Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Parc Animalier de Sainte Croix


Parc Animalier de Sainte Croix
57810 RHODES

Tel : +33 (0)3 87 03 95 36

www.parcsaintecroix.com

Logo de Sainte Croix en Plaine

Ma visite : 31 mai 2010
Mise en ligne : 19 juillet 2010









Horaires d'ouverture 2010
Tarifs d'entrée 2010
Le noctarium et la mini ferme
Les animaux importés, bovins, loups et gallinacés
Les oiseaux et les martres
Les cervidés, les ours, les oiseaux d'eau et les marmottes
Les félidés, les rapaces et les sangliers
Conclusion
Marmotte
Marmotte - mai 2010



Flèche

Horaires d'ouverture 2010 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif) :

Loir gris
Loir gris - mai 2010





Du 02 avril au 30 juin :                    10h00 à 18h00
Du 01 juillet au 31 aout :                  10h00 à 19h00
Du 01 septembre au 03 novembre:  10h00 à 18h00
A partir du 04 novembre :                Sur réservation groupes



Flèche

Tarifs d'entrée 2010 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Cheval de Przewalsky
Cheval de Przewalsky - mai 2010



Flèche

Présentation du parc.

Le visiteur, avant d'entrer au niveau de l'accueil du parc, découvre deux
premiers étangs de part et d'autre de l'entrée, au niveau desquels sont
présentés le fond des eaux européennes et les batraciens qui y vivent.
Le visiteur s'acquitte alors de son droit d'entrée, traverse l'entrée et ar-
rive au niveau d'un préau, où il trouve un premier bâtiment dans
lequel il est invité à entrer. Ce premier bâtiment constitue le noc-
turama du zoo.
Une première salle représente les jardins, avec 7 statues d'animaux noc-
turnes à retrouver. On peut également observer, au sein de cette salle,
un terrarium au milieu duquel une bulle de verre permet de glisser la tête,
et qui est occupé par des fourmis communes (Acromyrmex
octospinosus
). Le visiteur entre alors dans la seconde salle, qui corres-
pond à une cuisine reconstituée. En ouvrant les tiroirs et les différents
placards, il découvre plusieurs terrariums, mais également des agran-
dissements d'insectes originaires de nos contrées. On peut ainsi y
observer des souris grises (Mus musculus), des mites (Tineidae sp.),
ou encore des blattes (Blaberidae sp.).



Pièce typique du noctarium
Pièce typique du noctarium - mai 2010
Enclos des rats noirs
Enclos des rats noirs - mai 2010
Le visiteur entre dans la troisième pièce qui correspond à une chambre.
On y retrouve de nombreuses statues d'insectes dont les mites, les
acariens (Acariens sp.), les mouches (Calliphoridae sp.), les puces
(Pulicidae sp.) ou les poux (Pediculidae sp.).
Le visiteur sort de la chambre pour arriver dans le garage. On peut
y apprendre le fonctionnement du sonar des chauves souris. Dans cette
pièce, on trouve également un enclos visible à travers des baies vitrées,
occupé par des loirs gris (Glis glis), et un second terrarium, lieu de vie de
rats noirs (Rattus rattus). Enfin, le visiteur gagne la dernière salle au sol
en verre qui offre une vue plongeante sur l'enclos des rats gris (Rattus
norvegicus
). Le visiteur ressort alors du noctarium.
En face de cette sortie, on découvre un amphithéatre, lieu d'un spec-
tacle pédagogique sur les animaux des forêts et la protection de la nature.
En face de l'amphithéatre, le visiteur est invité à entrer dans la miniferme
du parc.


Cette ferme de briques rouges se compose de divers bâtiments en-
tourant une cour aménagée et plantée de nombreuses fleurs. Sur
la droite de la cour, on découvre une aire de jeux, une couveuse et
les loges intérieures des chèvres (Capra hircus) et des moutons
(Ovis aries). Sur la gauche se trouve une série de volières. La
première est le lieu de présentation de paons blancs (Pavo
cristatus
) et de faisans dorés (Chrysolophus pictus). La seconde
est le lieu de vie de pigeons mondains (Columbia livia), la troisième
présente des poules cou nu (Gallus gallus), la quatrième est con-
sacrée aux poules naines et plus spécifiquement des sabelpoots.
Finalemant, la dernière volière est occupée par des poules brahmas.
A l'arrière des volières on trouve le "Jardin de Roland" qui présente
des herbes aromatiques et des essences anciennes. A côté du jardin,
une petite prairie est occupée par des canards coureurs indiens
(Anas anas).


Entrée de la mini ferme
Entrée de la mini ferme - mai 2010

Jardins de Roland
Jardin de Roland - mai 2010
Le visiteur franchit un porche en direction de la seconde partie de la ferme.
Sur la droite se trouve l'enclos de contact des moutons et des chèvres
dans lequel on peut entrer. Sur la gauche, on peut observer une série de
clapiers consacrés à plusieurs espèces de lapins domestiques (Oryctolagus
cuniculus). A côté des clapiers, dans une grange, un nouvel enclos est le
lieu de présentation de fouines (Martes foina). La suite de la visite se fait
vers un complexe pré-boxes intérieurs. Le premier est le lieu de vie de chevaux
ardenais (Equus caballus), le second est occupé par une vache vosgienne
(Bos taurus), race à petit effectif. Une dernière prairie est le lieu de pré-
sentation de dindons (Meleargis gallopavo) et des pintades grises
(Numida meleagris).
Le visiteur revient alors au niveau de l'entrée de la mini ferme, et se di-
rige sur la gauche, vers le sentier vert dont le temps de visite est estimé
à 1h15. Ce sentier longe sur la gauche, les enclos des moutons et des
chèvres et sur la droite, l'enclos des ânes gris (Equus asinus) et des
Baudets du Poitou ainsi qu'un nouvel enclos habité par des moutons masqués.
Le visiteur poursuit sa visite en direction des animaux sauvages.


Chambre du noctarium
Chambre du noctarium - mai 2010
Le conseil des hiboux
Le conseil des hiboux - mai 2010


Volières des faisans
Volières des faisans - mai 2010
Entrée du labyrinthe des batraciens
Entrée du labyrinthe des batraciens - mai 2010



Flèche

Le visiteur arrive alors au niveau d'un grand lac, dont la partie droite
est en travaux. De nombreuses îles sortent de ce lac. La première, en
travaux, devrait accueillir des grues demoiselles (Anthropoides
virgo
). Des bernaches à cou roux (Branta ruficolis), des oies do-
mestiques (Anser anser) et des bernaches du Canada (Branta
canadensis) évoluent librement dans ce parc.
Une seconde île agrémentée d'un bosquet touffu, est le lieu de vie
d'un groupe d'ibis sacrés (Threskiornis aethiopicus). Ces deux
espèces ont trouvé leur place dans le parc, car elles sont présen-
tent en France suite à des lachés.
En face des ibis, un petit enclos rocailleux est le lieu de présentation
de porcs-épics à crète (Hystrix cristata). A côté des porc-épics,
un sentier conduit le visiteur vers un labyrinthe et une arche abritant
une salle pédagogique consacrée aux amphibiens de nos régions.
Le visiteur revient sur le sentier principal.


Enclos des porcs épics
Enclos des porcs-épics - mai 2010

Enclos des ragondins
Enclos des ragondins - mai 2010
La suite de la visite nous amène vers un nouvel enclos de contact en herbe et
en gravier, enclos consacré à la présentation de daims (Dama dama). Le
visiteur ressort de l'enclos de contact et se dirige vers une grande plaine hu-
mide, plantée d'herbe et de quelques roseaux. Un groupe reproducteur
d'hydropotes (Hydropotes inermis) est présenté à ce niveau. Ces animaux,
bien qu'originaire d'Asie, ont été importés dans les forêts britanniques et
celles du Nord de la France.
A côté des hydropotes, deux nouvelles plaines sont occupées respectivement
par des bisons d'Amérique (Bison bison) et par des bisons d'Europe (Bison
bonasus). Entre ces deux enclos, une passerelle surplombant le lac est bor-
dée à gauche, par une petite île densément végétalisée, agrémentée de quel-
ques cabanes en bois est le lieu de vie de ratons laveurs (Procyon lotor).
Sur la droite, un enclos humide, composé de plusieurs zones rocheuses, est
le lieu de présentation de ragondins (Myocastor coypus). Le visiteur revient
alors au niveau du sentier principal pour longer les plaines des bisons, en
direction d'une nouvelle prairie comparable aux deux autres, occupée par
chevaux de Przewalsky (Equus przewalski).


Le visiteur longe alors une zone de travaux, où devrait à terme se
trouver de nouvelles îles et une attraction, le sentier pieds nus. La
visite se poursuit en direction d'une grange recréant une petite
église en bois, bordée par deux volières. La volière de gauche,
dissimulée dans la végétation, est le lieu de vie de chevêches
d'Athena (Athene noctua), la volière de droite est occupée par
des corbeaux (Corvus corax). Le visiteur peut entrer dans la
grange pour découvrir une nouvelle volière consacrée aux
chouettes effraies (Tyto alba).
La suite de la visite se déroule dans la partie forestière du parc,
pour décourvrir un premier enclos composé d'une prairie et
d'une partie forestière. Un groupe d'aurochs (Bos primigenius)
vit dans cet enclos. Cette race bovidés est ancienne ,
reproduite par divers croisements de bovins domestiques.


Volières des corbeaux et des chouettes
Volières des corbeaux et des chouettes - mai 2010




Volières des coqs de bruyère
Volières des coqs de bruyère - mai 2010
Le visiteur poursuit sa visite sur un sentier longeant à droite, un vaste enclos
en herbe, planté de bosquets de feuillis, de conifères et aménagé de quel-
ques cachettes en pierres. Cette installation est occupée par une meute de
loups gris d'Europe (Canis lupus lupus). Un mirador offre un point de vue
original sur ces animaux. Sur la gauche du sentier, de nombreux panneaux
pédagogiques décrivent les rapports entretenus au fil des siècles, entre les
loups et les hommes.
Le visiteur contourne l'enclos des loups, en direction d'un second mirador
et d'un second point d'observation sur cet enclos. A côté de la plaine des
loups, une seconde installation du même type, accueille depuis 2010 une
autre meute.
Le visiteur continue la visite dans la zone forestière, pour tomber sur qua-
tres volières accolées. Les trois premières sont consacrées aux coqs des
bruyères (Tetrao urogallus). La volière centrale constitue une zone d'iso-
lement pour les femelles, qui ont accès libre aux deux autres volières
 occupées par des mâles. La dernière volière est consacrée à une
espèce de gallinacés peu courante en captivité, la gélinotte des bois
(Bonasa bonasia). L'ensemble des volières dispose d'un sol en gravillons,
sont plantées de conifères et agrémentées de rochers et branchages.


Yourte reconstituée
Yourte reconstituée - mai 2010
Enclos des loups gris
Enclos des loups gris - mai 2010


Enclos des hydropotes
Enclos des hydropotes - mai 2010
Plaine des bisons
Plaine des bisons - mai 2010



Flèche

A partir des volières, le visiteur entre sur un sentier pédagogique
offrant une exposition sur les travailleurs cachés des forêts. De
nombreux agrandissements d'insectes agrémentent cette zone et
complètent les panneaux ludiques et pédagogiques. Le visiteur
arrive alors sur une petite place entourée de trois volières reliées
entre elles formant un complexe ombragé, planté de nombreux
arbres et agrémenté de branchages. Des écureuils roux (Sciurus
vulgaris) sont présentés à ce niveau. Le visiteur poursuit sa
visite en découvrant de nouveaux insectes, jusqu'à une volière
de contact dans laquelle il est invité à entrer. Des cigognes
noires (Ciconia nigra), des garrots à oeil d'or (Bucephala
clangula), des harles piettes (Mergellus albellus), des fuligules
morillons (Aythya fuligula), des fuligules nycoras (Aythya
nyroca) et des milans royaux (Milvus milvus) cohabitent dans
cette installation.


Volière des oiseaux d'eau
Volière des oiseaux d'eau - mai 2010
Statue pédagogique disséminée dans le parc
Statue pédagogique disséminée dans le parc - mai 2010





En poursuivant sa visite au coeur de la forêt lorraine, le visiteur découvre
deux nouvelles volières séparées par un bâtiment non visible du public.
Des martres (Martes martes) sont présentées dans ces enclos. Ces deux
volières sont plantées de nombreux arbres et de touffes de mauvaises her-
bes. Des rondins empilés, des souches et des rochers complètent les amé-
nagements. Le visiteur poursuit sa visite pour ressortir de la forêt, pour re-
tomber sur le sentier Pieds nus, qui devrait être inauguré au cours de l'été
2010, ainsi qu'un nouveau sentier en bois au milieu des iles. Sur la droite
du sentier, on trouve la dindonnerie de la mini ferme ainsi que l'enclos de
contact de la mini ferme.
Le visiteur poursuit sa visite le long de l'allée des ânes, pour revenir au
niveau de l'entrée de la mini ferme et du noctarium.
A ce niveau débute le sentier bleu dont la durée de visite est estimée à 2
heures.


Volière des écureuils
Volière des écureuils - mai 2010


Enclos des martres
Enclos des martres - mai 2010
Parcours pieds nus
Parcours pieds nus - mai 2010
Parcours pieds nus
Parcours pieds nus - mai 2010



Flèche

Le sentier bleu débute au niveau du restaurant du zoo. Le visiteur fran-
chit un passage canadien, pour entrer dans une vaste plaine, composée
d'une partie nue, d'une partie forestière et d'un grand lac.
Des cerfs élaphes (Cervus elaphus) et des daims (Dama dama) co-
habitent en semi liberté dans cette plaine.
Sur la gauche de la plaine, un petit enclos en herbe est occupé par des
moutons de Jacob (Ovis aries) et par des baudets du Poitou (Equus
asinus).
En face des moutons et dans un coin de la plaine des cerfs, on décou-
vre une volière octogonale organisée autour d'un vieu chêne. Des hi-
boux grands ducs (Bubo bubo) sont présentés dans cette installation.
Le visiteur poursuit sa visite pour tomber sur un ensemble de panneaux
pédagogiques retraçant les évolutions des bois des cerfs en fonction
des années.


Plaine des cerfs
Plaine des cerfs - mai 2010



Enclos des ours
Enclos des ours - mai 2010
Le sentier de visite se divise alors en patte d'oie. Le chemin de gauche traverse
la grande plaine, le sentier de droite, parallèle au premier, traverse deux enclos
de type humide, composés chacun d'une plage en herbe et d'un bassin naturel.
Le premier est occupé par des tortues à tempes rouges (Trachemys seripta
elegans
), le second est consacré aux cistudes d'Europe (Emys orbicularis).
Des panneaux pédagogiques expliquent la compétition existant entre ces deux
espèces, l'une étant originaire d'Europe et de France, la seconde y ayant été
importée. Le visiteur se dirige alors sur un nouveau sentier situé au milieu des
étangs et quitte pour un temps la plaine des cerfs.
Sur la gauche, une grande plaine bordant un étang, est le lieu d'évolution de
chevaux tarpans (Equus caballus gmelini). Des bernaches du Canada
(Branta canadensis) et des bernaches nonettes (Branta leucopsis) s'ébattent
sur ce lac.
En face du lac, une vaste plaine herbeuse séparée du visiteur par un fossé en
eau relié à un petit bassin, est agrémentée de quelques bosquets et autres
rochers. Un groupe d'ours bruns (Ursus arctos) occupe cette installation.


Le visiteur poursuit sa visite en bifurquant vers le sentier de droite, en
direction d'un nouveau lac de grande taille. Au milieu du lac, une île
en herbe et  plusieurs amas de branchages, constituent des zones de
nidification pour les pélicans frisés (Pelecanus crispus), les cormorans
(Phalacrocorax carbo) et les foulques macroules (Fulica atra) qui
y sont présentés.
Sur le coté droit du sentier, une nouvelle ile quelque peu à l'abandon
était consacrée aux pygargues à queue blanche (Haliaeetus albicilla),
espèce représentée par une statue.
La suite de la visite nous conduit à contourner l'étang des pélicans,
tout en longeant un vaste lac, jusqu'à découvrir une prairie humide,
garnie de roseaux, lieu de vie d'un groupe de Highlands Cattle (Bos
taurus).
Le visiteur revient alors au niveau du sentier principal, qui longe le
lac des chevaux tarpans sur la gauche et l'enclos des Highlands sur
la droite. Au bout du sentier, une volière plantée de nombreux saules
est le lieu d'une cohabitation entre des cigognes blanches (Ciconia
ciconia), des spatules blanches (Platalea leucorodia), des ibis fal-
cinelles (Plegadis falcinellus), des hérons bihoreaux (Nycticorax
nycticorax) et des hérons garde boeufs (Bubalcus ibis).






Bassin des pélicans
Bassin des pélicans - mai 2010


Enclos des castors
Enclos des castors - mai 2010
Au bout du sentier, on découvre le second restaurant du zoo, dont la terrasse
est entourée par la volière des cigognes, par le lac des chevaux et par un autre
enclos de grande taille constitué d'une plage en herbe et d'un lac. Un groupe
de castors (Castor fiber) l'occupe. Le visiteur revient sur ses pas jusqu'au
niveau de l'enclos des ours et du passage canadien pour entrer à nouveau
dans la plaine des cerfs et bifurquer sur la gauche de sorte à longer l'enclos
des ours. On arrive alors dans la partie forestière du sentier bleu, zone à
laquelle les cerfs ont également accès.
Sur la gauche du sentier de visite, on peut observer la partie forestière de
l'enclos des ours, alors que sur la droite, une nouvelle installation de type
forestière, est occupée par des lynx (Lynx lynx), qui se sont reproduits au
printemps 2010. Avant de longer l'enclos des lynx, le visiteur bifurque sur
un petit sentier pour contourner une butte en terre au niveau de laquelle
évolue une colonie de marmottes (Marmota  marmota).
En face des marmottes, une vaste prairie légèrement vallonnée, est le lieu
de présentation d'oiseaux originaires des montagnes françaises, les vautours
fauves (Gyps fulvus). Le visiteur revient au niveau de l'enclos des
lynx qu'il longe jusqu'à une petite cabane, qui permet de séparer les deux
enclos consacrés à cette espèce de félidés.


Volière des hiboux
Volière des hiboux - mai 2010
Enclos des cistudes
Enclos des cistudes - mai 2010


Volière des ibis
Volière des ibis - mai 2010
Enclos des marmottes
Enclos des marmottes - mai 2010



Flèche

En face des lynx, un enclos grillagé, planté de quelques arbres est le
lieu de vie de renards roux (Vulpes vulpes).
Un peu plus loin, on trouve deux volières côte à côte, pouvant être re-
groupées ou séparées, et toutes deux densément végétalisées. Des
chats sauvages (Felis sylvestris) occupent ces installations. En face
des chats, un grand enclos en herbe, agrémenté de quelques bosquets
épais est le lieu de présentation d'une meute de loups blancs d'Ar-
ctique (Canis lupus arctos). A côté de cet enclos, une cabane rap-
pelant celles des trapeurs Nord Américains est en cours d'aménga-
ment.
Le visiteur poursuit sa visite dans la zone forestière réservée aux cerfs
et aux daims, pour y découvrir 3 volières octogonales, plantées de
nombreux conifères. La première volière est le lieu de vie de chouettes
épervières (Surnia ulula), la seconde est occupée par des chouettes
lapones (Strix nebulosa) et la dernière est le lieu de présentation de
chouettes de l'Oural (Strix uralensis).


Volière des chats sauvages
Volière des chats sauvages - mai 2010


Enclos des rennes
Enclos des rennes - mai 2010
Le visiteur se dirige alors vers un enclos au sol en terre, planté de quelques
conifères, qui est consacré à une nouvelle espèce de cervidés domestiques
vivant dans les pays du Nord de l'Europe, le renne (Rangifer tarandus).
Le parc animalier de Sainte Croix présente un groupe reproducteur de
cette espèce. A côté de l'enclos des rennes, une nouvelle installation de
grande taille est le lieu de vie d'un couple de renards polaires (Alopex
lagopus
), arrivé au début de l'année 2010 d'un parc allemand.
Mitoyen aux renards polaires, une dernière volière en herbe, garnie de
quelques arbres et troncs est occupée par un couple de harfang des
neiges (Nyctea scandiaca).
Le visiteur franchit alors un passage canadien qui marque la fin de la vallée
des cerfs. Sur la gauche du sentier, on peut observer les prairies de la mini
ferme, occupées par des canards coureurs indiens, des vaches Vosgiennes
et des chevaux Ardennais.
Sur la droite du terrain, un enclos boueux clot le sentier bleu. Cet enclos est
consacré à une famille de sangliers (Sus scrofa).
Le visiteur revient alors du noctarium pour entrer dans la boutique avant de
quitter le parc.


Enclos des sangliers
Enclos des sangliers - mai 2010
Enclos des loups blancs
Enclos des loups blancs - mai 2010


Volière typique pour rapaces
Volière typique pour rapaces - mai 2010
Enclos des renards polaires
Enclos des renards polaires - mai 2010



Flèche


Le Parc Animalier de Sainte Croix est un parc qui s'étend sur une
surface importante de 130 hectares, ce qui lui permet de présenter
la faune européenne, dans laquelle il s'est spécialisé, en semi liberté.
Les enclos sont de grande taille et le contact avec les animaux
est facilité par la proximité entre les visiteurs et les différentes es-
pèces.
La pédagogie est fortement développée au sein de ce parc, qui of-
fre à ses visiteurs, des nouveautés originales basées sur la bio-
diversité et les animations plutôt que sur la présentation d'espèces
nouvelles.
Cistude d'Europe
Cistude d'Europe - mai 2010


Copyright ©  -  2007-2021  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés