Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde   |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |   Mes visites    |     Liens


Zoopark Erfurt

Zoopark Erfurt
Am Zoopark 1
99087 Erfurt
Allemagne

Tel : +49 (0)361 75 18 80
Fax : +49 (0)361 75 188 22

www.zoopark-erfurt.de
Zoopark Erfurt


Mes visites : 08 et 09 juillet 2012
Mise en ligne : 07 juillet 2013




Lionne
Lionne - juillet 2012

Horaires d'ouverture 2013
Tarifs d'entrée 2013
Les carnivores africains
La plaine africaine
Les singes
Les rhinocéros et la plaine sud américaine
La zone nord américaine
Les moutons et les girafes
Les volières
Les lapins, les éléphants et les rapaces
Le vivarium 1/6
Le vivarium 2/6
Le vivarium 3/6
Le vivarium 4/6
Le vivarium 5/6
Le vivarium 6/6
La zone australienne
La mini ferme
Conclusion



Flèche

Horaires d'ouverture 2013 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)






Mars à octobre :       9h00 à 18h00
Novembre à février : 9h00 à 16h00
Langur de Johnson
Langur de Johnson - juillet 2012



Flèche

Tarifs d'entrée 2013 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)

Acrobate pygmé
Acrobate pygmé - juillet 2012


Ticket journalier

     Adulte :                                            7,00 €
     Enfant (3 à 18 ans) :                         3,50 €
     Famille (2 adultes et leurs enfants) : 17,50 €

Ticket annuel
     Adulte :                                           22,00 €
     Enfant (3 à 18 ans) :                        11,00 €
     Famille (2 adultes et leurs enfants) :  52,00 €

Tarif groupes (>10 personnes)
     Adulte :                                            6,00 €
     Enfant (3 à 18 ans) :                         2,50 €



Flèche

Présentation du zoo


Le Thüringer Zoo, situé dans la ville d’Erfurt, ville de l’ancienne
Allemagne de l’Est, est un parc de taille moyenne, qui présente
une collection relativement intéressante. Suite à la succession de
plusieurs directeurs, le parc s’était orienté vers la présentation
des plus grosses espèces animales et avait, dans cette optique,
débuté la construction de nouvelles installations pour ses pen-
sionnaires.

Après avoir franchi l’entrée du parc, le visiteur fait directement
face à un grand bâtiment couvert d’un toit végétal.
Le sentier conduit directement vers ce bâtiment dont l’entrée
est entourée de deux enclos. Celui de droite, en sable, agré-
menté de nombreux rochers et de souches d’arbre, est le lieu
de vie de damans des rochers (Procavia capensis).


Complexe des carnivores africains
Complexe des carnivores africains - juillet 2012


Enclos extérieur des suricates
Enclos extérieur des suricates - juillet 2012

Celui de gauche, également ensablé, est agrémenté de souches,
de rochers et de plantes grasses. Des monticules de terre ont
été érigés à plusieurs endroits de cet enclos qui héberge une
colonie de suricates (Suricata suricata).

Le visiteur entre alors dans le premier bâtiment consacré aux
carnivores africains. A l’intérieur de la bâtisse, le visiteur se
trouve plongé dans un petit village africain où la couleur ocre
est bien présente. Sur la gauche de l’entrée se trouve la loge
intérieure des suricates, composée de sable et agrémentée de
quelques branches.

Sur la droite, se trouve la loge intérieure des damans des
rochers qui dispose d’un agrégat de rochers, d’une zone en
sable et de branches.


Intérieur de la maison des fauves
Intérieur de la maison des fauves - juillet 2012
Enclos des damans des rochers
Enclos des damans des rochers - juillet 2012


La partie basse de la clôture est entièrement vitrée tandis
que la partie supérieure est recouverte par un filet. Face à
l’entrée, dans la maison des carnivores, se trouve une vaste
loge intérieure légèrement escarpée, de couleur ocre et
agrémentée de rochers chauffants. Cette installation de grande
taille visible à travers des baies vitrées, présente en alternance
les 2 espèces phares de ce complexe à savoir les hyènes tachetées
(Crocuta crocuta) et les lions d’Afrique (Panthera leo).

Des loges individuelles non visibles du public complètent ces
installations intérieures. Sur la gauche de la loge des lions,
une vitre s’ouvre sur le vaste enclos extérieur des hyènes
qui dispose d’un sol en herbe, interrompu par des zones
de terre. Le tout étant densément végétalisé, agrémenté de
rochers et d’un bassin.


Loge intérieure des otocyons
Loge intérieure des otocyons - juillet 2012
Loges intérieures des lions
Loges intérieures des lions - juillet 2012


Sur la droite de la loge des grands carnivores se trouve
une seconde baie vitrée offrant une vision d’ensemble sur
l’installation extérieure des lions. Cet enclos, tout comme
celui des hyènes, dispose d’un sol en herbe, de quelques
souches, de structures en bois et de quelques arbustes
buissonnants.

Enfin, à côté du point d’observation sur l’enclos des lions,
on découvre la dernière loge intérieure du complexe des
carnivores. Cette loge en sable s’insère entre deux huttes
africaines et héberge une famille d’otocyons (Otocyon
megalotis
).




Flèche

Le visiteur ressort alors du bâtiment des fauves pour em-
prunter le sentier traversant l’enclos extérieur des petits
canidés. L’installation extérieure des otocyons est délimitée
par un fossé en eau, plantée de nombreux arbustes qui
s’enracinent sur un sol sableux. Quelques rochers ont été
ajoutés au décor.

En face de cet enclos se dresse une volière de grande taille,
inaugurée en 2011. Cette volière recouvre un bassin peu
profond, formant une lagune, aux berges boueuses et plantée
de quelques papyrus. Une colonie de flamants roses
(Phoenicopterus roseus) évolue à ce niveau. Un bâtiment
rond percé de baies vitrées accueille les oiseaux durant les
mois d’hiver.


Volière des flamants roses
Volière des flamants roses - juillet 2012
Plaine africaine
Plaine africaine - juillet 2012



Le visiteur poursuit sa visite pour longer l’enclos des otocyons
à l’arrière duquel se trouve l’installation extérieure des lions,
que l’on redécouvre sous plusieurs points de vision.

Plus loin le long de ce sentier se dresse un bâtiment en bois
non accessible aux visiteurs, devant lequel ont été construits
plusieurs pré-parcs, le tout étant relié à une vaste plaine af-
ricaine. Cette plaine au sol rocailleux, légèrement en pente,
agrémentée de quelques arbres et d’un plan d’eau est le lieu
d’une cohabitation entre des impalas (Aepyceros melampus
melampus
) , des hippotagues noirs (Hippotragus niger),
des zèbres de Chapmann (Equus burchelli chpmanni) et
des autruches (
Struthio camelus).




A l’extrémité de ce sentier, un enclos forestier qui semble
abandonné tant l’herbe y est haute et le grillage délabré
est le lieu de vie de guibs d’eau (Tragelaphus spekii) et
de grues couronnées (Balearica pavonina).

Le visiteur revient alors sur ses pas, pour emprunter un
sentier se dirigeant sur la gauche et longeant à nouveau
la plaine des hippotragues.

Enclos des guibs d'eau
Enclos des guibs d'eau - juillet 2012


Enclos des otocyons
Enclos des otocyons - juillet 2012
Plaine africaine
Plaine africaine - juillet 2012



Flèche

En haut de la petite montée se dresse la nouveauté 2012
du parc, une volière dans laquelle le visiteur est invité à
entrer. Cette volière de grande taille, agrémentée de nom-
breux massifs de bambous, de graminées et autres arbres
à épines, dispose d’un bassin, de nombreuses cordes et de
structures d’escalade en bois. Cette volière de contact
abrite un groupe de makis cattas (Lemur katta). En res-
sortant de la volière des lémuriens, on peut observer sur la
gauche, leurs loges intérieures, au sol recouvert de paille et
agrémentée de quelques structures d’escalade en bois.

Accolée au bâtiment des makis cattas, se trouve une se-
conde volière de forme carrée, recouverte d’un grillage
métallique, qui a été construite autour d’un arbuste buis-
sonnant de grande taille.


Enclos de contact des makis
Enclos de contact des makis - juillet 2012


Volière des langurs
Volière des langurs - juillet 2012

Cette volière qui offre de nombreuses possibilités
d’escalade à ses occupants est le lieu de présentation
de langurs de John (Trachypithecus johnstoni) et de
makis varis roux (Varecia variegata rubra). Ces
deux espèces de primates sortent en alternance dans
la volière.

Autour de la volière se trouve un espace paysagé rap-
pelant les milieux semi secs d’Afrique. Le sentier se pour-
suit jusqu’au niveau du temple des singes.

Ce complexe relativement ancien, se compose d’un bâ-
timent de briques rouges, percé de vitres, abritant les
loges de nuit des singes, et de deux volières extérieures
de grande taille.



La partie gauche composée d’une loge intérieure tendue
de nombreuses cordes et de branches, agrémentée de
rochers, est consacrée à des atèles de Geoffroy (Ateles
geoffroyi
). Ces singes araignées bénéficient d’une ins-
tallation extérieure en herbe, parsemée de rochers, de
buissons et de mâts reliés entre eux par des cordes.

La seconde installation extérieure, plus vallonnée, agré-
mentée de rochers et de multiples buissons, doublée
d’une installation intérieure s’organisant en plusieurs
étages, est le lieu de vie de colobes à camail (Colobus
polykomos
).

Les singes partagent leurs loges intérieures avec des
tatous velus (Chaetophractus villosus).


Volière extérieure des atèles
Volière extérieure des atèles - juillet 2012
Volière des siamangs
Volière des siamangs - juillet 2012



Le visiteur revient alors sur le sentier principal, au  niveau
de l’entrée de la volière des makis cattas. Le sentier
bifurque alors sur la droite pour poursuivre la visite et
longer, sur la gauche un grand bâtiment en béton, devant
lequel a été creusé une petite fosse au sol recouvert de
sable, dans laquelle évoluent des mangoustes zébrées
(Mungo mungo). En face des mangoustes, une cage
toute en longueur mais de faible hauteur, agrémentée de
branches, est le lieu de vie de siamangs (Hylobates
syndactilus
).

Volière de contact des makis
Volière de contact des makis - juillet 2012
Loge intérieure typique pour singes
Loge intérieure typique pour singes - juillet 2012



Flèche

La visite se poursuit pour arriver devant un complexe
moderne, inauguré en 2007, se composant d’un bâtiment
alliant béton, bois et vitrage, dans lequel le visiteur est
invité à entrer. Le long du sentier de visite ont été installés
de nombreux panneaux pédagogiques sur l’Afrique, sa
faune et la protection des parcs naturels et les espèces
emblématiques. Des stands proposant de l’art africain à
la vente y ont également été installés.

Sur la droite du couloir se trouvent 3 boxes intérieurs
délimités par un fossé sec et par des rondins de bois.
Ces loges relativement sommaires ont un sol recouvert
d’un caoutchouc. Le tout est consacré au groupe repro-
ducteur de rhinocéros blancs (Ceratotherium simum
simum
). Un escalier permet de surplomber l’installation
intérieure des rhinocéros et de ressortir pour découvrir
les 2 plaines extérieures qui leur sont destinées.



Bâtiment des rhinocéros blancs
Bâtiment des rhinocéros blancs - juillet 2012
Plaine sud américaine
Plaine sud américaine - juillet 2012


Ces deux plaines sableuses, peuvent être soit mises en
communication, soit séparées. Chacune est agrémentée
d’une marre boueuse et de quelques rochers. Des ar-
bres situés en dehors des barrières de délimitation of-
frent de l’ombre aux mastodontes. Le sentier contourne
alors les plaines africaines pour gravir ensuite une petite
colline.

Au sommet de cette montée se dresse un enclos légè-
rement escarpé au sol rocailleux, planté de quelques
arbres et agrémenté de rochers. Cet enclos qui corres-
pond à la plaine sud-américaine du parc d’Erfurt, est le
lieu d’une cohabitation entre des lamas (Lama glama),
des maras (Dolichotys patagonum) et des nandous
(Rhea americana).

Enclos extérieur des rhinocéros
Enclos extérieur des rhinocéros - juillet 2012
Enclos extérieur des rhinocéros
Enclos extérieur des rhinocéros - juillet 2012


Le visiteur longe cette plaine pentue pour découvrir à
travers une vitre, les loges de nuit des animaux. Sur la
droite du sentier, un petit chemin rejoint une prairie au
centre de laquelle se dressent de nombreux tipis, re-
créant ainsi un village indien permettant l’accueil de
camp de vacances ou autres colonies.

Le visiteur continue son ascension, pour arriver à un
point de vision en hauteur, dominant la plaine des lamas.

En face de l’installation sud-américaine se trouve un
enclos en forme de « L » relativement long. Cet enclos
à l’herbe haute, au milieu duquel se dressent quelques
amas de bois et des rochers, rappelle les savanes
africaines et est consacré à des guépards (Acinonyx
jubatus
). Une tyrolienne parcourt leur enclos et
permet d’exercer les guépards à la chasse.



Enclos des guépards
Enclos des guépards - juillet 2012
Enclos des chameaux
Enclos des chameaux - juillet 2012



Le visiteur longe alors l’enclos sur toute sa longueur
et surplombe, sur la droite, un ancien parc délimité par
des barrières métalliques. Cet enclos en sable et en
herbe héberge un groupe reproducteur de chameaux
(Camelus bactrianus).

A l’extrémité de la plaine des guépards se trouve un
ensemble de 3 enclos en sable et en cailloux, entourant
un chalet en bois. Ces enclos, dont le plus grand per-
met aux visiteurs d’entrer en contact et de toucher les
animaux, présentent des chèvres naines (Capra hircus
domesticus
) et des moutons du Cameroun (Ovis
aries domesticus
).

Enclos des guépards
Enclos des guépards - juillet 2012
Enclos des moutons
Enclos des moutons - juillet 2012



Flèche

L’installation des caprins marque l’entrée dans la partie
ancienne du zoo. Le sentier de visite débouche alors
sur une petite place entourée par les enclos des
chameaux, des moutons et par une série d’enclos bé-
tonnés, délimité par des barrières métalliques. Ces en-
clos dont le fond est fait de faux rochers, disposent
chacun d’un cabanon en bois. Un système de portes
permet de les diviser en plusieurs parcs ou au contraire,
de les mettre en relation. Ces enclos sont consacrés à
un troupeau de yacks (Bos primigenius).

Le sentier de visite se dirige sur la droite, puis bifurque
légèrement sur la droite, pour pénétrer dans un parc
installé au cœur d’une forêt de feuillus. Cet enclos
naturel est le lieu de vie d’une harde de daims (Dama
dama
) présentée en contact direct.


Enclos des yacks
Enclos des yacks - juillet 2012


Plaine des bisons
Plaine des bisons - juillet 2012
Au bout de l’allée, le visiteur arrive au niveau d’une vaste
prairie marquant l’entrée dans la partie nord-américaine
du zoo. Ce secteur s’organise le long d’une grande prairie
garnie d’un bassin, dans laquelle évoluent de nombreux
bisons d’Amérique (Bison bison). La visite nous amène
à longer la plaine des bisons sur plusieurs dizaines de
mètres.

Au centre de cette étendue se trouve un enclos de forme
circulaire, en sable, creusé de nombreuses galeries. Cette
installation au cœur de laquelle ont été disposés des racines
et des rochers, présente des chiens de prairie (Cynomys
ludovicianus
).

Sur la gauche du sentier se dresse une première volière de
grande taille au sol en herbe et plantée de nombreux mâts
et de quelques souches. Cette installation est le lieu de vie
de caracaras du Nord (Caracara cheriway).


La seconde, identique en terme d’aménagements, bien
que plus minérale, est le lieu de vie de harfangs des
neiges (Nyctea scandiaca).

Le visiteur poursuit sa visite le long de la plaine des bisons,
pour arriver au niveau d’un sentier forestier, qui conduit le
visiteur dans un des massifs du parc à la découverte de la
nature sauvage. Ce sentier offre également plusieurs points
de vision sur la ville industrielle d’Erfurt et sur le futur grand
projet du parc, la construction d’un nouvel enclos pour les
éléphants africains.

Le sentier de visite revient alors au niveau de la place
bordée par les enclos des yacks, des chèvres naines et des
chameaux.

Volière des caracaras
Volière des caracaras - juillet 2012


Enclos des chiens de prairie
Enclos des chiens de prairie - juillet 2012
Bois des daims
Bois des daims - juillet 2012



Flèche


En face des yacks, se trouvent deux petits enclos en sable,
ombragés par quelques grands arbres et agrémentés de
rochers. Ces enclos présentent chacun une race de chèvre
(Capra hircus domesticus).

Sur la gauche de la place, dans le prolongement de l’in-
stallation des moutons observée précédemment, se trouve
un vaste enclos de contact qui permet aux jeunes visiteurs
de toucher et nourrir les ovins et les caprins qui y évoluent.
Une aire de jeux permet aux enfants de se divertir pendant
que leurs parents prendront place sur la terrasse du restaurant,
situé dans la même zone.


Enclos de contact des chèvres
Enclos de contact des chèvres - juillet 2012


Plateau des girafes
Plateau des girafes - juillet 2012
Le visiteur poursuit alors son chemin sur un sentier redes-
cendant la colline en direction de la pampa des nandous.
Arrivé au niveau de cette pampa, dont la partie basse a
déjà été observée précédemment, le sentier bifurque sur
la droite, pour contourner un plateau en sable de taille
moyenne, entouré d’un fossé sec et accolé à un grand et
haut bâtiment. Cette installation constitue le lieu de vie de
girafes (Giraffa camelopardalis). Quelques buissons
agrémentent le fossé.


A l’extrémité du plateau, un cul de sac nous conduit sur la
droite, en direction de la maison des girafes. Sur la gauche
de cette impasse se dresse une vaste volière densément
végétalisée, traversée par une petite cascade.


Cette volière est le lieu de vie d’une troupe de tamarins bi-
colores (
Saguinus bicolor) et des sarcelles à collier
(Calonetta leucophrys). A l’intérieur de la maison
des
girafes, on découvre les loges intérieures de ces grands

mammifères, visibles derrière des baies vitrées, ainsi qu’un
aquarium présentant divers cichlidés africains à savoir :

- frappeur de pierre du Malawi (Melanochromis auratus);
- cichlidé zébré (Pseudotropheus zebra);
- cichlidé cobalt (Melanochromis johanni);
- labido jaune (Labidochromis caeruleus);
- cichlidé Mbuna (Pseudotropheus crabro);
- cichlidé d'Esther (Pseudotropheus estherae);
- plécos voile (Pterygoplichthys gibbiceps).

Aquarium des cichlidés
Aquarium des cichlidés  - juillet 2012
Loge intérieure des girafes
Loge intérieure des girafes - juillet 2012








Le visiteur revient alors sur le sentier principal pour pour-

suivre sa descente tout en longeant une série de volières
relativement anciennes.
Volière des tamarins
Volière des tamarins - juillet 2012
Volière des tamarins
Volière des tamarins - juillet 2012



Flèche

La première de ces volière, la plus grande, au sol en
sable, dont la partie arrière est recouvertes de roches et
d'herbe, est le lieu de vie de cacatoès à huppe jaune
(Cacatua sulphurea abbotti) et d'aras araraunas (Ara
ararauna).
Leur installation est reliée à un bâtiment non visible du
public auquel est accollée une seconde volière en sable
tendue de branches, dans laquelle évoluent des gris du
Gabon (Psittacys erythacus).

Le long du troisième mur se dresse une autre volière
de taille moyenne, au sol en herbe et en terre, agré-
mentée de troncs et de quelques buissons.


Volière des aras
Volière des aras - juillet 2012



Volière des visons
Volière des visons - juillet 2012
Cette installation est consacrée à des mainates religieux
(Gracula religiosa).

Dans le prolongement de la volière des mainates et situé
derrière un fossé sec, se trouve un enclos en herbe om-
bragé par de nombreux arbres, dans lequel sont présen-
tées des tortues à éperons (Geochelone sulcata).
Ces reptiles ont accès à une maison dont l'intérieur est
vible à travers des baies vitrées. Cette loge est entière-
ment recouverte de sable.

Accolé au bâtiment des tortues se trouve une dernière
volière de taille moyenne, au sol naturel, plantée de
conifères et au coeur de laquelle ont été disposés de
multiples rochers et autres souches. Cette volière héber-
ge des visons de Sibérie (Mustela sibirica).


Volière des mainates
Volière des mainates - juillet 2012
Enclos des tortues
Enclos des tortues - juillet 2012



Flèche


Le visiteur poursuit sa visite au coeur d'une zone boisée.
Au détour d'un virage, sur la droite, se dresse l'école du
zoo. A côté de ce bâtiment, des clapiers présentent
différentes espèces de lapins (Oryctolagus cuniculus).

Un enclos extérieur en herbe destiné aux lapins ainsi
qu'un hôtel à insectes complètent ces aménagements.

Le sentier nous conduit alors vers le plateau extérieur
des éléphants africains (Loxodonta africana). Leur
plateau est entièrement en sable, agrémenté de rochers
et d'un bassin.


Enclos des lapins
Enclos des lapins - juillet 2012


Enclos des porc-épics
Enclos des porc-épics - juillet 2012

Sur la gauche de leur plateau, se trouve un petit enclos au
sol en sable, délimité par des murs rocailleux. Cette in-
stallation est consacrée à des porc-épics à crète (Hystrix
leucura).

Une volière en bois percée de grillage, et agrémentée de
rochers et de branches, est le lieu de vie de loris arc en
ciel (Trichoglossus haematodus moluccanus).

Au bout de l'allée se trouve une autre installation en herbe
agrémentée de buissons, qui constitue l'enclos secondaire
des guépards (Acinonyx jubatus).


Le sentier que nous empruntons alors longe une vaste
volière relativement haute, construite à flanc de rochers.
Cette volière, où l'herbe pousse entre la roche, est
dotée d'un bassin et de quelques souches. Des vautours
fauves (Gyps fulvus) vivent et se reproduisent dans
cette installation.

Dans le prolongement des vautours se trouve un petit
enclos minéral, vide lors de ma visite.

Au bout de l'allée, le visiteur entre dans une grande
volière de contact, plantée de quelques conifères et
autres buissons, avec en son fond, une falaise rocheuse.
Une colonie d'ibis chauves (Geronticus eremita) y
cohabitent avec des faucons crécerelles (Falco
tinnunculus).
Volière des vautours fauves
Volière des vautours fauves - juillet 2012


Volière des ibis chauves
Volière des ibis chauves - juillet 2012






Le visiteur ressort de la volière des ibis pour se
retrouver derrière un grand bâtiment .
Une port nous permet d'y entrer. Ce bâtiment
est relié à la plaine des éléphants et accueille non
seulement les pachydermes, mais également un
vivarium.
Enclos des guépards
Enclos des guépards - juillet 2012
Volière des loris
Volière des loris - juillet 2012



Flèche

Une fois entré dans le vivarium, on découvre une volière
au sol en sable, agrémentée de quelques graminées, au
sein de laquelle évoluent plusieurs espèces de passereaux.

On pourra y observer des bengalis zébrés (Amandava
subflava), des veuves à longue queue (Vidua interjecta),
des travailleurs à bec rouge (Quela quela), des capucins
bicolores (Spermestes bicolor), des astrilds ondulés
(Estrilda astrild), des amarantes du Sénégal
(Lagonosticta senegala), des euplectes monseigneurs
(Euplectes hordeaceus) et des cailles de Chine
(Coturnix chilensis).

En face des oiseaux se trouve une série de plusieurs vi-
variums.


Volière des passereaux
Volière des passereaux - juillet 2012
Vivariums des reptiles
Vivariums des reptiles - juillet 2012
Le premier est agrémenté de branches et de feuilles. Des
rats des moissons (Micromys minutus) y vivent.

Mitoyen aux rongeurs se trouve un terrarium densément
planté où sont présentés des camélons panthères
(Furcifer pardalis).
Des geckos rayés (Gekko vittatus) cohabitent avec des
scinques émeraudes (Lamprolepis smaragdina) dans
un vivarium représentant un milieu tropical agrémenté de
quelques plantes.

Le quatrième terrarium, désertique, milieu représenté
par des souches et par des rochers, est occupé par des
mangeurs d'oeufs africains (Dasypeltis medici).


A côté des serpents mangeurs d'oeufs, un second vivarium
planté de quelques végétaux tropicaux et de souches d'ar-
bres, est le lieu de vie de pythons royaux (Python regius).

Le terrarium qui suit représente un bout de la forêt tropicale
malgache, agrémenté de nombreuses lianes et d'autres
rochers. Cette installation est le lieu de vie de grenouilles
tomates (Dyscophus guineti) et de geckos géants
(Phelsuma madagascariensis grandis).

Enfin, sur cette rangée se trouvent encore deux terrariums
de taille moyenne, agrémenté de plantes grasses et de
rochers. Le premier héberge des geckos nains bleus
(Dyscophus guineti) tandis que le second présente des
cétoines marginées du Kenya (Dyscophus guineti).


Terrarium pour dendrobates
Terrarium pour dendrobates - juillet 2012
Terrarium pour serpents
Terrarium pour serpents - juillet 2012

Sur la gauche de la volière des passereaux se trouve un
dernier vivarium plein de mousse, agrémenté de quelques
végétaux tropicaux et de racines. Des noix de coco of-
frent également des possibilités de cachettes aux den-
drobates à ventre tacheté (Ranitomeya ventrimaculata).

Une aire pédagogique axée sur l'évolution et la connais-
sance des éléphants a également été installée à ce niveau.
Au coeur de cette zone se dresse un terrarium agrémenté
de sable, de rochers et de graminées, représente un
milieu désertique consacré à des macroscélides à oreilles
courtes (Macroscelides proboscideus).



Flèche

Le visiteur sort alors de cette salle pour emprunter un
balcon donnant sur le vide à gauche. En contrebas du
balcon, on peut observer les loges intérieures des
éléphants.

Ces dernières sont typiques des maisons des éléphants
des années 1970 à savoir, un sol carrelé, des murets
en pierre et un profond fossé sec faisant office de
séparation des animaux.

Sur la droite du balcon, encastrés dans les murs, se
trouvent une série de nombreux vivariums. Le premier,
recréant un milieu sec traduit par des roches, des pier-
res et des racines et héberge des varans d'Asgard
(Varanus glauerti).


Terrarium pour grands lézards
Terrarium pour grands lézards - juillet 2012
Terrarium des boas
Terrarium des boas - juillet 2012

Le second terrarium de cette rangée est agrémenté de
quelques arbustes, et est consacré à des caméléons
léopards (Furcifer pardalis) et à des zonosaures de
l'Ouest (Zonosaurus laticaudatus).

Des varans émeraudes (Varanus prasinus) évoluent
au milieu de ficus dans le troisième enclos de cette
série.
Enfin, les trois derniers vivariums hébergent des boas
de Madagascar (Sanzinia madagascariensis) pour le
premier et des anolis barbus (Chamaeleolis barbatus)
pour les deux derniers.


Le couloir vire alors à 90° pour trouver une autre rangée
de terrariums, plus petits que les précédents.
Cette rangée est consacrée plus spécifiquement aux ba-
traciens et aux insectes. Chaque bac dispose de mousse
de racines, de rochers et de quelques plantes.

Le premier est occupé par des grenouilles lait
(Trachycephalus resinifictrix). Le second vivarium
présente des mygales à pattes rouges (Brachypelma
smithi
).

Des mygales saumons du Brésil (Lasiodora parahybana)
occupent le terrarium qui suit.


Terrarium pour mygales
Terrarium pour mygales - juillet 2012


Vivariums des insectes
Vivariums des insectes - juillet 2012
Des blattes géantes du Nouveau Monde (Blaberus craniifer)
occupent le terrarium mitoyen aux mygales. A côté des
blattes a été installé un vivarium "nursery" qui héberge des
couleuvres de l'Amour (Elaphe schrenckii).

Enfin, des scorpions empereurs (Pandinus imperator) puis
des phasmes de Sungay (Sungaya inexpectata) complète
cette rangée.

Après un second virage à 90°, le visiteur arrive au niveau de
la dernière rangée de terrariums du balcon. La première in-
stallation de cette rangée, au sol en cailloux, représentant une
plage, est le lieu de vie de bernards l'hermite des forêts
(Coenobita elypeatus).



Flèche

Des couleuvres faux corails (Lampropeltis triangulum
hondurensis
) occupent le terrarium suivant planté de nom-
breux rochers et de mousses.
Les deux installations qui suivent représentent des milieux
secs représentés par des rochers, du sable et quelques
cactus. Le premier est consacré à un reptile africain, la
tortue galette (Malacochersus tornieri).

Des cordyles de Warren (Cordylus warreni depressus)
vivent dans le terrarium qui suit.
Le couple reproducteur couleuvres de l'Amour (Elaphe
schrenckii
) est présenté dans le dernier vivarium de cette
rangée.


Terrarium pour insectes
Terrarium pour insectes - juillet 2012


Enclos des caïmans
Enclos des caïmans - juillet 2012


Deux possibilités s'offrent alors aux visiteurs. La première
consiste à emprunter un escalier situé sur la gauche, nous
conduit à l'étage inférieur, au niveau du plancher des élé-
phants.
La seconde solution nous conduit dans un sas qui mar-
que la sortie du bâtiment des éléphants, en direction de
l'enclos des porc-épics.

Au sein de ce sas se trouvent 2 vastes pièces aménagées
en terrariums. Sur la gauche, la première salle se com-
pose d'un bassin de taille moyenne, relié à une plage en
sable et agrémenté de plantes tropicales et de souches.
Cette installation est le lieu de vie de caïmans nains de
Cuvier (Paleosuchus palpebrosus).


En face des caïmans, un second terrarium de grande
taille, au sol en sable agrémenté de nombreux
rochers.

Cette installation présente des pythons de Ramsay
(Aspidites ramsayi), une espèce peu courante en
Europe qui n'est présentée que dans quelques parcs
en Europe.

Le visiteur revient alors au niveau des couleuvres
de l'Amour pour emprunter l'escalier et descendre
au niveau du plancher des éléphants.
Couleuvre de l'Amour
Couleuvre de l'Amour - juillet 2012



Flèche

Les loges des éléphants occupent toute la longueur
du bâtiment. Les pachydermes disposent ainsi de
3 loges différentes qui peuvent être soit mises en
commun, soit séparées l'une de l'autre.

Sur la droite, accolée à la largeur du bâtiment se
trouve une autre série de vivariums. Le premier
terrarium en forme de "L", au sol en sable, dans
lequel ont été disposés des rochers et des plantes
sèches. Cette installation est le lieu de vie de varans
à queue épineuse (Varanus acanthurus).

Des scinques à langue bleue (Tiliqua scincoides)
occupent un enclos recréant un milieu rocailleux en
sable.


Vivarium des varans
Vivarium des varans - juillet 2012
Allée des terrariums pour reptiles
Allée des terrariums pour reptiles - juillet 2012
Un autre vivarium du même type est consacré à des
mabuyes de Vaillant (Mabuya vaillanti) et des
geckos léopards (Eublepharis macularius).

Les deux terrariums qui suivent sont de taille moyenne
et densément végétalisés, sont consacrés respec-
tivement par des grenouilles de White (Litoria
caerulea) pour le premier et par des tokehs (Gekko
gecko).

Enfin, le dernier terrarium de cette série est agrémenté
de nombreuses branches et est le lieu de vie de souris
épineuses d'Arabie (Acomys dimidiatus).



Le visiteur se dirige alors vers le mur faisant face
aux loges des éléphants. Le long de ce mur se
trouve également une série de vivariums. Le
premier, au sol en sable, agrémenté de quelques
végétaux et de branches, est le lieu de vie de
serpents de lait (Lampropeltis triangulum
campbelli
).

Un second vivarium du même type, bien qu'ad-
ditionné d'un bassin est pour sa part consacré à
des anacondas jaunes (Eunectes notaeus).


Terrarium des tortues
Terrarium des tortues - juillet 2012


Couleuvre d'Honduras
Couleuvre d'Honduras - juillet 2012

Des anolis chevalier (Anolis equestris) cohabitent avec
des crapauds à petite crète (Bufo guttatus) dans le
dernier vivarium de cette rangée, bac planté de nom-
breux ficus.

Le visiteur se dirige alors vers le mur faisant face aux
boxes des éléphants, pour trouver une autre rangée de
bacs consacrés aux reptiles. Deux terrariums de petite
taille, au sol recouvert de terreau, sont occupés res-
pectivement par des serpents des blés (Pantherophis
guttatus), tandis que le second présente des escargots
géants africains (Archachatina margarita).



Flèche


Dans le prolongement de l'installation des escargots
se trouve une installation de grande taille composée
d'une zone en sable, d'une zone plantée de graminées
et d'un bassin. Ce vivarium présente une cohabitation
entre des iguanes de Madagascar (Oplurus cuvieri)
et de tortues étoilées (Geochelone elegans).

Dans le prolongement de l'enclos des tortues se
trouve un autre terrarium densément végétalisé, oc-
cupé par des pythons verts des arbres (Morelia
viridis).


Phyllobate jaune
Phyllobate jaune - juillet 2012


Vivarium des gerbilles
Vivarium des gerbilles - juillet 2012
A l'extrémité du terrarium des pythons verts se trouve
une porte qui nous amène à bifurquer légèrement sur
la gauche pour entrer dans le noctarium du Zoopark
d'Erfurt. Ce dernier se compose d'une succession de
7 enclos en lumière inversée.

Le premier, en sable, agrémenté de rochers, est le lieu
de vie de grandes gerboises (Jaculus orientalis).
Les deux loges qui suivent sont agrémentées de plants
de bambous. La première présente des acrobates
pygmés (Acrobates pygmaeus), une espèce qui n'est
visible que dans 9 parcs européens tandis que la
seconde accueille des tangues (Tenrec ecaudatus).


Des loris lents pygmés (Nycticebus pygmaeus) vivent au
milieu de bambous dans le quatrième vivarium du noc-
tarium. L'enclos qui suit est  garni de feuilles mortes et de
quelques rochers, est le lieu de vie de macroscélides à
oreilles courtes (Macroscelides proboscideus).
Enfin, un vivarium recouvert d'un sol en écorces et planté
d'arbre est le lieu de vie de scinques à queue préhensile
(Corucia zebrata).
Avant de quitter le noctarium, le visiteur découvre encore
une dernière installation plantée de nombreux bambous,
et traversée par des cordes. Cette installation est le lieu
de vie de microcèbes (Microcebus murinus).


Le visiteur ressort alors du noctarium pour rejoindre la
galerie des éléphants et une autre rangée de vivariums.


Enclos des loris grêles
Enclos des loris grêles - juillet 2012
Enclos des macroscélides
Enclos des macroscélides - juillet 2012
La visite se poursuit sur la gauche, pour découvrir un vivarium
au sol en herbe et en terre, aménagé à l'aide de rochers et de
branches. Des agames de Lawson (Pogona henrylawsoni)
y cohabitent avec des scinques à plusieurs lignes (Mabuya
multifasciata).

A côté des agames se trouve un vivarium dont la partie bas-
se est en eau tandis que la zone supérieure est densément
végétalisé et représente un milieu tropical occupé par des
crapauds nains (Pipa parva) et par des lézards malachites
(Sceloporus malachiticus).

Le visiteur entre alors dans une autre salle faisant office de
sas, et au coeur de laquelle ont été installés plusieurs terra-
riums consacrés aux amphibiens.



Flèche

Sur la gauche, on découvre comme précédemment, une
rangée de plusieurs vivariums. Le premier, agrémenté de
mousses, de branches et de quelques plantes. Une
bruine continue offre l'humidité nécessaire à l'élevage
des dendrobates dorées (Dendrobates auratus) et des
geckos de Brook (Hemidactylus brookii).

Des dendrobates jaguars (Dendrobates leucomelas)
dans le second terrarium quasi identique au précédent.
Le terrarium mitoyen aux dendrobates jaguars vivent
des dendrobates bleues (Dendrobates azureus), tandis
que le quatrième vivarium de cette salle est consacré
à des dendrobates à tapirer (Dendrobates tinctorius).


Vivariums des dendrobates
Vivariums des dendrobates - juillet 2012


Vivariums des dendrobates
Vivariums des dendrobates - juillet 2012
Le dernier terrarium de cette rangée est le lieu de
présentation de geckos diurnes à poussières d'or
(Phelsuma laticaudata laticaudata).

Enfin, un dernier terrarium situé sur la droite de la
pièce, est relativement grand et agrémenté de
mousses et autres racines. Ce vivarium est le lieu
d'une cohabitation entre des phyllobates dorés
(Phyllobates terribilis) et des dendrobates à
tapirer (Dendrobates tinctorius).

Le visiteur ressort alors de la maison des éléphants
et du vivarium, pour revenir au niveau de la plaine
africaine des impalas, du complexe des carnivores
pour gagner une autre partie du zoopark d'Erfurt.



Flèche

Cette zone débute par un complexe australien.
Sur la droite du sentier se trouve une vaste prairie
légèrement pentue et entourée d'un petit grillage.
Le visiteur est invité à entrer dans cette installation
consacrée à des wallibies de Bennett (Macropus
rufogriseus rufogriseus) qui évoluent aux côtés
d'oies semi palmées (Anseranas semipalmata).

Au niveau de la sortie de l'enclos de contact se
trouve un bâtiment de briques rouges, percé de
baies vitrées, qui abrite les loges de nuit des
wallabies, mais également d'un second marsupial,
le kangourou géant (Macropus giganteus).


Enclos de contact des wallabies
Enclos de contact des wallabies - juillet 2012


Volière des cacatoès
Volière des cacatoès - juillet 2012
Sur la gauche de ce bâtiment se dresse une volière
agrémentée de perchoirs en bois mais nue de toute
végétation, dans laquelle évoluent des cacatoès
rosalbins (Eolophus roseicapillus).

A l'arrière de la volière des cacatoès se trouve une
autre prairie de grande taille, agrémentée de cabanes
en bois, offrant un accès extérieur aux kangourous,
espace que ces mammifères partagent avec des
émeus (Dromaius novaehollandiae).

En face de ce complexe se trouve une volière de
petite taille, au sol en sable, agrémentée d'un bassin
et de quelques végétaux.


Cette volière, relativement récente comme le reste du
complexe australien, est occupée par des martins
chasseurs géants (Dacelo novaeguineae).

La visite se poursuit alors au coeur d'un bout de forêt
à la sortie duquel se trouve, sur la droite, un vaste en-
clos de contact érigé sur une colline. L'étendue de
cette installation a permis au parc de diversifier les
milieux. On parcourera ainsi une zone plantée de buis-
sons, une zone forestière une zone rocailleuse et une
zone en terre. Ce complexe de contact est le lieu de
vie d'une colonie de sines magots (Macaca sylvanus).

Le visiteur ressort alors de l'enclos de contact pour
se diriger vers le dernier monde du Zoopark d'Erfurt,
la ferme.



Enclos de contact des magots
Enclos de contact des magots - juillet 2012
Enclos de contact des magots
Enclos de contact des magots - juillet 2012
Maison des wallabies
Maison des wallabies - juillet 2012


Volière des martins chasseurs
Volière des martins chasseurs - juillet 2012
Enclos des kangourous
Enclos des kangourous - juillet 2012



Flèche

Le visiteur traverse alors une prairie, divisée en 2
enclos situés de part et d'autre du sentier de visite.
Au bout du sentier se trouve, sur la gauche, un
enclos en sable, cet enclos accolé à de grandes
granges, est le lieu de vie de vaches (Bos
primigenus domesticus). Leur étable est
également visible.

En face des vaches se trouve un petit enclos carré
en herbe, au centre duquel se dresse une petite
cabane en bois. Cette installation est le lieu de vie
de poules domestiques (Gallus gallus domesticus).

Le visiteur est alors invité à entrer dans une écurie
où se trouvent plusieurs boxes consacrés à des
ânes domestiques (Equus asinus).



Enclos des vaches
Enclos des vaches - juillet 2012

Grange de la mini ferme
Grange de la mini ferme - juillet 2012
A côté des ânes se trouve une autre écurie, dans
laquelle ont été aménagés 4 boxes. Chacune de
ces loges intérieures sont consacrées à des co-
chons (Sus scrofa domesticus).

Un peu plus loin dans le bâtiment se trouve 3
autres loges paillées, consacrées à des cochons
d'Inde (Cavia aparea) et à des lapins
(Oryctolagus cuniculus).

Le visiteur ressort alors dans la cour de la ferme
où de petits enclos extérieurs ont été installés
pour les cochons.

Une exposition de calèches et machines anciennes
y est exposé.


Le visiteur contourne alors les granges de la ferme, pour
découvrir les boxs intérieurs des poneys (Equus
caballus) et autres chevaux, notamment la race la plus
grande : le Shire, dont l'élevage du zoo d'Erfurt est un des
plus reconnus.

Le sentier de visite sillone alors au milieu des différents
enclos extérieurs des équidés. Tous ces enclos au sol en
sable, sont plantés d'arbres et de buissons. Des bar-
rières métalliques et des haies délimitent chaque enclos.

Le sentier revient alors au niveau de la montagne des
magots, pour retourner au niveau de la zone australienne,
puis de la zone des lions avant de quitter le zoo.
Boxes des cochons
Boxes des cochons - juillet 2012


Boxes des chevaux
Boxes des chevaux - juillet 2012
Enclos typique de la mini ferme
Enclos typique de la mini ferme - juillet 2012



Flèche





En conclusion le Zoopark d'Erfurt s'étend sur une surface
importante offrant de nombreuses possibilités de dévelop-
pement.

Le zoo en lui même tendait, sous la précédente direction,
à s'orienter vers la présentation des "grosses" espèces
(éléphants, rhinocéros, girafes, lion ...).

Les stigmates de l'ancienne allemagne de l'Est sont encore
visibles dans le zoo, bien que les dernières nouveautés
laissent présager une évolution et de nombreuses
rénovations.
Anolis barbu
Anolis barbu - juillet 2012


Copyright ©  -  2007-2022  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés