Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Zoo Olomouc



Zoologicá Zahrada Olomouc


Svatý Kopeček
772 00 Olomouc
République Tchèque

Tel : +42 (0)585 385 348
Fax: +42 (0)585 385 610

www.zoo-olomouc.cz

Logo Olomouc


Ma visite : 12 juin 2011
Mise en ligne : 09 octobre 2011








Plan du Zoo
Plan du Zoo

Horaires d'ouverture 2011
Tarifs d'entrée 2011
Les rapaces, singes, ours et hippopotames
Les oiseaux
Les ongulés
Les fauves et les petits aquariums
Les aquariums d'eau de mer
Les herbivores
L'Amérique du Sud
Les boeufs musqués et les volières
Les petits félins
Les chouettes, les macaques et les ours
Le noctarium
Conclusion
Visite de la ville




Mini vue aérienne olomouc
Vue aérienne du zoo d'Olomouc




Flèche

Horaires d'ouverture 2011 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)





Octobre à février  :  de 8h00 à 16h00
Mars; Septembre:    de 8h00 à 16h30
Avril à Aout :           de 8h00 à 18h00
Civettes africaines
Civettes africaines - juin 2011



Flèche

Tarifs d'entrée 2011 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)

Goéland ichthyaète
Goéland ichthyaète - juin 2011




Adultes :                               90 CZK (3,64 €)
Enfants (3 à 15 ans) :            50 CZK (2,02 €)
Etudiants, retraités :               50 CZK (2,02 €)
Groupes scolaires :              40 CZK (1,62 €)
Carte famille (30 entrées) : 900 CZK (36,36 €)



Flèche

Présentation du zoo

L'entrée du zoo d'Olomouc est marquée par la présence d'un petit
chalet en bois qui abrite les caisses du zoo. Après avoir franchi ce
porche, le visiteur tombe sur une petite place, sur la droite de la-
quelle un moulin est bordé par un enclos en gravier qui héberge
des poneys shetland (Equus cabella domesticus).
Au fond de cette place se trouve un petit bosquet délimité par une
cloture basse, lieu de présentation de plusieurs rapaces utilisés
pour un spectacle quotidien.

Parmis les espèces que l'on peut y observer, citons la buse va-
riable (Buteo buteo), le faucon crécerelle (Falco tinnunculus),
l'aigle ravisseur (Aquila rapax), l'autour des palombes
(Accipiter gentilis), une espèce peu représentée dans les parcs
français, la buse à queue rousse (Buteo jamaicensis), des faucons
sacres (Falco cherrug), le harfang des neiges (Nyctea scandiaca)
et des grands ducs (Bubo bubo).

Trois volières accueillent les espèces les plus petites alors que les
autres oiseaux sont présentés sur des souches.




Zone de présentation des rapaces
Zone de présentation des rapaces - juin 2011

Loges des hippopotames
Loges des hippopotames - juin 2011
Le visiteur descend vers le zoo à proprement parler, pour découvrir
un premier enclos triangulaire de grande taille, au sol en herbe, ag-
rémenté de structures en bois, enclos qui héberge une famille de
patas (Erythrocebus patas).
Ces singes disposent de loges intérieures carrelées visibles à
travers des baies vitrées.

Le sentier nous conduit sur la droite pour découvrir un enclos
entièrement bétonné, dont les seuls objets naturels utilisés consis-
tent en des rondins de bois. Installation délimitée par des baies
vitrées et qui peut être divisée en plusieurs parties, elle est
le lieu de vie d'ours malais (Helarctos malayanus).
Les ours malais disposent également d'une loge intérieure carrelée,
à côté de laquelle 2 autres structures du même type, disposant
chacune d'un petit bassin, composent les loges de nuit d'une famille
d'hippopotames nains (Hexaprotodon liberiensis).


Installation typique pour rapace nocturne
Installation typique pour rapace nocturne - juin 2011
Volières des petits rapaces
Volières des petits rapaces - juin 2011


Les hippopotames nains ont également accès à un parc extérieur dont
le sol est recouvert de graviers et avec en son centre un trou d'eau.
Au milieu de ce carré se dressent 3 volières sphériques, érigée sur de
petits piliers, dont l'intérieur est agrémenté de branchages. Ces volières
sont consacrées à de petits callithricidés à savoir des tamarins argentés
(Callithrix argentata), des oustitis de Goeldi (Callimico goeldii) et
des ouistitis pygmés (Callithrix pygmaea).

Sur la gauche de l'enclos des hippopotames, une porte marque l'en-
trée du pavillon des singes, bâtiment tout en longueur abritant plusieurs
loges pour primates. Sur la droite, de larges vitres offrent une vue dé-
gagée sur un fond de faux rochers, diverses structures d'escalade en
bois et quelques plantes en pot. Ces volières accueillent, pour chacune
d'entre elles, une espèce de callithricidés, à savoir les 3 espèces citées
précédemment, mais également des tamarins pinchés (Saguinus
oedipus), des tamarins empereurs (Saguinus imperator) et des tama-
rins lions dorés (Leontopithecus rosalia).



Loge intérieure typique pour petits singes
Loge intérieure typique pour petits singes - juin 2011
Loge typique pour les gibbons
Loge typique pour les gibbons - juin 2011


Sur la gauche en revanche, chaque loge est carrelée (caractéristique
des maisons des singes des années 1970-1980), s'organise en deux
étages et est agrémentée de quelques cordes et bambous.
Les espèces que l'on peut y observer sont respectivement, des varis
noirs et blancs (Varecia variegata variegata), des lémurs à front
blanc (Eulemur fulvus albifrons), des lémurs macacos (Eulemur
macaco macaco), des gibbons lar (Hylobates lar) et des siamangs
(Hylobates syndactylus).

Le visiteur ressort alors de la maison des singes, pour découvrir les
installations extérieures des plus grandes espèces, structures qui con-
sistent en une petite fosse surmontée de grandes vitres. Des struc-
tures d'escalade en bambous constituent les seuls aménagements.
Enclos extérieur des ours malais
Enclos extérieur des ours malais - juin 2011
Volières extérieures des gibbons et makis
Volières extérieures des gibbons et makis - juin 2011


Enclos extérieur des pattas
Enclos extérieur des patas - juin 2011
Enclos extérieur des hippopotames
Enclos extérieur des hippopotames et cage des petits
singes  - juin 2011




Flèche

Le chemin en pente que nous empruntons, longeant sur la droite
les 4 enclos extérieurs des singes et sur la gauche l'enclos des
patas, débouche sur une vaste volière en pente, au sol en herbe
et plantée de grands arbres.

On peut y observer un mélange d'espèces de plusieurs continents
à savoir des vautours moines (Aegypius monachus), des goé-
lands argentés (Larus argentatus), des grands cormorans
(Phalacrocorax carbo), des busards des roseaux (Circus
aeruginosus
), des milans noirs (Milvus migrans), des hérons
cendrés (Ardea cinerea), espèces que l'on rencontre majoritai-
rement en Europe, des grues royales (Pavonina regulorum
globariceps
), des calaos de Leadbeater (Bucorvus leadbeateri),
2 oiseaux africains et des oies céréopses (Cereopsis
novaehollandiae
).


Grande volière des rapaces
Grande volière des rapaces - juin 2011
Bassin des anatidés
Bassin des anatidés - juin 2011
La visite nous conduit alors à longer le bâtiment des primates, à l'ar-
rière duquel ont été construites deux petites volières vitrées qui per-
mettent aux tamarins lions et aux tamarins empereurs d'accéder à
l'extérieur.

En revenant sur le sentier principal, on découvre, légèrement en con-
tre bas d'une berge en terre plantée d'arbustes, un plan d'eau sur le-
quel évoluent plusieurs espèces d'anatidés. On peut ainsi citer les
canards colverts (Anas platyrhynchos), des tadornes casarcas
(Tadorna ferrugina), des tadornes de Belon (Tadorna tadorna),
des oies à tête barrée (Anser indicus), des oies des moissons
(Anser fabalis), des oies d'Egypte (Alopochen aegyptiacus), des
bernaches des Andes (Chloephaga melanoptera), des bernaches
nénés (Branta sandvicensis), des canards mandarins (Aix
galericulata
) et des cigognes blanches (Ciconia ciconia).



Flèche

Au bout de l'allée, sur la droite, se dresse une volière en herbe
agrémentée de petits canaux en eau. Cette installation reliée à
un bâtiment en bois, est consacrée à une colonie de flamants
roses (Phoenicopterus roseus) et d'un couple de grues de
Mandchourie (Grus japonensis).

Le sentier de visite remonte sur la gauche, de sorte à longer
l'installation des anatidés ainsi qu'un enclos pentu en herbe,
planté de quelques arbres. Cette structured qui marque l'en-
trée de la zone africaine, est occupé par un groupe d'addax
(Addax nasomaculatus).
Au sommet de cette légère pente se dresse un grand bâtiment
dans lequel se poursuit la visite. Après avoir monté quelques
marches, le visiteur découvre l'intérieur de la maison des girafes
de Rotschild (Giraffa camelopardalis rotschildii).
Leur loge intérieure est visible à partir d'une large baie vitrée
en hauteur.



Enclos des flamants roses
Enclos des flamants roses - juin 2011
Terrarium typique pour serpent
Terrarium typique pour serpent - juin 2011



Sur la gauche de la terrasse d'observation, une volière peu éclairée
est le lieu de vie de gris du Gabon (Psittacus erithacus) et de
caïques à tête noire (Pionites melanocephala).

Sur la droite de la terrasse, une petite pièce est consacré au vivarium
du zoo. Plusieurs terrariums agrémentés de faux rochers et de quel-
ques plantes en pot tapissent les murs de cette pièce.
Des pythons de Madagascar (Sanzinia madagascariensis) occupent
le premier terrarium, tandis que le second est le lieu de vie de boas de
Dumerel (Acrantophis dumerilii). De rares pythons de Macklot
(Liasis mackloti) sont présentés dans le troisième terrarium à côté
duquel ont élu domicile des monstres de Gila (Heloderma suspectum
suspectum
).
Les deux derniers vivariums sont occupés respectivement par des
lézards bleus épineux pour le premier et par des agames barbus
(Pogona vitticeps) qui cohabitent avec des lézards à collerette
(Chlamydosaurus kingii) pour le dernier.


Enclos des addax
Enclos des addax - juin 2011
Loge intérieure des girafes
Loge intérieure des girafes - juin 2011


Le visiteur ressort du vivarium pour se rendre au niveau d'une
terrasse extérieure qui offre une vue panoramique sur le pré-
parc des girafes, à l'arrière duquel se trouve la plaine herbeuse
de ces grands mammifères. Ils y évoluent en compagnie de
zèbres de Chapmann (Equus burchelli chapmanni).

Le visiteur redescend alors au niveau de l'enclos des addax,
pour se trouver sur une place au centre de laquelle, un enclos
carré, délimité par des parois de verre, est agrémenté de
nombreuses structures d'escalade en bois et de buissons. Un
groupe de coatis à queue annelée (Nasua nasua) y est pré-
senté. Les animaux ont accès à une loge intérieure via une
passerelle qui traverse le sentier de visite.
Sous l'escalier, un ancien enclos rocailleux était vide le jour
de ma visite.


Enclos des coatis
Enclos des coatis - juin 2011

Enclos des chèvres naines
Enclos des chèvres naines - juin 2011
Mitoyen au bâtiment des girafes, un second enclos en herbe, permet
d'isoler le mâle de ces mammifères au long cou, mais accueille aussi
des baudets du Poitou (Equus asinus).

Le visiteur s'apprête alors à longer et contourner un des plus grands
enclos du parc, une vaste prairie composée de zones dégagées en
herbe et de parties boisées. Cette installation, agrémentée de petits
abris en bois où viennent se nourrir les ongulés qui y vivent, à savoir
un important groupe reproducteur d'oryx gemsbocks (Oryx gazella
gazella), complète les aménagements.

En face des oryx, se trouve un petit enclos ombragé par de grands
conifères, qui est le lieu de vie de chèvres naines (Capra hircus), de
moutons du Cameroun (Ovis aries) et d'alpagas (Lama paco).
Une échelle métallique permet aux jeunes visiteurs d'entrer dans cet
enclos.


Vivariums
Vivariums - juin 2011
Enclos extérieur des girafes
Enclos extérieur des girafes et des zèbres - juin 2011



Flèche

La visite se poursuit vers une terrasse en bois inaugurée récem-
ment, surplombe un ancien enclos de type forestier agrémenté
de nombreux conifères, qui était occupé par des ours noirs (Ursus
americanus
) avant leur transfert dans une autre partie du zoo.

Après la terrasse, le visiteur continue de contourner la prairie
des oryx, dans la continuité de laquelle a été érigé un vaste en-
clos en herbe, dont les seuls reliefs sont marqués de rochers et
d'un tronc d'arbre couché, et qui offre de nombreuses possibilités de
courses aux guépards (Acinonyx jubatus) qui y sont présentés.

En face des guépards, dont la proximité avec le public est im-
pressionante, se trouve une passerelle évoluant en hauteur au
milieu des conifères. Cette passerelle surplombe l'enclos des
lynx des Carpates (Lynx lynx carpaticus) du zoo d'Olomouc.



Enclos des guépards
Enclos des guépards - juin 2011



Enclos des panthères
Enclos des panthères - juin 2011
Le visiteur bifurque alors sur la droite, pour longer l'enclos secon-
daire des guépards, situé sous le couvert de conifères. En face, sur
la gauche du chemin de visite, se trouve le complexe des fauves.
Un premier enclos, au sol en herbe, traversé par un petit cours
d'eau et planté de quelques arbres, est le lieu de vie de panthères
de l'Amour (Panthera pardus orientalis).
A côté des panthères, séparé par un sentier, se trouve un enclos
naturel au sein duquel se dressent de nombreux troncs d'arbre.
Cette installation héberge des binturongs (Arctictis binturong).

Le sentier qui sépare ces deux enclos marque l'entrée de la
maison des fauves à l'intérieur de laquelle se trouve également un
aquarium composé de plusieurs bacs.

Sur la gauche on peut observer les loges des grands fauves. Ces
7 loges, toutes identiques, se composent d'un décor de faux
rochers et sont agrémentées de quelques troncs.


Enclos des binturongs
Enclos des binturongs - juin 2011
Enclos des lynx
Enclos des lynx - juin 2011



Les 2 premières sont consacrées aux panthères de l'Amour tandis
que des jaguars (Panthera onca) occupent les 2 loges suivantes
et des lions (Panthera leo) vivent dans les 3 dernières structures.

Une volière a été érigée à l'emplacement de la huitième loge. Cette
volière, disposant d'un bassin est plantée de nombreux végétaux
et accueille une cohabitation entre des toucans à bec rouge
(Ramphastos tucanus) et des crocodiles nains (Osteolaemus
tetraspis).


Sur la droite de la maison des fauves se trouvent 10 aquariums.
Les 4 premiers bacs sont superposés alors que les suivants sont
isolés, les 2 derniers étant de grande taille.

On peut ainsi observer des apogons (Pterapogon kauderni)
et des poissons papillon à collier (Chaetodon collare) occupent
le bac du haut.




Loge intérieure typique pour félins
Loge intérieure typique pour félins - juin 2011





Aquariums récifal
Aquariums récifal - juin 2011
Des gobies bleus (Ptereleotris microlepis) cohabitent avec des labres
canaris (Halichoeres chrysus), des poissons vanille-fraise
(Pseudochromis paccagnellae), des limules (Limulus polyphemus),
des pavillons long bec (Chelmon rostratus) et des grammas royaux
(Gramma loreto) vivent dans le second aquarium tandis que le troi-
sième, recréant un bord de mer est consacré à des poissons clown à
3 bandes (Amphiprion ocellatus) et à des pseudochrome à tête brune
(Pseudochromis dilectus).
Le dernier bac est consacré à une plante aquatique, l'élodée, et à quelques
alevins.

L'aquarium qui suit, de grande taille, est consacré à des poissons limes
(Acreichthys tomentosus), des demoiselle d'Andaman (Pomacentrus
alleni), des goldies (Nemanthias carberryi), des anthias émeraudes
(Pseudanthias kashiwae), des labres barrés (Pseudochelinus
hexataenia), des nanos récifs de Moony (Doryrhamphus excisus),
des chirurgiens de Tomini (Ctenochaetus tominiensis), des labres
verts (Halichoeres chloropterus), des poissons clown à selle de
cheval (Amphiprion ephippium), des poissons comètes
(Calloplesiops altivelis), des oursins diadèmes (Diadema setosum)
et des coraux durs (Heliofongia actiniformis).


Mur des aquariums
Mur des aquariums - juin 2011
Enclos des caimans
Enclos des caimans - juin 2011



Flèche

Des poissons renards d'Andaman (Siganus magnificus) cohabitent
avec des poissons lapins dorés (Siganus guttatus), des rascasses
volantes (Pterois volitans) et des murènes léopards
(Gymnothorax favagineus) cohabitent dans un bac relativement
sombre.

La suite de la visite nous amène vers les tropiques, représentés à
Olomouc par un grand bac récifal au sein duquel évoluent des
chirurgiens bleus (Acanthurus coeruleus), des serrans garde suisse
(Liopropoma rubre), des serrans royaux (Gramma loreto), des
barbiers du récifs (Pseudanthias squamipinnis), des demoiselles
à queue dorée (Chrysiptera parasema), des demoiselles bleu-vert
(Chromis viridis), des poissons clowns tomates (Amphiprion
frenatus), des poissons pincettes à long bec (Forcipiger
longirostris), des coraux pectines (Corallium pectinatum), des
acroporas (Pinnigorgia sp.), des coraux pavonas (Pavona
decussata
) et des coraux mous (Sarcophyton sp.).




Aquarium récifal
Aquarium récifal - juin 2011



Poisson perroquet
Poisson perroquet - juin 2011
L'aquarium qui suit est pour sa part consacré à la faune d'eau douce
et plus spécifiquement à l'Amérique du Sud. Des néons bleus
(Paracheirodon innesi) y cohabitent avec des tétras cardinalis
(Paracheirodon axelrodi), des dollars argentés (Metynnis
hypsauchen), des ancistrus à antennes (Ancistrus dolichopterus),
des piranhas à ventre rouge (Pygocentrus nattereri) et des tétras
royaux (Inpaichthys kerri).

Le neuvième bac, également rempli d'eau de mer est consacré aux
eaux de l'océan Pacifique, représentée par des poissons papillons
jaunes (Chaetodon semilarvatus), des poissons ballons étoilés
(Arothron stellatus), des raies léopards (Aetobatus narinari), des
poissons papillons à collier (Chaetodon collare), des poissons em-
pereurs rouges (Lutjanus sebae), des poissons zèbres noirs et
jaunes (Plectorhinchus vittatus), des poissons hérissons tachetés
(Diodon holocanthus), des mérous célestes (Cephalopholis
argus
), des mérous bossus (Cromilepes altivelis), des poissons
clowns à selle (Amphiprion ephippium), ...





..., des murènes étoilées (Echidna nebulosa), des murènes rubans
(Rhinomuraena quaesita), des poissons ballons réticulés (Arothron
nigropunctatus), des poissons anges à croissant (Pomacanthus
maculosus
), des chirurgiens du Japon (Acanthurus japonicus), des
poissons ange demi lune (Pomacanthus asfur), des carangues
lunes (Selene vomer), des labres nettoyeurs (Labroides dimidiatus),
des cochers solitaires (Heniochus acuminatus) et des perches à
raies bleues (Lutjanus kasmira).


Aquarium des requins
Aquarium des requins - juin 2011





Chirurgien zébré
Chirurgien zébré - juin 2011
Le dernier bac est le lieu de vie de chirurgiens bleus (Paracanthurus
hepatus), de chirurgiens clowns (Acanthurus lineatus), de chirur-
giens à oeil rayé (Acanthurus dussumieri), de chirurgiens zébrés
(Acanthurus sohal), de nasons à éperons oranges (Naso lituratus),
de coris reines (Coris formosa), de chirurgiens à queue jaune
(Zebrasoma xanthurum), de labres bananes (Bodianus perditio),
de poissons anges empereurs (Pomacanthus imperator), de têtes
de renard (Siganus vulpinus), de chirurgiens à épaulettes
(Acanthurus olivaceus), de chirurgiens jaunes (Zebrasoma
flavescens
), de cochers solitaires (Heniochus acuminatus), de
girelles à queue jaune (Coris gaimard), de poissons perroquets
tricolores (Scarus tricolor), de poissons perroquets surfeurs
(Scarus rivulatus), de poissons perroquets à bandes bleues
(Scarus ghobban) et de fusiliers à queue jaune (Caesio cuning).

Le visiteur ressort alors de l'aquarium et du bâtiment des fauves,
pour le longer en direction des prochains enclos et découvre aussi,
à travers une vitre, la salle de filtration de l'aquarium.



Flèche

La poursuite de la visite nous amène à longer encore une fois l'en-
clos secondaire des guépards sur la droite et à découvrir, sur la
gauche, une prairie de grande taille, dont l'horizon se transforme
en forêt, enclos qui accueil un groupe de vigognes (Vicugna
vicugna).

Au bout de l'allée, une terrasse panoramique offre une vision sur
une toile d'araignée d'enclos accolés ou situés les uns derrière les
autres. Les deux premiers, situés en bordure de la terrasse, dis-
posent d'un sol en herbe et sont plantés de quelques arbres. Ils
hébergent respectivement des nandous (Rhea americana) pour
le premier et des émeus (Dromaius novaehollandiae) pour le
second.
A l'arrière des émeus, un grand enclos de type forestier à l'om-
bre de nombreux conifères et difficilement visible, est le lieu de
vie de gnous à queue blanche (Connochaetes gnou).




Enclos des vigognes
Enclos des vigognes - juin 2011


Enclos de contact des wallabies
Enclos de contact des wallabies - juin 2011
A côté des émeus, un enclos pierreux présente des poneys shetlands
(Equus cabella domesticus), à l'arrière desquels une installation où
alternent zones rocheuses et zones en herbe, est occupée par un
groupe de markhors (Capra falconeri). Des paons bleus (Pavo
cristatus
) évoluent également en liberté dans cette zone.
Le dernier enclos de ce complexe est une vaste plaine herbagée, oc-
cupée par des chameaux (Camelus bactrianus).

Deux possibilités s'offrent alors au visiteur, soit la visite se poursuit
en revenant sur nos pas jusqu'au niveau de l'enclos des panthères,
soit une porte s'ouvre sur un enclos de contact et un sentier en sable
rouge, rappelant l'Australie, terre d'origine des kangourous roux
(Macropus rufus) et des wallabies de Parme (Macropus parma)
qui évoluent dans cet enclos herbeux et planté de quelques buissons.

Le visiteur ressort alors de l'enclos des wallabies, sur un sentier bor-
dant la plaine des oryx et offrant un second point de vue sur l'enclos
des chameaux dans lequel on peut apercevoir une colonie de chiens
de prairie (Cynomys ludovicianus).


Enclos des chameaux
Enclos des chameaux - juin 2011
Enclos des markhors
Enclos des markhors - juin 2011


La visite se poursuit pour revenir au niveau de l'enclos des lynx, et
de la bifurcation vers l'aquarium, en face de laquelle une volière
ovale de grande taille, au sol en herbe, dont l'arrière est densément
végétalisé et au centre de laquelle se trouve un monticule rocheux,
est occupée par de rares goélands ichthyaètes (Larus ichthyaetus),
espèce présentée dans seulement 4 zoos européens, de cigognes
noires (Ciconia nigra), d'ibis chauves (Geronticuseremita), de
vautours papes (Sarcoramphus papa), de vautours auras
(Cathartes aura), des urubus à tête noire (Coragyps atratus) et
des serpentaires (Sagittarius serpentarius).

La visite se poursuit vers la zone extérieure, laissant de côté l'enclos
des panthères de l'Amour, pour découvrir 2 enclos extérieurs
surmontés d'un filet. Ces deux enclos sont agrémentés de faux ro-
chers et de quelques arbres plantés dans un sol en sable.




Volière des ibis
Volière des ibis - juin 2011
Enclos extérieur typique pour fauves
Enclos extérieur typique pour fauves - juin 2011
(ici celui des lions)




Le premier enclos est occupé par le groupe de lions (Panthera
leo), alors que le second est le lieu de vie de panthères de
l'Amour (Panthera pardus orientalis).


Une loge bétonnée, reliée à un enclos naturel en herbe au sein du-
quel poussent quelques conifères, enclos consacré à la dernière
espèce de grands félins vivant ici, le jaguar (Panthera onca).



Flèche


En contrebas des jaguars se trouve la zone sud américaine. Un
premier enclos couvert d'un filet, s'étend sur toute la longueur du
bâtiment situé à l'arrière. Cette volière au sol en sable et tendue
de troncs d'arbre est le lieu d'une cohabitation entre des saïmiris
(Saimiri sciureus), des tortues à éperons (Geochelone sulcata)
et des tamanduas (Tamandua tetradactyla).
Le sentier nous conduit vers l'entrée du bâtiment sur la gauche de
laquelle une volière pyramidale s'organise autour d'un tronc cen-
tral et héberge des capucins olivâtres (Cebus olivaceus), espèce
peu représentée en captivité.

Le visiteur entre alors dans la maison amazonienne, où les cou-
leurs vertes et brunes tapissent les murs bétonnés. A gauche, les
loges intérieures des capucins sont agrémentées de cordes et de
faux arbres.
Sur la droite, une grotte nocturne est le lieu de vie de fers de
lance pâles (Phyllostomus discolor).


Volière des capucins
Volière des capucins - juin 2011






Loge intérieure des fourmiliers
Loge intérieure des fourmiliers - juin 2011


A côté des chauves souris, un terrarium est consacré à des boas cons-
tricteurs (Boa constrictor).

Une vaste loge doublée d'une salle plus réduite constitue la maison
des saimiris, des tortues à éperons et des tamanduas.
Une seconde loge de grande taille pouvant être reliée à une troisième
structure, présente un couple de fourmiliers géants (Myrmecophaga
tridactyla) et des paresseux (Choloepus didactylus). Des ouistitis
pygmés (Callithrix pygmaea) occupent une volière séparant la salle
des fourmiliers de celle des saimiris.

Enfin, avant de quitter la maison sud américaine et de découvrir la
seconde loge des fourmiliers, trois terrariums placés l'un au dessus de
l'autre présentent 3 espèces de mygales à savoir des mygales à poils
bouclés (Brachypelma albopilosum), des mygales rose saumon
(Lasiodora parahybana) et des mygales zébrées du Costa Rica
(Aphonopelma seemani).

Le visiteur ressort alors de la maison sud américaine pour découvrir
un enclos en herbe, planté de quelques arbres et de fourmilières arti-
ficielles est consacrée aux fourmiliers.


Enclos des tortues et des saimiris
Enclos des tortues et des saimiris - juin 2011


Loge intérieure des capucins
Loge intérieure des capucins - juin 2011
Enclos extérieur des fourmiliers
Enclos extérieur des fourmiliers - juin 2011
Loge secondaire des fourmiliers
Loge secondaire des fourmiliers - juin 2011



Flèche

Après avoir quitté l'Amérique du Sud, le visiteur découvre les contrées
nordiques, avec sur la droite, un chalet en bois faisant office de point
d'observation sur une vaste clairière en herbe entourée de bois, et dé-
limitée par des clotures en rondins de bois. Cette plaine, représenant
la toundra, est le lieu d'évolution d'un troupeau de rennes (Rangifer
tarandus).

Sur la gauche, un poste d'observation en bois surplante deux enclos
en herbe, entourés de murs de pierre et agrémentés de troncs d'arbres
et de "punching ball" en bois. Ces enclos sont le lieu de vie d'un petit
groupe de boeufs musqués (Ovibos moschatus).

Un grand chemin en pente traverse alors une forêt de conifères au sein
de laquelle a été créée une aire de jeux "acrobranches" et le long de
laquelle ont été installés de nombreux panneaux pédagogiques.
Au bas de cette pente, à la lisière de la forêt, une prairie arborée est
occupée par un groupe de bouquetins du Caucase (Capra caucasia).




Enclos des boeufs musqués
Enclos des boeufs musqués - juin 2011


Volières des calaos et touracos
Volières des calaos et touracos - juin 2011
En face des bouquetins a été érigée une série de trois volières toutes côte
à côte. La première, au sol en graviers, est agrémentée de quelques perchoirs
en bois, tandis que les deux autres sont plantées d'arbres buissonnants ren-
dant difficile l'observation des oiseaux qui y vivent.
Parmis les espèces présentées à ce niveau, on peut citer les calaos à joues
grises (Ceratogymna brevis) pour la première, par une cohabitation entre
des touracos gris (Crinifer piscator), des sarcelles à collier (Callonetta
leucophrys), des gallicolombes de Barlett (Gallicolumba criniger) et des
barbicans à tête rouge (Trachyphonus erythrocephalus) pour la seconde
volière. Enfin la troisième et dernière installation héberge des calaos char-
bonniers (Anthracoceros malayanus), espèce représentée dans 22 parcs
européens.

Le visiteur poursuit sa visite, pour longer, sur la droite, l'enclos des bou-
quetins, à côté duquel un petit pré où alterne herbe et terre héberge des
chèvres du Cachemire (Capra hircus domesticus). Enfin, le plus grand
enclos de cette zone se compose d'une partie forestière et d'une grande
prairie. Il est le lieu d'évolution d'une harde de cerfs de Sibérie (Cervus
elaphus sibiricus).


Enclos des cerfs
Enclos des cerfs - juin 2011
Enclos des rennes
Enclos des rennes - juin 2011



Flèche

Au détour d'un virage, le visiteur tombe nez à nez avec 2 volières
au sol en graviers, ayant pour seuls aménagements, des troncs
d'arbre morts. La première de petite taille est le lieu de vie d'un
chat pêcheur (Prionailurus viverrinus). Une espèce beaucoup
plus rare, que l'on peut observer dans seulement 3 espaces zoo
-logiques en Europe, a hérité de la seconde volière, il s'agit de la
civette africaine (Civettictis civetta).

Les volières des chats et des civettes marquent l'entrée dans une
zone consacrée en majorité à la présentation de petits carnivores.
Cette famille dispose à Olomouc, d'une série de complexes com-
posés d'un bâtiment central, abritant les loges de nuit des ani-
maux, visibles à travers des vitres. Ces bâtiments sont tous reliés,
de part et d'autre, à deux enclos extérieurs.
Le premier complexe, dont seuls les enclos extérieurs totalement
bétonnés sont visibles,  hébergent respectivement des fennecs
(Vulpes zerda) et des mangoustes fauves (Cynictis penicillata).




Volière des civettes
Volière des civettes - juin 2011

Volière des fossas
Volière des fossas - juin 2011
Le second complexe dont les loges intérieures sont entièrement
bétonnées et dont les enclos extérieurs sont agrémentés de quel-
ques structures en bois, est consacré à la présentation de fossas
(Cryptoprocta ferox).

Une volière tout en longueur, de style naturel, marque une pause
dans la présentation des carnivores. Des aigles des steppes
(Aquila nipalensis) bénéficient également de quelques perchoirs
en bois.

Sur la droite du sentier, la plaine des cerfs fait place à un second
enclos du même type, occupé par un groupe de cerfs sikas
(Cervus nippon) et de mouflons européens (Ovis orientalis
musimon).
La zone des fauves, se poursuit avec un bâtiment bétonné, dont
les loges ont été agrémentées de cases en bois. Deux volières au
sol en copeaux de bois disposent de quelques structures en bois.


Le premier enclos est le lieu de vie de chats léopards du Bengale
(Prionailurus bengalensis) alors que la seconde installation est
consacrée à des chats pêcheurs (Prionailurus viverrinus) qui se
reproduisent fréquemment à Olomouc et dont la dernière nais-
sance a été enregistrée en avril 2011.

Des martres à gorge jaune (Martes flavigula) occupent l'en-
semble du complexe qui suit.
Le cinquième complexe, mais aussi le dernier à présenter des
félins, héberge des chats sauvages (Felis sylvestris silvestris)
pour la première volière et des chats léopards de l'Amour
(Prionailurus bengalensis euptilura) pour le second.

Sur la droite du sentier, une forêt pentue a été divisée en trois
enclos pour canidés. Le premier est le lieu de vie de chacals à
chabraque (Canis mesomelas).



Complexe typique pour petits félins
Complexe typique pour petits félins - juin 2011
Enclos des loups
Enclos des loups - juin 2011



Les enclos suivant également de type forestier, situés à l'ombre de
nombreux arbres, sont consacrés à des loups de la baie de Hudson
(Canis lupus hudsonicus) et à des loups ibériques (Canis lupus
signatus) pour le second. Ces derniers sont les seuls représentants
de leur sous-espèce en République Tchèque.

Les deux dernières enclos extérieurs comparables à ceux des man-
goustes fauves, sont consacrés respectivement à des fennecs
(Vulpes zerda) pour le premier et à des suricattes (Suricata
suricatta
) pour le second. Ces deux enclos ainsi que les loges aux-
quelles ils sont reliés, disposent d'un sol en sable et sont aménagés
de quelques bouts de bois.
Volière des aigles des steppes
Volière des aigles des steppes - juin 2011
Enclos des cerfs sikas
Enclos des cerfs sikas - juin 2011


Volière typique pour petits félins
Volière typique pour petits félins - juin 2011
Enclos des fennecs
Enclos des fennecs - juin 2011



Flèche

Le visiteur arrive alors dans la partie la plus récente d'Olomouc, dont
la dernière phase a été inaugurée au début de l'année 2011.
Avant d'entrer dans cette partie du parc, le visiteur se dirige sur la
droite, sur un sentier remontant vers le bâtiment des girafes.

En remontant sur ce chemin, il peut observer, sur la droite, une
première petite volière, relativement sombre, occupée par des
chouettes effraies (Tyto alba).

En remontant sur le sentier de visite, le visiteur découvre un enclos
humide, au sein duquel évolue un couple de grues de Manchourie
(Grus japonensis). Directement à côté des grues, il retrouve
la partie basse de la grande volière des rapaces et des calaos dont le
niveau supérieur fait face aux singes.


Volière des chouettes
Volière des chouettes - juin 2011


Enclos des porc épics
Enclos des porc épics - juin 2011
Sur la gauche se trouve une volière comparable à celle des chouettes
effraies, à savoir un rectangle au sol en gravier, planté de quelques
arbres mort et de perchoirs.
Cette seconde volière est occupée par des harfangs des neiges
(Nyctea scandiaca).

Au sommet de la pente, avant d'arriver sur la place où se situe l'enclos
des coatis, se trouve une installation composée de deux maisons
octogonales vitrées, reliées à une fosse sableuse et consacrée à un
couple de porc-épics indiens (Hystrix indica).

Le visiteur revient alors sur ses pas jusqu'au niveau de l'enclos des
loups et de la bifurcation, pour se diriger vers un enclos de contact
inauguré en 2010, faisant partie du nouveau complexe ouvert en 2011.


L'entrée de cet enclos est marqué par une cabane en bois faisant
office de sas, s'ouvrant sur une passerelle surplobamt l'enclos en
herbe et planté de nombreux conifères.
La passerelle se termine par une seconde cabane en bois qui per-
met de gravir un sentier traversant le territoire des macaques
japonais (Macaca fuscata).
Ces singes vivent dans ce grand territoire qui, outre ses aména-
gements naturels, bénéficient de structures d'escalade en bois et
cordages.

Le visiteur ressort alors de l'installation des macaques, pour dé-
couvrir trois vastes enclos de plus de deux hectares, qui peuvent
être mis en communication par des trapes.
Ces enclos, construit en 2010-2011, sur une zone vierge et l'an-
cien enclos des moutons, est de type forêt clair.
Une cohabitation originale entre des ours noirs ou baribals
(Ursus americanus) et des loups de l'arctique (Canis lupus
arctos) y est présentée.




Enclos des macaques
Enclos des macaques - juin 2011
Enclos des grues
Enclos des grues - juin 2011


Enclos des macaques
Enclos des macaques - juin 2011
Enclos des loups et des ours
Enclos des loups et des ours - juin 2011
Enclos des loups et des ours
Enclos des loups et des ours - juin 2011


Une terrasse en bois a été construite sur le bâtiment de nuit des ours qui n'est pas visible du public. Ces travaux ont nécessité la destruction d'une volière au sein de laquelle vivaient des conures soleil (Aratinga solstitialis).



Flèche

Le sens de visite nous amène vers un bâtiment dans lequel le visiteur
est invité à entrer. Ce bâtiment abrite le noctarium du zoo où sont
présentées plusieurs espèces. Le noctarium s'organise autour d'un
vivarium central rond. Les pourtour de la maison sont tapissés
d'autres loges, séparées du visiteur par une vitre, la partie supérieure
restant ouverte.

Sur la gauche, le premier enclos, au sol en écorces, tendu de bran-
chages, est occupé par des douroucoulis d'Azara (Aotus azarae
boliviensis
).

La seconde volière héberge des petits ducs (Otus scops), rapace
nocturne qui bénéficie de nombreux perchoirs en bois.
Le plus grand terrarium de cette maison est consacré à une coha-
bitation entre des
wallabies à queue touffue (Bettongia penicillata)
et des podargues gris (Podargus strigoides).



Enclos du noctarium
Enclos du noctarium - juin 2011

Noctarium
Noctarium - juin 2011
Des roussettes de Rodrigues (Pteropus rodricensis) évoluent en
liberté dans le noctarium et disposent d'une zone d'alimentation in-
tégrée à la dernière loge où vivent également des
agoutis dorés
(Dasyprocta leporina).

Enfin, la colone centrale est occupée par un fennec
(Vulpes zerda).

Le visiteur ressort alors du noctarium pour se diriger lentement vers
la sortie du zoo. Un sentier grimpant longe un enclos escarpé tout
en longueur, situé à l'ombre de grands arbres, et consacré à la pré-
sentation de bouquetins de Sibérie (Capra sibirica).

Le visiteur repasse alors devant la grande volière et l'enclos des
patas, pour quitter le zoo d'Olomouc. Avant de quitter le parc, sur
la droite, un vaste chantier est visible, chantier visant à la cons-
truction d'un complexe destiné à la présentation de lémuriens.


Enclos du noctarium
Enclos du noctarium - juin 2011
Enclos des bouquetins
Enclos des bouquetins - juin 2011



Flèche




En conclusion, le zoo d'Olomouc est un petit parc tchèque, dont
la plupart des installations sont anciennes et où le béton est encore
très présent. La collection reste relativement classique bien que
l'on y rencontre quelques raretés comme les civettes africaines ou
les goélands ichthyaètes.

Les projets sont moins nombreux que dans les autres zoos du
pays.

Malgré tout, la plupart des espèces bénéficient de vastes enclos
de type forestier, biomes dans lequel le parc d'Olomouc est im-
planté.
Oryx
Oryx - juin 2011



Flèche



Brève visite de la ville d'Olomouc.

Le centre d'Olomouc se situe à quelques kilomètres du zoo qui lui,
a été érigé au coeur d'une forêt, sur une colline de la banlieue
d'Olomouc.

Juste à côté du parc, le touriste pourra s'arrêter visiter un grand
monastère au pied duquel des marchands vous proposerons des
spécialités tchèques.

La ville d'Olomouc en elle même, est la capitale de la Région de
Moravie. De nombreux monuments et églises compose et ornent
la ville qui a longtemps été colonisés par les allemands et les aut-
richiens.


Monastère
Monastère - juin 2011


Monastère
Monastère - juin 2011
Monastère
Monastère - juin 2011


Copyright ©  -  2007-2022  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés