Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde   |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |   Mes visites    |     Liens


Allwetter Zoo Münster



Allwetterzoo Münster
Sentruper Straße 315
48161 Münster
Allemagne

Tel : +49 (0)251 8904-0
Fax: +49 (0)251 8904-130

www.allwetterzoo.de

Logo du Zoo


Ma visite : 22 avril 2011
Mise en ligne : 20 juin 2011





Chirurgien à joues blanches
Chirurgien à joues blanches - avril 2011
Horaires d'ouverture 2011
Tarifs d'entrée 2011
Les ours et les bongos
Le musée du Cheval, la ferme et les rapaces
La serre tropicale
BioCity, les oiseaux et les fauves
Le Delphinarium, les mastodontes et la plaine
Les gaurs, girafes et félidés
L'Africaneum et les petits singes
Les animaux voisins des mers et la Zoorangerie
L'aquarium eaux douces
L'aquarium eaux de mer
Le Vivarium
Conclusion



Flèche

Horaires d'ouverture 2011 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)









Avril à Septembre : 9h00 à 18h00
Mars et Octobre :   9h00 à 17h00
Novembre à Février : 9h00 à 16h00

Bulbuls bimaculés
Bulbuls bimaculés - avril 2011



Flèche

Tarifs 2011 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)

Phoque gris
Phoque gris - avril 2011
Tarifs journaliers:
     Adulte :                 14,00 €
     Enfant (3 à 17 ans): 7,00 €

Tarifs groupes (Plus de 20 personnes):
     Adulte :                 11,90 €
     Enfant (3 à 17 ans): 5,90 €

Cartes annuelles :
     Adulte :                                 70,00 €
     Enfant (3 à 17 ans):               35,00 €
     Famille (parents + enfants) : 145,00 €



Flèche

Présentation du zoo

Après avoir franchi l'entrée, le visiteur se dirige légèrement vers
la droite, en direction de la première zone du zoo, le "Bärenpark".
Ce complexe se compose de trois enclos entourant une maison
Le premier enclos, au sol naturel, est agrémenté de buissons et de
troncs d'arbre, reliés entre eux par des cordes. Celui-ci est
consacré à des coatis bruns (Nasua nasua), dont 2 individus
particulièrement sombres.
En face des coatis, un grand plateau en terre situé à l'ombre
de grands arbres feuillus, est le lieu de vie d'un groupe de cerfs
sikas (Cervus nippon pseudaxis). A côté des cerfs sikas, un
second enclos forestier est occupé par un couple de bongos
(Tragelaphus eurycerus isaaci).
Le visiteur revient alors vers le complexe des ours, plus préci-
sément au niveau du second enclos recréant un paysage ro-
cailleux. Des rochers, quelques arbres et une cascade consti-
tuent les aménagements de cette installation.


Enclos des coatis
Enclos des coatis - avril 2011


Enclos des ours de Syrie
Enclos des ours de Syrie - avril 2011
L'enclos rocailleux est occupé par des ours de Syrie (Ursus
arctos syriacus). En face des ours, un enclos triangulaire en
sable est consacré à la présentation de poneys shetland
(Equus cabella). A l'arrière de cette installation se dresse un
grand bâtiment, dans lequel le visiteur est invité à entrer.
Cette construction est dotée d'une salle d'exposition et d'un
manège, et constitue le Musée du Cheval qui a été intégré au
parc zoologique.
En ressortant du Musée du Cheval, le visiteur se dirige vers le
troisième enclos du Bärenpark. Cette dernière installation est
parcourue d'un cours d'eau, plantée de nombreux massifs de
bambous et agrémentée de rochers et troncs d'arbre. Des
ours malais (Helarctos malayanus) y vivent.
Le visiteur entre alors dans la maison des ours, où se trouvent
les loges intérieures des ours malais et des coatis. Les cages
sont anciennes, agrémentées de cordages, racines et au sol en
écorces.
Un petit terrarium est pour sa part consacré à la présentation
de rats des moissons (Micromys minutus).


Loges intérieures des coatis
Loges intérieures des coatis - avril 2011
Enclos des bongos
Enclos des bongos  - avril 2011



Flèche

Le visiteur ressort alors de la maison des ours pour se diriger
sur la droite, vers la zone consacrée à la mini-ferme. Cette ex-
ploitation recréée, a été développée au sein d'une petite forêt.
Sur la droite, le premier enclos en sable, accolé au Musée du
Cheval, est consacré à ces espèces de chevaux (Equus caballus).
En face, un second enclos du même type accueille des Baudet
du Poitou (Equus asinus).
Le visiteur s'enfonce alors plus profondément  dans la forêt en
parcourant un tunnel duquel émanent des bruit de sabots, ca-
dencés en fonction de l'allure du visiteur.
Au fond de cette forêt, un enclos naturel recréant une clairière
est occupé par une meute de loups gris (Canis lupus).
Au détour d'une allée, on découvre une prairie vallonée par-
courue par un petit cours d'eau et agrémentée de nombreux roc-
hers. Cet enclos de contact est le lieu de présentation de
chèvres naines (Capra hircus) et de moutons (Ovis aries).



Musée du cheval
Musée du cheval - avril 2011
Enclos des chameaux
Enclos des chameaux - avril 2011
Avant d'entrer dans cet enclos, un petit village devant lequel se
trouve une place ensablée, présente des cobayes domestiques
(Cavia porcellus).
La suite de la visite nous conduit à retrouver l'enclos des ânes
au niveau d'un second point de vision.
Une autre installation en sable, au sein de laquelle se trouve
quelques îlots arborés. Un groupe de chevaux de Przewalski
(Equus przewalski) y évolue.
Dans le prolongement de la plaine des chevaux, un second en-
clos en sable, au sein duquel se dresse un îlot d'arbre, occupé
par des chameaux (Camelus bactrianus).
Le visiteur revient alors sur le sentier principal.
A côté des chameaux, deux enclos aujourd'hui cachés par la
végétation, étaient le lieu de vie de suidés, avant leur transfert
vers une autre partie du parc.


Enclos des loups gris
Enclos des loups gris - avril 2011
Enclos de contact des moutons
Enclos de contact des moutons - avril 2011


La suite de la visite nous amène vers un complexe de deux
volières, séparées entre elles par un bâtiment qui fait office
de loges de nuit pour l'espèce qui y est élevée. Les deux
volières sont légèrement en relief, au sol en terre et en her-
be et sont agrémentées de nombreuses structures en bois de
type racine. Des martres à gorge jaune (Martes flavigula)
y sont présentées et représentent une des espèces mise en
avant par le parc.
La suite de la visite nous conduit à traverser un petit jardin
où ont été implanté de nombreux bancs, pour se diriger
vers une grande volière consacrée à l'Afrique. Cette
volière au sol en herbe, est plantée de quelques conifères
et agrémentée d'un plan d'eau. Cette structure est accolée à
un grand bâtiment offrant des anfractuosité faisant office de
nichoirs.


Volière des martres à gorge jaune
Volière des martres à gorge jaune - avril 2011

Volière des rapaces
Volière des rapaces - avril 2011
Elle est consacrée aux rapaces, représentés à
Münster par un couple de serpentaires (Sagittarius
serpenarius
), des milans royaux (Milvus milvus), des vautours
fauves (Gyps fulvus) et des vautours moines (Aegypius
monachus).
Le visiteur contourne la grande volière, pour bifurquer sur la
droite, bordant une autre volière relativement haute, agrémentée
de nombreuses structures d'escalade et de grands arbres. Cette
installation est occupée par des sakis à face blanche (Pithecia
pithecia), des accouchis (Myoprocta acouchy), des spréos
superbes (Lamprotornis superbus) et de rares bulbuls de la
Sonde (Pycnonotus dispar).
Le visiteur se dirige alors vers une troisième volière représentant
un milieu sec, composé par un sol en sable et des branchages.
Cette installation est occupée par des tisserins de Tavete
(Ploceus castaneiceps) et des euplectes oranges (Euplectes
oryx
).


Volière des sakis
Volière des sakis - avril 2011
Volière des tisserins
Volière des tisserins - avril 2011



Flèche

La suite de la visite nous amène à entrer dans le batiment bordé
par la volière des sakis à face blanche. Ce bâtiment correspond
à la serre tropicale du zoo. Une vaste aire plantée et agrémentée
d'un bassin présente des espèces en vol libre.
Sur la droite, se trouve la volière intérieure des sakis, spréos,
bulbuls et accouchys.
Une porte marque l'entrée d'un petit vivarium. Sept terrariums
sont présentés ici. Celui de gauche, de grande taille, densément
végétalisé et disposant d'un grand bassin, se divise en deux in-
stallations.
La première est occupée par des tortues charbonnières
(Geochelone carbonaria), alors que la seconde héberge des
caïmans de Schneider (Paleosuchus trigonatus).
Le troisième terrarium est densément planté et consacré à des
pythons arboricoles (Chondropython viridis), à côté desquels
se trouve un vivarium représentant un milieu sec, agrémenté de
rochers et qui est le lieu de vie de varans à queue épineuse
(Varanus acanthurus).




Terrarium des caïmans
Terrarium des caïmans - avril 2011

Terrarium de la serre tropicale
Terrarium de la serre tropicale - avril 2011
Un autre vivarium fortement végétalisé est consacré à des basilics
à plumes (Basilicus plumifrons). Le sixième terrarium, mitoyen à
celui des basilics, dispose d'une plage végétalisée et d'un bassin
avec vision sous marine. Cette installation est le lieu de vie de tor-
tues matamatas (Chelus fimbriatus).
Enfin, le dernier terrarium nu et bétonné, est consacré à des pyt-
hons tigres (Python molurus bivittatus).
Le visiteur revient alors dans la partie de vol libre, de l'autre coté
du petit bassin, pour évoluer au milieu de la forêt tropicale, dans
laquelle évoluent de nombreux oiseaux parmis lesquels on peut
citer les étourneaux de Bali (Leucopsar rotschildii), les siffleurs
du Chili (Anas sibilatrix), les sarcelles à collier (Callonetta
leucophrys), les chauves souris géantes d'Inde (Pteropus
giganteus), les touracos paulines (Tauraco erythrolophus), les
perdrix roulrouls (Rollulus roulroul), les barbicans à tête rouge
(Trachyphonus erythrocephalus), ...


..., les scissirostres des Célèbes (Scissirostrum dubium), les
étourneaux des pagodes (Sturnia pagodarum), les étour-
neaux caronculés (Creatophora cinerea), les bulbuls à ven-
tre rouge (Pycnonotus cafer), les choucadors iris
(Coccycolius iris), les rares bulbuls bimaculés (Pycnonotus
bimaculatus
), présentés dans 4 zoos en Europe, les pigeons
nobles (Otidiphaps nobilis), les pigeons de Nicobar
(Caloenas nicobarica), les colombes à diamant (Geopelia
cuneata), les colombes poignardées (Gallicolumba
luzonica), les léiothrix jaunes (Leiothrix lutea), les tangaras
du Brésil (Ramphocelus bresilius), les sicales bouton d'or
(Sicalis flaveola), les jacanas noirs (Jacana jacana), les
échasses blanches (Himantopus himantopus), les éris-
matures rousses (Oxyura jamaicensis) et les carpes kois.


Ambiance dans la serre tropicale
Ambiance dans la serre tropicale - avril 2011


Volière des aras
Volière des aras - avril 2011
Le visiteur ressort de la serre et arrive directement dans une
volière de contact qui clos ce complexe "tropical". Cette
installation, au sol en terre, plantée de massifs de bambous
et agrémentée d'un bassin, est consacrée à un couple d'aras
macaos (Ara macao), un couple d'aras chloroptères (Ara
chloroptera) et de dendrocygnes veufs (Dendrocygna
viduata).
En ressortant de la volière de contact, le visiteur se dirige sur
la droite, vers une série de trois vivariums. Chacun dispose
d'un sol en sable et est agrémenté de nombreux branc-
hages.
Le premier est occupé par des hamster de Münster (Galea
monasteriensis), le second est le lieu de présentation de
rats épineux de Turquie (Acomys cilicicus) et le troisième
héberge des gundis (Ctenodactylus gundi).


Enclos des gundis
Enclos des gundis - avril 2011
Volière intérieure des sakis
Volière intérieure des sakis - avril 2011



Flèche

Le visiteur revient alors au niveau de l'entrée, pour pénétrer
dans une grande salle en verre. Cette salle, dont le nom est
"BioCity" , constitue en fait une salle pédagogique et un centre
d'élevage international pour tortues. A l'intérieur, les maréca-
ges artificiels y cotoient l'organisation des planètes et du sys-
tème solaire, l'évolution des tortues et les terrariums pour ces
espèces. De plus, une salle non visible du public héberge de
nombreuses autres tortues. Parmis les espèces retrouvées dans
la partie visible, on peut citer les ocadies de Chine (Ocadia
sinensis
), les tortues feuilles d'Annam (Mauremys annamensis),
les tortues rouges étranglées (Chinemys nigricans) et les tortues
boite à front jaune (Cuora galbinifrons galbifrons).

De nombreuses autres espèces de tortues sont présentées
dans la zone non visible du public.

         Télécharger la liste des espèces de BioCity




Centre d'élevage de BioCity
Centre d'élevage de BioCity - avril 2011

 Volière des calaos
Volière des calaos - avril 2011
La suite de la visite nous amène à quitter la verrière "BioCity", pour
se diriger vers une rangée de volières.
Le première grande volière, au sol en herbe, agrémentée de quelques
troncs d'arbre, est occupée par un couple de calaos terrestres du Sud
(Bucorvus cafer).
La seconde volière, également au sol en herbe et agrémentée de ro-
chers et de quelques conifères, est le lieu de vie de chouettes lapones
(Strix nebulosa). Enfin, la troisième et dernière volière de cette
série, dispose de nombreux conifères et accueille des pygargues à
tête blanche (Haliaeetus leucocephalus).

Au bout de la rangée de volières, une prairie de taille moyenne est oc-
cupée par des grues de Mandchourie (Grus japonicus). En face
des grues, un enclos ombragé par de grands arbres et disposant
d'un bassin, héberge des cigognes noires (Ciconia nigra), des oies
empereurs (Anser canagica) et des bernaches à cou roux (Branta
ruficollis).


Le visiteur revient alors au niveau de la volière des pygargues, de
sorte à franchir un petit portail et sillonner au milieu de grands ar-
bres pour déboucher sur une plage en terre bordant le lac central
du zoo. Cet enclos est en fait la zone de présentation des anatidés.
On peut ainsi y observer des cygnes noirs (Cygnus atratus), des
oies à tête barrée (Anser indicus), et des cigognes blanches
(Ciconia ciconia). Le visiteur ressort du pacrours des anatidés
pour découvrir la plaine et le bassin des flamants roses du
Chili (Phoenicopterus chilensis).
En contournant l'enclos des flamants, le visiteur arrive sous un toit
bétonné, longeant de nombreuses loges intérieures, celles consa-
crées aux fauves.
Les premières loges intérieures, au sol en écorces et agrémentées
de troncs d'arbre, présentent des panthères de Perse (Panthera
pardus saxicolor).
En face des panthères, une petite volière dans laquelle ont été
plantés quelques bambous, héberge des aras militaires (Ara
militaris).



Lac des anatidés
Lac des anatidés - avril 2011


Enclos des tigres
Enclos des tigres - avril 2011
Sur la gauche du sentier, d'autres loges intérieures sont consacrée
aux tigres de Sibérie (Panthera tigris altaica).
A l'extérimité des loges des tigres, un sentier bifurque sur la gauche
et nous permet de revenir au niveau de la volière des serpentaires.
En continuant sur le chemin de face, le visiteur longe une première
volière, sur la droite, consacrée aux kéas (Nestor notabilis), aux
côtés desquels se dresse une troisième volière occupée par des ko-
okaburas (Dacelo novaeguineae).
Sur la gauche, deux terrariums, le premier recréant un milieu sec,
le second une zone de forêt tropicale, sont occupés respectivement
par des iguanes rhinocéros (Cyclura cornuta) et par des tortues
étoilées (Geochelone elegans).
A côté du terrarium, se trouvait une salle d'exposition où était
mis en avant l'ensemble des évolutions et pratiques humaines qui
mettent en péril et influent la flore et la faune mondiale.
Le visiteur revient alors au niveau de la volière des tisserins à
l'entrée de la maison tropicale, sur la droite de laquelle une praire
est consacrée à des wallabies de Benett (Macropus rufogriseus).


Enclos des flamants roses
Enclos des flamants roses - avril 2011
Cage des léopards de Perse
Cage des léopards de Perse - avril 2011



Flèche

Le visiteur revient sur ses pas jusqu'aux loges des tigres et em-
prunte le sentier conduisant à la grande volière des vautours,
pour longer les enclos extérieurs des fauves. Celui des tigres
dispose d'un grand bassin et de nombreux bambous et troncs
d'arbre, alors que ceux des panthères sont en fait des volières
agrémentées de troncs, rappelant les anciennes cages des
fauves que l'on rencontre encore fréquemment dans les zoos
allemands.
La visite nous conduit ensuite vers l'Afrique, avec un premier
enclos en sable agrémenté de plantes grasses, de rochers
et de racines. L'originalité de l'installation, réside dans le fait
que le visiteur passe sous un tunnel qui relie les deux parties
de l'enclos traversées par le sentier de visite. Cette instal-
lation héberge une famille de suricates (Suricata suricatta).


Enclos des suricates
Enclos des suricates - avril 2011


Delphinarium
Delphinarium - avril 2011
A côté des suricates, se trouve un complexe de trois enclos au sol
en sable, dont les seuls aménagements consistent en quelques bout
de bois et rochers. Un bassin a également été creusé dans l'un des
enclos. Des barrières en rondins de bois marquent les contours des
enclos qui peuvent être reliés entre eux ou au contraire séparés.
Ce complexe est le lieu de présentation de rhinocéros blancs du
Sud (Ceratotherium simum simum), représentés à Munster par 3
individus.
En face des rhinocéros et des suricates, une grande aire de jeux est
bordée par des bâtiments phares du zoo, le "Delphinarium" au sein
duquel se poursuit la visite.
Le Delphinarium de Münster est relativement petit et ne dispose
que d'un bassin qui est divisé en deux enclos. Des grands dauphins
(Tursiops truncatus) vivent dans le bassin principal alors que les
petits bassins secondaires sont occupés par des otaries de Califor-
nie (Zalophus californianus). Il est à noter qu'un tucuxi (Sotalia
fluviatilis), espèce unique en Europe y était présenté jusqu'en
2009.


Loges intérieures des rhinocéros
Loges intérieures des rhinocéros - avril 2011
Enclos extérieur des rhinocéros
Enclos extérieur des rhinocéros - avril 2011


Le visiteur revient au niveau des rhinocéros, en face desquels,
un enclos forestier, ombragé par de grands arbres et dans
lequel ont été installé des rochers, est le lieu d'évolution de
pécaris à collier (Tayassu tajacu).
Au bout de cette grande allée, se trouve la plus grande aire
de jeux et de pique nique du zoo, place ouverte au milieu de
la forêt.
Sur la gauche de cette aire de jeux, un enclos forestier, dont
seule une petite partie est visible du publique est le lieu de
vie et de reproduction d'une famille de cerfs du Prince
Alfred (Cervus alfredi).
La suite de la visite nous conduit à contourner le troisième
enclos des rhinocéros, pour faire face à la maison des mas-
todontes, dans laquelle se poursuit la visite.
La première pièce abrite une première grande salle entourée de
faux rochers, et accolée à des boxes individuels constitue l'ins-
tallation des éléphants d'Asie (Elephas maxima) du parc.




Enclos des pécaris
Enclos des pécaris  - avril 2011


Plaine africaine
Plaine africaine - avril 2011
Une volière de contact a été érigée dans la seconde salle et ac-
cueille des loris arc en ciel (Trichoglossus haematopus
moluccanus). Enfin, la troisième salle abrite les loges intérieures
des rhinocéros et celle des suricates.
Le visiteur peut soit ressortir de la maison des mastodontes au
niveau de l'enclos des suricates, soit revenir sur ses pas, pour
poursuivre sa visite. En face de la maison des éléphants, se
trouve une des plus belle installation du zoo, la vaste plaine afri-
caine de 1,5 hectares, sur laquelle évoluent depuis l'zn 2000 près
de 50 animaux.
Des autruches (Struthio camelus australis), des grues royales
(Balearica regulorum gibbericeps), des zèbres de Boehm
(Equus burchellii boehmi), des élands (Taurotragus oryx),
des springbocks (Antidorcas marsupialis), des cobes de
Defassa (Kobus ellipsiprymnus defassa) et des gnous bleus
(Connochaetes taurinus taurinus).
La plaine dispose d'un sol en herbe, avec des zones de terres
et de sable, des zones nues et des zones arborées ainsi qu'une
grande cascade donnant naissance à un ruisseau.


Enclos des éléphants
Enclos des éléphants - avril 2011
Loges intérieures des éléphants
Loges intérieures des éléphants - avril 2011


Enclos des cerfs du Prince Alfred
Enclos des cerfs du Prince Alfred - avril 2011
Plaine africaine
Plaine africaine - avril 2011



Flèche

En face de la plaine africaine se trouve un enclos en sable, de taille
moyenne, agrémenté de quelques rochers et de troncs d'arbre, et qui
est doublé d'un second enclos. Cette installation est occupée par
le troupeau d'éléphants, dont un grand mâle.
En face de la plateforme d'observation des éléphants, se trouve un
étang dans lequel se jettent la rivière et les fossés de la plaine
africaine. Une île centrale offre un milieu sec aux pélicans frisés
(Pelecanus crispus) qui évoluent sur ce bassin.
La suite de la visite nous conduit à longer la savane africaine, pour
découvrir un autre double enclos, dont la première partie est toute
récente. La communication entre les deux parties de cette instal-
lation se fait par un portique rappelant les contrées asiatiques,
pays d'origine de l'espèce de bovidé qui y est présentée, à savoir
le gaur (Bos gaurus). La seconde partie, délimitée par de vieilles
barrières est plus ancienne et dispose d'un sol en sable et feuilles
mortes.


Enclos des gaurs
Enclos des gaurs - avril 2011


Ile des lions
Ile des lions - avril 2011
En face des gaurs, une demie île, plantée de quelques saules pleureurs
accueille des lions (Panthera leo). En contournant celle-ci, le visiteur
découvre des loges, plantées de quelques bambous, également con-
sacrées à cette espèce. Ce sont ainsi trois cages qui peuvent être soit
reliées entre elles, soit séparées.
En face des fauves, un petit bassin aujourd'hui abonné, permettait aux
visiteurs de piloter des petits bateaux électriques.
A côté des lions, deux volières densément végétalisées, au sol naturel
fait de feuilles mortes, plantées de bambous et de rochers. De rares
chats dorés de Temminck (Catopuma temmincki).
La suite de la visite nous amène vers la maison des fauves dans laquelle
nous entrons, pour découvrir les loges intérieures des chats dorés,
agrémentées d'écorces et de branchages.
Un vivarium recréant une grotte est occupé par des roussettes
d'Egypte (Rousettus aegyptiacus). A côté des chauves souris, le
visiteur trouve un autre terrarium agrémenté de branchages, qui est
consacré à des dégues (Octodon degus), avant de découvrir les
loges intérieures des lions.


Enclos des dègues
Enclos des dègues - avril 2011
Volière des chats dorés
Volière des chats dorés - avril 2011


Le visiteur ressort de la maison des fauves pour entrer direc-
tement dans un second pavillon, celui des girafes. Trois grands
boxes paillés et carrelés y ont été bâtis. Le visiteur ressort de
la maison des girafes, pour trouver, sur sa gauche, l'ile des
lions, et sur sa droite, direction dans laquelle se poursuit la vi-
site, le plateau des girafes réticulées (Giraffa camelopardalis
reticulata
). Leur plateau est séparé du visiteur par un fossé
discret, dispose d'un sol en sable et en herbe et est planté de
deux arbres.
Le visiteur arrive alors au niveau d'un complexe de quatre en-
clos tous identiques en terme de conception. Chaque enclos
a un sol en herbe, un grand espace ouvert et un espace arboré
et où tronent quelques rochers. Ce complexe que l'on est in-
vité à contourner, est consacré à des guépards (Acinonyx
jubatus jubatus). Après avoir contourné ce complexe, le
visiteur revient au niveau de la maison des fauves et de la
volière des chats dorés.



Plateau des girafes
Plateau des girafes - avril 2011
Complexe des guérpards
Complexe des guépards - avril 2011
Complexe des guérpards
Complexe des guépards - avril 2011



Flèche

Le visiteur arrive alors vers une zone relativement récente puis-
qu'elle a été inaugurée en 2003 et s'étend sur 6 260 m².
Le visiteur pénètre au coeur d'une forêt de bambous pour
découvrir un bâtiment tout en bois, dont l'intérieur est visible à
travers de larges baies vitrées et aménagé de cordages et de
branchages. Cette vaste partie intérieure est reliée à un enclos
extérieur en herbe, tout aussi grand. De nombreux arbustes,
de petits points d'eau et des troncs reliés entre eux par des
cordages constituent les aménagements de cette installation
destinée à la présentation d'un groupe reproducteur de
gorilles (Gorilla gorilla gorilla) qui cohabitent avec des
mangabeys couronnés (Cercocebus torquatus).
Le visiteur contourne l'enclos des gorilles, pour découvrir un
enclos entièrement en sable, au milieu duquel se trouvent un
amas d'arbustes, installation occupée par des potamochères
(Potamochoerus porcus pictus).



Enclos des gorilles
Enclos des gorilles - avril 2011

Enclos des potamochères
Enclos des potamochères - avril 2011
Un second enclos comparable à celui des potamochères et séparé
de ce dernier par un bâtiment abritant les loges de nuit des suidés,
est occupé par des phacochères (Phacochoerus africanus).
En face des phacochères, une grande île identique à celle des
gorilles, est le lieu d'évolution d'une famille de chimpanzés (Pan
troglodytes).
Le visiteur entre alors dans un enclos de contact, planté d'arbres
agrémenté de cordes, de racines, héberge des colobes guérézas
(Colobus guereza). Sur la gauche du sentier, une île arborée,
formant des petites terrasses, est le lieu de vie de makis varis
noirs et blancs (Varecia variegata variegata). Le visiteur, après
l'avoir traversé, quitte le territoire des colobes, pour se diriger
sur la gauche et entre dans la maison des chimpanzés où se trou-
vent, outre les loges carrelées et tendues de cordages et d'objets
d'enrichissement occupées par les chimpanzés, les loges des
makis varis.


Maison des gorilles
Maison des gorilles - avril 2011
Ile des chimpanzés
Ile des chimpanzés - avril 2011


Territoire des colobes
Territoire des colobes - avril 2011
Ile des makis varis
Ile des makis varis - avril 2011


Le visiteur ressort alors de la maison des chimpanzés, pour se
diriger sur la droite et entrer dans un nouvel enclos de contact.
Cette installation délimitée par un fossé en eau, où alterne
les zones en herbe libres, et les parties boisées. Un groupe de
makis cattas (Lemur katta) y évolue. Sur la gauche de l'île,
une petite installation densément végétalisée, borde un  mur
en béton.
Le visiteur quitte l'ile des lémuriens, pour revenir en face de
la sortie du territoire des colobes, où il bifurque sur la
gauche, pour découvrir tout d'abord les loges intérieures
de ces singes noirs et blancs, et pénétrer dans une troisième
bâtisse.
Dès l'entrée le visiteur fait face à un vaste enclos intérieur
planté de nombreuses plantes tropicales, au sol en terre,
et consacré à la présentation de ouistitis de Goeldi
(Callimico goeldi).
Sur la gauche de l'entrée, une autre installation, visible à tra-
vers des baies vitrées, est agrémentée de plantes tropicales
et d'un sol en écorces.




Territoire des makis catta
Territoire des makis catta - avril 2011

Cages intérieures des mandrills
Cages intérieures des mandrills - avril 2011
Des tamarins lions dorés (Leontopithecus rosalia), des ouistitis
pygmés (Callithrix pygmaea pygmaea) et de rares tatous à trois
bandes (Tolypeutes matacus) y sont présentés. Les tatous sont
cependant séparés hors de la période de reproduction. Ces
animaux ont accès à l'île que l'on a pu découvrir à partir du terri-
toire des makis cattas. 
Au sein de cette maison, on découvre encore 4 loges intérieures,
carrelées, tendues de nombreuses cordes et branchages. La pre-
mière est occupée par des capucins bruns (Cebus apella), tandis
que les autres cages sont consacrées à des mandrills (Madrillus
sphinx).
Le visiteur ressort de la maison des petits singes, pour la contour-
ner et voir les cages extérieures des mandrills, au sol en écorces
et agrémentées de cordages et de branches. La dernière cage, de
même conception, héberge les capucins et est reliée à un aut-
re enclos extérieur naturel, en herbe et agrémenté de nombreux ar-
bres, dans lequel évolue cette dernière espèce.


Enclos extérieur des capucins
Enclos extérieur des capucins - avril 2011
Maison des ouistitis de Goeldi
Maison des ouistitis de Goeldi - avril 2011



Flèche

Le visiteur revient au niveau de la sortie de la maison des singes,
pour se diriger sur la droite, trouver une ancienne volière conser-
vée pour montrer les installations d'époque, en l'occurence, la
volière était occupée par des manchots.
La suite de la visite nous amène vers une volière cotière, le sen-
tier étant en sable, de petites herbes agrémentent le bassin bor-
dé par une plage en sable blanc. Des combattants variés
(Philomachus pugnax) y cohabitent avec des huitriers pies
(Haematopus ostralegus), des chevaliers gambettes (Tringa
totanus), des grands gravelots (Charadrius hiaticula), des
avocettes élégantes (Recurvirostra avosetta), des harles
piettes (Mergus albellus) et des eiders à duvet (Somateria
mollissima).
Le visiteur ressort de la volière côtière pour se diriger légèrement
sur la droite, en direction d'un enclos bordé par des gradins en
béton. Cet enclos se compose d'un grand bassin et d'une plage
bétonnée, organisée en étages.



Volière de la mer du Nord
Volière de la mer du Nord - mai 2011

Enclos des phoques
Enclos des phoques - avril 2011
Des phoques gris (Halichoerus grypus) vivent dans cette installation.
En haut des gradins, une ancienne cage, qui aurait pu être occupée
par des coatis, était vide lors de ma visite.
Le visiteur revient vers la sortie de la volière, pour se diriger cette fois
sur le sentier principal de gauche, en direction d'un bassin bordé par
un amas de pierres qui s'étend vers une zone ensablée et plantée de
quelques végétaux. Cette installation que l'on est amené à contourner,
est le lieu de vie d'une colonie de manchots du Cap (Spheniscus
demersus).
La suite de la visite nous conduit dans une serre, la "ZOOrangerie",
installation de grande taille qui est le domaine des orang-outans. En
entrant dans la serre, on découvre une zone densément végétalisée,
où évoluent quelques espèces d'oiseaux. Sur la droite, se trouve les
160 m² dédiés aux orang outans de Bornéo (Pongo pygmaeus
pygmaeus), qui cohabitent avec des macaques ouandérous
(Macaca silenus) et des loutres naines (Amblonys cinerea).


Maison des orang outans
Maison des orang outans - avril 2011
Enclos des manchots
Enclos des manchots - avril 2011


Leur plateau intérieur est séparé du visiteur par un fossé en
eau, le sol allie faux rochers, paille et écorces. Des troncs
d'arbre ont été érigés et reliés entre eux par des cordes.
Un tronc d'arbre reconstitué camoufle un escalier qui con-
duit le visiteur vers une plateforme d'observation située en
hauteur.
Les espèces d'oiseaux présentées en liberté dans la serre
sont des garrulax de Berthémy (Dryonastes berthemyi),
un jeune bulbul d'Arabie (Pycnonotus xanthopygos), es-
pèce peu représentée en captivité et des étourneaux des
Pagodes (Sturnia pagodarum).
Le visiteur ressort de la serre des orang outans, pour se
diriger sur la gauche, en direction d'une forêt de bambous
au milieu de laquelle se poursuit la visite.


Ambiance dans la Zoorangerie
Ambiance dans la Zoorangerie - avril 2011


Enclos extérieur des orang outans
Enclos extérieur des orang outans - avril 2011




Cette forêt nous conduit vers un poste d'observation sur un
enclos naturel de 520 m², au sol en herbe, planté de bam-
bous et de nombreux buissons feuillus.
Une cascade se jette dans un bassin qui permet de séparer
l'enclos extérieur des orang outans du sentier de visite.
Un pont bordant cet enclos, renforce l'ambiance de jungle
de cette partie du zoo. Le visiteur continue sa visite dans la
forêt, pour en ressortir au niveau de l'enclos naturel extérieur
des capucins.
Le visiteur poursuit son chemin le long du lac, en direction du
dernier bâtiment du zoo, l'Aquarium - Vivarium.
Enclos extérieur des orang outans
Enclos extérieur des orang outans - avril 2011
Enclos extérieur des orang outans
Enclos extérieur des orang outans - avril 2011



Flèche

L'aquarium du zoo de Münster, s'étend sur deux étages. Le rez
de chaussé étant consacré principalement aux eaux douces du
globe, tandis que l'étage, accueille une partie aquariums marins
et divers terrariums.
Directement en face de l'entrée, un premier bac rocailleux est
occupé par des épinoches (Gasterosteus aculeatus), par des
vairons (Phoxinus phoxinus), des chabots communs (Cottus
gobio) et des loches franches (Barbatula barbatula).
Sur la gauche de l'entrée un grand bac sud américain, contour-
ne un pilier. Densément planté, cet aquarium héberge des cory-
doras aux points bleus (Corydoras melanistius), des crevettes
bleues du Gabon (Atya gabonensis), des poissons crayons
(Nannostomus trifasciatus), des poissons hachettes
(Carmegiella strigata strigata), des poissons arc en ciel nains
(Melanotaenia praecox), des poissons bleu oeil de Forktail
(Pseudomugil furcatus), des ramirézis (Microgeophagus
ramirezi) et des cardinalis (Paracheirodon axelrodi).



Bac des chabots*
Bac des chabots - avril 2011

Aquarium du zoo
Aquarium du zoo - mai 2011
Des tétraodons de cochinchine (Tetrodon cochinchinensis) coha-
bitent avec des tétraodon à nez de cochon (Tetraodon suvattii),
dans le troisième bac. Le dernier bac de ce mur, est planté de
hauts végétaux aquatiques et présente des grandes syngnathes
(Microphis brachyurus aculeatus) et des poissons abeilles
(Brachygobius xanthozonus).
Le visiteur se tourne alors sur le troisième mur de l'aquarium, pour
y trouver le premier bac d'eau de mer. Agrémenté d'un fond ro-
cailleux, il est le lieu de vie de rascasses volantes (Pterois volitans),
de poissons chauves souris (Platax orbicularis) et des poissons
clown de Clark (Amphiprion clarkii).
A côté des poissons clown, un second bac d'eau de mer est occupé
par des poissons fléchettes zébrés (Ptereleotris zebra) qui coha-
bitent avec des barbiers du récif (Pseudanthias squamipinnis), des
poissons clown de Clark (Amphiprion clarkii), des demoiselles
à queue dorée (Chrysiptera parasema) et des poissons renards
(Lo vulpinus).


Des balistes picassos (Rhinecanthus aculeatus), des balistes
léopards (Balistoides conspicillum), des demoiselles jaunes
(Amblyglyphidodon aureus), des poissons anges français
(Pomacanthus paru), des chirurgiens voiles indiens
(Zebrasoma desjardinii), des poissons soldats à barre noire
(Myripristis jacobus) et des chirurgiens à queue jaune
(Zebrasoma xanthurum).
La suite de la visite nous amène vers un autre bac marin,
consacré à des chirurgiens à joue blanche (Acanthurus
nigricans), des poissons hérissons (Diodon holocanthus),
des demoiselles bleues verts (Chromis viridis) et des demoi-
selles à queue blanche (Dascyllus aruanus).
Des poissons originaux, s'ébattant dans les eaux douces de
l'Amérique du Sud, sont hébergés dans un aquarium planté.
Cette espèce est le poisson archer (Toxotes jaculatrix).
Des piranhas rouges (Pygocentrus nattereri) sont présentés dans
le bac mitoyen aux poissons archers. A côté des piranhas, une
grande vitre offre une vision sous marine sur un grand bassin sud
américain, dont la partie supérieure est densément végétalisée et
plantée de hauts arbres.




Bac amazonien
Bac amazonien - avril 2011

Bassin des pacus
Bassin des pacus - avril 2011
 Le bassin est le lieu de vie d'arawonas argentés (Osteoglossum
bicirrhosum
), de pacus (Colossoma macroponum), de plécos
(Panaque sp.), des nez de pelle (Pseudoplatystoma fasciatum),
des poissons chats léopards (Perrunichthys perruno), des si-
lures cuirassés pointillés (Hypostomus punctatus), des poissons
chats noirs (Pseudodoras niger) et des raies à aiguillon commu-
nes (Potamotrygon motoro).
Un bac rocailleux, planté d'une échinodorus, est le lieu de présen-
tation de cichlidés de Socolof (Pseudotropheus socolofi), de cic-
hlidés jaunes (Labidochromis caeruleus) et de poissons roseaux
(Erpetoichthys calabaricus).
Le dernier bac de cet étage est également remplit d'eau salée et
est consacré à des castagnoles bleues (Chromis chromis), des
castagnoles rouges (Anthias anthias) et des blénnis paons
(Blennius pavo).
Le visiteur se dirige alors vers l'etage supérieur, accessible à par-
tir d'un escalier.



Flèche

Au sommet de l'escalier, un premier bac au sol en sable, agrémenté
de rochers, est occupé par des scinques rugueux (Trachysaurus
rugosus).
Les terrariums suivant sont tous encastrés dans le mur de gauche.
Le premier, composé d'une petite hauteur d'eau et de racines, est
occupé par des poissons à quatre yeux (Anableps anableps).
Le second aquarium de l'étage est consacré aux crevettes, repré-
sentées par des crevettes rouges cristales (Caridina cantonenesis),
des crevettes d'Amano (Caradina multidentata), des crevettes
naines rouges (Neocaradina heteropoda) et des barbus pintades
(Danio margaritatus).
Des écrevisses (Procambarus sp.) vivent dans le bac rocailleux
suivant.
A côté des écrevisses, un petit bac est occupé par des poissons
pipes annelés (Corythoichthys schultzi), des gobies splendides
(Amblyeleotris wheeleri), des crevettes pistolet (Alpheus
bellulus
), des crevettes cardinales (Caridina dennerli), des cre-
vettes de Wurdermann (Lysmata wurdemanni) et des oursins à
diadème (Tripneustes sp.).




Aquarium des poissons à quatre yeux
Aquarium des poissons à quatre yeux - avril 2011
Aquarium récifal
Aquarium récifal - avril 2011



Le bac qui suit est le lieu de présentation d'hippocampes long nez
(Hippocampus reidi) et de poissons pipe tête de diable
(Corythoichthys haematopterus).
Des poissons balances (Taenianotus triacanthus) évoluent au
coté de poissons comètes (Calloplesiops altivelis) et de poissons
ballon nains (Canthigaster papua).
Un large bac récifal accueille des demoiselles à queue jaune
(Chrysiptera parasema), des gobies soufres (Cryptocentrus
cinctus), des gobies aux joues bleues (Valenciennea strigata),
des serrans orchidées (Pseudochromis fridmani), des manteaux
de lumière (Tridacna crocea), des poissons clowns (Amphiprion
acellaris), des chirurgiens bleus à palette (Paracanthurus hepatus)
et des pavillons à long bec (Chelmon rostratus).



Le dernier bac, également récifal, est occupé par des pavillons à
long bec (Chelmon rostratus), des chirurgiens jaunes (Zebrasoma
flavescens), des chirurgiens striés (Ctenochaetus striatus), des
murènes étoilées (Echidna nebulosa), des apogons (Pterapogon
kauderni), des demoiselles bleues (Chrysiptera cyanea), des
poissons faucons (Cirrhitichthys falco) et des chirurgiens bleus à
palette (Paracanthurus hepatus).

Le visiteur arrive alors au niveau de deux terrariums consacrés à
des insectes, respectivement des phasmes du Pérou (Peruphasma
schultei) et des phasmes bâtons (Carausius morosus).
Terrariums des phasmes
Terrariums des phasmes - avril 2011



Flèche

La partie suivante du vivarium est plus spécifiquement consacrée
aux amphibiens et aux reptiles. Ainsi, en face des phasmes, deux
terrariums humides, plantés de mousses, présentent des dendro-
bates à bandes jaunes (Dendrobates leucomelas) et des dend-
robates de Maranon (Excidobates mysteriosus). Le second vi-
varium est occupé par des dendrobates bleus (Dendrobates
azureus), des phyllobates terribles (Phyllobates terribilis) et
des dendrobates à trois bandes (Epipedobates tricolor).

Sur la gauche du sentier, le premier reptile est présenté au mil-
ieu d'une végétation dense. Il s'agit de lézards malachites
(Sceloporus malachiticus).
Des iguanes du Pérou (Polychrus peruvianus) vivent dans le
terrarium suivant, tandis qu'une installation rocailleuse recréant
un milieu sec est le lieu de vie d'agames des colons (Agama
agama).



Terrariums
Terrariums - avril 2011

Vivarium des axolotl
Vivarium des axolotl - avril 2011
Un aquarium dans lequel sont plantée quelques plantes aquatiques,
est occupé par des axolotls (Ambystoma mexicanum). A côté des
axolotls, un second amphibien est présenté, à savoir, le triton tac-
heté de Kaiser (Neurergus kaiseri).
Deux terrariums secs, suivent, et sont le lieu de vie respectifs de
serpents des blés (Pantherophis guttatus, anciennement Elaphe
guttatus
), puis de geckos léopards (Eublepharis macularius).
Des mygales de Chine (Gramostola roseus) vivent dans l'install-
ation qui suit, agrémentée de mousses et de racines.
Les 2 bacs qui suivent accueillent à nouveau des tritons tachetés
de Kaiser (Neurergus kaiseri) et des serpents des blés
(Pantherophis guttatus).
Le treizième vivarium, planté et dans lequel ont été installés des
branchages, est consacré à des anolis verts (Anolis carolinensis),
à coté desquels ont élus domicile des escargots géants (Achatina
sp.
).


Les deux derniers petits vivariums sont occupés respective-
ment par des mygales à genoux orange (Brachypelma
smithii) et des scinques à queue épineuse (Egernis stokeeli).
Avant de ressortir du vivarium, le visiteur dispose d'un point
de vue sur la partie haute et végétalisée de l'aquarium des
pacus, zone dans laquelle évoluent des tamarins lion à tête
dorée (Leontopithecus chrysomelas) et des anolis verts
(Anolis carolinensis).

Le visiteur quitte alors le vivarium du zoo de Münster et
passe devant une petite vitrine où sont exposés des ani-
maux naturalisés.
Le passage devant la boutique marque la fin de la visite
et le visiteur peut quitter le zoo de Münster.
Enclos des tamarins lions
Enclos des tamarins lions - avril 2011



Flèche

En conclusion, le zoo de Münster est un parc allemand de taille
moyenne, qui présente une collection relativement classique,
bien que quelques raretés se cachent dans le parc.
Les installations ouvertes ou rénovées récement sont de bonne
qualité, même si le dolphinarium et la zone des éléphants sont
de conception ancienne. Un projet est à l'étude pour reconst-
ruire cette dernière structure.
A contrario, l'Africaneum et la ZooRangerie sont des enclos
très réussis.
La pédagogie et les aires de jeux ont une place non négligeable
tout au long du parcours de visite.
Afin de profiter pleinement du zoo, une journée de 5 à 6 heu-
res est à prévoir.
Bulbul de la Sonde
Bulbul de la Sonde - avril 2011


Copyright ©  -  2007-2022  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés