Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde   |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |   Mes visites    |     Liens

Tierpark Gotha

Tierpark Gotha
Töpfleber Weg 2
99867 Gotha
Allemagne

Tel : +49 (0)3 621 70 77 31
Fax : +49 (0)3 621 70 77 31

www.kultourstadt.de


Logo du Tierpark Gotha


Ma visite : le 09 juillet 2012
Mise en ligne : le 01 mai 2014




Babouin anubis
Babouin anubis - juillet 2012




Horaires d'ouverture 2013
Tarifs d'entrée 2013
Les ours, les rongeurs et le lac des anatidés
La plaine dus américaine et les carnivores
Les lamas, les pacas et les rapaces
Les harfangs, les coatis et le noctarium
Les oiseaux et les petits mammifères africains
La plaine australienne, les patas et les tigres
La plaine asiatique, les petits rongeurs et la mini ferme
Le bâtiment des rongeurs rares et les vaches
Conclusion



Flèche

Horaires d'ouverture 2013 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)









Eté : 9h00 à 18h00
Hiver : 9h00 à 16h30

Les dernières entrées sont proposées 45 minutes avant
la fermeture.
Perdrix choukar
Perdrix choukar - juillet 2012



Flèche

Tarifs d'entrée 2013 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Conure soleil
Conure soleil - juillet 2012







Ticket journalier:
     Adulte :                    5,00 €
     Enfant (2 à 16 ans) : 2,00 €



Flèche

Présentation du zoo


Le Tierpark Gotha est un petit parc situé dans cette ville d’Allemagne
de l’Est, non loin du plus connu Zoopark d’Erfurt. Installé au
milieu d’une forêt de feuillus, ce parc se caractérise par des in-
stallations relativement anciennes, une collection axée sur les
petits mammifères et quelques belles raretés zoologiques.

Après avoir pris son ticket, le visiteur entre à proprement parler
dans le parc. Sur la gauche de l’entrée, délimité par de hautes
vitres, se trouve un enclos au sol bétonné entouré de hauts murs
rocheux.

Cette installation est le lieu de vie d’ours bruns de Syrie (Ursus
arctos syriacus
) cohabitant avec des renards des steppes
(Vulpes corsac).


Enclos des ours
Enclos des ours - juillet 2012
Enclos des castors
Enclos des castors - juillet 2012

Le sentier débute sur la gauche de l’enclos des ours et
longe une seconde structure au sol plus naturel, creusé d’un
bassin et agrémenté de quelques troncs.
Cet enclos également délimité par des murs de pierre et des
vitres constitue l’enclos secondaire des deux espèces pré-
citées.
 
Face aux ursidés, une petite fosse au sol recouvert de rochers,
creusée d’un bassin et agrémentée de souches, est le lieu de
vie de castors américains (Castor canadensis).

Dans le prolongement des rongeurs, un morceau de forêt
clairsemée, s’organise autour d’un vaste plan d’eau artificiel.


L’ensemble forme l’enclos des anatidés au sein duquel
cohabitent : bernache nonette (Branta leucopsis) ; oie
cendrée (Anser anser) ; tadorne de Belon (Tadorna
tadorna
) ; canard carolin (Aix sponsa) ; canard mandarin
(Aix galericulata) ; fuligule nyroca (Aythya nyroca) ; fuligule
morillon (Aythya fuligula) ; souchet d’Europe (Anas
clypeata
) ; fuligule milouin (Aythya ferina) ; canard siffleur
(Anas penelope) ; bernache à cou roux (Branta ruficollis) ;
bernache du Canada (Branta canadensis) ; bernache naine du
Canada (Branta hutchinsii) ; oie rieuse (Anser albifrons) ;
canard colvert (Anas platyrhynchos) ; nette rousse (Netta
rufina
) ; canard pilet (Anas acuta) ou encore canard chipeau
(Anas strepera).


Enclos des anatidés
Enclos des anatidés - juillet 2012



Cage des macaques rhésus
Cage des macaques rhésus - juillet 2012

Plus loin sur le sentier, bordant l’espace des anatidés, se trouve
une autre fosse en sable, délimitée par de petits murs. Quelques
rochers y ont été disposés et offrent des espaces de jeux aux
dègues (Octodon degu) qui y sont installés.

La zone forestière laisse alors place à une praire dégagée,
s’ouvrant sur un bassin. Des massifs de buissons ont été
plantés dans l’ensemble de l’espace consacré à un groupe
de pélicans roses (Pelecanus onocrotalus), à des ibis sacrés
(Threskiornis aethiopicus) et à des spatules blanches
(Platalea alba).

Face aux petits échassiers, se dresse une cage au sol carrelé,
agrémentée de quelques cordes et de branchages. Cette ins-
tallation de faible surface est consacrée à des macaques rhésus
(Macaca mulatta).



Flèche

Mitoyen aux pélicans, se trouve une petit plaine composée
d’une partie en sable, s’ouvrant sur un bassin naturel. La
plage agrémentée de petits arbres, est doublé d’un abri en
bois. Cette installation représente la plaine sud américaine
du zoo de Gotha au cœur de laquelle cohabitent des capy-
baras (Hydrochaeris hydrochaeris), des aras araraunas
(Ara ararauna) et des aras chloroptères (Ara chloroptera).
Un ponton en bois permet d’admirer les animaux de plus
près.

Face à la zone sud américaine et situé à proximité de la cage
des macaques, se trouve une seconde cage d’aspect plus
robuste, entourée de vigne vierge rendant l’espace sombre.


Plaine sud américaine
Plaine sud américaine - juillet 2012




Cage des lynx
Cage des lynx - juillet 2012

Cette cage, dénudée d’aménagements hormis quelques
branches, est le lieu de vie de rares panthères de l’Amour
(Panthera pardus japonensis). Dans le prolongement
des panthères se trouve une seconde du même type,
comparable en termes d’aménagements, cage consacrée à
des lynx (Lynx lynx). Sur la droite du sentier, le visiteur
découvre la partie boisée de l’enclos des cabiais, où l’on
pourra identifier les canards partageant l’espace avec ces
gros rongeurs.

Il en est ainsi pour les dendrocygnes bicolores
(Dendrocygna bicolor), les oies de l’Orenoque
(Neochen jubata), les nettes peposacas (Netta
peposaca
), les siffleurs d’Amérique (Anas
americana
), les siffleurs du Chili (Anas sibilatrix),
les sarcelles cannelles (Anas cyanoptera) et les sarcelles
à collier (Callonetta leucophrys).



Sur la droite, un sentier nous permet de nous diriger sur la
droite, de sorte à longer l’installation des capybaras, mais
aussi une autre cage de petite taille, faite de pierres plates
et doublée d’un abri vitré. Cette structure est le lieu de vie
de babouins anubis (Papio anubis).

Restons pour notre part sur le sentier principal de sorte à
découvrir, à l’arrière du bâtiment des babouins, un petit
enclos en sable, surmonté d’une termitière artificielle. Une
famille de suricates (Suricata suricatta) est présentée à
ce niveau.


Cage des babouins
Cage des babouins - juillet 2012



Enclos des loups
Enclos des loups - mai 2012

Le visiteur arrive alors au niveau d’une prairie dégagée de
tous arbres. Cette zone permettra la construction de nou-
veaux enclos et la modernisation du parc. A l’extrémité de
cette prairie, marquant la frontière du zoo, se dresse un
enclos de grande taille. Cette prairie à l’herbe haute, légè-
rement vallonnée, est occupée par une meute de loups gris
(Canis lupus lupus).

Sur la droite de l’enclos des loups se dresse une grande
volière en bois, moderne, au sol alternant entre sable et
herbe.  Des conifères et des troncs morts y ont été dis-
posés. Cette installation accueille des grands corbeaux
(Corvus corax). Il est à noter le contraste entre ces en-
clos récents, leur taille, et les anciennes cages que l’on a
pu observer au début de la visite.


Enclos des suricates
Enclos des suricates - juillet 2012
Volière des corbeaux
Volière des corbeaux - juillet 2012



Flèche

Le visiteur emprunte alors un chemin parallèle au précédent.
Plus loin sur ce sentier, faisant la liaison entre la prairie d’ex-
tension et l’ancienne partie du zoo, se dresse une petite volière
légèrement surélevée par rapport au sentier de visite. Cette
volière, au sol en écorce a été plantée de multiples conifères.

Recouverte d’un filet, elle est le lieu de vie de faisans de Wallich
(Catreus wallichi) et de chouettes de Tengmalm (Aegolius
funereus
).

Un sentier bifurque alors sur la droite, pour rejoindre la cage
des babouins et la plaine sud américaine. Ce dernier longe,
sur la droite, une ancienne volière dont la surface au sol reste
limitée.

Disposant d’un sol naturel planté de quelques arbres, cette
structure hébergeait jusqu’à leur déplacement, les loups du
zoo.




Volière des faisans de Wallich
Volière des faisans de Wallich - juillet 2012

Enclos des lamas
Enclos des lamas - mai 2012

Des travaux sont en cours en vue d’agrandir l’ensemble et
d’y intégrer les panthères de l’Amour. Face à l’ancien en-
clos des loups se trouve un enclos tout en longueur, de taille
moyenne, bien planté et accolé à une maison octogonale
vitrée en façade. Ce complexe héberge des pacas
(Cuniculus paca).

La visite se poursuit sur le sentier principal qui borde la limite
du zoo. Situé à côté de l’enclos des pacas se dresse un autre
enclos au sol en sable, doublé d’un bâtiment permettant
d’abriter les animaux. Cette installation présente une coha-
bitation entre des nandous (Rhea americana), des lamas
(Lama glama) , des maras (Dolichotes patagonum), tous
trois originaires d’Amérique du Sud et des chèvres à 4 cornes
(Capra hircus domesticus) originaires d’Europe.


Paca
Paca - juillet 2012
Genette maculée
Genette maculée - juillet 2012



A l’extrémité de la plaine des lamas, un sentier bifurque sur la
droite et longe, installé au milieu d’une haie de sapin, une volière
de grande longueur, au sol en herbe, creusée d’un bassin et
agrémentée de quelques saules pleureurs. Cette volière accueille
des ibis rouges (Eudocimus ruber) et des hérons garde bœufs
(Bubulcus ibis) et des hérons bihoreaux (Nycticorax
nycticorax
).

De retour sur l’allée principale, on peut observer une petite
volière octogonale en bois à  l’intérieur de laquelle ont été
disposées des branches mortes. Cette volière présente des
Chevêchettes d'Europe (Glaucidium passerinum) et des
perdrix choukars (Alectoris chukar).


Volière des ibis rouges
Volière des ibis rouges - juillet 2012



Volière des chouettes des terriers
Volière des chouettes des terriers - juillet 2012

Suite aux petits rapaces se dresse une volière de forme carrée,
doublée d’un bâtiment de nuit. Cette volière au sol en sable,
agrémentée d’un bassin, est le lieu de vie de chevêches
d’Athènes (Athene noctua) et d’huitriers pies (Haematopus
ostralegus
).

Face à ces oiseaux, sur la gauche du sentier, s’étend une volière
minérale, dont les aménagements consistent en des amas de ro-
chers, doublés de troncs d’arbre. Cette installation est consacrée
à des chouettes des terriers (Athene cunicularia) et à des
visaches (Lagostomus maximus). Sur la droite du chemin,
séparée de la volière des huitriers par les loges d’hivernage des
pélicans, se trouve une second volière bien fournie, à l’intérieur
de laquelle évoluent des petits ducs (Otus scops), des courlis
cendrés (Numenius arquata), des vanneaux huppés (Vanellus
vanellus
) et des sarcelles d’été (Anas querquedula).



Flèche

Sur la gauche, on peut admirer une autre volière relativement
haute et longue, agrémentée de nombreux rochers et de sapins
morts. Des harfangs des neiges (Nyctea scandiaca) y ont été
installées. Le visiteur retrouve alors la partie arrière de l’étendue
des anatidés, déjà observée au début de notre visite.

Cette zone est également le lieu de vie de chiens de prairie
(Cynomys ludovicianus) évoluant en liberté à ce niveau. Le
visiteur arrive alors au centre du zoo de Gotha. Sur la gauche,
dans le prolongement des volières des harfangs et des
chouettes des terriers, se trouve une troisième volière du
même type, comparable en termes d’espace et d’aména-
gements, dans laquelle évoluent des chouettes lapones (Strix
nebulosa
).

Enfin, une quatrième et dernière volière de ce type complète
la série des rapaces nocturnes. Cette dernière a été plantée
de quelques sapins et héberge des hiboux moyens ducs (Asio
otus
) et des chouettes hulottes (Strix aluco).




Volière typique pour chouettes et hiboux
Volière typique pour chouettes et hiboux - juillet 2012
Enclos des myocastors et coatis
Enclos des myocastors et coatis - juillet 2012

Suite aux volières, le visiteur traverse un bosquet de feuillus et
longe, sur sa gauche un enclos boueux, de taille moyenne, oc-
cupé par des pécaris à collier (Tayassu tajacu).

Quelques pierres rompent la monotonie de l’enclos. Le visiteur
se retrouve alors au centre du zoo et peut observer, situé en
face de l’entrée, une petite île bétonnée, sur laquelle se dressent
des pieux en bois.

Cette installation constitue l’enclos extérieur des coatis bruns
(Nasua nasua). Les fossés artificiels, en eau, hébergent quant
à eux des myocastors (Myocastor coypus). L’île des coatis
est reliée à un bâtiment de petite taille à l’intérieur duquel se
poursuit la visite.


Ce dernier abrite 5 loges intérieures. Chacune dispose d’un sol
en écorce et est agrémentée de cordes et de branches. La
première loge compose la loge de nuit des coatis. La seconde
est occupée par des cobayes des rochers (Kerodon rupestris)
et par des tatous à 3 bandes (Tolypeutes matacus). La troisième
et la quatrième structures sont des vivariums agrémentées
chacune d’un bassin en eau, de branches et de quelques plantes.
Elles accueillent respectivement des caïmans nains (Paleosuchus
palpebrosus
) puis des boas constricteurs (Boa constrictor).
La dernière grande loge permet d’abriter de petits singes que
nous découvrirons plus tard. Enfin, au sein de cette bâtisse,
deux petits terrariums ont été intégrés aux murs.
Plantés de lianes feuillus et de mousses, ils sont consacrés à des
dendrobates bleues (Dendrobates azureus) et à des dendrobates
dorées (Dendrobates auratus).


Noctarium
Noctarium - juillet 2012
Enclos des cobayes
Enclos des cobayes - juillet 2012
Vivarium des caimans
Vivarium des caimans - juillet 2012



Flèche

Le visiteur ressort alors de ce bâtiment et découvre, accolée à
ce dernier, une série de plusieurs volières érigées cote à cote.
La première volière, au sol en herbe, est tendue de branches et
de cordes.

Une petite trappe communique avec la loge intérieure non dé-
crite précédemment. Ce complexe est le lieu de vie de tamarins
pinchés (Saguinus oedipus) qui cohabitent avec des hutias de
Cuba (Capromys pilorides).
Mitoyen aux petits singes, se dresse une autre volière densément
plantée et consacrée à des touracos à joues blanches (Tauraco
leucotis
).

Les deux volières qui suivent sont légèrement plus petites et dis-
posent pour seuls aménagements de quelques branches. La
première accueille des cacatoès de Ducorps (Cacatua ducorpsi)
tandis que la seconde est le lieu de vie de gris du Gabon (Psittacus
erithacus erithacus
).




Rangée de volières
Rangée de volières - juillet 2012


Volière des pintades et perruches
Volière des pintades et perruches - juillet 2012

Situées au centre de la rangée, les 2 volières qui arrivent sont plus
hautes que les précédentes. Un empilement rocheux tapisse le mur
du bâtiment. On pourra y admirer, dans l’ordre de visite, des
agoutis dorés (Dasyprocta leporina) et des aras araraunas (Ara
ararauna
), puis des amazones de Salvin (Amazona autumnalis
salvini
).

La rangée compte encore 5 volières au sol en sable, creusées
chacune d’un bassin et agrémentées de cordes et de troncs.
La première est le lieu de vie de perruches de Patagonie
(Cyanoliseus patagonus). Des perruches de Derby (Psittacula
derbyana
) évoluent aux côtés de coqs  de Bankiva (Gallus
gallus
) et des perruches omnicolores (Platycercus eximius).
Nous découvrirons ensuite des conures jandaya (Aratinga
jandaya
) puis des mainates religieux (Gracula religiosa) tandis
que la dernière abrite des vanneaux armés (Vanellus armatus),
des géocolombes striées (Geopelia striata), des kookaburas
(Dacelo novaeguineae) et des pintades  huppées (Guttera
pucherani
). 


Face au secteur des oiseaux, se trouve un petit complexe de
trois cages entourant un bâtiment central. Ces cages de taille
moyenne, disposent d’un sol naturel en terre agrémenté de
structures en bois, de souches et de quelques rochers. La
cage située sur la droite du bâtiment est occupée par des
athérures d’Afrique (Atherurus africanus).

Celle située sur la gauche de la maison est consacrée à une
rare genette à grosses taches (Genetta maculata), tandis
que la troisième et dernière structure, située à coté de l’entr-
ée du bâtiment, est également destinée aux athérures.

La cage des athérures, fait face à une grange en bois abritant
plusieurs clapiers traditionnels hébergeant différentes races
domestiques de lapins (Oryctolagus cuniculus domesticus).


Enclos des athérures
Enclos des athérures - juillet 2012
Volière des genettes
Volière des genettes - juillet 2012




Le visiteur entre alors dans la maison de ces petits mammifères
africains pour y découvrir leurs loges de nuits, en sable, au sein
desquels ont été disposés de petits troncs. Un terrarium a là
encore été intégré au mur. Ce dernier agrémenté de planches
de lièges, est le lieu de vie de blattes géantes de Madagascar
(Gromphadorrhina portentosa).



Flèche

Le visiteur ressort alors de la maison des petits mammifères
pour se diriger à l’arrière de cette dernière sur un sentier se-
condaire bordant plusieurs volières. La première, organisée
tout en longueur, au sol recouvert d’écorces héberge des
faisans de Colchide (Phasianus colchicus) et des chouettes
effraies (Tyto alba).

Au bout de l’allée, s’étend un enclos en herbe, entouré de
hautes grilles. Quelques structures en bois y ont été cons-
truites et offrent des possibilités d’escalade aux patas
(Erythrocebus patas).

A côté des singes, une batisse en forme de cathédrale, est
consacrée à la faune aviaire australienne représentée à
Gotha par des perruches callopsittes (Nymphicus
hollandicus
), des perruches ondulées (Melopsittacus
undulatus
), des diamants mandarins (Poephilla guttata)
et des colombes diamants (Geopelia cuneata).





Enclos des patas
Enclos des patas - juillet 2012


Enclos des dingos
Enclos des dingos - juillet 2012

Sur la droite de cette volière le cinquième continent est
encore mis à l’honneur avec un enclos de type forestier
dans lequel s’ébattent des émeus (Dromaius
novaehollandiae
) et des wallabies de Bennett (Macropus
rufogriseus
).

Enfin, le voyage en Australie se termine par un vaste enclos
en herbe, duquel ressortent quelques termitières, consacré à
une meute de dingos (Canis lupus dingo). Cet enclos nous
ramène vers le sentier principal. Face aux canidés, se dresse
une cour de ferme en terre, accolée à une grange.

Ce parc est le lieu de vie d’autruches (Struthio camelus),
d’ânes gris (Equus asinus domesticus), de chèvres naines
(Capra hircus domesticus), de moutons du Cameroun
(Ovis aries domesticus), de pintades domestiques (Numida
meleagris), de vautours de Rueppel (Gyps rueppelli).


Volière des perruches7
Volière des perruches - juillet 2012
Plaine des autruches
Plaine des autruches - juillet 2012


Sur la gauche du sentier se dresse alors une volière au sol
naturel où l’herbe alterne avec la terre, et au sein de laquelle
ont été disposés rochers et conifères. Cette dernière abrite
des grands ducs (Bubo bubo).

Dans le prolongement de la volière s’étend un vaste enclos
dont le premier est ensemencé en herbe tandis que l’arrière-
plan forme une forêt bien touffue. Cet enclos est occupé par
des muntjacs de Chine (Muntiacus reevesi) marquant
l’entrée dans la partie asiatique du zoo. Toujours sur la
gauche, le visiteur peut alors observer un enclos de taille
moyenne, au sol en herbe, creusé d’un bassin et agrémenté
de quelques troncs et de rochers.


Enclos des muntjacs
Enclos des muntjacs - juillet 2012



Enclos des tigres
Enclos des tigres - juillet 2012

Cette installation est habitée par des tigres de Sibérie
(Panthera tigris altaica). Cet enclos marque une des
extrémités du zoo et le sentier se dirige alors sur la droite,
de sorte à contourner une prairie de taille moyenne en-
tourée de barrières métalliques formées de gros tubes.

Cette prairie est consacrée à une famille de bisons
européens (Bison bonasus). Face aux bisons, se dresse
une volière offrant un volume important, agrémenté de
sapins et de souches. Cette volière présente des chouettes
de l’Oural (Strix uralensis). Sur la gauche, dans le pro-
longement des chouettes, s’étend un enclos relativement
vaste et profond, au sol naturel, ombragé par de grands
arbres et par de petits buissons ainsi que par un grand
point d’eau.



Flèche

Cette plaine est le lieu d’une cohabitation entre des cerfs axis
(Axis axis), des zébus nains (Bos taurus indicus), des grues
demoiselles (Anthropoides virgo), des grues à cou blanc
(Grus vipio), des marabouts africains (Leptoptilus
crumeniferus
), des oies à tête barrée (Anser indicus) et
des casarcas roux (Tadorna ferruginea). 

En face de la plaine des cervidés se dresse une petite volière
octogonale en bois, caractéristique des volières de jardins.
Légèrement surélevée, elle dispose d’un sol en sable et a été
aménagée à l’aide de branches de conifères de sorte à
permettre aux perdrix choukars (Perdix choukar) de se
soustraire à la vue des visiteurs.

Le visiteur arrive alors au niveau d’une petite place au centre
de laquelle a été creusée une fosse de forme ronde. Au fond
de cette fosse, on trouve un sol recouvert d’écorces, dont le
brun contraste avec la verdure des petits buissons.



Plaine des grues
Plaine des grues - juillet 2012

Enclos des porcs épics arboricoles
Enclos des porcs épics arboricoles - juillet 2012

Enfin un enchevêtrement de branches forme un parcours
permet d’accéder au tronc planté au milieu de cette fosse.
Ce complexe est le lieu de présentation de porcs épics
arboricoles (Erethizon dorsatum).

Les loges de nuit de ces rongeurs sont également visibles au
travers d’une baie vitrée.

A côté des rongeurs, un autre enclos délimité par un muret en
béton dispose d’un sol en terre et en sable et est agrémenté
de multiples rochers. Cette installation accueille une cohabi-
tation entre des lapins de Garennes (Oryctolagus cuniculus)
et des marmottes bobaks (Marmota bobak), un rongeur qui
reste peu courant en captivité.


Le visiteur contourne alors la prairie des bisons et bifurque
sur la droite, pour découvrir, sur sa gauche, un autre enclos
de taille moyenne, fait de sable et de rochers, dans lequel
sont hébergés des porcs épics (Hystrix indica).

La visite se poursuit sur le sentier parallèle à la frontière du
zoo. Sur la droite, dans le prolongement de la plaine des
bisons, se trouve une série de 3 enclos entourant une grange,
composant la mini ferme du zoo. Le premier de cette série en
herbe, héberge des moutons (Ovis aries domesticus). Le
second, de petite taille, est boueux et présente des porcs
(Sus scrofa domesticus), tandis que le dernier est consacré
à des chèvres (Capra hircus domesticus).
Mini ferme des moutons
Mini ferme des moutons - juillet 2012


Enclos des marmottes
Enclos des marmottes - juillet 2012
Plaine des bisons
Plaine des bisons - juillet 2012



Flèche

La visite se poursuit à l’intérieur d’un bâtiment de briques
rouges, situé face à la mini ferme. Avant d’y entrer, nous
pouvons observer une petite volière extérieure enfermant
un parcours de branches. Cet enclos est le lieu de vie de
rats de Cuming (Phloeomys cumingi), un rongeur très
peu représenté en Europe.

A côté des rats se dresse un terrarium de petite taille, bien
végétalisé, occupé par des phasmes ailés (Sipyloidea
sipylus
). A l’extrémité de la maison, se trouve une loge
sombre, en lumière inversée.

Ce noctarium accueille des roussettes d’Egypte (Roussettus
aegyptiacus
) et des lièvres sauteurs (Pedetes capensis).
Sur le mur de droite, on découvre encore 3 loges intérieures.


Terrarium des spermophiles
Terrarium des spermophiles - juillet 2012

Enclos extérieur des loutres
Enclos extérieur des loutres - juillet 2012

La première, relativement claire, se compose de quelques
plantes d’intérieur et de structures en bois. Elle héberge un
yuhina à diadème (Yuhina diademata) et des zostérops du
Japon (Zosterops japonica). La seconde, au sol recouvert
d’écorces est le lieu de vie de loutres naines (Aonyx cinerea),
tandis que la dernière, en sable, représentant un milieu sec
présente une cohabitation entre de rares spermophiles de
Richardson (Spermophilus richardson) et des diamants à
bavette (Poephila acuticauda).

Le visiteur ressort alors de la maison des petits rongeurs, pour
revenir vers les enclos des chèvres. Accolé à la maison de
briques rouges, s’étend une volière en herbe, creusée d’un
bassin et ombragée par quelques arbres. Cette volière cons-
titue l’enclos extérieur des loutres naines, enclos qu’elles par-
tagent avec des geais d’Europe (Garrulus glandarius).



A l’extrémité de l’enclos des chèvres, deux possibilités s’of-
frent à nous. La première consiste à bifurquer sur la droite
pour découvrir, face aux chèvres un second enclos consacré
à des chèvres naines (Capra hircus domesticus), pour
revenir ensuite au niveau de la plaine des autruches. 

La seconde option nous conduit vers la sortie du zoo. Avant
de quitter le parc, le visiteur peut encore observer une grange
servant d’étable et permettant d’isoler 2 vaches (Bos taurinus
domesticus
) et un petit enclos en sable dans lequel évolue un
âne gris (Equus asinus domesticus). Le visiteur termine ainsi
sa visite.
Enclos des chèvres
Enclos des chèvres - juillet 2012



Flèche



En conclusion, le zoo de Gotha est un petit parc dont la visite
peut se faire en 2 heures. Les enclos sont pour la plupart de
petite taille et relativement anciens, laissant penser que le zoo
manque cruellement de moyens.
La faible surface disponible a conduit le parc à s’orienter vers
des espèces de petite taille, parmi lesquels on pourra découvrir
plusieurs « raretés » zoologiques peu fréquentent dans les parcs
européens. On peut ainsi citer les spermophiles de Richardson,
la genette maculée ou encore la marmotte bobak.
Spermophile de Richardson
Spermophile de Richardson - juillet 2012


Copyright ©  -  2007-2022  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés