Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe  |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Parc Zoo du Reynou


Parc Zoo du Reynou
Domaine du Reynou
87110 Le Vigen
France

Tel : +33 (0)5 55 00 40 00
Fax : +33 (0)5 55 00 41 11

www.parczooreynou.com
Zooparc du Reynou


Ma visite : 20 mai 2015
Mise en ligne : 06 septembre 2015






Tarifs d'entrée 2015
Horaires d'ouverture 2015
Les oiseaux d'eau, tamarins et hiboux
Les lémuriens et les potos
La mini ferme
Les vautours, les mangoustes et les tapirs
Les patas et les becs crochus
Les singes et les panthères
Les plaines africaines
Les plaines asiatiques
Les félins et le jardin aménagé
Les petits mammifères
Les chauves souris
Conclusion

Capucin noir
Capucin noir - mai 2015



Flèche

Tarifs d'entrée 2015


Gibbon concolor
Gibbon concolor - mai 2015
Ticket individuel
     Adulte : 14,00 €
     Enfant (3 à 12 ans) : 11,00 €

Pass annuel :
     Adulte : 27,50 €
     Enfant (3 à 12 ans) : 19,50 €

Ticket groupe (à partir de 20 personnes)
     Adulte : 11,80 €
     Enfant (3 à 12 ans) : 8,50 €

D'autres tarifs sont également disponibles sur le site du parc.



Flèche

Horaires d'ouverture 2015






Du 01 avril au 31 octobre : 10h00 à 19h30 (les caisses ferment à 18h00)

Du 01 novembre au 31 mars : 10h00 à 17h30 (les caisses ferment à 16h00)
     tous les jours pendant les vacances scolaires
     Tous les mercredis, weekends et jours féries hors vacances scolaires.
Mouton
Mouton Thones et Martode - mai 2015



Flèche

Présentation du zoo



Le zoo du Reynou est un parc situé au cœur du
Limousin, au sud de Limoges. Installé au cœur
d’une forêt verdoyante, ce petit établissement
est très peu connu du public.

Après avoir traversé l’entrée qui consiste en un
petit chalet en bois, le visiteur se retrouve sur
une large allée bétonnée, bordée de pelouses,
de forêts et d’un ruisseau. Sur la droite, on
trouve un premier enclos en terre et en herbe,
planté de quelques sapins, occupé par un âne
(Equus asinus domesticus) et des lamas
(Lama glama).


Enclos de l'ane
Enclos de l'âne - mai 2015


Enclos des pélicans
Enclos des pélicans - mai 2015
Cette large allée s’étend sur plusieurs centaines
de mètres. Le visiteur débouche alors sur un
enclos de grande taille intégré à une forêt. Cet
enclos creusé d’un bassin et agrémenté de souches
et d’orties, est le lieu de vie de cigognes blanches
(Ciconia ciconia), d’ibis sacrés (Threskiornis
aethiopicus
), de bernaches à cou roux
(Branta ruficollis), de bernaches nénés
(Branta sandvicensis) et de pélicans à dos
rosé (Pelecanus rufescens).

Plus loin, le sentier de visite contourne un grand
manoir, centre de la propriété pour rejoindre des
dépendances bâties à l’aide de grosses pierres,
qui abritent les locaux administratifs du parc,
l’entrée secondaire et la boutique.


Sur la droite, face à la boutique se dresse une
première volière carrée, au sol en herbe et agré-
mentée de multiples branches. Cette volière ac-
colée à une petite maison en pierre est le lieu de
vie de loris à collier jaune (Lorius chlorocercus).
La maison attenante abrite les loges de nuit de
ces oiseaux, qui ne sont pas visibles du public.

A l’opposé de la maison se dresse une seconde
volière enherbée, plantée de lauriers et agré-
mentée de structures d’escalade en bois. Cette
installation héberge des tamarins pinchés
(Saguinus oedipus).


Volière des tamarins
Volière des tamarins - mai 2015


Grange des hiboux
Grange des hiboux - mai 2015


Le visiteur continue alors sa visite sur le sentier
principal de sorte à longer le restaurant du parc.
Sur la gauche, une grange en bois a été entourée
de grillage. En son sein, a été recréé un décor
de ferme d’antan avec ses charrues en bois et
sa paille. Cet espace est le lieu de vie de hiboux
grand ducs (Bubo bubo).

Plus loin, sur la gauche du sentier légèrement sur-
élevée par rapport à l’allée de visite se dresse une
vaste volière au sol en herbe, accolée à un mur
de pierre, traversée par de nombreuses bran-
ches et plantée de quelques arbustes. Cette
volière est occupée par un binturong (Arctictis
binturong
).
Volière des binturongs
Volière des binturongs - mai 2015
Manoir du parc
Manoir du parc - mai 2015



Flèche

Un sentier bifurque alors sur la gauche, mais nous
allons rester sur l’allée principale et continuer notre
visite tout droit. Là, sur la gauche de l’allée se
dresse une autre volière de forme carrée, disposant
d’un sol en herbe, plantée de nombreux buissons,
de pieux en bois et de cordes. Un couple de lémurs
macaco (Eulemur macaco) évolue au sein de cette
structure.

Dans le prolongement du mur de pierre jouxtant la
volière des lémuriens, on découvre une autre volière
agrémentée de branches feuillues, plus petite en
taille, occupée par des cacatoès à huppe jaune
(Cacatua galerita).


Volière des lémuriens
Volière des lémuriens - mai 2015


Nocturama des kinkajous
Nocturama des kinkajous - mai 2015





Face à ces volières se trouve la zone technique in-
stallée dans une grange percée d’une vitre s’ou-
vrant sur une loge intérieure agrémentée de bran-
ches et de plateformes en bois. Cette loge est le
lieu de vie de
kinkajous (Potos flavus).



Flèche



Plus loin, le sens de visite nous amène à traverser
un porche pour entrer dans une cour où a été in-
stallée la mini-ferme du zoo. Au centre de la place
on trouve une zone engazonnée percée d’un bas-
sin. Cette cour est entourée de plusieurs enclos
en sable, présentant des races domestiques.

C’est ainsi que sur notre droite s’étendent 2 en-
clos accolés occupés respectivement par des
poneys shetlands (Equus caballus domesticus)
et par des ânes nains (Equus asinus domesticus).


Enclos typique de la mini ferme
Enclos typique de la mini ferme - mai 2015


Enclos typique de la mini ferme
Enclos typique de la mini ferme - mai 2015


Face aux équidés, se trouvent 2 autres enclos à
l’herbe rase. Le premier est le lieu de vie de
moutons de Jacob (Ovis aries domesticus) qui
évoluent aux côté d’une jeunes cobe de Kaffue
(Kobus lechwe kaffuensis) qui a été aban-
donnée par sa mère.

Le second enclos est le lieu de vie de lamas
(Lama glama). Le visiteur contourne alors la
mare, pour découvrir 3 autres enclos en sable.


Le premier héberge des cochons nains de
Göttingen (Sus scofra domesticus), le second
est consacré à des cochons cul noir du Limousin
(Sus scofra domesticus) tandis que le dernier
accueille des moutons Thones et Martode (Ovis
aries domesticus
).

A la suite de ces enclos extérieurs se dresse une
maison de pierre, percée de 2 baies vitrées.
Ces dernières s’ouvrent sur 2 loges intérieures
au sol recouvert d’écorces, agrémentées de
nombreuses structures d’escalade en bois et en
cordes, et séparées l’une de l’autre par une
cloison grillagée. Un petit groupe de capucins
noirs (
Cebus nigritus) y est installé.
Cette espèce reste relativement peu courante en
captivité en Europe.



Loge des capucins
Loge des capucins - mai 2015

Bassin de la mini ferme
Bassin de la mini ferme - mai 2015
La mini ferme compte encore 4 enclos en herbe
et en sable. Dans l’ordre de visite on pourra y
admirer des moutons d’Ouessant (Ovis aries
domesticus
), des chèvres du Rove (Capra
hircus domesticus
), des zébus nains (Bos
primigenius domesticus
) et des vaches
Highland (Bos primigenius domesticus).

Au centre de la mini ferme, on pourra encore
observer, évoluant en liberté, des moutons
d’Ouessant ; des poules Gauloises (Gallus
gallus domesticus
), des poules limousines
(Gallus gallus domesticus), des dindons
bleus (Gallopavo meleagris domesticus)
ou encore des paons bleus (Pavo cristatus).



Flèche


Avant de quitter la mini ferme, on trouve encore

un petit espace divisé en 3 mini-enclos en herbe
doublés d’un poulailler. Ces enclos sont con-
sacrés à des lapins (Oryctolagus caniculus
domesticus
) de races : papillon français, géant
des Flandres ou encore lapin nain.

Le visiteur ressort alors de la mini ferme à l’ar-
rière de la volière des lémurs macacos. Sur la
droite de cette sortie, on peut observer une
volière au sol en herbe de largeur moyenne
mais très longue occupée par
des buses de
Harris (
Parabuteo unicinctus).


Clapier des lapins
Clapier des lapins - mai 2015




Volière des vautours
Volière des vautours - mai 2015
Face à nous, accolée à une ancienne por-
cherie, se dresse une autre volière à l’herbe
haute, agrémentée de buissons et de perchoirs
en bois. Des marabouts africains (Leptoptilos
crumeniferus
) y évoluent aux côtés de grues
demoiselles (Anthropoides virgo), de cara-
caras huppés (Polyborus plancus), de vau-
tours urubus noirs (Coragyps atratus) et
d’urubus à tête rouge (Cathartes aura).

Le visiteur remonte alors une allée bordant
l’installation des buses, pour observer, à
l’extrémité de la volière des vautours, un
enclos entouré d’un mur en béton, enclos
en terre et en herbe, agrémenté de quelques
rochers, de rondins et de racines. Cette
structure est le lieu de vie d’une colonie de
mangoustes fauves (Cynictis penicillata).


Enclos des mangoustes
Enclos des mangoustes - mai 2015
Volière des buses
Volière des buses - mai 2015


Face aux mangoustes, accolée à la volière
des buses, se dresse une autre volière or-
ganisée autour d’un buisson important.
Cette installation en herbe était occupée
par des harfangs des neiges (Nyctea
scandiaca
) avant le transfert de ces ani-
maux vers un autre zoo. Elle devrait pro-
chainement accueillir une nouvelle espèce.

Le sentier de visite bifurque alors sur la
gauche, pour border la seconde face de
l’enclos des mangoustes et faire le tour
d’une vaste plaine en herbe située sur la
droite de l’allée.


Enclos des coatis
Enclos des coatis - mai 2015


Plaine des alpagas
Plaine des alpagas - mai 2015

Cette plaine creusée d’un bassin, est agré-
mentée de quelques bâtiments anciens,
plantée d’arbres et de rochers. Cet espace
compose la plaine sud américaine du zoo
avec ses tapirs terrestres (Tapirus terrestris),
ses alpagas (Lama paco) et ses cabiais
(Hydrochaeris hydrochaeris).

Sur la gauche de l’allée, on peut observer un
enclos en terre, densément planté et agrémenté
de pieux en bois reliés entre eux par des cordes
et des branches. Cette installation est le lieu
de vie de coatis bruns (Nasua nasua).



Flèche

Dans le prolongement des coatis s’étend en-
core un enclos en herbe, où les graminées sont
relativement hautes. Quelques bosquets offrent
des possibilités de retrait aux loups à crinière
(Chrysocyon brachyurus).

Le visiteur arrive alors au bout de ce sentier et
bifurque sur la droite tout en continuant à longer
la plaine des tapirs. Sur la gauche du chemin,
on peut observer un complexe de 2 volières à
l’armature métallique séparées l’une de l’autre
par une maison en pierre percée de baies vi-
trées. La maison abrite les loges de nuit des
animaux.


Enclos des loups à crinière
Enclos des loups à crinière - mai 2015


Volière des patas
Volière des patas - mai 2015
Les volières extérieures sont pour leur part en-
herbées, plantée de quelques buissons et agré-
mentées de nombreuses branches et cordes.
Celle de gauche est occupée par des patas
(Erythrocebus patas) tandis que celle de
droite accueille des colobes guérézas (Colobus
guereza
). Les loges de nuit de ces primates
disposent également de branchages et de cor-
des.

Dans le prolongement des primates, un petit
enclos en herbe a été construit et est agrémenté
de quelques rochers et arbustes. Il présente des
ratons laveurs (Procyon lotor).


Un espace vierge a été laissé entre ces petits
carnivores et les animaux suivant. Après cet
espace, le visiteur pourra admirer une suc-
cession de volières de taille moyenne à grande.

La première de ces volières est bien végétalisée,
plantée de palmiers, bambous et de quelques
souches mortes. Cette volière présente une
sous espèce d’amazones aux reflets bleutés très
peu courante en captivité, l’amazone à nuque
d’or de l’Honduras (Amazona auropalliata
parvipes
).

Accolée à la volière des amazones, se dresse
une seconde volière du même type consacrée
à des aras macaos (Ara macao).



Volière des amazones
Volières des amazones - mai 2015


Volière des vervets
Volière des vervets - mai 2015
Enfin, la dernière volière de cette allée est éga-
lement la plus grande et la plus volumineuse.
Elle dispose d’un sol en herbe et est traversée
par de grosses branches, des troncs et quel-
ques plateformes en bois. Une famille de ver-
vets (Chlorocebus aethiops tantalus) y
évolue.

Le visiteur tourne une seconde fois à 90° tou-
jours en contournant la plaine des tapirs face
à laquelle se dresse une série d’autres volières.

La première de ces structures est relativement
longue et plantée de massifs de bambous. De
grands arbres situés à l’extérieur de la volière
apportent de l’ombre à l’ensemble. Quelques
branches et perchoirs complètent les décors
consacrés à une colonie d’aras araraunas (Ara
ararauna
).




Dans le prolongement de cette installation, on
pourra observer 2 complexes composés d’une
maison centrale percée de vitres, entourée de
chaque côté par une volière de forme carrée.

Toutes les loges disposent d’un sol recouvert de
sciures et sont agrémentées de perchoirs en bois.
Les volières ont pour leur part un sol en herbe, 
sont plantées de bambous et d’autres arbustes et
sont traversées par des cordes et des perchoirs
en bois.


Plaine des tapirs
Plaine des tapirs - mai 2015


Volière des aras et des rales
Volière des aras et des rales - mai 2015





Dans l’ordre de visite, on pourra y admirer des
aras araraunas (Ara ararauna) ; des gris du
Gabon (Psittacus erithacus) qui cohabitent avec
des aras chloroptères (Ara chloroptera) ; un ara
militaire (Ara militaris) aux côtés d’une amazone
à front bleu (Amazona aestiva) puis des saimiris
(Saimiri sciureus) évoluant en compagnie de
tamarins empereurs (Saguinus imperator).
Loge typique pour psittacidés
Loge typique pour psittacidés - mai 2015
Volière des aras macaos
Volière des aras macaos - mai 2015



Flèche

Le visiteur revient alors au niveau de l’allée prin-
cipale pour la traverser et emprunter un sentier
secondaire longeant l’arrière de la mini ferme. Là,
sur la droite de l’allée, accolé au mur d’enceinte
de la mini ferme se dresse une île en herbe, légè-
rement vallonée, agrémentée d’arbustes, de buis-
sons et de quelques rochers.
Cette île constitue l’accès extérieur des capucins
noirs (
Cebus nigritus).

Face aux cebidés, s’étend une autre île de grande
taille, également densément plantée, notamment de
grands arbres accessibles via des cordes. Cette
seconde île est occupée par des makis cattas
(Lemur catta).


Ile des capucins
Ile des capucins - mai 2015
Ile des makis cattas
Ile des makis cattas - mai 2015
La visite se poursuit sur le sentier secondaire et,
dans le prolongement des lémuriens, on peut ob-
server une île de taille moyenne, organisée autour
d’un arbre central entouré de quelques branches.
Cette dernière est le lieu de vie de makis varis
blanc et noir (Varecia variegata).

Une île identique en termes d’aménagements, est
située sur la droite du chemin et héberge des
makis varis roux (Varecia rubra).

Le sentier entoure alors l’île des makis noir et
blanc et des lémurs cattas de sorte à ce que le
visiteur emprunte un sentier parallèle au pré-
cédent.




Sur la droite de cette allée bordée de platanes,
on peut observer une maison composée de
plusieurs loges intérieures carrelée dans les-
quelles ont été installées des plateformes en
bois.
Ces loges sont reliées à un pré-enclos en béton
dénué de végétation, s’ouvrant sur un vaste
enclos en herbe entourant un bosquet dense,
l’ensemble étant complété par un bassin.
Cet espace est le lieu de vie de panthères
(Panthera pardus).


Enclos des panthères
Enclos des panthères - mai 2015


Ile des gibbons
Ile des gibbons - mai 2015
A l’extrémité de cet enclos, le visiteur rejoint
l’allée principale et bifurque sur la droite, en
direction du complexe des singes. Ce secteur
se compose de 3 îles distinctes que le sentier
de visite encercle. Les deux premières îles
sont plantées de grands arbres morts, de
saules et d’autres buissons.

Des cordes et des branches complètent les
aménagements. Au centre de ces îles se
trouve une petite maison divisée en 2 loges
visibles à travers des vitres, agrémentées de
cordes. La première de ces îles est le lieu de
présentation de gibbons concolores
(
Nomascus concolor).


La seconde île, agrémentée de pieux et
d’herbe haute était dénudée de toute autre
végétation. Elle a longtemps accueilli des
macaques ours (Macaca arctoides) avant le
départ de cette espèce du parc. Elle est en
cours de réaménagement en vue d’héberger
le groupe de colobes guérézas (Colobus
guereza
) du parc.

Enfin, le visiteur clos la boucle pour observer
la dernière île qui est aussi la plus végétalisée
des palmiers ayant été ajoutés à la verdure
naturelle. Cette île, relativement vaste est oc-
cupée par des siamangs (Hylobates
syndactylus
).
Ile des siamangs
Ile des siamangs - mai 2015



Flèche



Sur la droite de l’allée contournant les îles, -
le
visiteur peut observer une vaste étendue her-

beuse en pente légère, qui constitue la première
plaine africaine du zoo. Cette prairie de plu-
sieurs hectares est occupée par un rhinocéros
blanc (Ceratotherium simum), des cobes de
Mrs Gray (Kobus megaceros), des gnous bleus
(Connochaetes taurinus), des oryx beisa (Oryx
beisa
), des bœufs watusis  (Bos primigenius
domesticus
) ou encore des zèbres de Damara
(
Equus burchelli).


Plaine africaine
Plaine africaine - mai 2015



Enclos des servals
Enclos des servals - mai 2015
Le visiteur revient alors sur l’allée principale et
tourne sur la droite pour longer un enclos om-
bragé par quelques arbres, à l’herbe haute et
agrémenté de souches et de rochers. Cet es-
pace est occupé par une famille de servals
(Leptailurus serval) composé d’un couple
reproducteur et de leur dernière portée.

La visite continue alors de sorte à remonter une
allée qui borde, sur la droite, la vaste plaine af-
ricaine des rhinocéros. Sur la gauche, on dé-
couvre un double enclos de grande taille, au
centre duquel se dresse un bâtiment percé de
vitres, bâtiment dont la façade semble repré-
senter un décor asiatique. Ce bâtiment abrite
des loges carrelées agrémentées chacune
d’une plateforme.



Les enclos situés de part et d’autre de cette
maison sont relativement vaste, disposent d’un
sol à l’herbe haute et sont agrémentés de quel-
ques arbres, de structures d’escalade en bois
et de rochers. Ils sont occupés par des lions
(Panthera leo).

Dans le prolongement de ces grands carnivores,
on peut observer un enclos relativement long, au
sol en herbe, planté d’arbres de taille moyenne
et légèrement vallonné. Cette installation est le
lieu de vie de guépards (Acinonyx jubatus).


Enclos des lions
Enclos des lions - mai 2015


Plaine des girafes
Plaine des girafes - mai 2015
A l’extrémité de l’enclos principal des félins se
dresse un second enclos plus petit. Le visiteur
continue alors de contourner la plaine des rhi-
nocéros. Plus loin, sur la gauche de l’allée, on
peut observer une autre prairie, dépourvue de
tout aménagement.

Cette dernière compose la seconde plaine
africaine au sein de laquelle cohabitent des
girafes de Rotschild (Giraffa camelopardalis
rotschildi
), des oryx algazelles (Oryx
dammah
), des cobes de Kaffu (Kobus
lechwe kuffuensis
), des élands du Cap
(Taurotragus oryx), des autruches (Struthio
camelus massaicus
) et des vautours fauves
(Gyps fulvus).


Plaine des rhinocéros
Plaine des rhinocéros - mai 2015
Maison des girafes
Maison des girafes - mai 2015


Enclos des guépards
Enclos des guépards - mai 2015
Plaine des rhinocéros
Plaine des rhinocéros - mai 2015



Flèche

La visite se poursuit le long des plaines afri-
caines pour rejoindre un autre continent visible
au parc du Reynou, l’Amérique du Nord.

Sur la gauche, installé au milieu d’un bosquet se
dresse le premier enclos de ce continent. Ce
dernier, divisé en une partie boisée et une zone
enherbée, est occupé par des pumas (Puma
concolor
). A l’arrière de cet enclos, un pro-
montoire permet de dominer une étendue her-
beuse doublée d’un bassin.
Cet espace est consacré à des cerfs wapitis
(Cervus canadensis) et des bisons d’Amé-
rique (Bison bison).


Enclos des pumas
Enclos des pumas - mai 2015

Vallée asiatique
Vallée asiatique - mai 2015
L’allée de visite bifurque alors sur la gauche et
laisse sur sa gauche la plaine des bisons, tandis
que sur la droite, un enclos en pente douce con-
stitue la plaine asiatique du zoo. Cette étendue
très vaste est divisée en 2 sections par des fils
électriques. Cette séparation permet de sé-
parer certaines espèces tandis que les plus
petites espèces ont accès libre à l’ensemble
de la plaine.

Sur la partie droite, on pourra observer de
grands troupeaux de nilgauts (Boselaphus
tragocamelus
), de cerfs de Duvaucel
(Cervus duvaucelii), de cerfs axis (Axis
axis
), d’antilopes cervicapres (Antilopa
cervicapra
) et de chameaux (Camelus
bactrianus
).


Plaine des bisons
Plaine des bisons - mai 2015
Plaine des yacks
Plaine des yacks - mai 2015


La seconde partie de la plaine est le lieu de vie
de yacks (Bos grunniens), d’o
nagres (Equus
hemionus onager
) et d’émeus (Dromaius
novaehollandiae
).

La visite se poursuit alors et le sentier contour-
nant la plaine de yacks, surplombe un petit en-
clos en herbe jouxtant la vallée asiatique.

Cette installation à l’herbe haute est agrémentée
de quelques bambous et de rochers. Elle héberge
des muntjacs de Chine (Muntiacus reevesi) et
des grues à cou blanc (Grus vipio).


Enclos des muntjacs
Enclos des muntjacs - mai 2015




Enclos des bharals
Enclos des bharals - mai 2015
Ici également, comme autour de la plupart des
plaines, les loges de nuit des animaux, abritées
dans des chalets en bois, sont visibles des visi-
teurs.

Face à la maison des muntjacs se trouve un enclos
au sol en terre ombragé par de grands séquoias.
Cet enclos où les rocailles sont également présente
est le lieu de vie de rennes (Rangifer tarandus).

La visite continue alors entre l’enclos des rennes
situé sur la gauche de l’allée et la vallée des yacks
et des onagres, sur la droite. Plus loin, une petite
parcelle boisée au sol en terre, a été agrémentée
de monticules rocheux. Les différents arbres de
cet enclos ont été protégés par des barrières en
bois. Cet enclos voit cohabiter un groupe de
bharals (Pseudois nayaur) mâles et des sangliers
des Visayas (Sus cebifrons).



Flèche

Le visiteur arrive alors au bas de la plaine asiatique
pour découvrir le plan d’eau de cette étendue. Face
au lac, se dresse un enclos en herbe, situé en lisière
de forêt. Cette installation de taille moyenne mais
dépourvue d’aménagements est le lieu de vie de
maras (Dolichotis patagonum).

Le visiteur contourne alors l’enclos des maras à l’arr-
ière duquel se dresse une très vieille volière inutilisée
aujourd’hui. Sur la droite, on peut encore observer
une île en herbe relativement longue, agrémentée
d’arbres morts, de cordes, de cabanes en bois et de
quelques buissons.
Un groupe de macaques de
Tonkéan (Macaca
tonkeana
) y est présenté.


Ile des macaques
Ile des macaques - mai 2015
Enclos des panthères des neiges
Enclos des panthères des neiges - mai 2015



Au niveau de cette île, l’allée bifurque sur la gauche
pour entrer dans la partie jardin botanique du zoo.
Ce lieu calme a été dessiné au cœur d’une forêt et
s’organise autour d’un vaste plan d’eau.

Plusieurs sentiers permettent de sillonner au milieu des
rhododendrons, fougères, lauriers et autres cascades
et pièces d’eau. Dans la partie haute de ce jardin, on
pourra observer 2 enclos mitoyens, en pente, agré-
mentés tous deux de rochers, de troncs et de quelques
grands arbres. Ces enclos sont consacrés à des pan-
thères des neiges (Uncia uncia).


Le visiteur redescend alors sur les berges du lac
pour y observer les bernaches du Canada (Branta
canadensis
) et les oies de Guinée (Anser anser
domesticus
).

Sur la gauche de l'allée longeant le lac, on peut
observer une parcelle boisée entourée d'un grillage.
et espace vaste et naturel est consacré à des loups
(Canis lupus).

La suite de la visite nous conduit au cœur d’une
forêt de bambous.
A la sortie de la forêt des bambous, le visiteur dé-
couvre sur la gauche une île relativement longue et
plantée de grands arbres accessibles aux animaux
et agrémentée de quelques branches. Cette île
inaugurée en 2015 accueille des petits pandas
(Ailurus fulgens).




Enclos des petits pandas
Enclos des petits pandas - mai 2015
Enclos des loups
Enclos des loups - mai 2015
Lac paysagé
Lac paysagé - mai 2015


Lac paysagé
Lac paysagé - mai 2015
Ile des pandas
Ile des pandas - mai 2015



Flèche


Le sentier de visite rejoint alors le manoir du zoo
et traverse le jardin de ce dernier pour continuer
sur un petit sentier qui borde sur la droite un
enclos en pente. Ce dernier est entouré de faux
rochers, formant un bassin avec vision sous marine.
Ce bassin s’ouvre sur des berges en herbe bien
végétalisées. Cet enclos est consacré à des loutres
naines (Aonyx cinerea).

Sur la droite, une petite fosse en herbe est agré-
mentée de souches, de branches, de quelques buis-
sons et de bambous. Une colonie de suricates
(Suricatta suricatta) y est présentée.


Fosse des suricates
Fosse des suricates - mai 2015


Complexe des petits singes
Complexe des petits singes - mai 2015

Sur la gauche, au milieu d’un pré, se dresse un petit
complexe composé d’un bâtiment percé de vitres.
Deux loges intérieures y ont été installées et ont été
agrémentées de branchages et de cordes. Sur la
façade, 3 volières ont été construites.

Ces dernières sont toutes plantées d’un buisson et
tendues de cordes. Cet ensemble compose le com-
plexe des callithricidés. Les espèces présentées ici
sont : tamarin lion à tête dorée (Leontopithecus
chrysomelas
) et ouistiti à toupet blanc (Callithrix
jacchus
).



Il est à noter que le parc a hébergé jusqu’à fin
2014, de très rares tamarins à moustaches
(Saguinus mystax).

Le sentier contourne alors le complexe des callit-
hricidés pour emprunter un sentier parallèle au
précédent. Sur la droite de cette allée se trouve
un petit enclos en herbe, lieu de vie de wallabies
de Bennett (Macropus rufogriseus), puis re-
monte le long de la mini ferme.


Enclos des wallabies de Bennett
Enclos des wallabies de Bennett - mai 2015


Volière des capucins
Volière des capucins - mai 2015
Là, face à l’entrée de la mini ferme, le sentier de
visite bifurque sur la gauche pour entrer dans une
petite cour où a été construite une toute petite
volière traversée par des branches et des cordes.
Cette installation est consacrée à des capucins à
épaules blanches (Cebus capucinus).

La visite continue alors pour revenir vers le res-
taurant du zoo et longer sur la gauche l’enclos
des loutres et sur la droite une volière de grande
taille agrémentée de quelques buissons et de
branches.
Cette volière est le lieu de vie de kookaburas
géants (Dacelo novaeguinae).



Flèche


Le visiteur revient alors devant la grange des hi-
boux à l’arrière de laquelle se trouve une volière
de petite taille reliée à une loge intérieure plongée
dans la pénombre, agrémentée d’un sol en écor-
ces et de quelques branches. Une colonie de
roussettes d’Egypte (Rossetus aegyptiacus)
l'habite.

Le visiteur passe alors à l’arrière du restaurant
pour rejoindre une petite volière de contact, com-
posée d’une zone enherbée et d’une fontaine.
Cette volière présente des perruches ondulées
(
Melopsittacus undulatus).


Enclos des roussettes
Enclos des roussettes - mai 2015


Enclos des lamas
Enclos des lamas - mai 2015






Le visiteur ressort alors de la volière et emprunte
la large allée du début. Là, avant de quitter le parc,
on peut encore observer un grand enclos naturel,
consacré à un troupeau de lamas (Lama glama).
Le visiteur quitte alors le zoo du Reynou.
Volière des perruches
Volière des perruches - mai 2015
Dépendances du chateau
Dépendances du château - mai 2015



Flèche

En conclusion le parc du Reynou est un petit parc
très ou trop peu connu qui mérite le détour. La
collection reste relativement classique bien que
quelques raretés ponctuent la visite. Cette dernière
se déroule dans un cadre naturel et verdoyant et
au milieu de grands espaces.

Les différentes espèces sont présentées en grands
troupeaux ce qui leur permet de reproduire leur
comportement naturel.

Une visite de 4 heures permettra de découvrir
l'ensemble du zoo.
Amazone
Amazone à nuque d'or de l'Honduras - mai 2015


Copyright ©  -  2007-2020  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés