Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe  |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Zoo de l'Orangerie

Zoo de l'Orangerie
67000 Strasbourg


Ma visite: 31 décembre 2009
Mise en ligne : 21 mars 2010


Le zoo de l'Orangerie est intégré au parc de l'Orangerie, un des plus grands espaces verts de la ville de Strasbourg. Ce zoo n'est ni cloturé, ni fermé, les visiteurs y ont donc accès à tout moment du jour et de la nuit. Un projet d'agrandissement et de séparation du parc est en cours d'élaboration, afin de mettre le zoo de l'Orangerie aux normes de sécurité appliquées à l'ensemble des parcs zoologiques français.
Le zoo se divise en deux parties, un corps de ferme abritant des animaux domestiques (oies, vaches, anes, poneys, cochons ou encore poules) et une partie faune sauvage présentée dans des enclos ou des volières entourant un bâtiment ancien.


En arrivant au niveau de la partie faune sauvage, on trouve deux volières
au sol en herbe et disposant d'un petit bassin. La première est occupée
par des grues couronnées grises (Balearica pavonina, la seconde est
le lieu de vie de cigognes blanches (Ciconia ciconia) et de bernaches à
cou roux (Branta ruficollis).
Le premier bâtiment est bordé de 6 loges visibles à travers des baies vit-
rées. La première est le lieu de présentation de perruches ondulées
(Melopsittacus undulatus), de perruches callopsites (Nymphicus
hollandicus
), de mainates religieux (Gracula religiosa), de perruches
à collier (Psittacula krameri) ou de cailles de Chine (Coturnix sinensis).
La loge suivante présente des gris du Gabon (Psittacus erithacus) alors
que la celle d'après héberge des tamarins pinchés (Saguinus oedipus).
Ces deux loges sont aménagées de structures en bois et de plantes exo-
tiques. Des lémurs macacos (Eulemur macao) vivent dans l'installation
suivante. Leur volière extérieure est relativement nue, la seule garniture
correspond à quelques branchages.
Les deux dernières volières disposent d'un sol en sable et sont plantées
de conifères.
Elles hébergent toutes deux une espèce représentée à l'Orangerie par
une dizaine de couples: les grands tétras (Tetrao urogallus). Seul un trio
et un mâle solitaire sont présentés au public. Les autres individus sont
conservés en coulisses, afin d'être reproduits, les juvéniles étant relachés
dans les vallées vosgiennes.





Rangée de volières
Rangée de volières - décembre 2009

Volière des faisans
Volière des faisans - décembre 2009
Le visiteur arrive alors au niveau du bâtiment principal qui abrite les loges des
herbivores, les bureaux des soigneurs ainsi que les bureaux de l'association
des amis du zoo de l'Orangerie. Des paons bleus (Pavo cristatus)
ainsi qu'une collection d'oeufs d'oiseaux sont présentés à ce niveau.
Une grande volière fait alors face au visiteur. Elle est occupée par une petit
groupe de flamants du Chili (Phoenicopterus chilensis), des canards man-
darins (Aix galericulata), des canards carolins (Aix sponsa), des sarcelles
du Brésil (Amazonetta brasiliensis) et des fuligules milouins (Aythya ferina).
Une nouvelle volière mitoyenne à celle des flamants accueille des faisans
d'Edwards (Lophura edwardsi), des sarcelles de Bernier (Anas discors),
des tadornes casarcas (Tadorna ferruginea) et des ibis chauves
(Geronticus eremita).
Une dernière volière est occupée par des faisans vénérés (Syrmaticus
reevesii
), des hérons garde boeufs (Bubulcus ibis) et des cigognes noires (Ciconia nigra).
Le visiteur arrive alors à l'extrémité du zoo au niveau des enclos des herbi-
vores et d'un enclos naturel dans lequel sont présentés des nandous (Rhea
americana).


Les herbivores sont représentés par trois espèces de caprins. Les enclos
sont pavés et disposent pour seuls aménagements, des rondins de bois et
des branchages. Les espèces hébergées ici sont les chèvres de Crète
(Capra hircus cretica), les mouflons à manchette (Ammotragus lervia)
et les chamois (Rupicapra rupicapra).
Le dernier enclos pavé est recouvert d'un filet et héberge un couple de
lynxs (Lynx lynx).
La visite du zoo de l'Orangerie se poursuit par une grande cage pavée,
agrémentée de quelques rochers. Une famille de macaques de Tonkéan
(Macaca tonkeana) est présentée dans cette installation.
Le visiteur revient alors au niveau du bâtiment principal, où il peut à
nouveau voir les paons bleus et une nouvelle rangée de loges. Une pre-
mlière loge est occupée par des hiboux grands duc (Bubo bubo).
La seconde était vide lors de ma visite.
Des lémurs à front blanc (Eulemur albifrons) occupent la volière suivante.
Deux loges fermées visibles à travers des baies vitrées sont occupées res-
pectivement par des chiens de praire (Cynomys ludovicianus) et par des
tortues sillonnées (Geochelone sulcata). La volière qui termine cette
rangée est occupée par des kookaburas (Dacelo novaeguinae), alors
qu'un groupe d'aras hybrides (Ara sp.) est présenté dans une loge intérieure.




Volière des macaques
Volière des macaques - décembre 2009
Enclos des nandous
Enclos des nandous - décembre 2009
Enclos pour herbivores
Enclos pour herbivores - décembre 2009


Volière des flamants
Volière des flamants - décembre 2009
Bâtiment principal de l'Orangerie
Bâtiment principal de l'Orangerie - décembre 2009


Collection d'oeufs
Collection d'oeufs - décembre 2009
Volières des tétras
Volières des tétras - décembre 2009


Loge des tamarins
Loge des tamarins - décembre 2009
Volière des makis
Volière des makis - décembre 2009


Le parc de l'Orangerie est donc un petit zoo qui présente quelques espèces sauvages dans des installations de taille réduite et peu aménagées. Néanmoins l'équipe du parc essaye d'offrir à ses pensionnaires des objets d'enrichessement variés et d'améliorer la qualité des installations grâce aux dons des visiteurs et aux actions de l'association des amis du zoo.


Copyright ©  -  2007-2020  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés