Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe  |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens

Dallas Zoo

Dallas Zoo :
650 S R L Thornton Fwy
Dallas TX 75203
Etats Unis

Tel : +1 469-554-7500

www.dallaszoo.com
Logo zoo de Dallas


Je tiens à remercier chaleureusement Josef pour son accueil et l'ensemble des informations qu'elle m'a donné lors de ma visite.

I would like to thank and be very gratefull to Josef who welcomes me in Brownsville and who give me a lot of information.

Ma visite : 01 avril 2014
Mise en ligne : 11 novembre 2014




Cobra du Cap
Cobra du Cap - avril 2014

Horaires d'ouverture 2014
Tarifs d'entrée 2014
Les aras, lémuriens et anatidés
La mini ferme 1/2
La mini ferme 2/2
La zone des singes
L'Australie et les tigres
Le vivarium et les oiseaux
Le secteur des fauves et les rapaces
Les manchots et la place africaine
Le tramway aérien
Les jabirus et les montagnes africaines
Les crocodiles et la grande volière
Les tortues et les gorilles
La savane africaine
Les fauves
Conclusion




Flèche

Horaires d'ouverture 2014 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)




Ouvert toute l’année sauf à Noël de 9h00 à 17h00

Crotale cascabelle
Crotale cascabelle - avril 2014



Flèche

Tarifs d'entrée 2014
(Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)

Mangouste naine
Mangouste naine - avril 2014

Tarifs individuels :

     Adulte : 15,00 $ (11,30 €)
     Enfant (3 à 11 ans) : 12,00 $ (9,00 €)
     Sénior (+ 65 ans) : 12,00 $ (9,00 €)
     Parking : 8,00 $ (6,00 €)
 
Tarifs groupes (+ de 15 personnes)
     Adulte : 10,00 $ (7,50 €)
     Enfant (3 à 11 ans) : 7,00 $ (5,25 €)
     Sénior (+ 65 ans) : 7,00 $ (5,25 €)



Flèche

Présentation du zoo

Le zoo de Dallas est situé à l’entrée de la capitale texane,
connue pour la série américaine portant son nom.

Le zoo a subi de nombreuses rénovations ces dernières
années et peut aujourd’hui être divisé en 2 zones dis-
tinctes très contrastées, la nouvelle partie et l’ancienne
partie.

Après avoir traversé le grand porche abritant les caisses,
le visiteur évolue sur une grande allée principale, bordée
sur la droite par un petit enclos relativement long au sol 
en terre, planté de troncs morts.
Des aras araraunas (Ara ararauna) et des aras chloro-
ptères (Ara chloroptera) y sont présentés.


Enclos des aras
Enclos des aras - avril 2014



Ile des lémuriens
Ile des lémuriens - avril 2014
Plus loin sur le sentier, une île en herbe, de taille moyenne,
agrémentée de buissons, hauts arbres et tendue de cordes,
divise l’allée en 2.
Cette île est consacrée aux lémuriens, représentés ici par
3 espèces à savoir les makis cattas (Lemur catta), des
varis noirs et blancs (Varecia variegata) et de rares
lémurs à collier (Eulemur collaris).

A ce niveau, le visiteur peut soit se diriger sur la droite
pour découvrir la plus ancienne zone du zoo, dont l’en-
trée est marquée par un grand auvent ressemblant à un
hall de gare.

La seconde option consiste à gagner la zone la plus
récente du zoo, consacrée à l’Afrique. Nous allons
débuter la visite par le « vieux zoo ».



Suite au porche coule une rivière que nous allons traver-
ser, pour nous retrouver face à un grand plan d’eau en-
touré de berges en herbe, plantées d’arbustes.
Ce plan d’eau est le lieu de vie de harles couronnées
(Mergus cucullatus), d’érismatures rousses (Oxyura
jamaicensis
), de canards pilets (Anas acuta), de
fuligules à tête rouge (Aythya americana), de den-
drocygnes à ventre noir (Dendrocygna autumnalis),
de cygnes à col noir (Cygnus melanocoryphus), de
kamichis à collier (Chauna torquata), ...
Bassin des anatidés
Bassin des anatidés - avril 2014


Pélican brun
Pélican brun - avril 2014


...d’aras militaires (Ara militaris), d’aras macaos
(Ara macao), d’aras araraunas (Ara ararauna),
de tantales américains (Mycteria americana), de
vautours urubus noirs (Coragyps atratus), de
flamants rouges (Phoenicopterus ruber), de
flamants du Chili (Phoenicopterus chilensis), de
pélicans bruns (Pelecanus occidentalis) et de
grandes aigrettes (Egretta alba).



Flèche

Nous allons continuer la visite en contournant le plan
d’eau par la droite. Face au lac se trouve une aire de
spectacle pour oiseaux en vol libre.
Cette aire de spectacle est complétée par un bassin
avec vision sous marine.
Il est à noter que cet espace ainsi que les volières
attenantes et abandonnées aujourd’hui, ont subi
d’importants dégats suite à une forte inondation dans
les années 2000.

Plus loin sur ce sentier, le chemin se ramifie sur la
droite, en direction du « Children’zoo » équivalent
des mini fermes.
Ce complexe où les faux rochers sont omniprésents,
s’organise autour d’une aire de jeux centrale.


Aire de spectacles
Aire de spectacles - avril 2014
Volière de contact de la mini ferme
Volière de contact de la mini ferme - avril 2014
Entourant cet espace se dressent diverses infrastru-
ctures consacrées à la faune. Le plus à droite, le
visiteur est invité à entrer dans une volière de con-
tact dont les pourtours sont bien végétalisés.
Cette volière est le lieu de présentation de faisans
dorés (Chrysolophus pictus), de conures à joues
vertes (Pyrrhura molinae), de scissirostres des
Célèbes (Scissirostrum dubium), d’un malkoha
rouverdin (Phaenicophaeus curvirostris), de
tinamous perdrix (Nothoprocta perdicaria), de
barbicans à tête rouge (Trachyphonus
erythrocephalus
), de gris du Gabon (Psittacus
erithacus
), de perruches callopsittes (Nymphicus
hollandicus), de carpophages bicolores (Ducula
bicolor
), ...


..., de guiras cantaras (Guira guira), d’irénées
des fées (Irena puella), de spréos royaux
(Lamprotornis regius) et d'alectos à tête blanche
(Dinemellia dinemelli).

Des animateurs bénévoles offrent la possibilité de
nourrir ces oiseaux à l’aide de millet.

Le visiteur ressort alors de la volière de contact, pour
emprunter un sentier en terre nous conduisant vers
une grange colorée à l’intérieur de laquelle nous som-
mes accueillis par plusieurs pots de conserve.

Sur la droite de l’entrée, une caisse en bois, vitrée sur
le dessus est agrémentée de mousse et héberge des
mygales zébrée Costa Rican (Aphonopelma
seemanni
).



Entrée dans la grange des petites espèces
Entrée dans la grange des petites espèces - avril 2014
Terrarium des agames
Terrarium des agames - avril 2014
Sur la gauche, encastré dans un mur simulant des planches,
se trouve un réseau de galeries comportant 5 sales vitrées.

Ce complexe est le lieu de vie d’une colonie de rats taupes
nus (
Heterocephalus glaber).

Plus loin dans la bâtisse se trouve un terrarium au sol re-
couvert de galets, agrémenté de quelques racines et de
plantes grasses.
Ce terrarium est le lieu de vie d’agame à queue de castor
(Xenagama taylori).

Cette espèce présente la particularité de pouvoir boucher
l’entrée de son terrier avec la queue atrophiée et garnie
d’épines.



Flèche


Au fond de la maison, une grande baie vitrée s’ouvre sur
un petit enclos extérieur en terre, agrémenté de quelques
rochers et de buissons. Cet enclos présente des man-
goustes naines (Helogale parvula), dont plusieurs indi-
vidus de couleur noire et des calaos à bec rouge (Tockus
erythrorhynchus
).

Enfin, un dernier vivarium représentant un milieu désertique
consacré à des pythons royaux (Python regius).

Le visiteur quitte alors la grange des petits animaux, pour
découvrir un enclos installé au cœur d’un bosquet et oc-
cupé par des poneys (Equus caballus domesticus).


Enclos des mangoustes naines
Enclos des mangoustes naines - avril 2014


Grange des chouettes, lapins
Grange des chouettes, lapins - avril 2014
Au fond du complexe se dresse une grange en bois rouge
et blanche, typique des clichés texans. Accolés à la façade
de la grange se dresse une série de petits enclos.

A l’intérieur de la grange, on pourra voir, outre les boxes
des chevaux, une petite volière au sol recouvert de sciure
et disposant de quelques rares perchoirs. Cette structure
est le lieu de vie de chouettes effraies (Tyto alba).

A l’arrière des rapaces, un petit enclos intérieur est con-
sacré à des lapins géants Flemish (Oryctolagus cuniculus
domesticus
).
Enfin, une dernière loge reliée à un enclos extérieur en sable
héberge des cochons vietnamiens (Sus scofra domesticus).


Sur la gauche de la grange se trouve un potager ainsi qu’un
silo de stockage de céréales. Jouxtant au potager se dresse
une petit enclos composé d’un bassin artificiel entouré de
petites plages en galets dans lequel sont présentés des
canards mignons (Anas domesticus).

Au centre de la cour de ferme se trouve un aquarium rond,
dont l’armature métallique est percée d’une vitre. Ce bassin
est consacré à de nombreuses carpes koïs (Cyprinus
carpio
).

Continuons la découverte du Children zoo, par la découverte
d’un ensemble de 4 enclos en sable, délimités par des palis-
sades en bois.


Bassin des carpes koïs
Bassin des carpes koïs - avril 2014


Enclos des poneys
Enclos des poneys - avril 2014
Au cœur de ces enclos accolés chacun à un chalet, on
pourra observer des ânes miniatures de Méditerranée
(Equus asinus), des moutons Southdown Babydoll
(Ovis aries), des chèvres naines (Capra hircus) et
des poules coucou de Dominique (Gallus domesticus).

Légèrement en retrait des animaux de la basse cour se
dresse un autre chalet accueillant le centre de décou-
verte.
De nombreux livres, loupes et outils pédagogiques sont
mis à la disposition des enfants.

Deux aquariums et un vivarium consacré à des crapauds
marins (Bufo marinus) complètent l’ensemble.


Avant de quitter le children zoo, on peut encore découvrir
deux bâtiments, le premier étant un point de restauration,
le second une bourse d’échange.

La particularité de ce complexe réside dans le fait que
chaque visiteur peut y apporter cailloux, fragment d’os,
de plumes, de fossiles. Chaque objet est estimé et
« payé » sous forme de points. Ces points peuvent ensuite
être utilisés pour acquérir d’autres fossiles ou cranes
 d’animaux.

Un millepatte vaut ainsi 1 000 points quand une pomme
de pin commune représente 5 points.
Enclos des moutons
Enclos des moutons et ânes - avril 2014


Loge des lapins
Loge des lapins - avril 2014
Centre d'échanges
Centre d'échanges - avril 2014



Flèche

Le visiteur poursuit alors sa visite le long du lac des
flamants, pour entrer dans le secteur des primates.
Ce dernier est marqué par 2 volières mitoyennes
relativement hautes, agrémentées de nombreuses
branches accueillent respectivement des tamarins
lions dorés (Leontopithecus rosalia) puis des ta-
marins pinchés (Saguinus oedipus).

La suite de la visite nous amène vers une longue allée bor-
dée sur la gauche par des massifs de bambous tandis que
sur la droite se trouvent les volières à singes. Ces dernières
sont toutes conçues selon le même principe à savoir une
armature métallique imposante recouverte d’un filet.


Volière typique pour callithricidés
Volière typique pour callithricidés - avril 2014



Volière typique du secteur des singes
Volière typique du secteur des singes - avril 2014
Les volières ont toutes été plantées d’herbe et de palmiers.
Des troncs dressés, des branches et des cordes offrent
pour leur part de multiples possibilités d’escalade à leurs
habitants. Dans l’ordre de visite le visiteur va pouvoir ob-
server des atèles de Geoffroy (Ateles geoffroyi), puis de
rares titis à oreilles blanches (Callicebus donacophilus)
cohabitant avec des sakis à face blanches (Pithecia
pithecia
).

Une famille de gibbons à favoris blancs (Nomascus
leucogenys
) évolue dans la troisième volière. Les deux
dernières volières sont occupées respectivement par
des cercopithèques d’Allen (Allenopithecus
nigroviridis
) et par des cercopithèques mones
(Cercopithecus mona) pour la première puis par des
colobes guérézas (Colobus gererza) pour la seconde.



Flèche

Une bannière publicitaire portant la mention «Koala walkabout»
traverse alors l’allée de visite marquant l’entrée sur le continent
rouge.

Sur la droite se dresse une petite volière de contact, au sol
recouvert de dalles en pierre, plantée de quelques arbustes.

Cette volière pénétrante est consacrée à des loris arc en ciel
(Trichoglossus haematodus) et à des loris sombres (Pseudeos
fuscata
).

Face aux psittaciformes, un sentier en bois bifurque sur la
gauche et nous amène vers un chalet divisé en 2 loges
vitrées à l’intérieure desquelles ont été disposées des bran-
ches mortes et de l’eucalyptus.


Volière des loris
Volière des loris - avril 2014
Plaine des wallabies
Plaine des wallabies - avril 2014


Un petit groupe de koalas (Phascolarctos cinereus) est
présenté à ce niveau. En ressortant du chalet des koalas,
le visiteur fait face à un vaste enclos en pente, composé
de plusieurs terrasses, au sol en herbe et en terre, le tout
étant ombragé par quelques arbres.

Cette plaine australienne héberge des kangourous roux
(Macropus rufus), des wallabies de Bennett (Macropus
rufogriseus
) et des émeus (Dromaius novaehollandiae).

Un point d’observation couvert a été construit au centre
de l’enclos et est bordé par une petite volière au sol re-
couvert de cailloux. Cette structure est le lieu de vie de
kookaburas (Dacelo novaeguineae).
Loge des koalas
Loge des koalas - avril 2014
Volière des titis à oreilles blanches
Volière des titis à oreilles blanches - avril 2014


Le visiteur revient alors sur ses pas, jusqu’à la volière des
cercopithèques, en face de laquelle, un passage a été
ouvert entre les bambous.
Ce dernier, formé par une passerelle en bois nous conduit
vers un abri en bois dont l’architecture est typique des
 maisons de Sumatra.

Le chalet est percé de grandes baies vitrées, offrant une
vue d’ensemble sur un enclos construit en contrebas.
Ce dernier au sol en herbe est planté de bambous et de
grands feuillus. Un bassin complète les aménagements.
Des tigres de Sumatra (Panthera tigris sumatrae)
évoluent à ce niveau.
Le visiteur quitte la forêt des tigres, pour se retrouver sur
un sentier parallèle au précédent.


Enclos des tigres de Sumatra
Enclos des tigres de Sumatra - avril 2014
Enclos des loutres
Enclos des loutres - avril 2014

En empruntant ce chemin, le visiteur longe sur la droite,
un chalet en bois relié à un vaste enclos extérieur doté
d’un bassin avec vision sous marin, entouré d’un espace
en herbe traversé par des ruisseaux. Cet ensemble où
ont aussi été disposées des souches et des troncs, est
consacré à un groupe de loutres naines (Amblonyx
cinerus
).

Au bas du sentier, le visiteur tombe sur une grande prairie
encerclée par un réseau ferré où circule un petit train.
La prairie, érigée à l’ancien emplacement des rhinocéros
et hippopotames, offre un espace de détente aux visiteurs.



Flèche

Sur la droite de cette place se dresse le bâtiment qui a fait
la réputation du zoo de Dallas, le Vivarium. Le zoo de
Dallas abrite en effet la plus grande collection de serpents
du Texas et probablement une des plus grandes des Etats
Unis.

De nombreuses espèces de crotales, de vipères ou de
cobras se partagent les différents terrariums. D’autres
espèces sont également maintenues en coulisses.

Ce bâtiment imposant est relativement ancien. Sur la
façade a été dessinée une fresque représentant des
dinosaures. Un enclos a également été érigé sous la
fresque, ce dernier représentant les milieux secs du
sud du Texas, très caillouteux et agrémenté de cactus.


Entrée du vivarium et enclos des chuckwallas
Entrée du vivarium et enclos des chuckwallas - avril 2014
Ambiance dans le vivarium
Ambiance dans le vivarium - avril 2014



Des chuckwallas (Sauromalus ater) y cohabitent
avec des iguanes du désert (Dipsosaurus dorsalis),
des lézards à flancs maculés (Uta stanshuriana) et
des tortues boites ornées (Terapoin ornata).

Le vivarium se compose de 3 grandes salles, sur les
murs desquelles ont été installés de multiples terrariums
de plus ou moins grande taille, tous agrémentés de
rochers, plantes naturels et autres racines.

Après avoir découvert les reptiles, le visiteur quitte la
bâtisse, pour se diriger sur la droite, redescendre au
bas de la prairie et emprunter une passerelle en bois.
Ambiance dans le vivarium
Ambiance dans le vivarium - avril 2014
Exemple de vivarium
Exemple de vivarium - avril 2014



Cette passerelle borde un premier plateau en herbe,
délimité par des fossés secs. Ce dernier est planté
de graminées et dispose d’une zone recouverte
d’écorce.
Un bassin complète l’ensemble au cœur duquel évo-
luent des fourmiliers géants (Myrmecophaga
tridactyla
).

Sur la gauche de la passerelle se trouve un vaste
enclos en herbe creusé d’un bassin peu profond,
occupé par des tortues géantes des Galápagos
(Geochelone nigra).


Plateau des fourmiliers
Plateau des fourmiliers - avril 2014




Volières des calaos
Volières des calaos - avril 2014

Face aux tortues se dresse un complexe de deux
volières accolées. Ces dernières offrant une hauteur
conséquentes, disposent d’un sol en herbe, recou-
vert de nombreuses branches. La première volière
héberge des amazones de Cuba (Amazona
leucocephala
), tandis que la seconde présente des
calaos ondulés (Rhyticeros undulatus).

Jouxtant les volières s’étend un enclos en terre, creusé
d’un bassin et agrémenté de nombreux bambous.
Cet espace est réservé à un couple de grues du Japon
(Grus japonensis).

A côté des grues, sur la droite de la passerelle, se
trouve un enclos en terre, communiquant avec la
prairie des tortues.
Ce pré parc permet d’isoler et d’abriter les reptiles
durant la mauvaise saison.



Flèche

Le visiteur revient alors au niveau du sentier prin-
cipal pour arriver vers une seconde aire de pique
nique.
Sur la gauche de cette aire, face aux volières et aux
tortues, on découvre l’allée des félins américains.

Le complexe de ces carnivores se compose d’une
succession de 5 volières légèrement surélevées par
rapport au sentier de visite.
Ces volières relativement anciennes sont toutes
composées de faux rochers, d’un premier plan en
sable et sont agrémentées de troncs morts.


Volières du complexe des carnivores
Volières du complexe des carnivores - avril 2014


Loge des pumas
Loge des pumas - avril 2014
Certaines bénéficient aussi d’un peu de verdure. Des
ocelots (Leopardus pardalis) occupent les 2
premières structures qui sont aussi les plus végétalisées.

A côté de ces petits félins vivent des lynx roux (Lynx
rufus
) qui disposent également de 2 structures tandis
que la dernière volière est consacrée à des pumas
(Puma concolor).

Nous retournons alors sur nos pas jusqu’à l’enclos des
grues et des tortues pour poursuivre notre visite sur la
gauche dans le prolongement des reptiles, et découvrir
une succession de 8 grandes volières relativement hautes
et bien végétalisées.


La première dispose de nombreux arbres et autres pieux.
Elle accueille des vautours papes (Sarcoramphus papa).
La seconde volière est comparable à la précédente bien
que moins végétalisée. Elle héberge l’emblème des USA,
le pygargue à tête blanche (Haliaeetus leucaphalus).
Un couple de condors des Andes (Vultur gryphus) s’ébat
dans une des plus grande volières de la série, agrémentée
de massifs de bambous et bénéficiant de zones dégagées.

La volière qui suit dispose d’un grand bassin artificiel et
d’une cascade et est noyée sous les bambous. On pourra
y admirer des pygargues vocifer (Haliaeetus vocifer).
Des harpies féroces (Harpia harpyja) évoluent au cœur
d’une installation de taille moyenne, agrémentée de nom-
breuses branches mais peu végétalisées.


Volière typique de la rangée des rapaces
Volière typique de la rangée des rapaces - avril
Volière typique de la rangée des rapaces
Volière typique de la rangée des rapaces - avril 2014



Accolée aux harpies se dresse la volière des grands ducs
des Verreaux (Bubo lacteus), qui vivent au cœur d’une
végétation luxuriante. La volière qui suit est plus petite et
plantée de grands arbres.
Elle est le lieu de vie de géocoucous (Geococcyx
californianus
). Enfin, la dernière volière de cette série
est relativement vaste, dispose d’un bassin, est plantée
de quelques palmiers et est agrémentée de branches.

Des caracaras huppés (Polyborus plancus audubonii) y
cohabitent avec des geais bleus (Cyanocitta cristata).



Le visiteur quitte alors le secteur des oiseaux pour
gagner une maison de petite taille accueillant
plusieurs terrariums consacrés aux insectes du
Texas.

Une fois ressorti de l’insectarium, nous retrouvons
le lac des pélicans et des flamants puis traversons
la passerelle pour revenir vers l’île des lémuriens
et nous diriger sur la droite, vers la zone consacrée
à l’Afrique. 
Maison des insectes
Maison des insectes - avril 2014



Flèche

Après avoir traversé le tunnel le visiteur entre sur le
continent noir en traversant une arche de faux rochers.

Sur la droite, une baie vitrée s’ouvre sur un bassin de
taille moyenne prolongé par une plage en sable. Une
 barrière de faux rochers entoure l’édifice consacré à
une colonie de manchots du Cap (Spheniscus
demersus
).

Plus loin, se dresse une muraille de faux rochers,
délimitant un enclos de taille correcte, au sol en
herbe et traversé par un ruisseau se jetant dans un
fossé en eau. Cet espace est agrémenté de faux
rochers, de yuccas et de quelques structures d’es-
calade en bois. Un groupe reproducteur de
mandrills (Mandrillus sphinx) y évolue.



Enclos des manchots du Cap
Enclos des manchots du Cap - avril 2014
Lagune des flamants nains
Lagune des flamants nains - avril 2014


Après avoir longé l’enclos des mandrills, le visiteur se
retrouve sur une grande place où plusieurs stands de
restauration aux décors mexicains ont été érigés.

Face au restaurant une petite lagune composée d’un
bassin peu profond et de plages en herbe, est occupée
par des flamants nains (Phoenicopterus minor) et des
sarcelles marbrées (Marmaronetta angustirostris).

A côté des oiseaux d’eau on trouve une aire de spec-
tacle de taille moyenne, où des guépards sont présentés
en laisse plusieurs fois par jour, permettant aux visiteurs
de prendre des photos.
Enclos des mandrills
Enclos des mandrills - avril 2014
Gare du tramway aérien
Gare du tramway aérien - avril 2014


Face à la zone de spectacle se trouve la gare d’un
tramway aérien. Avant de poursuivre notre parcours
à pied, nous allons emprunter cette attraction per-
mettant de découvrir une zone du parc non traversée
par les sentiers.

Une fois installé dans les wagons, le visiteur dispose
d’une vue d’ensemble et originale sur les enclos que
nous allons longer. Suite au départ, le tramway tra-
verse une forêt au milieu de laquelle coule une rivière.

Cette forêt clairsemée au sol recouvert de feuilles
mortes, est divisée en 3 enclos distinct accueillant
des okapis (Okapia johnstoni). En ressortant de
la forêt, nous entrons dans une zone escarpée,
formée de faux rochers.


Enclos des okapis
Enclos des okapis - avril 2014

Enclos des bouquetins
Enclos des bouquetins - avril 2014
Le premier enclos que nous découvrons dans cette
zone est planté de quelques rares arbres et accueille
des bouquetins de Nubie (Capra nubiana). Dans
le prolongement des bouquetins s’étend un autre en-
clos caillouteux mais plus plat.
Ce dernier est bien planté en avant plan et dégagé à
l’arrière et héberge un petit groupe de zèbres de Grévy
(Equus grevyi).

Suite aux zèbres, installés sur une partie en pente, se
trouve un premier enclos abandonné puis une volière
faite de faux rochers, agrémentée de quelques troncs
et de petits arbustes. Cette dernière est occupée par
des caracals (Caracal caracal). Suite aux caracals et
bien plus en contrebas de la volière s’étend une suc-
cession de bassins reliés entre eux par des cascades.



Flèche

Alentours, la végétation naturelle s’épanouie. Ce com-
plexe aquatique représente les zones africaines humides.
On pourra y observer des grues du Paradis
(Anthropoides paradisea), des pélicans d’Amérique
(Pelecanus erythrorhynchos), des cigognes blanches
(Ciconia ciconia), des dendrocygnes veufs
(Dendrocygna viduata) et des dendrocygnes fauves
(Dendrocygna bicolor).

A la suite des cascades, se trouve un enclos de grande
taille de type forestier, dont les arbres omniprésents
rendent l’observation difficile. Cet espace, marquant la
transition entre les zones humides et les savanes sèches,
est consacré à des bongos (Tragelaphus eurycerus
isaaci
) et des cobes à ellipse (Kobus ellipsium).
Zone des anatidés
Zone des anatidés - avril 2014


Enclos des addax
Enclos des addax - avril 2014



Les milieux désertiques sont alors mis à l’honneur à

travers deux plaines successives. La première, en-
tièrement en sable et en rochers est dénudée de toute
végétation et héberge un groupe d’addax (Addax
nasomaculatus
). La seconde plaine où poussent
quelques pins, abrite une cohabitation entre des ânes
sauvages de Somalie (Equus africanus), des oryx
gemsboks (Oryx gemsbok) et des autruches (Struthio
camelus
).

Un enclos de type forestier, de petite taille, mais au sol
en herbe et bien végétalisé, est le lieu de vie et de repro-
duction de vautours oricous (Torgos tracheliotus).
Volière des caracals
Volière des caracals - avril 2014
Enclos des bongos et cobes
Enclos des bongos et cobes - avril 2014


A côté de ces vautours qui restent peu courants en
captivité, on trouve un second enclos forestier, plus
grand, au sol en terre, planté de grands arbres et tra-
versé par une rivière artificielle.
Cet espace est occupé par des phacochères
(Phacochoerus africanus).

Suite aux suidés se dresse une vaste plaine en herbe,
dont la partie arrière est plantée de hauts feuillus, l’avant
plan étant libre. Plusieurs bras de rivières traversent la
plaine formant des îlots. Cette plaine est le lieu d’une
cohabitation entre des gérénuks ou gazelle de Waller
(Litocranius walleri), des grands koudous
(Tragelaphus strepsiceros), des marabouts africains
(Leptoptilos crumenifer), des calaos terrestres
(Bucorvus leadbeateri) et des vautours oricous
(Torgos tracheliotus).


Plaine des grands koudous
Plaine des grands koudous - avril 2014
Enclos des chimpanzés
Enclos des chimpanzés - avril 2014


Suite à la plaine des antilopes, et à un virage, le visiteur
gagne les forêts tropicales, recrées par un enclos de
grande taille, en pente, au sol en herbe, planté de nom-
breux palmiers, bambous et autres arbustes. Les faux
rochers délimitent le lit d’une rivière parcourant l’enclos
et sont complétés par des troncs et des structures
d’escalade en bois et en cordes.

Cet espace est consacré à un groupe de chimpanzés
(Pan troglodytes). Mitoyen à l’enclos des chimpanzés
a été creusé un bassin à l’eau clair, point d’eau entouré
de plage en sable, permettant aux crocodiles du Nil
(Crocodylus niloticus) qui bénéficient de l’enclos, de
profiter des rayons du soleil.



Enfin, un petit enclos forestier, au sol recouvert

d’écorces et camouflé par une haie de bambous,
est le lieu de vie de grues caronculées (Grus
carunculata
).

Le tramway aérien contourne alors la place des res-
taurants, puis encercle les enclos des manchots et des
mandrills pour revenir au point de départ.

Le visiteur ressort alors du tramway aérien et revient
sur la place des restaurants.
Enclos des grues caronculées
Enclos des grues caronculées - avril 2014


Enclos des vautours oricous
Enclos des vautours oricous - avril 2014
Enclos des okapis
Enclos des okapis - avril 2014



Flèche

Sur la gauche de la gare, le visiteur est invité à entrer dans
le parcours à pied traversant la forêt africaine « Gorilla’s
trail ».

Le sentier sillonne au cœur d’une forêt de bambous. Sur la
gauche, se dresse une volière de taille moyenne, ombragée
par de grands arbres. Cette structure dispose d’un grand
bassin, d’un sol en herbe et en écorces et de quelques faux
rochers.

Elle est le lieu d’une cohabitation entre un couple de jabirus
du Sénégal (Ephyppiorhynchus senegalensis) - une es-
pèce dont le parc maitrise bien la reproduction – des
vautours fauves (Gyps fulvus) et des vautours néophrons
moines (Necrosyrtes monachus).


Volière des jabirus
Volière des jabirus - avril 2014


Enclos des gorilles
Enclos des gorilles - avril 2014
Sur la droite, installé à la sortie de la forêt de bambous,
on retrouve le premier enclos des okapis (Okapia
johnstoni
) que l’on a pu observer à partir du monorail.

La visite se poursuit alors, pour découvrir un enclos de
taille moyenne, installé légèrement en contrebas du sentier
de visite et entouré de hauts murs en faux rochers. Cet
espace vallonné, dispose d’un sol en herbe et est planté
de multiples arbustes touffus. Il est consacré à une famille
de gorilles (Gorilla gorilla) que nous retrouverons par la
suite.

Sur la droite du sentier, face aux gorilles se trouve un
enclos en forte pente, au sol en herbe, agrémenté de
nombreux rochers et bien planté. Cet espace est le
lieu de vie de marabouts africains (Leptoptilos
crumeniferus
) et de vautours oricous (Torgos
tracheliotus
).



Face aux grands oiseaux, se dresse une volière de
contact que nous découvrirons par la suite. Le sentier
de visite amorce alors une ascension vers la zone
des montagnes africaines. Le chemin s’enroule autour
de l’enclos des marabouts. Une fois arrivé au sommet,
on peut observer, sur la droite, une installation en sable
plantée de yuccas et de souches.

Une famille de suricates (Suricata suricatta) s’ébat à
ce niveau. Séparé des suricates par un muret de cailloux,
se trouve un second enclos en sable, consacré à des
tortues panthères (Geochelone pardalis).


Enclos des suricates
Enclos des suricates - avril 2014



Enclos des damans
Enclos des damans - avril 2014
Un enclos fait entièrement de faux rochers, représente
un milieu escarpé. Quelques branches ont été ajoutées
à l’ensemble apportant un peu de naturel à cet enclos
occupé par des oréotragues (Oreotragus oreotragus)
et par des damans des rochers (Procavia capensis).

Une volière, installée au cœur des faux rochers complète
la zone des montagnes africaines. Cette installation
creusée d’un bassin et plantée de quelques bambous est
le lieu de vie de martins chasseur à tête grise (Halcyon
leucocephala
), de barbicans à tête rouge (Trachyphonus
erythrocephalus
), de tisserins de Taveta (Ploceus
castaneiceps
), de martins caronculés (Creatophora
cinerea
), de cossyphes à calotte neigeuse (Cossypha
niveicapilla
), de spréos superbes (Lamprotornis
superbus
), de râles à bec jaune (Amaurornis
flavirostra
) et de colious striés (Colius striatus).



Flèche

Le visiteur redescend alors de la colline et arrive au
niveau de l’enclos des chimpanzés que l’on redécouvre
au niveau du sol. Cet enclos reste, malgré les hauts
murs le délimitant, relativement naturel et est bien
végétalisé.

Des fourmilières artificielles, des rochers et des
structures en bois agrémentent les décors. A côté
des chimpanzés on peut également observer l’enclos
et le bassin des crocodiles du Nil (Crocodylus
niloticus
) que nous avons pu apercevoir à bord du
tramway.

Face aux reptiles se trouve l’entrée dans la grande volière
de contact. Cette dernière peut se diviser en plusieurs
zones. La première se compose de faux rochers desquels
jaillit une cascade se jetant dans un petit bassin.



Enclos des crocodiles
Enclos des crocodiles - avril 2014

Grande volière de contact
Grande volière de contact - avril 2014
La zone de la volière est densément plantée représentant
une forêt, tandis qu’une terrasse surélevée a été érigée
dans la dernière partie de la volière plus dégagée, offrant
une belle aire de vol. En patientant au cœur de la volière,
on pourra admirer des dendrocygnes bicolores
(Dendrocygna bicolor), des sarcelles marbrées
(Marmaronetta angistirostris), des sarcelles hottentottes
(Anas hottentotta), des tisserins de Taveta
(Ploceus castaneiceps), des ombrettes africaines (Scopus
umbretta
), des ibis chauves (Geronticus eremita), des
hérons garde bœufs (Bubulcus ibis), des rolliers à ventre
bleu (Coracias cyanogaster), des calaos de Jackson
(Tockus jacksoni), , des inséparables de Fischer
(Agapornis fischeri), des inséparables masqués
(Agapornis personata), des touracos de Lady Ross
(Musophaga rossae), ...



..., des touracos violets (
Musophaga violacea), des
touracos gris (Crinifer piscator), des touracos à joues
blanches (Tauraco leucotis), des pintades vulturines
(Acryllium vulturinum), des perruches à collier
(Psittaculla krameri), des spréos superbes
(Lamprotornis superbus), des dinémellies à tête
blanches (Dinemellia dinemelli), des martins
 chasseurs à poitrine bleue (Halcyon malimbica), des
cossyphes à calotte neigeuse (Cossypha niveicapilla),
des pigeons roussâtres (Columba guinea), des
pigeons roses de Mauritanie (Columba mayeri) et
des oedicnèmes du Cap (Burrhinus capensis).
Grande volière de contact
Grande volière de contact - avril 2014


Enclos des chimpanzés
Enclos des chimpanzés - avril 2014
Enclos des chimpanzés
Enclos des chimpanzés - avril 2014



Flèche


Le visiteur ressort alors de la volière pour se retrouver
dans un bout de forêt clairsemé au centre de laquelle a
été érigé, délimité par des pieux en bois, un enclos de
taille moyenne au sol en herbe. Ce dernier, bien om-
bragé, est consacré à des tortues géantes (Geochelone
gigantea
).

En quittant la forêt, le visiteur retrouve un enclos
légèrement vallonné, traversé par un cours d’eau discret,
planté de multiples arbustes buissonnants et agrémenté
de rochers et de troncs. Cet espace est consacré à un
des groupes de gorilles (Gorilla gorilla) du zoo de
Dallas.


Enclos des tortues géantes
Enclos des tortues géantes - avril 2014


Centre des gorilles
Centre des gorilles - avril 2014




Face à cet enclos se trouve une seconde installation
creusée d’un bassin, entouré de plages recouvertes
d’écorces. Des bambous complètent les aménage-
ments au milieu desquels vit un couple de grues
caronculées (Grus carunclatus).

Après avoir contourné l’espace des gorilles, le sentier
se dirige vers un bâtiment en bois de forme carré, érigé
au cœur d’un bosquet. Cette bâtisse « Jake L. Hamon
Gorilla conservation research centre » présente divers
panneaux pédagogiques sur les gorilles.



Par ailleurs, des baies vitrées percées dans les murs
de la maison, offre une vue général sur les deux enclos
consacrés aux grands singes.
L’enclos de gauche étant celui situé en face des grues
caronculées tandis que la structure située sur la droite
du centre correspond à l’enclos observé lors de notre
ascension pédestre vers la zone montagnes africaines.

Le visiteur ressort alors du centre pour longer le second
enclos des gorilles avant de quitter le « Gorilla trail »
pour se retrouver sur une petite place.
Enclos des gorilles
Enclos des gorilles - avril 2014



Flèche

Nous allons alors nous diriger sur la droite pour traverser
une arche faite de bois et de paille et entrer dans la der-
nière partie du zoo, « Giants of the savanna » (les Géants
de la savane). Cette partie du zoo est la plus récente.

Une fois entré dans cette zone, le visiteur peut observer
sur la droite, un complexe de plusieurs baobabs recon-
stitués, recouverts d’une toile, composant un espace de
soins pour les éléphants africains (Loxodonta africana).

Accolé à cette structure se trouve un premier enclos de
taille moyenne, au sol en sable et se terminant par un
grand bassin. Quelques arbres poussent aussi dans cet
enclos qui permet d’isoler un mâle ou un individu de
ces pachydermes.


Enclos des éléphants
Enclos des éléphants - avril 2014

Enclos des phacochères
Enclos des phacochères - avril 2014
A l’arrière de l’enclos d’isolement s’étend la vaste plaine
des éléphants. Cette dernière voit son sol alterner entre
herbe et sable. De nombreux faux rochers, des arbres et
des souches y ont été disposés. Un bassin borde égale-
ment l’ensemble. Les murs de faux rochers délimitant l’es-
pace ont été percé de plusieurs portes. Le visiteur bifur-
que alors légèrement sur la droite, pour gagner un pro-
montoire dominant la savane des éléphants.

Sur la gauche de ce sentier, se trouve une fosse de taille
moyenne agrémentée d’arbustes et de rochers, au sol
recouvert de sable. Quelques terriers ont été creusés
dans les faux rochers et offrent des possibilités de ca-
chettes aux phacochères (Phacochoerus africanus)
hébergés ici. Le visiteur arrive alors sur la terrasse des
éléphants où se dresse un autre chalet abritant un centre
de découverte des pachydermes.


Le visiteur pourra y observer et y toucher des défenses,
des crânes reconstitués, ou encore des pattes d’éléphants.

Face au centre pédagogique, la plaine des éléphants est
stoppée par la présence d’un mur de faux rochers duquel
jaillit une cascade. Deux portes ont été percées dans ce
mur. De l’autre côté de la barrière s’étend une seconde
plaine africaine en herbe, légèrement pentue, et composée
de plusieurs terrasses atténuant le relief.

Cette plaine doublée d’un enclos secondaire en sable
creusé d’un bassin accueille un groupe de girafes
réticulées (Giraffa camelopardalis reticulata).

Plaine des girafes
Plaine des girafes - avril 2014


Enclos secondaire des girafes
Enclos secondaire des girafes - avril 2014



Il est à noter que le zoo de Dallas a pour objectif de
relier ces deux plaines en permanence afin de tenter
une cohabitation originale entre les éléphants et les
girafes.

Lors de ma visite, seul un fil électrique séparait encore
ces deux espèces et la mise en contact devait intervenir
quelques semaines plus tard. A terme, un troupeau de
zèbres (Equus burchelli) et un second d’impalas
(Aepyceros melampus), seront également hébergés
sur ces plaines (ces espèces étaient maintenues en
coulisses lors de ma visite).
Bassin des éléphants
Bassin des éléphants - avril 2014
Plaine des éléphants
Plaine des éléphants - avril 2014



Flèche

Le visiteur emprunte alors un pont longeant sur la droite
l’enclos des girafes, tandis que sur la gauche, en contre-
bas, se trouve une seconde fosse en sable, plantée
d’acacias et jonchée de souches et de troncs.

Une famille de potamochères (Potamochoerus porcus)
s’y ébat. De retour sur le sentier principal, le visiteur peut
admirer deux vastes enclos placés cote à cote. Un haut
grillage délimite ces plaines légèrement vallonnées. Toutes
deux sont relativement dégagées, plantées de graminées
et creusées d’un bassin.

La première est le lieu de vie de lions (Panthera leo),
tandis que la seconde accueille des guépards (Acinonyx
jubatus
). Le visiteur longe alors ces deux enclos.


Enclos des lions
Enclos des lions - avril 2014
Décors de la zone africaine
Décors de la zone africaine - avril 2014

Au niveau du point de jonction des deux espaces des
carnivores se trouve un autre point d’observation, en
face duquel une hutte s’ouvre sur les enclos des suidés
déjà observés précédemment.

Enfin, avant de quitter la zone des savanes, le visiteur
peut encore entrer dans le restaurant « African grill »
pour déjeuner face aux guépards. Le visiteur quitte
alors cette zone pour revenir au niveau de la place des
flamants nains, puis repasser devant les mandrills et
les manchots pour gagner l’entrée et quitter le zoo de
Dallas.



Flèche


En conclusion, le zoo de Dallas est un petit établissement
qui a su se transformer pour devenir un zoo moderne.

L’espace africain très récent offre de l’espace aux animaux.

La collection reste classique hormis la présence des titis à
oreilles blanches et une impressionnante collection de
reptiles.

Une visite de 5 heures permettra de découvrir l’ensemble
du zoo.
Titis à oreilles blanches
Titis à oreilles blanches - avril 2014


Copyright ©  -  2007-2020   -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés