graecca).
La dernière  accueille des faisans dorés (Chrysolophus  pictus).
C'est avec cette dernière espèce que se termine la rangée de volières.
Le visiteur poursuit  sa visite en direction d'une nouvelle maison tropicale
du zoo de Dortmund.
Volière des faisans
Volière des faisans - mai 2010


Enclos des ragondins
Enclos des ragondins - mai 2010
Enclos des otaries
Enclos des otaries - mai 2010


Volière des chats tigres
Volière des chats tigres - mai 2010
Volière des chouettes
Volière des chouettes - mai 2010







Mise à jour suite à ma visite du 23 mai 2011:


La seconde volière des panthères du Sri Lanka a été détruite et est
aujourd'hui en travaux, en vue de l'agrandir, de sorte à doubler la
surface.
Chantier de la volière des panthères
Chantier de la volière des panthères - avril 2011



Flèche


Le visiteur entre alors dans la maison nommée "Ruhman Utan". Cette
maison comprend deux étages, et est consacrée à la forêt tropicale
indonésienne, représentée à Dortmund par deux espèces en cohabita-
tion. Le premier étage, situé en hauteur, permet de voir la partie supé-
rieure de l'installation à partir du sommet des arbres qui la com-
posent. Un escalier permet de gagner l'étage inférieur et d'observer les
bassins. De grands filets délimitent les volières des orang outans, amé-
nagées de troncs d'arbres et de branchages.
La maison "Ruhman Utan" est le lieu de vie et de présentation d'une
famille d'orang-outans de Sumatra (Ponga pygmaeus abelii) et de
tapirs malais (Tapirus indicus). Cette cohabitation originale n'em-
pêche pas la reproduction de ces deux espèces faisant l'objet de
programmes d'élevage européen. De plus, cette cohabitation offre
des enrichissements pour chacune des deux espèces qui interagissent
entre elles.
La cohabitation entre les deux espèces se fait aussi bien dans l'enclos
extérieur que dans les loges intérieures des animaux.

Enclos intérieur des orang-outans
Enclos intérieur des orang-outans - mai 2010






Les orang-outans à Dortmund

Walter, mâle reproducteur né le 24/04/1989 à Frankfurt
Djamuna, femelle reproductrice née le 28/05/1999 à München
Fajar, mâle né le 24/04/2010 à Dortmund
Suma, femelle reproductrice née le 14/03/1993 à Duisburg
Toba,
femelle reproductrice née le 07/02/1994 à Leipzig
Tao, femelle née le 17/11/2004 à Leipzig
Eirina, née le 30/12/2007 à Dortmund


Enclos intérieur des orang-outans
Enclos intérieur des orang-outans - avril 2011




Volière des dendrolagues
Volière des dendrolagues - mai 2010
Accolée à la maison des orang outans, une salle pédagogique présente les
menaces qui pèsent sur les forêts tropicales, sur les espèces animales. Elle
montre les responsabilités des hommes et de notre société quant à ces  faits.
Le visiteur ressort alors de la maison des orang outans pour emprunter le
chemin de gauche et longer l'île des orang outans. Cette dernière se com-
pose d'une partie en herbe agrémentée de structures d'escalade et de cor-
dages, partie réservée aux orang outans. A l'opposé de l'île, et légèrement
en contre bas de la partie en herbe, on trouve une zone de sable dans la-
quelle évolue les tapirs. Les orang outans ont également accès à cette zone.
Le visiteur gagne alors une petite place, au milieu de laquelle se trouve une
petite aire de jeux. La place est entourée de volières. Au fond de la place,
deux grandes volières sont séparées par un bâtiment accueillant les loges
de nuit des animaux, loges visibles à travers des baies vitrées.
La première cage, agrémentée de troncs d'arbres, est le lieu de vie de bin-
turongs (Arctictis binturong). La seconde volière est le lieu de vie de
dendrolagues de Goodfellow (Dendrolagus goodfellowi). Le dernier
enclos en sable, situé au niveau de cette zone de jeux, est occupé par des
porcs épics à queue blanche (Hystrix cristata leucura). Le visiteur
quitte alors la zone de sable pour revenir dans la maison des orang outans,
la traverser et ressortir au niveau de la salle pédagogique.


Entrée de la serre des orang-outans
Entrée de la serre des orang-outans - mai 2010
Salle pédagogique
Salle pédagogique - mai 2010


Enclos des orang-outans
Enclos des orang-outans - mai 2010
Enclos des orang-outans et des tapirs
Enclos des orang-outans et des tapirs - mai 2010


Enclos des porc épics
Enclos des porc épics - mai 2010
Intérieur de la maison des orang-outans
Intérieur de la maison des orang-outans - mai 2010


Orang outan et son jeune
Orang outan et son jeune - mai 2010
Tapir malais
Tapir malais - mai 2010






Mise à jour suite à ma visite du 23 mai 2011:


A l'intérieur de la maison des orang outans, une petite volière a
été construite et devrait accueillir prochainement une nouvelle
espèce qui n'a pas encore été dévoilée.
Nouvelle volière de la maison des orang outans
Nouvelle volière de la maison des orang outans - avril 2011



Flèche

En ressortant de la maison pédagogique, le visiteur arrive à  un en-
clos relativement basique en sable, occupé par des ânes nains
(Equus asinus). Il le longe pour traverser une zone naturelle, jusqu'à
un nouvel enclos, situé à proximité de la maison des loutres. Cette
installation, constituée d'un bassin avec vision sous marine et d'une
plage de sable plantée de quelques arbustes, est le lieu de vie d'une
colonie de manchots de Humboldt (Spheniscus humboldti).
Le visiteur revient alors devant l'enclos des loutres naines. Là,  il bi-
furque sur la droite pour emprunter un sentier parallèle au précédent.
Un enclos de grande taille en terre, agrémenté de quelques rochers,
borde le sentier de visite. Un groupe de thars de l'Hymalaya
(Hemitragus jemlahicus) occupe cette installation.
Le visiteur poursuit sa visite vers la mini ferme du parc qui se carac-
térise par des bâtiments en briques rouges et des enclos en sable.
Le bâtiment principal accueille l'ensemble des gros animaux du com-
plexe.


Enclos des manchots
Enclos des manchots - mai 2010
Enclos de contact des chèvres
Enclos de contact des chèvres - mai 2010
Le premier enclos est le lieu de vie d'un couple de porcs domestiques
rouges (Sus scrofa domesticus), l'enclos suivant accueille des vaches
domestiques (Bos taurus) et des moutons (Ovis aries). Un petit en-
clos accueille des lapins (Oryctolagus cuniculus). Enfin, la visite de la
mini ferme se termine par un enclos de contact en sable hébergeant des
chèvres naines (Capra hircus). Le visiteur ressort alors de la mini ferme
au niveau de l'entrée de la grande serre tropicale qui présente les rep-
tiles. A ce niveau, la visite se poursuit en empruntant le sentier de droite,
en direction d'une nouvelle volière.
Cette volière, également consacrée à la faune sud américaine, se com-
pose d'un bassin, de branchages enchevétrés et d'une zone en terre. Des
ibis rouges (Eudocimus ruber), des spatules roses (Ajaia ajaja), des
vanneaux armés (Vanellus armatus) et des sarcelles à collier (Callonetta
leucophrys
) sont présentés à ce niveau. En face de la volière sud amé-
ricaine, on peut à nouveau observer l'île des orang outans jusqu'au niveau
de l'aire de jeux des binturongs, où l'on emprunte le sentier de gauche.


Enclos des thars
Enclos des thars - mai 2010
Enclos des bovins
Enclos des bovins - mai 2010


Le visiteur arrive alors au niveau d'un nouveau plateau en sable, parsemé
de branchages. Cet enclos, basique dans sa conception, est le lieu de vie
d'une famille de chameaux (Camelus bactrianus). Un chemin, situé en
face de l'enclos des chameaux, conduit le visiteur vers une  zone
où sont érigées plusieurs volières. La première recrée un jardin européen
et accueille des tourtrelles des bois (Streptopelia turtur) et des roselins
familiers (Carpodacus mexicanus). La seconde recrée également un
jardin,  mais de type asiatique,  et est occupée par des garrulax de
Berthémy (Dryonastes berthemyi).
La suite de la visite nous conduit dans une zone consacrée plus spécifi-
quement aux rapaces. Trois volières, situées sur la droite du sentier, ac-
cueillent, respectivement, des chouettes à lunettes (Pulsatrix perspicillata),
des chouettes lapones (Strix nebulosa) et des harfangs des neiges
(Nyctea scandiaca).
L'ensemble des volières des rapaces est composé d'un sol naturel, planté
de conifères et autres arbres, et agrémentés de rochers.


Volière des tourterelles des bois
Volière des tourterelles des bois - mai 2010


Volière typique pour rapaces
Volière typique pour rapaces - mai 2010
Les deux volières suivantes, situées l'une à coté de l'autre, sont le lieu de présen-
tation de vanneaux couronnés (Vanellus coronatus) et de dendrocygnes veufs
(Dendrocygna viduata), la seconde est occupée par des faucons crécerelles
(Falco tinnunculus).
La volière suivante, de grande taille, est occupée par un couple de vautours
papes (Sarcoramphus papa).
La suite de la visite nous amène vers un nouveau groupe de trois volières, dans
lesquelles sont présentés, respectivement, des caracaras huppés (Polyborus
plancus), des vautours auras (Cathartes aura) et des vautours urubus noirs
(Coragyps atratus).
Un peu plus loin sur le sentier, une  volière de grande taille est occupée par un
couple d'aigles royaux (Aquila chrysaetos). Le visiteur revient alors au
niveau du sentier principal, bordant l'enclos des chameaux. A ce niveau, la visite
se poursuit sur la droite, de sorte à découvrir une dernière grande volière, de
volume important, lieu d'une cohabitation entre des condors des Andes (Vultur
gryphus
) et de caracaras des montagnes (Phalcoboenus megalopterus).
C'est avec cette dernière volière que se termine la visite du zoo de Dortmund.
Le visiteur continue son chemin en direction de l'entrée principale qui fait
également office de sortie.


Enclos des chameaux
Enclos des chameaux - mai 2010
Volière des condors
Volière des condors - mai 2010







Mise à jour suite à ma visite du 23 mai 2011:


Un cariama huppé (Cariama cristata) est présenté dans une loge
située à coté des vautours papes.
Cariama huppé
Cariama huppé - avril 2011



Flèche

En conclusion, le zoo de Dortmund est un parc de ville, de taille moyenne,
présentant une collection intéressante et majoritairement orienté vers la
faune sud américaine. Le zoo est également le coordinateur européen des
programme d'élevage des fourmiliers géants et des tamanduas.
Le parc possède  de nombreuses espèces peu courantes en captivité,
bien que plusieurs espèces sont maintenues en coulisses et, par conséquent,
ne sont pas visibles du public.
Les bâtiments abritant les loges de nuit des animaux se caractérisent par
leur forme octogonale, ce qui rend le parc très original.
Néanmoins, la pédagogie reste basique au niveau de la conception des
panneaux d'informations.
Des efforts sont faits pour améliorer la pédagogie.
Le zoo offre une visite agréable d'une durée de 4 à 5 heures.
Rhinocéros blancs
Rhinocéros blancs - mai 2010


Copyright ©  -  2007-2022  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés