Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe  |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Safari Park San Diego



Safari Park San Diego
15500 San Pasqual Valley Rd.
CA 92027 Escondido
Etats Unis d'Amérique

Tel : +1 760 747 8702

www.sdzsafaripark.org
Logo safari park


Plan du zoo
Plan du zoo


Ma visite
: 06 avril 2014

Mise en ligne : 18 janvier 2015
Vue aérienne du safari park
Vue aérienne du safari park









Tarifs d'entrée 2014
Horaires d'ouverture 2014
Présentation du zoo
Les oiseaux des marécages et les céphalophes
Nairobi Station
La mini ferme et la grotte des insectes
La serre des papillons
Les volières et le grand lac
Les petits mammifères
La volière africaine et les singes
African Woods : les antilopes

Cigogne de Storm
Cigogne de Storm- avril 2014



African Outspot
Les guépards et les raphicères
Safari 1 : les buffles et les rhinocéros
Safari 2 : Les girafes et les plaines africaines
Safari 3 : les montagnes asiatiques et l'Afrique humide
Les lions et les éléphants
Le carrousel et les conures
Les plaines asiatiques et la zone californienne
Les jardins des plantes
La grande volière africaine
Conclusion




Flèche

Tarifs d'entrée 2014 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Ticket individuel
     Adulte : 46,00 $ (36,93 €)
     Enfant (3 à 11 ans ) : 36,00 $ (28,90 €)

Tickets combinés
    Ticket 2 jours (soit 2 jours dans un parc;
     soit 1 jour au safari et 1 jour au zoo)
         Adulte : 82,00 $ (65,83 €)
         Enfant (3 à 11 ans ) : 64,00 $ (51,38 €)

    Ticket 3 en 1 (entrées illimitées pendant
     7 jours au zoo; safari ou sea world
)
         Adulte : 149,00 $ (119,62 €)
         Enfant (3 à 11 ans ) : 119,00 $ (95,54 €)
Phacochère
Phacochère - avril 2014




Flèche

Horaires d'ouverture 2014 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Bontebok
Bontebok - avril 2014




Septembre à mars : 9h00 à 17h00
Avril : 8h00 à 19h00
Mai - juin : 9h00 à 17h00
Fin juin à mi aout : 9h00 à 19h00
Fin aout : 9h00 à 18h00



Flèche

Présentation du parc





Le safari park de San Diego est le second zoo

de la société zoologique de San Diego.
Il s’étend sur plusieurs centaines d’hectares au
nord de la ville de San Diego. Ce safari est im-
planté au cœur de collines désertiques où pous-
sent de multiples palmiers. Il se divise en 1 sec-
tion à pied, doublé d’une vaste zone visitable
en bus.

L’espace alloué aux animaux est très important
et a permis d’accueillir une multitude d’espèces
qui étaient auparavant visibles au zoo de San
Diego.
Condor de Californie
Condor de Californie - avril 2014



Flèche

Visite du zoo



Après avoir traversé l’entrée du zoo, le visiteur se

trouve sur une petite place.
Sur la droite on peut voir une imposante volière de
contact vers laquelle nous reviendrons à la fin de la
visite. Le sentier plonge alors dans une forêt.

Sur la droite, se trouve une presqu’il en terre et en
herbe, ombragée par quelques grands arbres et de-
vancée par une étendue d’eau peu profonde.
Cet enclos est le lieu de vie de grues couronnées
noires (Balearica pavonina pavonina).


Enclos des grues couronnées
Enclos des grues couronnées - avril 2014


Enclos des pacas
Enclos des pacas - avril 2014

Face aux grues, dominant le sentier de visite, se trouve

une succession de 2 troncs plantés au milieu de fou-
gères. Ces troncs accueillent respectivement des ca-
catoès des Moluques (Cacatua moluccensis) puis des
aras hyacynthes (Anodorhynchus hyacinthinus).

Sur la droite, dans le prolongement des grues, s’étend
un petit enclos en terre où ressortent de nombreuses
racines.
Du fait de grands feuillus dominant l’enclos, la lumière
du soleil n’arrive que très peu dans cet enclos occupé
par des pacas (Cuniculus pata).



Le visiteur ressort de la forêt et débouche sur la place

principale du Safari park, où tous les sentiers conver-
gent. Sur la droite de cette place, bordé par une ter-
rasse de restauration se dresse une autre lagune com-
posée d’un bassin central peu profond, entouré de
plages en herbe et en faux rochers.
Au centre de la lagune se trouve une île ombragée par
un palmier et agrémentée de quelques papyrus. Cette
lagune présente une colonie de flamants du Chili
(Phoenocopterus chilensis), des dendrocygnes veufs
(Dendrocygna viduata) et des tadornes radjahs
(Tadorna radjah radjah).


Lagune des flamants
Lagune des flamants - avril 2014


Enclos des céphalophes noires
Enclos des céphalophes noires - avril 2014

Nous allons débuter notre visite par le second sentier

partant sur la droite. Sur la droite de ce sentier se
trouve un petit enclos en herbe, formant une colline.

Cet enclos est planté de bambous, d’arbres et agré-
menté de souches et de rochers. Il accueille un couple
de céphalophes noirs (Cephalophus niger).

A la suite de l’enclos de ces petites antilopes, le
visiteur entre dans le « Nairobi village » qui con-
siste en un bâtiment en bois percé de vitres
s’ouvrant sur des loges intérieures de différentes
tailles.



Flèche



La première loge que l’on peut observer est relati-

vement grande, au sol recouvert de sable et agré-
mentée de nombreux rochers rappelant le désert.
Des fennecs (Vulpes zerda) y sont présentés.
Dans le prolongement des petits canidés, se dresse
une seconde loge au sol en écorces, agrémentée de
branches, d’un bassin et de plantes artificielles.
Des varans des savanes (Varanus exanthematicus)
y évoluent.
Entrée du Nairobi village
Entrée du Nairobi village - avril 2014


Terrarium des varans
Terrarium des varans - avril 2014


Les loges qui suivent sont plus petites et semblent, de

l’extérieur, former des caisses en bois. Des petits
tenrecs (Echinops telfairi) vivent au milieu de co-
peaux de bois et de branches.

La loge qui suit dispose d’un sol en sable et est agré-
mentée de rochers. Elle accueille des tortues crêpes
(Malacochersus tornieri) tandis que celle qui suit,
plantée de quelques végétaux artificiels est consacrée
à des crapauds buffles africains (Pyxicephalus
adspersus
).




Les 4 loges suivantes disposent d’un sol en écorces,

sont parcourues de nombreuses branches et agré-
mentées de plantes. On pourra, dans l’ordre de visite,
y observer des scinques à langue bleue (Tiliqua
nigrolutea
) ; des serpents laitiers noir (Lampropeltis
triangulum gaigeae
) ; des rainettes de White
(Litoria caerulea) puis des pythons royaux (Python
regius
).

Une autre loge vitrée complète cette structure. Elle
dispose pour seuls aménagements, d’amas de bran-
ches et de lianes mais est dénuée de verdure.
Un groupe de phalangers volants (Petaurus
breviceps
) y vit.


Loge des gris du Gabon
Loge des gris du Gabon  avril 2014


Nursery
Nursery - avril 2014


Enfin, le Nairobi village compte encore 1 loge gril-
lagée en façade, au centre de laquelle trône un
tronc ramifié garnis d’objets plastiques. Un gris du
Gabon (Psittacus erithacus) s’y ébat.

Le visiteur quitte alors le « Nairobi village », pour
longer un enclos en sable bien ombragé : Nairobi
nursery.
 

Lors de ma visite, on pouvait y admirer de jeunes
sitatungas (Tragelaphus spekii), de jeunes sprin-
gboks (Antidorcas marsupialis), de jeunes gazel-
les de Thomson (Gazella thomsoni) et de jeunes
antilopes cervicapres (Antilopa cervicapra).
Loge des fennecs
Loge des fennecs - avril 2014
Nairobi station
Nairobi station - avril 2014



Flèche


Dans le prolongement de la nursery se trouve un

autre enclos en sable, plus lumineux, délimité par
des palissades en bois.
Une porte permet aux enfants d’entrer dans cet
enclos qui constitue la mini ferme du parc où évolue
un troupeau de chèvres naines (Capra hircus).

Une aire de jeux en bois double l’espace dédié au
jeune public.
Enfin, à côté de l’aire de jeux se dresse un bâtiment
de taille moyenne à l’intérieur duquel se poursuit la
visite.


Mini ferme
Mini ferme - avril 2014


Volière des chauves souris
Volière des chauves souris - avril 2014

Ce bâtiment se divise en 2 parties, le couloir de visite

d’une part et une volière intérieure délimitée par des
filins métalliques d’autre part.

La volière dispose d’un sol en faux rochers duquel
ressortent des branches aux brindilles ramifiées.
Une colonie de roussettes de l’île Rodrigues
(Pteropus rodricensis) y évolue.

Le visiteur poursuit alors sa visite en empruntant un
virage important contournant une aire de restauration
« Mombasa snack », pour se diriger dans la forêt,
vers une grande volière rénovée récemment.


Il est à noter que les jours de forte affluence, un ticket
est nécessaire. Au bout de la file extérieure, nous
pénétrons dans une grotte où l’attente se poursuit.

Le mur de gauche est percé de plusieurs vivariums de
petite taille. Les 3 premiers disposent d’un sol en sable
et sont agrémentés de quelques rochers ou d’écorces.

On pourra y observer des réduves à 2 taches
(Platymeris biguttata) dans le premier, des blattes
géantes de Madagascar (Gromphadorhina
portentosa
) dans le second puis des scorpions
empereurs (Pandinus imperator) dans le dernier.


Couloir d'entrée de la serre aux papillons
Couloir d'entrée de la serre aux papillons - avril 2014



Exemple de terrarium pour insectes
Exemple de terrarium pour insectes - avril 2014
Des cordyles épineux (Cordylus tropidosternum)
vivent dans le quatrième terrarium aménagé de faux
rochers.

Le vivarium qui suit est plus grand que les précédents.
Tous en longueur, il représente une véritable cavité
rocheuse. Des plaques d’ardoises ont été ajoutées au
reste de l’enclos afin de donner un aspect plus naturel
à l’ensemble. Cette installation présente des tortues
crêpes (Malacochersus tornieri).

Mitoyen aux tortues se trouve une loge qui contraste
avec les précédentes. En effet, cette dernière dispose
d’un sol recouvert d’écorces et de feuilles mortes de
sorte à représenter un morceau de forêt humide.
Des racines et des plantes apportent un autre décor
naturel au milieu duquel vivent des mille-pattes géants
africains (Archispirostreptus gigas).


Les 2 vivariums qui suivent représentent eux aussi
un milieu de forêt humide et sont consacrés respec-
tivement à des geckos à queue foliacée (Uroplatus
fimbriatus
) puis à des boas arboricoles de Mada-
gascar (Sanzinia madagascariensis).
Des fouettes queues (Uromastyx maliensis) vivent
dans le terrarium en sable qui suit. Là encore des
branches ont été dispersées dans la structure.

Enfin, 4 petits terrarium au sol recouvert de terre,
agrémentés de quelques morceaux d’écorce et
d’autres plantes sont occupés respectivement à des
blattes géantes de Madagascar (
Gromphadorhina
portentosa
) ; des scorpions empereurs (Pandinus
imperator
) et des mygales babouins orange
(Pterinochilus murinus).
Exemple de terrarium pour insectes
Exemple de terrarium pour insectes - avril 2014



Flèche

Une porte marque la fin de la file d’attente. Après
l’avoir
franchi, le visiteur se trouve plonger dans une
grande serre où poussent de grands arbres, tout
en laissant un espace dégagé.
De nombreuses lianes pendent des branches, des
faux rochers tapissent en partie les bords de la
serre tandis qu’un bassin complète l’installation.

Cette structure correspond à la serre aux papillons
du Safari Park de San Diego. On pourra y voir :
- nacré orange (Agraulis vanillae);

- cordonnier grec (Catonephele numilia);
- drya julie (Dryas julia);
- hécalé tigre (Heliconius hecale);
- morpho bleu (Morpho peleides);
- voilier vert (Graphium agamemnon);
- hélicon zébré (Heliconius charitonia);



Ambiance dans la serre aux papillons
Ambiance dans la serre aux papillons - avril 2014
Ambiance dans la serre aux papillons
Ambiance dans la serre aux papillons - avril 2014


- caligo chouette (
Caligo memnon);
- petite chauve souris (Pachliopta kotzebuea);
- papillon petite tache (Myscelia cyaniris);
- postier (Heliconius melpomene);
- grand planeur (Idea leuconoe);
- monarque (Danaus plexippus);
- voilier bleus (Battus belus).

Chose peu courante, les papillons cohabitent avec
de nombreux oiseaux évoluant en liberté.


Les espèces présentées aux côtés des insectes sont :
souimanga à longue queue (Cinnyris pulchellus) ; in-
séparable à tête noire (Agapornis nigrigenis) ; astrild
à tête bleue (Uraeginthus cyanocephalus) ; amarante
foncée (Lagonosticta rubricata) ; capucin pie
(Spermestes fringilloides) ; cordon bleus violacés
(Granatina ianthinogaster) ; veuve du Paradis (Vidua
paradisaea
) ; euplecte franciscain (Euplectes
franciscanus
) ; beaumarquet melba (Pytilia melba) ;
astrild queue de vinaigre (Estrilda caerulescens) ;
veuve dominicaine (Vidua macroura) ; coliou strié
(Colius striatus) ; touraco pauline (Tauraco
erythrolophus
) ; pigeon rose (Nesoenas mayeri) et
anserelle d’Afrique (Nettapus auritus).


Ambiance dans la serre aux papillons
Ambiance dans la serre aux papillons - avril 2014


Vanneau à ailes blanches
Vanneau à ailes blanches - avril 2014



Le visiteur quitte cette première partie de la serre pour

se retrouver dans une seconde serre accolée, plus
végétalisée et traversée par un cours d’eau se jetant
dans un bassin au bas de la structure.

Le visiteur se trouve sur une plateforme en hauteur ce
qui nous permet d’observer la partie haute des arbres.
Dans cette seconde serre cohabitant des inséparables
à tête noire (Agapornis nigrigenis), des sarcelles hot-
tentotes (Anas hottentota), des sarcelles marbrées
(Marmaronetta angustirostris), des cigognes d’Ab-
dim (Ciconia abdimi), des ombrettes africaines
(Scopus umbretta), des irrisors moqueurs
(Phoeniculus purpureus), des touracos de Lady
Ross (Musophaga rossae), des vanneaux à ailes
blanches (Vanellus crassirostris), ...





..., des noircaps loriots (
Hypergerus atriceps), des
pintades de Reichenow (Numida meleagris
reichenowi
), des alectos à tête blanche (Dinemellia
dinemelli
), des colious striés (Colius striatus), des
tisserins de Taveta (Ploceus castaneiceps), des
spréos superbes (Lamprotornis superbus), des
aigrettes ardoisées (Egretta ardesiaca) et des
gonolek de Barbarie (Laniarius barbarus).
Seconde partie du complexe des papillons
Seconde partie du complexe des papillons - avril 2014


Seconde partie du complexe des papillons
Seconde partie du complexe des papillons - avril 2014



Cordon bleu violacé
Cordon bleu violacé - avril 2014
P
P



Flèche

Le visiteur ressort alors de la serre des papillons
et des oiseaux. Face à la sortie de la maison des
papillons se trouvent 2 volières extérieures plan-
tées d’abustes, de fougères et d’arbustes.
La volière située la plus à droite est traversée par
un petit torrent et présente des ibis huppés
(Lophotibis cristata), des pintades huppées
(Guttera pucherani), des sarcidiornes d’Afrique
(Sarkidiornis melanotos melanotos) et des
canards à bec rouge (Anas erythrorhyncha).

La seconde volière dispose en plus de la végétation,
de branches et de lianes servant de perchoirs aux
touracos géants (Corythaeola cristata) et aux
paons du Congo (Afropavo congensis) qui y vivent.


Volière des ibis huppés
Volière des ibis huppés - avril 2014



Volière des loris
Volière des loris - avril 2014
Au niveau de ces volières, nous pouvons alors soit
bifurquer sur la droite, soit sur la gauche. Nous allons
opter pour cette seconde option et découvrir, sur la
droite du sentier, une grande volière de contact in-
stallée au cœur d’une forêt clairsemée.

Cette grande volière de contact est le lieu de vie d’une
importante colonie de loris arc en ciel (Trichoglossus
haematodus
).
Les visiteurs peuvent nourrir les oiseaux en achetant
du nectar à l’entrée de la volière.

Une fois sorti de la volière nous continuons la visite en
direction de la maison des chauves souris et l’aire de
restauration « Mombasa snack ». A ce niveau, nous
allons emprunter un sentier parrallèle à celui de la mini
ferme.


Sur la gauche de ce sentier s’étend un grand lac, en-
touré de berges enherbées et végétalisées. Plusieurs
espèces, que l’on pourra découvrir tout le long du
parcours, évoluent sur ce lac.

On peut ainsi citer les bihoraux (Nycticorax
nycticorax
), les canards colverts (Anas
platyrhynchos
), les pilets (Anas acuta acuta),
les tadornes à tête grise (Tadorna cana), les
oies cygnoïdes (Anser cygnoides), les oies à
tête barrée (Anser indicus), les oies de
l’Orénoque (Neochen jubata), les dendro-
cygnes veufs (Dendrocygna viduata), les
cormorans (Phalacrocorax carbo) les péli-
cans gris (Pelecanus rufescens) ou encore
les anhingas roux (Anhiga melanogaster
rufa
).



Lac des anatidés
Lac des anatidés - avril 2014
Ile des becs en sabot
Ile des becs en sabot - avril 2014

La grande terrasse de ce restaurant borde le lac,

plus loin, un ponton en bois s’avance sur le lac,
afin d’observer une île où trônent de vieux troncs
morts.

De nombreux papyrus apportent également de la
verdure à cette île  accessible aux anatidés, sur
la
quelle sont présentés des becs en sabot
(Balaeniceps rex). Face au ponton, se trouve un
enclos en arc de cercle, de type forestier, agré-
menté de branches et de rochers.



Flèche

Un groupe de dik diks de Cavendish (Madoqua
cavendishi
), longtemps considéré comme une sous
espèce du dik dik de Kirk est présenté. Dans le
prolongement
des petites antilopes se trouve un plateau
en sable,
entouré de fossés secs. Des branches, une
marre
de boue et des faux rochers composent les décors
de cet enclos qui accueille une famille de potamo-
chères (Potamochoerus porcus).

Face aux phacochères, le sentier bifurque sur la
gauche, pour emprunter un ponton en bois
s’avançant sur le lac et bordant, sur sa droite,
un plateau en sable, agrémenté de souches en
bois.


Enclos des dik diks
Enclos des dik diks - avril 2014


Volière des calaos
Volière des calaos - avril 2014


Cet enclos en travaux lors de ma visite, présente

habituellement des phacochères (Phacochoerus
africanus
). Au bout du lac, on peut observer un
fort en bois surplombant une cascade.Ce chemin
secondaire revient sur le sentier principal pour
faire face à une grande volière plantée de buissons,
yuccas et de troncs ramifiés.

Des argus géants (Argusianus argus) animent la
partie terrestre tandis que la zone supérieure est
occupée par des calaos à cimier (Aceros cassidix).


Dans le prolongement de la volière se trouve un en-
clos de taille moyenne en sable, agrémenté de plan-
tes grasses et de termitières en béton. Une colonie
de suricates (Suricata suricatta hahni) est pré-
sentée à ce niveau. Le visiteur se trouve alors au
pied du grand fort en bois.

Des escaliers nous invitent à monter dans une des
tours en bois, pour traverser la cascade. En
contr
ebas de la passerelle, on peut observer le grand lac
sur la gauche, tandis que sur la droite, on aperçoit la
lagune des flamants ainsi qu’un chapelet de petits
îles prolongeant cette lagune.


Enclos des suricates
Enclos des suricates - avril 2014


Lagune des anatidés
Lagune des anatidés - avril 2014

Ce complexe est le lieu de présentation de divers

oiseaux à savoir : cigogne de Storm (Ciconia stormi),
une espèce très peu courante en captivité, dendro-
cygnes veufs (Dendrocygna viduata), bernache à
cou roux (Branta ruficollis), canard mandarin (Aix
galericula
) et oies cygnoides (Anser cygnoides).

Au niveau du ponton, on pourra, avec un peu de
chance, observer des colibris sauvages. Le visiteur
traverse alors la cascade pour se retrouver sur la
rive opposée et bordée le grand lac.



Flèche

Au niveau de l’enclos des phacochères situé sur l’autre
rive, une bifurcation part sur la droite. Le visiteur peut
alors soit poursuivre le contournement de l’étendue
d’eau pour regagner l’île des becs en sabot et le res-
taurant, soit se diriger sur la droite pour pénétrer dans
une forêt.

Nous allons opter pour cette seconde option qui nous
permet de continuer la déouverte du safari parc.
Au milieu des arbres, sur la droite du sentier se dresse
une volière de bonne taille, au sol naturel en terre,
plantée de quelques buissons, d’arbustes et traversée
par des branches horizontales faisant office de per-
choirs.


Ponton dominant la cascade
Ponton dominant la cascade - avril 2014


Volière des outardes
Volière des outardes - avril 2014

On pourra y admirer des cossyphes à courone blanche

(Cossypha albicapilla albicapilla), des choucadors
iris (Lamprotornis iris), des outardes du Sénégal
(Eupodotis senegalensis canicollis) et des couas
couronnés (Coua cristata cristata).

La visite sur cette bifurcation se poursuit pour
longer un enclos de grande taille, à l’arrière
duquel se dresse un mur de faux rochers, sé-
paré du sentier de visite par un profond fossé
sec.




Cet enclos légèrement valonné, au sol enherbé,

est planté de quelques grands arbres et de buis-
sons, mais aussi de nombreux faux décors re-
présentant des troncs couchés reliés entre eux
par des crodes.

Des structures d’escalade en bois complètent les
aménagements. Une famille de gorilles (Gorilla
gorilla
) vit à ce niveau.


Enclos des gorilles
Enclos des gorilles - avril 2014


Volière de contact des lémuriens
Volière de contact des lémuriens - avril 2014
Le visiteur traverse alors une zone plantée et sur
la droite, peut assister, plusieurs fois par jour, à
un spectacle d’oiseaux en vol libre présenté au
sein d’une tribune. La visite se poursuit alors sur
la gauche, en direction du « Lemur Walk ».
Ce complexe est une grande volière de contact,
où les zones enherbées alternent avec les zones
en écorces.

De nombreuses structures d’escalade en canes
de bambous ont été disposées dans l’ensemble
de la structure. Un groupe de makis cattas
(Lemur catta) vit dans cette volière.
A la sortie de la volière, des robinets permettent de
se laver les mains.


Enclos des gorilles
Enclos des gorilles - avril 2014
Volière de contact des lémuriens
Volière de contact des lémuriens - avril 2014



Flèche

Le visiteur ressort alors du complexe des lé-
muriens pour poursuivre sa visite jusqu’à une
plateforme qui permet d’admirer le reste du
parc situé en contrebas.
Le vide est de plusieurs mètres et une série
d’escaliers ou un ascensseur vont nous con-
duire vers la partie basse.

Arrivé au niveau du sol, nous nous dirigeons tout à
droite pour découvrir « African woods », secteur
consacré aux savanes arborées. Le chemin sillone
au milieu de cactées et d’autres végétaux tropicaux.

Sur la droite, se trouve un premier plateau en sable,
planté de quelques arbres et consacré à des bon-
teboks (Damaliscus pygargus dorcas).


Passerelle entre les 2 niveaux
Passerelle entre les 2 niveaux - avril 2014



Enclos des élands de Derby
Enclos des élands de Derby - avril 2014
Mitoyen aux damalisques se trouve un enclos sec,
en sable, en pente, agrémenté de nombreuses ro-
cailles et planté d’arbres aux racines prohéminentes.

Cette plaine est le lieu d’une cohabition entre un
groupe reproducteur d’élands de Derby
(Taurotragus derbianus gigas) et des gazelles
à front roux (Eudorcas rufifrons laevipes).

Le sentier forme alors une courbe qui enlace une
butte en herbe, entourée de grillage, creusée d’un
bassin, bien ombragée et au centre de laquelle
trône un squelette de buffle. Cet enclos présente
des vautours charognards (Necrosyrtes
monachus
), des vautours percnoptères
(Neophron percnopterus percnopterus) et des
tadornes à tête grise (Tadorna cana).


Vue d'ensemble sur la partie safari
Vue d'ensemble sur la partie safari - avril 2014
Enclos des bonteboks
Enclos des bonteboks - avril 2014


Accolé aux vautours se dresse une plaine en
herbe, que longe une passerelle en bois. Cet
enclos relativement long, est bien ombragé
et planté de nombreux arbres.

Des céphalophes à dos jaune (Cephalophus
silvicultor
) y évoluent aux côtés d’okapis
(Okapia johnstoni). 

Face aux girafidés se trouve une seconde
plaine à l’herbe haute également bien plantée.
Cet espace accueille des gérénuks
(Litocranius walleri), des céphalophes à
flancs roux (Cephalophus rufilatus), des
grues demoiselles (Anthropoides virgo) et
des outardes koris (Ardeotis kori).



Enclos des okapis
Enclos des okapis - avril 2014
Enclos des gérénuks
Enclos des gérénuks - avril 2014

Le sentier longe ces deux plaines. Un renfon-

cement dans l’enclos des okapis a permis de
délimiter un petit enclos en terre, au centre
duquel ressort une butte, occupé par des
grues royales (Balearica regulorum
gibbiceps
).

Après avoir passé une dernière fois devant l’en-
clos des okapis, le visiteur quitte la zone des
savanes arborées pour entrer dans un jardin
fleuri traversé par une rivière.
Cet espace naturel a été préservé pour offrir de
la nourriture aux colibris évoluant en liberté.



Flèche

Parmi les espèces que l’on peut voir dans cette
région, on peut citer le colibri d’Anna (Calypte
anna
), le colibri à gorge noire (Archilochus
alexandri
), le colibri d’Allen (Selasphorus sasin)
ou encore le colibre de Costa (Calypte costae).

Jouxtant le jardin des colibris, se trouve un en-
clos en terre, légèrement pentu, agrémenté de
buissons clairsemés. Cet enclos est le lieu de
vie de serpentaires (Sagittarius serpentarius),
de cigognes blanches (Ciconia ciconia) et
d’outardes kori (Ardeotis kori) et marque
l’entrée dans le secteur « African outpost ».


Enclos des serpentaires
Enclos des serpentaires - avril 2014


Enclos des calaos terrestres
Enclos des calaos terrestres - avril 2014
Le sentier progresse alors toujours au milieu
d’une végétation dense et de hauteur moyenne.

Au bout de l’allée, dans le virage qu’elle forme,
se trouve un enclos en terre, agrémenté de
troncs et de graminées. Cette installation est
occupée par des calaos d’Abyssinie
(Bucorvus abyssinicus).

Le visiteur poursuit sa descente au milieu de
la végétation des milieux secs pour trouver,
en contrebas de l’enclos des calaos, une
plaine légèrement pentue, en terre, agré-
menté de troncs, de buissons, de rochers et
de termitières bétonnées.


Jardin des colibris
Jardin des colibris - avril 2014
Jardin des colibris
Jardin des colibris - avril 2014


Cet enclos accueille une cohabitation originale
entre des otocyons (Otocyon megalotis
megalotis
) et des phacochères
(Phacochoerus africanus sundevallii).

Le visiteur amorce alors une descente vers un
grand lac, d’où ressortent plusieurs îles. Un
ponton en bois traverse l’ensemble de ce
complexe.

La première île que nous découvrons est ac-
cessible aux visiteurs. Un centre pédagogique
« Jameson research island » y a été construit.


Enclos des phacochères
Enclos des phacochères - avril 2014


Ile des colobes
Ile des colobes - avril 2014


Accolé à cette bâtisse se trouve un petit enclos
entouré de murets en béton, consacré à des
tortues à éperons (Geochelone sulcata).
Plus loin, sur la gache du ponton, se trouvent
2 îles reliées entre elles par des troncs et des
cordes.

Ces structures disposent d’un sol en herbe et
sont plantées de multiples palmiers et autres
bambous. Des troncs et des branches com-
plètent les aménagements destinés à un groupe
de colobes guérézas (Colobus guereza
kikuyuensis
).


Dans le prolongement des colobes, au cœur
d’une zone peu profonde se dresse un chapelet
de 3 petites îles en terre où des nids ont été érigées.
Quelques joncs apportent un peu de verdure à
cette lagune où évolue une colonie de flamants
nains (Phoenicopterus minor).

Sur la droite du ponton, se trouve un autre
chapelet d’île comparable à la lagune des
flamants nains.
Cette seconde zone du lac peu profonde, est
consacrée à des flamants roses
(Phoenicopterus roseus), à des ibis sacrés
(Threskiornis aethipicus), à des grues royales
(Balearica regulorum) et à des cigognes
d’Abdim (Ciconia abdimii).
Lagune des flamants
Lagune des flamants - avril 2014



Flèche

Le visiteur laisse alors le lac derrière lui pour
continuer sa visite sur un sentier entouré de
végétation.
Sur la droite,un trou dans les haies, permet
d’observer un enclos en forme de « L », au
sol en herbe, relativement allongé et planté de
quelques arbustes.

Cet enclos est le lieu de vie de guépards
(Acinonys jubatus). A larrière des félins, on
peut apercevoir une partie des vastes plaines
de la zone safari.


Enclos des guépards
Enclos des guépards - avril 2014


Etang des ibis
Etang des ibis - avril 2014
A l’extrémité de la plaine des guépards se
trouve un guichet ou le visiteur pourra réserver
des safaris privés.

Dans ce cas, le parc propose aux visiteurs de
faire le tour, entre dans l’ensemble des
plaines africaines et asiatiques à bord d’un
camion et de nourrir les girafes.
A côté du guichet se trouve un autre point de
restauration.

Face à cette terrasse, une passerelle en bois
bifurque sur la gauche, en direction du jardin
des colibris.


Elle borde également un enclos en herbe,
pentu et légèrement valloné. Une rivière
traverse l’ensemble de l’installation où
quelques arbres apportent de l’ombre
aux animaux.
Des rochers complètent cet ensemble dans
lequel cohabitent des sitatungas
(Tragelaphus spekei), de très rares raphi-
cères champêtres (Raphicerus campestris),
des grues couronnées noires (Balearica
pavonina pavonina
), des outardes kori
(Ardeotis kori) et des cigognes d’Abdim
(Ciconia abdimii).


Enclos des raphicères
Enclos des raphicères - avril 2014


Raphicères champêtres
Raphicères champêtres - avril 2014



Le visiteur revient alors sur le sentier principal

pour se rendre vers la gare du safari. A ce
niveau le visiteur pourra embarquer dans des
trains qui roulent au bord des plaines africaines
uniquement.

Une fois installé dans le tram, le visiteur peut
observer, sur la gauche, face à la gare d’em-
barquement, un enclos enherbé, formant une
colline ombragée par quelques grands arbres,
au cœur de laquelle ont été disposés de nom-
breux troncs et autres souches en bois.



Flèche

Cette première plaine est le lieu d’une cohabitation
entre des nyalas (Tragelaphus angasi) et des dik
dik de Cavendish (Madoqua cavendishi).

Le safari en tram démarre alors. Il est à noter que
le safari de San Diego  couvre plus d’une centaine
d’hectares.
Il se divise en un îlot de 5 plaines centrales déli-
mitées et séparées entre elles par un mur en béton
surmonté d’un grillage. La route du tram (compris
dans le prix d’entrée du zoo), fait le tour de cet îlot
central, en restant à l’extérieur des plaines.


Enclos des nyalas
Enclos des nyalas - avril 2014


4x4 pour safari privé
4x4 pour safari privé - avril 2014


Un safari personnalisé (en option), permet d’entrée

au cœur de ces plaines. Enfin, 10 autres enclos se
trouvent sur le coté de la route du tram.
En débutant son circuit, le tram longe brièvement
sur la droite, l’enclos des guépards que  l’on a
déjà pu observer dans le cirecuit à pied.

Sur la gauche, on peut avoir un rapide aperçu de
la première plaine centrale au sol en sable et en
terre, composé d’une forêt de palmiers et d’une
vaste zone prairiale.


Au cœur de cette plaine on pourra observer une
cohabitation entre des rhinocéros blancs du Sud
(Ceratotherium simum simum), des girafes de
Rotschild (Giraffa camelopardalis rotschildii),
des cobes lechwe (Kobus lechwe), des cobes
de Mrs Gray (Kobus megaceros), des cobes
defassas (Kobus ellipsiprymnus adolfifriderici),
des buffles du Cap (Syncerus cafer), des gazelles
de Thomson (Eudorcas thomsoni), de très rares
gazelles de Grant (Nanger grantii), des impalas
(Aepyceros melampus), de rares oryx à oreilles
frangées (Oryx callotis), des marabouts africains
(Leptoptilos crumeniferus) et des grues cou-
ronnées grises (Balearica pavonina).


Plaine des buffles et oryx
Plaine des buffles et oryx - avril 2014


Lagune des flamants roses
Lagune des flamants roses - avril 2014
Le circuit continue pour découvrir, sur la droite, le
grand lac des colobes et des flamants.
Une autre plage en sable permet aux flamants roses
(Phoenicopterus roseus) de nicher. Une colonie
d’ibis falcinelles (Plegadis falcinellus) cohabite
avec les échassiers.

Le tram remonte alors une pente pour accéder à
une zone non visible du circuit à pied.
Sur la droite se trouve un enclos en terre de taille
moyenne, représentant les savanes arborées.

Cette installation est le lieu de vie d’un couple de
rhinocéros noirs (Diceros bicornis) qui se sont
déjà reproduits au safari park.



Flèche

Après avoir traversé une zone naturelle, la route
vient à longer, sur la droite, la seconde plaine de
l’îlot central.

Cette dernière est plus engazonnée que la plaine
des gnous et dispose d’un vaste lac au milieu
duquel ressort une île plantée de quelques palmiers.

Le lac et son île accueillent les oiseaux de la plaine
à savoir des grues du Paradis (Anthropoides
 paradisaea
), des pélicans gris (Pelecanus
rufescens
), des pélicans blancs (Pelecanus
onocrotalus
), des hérons goliaths (Ardea goliath),
des oies armées de Gambie

et des calaos terrestres (Bucorvus abyssinicus).


Plaine des pélicans
Plaine des pélicans - avril 2014

Plaine des girafes et cobes
Plaine des girafes et cobes - avril 2014
La partie plaine, bordant celle des impalas, est
consacrée pour sa part à des girafes masaïs
(Giraffa camelopardalis tippelskirchi), et à
d’importants troupeaux d’hippotragues noirs
(Hippotragus niger), de cobes à croissant
(Kobus ellipsiprymnus) et à un groupe d’au-
truches (Struthio camelus).

Le tram longe alors cette grande étendue. Sur la
droite, un enclos buissonnant, à l’herbe haute et
planté de papyrus, est consacré à des vautours
de Rueppel (Gyps rueppellii), des vautours
oricous (Torgos tracheliotus), des cigognes
blanches (Ciconia ciconia), des tantales ibis
(Mycteria ibis) et des jabirus du Sénégal
(Ephippiorhynchus senegalensis).


Enclos des rhinocéros noirs
Enclos des rhinocéros noirs - avril 2014
Enclos des échassiers
Enclos des échassiers - avril 2014


Dans le prolongement de l’enclos des oiseaux,
sur la droite du sentier, se trouve une autre plaine
légèrement vallonnée, à l’herbe haute, agrémentée
de rochers naturels et de quelques arbres.

Cette installation accueille un groupe repro-
ducteur de gazelles de Soemmering (Nanger
soemmerringii
).

Après avois longé ces espaces, se présente, sur
la gauche, la troisième plaine de l’îlot central.
Cette dernière est moins arborée que les autres.
Elle accueille la dernière femelle rhinocéros blanc
du Nord (Ceratotherium simum cottoni) et la
seule représentante de son espèce aux Etats Unis.


Enclos des gazelles de Soemmering
Enclos des gazelles de Soemmering - avril 2014

Paddok des rhinocéros
Paddok des rhinocéros - avril 2014
A noter que cette sous espèce ne compte, selon
les estimations, plus qu’une vingtaine d’individus
dont 1 femelle encore présentée en Europe, à
Dvur Kralove.

Cette femelle cohabite dans la plaine avec des
gnous à barbre blanche (Connochaetes
taurinus albojubatus
), des élands de Living-
stone (Taurotragus oryx livingstonii), des
oryx gemsbok (Oryx gazella) et des buffles
du Cap (
Syncerus caffer).

Le long de cette plaine et en bordure de route se
dresse un coral qui peut être utilisé pour séparer
les animaux en cas de besoin. Lors de ma visite
il était occupé par un mâle rhinocéros blanc du
Sud (Ceratotherium simum simum).


Gazelle de Soemmering
Gazelle de Soemmering - avril 2014
Gazelle de Grant
Gazelle de Grant - avril 2014



Flèche

Face à cette plaine se trouve une colline bien
plantée, où l’herbe alterne avec les zones
caillouteuses.
Le tout étant ombragé par de grands arbres.
Cet enclos est le lieu de vie d’un harem d’ânes
de Somalie (Equus africanus).

Bien en arrière des ânes et donc difficilement
visible, se trouve un enclos escarpé, totalement
rocailleux, installé à flanc de falaise et consacré
à des barhals (Pseudois nayaur).

Sur la gauche, le tramway arrive alors à la
quatrième plaine du secteur safari.


Enclos des ânes de Somalie
 Enclos des ânes de Somalie - avril 2014


Plaine des grands koudous
Plaine des grands koudous - avril 2014


Cette dernière, en pente, est bien engazonnée
et traversée par un petit cours d’eau. Quelques
arbres offrent un peu d’ombres aux espèces qui
y évoluent. On pourra y observer des watusis
(Bos primigenius domesticus), des hippo-
tragues roannes (Hippotragus equinus), des
cobes de Buffon d’Ouganda (Kobus kob
thomasi
), des gazelles à front roux (Gazella
rufifrons
) et des grands koudous (Tragelaphus
strepsiceros
).

La route contourne alors cette plaine. Sur la
droite, remontant vers le sommet de la colline,
se trouve une autre plaine représentant les
zones humides bordant les savanes.
Enclos des bharals
Enclos des bharals - avril 2014
Plaine des rhinocéros et oryx
Plaine des rhinocéros et oryx - avril 2014




Cette plaine a été creusée d’un bassin, est par-

courue par des bras d’eau et bien arborée.
Elle héberge des gazelles à front roux (Gazella
rufifrons
), des bongos (Tragelaphus
eurycerus
) et des grues couronnées grises
(Balearica pavonina).

A l’arrière de cette plaine, se trouve la partie du
safari consacrée à l’Asie.
Cette dernière n’est pas visible du circuit en tram.


Plaine des bongos
Plaine des bongos - avril 2014


Plaine des watusis et enclos des mouflons
Plaine des watusis et enclos des mouflons - avril 2014


La route contourne alors la plaine des hippo-
tragues et des watusis pour continuer paral-
lèlement à celle empruntée précédemment.

En contrebas de la route et de la plaine des
hippotragues se trouve un enclos au relief léger,
agrémentée de cailloux et de rochers et oc-
cupée par un troupeau de mouflons à manchette
(Ammotragus lervia).





Sur la gauche, dominant la route, se trouve un en-

clos en pente légère, en sable et en cailloux. Ce
dernier présente une cohabitation entre un impor-
tant groupe d'oryx algazelles (Oryx dammah) et
quelques gazelles leptocères (Gazella leptoceros)

Enfin, après les mouflons, le tram longe la partie
en sable de la plaine n°1, où vivent les gazelles
de Grant, puis contourne l’enclos des nyalas
(Tragelaphus angasii).
Enclos des oryx algazelles
Enclos des oryx algazelles - avril 2014


Plaine des watusis
Plaine des watusis - avril 2014
Plaine des buffles et girafes
Plaine des buffles et girafes - avril 2014


Gazelle à front roux
Gazelle à front roux - avril 2014
Oryx à oreilles frangées
Oryx à oreilles frangées - avril 2014



Flèche

Face aux antilopes et avant de revenir à la gare,
on peut encore observer, sur la droite de la
route, un enclos entouré de hauts murs.

Cet espace en herbe agrémenté de troncs et de
rochers, est légèrement valloné et consacré à
une troupe de lions (Panthera leo).
Le visiteur quitte alors le tram du safari pour
reprendre la visite à pieds.

La suite de la visite nous amène sur la droite,
pour longer l’enclos des lions et y observer
une partie légèrement arborée.


Enclos des lions
Enclos des lions - avril 2014


Enclos des lions
Enclos des lions - avril 2014

Des vitres ont été percées dans les murs en

béton. A la suite de la plaine des lions, le
visiteur se retrouve au niveau d’une prairie où
tronent plusieurs tables.
Cette terrasse de restauration offre une vue
d’ensemble sur la plaine des gazelles et des
girafes que nous avons pu observer à bord
du tram.

A l’arrière du restaurant se trouve un cam-
pement composé de plusieurs tentes où les
visiteurs peuvent passer la nuit.


Après avoir laissé de côté l’hotel africain, le
visiteur peut observer, sur la droite, un petit
jardin botanique présentant diverses herbes
 aromatiques.

Enfin, en bordure du jardin et du campement
hotelier, s’étend une vaste plaine en sable et
en herbe.
Des amas de faux rochers ainsi qu’un bassin
de taille moyenne complètent ces aména-
gements. Cette plaine est le lieu de vie du
troupeau d’éléphants africains (Loxodonta
africana
) de la société de San Diego.


Plateau des éléphants
Plateau des éléphants - avril 2014


Terrasse dominant les plaines africaines
Terrasse dominant les plaines africaines - avril 2014


Lors de ma visite on pouvait observer un groupe
matriarchal comptant près de 10 individus.
Un second enclos en sable mitoyen à la plaine,
permet de séparer le groupe de pachydermes
ou d’accueillir le mâle reprocuteur.

Il est à noter que le groupe d’éléphant arrivé au
Safari park en 2003 s’est agrandi de 6 petits.

En bordure de ces plaines, des stands péda-
gogiques présentent des os et des dents
d’élephants.
Campement hotelier
Campement hotelier - avril 2014
Enclos des éléphants
Enclos des éléphants - avril 2014


Enclos des éléphants
Enclos des éléphants - avril 2014
Zone pédagogique
Zone pédagogique - avril 2014



Flèche

Le visiteur repasse alors par le campement
hotelier pour remonter en direction de la
grotte des chauves souris et de l’enclos des
dik diks et revenir vers la place centrale où
se situe le carrousel.
C’est ainsi que se termine la découverte de
 la partie africaine du Safari park de San
Diego.

Le prochain continent à l’honneur sera l’Asie. Le
sentier nous permettant d’accéder à cette partie
se trouve au fond de la place.
Le premier sentier était en travaux lors de ma
visite.


Place du carrousel
Place du carrousel - avril 2014


Panneau sur le futur complexe des tigres
Panneau sur le futur complexe des tigres - avril 2014
Il sillonera au milieu d’une forêt de bambous,
traversera quelques maisons en bois rappelant
les constructions des maisons typiques in-
donésiennes.
Enfin 4 grands enclos en herbe, végétalisés et
traversés par des cascades et des bassins
complèteront les aménagements de ces enclos
qui seront consacrés aux tigres de Sumatra
(Panthera tigris sumatrea).

Quant à nous, nous allons, au niveau de la future
entrée vers le sentier des tigres, emprunter un
chemin plus à droite, remontant vers une coline
sèche.


La vue et les décors s’ouvrant à nous sont cara-
ctéristiques des déserts californiens à savoir de
nombreux rochers, des cactus, et d’autres
plantes des milieux secs.

En continuant sur ce sentier bordé en partie par
un bois de conifères, le visiteur emprunte une
passerelle en bois longeant, sur la gauche,
plusieurs volières.

La première d’entre elles, au sol naturel, est
plantée de quelques conifères et de branches
et troncs morts.


Vue sur la partie sauvage du safari park
Vue sur la partie sauvage du safari park - avril 2014


Volière des conures à gros bec
Volière des conures à gros bec - avril 2014
Cette volière de taille moyenne héberge des
conures à gros bec (Rhynchopsitta
pachyrhyncha
).

Légèrement espacée de la volière des conures se
trouve une structure plus grande, plus volumineuse
mais aussi plus végétalisée.
La densité de conifères poussant dans cette
volière limite les possibilités de vol des pygar-
gues à tête blanche (Haliaeetus leucocephalus).

Sur la droite, en contrebas de la passerelle se
trouve toujours la zone naturel du désert
californien.



Flèche

A l’arrière plan, on peut observer 3 grandes
étendues herbeuses, correspondant aux plaines
asiatiques du Safari, visibles uniquement en
choisissant l’option « safari rapproché ». 

La première plaine de cette zone est relativement
sèche et consacrée à un troupeau de chevaux de
Przewalski (Equus przewalskii).

Les deux autres, plantées de quelques arbres et
où l’herbe pousse plus abondamment, est le lieu
de vie d’un groupe de rhinocéros indiens
(Rhinoceros unicornis), d’antilopes cervicapres
(Antilopa cervicapra), de cerfs axis (Axis axis),
de cerfs sikas (
Cervus nippon), de cerfs du Père
David (Elaphurus davidianus) et de nilgais
(Boselaphus tragocamelus).



Vue d'ensemble sur les plaines asiatiques
Vue d'ensemble sur les plaines asiatiques - avril 2014
Vue d'ensemble sur les plaines asiatiques
Vue d'ensemble sur les plaines asiatiques - avril 2014

La dernière plaine est pour sa part le lieu de
vie d’oryx d’Arabie (Oryx leucoryx).


A ce niveau, une tyrolienne géante permet au
visiteur de surplomber les plaines asiatiques
africaines et asiatiques pour revenir au niveau
du jardin des herbes aromatiques et de la
plaine des éléphants.

Un passage relativement long sans animaux
nous conduit vers un préau en bois bordé,
sur la gauche, par une succession de 4
volières.


Toutes ces volières sont bien ensoleillées, dis-
posent d’un sol minéral et sont plantées de
cactus et d’autres arbustes des milieux secs.

Les 2 premières volières où des branches et
des troncs évidés jonchent le sol, présentent
des ocelots (Leopardus pardalis).

La volière qui suit dispose de moins d’amé-
nagements et est consacrée à des buses de
Harris (Parabuteo unicinctus harrisi).
Enfin, la dernière volière de cette rangée
héberge des chouettes des terriers (Athene
cunicularia
) en cohabitation avec des pie-
grièches migratrices (Lanius lodovicianus
mearnsi
).



Volière des chouettes
Volière des chouettes - avril 2014
Volière des condors de Californie
Volière des condors de Californie - avril 2014


La passerelle en bois continue jusqu’à former
une terrasse sur pilotis, dominant les plaines
asiatiques.
Cette structure en bois est entourée de  2 enclos
consacrés aux espèces endémiques du désert
californien.

Le premier enclos est en fait une vaste volière
caillouteuse, englobant de gros rochers et
quelques arbustes.
Elle accueille un groupe de 6 condors de
Californie (Gymnogyps californianus),
faisant l’objet d’un programme d’élevage et
de réintroduction.




Le second enclos recrée une falaise abrupte faite

de faux rochers et dénuée de toute végétation.
Un groupe reproducteur de bighorns (Ovis
canadensis
) y évolue.

Au niveau de la cabane de la terrasse se trouve
plusieurs panneaux pédagogiques présentant le
désert californien, les programmes de réintro-
duction du condor de Californie mais aussi sa
biologie, sa vie et son biotope.
Enclos des bighorns
Enclos des bighorns - avril 2014


Volière des condors
Volière des condors - avril 2014
Ambiance dans la zone naturelle
Ambiance dans la zone naturelle - avril 2014


Plante du désert californien
Plante du désert californien - avril 2014
Plante du désert californien
Plante du désert californien - avril 2014


Plante du désert californien
Plante du désert californien - avril 2014
Plante du désert californien
Plante du désert californien - avril 2014


Ambiance dans la zone naturelle
Ambiance dans la zone naturelle - avril 2014
Ambiance dans la zone naturelle
Ambiance dans la zone naturelle - avril 2014



Flèche

Le visiteur rebrousse alors chemin jusqu’à la forêt
de conifères au pied de la colline. L’ascencion de
la colline, nous amène à traverser une petite forêt
clairsemée et à passer devant différents jardins
thématiques où sont exposées les collections
végétales du Safari Park de San Diego.

On pourra ainsi parcourir le jardin des conifères ;
le jardin des orchidées, le pavillon des bonzaïs, le
jardin des plantes succulentes, le jardin Baja puis
le jardin des plantes indigènes situé au sommet de
la butte. Là encore, avec de la patience, le visiteur
pourra observer une des 4 espèces de colibris
fréquentant le safari park de San Diego.


Jardin des bonsais
Jardin des bonsais - avril 2014


Ambiance dans le jardin des cactus
Ambiance dans le jardin des cactus - avril 2014




Le visiteur redescent alors de la colline pour

revenir au niveau de la place centrale du parc,
des restaurants et du manège.
D’autres boutiques souvenir entourent la place.

Nous nous dirigeons alors sur la gauche, vers la
lagune des flamants roses à l’arrière de laquelle
une porte nous invite à entrer dans une grande
volière de contact « Wings of the World » (les
ailes du monde).






Cette volière est bien plantée, dispose de grands

arbres plus ou moins touffus. De grands faux
rochers permettent de créer une cascade devenant
un ruisseau qui parcourt la totalité de la volière et
se termine en un grand bassin.
Ambiance dans le jardin des cactus
Ambiance dans le jardin des cactus - avril 2014



Flèche

Enfin, une plage dégagée en sable complète les
différents aménagements. Cette volière héberge
une multitude d’espèces à savoir : caurale soleil
(Eurypyga helias) ; ibis rouge (Eudocimus
ruber
) ; ibis du Cap (Geronticus calvu) ; ibis
hagedash (Bostrychia hagedash) ; spatule rose
(Platalea ajaja) ; spatule blanche (Platalea
alba
) ; rollier varié (Coracias naevius) ; goura
de Victoria (Goura victoria) ; gallicolombe de
Barlett (Gallicolumba criniger barletti) ;
étourneau caronculé (Creatophora cinerea) ;
cassique huppé (Psarocolius decumanus
decumanus
) ; ...


Grande volière de contact
Grande volière de contact - avril 2014


Ambiance dans la volière
Ambiance dans la volière - avril 2014



...; pigeon de Nicobar (
Caloenas nicobarica) ;
dindons ocellé (Meleagris ocellata) ; tisserin de
Taveta (Ploceus castaneiceps) ; alecto à tête
blanche (Dinemellia dinemelli) ; étourneau royal
(Cosmopsarus regius) ; touraco pauline
(Tauraco erythrolophus) ; vanneau à tête
blanche (Vanellus albiceps) ; canard à ailes
blanches (Cairina scutulata) ; bec ouvert africain
(Anastomus lamelligerus lamelligerus) ; carpo-
phage pauline (DucuLa aenea) ; cigogne de Storm
(Ciconia stormi) ; tinamou élégant (Eudromia
elegans
) ; ...



...; lophophore resplendissant (
Lophophorus
impejanus
) ; tadorne radjah (Tadorna radjah) ;
sarcelle à faucille (Anas falcata) ; dendrocygne à
ventre noir (Dendrocygna autumnalis) et ber-
nache d’Hawai (Branta sandvicensis).

Le visiteur ressort alors de la grande volière de
contact et se retrouve devant le point de contrôle
des billets d’entrée.

C’est ainsi que se termine la découverte du Safari
Park de San Diego.
Ambiance dans la volière
Ambiance dans la volière - avril 2014



Flèche



En conclusion, le second parc de la société

zoologique de San Diego complète par-
faitement le zoo.

Situé en pleine campagne il offre une surface im-
portante qui a conduit le parc à s’orienter vers
de vastes installations toutes plus grandes les
unes que les autres.


Céphalophe noire
Céphalophe noire - avril 2014


Ibis du Cap
Ibis du Cap - avril 2014


Le safari est devenu au fil des années, le réservoir

des ongulés du zoo qui y ont été transférés pour
y avoir plus d’espace.

Le visiteur est, par le biais des nombreuses activités
proposées, sollicité à longueur de visite.
La collection est devenue très impressionnante et
compte de nombreux ongulés africains peu courants
en captivité.


Copyright ©  -  2007-2020   -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés