Accueil    |    Présentation    |   Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Jurong Bird Park Singapore

Jurong Bird Park

2 Jurong Hill
628925 SINGAPOUR
Singapour

Tel : +65 6265 0022

www.birdpark.com.sg
Logo Jurong Bird Park

Mes visites : les 03 et 06 mai 2013
Mise en ligne : 28 septembre 2013



Paradisier mineur
Paradisier mineur - mai 2013

Tarifs d'entrée 2013
Horaires d'ouverture 2013
Les manchots et les oiseaux de nuit
Les martins pêcheurs et les conures
Les ibis, gouras et paradisiers
Les calaos
Le Lori-Loft
Les rapaces et les passereaux
Les ratites et les pélicans
La volière africaine
Les becs crochus 1/2
Les becs crochus 2/2
Les zones marécageuses
La nursery et l'aire de spectacle
Les volières asiatiques 1/2
Les volières asiatiques 2/2
Les manchots
Conclusion





Tarifs d'entrée 2013 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)





Ticket journalier :
     Adulte : 20,00 SGD (11,87 €)
     Enfnat (3 à 12 ans) : 13,00 SGD (7,73 €)

Billets compilés (entre les 4 parcs du WRS)
     2 parcs (hors Night Safari) :  39,00 SGD (23,14 €)
     2 parcs (dont Night Safari) :  49,00 SGD (29,07 €)
     3 parcs (hors Night Safari) :  59,00 SGD (35,01 €)
     3 parcs (dont Night Safari) :  69,00 SGD (40,94 €)
     4 parcs                               : 89,00 SGD (52,81 €)
Barbu à collier
Barbu à collier - mai 2013





Horaires d'ouverture 2013 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)

Pélican américain
Pélican américain - mai 2013




Le parc est ouvert tous les jours et toute l'année
de 8h30 à 18 h00
(dernière admission à 17h30)





Présentation du zoo



Le Jurong Bird Park est un des parcs de la WRS (Wildlife Reserve
Singapour), qui gère l’ensemble des espaces animaliers de la ville
état de Singapour.
Ce zoo, situé à l’extérieur de la ville, à proximité de la zone indu-
strielle et portuaire est spécialisé dans la présentation d’oiseaux et
est reconnu comme étant, avec le Vogelpark Walsrode, l’un des
deux plus grands parcs ornithologiques au monde.

Les oiseaux sont regroupés dans le parc par famille, bien que 3
espaces soit consacrés à des régions du monde à savoir l’Asie,
l’Afrique et l’Australie. L’allée menant aux guichets est traversée
par de larges guirlandes d’orchidées offrant aux visiteurs un avant
goût de la végétation tropicale luxuriante qui pousse dans le zoo.


Allée menant au parc
Allée menant au parc - mai 2013


Enclos des manchots
Enclos des manchots - mai 2013



Une fois entré dans le parc, le visiteur se trouve sur une grande place,
bordée sur la droite par un bâtiment en bois représentant un navire,
dans lequel le visiteur peut entrer. Nous reviendrons vers cet édifice
en fin de visite.

Sur la gauche de la place, délimitée par des barrières en bois
recouvertes d’un filet, se trouve un bassin de taille moyenne, avec en
son centre, une île bétonnée plantée de quelques arbres et de papyrus.
Des perchoirs en bois complètent cet enclos au sein duquel cohabitent
des manchots du Cap (Spheniscus demersus) et des cormorans
communs (Phalacocorax carbo).



A l’arrière de ce bassin se trouve un sentier sinueux qui nous conduit
vers un bâtiment de forme octogonal, vierge de toute vitre. Cette
structure « World of Darkness », est consacrée aux rapaces nocturnes.
Un couloir à sens unique, longe différentes loges vitrées et scénarisées.


C’est ainsi qu’on pourra découvrir à l’intérieur de ce complexe, une
première salle agrémentée de faux sapins et dont l’ensemble blanc
forme un effet neige, destiné à l’accueil de chouettes harfangs des
neiges (Nyctea scandiaca). La loge qui suit représente une grange, et
une cour de ferme où s’entassent plusieurs objets anciens. Comme en
Europe, ce type de décor est le lieu de vie d’effraies des clochers
(Tyto alba). La troisième loge est agrémentée de feuillus, de souches
et de quelques plants de graminées. Cette installation présente des
kétupas de Malaise (Ketupa ketupa).


Loge des harfangs des neiges
Loge des harfangs des neiges - mai 2013



Loge des chouettes
Loge des chouettes - mai 2013
La quatrième loge, qui est également la plus petite, représente une
zone marécageuse agrémentée de quelques arbres morts et est le
lieu de vie de chouettes booboks (Ninox boobook).
Des chouettes des pagodes (Strix seloputo) évoluent dans la cin-
quième loge agrémentée de quelques troncs d'arbre.
Enfin, le visiteur arrive au dernier enclos de la maison des chouettes,
décor représentant une forêt tempérée faite de souches, faux feuillus
et de conifères. Un groupe de grand-ducs d’Europe (Bubo bubo) y
est hébergé.

Le visiteur ressort alors de la maison des rapaces nocturnes et se
dirige sur la gauche, pour traverser une route où circule un petit train,
traversant l’ensemble du parc. En face du sentier des oiseaux de nuit
se trouve une esplanade de grande taille, entourée de gradins, sur-
plombant une scène dotée d’un bassin et d’une estrade. Ce complexe,
« Pools Amphitheatre » abrite un spectacle d’oiseaux en vol libre où
se succèdent perroquets, cacatoès, ibis, martins chasseurs, pigeons,
pélicans ou encore flamants roses. Des photos et des séances de
contact direct sont proposées aux visiteurs.


Loge intérieure des kétupas
Loge intérieure des kétupas - mai 2013
Installation des grands ducs
Installation des grands ducs - mai 2013





Le visiteur débute alors une petite ascension, pour gagner une
zone du parc bien végétalisée, agrémentée de nombreuses
héloconias, plante tropicale sud-américaine, qui se développe
relativement bien à Singapour. Sur la droite du jardin se dresse
une première rangée de 3 volières, mitoyennes. L’ensemble de
ces installations se compose d’un sol naturel, planté de quel-
ques arbustes, d’un bassin peu profond et d’un fond en
rochers.

Quelques branches y ont été disposées et font office de
perchoirs.
Ces volières sont le lieu de vie de 3 espèces de martins
chasseurs.
On pourra ainsi y observer des martins chasseurs à collier
blanc (Todiramphus chloris humii) dans la première volière,
des martins chasseurs violets (Halcyon coromanda) dans la
seconde volière et des martins chasseurs à poitrine bleue
(
Halcyon malimbica) dans la dernière. Ces 3 espèces sont
relativement peu courantes en captivité.




Volière typique pour martin chasseur
Volière typique pour martin chasseur - mai 2013

Complexe des conures
Complexe des conures - mai 2013


Le sentier contourne alors l’espace des hélocines, formant un arc de
cercle et est bordé, sur la droite, par un ensemble de petites volières
au sol en sable, agrémentées de branches et de quelques plantes. Ces
volières sont consacrées essentiellement aux conures et à plusieurs
espèces de perruches. Des conures à tête bleue (Aratinga
acuticaudata
) cohabitent avec des conures nendays (Aratinga
nenday) dans la première. La seconde installation, mitoyenne à la
première est occupée par des conures de Molina ou conures à joues
vertes (Pyrrhura molinae molinae).

La suite de la visite nous conduit vers une autre volière en sable,
agrémentée de quelques branches, est le lieu de vie de conures
soleils (Aratinga solstitialis). Des conures de Weddell (Aratinga
weddellii) partagent leur volière avec des conures jandayas
(Aratinga jandaya).

         

Aire de spectacle
Aire de spectacle - mai 2013
Jardin des hélocines entouré des conures
Jardin des hélocines entouré des conures - mai 2013



La volière qui suit, au sol en sable, agrémentée de quelques
plantes et de branches est le lieu d'une cohabitation entre 4
espèces de conures à savoir des conures perlées (Pyrrhura
lepida
), des conures versicolores (Pyrrhura picta), des
conures à cape noire (Pyrrhura rupicola) et des conures
rougissantes (Pyrrhura roseifrons).

La volière mitoyenne à celle des conures perlées, héberge
des conures colorées (Aratinga aurea), des conures
cuivrées (Aratinga pertinax), des conures à front rouge
(Aratinga canicularis) et des conures à tête d'or
(Aratinga auricapillus).


Volières des conures
Volières des conures - mai 2013


Volière des spatules
Volière des spatules - mai 2013

Deux autres volières complètent et terminent le jardin des
hélocianes et des conures. Les espèces présentées dans
ces installations sont respectivement des conures dorées
(Guarouba guarouba) pour la première et par des
conures veuves (Myiopsitta monachus).

En face du jardin des hélocines, en contrebas du sentier,
se dresse une volière de grande taille, bien végétalisée,
mais difficilement visible, du fait de son emplacement et
de la distance vis-à-vis du chemin de visite, est le lieu de
vie d’une importante colonie de spatules roses (Platalea
ajaja
).





Le sentier traverse alors deux volières, percées de baies vitrées.
Celle de gauche, agrémentée de quelques arbres, au sol en terre,
héberge des ibis rouges (Eudocimus ruber), des ibis cou de
paille (Threskiornis spinicollis) et des vanneaux masqués

(Vanellus miles novaehollandiae).

La volière de droite en revanche représente un bord de mer
représenté par un bassin à vagues, une zone en sable agrémentée
de rochers et par de petits cabanons en bois. Des tantales
blancs (Mycteria cinerea) y cohabitent avec des cormorans
communs (Phalacocorax carbo), des cormorans à poitrine
blanche (Phalacrocorax lucidus), des hérons crabiers malais
(
Ardeola speciosa) et un rare jabiru asiatique
(Ephippiorhynchus asiaticus).


Volière des ibis rouges
Volière des ibis rouges - mai 2013


Volière de contact des gouras
Volière de contact des gouras - mai 2013
Le visiteur continue alors son ascension vers un ensemble de
volières de contact. Ces trois volières en pente, de grande
taille, sont accolées les unes aux autres. Elles sont toutes den-
sément végétalisées et consacrées chacune à une espèce de
gouras. La première abrite ainsi des gouras de Victoria
(Goura victoria) et quelques carpophages bicolores
(Ducula bicolor), la seconde est le lieu de vie de gouras
couronnés (Goura cristata), enfin, la dernière accueille des
gouras de Sheepmaker (
Goura sheepmakeri).

En face des gouras, ce trouve un imposant complexe de mul-
tiples volières de grande hauteur (environ 5 mètres). Chaque
volière est densément végétalisée rendant difficile l’observation
des oiseaux. Un sentier permet de découvrir l’ensemble de ces
volières et leurs occupants.

      

Volière des cormorans
Volière des cormorans - mai 2013
Volière intérieur des gouras
Volière intérieur des gouras - mai 2013


Avant de découvrir ce complexe, le visiteur longe sur la droite,
3 autres installations accolées et représentant un bout de forêt
 tropicale primaire. Un balcon permet aux visiteurs d’accéder à
la canopée des arbres et offre un point de vision intéressant sur
« Window of Paradise ».

La première volière est occupée par des paradisiers à douze
brins (Seleucidis melanoleuca), la seconde présente des
paradisiers mineurs (Paradisaea minor) tandis que la dernière
est le lieu de vie de 2 couples de coqs de roche du Pérou
(Rupicola peruvianus
peruvianus). A noter que le parc
maintien et reproduit également un groupe de paradisier
royaux (Cicinnurus regius) et de paradisiers rouges
(Paradisaea rubra) en coulisses.


Window of Paradise
Window of Paradise - mai 2013


Intérieur de la volière des paradisiers mineurs
Intérieur de la volière des paradisiers mineurs - mai 2013

La visite nous amène à quitter « Window of Paradise » pour gagner
le sentier parcourant les impressionnantes volières de plusieurs mètres
de hauteur, consacrées aux calaos. Depuis quelques années, le
Jurong tend à se spécialiser dans l’élevage de ces oiseaux imposants
et la collection est époustouflante.

Après avoir traversé une aire de nourrissage où des animations sont
proposées plusieurs fois par jour, le visiteur découvre cet ensemble
de vastes volières densément végétalisées.

Sur la gauche, on pourra observer un ensemble de hautes volière au
sol en pente, descendant vers le complexe des paradisiers et des
gouras. Toutes ces volières sont densément végétalisées, et les plant-
ations sont très diversifiées (arbustes; arbres; palmiers ...).






La première volière de la rangée de gauche héberge des calaos
charbonniers (Anthracoceros malayanus), la seconde, mito-
yenne, est le lieu de vie de calaos largup (Anorrhinus
galeritus
).
La troisième volière présent des calaos à joues argentées
(Bycanistes brevis).

Des toucans de Cuvier (Ramphastos tucanus cuvieri) sont
les premiers "étrangers" de cette série. Ils occupent une volière
comparable à celle des calaos.

En face des petites espèces de calaos, sur la droite du chemin
de visite se trouve une autre série de volières, densément
plantées.


Vue globale sur le complexe des calaos
Vue globale sur le complexe des calaos - mai 2013


Couloir supérieur des volières des calaos
Couloir supérieur des volières des calaos - mai 2013
La première structure de droite est consacrée à un couple de
calaos ondulés (Aceros undulatus). A côté de ces oiseaux
vivent des calaos bicornes (Buceros bicornis). La dernière
volière de cette première série est occupée par des calaos
coiffés (Aceros comatus).

Sur la gauche, un escalier permet de rejoindre la terrasse
basse, et un sentier se trouvant au niveau bas des volières
des calaos et du sentier des gouras. La série de volières se
poursuit avec celle d'un autre couple de calaos bicornes
(Buceros bicornis).

Des calaos à casque plat (Buceros hydrocorax) occupent
la structure qui suit.


La visite se poursuit au milieu des calaos pour découvrir, sur
la gauche, des calaos papous (Rhyticeros plicatus). Des
calaos ondulés (Aceros undulatus) puis des calaos à cas-
que rouge (Aceros corrugatus) sont présentés dans les
deux volières qui suivent.

La troisième série débute par une volière occupée par des
calaos à gorge claire (Rhyticeros subruficollis). Des calaos
de Manille (Penelopides manillae) vivent dans l'avant der-
nière volière de la série de gauche. Enfin, la dernière ins-
tallation de cette grande rangée est le lieu de vie de toucans
tocos (Ramphastos toco).

Sur la droite, le complexe des calaos se poursuit.


Volière caractéristique pour calaos
Volière caractéristique pour calaos - mai 2013


Volière pour calaos
Volière pour calaos - mai 2013



La première espèce que l'on rencontre est le calaos rhinocéros
(Buceros rhinoceros rhinoceros). La seconde volière hé-
berge des calaos coiffés (Aceros comatus) tandis que des
calaos pies (Anthracoceros albirostris).

Une seconde volière présente des calaos charbonniers
(Anthracoceros malayanus) occupent l'installation suivante,
tandis que des calaos de Leadbeater (Buceros leadbeateri)
vivent dans la volière accolée.

Le visiteur poursuit sa visite, pour longer sur la droite, une
autre volière consacrée à une petite espèce de calaos, le
calaos de Van der Decken (Tockus deckeni).



Le sentier de visite longe alors sur la droite une volière en
réfection lors de ma visite, tandis que sur la gauche se
dresse une installation occupée par des toucans tocos
(Ramphastos toco). Après avoir contourné la volière
des toucans se trouve une autre volière de grande
taille, dans laquelle on peut observer des araçaris grigris
(Pteroglossus aracari).

Le visiteur revient alors au niveau de la terrasse in-
férieure et longe la partie basse des volières des calaos,
pour gagner un nouveau complexe.
Calao coiffé
Calao coiffé - mai 2013


Calao bicorne
Calao bicorne - mai 2013
Calao largup
Calao largup - mai 2013





A l'extrémité des volières des calaos et du monde des oiseaux
du Paradis, se trouve une immense volière d'immersion de
plus d'1 hectare. Une passerelle située à différentes hauteurs
compose le sentier de visite. Cette volière à la végétation
dense et haute est consacrée aux forêts australiennes.

Plusieurs espèces de loris se partagent l'espace. Des pots de
nectar sont proposés à la vente afin de nourrir des animaux.

Les espèces que le visiteur pourra observer ici sont : les loris
tricolores (Lorius lori); les loris réticulés (Eos reticulata);
les loris sombres (Pseudeos fuscata); les loriquets à tête
bleue (Trichoglossus haematodus); les loris à collier jaune
(Loris chlorocercus), les loris écarlates (Eos bornea
cyanognathus); les loris de Duyvenbode (Chalcopsitta
duivenbodei) et les grands éclectus (Eclectus roratus).



Lori loft
Lori loft - mai 2103
Lori loft
Lori loft - mai 2013


Lori loft
Lori loft - mai 2013
Lori sombre
Lori sombre - mai 2013
Lori sombre et lori de Duyvenbode
Lori sombre et lori de Duyvenbode - mai 2013





Le visiteur ressort de la volière de contact des loris, pour se
diriger sur la droite, de sorte à longer, sur la gauche, un en-
semble de hautes volières installées sur un flanc rocheux.

L'ensemble de ces volières dispose d'un sol en herbe, et
sont agrémentées de rochers, et de perchoirs en bois. La
première volière est consacrée à des urubus à tête rouge
(Cathartes aura) et à des vautours palmistes (Gypohierax
angolensis).

Des pygargues vocifères (Haliaeetus vocifer) occupent la
seconde volière du secteur des rapaces.

La troisième volière de ce complexe est le lieu d'une co-
habitation entre des pygargues à ventre blanc
(Haliaeetus leucogaster) et des aigles huppés (Spizaetus
cirrhatus).



Volière des rapaces
Volière des rapaces - mai 2013
Volière des rapaces
Volière des rapaces - mai 2013
Des milans sacrés (Haliastur indus) vivent en compagnie
de milans noirs (Milvus migrans), de bondrées apivores
(Pernis apivorus) et d'un rare aigle de Wallace (Spizaetus
nanus nanus) dans la quatrième et dernière volière de
cette première série.

Le visiteur descend un petit escalier, pour gagner les
autres volières des rapaces. La première est le lieu de vie
de pygargues de Steller (Haliaeetus pelagicus).

La seconde et la dernière volière de la rangée, qui ter-
minent également la visite de la zone des rapaces sont
occupées respectivement par des pygargues à tête
blanche (Haliaeetus leucocephalus) et par des vautours
de l'Himalaya (Gyps himalayensis).


Pygargue à ventre blanc
Pygargue à ventre blanc - mai 2013
Aigle de Wallace
Aigle de Wallace - mai 2013


Le visiteur poursuit sa descente puis bifurque sur la droite, pour
se diriger vers une autre volière de contact, située à l'arrière du
"Lori-loft". Cette volière représentant un morceau de forêt
tropicale, traversé par un ruisseau. Des cascades et de nom-
breux arbres y ont été installés.

Le sas d'entrée traverse une petite volière, occupée par des
toucans vitellins (Ramphastos vitellinus vitellinus).
La volière de contact pour sa part, est consacrée aux petits
estrilidés.

Au sein de cette volière, on pourra admirer des conures de
Molina (Pyrrhura molinae), des guit-guits émeraudes
(Chlorophanes spiza), des pigeons du Pérou (Patagioenas
oenops), ...


Volière des toucans
Volière des toucans - mai 2013


Volière de contact des passereaux
Volière de contact des passereaux - mai 2013
..., des paroares huppés (Paroaria coronata), des conures
soleil (Aratinga solstitialis), des sicales bouton d'or (Sicalis
flaveola), des tangaras à bec argenté (Ramphocelus
carbo), des cotingas de Cayenne (Cotinga cayana), des
carouges à capuchon (Chrysomus icterocephalus), des
organistes téités (Euphonia violacea), des perroquets
maillés (Deroptyus accipitrinus), des conures à tête
bleue (Aratinga acuticaudata), des canards carolins (Aix
sponsa), des dendrocygnes veufs (Dendrocygna viduata),
des nettes peposacas (Netta peposaca), des capucins
pies (Spermestes fringilloides), des tangaras masqués
(Ramphocelus nigrogularis), des tangaras bleus
(Thraupis episcopus), des geais verts (Cyanocorax yncas),
des souimangas à gorge brune (Anthreptes malacensis) et
des iguanes verts (Iguana iguana).

Le visiteur ressort alors de la volière de contact pour se
diriger vers un petit bâtiment.


Volière de contact des passereaux
Volière de contact des passereaux - mai 2013
Volière de contact des passereaux
Volière de contact des passereaux - mai 2013





Ca bâtiment abrite un musée des oiseaux, où le visiteur pourra
découvrir à travers différentes vitrines, les différents becs,
plumes, nids et spécificités des différentes espèces.

Après être ressorti du musée des oiseaux, le visiteur revient au
niveau du sentier qui bordait le complexe des rapaces, de sorte 
à entrer dans un autre complexe, consacré plus spécifiquement
aux ratites.

Un premier enclos au sol en terre et en herbe, délimité par une
clôture et agrémenté de quelques buissons. Ce premier enclos
est le lieu de vie de grues couronnées (Balearica pavonina)
et d'autruches (Struthio camelus).
Dans le prolongement de la plaine des autruches s'étendent
deux enclos de type forestier. Ces installations densément
végétalisés sont le lieu de vie de casoars à casque (Casuarius
casuarius).



Enclos des autruches
Enclos des autruches - mai 2013
Enclos du casoar
Enclos du casoar - mai 2013

Le sentier de visite sillonne encore le long de deux enclos de
type forestier, disposant également d'une zone dégagée. Le
premier est le lieu de vie de nandous (Rhea americana)
tandis que le second présente des émeus (Dromaius
novaehollandiae
).

En face du dernier enclos des ratites, se trouve un abris,
nommé "Pelican cove". Cet espace composé d'un petit bas-
sin en vision sous marine, où sont proposés des nourrissages
plusieurs fois par jour. Les parois du bassin, en pierre,
forment une chute vers un vaste étang situé en contre bas.






Ce lac est le lieu de présentation de plusieurs espèces de
pélicans. On pourra y voir des pélicans d'Amérique
(Pelecanus erythrorhynchos) , des pélicans bruns
(Pelecanus occidentalis occidentalis), des pélicans frisés
(Pelecanus crispus), des pélicans à bec tacheté (Pelecanus
philippensis), des pélicans blancs (Pelecanus onocrotalus)
et des pélicans à lunettes (Pelecanus conspicillatus).


Bassin de nourrissage des pélicans
Bassin de nourrissage des pélicans - mai 2013


Lac des cygnes
Lac des cygnes - mai 2013



La visite se poursuit pour longer un second lac au milieu
duquel a été construite une île. Ce plan d'eau est acces-
sible aux pélicans et héberge des cignes noirs (Cygnus
atratus) et des cygnes blancs (Cygnus olor).

Le visiteur se dirige alors en direction d'une des plus
grandes volières de contact du Jurong Bird Park. Cette
volière représente un bout de forêt tropicale et est con-
sacrée à l'Afrique.





Le visiteur entre alors dans la volière africaine de contact,
pour traverser une zone à la végétation haute et dense.
Quelques bassins ont été installés le long du sentier. Au
fond de la volière, au centre d'une zone dégagée de végé-
tation, se dresse une impressionnate cascade considérée
comme l'une des plus grande cascade artificielle du
monde.

Plusieurs zones de nourrissage et autres animations sont
proposées aux visiteurs.
On pourra observer dans cette volière, des cigognes
blanches (Ciconia ciconia), des tantales africains
(Mycteria ibis), des dendrocygnes veufs (Dendrocygna
viduata), des ouettes d'Egypte (Alopochen aegyptiacus),
des pintades de Numidie (Numida meleagris), ...


Intérieur de la volière africaine
Intérieur de la volière africaine - mai 2013
Cascade de la volière africaine
Cascade de la volière africaine - mai 2013




..., des pintades vulturines (Acryllium vilturinum), des
inséparables (Agapornis personata), des touracos
violets (Musophaga violacea), des touracos de
Livingstone (Tauraco perso livingstoni), des spréos
superbes (Lamprotornis superbus), des guépiers
écarlates (Merops nubicus), des tisserins à tête rousse
(Ploceus velatus), des tourterelles oreillardes
(Zenaida auriculata), des martins caronculés
(Creatophora cinerea), des choucadors iris
(Lamprotornis iris), des choucadors pourores
(Lamprotornis purpureus), des tourterelles des
bois (Streptoptelia turtur), des loriots de Chine
(Oriolus chinensis maculatus), des ibis sacrés
(Threskiornis aethiopicus), des spréos améthystes
(Cinnyricinclus leucogaster), ...


..., des rolliers à ventre bleu (Coracias cyanogaster), des
rolliers à longs brins (Coracias caudatus), des rolliers
violets (Eurystomus glaucurus), des rolliers d'Europe
(Coracias garrulus), des rolliers variés (Coracias
naevius), des calaos de Decken (Tockus deckenii),
des cassiques cul jaune (Cacicus cela), des perroquets
gris du Gabon (Psittacus erithacus), des dinemellis à
tête blanche (Dinemellia dinemelli) et des étourneaux
de Java (Acridotheres javanicus).

Une terrasse a également été installée à l'intérieur de cette
volière, tout comme plusieurs point d'observation placés à
différentes hauteurs.
Le visiteur quitte alors la volière africaine, pour passer sur
la gauche du lac des cygnes, en direction de la zone des
becs crochus.


Intérieur de la volière africaine
Intérieur de la volière africaine - mai 2013
Volière africaine
Volière africaine - mai 2013
Volière africaine
Volière africaine - mai 2013


Allée menant à la volière africaine
Allée menant à la volière africaine - mai 2013
Allée menant à la volière africaine
Allée menant à la volière africaine - mai 2013





Cette zone se compose de multiples volières mitoyennes,
agrémentées de branches et de quelques rochers.
Sur la gauche, la première volière de ce complexe, qui est
aussi la plus grande, de forme rectangulaire, est agré-
mentée de nombreuses souches, de cordes et de branches.
Cette volière héberge des cacatoès de Banks
(Calyptorhynchus banksii), de rares cacatoès à rectrices
blanches (Calyptorhynchus latirostris), des cacatoès
funèbres (Calyptorhynchus funereus), des cacatoès
rosalbins (Eolophus roseicapillus), des cacatoès sanguins
(Cacatua sanguinea), des cacatoès de Leadbeater
(Cacatua leadbeateri) et des perruches callopsittes
(Nymphicus hollandicus).


Volière des cacatoès de Banks
Volière des cacatoès de Banks - mai 2013


Volière pour cacatoès
Volière pour cacatoès - mai 2013
A côté des grands cacatoès se trouve une volière de taille
moyenne, agrémentée de graminées et de quelques bran-
ches. Cette installation est occupée par des cacatoès
soufrés (Cacatua sulphurea).

Le visiteur arrive alors au niveau d'une petite place, au
centre de laquelle se dressent plusieurs volières. Un sentier
contourne cet amas de volières et longe également une
seconde rangée de volières.
La première volière centrale, offre un volume important à
ses pensionnaires. Elle dispose d'un sol en écorces, de
quelques plantes et de nombreuses cordes. Cette instal-
lation présente des microglosses noirs (Probosciger
aterrimus).


Sur la gauche du sentier, la première volière, dénuée de
toute végétation, est occupée par des petites cacatoès à
huppe jaune (Cacatua sulphurea citrinocristata).

La volière qui suit, organisée tout en longueur est plantée
de quelques massifs et traversée par de nombreuses
cordes. Cette installation est le lieu de vie de gris du
Gabon (Psittacus erithacus).
Mitoyen aux gris du Gabon évolue un petit groupe de
youyous du Sénégal (Poicephalus senegalus). Une
troisième espèce africaine occupe une volière formant
un angle. Il s'agit du perroquet de Jardine ou perroquet à
calotte rouge (Poicephalus gulielmi).

Les trois volières suivantes de la rangée de gauche, sont
toutes agrémentées de nombreuses blanches et de quel-
ques arbustes.



Allée de la citée des perroquets
Allée de la citée des perroquets - mai 2013

Volière des microglosses
Volière des microglosses - mai 2013
 La première est le lieu de vie de cacatoès blancs (Cacatua
alba
), la seconde héberge des cacatoès aux yeux bleus
(Cacatua ophthalmica), tandis que la dernière présente
des microglosses goliaths (Probosciger aterrimus goliath).

Sur la droite, dans le bloc central, on découvre deux vastes
volières au sol en écorces, sans végétation mais agré-
mentées de nombreuses cordes et autres souches sont le
lieu d'évolution de cacatoès des Philippines (Cacatua
haematuropygia) pour la première et par des cacatoès à
huppe jaune (Cacatua galerita) pour la seconde.

Enfin, sur la gauche, la dernière volière de cette allée, est
plantée de nombreuses herbes et agrémentée de plusieurs
branches. Des amazones tavouas (Amazona festiva
bodini) y évoluent.





Un virage à angle droit nous amène à continuer la visite au
milieu des becs crochus. Sur la droite, intégrée au bloc
central se trouve une grande volière agrémentée de faux
rochers, au sein de laquelle vivent des perroquets de
Pesquet (Psittrichas fulgidus).

Sur la gauche, on pourra observer, côte à côte, une
série de 5 volières toutes au sol en écorces et bien
végétalisées. Des cordes, des branches et des souches
ont été disposées dans chacune d'entre elle. La première
accueille une cohabitation entre des amazones à front
bleu (Amazona aestiva aestiva) et des amazones à
lores rouges (Amazona autumnalis).

Des amazones à ailes oranges (Amazona amazonica)
vivent dans la troisième volière.


Volière typique pour amazones
Volière typique pour amazones - mai 2013

Allée des amazones
Allée des amazones - mai 2013

A côté des amazones se dresse une longue volière, de faible
largeur. Cette volière est recouverte au sol de nombreuses
plantes tropicales. Quelques bambous et des branches com-
plètent les aménagements. Cette volière accueille une co-
habitation entre des piones à ventre blanche (Pionites
leucogaster xanthurus) et des amazones à front jaune du
Panama (Amazona ochrocephala panamensis).

Dans le prolongement des piones, se trouve une seconde
volière du même type, encore plus longue. Elle est consa-
crée à de petites espèces sud américaines à savoir des
aras à collier d'or (Primolius auricollis), des aras sévères
(Ara severus) et des amazones à front jaune (Amazona
ochrocephala ochrocephala).

En face des petits aras, mitoyenne aux perroquets de
Pesquet, se trouve la cinquième volière du bloc central.


Cette volière de grande taille est relativement nue bien qu'une
ou deux plantes y ait été installée. Le sol est recouvert
d'écorce. Un groupe d'aras chloroptères (Ara chloroptera)
y évolue.

Sur la gauche du sentier, se dresse une série de volières
comparables à celles des amazones. La première, bien
végétalisée, est occupée par des aras militaires (Ara
militaris). La seconde présente des amazones à nuque
d'or (Amazona ochrocephala auropalliata), des amazones
à tête jaune (Amazona ochrocephala oratrix) sont
présentées dans la troisième volière tandis que la dernière
installation de cette série est le lieu de vie de perroquets
maillés (Deroptyus accipitrinus accipitrinus) et des
piones de Maximilien (Pionus maximilien).


Volière des aras
Volière des aras - mai 2013
Volière des piones à tête bleue
Volière des piones à tête bleue - mai 2013
La suite de la visite nous conduit vers la volière des amazones
à front blanc (Amazona albifrons), espèce qui occupe la
dernière volière de la série que nous venons de longer et qui
forme un "U" autour du bloc central.

En retrait de l'alignement des volières, se trouve une autre in-
stallation relativement grande et densément végétalisée, dans
laquelle évoluent des piones à tête bleue (Pionus menstruus)
et des amazones poudrées (Amazona farinosa farinosa).

Le visiteur se dirige alors sur la droite ou se trouve deux
autres volières placées côte à côte. Ces volières sont le lieu
de vie d'amazones à joues vertes (Amazona viridigenalis)
pour la première et d'aras nobles (Diopsittaca nobilis
nobilis) pour la seconde.


Le visiteur revient alors au niveau de l'allée d'entrée dans la
zone des becs crochus, où l'on a pu observer les cacatoès
noirs.

En face des cacatoès funèbres se dresse une volière de
hauteur moyenne mais de grande longueur, agrémentée
de quelques plantes et au sol recouvert d'écorces. Cette
installation abrite des aras de Lafresnay (Ara rubrogenys)
et des aras à gorge bleue (Ara glaucogularis).

Enfin, au niveau de l'allée de visite principale, longeant le
lac des cygnes, se dresse une impressionnante installation
dont le fond représente une falaise rocheuse. Cette volière,
qui clos la zone des perroquets, est consacrée à des aras
macaos (Ara macao) et à des aras hyacinthes
(Anodorhynchus hyacinthinus).

Volière des aras hyacinthes
Volière des aras hyacinthes - mai 2013





L'allée de visite contourne le lac des pélicans, à
l'arrière de la zone de nourrissages de ces oiseaux.
Au centre du lac, se trouve une île en sable, plantée
de quelques arbres. Les 6 espèces de pélicans, y
cohabitent et nichent sur l'île centrale.

Le visiteur arrive alors au niveau d'un troisième lac
ombragé par de grands arbres. En face du sentier,
un bâtiment vitré abrite un restaurant avec vue sur
les lacs.

Un chemin de pontons sillonne entre le lac et la
forêt, pour longer un enclos ombragé par les
grands arbres et densément végétalisé.


Lac des pélicans
Lac des pélicans - mai 2013


Enclos des becs en sabot
Enclos des becs en sabot - mai 2013

Des bassins complètent les aménagements de cet enclos
délimité par une petite barrière et un fil électrique. Un
couple de becs en sabot (Balaeniceps rex) y vit.

A l'extrémité de l'installation des becs en sabot, le visiteur
arrive au niveau d'un point de vision sur le lac bordant le
restaurant, lac duquel émergent quelques îles qui
accueillent une colonie de flamants roses (Phoenicopterus
roseus) et des flamants nains (Phoeniconaias minor).

Le visiteur poursuit sa visite dans la partie du parc con-
sacrée aux zones marécageuses. Le sentier bifurque sur
la droite, pour longer l'installation des flamants.


Au bout du chemin, le sens de visite nous dirige sur la gauche
de sorte à arriver vers un enclos visible à travers une baie
vitrée, enclos offrant une vision sous marine. L'arrière de l'in-
stallation se compose d'une plage rocheuse, d'une plage en
sable et d'une zone végétalisée. Cet enclos est le lieu de vie
de batagures du Sud (Batagur affinis), de tortues à nez de
cochon (Carettochelys insculpta), de nettes peposacas
(Netta peposaca), de canards carolins (Aix sponsa), de
pilets à bec rouge (Anas erythrorhyncha), de dendro-
cygnes à ventre noir (Dendrocygna autumnalis), de
fuligules morillons (Aythya fuligula), de nettes rousses
(Netta rufina), de tadornes radjah (Tadorna radjah),
de sarcelles élégantes (Anas formosa) et de casarcas
roux (Tadorna ferruginea).


Bassin "Riverines"
Bassin "Riverines"  - mai 2013
Enclos des échassiers africains
Enclos des échassiers africains - mai 2013
A côté de l'installation des anatidés se trouve un enclos de
taille moyenne, organisé autour d'un bassin dans lequel se
jette une cascade.
Le bassin est entourée d'une plage en herbe, agrémentée
de buissons denses. Cette installation est le lieu de vie de
jabirus du Sénégal (Ephippiorhynchus senegalensis) et
de marabouts africains (Leptoptilos crumeniferus).

En face des échassiers africains se trouve une aire où les
enfants se voient proposer plusieurs jeux aquatiques.
A côté de l'aire de jeux se trouve une aire de spectacle
de vol libre.
Un spectacle médiaval consacré uniquement aux rapaces
y est présenté plusieurs fois par jour. Les volières de
repos sont également visibles.


Lac des flamants
Lac des flamants - mai 2013
Partie terrestre de "Riverines"
Partie terrestre de "Riverines" - mai 2013





Sur la droite de l'arène de spectacle se trouve le centre
d'élevage et de recherche du parc, qui correspond aux
nurseries et centre de soins européens. De nombreuses
espèces de psittacidés y sont visibles.

Plusieurs loges visibles à travers les baies vitrées on
pourra observer des couveuses, des éleveuses ou
encore des salles d'élevage.

Le visiteur revient alors au niveau de l'enclos des
jabirus pour poursuivre la visite sur la gauche.
Au détour d'un virage, le visiteur découvre une lagune
composée d'un bassin et d'une plage en terre entourée
de grands arbres. Une colonie de flamants rouges
(Phoenicopterus ruber) y évolue.


Enclos des flamants de Cuba
Enclos des flamants de Cuba - mai 2013
Ile des aras
Ile des aras - mai 2013


A côté des flamants,une autre île au sol recouvert de
buissons et traversée par des nombreuses branches,
est consacrée à la présentation d'aras macaos (Ara
macao) et d'aras araraunas (Ara ararauna).

A l'extrémité de l'île des aras, le visiteur bifurque sur
la droite pour arriver au niveau de l'enclos des ana-
tidés, au niveau duquel une patte d'oie offre deux
possibilités. En empruntant le sentier de droite, on
revient au niveau de l'installation des anatidés, en
se dirigeant sur la gauche, on gagne le restaurant en
verre ainsi que l'avant dernier monde du jurong, con-
sacré à l'Asie.
Zone de spectacle
Zone de spectacle - mai 2013
Salle des éleveuses
Salle des éleveuses - mai 2013






Après avoir traversé une zone forestière, le visiteur
découvre un bassin entouré d'une petite zone boisée.
Des mandarins (Aix galericulata) et des carolains
(Aix sponsa) y vivent.

A l'arrière de ce bassin se dresse une grande volière
à l'intérieure de laquelle se poursuit la visite. La
partie centrale de la volière représente une forêt
dense et est traversée par un ruisseau qui se jette
dans un bassin. Sur les côtés de la volière ont été
construites de multiples petites volières toutes den-
sément végétalisées.


Enclos des canards mandarins
Enclos des canards mandarins - mai 2013


Volières asiatiques située sur la gauche
Volières asiatiques située sur la gauche - mai 2013

La première des petites volières dispose d'un sol
en cailloux et est agrémentée de 3 arbustes. Des
tragopans de Temminck (Tragopan temmincki)
et des garrulax à huppe blanche (Garrulax
leucolophus) y évoluent.

La seconde volière, un peu plus végétalisée est
consacrée à des shamas à croupion blanc
(Copsychus malabaricus) qui cohabitent avec
des paons spicifères (Pavo muticus).

Un peu en retrait des premières structures, se trouve
une seconde rangée de volières.


La première est bien végétalisée et est le lieu de vie de
pigeons nobles (Otidiphaps nobilis). La seconde, tout
aussi plantée est le lieu de vie de faisans de Lady
Amherst (Chrysolophus amherstiae) qui cohabitent
avec des martins de Rotschild (Leucopsar rotschildii).

La dernière volière de cette rangée héberge quant à elle
des faisans dorés (Chrysolophus pictus) et un eury-
laime vert mâle (Calyptomena viridis).

Le visiteur arrive alors au niveau d'une autre rangée de
volières. Des irénés vierges (Irena puella) cohabitent
avec des éperonniers malais (Polyplectron malacense).


Volière asiatique typique de la maison
Volière asiatique typique de la maison - mai 2013


Zone asiatique de vol libre
Zone asiatique de vol libre - mai 2013
A côté des éperonniers, une volière accueille des pirolles
vertes (Cissa chinensis), des grands coucals (Centropus
sinensis intermedius) et un jeune barbu dont l'espèce n'a
pas pu être identifiée.
La volière qui suit présente de rares barbus à collier
(Psilopogon pyrolophus), des tourterelles turques
(Streptopelia decaocto) et des loriots de Chine (Oriolus
chinensis).

Les deux dernières volières sont consacrées à des car-
pophages paulines (Ducula aenea) et à des paddas de
Java (Padda oryzivora). Enfin, la dernière installation est
le lieu de vie de zostérops orientaux (Zosterops
palpebrosus), de léiothrix à joues grises (Mesia
argentauris) et de barbus à plastron rouge (Megalaima
haemacephala).








Le visiteur passe alors de l'autre côté de la grande volière.
La première volière est bien plantée et est le lieu de vie
d'étourneaux à ailes blanches (Sturnus melanopterus),
de faisans du Viet Nam (Lophura hatinhensis) et des
gallicolombes de Jobi (Gallicolumba jobiensis).

La volière mitoyenne aux étourneaux est le lieu de présen-
tation de pigeons nobles (Otidiphaps nobilis) et de per-
ruches Grand Alexandre (Psittacula alexandri ). La
volière qui suit est consacrée à des roulrouls couronnés
(Rollulus roulroul) qui cohabitent avec de rares carpo-
phages à ventre roux (Ducula rufigaster).


Barbu à collier
Barbu à collier - mai 2013
Témia bronzé
Témia bronzé - mai 2013



Enfin, la dernière volière de cet alignement est occupée par
des faisans de Vieillot (Lophura ignita rufa) et des shamas
dayals (Copsychus saularis). Les deux volières qui suivent
sont placées légèrement en retrait et sont densément
végétalisées.
Le sol est jonché d’écorces et planté de quelques buissons.
La première héberge des faisans de Lady Amherst
(Chrysolophus amherstiae) et des perruches Grand
Alexandre (Psittacula alexandri) tandis que la seconde
est le lieu de vie de brèves à ailes bleues (Pitta moluccensis),
de faisans à queue rousse (Lophura erythrophthalma
erythrophthalma
) et d’un témia bronzé (Crypsirina temia).



Les 2 volières qui suivent, également en retrait des
précédentes, ont été mises en commun de sorte à
former un grand enclos occupé par un couple d’argus
géants (Argusianus argus). Les deux dernières volières,
cloturant la visite de la grande volière asiatique, sont
densément plantées et agrémentées de nombreux troncs
et autres branchages. Elles sont occupées respectivement
par des arrengas siffleurs de Malaisie (Myophonus
caeruleus
) et un drogon à queue en raquettes (Dicrurus
paradiseus platurus
) pour la première et par des pics
médiastins (Picus vittatus) et un martin chasseur de
Smyre (Halcyon smyrnensis fusca) pour la seconde.


Intérieur de la volière aquatique
Intérieur de la volière aquatique - mai 2013


Intérieur de la volière aquatique
Intérieur de la volière aquatique - mai 2013



Au niveau de la zone centrale de vol libre de cette vaste
volière, on pourra observer des bulbuls goaviers
(Pycnonotus goavier analis), des perruches à collier
(Psittacula krameri), des tisserins des Philippines
(Ploceus philippinus), des verdins à tête jaune
(Chloropsis cochinchinensis), des gallicolombes à gorge
orange (Gallicolumba rufigula), des bulbuls orphés
(Amaurornis phoenicurus), des colombes waalia
(Treron vernans), des tourterelles zébrées (Geopelia
striata
), des dendrocygnes de Java (Dendrocygna
javanica
), des pigeons de Nicobar (Caloenas
nicobarica
), ...


..., des munias à tête noire (Lonchura
atricapilla
), des munias ponctués (Lonchura ponctulata),
des carpophages bicolores (Ducula bicolor), des carpo-
phages de Pinon (Ducula pinon), des mainates religieux
(Gracula religiosa intermedia) et des colombines
indiennes (Chalcophaps indica).

Le visiteur ressort alors de la volière asiatique, pour revenir
sur ses pas jusqu’au niveau de l’enclos des aras macaos.
En face de ce sentier, le visiteur se dirige vers la place
d’entrée du zoo pour arriver, après avoir traversé la boutique
du zoo, devant un haut bâtiment dont la forme
représente un navire en bois, au cœur duquel se poursuit la
visite.
Eurylaime vert
Eurylaime vert - mai 2013






Ce bâtiment climatisé se divise en 2 loges. La première, de
grande taille, se compose d’un bassin en aqua-vision,
s’ouvrant sur une plage rocailleuse où est pulvérisée de la
neige artificielle. Cette installation est le lieu de vie d’une
colonie de manchots royaux (Aptenodytes patagonicus),
de manchots nains (Eudyptula minor), de gourfous
macaronis (Eudyptes chrysolophus), de gourfous sauteurs
(Eudyptes chrysocome) et de manchots de Humboldt
(Spheniscus humboldtii).


Loge des manchots royaux
Loge des manchots royaux - mai 2013


Bâtiment des manchots
Bâtiment des manchots - mai 2013



La seconde loge dispose également d’un bassin et d’une falaise
rocheuse agrémentée de quelques plantes vertes. Des macareux
moines (Fratercula arctica) y cohabitent avec des sternes incas
(
Larosterna inca) et des mouettes à pieds noirs (Risso
tridactyla
).

C’est par ce complexe « Penguin Coast » que s’achève la visite
du Jurong Bird Park.









En conclusion, le Jurong Bird Park est en concurrence avec le
Weltvogelpark de Walsrode pour le titre de plus grand parc
des oiseaux au monde. La collection, bien qu’ayant été réduite
reste impressionnante. Les espèces asiatiques sont bien
représentées, par de nombreux sujets restant rares voir invisibles
dans les collections européennes. Il est cependant dommage que
de nombreuses raretés comme les paradisiers de Wilson ou
encore l’ibis noir ne soient plus présents au parc.
Cacatoès funebre
Cacatoès funebre - mai 2013


Copyright ©  -  2007-2020   -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés