Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Zoo Liberec

Zoo Liberec
Masarykova 1347/31
460 01  Liberec 1
République Tchèque

Tel.: +42 (0)482 710 616
Fax: +42 (0)482 710 618

www.zooliberec.cz
Entrée du zoo de Liberec


Ma visite : 10 juin 2011
Mise en ligne : 01 aout 2011





Zèbre du Soudan
Zèbre du Soudan - juin 2011



Horaires d'ouverture 2011
Tarifs d'entrée 2011
Histrorique du zoo
Les herbivores et les loups à crinière
Les éléphants, les ongulés et les panthères
Les grands singes, les oiseaux et petits animaux
La serre tropicale
La maison des singes et la maison des fauves
Les rapaces et la mini ferme
Les animaux des montagnes et des savanes
Conclusion
La ville de Liberec



Flèche

Horaires d'ouverture 2011 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)










D'avril à octobre :         8h00 à 18h00
De Novembre à mars :  8h00 à 17h00
Aigles de Bonelli
Aigle de Bonelli - juin 2011



Flèche

Tarifs d'entrée 2011 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)

Panthère de Chine
Panthère de Chine - juin 2011




Adultes :                       115 CZK (4,75 €)
Enfants (3 à 15 ans ) :    65 CZK (2,70 €)
Enfants (- 3 ans) :          Gratuit
Seniors (+65 ans) :        65 CZK (2,70 €)



Flèche

Présentation du zoo

La ville de Liberec, située dans le nord du pays, était grâce au
textile et aux usines mécanisée, une ville à la pointe de l'industrie
au 19ème siècle. C'est à cette époque que 900 membres de la
Société d'Histoires Naturelles de la ville créèrent le jardin
botanique de la ville.
En 1904, des volières ont été construites dans le jardin sur le
modèle du zoo de Hambourg en Allemagne et les premiers
animaux ont été accueillis.
l
Le zoo de Liberec tel qu'on le connait aujourd'hui, a été créé en
1919,  ce qui en fait le plus vieu parc de l'ex Tchécoslovaquie.
Le parc a été érigé dans un premier temps en vue d'accueillir
les animaux des cirques durant la période hivernale.


Genette tigrine
Genette tigrine - juin 2011
Takin doré
Takin doré - juin 2011
Aujourd'hui, le zoo s'étend sur 13 hectares, sur les hauteurs de
la ville, et présente quelques 1000 animaux appartenant à 170
espèces différentes.

Bien que le zoo ait connu une forte modernisation, certaines struc-
tures sont relativement démodées.

Concernant les espèces, comme dans la majorité des zoos tchèques,
le zoo de Liberec accueille quelques raretés telles que les takins dorés,
les ânes de Somalie ou encore les bouquetins du Caucase.

Le jardin botanique et le Zoo sont aujourd'hui séparés de quelques
centaines de mètres.



Flèche

Visite du zoo

L'entrée du zoo de Liberec marque également l'entrée d'une
forêt. Avant de trouver de grands arbres, le visiteur longe des
massifs de rhododendrons.
Le premier enclos est situé sur la droite, au coeur de la forêt.
De petits typies en bois offrent des abris aux loups à crinière
(Chrysocyon brachyurus). Quelques souches et des troncs
d'arbre complètent les aménagements.
Directement à côté des loups à crinières, un enclos délimité
par de grosses grilles, au sol naturel, de type forestier, présen-
te un groupe de muntjacs de Chine (Muntiacus reevesi).
Une cabane en bois percée de vitres, leur sert d'abris et de
loge de nuit.

En face des muntjacs, un chalet en bois qui offre un point de
restauration, est bordé par une cage comparable à celles
trouvées en animalerie, occupée par des furets domestiques
(Mustela furo).



Enclos des loups à crinière
Enclos des loups à crinière - juin 2011
Volière des furets
Volière des furets - juin 2011




A côté du point de restauration se trouve un enclos au sol en sable,
entouré de barrières en bois. Cette installation héberge des poneys
appaloosas (Equus cabella) et des alpagas (Lama paco).

Après être revenu sur le sentier principal, le visiteur peut observer
le troisième enclos de Liberec. Toujours sous le couvert de grands
arbres, cette installation au sol en sable, au milieu duquel ont été
déposés des monticules rocheux, accueille des boeufs musqués
(Ovibos moschatus wardi).

Une plaine de taille moyenne, aliant zones d'herbe et zones de sab-
le, marque une rupture du chemin de visite qui se divise en deux.
Au fond de l'enclos se dresse un grand bâtiment de briques rouges
qui abrite les loges de nuit du groupe familial de girafes de Rotschild
(Giraffa camelopardalis rotschildi) évoluant à ce niveau.
Enclos des poneys
Enclos des poneys - juin 2011
Enclos des boeufs musqués
Enclos des boeufs musqués - juin 2011


Le visiteur poursuit sa visite sur le sentier de droite, pour découvrir
un pré-parc et un grand enclos en sable et en herbe, agrémentés
d'amas rocheux et de grands arbres, complexe consacré à l'espèce
phare du zoo de Liberec. Un groupe de 8 takins dorés (Bucorcas
taxicolor bedfordi), une espèce qui est maintenant présentée dans
3 parcs européens.

Arrivé en 2002, le couple s'est très vite reproduit, donnant nais-
sance à un mâle, puis à plusieurs femelles. Un couple a ainsi pu
être formé à Berlin. D'autres importations de cette espèce sont
en projet, et un partenariat avec des zoos Chinois est en cours
de mise en place.
Les takins cohabitent avec des muntjacs de Chine (Muntiacus
reevesi).
Au bout de l'enclos des takins, sur le côté gauche du sentier de
visite, se trouve une autre installation africaine, mitoyenne à la
plaine des girafes.



Enclos des takins dorés
Enclos des takins dorés - juin 2011
Enclos des zèbres
Enclos des zèbres - juin 2011


Cette seconde plaine, de petite taille, au sol en sable, est le lieu de vie
d'une sous espèce de zèbres peu courante en captivité, le zèbre du
Soudan (Equus quagga borensis), caractérisé par un mufle noir et
des rayures bien dessinées.
Les deux enclos peuvent être reliés entre eux ou au contraire être
séparés.

Le visiteur est alors invité à entrer dans le bâtiment de la plaine pour
y observer les loges de mammifères visibles à travers des baies vit-
rées, mais également une salle d'observation et plusieurs terrariums
occupés par des scarabés noir et blanc (Goliathus meleagris).

Le visiteur ressort de la maison des girafes, pour découvre le proc-
hain enclos situé sur la gauche.
Plaine des girafes
Plaine des girafes - juin 2011
Maison des girafes
Maison des girafes - juin 2011


Jeune takin doré
Jeune takin doré - juin 2011
Takin doré
Takin doré - juin 2011



Flèche

Sur la gauche se trouve un plateau de taille moyenne, au sol en
sable et avec pour seuls aménagements un tronc d'arbre et une
petite cabane constituée de trois troncs reliés par une toile.
Cette installation est consacrée à des éléphantes d'Asie
(Elephas maxima) qui cohabitent avec deux chèvres naines
(Capra hircus).

Le visiteur contourne ce plateau pour se diriger vers la maison
des éléphants où, avant d'y entrer, il peut observer une
petite fosse en béton consacrée auparavant à des hippopota-
mes et qui a aujourd'hui était agrémentée d'herbe et de bran-
chages. Cette structure accueille à présent des coatis roux
(Nasua nasua) et des pécaris à collier (Pecari tajacu).

Le visiteur entre alors dans la maison. Cette bâtisse est ty-
pique des anciennes installations pour pachydermes, à savoir
deux boxes carrelés, séparés entre eux par un bassin et en-
tourés de grosses barrières métalliques.




Plateau des éléphants
Plateau des éléphants - juin 2011

Enclos principal des anes de Somalie
Enclos principal des anes de Somalie - juin 2011
Au fond de la maison se trouve un vivarium partiellement
détruit et par conséquent vide de tout occupant.
Le visiteur ressort de la maison des éléphants pour contourner la
fosse des coatis et poursuivre sa visite en longeant sur la droite la
limite du parc et sur la gauche un premier enclos légèrement pen-
tu, planté de nombreux arbres et au sol en herbe. Cette plaine est
le lieu de vie de nyalas (Tragelaphus angasii).

A côté des nyalas se trouve un complexe de quatre enclos, dont
deux seulement sont visibles à ce niveau. Ces structures ont un sol
rocailleux duquel ressortent des parties enherbées. Un des plus
grand groupe reproducteur d'ânes de Somalie (Equus africanus
somaliensis) évolue à ce niveau.
Dans le prologement du complexe des ânes, une autre plaine de
conception identique, accueille des chameaux (Camelus
bactrianus), des poneys shetland (Equus cabella) et des chèv-
res naines (Capra hircus).


Enclos des coatis
Enclos des coatis - juin 2011
Enclos des chameaux
Enclos des chameaux - juin 2011


Le dernier enclos de cette allée est entièrement sableux, avec
en son centre quelques arbustes et un puits de pierre. Cet en-
clos est consacré à deux espèces africaines, les zèbres de
Chapmann (Equus burchelli chapmani) et les damalisques
à front blanc (Damaliscus pygargus philippsi).

Le visiteur contourne cette plaine, pour découvrir le bâtiment
des animaux relativement ancien.
La suite de la visite nous amène sur un sentier en pente descen-
dante, bordé sur la droite par une prairie plantée de nom-
breux arbres et de rochers, occupée par un groupe repro-
ducteur de markhors (Capra falconeri heptneri).
En face des markhors, une seconde prairie agrémentée de
massifs de buissons est le lieu de présentation de vigognes
(Vicugna vicugna).
Au bas de cet enclos, une fourmilière a été construite.

Un sentier bifurquant sur la droite borde l'installation des mar-
khors, pour arriver vers un double enclos en terre et en herbe,
occupé par des bouquetins du Caucase (Capra
cylindricornis
), une espèce relativement peu courante en
captivité.





Plaine des zèbres et damalisques
Plaine des zèbres et damalisques - juin 2011



Volières des panthères
Volières des panthères - juin 2011
Le visiteur revient sur ses pas pour poursuivre sa visite en direction
de la zone basse du parc. Sur ce sentier, on peut observer les en-
clos des vigognes mais aussi ceux des ânes de Somalie.
En face de ces derniers, sur une petite terrasse, ont été érigées des
cages vitrées, au sol en gravier et agrémentées de structures en bois.
Ces cages sont anciennes et de taille réduite. La première est le
lieu de vie de panthères des neiges (Uncia uncia). Les deux sui-
vantes, dans lesquelles ont été ajoutés des arbres, sont le lieu de
vie de panthères de Chine (Panthera pardus japonensis).

Le visiteur poursuit sa visite pour se diriger vers la partie basse du
parc. Dans un des virages se trouve un enclos délimité par des
vitres entourées d'une structure métallique. Cette installation den-
sémment végétalisée est le lieu de vie de petits pandas (Ailurus
fulgens).

En face des petits pandas se trouve une rangée de volières ac-
colée au bâtiment des fauves vus précédemment. Ces trois
volières au sol en gravier et agrémentées de conifères sont con-
sacrées aux panthères des neiges (Panthera uncia).


Loge intérieure des éléphants
Loge intérieure des éléphants - juin 2011
Plaine des vigognes
Plaine des vigognes - juin 2011


Enclos typique pour ongulés des montagnes
Enclos typique pour ongulés des montagnes - juin 2011
(ici les bouquetins du Caucase)
Enclos des petits pandas
Enclos des petits pandas - juin 2011



Flèche

En poursuivant son chemin en direction de la partie basse du zoo,
le visiteur peut observer sur la gauche de grandes baies vitrées
donnant sur un enclos pentu en herbe, planté d'un grand arbre et
agrémenté de nombreuses cordes où vit un groupe de 6 chimpan-
zés (Pan troglodytes).
Leur enclos est relié à un bâtiment ancien visible en contrebas.

Le visiteur poursuit sa visite pour gagner une zone où se dressent
4 volières, partie consacrée aux rapaces. Les trois volières sont
comparables en termes d'aménagements, à savoir un sol naturel
où s'allient terre, herbe et rochers, quelques arbres et des per-
choirs situés en hauteur.

La première volière héberge des faucons pélerins (Falco
peregrinus
), alors que la seconde est occupée par des faucons
sacres (Falco cherrug).
La troisième volière, située un peu plus loin, présente pour sa
part des caracaras austraux (Phalcoboenus australis).
La dernière volière était inoccupée pour cause de réfection lors
de ma visite.





Enclos des chimpanzés
Enclos des chimpanzés - juin 2011


Volières des ibis et des tragopans
Volières des ibis et des tragopans - juin 2011
Au détour du dernier virage, le visiteur arrive dans la partie basse du parc.
Sur la gauche se trouve un enclos densément végétalisé recouvert d'un
filet, occupé par des lynx des Carpathes (Lynx lynx carpaticus), espèce
farouche et donc difficilement observable.

Le sens de viste nous conduit sur la droite, sur un sentier situé en face de
l'enclos des serres, pour emprunter une allée longeant une rangée de 3
volières de tailles moyenne à grande. Les volières, légèrement pentues, bé-
néficient comme celles des rapaces, d'un sol en herbe et de quelques
arbustes. La première est le lieu de vie de bihoreaux (Nycticorax
nycticorax
). Le second héberge un trio de tragopans satyres (Tragopan
satyra), un faisan originaire des montagnes asiatiques.

La dernière volière, la plus grande, accueille des ibis hagedash
(Bostrychia  hagedash), des ibis sacrés (Threskiornis aethiopicus)
et des hérons garde boeufs (Bubulcus ibis).

En face des volières se trouve un petit complexe de 3 enclos organisés
autour d'un monticule rocheux.


Volière des faucons
Volière typique pour faucons - juin 2011
Volière des lynx
Volière des lynx - juin 2011


Le premier petit enclos, en herbe, avec en son centre un bassin, est
consacré à la présentation de tortues à éperons (Geochelone
sulcata). Le second, en sable, au sein duquel ont été disposés
des rochers, est le lieu d'évolution d'une colonie de suricattes
(Suricata suricatta).

Le visiteur arrive alors vers le mur d'enceinte de la partie visible du
zoo contre lequel a été érigée une grande volière, digne des con-
structions zoologiques des années 1970 - 1980. Une falaise en
béton a été reconstituée au fond de l'enclos et des cordages et
branchages complètent ces aménagements Un petit groupe de
babouins hamadryas (Papio hamadryas) y a été installé.

A côté de la volière des hamadryas, trois anciens vivariums sont
aujourd'hui laissés à l'abandon et ont été envahis par des vignes
vierges.



Cage des babouins hamadryas
Cage des babouins hamadryas - juin 2011


Enclos des flamants roses
Enclos des flamants roses - juin 2011
Le visiteur arrive alors au niveau du troisième enclos du petit complexe,
installation en sable agrémentée de rochers, comparable à celle des
suricattes. Un groupe de mangoustes fauves (Cynictis penicillata) oc-
cupe cet enclos.

A côté des mangoustes, une zone marécageuse, abritée sous de grands
arbres, composée d'un bassin, de jonc et d'herbe, adossée à un dome
en verre est le lieu d'évolution de la colonie de flamants roses
(Phoenicopterus roseus) et de flamants rouges (Phoenicopterus
ruber
) de Liberec.

En face des flamants roses se trouve une petite fosse bétonnée, dont le
sol a été recouvert d'une couche de terre et d'herbe, au sein de laquelle
ont été disposés des troncs d'arbres et des rochers. Cette petite struc-
ture est le lieu de vie de porc-épics indiens (Hystrix indica).

Sur la droite du sentier se trouve la prochaine installation du zoo de
Liberec, la serre tropicale dans laquelle le visiteur est invité à entrer et
qui s'étend sur 2 étages.


Fosse des porc épics
Fosse des porc épics - juin 2011
Enclos des suricates
Enclos des suricattes - juin 2011



Flèche

La visite débute à l'étage supérieur, au niveau de la canopé. Sur la
droite de la terrasse de visite se dressent plusieurs volières intérieures.
La première volière, au sol en sable, au fond tapissé de faux rochers
et agrémentée de faux rochers, est le lieu de vie d'un microglosse
(Probosciger aterrimus). A côté du microglosse, dans une loge
identique en termes d'aménagements, est présenté un couple de
gouras de Sheepmaker (Goura sheepmakeri).

La troisième volière est agrémentée pour sa part de tiges de gra-
minées séchées, de plantes en pot et d'un petit bassin. Des espèces
africaines y ont été installées à savoir des euplectes monseigneurs
(Euplectes hordeaceus), des tisserins gendarmes (Ploceus
cucullatus nigriceps) et des calaos à bec rouge (Tockus
erythrorhynchus).

Des gallicolombes de Barlett (Gallicolumba criniger) occupent un
enclos au sol en sable, agrémenté de branches et de plantes en
pot, tandis que la dernière volière de cette rangée s'apparente à
celle du microglosse et héberge des cacatoès des Molluques
(Cacatua moluccensis).




Loge typique pour oiseaux
Loge typique pour oiseaux  - juin 2011
(ici les gallicolombes)


Zone de vol libre de la serre
Zone de vol libre de la serre - juin 2011
Diverses espèces d'oiseaux évoluent librement dans cette serre, à savoir
des pigeons de Nicobar (Caloenas nicobar), des étourneaux de Bali
(Leucopsar rotschildi), des spréos superbes (Lamprotornis superbus),
des mandarins (Taeniopygia guttata) et des euplectes veuve noire
(Euplectes ardens).

Le visiteur redescend alors au niveau du sol de la serre pour découvrir
de part et d'autre du bâtiment, plusieurs volières et terrariums.
Sur la gauche, on retrouve de nombreux reptiles. Le premier terrarium
situé à côté d'une des issues de sortie, fait de faux rochers et de bois, est
le lieu de vie d'hydrosaures de Saïfin (Hydrosaurus weberi) et de tor-
tues feuilles d'Annam (Mauremys annamensis).
Le second, fait de faux rochers, d'un bassin et de plantes vertes est con-
sacré à de rares pythons du Timor (Python timorensis), serpent pré-
senté dans 7 établissements européens. A côté des pythons vivent des
varans des mangroves (Varanus indicus), dans un vivarium identique
à celui des pythons. Un dernier grand terrarium, constitué d'un bassin
avec vision sous marine et d'une plage en rochers est le lieu de vie de
varans de Salvator (Varanus salvatori salvatori).


Sur la droite se trouvent les volières consacrées aux oiseaux. Ces
installations disposent d'un sol en grit, d'un fond tapissé de faux
rochers et agrémentées de branches et de cordes. La première
vollière héberge des aras hyacinthes (Anodorhynchus
hyacinthinus). La seconde volière présente des amazones
vineuses (Amazona vinacea). A côté des amazones vineuses
vivent des amazones à joues vertes (Amazona viridigenalis).

Les deux dernières volières de la maison sont le lieu de présen-
tation respectifs d'aras araraunas (Ara ararauna) et de calaos
à casque plat (Buceros hydrocorax) autre espèce peu courante
en captivité.
Avant de ressortir de la serre, le visiteur peut encore observer
deux vivariums densément végétalisés, occupés par des boas
de Cuba (Epicrates angulifer) pour le premier et par des ca-
méléons panthères (Furcifer pardalis) pour le second.

Le visiteur ressort alors de la serre tropicale pour découvrir
l'installation suivante.




Loge typique pour becs crochus
Loge typique pour becs crochus - juin 2011
Serre tropicale
Serre tropicale - juin 2011
Terrarium des reptiles de la serre
Terrarium des reptiles de la serre - juin 2011



Flèche

En ressortant de la serre, le visiteur tombe nez à nez sur la boutique
du zoo. De l'autre côté de la seconde allée , il trouve sur sa droite,
un bassin de taille moyenne adossé à une plage bétonnée. Cette in-
stallation, située en contrebas de l'enclos des chimpanzés, est le lieu
d'évolution d'un groupe d'otaries de Patagonie (Otaria byronia).
A côté des otaries se trouve la maison des singes.
Le bâtiment abrite les loges de nuit des primates, alors que la fa-
çade est tapissée de volières extérieures. Ces dernières disposent
d'un sol en herbe et sont agrémentées de cordes et de branches.
La première est le lieu de vie de macaques ouandérous (Macaca
silenus). La seconde volière accueille des cercopithèques verts,
singes africains (Cercopithecus aethiops sabaeus) alors que des
gibbons à favoris blancs (Hylobates concolor leucogenys) oc-
cupent l'avant dernière volière qui s'élève plus haut que les précé-
dentes.
Enfin, le dernier enclos extérieur est le lieu de vie de tamarins pin-
chés (Saguinus oedipus oedipus).



Bassin des otaries
Bassin des otaries - juin 2011

Volières extérieures de la serre tropicale
Volières extérieures de la serre tropicale - juin 2011
Le visiteur est alors invité à entrer dans la maison des singes pour découvrir
les loges intérieures des animaux. Sur la gauche se trouvent les installations
des petits singes, loges relativement basiques, tapissées de bardage de bois
et agrémentées de jouets et structures d'escalade en bois.
Sur la droite du sentier se trouve la grande loge intérieure des chimpanzés,
faite de faux rochers.

Le visiteur ressort de la maison des singes, pour repasser devant la maison
des singes et se diriger vers la zone des fauves et les volières extérieures de
la serre tropicale.
La première volière, la plus grande, est agrémentée de grands troncs d'arbre
et dispose d'un sol en herbe et en sable. Elle est consacrée aux calaos à cas-
que plat. Les 4 volières qui suivent sont plus petites, avec un sol en sable
et sont ornées de quelques perchoirs en bois. Ces volières permettent
aux aras et aux amazones de sortir à l'air libre.
Une dernière volière de taille moyenne, est le lieu de vie de kéas (Nestor
notabilis) et dispose d'un sol en sable et de nombreux branchages.


Maison des singes
Maison des singes - juin 2011
Volières des singes
Volières des singes - juin 2011


En face des volières des oiseaux se trouve une aire de restauration
ainsi que le complexe des fauves. La zone des fauves se compose
d'un bâtiment central entouré par plusieurs enclos délimités par de
larges baies vitrées.
Une première volière adossée à la maison des fauves, dont le mur
recrée une façade rocheuse, est le lieu de vie de genettes tigrines
(Genetta tigrina), un couple arrivé en 2010 d'un éleveur privé.

Le visiteur peut ensuite entrer dans la maison des fauves, maison
où se trouvent plusieurs loges intérieures identiques. Ces dernières,
au sol bétonné, sont agrémentées de faux rochers. Elles sont le
lieu de vie d'un couple de lions (Panthera leo) et de 4 tigres
blancs (Panthera tigris), les seuls individus en République
Tchèque.

Le visiteur ressort de la maison des fauves pour découvrir le pre-
mier enclos des grands félins Légèrement sur-élevé, il bénéficie
d'un sol en sable agrémenté de quelques rochers.




Enclos extérieurs des fauves
Enclos extérieurs des fauves - juin 2011

Enclos des manchots
Enclos des manchots - juin 2011
Cet enclos est délimité par des baies vitrées sur toute sa longueur et
se poursuit par un second enclos du même type, puis un troisième
dans lequel sont présentés les lions.
A l'arrière de la maison des fauves, un vaste enclos végétalisé s'étend
sur un terrain escarpé et constitue la dernière installation du complexe
des fauves.

En face des fauves, dans un recoin, se trouve un bassin avec vision
sous marine accolé à une plage rocailleuse, enclos dans lequel
évolue une colonie de manchots de Humboldt (Spheniscus humboldti).

Le visiteur revient au niveau du sentier principal pour faire face au
plus gros point noir du parc à savoir l'enclos des orang-outans de
Sumatra (Pongo pygmaeus abelli). Cette structure se compose
d'une loge intérieure de taille réduite et d'une cage extérieure en
béton et agrémentée de cordages.


Enclos des orang outans
Enclos des orang outans - juin 2011
Maison intérieur des fauves
Maison intérieur des fauves - juin 2011


Enclos des chimpanzés
Enclos des chimpanzés - juin 2011
Enclos d'un tigre blanc
Enclos d'un tigre blanc - juin 2011



Flèche

Le visiteur arrive alors au niveau de la rangée des rapaces. Cette allée
est bordée sur la droite par  une série de volières côte à côte. Toutes
les volières ont un sol en herbe et sont agrémentées d'arbres et de
troncs d'arbre. Le sol pentu s'élève vers une zone couverte et abritée
où ont été dispersés les nichoirs. Le zoo de Liberec, grâce à ses
nombreux succès de reproduction, présente une collection d'espèces
dont la plupart sont présentées dans moins de 15 parcs européens.

Des petits aigles criards ou aigles pomarins (Aquila pomarina) vivent
dans la première volière. La seconde structure est occupée par des
aigles de Bonelli (Hieraaetus fasciatus), une espèce qui n'est présen-
tée que dans une quinzaine de zoos en Europe.

La troisième espèce de rapaces présentée dans cette allée est repré-
sentée par un couple de pygargues de Steller (Haliaeetus pelagicus).
A côté des pygargues, dans une volière plus spacieuse que les précé-
dentes, évolue un couple de gypaètes barbus (Gypaetus barbatus).



Allée des rapaces
Allée des rapaces - juin 2011
Volière typique pour rapaces
Volière typique pour rapaces - juin 2011
La volière qui suit, de taille identique aux premières, est densément
plantée et héberge des aigles bottés (Hieraaetus pennatus) qui,
comme les espèces précédentes, sont peu représentés en captivité
en Europe. Un second couple de pygargues de Steller (Haliaeetus
pelagicus
) vit dans la volière qui suit.

La rangée comprend encore 4 volières consacrées à des espèces
plus communes en captivité à savoir des pygargues à queue blan-
che (Haliaeetus albicilla), des pygargues à tête blanche (Haliaeetus
leucocephalus
), des percnoptères d'Egypte (Neophron
percnopterus
) et des vautours moines (Aegypius monachus).

En face de la rangée de volière se trouve un enclos délimité par plu-
sieurs fils électrique. Cette installation dispose d'un bassin ombragé
par un grand saule.


Plusieurs anatidés y sont présentés. On peut ainsi y observer des
canards mandarins (Aix galericulata), des cygnes noirs (Cygnus
atratus), des bernaches du Canada (Branta canadensis), des
bernaches nénés (Branta sandvicensis) et des canards de Lay-
san (Anas laysanensis).

A côté de l'enclos des anatidés se trouve la mini ferme du zoo et
une aire de jeux. La mini ferme se compose d'un enclos en sable
dans lequel a été érigée une cabane en bois. Des moutons du
Cameroun (Ovis aries) y cohabitent avec des chèvres naines
(Capra hircus). Dans un coin, proche du bâtiment se trouvent
deux clapiers occupés par des lapins (Oryctolagus cuniculus).

Au fond de l'allée se trouve une île sur laquelle a été dressée une
exposition pédagogique consacrée aux amphibiens. Enfin, le
visiteur arrive au niveau d'un grand lac au centre duquel a été
construite une île qui permet aux pélicans roses (Pelecanus
 onocrotalus
) d'évoluer.

Bassin des pélicans
Bassin des pélicans - juin 2011



Flèche


Deux possibilités s'offrent alors au visiteur. Soit il peut longer le
lac des pélicans en direction de la sortie basse du parc, soit emp-
runter un sentier remontant vers la zone haute du zoo et bordé
d'enclos à flanc de falaise. Les deux premiers ont été mis en com-
mun et sont occupés par des bharals du Sichuan (Pseudois nayaur
szechuanensis).

Le troisième enclos en herbe était vide lors de ma visite. Un peu
plus loin sur le sentier, deux enclos en herbe, de grande taille, con-
stituent le complexe des guépards (Acinonyx jubatus).
Quelques arbres ainsi qu'une racine en bois ont été installés dans
cet enclos.


Enclos des bahrals
Enclos des bahrals - juin 2011


Plaine des hippotragues
Plaine des hippotragues - juin 2011




Le visiteur poursuit sa remontée vers la partie haute du parc , pour découvrir
dans un virage, un enclos en sable et en herbe. Un petit bosquet situé au fond
de l'installation offre de l'ombre au groupe reproducteur d'hippotragues roan-
nes (Hippotragus equinus) qui y vit en compagnie d'un zèbre du Soudan
(Equus quagga borensis).

Adjacente à l'enclos des hippotragues se trouve la réserve fourragère du zoo, de
l'autre côté de laquelle on peut observer la plaine des girafes.
La visite se termine en repassant devant les enclos des boeufs musqués et des
loups à crinière pour quitter le zoo de Liberec et ses trésors.
Enclos des guépards
Enclos des guépards - juin 2011
Lac des pélicans
Lac des pélicans - juin 2011



Flèche


En conclusion, le zoo de Liberec, plus vieux zoo de République
Tchèque, présente une collection intéressante avec certaines es-
pèces peu courantes en captivité, comme le takin doré ou encore
plusieurs rapaces. Ce sont ainsi plus de 170 espèces qui vivent
au coeur de ce petit parc situé à flanc de colline.

Les installations sont pour la plupart de taille moyenne et relati-
vement anciennes. Le manque d'esthétisme est compensé par des
objets d'enrichissement qui permettent aux animaux d'exprimer
certains comportements naturels.
Takins dorés
Takins dorés - juin 2011



Flèche


Brève visite de la ville de Liberec.


Liberec est une cité du Nord de la République Tchèque qui a pris son
essor dans les dernières décennies du XIXème siècle, date à partir de
laquelle Liberec devient un des principaux centre de l'industrie textile
de  l'ex empire Austro-hongrois. La ville se dote, durant cette période,
de maisons de Maitres, érigées par les riches entrepreneur.
Cette ville, dont 90% de la population était Allemande, fut connue dans
les années 1900 sous le nom de Reichenberg.

Après la Seconde Guerre mondiale, la population allemande est exilée
et Liberec est repeuplée par les habitants des régions Tchèques voisines.

Parmi les édifices de la ville, on peut noter l'Hotel de ville, les bains
municipaux qui sont ornés de nombreuses statues et autres agréments.




Chateau de Liberec
Chateau de Liberec - juin 2011


Intérieur de l'Hotel de ville
Intérieur de l'Hotel de ville - juin 2011


Statues
Statues - juin 2011
Musée
Musée - juin 2011


Hotel de ville
Hotel de ville - juin 2011
Maison de maitre
Maison de maitre - juin 2011
Bains municipaux
Bains municipaux - juin 2011


Copyright ©  -  2007-2022  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés